Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Asie Mineure et îles ioniennes

Amathousiens et Étéochypriotes

Pierre Aupert

Texte intégral

  • 1 Iacovou 1994, 156.

Where they came from, and why, is not a question but a challenge1

  • 2 Charge ensuite partagée avec Antoine Hermary. J'ai rédigé avec lui un Guide d'Amathonte (Aupert 19 (...)

1La solution du problème des origines des Amathousiens repose, on le verra, sur des données linguistiques que mes compétences ne font qu'effleurer. Ce que j'en dirai ici ne consistera donc qu'à signaler des pistes de recherche et, surtout, à les mettre en rapport avec l'archéologie. Nous avons en effet affaire, sur ce site, à la fois avec un mythe d'origine et avec la réalité d'une ville dont la fouille m'a été confiée il y a vingt et un ans2 seulement, mais qui avait auparavant connu des générations de fouilleurs plus ou moins officiels. L'occasion nous est donc offerte d'analyser les rapports entre mythe et réalité historique et, à travers eux, l'origine étéochypriote des Amathousiens, avant de nous pencher, autant que faire se peut, sur celle des Étéochypriotes eux-mêmes.

1. L'origine étéochypriote des amathousiens

Les auteurs antiques

  • 3 O. Masson 1983, 57, 85-86.
  • 4 Remarque de Lenhart dans E. Masson 1979, 409.

2Le peuple des Étéochypriotes, dans la mesure où la majorité des inscriptions rédigées en leur langue a été découverte à Amathonte3, sur la côte sud de Chypre, semble bien pouvoir être assimilé aux Amathousiens, ou du moins au noyau originel des habitants de cette ville, même si le nom d'Amathonte procède apparemment d'une composition normale, de type mycénien : *Amatho-wont, “riche en sable”4.

  • 5 Karageorghis 1990, 107.
  • 6 Aupert 1984, 12-13.
  • 7 En quoi il se trompe apparemment : la ville ne remonte guère au delà du xie s. et vraisemblablemen (...)
  • 8 Aupert 1984. 15.

3On note en effet, tout d'abord, que la ville, à la différence de maintes autres capitales chypriotes5, est absente des mythes de fondation achéens. Mais ce sont surtout les auteurs anciens6 qui présentent les Amathousiens comme une unité originale du peuplement de Chypre. Le Pseudo-Skylax de Caryanda, Periplus 103, lorsqu'il cite Amathonte, ajoute “autochtones eisin”. Théopompe précise que les Amathousiens sont les descendants des “compagnons de Kinyras”, c'est-à-dire les Chypriotes originels, refoulés par les Grecs d’Agamemnon, et Stéphane de Byzance, qui présente la ville comme très ancienne7, fait dériver son nom de celui du fils d’Héraklés, Amathus ou de celui de la mère de Kinyras, Amathousia. Cette réputation de véritables Chypriotes était vivante du vie s. a.C. au xiie s. p.C., puisque c'est ainsi que les caractérisent aussi bien Hipponax qu'Eustathe8. Il paraît tout à fait significatif à cet égard que la ville ait pu donner son nom, parfois, à l'île tout entière.

4Cette autochtonie, unique à Chypre, n'est-elle qu'un mythe gratuit ?

Les données archéologiques

5L'archéologie confirme, dans plusieurs domaines, ces divers témoignages.

  • 9 Vague qui ne semble avoir épargné que Kition et Palaepahos, cf. Iacovou 1994, 149-150.
  • 10 Dans Aupert 1996, 173-176 et dans L'espace grec, 67-68. La ville voisine, Limassol, pourtant bien (...)

6Les fouilles de la ville et des nécropoles n'ont, tout d'abord, fourni aucun matériel antérieur a la seconde moitié du xie s. C'est à dire que l'apparition de la ville, si on peut parler alors de ville étant donné l'exiguïté du matériel de cette époque, ne paraît pas être une conséquence directe, en termes de chronologie, de la vague d'abandons ou de destructions de maints sites de l'île au xiie s. (LCIIIA)9. On observe toutefois qu’il en va de même pour presque toutes les nouvelles cités créées à cette époque et que le début du xie s. à Chypre constitue, pour l'instant, un curieux vide historique. Vide, également, la région dans laquelle s’installent les nouveaux venus. Telle est la conclusion des prospections menées dans la campagne périphérique par l'équipe de Catherine Petit10. L'ensemble confirme donc le mythe d'une création ex nihilo.

7Corrélativement à l'absence de mythe de fondation achéen, on note une totale absence d'objets de tradition mycénienne parmi le matériel de fouille : la population ne doit donc rien aux colons du continent grec.

  • 11 Laffineur 1986, 121-122.

8En revanche, les plaques décorées et les bandeaux de la première orfèvrerie du site relèvent de traditions de l’Age du Bronze insulaire11.

  • 12 Gjerstadt 1948, 432.
  • 13 Hermary 1994.

9L'architecture funéraire présente également, en plein Age du Fer, un type de tombe en tranchée12, qui est essentiellement attesté à l'Age du Bronze et antérieurement. La sépulture la plus singulière, puisque c'est la seule que l'on connaisse dans le périmètre urbain, qu'elle est en outre située au sommet de l'acropole, en plein sanctuaire d’Aphrodite, et qu'elle a livré une plaque creusée de coupelles d'un modèle en usage lors de ces époques anciennes13, relève de ce mode de construction, où l'on creuse chambre et dromos à ciel ouvert avant de les couvrir de plaques.

  • 14 Aupert 1996, 24, 26-29.

10Il y peu à tirer des phénomènes religieux, en revanche. Les cultes orientaux d'Astarté et de Hathor sont particulièrement bien implantés sur le site, mais leurs attestations ne remontent pas au delà du Chypro-Géométrique III et l'on ne sait si leur origine relève de la fondation étéochypriote ou de l'épisode phénicien qui affecta certainement le royaume14 à la fin de cette période. Leur persistance, en pleine époque classique, trahit un contexte cultuel particulièrement favorable à l’influence orientale, mais qui s'explique sans doute encore par cette double tradition. Il en va de même pour le culte de Bès, même s'il apparaît antérieurement et s'il fleurit encore jusqu'en pleine époque impériale. La quasi-absence de la déesse aux bras levés pourrait toutefois refléter le particularisme d'une population réfractaire, à l'Age du Bronze, aux influences minoennes.

  • 15 Domurad 1992.

11Enfin, une étude récente15 montre que cette population de la ville archaïque était assez endogamique, que ses proportions craniennes rencontrent leur plus proche parallèle dans celles des gens de Sotira à l'époque néolithique et qu'une partie d'entre elle (24 %), pratiquait la déformation postbregmatique du crâne, comme à l'époque Néolithique, notamment à Khirokitia, et sur de nombreux sites de l'Age du Bronze.

  • 16 Aupert 1996, 41-43.
  • 17 L'onomastique ne constitue pas, un demi-millénaire après l'apparition de l'homme sur le site, un i (...)

12Que le royaume ait eu des origines particulières se discerne enfin dans son histoire : sa politique étrangère est presque constamment favorable aux Perses contre les Grecs16, même si tous les rois connus par le monnayage ou les textes portent des noms grecs17.

Les données linguistiques et ethniques

  • 18 Notamment celle du grand vase en pierre du Louvre, cf. Hermary, Masson 1990, 211-214.
  • 19 Sur les vaines tentatives de rapprochement avec le lycien et le hourite, cf. Masson E. 1979, 408, (...)
  • 20 Au iiie s. a.C. encore, on rencontre une dédicace digraphe et bilingue, cf. Masson O. 1983, 206-20 (...)

13Mais l'élément le plus prégnant réside évidemment dans le fait linguistique. Nous sommes en effet en présence d'une ville, où les dédicaces18 et les textes honorifiques sont le plus souvent rédigés en une langue lisible, puisque transcrite en syllabique ordinaire, mais incompréhensible19, l'étéochypriote, employé concurremment au grec jusqu'au début de l'époque hellénistique20. Outre les mots énigmatiques que comportent les textes, Hésychius nous fournit deux vocables particuliers aux Amathousiens et donc vraisemblablement étéochypriotes, avec leur traduction, esthlai = jouets en bois et kubabda = sang : sans que l'on puisse les rattacher à une langue précise, les uns et les autres suffisent à montrer qu'il ne s'agit pas de grec.

  • 21 Masson E. 1978 passim et 1979, 408.
  • 22 On a découvert, dans les tombes, quelques rares objets de l'Age du Bronze, cf. Laffineur 1986, 122 (...)
  • 23 Sans doute grâce à sa main-mise sur les minerais de cuivre de Kalavassos.

14Or, cette langue pourrait bien être l'héritière du ou de l’un des Chypro-minoens parlés – et écrits – à Chypre entre le xvie et le xie s. a.C., autant que l'on puisse évidemment en juger d'après les rares éléments déchiffrables qui nous en sont parvenus21. Les Amathousiens, et donc les Étéochypriotes, semblent donc bien être une part de ces anciens Chypriotes de l'Age du Bronze22 regroupés, après l'arrivée des Mycéniens et une période de bouleversements historiques généralisés, en un lieu antérieurement inoccupé, mais assez favorable pour permettre la constitution d’un royaume prospère23

15A ce stade, il me paraît instructif, au regard du problème qui nous occupe aujourd'hui, de comparer le mythe et les données archéologiques et anthropologiques, à un moment où nous sommes sûrs que le premier a cours et où les secondes nous permettent de rentrer véritablement dans l'histoire, c'est à dire l'époque archaïque, celle en outre où le matériel est le plus abondant. Les influences les plus diverses se manifestent alors sur les productions et les importations, mais elles ne sont guère moins occidentales qu'orientales : disons qu’elles distinguent, mais à peine, Amathonte des autres cités de file et qu'à en juger par elles seules, sans le recours aux textes, nul ne songerait que la population locale se considère comme particulière en ce qu'elle seule se rattache au vieux tond autochtone de l'île. Imaginons aussi que Mélodie Domurad ait raison, que son échantillonnage d'ossements soit bien représentatif de la population de cette époque et qu'il comporte des restes des descendants des Étéochypriotes. On s'aperçoit dès lors que ceux-ci représenteraient à peine un quart des habitants, une petite minorité. C'est dire combien les mythes d'origine doivent peu aux conditions historiques et qu’ils sont donc d'essence idéologique. Mais c'est en même temps montrer qu’ils reposent sur une donnée réelle, fût-elle amplifiée et orchestrée en propagande. Il reste bien sûr à s'interroger sur les raisons de cette exploitation d'un prétexte accidentel. Le manque de textes plus explicites rend évidemment l'exercice difficile, mais je verrais deux explications : le souci d'ancrer l'identité du royaume face, notamment, aux puissants rivaux de Salamine et de Paphos et la tradition tenace de bons rapports avec le Moyen-Orient, peut-être acquis bien après la fondation de la ville, mais rattachables à ces épisodes lointains et justifiant une politique royale consciente, capable d'aller parfois à rebours de ce qui pouvait passer, au moment des luttes gréco-perses en particulier, pour la voie opportune et sûre.

2. L'origine des étéochypriotes

16C'est cette langue étéochypriote qui constitue néanmoins, avec les légendes liées à Kinyras, une récurrente source de réflexions en ce qui concerne l'origine des Étéochypriotes. Nous avons vu que ces "vrais” Chypriotes descendent à n’en point douter des populations insulaires de l'Age du Bronze et qu’ils ne sont pas dépourvus de points communs avec celles de l'époque néolithique. Mais eux-mêmes, d'où proviennent-ils ? L'autochtonie est en effet toujours une question relative et, notamment dans une île, où elle est par définition impossible, il est intéressant de cerner, pour en comprendre mieux l’histoire, l'origine de ceux qui sont venus la peupler avant de s'en prétendre natifs.

  • 24 Gjerstadt 1948,429-430.

17La légende de Kinyras est ambiguë, puisqu'elle entraîne tant du côté de la Cilicie que de la Syrie24. Les historiens du début du siècle penchaient plutôt pour la Cilicie. Je voudrais ici attirer l'attention au contraire, sur les liens possibles entre Amathonte et la Syrie-Palestine, voire avec l'Euphrate.

  • 25 En ICS 193, de nature inconnue ; ICS 196, une inscription honorifique (a-na : ma-to-ri) ; ICS 388, (...)
  • 26 Karageorghis 1962, 407.

18En étéochypriote, l'élément le plus récurrent est le groupe a-na. Il apparaît en tête de sept textes25 et il est peint isolément sur une cruche intacte26.

  • 27 Masson O. 1990, 215.
  • 28 Aupert 1996, 40.
  • 29 Dussaud 1949, 362, 365.
  • 30 Hermary 1985, 657-708
  • 31 Symmaque, Lettres, 1.8.
  • 32 Hermary, Masson O. 1990, 212.
  • 33 Masson E. 1979, 408, n. 48.
  • 34 Les séquences les plus proches du nom d'Amathonte sont en effet cet a-mo-ta et a-ma-ti-ke-e dans I (...)
  • 35 Sur les tessons inscrits a-na-ma et a-na-ku, sans séparation, a-na paraît intégré au mot : s'agira (...)

19Qu'il figure sur des tessons provenant sans doute d'un sanctuaire et surtout sur le grand vase en pierre du Louvre, ainsi que le parallélisme avec les dédicaces to te-o seul, ont fait penser à O. Masson27 qu'il signifie “au dieu”. Partant pour ma part de la fréquence de la mention du nom même du dieu sur les offrandes, j'ai pensé28 que l'on pouvait avoir affaire à celui d'une déesse *Ana, pour Anat29, bien attestée à Amathonte sous les traits de Hathor30, puis sous le nom de Dioné31. Dans cette hypothèse, le nom de la ville lui-même, qui pourrait être a-na : ma-to-ri dans ICS 196, en dériverait, comme Athènes du nom d'Athéna. L'hypothèse, qui renvoie à Ugarit et au domaine phénicien, est confortée par la présence de la séquence a-na : ta... sur le grand vase du Louvre32, mais rendue difficile par celle d'a-na seul sur une cruche trouvée dans une tombe (et non plus dans un sanctuaire) et, me disent les sémitisants et O. Masson, par l'absence du -t final. E. Masson évoque quant à elle “une particule exprimant l'appartenance”33. En effet, a-na signifie “appartenant à” en accadien, et ce type de traduction pourrait être également adapté aux textes que nous avons. Celui qui ne comporte que a-na, sur une offrande funéraire, signifierait “appartenant au (mort s.e.)”. Au début de la bilingue ICS 196, dédicace, par les Amathousiens, de la statue d'Ariston, a-na : ma-to-ri pourrait, à la place de “les Amathousiens” du texte grec, équivaloir, sans autre précision, à “les gens du pays”, matou signifiant “le pays” en accadien. Dans le graffito d'Abydos ICS 388, on aurait, dans a-na : a-mo-ta : a-sa-ti-ri, Asatiri (s'il s'agit bien d'un anthroponyme) soit “d'Amota” = Amathonte34, soit “fils d'Amota”. Mais la difficulté vient ici de l'absence du nom du défunt sur la cruche funéraire et du vase du Louvre, qui doit être dédié à une divinité : or, nous n'en connaissons pas dont le nom commencerait par ta35. Enfin, elle vient surtout de ce que les linguistes n’ont jusqu'à présent pas décelé de rapprochement entre l'étéochypriote et l'accadien : mais s'y sont-ils suffisamment employés ? La question n’est donc pas résolue et elle ne le sera sans doute qu'avec la découverte de nouveaux textes.

20Quoi qu’il en soit, nos hypothèses, tant sur Anat que sur a-na, nous renverraient à une origine entre la Syrie ougaritique et la Mésopotamie sémitique.

  • 36 Aupert, Masson 1979, 378-383 ; Aupert 1986, 370.
  • 37 Hermary 1981, 84.
  • 38 Westholm 1941, 25-58.
  • 39 Laffineur 1986, 111. L'adoption de poids des systèmes mésopotamien et syrien est général dans la C (...)
  • 40 Aupert 1986, 372-376.

21Il en va de même pour le culte principal de la ville. Aphrodite y dérive en effet d'une Astarté, dont les figurations abondent, dans les tombes, mais surtout dans le sanctuaire du sommet de l'acropole et ce culte a ses origines, là encore, chez les Assyriens et à Ugarit. Le problème, ici, réside en ce que ces cultes (Anat et Ishtar), de même que la préposition dédicatoire ana ont été empruntés et véhiculées par les Hourrites et les Hittites : faut-il songer à une transmission par leur intermédiaire ? Je ne le crois pas, car d'autres documents renvoient, eux aussi, de préférence vers le continent oriental plutôt que vers l'Anatolie. Le Théos Hypsistos, dont le culte est attesté à Amathonte36 peut représenter le dieu suprême sémite Élyon. La présence des grands vases en pierre au seuil du sanctuaire d'Astarté Aphrodite est un fait oriental (Syrie, Phénicie, Palestine)37. On constate encore que les tombes en tranchée, qui sont comme on l'a vu une caractéristique amathousienne, rencontrent des parallèles dans la Syrie-Palestine de l'Age du Bronze38 ; que le système pondéral des Amathousiens de l'époque archaïque, voire antérieurement à elle, est mésopotamien39 ; que la bijouterie, les cylindres, certaines figurines trahissent une influence assyro-babylonienne ; que Bès et Hathor, ou encore, plus tard, les sarcophages anthropoïdes proviennent à Amathonte par l'intermédiaire phénicien40.

  • 41 Guilaine et al. 1995,29-3 ; 1996, 159-171 ; 1998, 35-40 ; Briois et al. 1997,95-112.

22Enfin, les fouilles de J. Guilaine à Shillourokambos41 montrent que la zone d'Amathonte a été, dès 8200/7600, le lieu d’installation d'une population qui, tout en important de l'obsidienne de Cappadoce, fabrique un outillage issu des techniques du Levant.

  • 42 Aupert 1986, 379-381.

23Qu'elles soient très anciennes ou des Ages du Bronze et du Fer, les relations du pays d’Amathonte avec l’extérieur, hormis quelques liens sporadiques avec l'Égypte42, se font régulièrement avec les Proche-et Moyen-Orients : c'est très vraisemblablement dans cette direction qu'il faut donc rechercher l'origine des Etéochypriotes et le déchiffrement de leur langue.

  • 43 Les similitudes du système grammatical sont plus convaincantes, peut-être, aux yeux d’un profane, (...)
  • 44 Dans Hermary & Masson 1990, 213-214.
  • 45 Casabone 1997, 40, malgré Bing 1985, 102-103.
  • 46 Aupert 1996, 27.

24PS. Depuis la réunion de ce colloque est parue, dans Archiv für Orientforschung 44/45, 1997/1998, p. 244-271, une étude de T. Petit qui rattache l'étéochypriote ou “amathousien” à un dialecte “hourro-ourartéen”. L'auteur se fonde sur le système grammatical et quelques parentés lexicales. L'hypothèse est intéressante et savamment argumentée43. Deux explications sont proposées pour le groupe a-na, selon ses occurrences : un démonstratif et l'essif du nom “dieu”. Quand il apparaît seul sur des vases, il s'agirait d'une dédicace “au dieu”. L'hypothèse, déjà émise par O. Masson44, continue de ne pas me paraître la seule possible, l'énonciation du nom même du dieu dédicataire étant le cas le plus fréquent. L'explication comme démonstratif, au début de la bilingue ICS, 195, a-na : ma-tori, “cette ville” (“du pays de...”), paraît pauvre également, face au grec ἡ πóλις ἡ Ἁμαθουσίων par rapport à “la ville d'Ana(t)”, dont j'émets l'hypothèse ci-dessus. Il faut en tout cas attendre l'avis des linguistes, voire bien entendu de nouvelles découvertes pour en juger. Quant à la pénétration de populations hourrites jusqu'à la côte syrienne (Ugarit, Ras Shamra) et en Cilicie, l'auteur allègue quelques études antérieures sérieuses et elle continue d'être attestée. Mais ce qui gène, dans la perpective syrienne, est que les Hourrites sont des résidents, apparemment minoritaires, relativement tardifs et temporaires de la Syrie, au iie millénaire. Au début du xve s., en revanche, leur présence est plus prégnante, puisque l'on connaît un roi hurrite en Syrie du Nord, Idrimi, et que l'on peut éventuellement ranger Chypre parmi ses possessions45. On peut donc imaginer qu'il y ait eu une population hurrite dont les descendants se seraient regroupés à Amathonte, mais il est difficile qu’ils aient passé, dès lors, pour des Chypriotes par excellence aux yeux des insulaires, fût-ce quelques siècles plus tard. Quant aux Ourartiens, ils ne sont parvenus que bien plus tard encore sur la côte syrienne et qu'ils aient pu jouir de cette réputation paraît impossible. Reste l'hypothèse d'une venue depuis la Cilicie, mais elle contredit la tradition orientale, dont nous avons montré ci-dessus les multiples manifestations. Enfin, dans un cas comme dans l'autre, on ne voit pas pourquoi ces populations, avec leur langue, n'auraient pas apporté aussi leur écriture, quitte à l'abandonner peu à peu : or, on n'a aucune trace de cunéiforme à Chypre et la plus ancienne inscription d'Amathonte est phénicienne46.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aupert, P. (1984) : Amathonte I, Testimonia 1 Auteurs anciens, monnayage, voyageurs, fouilles, origines, géographie, Études chypriotes, IV, Paris.

— (1986). “Amathonte, le Proche-Orient et l'Égypte”, Acts of the international archaeological symposium ‘Cyprus between the Orient and the Occident’ (Nicosia, 8-14 Septemher 1985), Nicosie, 369-382.

Aupert, P. et O. Masson (1979) : “Inscriptions d'Amathonte I”, BCH, 113, 361-389.

Aupert, P., dir. (1996) : Guide d'Amathonte, EFA.

Bing, J. (1985) [1993] : “Sissû/Issus, and Phoenicians in Cilicia”, AJAH, 10, 97-123.

Baurin, C. : “Réflexions sur les origines de la ville d'après les sources littéraires”, in : Aupert 1984, 109-117.

Briois, E, B. Gratuze, J. Guilaine (1997) : “Obsidiennes du site néolithique précéramique de Shillourokambos (Chypre)”, Paléorient, 23/1,95-112.

Casabone. O. (1997) : “Notes ciliciennes”, Anatolia Antiqua, 5, 35-43.

Courtois, J.-C., J. et E. Lagarce (1986) : Enkomi et le Bronze récent à Chypre, Nicosie.

Domurad, M.-R. (1992) : “The Population of Ancient Amathus”, La nécropole d'Amathonte, tombes 113-367, VI. Bijoux, armes, verre, astragales et coquillages, squelettes, Études chypriotes, XIV, Nicosie, 145-174.

Dussaud, R. (1949) : “Les religions des Hittites et des Hourrites des Phéniciens et des Syriens”, Mana I, Les anciennes religions orientales, II. PUF, Paris, 331-414.

Gjerstadt, E. (1948) : The Cypro-Geometric, Cypro-Archaic and Cypro-Classical Periods. The Swedish Cyprus Expedition, IV.2, Stockholm.

Guilaine. J., F. Briois, J. Coularou, I. Carrère (1995) : “L'établissement néolithique de Shillourokambos (Parekklisha, Chypre). Premiers résultats (Planches II)”, RDAC, 11-32.

— (1996). Shillourokambos et les débuts du Neololithique à Chypre”, in : Espacio, Tiempo y Forma, série I, Prehistoria y Arqueologia, 9, 159-171

— (1998) : “Les débuts du Néolithique à Chypre”, L'archéologue, 33, 35-40.

Hermary, A. (1981) : Amathonte II, Testimonia 2 : la sculpture, Paris.

— (1985) : “Un nouveau chapiteau hathorique trouvé à Amathonte”, BCH, 109, 657-708.

— (1994) : “La tombe du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte”, RDAC, 197-210.

Hermary, A. et O. Masson (1990) : “Deux vases inscrits du sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte (1965-1987)” BCH. 114. 187-214.

Iacovou, M. (1994) : “The Topography of Eleventh Century B.C. Cyprus”, Proceedings of the International Symposium' Cyprus in the 11th century B.C.’(Nicosia 30-31 october 1993), Nicosie, 149-165.

Karageorghis, V. (1990) : Les anciens chypriotes entre Orient et Occident, Paris.

— (1962) : “Chronique des fouilles à Chypre en 1961”, BCH, 86, 327-414, 407.

L’espace grec (1990) ; L’espace grec, 150 ans de fouilles de l'École française d'Athènes, Paris.

Laffineur, R. (1986) : “L’orfèvrerie”, Amathonte III, Testimonia 3, Études Chypriotes, VII, Paris, 7-135.

Masson, E. (1978) : “Les écritures chypro-minoennes : état présent des recherches”, ANSP, 8, 805-816.

— (1979) : “Le chypro-minoen I : comparaisons possibles avec les syllabaires du Ier millénaire et l'étéochypriote, Colloquium Mycenaeum, Actes du sixième colloque international sur les textes mycéniens et égéens (Chaumont/Neuchâtel, 7-13 septembre), Neuchâtel, 397-409.

Masson, O. (1983) : Les inscriptions chypriotes syllabiques, Recueil critique et commenté, Études chypriotes, I, Paris.

Petit, T. (1997-1998) : “La langue chypriote ou l’‘amathousien’, Essai d’interprétation grammaticale”, Archiv für Orientforschung, 44-45, 244-271.

Westholm, A. (1941) : “BuiltTombs in Cyprus”, Opuscula Archeologica, II, 25-58.

Notes

1 Iacovou 1994, 156.

2 Charge ensuite partagée avec Antoine Hermary. J'ai rédigé avec lui un Guide d'Amathonte (Aupert 1996) dans lequel on trouvera tous les résultats de ces fouilles et de celles de nos collègues chypriotes.

3 O. Masson 1983, 57, 85-86.

4 Remarque de Lenhart dans E. Masson 1979, 409.

5 Karageorghis 1990, 107.

6 Aupert 1984, 12-13.

7 En quoi il se trompe apparemment : la ville ne remonte guère au delà du xie s. et vraisemblablement au xe s. d’après les découvertes archéologiques, cf. Aupert 1996, 18. La confusion provient sans doute précisément de ce que les Amathousiens eux-mêmes étaient considérés comme le peuple le plus ancien de l'île.

8 Aupert 1984. 15.

9 Vague qui ne semble avoir épargné que Kition et Palaepahos, cf. Iacovou 1994, 149-150.

10 Dans Aupert 1996, 173-176 et dans L'espace grec, 67-68. La ville voisine, Limassol, pourtant bien vivante à l'Age du Bronze, semble abandonnée au xie s. également, cf. Iacovou 1994, 156.

11 Laffineur 1986, 121-122.

12 Gjerstadt 1948, 432.

13 Hermary 1994.

14 Aupert 1996, 24, 26-29.

15 Domurad 1992.

16 Aupert 1996, 41-43.

17 L'onomastique ne constitue pas, un demi-millénaire après l'apparition de l'homme sur le site, un indice révélateur et, du reste aucune inscription, de l'époque classique à l'époque impériale, ne comporte un nom qui puisse relever de l'étéochypriote, non plus, à vrai dire, que du phénicien. Le cas n'est pas isolé parmi les pays passés sous influence grecque.

18 Notamment celle du grand vase en pierre du Louvre, cf. Hermary, Masson 1990, 211-214.

19 Sur les vaines tentatives de rapprochement avec le lycien et le hourite, cf. Masson E. 1979, 408, n. 46.

20 Au iiie s. a.C. encore, on rencontre une dédicace digraphe et bilingue, cf. Masson O. 1983, 206-209.

21 Masson E. 1978 passim et 1979, 408.

22 On a découvert, dans les tombes, quelques rares objets de l'Age du Bronze, cf. Laffineur 1986, 122. Cl. Baurin, dans Aupert 1984, 114-115, évoque un déplacement de populations depuis Kalavassos au cours du xie s.

23 Sans doute grâce à sa main-mise sur les minerais de cuivre de Kalavassos.

24 Gjerstadt 1948,429-430.

25 En ICS 193, de nature inconnue ; ICS 196, une inscription honorifique (a-na : ma-to-ri) ; ICS 388, un graffito ; ICS 196a, deux tessons (a-na-ma et a-na-ku) ; sur le vase en pierre du Louvre (a-na : ta...), Hermary, Masson 1990, 214.

26 Karageorghis 1962, 407.

27 Masson O. 1990, 215.

28 Aupert 1996, 40.

29 Dussaud 1949, 362, 365.

30 Hermary 1985, 657-708

31 Symmaque, Lettres, 1.8.

32 Hermary, Masson O. 1990, 212.

33 Masson E. 1979, 408, n. 48.

34 Les séquences les plus proches du nom d'Amathonte sont en effet cet a-mo-ta et a-ma-ti-ke-e dans ICS 195.

35 Sur les tessons inscrits a-na-ma et a-na-ku, sans séparation, a-na paraît intégré au mot : s'agirait-il encore d'une préposition ?

36 Aupert, Masson 1979, 378-383 ; Aupert 1986, 370.

37 Hermary 1981, 84.

38 Westholm 1941, 25-58.

39 Laffineur 1986, 111. L'adoption de poids des systèmes mésopotamien et syrien est général dans la Chypre de l’Age du Bronze, cf. Courtois 1986, 80-82.

40 Aupert 1986, 372-376.

41 Guilaine et al. 1995,29-3 ; 1996, 159-171 ; 1998, 35-40 ; Briois et al. 1997,95-112.

42 Aupert 1986, 379-381.

43 Les similitudes du système grammatical sont plus convaincantes, peut-être, aux yeux d’un profane, que ces parentés, au nombre de quatre seulement : erokoro (ICS, 194 et 196e) est bien proche de l’ourartéen euri kuru “roi puissant”, mais ana (voir infra) n’est pas sans parallèles ailleurs et la parenté entre patari, “ville” en ourartien, et matori d'ILS, 195 n’est pas évidente. Le rapprochement avec l’accadien matou l’est plus et le recours à l’ourartien ne nous paraît guère satisfaisant, v. ci-dessous.

44 Dans Hermary & Masson 1990, 213-214.

45 Casabone 1997, 40, malgré Bing 1985, 102-103.

46 Aupert 1996, 27.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540