Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

B) Asie Mineure et îles ioniennes

L'archéologie du peuple lycien

Jacques Des Courtils

Texte intégral

  • 1 Metzger et al. 1979.
  • 2 Ce qui ne veut pas dire que cela fournisse la date d'apparition de l’écriture lycienne : certains (...)

1Depuis la redécouverte de la Lycie au début du xixe s., les progrès du déchiffrement de la langue lycienne n'ont pas avancé à la même allure que l'exploration du territoire lycien. Les quelques textes épigraphiques dans lesquels nous pourrions entendre les Lyciens nous parler d'eux-mêmes et de leur histoire restent encore aujourd'hui désespérément muets, notamment le plus long d’entre eux : la grande inscription du “pilier inscrit” de Xanthos (TL, 44), à la seule exception de la célèbre trilingue du Létôon, document émanant d’un pouvoir d'occupation qui, grâce à la présence de versions en grec et en araméen, nous renseigne sur le protectorat carien sur le Lycie au ive s.1. De plus, ces textes indéchiffrés ne paraissent pas remonter au-delà des dernières décennies du ve s.2. Aussi les premiers temps de l’histoire du peuple lycien, en particulier tout leur passé avant l’irruption des Perses au milieu du vie s. sont encore voilés de ténèbres.

  • 3 Ovide, Mét., 6.317 sq. (fondation du sanctuaire du Létôon).

2Le chercheur dispose heureusement de deux autres sources de renseignements : les mythes et l'archéologie. Les mythes concernant les Lyciens sont abondants et bien connus, notamment ceux de Sarpédon et Glaucos, Bellérophon et la Chimère. Ils nous ont été transmis par divers auteurs antiques, parfois tardifs (Ovide, par exemple3), mais ils sont, du moins pour les principaux d'entre eux, déjà attestes chez Homère et, interprétés avec prudence, sont susceptibles d'ouvrir des perspectives sur les époques légendaires de l'Age du Bronze. Au contraire, l'archéologie n'a, officiellement, fourni à ce jour aucun indice probant d'une présence des Lyciens, voire de la présence même d'habitants avant la fin du viiie s., sur le territoire qu'on appelait pourtant dans l'antiquité et sans conteste la Lycie, cette partie de la côte méridionale de la Turquie, qui offre à l’homme d'excellentes conditions naturelles. Prenant acte de cette discordance des sources de connaissance à notre disposition, et sans prétendre apporter à ce problème de solution révolutionnaire, je voudrais ici faire un rapide état de la question afin de montrer que des découvertes récentes d'une part, une appréciation nuancée des diverses données disponibles d'autre part, contribuent à dissiper une partie de ce mystère.

1. Les mythes

  • 4 Bryce & Zhale 1986, 11-23.

3T. Bryce ayant largement traité cette question et fourni les références utiles dans son ouvrage de synthèse sur les Lyciens4, je me contenterai de l'évoquer succinctement :

  • Les Lyciens, commandés par Sarpédon et Glaucos, sont chez Homère les principaux alliés des Troyens. Le poète sait que la vallée du Xanthe, d'où ils proviennent, se trouve loin ; toutefois Hérodote indique que Sarpédon était le frère de Minos, réfugié en Asie à la tête des Termiles5. Des sources différentes lui attribuent un séjour chez le roi Cilix mais aussi la fondation de Milet...
  • L'Argien Bellérophon, venu en Lycie, combat la Chimère, le peuple des Solymes et celui des Amazones.
  • 6 Apoll. 2.2.1.

4Si l'on prend en compte ces diverses sources, il semble se dessiner une histoire du peuple lycien qui le ferait venir de Crète, sous le nom de Termiles, et l’associerait à plusieurs régions d'Anatolie : Milet, fondée par Sarpédon, l'ensemble de la Carie, la chaîne du Cragos où gîte la Chimère, le pays des Solymes qui, selon les auteurs, serait à chercher dans la région de Termessos ou en Pisidie, voire la Cilicie... A ce flottement géographique s'ajoute le problème de l'origine argienne de Bellérophon, tandis que, d'après Apollodore, les murs de Tirynthe auraient été construits par des géants venus de Lycie6.

  • 7 Hdt. 1.173.

5L'analyse de ces mythes incite à la plus extrême prudence, surtout si l'on s'avise qu'ils nous sont tous connus par des auteurs grecs et paraissent, pour certains, surtout inspirés par le désir de prouver l'origine grecque des Lyciens. En particulier, nul ne conteste que le nom “Lyciens” ne soit une appellation grecque appliquée à ce peuple qui s’appelait lui-même “Trmmili”, comme l'atteste l'épigraphie locale, de même que le nom “Grecs” est l'appellation latine des Hellènes. Les Grecs ne l'ignoraient d'ailleurs pas : Hérodote rapporte que les Lyciens sont les habitants de la Milyade et que “maintenant encore leurs voisins leur donnent leur ancien nom de Termiles”7. Le problème est aussi qu'on ignore pourquoi les Grecs les appelèrent Lyciens...

6L'archéologie apporte-t-elle quelque lumière ?

2. L’archéologie

  • 8 Mellink 1964.
  • 9 Metzger 1963, 77-78 et 1972, 187-192.
  • 10 Zahle 1975.

7Depuis que l'on a entrepris des fouilles en Lycie au xixe s., on n'a, lit-on partout, retrouvé aucun reste clairement attribuable à une période antérieure à l'extrême fin du viiie s. a.C. Cela n'est vrai que pour la Lycie côtière, car la Lycie des plateaux a livré des restes de l'Age du Bronze dans la région d'Elmali8. Mais à l’époque historique, la Lycie qui compte, celle des cités et celle qui prend place dans la “grande Histoire”, c'est celle des vallées côtières et de l'immédiat arrière-pays. Or c'est un fait que la fouille approfondie de Xanthos n'a rien rendu qui soit antérieur à la fin du viiie s. et il en va de même partout ailleurs9. Seuls deux tumuli de la région de Phellos publiés par J. Zahle10 pourraient, d'après cet auteur, se rattacher à des tombes du même type attestées en Carie. Mais la date des exemples cariens flotte entre le ixe et le vie s., ce qui laisse la possibilité que les tumuli lyciens soient attribuables à la partie basse de cette fourchette laissant du même coup intact le vide archéologique de l’époque géométrique...

8En pareil cas, il est de rigueur de laisser place au doute : l'archéologie lycienne n'a certes pas fini de livrer ses secrets. Toutefois cet argument est ici de peu de poids, car Xanthos est de toute évidence la principale ville de la Lycie antique et a de fortes chances d'avoir été l'une des plus anciennes, voire la plus ancienne. Le secteur dit de “l'acropole lycienne”, qui était le cœur de la cité, a été fouillé jusqu'au rocher par H. Metzger et n'a pas rendu le moindre tesson plus ancien que la fin du viiie s. Toutes les observations concourent à établir que Xanthos et sa région ne reçurent pas d'occupation humaine dans la période précédant cette date.

  • 11 Pour un état succinct de la question, voir Benzi 1986, avec bibliographie. Freu 1987, 129-175, not (...)

9Cette situation est en contradiction avec les récits mythiques : ceux-ci, pour imprécis et partiellement contradictoires qu'ils soient, n'en sont pas moins cohérents sur un point : ils supposent l'existence du peuple lycien à l'Age du Bronze final, période des héros et, ce qui est troublant, ils s'accordent avec certains résultats de l'exploration archéologique dans d'autres domaines. En effet, nul ne conteste plus qu'il y ait eu des relations entre la Crète et la Carie à l'époque en question11, ce qui se lit sans difficulté sous le mythe de Sarpédon fuyant Minos vers l'Asie Mineure : à Milet, à Iasos, les fouilles ont rendu un abondant matériel céramique minoen du xve s., ensuite supplanté par l'occupation mycénienne.

10La mention des Lyciens chez Homère fait aussi difficulté. Le poète sait qu'ils habitaient sur les bords du Xanthe, loin de Troie, ce qui permet de supposer qu'il a bien dans l'esprit la Lycie “historique”. Mais qu'ils conservent un souvenir de l'Age du Bronze ou expriment une réalité datant de la période d'élaboration de l'épopée, vers le viiie s., les vers d'Homère placent en Lycie un peuple qui n'y a laissé aucune trace à l'époque concernée...

11Les mythes s'obstinent donc à placer les Lyciens dans une région archéologiquement vide. Or des trouvailles récentes intensifient ce paradoxe en montrant que cette même région avait dû être habitée en des temps encore plus anciens que l'époque mythique.

  • 12 Mellaart 1955 ; Mellink 1964.
  • 13 Isik 1994. L'objet a été trouvé à même le sol vierge, sous la plus ancienne couche d'occupation ac (...)
  • 14 Cette trouvaille encore inédite a été faite par Hüseyin Köktürk, archéologue du musée de Fethiye, (...)

12La Lycie ne paraît pas avoir beaucoup attiré les préhistoriens jusqu'à aujourd'hui et c’est peut-être à cette relative négligence que l’on doit la rareté des trouvailles, mais, pour rares qu'elles soient, ces trouvailles existent tout de même12. La Lycie intérieure, plus exactement le plateau d'Elmali a livré, comme on l'a vu, des restes du Bronze final. Mais, ce qui est plus important pour mon propos, en 1993, le site de Patara, à quelques kilomètres de Xanthos, a livré une hache en pierre polie, malheureusement hors contexte13. Surtout, un lot important de tessons de l'époque de Hadjilar (autour de 6 000 a. C.) a été récemment trouvé à proximité de Tlos14. Ces deux découvertes, surtout la seconde, mettent fin à un mythe moderne : celui d'une Lycie inhabitée avant l'époque archaïque.

13Il n'y a, à vrai dire, pas lieu de s'en étonner, tant les aptitudes naturelles particulièrement favorables de cette région de l'Anatolie appelaient la présence humaine dès les temps préhistoriques : climat méditerranéen, terre fertile, forêts magnifiques, eaux abondantes en toute saison, possibilité de changements d'altitude saisonniers sans avoir à franchir de grandes distances... Cet Eden anatolien ne pouvait manquer d'attirer les hommes, comme ce fut d'ailleurs le cas dès 40 000 a.C. dans la grotte de Karain près d'Antalya, c'est à dire à la porte de la Lycie.

14Il reste donc à essayer de comprendre ce qui s'est passé en Lycie à l'Age du Bronze final et à l'époque suivante : la région a-t-elle été désertée par ses premiers habitants néolithiques ? Ou bien, si l'on pense, à la suite d'Homère, qu'elle demeura peuplée par des gens qui devaient être les ancêtres des Lyciens historiques, pourquoi n'ont-ils laissé aucune trace matérielle ?

3. La Lycie à l'Age du Bronze

  • 15 Poetto 1993.

15Au cours des dernières années, des progrès décisifs ont été faits dans le domaine de l'histoire anatolienne, grâce aux travaux de divers savants et à la découverte de nouveaux textes, au premier plan desquels il faut mentionner l'inscription louvite hiéroglyphique de Yalburt rapportant une campagne militaire du roi Thudaliya IV (1250-1220 environ)15. N'ayant pas de compétence pour discuter ces trouvailles et les analyses détaillées qui en ont été fournies, je me contenterai d'en résumer les conclusions qui paraissent sûres, soit qu'elles figurent matériellement dans les textes antiques, soit qu'elles recueillent l'assentiment de la communauté scientifique.

  • 16 Une telle recherche aboutit, dans sa volonté de réconcilier à tout prix toutes les sources disponi (...)

16D'après ces sources, l'Asie Mineure sud-occidentale était, dans la deuxième moitié du second millénaire, habitée par un ensemble de populations de noms divers occupant un vaste territoire désigné globalement dans plusieurs textes hittites par le terme “Lukka”, terme qu'on retrouve probablement dans l'appellation Lyciens donnée par les Grecs à une des branches de ces populations. L'aire géographique de ce pays de Lukka s'étend de la Carie à la Pamphylie, recouvrant la Lycie, la Milyade, la Pisidie et une partie de la Lycaonie (dont le nom serait aussi un vestige des Lukka). Il n'est probablement pas nécessaire de chercher un unique foyer originaire d'où ces peuples se seraient répandus sur toute l'aire géographique en question16.

  • 17 Poetto 1993 ; Carruba 1996, 32.

17Dans ces mêmes textes hittites apparaissent des noms (de lieux ? de territoires ?) qui sont clairement à l'origine de toponymes historiques. Mais ce qui paraît encore plus décisif est qu'ils sont mentionnés par groupes stables et qui correspondent bien aux réalités géographiques de l'époque historique. Ainsi l'inscription de Yalburt nomme-t-elle, entre autres : Awarna, Dalawa, Pinara et Wijanawanda, dans lesquels on reconnaît Xanthos (sous son nom lycien d'Arnna), Tlos, Pinara et Œnoanda17.

  • 18 Carruba 1996.
  • 19 Isik 1993 ; Börker-Klähn 1994 : à 30 km au nord de Seki.

18Le nom des Termiles, connu à la fois par Hérodote et par l'épigraphie en langue lycienne, trouverait son origine dans le nom d'Attarimma, ville (ou région ?) importante et plusieurs fois attestée, mais finalement détruite et dont la population transplantée ou dispersés aurait conservé le nom18. Ce dernier vient d'apparaître de façon spectaculaire dans un stadiasme d'époque claudienne découvert à Patara en 1992, montrant qu'il s'agissait à l'époque d'un toponyme de Lycie du nord, TPIMIAIN, dans le prolongement d'une itinéraire Tlos-Œenoanda-Balboura et qu'il est tentant d'identifier avec le village de Dirmil qui semble bien en avoir conservé le nom19.

  • 20 Börker-Klähn 1994.
  • 21 Carruba 1996.

19Le nom des Solymes, quant à lui, aurait son origine dans le nom de la montagne qui domine Phasélis et la région de Termessos20, il pourrait se reconnaître dans le vocable *Salluwa qui aurait donné le nom de Sillyon21.

  • 22 Laroche 1957 et 1976 ; Houwing Ten Cate 1965.

20Il ressort de ce bref parcours que la présence des Lyciens en Lycie dès l'Age du Bronze ne saurait sérieusement être mise en doute, même si le détail du tableau que je viens de présenter en raccourci n’est pas encore parfaitement clair. De plus il est confirmé que les Lyciens ne sont pas des nouveaux venus, dont l'arrivée serait par exemple liée aux migrations des Peuples de la Mer, mais qu'ils sont bien un peuple anatolien, ce que la linguistique avait déjà établi en montrant que leur langue appartient au groupe louvite22.

  • 23 Börker-Klähn 1994, 315 ; Carruba 1996, 31.

21Un texte mentionne les Lukka comme alliés de Willusa, c'est à dire d'Ilion23 : n'y a-t-il pas dans le souvenir de cette alliance, qui mit un temps en péril l'existence de l’empire hittite, l'explication de l’alliance homérique entre Lyciens et Troyens, alliance devenue incompréhensible à l'époque d'Homère en raison de la distance séparant Troie de la Lycie réduite à celle que nous connaissons aujourd'hui mais qui n'était qu'une fraction méridionale du grand ensemble Lukka ?

22Quant à l'origine crétoise de Sarpédon, elle est confortée par l'archéologie mais contredite par l'étymologie anatolienne de son nom. A moins de proposer la solution consistant à voir dans les Crétois des Anatoliens émigrés, n'est-il pas plus simple de voir dans ce mythe une manière de donner un brevet d'appartenance anatolienne, non pas à tous les habitants de l'Anatolie méridionale mais seulement aux hommes venus au XVe s. de l'île de Minos pour s'installer sur la côte de l'Asie Mineure ?

4. Retour à l'archéologie

23Le plus difficile reste donc d'expliquer l'existence du vide archéologique complet qui caractérise d'une part l'Age du Bronze, période pour laquelle on peut pourtant considérer comme sûre la présence des Lyciens en Lycie, d'autre part la période qui s'étend du xiie au viiie s. et pour laquelle nous ne disposons plus de la moindre attestation de quelque nature qu'elle soit...

  • 24 Carruba 1996,26.
  • 25 Poetto 1993.

24L'explication toute trouvée consisterait à penser que les habitants du pays Lukka étaient en ces temps reculés des nomades, appartenant par le fait même à un type de civilisation qui peut ne laisser aucune trace matérielle. A l'appui pourrait être invoquée l'existence à époque historique de doublets toponymiques, interprétables comme le vestige de déplacements de populations24. A l'inverse, la confrontation de l'ensemble des textes hittites portant sur le pays Lukka met en lumière une stabilité certaine des groupes et permet d'établir des relations précises avec les établissements de l'époque historique : tel est notamment le cas du groupe cité plus haut qui associe des villes de la vallée du Xanthe, auquel on peut ajouter la mention de la montagne de Pttara dans l'inscription de Yalburt25 : selon toute vraisemblance il s'agit de l'élévation qui domine Patara. Cet argument positif me paraît beaucoup plus fort que l'idée de populations errantes.

25L'hypothèse de populations nomades devrait, en outre, être justifiée en tant que telle. Or on peut d'emblée exclure le phénomène du nomadisme proprement dit, à grande échelle géographique, en raison du caractère très montagneux et extrêmement cloisonné des régions considérées qui a de tout temps opposé de graves difficultés aux déplacements terrestres, fussent-ils menés avec l'acharnement qui caractérisa, par exemple, le passage d'Alexandre le Grand. A l’inverse, les qualités naturelles de ces régions appellent l'installation de groupes humains sédentaires, adonnés à l'agriculture, à la sylviculture, à l'élevage et éventuellement à la pêche en rivière : ce sont d'ailleurs là les caractéristiques de la civilisation néolithique de Hadjilar dont nous avons vu que la présence avait été récemment révélée dans la région de Tlos.

26Si l'on exclut l'hypothèse de Lyciens nomades, il reste à expliquer comment il pourrait se faire que des communautés stables aient habité des sites, dont certains ont fait l’objet de fouilles intensives, sans qu'on ait jusqu'ici trouvé la moindre trace de leur existence...

27Or tout montre que ces premiers Lyciens devaient avoir des constructions en matériaux périssables. Dans une région où les forêts ont été de tout temps étendues et magnifiques, il n'est pas étonnant que les hommes aient développé une architecture de bois, comme c'est très souvent le cas dans les régions de montagne. Depuis qu'on connaît les tombes lyciennes, on a remarqué qu’elles imitent des constructions en bois, probablement les maisons en bois des vivants. Les hasards des survivances traditionnelles permettent encore aujourd'hui de voir en Lycie – et seulement en Lycie – des greniers en bois construits par les villageois de ce siècle ou du précédent et qui présentent jusque dans les détails les mêmes caractéristiques techniques que celles qu'on observe sur leurs antiques répliques en pierre.

28Pour l'antiquité, les traces matérielles de telles maisons sont attestées par deux cas un peu particuliers.

  • 26 Metzger et al. 1976.

29Le premier cas est offert par le temple d’Apollon au Létôon26 : dans les substructures du temple hellénistique on voit encore les fondations d'un édifice plus ancien, constituées de blocs de calcaire munis d'un canal et de mortaises carrées, parfaitement adaptés à la mise en place de bois horizontaux et verticaux, dessinant l'armature d’un édifice lycien analogue aux tombes antiques et aux greniers modernes. Indatable précisément, mais certainement de l'époque classique, cette construction était donc selon toute probabilité un temple en bois sur soubassement de pierre, à l'instar des greniers déjà évoqués.

  • 27 Metzger 1963, 15-28.
  • 28 Özgüç 1978, 49-68 et pl. 4.

30Le deuxième cas est offert par les résidences classiques de l'acropole lycienne de Xanthos, fouillées et publiées par H. Mezger27 : les restes en sont formés de murs aveugles, en moellons bruts, s'élevant à plus de deux mètres de hauteur. La présence d’une très épaisse couche d'incendie a amené le fouilleur à supposer qu’il existait un étage supérieur en bois, accessible par une échelle ou un escalier léger et servant d'habitation au-dessus d'un cellier clos de murs. Il s'agit là d'un type de construction bien attesté en Anatolie, notamment au iie millénaire chez les Hittites, au palais de Bogaz Köy et à celui de Mashat Höyük28 : nous aurions donc à Xanthos une survivance de l'Age de bronze en pleine époque classique. A ce constat d'Henri Metzger, je crois pouvoir ajouter deux éléments.

  • 29 Son existence m'a été indiquée par Chr. Le Roy. J'ai constaté en 1996 qu'elle avait été rasée, sor (...)

31On a depuis longtemps rapproché de cette construction de curieux ruchers de la région d'Elmali qui en sont la réduction adaptée aux abeilles, avec un socle maçonné supportant une superstructure de bois en encorbellement. Pour ma part, j'ai pu photographier en 1986 une véritable maison29, de dimensions modestes, jouxtant la route qui remonte la vallée du Xanthe, à une trentaine de kilomètres au nord de Xanthos. Comme les greniers déjà signalés, cette maison révèle la permanence extraordinaire de certains modes de vie à travers les âges. Dans les restes de la Xanthos classique, il s'agissait d’un édifice plus spacieux, légitimement considéré par H. Metzger comme la résidence du dynaste.

  • 30 Des Courtils & Le Roy 1997.

32Le campagne de 1995 à Xanthos a permis de découvrir les restes d'un édifice de dimensions plus modestes et construit en dehors de l'acropole lycienne, sur le flanc ouest de la ville, sur le bord de la pente qui domine le cours du Xanthe. D'époque classique, il est construit en petits moellons et n’a pas pu être entièrement fouillé : il existe une probabilité pour qu'il s'agisse du soubassement d'une simple maison surélevée, du type décrit ci-avant30.

33Ces constructions nous montrent qu'à l'époque classique, tout en adoptant les techniques grecques, les Lyciens (début ve s. pour les résidences de l'acropole) restaient fidèles à une tradition de construction anatolienne de l'Age du Bronze. A la même époque, ils étaient en effet capables de construire le superbe rempart polygonal “à la grecque” qui entoure les résidences de l'acropole xanthienne, tandis que ces dernières, d'architecture vernaculaire, étaient surélevées sur des murs de simples moellons. Si l'on convoque ici les greniers en bois dont j’ai montré des exemples, et dont le socle en pierre est réduit à sa plus simple expression, on en arrive aisément à l'idée que les maisons des Lyciens de l'Age du Fer et même de l'Age du Bronze, devaient être en bois. Si les résidences du vie et du ve s. étaient surélevées, celles des autres Lyciens devaient être plus modestes, à l'instar des greniers modernes (dont les tombes rupestres attestent l'existence dès l'antiquité) et il est compréhensible qu'elles n'aient pas laissé de trace.

  • 31 Metzger 1972, 59-75. Il faut ajouter que Mellaart 1955 signale des tessons de même nature dissémin (...)

34Ce raisonnement architectural se heurte à l'objection du céramologue : les premiers Lyciens devaient bien casser des pots comme tout le monde ! Or les fouilles de Xanthos, seul site à ce jour en Lycie dont l’exploration ait permis de remonter aussi haut dans le temps, n'ont rendu dans les couches les plus anciennes que quelques tessons de céramiques anatoliennes, de fabrication ou d'imitation pamphylienne, pisidienne et peut-être chypriote et rhodienne. Mais ce matériel, toujours associé à du matériel grec et daté par ce dernier, ne remonte pas au-delà de la fin de l'époque géométrique31.

35On peut certes penser que de nouvelles fouilles apporteront ailleurs leur lot de matériel indigène plus ancien. Mais, outre qu'on ne comprend pas son absence de Xanthos, un autre type de considération est également envisageable. Je remarque d'abord que, curieusement, les Lyciens ne paraissent pas avoir pratiqué l'architecture de brique, contrairement à ce qui est le cas dans l'empire hittite (soubassement de Mashat Höyük) et dans la Grèce de l'époque géométrique. Lorsqu'ils découvrent l'utilisation de la pierre – pas avant le vie s. semble-t-il – ils l’utilisent en moellons, puis, sous l'influence grecque, en appareil polygonal, mais pas immédiatement en assises régulières. Or ces dernières auraient pu rappeler le souvenir d’assises de briques dont elles auraient été le substitut. On remarquera enfin que les premiers édifices de Xanthos, et jusqu'en plein Ve siècle, ne paraissent pas avoir rendu le moindre fragment de tuile : ils étaient certainements munis de couvertures en terrasses de terre damée, selon un usage anatolien attesté depuis l'antiquité jusqu’à nos jours, mais qui ne laisse évidemment pas de trace repérable. Au total, il me semble que l'absence de briques, l'absence de tuiles et la rareté des céramiques se confortent mutuellement : les Lyciens n'étaient sans doute pas des hommes de l'argile... Mais comme il faut bien sauver tout de même leur existence, j'essayerai, pour conclure, de proposer un “modèle” explicatif qui rende compte le moins mal possible de leur caractère évanescent.

36Je note que les Lyciens de l’Age du Bronze, c'est à dire non pas tous les habitants du pays de Lukka mais ceux-là seuls qui habitaient la future Lycie, ne devaient pas être une population importante : quand on les entrevoit dans les textes hittites, c'est toujours comme une partie parmi beaucoup d'autres du grand ensemble Lukka. La première fois que s'établit un contact direct, c'est sous un des derniers rois hittites, comme le montre l'inscription de Yalburt qui nous révèle in extremis des toponymes bien connus. On peut même se demander si leur population ne s'est pas raréfiée à la suite des troubles causés par les Peuples de la Mer : certains d’entre eux ne seraient-ils pas partis avec ces derniers ?

  • 32 Xén., Anab., 4. Sur les caractères de ces peuplades et les constats archéologiques qu’elles permet (...)
  • 33 Garstang & Gurney 1959.

37Des Lyciens ainsi vus, on n'attendrait pas beaucoup plus de traces archéologiques que des Colques et autres Mossynèques du nord de l’Anatolie dont nous ignorerions l'existence si Xénophon ne s'était pas frotté à eux32. Je fais le rapprochement à dessein, car la comparaison entre ces populations et les Lyciens me paraît éclairante : les uns comme les autres existent à l'Age du Bronze33 et se dérobent à l'investigation ensuite bien que leur permanence soit avérée. La raison qui fait que les uns restent dans l’ombre (malgré Xénophon) alors que les autres entrent dans l'histoire et l'archéologie, me paraît tenir à l’absence ou à la présence de deux facteurs conjugués : l'urbanisation et l'hellénisation.

38L’urbanisation de la Lycie est un phénomène très étonnant : contrairement aux régions voisines, surtout la Cybiratide, la Pisidie et la Pamphylie, voire la Carie elle-même (et tant d'autres régions de l'Anatolie), où l'on ne trouve pas de villes indigènes comparables aux cités grecques, la Lycie voit fleurir très tôt des cités, Xanthos mais aussi, dès une date inconnue vraisemblablement à l'époque archaïque, Tlos, Pinara et d'autres peut-être. On voit d'ailleurs bien dans le récit hérodotéen que la conquête perse de l’Anatolie menée par Harpagos s’attaque ailleurs à des peuplades mais s'empare de la plus grande ville des Lyciens. Or toutes les attestations archéologiques qu'on a trouvées de ce phénomène urbain en Lycie sont associées à du matériel céramique grec. Ce sont aussi les Grecs qui, au vie s., vont apprendre aux Lyciens à tailler la pierre pour construire des murs appareillés : ceci est démontré par l'emploi ancien et systématique qu’ils font de l'appareil polygonal, typiquement grec. Les Lyciens apprendront d'eux aussi certaines utilisations de la céramique et notamment les toitures en tuiles, enfin l'écriture. Bref l’influence culturelle grecque, très forte, me paraît expliquer, au moins partiellement l'urbanisation, ou l'avoir matériellement facilitée. Mais avant ?

  • 34 Voir Kolb 1993 et 1995, et des Courtils & Marksteiner 1997.
  • 35 Bousquet 1992, 167-180 ; Bousquet & Gauthier 1994, 339-343.

39Pour la période obscure que nous avons survolée, on peut supposer des populations agro-pastorales pratiquant, comme le font encore un peu les habitants de ces régions, un nomadisme saisonnier, qui s'accorde à la fois aux données naturelles et au caractère rudimentaire de leur développement matériel et de leur habitat vernaculaire en bois. Ce mode de vie transhumant (qui n'est pas du nomadisme) était encore pratiqué récemment par les populations turques de ces régions, preuve qu'il était parfaitement adapté à la nature et au climat. Si l'on examine la période qui s'ouvre avec l'époque archaïque, la Lycie classique livre de plus en plus de traces de populations vivant à la campagne selon un régime économique, social et politique comparable à la féodalité médiévale34 et dont nous ignorerions l'existence si elle n'était pas faiblement attestée par des inscriptions35 et par des constructions hellénisées, en architecture de pierre appareillée, qui apparaissent dans cette région à partir du ve s. mais ont pu avoir des antécédents en bois pendant plusieurs siècles. De telles constructions en bois sont attestées par Xénophon dans la région pontique, où elles ont disparu avec les peuples qui les habitaient, tandis que les Lyciens nous en ont conservé l'apparence en les imitant dans leurs demeures funéraires en pierre.

40Pour finir avec le site de Xanthos, je supposerais volontiers qu'il servit d’abord seulement d'habitat saisonnier, voire seulement de refuge pour la population environnante, ce qui n'empêchait pas le site, ou le secteur dont il est le centre, de porter le nom d'Arnna. N'oublions pas que Paris a pris le nom de la tribu qui habitait les alentours de Lutèce.

41Je conclurai donc d'une part à l'impossibilité de nier que les Lyciens aient habité au même endroit depuis l'Age du Bronze, d'autre part au faible caractère résiduel de leur civilisation à l’époque prégrecque. Les Lyciens, c'est-à-dire les Termiles, étaient une branche des Lukka. Ils ont pu recevoir des influences extérieures de l'ouest comme de l’est, mais ce n'est qu'après avoir été fécondés par les influences grecques à partir du viie s. qu'ils ont adopté un mode de vie urbanisé et une architecture de pierre, plus accessibles aux investigations des archéologues...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Benzi, M. (1986) : “I Micenei a Iasos”, Boll. d'Arte, suppl, au no 31-32, 29-34.

Blakolmer, F., K. R. Krierer, F. Krinzinger, A. Landskron-Dinstl, H. D. Szemethy, K. Zhuber-Okrog, éd. (1996) : Fremde Zeiten, Festschrift J. Borchhardt, Vienne.

Börker-Klähn, J. (1994) : “Neues zur Geschichte Lykiens”, Athenaeum, 315-330.

Bousquet, J. (1992) : “Les inscriptions du Létôon en l'honneur d’Arbinas et l'épigramme grecque de la stèle de Xanthos” in : Metzger et al 1992, 155-196.

Bousquet, J. et Ph. Gauthier (1994) : “Inscriptions du Létôon de Xanthos”, REG, 107, 319-361.

Bryce, T. R. et J. Zahle. (1986) : The Lycians, I, Copenhague.

Carruba, O. (1996) : “Neues zur Frühgeschichte Lykiens”, in : Blakolmer et al. 1996, 1, 25-39.

des Courtils, J. et B. Rémy (1986) : “Remarques sur l'implantation des colonies grecques au sud-est du Pont-Euxin”, EA, 8, 53-64.

des Courtils, J. et Chr. Le Roy (1997) : “Les campagnes de 1994 et 1995 à Xanthos et au Létôon”, Anatolia Antiqua.

des Courtils, J. et Th. Marksteiner (1997) : “Un établissement fortifié dans le voisinage de Xanthos”, Anatolia Antiqua, 5, 89-100.

Freu, J. (1987) : “Problèmes de chronologie et de géographie hittites, Madduwata et les débuts de l'empire”, BCILL, 37, Hethitica, 8, 129-175.

Garstang, J. et O. R. Gurney (1959) : The Geography of the Hittite Empire, Londres.

Houwing Ten Cate, Ph. (1965) : The Luwian Population Croups of Lycia and Cilicia Aspera during the Hellenistic Period, Leyde.

Isik, F. (1993) : Kazi Sonuçlari Toplantisi, 15.

— (1994) : Kazi Sonuçlart Toplantisi, 16.

Kolb, F., éd. (1993) : Lykische Studien, 1, Bonn.

— (1995) : Lykische Studien, 2, Bonn.

Laroche, E. (1957) : “Comparaison du louvite et du lycien”, BSL, 53, 159-197.

— (1976) : “Lyciens et Termiles”, RA, 15-19.

Mellaart, J. (1955) : Belleten, 19, 115-136.

Mellink, M. (1964) : “Excavations at Karatas-Semayük in Lycia”, AJA, 269-278.

Metzger, H. (1963) : L'acropole lycienne, Fouilles de Xanthos, II, Paris.

— (1972) : Les céramiques archaïques et classiques de l'acropole lycienne, FdX, IV, Paris.

Metzger, H., Chr. Llinas, Chr. Le Roy et A. Balland (1976) : “Fouilles du Létoon de Xanthos”, RA, 322-327.

Metzger, H., E. Laroche. A. Dupont-Sommer et M. Mayrhofer (1979) : La stèle trilingue du Létôon, FdX, VI, Paris.

Metzger, H., A. Bourgarel, G. Siebert, A. Davesne, J. Marcadé, J. Bousquet, Chr. Le Roy et A. Lemaire (1992) : FdX, IX. 1, Paris.

Özgüç, T. (1978) : Excavations at Mashat Höyük and Investigations in it's Vicinity, Ankara.

Poetto, M. (1993) : L’iscrizione luvio-geroglifica di Yalburt. Nuove acquisizioni relative alla geografia dell'Anatolia sud-occidentale, Studia Mediterranea, 8, Pavie.

Zahle, J. (1975) : “Archaic Tumulus Tombs in Central Lycia”, Acta Arch., 46, 77-94.

Notes

1 Metzger et al. 1979.

2 Ce qui ne veut pas dire que cela fournisse la date d'apparition de l’écriture lycienne : certains témoignages permettent actuellement de la faire remonter au début du ve s., Bryce 1986, 45.

3 Ovide, Mét., 6.317 sq. (fondation du sanctuaire du Létôon).

4 Bryce & Zhale 1986, 11-23.

5 Hdt. 1.173.

6 Apoll. 2.2.1.

7 Hdt. 1.173.

8 Mellink 1964.

9 Metzger 1963, 77-78 et 1972, 187-192.

10 Zahle 1975.

11 Pour un état succinct de la question, voir Benzi 1986, avec bibliographie. Freu 1987, 129-175, notamment p. 143 sq.

12 Mellaart 1955 ; Mellink 1964.

13 Isik 1994. L'objet a été trouvé à même le sol vierge, sous la plus ancienne couche d'occupation actuellement connue et datée de l'époque archaïque.

14 Cette trouvaille encore inédite a été faite par Hüseyin Köktürk, archéologue du musée de Fethiye, qui a eu l'amabilité de me montrer le matériel en question au cours de l'été 1996. Son identification est incontestable.

15 Poetto 1993.

16 Une telle recherche aboutit, dans sa volonté de réconcilier à tout prix toutes les sources disponibles, à des hypothèses compliquées. Ainsi Bryce & Zahle l986, constatant la mention dans les textes hittites de “deux pays de Luqqa”, l'un en Carie, l’autre en Lycaonie, se voient contraints d'imaginer des déplacements de populations. Au contraire, Borker-Klähn 1994, montre que certains de ces noms étaient sans doute interchangeables.

17 Poetto 1993 ; Carruba 1996, 32.

18 Carruba 1996.

19 Isik 1993 ; Börker-Klähn 1994 : à 30 km au nord de Seki.

20 Börker-Klähn 1994.

21 Carruba 1996.

22 Laroche 1957 et 1976 ; Houwing Ten Cate 1965.

23 Börker-Klähn 1994, 315 ; Carruba 1996, 31.

24 Carruba 1996,26.

25 Poetto 1993.

26 Metzger et al. 1976.

27 Metzger 1963, 15-28.

28 Özgüç 1978, 49-68 et pl. 4.

29 Son existence m'a été indiquée par Chr. Le Roy. J'ai constaté en 1996 qu'elle avait été rasée, sort qui menace certainement l'extraordinaire maison à lanterneau entièrement en bois qui s'élève encore, dans un triste état de délabrement, à proximité de la première.

30 Des Courtils & Le Roy 1997.

31 Metzger 1972, 59-75. Il faut ajouter que Mellaart 1955 signale des tessons de même nature disséminés dans la vallée du Xanthe.

32 Xén., Anab., 4. Sur les caractères de ces peuplades et les constats archéologiques qu’elles permettent d'espérer, voir des Courtils & Rémy 1986, 59-62.

33 Garstang & Gurney 1959.

34 Voir Kolb 1993 et 1995, et des Courtils & Marksteiner 1997.

35 Bousquet 1992, 167-180 ; Bousquet & Gauthier 1994, 339-343.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540