Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Asie Mineure et îles ioniennes

Les traditions grecques sur les Lélèges

Raymond Descat

Texte intégral

  • 1 Sur les traditions antiques concernant les Lélèges, Aly 1909, Geyer 1925, Laumonier 1958, 16-24, S (...)

1Dans le domaine des traditions grecques sur les origines des peuples les Lélèges constituent un cas d'école pour les quatre raisons suivantes1 :

  • Ils sont perçus comme un peuple ancien qui se situe le plus souvent aux origines de l'histoire.
  • Ils se retrouvent dans une grande partie de la Grèce, de Leucade à la Troade en passant par le Péloponnèse et les îles égéennes.
  • En dépit de ces deux traits qui amènent à penser qu'il s'agit d'un peuple “légendaire”, c'est aussi un peuple qui a un point d'attache précis, la Carie et qui a même, chose exceptionnelle, des caractères architecturaux qui lui sont propres, puisque les sources parlent des Λελέγεια, “tombeaux et enceintes des Lélèges”2.
  • Enfin dernier point intéressant, il s'agit d'un objet de discussions érudites chez les auteurs grecs eux-mêmes à partir d'une certaine époque. L'origine des Lélèges était déjà un objet de séminaires et de débats chez les Anciens.
  • 3 Faraguna 1995, 47.

2Le contraste entre les aspects les plus insaisissables et les plus légendaires d'une part et un enracinement local et matériel de l’autre est vraiment le cœur de la difficulté de l'étude des traditions sur le peuple lélège. Ce dernier est donc le plus souvent perçu comme “fabuleux”, “una realtà sfuggente, poco più di un nome”3, après avoir été considéré au xixe s. comme l'Urvolk par excellence.

3Pour essayer d'éclairer les choses, tout en soulignant par avance l'incertitude de la démarche, je prendrai les traditions dans un cadre à la fois chronologique et géographique pour en voir les différentes strates. Il existe en effet trois grands axes géographiques d'implantation des Lélèges.

1. Les lélèges en Troade

  • 4 Hom., Il., 10.429, aussi 20.96.
  • 5 Hom., Il., 2.816-877.
  • 6 Cf. Str. 13.3.1.

4Le point de départ est le texte homérique. Homère donne une piste régionale somme toute assez précise : les Lélèges sont cités comme alliés des Troyens4 mais n'apparaissent pas dans le Catalogue des Troyens5, ce qui suscitera beaucoup de discussions plus tard6. En Il, 21.86 on apprend que le roi des Lélèges s'appelle Altès, qu'il habite Pédasa et que sa fille Laothoè a épousé Priam dont elle a eu deux fils Polydoros et Lycaon.

  • 7 Str. 13.1.7.
  • 8 Str. 13.1.50 et 59.

5Si les Lélèges n'ont pas davantage d'autonomie (comme le montre leur absence du Catalogue) c'est qu’ils sont des alliés très proches des Troyens, si proches qu'ils se mêlent à eux. Altès est mentionné dans les familles royales troyennes chez Strabon7. Leur territoire est en revanche bien individualisé, dans la Troade méridionale où une Pédasa est effectivement attestée dans la région qui est par la suite reconnue comme d'origine lélège8.

  • 9 Str. 13.1.59.
  • 10 Bryce 1986, 14.
  • 11 Hom., Il., 2.824-7 ; 4.103 et 121.
  • 12 Str. 13.1.60 : πρῶτα µὲν Ἄντανδρος Λελέγων πóλις.

6Il faut souligner d'emblée la similitude toponymique entre cette région de Troade et la Carie occidentale et méridionale : Strabon rappelle l'existence d'une Pédasa lélège en Carie9. J'y reviendrai plus loin mais il s'agit bien d’un point essentiel de la tradition : il y a en Troade une “Carie du nord” comme il y a sans doute une “Lycie du nord”10 à Zéleia avec un autre Lycaon et son fils Pandare11 et même une “Cilicie du nord”12.

  • 13 Dans Str. 13.1.51.
  • 14 Str. 13.1.58 ; 7.7.2.

7Cette tradition du peuplement lélège en Troade se poursuit après Homère, par exemple chez Alcée, qui en voisin mentionne Antandros comme cité des Lélèges13, et se retrouve, comme on l'a déjà vu, chez Strabon14 qui décrit comme lélèges les régions d'Assos, Gargara et Antandros.

2. Les lélèges en Locride

  • 15 Str. 7.7.2.

8Les choses se compliquent avec l'existence d'une autre tradition qui est tout aussi ancienne, puisqu'elle remonte à Hésiode, et qui associe les Lélèges à la Grèce centrale et en particulier à la Locride. Hésiode, dans le fragment cité par Strabon qui est un peu le texte de base pour la connaissance de la “question lélège”15, indique que Locros était le chef des Lélèges, descendants de Deucalion.

  • 16 Lerat 1952, 4-5.
  • 17 Par exemple Hécatée, FGrHist 1 F 15-16.

9Cette tradition concernant la Locride et par dérivation, les régions voisines, est très forte et constante16. Elle donne d'une façon assez homogène la filiation suivante : Locros fils de Physkos et descendant de Deucalion17. Le Pseudo-Scymnos (v. 591) nomme de père en fils, Deucalion, Amphictyon, Physkos et Locros qui donna aux Locriens leur nom remplaçant désormais celui de Lélèges. Locros est finalement le dernier des Lélèges et le premier des Locriens, le dernier Lélège à rester lélège étant Physkos.

  • 18 Str. 7.7.2.
  • 19 Str., ibid.
  • 20 Denys d’Hal., Ant. rom.., 1.17.

10L'importance de cette ambiance nord-occidentale est révélée par les Constitutions d'Aristote qui mentionne l'habitat locrien des Lélèges dans la Constitution des Étoliens ainsi que l'occupation par les Léléges de la Béotie par ailleurs évoquée dans la Constitution des Opontiens et dans celle des Mégariens18. C'est aussi par débordement qu'il y a lieu de comprendre l’habitat lélège en Acarnanie occidentale19. Dans le même ordre d'idée, on peut placer le Pseudo-Scymnos (v. 571) qui mentionne les Lélèges en Eubée avant la fondation de Chalcis par les Athéniens. On retrouve enfin les Lélèges Locriens chez Denys d'Halicarnasse20.

  • 21 Str. 13.1.68.
  • 22 Paus. 13.3.3.

11Le lien entre les deux traditions, celle de Troade et celle de Locride, n'est jamais fait dans nos sources. Il faut cependant souligner que les colons éoliens en Asie Mineure ou ceux qui précèdent les Éoliens viennent parfois de Locride. Kanai au sud du golfe d'Adramytteion est une colonie des Locriens de Kynos21, et des Locriens de Phrykion s'installent sur le site de la future Kymè22.

3. L'éponyme Lélex dans le Péloponnèse

  • 23 Str.. ibid.
  • 24 Paus. 3.1.1 ; 12.5. Voir Calame 1987.
  • 25 Paus. 6.22.5.
  • 26 Paus. 4.1.5.
  • 27 Str. 6.22.5.
  • 28 Paus. 1.39.6 et 44.3.

12Je ne respecte pas strictement ici la chronologie des traditions puisque nous sommes devant des citations tardives (Pausanias pour l'essentiel) mais cela correspond certainement à un fonds ancien et assez homogène, qui se rattache au domaine précédent par la Constitution des Leucadiens d’Aristote23. Cette tradition présente une caractéristique propre, celle de parler de l’éponyme Lélex, autochthone à Leucade et qui se retrouve à l'origine de la généalogie des premiers habitants ou souverains. On retrouve cet éponyme à Sparte24. Et aussi sans tradition d'autochthonie à Élis25, à Messène26, Pylos27 et à Mégare28.

  • 29 Calame 1987,49.

13A Mégare, la tradition est un peu plus bavarde et mentionne la venue de Lélex d'Égypte, comme fils de Poséidon et de Libyè. Pour Calarne, les traditions d'autochthonie ou au contraire de complète étrangéité vont dans le même sens, celui d'une première marche vers l'identification du peuple par la mention de la rupture avec l'indistinct originel. Les Lélèges incarnent “l'altérité qui va permettre l’affirmation de l'identité”29. Après les Lélèges, les cités vont en effet prendre leur vrai nom, ce qu'on a déjà rencontré avec Locros le Locrien fils du Lélège Physkos.

14Cette fonction des Lélèges dans le récit généalogique me paraît en effet claire. Autochthones ou étrangers les Lélèges (ou leur éponyme) représentent l'étape nécessaire d'affirmation de l'identité postérieure de la cité qui commence par son nom propre. De là un panorama géographique large qui n'est pas cependant anarchique. Ces traditions longent le Péloponnèse de Mégare à Leucade et aux rives nord du golfe de Corinthe et ouvrent par la (petite) tradition eubéenne vers les îles de l'Égée. Quelles raisons donner à cette disposition ? La réponse doit être liée à l'étude des autres traditions. Il faut rappeler aussi que les Lélèges sont par définition un peuple qui a disparu au moment où la tradition s'écrit. Sur ce point le contraste est frappant avec le domaine de l’est égéen, comme on va le voir.

4. L'apparition de la “question lélège”

  • 30 Cité par Str. 14.1.3.
  • 31 Hom., Il., 2.867.

15La discussion savante apparaît tôt, dès le début du ve s. chez Phérécyde. Ce dernier dit que les Lélèges (dirigés par le roi Ancée) occupaient toute la côte d’Asie au nord de la Carie (jusqu'à Phocée au moins) et les îles comme Chios et Samos avant d’en être chassés par les Ioniens et de se retrouver dans “les parts restantes de la Carie”30. Les Lélèges sont donc en Carie, séparés des Cariens. L'origine de ces discussions est liée bien entendu aux commentaires d'Homère qui distingue les Lélèges, voisins des Troyens, et les Cariens présents dans le Catalogue31. La position des Lélèges dans ces récits n'est donc plus du tout celle qu'ils occupent dans les récits “occidentaux”. Ils sont certes un peuple ancien mais qui se rattache étroitement à la réalité historique par la Carie, alors qu'en Grèce propre ils sont placés plus haut dans le temps et la mémoire mais n'ont plus de réalité historique.

  • 32 Hdt. 1.171.

16Le problème est aussi évoqué, mais de manière différente, par Hérodote en ces termes32 : les Cariens sont-ils des Lélèges, les descendants de ces peuples ? Selon la traditon crétoise oui, selon la tradition carienne non car ils se considèrent autochthones ; c'est-à-dire d'Asie, proches des Mysiens et des Lydiens. La tradition crétoise que relate longuement Hérodote est cependant en partie proche de celle de Phérécyde puisque les Lélèges – autre nom des Cariens – occupaient les îles avant d'être chassés sur le continent asiatique par les Ioniens et les Doriens.

17Le double nom supposé pose donc problème parce qu'on ne voit pas pourquoi les Cariens, déjà Cariens en quelque sorte, s'appellent aussi Lélèges. Il ne s'agit pas d’un nom “préidentitaire” comme dans les traditions occidentales mais bien des mêmes Cariens qui portent deux noms à une certaine époque. Mais Hérodote nous dit clairement que “les Cariens dans l'ancien temps étaient sujets de Minos et appelés Lélèges” (τò γὰρ παλαιòν ἐóντες Μίνω κατήκοοι καὶ καλεóμενοι Λέλεγες). Lélège est le nom que donnent les Crétois aux Cariens parce qu'ils leur sont soumis.

18Hérodote nous livre ainsi un renseignement important : Lélège peut être, sinon un mot d'origine crétoise, au moins un terme véhiculé par les Crétois, et désigner probablement soit les peuples sujets des Crétois soit plutôt certains d'entre eux, comme les “sujets de la mer” que seraient les Cariens dans leurs zones d'habitat, dans les îles et sur le continent où la Crète minoenne établit au deuxième millénaire une domination effective. Cette piste crétoise que nous donne Hérodote me semble la seule qui puisse donner sens à la dispersion géographique des Lélèges, qui est cependant, nous l'avons vu, ordonnée autour des côtes du Péloponnèse et de la Grèce du nord-ouest. Je serais donc d'avis d'établir un lien entre la présence des Lélèges dans la tradition et l'influence de la marine crétoise minoenne dans laquelle les Cariens jouent certainement un rôle essentiel.

19Au ve siècle le débat érudit est donc lancé mais les Lélèges ne sont pas encore évoqués avec des caractéristiques matérielles propres comme cela sera le cas plus tard à l'époque hellénistique. La question est de savoir s'il s'agit d’un peuple qui cohabite avec les Cariens et donc différent de lui (pour respecter le texte homérique) ou s'il ne s'agit pas plutôt des Cariens tout court. Leur identité culturelle présente n'est pas au premier plan de l'intérêt qui se porte plutôt sur leur passé, associé au monde égéen et aux Crétois. Cela conduit à penser qu'effectivement l'origine des Lélèges est en Asie mineure mais que les raisons de leur dispersion géographique dans la tradition ne sont pas à chercher dans un Urvolk nébuleux recouvrant à peu près tout mais dans une réalité plus “saisissable” qui est celle de la domination minoenne. On peut donc envisager le phénomène suivant : les rois crétois au début du deuxième millénaire rencontrent et contrôlent en Asie (Ionie du sud, Carie) et sur les îles proches des populations qu'ils appellent (sur un fonds linguistique certainement d'emprunt) les Lélèges. Ces Lélèges jouent un rôle maritime important au service des Crétois. Cela explique que l'entité lélège puisse s'harmoniser avec une carte de l'influence crétoise et se retrouver en particulier dans le Péloponnèse et les régions voisines.

5. Les lélèges en Carie : la politique lélège des Hékatomnides

  • 33 Str. 14.2.27 ; Paus. 7.2.8 ; pour Éphèse, Eustathe, ad Hom. Il., K 430.
  • 34 Str. 7.2.2.

20La tradition dominante sera celle d’Hérodote : les Lélèges sont les Cariens33. Ce n'est cependant pas celle que choisit Strabon dans le passage le plus important pour la question lélège34 qui préfère une distinction mais aussi, fait nouveau, une association des Lélèges et des Cariens. Il se fonde en particulier sur les arguments archéologiques des Lélegeia.

  • 35 Str. 13.1.59.
  • 36 Str. 7.2.2.

21Le débat est certes posé en ces termes mais on peut se demander s'il s'agit vraiment d'un choix contradictoire. Il faut essayer de comprendre les raisons qui ont amené la mise au premier plan dans certains textes d'une sorte d’identité lélège en Carie. Nous n'avons bien sûr que peu d'éléments pour jalonner ce parcours. Avec Phérécyde nous avons l'idée que les Lélèges se sont installés en Carie en venant du nord, avec Hérodote qu'ils se sont installés ou réinstallés en Carie en venant de la mer. C'est tout jusqu'à ce que nous apprenons sur la politique de Mausole. Le satrape de Carie a fait un synœcisme des huit cités lélèges qui étaient dans le voisinage pour fonder une nouvelle Halicarnasse35 laissant seulement à part Myndos et Syangela, qui sont donc implicitement dans cette tradition considérées comme lélèges. L'existence de ces cités lélèges confirme l'idée que les Lélèges étaient autrefois plus nombreux, dit Strabon36 qui le prouve donc par les restes archéologiques présents dans de nombreux endroits de Carie.

  • 37 Str. 13.1.59 : ἐν ὅλῃ δὲ Kαρίᾳ καὶ ἐν Μιλήτῳ.
  • 38 Radt 1970, 119-144.
  • 39 Benoit & Pierobon-Benoit 1993, 913 et 917.

22Je voudrais d'abord souligner qu'on ne peut tirer du passage de Strabon, contrairement à ce qui est parfois rappelé, la preuve que les appareils de murs que l'on rencontre particulièrement dans la région à l'ouest d'Halicarnasse sont le signe du “réduit ethnique lélège”. Archéologiquement parlant Strabon ne parle pas des Lélèges seulement dans la région du synœcisme d'Halicarnasse, mais partout en Carie et il prend lui-même un exemple à Milet37. Le Plattenmauerwerk (appareil constitué par des assises de largeur mince et de grande longueur38) qui caractériserait ce style “ethnique” se rencontre en dehors du “réduit lélège” (en dernier lieu encore dans le territoire de Iasos39.) En fait les Lélegeia dans la tradition grecque évoquent les monuments anciens en Carie que l'on attribuait aux ancêtres appelés Lélèges. Ils sont les témoins à l'époque hellénistique d'un genre de vie pastoral en grande partie disparu et surtout d'une occupation du sol plus intense que celle que connaît Strabon dans toutes ces régions côtières de Milet au golfe Céramique où les Cariens de la mer (les mêmes qui avaient été autrefois dans la mouvance minoenne) connaissaient à l'époque archaïque et encore à l'époque classique à l'évidence une certaine prospérité, comme le montrent alors l'abondance des sites. Le Plattenmauerwerk est en effet un choix technique qui correspond à des réalités géologiques (présence d'un schiste très feuilleté) et à la nécessité de construire beaucoup.

  • 40 Sur cette fonction voir Hornblower 1982, 55-62.

23En fait ce qu’on peut constater de la politique de Mausole ne peut s'appuyer sur l'idée d'une différence réelle entre Cariens et Lélèges. Il faut bien se souvenir qu'Halicarnasse la nouvelle capitale de Mausole est, après le synœcisme, forcément en très grande partie “lélège”, ce qui pourrait paraître curieux pour le “Roi des Cariens” qu'est officiellement Mausole40 si les deux peuples étaient différents. Cette capitale réaménagée, comme les autres synooecismes faits par Mausole, est aussi un manifeste idéologique : ce que veut créer Mausole a quelque chose d'une Mégalèpolis comme il s'en construit une au même moment en Grèce avec la publicité que l'on sait. Les murailles (et l'emprunt du même style emplekton à la grecque qui est employé probablement pour la première fois en Carie sur une grande échelle) le montrent. Les Lélèges de la péninsule d'Halicarnasse sont des Cariens ou plus exactement un des peuples cariens’ car l'ensemble des Cariens ne constitue pas un ensemble uniforme, il se subdivise culturellement, religieusement en plusieurs grands groupes réunis dans le koinon des Cariens que veut contrôler étroitement Mausole.

24Je pense même que c’est à l'époque de Mausole qu'on a d'une certaine manière et volontairement mis l'accent sur les Lélèges comme facteur d'antiquité des Cariens. Il y a certainement là le prestige d’Homère à réutiliser et tout un effort idéologique qui n'a pas peut-être été assez mis en relief mais qui me paraît se dégager au travers de quelques exemples.

  • 41 En dernier lieu Descat 1994.
  • 42 Antonetti 1990, 289 sq.

25Dans les synœcismes qu'on peut avec vraisemblance associer à Mausole, il y a celui de Callipolis41 dont le nom est en apparence “banalement” grec – ce qui n'est cependant pas anodin dans un contexte carien – mais qui cache peut-être quelque chose de plus surprenant si l'on songe qu’il existe une Callipolis voisine de Physkos en Locride, précisément le pays des Lélèges42. Or la Callipolis de Carie est elle aussi à côté d'une Physkos, nom antique probable de Marmaris. Je ne crois pas que cela soit dû au hasard et je propose l'hypothèse d'un choix onomastique pour cette “ville nouvelle” qui n'est pas seulement lié au désir de construire une belle ville mais surtout à la volonté de se rattacher à une mémoire lélège. On doit poser la question d’une politique organisée de refondations ou métonomasies de cités faite pour “relancer” l’identité lélège comme motif de valorisation culturelle et idéologique.

6. Les dernières traditions sur les Lélèges à l'époque hellénistique

  • 43 Athénée 6.271 b : Φίλιππος ὁ Θεαγγελεύς ἐν τῷ περὶ Καρῶν καὶ Λελέγων συγγράματι καταλέξας τοὺς Λακ (...)
  • 44 Vidal-Naquet 1973.
  • 45 Ce dont témoigne peut-être la toponymie dans le cas d'une Doulopolis près de Cnide (Pline 5.104 : (...)

26C'est au ive s. que l’identité lélège est devenue un enjeu politique dans la Carie des Hékatomnides. Après cette période l'intérêt politique disparaît mais la tradition érudite s'enrichit d'un nouvel élément. Philippe de Theangela, auteur de Karika au début de l'époque hellénistique, fait des Lélèges les dépendants des Cariens comparables aux Hilotes et Pénestes43. Cette idée n'est pas nécessairement originale : elle fait partie d'une réflexion à la mode dès le ive siècle pour chercher l'explication des modes de dépendances en Grèce dans une conquête remontant à des périodes anciennes44. Or il est probable que des formes de dépendance rurales se sont poursuivies en Carie jusqu'à l'époque hellénistique45. Que le lien ait été fait avec les Lélèges peut donc s'expliquer non pas par un soudain déclassement de ce peuple, mais par le souvenir de son ancienneté et l'existence d'un lien entre les ruines “lélèges” et les régions rurales où les relations de dépendance se sont certainement prolongées le plus tard possible.

  • 46 Str. 7.7.2.
  • 47 Denys d'Hal., Ant rom., 1.10.
  • 48 Thc. 1.7-8.
  • 49 Éphore, FGrHist 70 F 116-117.

27Nous rencontrons enfin l’idée des Lélèges peuple errant depuis les origines46. C’est la position de Denys d'Halicarnasse47 qui associe dans cette étude du genre de vie des Lélèges les rapines et les fortifications, ce qui est l'inverse du schéma anthropologique de Thucydide qui associait la piraterie et l’absence de fortifications48. Cette version de l'errance lélège se relie à la précédente sur leur dépendance puisque Strabon les appelle les συνοίκοι des Cariens, soit le même terme qu'Éphore utilise pour les Hilotes49. Du fait de leur ancienneté et des incertitudes de leur histoire, les Lélèges étaient devenus les meilleurs candidats pour ce rôle de peuple pré-civilisé.

7. Approche de la structure des traditions sur les Lélèges

28Il faut noter que dès le début de la poésie grecque il existe sur les Lélèges une tradition polycentrée qui concerne d'un côté le terrain asianique et de l’autre la Locride et les régions voisines ainsi que le Péloponnèse. Avec entre les deux une grande différence puisque si en Grèce propre les Lélèges forment un peuple disparu (et réfugié souvent dans l'éponymat), en Asie Mineure ils constituent un peuple encore réel ou proche de la réalité. Ils sont alors considérés comme différents, mais voisins des Cariens (probablement à la suite des commentaires d'Homère, chez Phérécyde) ou bien comme semblables aux Cariens chez Hérodote qui en même temps élargit l'oikoumène des Cariens-Lélèges aux îles et les associe étroitement à la domination minoenne.

29Le ive siècle est une période charnière dans le développement des traditions parce qu'il y a alors en Carie une politique “lélège” qui doit être attribuée aux Hékatomnides et à Mausole en particulier. On peut supposer dans ce cadre l'utilisation plus massive des légendes “ethniques” dans la politique de fondations ou de synœcismes, si caractéristique de cette période.

30Les conditions sont donc réunies pour qu'il y ait à l'époque hellénistique un vrai débat érudit et une curiosité historiographique sur les Lélèges. Lélège est un nom ancien, qu'on associe alors à des restes matériels qui, situés dans un monde rural et pauvre où existent des relations de dépendance, entraînent l'idée d'un peuple toujours errant, genre humain pré-civilisé.

  • 50 Bryce 1986. 12-41.

31Quant à la réalité historique qui est derrière, elle est naturellement très difficile à estimer. Il y a probablement un lien avec les Lukka connus au deuxième millénaire et qui occupaient non seulement la Carie mais aussi une zone plus large, parents des peuples du nord de l'Asie Mineure. C'est ce terrain commun qu'évoque T. R. Bryce50 quand il s'interroge sur la “Lycie du nord” comme on peut s'interroger sur la “Carie du nord”. Il me semble probable que les Cariens constituent un peuple avec des composantes diverses selon les lieux et les origines, ce qui veut dire aussi, même si cela nous reste inconnu, discours sur les origines, sur les “Cariens lélèges”, comme il y a des “Cariens Hidriens”, ou des “Cariens Pisidiens”.

32L'influence crétoise isole sans doute un groupe de “Cariens Lélèges” dont le souvenir (lié à leur forte présence maritime) se perpétue autour du Péloponnèse comme en Carie même, formant une strate de “Cariens crétois” qui sont en particulier chez eux dans cette zone littorale sans doute très active jusqu'à l'époque archaïque. Ensuite les Lélèges vont devenir un facteur idéologique de la politique de Mausole puis un instrument des débats antiques sur les archaia avant de devenir à partir du xixe s. un fantôme d'Urvolk reconnaissable sinon par sa langue au moins par son faciès archéologique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Actes du Colloque 1971 sur l'esclavage, Centre de recherches d’histoire ancienne. Volume 6. Annales littéraires de l'Université de Besançon. 140, Paris-Besançon.

Aly, W. (1909) : “Karer und Leleger”, Philologus, 68, 428-444.

Antonetti, Cl. (1990) : Les Étoliens, image et religion, Paris-Besançon.

Benoît, J. et R. Pierobon-Benoît (1993) : “Il territorio a Nord di Iasos”, ANSP, 23, 902-919.

Bryce, Tr. R. (1986) : The Lycians in Literary and Epigraphic Sources, Copenhague.

Calame, Cl. (1987) : “Le récit généalogique spartiate. La représentation mythologique d'une organisation spatiale”, QS, 26, 43-91.

Descat, R. (1994) : “Les forteresses de Thera et de Callipolis en Carie”, REA, 96, 205-214.

Faraguna, M. (1995) : “Note di storia milesia arcaica : i Γέργιθες e la στάσις di VI secolo”, SMEA, 36, 37-90.

Geyer, Fr. (1925) : RE, 12, s.v. Leleger, col. 1890-1893.

Hornblower, S. (1982) : Mausolus, Oxford.

Laumonier, A. (1958) : Les cultes indigènes en Carie, Paris.

Lerat, L. (1952) : Les Locriens de l'Ouest, II, Histoire, Institutions, Prosopographie, Paris.

Radt, W. (1970) : Siedlungen und Bauten auf der Halbinsel von Halikarnassos, MDAI, Beihefte 3.

Sakellariou, M. (1958) : La migration grecque en Ionie, Athènes.

Vidal-Naquet, P. (1972) : “Réflexions sur l'historiographie grecque de l'esclavage”, in : Actes du Colloque 1971 sur l'esclavage, 25-44.

Notes

1 Sur les traditions antiques concernant les Lélèges, Aly 1909, Geyer 1925, Laumonier 1958, 16-24, Sakellariou 1958, 414-418, Hornblower 1982, 9-14, Faraguna 1995.

2 Str. 7.7.2 : Λελέγων τάφοι Καὶ ἐρύματα.

3 Faraguna 1995, 47.

4 Hom., Il., 10.429, aussi 20.96.

5 Hom., Il., 2.816-877.

6 Cf. Str. 13.3.1.

7 Str. 13.1.7.

8 Str. 13.1.50 et 59.

9 Str. 13.1.59.

10 Bryce 1986, 14.

11 Hom., Il., 2.824-7 ; 4.103 et 121.

12 Str. 13.1.60 : πρῶτα µὲν Ἄντανδρος Λελέγων πóλις.

13 Dans Str. 13.1.51.

14 Str. 13.1.58 ; 7.7.2.

15 Str. 7.7.2.

16 Lerat 1952, 4-5.

17 Par exemple Hécatée, FGrHist 1 F 15-16.

18 Str. 7.7.2.

19 Str., ibid.

20 Denys d’Hal., Ant. rom.., 1.17.

21 Str. 13.1.68.

22 Paus. 13.3.3.

23 Str.. ibid.

24 Paus. 3.1.1 ; 12.5. Voir Calame 1987.

25 Paus. 6.22.5.

26 Paus. 4.1.5.

27 Str. 6.22.5.

28 Paus. 1.39.6 et 44.3.

29 Calame 1987,49.

30 Cité par Str. 14.1.3.

31 Hom., Il., 2.867.

32 Hdt. 1.171.

33 Str. 14.2.27 ; Paus. 7.2.8 ; pour Éphèse, Eustathe, ad Hom. Il., K 430.

34 Str. 7.2.2.

35 Str. 13.1.59.

36 Str. 7.2.2.

37 Str. 13.1.59 : ἐν ὅλῃ δὲ Kαρίᾳ καὶ ἐν Μιλήτῳ.

38 Radt 1970, 119-144.

39 Benoit & Pierobon-Benoit 1993, 913 et 917.

40 Sur cette fonction voir Hornblower 1982, 55-62.

41 En dernier lieu Descat 1994.

42 Antonetti 1990, 289 sq.

43 Athénée 6.271 b : Φίλιππος ὁ Θεαγγελεύς ἐν τῷ περὶ Καρῶν καὶ Λελέγων συγγράματι καταλέξας τοὺς Λακεδαιμονίων εἵλωτας καὶ τοὺς Θετταλικοὺς πενέστας καὶ Κᾶράς φησι τοὶς Λέλεξιν ὡς οἰκέταις χρήσασθαι πάλαι τε καὶ νῦν.

44 Vidal-Naquet 1973.

45 Ce dont témoigne peut-être la toponymie dans le cas d'une Doulopolis près de Cnide (Pline 5.104 : oppidum fuit Acanthus, alio nomine Dulopolis).

46 Str. 7.7.2.

47 Denys d'Hal., Ant rom., 1.10.

48 Thc. 1.7-8.

49 Éphore, FGrHist 70 F 116-117.

50 Bryce 1986. 12-41.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540