Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Deux “mass burials” du viie siècle p.C. ou la dernière vie de l’hippodrome de Gerasa (Jerash, Jordanie)

Jacques Seigne

Texte intégral

  • 1 Müller 1938 ; Ostrasz 1989a ; Ostrasz 1989b ; Ostrasz 1991.
  • 2 De très nombreux hypogées et mausolées furent découverts de façon fortuite lors de travaux routiers (...)

1L’hippodrome de Gerasa de la Décapole (aujourd’hui Jerash en Jordanie) est l’un des plus petits cirques connus de l’empire romain : l’arène ne mesurait “que” 244 m sur 50 m. C’est par contre l’un des mieux conservés de ceux qui nous sont parvenus de l’Antiquité1. Implanté au sud de la ville, en bordure de la voie romaine Gerasa/Philadelphia (Jerash/Amman), entre l’arc élevé hors les murs en 129/130 en l’honneur de l’empereur Hadrien et la ligne de fortification, il recouvre en partie la nécropole sud de l’ancienne cité2 (fig. 1).

  • 3 Bankes 1816, inédit, Buckingham 1821 ; Schumacher 1895.
  • 4 Horsfield en particulier, voir Kraeling 1938, 100 à 102.

2Lors de la découverte du site, au début du xixe siècle, ce monument posa immédiatement un problème aux chercheurs : si, par son plan général, sa nature d’édifice de spectacle ne faisait aucun doute, la profonde et large dépression (145 m de long sur 50 m de large et 8 m de profondeur) occupant les deux tiers sud de l’arène, et le canal parfaitement reconnaissable qui venait s’y jeter, lui valurent tout d’abord d’être interprété comme à une “naumachia3. Ce n’est qu’en 1938, après les campagnes de fouilles menées par les membres des American School of Oriental Research et British School of Archaeology in Jerusalem, que E. B. Müller proposait une nouvelle interprétation, plus vraisemblable, bien que réfutée par d’autres archéologues de la mission dirigée par C. H. Kraeling4 : l’édifice aurait été un hippodrome resté inachevé (Müller 1938).

  • 5 Müller 1938, 97.

3Le monument présentait une autre anomalie majeure : l’extrémité septentrionale de la piste était recoupée et séparée de la dépression par un large mur courbe visiblement ajouté à la structure originelle. En 1931-1933, la découverte dans cette partie de l’arène de plusieurs blocs alors considérés comme des encastrements de poteaux de buts permettait aux fouilleurs anglo-saxons de proposer qu’au viiie siècle les Perses avaient réutilisé cette partie de l’édifice pour y établir un “terrain de polo”5.

Fig. 1. Plan de Gerasa/Jerash, d’après Kraeling 1938, plan 1.

  • 6 Gawlikowski & Musa 1986.
  • 7 Depuis le décès prématuré d’A. Ostrasz en 1996, les restaurations ont été poursuivies par une équip (...)
  • 8 Ostrasz 1989a ; Ostrasz 1989b ; Ostrasz 1991.

4D’une manière plus générale, les hypothèses avancées par les fouilleurs anglo-saxons à partir des quelques sondages réalisés avant la deuxième guerre mondiale restèrent très discutées jusqu’en 1982, date de la reprise des recherches sur l’hippodrome. Dans le cadre du Jerash Archaeological Project, une équipe jordano-polonaise dirigée par M. Gawlikowski et A. Moussa fut alors chargée du dégagement complet et de la restauration de ce monument6. Malheureusement, l’équipe de fouille fut rapidement réduite à l’architecte de la mission polonaise, A. Ostrasz. Dès 1983, après le départ des autres membres de l’équipe, il dut assurer seul le suivi des relevés, leur mise au net, l’étude architecturale de restitution, l’élaboration des dossiers d’anastylose et de publication parallèlement à la direction et supervision des chantiers de reconstruction et de fouilles, distants de plus de deux cents mètres l’un de l’autre. L’importance et la diversité des tâches à accomplir, la taille du monument étudié et la primauté donnée aux travaux de restauration ne permirent pas toujours à A. Ostrasz de porter toute l’attention souhaitée aux travaux de fouille, d’autant plus que ces derniers concernèrent non seulement l’ensemble de l’hippodrome mais également ses abords immédiats7. Malgré tout, les travaux entrepris depuis vingt ans ont renouvelé notre connaissance du monument et de son histoire, même si une partie des interprétations proposées par A. Ostrasz reste discutable8.

Le monument

5Les travaux menés récemment ont complètement confirmé, si besoin était, que le bâtiment de spectacle établi à proximité de l’arc d’Hadrien était bien un hippodrome.

  • 9 Ostrasz 1989b ; 1991 ; 1995a.
  • 10 Seigne à paraître.

6Sa structure générale comme le détail de ses aménagements sont maintenant bien établis (fig. 2). De nombreuses parties du monument ont pu être totalement restituées sur le papier, parfois anastylosées, comme, par exemple, la façade des dix carcères, retrouvée effondrée en avant de ses fondations9. De même, une partie de la structure de soutènement des gradins, bien attestée par des vestiges nombreux, retrouvés in situ ou effondrés, a également pu être restaurée et plusieurs rangées de sièges remises en place. Ces derniers reposaient sur de fausses voûtes rampantes constituées par la succession d’arcs accolés et décalés en hauteur couvrant de petites salles établies perpendiculairement à l’axe de la piste (les “chambers”). Ouvrant sur l’extérieur, ces dernières constituèrent probablement autant de boutiques et d’entrepôts. Parallèlement, les différents accès aux gradins ayant été identifiés et étudiés, le “fonctionnement” de la cavea de l’édifice ne pose plus guère de problèmes (voir fig. 2 et 3). Par contre, plusieurs anomalies structurelles (effondrement de la partie sud-ouest de la cavea, formation de la grande dépression centrale, réduction de l’arène) comme de fonctionnement (accès aux carcères, affleurements rocheux dans l’arène, absence de spina, etc.) restent sans explication satisfaisante malgré les travaux menés par A. Ostrasz, et d’autres hypothèses que celles avancées par ce dernier peuvent être présentées pour expliquer ces différents points10.

Fig. 2. Hippodrome, plan général. D’après Ostrasz 1993, fig. 34.

Fig. 3. Hippodrome, vue du nord. Cl. J. Seigne.

Histoire de l’hippodrome

  • 11 Kraeling 1938, 50-51.
  • 12 Naghawi 1989 ; Abou-Dalou 1995.
  • 13 Ostrasz 1989a.
  • 14 Seigne & Morin 1995.
  • 15 Kraeling 1938, 50 et 51.
  • 16 Seigne 1992.

7C. H. Kraeling avait proposé de voir dans la zone comprise entre la Porte Sud et l’Arc d’Hadrien une extension projetée de la ville vers le sud, au début du iie siècle11. Depuis la deuxième guerre mondiale, la découverte, de part et d’autre de la route Amman/Irbid, de nombreux hypogées et tombeaux divers condamnés au début du iie siècle12, celle de sépultures sous les fondations de l’hippodrome13 et celle enfin des éléments d’un mausolée en remploi dans les massifs de l’arc d’Hadrien14, sont venues confirmer l’hypothèse du fouilleur américain qui proposait que cette extension urbaine projetée – et finalement avortée – avait été faite au détriment d’une vaste et ancienne nécropole15. Les causes de l’abandon du projet d’étendre la ville vers le sud et son brusque remplacement par la restructuration de la partie centrale et nord de la ville autour du nouveau sanctuaire d’Artémis, restent controversées, mais il est probable que les événements liés à la deuxième révolte juive ne furent pas étrangers à la totale réorganisation que la cité connut après le passage de l’empereur Hadrien16.

  • 17 Ostrasz 1989a et 1989b.
  • 18 Ostrasz 1989a et 1989b. La plupart des séismes survenus aux époques historiques au Proche-Orient so (...)

8Toujours est-il que la zone de l’ancienne nécropole sud, délaissée pendant quelques décennies, fut mise à profit pour accueillir l’hippodrome dont la construction, entreprise à la fin du iie siècle, aurait été achevée au début du iiie17. Toutefois, l’utilisation de ce monument comme champ de course de chevaux aurait été de courte durée : dès la fin du ive siècle, l’effondrement de la partie sud-ouest de la cavea aurait entraîné la formation de la dépression centrale de l’arène. Toute nouvelle course aurait alors été impossible. Pour A. Ostrasz, cet effondrement serait dû à la conjonction de deux facteurs : malfaçons dans la réalisation des fondations de la structure porteuse de la cavea et violent tremblement de terre, peut-être celui de 363, même si ce dernier n’est pas autrement attesté sur le site pour le moment18.

  • 19 Voir par exemple : Excavations and Surveys in Israel, volume 11, The Bet She’an Excavation Project (...)
  • 20 Voir par exemple : Porah 2003, 451-455.
  • 21 Le terme amphithéâtre est volontairement mis entre guillemets : il ne désigne ici que la forme fina (...)
  • 22 Les transformations tardives subies par les hippodromes de Palestine et de Syrie ne sont pas réelle (...)
  • 23 Des blocs de siège auraient servi à la fin du ive siècle à réparer le rempart (Ostrasz 1989b, 335), (...)
  • 24 Kehrberg 2001b.
  • 25 Gawlikowski & Mussa 1986.
  • 26 Ostrasz 1989a ; 1989b ; Kehrberg 1989 ; 1992 ; Kehrberg & Ostrasz 1994 ; 1997.

9Il semble aujourd’hui plus probable qu’à Gerasa, comme à Scythopolis/Bet She’an19 ou à Caesarea/Césarée20 les courses de chevaux firent place à des jeux du cirque ( ?), ces hippodromes ayant été transformés en “amphithéâtres”21 par fractionnement et réduction de l’arène22. La partie sud de l’hippodrome de Gerasa, abandonnée, fut alors été utilisée comme carrière de matériaux23, comme locaux de travail et de stockage par des potiers, installés dès le ive siècle dans le bâtiment abandonné24 ou d’habitation, le diacre de l’église de Marianos y ayant établi sa demeure25, mais également, et surtout, comme dépotoirs pour les rebuts des ateliers de potiers26 (fig. 2).

Fig. 4. Hippodrome, emplacement des “chambers W2 et W3”, d’après Ostrasz 1993.

Fig. 5. Hippodrome, ossements in situ dans W3, d’après Bourke & Hendrix 2001, 83, fig. 7.

  • 27 Abu-Dalu 1993 ; Kehrberg & Ostrasz 1994.
  • 28 Ostrasz 1989.
  • 29 Cette hypothèse demande à être vérifiée. Des analyses de matériaux sont en cours.

10Devenue inutile, l’extrémité sud de l’arène pourrait avoir servi de carrière d’argile aux potiers venus s’installer dans et aux abords de l’hippodrome27. Si cette hypothèse devait être vérifiée, la vaste dépression d’un volume de 30 000 m3 environ, mentionnée par tous les chercheurs, ne serait pas consécutive à l’effondrement de la partie sud-ouest de la cavea28, mais résulterait de trois siècles d’extraction de terre pour la fabrication des marmites, lampes et autres Jerash Bowls29 dont de très nombreux rebus de cuisson et déchets de fabrication ont été retrouvés dans les différentes “chambers” de l’ancien monument de spectacle. Aux vie/viie siècles, même les soubassements de “l’amphithéâtre” avaient été transformés en dépotoirs, les débris de céramique atteignant plus d’un mètre de hauteur dans la plupart des salles supportant les gradins.

11C’est donc dans un bâtiment établi extra muros aux dépens d’une ancienne nécropole, à moitié détruit, partiellement occupé par un ecclésiastique, squatté par des potiers et utilisé comme dépotoir que furent découverts deux charniers.

Découverte des charniers

12En 1990, les ouvriers chargés du dégagement/fouille des niveaux d’effondrement de l’extrémité septentrionale de l’hippodrome, préalablement à sa restauration, découvrirent de nombreux restes humains sous les voûtes écroulées des “chambers” W 2 et W 3, immédiatement à l’ouest de l’entrée axiale de l’édifice (fig. 4). Les premiers dégagements, rendus difficiles par la présence des nombreux voussoirs effondrés, ne furent pas effectués dans les meilleures conditions, d’autant plus que la découverte de plusieurs dizaines de squelettes enchevêtrés en cet endroit était totalement imprévisible (fig. 5). Les différentes mentions de cette découverte par A. Ostrasz rendent bien compte du “flou” de la mise au jour, flou que les premières interprétations ne firent que renforcer. Le décès des premières “victimes” dégagées (spectateurs assistants à ? ? ?) fut tout d’abord attribué à un tremblement de terre survenu à la fin de l’époque Abbaside et même au début de la période Mamelouk, avant que le nombre de corps découverts et les caractéristiques des inhumations ne les fassent attribuer à la peste de Justinien.

  • 30 Il s’agit en fait du grand tremblement de terre du 16 janvier 749. Les sources historiques s’accord (...)
  • 31 Ostrasz 1989a, 75.
  • 32 Ostrasz 1991, 242, 243.

“An unexpected, and to say the least, dramatic discovery was made in the course of excavation of chamber W 2. The upper part of the chamber was (and its lower part still is) filled with tumbled stones of the cavea (mainly the seat stones and voussoirs of the stepped arches). Human skeletal remains were found under the removed upper part of the tumble and within the tumble. This is not the case of a burial. In the north-east corner of the chamber, in an area 1,5m by 1m large and at approximately the same level, were found five skulls, all cracked, with parts missing. Directly over the skulls there were hand and arm-bones, even rib-bones and at the level of the skulls lay some vertebrae. In this area and at this level no pelvis or leg-bones were found… There are, then, the skeletal remains of at least eight individuals discovered so far in the chamber. The lower part of the tumble was left in place to be excavated in the spring of 1991. There seems to be only one plausible explanation for the condition in which the skeletal remains were found : the individuals were killed by a sudden collapse of the cavea and such a collapse could be caused by nothing else but an earthquake… A much later date should be considered. In 748 (747) AD an earthquake30 destroyed the south-east part of the hippodrome31, but considering the situation found in chamber W 2 it seems rather dubious that this earthquake was responsible for the collapse of the masonry of the chamber. The fact that the bodies of the people killed in this disaster were not recovered from the rubble for burial bespeaks a period of a great decline of the Gerasene community in every respect… The date of this earthquake may, therefore be as late as a date in the Late Abbaside or even the Early Mamelouk periods”32.

  • 33 Ostrasz 1993, 499.

“… The earthquake (747/748) destroyed the carceres and the southeast part of the building. After 747, the building was occupied only intermittently. One such instance of occupancy is evidenced by finds in chamber W 2. Human skeletal remains of a dozen individuals were found between the tumbled stones of the roofing of the chamber. The collapse of the roofing that killed them was evidently caused by an earthquake. The fact that the bodies of the deceased had not been recovered from the debris for proper burial suggests a lack of communal organization at the site of Gerasa at the time of the occurrence. As there was a considerable organization in the Early Abbasid period, the event must have taken place at a later date. Several Mameluk shards were found in the tumble close to one lot of the skeletal remains. The shards may point to the time of the disaster…”33.

Fig. 6. Hippodrome, “Raw data, Minimum number of individuals from chambers W2 and W3 (adults only), d’après & Hendrix 2001, 82, chart 1.

  • 34 Kehrberg & Ostrasz 1994, 546-547.

“During the course of excavation in chamber W 2 in 1992, human skeletal remains of at least eight individuals were found under and between tumbled stones of the vault of the chamber. Additional skeletal remains have been found, bringing the number of individuals to perhaps more than 40. The position of the remains and the number of the bodies attest to mass burial rather than a number of individuals being instantly killed by a collapse of the vault. The corpses appear to have been dumped in the chamber (on top of the ceramic dump) with no regards to any burial custom. One can assume that this was done in a hurry. The corpses were hardly covered with any soil. This manner of disposal is common in times of plague. A gold tremissis of either Constans II (641-668) or Constantine IV (668-685) was found among the badly crushed bones of one of the bodies. No later deposits were found between the surface of the dump and the bottom of the stones of the broken vault. The coin fixes the terminus post quem for both the burial and the earthquake, which caused the collapse of the vaulted chamber. The attribution of the coin to Constans II being more probable, it is likely that it was the earthquake of 659-660. The plague and its aftermath clearly preceded the earthquake. One may argue, however, for a close date of the two calamities, since the crushed bones were virtually glued to some stones. Such a phenomenon is likely to have occurred while the bones were still enveloped in flesh rather than long after the flesh disintegrated and the bones dried. Excavation of the neighbouring chamber W3 indicates that the situation is the same as in chamber. W2. Remains of about 10 bodies have been revealed so far”34.

  • 35 Kehrberg & Ostrasz 1997, 167.

“… a place of mass burials for the victims of the mid-seventh century plague”35.

13Malgré les incertitudes dues aux conditions de fouille, il semble assuré que deux des “chambers” de l’hippodrome les plus proches de la ville furent utilisées, avant l’effondrement de leurs voûtes, pour y déposer un grand nombre de cadavres humains. Ces deux pièces étroites d’un ancien monument public, couvertes de voûtes appareillées, sans ouvertures vers l’extérieur autre que la porte, toutes proches de la ville, immédiatement accessibles et utilisables, présentaient de nombreux avantages pour accueillir des charniers en cas de catastrophe. Il est tout aussi vraisemblable que les corps qui y furent découverts, y furent rassemblés à la hâte, au même moment, en un temps très court et les deux “chambers” W2 et W3 ne sont très probablement que deux “compartiments” d’une même “fosse” commune.

Etude anthropologique

14Elle a été rendue très délicate par l’état très fragmentaire des ossements (réduits le plus souvent à des fragments de 2 à 3 cm), le manque de relevés détaillés de fouille (les ossements ont le plus souvent été rassemblés par groupes, sans individualisation des sépultures), la complexité des dépôts perturbés par la chute des voûtes et l’absence de tout spécialiste lors de la découverte. Néanmoins, K. Hendrix, l’anthropologue australienne chargée de l’étude a posteriori, a pu déterminer le nombre minimum d’individus déposés dans chacune des deux sépultures collectives, ainsi que le sexe et les principales tranches d’age des défunts (fig. 6).

  • 36 Hendrix 1998, 639.
  • 37 Hendrix 1995, 560.
  • 38 Bourke & Hendrix 2001, 82.

15La “chamber W 2” aurait contenu au moins 77 individus, dont 47 adultes36 et la “chamber W 3” au moins 57 individus, dont 42 adultes37. Dans un article de synthèse plus récent, l’auteur estimait que “the minimum number of individuals recovered from both disused chambers approximates 150 adults and 80 sub-adults (neonates, infants and children). The obvious imbalance of mature to immature individuals is most likely to be attributed to poor preservation of immature bones. During excavation, 55 adult skulls and some mandible fragments were isolated, but the majority of post-cranial elements were not securely associated with the skulls, forcing aging and sexing to be judged on cranial elements only. Preliminary assessments detected 19 males, 17 females and 17 of indeterminate sex. Aging of this group, based on dental eruption and dental wear suggested the presence of 16 young adults (20-34), 12 middle-aged adults (35-49) and 8 old adults (50+), with 19 adults unable to be accurately aged”38.

  • 39 Hendrix 1995, 560-561.
  • 40 Hendrix 1998, 640.
  • 41 Bourke & Hendrix 2001, 82.

16Un certain nombre de pathologies ont été mises en évidence : arthrose, “ankylosing spondylitis” (2 cas), tumeur crânienne, “porotic hyperostosis” (observée sur le crâne d’un enfant), sur-abrasion des dents (parfois jusqu’à la dentine)39, tuberculoses, “enamel hypoplasia and possible periodontal disease”40. Toutefois, les pathologies relevées “trauma, degenerative disease and those associated with environmental influences lie within the normal range of a pre-industrial society”41. Elles ne peuvent en aucun cas expliquer les sépultures de masse observées dans lesquelles toutes les classes d’âges sont représentées.

Date de constitution de ces tombes

17Dans les deux cas, la position stratigraphique des dépôts (sans doute vaudrait-il mieux dire du dépôt) est parfaitement assurée : les ossements ont été retrouvés au-dessus de remblais constitués par les rebus de cuisson et de travail d’ateliers de potiers et au-dessous des blocs effondrés des voûtes couvrant primitivement les deux “chambers”.

  • 42 Kehrberg & Ostrasz 1994.

18La datation des remblais supportant les sépultures est fournie, à la fois par le matériel céramique découvert (plusieurs centaines de fragments, entre autres, de lampes et de Jerash Bowls) attribuable à la deuxième moitié du vie siècle, et par les différentes monnaies mises au jour, dont une monnaie d’or de Constans II ou Constantin IV découverte “among the badly crushed bones of one of the bodies”42. La mise en place des corps ne peut donc être antérieure au milieu du viie siècle.

  • 43 Ostrasz 1993, 499.
  • 44 Kehrberg & Ostrasz 1994.
  • 45 Russell 1985, 38.
  • 46 Parapetti 1989 ; Rasson & Seigne 1989.
  • 47 Hendrix 1995, 561.
  • 48 Parapetti 1989 ; Seigne 1989 ; Gawlikowski & Mussa 1989.
  • 49 Ostrasz 1989a, 242 ; Ostrasz 1989b, 336.
  • 50 Gawlikowski 1986.
  • 51 Russell 1985, 47-49.

19La datation de l’effondrement des voûtes est plus difficile à cerner. Après l’avoir attribuée à la période Mamelouke ou tardo-Abbaside en raison de la découverte (par les ouvriers, dans quelles conditions ?) de “several Mameluk shards… in the tumble close to one lot of the skeletal remains”43, A. Ostrasz plaçait finalement la chute des voûtes en 659/66044. Un séisme est effectivement connu par les textes à cette période45, pour avoir frappé la Syrie Palestine. Il est également attesté par une série de désordres notés en différents points du site46. Toutefois, ce séisme n’atteignit sans doute pas une magnitude suffisante pour entraîner la chute de la solide structure que constituaient les voûtes des soubassements de l’hippodrome. De plus, l’étude des ossements a mis en évidence que, dans leur majorité, “they seemed to have been shattered post mortem and when the bone was ‘ dry’, indicating that the collapse of the chamber took place some considerable time after their death”47. Il est donc plus vraisemblable que l’effondrement fut consécutif à un séisme ultérieur, probablement celui de 749 dont les conséquences furent désastreuses dans toute la région. À Gerasa même de très nombreuses destruction peuvent lui être attribuées48. Sur l’hippodrome, la façade des carcères s’écroula d’une pièce “during the earthquake of 748 (749)”49. Nous savons également que la ville ne se releva jamais de cette catastrophe et que les réoccupations abbasides furent très limitées, essentiellement aux abords du Tetrapyle sud50. Tous les indices archéologiques actuellement recueillis révèlent que la cité perdit sans doute 90 % de sa population, soit directement soit à la suite des conséquences économiques engendrées par ce séisme qui correspondit à la chute du califat Omeyyade. Tout porte à croire que les voûtes s’effondrèrent, comme une partie de celles du sanctuaire de Zeus, le 16 janvier 749 à 4h du matin51 et scellèrent les deux tombes multiples de l’hippodrome.

Possible origine des décès

  • 52 Hendrix 1998.

20La mort soudaine (ou que nous pouvons considérer comme telle) de plus de 200 personnes de tous âges et des deux sexes, suivie de leur ensevelissement à la hâte, sans respect d’un quelconque rituel reconnaissable, dans un local non prévu à cet effet, tout confirme que ces géraséniens furent les victimes d’une catastrophe, vraisemblablement une épidémie, comme K. Hendrix le proposait dès 1995. Cette dernière restait prudente sur la nature même de la maladie, en attendant que des analyses, notamment d’ADN, puissent éventuellement permettre de connaître l’agent infectieux52.

  • 53 Kehrberg & Ostrasz 1994 ; Bourke & Hendrix 2001, 82.

21Très rapidement cependant, A. Ostrasz puis K. Hendrix proposaient de voir dans ces deux “mass burials” la marque de la peste bubonique53.

  • 54 Conrad 1986.

22Depuis Justinien, la peste aurait touché régulièrement le Proche-Orient, avec une périodicité de 20/25 ans. De nombreux textes s’en font l’écho (Procopius de Césarée, Jean d’Éphèse, Evagrius, Michel le Syriaque, Sayf ibn Umar). Cependant la nature exacte de ces épidémies n’est pas assurée, les termes utilisés pour les décrire, en grec, en arabe, en syriaque, n’étant pas toujours explicites ou appropriés54. Seules des analyses biologiques fines – si elles sont encore réalisables sur ces ossements très mal conservés – permettront de lever le voile sur la maladie qui, à la fin du viie début du viiie faucha subitement tant de personnes à Gerasa au point que l’on eut pas le temps de leur donner une sépulture décente et qu’il fallut les entasser dans deux des anciennes échoppes de l’hippodrome. Il n’y a cependant plus de doute : contrairement à ce que certains historiens pouvaient penser, la “peste” ne fut pas un mythe en Orient, mais une tragique réalité et les “mass burials” découvertes à Jerash ne sont sans doute que les premières preuves matérielles d’un véritable fléau endémique ayant frappé la Syrie “… depuis les temps anciens jusqu’à la fin du royaume des Marwanides” selon les écrits de Sayf ibn Umar.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abu Dalou, R. (1993) : “Final Report of the Excavation at the Area of the Pottery Kilns – Jarash 1991”, ADAJ, 37, 23-34 (section arabe).

— (1995) :“Three Tombs near thr Hippodrome at Jarash. A Preliminary Report”, ADAJ, 39, 169-173.

Borkowski, Z. (1989) : “Inscriptions on Altars from the Hippodrome of Gerasa”, JAP, 2, 1984-1988, Paris (Syria), 79-83.

Bourke, S. et K. Hendrix (2001) : “Twenty Years of Australian Physical Anthropology in Jordan. Retrospects and Prospect”, Australians Uncovering Ancient Jordan. Fifty Years of Middle Eastern Archaeology, 77-88. (Jerash, p. 82-83).

Buckingham, J. S. (1821) : Travels in Palestine through the Countries of Bashan and Gilead, East of the River Jordan, 1816, Londres.

Conrad, L. I. (1986) : “The Plague in Bilad al-Sham in Pre-Islamic Times”, Actes de la IVe Conférence on Bilad al-Sham, Amman 15 au 19 novembre, 143-163.

Farah, M. et S. Ma’ayeh (1960) : “Recent Archaelogical Discoveries in Jordan”, ADAJ, 4-5, 115-116.

Fisher, C. S. (1938) : “Tombs, the Southwest Cemetery”, in : Kraeling 1938, 549-571.

Frösen, J., A. Arjava et M. Lehtinen (2002) : The Petra Papyri, I, ACOR, Amman.

Gawlikowski, M. et A. Musa (1986) : “The Church of Bishop Marianus”, Jerash Archaeological Project I, Amman, 137-162.

Hendrix, K. B. (1995) : “Preliminary Investigation of the Human Skeletal Remains from the Hippodrome at Jarash”, ADAJ, 39, 560-562.

— (1998) : “Further Investigation of the Human Skeletal Remains from the Hippodrome at Jerash”, ADAJ, 42, 639-640.

Kallner-Amiran, D. H. K. (1950-1951) : “A Revised Earthquake Catalogue of Palestine I”, IEJ,223-247.

— (1952) : “Revised Earthquake Catalogue of Palestine II”, IEJ,48-65.

Kehrberg, I. (1989) : “Selected Lamps and Pottery from the Hippodrome at Jarash”, Syria, 46, 85-97, (Jerash Archaeological Project II, Zayadine éditeur).

— (1992) : “Flaked Glass and Pottery Sherd Tools of Late Roman and Byzantine Periods from the Hippodrome of Jerash”, Syria, 49, 451-464.

— (1995) : “Jerash/Gerasa, Hippodrome : Report on Tools and their Association with Ceramic and Leather Tanning Workshops, Archaeology in Jordan”, AJA, 99/3, 525-526 et 528.

— (2001a) : “A Critical Look at Typologies of Ceramics Produced in the Late Roman Period at Jarash”, SHAJ, 7, 601-605.

— (2001b) : “Ceramic Lamp Production in the 4th and early 5th Centuries AD at the Hippodrome of Gerasa : an Ampirical Study”, La céramique byzantine et proto islamique en Syrie Jordanie (ive -viiie siècles apr J.-C.), Actes du colloque tenu à Amman les 3, 4 et 5 décembre 1994, BAH 154, 231-239.

Kehrberg, I. et A. Ostrasz A. (1994) : “Gerasa. Hippodrome. Reports on Unfired Ceramics and the Mass Burial of the 7th century Plague Victims, Archaeology in Jordan”, AJA, 98/3, 546-547.

— (1997) :A History of Occupational Changes at the Site of the Hippodrome of Gerasa”, SHAJ, 6, 167-173.

Khoury, R. (1997) : “The Jerash Hippodrome : Understanding and Restauring on of the World’s finest Roman Racing Circuits”, article paru dans le Jordan Times du 04 03 1997.

Kraeling, C. H. (1938) : Gerasa City of the Decapolis, New Haven.

Michel, A. (2001) : “L’église de Marianos”, Les églises d’époque byzantine et umayyade de la Jordanie, Turnhout, 267-269.

Müller, E. B. (1938) : “The Hippodrome”, in : Kraeling 1938, 85-100.

Naghawi, A. (1989) : “A New Rock-cut Tomb in Jerash”, Syria, 46, 201-218. (Jerash Archaeological Project II, F. Zayadine éditeur).

Ostrasz, A. (1989a) : “The Hippodrome of Gerasa : a Report on Excavations and Researchs 1982-1987”, Syria, 46, 51-77. (Jerash Archaeological Project II, F. Zayadine éditeur).

— (1989b) : “Jerash. The Hippodrome”, Archaeology of Jordan, II1, Fiel Reports, Akkadica Supplementum vii, Leuven, 329-337.

— (1991) : “The Excavation and Restauration of the Hippodrome at Jarash. A Synopsis”, ADAJ, 35, 237- 250.

— (1993) : “Gerasa Hippodrome, Archaeology in Jordan”, AJA, 97/3, 498-500.

— (1995a) : “Jerash/Gerasa, Hippodrome. Report on the Anastylosis of the E-S Tower, Archaeology in Jordan”, AJA, 99/3, 524-528.

— (1995b) : “The Hippodrome of Gerasa : a Case of the Dichotomy of Art and Building Technology”, SHAJ, 5, 183-192.

Parapetti, R. (1989) : “Jerash, The sanctuary of Artemis, Archaeology of Jordan”, D. Homès-Fredericq et J.-B. Hennessy eds., II1, Field Reports, 323-329.

Rasson, A.-M. et J. Seigne (1989) : “Une citerne byzantino-Omeyyade sur le sanctuaire de Zeus, JAP II”, extrait de Syria, 46, 117-151.

Porah, Y. (2003) : “Herod’s Circus at Caesarea : a Response to J. Patrich”, JRA, 16, 451-455.

Russell, K. W. (1985) : “The Earthquake Chronology of Palestine and Northwest Arabia from the 2nd through the mid 8th Century A. D.”, BASOR, 260, 37-59.

Schumacher, G.(1985) : “Dscherasch”, ZDPV, 18, 126-139.

Seigne, J. (1992) : “Jerash romaine et byzantine : développement urbain d’une ville provinciale orientale”, SHAJ, 4, 331-342.

Seigne, J. et T. Morin (1995) : “Preliminary Report on a Mausoleum at the Turn of the BC/AD Century at Jarash”, ADAJ, 39, 175-191.

Tsafrir, Y. et G. Foerster (1992) : “The Dating of the Earthquake of the Sabbatical Year of 749 C. E. in Palestine”, Bull. of the School of Oriental and African Studies, Londres, 55, 231-235.

Zayadine, F. (1986) : “The Jerash Project for Excavation and Restoration. A Synopsis with Special Reference to the Work of the Department of Antiquities”, JAP, 1, Amman, 7-28, plus précisément p. 12 à 16 et pl. I à VI.

Notes

1 Müller 1938 ; Ostrasz 1989a ; Ostrasz 1989b ; Ostrasz 1991.

2 De très nombreux hypogées et mausolées furent découverts de façon fortuite lors de travaux routiers ou de construction modernes ainsi qu’au cours des différentes campagnes de fouilles menées dans le secteur (Fisher 1938, Farah, Ma’ayeh 1960, Zayadine 1986, Naghawi 1989, Abou Dalou 1995, Seigne & Morin 1995).

3 Bankes 1816, inédit, Buckingham 1821 ; Schumacher 1895.

4 Horsfield en particulier, voir Kraeling 1938, 100 à 102.

5 Müller 1938, 97.

6 Gawlikowski & Musa 1986.

7 Depuis le décès prématuré d’A. Ostrasz en 1996, les restaurations ont été poursuivies par une équipe jordanienne dirigée par Abd el Majjid Mujjali. La publication des travaux menés par A. Ostrasz devrait être assuré par I. Kehrberg, son épouse, céramologue de l’équipe australienne.

8 Ostrasz 1989a ; Ostrasz 1989b ; Ostrasz 1991.

9 Ostrasz 1989b ; 1991 ; 1995a.

10 Seigne à paraître.

11 Kraeling 1938, 50-51.

12 Naghawi 1989 ; Abou-Dalou 1995.

13 Ostrasz 1989a.

14 Seigne & Morin 1995.

15 Kraeling 1938, 50 et 51.

16 Seigne 1992.

17 Ostrasz 1989a et 1989b.

18 Ostrasz 1989a et 1989b. La plupart des séismes survenus aux époques historiques au Proche-Orient sont “attestés” par des sources historiques plus ou moins nombreuses et fiables (voir par exemple Russell 1985, 37-59). L’intérêt chronologique de ces événements est évident : leurs dates sont généralement précises à l’année près. Souvent le mois, quelquefois le jour ou même l’heure en sont connus. Exceptionnellement, l’archéologie permet de préciser l’un de ces paramètres (voir par exemple Tsafrir et Foerster 1992, 231-235). Toutefois, la véracité de ces sources n’est pas toujours assurée et, par ailleurs, le lien entre niveau de destruction observé et tremblement de terre “attesté” relève souvent de la surinterprétation. Un exemple récent d’une telle interprétation abusive a été fourni par la fouille de la “Petra Church” dont la destruction violente avait tout d’abord été attribuée au “well known 09 of July 551 A.D. earthquake which destroyed completely Petra”… avant que la restauration et la lecture des papyri découverts carbonisés dans les décombres ne révèlent que certains d’entre eux n’avaient été rédigés qu’en 568, 571, 575 et même 578 (Frösen et al. 2002) et que la chronologie “assurée” des dernières années de l’ancienne capitale nabatéenne (et, accessoirement, celle des productions céramiques locales et même importées) ne le soit plus tout à fait.

19 Voir par exemple : Excavations and Surveys in Israel, volume 11, The Bet She’an Excavation Project 1989-1991.

20 Voir par exemple : Porah 2003, 451-455.

21 Le terme amphithéâtre est volontairement mis entre guillemets : il ne désigne ici que la forme finale donnée au bâtiment, mais ne présage en rien de sa fonction, aucun de ces hippodromes réduits n’ayant livré la moindre information quant à leur usage. Seule la découverte d’une inscription sur mosaïque datée de 578 de notre ère et mentionnant l’existence d’une “faction des bleus” à Gerasa, plus de deux siècles après la transformation de l’hippodrome en “amphithéâtre” (Zaydine 1986, 17-18) permet de supposer que des “combats” y étaient organisés.

22 Les transformations tardives subies par les hippodromes de Palestine et de Syrie ne sont pas réellement étudiées et l’attribution même de certaines structures à des édifices connus pour être liés à la présence ou non de troupes est souvent passée sous silence. A. Ostrasz considère ainsi que la galerie souterraine découverte dans la seule partie nord de l’arène et très semblable à celle mise au jour dans l’hippodrome de Césarée, aurait appartenu à l’euripus ou à la spina de l’hippodrome (Ostrasz 1989a). Il estimait également que la partie réduite de l’arène avait été utilisée pour des “Greek-style games” (Ostrasz 1989a, 73).

23 Des blocs de siège auraient servi à la fin du ive siècle à réparer le rempart (Ostrasz 1989b, 335), d’autres furent réutilisés pour la construction, au vie siècle, de la chapelle de Marianos (Gawlikowski & Musa 1986), voir fig. 2.

24 Kehrberg 2001b.

25 Gawlikowski & Mussa 1986.

26 Ostrasz 1989a ; 1989b ; Kehrberg 1989 ; 1992 ; Kehrberg & Ostrasz 1994 ; 1997.

27 Abu-Dalu 1993 ; Kehrberg & Ostrasz 1994.

28 Ostrasz 1989.

29 Cette hypothèse demande à être vérifiée. Des analyses de matériaux sont en cours.

30 Il s’agit en fait du grand tremblement de terre du 16 janvier 749. Les sources historiques s’accordaient sur l’heure, le jour et le mois de la catastrophe mais non sur l’année. La découverte de monnaies bien datées de septembre 748 dans la “poche” d’une des victimes de Scythopolis, retrouvée écrasée sous un portique, a permis de lever l’incertitude (Tsafrir & Foerster 1992).

31 Ostrasz 1989a, 75.

32 Ostrasz 1991, 242, 243.

33 Ostrasz 1993, 499.

34 Kehrberg & Ostrasz 1994, 546-547.

35 Kehrberg & Ostrasz 1997, 167.

36 Hendrix 1998, 639.

37 Hendrix 1995, 560.

38 Bourke & Hendrix 2001, 82.

39 Hendrix 1995, 560-561.

40 Hendrix 1998, 640.

41 Bourke & Hendrix 2001, 82.

42 Kehrberg & Ostrasz 1994.

43 Ostrasz 1993, 499.

44 Kehrberg & Ostrasz 1994.

45 Russell 1985, 38.

46 Parapetti 1989 ; Rasson & Seigne 1989.

47 Hendrix 1995, 561.

48 Parapetti 1989 ; Seigne 1989 ; Gawlikowski & Mussa 1989.

49 Ostrasz 1989a, 242 ; Ostrasz 1989b, 336.

50 Gawlikowski 1986.

51 Russell 1985, 47-49.

52 Hendrix 1998.

53 Kehrberg & Ostrasz 1994 ; Bourke & Hendrix 2001, 82.

54 Conrad 1986.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de Gerasa/Jerash, d’après Kraeling 1938, plan 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig. 2. Hippodrome, plan général. D’après Ostrasz 1993, fig. 34.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. Hippodrome, vue du nord. Cl. J. Seigne.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Fig. 4. Hippodrome, emplacement des “chambers W2 et W3”, d’après Ostrasz 1993.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 5. Hippodrome, ossements in situ dans W3, d’après Bourke & Hendrix 2001, 83, fig. 7.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 6. Hippodrome, “Raw data, Minimum number of individuals from chambers W2 and W3 (adults only), d’après & Hendrix 2001, 82, chart 1.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/705/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540