Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

A) Grèce continentale et Cyclades

Penser l'autochtonie athénienne à l'époque impériale

Estelle Oudot

Texte intégral

  • 1 Lysias, Épit., 17. Toutes nos traductions sont empruntées à la collection des Universités de France (...)
  • 2 Lucien, Philops., 3.

“C'est sur le droit que se fonde l'origine de nos ancêtres, affirme Lysias au nom des Athéniens. La plupart des nations, assemblage de peuples divers, occupent un sol étranger, dont elles ont chassé les habitants ; les Athéniens, au contraire, sont autochtones, et la même terre est à la fois leur mère et leur patrie”1. “Le moyen de ne pas rire, s’exclame le Tychiadès de Lucien, au iie s. de notre ère, en voyant des villes et des peuples entiers se livrer à des mensonges publics ? Les Crétois ne rougissent pas de montrer la sépulture de Zeus ; les Athéniens font sortir Érichthonios du sein de la terre et pousser les premiers hommes du sol de l'Attique, absolument comme les légumes...”2.

  • 3 A propos des cités rivales qui se forgèrent, en réaction contre Athènes, leurs propres ancêtres aut (...)

1Telle serait donc, à une époque marquée par la domination politique de Rome, la destinée du thème qui, par excellence, cristallise l'identité athénienne et qui, à partir du ive s., fonde sa singularité face aux autres cités grecques3 ? Est-ce uniquement en ces termes qu'est évoquée l'autochtonie athénienne dans les textes grecs d'époque impériale ? Fait-on, à cette époque, un sort particulier à la question des origines d'Athènes, comparable à celui que l'on fait aux débuts de l'Urbs ?

  • 4 L'expression est de Loraux 1996, 27-47.
  • 5 Voir le point de vue de Rosivach 1987, 294-301 ; Parker 1987.
  • 6 Hom., Il., 2.546-551 ; voir également Pind., Pyth., 7.10. Selon Rosivach 1987, 295, la transformati (...)
  • 7 Loraux 1990, 36 : Autochtonie sans médiation, accordée collectivement à tous les Athéniens ou autoc (...)

2Pour donner une plus juste mesure de ce décalage, il nous semble nécessaire de rappeler brièvement, dans un premier temps, “les bénéfices de l'autochtonie”4 pour l'idéologie de l'Athènes classique. Avant tout, ce thème traduit, pour les Athéniens, la conviction d'avoir toujours vécu en Attique et il s'exprime sous forme d'un mythe qui peu à peu s'impose5 : le peuple athénien se serait représenté comme “autochtone” au sens littéral car le chant 2 de l’Iliade le désigne comme “peuple d'Érechthée” et dit qu'Érechthée est “né de la terre”6. Pour dire cette origine, on trouve, selon N. Loraux7, deux types d'énoncés :

  • 8 Analyse du mythe : Loraux 1990, 57-65 ; 1996, 51-53.
  • 9 Sur Érechthée/Érichthonios, voir par exemple Parker 1987, 200-206.
  • 10 Sur la naissance d'Érichthonios, Bérard 1974, 29-38 ; Metzger 1976 ; Loraux 1990, 133-135 ; Lacore (...)
  • 11 Loraux, 1996, 11-20 et 51-52.

3— L'autochtonie est donnée aux Athéniens par héritage. Elle se raconte par le discours mythique8 et l'iconographie du ve s. : Érichthonios naît sur l'Acropole9, passant des bras de Gè à ceux d'Athéna, sous le regard d'Héphaistos et de Cécrops10, il devient fondateur de souche, héros politique et civilisateur. Il fait entrer la cité dans le temps humain de l'histoire mythique11.

  • 12 Briquel 1993, 85-97.
  • 13 Loraux 1996, 55-59.

4— L'autochtonie est accordée sans médiation. Tous les andres athènaioi seraient d'emblée autochtones : tel est le second énoncé, relayé principalement par l'oraison funèbre12, qui ignore le mythe et pose, sur un mode impératif, l'équivalence de la citoyenneté et de la naissance13.

  • 14 Briquel 1993,77-78.

5De la prétention des Athéniens à l'autochtonie, synonyme d'εὐγένεια14, l'idéologie de la cité tire plusieurs profits :

  • 15 Loraux 1990. 137-143.
  • 16 Platon, Ménex., 237c.
  • 17 Cf. Eur., Méd., 825-826 : “Fils des dieux bienheureux, issus d'un terroir sacré qui n'a pas connu l (...)

6— Par un mythe, qui fait d'Érichthonios, ancêtre des Athéniens, un être né du désir d'Héphaistos pour Athéna qui féconde la terre15, Athènes est une cité “aimée des dieux”16 et dès l'origine le peuple athénien a un rapport étroit au divin (Poséidon et Athéna)17.

  • 18 Loraux 1996, 33-34 et 47 : “A célébrer l'aiôn athénien et la transmission du même depuis l'origine (...)

7— Ce lien particulier qui unit le peuple athénien à sa terre infléchit, par ailleurs, le rapport de la cité au temps. D'une part, en effet, l'origine du peuple athénien ne peut, par principe, être datée. Ce qui, comme conséquence immédiate, fait des Athéniens le peuple qui a entamé le processus de civilisation le premier. D'autre part, l'idéologie de l'autochtonie affecte également la façon dont Athènes pense le temps futur. Chaque génération de citoyens, issue d'une génération proclamée autochtone, est autochtone à son tour. L'autochtonie permet à Athènes de se dire éternelle, d'échapper aux lois du temps18.

  • 19 Isoc., Panég., 24 : “Si belle et si pure est notre naissance que la terre même dont nous sommes sor (...)
  • 20 Cf. fragment de l'Érechthée d'Euripide conservé par Lycurgue, C. Léocr., 100.
  • 21 Ar., Guêpes, 1076-1077 : “Nous sommes (...) les seuls vrais Athéniens de pure souche autochtone, un (...)

8— Enfin, en se disant “peuple né de la terre”, les Athéniens se donnent les mêmes devoirs envers leur patrie qu'envers une mère et une τροφός19 : ils doivent, plus que d'autres, faire respecter l'intégrité de leur territoire, le défendre contre la menace d'un envahisseur, s'exhorter mutuellement à se montrer patriotes20. D’où leur réputation de courage au combat, que célèbre la parabase des Guêpes21.

  • 22 Loraux 1996, 49-50 : “La notion même d'une histoire de la formation de la cité est étrangère aux ep (...)
  • 23 Dém., Épit., 4 :... ὥστε δικαίως ἄν τις ὑπολάβοι τοὺς μὲν ἐπήλυδας ἐλθόντας εἰς τὰς πόλεις καὶ τούτ (...)
  • 24 Loraux 1996, 50 et note 65.

9Cette naissance est à l'origine d'une définition du citoyen selon laquelle, au moment où ils surgissent du sol attique, les hommes sont d'emblée citoyens22 et ce type de citoyenneté est le seul légitime, comme l'explique clairement l'Oraison funèbre de Démosthène : “On est fondé à croire que, si les autres hommes qui sont venus en immigrants dans les cités et qui en sont les citoyens en titre, sont assimilables aux enfants adoptifs, eux sont dans leur patrie des citoyens de naissance légitime”23. Les citoyens des autres cités sont, sur leur propre terre, des métèques24.

  • 25 Platon, Rép., 414c.
  • 26 Platon, Ménex., 239a.
  • 27 Cf. Connor 1994, 35-38.

10Cette métaphore de la parenté, selon laquelle tous les citoyens athéniens sont fils de la terre attique, par voie de conséquence, fait d'eux des frères25. Et de cette égalité d'origine découle l'égalité politique. Aucun texte n’est sur ce point plus clair que le Ménéxène : “L'égalité d'origine, établie par la nature, nous oblige à rechercher l'égalité politique établie par la loi” (ἡ ἰσογονία ἡμᾶς ἡ κατὰ. φύσιν ἰσονομίαν ἀναγκάζει ζητεῖν κατὰ νόμον)26. Ainsi, en supposant pour tous les Athéniens la même εὐγένεια, l'autochtonie concilie la démocratie (fondée sur le principe d'égalité) et l'origine aristocratique d'un peuple qui revendique sa supériorité sur les autres27.

11Les conséquences prennent un tour polémique :

  • 28 Loraux 1996, 38-39 : Dém., Épit., 4, Eur., Érech (= Lyc., C. Léncr., 100) et surtout Platon, Ménex. (...)
  • 29 Voir par ex. Isoc., Panég., 24 ; Panath., 124 ; Platon, Ménex., 238b-e ; Hyp., Épit., 4-5 ; Lyc., C (...)
  • 30 Isoc., Panég., 25 et 63.

12— Tout d'abord, puisque, pour emprunter la formule de N. Loraux28, “il n'est de citoyens que d'Athènes”, et “que les autres cités ne sont qu'un assemblage de gens venus d'ailleurs installés en métèques sur un sol qui, par définition, leur est étranger”, Athènes est supérieure aux autres29, ce qui, pour un Isocrate par exemple, suffit à justifier son droit à l'hégémonie30.

13— Une seconde conséquence concerne la vie intérieure de la cité : tout citoyen, quelle que soit sa condition sociale, est supérieur à toute personne qui ne l'est pas. La citoyenneté athénienne s'affirme aussi par l'exclusion.

14Un thème aussi fortement constitutif de l'identité des Athéniens, aussi récurrent dans des textes relevant des genres littéraires les plus divers, peut-il n'avoir d'autre survie que celle d’être tourné en dérision, comme le suggère le propos du personnage de Lucien ? Deux raisons, au moins, invitent à poser cette question :

  • 31 Cf. Briquet 1993, 87-98.

15— La première est d'ordre historique : l'Athènes du ier et du iie s. p.C. est, certes, devenue une ville de province intégrée dans l'Empire romain, mais, sous l’impulsion d'Hadrien, elle connaît une véritable renaissance architecturale, elle devient le centre du Panhellénion en 131-132 ; en la dotant de chaires de philosophie et de rhétorique, les empereurs la désignent officiellement comme centre culturel de l'Empire. Face à Rome, Athènes reprend de l'importance. Et si, dès l'époque de Denys d'Halicarnasse et de Tite-Live, on dispute des origines de Rome, il n'y aurait rien de surprenant à ce que l'on évoque celles d’Athènes, d'autant plus que l'autochtonie est un type d'origine revendiqué par de nombreux peuples31.

16— La seconde raison est d'ordre littéraire. Il se trouve que les textes classiques centrés sur Athènes, son éclat et ses origines, appartiennent précisément aux genres littéraires (histoire, théâtre, rhétorique) qui informent le plus nettement la pensée et l'écriture des auteurs grecs de l’époque impériale.

  • 32 L'œuvre de Lucien semble prouver que l'association Athénien – autochtonie est un topos (Lucien, Ana (...)

17Ainsi, la présence du motif de l'autochtonie des Athéniens serait légitime dans la rhétorique de la Seconde Sophistique32, qui puise une large part de ses exempla dans le passé légendaire ou historique des cités grecques, tout comme elle serait fondée dans l'œuvre de Plutarque, auteur parmi les plus nourris de la culture classique.

  • 33 Voir cependant l'accueil des Héraclides évoqué en Dion 73.2.
  • 34 Dion de Pruse 64.12 : Aὕτη καὶ τò τῶν ὑμετέρων προγόνων ἀρχαῖον γένος, τῶν αὐτοχθόνων καὶ πρώτων Ἀθ (...)
  • 35 Cf. Dion 15 ; 31.84 et 117.

18Or, paradoxalement, ce motif n'apparaît pas chez les auteurs que nous venons d'évoquer. Si Dion de Pruse ou Maxime de Tyr illustrent leur propos moral par des événements qui engagent l'Athènes de Solon, des Guerres Médiques, l'Athènes de Périclès ou du procès de Socrate, en revanche ils ignorent le plus souvent les temps mythiques de la cité33. Certes, Dion mentionne une fois l'origine des Athéniens, mais son texte est frappé de dérision : la Fortune est puissante qui se joue de la richesse et de la sécurité des peuples et en particulier “du peuple antique de vos ancêtres, ces premiers Athéniens autochtones qui se vantaient d'avoir la terre pour mère, Déméter pour nourrice, Athéna pour éponyme et comme alliée”34. Ce silence est d'autant plus surprenant que, par ailleurs, Dion se montre attentif aux questions de filiation et d'héritage35.

  • 36 Plut., Thés., 2.2 ; Rom., 33.2-3. Comparer également avec le traité Sur la Fortune des Romains, 321 (...)
  • 37 Plut., Thés., 2.2 : Casevitz 1985, 202-203.
  • 38 Plut, Thés., 1.2-3.
  • 39 Plut, Thés., 3.1.

19Quant à Plutarque, s'il décrit les débuts de Rome et la constitution du peuple romain dans la Vie de Romulus, en revanche Athènes, pour lui, commence avec Thésée, à qui il refuse le titre de “fondateur de ville” pour celui de “rassembleur de bourgs” qui existaient avant son accession au pouvoir36. Toutefois, Plutarque refuse de remonter dans un temps, dont il reconnaît, par la mention de ces bourgs que Thésée réunit par un synœcisme37, qu'il est un temps humain. Remonter plus avant (τὰ ἀνωτέρω) serait, dit-il dans la Préface, s'aventurer “au-delà du terrain solide de l'histoire qui s'appuie sur les faits, dans les pays des prodiges et des légendes tragiques, habité par les poètes et les mythologues, où l'on ne trouve plus aucune preuve, plus aucune certitude”38. Ainsi, loin de s'intéresser aux origines d'Athènes, Plutarque refuse de lui donner une ἀρχή, tout comme il n'exploite pas l'ascendance paternelle de Thésée (“Érechthée et les premiers autochtones”), pour s'intéresser, au contraire, à la branche de Pélops, qui fournit les ancêtres du côté maternel39.

20En revanche, des textes moins attendus comportent des mentions, en relief ou en creux, du thème de l'autochtonie athénienne : la Périégèse de Pausanias et, auparavant, l'œuvre de Strabon, c'est-à-dire l'œuvre d'auteurs qui, certes, portent de l'intérêt à l'histoire de la Grèce, mais dont un des buts affichés est de rendre compte de la réalité contemporaine.

  • 40 Bowie 1996, 211 ; Alcock 1996, 242-246.
  • 41 Paus. 1.2.6. Chamoux 1996, 55-59. Sur Cécrops, cf. Kearns 1989, 113.
  • 42 Paus. 1.5.3 (cf. Musti-Beschi, 1997, 279).
  • 43 Paus. 1.5.2. Voir également 10.10.1 où il est question de l'Érechthée, statue de Myron.
  • 44 Cf., entre autres, à propos du coffre où se trouve Érichthonios et de la curiosité d'Aglaure : Paus (...)
  • 45 Paus. 1.14. 2 : Ἑλλλήνων οἱ μάλιστα ἀμφισβητοῦντες Ἀθηναίοις ἐς ἀρχαιότητα καὶ δῶρα, ἃ παρὰ θεῶν φα (...)
  • 46 Voir toutefois Musti-Beschi 1997, 308.
  • 47 Cf. notamment Paus. 1.17.1 ; 1.24.3.

21Si l'on prend en compte la qualité d'antiquaire de Pausanias, attentif à la matière religieuse et particulièrement intéressé par les temps les plus anciens de la Grèce40, la convergence de ces deux lignes d'intérêt pourrait susciter des considérations sur le mythe des origines des Athéniens. Les acteurs de l'autochtonie athénienne apparaissent dans la Périégèse, mais, d'une certaine manière, le mythe ne se joue plus. Ainsi, Cécrops est nommé, mais il est présenté comme le roi qui succède à Actaios, dans la généalogie des souverains de l'Attique que Pausanias expose au début du livre I41 ; ailleurs, le Périégète s'interroge sur les deux Cécrops42. Érechthée, quant à lui, apparaît à la faveur de l'énumération des héros éponymes des tribus43. En outre, s'il arrive que Pausanias fasse référence à la légende, le récit est fragmenté et disséminé dans son œuvre. De plus, ce sont exclusivement les épisodes postérieurs à la naissance proprement dite d'Érichthonios que le récit évoque44 et l'auteur n'établit jamais le moindre lien avec l'origine du peuple athénien dans son ensemble. Enfin, lorsque le Périégète fait une allusion aux débuts d'Athènes, c'est en rapportant une rivalité qui l'oppose à un autre peuple, rivalité qui connaît, en outre, un parallèle dans le monde barbare : “En Grèce ce sont les Argiens qui le disputent le plus aux Athéniens pour l'antiquité (ἐς ἀρχαιότητα) et les présents qu'ils prétendent tenir des dieux, de même que, chez les Barbares, ce sont les Égyptiens qui le disputent aux Phrygiens.”45 Ainsi, Pausanias n'évoque l'antériorité temporelle des Athéniens que pour souligner qu'elle peut être contestée. Et surtout, s'il peut être question d'une plus grande ancienneté des Athéniens, il ne s'agit nullement d'une préséance absolue : nous sommes clairement dans le cadre d'une comparaison. La suite du passage montre qu'il ne tranche pas46. Son propos s'oriente vers la réputation de piété des Athéniens, thème récurrent dans son œuvre47 et emprunté à l’idéologie classique d'Athènes, sans qu'il s'articule au motif de l'Attique, “terre aimée des dieux”...

  • 48 Cf. Str 1.1.16 ; 1.1.23.
  • 49 Cf. Str. 2.5.18.
  • 50 Cf. Str. 1.1.16 et 2.5.26.
  • 51 Sabins : Str. 5.3.1 ; populations barbares de Sicile : Str. 6.2.4 ; Parnassiens (affirmation attrib (...)
  • 52 Cf. Briquel 1993, 94-97.

22Plusieurs indices suggèrent que Strabon pouvait, a priori, s'intéresser à l’origine des Athéniens. Tout d’abord, la Grèce – et par voie de conséquence les peuples qui la constituent – fait partie des pays auxquels le géographe entend prêter une attention particulière. En effet, une longue et minutieuse préface présente son entreprise comme un travail d’information destiné aux dirigeants de l’Empire48 : Strabon s'intéressera aux peuples qui présentent un intérêt pratique pour Rome49 et la Grèce, qui s'inscrit dans la sphère politique et administrative des provinces romaines d'Orient, se trouve dans son champ immédiat d'investigation50. Par ailleurs, le terme d'"autochtone/autochtonie” apparaît à plusieurs reprises dans la Géographie. Strabon prête en effet à un certain nombre de peuples une origine “autochtone”. C'est le cas notamment des Sabins, de certaines populations barbares de Sicile, des Parnassiens, des Étéo-Crétois et des Cydoniens51. Or, manifestement, ce terme est, dans ces occurrences, synonyme d'ἀρχαιότης, de “grande ancienneté”52, comme le suggère la façon dont Strabon glose l'origine “autochtone” du peuple sabin : “Cette haute antiquité expliquerait en quelque mesure leur bravoure et toutes les qualités qui leur ont permis de se maintenir jusque dans le temps présent”.

23Dans ce contexte, on attend que, appliqué aux Athéniens, le terme d'autochtone soit employé, explicité, réactivé en tout cas. De fait, il en est question à plusieurs reprises dans la Géographie de Strabon. En dehors du livre IX consacré en partie à l'Attique, l'origine des Athéniens est évoquée dans deux textes distincts. Le début du livre VIII mentionne la multiplicité des groupes ethniques sur le territoire de la Grèce, “de nos jours”, précise Strabon. Au départ, il y avait quatre groupes ethniques seulement, qui correspondent, explique l'auteur, “aux dialectes grecs que nous distinguons traditionnellement”. Parmi ceux-ci, les Doriens : “Ils étaient peu nombreux et habitaient une région très montagneuse, leur isolement explique sans doute que leur langue et leurs mœurs aient évolué différemment et qu’ils se distinguent maintenant du groupe auquel ils appartenaient". Le cas des Athéniens est évoqué immédiatement à la suite de celui des Doriens :

  • 53 Str. 8.1.2.

24“Les Athéniens, poursuit Strabon, ont bénéficié d'une situation analogue : le pays aride et rocailleux qu'ils habitent les a protégés de toute dévastation et ils passent, selon Thucydide, pour autochtones (καὶ αὐτόχθονας νομισθῆναί φησιν ὁ Θουκυδίδης) parce qu’ils n'ont cessé d'occuper le même territoire, sans qu’aucun ennemi n’ait cherché à les en chasser, ni désiré s'installer à leur place ; sans doute cette circonstance leur a-t-elle permis de sauvegarder, malgré leur petit nombre, leur originalité linguistique et ethnique” (τοῦτο τοίνυν αὐτò καὶ τοῦ ἑτερογλώττου καὶ τοῦ ἑτεροεθνοῦς αἴτιον, ὡς εἰκός, ὑπῆρξε, καίπερ ὀλίγοις οὖσιν)53.

25L'autochtonie athénienne est minimisée, à deux titres au moins. Tout d'abord, c'est dans le cadre d'un parallèle que Strabon en fait mention, ce qui va à l'encontre de la stratégie des textes classiques, qui arguent de l’origine des Athéniens pour justifier la singularité de ce peuple et établir sa supériorité. Par ailleurs, l'autochotonie n’est ici qu'une simple circonstance qui permet d'expliquer la sauvegarde d'une langue et d'un mode de vie. Enfin, quand Strabon affirme reprendre un point de vue de Thucydide, il se l'approprie au prix d'un gauchissement du raisonnement qui aboutit à une conclusion opposée à celle que l'historien établit dans l'Archéologie.

  • 54 Thc. 1.2.3-6.
  • 55 Thc. 1.2.6.

26Selon Thucydide54, l'aridité de l'Attique, qui contraste avec la qualité de la terre (ἀρετὴ γῆς) de Béotie ou de Thessalie, s'est révélée, paradoxalement, un avantage. En effet, elle a eu pour conséquence une absence de rivalités internes (στάσεις), décrites comme une “cause de ruines” (ἐξ ὧν ἐφθείροντο), qui a permis une habitation constante par le même peuple (ἄνθρωποι ᾤκουν οἱ αὐτοὶ ἀεί). C'est cette absence d'émigration qui explique, aux yeux de l'historien, le développement d'Athènes, présentée comme l'inverse des autres peuples grecs, qui connaissent στάσις et πόλεμος : “Quand on était chassé d'un autre pays grec par une guerre ou par une rivalité interne, les gens les mieux pourvus venaient à Athènes pour y chercher un refuge stable ; ils devenaient citoyens, et grossirent encore, dès l'époque ancienne, la population de la ville”55.

  • 56 Loraux 1996, 31-32 et 94-97.
  • 57 Thc. 1.2.6. Le paragraphe que nous avons cité s'achève ainsi : “tant et si bien que plus tard, l'At (...)
  • 58 Voir, contra, Str. 9.1.7 : εὐανδρούσης δὲ τῆς Ἀττικῆς διὰ τοὺς φυγάδας...

27Strabon prend le même point de départ en présentant l'Attique comme un “pays aride et rocailleux”. Mais il ne suit pas le raisonnement de Thucydide jusqu’à son terme. La situation de l'Attique n'a pas suscité de convoitises : Strabon ne traduit pas cet état de fait en termes de stabilité, qui dans un monde où l'instabilité et les mouvements de populations sont la norme56, est synonyme de refuge. Il en déduit au contraire que le peuple athénien, peu nombreux, a pu rester clos et préserver ses particularités. Ainsi, en partant bien du même point de départ que Thucydide, mais en évitant de lire le texte de l’historien dans son ensemble, Strabon aboutit à une conclusion inverse à celle de l’auteur sur lequel il prétend se fonder. A une Athènes prospère, dont la population est assez importante pour fonder des colonies au-delà de son territoire57, s'oppose, avec Strabon, le modèle d’une Athènes fermée, qui se protège58.

  • 59 Strabon : “Ils passent, selon Thucydide, pour autochtones...” (καὶ αὐτόχθονας νομισθῆναί φησιν ὁ Θο (...)

28Enfin, Strabon ne se contente pas de fausser le texte de Thucydide, il introduit dans la référence à l'historien la notion d'autochtonie qui n'y figure pas59. Tout se passe comme si Strabon utilisait l'autorité de l'historien pour décrire ce qui serait sa propre conception de l'autochtonie des Athéniens : une occupation ininterrompue du sol attique, qu'on ne peut pourtant pas dire originelle.

  • 60 Str. 7.7.1.
  • 61 Cf. pourtant Str. 8.7.1.

29Toutefois, un autre texte réduit encore cette définition, déjà en retrait par rapport à la définition que revendiquent les textes d'époque classique. “Hécatée de Milet, écrit en effet Strabon au début du livre VII, dit au sujet du Péloponnèse qu'il fut habité par des barbares avant de l'être par des Grecs. On pourrait presque dire, poursuit le géographe, que toute la Grèce a eu anciennement un peuplement barbare, si on raisonne simplement à partir des faits attestés par la tradition.” Suit alors l'exemple de quelques peuples : “Dans le pays qui doit à Pélops le nom de Péloponnèse, celui-ci a amené des peuples de Phrygie et Danaos des peuples d'Égypte. Dryopes, Caucones, Pélasges, Lélèges et d'autres encore se sont partagé les territoires en deçà et au-delà de l'Isthme. Ainsi l'Attique a été occupée par les Thraces conduits par Eumolpos...”60 Il est clair qu'en présentant la guerre entre les Athéniens et Eumolpos comme une occupation de l'Attique par les Thraces61, Strabon fait davantage que priver Athènes de la gloire d'un épisode légendaire : il conteste la chronologie de l'idéologie officielle de l'âge classique, qui place l'existence des Athéniens sur leur territoire avant toute attaque menée par des peuples extérieurs et, ce faisant, il dénie aux Athéniens le fait d'avoir occupé l'Attique sans discontinuité.

  • 62 Isoc., Panég., 68-69.
  • 63 Dém., Épit., 8.

30En effet, les éloges d’Athènes de l'époque classique placent l'épisode de la guerre contre Eumolpos parmi la geste des Athéniens, associé à la guerre contre les Amazones ; il est donc nécessairement postérieur à l'apparition des Athéniens. De plus, écrit Isocrate dans son Panégyrique, “s'étant heurtés à nos seuls ancêtres, (les Thraces) furent autant écrasés que s'ils avaient fait la guerre à tout le genre humain”62. L'Oraison funèbre de Démosthène va plus loin encore : “Quant aux troupes d'Eumolpos et de ses nombreux alliés, ils les expulsèrent non seulement de leur propre territoire, mais aussi de celui de tous les autres Grecs...”63 La rhétorique d'époque classique exclut tout épisode d'une occupation de l'Attique qui aurait corrompu la pureté du peuple athénien.

  • 64 Str. 9.1.18).
  • 65 Loraux 1996, 71-74.
  • 66 Sur Cécrops ἥρως ἀρχηγέτης, Kearns 1989, 113.
  • 67 Str. 9.1.20.

31Qu'en est-il de l'origine des Athéniens dans le livre IX, que Strabon consacre en partie à l’Attique ? Paradoxalement, à la différence d'autres cités, Strabon se préoccupe des débuts de la ville de pierre plutôt que des premiers temps de son peuplement, point qu'il aborde par une prétérition : “Un beaucoup plus long développement serait nécessaire si l'on voulait passer en revue les plus anciens fondateurs de l'agglomération, en commençant par Cécrops” (πολὺ δ’ἂν πλείων εἴη λόγος, εἰ τοὺς ἀρχηγέτας τοῦ κτίσματος ἐξετάζοι τις)64. Ainsi Cécrops est, aux yeux de Strabon, seulement associé à la formation de la cité ; rien n'est rappelé de sa naissance hors du sol, de sa double nature (mi-serpent, mi-homme) si largement attestée, de son importance dans le surgissement progressif des ancêtres des Athéniens65. Tout un pan de la mythologie est passé sous silence. Cécrops n'est pas une figure d'ancêtre, précédant Érechthée. Il est le roi d'une population non organisée certes, mais déjà existante66, auteur d'un proto-synœcisme : “D'après Philochore, écrit le géographe, alors que le pays était dévasté par des incursions de Cariens venus de la mer et par d'autres de Béotiens, connus sous le nom d'Aones, venus de la terre ferme, Cécrops le premier rassembla la population en douze cités...”67 La présentation de Cécrops relève d'une vision politique et non mythologique ; le schéma de l'autochtonie est remplacé par le schéma qui décrit la fondation des cités.

32Le refus de restituer aux Athéniens la singularité de leur origine, dans le livre même qui traite de leur pays, fait partie, nous semble-t-il, d'une stratégie plus générale selon laquelle rien ne privilégie l'Attique au sein de la Grèce. Tout d'abord, parmi les péninsules successives qui constituent la Grèce de Strabon, c'est le Péloponnèse qui pourrait être désigné comme “Acropole de la Grèce”, c'est-à-dire le cœur de la Grèce, par sa situation géographique, par la qualité des peuples qui l'habitent (Strabon en désigne certains comme autochtones) ; ensuite, dans la présentation générale de la Grèce, l'Attique est englobée dans la masse de territoire qui est “au-delà de l'Isthme et qui s'étend jusqu'aux Thermopyles, puis à l'embouchure du Pénée”. Elle n'est ni nommée ni particularisée d'une quelconque façon. Enfin, loin de faire un sort particulier à la χώρα d'Athènes, Strabon, en convoquant la géométrie, la toponymie, le témoignage de la pierre, s'emploie longuement à prouver que l'Attique est unie à la Mégaride. Ainsi, le géographe va à contre-courant de la tradition littéraire qui fait de l'Attique une terre d'exception et du peuple athénien un peuple singulier par ses origines.

  • 68 Str. 53.2-4.

33Il est tentant d'expliquer la discrétion des deux auteurs sur les origines glorieuses d'Athènes par la place qu’ils accordent à Rome et, par conséquence, par l'importance du discours sur ses origines. Cette hypothèse peut rendre compte de l'attitude de Strabon, pour qui la réussite de Rome est d'autant plus remarquable qu'elle est l'aboutissement d'un long processus de formation et de conquête68

  • 69 Cf. Briquel 1993, 89-90 ; Bowie 1996, 216-220.
  • 70 Paus. 1.14.6. Musti-Beschi 1997, 313.
  • 71 Elsner 1992 ; Alcock 1996, 247-258.
  • 72 L'expression reprend celle de Alcock 1996, 250.

34Quant à Pausanias, s'il est vrai que le terme d'autochtonie n'a plus chez lui son sens originel69, il nous semble que le traitement de l'origine des Athéniens peut s'expliquer d'une autre manière. D'une part, en effet, la légende est connue. Le Périégète, indirectement, nous donne une clé. En 1.27.4, il prend à témoin “ceux des Athéniens qui sont au courant des traditions anciennes” (καίτοι λέληθέ γε οὐδὲ Ἀθηναίων ὅσοι τὰ ἀρχαῖα ἴσασιν). Il suppose probablement du lecteur qu'il connaît le mythe d'Érichthonios, ce que corrobore une remarque qu'il glisse dans sa description de l'Héphaistéion : “Le fait qu'il y ait auprès de ce dieu une statue d'Athéna ne m'a nullement étonné, puisque je connaissais la légende d'Érichthonios”70. On peut, en outre, hasarder une autre hypothèse : pour Pausanias, les Grecs représentent une continuité de culture depuis leurs origines (Deucalion) jusqu'à l'époque contemporaine. Son œuvre viserait à renouveler l'affirmation d'une identité grecque qui se trouve confrontée à une menace de conquête et de soumission71. Or l'autochtonie des Athéniens, qui souligne la singularité de la cité et affirme sa primauté sur les autre, rompt, dans une certaine mesure, l'homogénéité que Pausanias prête au passé de la Grèce. Par définition, elle n'appartient pas à la “mémoire panhellénique”72

  • 73 Paus. 2.5.5 ; 2.25.6 ; 9.26.6.

35Mais, paradoxalement, en même temps que l'auteur occulte l'origine autochtone des Athéniens, il s'applique à présenter leur cité comme un noyau très ancien, créant par là-même une parenté qui soude l'unité grecque : ainsi, la Mégaride, précise-t-il en 1.39.4, appartenait aux Athéniens, et, au fil de la Périégèse, on découvre que plusieurs cités (parmi lesquelles Sicyone, Thespies)73 ont été fondées par un descendant d'Érechthée.

  • 74 Le texte que nous suivons est celui que propose Behr 1973. Aristide, Panath. 3 : καὶ συμβαίνει διπλ (...)
  • 75 Cf. Pernot 1993, 668 et note 45.

36Ainsi tout porterait à penser que l'autochtonie est effacée du passé mythique d'Athènes, que les Athéniens sont dépossédés du discours qui assortit leur origine traditionnelle, et des qualités spécifiques qui en étaient la conséquence. Tout porterait à le penser, s’il n'y avait le Panathénaïque d'Aelius Aristide, pur éloge d'Athènes que le rhéteur prononce dans la cité, probablement lors des grandes Panathénées de 155. Dès l’exorde, Aristide affirme nettement ses ambitions : non seulement, il entend surpasser individuellement chaque auteur d'un éloge d'Athènes, mais il a pour dessein de composer une œuvre totale74, qui reprenne tous les topoï chargés de présenter les qualités morales des Athéniens75. Seul un tel ouvrage peut prétendre être à la mesure d'une cité comme Athènes (4 et 5).

  • 76 Il y consacre un développement à part entière : 24-30.
  • 77 Aristide, Panath. 26 : καὶ ξένοι καὶ πολῖται μόνῃ τῇ γῇ ταύτῃ πρέπουσι διῃρῆσθαι.

37A ce titre, il n'est pas étonnant qu’Aristide reprenne le thème de l'autochtonie76 : les Athéniens sont des hommes nés du sol ; leur pays, élu parmi toute la terre habitée, est, en conséquence, doté d'un caractère sacré (χῶρος τις... ἐκ πάσης γῆς ἐξῃρημένος, ὥσπερ οἱ τῶν τεμενῶν ὅροι) ; la possession de l'Attique est légale ; ils ne se sont pas emparés d’un pays auquel ils auraient, par force, donné leur nom (25) ; c'est à eux seuls que revient le droit de distinguer les citoyens des étrangers (26)77, car eux seuls peuvent se prévaloir “d'une origine pure et de la citoyenneté par excellence” (καθαρὰν εὐγένειάν τε καὶ πολιτείαν, 26-27).

  • 78 Lyc., C. Léocr., 100.

38Autant d'assertions que renfermaient déjà l'oraison funèbre de Lysias (17), celle de Démosthène (4) ou d'Hypéride (7), ainsi que le fragment de l'Érechthée d'Euripide conservé par Lycurgue : “Où trouver une ville qui l'emporte sur la nôtre ? Son peuple n'est pas un étranger, venu d'ailleurs ; nous sommes autochtones. Les autres cités, formées avec des éléments différents, comme le sont les pièces amenées par un coup de dés, se sont peuplées d'un ramassis de toute origine ; or quiconque quitte une ville pour venir habiter dans une autre est comme une pièce rapportée dans une charpente ; il est citoyen de nom, il ne l'est pas de fait”78.

39Mais ce que le texte d'Aristide semble emprunter, il le détourne en fait. Il prive le motif de l'autochtonie de la signification dont il était chargé.

  • 79 Cf. par exemple Loraux 1981.

40— En effet, l’orateur ne dit pas réellement que les Athéniens sont nés de leur terre. En vérité, ce n'est là qu'une conséquence d’une affirmation beaucoup plus large, selon laquelle l'Attique aurait été la première à donner naissance à l'homme79 : πρώτη γὰρ ἤνεγκεν ἄνθρωπον καὶ πρώτη πατρίς ἐστιν ἀνθρώπου (25).

  • 80 Cf. Loraux 1996, 23 : “Le désir d'avoir vu naître le premier humain passe après la proclamation de (...)
  • 81 Platon, Ménex., 237e-238a.

41D'emblée, elle n'est donc plus cette terre qu’on pouvait qualifier de civique, parce que les hommes qu'elle enfante sont immédiatement définis comme citoyens. Le seul texte classique80 qui, à l'instar d'Aristide, fait de l'Attique le berceau de l'humanité est le Ménéxène81. Mais il convient sans doute d'y lire une outrance volontaire dans la bouche d'un Socrate ironique, qui se livre à un pastiche, face aux prétentions de Ménéxène.

42— Certes, seuls les Athéniens peuvent se prévaloir du titre de citoyens, les textes classiques ne disaient pas autre chose. Mais Aristide ajoute immédiatement, à la différence des œuvres dont il s'inspire, que cette citoyenneté a été partagée et diffusée : “Seuls ceux qui ont été faits citoyens (le terme est δημοποίητος) ici ne sont pas ridicules. Car vous tous qui êtes, par nature, citoyens de ce pays, avez, par la loi, conféré ce titre aux autres” (ὄντες γὰρ ἅπαντες φύσει πολῖται τῆς χώρας νόμῳ τοῖς ἄλλοις τὴν τιμὴν ἀπενείματε, 29). Un tel propos est à l'opposé du discours d'exclusion attaché, à l'âge classique, à l'autochtonie athénienne.

  • 82 Aristide, Panath. 354 : καὶ οἷα δὴ τῆς παρούσης ἐξουσίας καὶ διαίτης, λουτρά τε σεμνότητι καὶ τρυφῇ (...)

43A quelles fins Aristide détourne-t-il la signification de l'origine autochtone des Athéniens, dans un éloge de la cité ? Il est manifeste qu’au cœur de la rhétorique d’Aristide figure la question de la coexistence de l’éloge d’Athènes et de celui de Rome. En quels termes louer Athènes, alors que, pour Aristide et pour ses contemporains, c'est Rome, le pouvoir politique, qui donne son sens à l'histoire humaine ? Pour ne pas porter ombrage à Rome, il convient de placer Athènes dans une sphère résolument différente, pour ainsi dire hétérogène du type de pouvoir qu'exerce Rome. Athènes est devenue une ville à vocation exclusivement culturelle. Ce qui la caractérise, dit explicitement Aristide, ce sont ses bibliothèques : “Il y a là des resserres à livres plus que nulle part ailleurs au monde (πρòς δὲ τούτοις βιβλίων ταμιεῖα οἷα οὐχ ἑτέρωθι γῆς φανερῶς), elles constituent l'ornement caractéristique de la ville” (καὶ μάλα τῶν Ἀθηνῶν κόσμος οἰκεῖος) “et caractéristiques également de ses capacités et de son mode de vie, les bains, les stades et les gymnases, qui se distinguent par leur qualité et leur luxe”82.

  • 83 Et si, après avoir évoqué les origines, le don du blé, les honneurs dont les dieux ont comblé Athèn (...)
  • 84 Cf. par exemple, Aristide, Panath. 343 : τῆς τοίνυν σοφίας αὐτῆς πότερον τοὺς νόμους εἴπωμεν, οἷς ἔ (...)

44Dès lors, la stratégie d'Aristide consiste à élaborer un discours de manière à aboutir nécessairement à l'image d'Athènes qu’il veut donner : une cité non seulement qui ne prend plus part aux affaires publiques (οὐ πραγματεύεται, 332), mais dont le passé en matière d'actions politiques ne peut porter ombrage au prestige actuel de Rome. Son véritable empire n'est pas celui de ses trières, mais celui de sa οὐ πραγματεύεται, dont elle a fait preuve tout au long de son histoire83. Ce que veut prouver Aristide par l'orientation qu'il donne à l'histoire d'Athènes, c'est que la ville qu'il connaît, la ville contemporaine, a toujours été ce qu'elle est —une référence en matière de législation et de littérature (éloquence, philosophie, poésie ou tout autre genre littéraire)84 – et que même son passé politique ne peut faire concurrence à Rome.

  • 85 Aristide, Panath., 1 : κοινοὺς δὲ ἁπάντων τροφέας ὑμᾶς εἶναι καὶ μόνους ; cf. également 25.
  • 86 Cf. Aristide, Panath., 52-54 (épisode des Héraclides).
  • 87 Cf. également Aristide, Panath., 56 : “Aucun Grec ne sera sans cité, tant qu'il y aura la cité des (...)

45La nouvelle lecture que donne Aristide de l'autochtonie du peuple athénien est un élément important de cette démonstration d'ensemble. Elle vise à ancrer cette représentation d'Athènes dès ses origines : d'une part, Aristide postule que la terre de l’Attique a donné naissance aux premiers hommes85, qui, de là, ont essaimé pour former des colonies. Par suite, tout étranger trouve en Athènes sa patrie, puisque, par définition, elle est sa terre originelle. Aristide impose ainsi, dès l'ouverture du Panathénaïque, qu'Athènes a, depuis ses origines, vocation à accueillir tous les hommes86 et il reprend le même motif, plus loin : “Bien qu'elle soit la plus ancienne des cités grecques, elle est comme une patrie et un foyer commun à tous, parce qu'elle reçoit ceux qui viennent de partout... ; elle offre son sol à ceux qui viennent chercher refuge et elle les admet tous comme une partie d'elle-même” (61)87.

  • 88 Cf. Aristide, Panath., 43 (en parlant d'Athéna) : πρῶτον μὲν λόγους τε καὶ νόμων τάξιν καταδείξασα (...)

46Mais en même temps que s'impose l’image d'un lieu ouvert à tous, Athènes est présentée comme une τροφός dans le domaine intellectuel. Dès ses origines, affirme Aristide, elle a nourri les hommes dans le domaine des connaissances générales et dans celui de l'éloquence (τῆς ὡς ἀληθῶς καθαρᾶς καὶ διαφερόντως ἀνθρώπου τρυφῆς, τῆς ἐν μαθήμασι καὶ λόγοις, 2). Comme elle a distribué le blé, don de Déméter, elle a distribué les dons d'Athéna et, figurant comme le premier d'entre ces dons, le λόγος88.

  • 89 Aristide, Panath., 322.
  • 90 Cf notamment Aristide, Panath, 322-323.

47Lieu commun à tous les hommes et lieu du savoir dès l'origine, voilà ce que dit la nouvelle autochtonie des Athéniens, conformément, du reste, à l'Athènes symbolique dont Hadrien fait le centre du Panhellénion, centre d’un monde grec, en quelque sorte isolé dans l'Empire. Aux yeux d’Aristide, c'est depuis le début qu’elle est la terre de l’hellénisme pour tous les hommes, et toute l'histoire que déroule l'orateur met en valeur, en contrepoint de ses victoires militaires, “le trophée qu'elle a remporté sans verser de sang” (ἀναίμακτον τρόπαιον) : par son mode de vie, par sa langue, Athènes attire à elle toutes les cités89. Elle est le lieu de l’hellénisme depuis toujours ; et elle n'est que cela. Ce faisant, Aristide travestit le rapport au temps qui est celui d'Athènes à l'âge classique. En prétendant que chacun de ses citoyens était autochtone, Athènes disait que sa gloire et sa suprématie étaient sans cesse renouvelées et y voyait une preuve de son dynamisme : Athènes serait toujours ce qu'elle était. Aristide, à son tour, reprend le thème de l'atemporalité d'Athènes, mais il le retourne : Athènes, démontre-t-il, a toujours été ce qu’elle est aujourd'hui90.

  • 91 Les passages du discours d'Aristide En l'honneur de Rome sont cités dans la traduction de Pernot 19 (...)
  • 92 Aristide, En l'honneur de Rome. 101 : ἀλλ’ἄρξαι μὲν τοῦ ἡμερου τε καὶ τοῦ νῦν τὴν Ἀθηναίων πόλιν, β (...)

48C'est également en jouant sur la vision du temps que l'orateur peut, par ailleurs, concilier l'éloge de deux modèles d'origines aussi dissemblables que celles d'Athènes et celles de Rome. Si l'on postule que le monde que domine Rome est le monde que les Grecs ont fait naître, la logique voudrait que Rome reconnaisse sa dette envers ces derniers. De fait Aristide en convient, dans le discours En l'honneur de Rome : “Vous prenez constamment soin des Grecs, ainsi que de pères nourriciers” (96)91. Mais il ne s’agit là que d'une concession faite pour mieux annoncer la suite du propos : “J'imagine que ce que l'on croit avoir été l'existence avant Triptolème n'est autre que l’existence avant vous, une existence dure, rustique (...)• Si la cité d'Athènes, poursuit-il, a jeté les bases de la civilisation et de l'état actuel, vous les avez consolidées, la deuxième tentative étant la bonne, comme on dit.’’92

49Ainsi, les Athéniens sont, dès l'origine, l'incarnation de l'ἀρετή, ils sont πάντα κρατίστους ; leur perfection a un caractère instantané. En revanche, quand il évoque Rome, Aristide adopte une vision progressiste de l’histoire : c’est parce qu’ils sont venus en dernier lieu que les Romains l'emportent sur tous ; leur perfection est irréfutable, car elle est la somme de toutes les qualités des peuples qui les ont précédés. Ils tiennent le rôle des Athéniens à l'âge classique, mais sur un monde à la dimension de l'οἰκουμένη tout entière.

  • 93 Aristide, En l'honneur de Rome. 102.

50Nous constatons qu’un thème fondamental de l'identité et de l'idéologie de l'Athènes classique est évité, voire contesté par des auteurs qui, par ailleurs, s’intéressent à la ville d'Athènes, à son rôle dans l'histoire des cités grecques, à ses grands hommes, et qui tendent à en donner une image valorisante. Faut-il uniquement lire dans ce silence la marque d’une époque qui tend à rationaliser les mythes ? Il nous semble plutôt que le modèle de l'autochtonie ne peut fonctionner avec la même pertinence dans des propos qui ne sont plus des propos civiques centrés sur Athènes, mais qui sont empreints d’une nouvelle vision paradigmatique de l'origine d'une cité. Ce ne sont plus les hommes “nés de la terre” que l'on prend pour modèles, mais des hommes qui, tout en revendiquant l’héritage de ce passé glorieux, ont su concrètement, tels des “périégètes communs de l'humanité”, ouvrir “largement les portes du monde habité”93.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Alcock, s. E. (1996), “Landscapes of Memory and the Authority of Pausanias”, in : Reverdin & Grange 1996, 241-275.

Behr, C. A. (1973) : Aristides, I, Loeb Classical Library, Londres-Cambridge (Mass.).

Boegehold, A. L. et A. C. Scafuro, éd. (1994) : Athenian Identity and Civic Ideology, Baltimore-Londres.

Bonnefoy, Y., éd. (1981) : Dictionnaire des mythologies, Paris.

Bowie, E. L. (1996) : “Past and Présent in Pausanias”, in : Reverdin & Grange 1996, 207-239.

Brelich, A. (1958) : Gli eroi greci. Un problema storico-religioso, Rome.

Bremmer, J., éd. (1987) : Interprétations of Greek Mythology, Londres.

Briquel, D. (1993) : Les Tyrrhènes, peuple des tours. Denys d'Halicarnasse et l'autochtonie des Étrusques, Paris.

Casevitz, M. (1985) : Le vocabulaire de la colonisation en grec ancien, Paris.

Chamoux, Fr. (1996) : “La méthode historique de Pausanias”, in : Reverdin & Grange 1996, 45-71.

Connor. R. W. (1994) : “The Problem of Athenian Civic Identity”, in : Boegehold & Scafuro 1994, 34-44.

Elsner, J. (1992) : “Pausanias : a Greek Pilgrim in the Roman World”, PP, 135, 3-29.

Kearns, E. (1989) : The Heroes of Attica, Institute of Classical Studies, BICS, Suppl. 57, Londres.

Lacore, M. (1983) : “Euripide et le culte de Poséidon-Érechthée”, REA, 85, 215-234.

Loraux, N. (1981) : “Origines des hommes. Les mythes grecs : naître enfin mortels”, in : Bonnefoy 1981, L 197- 202.

— (1990) : Les enfants d'Athéna. Idées athéniennes sur la citoyenneté et la division des sexes, Paris.

— (1996) : Né de la terre. Mythe et politique à Athènes, Paris (2e éd.).

Mélanges P. Collart (1976) : Mélanges d’Histoire ancienne et d'Archéologie offerts à Paul Collart, Cahiers d'archéologie romande, 5, Lausanne-Paris.

Metzger, H. (1976) : “Athéna soulevant de terre le nouveau-né : du geste au mythe”, in : Mélanges P. Collart 1976, 295-303.

Musti, D et L. Beschi, éd. (1997) : Pausania. Guida della Grecia. Libro I. L’Attica, Rome(5e éd. ; 1ère éd. 1982).

Parker, R. (1987) : “Myths of Early Athens”, in : Bremmer 1987, 187-214.

Pernot, L. (1993) : La rhétorique de l'éloge dans le monde gréco-romain, Paris.

— (1997) : Éloges grecs de Rome, Paris.

Reverdin, O. et B. Grange (1996) : Pausanias historien. Entretiens sur l'Antiquité classique, Fondation Hardt, 41, Vandœuvre-Genève.

Rosivach, V. J. (1987) : “Autochtony and the Athenians”, CQ, 37, 294-306.

Thiercy, P. (1997) : Aristophane. Théâtre complet, Paris.

Notes

1 Lysias, Épit., 17. Toutes nos traductions sont empruntées à la collection des Universités de France, à l'exception de celles du Panathénaïque d'Ælius Aristide.

2 Lucien, Philops., 3.

3 A propos des cités rivales qui se forgèrent, en réaction contre Athènes, leurs propres ancêtres autochtones, voir Brelich 1958, 129-141. Sur cette origine que la plupart des textes posent comme unique, cf. Briquel 1993, 82-90.

4 L'expression est de Loraux 1996, 27-47.

5 Voir le point de vue de Rosivach 1987, 294-301 ; Parker 1987.

6 Hom., Il., 2.546-551 ; voir également Pind., Pyth., 7.10. Selon Rosivach 1987, 295, la transformation d'Érechthée en un être humain, en lequel les Athéniens verraient leur roi ancestral, n'aurait eu lieu qu'au ve s. a.C.

7 Loraux 1990, 36 : Autochtonie sans médiation, accordée collectivement à tous les Athéniens ou autochtonie dérivée, héritée de celle, paradigmatique, de l'ancêtre Érichthonios : ces deux versions coexistent, comme l'atteste par exemple le prologue de l'Ion d'Euripide (v. 15-26 et 29-30).

8 Analyse du mythe : Loraux 1990, 57-65 ; 1996, 51-53.

9 Sur Érechthée/Érichthonios, voir par exemple Parker 1987, 200-206.

10 Sur la naissance d'Érichthonios, Bérard 1974, 29-38 ; Metzger 1976 ; Loraux 1990, 133-135 ; Lacore 1983, 215-234 ; Parker 1987, 193-198 ; Kearns 1989, 110-113.

11 Loraux, 1996, 11-20 et 51-52.

12 Briquel 1993, 85-97.

13 Loraux 1996, 55-59.

14 Briquel 1993,77-78.

15 Loraux 1990. 137-143.

16 Platon, Ménex., 237c.

17 Cf. Eur., Méd., 825-826 : “Fils des dieux bienheureux, issus d'un terroir sacré qui n'a pas connu la conquête”.

18 Loraux 1996, 33-34 et 47 : “A célébrer l'aiôn athénien et la transmission du même depuis l'origine autochtone jusqu'aux générations humaines du présent, on s'assure qu'il y aura une suite, on garantit la pérennité de la cité contre la loi du temps des hommes”.

19 Isoc., Panég., 24 : “Si belle et si pure est notre naissance que la terre même dont nous sommes sortis, nous l'avons occupée sans nulle interruption, fils du sol que nous sommes, pouvant appeler notre ville des mêmes noms qu'on donne aux plus proches parents : à nous seuls de tous les Grecs il appartient de l'appeler à la fois nourrice, patrie et mère”.

20 Cf. fragment de l'Érechthée d'Euripide conservé par Lycurgue, C. Léocr., 100.

21 Ar., Guêpes, 1076-1077 : “Nous sommes (...) les seuls vrais Athéniens de pure souche autochtone, une race d'une bravoure extrême et qui fit tant pour cette cité dans les batailles quand vint le Barbare” (trad. Thiercy 1997).

22 Loraux 1996, 49-50 : “La notion même d'une histoire de la formation de la cité est étrangère aux epitaphioi : dès l'origine, principe d'elle-même, Athènes y est d'emblée constituée en Athènes, et d'emblée politique en même temps que civilisée” (citation p. 50).

23 Dém., Épit., 4 :... ὥστε δικαίως ἄν τις ὑπολάβοι τοὺς μὲν ἐπήλυδας ἐλθόντας εἰς τὰς πόλεις καὶ τούτων πολίτας προσαγορευομένους ὁμοίους εἶναι τοῖς εἰσποιητοῖς τῶν παίδων, τούτους δὲ γνησίους γόνῳ) τῆς πατρίδος πολίτας εἶναι.

24 Loraux 1996, 50 et note 65.

25 Platon, Rép., 414c.

26 Platon, Ménex., 239a.

27 Cf. Connor 1994, 35-38.

28 Loraux 1996, 38-39 : Dém., Épit., 4, Eur., Érech (= Lyc., C. Léncr., 100) et surtout Platon, Ménex., 237b.

29 Voir par ex. Isoc., Panég., 24 ; Panath., 124 ; Platon, Ménex., 238b-e ; Hyp., Épit., 4-5 ; Lyc., C. Léocr., 48.

30 Isoc., Panég., 25 et 63.

31 Cf. Briquet 1993, 87-98.

32 L'œuvre de Lucien semble prouver que l'association Athénien – autochtonie est un topos (Lucien, Anach., 18 ; Scyth., 3), à tel point qu’un mot, pour avoir “l'estampille” de terme purement attique, peut être qualifié d'autochtone ! (Pseudol., 11).

33 Voir cependant l'accueil des Héraclides évoqué en Dion 73.2.

34 Dion de Pruse 64.12 : Aὕτη καὶ τò τῶν ὑμετέρων προγόνων ἀρχαῖον γένος, τῶν αὐτοχθόνων καὶ πρώτων Ἀθηναίων, μητέρα μὲν τὴν γῆν αὐχοῦντας, τροφòν δὲ τὴν Δήμητραν, ἐπώνυμον δὲ καὶ σύμμαχον τὴν Ἀθηνᾶν τò μὲν πρῶτον τῶν Ἀθηνῶν εἰς Εὔβοιαν ἐξήγαγεν.

35 Cf. Dion 15 ; 31.84 et 117.

36 Plut., Thés., 2.2 ; Rom., 33.2-3. Comparer également avec le traité Sur la Fortune des Romains, 321B.

37 Plut., Thés., 2.2 : Casevitz 1985, 202-203.

38 Plut, Thés., 1.2-3.

39 Plut, Thés., 3.1.

40 Bowie 1996, 211 ; Alcock 1996, 242-246.

41 Paus. 1.2.6. Chamoux 1996, 55-59. Sur Cécrops, cf. Kearns 1989, 113.

42 Paus. 1.5.3 (cf. Musti-Beschi, 1997, 279).

43 Paus. 1.5.2. Voir également 10.10.1 où il est question de l'Érechthée, statue de Myron.

44 Cf., entre autres, à propos du coffre où se trouve Érichthonios et de la curiosité d'Aglaure : Paus. 1.18.2 ; guerre d’Érechthée contre Éleusis : Paus. 1.5.2 ; 1.36.4 ; 1.38.1-3 (Kearns 1989, 113-115) ; union de Créuse avec Apollon : Paus. 1.28.4 ; guerre menée par Ion contre Éleusis ; Paus. 1.31.3 ; 7.1.5.

45 Paus. 1.14. 2 : Ἑλλλήνων οἱ μάλιστα ἀμφισβητοῦντες Ἀθηναίοις ἐς ἀρχαιότητα καὶ δῶρα, ἃ παρὰ θεῶν φασιν ἔχειν, εἰσὶν Ἀργεῖοι, καθάπερ βαρβάρων Φρυξὶν Αἰγύπτιοι.

46 Voir toutefois Musti-Beschi 1997, 308.

47 Cf. notamment Paus. 1.17.1 ; 1.24.3.

48 Cf. Str 1.1.16 ; 1.1.23.

49 Cf. Str. 2.5.18.

50 Cf. Str. 1.1.16 et 2.5.26.

51 Sabins : Str. 5.3.1 ; populations barbares de Sicile : Str. 6.2.4 ; Parnassiens (affirmation attribuée à Ephore) : Str. 9.3.11 ; Etéo-Crétois et Cydoniens : 10.4.6.

52 Cf. Briquel 1993, 94-97.

53 Str. 8.1.2.

54 Thc. 1.2.3-6.

55 Thc. 1.2.6.

56 Loraux 1996, 31-32 et 94-97.

57 Thc. 1.2.6. Le paragraphe que nous avons cité s'achève ainsi : “tant et si bien que plus tard, l'Attique étant jugée insuffisante, on envoya même des colonies en Asie”.

58 Voir, contra, Str. 9.1.7 : εὐανδρούσης δὲ τῆς Ἀττικῆς διὰ τοὺς φυγάδας...

59 Strabon : “Ils passent, selon Thucydide, pour autochtones...” (καὶ αὐτόχθονας νομισθῆναί φησιν ὁ Θουκυδίδης) / Thucydide : “les mêmes hommes y ont toujours habité” (ἄνθρωποι ᾤκουν οἱ αὐτοὶ ἀεί).

60 Str. 7.7.1.

61 Cf. pourtant Str. 8.7.1.

62 Isoc., Panég., 68-69.

63 Dém., Épit., 8.

64 Str. 9.1.18).

65 Loraux 1996, 71-74.

66 Sur Cécrops ἥρως ἀρχηγέτης, Kearns 1989, 113.

67 Str. 9.1.20.

68 Str. 53.2-4.

69 Cf. Briquel 1993, 89-90 ; Bowie 1996, 216-220.

70 Paus. 1.14.6. Musti-Beschi 1997, 313.

71 Elsner 1992 ; Alcock 1996, 247-258.

72 L'expression reprend celle de Alcock 1996, 250.

73 Paus. 2.5.5 ; 2.25.6 ; 9.26.6.

74 Le texte que nous suivons est celui que propose Behr 1973. Aristide, Panath. 3 : καὶ συμβαίνει διπλοῦν τòν ἀγῶνα γίγνεσθαι τῷ μετὰ πάντας ἐγχειροῦντι, καὶ χωρὶς πρòς ἕκαστον καὶ κοινῇ πρòς ἅπαντας.

75 Cf. Pernot 1993, 668 et note 45.

76 Il y consacre un développement à part entière : 24-30.

77 Aristide, Panath. 26 : καὶ ξένοι καὶ πολῖται μόνῃ τῇ γῇ ταύτῃ πρέπουσι διῃρῆσθαι.

78 Lyc., C. Léocr., 100.

79 Cf. par exemple Loraux 1981.

80 Cf. Loraux 1996, 23 : “Le désir d'avoir vu naître le premier humain passe après la proclamation de l'exemplarité des autochtones et il n'est pas sûr qu'il ait jamais joué un rôle important dans la tradition nationale d'Athènes...”

81 Platon, Ménex., 237e-238a.

82 Aristide, Panath. 354 : καὶ οἷα δὴ τῆς παρούσης ἐξουσίας καὶ διαίτης, λουτρά τε σεμνότητι καὶ τρυφῇ νικῶντα καὶ δρόμοι καὶ γυμνάσια.

83 Et si, après avoir évoqué les origines, le don du blé, les honneurs dont les dieux ont comblé Athènes, la générosité de la cité envers les exilés, Aristide se résout à aborder la partie politique de son histoire, ce n'est pas en raison des exploits athéniens dont les Guerres Médiques ou l'empire maritime ont été le théâtre, mais, “parce que, explique-t-il, les exploits dans les guerres correspondent à toute la générosité de la cité, que nous venons tout juste de raconter, et ainsi, de la fin nous retournons au début” (75).

84 Cf. par exemple, Aristide, Panath. 343 : τῆς τοίνυν σοφίας αὐτῆς πότερον τοὺς νόμους εἴπωμεν, οἷς ἔτι νῦν οἱ πολλοὶ χρῶνται τοῖς ὑμετέροις. ἢ τοὺς λόγους ; καὶ τῶν λόγων πότερον τούς περὶ τὴν ρητορείαν, ἢ τοὺς διαλεκτικούς, ἢ τὴν ποίησιν, ἢ τὴν ἄλλην συγγραφήν, εἰ δὲ βούλει, τί τῆς ποιήσεως εἶδος ; ὅ τι γὰρ πρῶτον ἢ τελευταῖον εἴποις τῆς πρώτης ἐστὶ τῇ πόλει.

85 Aristide, Panath., 1 : κοινοὺς δὲ ἁπάντων τροφέας ὑμᾶς εἶναι καὶ μόνους ; cf. également 25.

86 Cf. Aristide, Panath., 52-54 (épisode des Héraclides).

87 Cf. également Aristide, Panath., 56 : “Aucun Grec ne sera sans cité, tant qu'il y aura la cité des Athéniens” (οὐδεὶς ἔσται τῶν Ἑλλήνων ἄπολις, ἕως ἂν ἡ τῶν Ἀθηναίων ᾖ πόλις...)

88 Cf. Aristide, Panath., 43 (en parlant d'Athéna) : πρῶτον μὲν λόγους τε καὶ νόμων τάξιν καταδείξασα καὶ πολιτείαν δυναστείας ἀπηλλαγμένην...

89 Aristide, Panath., 322.

90 Cf notamment Aristide, Panath, 322-323.

91 Les passages du discours d'Aristide En l'honneur de Rome sont cités dans la traduction de Pernot 1997.

92 Aristide, En l'honneur de Rome. 101 : ἀλλ’ἄρξαι μὲν τοῦ ἡμερου τε καὶ τοῦ νῦν τὴν Ἀθηναίων πόλιν, βεβαιωθῆναι δὲ καὶ τοῦτο ὑφ’ὑμῶν δευτέρων, φασὶν, ἀμεινόνων.

93 Aristide, En l'honneur de Rome. 102.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540