Version classiqueVersion mobile

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Deux “mass burials” du viie siècle p.C. ou la dernière vie de l’hippodrome de Gerasa (Jerash, Jordanie)

Jacques Seigne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’hippodrome de Gerasa de la Décapole (aujourd’hui Jerash en Jordanie) est l’un des plus petits cirques connus de l’empire romain : l’arène ne mesurait “que” 244 m sur 50 m. C’est par contre l’un des mieux conservés de ceux qui nous sont parvenus de l’Antiquité1. Implanté au sud de la ville, en bordure de la voie romaine Gerasa/Philadelphia (Jerash/Amman), entre l’arc élevé hors les murs en 129/130 en l’honneur de l’empereur Hadrien et la ligne de fortification, il recouvre en partie la nécropole sud de l’ancienne cité2 (fig. 1).

Lors de la découverte du site, au début du xixe siècle, ce monument posa immédiatement un problème aux chercheurs : si, par son plan général, sa nature d’édifice de spectacle ne faisait aucun doute, la profonde et large dépression (145 m de long sur 50 m de large et 8 m de profondeur) occupant les deux tiers sud de l’arène, et le canal parfaitement reconnaissable qui venait s’y jeter, lui valurent tout d’abord d’être interprété comme à une “naumachia3. Ce n...

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search