Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Asie Mineure et îles ioniennes

Grecs et Cariens dans la Chersonnèse de Rhodes

Alain Bresson

Texte intégral

  • 1 Pind., Ol., 7.18-19 : Ἀσίας εὐρυχόρου τρίπολιν νᾶσον πέλας / ἐμβόλῳ ναίοντας Ἀργείᾳ σῦν αἰχμᾷ.
  • 2 Voir déjà la démonstration de Fraser & Bean 1954,65-67 et 96-97.
  • 3 Fraser & Bean 1954,65 ; Bresson 1999,104-114.
  • 4 Sur le site de Lôryma, voir en dernier lieu Held 1999.
  • 5 Bresson 1999, 104-114.
  • 6 Sur ces dédicaces et sur l'histoire des Chersonnésiens, voir Bresson, La société rhodienne, à paraî (...)

1Face à Rhodes, au nord, s'avance dans la mer une péninsule très découpée que Pindare pouvait décrire comme “le promontoire proche de l'immense Asie, proche de l'île aux trois cités, où réside l'armée des Argiens”1 : il s'agit du territoire connu dans l'Antiquité sous le nom de Chersonnèse, “Presqu'île”. On doit souligner que, stricto sensu, la Chersonnèse était le territoire qui allait de Lôryma, au sud, jusqu'à Bybassos, au nord2. Les Chersonnèses étant assez nombreuses, celle-ci était connue entre autres sous le nom de Chersonnèse de Bybassos, pour la distinguer des autres territoires portant ce nom3. Elle est connue aussi sous le nom de péninsule de Lôryma, du nom du site le plus méridional de cette presqu'île4. Les Chersonnésiens avaient formé un État autonome aux vie et au ve s. a. C. On perd leur trace ensuite, pour les retrouver à la fin du ive s., intégrés à l'État rhodien, leurs dèmes étant répartis entre les trois anciennes cités qui formaient les trois “tribus” de la nouvelle cité. C'est probablement au moment du synœcisme de Rhodes (408/407), ou peu après, que se produisit cette incorporation des Chersonnésiens. Manifestement, comme le montrent les erreurs qu'ils pouvaient commettre à ce sujet, les historiens tardifs avaient perdu le souvenir de l'existence de cet État des Chersonnésiens5. Localement, cependant, il n'en était rien et l'on doit souligner que, à l'époque impériale encore, les dédicaces du koinon des Chersonnésiens attestent que sans doute plus de quatre siècles après leur incorporation à l'État rhodien, les Chersonnésiens n'avaient pas perdu le sentiment de leur identité propre, comme s'ils formaient la quatrième composante d'un État rhodien pourtant officiellement seulement constitué de trois ensembles correspondant aux trois anciennes cités de l'île de Rhodes qui avaient fusionné en 408/407 a.C.6 : c'est dire si la conscience collective des Chersonnésiens était demeurée forte à travers les siècles.

  • 7 Bresson 1991 (= Pérée), et Blümel 1991 (= IK, 38-Peraia). Dans Pérée (p. 11-19), les testimonia son (...)
  • 8 Dans la liste des testimonia in Pérée, p. 11-19, on sélectionnera les auteurs suivants : Aelius Ar (...)

2Testimonia et inscriptions de cette région, qui constituait donc ce qu'il est convenu d'appeler la Pérée de Rhodes, ont été rassemblés il y a peu et on peut donc facilement les consulter ensemble7. De la sorte, on voit que les légendes chersonnésiennnes connues par la tradition littéraire sont particulièrement riches et abondantes8. Jusqu'ici cependant, elles n'ont pas fait l’objet d'une investigation systématique. Elles ont en commun d'être des légendes de fondation, liées à l'histoire de la prise de contrôle de ce territoire, mais ce n'est assurément pas ce qui fait leur originalité. Elles paraissent avoir été mises en forme à l'époque classique et surtout à l'époque hellénistique, avant d'être éventuellement remaniées sous le Haut-Empire. Elles évoquent un très lointain passé, celui des origines de la présence grecque dans cette région. C'est sans doute le goût d’antiquaire des historiens et mythographes anciens qui explique qu'elles aient trouvé place dans leurs œuvres. Mais on ne doit pas douter que ces légendes n’étaient pas des inventions d'écrivains généralistes : elles sont trop ancrées dans l'histoire et la géographie d'une petite région pour ne pas avoir correspondu à des traditions locales.

3Reste à analyser ce qui faisait la spécificité de ces récits, c'est-à-dire à comprendre le message, ou les messages qu'ils délivraient. En effet, jusque dans leur détail, ces légendes n’étaient pas gratuites. Elles traduisaient ainsi en particulier la tension qui avait existé entre Grecs et Cariens dans cette région du Sud de l'Asie Mineure. Car les Grecs n’étaient pas arrivés dans un pays vide : ils avaient trouvé en face d'eux un peuplement carien. Le discours que tenaient les Chersonnésiens sur leur passé traduit donc la représentation qu'ils se faisaient d'eux-mêmes et qui scellait leur identité collective.

1. Les légendes chersonnésiennes

41.1 On trouve chez Diodore (5.62-63) quatre couches de récit, qui s'enchaînent l'une avec l'autre, et qu'on peut résumer comme suit :

  • Le point de départ est une discussion sur le nom de la Chersonnèse : nom tiré de la configuration du pays, ou roi mythique originel, après le règne duquel cinq Courètes viennent de Crète, chassent les indigènes cariens et se partagent le pays en cinq.
  • Peu après, Inachos, roi d'Argos, envoie l'un de ses hommes, Kyrnos, à la recherche de sa fille Iô, avec l'ordre de ne pas revenir sans elle : faute de la retrouver, Kyrnos finit par s'installer dans une partie (μέρος) de la Chersonnèse, en usant à la fois de la persuasion et de la force. Il devient roi de cette portion de territoire et fonde une ville à son nom.
  • Après cela, Triopas, fils d'Hélios et de Rhodos, meurtrier de son frère Ténagès9, vient en Chersonnèse où il est purifié par le roi Mélisseus, va combattre en Thessalie avec les fils de Deucalion mais commet une impiété en coupant un bois consacré à Démèter, revient à Cnide où le territoire prend d'après lui le nom de Triopion ; partant de là, il s'empare de la Chersonnèse et d'une bonne partie de la Carie voisine. Diodore termine par des discussions sur l'origine de Triopas, dont d'autres auteurs, historiens et poètes, donnent plusieurs versions différentes.
  • A Castabos de Chersonnèse se trouve le sanctuaire d'Hémithéa. Staphylos et Chrysothémis avaient trois filles, Molpadia, Rhoiô et Parthénos. Rhoiô est séduite par Apollon. Son père l'enferme dans un larnax : mais le coffre aboutit à Délos où mère et enfant sont sauvés par le dieu. Ensuite, Molpadia et Parthénos, les deux autres soeurs, commettent la faute de laisser des porcs briser la jarre contenant le vin de leur père : elles vont se jeter du haut d'une falaise. Par égard pour leur sœur, Apollon les sauve et les établit dans les cités de Chersonnèse : Parthénos reçoit un temenos à Boubastos ; Molpadia, qui reçoit le nom d'Hémithéa après une épiphanie du dieu, est honorée à Kastabos par tous les Chersonnésiens (libations de lait mêlé de miel ; interdits sur le porc). Plus tard, Kastabos connaît un grand développement, et attire non seulement les gens du lieu et voisins mais aussi des gens plus éloignés. Les Perses et les pirates ont respecté le sanctuaire, qui est resté non fortifié. Le temenos joue le rôle de sanctuaire médical : la déesse apparaît en songe aux malades incurables et ils sont guéris. La déesse aide aussi les femmes en couches. En remerciement, le sanctuaire est rempli d'offrandes votives.

5Les quatre récits de Diodore, qui sont de longueur croissante, se juxtaposent plus qu'ils ne se complètent. Diodore indique à deux reprises que les récits sont divers, et il a parfaitement pu disposer de plusieurs ouvrages sur la question, et non pas seulement d'une source unique qui aurait fait une première synthèse. Quoi qu'il en soit, il y avait donc eu plusieurs auteurs qui s'étaient intéressés à la Chersonnèse, ou au moins aux mythes chersonnésiens.

  • 10 Parthenios, Narrations amoureuses, Πεpì Λύρκου, 3-6. Sur Nikainétos de Samos (sans doute) et les F (...)

61.2. C'est à Parthénios, qui cite le Lyrkos de Nikainétos et le Caunos d'Apollônios de Rhodes (certainement une Kaύvoυ κτίσις10,) qu'on doit une variante intéressante de la légende d'Hémithéa. Lyrkos est l’un des hommes qu'Inachos envoie à la recherche de sa fille Iô. N'ayant pu atteindre son objectif, il arrive à Caunos où il épouse la fille du roi Aigialos. Mais n'en ayant pas de descendance, il va consulter l'oracle de Didymes, où le dieu lui révèle qu'il aura un enfant de la première femme à laquelle il s'unira en sortant du sanctuaire. Sur sa route, il s'arrête à Bybassos. Il y est accueilli par Staphylos, qui connaît l'oracle et qui désire avoir une descendance de ses filles Rhoiô et Hémithéa, au reste toutes deux éprises de l'hôte étranger. Staphylos fait en sorte d'enivrer Lyrkos qui le lendemain matin, trouvant Hémithéa dans son lit, comprend la ruse dont il a été victime. Il laisse à la jeune fille une ceinture comme signe de reconnaissance de l'enfant à naître. Lui-même revient à Caunos. Il en est chassé par Aigialos mécontent qui avait appris l'affaire, mais – avec l'aide de sa femme carienne, fille d'Aigialos – il parvient néanmoins à chasser ce dernier et à régner à sa place. Plus tard, le jeune Basilos (c'était le nom de l'enfant) se fait reconnaître de son père et règne à son tour sur Caunos.

  • 11 L'identification de l'auteur des Karika reste problématique. F. Jacoby (cf. FGrHist IIIC 739) ne l (...)
  • 12 Étienne de Byzance s.v. Bυβασσóς et Σύρνα.

71.3. Les récits tirés des lexicographes, qui doivent principalement être rapportés à Alexandre, l'auteur des Karika11 (avec Éphore en parallèle sans doute, mais sans qu'on puisse véritablement en juger), peuvent être résumés comme suit. Selon un récit rapporté par Étienne de Byzance12, une tempête jette Podalire sur les côtes de Carie : il est sauvé de la mer par le chevrier Bybassos et on le mène auprès du roi du pays Damaithos. La fille de ce dernier, Syrna, tombe du toit : elle est dans un état désespéré mais Podalire la sauve au moyen de saignées. En récompense, Damaithos lui donne sa fille et la Chersonnèse. Podalire y fonde deux villes, Syrna du nom de sa fille et Bybassos du nom du berger qui l'avait sauvé.

  • 13 Théopompe, FGrHist IIB 115 F104.14.
  • 14 Apoll., Épitome, 6.18.
  • 15 Pour ce type de légendes à énigme, qui marquent une rupture avec l'ordre normal, la solution appor (...)
  • 16 Aelius Aristide, Asclépiades. 43.
  • 17 Pomponius Mela 1.83.

81.4. Dans la même ligne. Théopompe13 met en rapport les médecins de Cnide, les Asclépiades et les premiers descendants de Podalire (fils d'Asclépios) qui venaient de Syrna. Apollodore14 rapporte qu’allant à Delphes pour savoir où il s'établirait, Podalire apprend qu'il doit s'installer là où il sera protégé de tous côtés pour le cas où le ciel viendrait à tomber : il s'installe en Chersonnèse, dans un site entièrement entouré de montagnes (il s'agit de Syrna, mais Apollodore ne donne pas le nom)15. Aelius Aristide16 signale que Kyrnos était l'un des Asclépiades (de fait, ce personnage de Kyrnos est le seul lien direct entre les légendes rapportées par Diodore et celles qu'on peut rapporter à la veine d'Alexandre), qui tenaient Cnide et un territoire en Carie. Soulignons enfin que selon Pomponius Mela17 la ville de Kyrnos est voisine du golfe de Bybassos.

  • 18 Plut., Sur la vertu des femmes (Les Méliennes), 7.246-247.
  • 19 Polyen 8.64.

91.5. Ce sont enfin Les Méliennes de Plutarque18 et Polyen19 qui viennent apporter une nouvelle version des origines légendaires de la Chersonnèse. Les Méliens, qui manquaient de terre, envoyèrent une colonie, placée sous l'autorité du jeune et beau Nymphaios. Le dieu (Apollon) leur enjoint de partir et de s'installer là où ils perdraient leurs moyens de transport. Une tempête les jette en Carie et brise leurs navires. Les Cariens habitants de la ville de Kryassos, inspirés soit par la pitié soit par la crainte, leur enjoignent de rester avec eux et ils leur donnent une portion de leur terre. Cependant, voyant la rapide expansion des colons, ils décident de s'en débarrasser à l'occasion d'un grand banquet. Mais Kaphénè, une jeune Carienne amoureuse de Nymphaios, révèle à ce dernier le plan des Cariens. A l'invitation des Cariens, Nymphaios répond que c'est la coutume des Grecs d'amener leurs femmes au banquet. En fait, alors que les hommes viennent ouvertement sans armes, les femmes viennent au banquet en cachant une épée sous leurs vêtements. Lorsque, au milieu du banquet, les Cariens reçoivent le signal d'attaquer, ce sont les Grecs qui, avec les armes cachées, tuent les Barbares. Il s'emparent ensuite de leurs terres, détruisent la ville et en fondent une nouvelle, qu'ils appellent la “Nouvelle Kryassos”. Kaphénè épouse Nymphaios et reçoit les marques d'honneur et de remerciement accordés à ses bienfaits.

2. Aux origines des Chersonnésiens

10Ces récits légendaires ne sont pas sans intérêt par ce qu’il révèlent des orientations différentes, religieuses et géographiques, qui les sous-tendent. Bien entendu, il ne s'agit pas de prendre pour argent comptant ces différents récits légendaires. En partie au moins (car dans la forme où nous les avons, ils ont été retravaillés et modifiés par des auteurs qui ne sont pas du cru), ces mythes montrent néanmoins la manière dont les Chersonnésiens se représentaient leur propre passé. Ensuite, malgré tous les travestissements et contaminations, on ne peut exclure que certaines traditions aient un fond de réalité, non pas dans le détail des épisodes légendaires, mais par exemple dans l'indication de l'origine des Grecs venus dans cette région de la Carie : de toute façon, il fallait bien que ces Grecs viennent de quelque part. Quatre aspects des ces légendes méritent d'être soulignés : l'origine mythique des colons grecs, les rapports avec les indigènes cariens, la question des liens avec Caunos, enfin l'aspect médical et le lien avec le culte d'Apollon et d'Asclépios.

2.1. L'origine des colons grecs dans le mythe

11Les légendes relatives à la Chersonnèse présentent donc plusieurs récits de colonisation :

  • Avec Diodore, on a successivement des traditions qui mettent la Chersonnèse en rapport avec la Crète, Argos, Cnide et les îles. La double origine à la fois crétoise et argienne se retrouve entre autres dans les légendes rhodiennes20. Le lien avec Triopas, fils d'Hélios et de Rhodos. met évidemment la Chersonnèse en rapport avec Rhodes. Cependant, il y a fort à parier qu’il s'agit d'une addition tardive (du ive s. ou de l’époque hellénistique), destinée à prouver les liens anciens de la Chersonnèse avec sa puissante voisine.
  • C'est surtout le lien avec le Triopion et Cnide qu'on doit souligner, indirectement, le lien avec la Thessalie, le territoire cnidien étant présenté comme le centre du pouvoir de Triopas, qui conquiert la Chersonnèse et une portion de la Carie21.
  • Il y a aussi un lien avec les îles, Péparéthos et Délos, mais en ce cas il s'agit de l’origine de la divinité Hémithéa, et non pas de l'arrivée d'un banc de colons en provenance de ces régions ou d'une conquête militaire. En effet, Diodore (5.79) tait de Staphylos un roi de Péparéthos22 ; en outre, Rhoiô et ses sœurs sont liées à Apollon délien.
  • Chez Parthénios, on a une indication d'origine argienne, mais la légende se déroule dans un espace micrasiatique, entre Didymes et Caunos, qui au fond correspond bien à l'espace réel de la vie chersonnésienne.
  • La légende de Podalire souligne une fois encore les liens avec Cnide.
  • Enfin, la légende rapportée par Plutarque fait venir un banc de colons de l'île de Mélos.
  • 23 Cnide : Hdt. 1.174 (et implicitement 3.138 : amitié avec Tarente, autre colonie lacédémonienne). M (...)

12On voit la diversité des orgines que s'attribuaient les Chersonnésiens. L'allusion à la Crète renvoie-t-elle à une colonisation mycénienne pré-dorienne ? De toute façon, les Grecs de l'époque historique ne pouvaient avoir une “connaissance” des réalités du Ile millénaire, à la manière dont nous nous les représentons aujourd'hui. Ces mythes étaient pour eux un moyen de structurer un passé très lointain. Rhodes a reçu une forte empreinte minoenne, puis mycénienne. Peut-être y a-t-il eu aussi un début d'implantation mycénienne en Chersonnèse : mais il vaudrait mieux se fier à des fouilles qu'à ces récits légendaires pour en être tout à fait sûr. Plus importante, dans notre perspective, est l'origine argienne, cnidienne et mélienne qui correspond à une colonisation des Ages sombres ou de l'archaïsme. Argos, Cnide, Mélos : trois métropoles doriennes, ce qui correspond tout à fait au dialecte employé dans la Chersonnèse. Ajoutons un lien indirect : dans les sources de l'époque classique, Cnide et Mélos sont toutes deux données comme des colonies de Sparte23.

  • 24 Diod. 5.60 : αὐτοὺς δὲ κατοιήσαντας τὴν μὲν χώραν εἰς πέντε μέρη διελεῖν.
  • 25 Pérée, 38 (IK, 38-Peraia, 451).
  • 26 Diod. 5.62 : τιμᾶσθαι παρὰ πᾶσι τοῖς ἐν Χερρονήσῳ ἐν δὲ ταῖς θυσίαις αὐτῆς διὰ τò συμβὰν περὶ τòν (...)
  • 27 A ce sujet voir Diod. 5.63.
  • 28 Sur les problèmes posés par l'affluence dans le sanctuaire, voir notre commentaire au décret Pérée (...)

13Origine dorienne commune donc, mais origine variée : ce qui est frappant dans ces récits de colonisation chersonnésiens est la diversité des apports sur un territoire somme toute restreint. L'Argien Kyrnos (cf. Diodore) fonde la ville du même nom. Le Thessalien Podalire fonde Syrna et Bybassos (cf. Étienne de Byzance et Théopompe, mais en outre Aelius Aristide faisait du héros Kyrnos l'un des Asclépiades). Les Méliens de Nymphaios refondent Kryassos (cf. Plutarque et Polyen). Manifestement, les villes les plus voisines se donnaient des origines diverses : on est loin des mythes unitaires de Rhodes, où la commune origine argienne, pour la “couche historique correspondante”, est une donnée fondamentale, pour des cités autrement plus importantes. C'est cela que l'on doit retenir, même si le caractère véridique ou non de l'origine argienne, cnidienne et mélienne restera toujours problématique. Les Chersonnésiens formaient un ensemble composite. L'allusion de Diodore aux “cinq courètes” qui se partagent le pays en “cinq cantons”24 renvoie peut-être à une structure originelle à cinq poleis qui se seraient ensuite unies pour former l'État chersonnésien. Au sein de l'État rhodien, ce sont six dèmes, ceux des Kasareis, des Thyssanountioi, Tymnioi, Kryasseis, Amioi et Bybassioi qui (selon toute vraisemblance) formaient le territoire correspondant à la Chersonnèse d'avant l'unification avec Rhodes. Le dème des Hygasseis (au moins) a pu ensuite rejoindre les Chersonnésiens, comme le montre la dédicace d'un naos à Kastabos par un Hygasseus25. Le nombre des composantes a pu se modifier d'une ou quelques unités en fonction d'une réorganisation opérée avant ou après la prise de contrôle par les Rhodiens. Quoi qu'il en soit, on doit considérer, à la suite de Diodore qui l'indique de manière presque explicite26, que le sanctuaire d'Hémithéa à Kastabos, quelles qu'aient été ses fonctions médicales propres27, jouait aussi le rôle de sanctuaire fédéral des Chersonnésiens. Ses installations (en particulier son théâtre) servaient donc certainement non seulement aux pèlerins, mais aussi à tous les Chersonnésiens, lors des fêtes communes célébrées en l'honneur de la déesse28.

2.2. Grecs et Cariens

  • 29 On relèvera qu'Étienne, s.v. Κρυασσóς, signale l'existence d’un héros “Kryassos, fils de Karès”. S (...)
  • 30 Cf. brièvement Schmitt-Pantel 1992,466-470.

14Un autre aspect important de ces légendes est le rapport avec les indigènes cariens qu'elles présupposent. Selon Diodore, c'est à la fois en usant de la persuasion et de la force que Kyrnos parvient à s'installer dans le pays. De même, toujours selon Diodore, c'est par la force, en partant de Cnide, que Triopas s'empare de la Chersonnèse et d'une partie de la Carie. Dans la légende de Podalire (Étienne de Byzance) ce dernier, sauvé par le berger Bybassos, est accueilli par le roi du pays dont il sauve et épouse la fille Syrna. Chez Plutarque et Polyen, Nymphaios et ses Méliens sont d'abord accueillis par les Cariens, moitié pleins de pitié, moitié effrayés ; puis les rapports tournent mal, les Cariens veulent se débarrasser des Grecs, mais ce sont ces derniers qui l'emportent, tuent les Cariens, rasent leur ville et en fondent une nouvelle homonyme de la précédente, Kryassos29. La scène du banquet, qui réconcilie des adversaires ou au contraire tourne à l'affrontement, est un topos du genre30.

  • 31 Cf. Pour Cyrène, cf. Malkin 1987,67-68 ; pour Marseille, ibid., 70.

15On retrouve là aussi des thèmes ordinaires des récits relatifs aux rapports entre colons et barbares. A l'origine, l'accueil est souvent bon31. Ensuite, les rapports se dégradent mais la supériorité militaire des Grecs leur permet de l'emporter. Au reste, il y a des nuances importantes selon les récits. Dans les légendes de Kyrnos, de Triopas et surtout de Nymphaios, avec le massacre des Cariens, la violence est bien présente. En revanche, dans la légende de Podalire, le contact est et reste pacifique. Si le récit rapporté par Plutarque et Polyen correspondait bien à une légende racontée par les Kryassiens eux-mêmes, on peut se demander s'il ne s'agissait pas pour eux de revendiquer une “pureté grecque”, dans la mesure où tous les Cariens sont censés avoir été éliminés (ne seraient de sang mêlé que les descendants du chef, Nymphaios, et de Kaphénè, une “bonne Carienne” qui avait permis d'éliminer tous les gens de sa race). La fondation de la “Nouvelle Kryassos”, grecque, distincte de l'ancienne, carienne, était aussi censée marquer jusque dans la topographie la distance affirmée avec les origines cariennes.

  • 32 Le nom Δαμαιθίδας se rencontre au ive s. à Oresthasion, site arcadien au sud-est de Mégalèpolis, c (...)
  • 33 Blümel 1992, 16, rapproche le nom des composés en -αφένης, cf. Δι-, Κλε-, Τιμ-αφένης, etc. Lesbos (...)

16On doit relever que si dans certains cas les gens du pays apparaissent avec des noms ayant une couleur locale carienne indubitable, le plus souvent les légendes font appel à un décor de convention. Ainsi dans le passage consacré à Syrna dans Étienne de Byzance, on trouve mention du “roi de Carie”, Damaithos (roi en Carie, pas roi de la Carie, bien entendu). Le nom est parfaitement grec32. Dans les Méliennes de Plutarque, la jeune femme indigène porte le nom de Kaphénè, qui a plus de chance d'être grec que carien33.

  • 34 Par nécessité, les colons grecs ont dû le plus souvent prendre des femmes indigènes, cf. Rougé 197 (...)
  • 35 Xén., Hell., 2.1.15-16.

17Mais ce qui transparaît aussi avec insistance, ce sont les intermariages entre Grecs et Cariens, dans la légende de Podalire comme dans celle de Nymphaios, le héros jeune et beau, au nom en quelque sorte prédestiné (ou plutôt bien adapté au rôle que le mythe lui attribue), puisque Nymphaios évoque ὁ νύμφιος, le jeune époux. Dans le mythe, comme à coup sûr dans la réalité, les Grecs ont pris des épouses cariennes34. Kaphénè est au fond le prototype de la Carienne idéale, dont on a éliminé la parenté mâle, de telle sorte que, en ligne masculine, tout le monde puisse se donner des ancêtres grecs. Dans la réalité, il y a fort à parier que les choses furent plus complexes et que les Grecs, qui en fait pratiquaient l'intermariage avec les Cariens et avaient avec eux des relations tantôt pacifiques tantôt belliqueuses, finirent par les dominer et les assimiler. A la fin du ve s. Kédréai – qui n'était pas à proprement parler chersonnésienne mais qui connut évidemment la même évolution – était encore mixobarbaros, ce qui dans le récit de Xénophon, vient justifier à point nommé le sac de la ville et le massacre de ses habitants opéré par Lysandre en 40635.

  • 36 Il existe aussi un toponyme de ce nom à Rhodes (Lindos), cf. IG, XII. 1,845,1. 15 et 928 III, 1. 2
  • 37 Pour tous ces noms, Zgusta, Ortsnamen, et Blümel 1998, s.v. avec références. Pour le nom du dème d (...)

18Les traces du passé carien de l'osmose gréco-carienne qui produisit la société chersonnésienne, sont encore nombreuses à l’époque classique et hellénistique dans la toponymie. En effet, la plus grande partie de la toponymie est carienne : Bybassos, Hydas, Hygassos, Kasara, Kastabos, Kyrnos, Kryassos, Lôryma36, Syrna, Tymnos, Thyssanonte sont des noms cariens37.

  • 38 Cf. ὁ ἀμνóς, “l'agneau”.
  • 39 Cf. εὐθηνóς, “florissant”.
  • 40 Cf. Pérée, 50-51 (IK, 38-Peraia, 353-354), Daphnai est évidemment grec, Pisthmoi incertain (Blümel (...)
  • 41 HTC, 40 : voir, 1. 2-3, les noms Πισ[.]νως et Σαναμως (cf. Blümel 1992, 23 et 24).
  • 42 IK, 38-Peraia. 608 = HTC, 1. 9 (cf. Blümel 1992, 14).

19En face, la toponymie grecque est minoritaire : Amnistos38, Euthènai39, Kédréai, la Pandion collis de Mela, Phoinix, Physkos, les noms des caps d’Aphrodisias et Kynos Sèma et celui de l'île d'Elaioussa. Amos est un nom “grec” qui peut éventuellement cacher un nom indigène. La microtoponymie d'Amos est au moins en partie grecque40. Dans l'onomastique de la Chersonnèse, il ne semble pas que des noms cariens aient survécu : manifestement l'onomastique grecque a submergé l'onomastique indigène, tandis que ce n'est pas le cas dans la “Pérée sujette”, malgré l'hellénisation à marche forcée que l'on constate après la conquête d'Alexandre : c'est ce que montre par exemple l'inscription de Pladasa, au nord du golfe, en pays carien, ou en 319/318, apparaissent encore les noms cariens41 et le nom ou même encore plus tard à Idyma, dans la iie moitié du iie s., un nom typiquement carien comme Thyssos42. Ces noms suffisent à montrer que, au nord de la Chersonnèse, l'onomastique carienne n'avait pas été entièrement éliminée.

3.3. Basilos et Basileus Caunios

  • 43 Blümel 1990 ; HTC, 47-48, respectivement 1. 18-19 et 5-7. Cf. Debord 1999, 139 et 178-181.
  • 44 La meilleure présentation de la géographie et de l'histoire de Caunos reste celle de L. Robert (19 (...)

20Caunos était une ville voisine de la Chersonnèse, plus à l'est. Elle était l'une des plus importantes villes de Carie, comme en témoigne déjà Hérodote (1.172) et surtout une inscription du village de Sekköy, en Carie du Sud, qui donne la liste des cités qui manifestement constituaient le koinon des Cariens43. Un décret bilingue gréco-carien de la deuxième moitié du ive s. montre qu'à cet époque encore la langue et la culture carienne étaient parfaitement vivantes à Caunos44. C'est cette ville dont le destin est évoqué par Parthénios.

21Ce récit légendaire, fondé sur le Lyrkos de Nikainétos et le Caunos d'Apollônios de Rhodes, pourrait passer pour une invention tardive d'un poète soucieux de plaire à un public avide de belles légendes. Le rôle de l'oracle de Didymes, habilement manipulé par un père soucieux de donner à sa fille une descendance prestigieuse, symbolise le destin auquel, pas plus qu'Œdipe mais de manière moins tragique, Lyrkos ne peut échapper. On remarquera aussi l'usage des noms parlants : Staphylos, le “Raisin” qui enivre Lyrkos ; Aigialos, le “Rivage” (qui d'abord fait bon accueil à Lyrkos, avant de le chasser). Le voyage de Lyrkos correspond à une géographie très réaliste, puisque, de retour de Didymes pour se rendre à Caunos par mer, Lyrkos est naturellement amené à passer par la Chersonnèse.

  • 45 Cf. Bresson 1986.

22Reste qu'on se trouve en présence d'un récit mythique inattendu. En effet, on s'attend à une succession tranquille d'un Lyrkos généreusement reçu par son beau-père. Or, on trouve à la place cette complexe légende de succession où l'enfant né du hasard – avec une Demi-Déesse il est vrai – règne à la place de l'enfant que Lyrkos n'a pas eu avec la fille de la reine du pays, et cela en outre avec le plein accord de cette dernière. En fait, on voit qu'on se trouve encore en présence d'une légende de remplacement d'un peuple par un autre. Cette fois, c'est la stérilité de l'épouse carienne (puisque Lyrkos, de son côté, peut avoir un enfant, si l'on ose dire, avec la première femme venue) qui amène à ces événements. Au demeurant, Lyrkos n'a pas délibérément voulu qu'il en soit ainsi : il a été victime d'une ruse, Staphylos l'a enivré, et il ne s'est rendu compte de rien, ce qui le disculpe de toute responsabilité et de toute possible accusation d'ingratitude – on retrouve là un opérateur mythique qui dans d'autres légendes est tenu par l'oubli ou par le sommeil45. Et si Lyrkos s'empare du pouvoir en lieu et place d'Aigialos, c'est que ce dernier a auparavant essayé de le chasser : Lyrkos n'a donc fait que se défendre et l'aide de son épouse carienne, fille de Lyrkos. ne peut que contribuer à donner ce sentiment. Mais le résultat est encore plus net que dans les légendes de Kryassos où certes on se débarrassait de la parenté mâle mais où la Carienne Kaphénè devenait une épouse “grecque”. Avec la légende de Lyrkos, on a remplacement total, puisque le fils de Lyrkos et d'Hémithéa, qui vient de Kastabos, est lui aussi purement grec.

  • 46 Lemaire apud Debord 1999, 68, n. 302 et 88, n. 41, comm. orale.
  • 47 Cos : Paton & Hicks 1891,109, n. 53 ; Caunos : Bean 1954, 95-99, no 37,1. 5-6 et 38c, 1. 15-16, av (...)
  • 48 Xanthos : FdX, VI. Pour ce qui est l'inscription lycienne TAM, I, 4c, voir l'interprétation de Mel (...)

23Pourtant le plus piquant est que, au moment même où la légende rapporte en fait (au plan mythique) le remplacement de la souche ethnique carienne par la souche grecque, on retrouve dans le nom du fils de Lyrkos, Basilos, un nom qui évoque directement la divinité qui était traditionnellement sans doute le plus grand dieu de Caunos à l'époque classique, Basileus Kaunios. Cette divinité paraît bien avoir été le dieu tutélaire, le “maître de la ville”, comme on trouve ailleurs un Baal Tars qui, selon A. Lemaire, n'est autre que le “maître de la ville”, en l'occurrence Tarse46. On retrouve le culte de Basileus Kaunios jusqu'à Cos à l'Ouest47, mais aussi à Xanthos, où la fameuse trilingue expose les conditions de son introduction48. Il paraît clair que l'expansion de ce culte à l'origine propremenent caunien fut liée au pouvoir des Hécatomnides (qui contrôlaient aussi bien Cos que Xanthos).

  • 49 On relèvera que selon une autre légende (à plusieurs variantes, cf. Stoll in Roscher, Lexikon, s.v (...)

24En fait, la légende Lyrkos est une variation mythique sur le thème de l'hellénisation (qui, pour Caunos, fut dans la réalité un processus de type culturel, et en aucune façon un processus d'élimination physique du peuple carien). Basileus Kaunios restait une divinité incontournable. Le nom de Basilos, celui du jeune héros “purement grec” qui devenait roi (basileus) de Caunos, était au plan mythique une solution de compromis qui permettait tout de même d'intégrer le passé carien de Caunos49.

3.4. La tradition médicale

  • 50 Cf. Scheer 1993, 179-182.

25La tradition médicale, enfin, est largement présente, chez Aelius Aristide, Apollodore, Diodore, Étienne de Byzance et Théopompe : elle occupe donc une place de choix et elle unit profondément la Chersonnèse à Cnide, à Cos, et au-delà à la Thessalie50. Même s'il existait auparavant des traditions médicales indigènes (ce point nous reste entièrement inconnu), il est clair que les Chersonnésiens se représentaient leurs traditions médicales comme purement grecques. Par ce biais-là aussi, on trouve donc une affirmation de l'hellénisme qui s'oppose au substrat carien.

26Ainsi, d'une façon ou d'une autre, et malgré leur diversité, le point commun des légendes chersonnésiennes est de montrer la rupture entre un passé carien, qui est comme nié et refusé, et la novation apportée par l'élément grec. A l'époque archaïque et classique, les voisins cariens des Chersonnésiens et autres cités grecques de la région représentaient un partenaire aussi dynamique qu'incommode, ayant certes connu de bonne heure une première hellénisation, mais persistant dans sa revendication carienne, ou caro-grecque. Il était donc d'autant plus nécessaire aux Grecs de Chersonnèse de se distinguer de leurs voisins immédiats, Cariens ou Gréco-Cariens : eux se voulaient de purs Hellènes, et leurs légendes reflétaient donc cette volonté de se séparer de leurs voisins “barbares”. Qu'on ne s’y trompe pas : il ne s'agissait pas de pure gloriole mais d'intérêts vitaux et immédiats. Ainsi, lorsque les Rhodiens mirent la main sur la Chersonnèse, ils l'intégrèrent à leur territoire, en faisant ce qu'il est convenu d'appeler la “Pérée intégrée” de Rhodes. Mais quand, au cours du iiie s., ils parvinrent à faire passer sous leur contrôle non seulement des cités côtières comme Idyma ou Callipolis mais aussi les cités des plateaux au nord du golfe Céramique (en particulier l'ensemble formé par les Pisyétains et Pladaséens, Théra et le koinon des Mobôlleis), ces territoires devinrent des territoires alliés mais vassaux (pour les premiers nommés) ou sujets (pour les seconds) : là, les Rhodiens n'avaient pas affaire à des Grecs mais à des Cariens. Chez ces derniers, les élites (du moins) parlaient certes parfaitement le grec, en règle générale la koinè, plus rarement, comme à Pladasa (cf. HTC, 40), le dialecte dorien des Chersonnésiens. Néanmoins, même encore à l’époque hellénistique, ils n’étaient pas considérés comme des Grecs authentiques, des semblables, dont on aurait pu faire des égaux. Il fallut encore de longs siècles avant que la différence ne s'effaçât.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ashton, R. et S. Hurter, éd. (1998) : Studies in Greek Numismatics in Memory of Martin Jessop Price, Londres.

Bean, G. E. (1954) : “Notes and Inscriptions of Caunos II”, JHS, 74, 85-110.

Blümel, W. (1990) : “Zwei neuen Inschriften aus der Zeit von Maussolos”, EA, 16,29-43.

– – – (1991) : Die Inschriften der rhodischen Peraia, Inschriften von Kleinasien 38,Bonn.

– – – (1992) : “Einheimische Personennamen in griechischen Inschriften aus Karien”, EA, 20,7-33.

– – – (1998) : “Einheimische Ortsnamen in Karien”, EA, 30, 163-184.

Borchhardt, J. et G. Dobesch, éd. (1993) : Akten des II. internationalen Lykien-Symposion 1990, Vienne.

Bresson, A. (1986) : “Deux légendes rhodiennes”, in : Les grandes figures religieuses, Annales Littéraires de l'Université de Besançon 329, Paris, 411-421.

– – – (1991) : Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne, Annales Littéraires de l'Université de Besançon 445, Paris.

– – – (1999) : “Cnide à l’époque classique : La cité et ses villes”, REA, 101,83-114. (à paraître) : La société rhodienne.

Briant, P. (1998) : “Cités et satrapes dans l’empire achéménide : Xanthos et Pixôdaros”, CRAI, 305-340.

Brun, P (1996) : Les archipels égéens dans l'antiquité grecque (Ve-IIe siècles av. notre ère), Paris.

Cahn, H. A. (1970) : Knidos. Die Miinzen des sechsten und des fünften Jahrhunderts v. Chr., Berlin.

Cook, J. M. et W. H. Plommer (1966) : The Sanctuary of Hemithea at Kastabos, Cambridge.

Debord, P. (1999) : L'Asie Mineure au ive siècle a.C. : Pouvoirs et jeux politiques, Ausonius Études 3, Bordeaux.

Dougherty, C. (1992) : “When Rain Falls from the Clear Blue Sky : Riddles and Colonization Oracles”, ClAnt, 11, 28-44.

Dougherty, C. (1993) : The Poetics of Colonization : From City to Text in Archaic Greece, Oxford.

Fraser, P.M. et G. E. Bean (1954) : The Rhodian Peraea and Islands, Oxford.

Frei, P. et C. Marek (1997) : “Die karisch-griechische Bilingue von Kaunos : Eine zweisprachige Staatsurkunde des 4. Jhdts. v. Chr.”, Kadmos, 36, 1-89.

– – – (1998) : “Die karisch-griechische Bilingue von Kaunos : Ein neues Textfragment”, Kadmos, 37, 1-18.

Guarducci, M. (1967) : Epigrafia greca, I, Rome.

Hadzis, C. (1997) : “Corinthiens, Lyciens, Doriens et Cariens : Aoreis à Corinthe, Aoroi à Corcyre, Aor fils de Chrysaôr et Alétès fils d'Hippotès”, BCH, 121,1-14.

Held, W. (1999) : “Loryma in Karien”, MDAI(I), 49, 159-199.

Herbst, R. (1937) : RE, 19.1, s.v. Peparethos, col. 551-559.

Konuk, K. (1998) : “The Early Coinage of Kaunos”, in : Ashton & Hurter 1998, 197-223.

Laronde.A. (1987) : Libykai Historiai, Paris.

Laumonier, A. (1958) : Les cultes indigènes en Carie, Paris.

Lesky, A. (1963) : Geschichte der griechischen Literatur2, Berne.

Malkin, I (1987) : Religion and Colonization in Ancient Greece, Studies in Greek and Roman Religion 3, Leyde.

– – – (1994) : Myth and Territory in the Spartan Mediterranean, Cambridge (trad. fr., La Méditerranée sparliate. Mythe et territoire, Paris, 1999).

Melchert, H. C. (1993) : “A New Interpretation of Lines C 3-9 of the Xanthos Stele”, in : Borchhardt & Dobesch 1993,31-34.

Morelli, D. (1959) : “I culti in Rodi”, SCO, 8, 1-185.

Paton, W. R. et E. L. Hicks (1891) : The Inscriptions of Cos, Oxford.

Robert, L. (1984) : “A Caunos avec Quintus de Smyrne”, BCH, 108, 499-532 = Documents d'Asie Mineure, Paris, 1987,487-524.

Rougé, J. (1970) : “La colonisation grecque et les femmes”, CH, 15, 307-317.

Scheer, T. S. (1993) : Mythische Vorvater. Zur Bedeutung grieschicher Heroenmythen im selbstverstandnis Kleinasiatischer Stadte, Munich.

Schmitt-Pantel, P. (1992), La cité au banquet. Histoire des repas publics dans les cités grecques, coll. EFR 157, Rome-Paris.

van Gelder, H. (1900) : Geschichte der alten Rhodier, La Haye.

Notes

1 Pind., Ol., 7.18-19 : Ἀσίας εὐρυχόρου τρίπολιν νᾶσον πέλας / ἐμβόλῳ ναίοντας Ἀργείᾳ σῦν αἰχμᾷ.

2 Voir déjà la démonstration de Fraser & Bean 1954,65-67 et 96-97.

3 Fraser & Bean 1954,65 ; Bresson 1999,104-114.

4 Sur le site de Lôryma, voir en dernier lieu Held 1999.

5 Bresson 1999, 104-114.

6 Sur ces dédicaces et sur l'histoire des Chersonnésiens, voir Bresson, La société rhodienne, à paraître.

7 Bresson 1991 (= Pérée), et Blümel 1991 (= IK, 38-Peraia). Dans Pérée (p. 11-19), les testimonia sont tous rassemblés en début de volume, classés par ordre alphabétique d’auteur. Dans IK, 38-Peraia, ils sont répartis site par site. Pour les monnaies des Chersonnésiens, voir le corpus de Cahn 1970,200-211.

8 Dans la liste des testimonia in Pérée, p. 11-19, on sélectionnera les auteurs suivants : Aelius Aristide, Asclépiades, 43 ; Apoll., Épitome, 6.18 ; Diod. 5.60-63 ; Étienne de Byzance, Ethnica, s.v. Αἱμονία (pour Κύρνος), Bυβασσός, Κρυασσός, Σύρυα ; Parthenios, Narrations amoureuses, Περὶ Λύρкоυ, 3-6 ; Paus. 3.26.10 ; Plut., Siala vertu des femmes (Les Méliennes) 7.246-247 ; Polyen 8.64 мήλιαι (à ajouter à notre liste) ; Théopompe, FGrHist 115 F104.14 (apud Photios, 176, p. 509 a).

9 Nous avons expliqué la signification de ces légendes de meurtre suivis de colonisation dans Bresson 1986 : le meurtre initial marque la rupture avec l'ancien ordre familial et autorise la création d'une nouvelle lignée. Cette analyse, fondée entre autres sur l'analyse de la viie Olympique de Pindare, ne trouve pas son correspondant dans les travaux de C. Dougherty (1993, 120-137 sur la même ode et sur la même thématique du meurtre fondateur, mais qui n'a pas connu notre étude).

10 Parthenios, Narrations amoureuses, Πεpì Λύρκου, 3-6. Sur Nikainétos de Samos (sans doute) et les Fondations d'Apollônios, cf. Lesky 1963, 788.

11 L'identification de l'auteur des Karika reste problématique. F. Jacoby (cf. FGrHist IIIC 739) ne lui accordait guère de consistance et attribuait les fragments des Karika au fameux polygraphe (sans doute milésien) Alexandre le Polyhistôr (cf. FGrHist 273 F 21-28, et IIIA, Kommentar, p. 261, avec litt.) : mais, en réalité, des données aussi précises sur la Chersonnèse ne furent-elles pas l'œuvre d'un écrivain local, homonyme du Polyhistôr, d'où la confusion ? Il nous paraît plus raisonnable d'admettre l'existence de cet Alexandre de Chersonnèse que de la nier.

12 Étienne de Byzance s.v. Bυβασσóς et Σύρνα.

13 Théopompe, FGrHist IIB 115 F104.14.

14 Apoll., Épitome, 6.18.

15 Pour ce type de légendes à énigme, qui marquent une rupture avec l'ordre normal, la solution apportée à l'énigme permettant de rétablir un nouvel ordre, cf. Dougherty 1992.

16 Aelius Aristide, Asclépiades. 43.

17 Pomponius Mela 1.83.

18 Plut., Sur la vertu des femmes (Les Méliennes), 7.246-247.

19 Polyen 8.64.

20 Cf. van Gelder 1900, 20-31.

21 Pour un autre faisceau de traditions mythiques relatives à Cnide, à la Carie et à la Lycie, cf. Hadzis 1997, part. 8-11.

22 Diod. 5.79 : δωρήσασθαι λέγουσι τòν Ῥαδάμανθυν... Σταφύλῳ δὲ Πεπάρηθον. H.Ostern, in : Roscher, Lexicon, s.v. Staphylos, évoque les différentes traditions qui, selon lui, peuvent être mis en relation avec Staphylos, directement ou indirectement (Naxos, Chios, mais il ne met pas en valeur Skyros, voisine de Péparéthos). Pour lui, en tout cas, c'est la Chersonnèse qui aurait été la vraie patrie de Staphylos, comme le montrerait en particulier la version de Diodore. Mais cette interprétation est tout à fait contradictoire avec la logique du texte diodoréen : si Apollon établit les sœurs de Rhoiô dans la Chersonnèse, c'est pour les éloigner, en les mettant à l'abri de la colère de leur père Staphylos ; au contraire, dans la version de Parthénios, il est logique que Staphylos règne sur la Chersonnèse, puisque c’est lui qui pousse ses filles à entrer dans le lit de Lyrkos). Selon Cook & Plommer 1966, 164, n. 1, c’est Léros qui aurait été l'île de Staphylos et de sa famille. Mais il nous paraît plus cohérent de proposer Péparéthos : outre le témoignage explicite de Diodore, l'aspect dionysiaque et viticole de Péparéthos s'accorde parfaitement à Staphylos (“Raisin”), fils de Dionysos selon Parthénios et d'autres sources. Sur Péparéthos comme île dionysiaque et viticole, cf. R. Herbst (1937), part. col. 552-553, qui rassemble les divers témoignages sur le vignoble de l'île (cf. entre autres Ps-Dém., C. Lacritos, 35.35, qui souligne que son vin était exporté vers le Pont ; Péparéthos aurait pu figurer en bonne place au côté de Naxos dans le tableau des îles égéennes où le vigne et le vin tenaient une place particulière évoqué par Brun 1996, 79-82) ; cf. aussi col. 557-558 sur les légendes dionysiaques et la place de Staphylos à Péparéthos. L'île est voisine de la Thessalie, ce qui encore une fois, outre l'intervention apollinienne, fait le lien avec les aspects médicaux.

23 Cnide : Hdt. 1.174 (et implicitement 3.138 : amitié avec Tarente, autre colonie lacédémonienne). Mélos : Thc. 5.84. Selon A. Laumonier (1958), 657, on devrait admettre que, pour Cnide, “la colonisation triopienne se rattache au mouvement d'expansion achéenne”. S'appuyant sur Strabon 14.2.6, A. Laumonier, ibid., 656, considérait aussi que la colonisation de Cnide était plutôt l'œuvre des Argiens que des Lacédémoniens (en fait, le passage de Strabon est loin d'être explicite). Voir maintenant plutôt les témoignages rassemblés par I. Malkin (1994), part. 76 pour la Chersonnèse, qui souligne la vraisemblance du lien avec la Laconie par l’intermédiaire de Mélos et Cnide, malgré les difficultés de la tradition et les imprécisions chronologiques. M. Guarducci (1967, I, 167, cf. 323) avait effectué un rapprochement graphique très intéressant : elle avait noté l’usage identique de C (= o) et de O (= co) à Mélos et à Cnide et avait fait le lien avec les légendes reliant Mélos, Cnide et Kryassos.

24 Diod. 5.60 : αὐτοὺς δὲ κατοιήσαντας τὴν μὲν χώραν εἰς πέντε μέρη διελεῖν.

25 Pérée, 38 (IK, 38-Peraia, 451).

26 Diod. 5.62 : τιμᾶσθαι παρὰ πᾶσι τοῖς ἐν Χερρονήσῳ ἐν δὲ ταῖς θυσίαις αὐτῆς διὰ τò συμβὰν περὶ τòν οἶνον πάθος τὰς μὲν σπονδὰς μελικράτῳ ποιοῦσι.

27 A ce sujet voir Diod. 5.63.

28 Sur les problèmes posés par l'affluence dans le sanctuaire, voir notre commentaire au décret Pérée, 44 (IK, 38-Peraia, 401), avec réf.

29 On relèvera qu'Étienne, s.v. Κρυασσóς, signale l'existence d’un héros “Kryassos, fils de Karès”. Stoll in Roscher, Lexikon, s.v. rappelle la suggestion de Meineke, qui proposait éventuellement de corriger Κρυασσοῦ τοῦ Κάρητος en τοῦ Καρóς ou τοῦ Κούρητος, mais selon la correction adoptée, on aurait évidemment une interprétation toute différente (d'un point de vue purement technique, la seconde paraît cependant la plus vraisemblable).

30 Cf. brièvement Schmitt-Pantel 1992,466-470.

31 Cf. Pour Cyrène, cf. Malkin 1987,67-68 ; pour Marseille, ibid., 70.

32 Le nom Δαμαιθίδας se rencontre au ive s. à Oresthasion, site arcadien au sud-est de Mégalèpolis, cf. Laronde (1987,150-151,154 et 158), qui rappelle aussi F. Bechtel (Personennamen, 534) et J. et L. Robert, Bull, ép., 1964, 565, lesquels signalent une occurrence du nom à Olympie au ier s, a.C., Inschr. v. Olympia, 209,1. 1 (voir aussi maintenant LGPN, IIIA,.s.v.)

33 Blümel 1992, 16, rapproche le nom des composés en -αφένης, cf. Δι-, Κλε-, Τιμ-αφένης, etc. Lesbos (LGPN. I), en rappelant que ἄφενος est un mot d’origine incertaine, mais peut-être d'origine asiatique (P. Chantraine, DELG, s.v.). Nous rapprocherions peut-être plutôt des noms Κῆφις, Καφώ ou Κάφων qui sont attestés le premier à Chios & Thasos (LGPN. I), les seconds en Grèce centrale (LGPN, III.B), où F. Bechtel (Personennamen, 237) voit des formes abrégées de mots forgés sur Κηφισóς. Pour ce qui est de la suffixation, on rapprochera des noms masculins Ἄρχενος ou Ἔχενος, attestés à Athènes dès le ve s. a.C. (LGPN, II), dont la forme féminine correspondante fournirait le parallèle attendu.

34 Par nécessité, les colons grecs ont dû le plus souvent prendre des femmes indigènes, cf. Rougé 1970.

35 Xén., Hell., 2.1.15-16.

36 Il existe aussi un toponyme de ce nom à Rhodes (Lindos), cf. IG, XII. 1,845,1. 15 et 928 III, 1. 2.

37 Pour tous ces noms, Zgusta, Ortsnamen, et Blümel 1998, s.v. avec références. Pour le nom du dème des Tymnioi, voir en outre le nom Tymnès, fréquent en Carie (Blümel 1992, 26). Le nom Kasara est formé sur un radical Kas- qu'on retrouve dans Kasôlaba, Kasôssos, Kastabos, et sans doute aussi dans le nom de l'île de Kasos, et possède un suffixe qu'on retrouve en Carie dans Labaro, Panamara, ou, à Rhodes dans le nom Brygindara (le nom est certainement indigène : l'héroïne Brygindis, sur laquelle cf. Morelli 1959, s.v., a un nom en /nd/, qui est un groupe consonantique très fréquent en carien) et en Lycie avec Patara. En revanche, le portus Cressa de Pline (NH, 5.103-104), si le toponyme existait effectivement, est incertain.

38 Cf. ὁ ἀμνóς, “l'agneau”.

39 Cf. εὐθηνóς, “florissant”.

40 Cf. Pérée, 50-51 (IK, 38-Peraia, 353-354), Daphnai est évidemment grec, Pisthmoi incertain (Blümel 1998, s.v., le mentionne dans sa liste des noms cariens).

41 HTC, 40 : voir, 1. 2-3, les noms Πισ[.]νως et Σαναμως (cf. Blümel 1992, 23 et 24).

42 IK, 38-Peraia. 608 = HTC, 1. 9 (cf. Blümel 1992, 14).

43 Blümel 1990 ; HTC, 47-48, respectivement 1. 18-19 et 5-7. Cf. Debord 1999, 139 et 178-181.

44 La meilleure présentation de la géographie et de l'histoire de Caunos reste celle de L. Robert (1984), où l'on trouvera une bibliographie étendue. On verra de même la publication de la nouvelle bilingue de Caunos, cf. Frei & Marek 1997 et 1998, à laquelle est aussi consacré l'ensemble du volume de Kadmos 1998, ainsi que la publication et l'identification des monnaies cariennes de Caunos par K. Konuk (1998).

45 Cf. Bresson 1986.

46 Lemaire apud Debord 1999, 68, n. 302 et 88, n. 41, comm. orale.

47 Cos : Paton & Hicks 1891,109, n. 53 ; Caunos : Bean 1954, 95-99, no 37,1. 5-6 et 38c, 1. 15-16, avec commentaire qui a révélé l’existence du dieu (cf. Debord 1999,405).

48 Xanthos : FdX, VI. Pour ce qui est l'inscription lycienne TAM, I, 4c, voir l'interprétation de Melchert 1993 (affichage d'une stèle dans le sanctuaire de Basileus Kaunios à Caunos, et non à Xanthos ; cf. comm. Briant 1998,321 n. 53 et Debord 1999.68 et 312).

49 On relèvera que selon une autre légende (à plusieurs variantes, cf. Stoll in Roscher, Lexikon, s.v. Kaunos), Kaunos, fils de Milètos, le fondateur de Milet (lui-même d’origine crétoise), fuit Milet et son amour incestueux pour sa sœur Byblis pour venir fonder Caunos : on relèvera de nouveau ici le lien avec Milet.

50 Cf. Scheer 1993, 179-182.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/7005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540