Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Italie, Gaule

Polybe et la question d’une histoire des origines

Éric Foulon

Texte intégral

1Méthodologiquement, un historien est censé remonter dans ses recherches le cours du temps, en suivant la chaîne des causes jusqu'aux origines, et livrer par la suite au lecteur ses trouvailles, en redescendant à partir des origines la chaîne des causes selon l'ordre chronologique. Or Polybe récuse ce modèle instauré au ve s. par le “Père de l'Histoire” et amplement suivi depuis lors. Le Mégalopolitain rejette, paradoxalement, la question des origines et se situe ainsi en marge de l'historiographie traditionnelle.

2Mais en dépit de cette prise de position théorique, Polybe ne saurait échapper dans la pratique aux ἀρχαί des peuples. Quoiqu'il prétende évacuer les ἀρχαί “origines” dont il n'a que faire, il a besoin ne serait-ce que des ἀρχαί “points de départ”. Il est même amené à se contredire et à reprendre la question des origines, quand il traite de peuples qui lui tiennent fort à cœur, de sa patrie ou de celle de ses amis.

3Il s'agit donc d’examiner dans une première partie la critique d'une histoire des origines, dans une seconde et dans une troisième les origines des deux peuples si chers à l'auteur, les Achaïens en Grèce et les Romains en Italie.

1. Critique d'une histoire des origines

  • 1 Pour les livres 1 à 16, c'est l'édition de la CUF qui sera suivie. Pour les livres 18 et suivants, (...)

4Polybe prétend faire de l'“histoire pragmatique”1. Dans le préambule du livre 9, il distingue trois genres d'histoire qui sont les suivants (9.1.4) : ὁ γενελογικὸς πρόπος, “le genre généalogique” ὁ περὶ τὰς ἀποικίας καὶ κτίσεις καὶ συγγενείας, “celui qui concerne les émigrations, les fondations et les parentés” ; ό περὶ τὰς πράξεις τῶν ἐθνῶν καὶ πόλεων καὶ δυναστῶν, “celui qui concerne les actions des peuples, des cités et des princes”. En écho à cette typologie, on trouve aussi pour les deux premiers les formulations suivantes (9.2.1) : τά τε περὶ τὰς γενεαλογίας καὶ μύθους, “ce qui concerne les généalogies et les mythes”, καὶ περὶ τὰς ἀποικίας, ἔτι δὲ συγγενείας καὶ κτίσεις, “ce qui concerne les émigrations et, en outre, les parentés et les fondations” ; et on trouve encore pour le troisième la formulation suivante (9.2.4) : ὁ πραγματικὸς τρόπος, “le genre pragmatique”.

5Ces trois genres correspondent à un ordre chronologique. Le premier traite des généalogies des dieux et des héros ou demi-dieux et, par conséquent, de leurs exploits : c'est la mythologie. Le second traite de la colonisation, période intermédiaire qui participe pour moitié de la mythologie, pour moitié de l’histoire. Le troisième est l'histoire proprement dite, celle des “actions” (πράξεις), des “faits” (πράγματα) d'où son nom d'histoire “pragmatique”.

6Alors que Polybe ne se consacre qu’à un seul genre, les autres historiens, ses devanciers ou ses contemporains, ont recours aux trois à la fois. Il s'ensuit que le Mégalopolitain, dont le livre est monochrome ou monotone et la lecture rébarbative, non récréative, compte peu de lecteurs : “je n'ignore pas que notre ouvrage se trouve avoir quelque chose d'austère et qu'il n'est approprié qu'à un genre de lecteurs qui lui donnent la préférence à cause de l'uniformité de la composition” (9.1.2) ; et, “puisque c'est ce genre que nous, nous avons simplement visé et puisque nous lui avons consacré notre œuvre, nous nous trouvons convenir proprement, comme je l'ai dit ci-dessus, à un seul genre de lecteurs, tandis qu'à la plupart des lecteurs nous nous trouvons présenter une lecture dépourvue de charmes” (9.1.5) ; en revanche, les autres auteurs comptent nombre de lecteurs : “presque tous... ou du moins la plupart amènent beaucoup de gens à lire leurs traités en usant de toutes les parties de l'histoire” (9.1.3).

7Le premier genre “attire celui qui aime lire (τὸν μὲν γὰρ φιλήκοον)”, et le second genre attire “celui qui est curieux à l'excès (τὸν δὲ πολυπράγμονα καὶ περιττόν)”, tandis que le troisième genre attire “l'homme d'État (τὸν δὲ πολιτικόν)” (9.1.4). Ainsi Polybe est partisan d'une histoire à vocation enseignante, qui instruit, à la différence des autres auteurs partisans d'une histoire qui divertit. A défaut de toucher quantité de lecteurs superficiels, il compense avec la qualité de ses lecteurs exigeants : il s'agit en fait de l'élite intellectuelle, morale, sociale, des chefs politiques et militaires des peuples, des cités, des royaumes, qu'il contribue ainsi à former.

8Mais, par-delà la perspective didactique et élitiste, Polybe justifie son choix par les deux raisons négatives suivantes. Les deux premiers genres proposent des sujets rebattus : “puisque beaucoup (πολλῶν) d'auteurs ont de beaucoup (πολλαχῶς) de manières énuméré” (9.2.1) ces thèmes relatifs à la mythologie et à la colonisation, il n'y a moyen de renouveler ni le fond ni la forme. Dès lors l'historien se trouve dans une impasse : “celui qui traite de ces questions aujourd'hui doit ou présenter le travail d'autrui (τὰ ἀλλότρια) comme étant de lui (ὡς ἴδια) chose la plus honteuse au monde, ou, s'il ne le veut pas, faire un travail évidemment inutile (προδήλως ματαιοπονεῖν), “étant donné que de son propre aveu il compose et réfléchit sur des questions que ses prédécesseurs ont suffisamment révélées et transmises à la postérité” (9.2.2). En résumé, “j'ai laissé ces questions de côté pour ces motifs et pour plusieurs autres” (9.2.3).

9Outre le plagiat et la vanité, Polybe justifie son choix par les deux raisons positives suivantes. Le troisième genre propose des sujets renouvelés quant au fond et quant à la forme. Si le Mégalopolitain a retenu le genre pragmatique, c'est “premièrement parce qu'il se renouvelle (καινοποιεῖσθαι) constamment et demande une narration renouvelée (καιῆς) du fait qu'il n'était pas à la portée des Anciens de nous raconter les actions ultérieures” (9.2.4). Et le troisième genre propose des sujets utiles. Si le Mégalopolitain a retenu le genre pragmatique, c'est "deuxièmement parce qu’il était le plus profitable (ὠφελιμώτατον) de tous même auparavant, mais en particulier aujourd'hui, du fait que les sciences et les techniques ont tellement progressé de notre temps que ceux qui aiment l'étude peuvent traiter pour ainsi dire méthodiquement tout événement issu de la conjoncture” (9.2.5). Outre cette belle profession de foi en l'avancée du savoir et du savoir-faire humain, il faut retenir l'idée d'utile sous-jacente, à laquelle l’auteur revient une autre fois : “c'est pourquoi, nous, comme nous visons non pas tant le plaisir des lecteurs à venir que le profit (ὠφελείας) de ceux qui appliquent leur attention, nous avons été conduit vers cette partie de l'histoire, en laissant les autres de côté” (9.2.6).

10L'histoire pragmatique a une utilité politique et morale : “le savoir tiré de l'histoire est l'éducation et la formation les plus vraies pour l'action politique, et la mémoire des vicissitudes d'autrui est le maître le plus évident et exceptionnel qui donne de pouvoir supporter noblement les revirements de la Fortune” (1.1.2), ce dont la carrière et la destinée de Polybe lui-même seraient un excellent exemple. Elle permet grâce à un passé récent d'avoir prise sur l'avenir proche : “si nous transposons les situations identiques dans les temps où nous vivons, nous en tirons des renseignements et des anticipations qui permettent de prévoir l'avenir, et tantôt de prendre des précautions, tantôt, en imitant le passé, de faire face avec plus de fermeté aux événements futurs” (12.25b.3) ; un exemple illustre particulièrement cette conviction : Polybe déclare à propos des trois partis grecs anti-romains, qu'“il serait utile d'examiner les choix des hommes politiques dans chaque État et de savoir lesquels paraîtront avoir agi selon la raison, lesquels avoir manqué à leur devoir, afin que leurs successeurs, comme si des exemples étaient donnés, puissent dans des circonstances identiques vraiment poursuivre ce qui mérite d'être choisi et fuir ce qui mérite d'être fui, et à la fin de leur vie ne pas détourner leur regard de ce qu'il sied de faire ni discréditer les actions de leur existence passée” (30.6.3-4).

11L'histoire pragmatique vise non seulement l'utilité mais, qui plus est, la réalité, la vérité, contre la fiction, le mensonge qui sont le propre de la mythologie, sinon de la colonisation, bref de l'histoire des origines. Et de fait, l'histoire ne saurait être utile, si elle n’a pas l'ambition d’être véridique : “de même qu'un être vivant privé de la vue ne sert à rien du tout, de même, si l’histoire est privée de la vérité, ce qui en reste devient une narration inutile” (1.14.6). Polybe en est tellement persuadé qu'il y revient ailleurs dans son ouvrage. Il commence par reprendre une comparaison de Timée : de même qu'une règle, longue ou courte, large ou étroite, est une règle à la condition d'être droite, de même un livre d'histoire, bien ou mal écrit, est un livre d'histoire à la condition de respecter la vérité (12.12.1-2). Et il conclut en reprenant sa propre comparaison : “moi, je reconnais que la vérité doit être le guide de telles œuvres, et j'ai dit moi-même quelque part dans mon ouvrage, pour reprendre mes propres termes, que, de même qu'un être vivant privé de la vue ne sert à rien du tout, de même, si l'on ôte la vérité à l'histoire, ce qui en reste devient une narration inutile” (12.12.3).

12De fait, utilité et vérité ne vont pas l'une sans l'autre, l'utilité de l'histoire c'est fondamentalement de découvrir et faire découvrir la vérité. En histoire, il faut “instruire et persuader pour tout le temps au moyen d'actes et de paroles vrais ceux qui aiment l'étude” (2.56.11), car “le vrai est le guide pour le profit de ceux qui aiment l'étude” (2.56.12). La vérité est l'essence de l'histoire et la vocation de l'historien : “il ne faut pas du tout non plus admettre comme historien des actions communes celui qui fait plus de cas d'autre chose que de la vérité” (38.4.5).

13En histoire, pour parvenir à la vérité, il existe plusieurs méthodes qui sont d’ailleurs complémentaires et se retrouvent toutes dans l'histoire pragmatique : “l’histoire pragmatique comprend trois procédés” (12.25e. 1). Polybe passe en revue ces trois procédés, en suivant l’ordre chronologique du travail de l'historien et en allant, conformément à la rhétorique traditionnelle, du moins bon au meilleur, c'est-à-dire ici du moins scientifique au plus scientifique : “le premier de ses procédés consiste à se renseigner dans les livres et à compiler les matériaux qu'on en tire” (ibid.) ; “le second à visiter les villes et les contrées, reconnaître les cours d'eau et les ports, et, dans l'ensemble, les particularités et les distances sur terre et sur mer” (ibid.) ; “le troisième concerne l'action politique” (ibid.).

14Certes ils sont tous trois nécessaires, mais insuffisants s'ils sont utilisés séparément. Et ils ne possèdent pas la même valeur. Polybe critique en particulier les historiens qui se bornent au premier : “certains de ceux qui paraissent aborder raisonnablement l'histoire... ayant passé leur vie dans les bibliothèques et, dans l'ensemble, s'étant procuré une vaste érudition à partir des livres, se persuadent eux-mêmes qu'ils sont à la hauteur de leur entreprise et semblent aux profanes suffisamment préparés pour s'y aventurer, quoiqu'ils ne possèdent manifestement qu'un seul des éléments nécessaires, à mon avis, à l'histoire” (12.25e.4). C'est justement la méthode de recherche à laquelle se cantonnent les historiens des origines. Et ils n'ont pas le choix : leurs sources ne sauraient être que livresques. Ils en sont donc réduits à compiler et confronter les livres de leurs devanciers, ce qui montre les limites de telles histoires, leur manque de scientificité et donc de crédibilité. Il s'agit d'un travail de rats de bibliothèque, d'historiens de cabinet, de ceux que Polybe nomme les βιβλιακοί, les “bibliaques” (12.25g.2). Polybe n'a que mépris pour cette race d'historiens, tel Timée, qui choisissent cette méthode “parce qu'on peut tirer ses renseignements des livres sans risque ni fatigue, pourvu que l'on ait pris cette seule précaution de se fixer dans une ville possédant nombre de livres ou quelque part au voisinage d'une bibliothèque” (12.27.4) ; et le Mégalopolitain insiste : “il n'est plus dès lors, tout en demeurant couché, que de faire ses recherches et de compiler les ignorances des historiens passés sans aucune espèce de fatigue” (12.27.5). A Timée qui se vante d'avoir tellement dépensé et s'être tellement fatigué pour rassembler les livres qui lui ont servi de sources, à un point que lui-même n'aurait pas soupçonné et que personne ne croirait, Polybe rétorque ironiquement : “mais on demanderait avec plaisir à l'historien ce qu'il estime exiger le plus de dépense et de fatigue, rester assis dans une ville à rassembler des livres pour se renseigner... ou tenter de connaître de ses propres yeux (αὐτόπτην) la plupart des peuples et des contrées” (12.28a.4).

  • 2 Il n'est que de se reporter à 5.21.4-9, où ce point se trouve amplement traité.

15Cette méthode n'est quand même pas dépourvue de toute valeur : “s'initier aux livres du passé pour connaître les jugements des anciens et les idées qu'ils avaient jadis à propos de certains territoires, peuples, institutions et actions, et en outre pour avoir une vue d’ensemble des vicissitudes de chacun et des fortunes qu'ils ont connues dans les temps reculés, c'est chose utile : car le passé nous rend également attentifs, comme il convient, à l'avenir, si, à propos de chaque tait, on étudie véritablement ce qui s’est passé” (12.25e.5-6). Mais pour l'histoire des colonisations, s'il est nécessaire, ce procédé ne saurait suffire. Il faut lui associer le second, c'est-à-dire la documentation topographique indispensable à l'intelligence des faits2, et qui est le travail, cette fois, du savant de terrain, celui qui s'est donné la peine, à ses risques et périls, de visiter les lieux dont il traite. Pourtant, même dans ces conditions, des insuffisances demeurent : “être persuadé qu'en partant de cette méthode même on écrit bien l'histoire des actions ultérieures, ce dont Timée est persuadé, est le comble de la naïveté” (12.25e.7). C’est qu'il manque le troisième point, tout à fait essentiel, l'expérience de l'homme politique.

16En somme, l'histoire des origines s'adresse au tout venant, à n'importe quel lecteur, elle est caractérisée par la répétition, le plagiat et l'inutilité. Elle ne se recommande pas davantage par sa méthode : “tout le monde conclurait avec raison que l'érudition tirée des livres est la troisième source de l'histoire et qu'elle occupe le troisième rang” (12.25i.2). Elle mérite donc d'être condamnée et rejetée. A contrario, l'histoire pragmatique est la partie de l'histoire la plus importante par le sujet qu'elle traite et la plus intéressante du fait qu'elle ne cesse de se renouveler. C'est même l’histoire véritable, l'histoire par excellence, qui s'adresse à l'élite, avec les visées et les méthodes les plus nobles.

2. Les origines des Achaïens

  • 3 L'union du Péloponnèse est achevée en 191 et consolidée en 183 ; mais la Ligue est dissoute par Ro (...)

17Polybe est amené à contrevenir à ses principes au livre 2 qui fait partie de la προκατασκευή de l'ouvrage. La Confédération achaïenne est la patrie de l'auteur, c’est dans le cadre de cet État qu'il a entrepris une carrière à la fois politique, militaire et diplomatique, à la suite de son maître Philopoemen et de son père Lycortas, et c'est à son regard le pendant grec de la cité romaine, ce qui justifie un traitement de faveur. Elle a poursuivi une expansion sans égale et réalisé l'intégration du Péloponnèse, contribuant ainsi à l'unification de l'οἰκουμένη, comme la cité romaine mutatis mutandis (2.37.11)3.

  • 4 Polybe est suivi par Strabon (8.7.1). Tisaménos est le fils d’Oreste – héritier de son père Agamem (...)
  • 5 Mais en principe, à une royauté qui dégénère en monarchie ne succède jamais directement une démocr (...)
  • 6 C’est-à-dire de 323 à 281.
  • 7 Ptolémée Ier meurt en 283/282, Lysimaque périt à la bataille de Couroupédion début 281, Séleucos L (...)

18Au livre 2, Polybe résume l'histoire de la Condération achaïenne depuis l'origine et n'hésite pas à remonter jusqu'à un passé mythique : le retour des Héraclides fixé par la tradition à des dates variables, mais qui se situent fin xiie/début xie s. Les Achaïens ont pour premier roi Tisaménos, fils d'Oreste, chassé d'Argos et de Sparte justement lors du retour des Héraclides et venu s'emparer de l'Achaïe. Une seule et même dynastie règne jusqu'à Ogygos4. Mais avec les enfants de ce dernier, la royauté dégénère en tyrannie et il s'ensuit une révolution qui – et le Mégalopolitain passe du mythe à l’histoire – instaure la démocratie dans le cadre d'un système fédéral comprenant douze cités (2.41.1-5)5. La domination macédonienne fait disparaître la Confédération à la fin du ive et jusqu'au début du iiie s. (2.41.9-10)6. C'est au cours de la 124e olympiade, soit entre 284 et 280 (2.41.1 et 11), quand meurent Ptolémée Ier, Lysimaque, Séleucos Ier, Ptolémée Kéraunos (2.41.2)7, lors de la διάβασις de Pyrrhos en Italie, soit 281/280 (2.41.11), que la Confédération réapparaît, renaissant de ses cendres.

19Et ce recommencement, cette refondation sont suivis d'une croissance ininterrompue jusqu’à son achèvement actuel au temps de Polybe. Tout ce qui a lieu avant cette date ressortit à une histoire des origines. Cette date est l'ἀρχή, le “point de départ” – dont le caractère capital est délibérément souligné par tout ce faisceau de synchronismes. Si l'auteur remonte jusqu'aux origines mythiques, c'est pour donner une ancienneté exceptionnelle et conférer ainsi davantage de prestige à sa patrie. C'est en outre le moyen d'esquisser une typologie des régimes et un cycle des régimes qui préfigurent ceux du livre 6, et c'est donc le moyen de préparer le parallèle entre ses deux patries, celle selon la race, l'Achaïe, et celle selon le cœur, Rome.

  • 8 Les mêmes principes se trouvent répétés à 2.42.3 ; et cf. 4.31.4. A mettre en rapport avec 2 44 6 (...)

20D'après Polybe, la réussite de la Condédération achaïenne résulte de la cause suivante : “on ne saurait trouver un système et un principe d'égalité – ἰσηγορία –, de liberté – παρρησία – et en somme de démocratie véritable plus parfaits que ceux des Achaïens” (2.38.6)8. C'est ce qui lui a permis de se gagner aisément tout le Péloponnèse (2.38.7). Ailleurs le succès de la Condédération achaïenne est la conséquence de l'ἰσότης, autre manière de désigner l'“égalité” déjà mentionnée, et la φιλανθρωπία, la “générosité” avec laquelle l'égalité de droits est conférée même aux nouveaux venus (2.38.8).

  • 9 Pythagore aborde à Crotone c. 530. Pour la révolte contre les régimes pythagoriciens, sans doute a (...)
  • 10 Comme Sybaris est détruite par Crotone en 510, reconstruite en 453, redétruite en 448 – ces deux d (...)
  • 11 Polybe, suivi par Strabon (8.7.1), est la seule source à mentionner ce point d'histoire qui demeur (...)

21Or ces principes ne sont pas récents, mais préexistent toujours déjà dans l’histoire des origines et l'auteur va en donner quelques μαρτύρια, “témoignages” (2.38.10-11). Premièrement, lors de la réaction anti-pythagoricienne et de la guerre civile qui s'ensuit dans la plupart des cités grecques d’Italie méridionale, au milieu du ve s., les divers partis ont recours à la médiation des Achaïens (2.39.1-4)9 ; deuxièmement, lesdites cités vont même jusqu'à copier les institutions achaïennes ; et Crotone, Sybaris, Caulônia forment une confédération, mais qui cède sous la pression de Denys de Syracuse et des barbares environnants (2.39.5-7)10 ; troisièmement, au lendemain de Leuctres, donc en 371, ce sont Sparte et Thèbes qui ont recours à la médiation des Achaïens (2.39.8-10)11. Ainsi Polybe cherche-t-il manifestement à transformer l'histoire en mythe.

3. Les origines des Romains

  • 12 Cf. e. g. 1.1.5 ; 3.2.6 ; 6.2.3 ; 8.2.3 ; 39.8.7.

22Certes Rome n'est pas la patrie de l'auteur, mais elle est celle où il a passé une partie de son existence, celle de ses amis si chers, au premier rang desquels Émilien, son disciple et confident, et le cercle d'intimes qui gravite autour de lui. C'est donc presque une seconde patrie. Et Polybe est amené une autre fois à contrevenir à ses principes dans un livre qui se situe en marge des Histoires, le livre 6 dédié à l'étude de la πολιτεία romaine. Le Mégalopolitain est profondément persuadé et répète inlassablement que c'est elle qui a permis à Rome de devenir maîtresse de l'univers12. Il place d'ailleurs ce livre au lendemain de Cannes au moment où Rome se trouve anéantie par le Punique pour mieux montrer comment, grâce à sa constitution, elle va renaître et devenir la première, sinon l'unique puissance au monde en un demi-siècle (3.118.9), de 220 à 167. Ce n'est possible que parce qu’au temps de la guerre d'Hannibal – et même plus largement fin iiie/début iie s. – la πολιτεία romaine est parvenue au comble de la perfection à savoir la μικτή celle de type “mixte”.

  • 13 Cf. Walbank 1957, 635 sq. ; Pédech 1964, 306, n. 13 ; Weil 1977, 10-11.

23Étant donné que c'est le résultat de toute une évolution, Polybe en propose une étude à la fois diachronique et synchronique. Le livre 6 a été transmis à l'état fragmentaire, mais, pour autant que l'on puisse en juger d'après 6.11.2 et 57.10, le plan aurait été le suivant : 1° introduction : place et rôle du livre 6 dans les Histoires ; 2° typologie des régimes et thèse de l'ἀνακύκλωσις ou cycle des régimes ; 3° σύστασις et αὔξησις, “formation et croissance” de l'État romain ; 4° ἀκμή.et διάθεσις, “apogée et organisation” de l'État romain ; 5° comparaison avec d'autres constitutions ; 6° conclusion : résumé des considérations précédentes et perspectives d'avenir pour Rome13.

24Alors qu'il reste la plus grosse partie de l'étude synchronique, il ne reste rien de l'étude diachronique, hormis quelques témoignages transmis par la tradition indirecte et rassemblés au chapitre 11 a par la philologie moderne qui a choisi d’intituler l’ensemble : “Archéologie de Rome”.

  • 14 Denys d'Hal., Ant. rom., 1.6.1 : τὴν ‛Pωμκὴν ἀρχαιολογίαν ou τὰ ἀρχαῖα τῶν ίστοριῶν. L’édition sui (...)
  • 15 Denys d’Hal., ibid. ὀλίγα καὶ οὐδὲ αὐτὰ διεσπουδασμένως οὐδὲ ἀκριβῶς ἀλλ’ἐκ τῶν ἐπιτυχόντων ἀκουσμ (...)
  • 16 Ne pas confondre avec l'autre Pallas, fils de Lycaon, héros éponyme de Pallantion, roi d’Arcadie, (...)
  • 17 Denys d'Hal., Ant. rom., 1.31.4-35.2. Dyna est la leçon des mss., Launa une correction d'Ambrosch. (...)

25Au fragment 1, Polybe est amené comme tant d’autres à traiter de “l’archéologie romaine” ou de “son histoire antique”14. Denys cite le Mégalopolitain parmi beaucoup d'auteurs dont il fait la critique : “il a relaté peu de faits et sans même les avoir réunis soigneusement ni minutieusement, mais à partir des premiers racontars venus”15. Polybe mentionne le Palatin, peut-être dans le cadre d’une description du site de Rome, et remonte en pleine mythologie, au-delà de la fondation même de Rome, jusqu'aux temps de la guerre de Troie, soit le courant du xiie s. ; considérant Pallantion, la bourgade primitive de la colline du Palatium, il est le premier témoin transmis par la tradition à proposer l'étymologie suivante : sous la dénomination Pallantion il y aurait Pallas, un jeune homme qui mourut là, fils d'Héraclès et de Dyna ou Launa (c'est-à-dire Lavinia), elle-même fille d'Évandre ; son grand-père maternel lui avait élevé un tombeau sur cette hauteur et nommé l'endroit Pallantion, du nom du jeune homme16. Denys, lui, estime tout simplement que Pallantion est nommée d'après Pallantion, sa métropole d'Arcadie, et que la thèse du Mégalopolitain est complètement controuvée : nulle trace d'un quelconque tombeau et d'un quelconque culte de Pallas17. Quoi qu'il en soit, ce serait la preuve que Polybe, transgressant la règle qu'il s’est fixée, interviendrait dans le domaine des primordia et suivrait la thèse d'une origine en tout ou en partie grecque et même arcadienne de Rome – ce qui satisfait à la fois son sentiment patriotique et son sentiment “philoromain”.

  • 18 Eusèbe, Chroniques, 194, 10-18, Schône.

26Au fragment 3, d’après Eusèbe, Polybe prétend que ce n'est qu’à partir de la 28e olympiade que l'on s'est mis à noter la liste des athlètes vainqueurs et cette date a été fixée comme point de départ pour la chronologie tenue par les Grecs18. La fondation des jeux olympiques, tout comme les institutions de Lycurgue, datant selon la tradition de 884, le point de départ du comput se situerait donc 4 fois 27, soit 108 ans plus tard, ce qui donne 776. Il faudrait, selon moi – et contre l'avis de l’ensemble des éditeurs depuis un siècle-, placer ce fragment en 2e position, car il conditionne la datation de la fondation de Rome.

  • 19 Denys d’Hal., Ant. rom., 1.74.3. Selon le même Denys, Polybe reprendrait la chronologie de la tabl (...)
  • 20 Ennius, presque un demi-siècle avant Polybe, propose environ 700 ans avant son propre temps, soit (...)

27Au fragment 2, d'après le même Denys, Polybe date la fondation de Rome en déclarant : “Je suis persuadé que Rome a été fondée la 2e année de la 7e olympiade”.19 Ainsi la fondation de Rome serait de 4 fois 6 plus I soit 25 ans plus tard, en 752/751. Le Mégalopolitain présente certes un état ancien de la tradition, mais où la datation est déjà presque définitivement fixée20. Il faudrait, selon moi, placer ce fragment en 3e position, car il est conditionné par le comput des olympiades.

  • 21 Athénée 10.440 e ; Eustathe, ad Hom., Il, T, 160, 1243.
  • 22 Cic., De Rep., 4.6 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 2.25.6 ; Pline, HN.14.89-90 ; Plut., Comp. Lyc. Num. (...)

28Au fragment 4, d'après Athénée et Eustathe, Polybe mentionne l'interdiction pour les femmes de boire du vin21. Cette institution renverrait au règne de Numa Pompilius, le deuxième roi de Rome22.

  • 23 Cic., De Rep., 2, 14, 27 : sequamur enim potissimum Polybium nostrum, quo nemo fuit in exquirendis (...)

29Au fragment 5, d'après Cicéron, Polybe calcule que la durée du règne de Numa Pompilius est de 39 ans (de 712/711 à 673/672). Et le Romain ajoute la parenthèse suivante : “Suivons plutôt notre cher Polybe dont personne n'a surpassé l'exactitude dans les recherches chronologiques”.23

  • 24 Stéphane de Byzance,.s. v. ’Ωστία.
  • 25 Cf. Ennius 144-145 V ; Cic., De Rep., 2.5.33 ; Liv. 1.33.9 ; Denys d’Hal., Ant. rom., 3.44.4 ; Str (...)

30Au fragment 6, d'après Étienne de Byzance, Polybe mentionne la fondation d’Ostie sur le Tibre24. Le nom du fondateur n'apparaît pas, mais ce serait Ancus Marcius, le quatrième roi de Rome25.

  • 26 Cf. e.g. Liv. 1.34.2 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 3.46.3 sq. ; Valère Maxime 3.4.2 ; Plut., Rom., 16 (...)
  • 27 De uirtutibus et uitiis (P 109V) ; Souda s.v. Λεύκιoς. 38 ans de règne : de 615/614 à 577/576 à 53 (...)

31Au fragment 7, d'après les Extraits Constantiniens et la Souda, Polybe raconte – et c'est le premier témoignage relatif à cette tradition extrêmement suivie plus tard26 – comment Lucius (c'est-à-dire Tarquin l'Ancien), fils de Dèmaratos de Corinthe, part pour Rome et, avec l'aide de sa femme, y gagne par son mérite la faveur d'Ancus Marcius à qui il succède naturellement, devenant ainsi le cinquième roi de Rome27, ce qui, derechef, sert la thèse d'une origine en tout ou en partie grecque et même achaïenne de Rome et satisfait à la fois le sentiment patriotique et le sentiment “philoromain” du Mégalopolitain.

  • 28 Il s'agit d'un proverbe qui apparaît pour la première fois chez Hés. (Trav., 140) et qui est cité (...)
  • 29 37 ans de règne : de 751/750 à 714/713. Cf. Walbank 1957, 665-669 et 673.
  • 30 32 ans de règne : de 672/671 à 640/639. Cf. Walbank 1957, ibid.
  • 31 24 ans de règne : de 532/531 à 508/507. Cf. Walbank 1957, ibid.
  • 32 Cf. Weil 1977, 33-34.

32Aux fragments 8, 9 et 10, d'après les Extraits antiques (dans les marges des manuscrits), Polybe formule des sentences à portée morale ou politique. Le fragment 828 qui préconise la raison et la sagesse se rapporte peut-être au vieux Romulus, premier roi de Rome29, ou à Tullus Hostilius, troisième roi de Rome30. Le fragment 9 qui loue la piété et la vérité se rapporte peut-être à Numa Pompilius. Le fragment 10 qui critique les héritiers indignes de leurs prédécesseurs condamne sans doute Tarquin le Superbe, le septième et dernier roi de Rome31. Mais ce ne sont que des hypothèses parmi d'autres, parfaitement invérifiables32.

  • 33 Cf. Walbank 1957, ad loc. ; Pédech 1964, 314-315 et n.

33La partie typologie et cycle des régimes fait référence à d'autres éléments mythiques aisément identifiables33.

  • 34 Cf. Cic., De Rep., 2.2.4 (la République, 2, est fortement marquée par les Histoires, 6).
  • 35 Cf. Cic., De Rep., 2.14.27 ; Liv. 1.21.1.
  • 36 Cf. Cic., De Rep., 2.21.37.

34La monarchie dont l'autorité a pour critère la force quasiment animale fait penser au jeune Romulus (6.5.9)34. Le passage de la monarchie à la royauté avec la genèse de la conscience morale du bien et du mal, du juste et de l'injuste, la substitution de la raison et de la sagesse à la passion et la violence, le vieillard souverain font penser au règne de Numa Pompilius (6.5.10-6.12)35. Le roi élu pour ses mérites personnels, fortifiant et faisant croître le territoire, fait penser au règne de Servius Tullius (6.7.1-5). La transmission héréditaire du pouvoir royal et la décadence morale et politique qui s'ensuit, le passage de la royauté à la tyrannie qui va de pair avec la sédition font penser au règne de Tarquin le Superbe (6.7.6-8)36. Il n'est même jusqu'à la licence et la lubricité qui ne suggèrent le viol de Lucrèce (6.7.7).

  • 37 Cf. Cic., De Rep., 2.31.55.
  • 38 Cf. Cic., De Rep., 2.37.63 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 10.60.2 ; Liv. 3.36-49.

35La révolution menée par les hommes les mieux nés et les plus magnanimes, c'est sans doute celle menée par Brutus et Collatin (6.7.9). Ailleurs, Polybe, faisant l'historique des relations entre Rome et Carthage, est amené à dater le premier traité romano-carthaginois : il nomme les consuls de l'année, en fait les premiers désignés à la suite de l'expulsion des rois, Lucius Junius Brutus et Marcus Horatius (Pulvillus), 28 ans avant la διάβασιϛ de Xerxès en Grèce, 480 plus 28, soit 508/507 (3.22.1-2). L'instauration d'une aristocratie modérée, le gouvernement par la noblesse qui respecte le peuple évoquent par exemple un Poplicola (6.8.1-3)37. La transmission héréditaire du pouvoir aristocratique et la décadence morale et politique qui s'ensuit, le passage de l'aristocratie à l’oligarchie, caractérisée par l'ambition et la cupidité, la goinfrerie et l'ivrognerie, le rapt et le viol, toutes choses qui provoquent la sédition, évoquent le régime des décemvirs avec par exemple l'épisode d'Appius Claudius et de Virginia (6.8.5-6)38.

  • 39 Cf. Cic., Fin., 2.20.66 ; Liv. 3.39 ; 50-58.
  • 40 Cf. Liv. 3.54-55 ; 57.
  • 41 Le texte du ms. M est sûr : il ne comporte pas de lacune devant τριάκοντα et n'a donc pas besoin d (...)

36La révolution menée par des hommes courageux, c'est peut-être celle menée par Virginius et Icilius d'une part, par Lucius Valerius et Marcus Horatius d'autre part (6.9.1)39. Et c'est l'instauration d’une démocratie modérée, ce qui fait penser à la publication de la Loi des Douze Tables, la création des dix tribuns de la plèbe, le partage du consulat entre le patriciat et la plèbe (6.9.2-4)40. C'est alors que la constitution romaine parvient au type mixte. Ce moment privilégié est d'ailleurs historiquement daté par Polybe : “trente ans après le passage de Xerxès en Grèce”, 480 moins 30, soit donc 450, l'époque du décemvirat41. Par la suite la constitution romaine n'a cessé de se perfectionner pour parvenir à son ἀκμή lors de la guerre d'Hannibal. Et Polybe prévoit le passage de la démocratie à l'ochlocratie, puis celui de l'ochlocratie à la monarchie, etc. (6.9.5-9).

  • 42 Cf. Liv. 2.5.
  • 43 Cf. Liv. 4.29.
  • 44 Cf.Liv. 8.7.
  • 45 Pour l'épisode de Junius Brutus, au lendemain de la révolution républicaine, cf. Liv. 2.6 ; quant (...)
  • 46 A comparer avec Liv. 2.10.

37Les derniers éléments des origines mythiques sont le cérémonial des funérailles, les éloges funèbres, le cortège des imagines qui entretiennent la φιλοτιμία, l'“amour de la gloire”, qui poussent aux prouesses héroïques, pour se montrer digne des ancêtres. Polybe déclare qu'il y aurait beaucoup d’exemples à donner et pense implicitement, entre autres, à Lucius Junius Brutus se dévouant à la patrie dans un duel avec Arruns Tarquin vers 508/50742, ou à Aulus Postumius Tubertus vers 43043 et Titus Manlius Torquatus vers 340 faisant chacun mettre à mort leur fils respectif, parce qu'il a livré bataille aux Latins sans son ordre et ce quoique victorieusement44 (6.54.4-5)45. Et Polybe préfère rapporter explicitement l'exemple d'Horatius Coclès qui se dévoue à sa patrie en défendant seul le pont Sublicius contre Porsenna et son armée, en se laissant percer de coups pour donner le temps à ses camarades de couper le pont, et en se jetant tout armé dans le Tibre où il périt par la noyade (6.55.4)46. Ce faisant, le Mégalopolitain donne la version la plus antique transmise par la tradition de l'épisode du héros borgne dans les années qui suivent la révolution républicaine.

  • 47 Cf. fragment I et n. ad loc.

38Selon Polybe lui-même, il n'est guère aisé de comprendre le régime politique romain actuel, parce qu'il est complexe, ni de prévoir son évolution, parce que l’on ne connaît pas le passé de Rome, tant privé que public (6.3.3). C'est pourquoi cette “Archéologie de Rome” propose des éléments empruntés délibérément et exclusivement à la tradition des origines mythiques de Rome. Ils laissent entrevoir que le Mégalopolitain se conforme aux fables et légendes qui ont déjà cours de son temps sans faire montre d’aucun esprit critique. Denys a donc raison de reprocher à Polybe une certaine désinvolture dans le traitement à la fois quantitatif et qualitatif de l'“Archéologie de Rome”47. Mais c'est sans doute parce que fables et légendes sont compatibles avec son système, et même mieux en démontrent la validité ; et rétroactivement parce que son système apparaît comme conditionné par le modèle romain qu'il suit étroitement : les débuts du règne de Romulus correspondent à la monarchie, la fin du règne de ce dernier et les règnes des rois suivants à la royauté, le règne de Superbus à la tyrannie, les débuts de la république à l’aristocratie, le décemvirat à l'oligarchie, etc. Polybe proclame que si son schéma est à ce point compatible avec la constitution romaine, c'est parce que, depuis l'origine, sa formation et son évolution se sont faites κατὰ φύσιν, “selon la nature”, en d'autres termes, suivant un modèle biologique (6.4.13 ; 9.12-13).

  • 48 En réalité Denys I vainc les Italiotes, commandés par Heloris, un Syracusain exilé, au bord de l’E (...)

39L'histoire des origines se situe en amont d'une date fatidique choisie par Polybe comme l'ἀρχή, le “point de départ” : il s'agit de la prise de Rome par les Gaulois. L'auteur fixe cet instant dans l'esprit de son lecteur (grec) au moyen de points de repère canoniques : 18 ans après la bataille navale d'Aigos Potamos (406/405) et 16 ans avant la bataille de Leuctres (372/371), l'année où les Lacédémoniens concluent avec le souverain achéménide la paix dite d'Antalcidas, et où Denys l'Ancien, le tyran de Syracuse vainc les Grecs d’Italie au bord de l'Elléporos et prend Rhégion, c'est-à-dire donc en 387/386 (1.6.1-2)48.

  • 49 Cf. Pédech 1964, 438-443.

40Quelles sont les raisons de ce choix49 ? Il y en a plusieurs qui jouent simultanément. Premièrement, Polybe se conforme au principe posé au livre 1, à savoir qu'il faut prendre un point de départ chronologiquement reconnu et historiquement connu de tout le monde, sous peine de ne pas trouver crédit auprès du lecteur (1.5.4-5). Avec la prise de Rome par les Gaulois, l'auteur ne court aucun risque. L'événement demeure dans la mémoire collective, est même commémoré dans le calendrier du côté romain, et il n'est pas inconnu du côté grec, puisque Théompompe, Héraclide, Aristote, Théophraste en ont fait état dès le ive s. Deuxièmement, c'est un redépart de l'histoire de Rome, car les archives et chroniques des origines ont été anéanties et refaites artificieusement pour complaire à telle ou telle gens. Troisièmement, et en d'autres termes, Rome embrasée, incendiée par les Gaulois va renaître de ses cendres. Et c'est dès lors l'ἀρχὴ τῆς συναυξήεως, le “recommencement de la croissance” sans interruption jusqu'à son achèvement actuel au temps de Polybe. Tout ce qui a lieu avant cette date ressortit à une histoire des origines.

41Bref, même si Polybe fustige tout historien qui se poserait comme historien des origines, il ne saurait lui-même y échapper. Ce qu'il évacue de l'histoire événementielle, il le réintroduit dans J histoire constitutionnelle. Aucune histoire ne saurait échapper aux origines ; toute histoire implique les origines. Et dans le cas des deux États qui lui tiennent le plus à cœur, c’est-à-dire la Confédération achaïenne et Rome, il va même jusqu'à remonter le plus possible dans le passé, reprendre à son propre compte les mythes les plus antiques.

42Chez Polybe le rationaliste par excellence, il y a retour en force de l'irrationnel, dans les cas où il ne parvient plus à maîtriser telle ou telle passion, c'est-à-dire si l'enjeu est, par exemple, le rapport à la mère-patrie (selon le sang ou selon l'amitié), ou le rapport au système dont il a peu ou prou la paternité. Son esprit critique tellement en éveil se trouve alors comme entre parenthèses, acceptant toute tradition mythique, si inadmissible soit-elle, pourvu qu'elle satisfasse à ses aspirations.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Fromentin, V., éd. (1998) : Denys d'Halicarnasse, Antiquités romaines, livre I, CUF, Paris.

Pédech, P. (1964) : La Méthode historique de Polybe, Paris.

Roussel, D. (1970) : Polybe, Histoires, Paris.

Walbank, Fr. W. (1957) : A historical Commentary on Polybius, I, Oxford.

Weil, R., éd. (1977) : Polybe, Histoires, livre VI, CUF, Paris.

Notes

1 Pour les livres 1 à 16, c'est l'édition de la CUF qui sera suivie. Pour les livres 18 et suivants, le texte sera celui de Büttner-Wobst 1882-1904, et la traduction sera, la plupart du temps, celle de Roussel 1970.

2 Il n'est que de se reporter à 5.21.4-9, où ce point se trouve amplement traité.

3 L'union du Péloponnèse est achevée en 191 et consolidée en 183 ; mais la Ligue est dissoute par Rome en 146 ; et elle a toujours eu ses limites : cf. Walbank 1957, 215-221.

4 Polybe est suivi par Strabon (8.7.1). Tisaménos est le fils d’Oreste – héritier de son père Agamemnon et de son oncle Ménélas, et donc du trône d'Argos et de celui de Sparte – et d'Hermione ; il est chassé avec les Achéens par les Héraclides, et se réfugie au nord du Péloponnèse d'où il chasse à son tour les Ioniens qui vont trouver refuge en Attique. Mais comme il a péri au cours de la bataille, ce sont ses fils qui vont être les premiers rois. Pour la dynastie tisaménide, cf. Paus. 7.6.2 ; quant à Ogygos, il n'est mentionné que par Polybe ici et à 4.1.5. Cf. Walbank 1957, 229.

5 Mais en principe, à une royauté qui dégénère en monarchie ne succède jamais directement une démocratie ; il faut toujours passer par l'étape intermédiaire de l'aristocratie qui à son tour dégénère en oligarchie (cf. 6.4.8 ; 8.1). Walbank 1957, 229-230, fait valoir avec justesse que, si au ve s., les cités achaïennes sont des démocraties, au ive s. – à partir de l'alliance avec Sparte en 417 – elles deviennent des aristocraties et même des oligarchies. J'aurais tendance à en conclure que le cycle n'en est pas un car il saute un stade, ou alors qu’il tourne à l'envers, et que dans les deux cas la Confédération achaïenne est atypique. Walbank propose de prendre δημoκρατία au sens d'autonomie ou indépendance.

6 C’est-à-dire de 323 à 281.

7 Ptolémée Ier meurt en 283/282, Lysimaque périt à la bataille de Couroupédion début 281, Séleucos L'est assassiné fin 281, Ptolémée Céraunos meurt à une date indéterminée. Cf. Walbank 1957, 229.

8 Les mêmes principes se trouvent répétés à 2.42.3 ; et cf. 4.31.4. A mettre en rapport avec 2 44 6 • 4.1.5 ; 22.8.6 ; 23.12.8.

9 Pythagore aborde à Crotone c. 530. Pour la révolte contre les régimes pythagoriciens, sans doute aristocratiques, et la mise à feu et à sang de leurs συνέδρια en Italie méridionale, les historiens et philologues contemporains hésitent entre la date haute de 454 et la date basse de 445 ; quant à la médiation achaïenne, elle daterait vraisemblablement de 430 environ et serait peut-être due, en priorité, aux relations étroites entretenues entre le peuple achaïen et la Grèce d'Italie, car il est à l'origine de la fondation de plusieurs cités, dont Crotone justement : cf. Walbank 1957, 222-225.

10 Comme Sybaris est détruite par Crotone en 510, reconstruite en 453, redétruite en 448 – ces deux dernières dates correspondraient éventuellement au renversement, puis à la restauration du régime pythagoricien à Crotone –, il s'agirait non de Sybaris même, mais de la cité qui lui succède, Thourioi, fondée en 446/445 et nommée a l'origine Sybaris ; ou mieux il s’agirait de Sybaris du Trais, fondée à la suite de dissensions entre citoyens de Thourioi ; la Confédération daterait de 420 environ, au temps de la guerre entre Crotone et Thourioi ; les barbares environnants sont les Lucaniens. Cf. Walbank 1957, 224-226.

11 Polybe, suivi par Strabon (8.7.1), est la seule source à mentionner ce point d'histoire qui demeure pour l’instant énigmatique : cf. Walbank 1957, 226-227.

12 Cf. e. g. 1.1.5 ; 3.2.6 ; 6.2.3 ; 8.2.3 ; 39.8.7.

13 Cf. Walbank 1957, 635 sq. ; Pédech 1964, 306, n. 13 ; Weil 1977, 10-11.

14 Denys d'Hal., Ant. rom., 1.6.1 : τὴν ‛Pωμκὴν ἀρχαιολογίαν ou τὰ ἀρχαῖα τῶν ίστοριῶν. L’édition suivie est celle de Fromentin 1998.

15 Denys d’Hal., ibid. ὀλίγα καὶ οὐδὲ αὐτὰ διεσπουδασμένως οὐδὲ ἀκριβῶς ἀλλ’ἐκ τῶν ἐπιτυχόντων ἀκουσμάτων συνθεὶς ἀνέγραθεν.

16 Ne pas confondre avec l'autre Pallas, fils de Lycaon, héros éponyme de Pallantion, roi d’Arcadie, père de Chrysè, elle-même mariée à Dardanos, le fondateur de la dynastie régnant à Troie.

17 Denys d'Hal., Ant. rom., 1.31.4-35.2. Dyna est la leçon des mss., Launa une correction d'Ambrosch. Quant aux autres étymologies du nom Palatin : cf. Fromentin, n. ad loc.

18 Eusèbe, Chroniques, 194, 10-18, Schône.

19 Denys d’Hal., Ant. rom., 1.74.3. Selon le même Denys, Polybe reprendrait la chronologie de la tablette du pontifex maximus. Cf. Weil 1977, 30-31 ; Walbank 1957, 665-669.

20 Ennius, presque un demi-siècle avant Polybe, propose environ 700 ans avant son propre temps, soit environ 900, voire 1100, puisqu'il fait de Romulus le petit-fils d'Énée. Timée de Tauroménion, un siècle avant Polybe, propose 814/813, synchronisant la fondation de Rome avec celle de Carthage et l'histoire de Didon et Énée. Ce sont Atticus et Varron, un siècle après Polybe, qui fixent définitivement la date en 753/752, contre les Fastes capitolins qui présentent celle de 752/751. Cf. Walbank 1957, 669.

21 Athénée 10.440 e ; Eustathe, ad Hom., Il, T, 160, 1243.

22 Cic., De Rep., 4.6 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 2.25.6 ; Pline, HN.14.89-90 ; Plut., Comp. Lyc. Num., 3.10 ; Mor., Questions romaines, 6 (265 B) ; Valére Maxime 2.1.5 ; 6.3.9 ; Tertullien, Apol., 6.4 ; Aulu-Gelle 10.23.1 ; Servius, ad Verg. Æn., 1.737. Cf. Walbank 1957, 671-672.

23 Cic., De Rep., 2, 14, 27 : sequamur enim potissimum Polybium nostrum, quo nemo fuit in exquirendis temporibus diligentior. Cf. Walbank 1957, 665-669.

24 Stéphane de Byzance,.s. v. ’Ωστία.

25 Cf. Ennius 144-145 V ; Cic., De Rep., 2.5.33 ; Liv. 1.33.9 ; Denys d’Hal., Ant. rom., 3.44.4 ; Str. 5.3.5 ; Festus 214 L. 23 ans de règne : de 639/638 à 616/615. Cf. Walbank 1957, 665-669 et 672.

26 Cf. e.g. Liv. 1.34.2 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 3.46.3 sq. ; Valère Maxime 3.4.2 ; Plut., Rom., 16.8 ; Pobl., 14.1 ; Macrobe, Sat.. 1.6.3 ; 3.4.8. Cf. Walbank 1957, 672-673.

27 De uirtutibus et uitiis (P 109V) ; Souda s.v. Λεύκιoς. 38 ans de règne : de 615/614 à 577/576 à 532/531. C'est lui qui introduirait la culture grecque en Italie et donc à Rome : cf. Pline 35.152 ; Tac., Ann., 11.14. Mais le nom de Tarquin est d'origine étrusque et suggère des relations commerciales et culturelles entre la Grèce – en particulier Corinthe – et l'Étrurie. Dèmaratos, un Bacchiade, quitterait Corinthe, lors de la prise de pouvoir du tyran Cypsèlos qui règne de 665 à 625 environ. La femme, si agissante, serait Tanaquil : cf. Liv., 1.34.4 sq. ; Denys d'Hal., Ant. rom.., 3 47.4. Cf. Walbank 1957, 665-669 et 672-673.

28 Il s'agit d'un proverbe qui apparaît pour la première fois chez Hés. (Trav., 140) et qui est cité par Platon (Rép., 5.466 ; Lois, 3.690 e).

29 37 ans de règne : de 751/750 à 714/713. Cf. Walbank 1957, 665-669 et 673.

30 32 ans de règne : de 672/671 à 640/639. Cf. Walbank 1957, ibid.

31 24 ans de règne : de 532/531 à 508/507. Cf. Walbank 1957, ibid.

32 Cf. Weil 1977, 33-34.

33 Cf. Walbank 1957, ad loc. ; Pédech 1964, 314-315 et n.

34 Cf. Cic., De Rep., 2.2.4 (la République, 2, est fortement marquée par les Histoires, 6).

35 Cf. Cic., De Rep., 2.14.27 ; Liv. 1.21.1.

36 Cf. Cic., De Rep., 2.21.37.

37 Cf. Cic., De Rep., 2.31.55.

38 Cf. Cic., De Rep., 2.37.63 ; Denys d'Hal., Ant. rom., 10.60.2 ; Liv. 3.36-49.

39 Cf. Cic., Fin., 2.20.66 ; Liv. 3.39 ; 50-58.

40 Cf. Liv. 3.54-55 ; 57.

41 Le texte du ms. M est sûr : il ne comporte pas de lacune devant τριάκοντα et n'a donc pas besoin d'être corrigé. Cf. Weil 1977, 85 et n. ; et 146, n. compì, de C. Nicolet.

42 Cf. Liv. 2.5.

43 Cf. Liv. 4.29.

44 Cf.Liv. 8.7.

45 Pour l'épisode de Junius Brutus, au lendemain de la révolution républicaine, cf. Liv. 2.6 ; quant à l'épisode de Manlius Torquatus, vers 340, cf. Liv. 8.7.

46 A comparer avec Liv. 2.10.

47 Cf. fragment I et n. ad loc.

48 En réalité Denys I vainc les Italiotes, commandés par Heloris, un Syracusain exilé, au bord de l’Elléporos, juste au nord de Caulonia, dans le Bruttium, en 389 ; et il ne prend Rhégion que plus tard, au terme d'une année de siège, en 386. Cf. Walbank 1957, 48.

49 Cf. Pédech 1964, 438-443.

Auteur

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540