Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Asie Mineure et îles ioniennes

Le retour des troyens : l'exemple d'Aphrodisias

Nathalie de Chaisemartin

Texte intégral

1En terminant la série de communications de cette première table ronde, je voudrais attirer l’attention sur quelques aspects des retombées politiques et idéologiques des légendes sur les origines des peuples à la période impériale. Cette entreprise multiforme et généralisée autour de la Méditerranée cherche à fonder l’identité des groupes humains déjà évolués à travers des chaînes de légendes et de mythes. On y trouve des caractères étiologiques, parfois des efforts vers une recherche historique, mais elles révèlent presque toujours des buts idéologiques qui permettent de justifier des événements ou des options politiques comme le montrent entre autres exemples les théories de Denys d’Halicarnasse, contemporaines du développement en Asie Mineure d’un renouveau du mythe troyen dont je tenterai de dégager quelques manifestations significatives.

  • 1 Voir une première approche de cette recherche dans Chaisemartin 1997.

2Le premier volet de cette recherche s’intéressera à l’identification iconographique des figures d’Orientaux qui apparaissent de l’époque de Tibère à celle d’Antonin dans le décor architectural des monuments d’Aphrodisias de Carie1. Ces représentations devraient être identifiées comme des Troyens liés au thème idéologique julio-claudien de la descendance d’Aphrodite à travers Énée, Ascagne et les Julii.

  • 2 Perret 1942, 501-505.

3Ce processus de justification du principat et de l’hégémonie d’une dynastie romaine par le biais du mythe troyen a été mis en évidence par J. Perret en 1942 à propos de l’utilisation du mythe lors de la conquête romaine de la Grèce et de l’Asie Mineure, tant de la part de Grecs comme Lycophron, saluant Flamininus du nom d’Énéade, que de la part des Romains à la brève période (196-190) où ces derniers veulent apparaître comme de sincères philhellènes2.

  • 3 Schilling 1954, 290.
  • 4 Torelli 1988, 403-426.

4Après une longue éclipse, le thème du retour des Énéades en Asie Mineure reprend de l’actualité avec les guerres mithridatiques3 : il joue par exemple un rôle de médiation entre la cité d’Aphrodisias et le pouvoir romain de Sylla à Tibère, est utilisé à des fins de propagande privée par les Memmii à Éphèse4 et influence aussi le domaine religieux par son lien avec l’Apollon de Claros, dieu protecteur de Troie et guide d’Énée.

1. Aspects iconographiques du mythe troyen a Aphrodisias

5Les monuments julio-claudiens d’Aphrodisias se signalent par la richesse de leurs frises ioniques qui adoptent souvent le thème des guirlandes de fruits soutenues par des têtes d’animaux ou des personnages dansants suivant une tradition micrasiatique hellénistique, mais aussi par des têtes humaines qui remplacent les masques de théâtre souvent associés aux guirlandes. Figures en pied en costume ethnique ou têtes d'Orientaux coiffés de bonnets phrygiens sont sculptées en nombre sur les frises des monuments religieux et civiques principaux du centre de la cité et apparaissent comme des motifs emblématiques.

  • 5 Bernabo Brea 1981.37-40, no A7, A 10, A11, A13.

6Les premières têtes de Troyens se présentent sur la frise de la colonnade nord datée par sa dédicace entre 14 et 27 p.C., du “Portique de Tibère”, large place à portiques en Π située entre l’Agora et la colline-acropole du théâtre et traversée dans sa longueur d’un bassin/euripe. On y relève 7 têtes d’Orientaux rattachables à trois types principaux. Certaines sont proches de masques scéniques évoquant des personnages de tragédie du cycle troyen, comme ceux qui ont été découverts en contexte funéraire du ive et iiie s. a.C. à Lipari5, par exemple une tête-masque à deux expressions suivant les profils qui peut être identifiée à Pâris (fig. 1). D’autres plus génériques évoquent les têtes et masques juvéniles liés à un contexte dionysiaque et sacro-idyllique dans le décor de la vaisselle métallique julio-claudienne des cités vésuviennes. Un type de tête plus mâle (fig. 2 et 4) se rapproche par ses proportions de certaines images d’Alexandre et du type d’un hermès de Sperlonga souvent identifié comme Ascagne-Iule.

7Sur les frises des autres ailes du portique, la frise ouest de l’époque flavienne avec adjonction d’un propylon central sous Hadrien, et la frise sud à cheval entre la fin du ier s. et l’époque d’Hadrien, ce motif devient prédominant puisque les Orientaux de plus en plus nombreux sont placés de surcroît en position d’angle privilégiée sur le fronton du propylon ouest (fig. 6) et à l'entrée sud-ouest de la place (fig. 5). La structure articulée comme une frons scaenae de l'“Agora Gate” qui vient dans le second tiers du iie siècle fermer la place à l’est présente aussi un ordre ionique portant une frise à guirlandes et têtes parmi lesquelles les têtes juvéniles à bonnets phrygiens sont nombreuses. Les blocs d’angle des tours encadrant la structure à sept baldaquins présentent aussi des têtes d’Orientaux, d’aspect plus mâle cette fois.

  • 6 Smith 1988, 57, pl. VIII, 8.

8Les têtes d'Orientaux sont également bien représentées dans le décor du Sébasteion julio-claudien, dont le propylon, à peine postérieur à l'aile nord du “Portique de Tibère” présente parmi les masques de sa frise un jeune Troyen de tragédie (fig. 7) au visage rond encadré de boucles en spirale. Une autre tête est sommairement exécutée sur un panneau à motif centré de l'étage corinthien d'un des portiques. Enfin la fausse base à guirlandes du portique nord portant l'inscription Kupros6 porte une tête de jeune garçon dont le bonnet se replie sous le ruban reliant les guirlandes (fig. 8) : il évoque naturellement la colonisation de Salamine de Chypre par les Troyens de Teucer, mais aussi le patronage d'Aphrodite sur l’île.

9La frise de la peristasis claudienne du temple d'Aphrodite, malheureusement en grande partie réemployée dans les fondations de l'église paléochrétienne, était décorée de guirlandes soutenues par des Eros ailés (fig. 11) alternant avec des figures en pied d'adolescents vêtus d’anaxyrides et de tuniques ceinturées bouffant à la taille (fig. 10), et coiffés du bonnet phrygien (fig. 9). Il est clair que les Aphrodisiens ont voulu figurer ici la descendance divine de la déesse associée à sa descendance humaine.

  • 7 Strocka 1978, 905, no 5.

10On remarque que le motif des Troyens guirlandophores passe aussi dans le domaine funéraire avec certains des plus anciens sarcophages à guirlandes aphrodisiens dus à l'atelier auquel il faut attribuer le remarquable sarcophage de Germencik7 que V. M.Strocka date de l'époque flavienne. L'angle d'une cuve présente une Niké soutenant une guirlande dont l'autre extrémité était portée par un jeune Oriental dont il ne reste que le bas des pantalons et les pieds chaussés de bottines. La face antérieure d'une seconde cuve (fig. 12) figure deux jeunes gens nus en bonnet phrygien portant des guirlandes et dont le type se rapproche davantage des représentations de Ganymède. Le tait que les Troyens de la frise du temple d'Aphrodite soient repris sur les sarcophages des simples citoyens de sa cité en dit long sur leur prétention d’appartenir à la descendance de la déesse.

  • 8 Seyrig 1974, 197-203, pl. 23-25.
  • 9 Will 1983, 217.

11Ces figures d'Orientaux qui apparaissent souvent à l'époque héllénistique puis proto-impériale en contexte funéraire ont été trop souvent classées de manière abusive sous la dénomination d’“Attis”, comme l'ont démontré de manière convaincante H. Seyrig8 et E. Will9. Pour ces auteurs, il ne saurait y avoir d'Attis par paires ou par séries ; le héros est seul ou en compagnie de Cybèle et porte nécessairement le pedum du berger. Son destin est d'ordre religieux et son lien avec le domaine funéraire ne peut être mis en évidence qu'à une époque bien plus récente et toujours dans le cadre de la religion métroaque.

  • 10 Will 1955, 201-202.
  • 11 Mendel 1912, 41-42.
  • 12 Waywell 1978, 47-49, 76, no 42, p. 113, pl. 19, no 43 ; p. 114, pl. 19, no 44 ; p. 115, pl. 19, no(...)
  • 13 Praschniker et al. 1979.

12Les figures de pleurants dites par les anglo-saxons "mourning Orientals”10 et que nous trouvons sur le sarcophage du satrape de Sidon11 comme parmi les statues funéraires des Mausolées d'Halicarnasse12 et de Belevi13 nous rappellent quant à elles un célèbre texte de Diodore de Sicile à propos du bûcher d’Héphestion autour duquel Alexandre avait fait disposer des figures d'archers en costume oriental.

  • 14 Santa Maria Scrinari 1972, Oriental en ronde-bosse adossé à un pilier, p. 6-7, no 13-14, fig. 14-1 (...)
  • 15 Will 1952, 52, no 102, p. 63-64 no 121.
  • 16 Espérandieu 1907, no 622, 623, 624, 625, 704, 707, 710, 746.
  • 17 Hauschild ét al. 1966, 162-188, Beilage 12.

13Le parallèle constamment entretenu entre le couple Alexandre/Héphestion et le couple Achille/Patrocle permet de rapprocher ces figures des douze prisonniers troyens sacrifiés par Achille sur le bûcher de Patrocle au chant XXIII de l'Iliade. Liées à la thématique de l'héroïsation des successeurs d'Alexandre, elles connaissent sous l'empire un large succès et se répandent, probablement à partir d’Aquilée14, sur les monuments funéraires des provinces occidentales : à Vienne15, à Narbonne16, sur la Torre de los Escipiones de Tarragone17 par exemple.

  • 18 Espérandieu 1907, 260 ; Nerzic 1989, 39.

14On peut éliminer également leur identification comme des Parthes ou barbares orientaux en contexte de victoire. Ils ne sont pas captifs comme le Parthe de l'arc de Carpentras18 aux mains enchaînées et ne présentent pas le type ethnique accusé des Parthes dérivés du petit ex-voto d’Attale à Athènes (type du Parthe d'Aix) que montre par exemple le captif au pied de la statue d'Antonin de l'Agora Gate d'Aphrodisias.

  • 19 Vetters 1972, Beiblatt 311-350.

15Sur les monuments publics d'Aphrodisias, comme à Éphèse au premier étage du portique nord du temple de Domitien19, ils apparaissent comme des figures emblématiques sans connotation négative, ni funéraire ni triomphaliste. Sur les frises du Portique de Tibère et du propylon du Sébasteion d'Aphrodisias, ils font plutôt partie d'un contexte festif, lié au théâtre et au domaine dionysiaque

16L'identification la plus évidente pour ces figures et ces têtes s'impose comme celle de figures de Troyens ; cette identification connote à la fois leur aspect ethnique de personnages de l'Asie Mineure centrale vêtus comme des Amazones ou des Arimaspes et leur aspect mythique : sur la frise du temple d'Aphrodite, leur association avec des Eros rappelle la double descendance divine et humaine de la déesse, mère d'Eros et d'Énée. On peut rappeler qu’Eros a pris dans l'Énéide l'aspect d'Ascagne/Iule pour attendrir Didon, comme on le voit sur un relief du Sébasteion : un autre montre la fuite d'Énée avec son fils dans le même costume.

  • 20 Reynolds 1986, 111-112 sq.

17Ce thème ethnique évoque évidemment aussi la famille julio-claudienne à qui les Aphrodisiens rendent ainsi hommage. Une base de statue provenant du propylon du Sébasteion et qui porte le nom d'Énée et celui d'Anchise était associée à des bases inscrites aux noms des principaux membres de la famille julio-claudienne20. La déesse-mère de tradition orientale d'Aphrodisias semble ainsi ‘‘récupérée” dans la sphère romaine, sous le nom d'Aphrodite Prométor, dédicataire du Sébasteion d'après l'inscription du portique nord.

18Le sarcophage où de jeunes Troyens nus remplacent les habituels Eros – décor très rare et uniquement produit sur le site vers la fin du ier siècle – semble indiquer que les Aphrodisiens, liés à la déesse orientale par leur fondateur mésopotamien Ninos, se considèrent aussi d'une certaine manière comme des descendants de la déesse.

  • 21 Smith 1988, 57 no 15, pl. VIII, fig. 8.

19La tête de jeune Troyen souriant qui symbolise sur la base du Sébasteion le peuple de Chypre21 au sein d'une série de figures allégoriques barbues n'est pas non plus là par hasard : on joue probablement sur le surnom de Cypris donné couramment à Aphrodite pour évoquer le peuple de l'île, lui aussi adorateur de la déesse orientale. Nous savons du reste que le héros Teucer, fils de la sœur de Priam, avait fondé dans l'île la ville de Salamine avec une colonie de prisonniers troyens à la suite de la guerre de Troie.

  • 22 Jacopi & Crema 1939, no 4, 57, 105, 110, 130.
  • 23 Bernabo Brea 1981.37-40.

20Enfin, la présence de têtes de Troyens sur les frises du Portique de Tibère22 et de masques scéniques de même type sur celle du propylon du Sébasteion me paraît devoir être analysée à un autre niveau que celui d'un simple motif décoratif. Si les masques et les figures à bonnet phrygien évoquant des héros troyens liés à des œuvres théâtrales sont bien représentées dans la coroplathie hellénistique en Sicile, comme l'a démontré L. Bernabo Brea avec le matériel des tombes de Lipari au ive-iiie s. a.C.23, elles ne connaissent un véritable essor en Italie qu’à partir de l'époque augustéenne.

  • 24 Mayer 1910, 13-15.pl. 1.
  • 25 Pernice &Winter 1901, 37-40, p1. 11-16 ; Gehrig 1980, 19, pl. 23-26.
  • 26 Babelon 1916, 88-90, pl. 9.
  • 27 Hundsalz 1987, 72-102.

21Il est important de noter qu'en revanche ces têtes ou masques d'Orientaux n'apparaissent pas dans le répertoire des masques utilisé à l'époque hellénistique dans le décor architectural ou celui des autels en Grèce propre et en Asie Mineure. On ne les trouve pas non plus parmi les séries de masques des mosaïques de Délos antérieures à 160 a.C., ni parmi les masques des mosaïques de la maison du Faune à Pompéi datables de la phase de la fin du iie s. a.C. Dans le domaine de la vaisselle précieuse, ils sont absents de la série de masques de la coupe de Tarente24, des vases à boire d'argent de Hildesheim25 ou de Berthouville26. Il faut donc admettre qu'ils ne font pas partie de l'imagerie dionysiaque d'origine attique, puis alexandrine27.

  • 28 Spinazzola 1928, pl. 233 ; Pirzio Biroli Stefanelli 1991, no 31-32 (inv. 25380-25381) fig. 95.
  • 29 Tassinari 1975, 193, fig.4 d et 19.
  • 30 Dwyer 1981, 247-306, avec catalogue des motifs p. 194-202 ; Hundsalz 1987, passim ; Cain 1988, 107 (...)

22C'est dans le dernier tiers du ier s. a.C. qu'ils font leur apparition dans le domaine de l'imagerie des pièces toreutiques, par exemple sur deux canthares de Pompéi28. Ils vont connaître, sous une forme très stylisée, une certaine diffusion comme motifs de mascarons garnissant les anses de pots de bronze provenant des villes vésuviennes29. Ils restent en revanche curieusement absents durant toute la période julio-claudienne des nombreux oscilla ou pinakes décoratifs en marbre30 figurant des masques en contexte théâtral et dionysiaque.

  • 31 Virgile, Géorg.,2, 385-389.

23Un texte significatif de Virgile31 rattache aux origines troyennes des peuples italiques une tradition théâtrale particulière qu'il lie au culte bachique et aux sanctuaires campagnards :

Nec non Ausonii, Troia gens missa, coloni
Versibus incomptis ludunt risuque soluto,
Oraque corticibus sumunt horrenda cavatis
Et te Bacchus vocant per carmina laeta tibique
Oscilla ex alta suspendant mollia pinu.

24Cette forme de théâtre comique est d’origine paysanne et se contente de “vers sans apprêt” déclamés par des acteurs aux masques d’écorce creusée en l'honneur de Bacchus auquel ils dédient des “oscilla” qu’ils suspendent aux arbres. Il serait risqué de vouloir trop précisément définir ce genre de “commedia dell'arte”, peut-être à l'origine des chants fescennins, de l'atellane ou du mime plus récent.

  • 32 Inv. 76-21 ; musée de site.

25Mais la référence aux Troyens semble traduire une volonté nationaliste de donner aux formes populaires du théâtre italien l'autorité de l'ancienneté et de la tradition troyenne. Toutefois les personnages troyens n'ont rien à faire parmi les masques de farce de l'atellane et la seule forme de théâtre où ils pourraient apparaître à la fin de la République serait la tragédie : Ennius par exemple a emprunté divers sujets tragiques au cycle troyen et on connaît le titre, Aeneas, d'une tragédie de Pomponius Secundus. Un cippe funéraire trouvé près de la muraille d'Aphrodisias32 représente justement un acteur en costume troyen tenant un masque tragique et datable de la seconde moitié du premier siècle.

26Aussi peut-on, à titre d'hypothèse de travail, proposer de voir dans la multiplication de ces figures de Troyens dans l'imagerie dionysiaque italique du début du Principat, non pas tant des masques correspondant à de réels personnages théâtraux, mais les figures emblématiques de la revendication d'un genre théâtral italique face aux grands genres grecs, ou encore de la légitimation d'un théâtre populaire méprisé par le snobisme philhellène et dont Virgile souligne le caractère de vénérable authenticité lié aux Ausoniens. Ce phénomène doit certainement être mis au compte des multiples implications culturelles de la restructuration de l'identité nationale entreprise par Auguste, et il pourrait être révélateur d'un aspect peu connu du rôle du mythe troyen dans l’idéologie du Principat.

27La frise de masques du propylon du Sébasteion évoque, de manière inattendue sur la porte monumentale d'un sanctuaire du culte impérial, le thème philosophique du “mimus vitae” probablement en relation avec les dernières paroles d'Auguste, premier empereur honoré dans le Sébasteion : mais les deux masques juvéniles à bonnet phrygien restent trop génériques pour une interprétation précise.

28La frise du Portique de Tibère, un peu antérieure, comportait aussi un certain nombre de têtes liées au domaine dionysiaque et théâtral, mais en faible nombre par rapport aux modèles de têtes issus de la sculpture. Certains des motifs de têtes de Troyens semblent en fait dériver de modèles de sculpture réinterprétés :

  • le type du Pâris d'Euphranor33 traité en masque tragique,
  • le type du buste de Troyen trouvé à Sperlonga34 et souvent identifié comme Ascagne,
  • 35 Chaisemartin 1989, 36-41 et 1996, 161-164.

29tandis que d'autres têtes à l'aspect naïf semblent reprises de types de masques de la coroplathie. Le programme iconographique de cette frise, dont j'ai pu démontrer qu'il s'apparentait aux programmes iconographiques des gymnases35, est certainement porteur d'une valeur didactique liée à la paideia de tradition hellénique et plus généralement à la culture grecque. Il évoque la variété des peuples réunis dans la paix romaine et fait certainement appel à l'idée de koinônia ou concordia, de communauté féconde entre les peuples et les individus. Dans cette optique, les Troyens pourraient représenter la communauté d'origines et d'intérêts entre les peuples de l'Asie Mineure intérieure et les Romains.

2. Le mythe troyen et la pénétration romaine en Asie Mineure

30Ce succès du thème du mythe troyen dans l'iconographie officielle d'une cité comme Aphrodisias s'inscrit dans le double mouvement convergent des cités d’Asie Mineure cherchant la protection de Rome et par une entente avec ses gouvernants, et de Rome cherchant à légitimer sa conquête de l'Asie Mineure et à améliorer son image de marque dans cette région. On constate en effet que la mainmise des hommes d'affaires romains sur l'Asie Mineure à la suite du legs d'Attale a beaucoup entamé son crédit auprès des populations locales. Après les bouleversements des guerres mithridatiques, il s'agit de rétablir la confiance et de proclamer l'existence d’une communauté d’origines à travers les légendes troyennes.

31Non contents d'avoir développé en tous sens et selon les besoins les légendes du voyage d’Énée, les mythographes vont jusqu'à donner au roi de Troie Dardanos une origine italienne et en faire un Étrusque venu de Cortone, si bien qu'Énée ne ferait que retourner vers une Italie ancestrale.

  • 36 Denys d’Hal., Ant. rom.. 1.61-62.

32Un mouvement parallèle se fait jour à la même période de la part des Grecs, qui vont en fait s'employer à gommer l'opposition traditionnelle entre Troyens et Achéens : Denys d'Halicarnasse36 rattache ainsi un siècle plus tard Dardanos à une ascendance arcadienne et Teucer à une ascendance attique, montrant ainsi que la famille de Priam et d'Anchise est d'origine grecque. Ainsi les Troyens ne peuvent plus être considérés comme des barbares à forte connotation orientale.

33Dans le cas d’Aphrodisias, on aurait pu s'attendre à l'émergence d'un fondateur troyen rattaché aux légendes homériques, par opposition avec la série des oikistes des cités d'Ionie venus pour la plupart d’Athènes.

34Or la mythologie ne rappelle aucun épisode de la légende troyenne localisé en Carie. Le chant II de l'Iliade est plutôt négatif à l'endroit des princes cariens alliés des Troyens : les deux frères Nastès et Amphimachos sont considérés comme des Barbares efféminés et exotiques et disparaissent très vite du récit des combats : on ne peut donc pas non plus compter sur eux ou sur leurs descendants pour inventer un fondateur autochtone à la cité.

  • 37 Stéphane de Byzance, s.v.’Aφροδισιάς.
  • 38 Notons toutefois que la relation n'est pas claire dans le texte entre Ninoé de Carie et deux ligne (...)

35D’autre part, les notices de Stéphane de Byzance37 sur Aphrodisias de Carie montrent que l'origine orientale de cette cité n'avait jamais été occultée par d'autres mythes de fondation. La cité nommée Ninoé à l'origine aurait été fondée par Ninos38, époux de Sémiramis, fils du roi Bélos d'origine mésopotamienne ce qui expliquerait l'introduction à Aphrodisias du culte d'une Aphrodite à fortes connotations orientales. Les reliefs de la balustrade de la “Basilique” montrent ces deux personnages de part et d'autre d'un autel ainsi que le roi Gordios de Phrygie.

36Le seul point commun entre Ninos et les héros de la guerre de Troie est que son père Bélos a accueilli en Syrie Teucer, chassé de l'île grecque de Salamine, et l'a installé comme un allié à Chypre où il fonde avec ses prisonniers de guerre troyens une nouvelle Salamine.

37Nous ne pouvons donc expliquer la longue alliance entre Rome et Aphrodisias à travers un “prétexte mythique” direct lié à la Carie et à Troie.

  • 39 Perret 1942, 502.

38C'est en fait à Delphes qu'il faut chercher le point de départ d'un processus plus complexe de réappropriation par les Romains de la cité carienne. Les Grecs avaient pris l'initiative d'utiliser la légende troyenne pour transformer en sauveurs les conquérants romains. En réponse au poème de Lycophron sur les exploits d’Énée qu’il lui consacre, Flamininus revendique en 196 pour lui et son peuple le titre d'Énéade sur les offrandes votives faites à Delphes39. Les citoyens de Lampsaque se mettent sous la protection de Rome en évoquant leur parenté de descendants des habitants de la Troade, et en 195 les Arcadiens soutiennent Rome contre Sparte sous prétexte qu'Énée a séjourné et même procréé en Arcadie. En 190, l'amiral romain C. Livius Salinator s'empare sans coup férir de la Troade en fraternisant avec les populations au nom du mythe troyen et il en est de même un peu plus tard avec les Scipions. Un traitement de faveur est réservé dans les traités à Ilion-Troie et les “cousinages troyens” deviennent un argument de poids pour se ménager la protection des Romains.

  • 40 Qui promeut, vraisemblablement par l’intermédiaire de l'historien Métrodore de Skepsis un thème de (...)
  • 41 Schilling 1954, 281-282.
  • 42 Id., 271.

39Malheureusement, la mainmise romaine en Asie Mineure va disqualifier pour une longue période ces sentiments communautaires. Un siècle plus tard, face à la menace de Mithridate40, il revient à Sylla de se réclamer du patronage spécial de Vénus-Aphrodite41, comme l'avaient fait dès 134 a.C. la gens Julia et la gens Memmia, qui prétendaient descendre respectivement d'Ascagne-Iulus fils d'Énée et de son compagnon Mnestheus, comme le montrent leurs types monétaires42. Nous allons voir que notre thème des origines gentium peut être détourné ici dans le sens des origines de certaines grandes familles ou gentes romaines

  • 43 Id., 280-281.
  • 44 Plut., Sylla, 34, 3-4.
  • 45 Appien. B.C., 1.97.

40Sylla, qui a épousé une Julia, sœur de la femme de Marius et du père de César, frappe en mars 86 après la prise d'Athènes des aurei au type de Venus, accompagnée d'un amour à la palme43. Face au monde hellénique il se présente de sa propre autorité comme le protégé de la déesse, adoptant en Grèce le surnom d'Épaphroditos, nettement plus explicite que l'équivalent latin Felix44. Appien45 nous transmet la réponse à Sylla d'un oracle grec – non spécifié – qui va lui permettre à point nommé de lancer un “coup médiatique” important dans sa tactique contre Mithridate :

“Crois-moi, Romain, Cypris a donné une grande puissance à la race d’Énée qui lui est chère”.

  • 46 Lanzani 1936, 357.

41L'oracle lui recommande ensuite de faire des dons à Delphes, et d'offrir à l’Aphrodite d'Aphrodisias de Carie une hache, censée lui procurer une puissance amphilaphes = qui prend (la place) tout alentour. Selon l'interprétation de C. Lanzani46, ce mot se rapporte au double tranchant de la hache (labrus) qui en Carie était l'attribut de plusieurs divinités locales, comme le Zeus de Labraunda et l'Aphrodite Stratia, déesse guerrière.

42Sylla envoie à Aphrodisias la hache en y ajoutant une couronne d'or, en hommage à la souveraineté de la déesse, avec cette dédicace :

“A toi, Aphrodite, moi, l'imperator Sylla, j'ai consacré cette hache, car je t'ai vue en songe exhorter les rangs de mon armée et combattre avec les armes d'Arès”.

  • 47 Reynolds 1982, 11-20, pl. 1.

43Nous sommes donc en présence d'un cas un peu spécial d'evocatio de la déesse carienne par le général romain qui met ainsi son intervention armée en Asie sous le patronage de la déesse. Le choix d'Aphrodisias de Carie comme point de contact entre l'imperator et la déesse est vraisemblablement guidé aussi par des considérations stratégiques. En 88 a.C., la cité s'était soulevée comme Tralles et presque toute la Carie contre Mithridate et un contingent aphrodisien dirigé par le stéphanéphore Artemidoros était venu fort opportunément au secours de Q. Oppius assiégé à Laodicée. Deux textes inscrits bien plus tard sur la corniche du proskenion du théâtre d'Aphrodisias, probablement à l’endroit où était placée une statue honorifique d'Artémidoros, rappellent les circonstances de cette alliance47 et la reconnaissance de Rome.

  • 48 Schilling 1954, 293.

44R. Schilling48 constate donc que “loin d'emprunter la religion de sa Vénus Félix à la Carie, Sylla a imposé la mystique troyenne au sanctuaire oriental. C'est en effet au nom de la mystique troyenne que la déesse d'Aphrodisias est entrée dans l'orbite romaine”. L'action de Sylla équivaut à une nouvelle fondation du sanctuaire d’Aphrodite : il agit ainsi à l’imitation d’Énée fondant sur son passage plusieurs sanctuaires en l’honneur de sa mère et est souvent qualifié du surnom d'Enéade.

45Les attributs cosmiques, soleil et lune, de la déesse carienne seront adoptés par Sylla sur ses émissions monétaires postérieures. Le sanctuaire d'Aphrodisias deviendra un foyer religieux de propagande pro-romaine situé vers l'intérieur du plateau anatolien, dans le but d'équilibrer l'influence hellénocentrique des grands sanctuaires de la côte.

46Par la suite cette parenté entre la déesse d'Aphrodisias et les gouvernants romains sera de nouveau affirmée, cette fois avec des références généalogiques plus sérieuses, par les Julii : César offre au sanctuaire d'Aphrodite une statuette d'Eros en or. Auguste la fera restituer à Aphrodisias par Éphèse qui l'avait récupérée ou confisquée à la suite probablement du pillage de Labienus. Auguste confère à la cité-sanctuaire des privilèges exceptionnels (droit d'asile, exemption d'impôts) et Tibère, qui avait aidé financièrement les cités d'Asie Mineure après le séisme de 18, les confirmera. Je proposerais volontiers de lier l'apparition des têtes de Troyens sur la frise du portique de Tibère à la manifestation du loyalisme aphrodisien envers Rome et à la reconnaissance envers un empereur dont la sollicitude avait été constante envers l'Asie Mineure. Cette fraternité mythique avec Rome continue à s'affirmer, peut-être même à travers des spectacles théâtraux, comme semble en témoigner un cippe figurant un acteur en costume troyen qui tient un masque tragique, trouvé près des murailles d'Aphrodisias.

  • 49 Cest-à-dire en fait des auteurs de la sympolitie avec le village voisin de Plarasa à l'époque tard (...)
  • 50 Calder et Cormack 1962, no 405.

47On remarque du reste que le nom d'Énée apparaît plusieurs fois dans l'épigraphie aphrodisienne : un Septimius Charès Aeneas était, au iiie s. marié avec une descendante des fondateurs49 de la cité ; une autre inscription honore un Zenon Aeneas. Un senatus consulte réemployé dans la muraille porterait le nom de Caius Memmius50, fils de Lucius, membre de la gens romaine qui affirmait descendre du troyen Mnestheus.

  • 51 Torelli 1988, 403-426.
  • 52 Le De natura rerum lui est dédié dans son prologue.

48Le fils de ce même Memmius avait été gratifié à Éphèse d'un monument funéraire situé à un emplacement privilégié au sommet de la rue des Curètes. M. Torelli51 avait démontré à son propos un autre cas d'utilisation politique du mythe troyen par des notables romains en Asie Mineure. Le jeune défunt serait le fils du propréteur de Bithynie de 57, gendre de Sylla, et patron de Lucrèce52 et de Catulle. Exilé par Pompée en 52, Memmius père habitait souvent Athènes, mais il possédait aussi des propriétés autour d'Éphèse : on peut penser que sa clientèle locale avait financé avec l'aide des deniers publics d'Éphèse le monument de son fils décédé vraisemblablement en 52, d'après la correspondance de Cicéron.

  • 53 Virgile, Én., 5.114-245.

49Les trois figures en toge sur les reliefs de l'étage à colonnade du monument représenteraient Sylla et les Memmii père et fils encadrés par des héros mythiques liés à la légende troyenne. L’un tient une trompette, qui pourrait être Misène, un autre est debout près d’une proue de navire : c'est sans doute l'ancêtre des Memmii Mnestheus, parent d’Énée et vainqueur de la régate aux jeux funèbres en l'honneur d'Anchise53. Au chant XII de l'Enéide, Virgile en fait un fils d'Assaracos, ce qui le rendrait avec quelque invraisemblance grand-oncle d'Énée. Il n'est pas impossible que Memmius, érudit notoire et passablement pédant selon Cicéron, ait écrit un poème exaltant sa généalogie troyenne, qui aurait inspiré ces représentations antérieures à l'Énéide.

Un petit fragment d'inscription trouvé sur place :
“ ιου
σθεως”
pourrait être restitué selon M. Torelli :
Γάιος Μέμμιος Γάιου ἀπóγονος Μνησθέως

50On voit donc que Memmius le père a cherché, par le moyen de ce monument à programme, à redorer son blason en Asie Mineure, sans doute dans l'espoir de mieux s'implanter à Éphèse et peut-être de faciliter son retour d'exil : cette fois le mythe troyen sert à défendre non pas les intérêts de Rome et la cause de la romanisation, mais ceux d'un notable désireux de justifier son installation en Asie Mineure.

  • 54 Str. 13.1.48.

51M. Torelli s'intéresse aussi à un corollaire significatif concernant Mnestheus : il remarque que dans l'arbre généalogique des souverains troyens deux personnages sont homonymes de certains rois légendaires d'Athènes : Erichthonios et Menestheus, le remplaçant de Thésée pendant son voyage aux Enfers. Strabon signale déjà54 le nom d'Erichtonios comme un lien entre l'Attique et la Troade, et on remarque que le Mnestheus de Virgile était comme Ménesthée, chef du contigent athénien devant Troie, un habile tacticien.

  • 55 Voir au contraire le scepticisme de Perret 1954, 517 sq., sur le rôle de Pergame dans la construct (...)
  • 56 Calder & Cormack 1962, 407-470-513-535-563 ; Reynolds 1991,28, C, fig. 5.

52On doit donc constater qu'un rapprochement plutôt artificiel se constitue par un processus de généalogie érudite qui pourrait, selon M. Torelli, s'être élaboré à Pergame55 entre le Mnestheus de Troie et le Menestheus d'Athènes jusqu'à une situation de totale confusion entre ces personnages. Il est amusant de noter, à propos de ce signe de snobisme “athénocentrique” qu'il n'atteignait pas que les Romains : l'épigraphie aphrodisienne d'époque impériale56 nous a rendu une considérable quantité de Menestheus, mais pas un seul Mnestheus. Les notables de la cité carienne semblent manifester par là un désir de s'agréger à la koiné des cités ioniennes fondées par des héros athéniens en occultant les origines orientales de leur cité.

53On constate donc par ces exemples que les théories de Denys d'Halicarnasse sur les origines grecques des Troyens et par conséquent des Romains sont à comprendre au sein d'un phénomène de société comparable aux prétentions de la noblesse française qui au Grand Siècle et plus tard sous la Restauration cherchait à prouver son ascendance franque.

  • 57 Robert 1995, 30-33.

54Un troisième exemple du rôle de la légende troyenne dans l'idéologie liée à la romanisation de l'Asie Mineure a été mis en évidence par R. Robert57 à propos du culte et de l'influence de l'Apollon de Claros. Ce dieu revêt, en tant que dieu protecteur des Troyens un rôle important dans l'Énéide : ses interprètes révèlent au héros son destin, à Délos, Buthrote et enfin à Cumes. Lorsqu'Énée s'adresse en Épire au devin Hélénos, fils de Priam, il invoque le dieu de Claros, justement parce que l’Apollon clarien est le dieu oraculaire lié à l'Asie Mineure. La victoire de Mopsos, fondateur du sanctuaire de Claros et de la cité de Colophon sur Calchas, devin des Grecs, après la guerre de Troie préfigure selon R. Robert, la victoire des descendants d'Énée. L'expédition romaine en quête de nouveaux oracles après la destruction des livres sybillins en 76 a.C. suivra exactement le parcours d'Énée, passant par Érythrée près de Claros, puis par la Troade.

  • 58 Chaisemartin & Theodorescu 1991,41.

55La politique religieuse d'Auguste s'appuie précisement sur la figure pacifique et civilisatrice d'Apollon qu’il choisit à partir d'Actium comme divinité nationale et le choix d'Apollon comme divinité dominante dans la niche sommitale de la scène du théâtre d'Aphrodisias édifiée juste après Actium semble révélateur de la volonté de l'empereur et de son familier Zoilos58. On constate aussi que la famille d'Auguste a des liens privilégiés avec Claros ; le monument honorifique de son cousin Sextus Appuleius, proconsul d’Asie de 23 à 21 a.C. et bienfaiteur probable du sanctuaire en est une preuve, ainsi que la visite de Germanicus à l'oracle en 18 : au cours de son voyage, ce dernier avait parcouru à son tour et en sens inverse l'itinéraire d'Énée avec une halte à Actium en Épire.

56On pourrait certainement trouver d'autres exemples du phénomène idéologique du retour des Troyens dans leur ancestrale patrie d’Asie Mineure. L'intérêt en est de montrer que l'emprise romaine se trouve par là légitimée aussi bien par les conquérants que par les populations conquises dans un curieux mouvement de fusion qui s'insère dans la grande réconciliation de l'avènement du Principat.

Fig. 1 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête-masque à double expression figurant

Fig. 2 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile

Fig. 3 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête de Troyen.

Fig. 4 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête de Troyen.

Fig. 5 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile sud : bloc en avancée à têtes d’angle figurant des Troyens.

Fig. 6 : Aphrodisias, Portique de Tibère, angle du fronton du propylon hadrianique

Fig. 7 : Aphrodisias, Sébastéion, frise ionique du propylon : masque théâtral de Troyen.

Fig. 8 : Aphrodisias, Sébastéion. fausse base du portique nord portant l'inscription Kupros : tête topique au bonnet phrygien.

Fig. 9 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : adolescent guirlandophore à bonnet phrygien.

Fig. 10 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : adolescent guirlandophore en costume oriental.

Fig. 11 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : Eros guirlandophore.

Fig. 12. Aphrodisias, devant de sarcophage (fin du ier siècle) avec figures juvéniles en bonnet phrygien soutenant des guirlandes.

Fig. 13 : Aphrodisias : relief figurant un acteur tragique en costume troyen.

Fig. 14 : Éphèse, figure d’Oriental sur un pilier d’étage du péribole du temple de Domitien.

Fig. 15 : Sperlonga, Hermès de jeune héros en bonnet phrygien.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Angelicoussis, E. (1992) : The Woburn Abbey Collection of Classical Art, Monumenta Artis romanae, XX, CSIR.

Babelon, E. (1916) : Le trésor d'argenterie de Berthouville près de Bernay, Paris.

Bernabo Brea, L. (1981) : Menandro e il teatro greco nelle terracote Liparesi, Gènes.

Cain, H. U. (1988) : “Chronologie, Ikonographie und Bedeutung der römischen Maskenreliefs”, BJb, 188,107-220.

Calder, W. M. et J. M. R.Cormack, éd. (1962) : MAMA, VIII, Manchester.

Chaisemartin, N. de (1989) : “Le Portique de Tibère à Aphrodisias : problèmes d'identification et de fonction”, REA, 91,23-45.

Chaisemartin, N. de et D. Theodorescu (1991) : “Recherches préliminaires sur la frons scaenae du théâtre”, in : Smith & Erim 1991,29-65.

Chaisemartin, N. de et A. Lemaire (1996) : “Le Portique de Tibère : recherches sur son architecture et sa fonction”, in : Roueché & Smith 1996, 149-172.

Chaisemartin, N. de (1997) : “Afrodisia, Roma e i Troiani”, Omaggio à M.Floriani-Squarciapino, Archeologia classica, 49, 29-46.

Dacos, N. (1961) :“Le Pâris d'Euphranor”, BCH, 85, 371-399.

Dwyer E. J. (1981) : “Pompeian oscilla collections”, RM, 88, 247-306, pl. 80-130.

Espérandieu E. (1907) : Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, I, Paris.

Ferrary J. L. (1988) : Philhellénisme et impérialisme, BEFAR 271. Rome.

Gehrig, U. (1980) : Hildesheimer Silberschatz, Berlin.

Hauschild, T., S. Marina Bigorra et H. G.Niemeyer (1966) : “La Torre de los Escipiones : ein römischer Grabtum bei Tarragona”, Madrider Mitteilungen, 7, 162-188.

Hundsalz, B. (1987) : Das dionysische Schmuckrelief Tuduv-Studien : Reihe Archäologie, I, Munich.

Jacopi, G. (1963) : L'Antro di Tiberio a Sperlonga, I monumenti romani, IV, Rome.

Jacopi, G. et L. Crema (1939) : “Gli scavi della Missione archeologica italiana ad Afrodisiade nel 1937”, Monumenti antichi dei Lincei, 38, Rome.

Lanzani, C. (1936) : Lucio Cornelio Silla dittatore, Appendice 1 (“La Venere sillana”), Milan, 357-366.

Mayer, M. (1910) : La coppa tarantina di argento dorato del Museo provinciale di Bari, Bari.

Mendel, G. (1912) : Musées impériaux ottomans, Catalogue des sculptures, I, Constantinople.

Nerzic, Ch. (1989) : La sculpture en Gaule romaine, Paris.

Pernice, E. et F. Winter (1901) : Der Hildesheimer Silberfund, Berlin.

Perret, J. (1942) : Les origines de la légende troyenne de Rome, Paris.

Pirzio Biroli Stefanelli, L. (1991) : L’Argento dei Romani, Rome.

Praschniker, C. et alii (1979) : “Das Mausoleum von Belevi”, FiE, 6.

Reynolds, J. M. (1982) : Aphrodisias and Rome, JRS Monographs no 1, Londres.

— (1986) : “Further Information on Imperial Cult at Aphrodisias”, Studii Classice, 24, 111 sq.

— (1991) : “Epigraphic Evidence for the Construction of the Theatre”, in : Smith & Erim 1991, 15-28.

Robert, R. (1995) : “Une tête classicisante inédite de Claros”, Fondation Piot, Monuments et Mémoires, 74, 30-31.

Roueché, Ch. et R. R. R. Smith, éd. (1996) : Aphrodisias Papers 3, JRA Supplementary Séries, XX.

Santa Maria Scrinari, V. (1972) : Sculture romane di Aquileia, Rome.

Schilling, R. (1954) : La religion romaine de Vénus, BEFAR 178, Paris.

Seyrig, H. (1974) : “Pseudattideia”, Baghdader Mitteilungen, 7, 197-203.

Smith, R. R. R. (1988) : “Simulacre gentium : the ethne from the Sebasteion at Aphrodisias”, JRS, 88, 50-77.

Smith, R. R. R et K. T. Erim, éd. (1991) : Aphrodisias Papers 2, JRA Supplementary Séries, II.

Spinazzola, V. (1928) : Le arti decorative in Pompei e nel Museo Nazionale di Napoli, Naples.

Strocka V. M. (1978) : “Die frühesten Girlandensarkophage”, Festschrift K.Dörner, EPRO, 66(2), 905, no 5.

Tassinari S. (1975) : “Pots à anse unique”, Cronache pompeiane, I.

Torelli, M. (1988) : “Il monumento efesino di Memmius”, Scienze dell'Antichità, 2, 403-426.

Vetters, H, (1972) : “Grabungen in Ephesos von 1965-1969 bzw. 1970 (Domitianterrasse und Domitiangasse, Grabungen 1960-1961)”, JÖAI, 50, 1972-1975, 311-350.

Vierneisel-Schlörb B. (1979) : Glyptotek München, Katalog der Skulptur, II, Munich.

Waywell, G. B. (1978) : The free-standing Sculptures of the Mausoleum at Halicarnassus, Londres.

Will, E. (1952) : La sculpture romaine du Musée lapidaire de Vienne, Vienne.

— (1983) : “Un vieux problème : Attis - vrais et faux”, BSNAF,217.

— (1955) : Le relief cultuel gréco-romain, BEFAR 183, Paris.

Notes

1 Voir une première approche de cette recherche dans Chaisemartin 1997.

2 Perret 1942, 501-505.

3 Schilling 1954, 290.

4 Torelli 1988, 403-426.

5 Bernabo Brea 1981.37-40, no A7, A 10, A11, A13.

6 Smith 1988, 57, pl. VIII, 8.

7 Strocka 1978, 905, no 5.

8 Seyrig 1974, 197-203, pl. 23-25.

9 Will 1983, 217.

10 Will 1955, 201-202.

11 Mendel 1912, 41-42.

12 Waywell 1978, 47-49, 76, no 42, p. 113, pl. 19, no 43 ; p. 114, pl. 19, no 44 ; p. 115, pl. 19, no 49 ; p. 120, pl. 23, no 50 ; p. 120, pl. 23.

13 Praschniker et al. 1979.

14 Santa Maria Scrinari 1972, Oriental en ronde-bosse adossé à un pilier, p. 6-7, no 13-14, fig. 14-18 ; reliefs sur des cippes funéraires : no 384-387, p. 134-135 et fig.

15 Will 1952, 52, no 102, p. 63-64 no 121.

16 Espérandieu 1907, no 622, 623, 624, 625, 704, 707, 710, 746.

17 Hauschild ét al. 1966, 162-188, Beilage 12.

18 Espérandieu 1907, 260 ; Nerzic 1989, 39.

19 Vetters 1972, Beiblatt 311-350.

20 Reynolds 1986, 111-112 sq.

21 Smith 1988, 57 no 15, pl. VIII, fig. 8.

22 Jacopi & Crema 1939, no 4, 57, 105, 110, 130.

23 Bernabo Brea 1981.37-40.

24 Mayer 1910, 13-15.pl. 1.

25 Pernice &Winter 1901, 37-40, p1. 11-16 ; Gehrig 1980, 19, pl. 23-26.

26 Babelon 1916, 88-90, pl. 9.

27 Hundsalz 1987, 72-102.

28 Spinazzola 1928, pl. 233 ; Pirzio Biroli Stefanelli 1991, no 31-32 (inv. 25380-25381) fig. 95.

29 Tassinari 1975, 193, fig.4 d et 19.

30 Dwyer 1981, 247-306, avec catalogue des motifs p. 194-202 ; Hundsalz 1987, passim ; Cain 1988, 107-220.

31 Virgile, Géorg.,2, 385-389.

32 Inv. 76-21 ; musée de site.

33 Dacos 1961, 377 sq ; Vierneisel-Schlörb 1979 no 23, 241-246 ; Angelicoussis, 1992, no 55, 71-72, fig 257-260.

34 Jacopi 1963, 126-127 et 128-129 (fig. 122-124).

35 Chaisemartin 1989, 36-41 et 1996, 161-164.

36 Denys d’Hal., Ant. rom.. 1.61-62.

37 Stéphane de Byzance, s.v.’Aφροδισιάς.

38 Notons toutefois que la relation n'est pas claire dans le texte entre Ninoé de Carie et deux lignes plus bas une – autre ? – cité située en Assyrie et intitulée Ninos : c'est cette dernière qui aurait été fondée par l'époux de Sémiramis.

39 Perret 1942, 502.

40 Qui promeut, vraisemblablement par l’intermédiaire de l'historien Métrodore de Skepsis un thème de contre-propagande anti-romain démontrant que la légende d'Énée n'a rien à voir avec la fondation de Rome : Ferrary 1988,228-229.

41 Schilling 1954, 281-282.

42 Id., 271.

43 Id., 280-281.

44 Plut., Sylla, 34, 3-4.

45 Appien. B.C., 1.97.

46 Lanzani 1936, 357.

47 Reynolds 1982, 11-20, pl. 1.

48 Schilling 1954, 293.

49 Cest-à-dire en fait des auteurs de la sympolitie avec le village voisin de Plarasa à l'époque tardo-hellénistique : Reynolds 1982, 164-165.

50 Calder et Cormack 1962, no 405.

51 Torelli 1988, 403-426.

52 Le De natura rerum lui est dédié dans son prologue.

53 Virgile, Én., 5.114-245.

54 Str. 13.1.48.

55 Voir au contraire le scepticisme de Perret 1954, 517 sq., sur le rôle de Pergame dans la construction des légendes troyennes.

56 Calder & Cormack 1962, 407-470-513-535-563 ; Reynolds 1991,28, C, fig. 5.

57 Robert 1995, 30-33.

58 Chaisemartin & Theodorescu 1991,41.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête-masque à double expression figurant
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 2 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 3 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête de Troyen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 4 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile nord : tête de Troyen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fig. 5 : Aphrodisias, Portique de Tibère, aile sud : bloc en avancée à têtes d’angle figurant des Troyens.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Fig. 6 : Aphrodisias, Portique de Tibère, angle du fronton du propylon hadrianique
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Fig. 7 : Aphrodisias, Sébastéion, frise ionique du propylon : masque théâtral de Troyen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 8 : Aphrodisias, Sébastéion. fausse base du portique nord portant l'inscription Kupros : tête topique au bonnet phrygien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 9 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : adolescent guirlandophore à bonnet phrygien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende Fig. 10 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : adolescent guirlandophore en costume oriental.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 11 : Aphrodisias, frise de la peristasis du temple d’Aphrodite : Eros guirlandophore.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 12. Aphrodisias, devant de sarcophage (fin du ier siècle) avec figures juvéniles en bonnet phrygien soutenant des guirlandes.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 13 : Aphrodisias : relief figurant un acteur tragique en costume troyen.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 14 : Éphèse, figure d’Oriental sur un pilier d’étage du péribole du temple de Domitien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 15 : Sperlonga, Hermès de jeune héros en bonnet phrygien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7023/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540