Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

A) Rome

L’Énéide et les origines de Rome : l'épopée étiologique

Damien Nelis

Testo integrale

1Le thème Origines Gentium m’invite à aborder cette étude du caractère étiologique de l'Enéide par une citation tirée des Origines de Caton (fr. 1.6, Chassignet) :

Cato in Originibus hoc dicit, cuius auctoritatem Sallustius sequitur in bello
Catilinae, primo Italiam tenuisse quosdam qui appellabantur Aborigines. Hos postea adventu Aeneae Phrygibus iunctos Latinos uno nomine nuncupatos
.

2Voici ce que l'ouvrage intitulé Origo Gentis Romanae 4.1-3 nous apprend au sujet de ces Aborigènes :

Quidam autem tradunt terris diluuio coopertis passim multos diuersarum regionum in montibus ad quos confugerant constitisse : e quibus quosdam sedem quarentes peruectos in Italiani Aborigines appellatos, graeca scilicet appellatione a cacuminibus montium quae illi ὄρη faciunt. Alii uolunt eos, quod errantes illo uenerint, primo Aberrigines, post mutata una littera, altera adempta,Aborigines cognominatos. Eos aduenientes Picus excepit permissos uiuere ut uellent.

  • 1 Cf. Briquel 1992.

3Ce n'est pas mon propos ici de tenter de mettre de l’ordre parmi les différentes versions de la préhistoire de l'Italie et du Latium que l'Antiquité nous a léguées. Il me suffit de relever que Virgile s'intéressait de près à ces questions dans l'Énéide1. Notons par exemple, dans une description de la “royale résidence du Laurente Picus" (trad. Perret), Laurentis regia Pici (Én., 7.171), l'emploi des mots ab origine reges (7.181), où Servius voyait déjà une allusion aux Aborigènes. Citons aussi les paroles d'Évandre au livre 8.313-23 de l'Énéide, en attirant une attention particulière sur le fait qu'il parle en tant que Romanae conditor arcis :

haec nemora indigenae Fauni Nymphaeque tenebant
gensque uirum truncis et duro robore nata,
quis neque mos neque cultus erat, nec iungere tauros
aut componere opes norant aut parcere parto,
sed rami atque asper uictu uenatus alebat.
primus ab aetherio uenit Saturnus Olympo
arma Iouis fugiens et regnis exsul ademptis.
is genus indocile ac dispersum montibus altis
composuit legesque dedit, Latiumque uocari
maluit, his quoniam latuisset tutus in oris.

  • 2 Briquel 1992, 76 n. 37.
  • 3 Briquel 1992, 81-82.

4Il ne fait pas de doute que les indigenae, dans ce contexte, doivent être considérés comme l'équivalent des Aborigènes2. Ces vers contiennent en fait trois étymologies du même mot. La fin de vers dispersum montibus altis fait allusion à sa dérivation du grec ὄρη (montibus), et du latin errare (dispersum). Et la mention de la race née truncis et duro robore pourrait faire penser à une dérivation de arbor ; aurait-on suggéré que les Aborigènes étaient nés des arbres3 ?

  • 4 Cf. Zanker 1988, ch. 5.
  • 5 Suét., Aug. 7.2 ; cf. Dion Cassius 53.16.7.
  • 6 Cf. Zanker 1988, 194f ; Galinsky 1996, 197-213.

5A l'époque augustéenne, le sujet des origines de Rome était plus que jamais à l’ordre du jour4. Auguste ne se présentait-il pas comme le second fondateur de la ville, comme celui qui seul était capable de la restaurer et de la remettre en contact avec ses plus anciennes traditions ? D'après Suétone5, certains voulaient qu'il prenne le nom Romulus. Ce dernier note en outre, par le moyen d'une citation d'Ennius (augusto augurio postquam incluta condita Roma est, Ann. 155 Skutsch). que même le titre d'Auguste n'était pas sans rapport avec la fondation de la ville. Auguste avait pour but de présenter en images la synthèse de deux versions mythiques des origines de Rome, celle d'Énée et celle de Romulus, ou, vu différemment, celle de Mars, père de Romulus, et celle de Vénus, mère d'Énée, et de s'inscrire non seulement dans la ligne de cette tradition mais surtout comme celui qui la conservait et la renouvelait6. Il en va de même dans l'Enéide.

  • 7 Cf. Hom., Il. 1.7, Ἀχιλλέυς, dernier mot de la première phrase de l'Iliade, et Apollonios de Rhodes(...)
  • 8 Cf. Morwood, 1991, 217-219 ; cf. aussi Zanker 1988, 328 et Austin 1971, au vers 7 : “This ringing l (...)
  • 9 A ce propos, cf. la lecture du huitième livre offerte par Novara 1986. De manière plus générale, cf (...)

6Il faut toutefois que le point suivant soit clair : l'Énéide de Virgile ne raconte pas le mythe de fondation de Rome, mais celui de la fondation de Lavinium. Énée doit fonder une ville (dum conderet urbem, Én., 1.5) à partir de laquelle (unde, Én., 1.6) Rome sera fondée (altae moenia Romae, Én., 1.7). Ceci dit, il est incontestable que la construction de la première phrase du poème attire toute notre attention sur Rome elle-même par la position occupée par le mot Romae, en fin de ligne7. L'Enéide raconte lu fondation de Lavinium (en fait le poète mettra fin à son récit avant l'acte de fondation) mais en même temps, elle retrace les origines de Rome. Un peu plus tard, Virgile exprime à nouveau cette idée dans le célèbre vers qui termine l'introduction de son poème (tantae molis erat Romanam condere gentem, Én., 1.33). Simultanément, la mention des ‘murs de la haute Rome’ (trad. Perret) au vers 7 fait venir à l'esprit non seulement les origines de la ville, mais également la Rome d'Auguste, la ville impériale qui était en cours de construction pendant que Virgile composait son épopée8. Dès ses premiers vers ce texte nous fait savoir que le temps lui-même et le déroulement du temps vont occuper une place capitale dans cette épopée qui raconte à la fois la fondation de Rome par Romulus, et sa refondation par Auguste9.

  • 10 Cf. Horsfall 1991 ; Franchi 1995.

7Je me propose au cours de cet article de considérer rapidement quelques passages dans lesquels Virgile traite des origines de Rome et de la fondations d'autres villes dans l'Énéide. Ensuite, je vais tenter de mettre en relief l'importance du temps et de l'histoire dans son projet épique. Et finalement, je vais proposer une lecture du prologue du troisième livre des Géorgiques de Virgile, passage dans lequel le poète met en scène sa pensée à propos du temps et de l'histoire et les difficultés soulevées par son ambition d'écrire une épopée à la fois mythologique, nationale et augustéenne. Car voilà la grande question : pourquoi choisir de parler d’Énée lorsque l'on s'est donné comme but de louer Auguste ? Et si l'on décide, après avoir considéré les alternatives, de se concentrer sur Énée tout en louant Auguste, comment s'y prendre ? Comment mélanger le passé et le présent, les origines de Rome et l'actualité augustéenne10 ? Les lecteurs antiques de Virgile voyaient déjà, bien sûr, un sujet d'importance dans la question des origines. La vie de Suétone-Donate (21) raconte que Virgile voulait écrire un poème dans lequel Romanae simul urbis et Augusti origo contineretur. Et Servius, dans l'introduction à son commentaire sur l'Énéide, juge que Virgile voulait avant tout imiter Homère et Augustum laudare a parentibus.

  • 11 Cf. Fustel de Coulanges 1864, 161-165 (édition Flammarion 1984) ; Schmid 1947, 189-198 ; Heinze1915(...)
  • 12 A propos des récits de fondations et l'étiologie, cf. Schmid 1947, 89 ; Franchi 1995, 96.
  • 13 Cf. Dubourdieu 1989.
  • 14 Pour la similarité avec Callimaque, cf. Feeney 1991, 185-186.

8Pour commencer, reprenons le prologue, le premier passage du poème dans lequel, comme nous venons de le voir, il est question des origines de Rome. Le poète raconte qu'Énée quitte la Troade pour l'Italie afin de fonder une ville, dum conderet urbem. Dès le début le héros est présenté comme un fondateur, un κτίστης, en fait comme le chef d'une expédition de colonisation11. Ainsi le récit se donne un caractère étiologique12. Ce poème explique l’origine du culte des Pénates dans le Latium (inferretque deos Latio)13 et les origines de Rome (unde --- altae moenia Romae, 1.7). Il n’est guère surprenant que les mots qui suivent soient Musa, mihi causas memora --- (1.8)l14.

9Le thème de la fondation d'une ville et de la construction de ses murailles revient souvent dans l'Énéide. Déjà aux vers 12 et suivant, Virgile évoque la fondation de Carthage par des colons Tyriens : Urbs antiqua fuit (Tyrii tenuere coloni)/ Karthago ---. De nombreux lecteurs romains furent certainement surpris de voir le récit de leurs origines et de l'arrivée des colons troyens en Italie commencer par une mention de la fondation de Carthage par des colons tyriens ! Peu après, la fondation de Patavium par Antenor est employée comme exemple par Vénus lorsqu'elle s'adresse à Jupiter. Cette dernière souligne que son fils Énée, après la chute de Troie (occasum Troiae tristisque ruinas, Én., 1.238) n'a pas pu fonder une nouvelle ville. Antenor, par contre (1.247-9) :

urbem Patemi sedesque locauit
Teucrorum et genti nomen dedit armaque fixit
Troia,

10Ses plaintes provoquent une prophétie de la part de Jupiter, la première révélation détaillée de la glorieuse histoire de Rome dans le poème. Celui-ci commence par rassurer ladéesse en lui annonçant qu'elle va voir la fondation d'une ville par Énée : cernes urbem et promissa Lauini/moenia (1.257f ; moenia ponet (1.264). Par la suite, Ascagne va fonder Albe la Longue, Longam multa ui muniet Albam (1.271), et Romulus assurera la fondation de Rome : Mauortia condet/moenia Romanosque suo de nomine dicet (1.276f). Enfin (1.286-8) :

nascetur pulchra Troianus origine Caesar,
imperium Oceano, famam qui terminet astris,
Iulius, a magno demissum nomen Iulo.

  • 15 Sur l’identification du Troianus---Caesar---Iulius, cf. Harrison 1996, 132 (“the Caesar of Aeneid 1 (...)

11Des origines jusqu'à César15, la prophétie de Jupiter, comme l'Énéide elle-même, contient la totalité de l'histoire de Rome. Vers la fin du premier livre, toute l'histoire des Tyriens, depuis leurs origines, nous est présentée de manière très subtile, lors du banquet offert aux Troyens par Didon (1.637-42) :

at domus interior regali splendida luxu
instruitur, mediisque parant conuiuia tectis :
arte laboratae uestes ostroque superbo,
ingens argentum mensis, caelataque in auro
fortia facta patrum, series longissima rerum
per tot ducta uiros antiqua ab origine gentis.

  • 16 Cf. Cairns 1989, 40.
  • 17 Mais cette destruction est la raison sine qua non de la fondation de Rome (non haec sine numine diu (...)

12Ce passage prolonge la mise en parallèle des Troyens et des Tyriens, établie dans les quatorze premiers vers du poème. Il reprend également le discours de Vénus aux vers 1.338-68, où les destins de Didon et d'Énée sont rapprochés16. Ainsi, le premier livre de l'Énéide offre un survol de l'histoire des Romains et des Tyriens ; c'est peut-être la raison pour laquelle la réponse d’Énée à Vénus paraît évoquer la composition d'une histoire annalistique : O dea, si prima repetens ab origine pergam/ et uacet annalis nostrorum audire laborum, ante diem clauso componet Vesper Olympo (1.372-4). Plus tard, après que Iopas a chanté les origines du monde (hic canit errantem lunam solisque labores,/unde hominum genus et pecudes, unde imber et ignes, 1.742f), Didon demande au héros de raconter ses aventures, immo age et a prima dic, hospes, origine nobis/insidias (1.753f). En fait, elle lui demande de raconter, dès l'origine, la destruction d'une ville17 !

13Au deuxième livre, lorsque les Troyens ont ouvert leurs murailles (diuidimus muros et moenia pandimus urbis, 2.234 ; portisque patentibus, 2.266) et que les Grecs sont en train de dévaster la ville, Hector apparaît devant Énée pour dire (2.290-5) :

hostis habet muros---
sacra suosque tibi commendat Troia penatis ;
hos cape fatorum comites, his moenia quaere
magna pererrato statues quae denique ponto.

14Au livre suivant, Énée essaie de fonder une ville en Thrace (moenia prima loco, 3.17), mais il est obligé de repartir. Arrivé en Crète, il essaie une fois encore (iura domosque dabam, 3.137), mais en vain, et les Pénates viennent à son secours (3.159f) :

tu moenia magnis
magna para longumque fugae ne linque laborem.
mutandae sedes.

15Ils lui expliquent qu'il doit se diriger vers l'Italie (3.167f) :

hae nobis propriae sedes, hinc Dardanus ortus
Iasiusque pater, genus a quo principe nostrum.

  • 18 A propos du parallèle avec la construction de Colonia Iulia Concordia Carthago entreprise par Jules (...)

16Mais au quatrième livre, Mercure, qui voit Énée en train de participer à la fondation de Carthage : Aenean fundantem arces ac tecta novantem/ conspicit (4.260f),18 lui fait de suite les reproches suivants (4.265-7) :

tu nunc Karthaginis altae
fundamenta locas pulchramque uxorius urbem
extruis ?

17Après son départ de Carthage, Énée arrive en Sicile où il fonde la ville de Ségeste (5.755-8) :

interea Aeneas urbem designat aratro
sortiturque domos ; hoc Ilium et haec locaTroiam
esse iubet. gaudet regno TroianusAcestes
indicitque forum et patribus dat iura uocatis.

  • 19 Cf. aussi Virgile, Én., 6.773-5 : hi tibi Nomentum et Gabios urbemque Fidenam,/ hi Collatinas impon (...)

18Arrivé aux Enfers, Énée entend Anchise parler de la fondation de Rome par Romulus (6.781-3)19 :

en huius, nate, auspiciis illa incluta Roma
imperium terris, animos aequabit Olympo,
septemque una sibi muro circumdabit arces

19et de la fondation d’un Age d'Or par Auguste (6.791-5) :

hic uir, hic est, tibi quem promitti saepius audis,
Augustus Caesar, diui genus, aurea condet
saecula qui rursus Latio regnata per arua
Saturno quondam, super et Garamantas et Indos
proferet imperium.

20Au septième livre, sur les bords du Tibre, lorsque son fils demande en plaisantant (7.1 16) : “heus, etiam mensas consumimus ?”, Énée se rappelle les paroles prophétiques de son père (7.124-7) :

cum te, nate, fames ignota ad litora uectum
accisis coget dapibus consumere mensas,
tum sperare domos defessus, ibique memento
prima locare manu molirique aggere tecta.

  • 20 Cf. Hardie 1994, 10-14.

21Mais est-ce une ville ou plutôt un camp qu'Énée se met à construire (7.157-9) ?20 ;

ipse humili désignat moenia fossa
moliturque locum, primasque in litore sedes
castrorum in morem pinnis atque aggere cingit.

  • 21 Cf. Novara 1986, ch. 3. D'Énée à Pallanteum, c'est-à-dire sur le site de Rome avant sa fondation, l (...)

22Quoi qu'il en soit, au livre suivant, Énée visite le site de Rome et, accompagné par Évandre, Romanae conditor arcis (8.313 ; cf. 8.336, deus auctor Apollo, et 8.357, hanc Ianus pater, hanc Saturnus condidit arcem), se promène à travers la ville, dans un passage où se mêlent d'une manière très complexe le passé, le présent et le futur (8.337-61)21. Après la visite guidée du site de la future Rome, nous avons droit à la fondation de la ville sur le bouclier d'Énée, fabriqué par Vulcain (8.630-5) :

fecerat et uiridi fetam Mauortis in antro
procubuisse lupam, geminos huic ubera circum
ludere pendentis pueros et lambere matrem
impauidos, illam tereti ceruice reflexa
mulcere alternos et corpora fingere lingua,
nec procul hinc Romam
---.

23Ce même passage, la description du bouclier d'Énée, nous offre en outre une description de la bataille d'Actium et du triomphe d'Auguste à Rome (8.714-6) :

at Caesar, triplici inuectus Romana triumpho
moenia, dis Italis uotum immortale sacrabat,
maxima ter centum totam delubra per urbem.

24Les images qui figurent sur le bouclier représentent ainsi la fondation de Rome et le triomphe d'Auguste après la bataille d'Actium. Comme Jupiter au premier livre et Anchise au sixième, Vulcain présente une histoire de Rome, de ses origines jusqu'à l'époque augustéenne.

  • 22 Cf. Novara 1986, 5 : “le poète --- a voulu incarner hic et nunc la mémoire historienne de Rome : at (...)

25L'Énéide joue constamment avec le temps, avec le temps des origines, avec l'âge d'or de Saturne et la préhistoire du Latium, en racontant la fondation de Troie, de Carthage, de Lavinium, d'Albe la Longue, de Rome et d'autres villes encore. Et pour Virgile, l'histoire de Rome trouve son apogée avec la refondation de Rome par Auguste22. Il est évident que la question des origines de Rome était au plein centre du projet épique virgilien. Il a fait de son épopée un récit de fondation, un récit étiologique. Et grâce à la force de ce récit, sa description des origines de Rome est devenue la version classique. Mais il aurait pu en aller autrement. Était-il naturel qu'un poète qui avait pour but de louer Auguste le fasse ainsi ? Virgile, heureusement, nous a laissé un texte qui témoigne du processus qui l'a mené à écrire la vie d'Énée, un héros dans l'Iliade, plutôt que celle d’Auguste, héros du monde contemporain.

26Au milieu de ses Géorgiques, au début du troisième livre, Virgile s'attarde un instant avant de jeter son regard vers sa future carrière poétique (Géorg. 3.8-9) :

temptanda uia est, qua me quoque possim
tollere humo uictorque uirum uolitare per ora.

  • 23 Pour Thomas 1988, ad 3-8, “the rejected thèmes are generally Alexandrian, some specifically Callima (...)
  • 24 Cf. Thomas 1988, ad loc.
  • 25 A propos de la métaphore dans laquelle le temple représente un poème, cf. Thomas 1983, 97-99. L'inf (...)

27Il fait ici allusion à Ennius (cf. Épigr. 1.4 Vahlen ; uolito uiuus per ora uirum) pour annoncer l'épopée qu'il projette d'écrire. Ce poème ne sera pas destiné à des “esprits inoccupés” (trad. de Saint Denis, uacuas mentes vers 3) ; ce sera une œuvre engagée et publique (3.9, déjà cité). Elle ne prendra pas la forme d'un récit mythologique (Eurystheus, Busiris, Hylas, Délos, île de Latone, Pélops et Hippodamie, omnia iam uulgata, 3. 4-8)23, mais, composée dans un style hellénistique ou alexandrin (deducam, 3.11)24, elle l'emportera sur ses modèles grecs. Sur les bords du Mincius (3.14-15), le poète (se présentant comme victor, vers 17 ; cf. 9) construira un temple en marbre (templum de marmore ponam, 3.13)25, dominé par César lui-même (3.16) :

in medio mihi Caesar erit templumque tenebit

  • 26 Quirinus signifie Romulus, mais ici on doit penser surtout à Octave ; voir Mynors 1990 et Thomas 19 (...)
  • 27 Cf. Kraggerud 1998, 12.

28Sur ses portes (in foribus, 3.26) il fera figurer ses victoires militaires (uictoris arma Quirini, 3.27)26. Tout porte à penser que ce futur poème sera une épopée historique consacrée aux exploits d'Octave27.

29Mais un changement de direction semble s'annoncer par la suite (3.34-6) :

stabunt et Parii lapides, spirantia signa,
Assaraci proles demissaeque ab Ioue gentis
nomina, Trosque parens et Troiae Cynthius auctor.

  • 28 A propos du rôle joué par la généalogie dans l'Énéide, cf. Suerbaum 1967 = 1993, 194-222.

30Ici, on passe d'Octave à Assaracus, à Zeus lui-même, à Tros et à Apollon. Ce poème traitera aussi des origines de Troie et de sa fondation par Apollo Cynthius. Il comprendra en outre un aspect généalogique (proles, nomina, parens, 3.35-6) qui permettra de faire le lien entre le passé Troyen et le monde contemporain de Virgile28. Finalement, le passé, le présent et le futur sont réunis dans les vers qui terminent ce prologue (3.46-8) :

mox tamen ardentis accingar dicere pugnas
Caesaris et nomen fama tot ferre per annos,
Tithoni prima quot abest ab origine Caesar.

31Le poète se prépare à chanter des victoires militaires d'Auguste ; encore une fois il semble annoncer une épopée historique. Toutefois, les trois derniers mots s'appliquent de manière surprenante à l'Énéide, un poème mythologique qui comprend à la fois l'origo de Rome et l'apogée de son histoire dans le personnage d'Auguste.

32Lorsque l'on parle du passé pour remonter jusqu'aux origines d’un peuple, la tradition antique veut que l'on raconte des généalogies, des fondations, et que l'on traite des rapport ethniques entre cités. Polybe, par exemple, dit (9.1.4 ; cf. 12.26d.2) :

τòν μὲν γὰρ φιλήκοον ὁ γενεαλογικòς τροπòς ἐπισπᾶται,
τòν δὲ πολυπράγμονα καὶ περιττòν ὁ περὶ τὰς ἀποικίας
καὶ κτίσεις και συγγενείας...

33Dans notre passage, Virgile semble promettre un poème (carmine 3.3, Musas, 3.11) qui englobera l'histoire contemporaine, soit une épopée historique ; son poème comprendra également, comme nous venons de le voir, un récit généalogique (proles, nomina, parens, 3.35-6), et un récit de fondation, celle de Troie (Troiae Cynthius auctor, 3.36) et celle de Rome (implicite dès la mention de Assaracus, 3.35), afin de célébrer les rapports ethniques entre les deux villes. Dans ce temple/poème sera donc représentée toute la lignée de descendance des Troyens et des Romains, de Zeus à César. En fait, l'Enéide remontera plus loin encore dans le temps, jusqu'aux origines du monde, dans le chant d'Iopas (Én., 1.742-7) :

hic canit errantem lunam solisque labores,
unde hominum genus et pecudes, unde imber et ignes,
Arcturum pluuiasque Hyadas geminosque Triones,
quid tantum Oceano properent se tingere soles
hiberni, uel quae tardis mora noctibus obstet ;
ingeminant plausu Tyrii, Troesque sequuntur.

  • 29 A propos des rapports étroits entre la fin du deuxième livre des Géorgiques et le prologue du Géorg (...)

34C'est une fois encore dans les Géorgiques que Virgile nous livre ses plus profondes réflexions sur la cosmogenèse, le temps et l'histoire. Juste avant de révéler une image de sa future épopée, il écrit (Georg., 2.475-82)29 :

Me uero primum dulces ante omnia Musae,
quarum sacra fero ingenti percussus amore,
accipiant caelique uias et sidera monstrent,
defectus solis uarios lunaeque labores ;
unde tremor terris, qua ui maria alta tumescant
obicibus ruptis rursusque in se ipsa residant,
quid tantum Oceano properent se tingere soles
hiberni, uel quae tardis mora noctibusobstet.
sin has ne possim naturae accedere partis
frigidus obstiterit circum praecordia sanguis,
rura mihi et rigui placeant in uallibus amnes,
flumina amem siluasque inglorius.

  • 30 Cf. Innes 1979.
  • 31 Cf. Hardie 1986.
  • 32 Cf Horsfall 1995, 97.

35Virgile ambitionne d'être un poète de la nature, de la philosophie naturelle, capable de rerum cognoscere causas (Georg., 3.490). S'il échoue, il se contentera de chanter des cours d'eau et des bois, amnes --- siluasque. Au tout début du troisième livre, il reprend ces sujets : canemus --- uos, siluae amnesque Lycaei (3.1-2 ; cf. 42-5). Pour le futur (mox, 3.46) il se réserve l'idée d’une épopée. Mais l’on sait que dans l'antiquité, la poésie de la philosophie naturelle, celle des rerum causae, était considérée comme le sujet le plus ambitieux possible30, et que l'Énéide s'avère être un poème qui traite à la fois de cosmologie et d'histoire, du cosmos et de l'Empire31. Il va de soi qu'au milieu de ses Géorgiques déjà Virgile avait une idée très précise de la forme qu'allait prendre son épopée32.

  • 33 Cf. Knauer 1964.
  • 34 Cf Horsfall 1991.

36Ses réflexions à propos de son projet épique montrent combien Virgile était intéressé par le problème du temps, par la question relative aux difficultés d'englober dans un récit épique toute l'histoire de Rome, et celle du monde même. Finalement, c'est une Énéide qu'il a composée, et non pas une Augustéide. Comment le poète se décida-t-il sur l'approche qu'il a finalement choisie ? L'Énéide n'est pas une épopée historique à la manière des poèmes consacrés à la vie d'Alexandre le Grand, c’est une épopée mythologique, telles l'Iliade et l'Odyssée. Chacun sait bien que l'Énéide est le récit des errances d’Énée entre Troie et le Tibre, autrement dit une Odyssée, et celui d’une guerre entre Troyens et Italiens, une Iliade. Il ne fait pas de doute que Virgile rivalisait avec Homère et qu'il a voulu réunir, dans un seul poème, les deux textes homériques33. Mais en même temps, comme on vient de le voir, cette épopée formellement homérique contient un grand élément historique. Ce récit est obsédé par l'histoire de Rome dont il englobe l'intégralité, des origines à l'époque augustéenne. D'où lui est venue cette idée ? S'agissait-il d'une toute nouvelle approche de la part de Virgile, ou existait-il des exemples ou des modèles qui auraient guidé le poète vers cette solution, en réponse au problème qui se posait34 ?

  • 35 Cf. Sandbach 1965-1966= 1990.
  • 36 Cf. Horsfall 1991, 204-205 pour une étude plus détaillée de ces catégories et d'autres encore.
  • 37 Cf. par exemple, George 1974 ; Binder 1988 ; Horsfall 1991 ; Franchi 1995

37Les techniques littéraires qui ont permis à Virgile d'inscrire l'histoire contemporaine dans sa “suite d'Homère” sont pour la plupart bien connues : une prophétie (fabor enim --- longius et uoluens fatorum arcana mouebo, Én. 1.261-2 ; cf. 6.759, te tua fata docebo) ; la description d'un bouclier (illic res Italas Romanorumque triumphos---fecerat ignipotens, Én., 8.626-7) ; l’emploi de la généalogie (cf. 5.116-23, 5.568-9, 8.628-9) et des anachronismes35 ; des récits de fondations de villes et des étiologies (cf. 5.755-761 pour la fondation de Segeste et l'origine du culte de Venus Erycina ; cf. 6.378-83, 6.232-5, 7.1-4)36. En ce qui concerne les récits étiologiques en particulier, on a souvent remarqué que Virgile était fortement influencé par Callimaque. Cela ne fait pas de doute37. Mais les Aetia constituent un poème élégiaque, et non pas une épopée. Virgile trouva-t-il également un modèle pour sa démarche dans le genre épique ? A mon sens, la réponse à cette question doit être affirmative : il s'agit des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes.

  • 38 Cf. Hunter 1991, 1994, ch. 6, 1995.
  • 39 Pour ce débat, cf. Bulloch et al. 1993.
  • 40 Soulignons à ce propos que la tendance de la recherche la plus récente sur la poésie hellénistique (...)

38Lorsque l’on mentionne l'œuvre d'Apollonios, la majorité des lecteurs pense au troisième livre et aux amours de Jason et Médée. Mais durant ces vingt dernières années les Argonautiques ont attiré des lecteurs qui ont trouvé bien des mérites à ce poème si souvent critiqué auparavant. Cette nouvelle approche, qui ne voit en Apollonios ni un simple imitateur d’Homère ni une pâle et inférieure préfiguration de Virgile, a montré que ce texte complexe et fascinant doit être considéré comme un produit de son temps. Je n'entends pas passer en revue les résultats de vingt ans de recherches sur Apollonios de Rhodes. J'aimerais surtout mettre l'accent sur un point, à savoir l'historisation du poème, la découverte d'une épopée dans laquelle mythe est histoire, passé et présent se mêlent, une épopée qui doit être lu à la lumière du contexte culturel et politique de l'Alexandrie des Ptolémées au milieu du iiie s. a.C. Richard Hunter en particulier a tenté de démontrer qu’un poème qui représente des Grecs à l'étranger doit avoir une résonnance toute particulière dans l'Alexandrie d'Apollonios38. Il ne fait pas de doute que cette ville et ses rois se posaient des questions sur leur identité et leurs rapports avec le passé, même si l'idée d’une vaste crise d’indentité collective a été souvent exagérée39. En même temps, Christian Jacob et d'autres ont bien montré comment la construction et l'organisation de la Bibliothèque d'Alexandrie représentent un geste politique, un effort de posséder le passé et, en quelque sorte, de le contrôler. Considérons en outre, en ce qui concerne les Argonautiques d'Apollonios en particulier, les rapports culturels entre la Colchide et l'Égypte, le fait qu'Apollonios conduit ses Grecs en Afrique du Nord et qu’il fait allusion à la fondation de Cyrène. Rappelons aussi l'aspect encomiastique de la poésie de Callimaque et Théocrite, et le fait qu'Apollonios était à la tête de la bibliothèque. On admettra qu'il est difficile de croire que sous ce récit mythique, la geste des Argonautes, écrite par un tel poète, à une telle époque, ne se cachent pas de multiples références et allusions, aujourd'hui certes difficilement repérables, à l'actualité politico-culturelle d'Alexandrie ptolémaïque40. Reprenons rapidement quelques passages d’Apollonios où le poète joue avec le temps pour créer des liens entre le monde de ses héros et le monde contemporain. Je me propose, sur la base des quelques points rassemblés ici, de monter comment l'exemple d'Apollonios a eu une grande influence sur Virgile.

39La veille du départ des Argonautes pour la Colchide, c’est un chant d'Orphée qui les divertit (1.496-511) :

Ἤειδεν δ’ ὡς γαῖα καὶ οὐρανòς ἠδὲ θάλασσα,
τò πρὶν ἐπ’ ἀλλήλοισι μιῇ συναρηρóτα μορφῇ,
νείκεος ἐξ ὀλοοῖο διέκριθεν ἀμφὶς ἕκαστα.
ἠδ’ ὡς ἔμπεδον αἰὲν ἐν αἰθέρι τέκμαρ ἔχουσιν
[500] ἄστρα σεληναίης τε καὶ ἠελίοιο κέλευθοι.
οὔρεά θ’ ὡς ἀνέτειλε, καὶ ὡς ποταμοὶ κελάδοντες
αὐτῇσιν Νύμφῃσι καὶ ἑρπετὰ πάντ’ ἐγένοντο.
’Ήειδεν δ ὡς πρῶτον Ὀφίων Εὐρυνόμη τε
Ὠκεανὶς νιφόεντος ἔχον κράτος Οὐλύμποιο.
[505] ὥς τε βίῃ καὶ χερσὶν ὁ μὲν Κρόν εἴκαθε τιμῆς.
δὲ Ῥέῃ, ἔπεσον δ’ἐνὶ κύμασιν Ὠκεανοῖο.
οἱ δὲ τέως μακάρεσσι θεοῖς Τιτῆσιν ἄνασσον,
ὄφρα Ζεὺς ἔτι κοῦρος, ἔτι φρεσὶ νήπια εἰδώς,
Δικταῖον ναίεσκεν ὑπò σπέος, οἱ δέ μιν οὔ πω
γηγενέες Κύκλωπες ἐκαρτύναντο κεραυνῷ
[510] βροντῇ τε στεροπῇ τε· τὰ γὰρ Διὶ κῦδος πάζει.

  • 41 Cf. Detienne & Vernant 1974, 148-149 ; Hunter 1993, 162-169.
  • 42 Cf. Hunter 1991, 94-99.
  • 43 Cf. Hunter 1991,95-96.

40Comme Iopas, l'aède chante les origines du monde. Dans les deux cas on remonte à une cosmogenèse pour situer toute l'histoire des hommes dans son cadre le plus vaste possible. Apollonios, qui place ce chant juste avant le départ des héros, met ainsi en parallèle l'histoire du monde et le voyage des Argonautes. Le voyage vers la Colchide et le retour en Grèce deviennent ainsi un voyage dans le temps vers le présent, vers le monde contemporain du narrateur41. Plus tard, au quatrième livre (4.257-293), Apollonios revient sur ce thème. Ce passage très complexe nous ramène une fois encore aux temps primordiaux de l'univers42. Il traite de la préhistoire de l'Égypte, de la Grèce, et du monde entier, faisant en outre de la Colchide une colonie égyptienne. En tant que voyageur, porteur de civilisation et fondateur, Sésostris doit être comparé à Jason, Alexandre et les Ptolémées. De la même manière Virgile remonte aux temps antérieurs à la civilisation et la fondation des villes43. Cf Én.,3.102-10 :

tum genitor ueterum uoluens monimenta uirorum
'audite, o proceres,'ait'et spes disciteuestras.
Creta louis magni medio iacet insula ponto,
mons Idaeus ubi et gentis cunabulanostrae.
centum urbes habitant magnas, uberrima regna,
maximus unde pater, si rite audita recordor,
Teucrus Rhoeteas primum est aduectus in oras, optauitque locum regno, nondum Ilium et arces
Pergameae steterant ; habitabant uallibus imis. '

41et Én.. 8.313-23 :

tum rex Euandrus Romanae conditor arcis :
haec nemora indigenae Fauni Nymphaeque tenebant
gensque uirum truncis et duro robore
nata,
quis neque mos neque cultus erat, nec iungere tauros
aut componere opes norant aut parcere
parto,
sed rami atque asper uictu uenatusalebat.
primus ab aetherio uenit Saturnus Olympo
arma Iouis fugiens et regnis exsulademptis.
is genus indocile ac dispersum montibus altis
composuit legesque dedit.
Latiumque uocari
maluit, his quoniam latuisset tutus in oris.

42et 4.261-76 :

Οὔ πω τείρεα πάντα τά τ’ οὐρανῷ εἱλίσσονται,
οὐδέ τί πω Δαναῶν ἱερòν γένος ἦεν ἀκοῦσαι
πευθομένοις- οἶοι δ’ἔσαν Ἀρκάδες Ἀπιδανῆες,
Ἀρκάδες, οἳ καὶ πρόσθε σεληναίης ὑδέονται
ζώειν, φηγòν ἔδοντες ἐν οὔρεσιν οὐδὲ Πελεσγὶς
χθὼν τότε κυδαλίμοισιν ἀνάσσετο Δευκαλίδῃσιν,
ἦμος ὅτ’ Ἠερίη πολυλήιος ἐκλήιστο
μήτηρ Αἴγυπτος προτερηγενέων αἰζηῶν,
καὶ ποταμòς Τρίτων εὐρύρροος ᾧ ὕπο πᾶσα
ἄρδεται Ἠερίη, Διόθεν δέ μιν οὔ ποτε δεύει
ὄμβρος ἅλις, προχοῇσι δ’ ἀνασταχύουσιν ἄρουραι.
νθεν δή τινά φασι πέριξ διὰ πᾶσαν ὁδεύσαι
Εὐρώπην Ἀσίην τε, βίῃ καὶ κάρτεϊ λαῶν
σφωιτέρων θάρσει τε πεποιθότα· μυρία δἄστη
νάσσατ’ ἐποιχόμενος, τὰ μὲν ἤ ποθι ναιετάουσιν
ἠὲ καὶ οὔ· πουλὺς γὰρ ἄδην ἐπενήνοθεν αἰών.

.

43Ces passages invitent à une comparaison entre Énée et les héros-fondateurs Teucros, Dardanos et Sésostris. Pour Apollonios il s'agit de l'histoire de la civilisation grecque depuis ses plus lointaines origines, pour Virgile, de toute l'histoire de la civilisation romaine.

44Les Argonautiques contiennent de nombreux exemples de récits étiologiques, employés de manière à systématiquement mettre en rapport le présent, le monde du narrateur et le passé héroïque. Par exemple, 1.1321-1323 :

Αὔτως δ’ αὖ Πολύφημον ἐπὶ προχοῇσι Κίοιο
πεπρωται Μυσοῖσι περικλεὲς ἄστυ καμόντα
μοῖραν ἀναπλήσειν Χαλύβων ἐν ἀπείρονι γαίῃ.

  • 44 Cf. Apollonios de Rhodes 2.837-844a, 851-857.

45et 1345-5744 :

Τὼ δὲ Διòς βουλῇσιν, ὁ μὲν Μυσοῖσι βαλέσθαι
μέλλεν ἐπώνυμον ἄστυ πολισσάμενος ποταμοῖο
Εἰλατίδης Πολύφημος, ὁ δ’ Εὐρυσθῆος ἀέθλους
αὖτις ἰὼν πονέεσθαι. Ἐπηπείλησε δὲ γαῖαν
Μυσίδ’ ἀναστήσειν αὐτοσχεδόν, ὁππότε μή οἱ
ζωοῦ εὕροειν λα μόρον ἠὲ θανόντος.
Τοῖο δὲ ύσι’ ὄπασσαν ἀποκρίναντες ἀρίστους
υἱέας ἐκ δήμοιο, καὶ ὅρκια ποιήσαντο
μή ποτε μαστεύοντες ἀπολλήξειν καμάτοιο.
Τούνεκεν εἰσέτι νῦν περ λαν ἐρέουσι Κιανοί,
κοῦρον Θειοδάμαντος, ἐυκτιμένης τε μέλονται
Τρηχῖνος· δὴ γάρ α καταυτόθι νάσσατο παῖδας
οὕς οἱ ύσια κεῖθεν ἐπιπροέηκαν ἄγεσθαι.

46Cf. enfin 4.645-59 :

Δηναιοὶ δ’ ἀκτὰς ἁλιμυρέας εἰσαφίκοντο,
ρης ἐννεσίῃσι δι’ θνεα μυρία Κελτῶν
καὶ Λιγύων περόωντες ἀδήιοι · ἀμφὶ γὰρ αἰνὴν
ἠέρα χεύε θεὰ πάντ’ ἤματα νισομένοισι.
Μεσσότατον δ’ ἄρα τοί γε διὰ στόμα νηὶ βαλόντες,
Στοιχάδας εἰσαπέβαν νήσους, σόοι εἵνεκα κούρων
Ζηνός· δὴ βωμοί τε καὶ ἱερὰ τοῖσι τέτυκται
μπεδον οὐδ’ οἶον κείνης ἐπίουροι ἕποντο
ναυτιλίης, Ζεὺς δέ σφι καὶ ψιγόνων πόρε νῆας.
Στοιχάδας αὖτε λιπόντες ἐς Αἰθαλίην ἐπέρησαν
νῆσον, ἵνα ψηφῖσιν ἀπωμόρξαντο καμόντες
ἱδρῶ ἅλις· χροιῇ δὲ κατ’ αἰγιαλοῖο κέχυνται
εἴκελοι<……………….
………> ἐν δὲ σόλοι καὶ τρύχεα θέσκελα κείνων,
ἔνθα λιμὴν Ἀργῷος ἐπωνυμίην πεφάτισται.

  • 45 Cf. Apollonios de Rhodes 4.1766-1772, pour l'origine de l'Hydrophorie célébrée en l’honneur d'Apoll (...)
  • 46 Cf. Apollonios de Rhodes 4.1755-1764 pour la création de Théra, cité-mère de Cyrène, et une allusio (...)
  • 47 A propos du bouclier et son statut d'imago mundi cf. Hardie 1986, ch. 8. Cf. la scholie antique aux (...)

47On trouve ici des étiologies et un mélange du passé et du futur qui ne peut qu’évoquer l’image d’un lecteur (ou lectrice) grec soucieux de son passé hellénique et de l’origine de sa religion et de ses cultes45, et même des villes46. Pour terminer, comme modèle direct de la description de la fondation de Rome sur le bouclier, la fondation de Thèbes par Amphion et Zéthos est représentée sur le manteau de Jason (1.735-41)47 :

Ἐν δ’ ἔσαν Ἀντιόπης Ἀσωπίδος υἱέε δοιώ,
Ἀμφίων καὶ Ζῆθος. Ἀπύργωτος δ’ ἔτι Θήβη
κεῖτο πέλας, τῆς οἵ γε νέον βάλλοντο δομαίους
ἱέμενοι · Ζῆθος μὲν ἐπωμαδόν ἠέρταζεν
οὔρεος ἠλιβάτοιο κάρη, μογέοντι ἐοικώς·
Ἀμφίων δ’ ἐπὶ οἶ χρυσέῃ φόρμιγγι λιγαίνων
ἤιε, δὶς τόσση δὲ μετ’ ἴχνια νίσετο πέτρη.

  • 48 Cf. Schmid 1947, 65-87. Sur Virgile et Apollonios, voir Nelis 2001

48Précisons qu'Apollonios de Rhodes fut en outre l'auteur de plusieurs ktiseis, aujourd'hui malheureusement perdues, parmi lesquelles se trouvait une Fondation d'Alexandrie48.

  • 49 Cf. Hardie 1986,33 sq.

49L'intérêt tout particulier de cette épopée hellénistique pour Virgile au moment où il se préparait à commencer une épopée romaine me paraît manifeste. Une lecture des Argonautiques a dû donner beaucoup de matière à penser à un poète romain composant une épopée qui traitait d’Énée et d'Auguste, du passé héroïque et du monde contemporain, de Troie et de Rome, de l'histoire de son peuple et de l'histoire du monde. Revenons-en pour terminer au cadre plus vaste dans lequel Virgile situe son épopée des origines, c'est-à-dire le parallélisme qu'il crée entre les origines de Rome et les origines du monde49.

50La mise en parallèle entre l'Urbs et l'orbis, entre Rome et le monde entier, est une idée clef à la fois de l'époque augustéenne et de l'Enéide, comme l'a démontré Philip Hardie dans son livre intitulé Virgil's Aeneid : Cosmos and Imperium (Oxford, 1986), et l’on pensera évidemment aussi au livre de Claude Nicolet, L'inventaire du Monde (Paris, 1988). Hardie souligne, comme nous avons déjà mentionné, que d’après les Anciens, le poète idéal se doit d'être un philosophe, un hiérophante de la nature, et montre comment les sujets cosmologiques, parfois masqués sous le visage des gigantomachies, représentent le sujet poétique le plus ambitieux possible. Il applique ensuite cette approche à l'Énéide pour découvrir que le poète qui célèbre Auguste le situe au sein d’un monde et d’un cosmos romains, présentant le princeps comme celui qui contrôle la nature même. La domination universelle de Rome est une idée fondamentale de l'époque et de l'épopée. Virgile ne perd pas de temps avant de souligner l'importance de ce thème, lorsque Jupiter déclare (Én 1.275-9) :

inde lupae fuluo nutricis tegmine laetus
Romulus excipiet gentem et Mauortia condet
moenia Romanosque suo de nominedicet.
his ego nec metas rerum nec tempora pono :
imperium sine fine dedi.

  • 50 Cf. Hardie 1986, 344 n. 31,345-346, 350, 363.

51Dans ces vers, on passe directement de la fondation da la ville à la conquête du monde entier. De manière comparable, la description du bouclier d'Énée au huitième livre passe des origines à la domination universelle de Rome, de la fondation de la ville par Romulus à sa seconde fondation par Auguste, dans le cadre de son extension du pouvoir de Rome aux contins du monde. L'Empire est dès lors égal au monde, la ville remplit le cosmos. Et un récit de fondation, une ktisis, devient ainsi une cosmogenèse50.

  • 51 Cf. Hunter 1993, 167-168.

52Une fois encore, la prise en compte de l'existence de ce thème dans les Argonautiques et dans les Géorgiques apporte des éclaircissements sur la pensée virgilienne dans l'Énéide. Chez Apollonios déjà, comme nous l'avons vu, les fondations de Sésostris se situent dans le contexte d'une cosmogenèse. Plus tard, le récit de la fondation de Théra est présentée de manière très semblable51. C'est une fois encore dans les Géorgiques que Virgile nous livre le fruit de ses reflexions à propos de ce thème dans la tradition épique. Il révèle d'abord son goût pour les sujets cosmologiques dans la tradition de Lucrèce et d'Empédocle (felix qui potuit rerum cognoscere causas, Géorg., 2.490), précisant, que s'il n'y réussit pas, il se contentera de devenir le poète de la campagne (fortunatus et ille deos qui novit agrestis, Géorg., 2.493). Vient ensuite un long éloge de la vie rustique qui se termine avec les vers suivants (Géorg., 2.532-40) :

hanc olim ueteres uitam coluere Sabini,
hanc Remus et frater ; sic fortis Etruria creuit
scilicet et rerum facta est pulcherrima Roma,
septemque una sibi muro circumdeditarces.
ante etiam sceptrum Dictaei regis et ante
impia quam caesis gens est epulata iuuencis,
aureus hanc uitam in terris Saturnus agebat ;
necdum etiam audierant inflari classica, necdum
impositos duris crepitare incudibus ensis.

53Ainsi, à la fin du deuxième livre des Géorgiques, une section du poème qui a débuté avec les mots du poète sur son ambition de chanter les origines du monde se termine sur la fondation de Rome. Les vers 539-40 rappellent en outre la guerre civile décrite à la fin du premier livre (1.498-514), en particulier le vers 1.508, et curuae rigidum falces conflantur in ensem. L'idée de l'âge d’or semble provoquer l'image de sa négation dans l'histoire récente de Rome, avec les guerres civiles. Nous avons là encore un lien direct tracé entre la fondation de la ville et le monde contemporain de Virgile. Et au début du troisième livre, lorsqu'il semble envisager un poème épique sur les guerres de César, Virgile relie encore une fois les origines de son peuple et le monde contemporain, --- ab origine Caesar (Géorg., 3.48). Dans ces deux passages il n'y a pas d'opposition entre l'ambition de décrire la création du monde et celle d'écrire une épopée augustéenne. Dans les deux cas il s'agit de comprendre les origines, qu'il s'agisse de la création du monde, ou de la fondation de la ville de Rome et d'un cosmos romain. Lorsqu'il signale qu'il va écrire les origines des Romains, Virgile entreprend en même temps un projet plus ambitieux : comme Iopas, il chante lui aussi les origines qui demeurent les moins connues de toutes, les origines du monde.

Bibliografia

BIBLIOGRAPHIE

Altheim-Stiehl, R. et Rosenbach, M., éd. (1986) : Beiträge zur altitalischen Geistesgeschichte, Festschrift Gerhard Radke, Münster.

Austin, R. G. (1971) : P. Vergili Maronis Aeneidos Liber Primus, Oxford.

Baratin. M. et Chr. Jacob, éd. (1996) : Le Pouvoir des Bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Paris.

Binder, G. (1988) : “Aitiologische Erzählung und Augusteisches Programm in Vergils Aeneis, Saeculum Augustum, 2, 255-87, Wege der Forschung Band 512, Darmstadt.

Borgeaud, P., éd. (1991) : Orphisme et Orphée, en l'honneur de Jean Rudhardt, Recherches et Rencontres. Publications de la Faculté des Lettres de Genève, 3.

Bornmann, F. (1984) : EV, 1, s.v. Callimaco, 618-621.

Briquel, D. (1992) : “Virgile et les Aborigènes”, REL, 70, 69-91.

Buchheit, V. (1963) : Vergil über die Sendung Roms : Untersuchungen zum Bellum Punicum und zur Aeneis. Gymnasium Beiheft, 3, Heidelberg.

Buchheit, V. (1972) : Der Anspruch des Dichters in Vergils Georgika : Dichtertum und Heilsweg, Impulse der Forschung Band, 8, Darmstadt.

Bulloch, A. W. E. S. Gruen. A. A. Long et A. Stewart (1993) : Images and Ideologies : Self-définition in the Hellenistic World, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Burton, J. B. (1995) : Theocritus' Urban Mimes : Mobility, Gender, Patronage, Berkeley-Los Angeles-Londres.

Busch, S. (1993) : “Orpheus bei Apollonios Rhodios”, Hermes, 121, 301-24.

Cairns, F. (1979) : Tibullus, A Hellenistic Poet at Rome, Cambridge.

— (1989) : Virgil’s Augustan Epic, Cambridge.

Calame, C. (1991) : “Eros initiatique et la cosmogonie orphique” in : Borgeaud 1991,227-247.

Cameron, A. (1992) : “Genre and Style in Callimachus”, TAPA, 122,305-312.

— (1995) : Callimachus and his Critics, Princeton.

Carney, E. D. (1986) : “City-founding in the Aeneid” in : Deroux 1986, 422-430.

Clausen, W.V. (1987) : Virgil's Aeneid and the Tradition of Hellenistic Poetry, Berkeley-Los Angeles.

Della Corte, F. (1987) : Filologia e forme letterarie, Studi offerti a Francesco della Corte, Urbino.

Derous, C. éd. (1986) : Studies in Latin Literature and Roman History, Collection Latomus, 196, Bruxelles.

Desport, M. (1952) : L'Incantation virgilienne : Virgile et Orphée, Bordeaux.

Detienne, M. et J.-P. Vernant (1978) : Les ruses de l'intelligence : la métis des Grecs, Paris.

Dingel, J. (1995) : “Corythus bei Vergil und Silius Italicus”, Phitologus, 139, 89-96.

Diggle, J.B. et alii (1989) : Studies in Latin Literature and its Tradition in Honour of C.O. Brink, The Cambridge Philological Society Supplementary Volume 15, Cambridge.

Dubourdieu, A. (1989) : Les origines et le développement du cultes des Pénates à Rome, Coll. EFR 118, Rome.

Duckett, (1920) : Hellenistic Influence on the Aeneid, Smith College Classical Studies 1, Northampton, Massachussets.

Eden. P. T. (1975) : A Commentary on Virgil, Aeneid VIII, Mnemosyne Supplement 15, Leyde.

Edwards, C. (1996) : Writing Rome : Textual Approaches to the City, Cambridge.

Erskine, A. (1995) : “Culture and Power in Ptolemaic Egypt : the Museum and Library of Alexandria” G&R 42 38-48.

Farrell, J. (1991) : Vergil's Georgics and the Traditions of Ancient Epic : The Art of Allusion in Literarv History. New York-Oxford.

Fedeli. P. (1984) : EV, 1, s.v. “Aition”, 73-75.

Feeney, D.C. (1991) : The Gods in Epic. Poets and Critics of the Classical Tradition, Oxford.

Franchi, B. (1995) : “L’epos virgiliano e l'etiologia”, MD, 34, 95-106.

Fuchs, H. (1947) : “Rükschau und Ausblick im Arbeitsreich der lateinischen Philologie”, MH, 3, 147-198.

Fustel de Coulanges, N. D. (1864, réimp. 1984) : La cité antique. Paris.

Gabba, E. (1991) : Dionysius and the History of Archaic Rome, Sather Classical Lectures 56, Berkeley-Los Angeles.

Galinsky, G. K. (1996) : Augustan Culture : an Interpretive Introduction, Princeton.

Gatz, B. (1967) : Weltalter, goldene Zeit und sinnverwändte Vorstellungen, Spudasmata 16, Hildesheim.

George, E. V. (1974) : Aeneid VIII and the Aitia of Callimachus, Mnemosyne Suppl. 27, Leyde.

Geymonat, M. (1993) : “Callimachus at the End of Aeneas' Narration”, HSCPh, 95, 323-331.

Goldberg, S. M. (1995) : Epic in Republican Rome, New York-Oxford.

Graf, F., éd. (1993) : Mythos im mythenloser Gesellschaft : das Paradigma Roms, Colloquium Rauricum Band 3, Stuttgart-Leipzig.

Gransden, K. W. (1976) : Virgil, Aeneid, 8, Cambridge.

— (1984) : Virgil's Iliad : an Essay on Epic Narrative, Cambridge.

Grimal, P. (1982) : “Virgile artisan de l'Empire romain”, CRAI, 748-760.

— (1985) : Virgile, ou la seconde naissance de Rome, Paris.

— (1989) :“Jupiter, Anchise et Vulcain : trois révélations sur le destin de Rome”, in : Diggle et al. 1989, 1-13.

Haussler, R. (1976-1978) : Das Historische Epos : Studien zum historischen Epos der Antike, I-II, Heidelberg.

Hardie, P. R. (1986) : Virgil's Aeneid : Cosmos and Imperium, Oxford.

— (1994) : Virgil, Aeneid Book, IX, Cambridge.

Harrison, E. L. (1984) : “The Aeneid and Carthage”, in : Woodman & West 1984, 95-115.

— (1985) : “Foundation Prodigies in the Aeneid”, PLLS, 5, 131-164.

Harrison, S. J. (1990) : Oxford Readings in Vergil's Aeneid, Oxford.

—, éd. (1995) : Homage to Horace : a Bimillenary Celebration, Oxford.

— (1996) : “Aeneid 1. 286, Julius Caesar or Augustus ?”, PLLS, 9, 127-133.

Heinze, R. (19153) : Virgils Epische Technik, Leipzig-Berlin (= Virgil’s Epic Technique, trad. H. et D. Harvey et F. Robertson, 1993, Londres).

Horsfall, N. M. (1986) : “The Aeneas-Legend and the Aeneid, Vergilius, 32, 8-17.

Horsfall, N. M et J. M. Bremmer (1987) : Roman Myth and Mythography, Institute of Classical Studies Bulletin Supplement 52, Londres.

Horsfall, N. M. (1989) : “Aeneas the Colonist”, Vergilius, 35, 8-27.

— (1990) : “Dido in the Light of History”, in : Harrison 1990, 127-144.

— (1991) : “Virgil and the Poetry of Explanations”, G&R, 38, 203-211.

— (1993) : “Mythological invention and poetica licentia, in : Graf 1993, 131-141.

— (1995) : A Companion to the Study of Virgil, Mnemosyne Suppl. 151, Leyde.

Hose, M. (1997) : “Der Alexandrinische Zeus. Zur Stellung der Dichtkunst im Reich der ersten Ptolemäer, Philologus, 141,46-64.

Hunter, R. L. (1991) : Greek and Non-Greek in the Argonautica of Apollonius, in : Saïd 1991, 81-99.

— (1993) : The Argonautica of Apollonius : Literary Studies, Cambridge.

— (1995) : “The Divine and Human Map of the Argonautica”, Syllecta Classica, 6, 13-27.

Innes, D. C. (1979) : “Gigantomachy and Natural Philosophy”, CQ, 27, 165-171.

Jacob, C. (1996) : “Lire pour écrire : navigations alexandrines” in : Baratin & Jacob 1996, 47-82.

Jaeger, M. (1998) : Livy's written Rome, Michigan.

Knauer, G. N. (1964) : Die Aeneis und Homer : Studien zur poetischen Technik Vergils mit Listen der Homerzitate in der Aeneis, Hypomnemata, 7, Göttingen.

Kraggerud, E. (1998) : “Vergil Announcing the Aeneid. On Georg. 3.1-48”, in : Stahl 1998, 1-20.

Kraus, C. S. (1994) : ‘“No Second Troy’ : Topoi and Refoundation in Livy, Book V”, TAPhA, 124, 267-289.

La Penna, A. (1985) : EV, 2, s.v. Didone, 48-57.

— (1995) : “Towards a History of the Poetic Catalogue of Philosophical Themes, in : Harrison 1995, 314-328.

Morwood, J. (1991) : “Aeneas, Augustus, and the Theme of the City”, G&R,38,212-223.

Mynors, R. (1990) : Virgil, Georgics, Oxford.

Nelis, D. P. (2001) : Vergil's Aeneid and the Argonautica of Apollonius Rhodius, Leeds.

Nicolet, Cl. (1988) : L'inventaire du Monde, Paris.

Novara, A. (1988) : Poésie virgilienne de la mémoire. Questions sur l'histoire dans l'Énéide 8, Vates, 1, Clermont Ferrand.

O'Hara, J. J. (1990) : Death and the Optimistic Prophecy, Princeton.

— (1996) : True Names : Vergil and the Tradition of Etymological Wordplay, Ann Arbor.

Paskiewicz, T. M. (1988) : “Aitia in the Second Book of Apollonius' Argonautica, ICS, 13, 57-61.

Pearson, L. (1987) : The Greek Historians of the West : Timaeus and his Predecessors, Philological Monographs of the APA, 35, Atlanta.

Prinz, F. (1979) : Gründungsmythen und Sagenchronologie, Zetemata 72, Münich.

Quint, D. (1993) : Epic and Empire : Politics and Generic Form from Virgil to Milton, Princeton.

Rehm, B. (1932) : Das geographische Bild des alten Italien in Vergils Aeneis, Philologus Supplement Band 24, Heft 2, Leipzig.

Saïd, S., éd. (1991) : Hellenismos : quelques jalons pour une histoire de l’identité grecque, Leyde.

Schmid, B. (1947) : Studien zu griechischen Ktisissagen, Fribourg.

Serres, M. (1983) : Rome, le livre des fondations, Paris.

Skutsch, O. (1985) : The Annals of Quintus Ennius, Oxford.

Stahl, H.-P. ed. (1998) : Vergil's Aeneid : Augustan Epic in Political Context, Londres.

Suerbaum, W. (1967) : “Aeneas zwischen Troja und Rom. Zur Funktion der Genealogie und der Ethnographie in Vergils Aeneis, Poetica, 1, 176-204.

Suerbaum, W. (1986) : Die Suche nach der antiqua mater in der vorvergilischen Annalistik ; die Irrfahrten des Aeneas bei Cassius Flemma, in : Altheim-Stiehl & Rosenbach 1986, 262-297.

— (1987) : “Zwei neue Punkte auf der Karte der Aeneas-Sage : Lavinium inter maria duo“in : Della Corte 1987, 2, 487-506 (= Suerbaum 1993,160-79).

— (1993) : In Klios und Kalliopes Diensten. Kleine Schriften von Werner Suerbaum, Bamberg.

Thomas, R. F. (1983) : “Callimachus, the Victoria Berenices and Roman Poetry”, CQ, 33, 92-113.

(1988) : Virgil, Georgics, I-II, Cambridge.

Traina, A. (1990) : c. r. de Clausen 1987, RIF, 118,211-214.

Vian, F. et E. Delage (1976-19952) : Apollonios de Rhodes, Argonautiques, Paris.

Weber, G. (1995) : “Herrscher, Hof und Dichter. Aspekte der Legitimierung und Repräsentation hellenistischer Könige am Beispiel der ersten drei Antigoniden”, Historia, 44, 283-316.

Wendel, C. (1935) : Scholia in Apollonium Rhodium Vetera, Berlin.

Woodman, A. J. (1989) : “Virgil the Historian : Aeneid 8.626-62 and Livy”, in : Diggle et al. 1989, 132-145.

Woodman, A. J. et D. West, éd. (1984) : Poetry and politics in the age of Augustus, Cambridge.

Zanker, P. (1988) : The Power of Images in the Age of Augustus (trans. A. Shapiro), Ann Arbor.

Note

1 Cf. Briquel 1992.

2 Briquel 1992, 76 n. 37.

3 Briquel 1992, 81-82.

4 Cf. Zanker 1988, ch. 5.

5 Suét., Aug. 7.2 ; cf. Dion Cassius 53.16.7.

6 Cf. Zanker 1988, 194f ; Galinsky 1996, 197-213.

7 Cf. Hom., Il. 1.7, Ἀχιλλέυς, dernier mot de la première phrase de l'Iliade, et Apollonios de Rhodes Arg. 1.4, Ἀργώ, de même ; cf. Fuchs 1947, 191, n. 114.

8 Cf. Morwood, 1991, 217-219 ; cf. aussi Zanker 1988, 328 et Austin 1971, au vers 7 : “This ringing line foreshadows the subsequent move from Lavinium to Alba (cf. 270-271), and thence to Rome. Albani patres is a high allusion to a developed city with its ruling families forming a ‘senate’”. De manière plus générale, cf Grimal 1982.

9 A ce propos, cf. la lecture du huitième livre offerte par Novara 1986. De manière plus générale, cf. Serres 1983, Kraus 1994, Edwards 1996 et Jaeger 1998.

10 Cf. Horsfall 1991 ; Franchi 1995.

11 Cf. Fustel de Coulanges 1864, 161-165 (édition Flammarion 1984) ; Schmid 1947, 189-198 ; Heinze19153, 84-86 ; Horsfall 1989 et 1995, 102.

12 A propos des récits de fondations et l'étiologie, cf. Schmid 1947, 89 ; Franchi 1995, 96.

13 Cf. Dubourdieu 1989.

14 Pour la similarité avec Callimaque, cf. Feeney 1991, 185-186.

15 Sur l’identification du Troianus---Caesar---Iulius, cf. Harrison 1996, 132 (“the Caesar of Aeneid 1.286 is unambiguously Augustus”), avec la bibliographie antérieure.

16 Cf. Cairns 1989, 40.

17 Mais cette destruction est la raison sine qua non de la fondation de Rome (non haec sine numine diuum/ eueniunt ; ---longa tibi exsilia et uastum maris aequor arandum,/ et terram Hesperiam uenies, ubi Lydius arua/ inter opima uirum leni fluit agmine Thybris, 2.777-82 ; pour arare comme terme approprié à la fondation d’une ville cf. Én., 5.755), la ville destinée à être responsable de la destruction de Carthage (progeniem sed enim Troiano a sanguine duci/ audierat Tyrias olim quae uerteret arces ;/ hinc populum late regem belloque superbum/ uenturum excidio Libyae ; sic uoluere Parcas, 1.19-22).

18 A propos du parallèle avec la construction de Colonia Iulia Concordia Carthago entreprise par Jules César ou Auguste, cf. Harrison 1984, 95-102 et Morwood 1991,219.

19 Cf. aussi Virgile, Én., 6.773-5 : hi tibi Nomentum et Gabios urbemque Fidenam,/ hi Collatinas imponent montibus arces,/ Pometios Castrumque Inui Bolamque Coramque.

20 Cf. Hardie 1994, 10-14.

21 Cf. Novara 1986, ch. 3. D'Énée à Pallanteum, c'est-à-dire sur le site de Rome avant sa fondation, le huitième livre (134-42) nous fait remonter à Dardanus, Électre, Atlas et Zeus lui-même. C'est ce même Dardanus qui fut Iliacae primus pater urbis et auctor (8.134, encore une fondation, de Troie cette fois-ci !) et le fils de Zeus (cf. 7.219-20 ; ab loue principium generis, loue Dardan pubes/ gaudet auo--- ; cf. Hom., Il 20.215-22). En ce qui concerne le futur, cf. 8.48, Ascanius clari condet cognominis Albam.

22 Cf. Novara 1986, 5 : “le poète --- a voulu incarner hic et nunc la mémoire historienne de Rome : attentif aux uirum monimenta priorum, il parcourt Rome comme un champ ‘monumental’ de mémoire, rappelle les continuités et cheminements de l’histoire, et en se souvenant progresse jusqu'aux Capitolia nunc aurea ; puis uates qui possède le don d’ubiquité temporelle, alors qu'il vient aux côtés d'Énée, il reconnaît sur le bouclier prophétique ciselé par Vulcain des scènes de l'histoire romaine jusqu'au triomphe d’Actium qui donne sens à cette histoire”.

23 Pour Thomas 1988, ad 3-8, “the rejected thèmes are generally Alexandrian, some specifically Callimachean”. Pour Horsfall 1993, 137, “The point (only half-seen by Richter, following Saint-Denis) is that the first story (Eurystheus) and the last (Pelops and Hippodameia) are great Greek classics ; the second and the fourth (Hylas and Busiris) are distinctively Hellenistic, and Latonia Delos at the centre is the common ground”.

24 Cf. Thomas 1988, ad loc.

25 A propos de la métaphore dans laquelle le temple représente un poème, cf. Thomas 1983, 97-99. L'influence de la poésie épinicienne de Pindare et de Callimaque est importante ici comme dans tout ce passage ; son rôle dans l'Énéide mériterait une étude approfondie.

26 Quirinus signifie Romulus, mais ici on doit penser surtout à Octave ; voir Mynors 1990 et Thomas 1988, ad loc.

27 Cf. Kraggerud 1998, 12.

28 A propos du rôle joué par la généalogie dans l'Énéide, cf. Suerbaum 1967 = 1993, 194-222.

29 A propos des rapports étroits entre la fin du deuxième livre des Géorgiques et le prologue du Géorg. 2.475-3.48, cf. Hardie 1986, 33-51.

30 Cf. Innes 1979.

31 Cf. Hardie 1986.

32 Cf Horsfall 1995, 97.

33 Cf. Knauer 1964.

34 Cf Horsfall 1991.

35 Cf. Sandbach 1965-1966= 1990.

36 Cf. Horsfall 1991, 204-205 pour une étude plus détaillée de ces catégories et d'autres encore.

37 Cf. par exemple, George 1974 ; Binder 1988 ; Horsfall 1991 ; Franchi 1995

38 Cf. Hunter 1991, 1994, ch. 6, 1995.

39 Pour ce débat, cf. Bulloch et al. 1993.

40 Soulignons à ce propos que la tendance de la recherche la plus récente sur la poésie hellénistique (cf. par exemple. Burton 1995 ; Cameron 1995, ch. 2) ne considère plus cette poésie comme le produit d'une tour d'ivoire, d'intellectuels refermés sur eux-mêmes. Elle recherche au contraire à minimiser l'importance de la dichotomie privé/publique, et considère que cette poésie représente une œuvre engagée, fortement ancrée dans son temps et dans la réalité de son contexte politique.

41 Cf. Detienne & Vernant 1974, 148-149 ; Hunter 1993, 162-169.

42 Cf. Hunter 1991, 94-99.

43 Cf. Hunter 1991,95-96.

44 Cf. Apollonios de Rhodes 2.837-844a, 851-857.

45 Cf. Apollonios de Rhodes 4.1766-1772, pour l'origine de l'Hydrophorie célébrée en l’honneur d'Apollon à Égine ; cf. Callimaque fr. 198 Pfeiffer.

46 Cf. Apollonios de Rhodes 4.1755-1764 pour la création de Théra, cité-mère de Cyrène, et une allusion à la colonisation grecque en Afrique du Nord ; cf. Hunter 1993, 167-168.

47 A propos du bouclier et son statut d'imago mundi cf. Hardie 1986, ch. 8. Cf. la scholie antique aux Apollonios de Rhodes 1.763-64a, à propos du manteau de Jason, καὶ ἐρυμεν, τι ποιητς διὰ τῆς χλαμύδος υδεν τερον ἢ τν κοσμικν τάξιν κα τὰς τῶν νθρώπων φησί

48 Cf. Schmid 1947, 65-87. Sur Virgile et Apollonios, voir Nelis 2001

49 Cf. Hardie 1986,33 sq.

50 Cf. Hardie 1986, 344 n. 31,345-346, 350, 363.

51 Cf. Hunter 1993, 167-168.

Autore

Université de Durham.

© Ausonius Éditions, 2001

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540