Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Les preuves archéologiques d’une crise brutale de mortalité : simultanéité du dépôt de cadavres, simultanéité des décès ?

Henri Duday

Texte intégral

  • 1 On trouvera de plus amples développements sur cette question dans Boulestin & Duday, 2005.

1Réfléchir à la manière dont l’archéologie de la Mort – et plus particulièrement l’archéologie funéraire – peut mettre en évidence une crise brutale de mortalité impose quelques définitions préalables1.

2La première distinction, la plus évidente, concerne l’effectif des défunts : le décès d’un nombre plus ou moins important de sujets durant une période relativement brève ne peut évidemment être discuté à propos d’une sépulture individuelle isolée (c’est-à-dire une sépulture contenant les restes d’un seul individu) ; de fait, la question se pose seulement pour des ensembles funéraires, et ceux-ci doivent être subdivisés en plusieurs types. Les cimetières ou nécropoles rassemblent dans un espace défini (parfois délimité par un fossé, un mur ou une clôture) un certain nombre de sépultures (en général individuelles) dont chacune dispose d’une architecture qui lui est propre, celle-ci pouvant éventuellement se réduire à une simple fosse. À l’opposé, certaines tombes réunissent dans une même structure les restes de plusieurs sujets : J. Leclerc et J. Tarrête (1988) ont proposé de les désigner sous le terme générique de sépultures plurielles. Dans cette catégorie, les sépultures multiples traduisent le dépôt simultané de plusieurs corps, et les sépultures doubles ou triples en représentent les formes a minima. À l’opposé, les sépultures collectives résultent d’apports échelonnés dans le temps, au cours d’une période qui couvre souvent des décennies ou même parfois plusieurs siècles ; ce type de “fonctionnement” impose évidemment un dispositif qui permette d’ouvrir et de fermer la chambre funéraire à plusieurs reprises.

3Par ailleurs, il est habituel de distinguer d’une part la crémation ou incinération (traitement du cadavre par le feu), d’autre part l’inhumation (terme tout à fait inapproprié qui signifie que le corps n’a pas été brûlé, alors que son étymologie suggère de manière explicite l’idée d’une mise en terre).

4Enfin, en parallèle avec l’ethnologie qui distingue funérailles simples et funérailles multiples, la littérature archéologique oppose le dépôt primaire (apport d’un cadavre ou d’une portion de cadavre “frais”, c’est-à-dire ayant encore son intégrité anatomique) au dépôt secondaire constitué à partir d’os “secs” que la décomposition ou certains traitements funéraires (par exemple la crémation) a préalablement libérés de leurs contentions ligamentaires.

Simultanéité des dépôts, simultanéité des décès

5Dans les dépôts primaires, la décomposition s’opère donc à l’emplacement qui est appelé à devenir le lieu de dépôt définitif du corps. La putréfaction des matières organiques étant un phénomène relativement rapide, le dépôt de plusieurs corps complets implique que les sujets concernés sont morts en même temps ou dans une période très brève, inférieure au délai nécessaire pour que les cadavres des premiers décédés aient commencé à se disloquer (délai que l’on estime en général inférieur ou égal à quelques semaines). On considère donc que la simultanéité des dépôts démontre ipso facto la simultanéité des décès, ou du moins une grande proximité dans le temps.

6Ce raisonnement est effectivement fondé, à condition toutefois que l’on puisse éliminer l’éventualité d’une conservation prolongée des parties molles, que celle-ci soit liée au froid, à la dessiccation, à un environnement particulier qui inhibe l’activité des bactéries entrant en jeu dans la putréfaction (tourbières, milieux anaérobie) ou à plusieurs de ces facteurs combinés (on pensera notamment à des grottes sèches, ventilées et très froides en haute altitude, par exemple dans les Andes). L’allongement ou même le blocage de la putréfaction peut aussi être dû à un traitement particulier du cadavre (injections de liquides antibactériens et antifongiques, momification). Dans de tels cas, il devient naturellement possible de rassembler en un même lieu les dépouilles intactes de sujets morts à des moments différents, et nous connaissons tous de tels exemples (les catacombes du couvent des capucins à Palerme, mais aussi les morgues des instituts médico-légaux ou les salles de dissection des facultés de médecine…). Dans les pays très froids, lorsqu’il était impossible de creuser une fosse dans le sol durci par le gel, il était courant que l’on place le cercueil contenant le cadavre dans la neige, sur le toit de la maison, jusqu’à ce que le redoux ramollisse le sol au moment même où débutaient les processus de décomposition, qui étaient jusqu’alors inhibés par la température trop basse : si plusieurs sujets de la même communauté étaient morts à des moments différents de l’hiver, leurs corps intacts, conservés par le froid, pouvaient être inhumés simultanément, en général dans des sépultures individuelles.

7Dans le cas des sépultures secondaires, la simultanéité des dépôts n’indique en aucune manière la simultanéité des décès. Le premier exemple que j’en donnerai concerne les sépultures à crémation. Lorsqu’une urne cinéraire contient les os brûlés de deux individus, on constate parfois que leurs os reposent en deux strates superposées bien différenciées, mais rien ne nous permet d’estimer le temps qui s’est écoulé entre les deux cérémonies (celles-ci peuvent s’être succédé de manière pratiquement immédiate). À l’inverse, les os des deux individus peuvent être intimement mêlés, et dans ce cas, rien ne prouve qu’ils ont été brûlés sur le même bûcher ni bien sûr qu’ils sont morts au même moment : il est tout à fait possible de brûler un corps, de garder ses restes dans un réceptacle transitoire jusqu’à la mort du sujet destiné à lui être associé, de brûler ce dernier et de mêler les os des deux individus dans une même urne cinéraire. Un autre exemple nous est donné par les sépultures collectives néolithiques dans lesquelles on observe couramment le rangement des blocs crânio-faciaux et des grands os longs des membres le long des parois de la chambre funéraire (dolmen, grotte sépulcrale ou hypogée). Ces gestes pratiqués après la décomposition des corps ont souvent intéressé les os disloqués d’un certain nombre d’individus : rien ne nous autorise évidemment à affirmer que ceux-ci avaient été déposés en même temps, ni a fortiori qu’ils étaient morts au même moment.

La démonstration de la simultanéité des dépôts

8Après avoir envisagé la relation entre simultanéité des dépôts et simultanéité des décès, il reste à nous demander comment l’archéologie est en mesure de démontrer que les restes de plusieurs défunts ont été déposés de manière synchrone. Ici encore, les conditions varient en fonction des traitements funéraires.

9Les méthodes de datation sont le plus souvent inopérantes dans cette perspective, leur résolution étant insuffisante pour garantir une précision de l’ordre de quelques jours ou de quelques semaines, qu’il s’agisse de datations absolues (méthodes physiques et chimiques) ou relatives (chronologie des divers éléments du mobilier associé). Certes, la dendrochronologie nous permet de dater à une année ou même à une saison près, mais encore faut-il établir le lien chronologique entre l’abattage d’un arbre et son utilisation en contexte funéraire (structures bâties, cercueil).

10Dans des circonstances tout à fait exceptionnelles, la stratigraphie peut apporter une contribution déterminante : c’est le cas lorsque des corps ont été brusquement ensevelis par une coulée de boue, un glissement de terrain, l’effondrement d’une paroi ou de bâtiments (séisme) ou bien sûr par des cendres volcaniques (on pense aussitôt à Pompéi ou Herculanum). Mais on sort ici du monde funéraire pour entrer dans celui des catastrophes naturelles et des corps sans sépulture.

  • 2 Bizot et al. 2005 ; Moreau et al. 2005.

11Exceptionnellement, la fouille peut livrer des informations déterminantes, par exemple des épitaphes indiquant de manière explicite la date du décès ou des inscriptions commémoratives relatant un événement particulier (c’est parfois le cas pour les champs de bataille). Pour les périodes historiques, on peut aussi disposer de sources archivistiques qui rendent compte d’une crise aiguë de mortalité et la mettent en relation avec un site funéraire bien localisé (Les Fédons à Lambesc2).

  • 3 Dans de tels cas, les anomalies détectées dans la distribution par classes d’âge relèvent bien d’un (...)

12Enfin, l’analyse biologique des squelettes peut elle aussi apporter de précieuses informations en montrant que, dans un site donné, tous les décès sont dus à la même cause : longtemps limitée aux actions belliqueuses (blessures mortelles par arme), cette approche s’est récemment ouverte à l’étude des épidémies grâce aux progrès de la paléobiochimie moléculaire (identification de l’ADN d’agents infectieux, notamment Yersinia pestis). Ces méthodes sont toutefois très onéreuses et, en l’état actuel de la recherche, il n’est certainement pas envisageable de les appliquer en aveugle à tous les sites funéraires. Il est donc nécessaire de les réserver à ceux pour lesquels on dispose d’indices sérieux en faveur d’une crise de mortalité qui ne soit pas liée à un massacre ou à des faits de guerre, que ce soit par les caractéristiques mêmes du dépôt (cf. infra) ou en raison de particularités dans la courbe de mortalité3.

  • 4 À l’exception d’éventuels remaniements ultérieurs (interventions anthropiques, animaux fouisseurs, (...)

13Restent enfin les informations de fouilles. L’archéothanatologie est totalement inopérante lorsque les squelettes ne sont pas directement au contact les uns des autres, par exemple dans les cimetières et nécropoles, mais aussi dans des sépultures plurielles où le nombre de corps est faible en regard de la surface disponible (Chambon 2003, à propos du tumulus de la Hoguette à Fontenay-le-Marmion). En revanche, lorsque plusieurs corps sont accumulés dans un espace restreint, il devient possible d’utiliser la chronologie relative des dislocations articulaires. Si les dépôts sont décalés dans le temps, la mise en place d’un nouveau sujet entraînera nécessairement des perturbations dans l’agencement du (ou des) squelette(s) déjà présents ; on observe fréquemment des gestes secondaires de réduction (qui ne correspondent pas à de véritables sépultures secondaires). À l’inverse, si les dépôts sont simultanés, les connexions seront respectées d’une manière beaucoup plus stricte, puisque tous les corps se décomposent en même temps : les déplacements que l’on observe alors résultent de l’action de la pesanteur4, les os libérés par la décomposition glissant dans les espaces libérés par la disparition des parties molles des sujets sous-jacents ; il s’agit donc essentiellement de déplacements verticaux.

  • 5 Duday 2005a, 2005b et 2006.

14Cette méthode est à l’évidence beaucoup plus opérante que les datations habituellement utilisées en archéologie, puisqu’elle fixe les limites de la discrimination au temps nécessaire à la destruction des contentions articulaires les plus labiles (celles qui lâchent le plus rapidement au cours de la décomposition5). Ce délai est toutefois de l’ordre de quelques semaines (il varie considérablement en fonction des conditions climatiques et, naturellement, des traitements funéraires), et il ne nous est donc pas possible de différencier des dépôts véritablement simultanés de ceux qui seraient seulement distants de quelques jours ou quelques semaines. En l’occurrence, cela n’a guère d’incidences sur notre discours, puisqu’une crise brutale de mortalité se définit justement comme le décès d’un nombre plus ou moins important de sujets dans un laps de temps plus ou moins bref.

  • 6 Sur cette question, on se réfèrera avec profit au remarquable ouvrage d’A. Testart qui traite des “ (...)

15Il faut également prendre en compte l’effectif des défunts. Le décès simultané de plusieurs membres d’une même famille, que ce soit dans un accident de la circulation ou qu’ils soient empoisonnés par un plat d’amanites phalloïdes ou bien encore intoxiqués par le monoxyde de carbone émanant d’un appareil de chauffage défectueux, constitue certes un événement dramatique à l’échelle de la maisonnée, mais il ne représente rien de plus qu’un fait divers à l’échelle de la ville où ils demeuraient. Dans de tels cas, personne ne songerait à parler de crise aiguë de mortalité et cette réserve s’impose à l’évidence lorsqu’une tombe double ou triple est mise au jour lors d’une fouille. Nous devons cependant nous interroger sur les raisons qui ont poussé à inhumer ces cadavres en même temps et dans la même structure6.

16On retiendra donc qu’en l’absence de données textuelles ou épigraphiques, la démonstration archéologique d’une crise brutale de mortalité n’est généralement possible que pour les inhumations à l’intérieur de structures qui rassemblent dans un espace restreint les restes d’un grand nombre de sujets. Si nous savons parfois (et même de plus en plus souvent) préciser la chronologie relative des dépôts dans les sépultures secondaires, qu’il s’agisse de crémations ou d’inhumations, nous sommes incapables d’en discuter la signification en ce qui concerne le moment où les décès sont survenus. Et pour ce qui est des cimetières et nécropoles, nous avons beaucoup de difficultés à situer dans le temps des tombes, même voisines ou alignées en rangées, si elles sont dissociées : les informations que donnent les éventuels recoupements de fosses et le mobilier associé sont trop imprécises pour garantir la discrimination qui serait en l’occurrence nécessaire (de l’ordre de quelques jours à quelques semaines). Nous devons donc nous rendre à l’évidence : si l’archéologie de la Mort a réalisé d’énormes progrès dans l’étude de ces ensembles funéraires très particuliers, il n’en demeure pas moins que nos méthodes sont encore très insuffisantes pour que nous puissions espérer reconnaître tous les dépôts qui ont pu être constitués à la suite de crises aiguës de mortalité.

  • 7 Le cimetière des Fédons (Bizot et al.) nous en donne un exemple des plus démonstratifs : les archiv (...)
  • 8 Ainsi, les archives militaires indiquent que la fosse de Saint-Rémi-la-Calonne dans laquelle l’armé (...)

17Or il est avéré que la constitution de charniers ne représente que l’une des modalités – la plus spectaculaire, mais certainement pas la seule – de la gestion des cadavres dans de tels contextes7. Elle résulte d’inhumations pratiquées dans l’urgence, peut-être lorsque la succession rapide des décès dépassait les possibilités qu’avaient les fossoyeurs de traiter individuellement chaque cadavre. Il n’en demeure pas moins qu’elles témoignent d’un véritable traitement funéraire8 et qu’en ce sens, elles sont porteuses d’informations culturelles fondamentales. De ce fait, la comparaison avec la gestion des corps “en temps normal” (en dehors des épisodes de crise) s’impose aujourd’hui comme un axe prioritaire de la recherche en archéologie funéraire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adam, F., F. Boura et H. Duday (1993) : “La fouille de Saint-Rémi-la-Calonne : une opération d’archéologie funéraire expérimentale, ou l’anthropologie de terrain en quête de ses références”, Les Nouvelles de l’Archéologie, 48/49, 59-61.

Bizot, B., D. Castex, P. Reynaud et M. Signoli, dir. (2005) : La saison d’une peste (Avril-Septembre 1590), Le cimetière des Fédons à Lambesc, Paris.

Boulestin, B. et H. Duday (2005) : “Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire”, in : Mordant & Depierre 2005, 17-35.

Chambon, Ph. (2003) : Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France. Du cadavre aux restes ultimes, XXXVe supplément à Gallia Préhistoire, Paris.

Duday, H. (2005a) : Lezioni di Archeotanatologia. Archeologia funeraria e antropologia di campo,Rome.

— (2005b) : “L’archéothanatologie ou l’archéologie de la Mort”, in : Dutour et al. 2005, 153-215.

— (2006) : “Archaeoethnoanatology or the Archaeology of Death”, in : Gowland & Knüsel 2006, 30-56 (version anglaise de l’article précédent).

Dutour, O., J.-J. Hublin et B. Vandermeersch, dir. (2005) : Objets et méthodes en Paléoanthropologie, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, Paris.

Gowland, R. et C. Knüsel, dir. (2006) : Social Archaeology of Funerary Remains, Oxford.

Leclerc, J. et J. Tarrête (1988) : “Sépulture” in : Leroi-Gourhan 1988, 963-964.

Leroi-Gourhan, A., dir. (1988) : Dictionnaire de la Préhistoire, Paris.

Mordant, C. et G. Depierre, dir. (2005) : Les pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France, Actes de la table ronde de Sens-en-Bourgogne, Yonne.

Moreau, N., H. Duday, D. Castex et P. Reynaud (2005) : “Le cimetière de peste des Fédons : des données anthropologiques aux interprétations, Les gestes funéraires, Description de sépultures représentatives”, in : Bizot et al. 2005, 37-44.

Testart, A. (2004) : Les morts d’accompagnement. La servitude volontaire, I, Paris.

Notes

1 On trouvera de plus amples développements sur cette question dans Boulestin & Duday, 2005.

2 Bizot et al. 2005 ; Moreau et al. 2005.

3 Dans de tels cas, les anomalies détectées dans la distribution par classes d’âge relèvent bien d’une mortalité “non naturelle” (par rapport à la mortalité en dehors des périodes de crise) et non pas d’un “recrutement” biaisé pour des raisons d’ordre culturel.

4 À l’exception d’éventuels remaniements ultérieurs (interventions anthropiques, animaux fouisseurs, ruissellements, éboulement des structures…).

5 Duday 2005a, 2005b et 2006.

6 Sur cette question, on se réfèrera avec profit au remarquable ouvrage d’A. Testart qui traite des “morts d’accompagnement”.

7 Le cimetière des Fédons (Bizot et al.) nous en donne un exemple des plus démonstratifs : les archives indiquent qu’il est effectivement lié à une épidémie de peste, la Paléobiochimie moléculaire a mis en évidence l’ADN de Yersinia pestis et cependant, la plupart des défunts ont été déposés dans des fosses individuelles.

8 Ainsi, les archives militaires indiquent que la fosse de Saint-Rémi-la-Calonne dans laquelle l’armée allemande a inhumé les corps de vingt-et-un soldats et officiers français (parmi lesquels celui de l’écrivain Alain-Fournier) tués au front le 22 septembre 1914, constitue à n’en pas douter une véritable sépulture (Adam et al. 1993).

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540