Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Italie, Gaule

Les deux origines de Lanuvium

Dominique Briquel

Nota del editor

Depuis que cette communication a été présentée, est paru un intéressant article de Pasqualini 1998. Dans ces pages, l’auteur envisage deux explications pour l’introduction de la légende de Diomède à Lanuvium : soit du fait de l’installation des Papii de Compsa, ancêtres d’Annius Milon, après la deuxième guerre punique (ce qui nous paraît difficile, vu les connotations négatives de Diomède en milieu romain à cette époque), soit ce qui nous semble plus intéressant, dans la première moitié du IVe s., en liaison avec les incursions gauloises en relation avec la politique de Denys II de Syracuse. Mais il nous paraît essentiel de tenir compte de la donnée locale capitale qu’est le culte de Junon Sospita.

Texto completo

  • 1 Voir Philipp 1924. Même présentation de la question des origines dans Gordon 1938, 38.
  • 2 Appien, B.C., 2.20 : μέχρι βαρυθυμῶν ὁ Μίλων, ὡς καὶ περὶ αὑτὸν ἀπίστου γιγνομένου τοῦ Πομπηίου, ἐς (...)
  • 3 Publication dans Manganaro 1974 et 1976.
  • 4 Voir Chassignet 1996, Fabius fr. 1.

1Lorsque H. Philipp rédigea, en 1924, l'article “Lanuvium” de la Realenzyklopädie, la question de la fondation de la cité se posait dans des termes relativement simples ; cet auteur pouvait écrire : Als Gründer erscheint Diomedes1. Un passage des Guerres civiles d'Appien affirme en effet – à l’occasion du retour dans cette ville de Milon, qui en était originaire – que le héros grec l'avait fondée lors de son retour de la guerre de Troie, et qu'elle était la plus ancienne de ses fondations sur le sol italien2. Mais la découverte d'une inscription dans le gymnase de Tauroménion, en Sicile3, a fait connaître un éponyme Lanoios, dont on peut penser qu'il était considéré lui aussi comme le fondateur de la cité ; il aurait accompagné, comme allié, le héros troyen Énée et son fils Ascagne dans leur voyage depuis la Sicile jusque dans le Latium. Or cette version est rapportée, dans ce document, au plus ancien des historiens romains, Fabius Pictor4.

  • 5 Κόι]ντος Φάβιος ὁ Πι[κτω]ρῖνος ἐπικαλθύ[μεν]oς, ‛Ρωμαῖος, Γαίου [υἱό]ς, [ὃς ἰστόρηκεν τὴν [‛Hρ]ακλέ (...)

2Nous pouvons citer ce texte dans la traduction qu'en a récemment donnée M. Chassignet : “Quintus Fabius surnommé Pictor, Romain fils de Gaius, qui a raconté l'arrivée d'Hercule en Italie ainsi que le voyage de Lanoios, de son allié Énée et d'Ascagne ; bien plus tard vinrent Romulus et Rémus et la fondation de Rome par Romulus qui en fut le premier roi”5.

  • 6 Voir Manganaro 1974, 396.
  • 7 Voir Manganaro 1963. Texte repris dans Manganaro 1974, 396 (avec quelques modifications) : [oἱ πρέσ (...)
  • 8 Sur lesquelles nous pouvons renvoyer aux études classiques de Musti 1963 et Curty 1995.
  • 9 Cf. Manganare 1963, parlant à juste titre de légendes siculo-latines et évoquant les liens de Sikél (...)
  • 10 Voir Fabius frag. 2 Peter = 22 Chassignet = Isid., Étym., 4.7.34.
  • 11 Voir notre article Briquel 1989. Ce type d'origine est attesté pour Crustumerium, Aricie, Gabies do (...)

3L'identité de ce Lanoios n'est pas précisée. Mais il est probable, comme l'a proposé G. Manganaro qui a publié cette inscription, qu'il faille y reconnaître un héros originaire de la petite ville de Centuripe, au pied de l'Etna, qui aurait suivi Énée et son fils dans la dernière partie de leur périple6. Le même savant avait en effet publié auparavant une inscription de la cité sicilienne faisant état d'un lien de parenté entre les habitants de Lanuvium et ceux de Centuripe7, selon le modèle des affirmations de συγγένεια dans des textes officiels8. Il est probable également que ce Lanoios venant de Sicile dans le Latium ait été conçu comme un Sicule passé de l'île dans cette partie de la péninsule9, selon un mouvement qui inverse le sens de la migration habituellement attribuée aux Sicules – qui étaient plutôt conçus comme originaires du continent d'où ils auraient émigré en Sicile – mais qui est attesté pour Fabius Pictor, avec un fragment concernant les Volsques10, et qui a connu un certain développement au iie s. a.C., notamment chez Cassius Hemina11.

  • 12 Références dans Bérard 1941, pour Diomède 385-394, pour Énée 368-381 (le personnage d'Énée est util (...)
  • 13 Pour Préneste, à la légende locale de Caeculus (Caton, Origines, frag. 2. 29. Chassignet = scholie (...)

4Depuis la découverte de l'inscription de Tauroménion, on se trouve donc, pour Lanuvium, en présence de deux traditions d'origines, l'une faisant appel au héros grec Diomède et l'autre à un éponyme Lanoios, intégré dans la légende d’Énée. Toutes deux se réfèrent sans doute aux traditions sur les nostoi, les “retours” qui ont suivi la guerre de Troie, et mettent en scène des héros qui ont connu un succès certain en Italie, où ils ont servi à rendre compte de la fondation de nombreuses cités12. Il n'en reste pas moins qu'elles sont différentes, et que rien n'autorise à penser qu'elles aient pu se combiner en une légende unique. Il faut donc expliquer cette existence de deux traditions qui ne se ramène pas comme c'est le cas pour d'autres cités latines – Préneste13 et aussi Rome, dans la mesure où on peut opposer de ce point de vue la légende d'Énée et celle des jumeaux fondateurs-, à la distinction entre une tradition d'origine de type indigène et une hellénisante, mais renvoie toujours au monde de l'épopée homérique.

  • 14 Dans l'inscription Centuripe est désignée comme ἀποικία. colonie, ce qui induit G. Manganaro à date (...)
  • 15 Données dans Bérard 1941,291 ; pour Spina (selon Pline 3.120), voir Briquel 1987. Nous n'aborderons (...)
  • 16 Pour Arpi, Justin 20.1.10 (dans un passage qui paraît remonter à des sources grecques du ive s. a.C (...)
  • 17 Fragment cité dans scholie à Lycophron, Alex., 610 = PLG, Bergk, fr. 22. Sur cette tradition, Bérar (...)
  • 18 Sur l'importance de cette voie de communication, Heurgon 1942, 26-27.

5Chronologiquement, la légende de Lanoios est attestée bien avant celle de Diomède, puisque, pour ce dernier, notre unique témoin est Appien, qui vivait au iie s. p.C., plus de trois siècles après Fabius Pictor. En outre on peut dire que, vers les débuts de notre ère, la tradition sur le compagnon d’Énée était officiellement admise dans la cité, puisqu'elle fait alors l'objet du décret que le sénat de Lanuvium adresse à ses "parents”, les habitants de Centuripe14, alors qu'on ne connaît rien de tel pour la tradition sur le héros grec. On peut également relever un certain isolement géographique de la référence à Diomède pour Lanuvium par rapport aux autres localisations de la légende diomédique en Italie. Celle-ci est nettement concentrée sur la façade adriatique, avec deux pôles principaux, en Vénétie au nord et en Apulie au sud. Si on met à part ce qui concerne la Vénétie15, les villes qui sont données comme des fondations du héros – surtout Arpi, dont le nom était expliqué comme un ancien Argyrippa, lui-même issu d'Argos Hippion. Brindes, Canusium. Venafrum, Venusia, Equus Tuticus, Bénévent16 – étaient généralement situées dans le Sud-Est de la péninsule, autour du secteur où une tradition ancienne – attestée dès Mimnerme, au viie s. a.C.17 – le mettait en rapport avec le roi local Daunos. Cette tradition concerne donc en priorité l'Apulie et la partie du Samnium qui la jouxte immédiatement – jusqu'à Bénévent, en contact étroit avec la façade adriatique par la voie de communication que suivra la voie Appienne18. Lanuvium est donc à l'écart du reste des traditions diomédiques, et on pourrait être porté à y voir un nouvel argument en faveur de l'idée d'une création artificielle et tardive de la tradition diomédique locale.

  • 19 Voir Denys d'Hal., Ant. rom., 1.72.6 = FGrHist 840 F 10, et Plut., Rom., 2.1. Sur cette tradition o (...)

6Cependant nous pensons qu'il y a de bonnes raisons de penser, au contraire, que la légende de Diomède à Lanuvium est ancienne, et antérieure à celle de Lanoios. Telle que nous la percevons, la tradition sur le héros grec en Italie est sans doute centrée sur les deux pôles que sont la Vénétie et la Daunie. Mais cela ne signifie pas qu'elle n'ait pas existé ailleurs. On rencontre, même pour Rome, des traces d’une tradition faisant appel à Diomède : selon une légende rapportée par Denys de Chalcis, auteur que F. Jacoby situerait au ive s. a.C., l'Urbs avait été fondée par un éponyme Rhômos, fils d'un certain Émathion, qu’un passage de la Vie de Romulus de Plutarque dit avoir été envoyé de Troie par Diomède19. Qu’une légende diomédique ait existé pour Lanuvium, et cela dès avant Appien, sans que nous n’en ayons de trace, n'a rien d'inadmissible étant donné le caractère très limité de notre connaissance des traditions locales.

  • 20 Sur les relations entre Ardée et Lanuvium, voir Colonna 1995, 38-41. L'auteur rappelle qu'Ardée a p (...)

7On sera sensible en effet au fait que le peu que nous savons, par Appien, de cette légende de Diomède pour Lanuvium montre qu'il s'agit d'une tradition autonome, sans lien avec la tradition, plus connue, concernant la Daunie, à laquelle peuvent se rattacher les légendes de fondation de cités que nous avons évoquées. D'après l'historien, Lanuvium aurait été la première ville fondée par le héros en Italie. Elle joue en quelque sorte le rôle d'Arpi-Argos Hippion-Argyrippe dans la tradition habituelle. Cette tradition paraît impliquer un débarquement du héros non sur la côte adriatique où il entrait en relation avec Daunos, mais sur la côte occidentale de la péninsule, et probablement à hauteur de Lanuvium – donc si on veut près d'Ardée20. Il s'agit donc d'une légende alternative à celle habituelle, centrée sur la façade orientale de l'Italie, qu'on doit considérer comme différente et indépendante.

  • 21 Nous songeons aux propositions qui avaient été avancées dans ce sens dans Terrosi-Zanco 1965.
  • 22 Il ne faudrait cependant pas minimiser la part de sauvagerie que recèle encore le héros de l'Iliade(...)
  • 23 Str. 5.1.9 : τῷ δὲ Διομήδει παρὰ τοῖς ‛Eνετοῖς ἀποδεδειγμένοι τινὲς ἱσοροῦνται τιμαί· καὶ γὰρ θύετα (...)

8Or ce qui a pu justifier le développement d'une tradition faisant intervenir le héros grec à Lanuvium apparaît clairement. Il suffit de songer à ce qui se passe en Vénétie. Quoi qu'on puisse penser par ailleurs de l'éventuelle préexistence d'une figure mythologique indigène, plus comparable au dangereux Diomède thrace aux cavales anthropophages21, justement puni par Héraklès, qu'au héros homérique22, qui se serait superposée, dans ce secteur, à ce dernier, il est certain qu'en Vénétie Diomède est associé aux cultes de deux divinités identifiées à Artémis Aetolis et Héra Argeia, c'est-à-dire deux déesses renvoyant l'une à sa patrie par son père. l’Étolie, l'autre à celle par sa mère, Argos23. Le héros est donc mis en relation avec la religion locale, et en particulier avec le culte d’une divinité féminine identifiée à l'Héra d'Argos, la divinité poliade de la cité où le héros était censé avoir vécu. La référence diomédique fonctionne ici comme étiologie d'une divinité indigène que son interpretatio Graeca identifiait à la grande déesse d’Argos.

  • 24 Voir Cic., Fin., 2.20.63 (à propos de Thorius, qui était originaire de la cité) : ita non superstit (...)
  • 25 Voir par ex. inscriptions CIL, XIV, 2088, 2089, 2091, 2121 (en toutes lettres limone Seispitei Matr (...)
  • 26 Cic., Nat. dieux, 1.29.82 : illam uestram Sospitam quam tu numquam ne in somnis quidem uides nisi c (...)
  • 27 Voir La Rocca 1990, 820, no 1, pour une amphore étrusque à figures noires du groupe pontique, de la (...)
  • 28 Voir La Rocca 1990, 821, no 28. Cette statue doit avoir été celle du temple dédié à la divinité au (...)
  • 29 Dans la présentation que fait Élien, Nature des animaux, 11.16, du rite d'ordalie qui permet de vér (...)

9Or Lanuvium connaît une réalité religieuse tout à fait comparable. Même si Cicéron évoquait à son propos ses très nombreux sanctuaires24, il est certain que la grande divinité de cette cité latine est Junon, qui y porte la triple épiclèse de Sospes, Mater, Regina – d’où la désignation abrégée Juno S.M.R. qui apparaît sur des monnaies et des inscriptions25. Il s’agit d’une divinité armée, dont l'accoutrement guerrier est bien décrit par Cicéron dans son traité sur la nature des dieux : “Ta fameuse Sospita que jamais, pas même en rêve, tu ne vois autrement que sous une peau de chèvre, avec une lance, un petit bouclier et des souliers à pointe relevée26. Il apparaît aussi sur les nombreuses représentations figurées que nous avons de la déesse, avec son couvre-chef caractéristique recouvert d'une dépouille de chèvre dont les plus anciennes remontent au vie s. a.C.,27 et sur la statue cultuelle qui nous en est parvenue, qui montre la déesse, dressée, brandissant lance et bouclier28. En dépit des différences iconographiques – l'aspect caprin reste caractéristique de la divinité italienne-, l'apparence guerrière, qui ne se retrouvait pas dans les paisibles Junons matronales, pouvait suffire à la rapprocher de la célèbre Héra d’Argos29 – et à fonder une légende mettant les deux déesses armées en relation.

10Dans ce cas comme en Vénétie, la légende de Diomède a permis d'établir une relation : le héros, chassé de sa cité par son épouse infidèle Aegialée, qui avait manqué de l'assassiner, aurait apporté le culte de la divinité sur l'autel de qui il s'était d'abord réfugié.

  • 30 Dans ce sens, avec raison, Gagé 1972, 751.
  • 31 Voir Galieti 1928. On a retrouvé des terres cuites architecturales de la fin du vie s. a.C. (Andrèn (...)
  • 32 Str. 6.1.1 ; Pline 3.70 ; Solin 2.12.
  • 33 Inscription CIL, XIV, 3556 : lunoni Argeiae C. Blandus procos.
  • 34 Cette légende, qui a connu certaines variantes, apparaît dans Virg7.670-4 ; Pline 16.87.237 ; Solin (...)
  • 35 Voir Ovide, Fastes, 6.49.
  • 36 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à Briquel 1984, 327-352. Denys d'Halicarnasse (...)

11On peut donc penser que la légende de Diomède s'est développée dans cette ville latine comme justification du culte de sa divinité principale, une Junon assimilée à la grande déesse d'Argos30. Ce serait donc une sorte de sous-produit du sanctuaire qui faisait la fierté de la cité, et dont on entrevoit les traces, sur l'acropole de la cité, la colline San Lorenzo, à partir de la fin du vie s. a.C.31. D'autres médiateurs auraient été possibles. Car la présence d'une divinité en laquelle on se plaisait à reconnaître une émanation de la déesse poliade d'Argos a pu être exploitée en fonction de traditions légendaires diverses. L'institution du temple de l'Héra de l'embouchure du Silaris, près de Poseidônia, rapporté explicitement à Héra Argeia par Strabon, Pline et Solin, était présentée, chez ces trois auteurs, comme due à Jason, qui y serait passé au cours des pérégrinations de ses Argonautes sur leur vaisseau Argo32. A Tibur, où le culte de cette déesse est aussi attesté33, il pouvait être expliqué par une autre légende faisant intervenir des héros argiens : on disait que la cité avait été fondée par trois frères d'origine argienne, issus du devin Amphiaraos34. Quant à Faléries, où une Junon armée clairement identifiée avec la déesse d'Argos était la grande divinité locale, valant aux Falisques l'épithète de Iunicolae35, ce culte était expliqué par la légende de l'éponyme Halésus, fils d'Agamemnon36. Le recours à Diomède n'était donc qu’une des manières possibles de rendre compte du culte d'Héra Argeia – ou plus exactement d’une déesse indigène identifiée à la déesse grecque. Mais c’est elle qui a été retenue à Lanuvium – et assurément les caractères propres du héros, incontestablement un des héros majeurs de l'Iliade, en faisaient un fondateur assez tentant.

  • 37 Voir Manganaro 1974, 396-397.
  • 38 Pour la concession de la cité romaine aux habitants de Lanuvium au lendemain de la guerre latine en (...)
  • 39 Voir Manganaro 1974, 395.
  • 40 Liv. 8.11.15
  • 41 Leur participation aux opérations est évoquée en Liv. 8.12.7 (Pedum soutenue par Tibur. Préneste Vé (...)
  • 42 Voir Humbert 1978, 190.
  • 43 M. Humbert souligne, en Liv. 8.14.2, la valeur de l'expression Lanuuinis municipibus. qui implique (...)
  • 44 Voir Liv 8.14.2 cité n. 38 ; en vertu de ce caractère romain reconnu au culte, les sacerdotes Lanuu (...)
  • 45 Ce point est connu par Cic., Pro Mur., 41.90 : nolite a sacris patriis Iunonis Sospitae cui omnes c (...)
  • 46 La popularité de ce culte, et son importance pour l'État romain, avaient poussé le consul de 197, C (...)
  • 47 Voir Galieti 1928 (et les travaux de F. Coarelli cités à la note suivante).
  • 48 Voir Coarelli 1981, Coarelli 1987 et Coarelli 1996.

12Ce n'est cependant pas cette tradition que suivait Fabius Pictor. Comme le note G. Manganaro, l’inscription du gymnase de Tauroménion prouve que “Fabio respingeva la tradizione che ascriveva a Diomede la fondazione di Lanuvio”37. Pour lui le fondateur était donc le (probable) Sicule Lanoios, allié d’Énée. C’est assurément cette légende de l'éponyme compagnon du héros troyen qui est à la base de l’affirmation de parenté entre les habitants de Lanuvium et ceux de Centuripe, connue par un document postérieur mais qui a pu déjà exister à l'époque de Fabius. Dans cette autre légende, exclusive de celle de Diomede, et attestée à l’époque où Lanuvium n’est plus une cité indépendante, où ses habitants sont citoyens romains38, il est évident que la relation entre le fondateur de la ville et Énée implique un rapport avec Rome. Mais comme le note là encore G. Manganaro, l'alliance conclue entre Lanoios et le héros troyen implique une relation privilégiée avec Rome, et plus précisément “la communio sacrorum tra Roma e Lanuvio, realizzata nel 338 a.C., trovava in Fabio un presupposto mitico nel foedus tra Enea e Lanoios”39. Lors de la guerre latine, les Lanuviens – à la différence des Lavinates qui n’avaient pas fait défection, mais qui représentent certainement une exception, ce qui fait que Tite-Live éprouve le besoin de le signaler40 –, avaient pris une part active dans ce dernier sursaut du nomen Latinum contre l’hégémonie toujours plus pesante de l'Urbs41. De ce fait, moins heureux que les habitants de Tibur et Préneste, que leur éloignement protégeait42, ils avaient perdu leur indépendance lors du règlement de 338, se voyant réduits au rang de municipes, donc habitants d’une communauté sans existence juridique propre43. Cependant, à la différence des habitants d’Aricie, Pedum et Nomentum, également annexés, eux bénéficièrent d’un grand privilège : le culte de leur Junon fut promu au rang de culte officiel de l’État romain, et ils en assurèrent dès lors le service pour le compte de la res publica Romana44. Cette fois encore, leur Junon Sospita avait été d’une importance extrême pour les habitants de la cité : elle leur valut un traitement de faveur par rapport aux autres qui ne disposaient pas d'un tel atout, et ils eurent dès lors l’insigne honneur de voir, chaque année, les consuls venir chez eux pour rendre leurs devoirs à leur divinité principale45 : en somme ces anciens adversaires de l'Urbs avaient reçu le même privilège que ceux de Lavinium, qui eux n'avaient pas fait défection. Et ce que nous savons de l'histoire du sanctuaire montre que l'annexion n'a pas empêché son essor, bien au contraire46 : le temple a été reconstruit au cours du iie s. a.C. et encore vers le milieu du siècle suivant47, et, d'après une hypothèse séduisante de F. Coarelli, il aurait été orné d'un groupe monumental, inspiré du modèle d'Alexandre et ses compagnons tombés lors de la bataille du Granique, qui aurait célébré la gloire de Lucullus48.

  • 49 Voir Manganaro 1963. Selon Zonaras 8.9 (suivant Dion Cassius), lorsqu'en 263 Ségeste fut la premièr (...)
  • 50 Voir plus haut n. 10 et 11.
  • 51 Le seul indice – fort ténu – qu'on aurait dans ce sens est que le nom de Lanoios détonne par rappor (...)

13Par là Lanuvium occupait une position de choix vis-à-vis de Rome, et c'est bien ce qui explique la place attribuée à son éponyme par rapport à Énée dans la doctrine suivie par Fabius Mais une telle situation n’est bien évidemment concevable qu’après 338, au moment où la cité est annexée par Rome. L’histoire de Lanoios, allié et compagnon du héros troyen, n’a pu être développée qu’à partir de ce moment, n’a pu exister du temps de l'indépendance. Elle peut d’ailleurs être antérieure au témoignage de Fabius, qui nous permet de la connaître, et être apparue à un moment quelconque entre 338 et la fin du iiie s. a.C., époque ou nous la saisissons. L’invention d’un éponyme est une opération des plus faciles, et il n'est pas exclu non plus que la légende de Lanoios (ou Lanuvius, sous une forme latine), compagnon d’Énée, ait d’abord existé sous une forme plus simple, où l’éponyme de Lanuvium n’aurait pas été défini comme un Sicule de Centuripe qui aurait rencontré le héros troyen dans l’île. Cet aspect sicilien de la légende doit vraisemblablement être mis en rapport, comme l'a justement relevé G. Manganaro pour l'affirmation de parenté entre Lavinium et Centuripe. avec l'alliance au cours des guerres puniques entre Rome et Ségeste, ou la référence aux communes origines moyennes des deux partenaires – latin et élyme – avait été mise en avant49 Et la définition comme Sicule qu'on est en droit d'attribuer à Lanoios en raison du parallélisme avec les traditions posant des fondateurs sicules, venus de l'île, pour les Volsques chez Fabius et pour une série de villes latines chez Cassius Hemina50, peut elle aussi s'être substituée, dans ce même contexte soulignant les liens entre Latium et Sicile, à une définition faisant de lui simplement un compagnon d’Énée, et où il aurait pu être un Troyen ayant accompagné le héros au cours de ses pérégrinations. Qu'une telle préhistoire de la légende de Lanoios ait pu exister, avant que nous ayons la trace de cet éponyme au niveau de Fabius Pictor, relève de l'hypothèse51 : mais ces traditions locales nous sont si mal connues qu'il serait dangereux d'affirmer que leur histoire se réduit au peu qui nous est perceptible.

  • 52 On peut évoquer également le cas de Lavinium, si on admet l'intéressante hypothèse formulée indépen (...)
  • 53 Voir Caton, Origines, frag. 2.26 Chassignet = Solin 2.7. Sur la tradition de Tibur, voir plus haut (...)
  • 54 Même à Lanuvium, il ne faut sans doute pas surestimer l'importance de la légende de Lanoios même – (...)

14Par rapport à cette légende, clairement liée à l'absorption de Lanuvium par Rome et à la place que l'Urbs avait accepté de lui accorder dans le Latium réorganisé par elle, la tradition sur Diomède a des chances de représenter la forme ancienne de récit des origines qui avait cours dans la cité. Sans doute n'est-elle que fort parcimonieusement attestée, et à une date postérieure à la légende de Lanoios – puisqu'Appien en est notre seul témoin. Mais sa cohérence par rapport aux données locales, et à cet aspect essentiel de la cité qu'est le culte de Junon Sospita, montre qu'il s'agit bien de la véritable tradition locale, et que la légende de Lanoios, faisant appel au procédé banal de l’éponymie et aboutissant à un personnage sans grand relief, n'est qu’une élaboration secondaire, le résultat d'une captatio beneuolentiae à l'égard de Rome, qui aura consisté à substituer au héros grec une figure liée à la tradition mise en avant par l'Urbs. On constate un processus comparable dans le cas de Tibur – même si dans son cas on conserve le héros fondateur ancien, Catillus52. Car celui-ci qui, dans la tradition ancienne, était rattaché à la légende d'Amphiaraos, le devin de l'expédition des sept chefs argiens contre Thèbes, s'est vu pourvu, vers le iie s. a.C., d'une autre définition : Caton en fait un Arcadien, chef de la flotte d'Évandre53. Cette innovation n'aura pas de succès : Caton est pour nous le seul témoin de cette légende arcadienne de Tibur. Mais cela même atteste qu'il s'agit d’une création artificielle, destinée à faire intervenir dans le récit de fondation une légende purement romaine, celle de l’Arcadien Évandre venu de Pallantée s'établir sur le Palatin54.

  • 55 On pourra voir sur cette question les remarques de M. Sordi dans Sordi 1964 (l'Énéide reflèterait l (...)
  • 56 Voir Virg., Én., 1 1.225-295.
  • 57 Ulysse et Diomède, qui ont été associés dans l'expédition du rapt du Palladium comme dans la Doloni (...)
  • 58 Cette légende est souvent évoquée, sous des formes variées ; Servius à Virg., Én., 3.407, se réfère (...)
  • 59 Voir Solin 2.14 = Cassius Hemina, frag. 7 Peter ; même légende chez Varron, dont le De familiis Tro (...)
  • 60 Cette version était celle suivie par Denys d’Halicarnasse, Ant. rom., 2.66.5, et surtout 1.69.2, da (...)
  • 61 La légende était située en des lieux divers : à Lavinium pour Cassius Hemina et Silius Italicus, en (...)
  • 62 Ce point, à en croire Servius à Virg., Én., 4.427, devait figurer dans le récit du De familiis Troi (...)
  • 63 Le parallélisme avec Ulysse joue ici encore : c'est la même allure d'ancien ennemi venant supplier (...)

15L'intégration de Lanuvium dans l'État romain aura eu en tout cas comme conséquence que la référence à Diomède y a été offusquée, au profit d'un rattachement à la légende troyenne. Mais cela n'est pas vraiment étonnant. Dans l'Iliade le héros grec est un des ennemis les plus acharnés des Troyens, et se référer à lui a dû sembler gênant à partir du moment où on cherchait à se concilier les faveurs du vainqueur... Sans que nous voulions ici faire plus que présenter quelques remarques rapides sur un sujet qui attend encore d’être étudié en profondeur55, il est clair que les Romains ont été sensibles à l'aspect hostile que conservait, à leurs yeux, l'ancien ennemi de Troie – quand bien même, comme Virgile, ils le montraient radouci à l'égard de ses anciens adversaires et refusant de reprendre les armes contre eux56. Plusieurs légendes témoignent de cette hostilité, ou au moins cette méfiance persistante. L'étiologie de la coutume romaine de sacrifier la tête voilée – uelato capite – était expliquée par le fait qu'Énée avait été surpris par l'arrivée de Diomède (à moins que ce ne fût Ulysse57) alors qu'il procédait à un sacrifice, et qu'il s'était ainsi dissimulé aux regards de celui qu'il considérait comme un ennemi58. Une tradition que nous percevons déjà chez Cassius Hemina59 affirmait que le Palladium n'avait pas été apporté directement dans le Latium par Énée60, mais avait été bien pris par Diomède lorsqu’il s'était introduit nuitamment à Troie. Cependant Diomède avait été contraint par les malheurs qui l'avaient frappé de reconnaître que la volonté des dieux était de rendre cette statue miraculeuse à ses légitimes propriétaires troyens : ce qu'il avait fait en la remettant à Énée61. On affirmait parfois que le héros grec avait rendu par la même occasion au fils d'Anchise les restes de son père dont il était entré en possession62. Dans ces derniers cas, Diomède fait la paix avec Énée, comme cela se passe aussi dans l'Énéide. Mais il apparaît comme un ex-ennemi qui vient à résipiscence, contraint par les dieux à faire amende honorable et à reconnaître la supériorité finale d'Énée – et de la nouvelle Troie, Rome, à laquelle il a donné naissance sur le sol italien63.

  • 64 Des faits historiques ont bien sûr pu contribuer à cet état de fait : ainsi il n'est pas anodin que (...)
  • 65 G. Manganaro (Manganaro 1974, 397) semble considérer la légende de Diomède à Lanuvium comme à une é (...)

16Les traces d'un antagonisme entre Diomède et Énée sont donc encore bien marquées dans la tradition romaine sur le héros grec64. Il devait donc être tentant, après 338, pour les gens de Lanuvium de renoncer à leur vieille légende diomédique, qui a pourtant toutes chances d'être conforme à l'authentique tradition locale65, pour se forger de toutes pièces une légende troyenne, qui certes faisait appel au procédé peu satisfaisant de l'éponymat, mais ne pouvait que flatter l'orgueil du vainqueur romain. Après tout la préservation, mieux l'élargissement permis par l'annexion par Rome de l'audience du culte de Junon Sospita, désormais reçue parmi les divinités du peuple-roi, valait bien qu'on abandonnât la référence, devenue dangereuse, au héros adversaire des Troyens dont on disait auparavant, d'une manière mieux fondée dans la tradition, qu'il avait introduit dans la cité la grande déesse armée d'Argos.

Bibliografía

BIBLIOGRAPHIE

Alföldi, A. (1976) : Römische Frühgeschichte, Kritik seit 1964, Heidelberg.

Andrèn, A. (1940) : Architectural Terracottas from Etrusco-Italie Temples, Acta Instituti Romani Sueciae, 6, Lund-Leipzig.

Ampolo, C. (1988) : Plutarco, le vite di Teseo e di Romolo, Milan.

Bérard, J. (1941) : La colonisation grecque de l'Italie méridionale et de la Sicile dans l'Antiquité, l'histoire et la légende, Paris.

Braccesi, L. (1989) : “Ancora sulla colonizzazione siracusana in Adriatico (Dionigi, Diomede e i Galli)”, in : Cassio & Musti 1989, 57-64

(1990) : L'avventura di Cleonimo, Padoue.

(1991) : “Dìomedes cum Gallis, Hesperia, 2, 89-102.

Briquel, D. (1984) : Les Pélasges en Italie, BEFAR 252, Rome.

(1987) : “Spina condita a Diomede, osservazioni sulla diffusione della leggenda di Diomede nell'Adriatico”, PP. 42, 241-261.

— (1989) : “Denys, témoin de traditions disparues : l'identification des Aborigènes aux Ligures”, MEFRA, 101.97-111.

— (1997) : “La légende de fondation der Tibur”, Acta Classica Universitatis Scientiarum Dehrecensis, 33, 63-81.

Cassio, A. C. et D. Musti, éd. (1989) : Tra Sicilia e Magna Grecia, aspetti di interazione culturale nel IV sec. a.C., Naples.

Chassignet, M. (1996) : L'annalistique romaine, I, CUF, Paris.

Coarelli, F. (1976) : “Architettura e arti figurative in Roma, 150-50 a.C.”, in : Zanker 1976, 21-51.

— (1981) : “Alessandro, i Licinii e Lanuvio”, L'art décoratif à Rome à la fin de la République et au début du principal, Rome, 229-284, in : Coarelli 1987, 141-163 et Coarelli 1996, 382-417.

(1987) : I santuari repubblicani del Lazio, Rome.

(1996) : Revixit ars, Rome.

Cogrossi, C. (1982) : “Atena Iliaca e il culto degli eroi, l'heroon di Enea a Lavinio e Latino figlio di Odisseo”, CISA, 18.1982,79-98.

Colonna, G. (1995) : “Gli scavi del 1852 ad Ardea e l'identificazione dell'Aphrodisium”, Archeologia Classica, 47, 1-67.

Coppola, A. (1988) : “Siracusa e il Diomede adriatico”, Promelheus, 14, 221-226.

(1990) : “Diomede in età augustea, appunti su Iullo Antonio”, Hesperia, 1, 125-138.

Curty, O. (1995) : Les parentés légendaires entre cités grecques. Catalogue raisonné des inscriptions contenant le terme ΣΥΓΓΕΝΕΙΑ et analyse critique, Centre de Recherches d'Histoire et de Philologie de la IVe Section de l’École Pratique des Hautes Études, III, Hautes Études du monde gréco-romain 20, Paris.

Dumézil, G. (1954) : “Juno SMR”, Eranos, 52, 105-119.

— (1966) : Religion romaine archaïque, Paris.

Gagé, J. (1972) : “Les traditions diomédiques de l'Italie ancienne”, MEFRA, 84, 735-788.

Galieti, A. (1928) : “Il tempio italico rinvenuto nell'acropoli di Lanuvio”, BCAR, 56, 75-128.

Gordon, A. E (1938) : The Cults of Lanuvium, Berkeley-Londres.

Grandazzi, A. (1988) : “Le roi Latinus, analyse d'une figure légendaire”, CRAI, 481-495.

Heurgon, J. (1942) : Recherches sur l'histoire, la religion et la civilisation de Capoue préromaine des origines à la deuxième guerre punique, Paris.

— (1980) : “Les figaros de Syracuse à Ardée”, Miscellanea di studi classici in onore di E. Manni, IV, Rome, 1191-1196.

Humbert, M. (1978) : Municipium et civitas sine suffragio, l’organisation de la conquête jusqu’à la guerre sociale, Coll. EFR 36, Rome.

Kaschnitz-Weinberg, G. (1955) : “Das Kultbild der Juno Sospita in Lanuvium”, in : von Brun 1955, 1-26.

La Rocca, A. (1990) : “Iuno”, LIMC, 5, 814-856.

Manganaro, G. (1963) : “Un senatusconsultum in greco dei Lanuvini e il rinnovo della cognatio con i Centuripini”, RAAN, 38, 23-44.

(1974) : “Una biblioteca storica nel ginnasio di Tauromenion e il p. Oxy. 1241”, PP, 29, 389-409

(1976) : “Una biblioteca storica nel ginnasio di Tauromenion nel II sec. a.C.”, in : Alföldi 1976, 83-96.

Musti, D. (1963) : “Sull’idea di συγγένεια in iscrizioni greche”, ASNP, 22, 32, 223-239.

(1984-1988) : “Il processo di formazione e diffusione delle tradizioni greche sui Daunii e Diomede”, La civiltà dei Daunii nel quadro del mondo italico, Manfredonia, 1980 (Florence, 1984), 93-111 = Strabane e la Magna Grecia, Padoue, 1988, 173-195.

Pasqualini, A. (1998) : “Diomede nel Lazio e le tradizioni leggendarie sulla fondazione di Lanuvio”, MEFRA, 110, 663-675.

Perret, P. (1942) : Les origines de la légende troyenne de Rome (281-31), Paris.

Philipp, H (1924) : “Lanuvium”, RE, 12, 694-695.

Robert, J. & L. (1965) : Bulletin épigraphique, no 499, 197-199.

Schnapp-Gourbeillon, A. (1981) : Lions, héros, masques, les représentations de l'animal chez Homère, Paris.

Sordi, M. (1964) : “Virgilio e la storia romana di IV secolo”, Athenaeum, 42, 90-114.

Terrosi-Zanco, O. (1965) : “Diomede greco e Diomede adriatico”, RAL, 8, 20, 270-282.

Vogel, J. (1890-1894) : Roschers Lexicon, s.v. Juno, 5, 574-612.

von Brun, G., éd. (1955) : Festschrift C. Weickert, Berlin.

Zanker, P., éd. (1976) : Hellenismus in Mittelitalien, Göttingen.

Notas

1 Voir Philipp 1924. Même présentation de la question des origines dans Gordon 1938, 38.

2 Appien, B.C., 2.20 : μέχρι βαρυθυμῶν ὁ Μίλων, ὡς καὶ περὶ αὑτὸν ἀπίστου γιγνομένου τοῦ Πομπηίου, ἐς τὴν πατρίδα Λανούβιον ἐξήει, ἧν Διομήδην φασὶν ἀλώμενον ἐξ’’Iλίου πρώτην ἐν τῇ ’Ιταλίᾳ πόλιν oἰκίσαι...

3 Publication dans Manganaro 1974 et 1976.

4 Voir Chassignet 1996, Fabius fr. 1.

5 Κόι]ντος Φάβιος ὁ Πι[κτω]ρῖνος ἐπικαλθύ[μεν]oς, ‛Ρωμαῖος, Γαίου [υἱό]ς, [ὃς ἰστόρηκεν τὴν [‛Hρ]ακλέους ἄφιξιν [εἰς] ’Iταλίαν καὶ δ’ ἔτι [νόσ]τον Λανοίου συμ[μάχ]ου τε Αἰνεία καὶ [’Ασκα]νίου· πολὶ ὕστε[ρον ἐ]γένοντο ‛Ρωμύλος [καὶ ‛Ρέ]μος καὶ ‛Ρώμης [κτίσις ὑ]πὸ ‛Ρωμύλου, [ὃς πρῶτ]ος βεβασί[λευκεν.

6 Voir Manganaro 1974, 396.

7 Voir Manganaro 1963. Texte repris dans Manganaro 1974, 396 (avec quelques modifications) : [oἱ πρέσ]βεις οἱ πορευθέντες ἐς ‛Ρῶμαν κα[ὶ ἐς Λανόιον, καθὼς περὶ τούτων τἀπι]στέλματα εἷχoν,... [ἀναγγέλοντι] αὐτούστα ἐς Λανόιον πεπορεῦσθαι καὶ ἀνα(νε)ειῶσ[θαι ὁμοίως τάν τε ὑπάρχουσαν πρότερον τ]ῶν Λανοινῶν ποτὶ τὸν δᾶμον τῶν Κεντοριπίνων συγγένει[αν, ξενίαν καὶ οἰκειοσύναν καὶ παραλελεβ]ήκειν αὐτoύστα δόγμα παρὰ τᾶς συγκλήτου τῶν Λανοινῶ[ν... Sur ce document, repris dans Année épigraphique, 1966, no 165, 41-42, voir aussi Robert 1965.

8 Sur lesquelles nous pouvons renvoyer aux études classiques de Musti 1963 et Curty 1995.

9 Cf. Manganare 1963, parlant à juste titre de légendes siculo-latines et évoquant les liens de Sikélos avec Italos et avec Rome.

10 Voir Fabius frag. 2 Peter = 22 Chassignet = Isid., Étym., 4.7.34.

11 Voir notre article Briquel 1989. Ce type d'origine est attesté pour Crustumerium, Aricie, Gabies dont les noms seraient issus respectivement de ceux d'une Clytemnestre (interpolateur de Servius commentaire à Virg Én., 7.631 = Hemina, frag., 3 Peter), d'un Achiloque (Solin 22.10 = Hemina, frag. 2 Peter) et deux frères, Galatios et Bion (Solin 2.10, que l'analogie des cas precedents permet de rapporter à Hemina), tous donnés comme sicules

12 Références dans Bérard 1941, pour Diomède 385-394, pour Énée 368-381 (le personnage d'Énée est utilise au moins à partir d’une certaine époque – pour les légendes troyennes de Sicile et de Campanie et non seulement de Rome ; voir aussi sur ce point Perret 1942, 292-320).

13 Pour Préneste, à la légende locale de Caeculus (Caton, Origines, frag. 2. 29. Chassignet = scholie de Vérone à Virg., Én..7 681 ; Varron, ibid. ; Virg., Én., 7. 678-681 ; Solin 2.9, se référant à des Praenestini libri. Servius a Virg., En., 7.678, Martianus Capella 6.642, Paul Diacre – Festus, 38 L, Mythographes du Vatican 1 84 2.184), s'opposait une tradition faisant appel à un éponyme Prainestès, petit-fils d'Ulysse par Latinus (Zénodote de Trézène, cité par Solin 2.9 – FGrHist 821 F 1, Martianus Capella 6.642, Étienne de Byzance s.v. Πραίνεστος) ; egalement Ps.-Plutarque. Parallèles mineurs, 41, faisant intervenir Télégonos, fils d'Ulysse.

14 Dans l'inscription Centuripe est désignée comme ἀποικία. colonie, ce qui induit G. Manganaro à dater document soit de soit de 44-42, soit d'après 36 a.C., date de la victoire sur Sextus Pompée (Manganare 1963. mais réserves sur le sens de ce mot, qui peut se référer à la colonisation légendaire des Sicules, dans Robert 1965)

15 Données dans Bérard 1941,291 ; pour Spina (selon Pline 3.120), voir Briquel 1987. Nous n'aborderons pas ici cet aspect de la légende de Diomède, pas plus que ce qui concerne l'Apulie, point sur lequel nous pouvons renvoyer à Musti 1984-1988, où on trouvera la bibliographie. A signaler depuis Coppola 1988, Braccesi 1989, Braccesi 1990, 99-115, Braccesi 1991.

16 Pour Arpi, Justin 20.1.10 (dans un passage qui paraît remonter à des sources grecques du ive s. a.C.), Polémon cité dans scholie à Pind., Ném., 10.12 = FHG. III, fr. 23 (cet auteur du début du iie s. a.C. mentionne un culte de Diomède dans la cité) ; Virg., Én„ 11.246-247, Sil. Ital. 13.51, Pline 3.104, Solin 2.10, Appien. Hann., 31. Ausone, Épit., 6, Servius commentaire à Virg., Enéide, 8.9 ; 11.246, Étienne de Byzance s.v. ’Aργύριππα. Brindes, Justin 12.2.7, Isid., Origines, 14.4.23, Canusium, Horace, Satires, 1.5.91-92, Servius à Virg., Én., 11.246, Venafrum, Venusia, Servius, ibid., Equus Tuticus, Servius à Virgile, Énéide, 8.9, Bénévent, Solin 2.10, Servius, ibid., Procope, Guerre des Goths, 5.15.8-10.

17 Fragment cité dans scholie à Lycophron, Alex., 610 = PLG, Bergk, fr. 22. Sur cette tradition, Bérard 1941, 385-389.

18 Sur l'importance de cette voie de communication, Heurgon 1942, 26-27.

19 Voir Denys d'Hal., Ant. rom., 1.72.6 = FGrHist 840 F 10, et Plut., Rom., 2.1. Sur cette tradition obscure, Ampolo 1988, 269.

20 Sur les relations entre Ardée et Lanuvium, voir Colonna 1995, 38-41. L'auteur rappelle qu'Ardée a pu servir de point de contact pour les relations avec le monde grec, et spécialement Syracuse et la Sicile, comme celles que J. Heurgon avait étudiées dans son article Heurgon 1980.

21 Nous songeons aux propositions qui avaient été avancées dans ce sens dans Terrosi-Zanco 1965.

22 Il ne faudrait cependant pas minimiser la part de sauvagerie que recèle encore le héros de l'Iliade ; voir dans ce sens Schnapp-Gourbeillon 1981,95-131 (Diomède le lion).

23 Str. 5.1.9 : τῷ δὲ Διομήδει παρὰ τοῖς ‛Eνετοῖς ἀποδεδειγμένοι τινὲς ἱσοροῦνται τιμαί· καὶ γὰρ θύεται λεύκoς ἵππος αὐτῷ καὶ δύο ἄλση, τὸ μὲν ῞Ηρας ’Aργείας δείκνυται, τὸ δ’’Aρτέμιδος Αἰτωλίδος.

24 Voir Cic., Fin., 2.20.63 (à propos de Thorius, qui était originaire de la cité) : ita non superstitiosus, ut illa plurima in sua patria sacrificia et fana contemneret. Voir Gordon 1938.

25 Voir par ex. inscriptions CIL, XIV, 2088, 2089, 2091, 2121 (en toutes lettres limone Seispitei Matri Regina dans 2090, d’époque républicaine). Pour les monnaies (et les autres témoignages figurés), on se reportera à Vogel 1890-1894, 605-609, et maintenant La Rocca 1990, 819-822, no 1-33. Cette triple épiclèse correspond au caractère originellement trifonctionnel de la grande divinité féminine, qui fait pendant à trois divinités masculines formant triade, réparties sur chacun des trois plans fonctionnels que distinguait l’idéologie indo-européenne. Pour 94-295.

26 Cic., Nat. dieux, 1.29.82 : illam uestram Sospitam quam tu numquam ne in somnis quidem uides nisi cum pelle caprina, cum hasta, cum scutulo, cum calceolis repandis. L'orateur l'oppose expressément à la Junon romaine (et à celle d'Argos, qui n'a pas son aspect caprin) : At non est talis nec Romana Iuno.

27 Voir La Rocca 1990, 820, no 1, pour une amphore étrusque à figures noires du groupe pontique, de la seconde moitié du vie s. a.C., Id., 820-821, no 14 pour un thymaterion de bronze de Pérouse, du vie s. ; les plus anciennes antéfixes avec la tête de la divinité sont de peu postérieures (Id., 820, no 5-12). La statue cultuelle est clairement représentée sur les monnaies des familles Cornificia, Papia, ainsi que Mettia et Procilia (où la déesse est figurée sur un char) ; voir Id., 821, no 17-25.

28 Voir La Rocca 1990, 821, no 28. Cette statue doit avoir été celle du temple dédié à la divinité au forum holitorium à Rome. Il est possible que la tête découverte à Lanuvium (Id., 822, no 32), comme l'a proposé F. Coarelli, soit celle de la statue cultuelle honorée dans cette ville (datée dans Coarelli 1976 du iie s. a.C., mais dans Kaschnitz-Weinberg 1955 de l'époque antonine).

29 Dans la présentation que fait Élien, Nature des animaux, 11.16, du rite d'ordalie qui permet de vérifier la chasteté d'une jeune fille, qui se passe à Lanuvium (et non Lavinium, comme l'indique le texte), la déesse est définie comme Héra Argolis.

30 Dans ce sens, avec raison, Gagé 1972, 751.

31 Voir Galieti 1928. On a retrouvé des terres cuites architecturales de la fin du vie s. a.C. (Andrèn 1940, 420-421, avec pl. 130). Il n'en reste pas moins qu'il n'y a pas eu de fouilles systématiques et que, comme l'écrit F. Coarelli, “tra i grandi santuari antichi del Lazio, quello di Giunone Sospita a Lanuvio è forse il meno noto e studiato” (Coarelli 1981, 1987, 1996).

32 Str. 6.1.1 ; Pline 3.70 ; Solin 2.12.

33 Inscription CIL, XIV, 3556 : lunoni Argeiae C. Blandus procos.

34 Cette légende, qui a connu certaines variantes, apparaît dans Virg7.670-4 ; Pline 16.87.237 ; Solin 2.7-8 ; Porphyre à Horace. Carm., 1.7.13 ; 1.18.2 ; 2.6.5, Servius à Virg. Én., 7.670, 672 ; cf. aussi Horace, Carm., 1.7.13 ; 1.18.2 ; 2.6.5, Sil. Ital. 4, 225, 8, 364 ; Stace, Silves, 1.3.100. Pour la légende faisant de Catillus un Arcadien, connue par Caton (Origines, frag. 2.26 Chassignet = Solin 2.7), voir plus loin. Sur la question, voir Briquel 1997.

35 Voir Ovide, Fastes, 6.49.

36 Sur cette question, nous nous permettons de renvoyer à Briquel 1984, 327-352. Denys d'Halicarnasse lorsqu'il parle de Faléries et en particulier de ce culte (Am. rom., 1.21), fait intervenir pour sa part les Pélasges – qui sont eux aussi liés à Argos.

37 Voir Manganaro 1974, 396-397.

38 Pour la concession de la cité romaine aux habitants de Lanuvium au lendemain de la guerre latine en 338, et de la liquidation de l'ancien système de la ligue latine, voir Liv. 8.14.2 : Lanuuinis ciuitas data sacraque sua reddita, cum eo ut aedes lucusque Sospitae Iunonis communis Lanuuinis municipibus cum populo Romano esset Sur le fait qu'il convient probablement de considérer les municipes Lanuuini comme des ciues optimo iure, et non sine suffragio, voir Humbert 1978, 177-178, 192-193, où on trouvera la bibliographie antérieure

39 Voir Manganaro 1974, 395.

40 Liv. 8.11.15

41 Leur participation aux opérations est évoquée en Liv. 8.12.7 (Pedum soutenue par Tibur. Préneste Vélitres, Lanuvium, Antium), 8.23.5 (défaite des armées d’Aricie. Lanuvium, Vélitres, Antium près de l’Astura)

42 Voir Humbert 1978, 190.

43 M. Humbert souligne, en Liv. 8.14.2, la valeur de l'expression Lanuuinis municipibus. qui implique que les Lanuviens sont des citoyens, distincts des citoyens romains proprement dits, mais ne sont plus des ciues Lanuuini, il n'y a plus de cité de Lanuvium (Humbert 1978, 192-193).

44 Voir Liv 8.14.2 cité n. 38 ; en vertu de ce caractère romain reconnu au culte, les sacerdotes Lanuuini ne furent pas exclusivement des habitants de la ville ; sous l'Empire, on voit la charge fonctionner comme un honneur dont sont gratifiés des chevaliers résidant dans d'autres cités (CIL, V. 7814, Albintimilium. IX. 4206-8, Amiternum ; X, 4590, Gaète).

45 Ce point est connu par Cic., Pro Mur., 41.90 : nolite a sacris patriis Iunonis Sospitae cui omnes consules facere necesse est, domesticum et suum consulem potissimum euellere. L’orateur défend ici le consul élu en 63, Murena, qui est originaire de Lanuvium et le premier de la cité à occuper cette charge.

46 La popularité de ce culte, et son importance pour l'État romain, avaient poussé le consul de 197, C. Cornelius, à faire le vœu. au cours d'une bataille contre les Insubres, de dédier un temple à Junon Sospita (Liv. 32.30.10) ; ce temple, au forum holitorium, sera construit en 194 (Liv. 34.53.3, qui parle ici de Iumo Matuta).

47 Voir Galieti 1928 (et les travaux de F. Coarelli cités à la note suivante).

48 Voir Coarelli 1981, Coarelli 1987 et Coarelli 1996.

49 Voir Manganaro 1963. Selon Zonaras 8.9 (suivant Dion Cassius), lorsqu'en 263 Ségeste fut la première des cités siciliennes à passer du camp de Carthage à celui de Rome, en massacrant sa garnison punique elle mit en avant leur commune descendance d'Énée. Voir Perret 1942, 452-453, qui note que la référence précise à Énée à pu se substituer à l'idée, simplement, d'une commune ascendance troyenne.

50 Voir plus haut n. 10 et 11.

51 Le seul indice – fort ténu – qu'on aurait dans ce sens est que le nom de Lanoios détonne par rapport aux éponymes “sicules” de Crustumerium, Aricie. Gabies, qui portent tous des noms grecs classiques. Ce n'est pas le cas pour Lanoios dont la forme n'évoque pas de nom hellénique précis (le rapprochement avec λανός, forme la dorienne du nom de vase ληνός. que l'on retrouve dans le nom de la fête dionysiaque des Lénéa, est lointain) Cela pourrait suggérer que l'existence préalable d'un éponyme plus conforme à la phonétique du nom de la cité latine a empêché d'aller chercher un nom de claire facture hellénique. Mais il n'est pas nécessaire de souligner la part d'hypothèse qu'il y a dans ce raisonnement.

52 On peut évoquer également le cas de Lavinium, si on admet l'intéressante hypothèse formulée indépendamment dans Cogrossi 1982 et Grandazzi 1988, d'une subsitution d'Énée à Latinus, fils d'Ulysse comme titulaire de l'hèrôon du Pater Indiges au bord du Numicus lors de la réfection du ive s. a.C., qui serait à mettre en rapport avec la réorganisation de la ligue latine en 338.

53 Voir Caton, Origines, frag. 2.26 Chassignet = Solin 2.7. Sur la tradition de Tibur, voir plus haut n. 34 et notre article Briquel 1997.

54 Même à Lanuvium, il ne faut sans doute pas surestimer l'importance de la légende de Lanoios même – si, dans son décret envers les habitants de Centuripe, le sénat semble encore se fonder sur elle. Le texte d'Appien suggère que, parallèlement à cette version “officielle” et romanisante des origines de la cité, la tradition sur Diomède, qu'il y a tout lieu de considérer comme primitive, a continué à être connue. A l'époque d'Appien. c'est à elle, et non à la légende de l'éponyme compagnon d'Énée, qu'on se réfère.

55 On pourra voir sur cette question les remarques de M. Sordi dans Sordi 1964 (l'Énéide reflèterait les luttes ayant opposé au ive s. a.C. Rome aux Latins soutenus par Syracuse), et l'intéressante étude de A. Coppola sur la Diomedea du fils d'Antoine, Iullus Antonius, à l’époque d'Auguste (Coppola 1990).

56 Voir Virg., Én., 1 1.225-295.

57 Ulysse et Diomède, qui ont été associés dans l'expédition du rapt du Palladium comme dans la Dolonie, apparaissent ainsi équivalents, en tant qu'ennemis des Troyens.

58 Cette légende est souvent évoquée, sous des formes variées ; Servius à Virg., Én., 3.407, se réfère au De familiis Trojanis de Varron, et mêle cette histoire à la restitution par Diomède du Palladium, qui, du fait de l’indisponibilité d'Énée occupé à sacrifier, aurait été confié à l'ancêtre de la gens Nautia (histoire qu'il situe en Calabre d'après la référence parallèle en Servius 2.166 ; cf. Servius 3.545, et interpolateur de Servius 3.406, évoquant soit Diomède, soit Ulysse) ; Virg., Én., 3.403-409, situe la scène en Grande-Grèce et songe donc sans doute à Diomède plus qu'à Ulysse ; Denys d’Hal., Ant. rom., 12.16, évoque une rencontre soit avec Ulysse près du lac Averne, soit avec Diomède présenté comme allié de Daunos (et donc avec une localisation plutôt adriatique) ; Plut., Mor., Questions romaines, 10 (266 C), parle de Diomède, sans localisation précise ; d'autres textes ne font intervenir qu’Ulysse : Festus 432 L, Origo Gertis Romanae, 12.2, qui se réfère à un certain M. Octavius (sur lequel voir J.-C. Richard, édition CUF, Paris, 1983, 149, n. 7).

59 Voir Solin 2.14 = Cassius Hemina, frag. 7 Peter ; même légende chez Varron, dont le De familiis Trojanis est évoqué (à propos de la gens Nautia) dans Servius à Virg., Én., 2.166 (même doctrine dans Servius à Virg., Én., 3,407 et allusion plus rapide Id., 5.81), Sil. Ital. 13.30-81, et Procope, Guerre des Goths, 5.15.

60 Cette version était celle suivie par Denys d’Halicarnasse, Ant. rom., 2.66.5, et surtout 1.69.2, dans un passage pour lequel il se réfère, outre à Callistratos, auteur d'une histoire de Samothrace, et Satyros, à Arctinos, l'auteur épique à qui était attribuée l'Ilioupersis. Cf. aussi Plut., Cam., 20.6.

61 La légende était située en des lieux divers : à Lavinium pour Cassius Hemina et Silius Italicus, en Calabre pour Varron, à Bénévent selon une tradition locale relatée par Procope. Elle se combinait en outre, chez Varron, avec la restitution à Énée des cendres de son père Anchise et à la tradition gentilice des Nautii, justifiant leur mainmise sur le Palladium (qui transparaît dans le passage mutilé de Festus, 168 L, cf. Paul 169 L, et apparaît sous une forme différente dans Denys d’Hal., Ant. rom., 6.69.1).

62 Ce point, à en croire Servius à Virg., Én., 4.427, devait figurer dans le récit du De familiis Troianis de Varron ; également Servius à Virg., Én., 5.81.

63 Le parallélisme avec Ulysse joue ici encore : c'est la même allure d'ancien ennemi venant supplier le héros troyen qui est donnée au héros d'Ithaque dans l'Alexandra de Lycophron (1242-1244).

64 Des faits historiques ont bien sûr pu contribuer à cet état de fait : ainsi il n'est pas anodin que le désastre de Cannes soit localisé in campo Diomedis dans la prophétie post eventum des carmina Marciana citée en Tite-Live 25.12.2 (pour 212), ou que le traître Dasius, d'Arpi, passe pour un descendant de Diomède (Sil. Ital. 13.30-82, Appien, Hann., 31).

65 G. Manganaro (Manganaro 1974, 397) semble considérer la légende de Diomède à Lanuvium comme à une émanation, dans cette cité, des formes de traditions mettant Rome en relation avec Diomède ou Ulysse. Mais le rapport entre Rome et Diomède, pour Lanuvium, nous semble plutôt avoir été ressenti comme négatif – ce qui seul peut expliquer l’apparition d’une légende, peu satisfaisante, rattachant les origines de la ville à Énée. Nous ne pensons pas cependant que cette dimension antiromaine de la référence à Diomède, pour Lanuvium, soit à poser comme une donnée fondamentale dès l’origine, et que cette légende se soit créée, dans cette ville, pour marquer une hostilité à l'égard de Rome, ville troyenne. Il est plus vraisemblable que, dans ce cas comme dans celui des fondations odysséennes dans le Latium (en particulier Tusculum, qui rattachait son origine à Télégonos, fils d’Ulysse : Horace, Carm., 3.29.8, Épodes, 1.29. Properce 2.32.4, Ovide, Fastes, 3.92 ; 4.71, Si. Ital. 7.692 ; 12.535, Stace, Silves, 1.3.83, et pour le cas spécifique de la gens Mamilia, Liv. 1.49.9 ; Denys d’Hal., Ant. rom., 4.45. 1 ; Festus 116 L et Paul 117 L ; pour la légende odysséenne à Préneste, voir plus haut n. 13 ; fondateurs éponymes de Rome, Ardée, Antium donnés comme fils d'Ulysse et de Circé chez Xénagoras, cité par Denys d’Hal., Ant. rom., 1.72.5 = FGrHist 240 F 29 ; cf. Plut., Rom., 2.1, pour Rome, Étienne de Byzance s.v. ῎Αντεια et ’Aρδέα pour Antium et Ardée), il s'agit au départ d'un développement purement local, dans lequel la considération de Rome et de sa légende n'est pas entrée en ligne de compte.

© Ausonius Éditions, 2001

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540