Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

A) Rome

Paysage des origines et quête d'identité dans l'œuvre de Properce

Agnès Rouveret

Texte intégral

  • 1 Cairns 1984.

1La première élégie du livre IV de Properce montre que le thème des origines de Rome se mêle étroitement à la construction autobiographique de Properce. L'enquête étiologique et la visée élégiaque loin de s'exclure ou même de s'opposer se complètent mutuellement. Comme le souligne Fr. Cairns1, un des traits distinctifs du livre IV par rapport aux élégies des autres livres réside dans la construction polyphonique des poèmes marquée dès l'élégie liminaire par le dialogue entre Horus et le poète. Ne pourrait-on lire dans ce signe formel l'indice d’une volonté chez Properce d'élever son lyrisme au niveau de la cité (alors même qu’il continue de refuser la voie épique) ou plutôt de tenter de construire une nouvelle image du citoyen dans la Rome restaurée par Auguste. Une telle image essaie de conjurer la déchirure entre le moi intérieur et la cité, dénoncée par Catulle à travers la mutilation d'Attis ou la sienne propre (la fleur coupée du carmen 11) et prolonge – voire actualise – le rêve du foedus amoris.

2La construction très classique du livre IV avec au centre l'hymne choral en l’honneur d'Apollon Palatin, souligne en effet clairement la volonté de mêler les deux sphères du public et du privé. On voit très bien que les élégies “personnelles” toutes au féminin, forment le contrepoint des thèmes évoqués par le mythe et 1 histoire en une sorte de réconciliation entre les rôles masculins et les rôles féminins, dans un mélange entre valeurs traditionnelles, aspirations nouvelles et maintien d'un érotisme propre au poète qui, avec l'élégie 8, n'efface pas complètement du nouvel édifice les discordances qui font encore écho à la salax taberna de Catulle. Ainsi l'exaltation de l'amour conjugal entre Aréthuse et Lycotas qui joue sur l'image traditionnelle de l'épouse attendant le retour du guerrier, sert de transition entre les deux premières élégies et la quatrième consacrée à la trahison de Tarpéia, le thème de la fides bafouée étant repris par les invectives de l'élégie 5. De même, dans la deuxième partie du livre, la mort de Cynthie s'accompagne d'une description du séjour infernal des grandes amoureuses, pendant féminin des visions eschatologiques qui accompagnent de Platon à Cicéron les traités sur la république idéale. Avec Cornélie, le recueil se termine sur la fusion des mémoires publiques et privées conforme à l’éthique aristocratique.

  • 2 Varron, L.L 5 33 : Vt nostri augures publici disserunt, agrorum sunt genera quinque : Romanus Gabi (...)

3Comme l'indique le relevé des lieux de Rome soumis à l'enquête étiologique de Properce, il me semble que la création d'un paysage des origines s'inscrit aussi dans cette méditation sur la citoyenneté. Ce paysage repose sur un parcours dans la cité des primordia : le noyau urbain formé de l'ensemble Palatin – forum – forum Boarium et Capitole mais aussi le territoire, conforme à la définition varronienne des agri2, posé dans le dynamisme de ses routes (vers Tibur et Lanuvium), jalonnées de cimetières, selon un programme fixé dès la première élégie (v. 31-36).

  • 3 Cic., Leg., 2.2.5.
  • 4 Id., 2.1.3 : (...) haec est mea et huius fratris mei germana patria. Hinc enim orti stirpe antiqui (...)
  • 5 Id., 2.1.3 : (...) etiam ille sapientissimus uir, Ithacam ut uideret, immortalitatem scribitur rep (...)
  • 6 Properce 4.1.65-66, et surtout 121-126.

4Une telle réflexion sur l'appartenance civique perçue par l'individu est décrite de manière particulièrement nette par Cicéron au début du deuxième livre des Lois dans le dialogue entre l’écrivain et son ami Atticus à Arpinum dans l'île sur le Fibrène, au milieu des “rochers et des monts”. Comme on sait, Cicéron y définit alors la double appartenance à la petite patrie et à la patrie selon le droit (alte ram loci patriam, alteram iuris3). Le sentiment d’appartenance à la petite patrie, celle de l’enfance, celle qui s'enracine dans le sol4, celle où s’inscrivent les traces des ancêtres sur le modèle d'Ulysse qui préféra le retour à Ithaque à 1 immortalité5, se joue à travers l'évocation des lieux et la description d'un paysage (2.6) grâce à la jouissance que produit ce lieu (amoenitas loci qui ne se confond pas avec le locus amoenus de la tradition rhétorique moderne) ; c'est là que l'on saisit nettement les éléments de la constitution antique d’un paysage fait d'escarpements, de bois et d'eaux. Pour Properce aussi le paysage définit la petite patrie ombrienne, Mevania la brumeuse et ses remparts escarpés6.

  • 7 Berque 1995.

5Même si comparaison n'est pas raison, il est intéressant de noter qu'au moment où la notion de paysage apparaît en Chine – très tôt par rapport à l'Europe au ive s. p.C. – le mot qui le désigne, Shanshui, réunit deux éléments qui signifient le premier montagne et le second eau-rivière7.

6L'hypothèse que je voudrais proposer est que chez Properce – mais aussi chez d'autres auteurs augustéens comme Tibulle, Virgile ou Tite-Live – une géographie mythique qui conserve les vestiges du passé sous-tend une nouvelle image de la citoyenneté, réconciliant la petite et la grande patrie au sein de l’Italie unifiée par Auguste ou plutôt transférant les lieux de la petite patrie dans un lieu commun qui est aussi lieu de mémoire.

  • 8 Platon 761d (trad. des Places, 1951).

7Au passage, on rappellera qu'un des textes transmettant une des premières expressions d’un sentiment du paysage se trouve dans les Lois de Platon (760b sq.) dans un passage qui concerne l'éducation des futurs gardiens. Le territoire de la cité (chôra) sera divisé en douze sections qui seront attribuées aux membres de chaque tribu. Leur nombre est égal à celui des mois de l’année. Les jeunes de chaque tribu devront en assurer la garde pendant deux ans en changeant chaque mois de section et par une rotation inverse d'une année sur l'autre “afin que tous acquièrent expérience et connaissance du territoire tout entier”, et en toute saison. Or après une description liée aux impératifs de défense et d'exploitation agricole du territoire, Platon termine par une série de remarques qui visent à l'aménagement des lieux en vue de l'agrément. Le dispositif choisi préfigure un des lieux favoris de la peinture paysagère : “quant aux eaux de source, qu'elles forment des rivières ou des fontaines, on les ornera, on les embellira par des plantations et des édifices (...) s'il y a dans le voisinage un bois ou un enclos consacré, on amènera les eaux dans les sanctuaires mêmes des dieux pour l'ornement. Dans tous les endroits de ce genre, les jeunes gens devront aménager des gymnases pour eux et pour les vieillards...” Et Platon conclut en 761 d : “Ces travaux et tous les autres du même genre serviront à l'ornement et à l'utilité du pays, tout en procurant un divertissement qui ne manquera pas de charme.”8

8Ce n'est sans doute pas un hasard si les premiers paysages apparaissent aussi dans la peinture du ive s. sur la fresque ornant la façade de la tombe de Philippe II à Vergina. L'arrière-plan de la chasse monumentale est constitué par un enchaînement de lieux qui mêlent détails réalistes et mise en scène symbolique puisqu'ils servent d'écrin aux exploits du roi assassiné et de son jeune fils et successeur désigné. Ces lieux, le bois sacré ; la sombre forêt ; la montagne et la grotte, seront codifiés eux aussi dans la peinture de paysage postérieure.

Comment construire ce paysage des origines ?

  • 9 Voir en dernier lieu Carandini 1997 avec bibliographie.
  • 10 Varron, L.L., 5.43-44.
  • 11 Tibulle 2.5.33-34 : At qua Velabri regio patel, ire solebat/exiguus pulsa per uada linter aqua (“D (...)

9Les loca conservent le souvenir du passé, il suffit de le recomposer par une anamnèse que l'étymologie bien conduite permet de mener à bien. L'étymologie était une des figures d'analyse de la poésie dans l'exégèse antique, notamment celle des Alexandrins reprise à Rome. L'enquête étymologique fondée sur l'œuvre de Varron (qui définit l'étymologie comme origo) est une pièce essentielle de cette archéologie savante. Le premier mouvement de la première élégie du livre IV de Properce suit presque mot pour mot les développements varroniens au livre 5.41 sq, du De lingua Latina. Même si l'archéologie reconstitue les mêmes éléments du paysage des primordia9, c'est de l'étymologie de Velabrum10 par uehere “transporter” que naît toute une évocation des premiers Romains traversant les marais sur des radeaux11.

  • 12 Varron, L.L., 5.28 : amnis idflumen quod circuit aliquod : nam ab ambitu amnis.
  • 13 Varron, L.L., 5.53.
  • 14 Varron, L.L., 5.30.
  • 15 Varron, L.L., 5.54 : Gennalum a germanis Romulo et Remo. Cf. la germana patria de Cicéron, Leg., 2 (...)
  • 16 Varron, 5.43 : Naeuius ab auibus, quod eo se ab Tiberi ferrent aues...

10A travers les “mots parlants” se crée un premier paysage des origines fait d'eau et de collines. Sans la définition varronienne d'amnis par “fleuve enfermant un espace dans son pourtour”12, on ne comprendrait pas la description de Tite-Live (1.4.4) de la crue du Tibre emportant le berceau des jumeaux ni la troisième strophe de l'Ode 1.3 d'Horace ni les élucubrations de Vertumne dans la deuxième élégie du livre 4 de Properce (v. 7-10). Le paysage bucolique qui ouvre l'élégie 4.1 de Properce repose sur la glose étymologique de Palatin13, comme la colline des “bêlants troupeaux” de Naevius (Balatium), le Tibre, avec sa source étrusque ne peut être qu’un étranger14, le Germal est la colline des frères15. Et l’on est en droit de se demander si l'Aventin, siège de l'auguration de Romulus selon Ennius (suivi par Properce), n'est pas choisi comme tel, contrairement à la tradition plus courante relative au Palatin, en raison de l'étymologie qui fait de l'Aventin la colline aux oiseaux (avis)16.

  • 17 Virgile, Én., 8.338 sq.

11Si en procédant de la sorte, Properce agit comme son modèle alexandrin Callimaque, il est un point qui, semble-t-il, le distingue, la manière dont il introduit ses descriptions par la mise en scène de regards (comme chez Virgile dont il “réécrit” la promenade sur le site de la future Rome17). Cependant, à la différence de la scénographie épique qui serait celle de la mégalographie en peinture, Properce place son visiteur sur une éminence et lui fait voir un panorama, une sorte de perspective à vol d'oiseau qui transpose dans l'espace l'éloignement dans le temps et permet le jeu de réminiscence à partir de la perception du présent.

  • 18 Les deux textes principaux sont Vitruve, De Arch., 7.5.2 et Pline, HN, 35, 115-116 ; sur les probl (...)
  • 19 Sur la relecture de Pline l'Ancien par les théoriciens de la peinture hollandaise de paysage, voir (...)
  • 20 Dans une très ample bibliographie, nous renvoyons à la dernière publication de R. Biering 1995 et (...)
  • 21 Vitruve, De Arch., 7.5.2.

12Ce qui est intéressant c'est que l'on trouve un parallèle précis avec la tradition de la peinture de paysage, que les sources écrites désignent du nom de topia ou topiaria opera18 et qui, de manière significative, présente d'importants développements à l'époque augustéenne au point que Pline l'Ancien nous transmet à son propos un des rares noms de peintre romain, Studius19. Mais le document qui offre la comparaison la plus étroite avec la démarche de Properce est antérieur, il s'agit d'un cycle pictural du milieu du ier s. a.C. provenant d’une maison de l'Esquilin20 qui illustre un motif de la peinture pariétale décrit par Vitruve, les “errances d'Ulysse de paysage en paysage” (Vlixis errationes per topia21).

  • 22 Matranga 1852 ; Andreae 1962 ; Coarelli 1998.
  • 23 Str. 1.2 et commentaire de Aujac 1969, 19 sq. Plusieurs passages de Strabon sont révélateurs de ce (...)
  • 24 Or nous savons par ailleurs combien l'aristocratie romaine tenait à ces généalogies homériques au (...)

13Même si une petite partie seulement du décor a été découverte22, il est intéressant de souligner que les épisodes illustrés (les Lestrygons, Circè, la Nekuia) correspondant à une partie des chants 10 et 11 de l’Odyssée, sont situés par une partie de l'exégèse hellénistique à laquelle le géographe Strabon se réfère23 sur les côtes italiennes, de l'épisode des Lestrygons24, à celui de Circè jusqu'à l'évocation des ombres.

  • 25 Properce 4.43-6 et 13-16 : Lucus erat felix hederoso conditus antro/multaque natiuis obstrepit arb (...)
  • 26 Carandini 1997, fig. 3, 55 et commentaire p. 59. Je remercie F. Coarelli d'avoir attiré mon attent (...)

14La perspective adoptée avec la miniaturisation des personnages au profit des éléments naturels renvoie au paysage primordial de l'Italie, jette un pont entre présent et passé, entre tradition grecque et histoire romaine. On comparera par exemple la représentation de l'arrivée à la fontaine de la fille du roi des Lestrygons (fig. 1) avec la description chez Properce25 de Tarpéia épiant depuis le Capitole son beau cavalier évoluant de loin dans la plaine. L'artifice littéraire consiste à renverser le point de vue épique en insérant le monde de la pastorale dans l'univers héroïque. Il s’agit ainsi de conférer une proximité au passé mythique en rendant à la nature les espaces de la ville moderne. Or une fresque d'époque augustéenne provenant de la Maison de M. Fabius Secundus à Pompéi et conservée au Musée National de Naples, vient confirmer notre analyse (fig. 2). Dans un paysage qui évoque le Tibre et les hauteurs escarpées du Palatin sont figurés les différents épisodes qui, de l’union entre Mars et Rhéa Silvia jusqu'à la découverte par Acca Larentia, que guide Mercure, des jumeaux allaités par la Louve, conduit à la fondation de Rome26.

  • 27 Dumézil 1968.

15Comme on le sait, l'élégie 4.1 de Properce constitue une des pièces majeures de la démonstration dumézilienne de la présence de l'“idéologie trifonctionnelle” dans le récit des primordia de Rome. De la très fine exégèse proposée en son temps par G. Dumézil27, je retiendrai moins les indices problématiques d'un hypothétique héritage indo-européen que la démonstration magistrale de la présence dans ce poème de tous les thèmes majeurs de l'idéologie augustéenne. Aussi faut-il s'interroger sur la signification de ce nouveau “point de vue” sur les origines de la cité : affadir ou subvertir le mythe augustéen des origines de Rome ? ou bien – et ce serait mon hypothèse – mêler de façon subtile thèmes publics et émotions personnelles afin d'inscrire l’éloge de l'empire dans le regard de l'homme privé.

Fig. 1 : Au pays des Lestrygons, fragment de fresque provenant d‘une maison de l‘Esquilin, Rome, Musée du Vatican.

Fig. 2 : Pompée : maison de M. Fabius Secundus (Musée National de Naples).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Andreae, B. (1962) : “Der Zyklus der Odysseefresken im Vatikan”, RM, 69, 106-117.

Aujac, G. (1969) : Strabon. Géographie, livre I, Paris.

Berque, A. (1995) : Les raisons du paysage, Paris.

Biering, R. (1995) : Die Odysseefresken von Esquilin, Munich.

Bonjour, M. (1976) : Terre natale, Études sur une composante affective du patriotisme romain, Lille.

Cairns, F. (1984) : “Propertius and the Battle of Actium (4.6)”, in : Woodman & West 1984, 129-158.

Cappelli, R. (2000) : ‘‘L’affresco pompeiano di Marco Fabio Secondo”, in : Carandini & Cappelli 2000, 167-176 et 263-264.

Carandini, A. (1997) : La nascita di Roma, Turin.

Crandini, A. et Cappelli, R., éd. (2000) : Roma. Romolo, Remo e la fondazione della città, Catalogue de l’exposition de Rome, Museo Nazionale Romano, 28 juin-29 octobre 2000, Milan, Electa.

Coarelli, F. (1998) : “The Odyssey Frescos of the Via Graziosa : a Proposed Context”, PBSR, 66, 21-37.

Collot, M., éd. (1997) : Les Enjeux du Paysage, Actes du colloque Paris 10-Nanterre, 12-13 avril 1996, Paris. des Places, E. (1951) : Platon. Les lois, livres III-VI, XI.2, Paris.

Doukellis, P. (dir.) (sous presse) : Perceptions des paysages historiques. Les paysages égéens, Université Ionienne, 18-20 septembre 1998.

Dumézil, G. (1968) : Mythe et Épopée, I, Paris, 304-336.

Matranga, P. (1852). La città di Lamo stabilita in Terracina secondo la descrizione di Omero e due degli antichi dipinti già ritrovati sull'Esquilino, Rome.

Michel, Ch. (1997) : “La peinture de paysage en Hollande au XVIIe siècle : un système de signes polysémiques ?”, in : Collot 1997, 209-223.

Rouveret, A. (sous presse) : “Perception et imaginaire du paysage dans la peinture hellénistique et romaine”, in : Doukellis (sous presse).

Treggiari, S. (1973) : “Cicero, Horace, and Mutual Friends : Lamiae and Varrones Murenae”, Phoenix, 27, 245-261.

Woodman, T et D. West, éd. (1984) : Poetry and Politics in the Age of Augustus, Cambridge.

Notes

1 Cairns 1984.

2 Varron, L.L 5 33 : Vt nostri augures publici disserunt, agrorum sunt genera quinque : Romanus Gabinus, peregrinus, hosticus, incertus…

3 Cic., Leg., 2.2.5.

4 Id., 2.1.3 : (...) haec est mea et huius fratris mei germana patria. Hinc enim orti stirpe antiquissima sumus, lue sacra, hic genus, hic maiorum multa uestigia. Cf Bonjour 1976.

5 Id., 2.1.3 : (...) etiam ille sapientissimus uir, Ithacam ut uideret, immortalitatem scribitur repudiasse

6 Properce 4.1.65-66, et surtout 121-126.

7 Berque 1995.

8 Platon 761d (trad. des Places, 1951).

9 Voir en dernier lieu Carandini 1997 avec bibliographie.

10 Varron, L.L., 5.43-44.

11 Tibulle 2.5.33-34 : At qua Velabri regio patel, ire solebat/exiguus pulsa per uada linter aqua (“D'un autre côté, là où s'étend la zone du Vélabre, un frêle esquif allait fendant l'eau des étangs”).

12 Varron, L.L., 5.28 : amnis idflumen quod circuit aliquod : nam ab ambitu amnis.

13 Varron, L.L., 5.53.

14 Varron, L.L., 5.30.

15 Varron, L.L., 5.54 : Gennalum a germanis Romulo et Remo. Cf. la germana patria de Cicéron, Leg., 2.1.3.

16 Varron, 5.43 : Naeuius ab auibus, quod eo se ab Tiberi ferrent aues...

17 Virgile, Én., 8.338 sq.

18 Les deux textes principaux sont Vitruve, De Arch., 7.5.2 et Pline, HN, 35, 115-116 ; sur les problèmes de la peinture de paysage en Grèce et à Rome, je me permets de renvoyer à la communication présentée au colloque de Santorin, Rouveret (sous presse).

19 Sur la relecture de Pline l'Ancien par les théoriciens de la peinture hollandaise de paysage, voir Michel 1997.

20 Dans une très ample bibliographie, nous renvoyons à la dernière publication de R. Biering 1995 et pour le contexte chronologique et topographique à la contribution de Coarelli 1998.

21 Vitruve, De Arch., 7.5.2.

22 Matranga 1852 ; Andreae 1962 ; Coarelli 1998.

23 Str. 1.2 et commentaire de Aujac 1969, 19 sq. Plusieurs passages de Strabon sont révélateurs de cette attitude : ainsi en 5.2.6, celui des Argonautes à Aethalia ; en 5.4.4, celui sur l'Averne et le Nekuomanteion, en 6.3.9, sur Diomède et la Daunie, sans parler de la discussion sur la localisation des Sirènes dans la baie de Naples ou sur le détroit de Messine (1.2.13).

24 Or nous savons par ailleurs combien l'aristocratie romaine tenait à ces généalogies homériques au point que les Aelii Lamii de Formies se rattachaient généalogiquement à Lamos qui régnait sur les géants anthropophages du récit homérique : Treggiari 1973.

25 Properce 4.43-6 et 13-16 : Lucus erat felix hederoso conditus antro/multaque natiuis obstrepit arbor aquis,/ Situani ramosa dumus, quo dulcis ab aestu/fistula poturas ire iubebat ouis (...) murus erant montes ; ubi nunc est Curia saepta, / bellicus ex illo fonte bibebat equus. Hinc Tarpeia deae fontem libauit ; at illi/ urgebat medium fictilis urna caput. (...) Vidit harenosis Tatium proludere campis/ pictaque per flauas arma leuare iubas :/ obstipuit regis facie et regalibus armis/ interque oblitas excidit unta manus (“Caché dans un creux de lierre tapissé, était un luxuriant bois sacré ; des arbres en grand nombre bruissaient au son d’eaux naturelles, demeure feuillue de Silvain, où la flûte mélodieuse invitait les brebis à venir boire loin de la chaleur (...) Les murs, c'étaient les monts. Où la Curie dresse aujourd'hui son enclos, le cheval de guerre buvait à la source. C’est là que Tarpéia vint puiser l’eau pour la déesse et la cruche d’argile pesait au milieu de son front (...) Elle vit Tatius s'exercer dans le sable de la plaine, agiter son blond panache sur son armure peinte. Elle resta médusée par la beauté du roi, par ses armes royales et l'urne de ses mains oublieuses tomba”).

26 Carandini 1997, fig. 3, 55 et commentaire p. 59. Je remercie F. Coarelli d'avoir attiré mon attention sur ce document ; voir en dernier lieu Cappelli 2000.

27 Dumézil 1968.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Au pays des Lestrygons, fragment de fresque provenant d‘une maison de l‘Esquilin, Rome, Musée du Vatican.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 2 : Pompée : maison de M. Fabius Secundus (Musée National de Naples).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7053/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 437k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540