Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

A) Grèce continentale et Cyclades

L'origine des cités grecques dans les discours athéniens

Sophie Gotteland

Texte intégral

  • 2 Nous renvoyons aux études principales sur la question, Ermatinger 1897, Bérard 1974, Loraux 1981, (...)
  • 3 Que l'autochtonie soit entendue comme naissance du sol-même de l'Attique, ou simplement comme cara (...)

1La critique s'est depuis longtemps intéressée à la manière dont les Athéniens de l'époque classique envisagent l'origine de leur cité2. Lieu commun de l'éloge d'Athènes aux ve et ive s., l'autochtonie permet aux Athéniens d'affirmer leur singularité et de revendiquer leur supériorité par rapport aux autres cités grecques. Il ne saurait être question ici de revenir sur ce sujet. Nous voudrions en revanche nous interroger sur la manière dont les auteurs de l'époque classique, et plus particulièrement les orateurs attiques, envisagent l’origine des autres cités grecques. Bien entendu, ces sujets sont étroitement liés, puisque la revendication des Athéniens informe la vision qu'ils ont de l'origine des autres. S'ils se proclament seuls autochtones, ils doivent donc être seuls à occuper depuis toujours leur territoire3. Cette logique implique que les autres cités grecques soient de simples colonies fondées par de nouveaux venus au terme d'une migration.

2Pourtant, loin d'être uniforme, la vision que les orateurs présentent de ce type d’origine dépend étroitement du contexte et du dessein poursuivi par l'orateur. Le plus souvent, il est vrai, le développement intervient dans le cadre d'une comparaison avec Athènes. L'interrogation sur les origines des autres permet alors de faire mieux ressortir le caractère exceptionnel des débuts athéniens. Partie intégrante de l'éloge d'Athènes, la description se présente comme une définition en creux de l'autochtonie athénienne, dont elle reprend en les inversant les caractéristiques essentielles. Opposant la cité attique à l'ensemble des autres cités grecques, elle réaffirme la supériorité athénienne en s'interrogeant sur la légitimité, la stabilité et le dévouement à la cause hellénique de ces populations mêlées et émigrées.

3Lorsqu'en revanche la question des origines est envisagée pour elle-même, et non plus dans le cadre d’une apologie de l’autochtonie athénienne, l'éclairage change fondamentalement. Tout en restant farouchement opposés au mélange entre Grecs et Barbares, les orateurs avancent différents arguments pour faire l'éloge des migrations et des brassages de populations grecques qui ont donné naissance à certaines cités, qu'ils y voient un moyen pour certaines de se rattacher plus solidement à la race grecque, une leçon de réalisme politique, ou encore un moyen d'assurer l'expansion de l'hellénisme dans le monde habité au dépens des Barbares.

  • 4 Ainsi par exemple chez Lysias, Épit., 17, Isoc., Panég., 23-25 (et également, bien que de manière (...)
  • 5 L'expression est de Joly 1992, 18.
  • 6 Cf. les expressions μόνοι (μόνους, μύνοις) : Isoc., Panég., 25, Panath., 125, Lyc., C. Léocr., 83. (...)
  • 7 Par exemple Isoc., Panég., 23 (παρὰ πᾶσιν ἀνθρώποις), Sur la Paix, 49 (τῶν ἄλλων), Platon, Ménex.,(...)
  • 8 On peut d'ailleurs remarquer que les définitions tardives que les textes donnent de l'autochtonie (...)
  • 9 Isoc., Panath.,124.

41. Si les orateurs s'intéressent à l’origine des autres cités grecques, c'est bien souvent parce que cela leur permet de mieux souligner encore la singularité athénienne. L'évocation de l'autochtonie athénienne semble appeler obligatoirement en écho le rappel des débuts des autres. L'autochtonie se définit ainsi tout autant par ce qu'elle est que par ce qu'elle n'est pas4. La présentation de l’origine des autres cités s'élabore ainsi selon une “rhétorique de l'antithèse”5, qui reprend en les inversant les critères de l'autochtonie. Il serait donc vain de chercher des nuances, des distinctions entre les différentes cités. Au contraire, la description reste volontairement générale et peu précise. Il s'agit avant tout d'isoler Athènes par rapport aux autres cités, qui seront donc toutes traitées ensemble, sans aucune différenciation. Les Athéniens s'opposent à tous les Grecs6, et même plus généralement à tous les hommes7. Seuls autochtones, ils imposent ainsi aux autres Grecs d'être tous des immigrants8. Pour les mêmes raisons, les Athéniens, qui partagent une même origine et forment une population homogène, imposent aux autres peuples d'être issus de sangs mêlés. Comme le dit Isocrate dans le Panathénaïque, seuls les Athéniens ne sont “ni issus d'un mélange, ni venus d'ailleurs” (μήτε μιγάδας μητ’ἐπήλυδας)9.

  • 10 Hyp., Épit., 7 : πολλαχόθεν εἰς μίαν πόλιν συνεληλυθότες οἰκοῦσι.
  • 11 Lysias, Épit., 17 : οἰ πόλλοι. πανταχόθεν συνειλεγμένοι καὶ ἑτέρους ἐκβαλόντες τὴν ἀλλοτρίαν ᾤκησα (...)

5Dans cette définition, la plus simple qu’on puisse donner de l'origine des autres, apparaissent déjà les deux traits essentiels qui, selon les orateurs, permettent de caractériser l'origine des autres cités grecques et la distinguent radicalement des débuts athéniens : migration et brassage de populations. Tout en détaillant davantage le processus, Hypéride ou Lysias retrouvent les mêmes étapes essentielles. Pour Hypéride, les autres hommes “se sont rassemblés en provenance de diverses origines pour former une seule cité”10. Lysias, quant à lui, précise que “la plupart des peuples, s'étant rassemblés en provenance de partout, ont occupé le territoire d'autrui après en avoir chassé les précédents occupants”11. Tout en accentuant le manque d'homogénéité de ces nouvelles populations, il souligne l'injustice de ces installations fondées sur l'expulsion des précédents occupants, et nous indique déjà l'orientation générale que les orateurs veulent donner à leur propos. La vision très critique qu'ils offrent de ces origines repose avant tout sur l'absence de liens naturels entre ces nouvelles populations et le sol qu'elles occupent, sur l'injustice qui préside à ces installations, et sur le manque d'homogénéité de ces populations.

  • 12 Rattaché au futur ἐλεύσομαι, ce terme sert à l'origine à désigner, sans aucune connotation péjorat (...)
  • 13 Lyc.. C. Léocr.. 100 (= Eur.. Érechthée, fgt. 360, 7 et 8-10 : λεὼς... οὐκ ἐπακτòς ἄλλοθεν.... αἱ (...)
  • 14 Sur cette comparaison, nous renvoyons aux études de Lamer 1926, d'Austin 1940 et de Ridgeway 1896. (...)
  • 15 Lyc., C. Léocr., 48 : πρòς τὰς χώρας τὰς μή φύσει προσηκούσας, ἀλλ’ὕστερον ἐπικτήτους γενομένας κα (...)

6Revenons tout d'abord sur le caractère immigré des autres cités, que traduit bien souvent le terme ἔπηλυς12. Loin de nous préciser de quel pays sont originaires les fondateurs, les orateurs restent volontairement dans le vague et rejettent dans un au-delà imprécis (πολλαχόθεν, πανταχόθεν) l’origine première de ces nouveaux venus qui ne nous sera finalement jamais dévoilée. De la même façon, Lycurgue, citant Euripide, précise que le peuple d’Athènes “n'est pas étranger, venu d'ailleurs”, à l'inverse des autres cités, “fondées lors de migrations semblables aux mouvements des pions et constituées de groupes d'origines diverses”13. Là encore on retrouve l'origine vague, lointaine et plurielle des autres cités. Mais la métaphore du jeu de dés14 indique plus clairement encore que dans les cas précédents la notion de hasard qui a présidé à l'assemblage de ces différentes populations, renforçant ainsi l'idée d'un lien fortuit entre ces immigrés et leur nouvelle patrie. Aux liens naturels, originels, entre un peuple et le sol qu'il occupe de tout temps, viennent se substituer des liens acquis, qui ne sauraient avoir la même force. Comme le souligne Lycurgue, “pour les territoires avec lesquels on n'a pas de lien de nature mais qui sont des acquisitions plus tardives, on a des sentiments moins forts”15. En opposant ainsi les sentiments instinctifs qu'on éprouve pour son lieu d'origine, aux sentiments plus raisonnés qu'inspire une terre d'adoption, les orateurs amènent forcément à douter du patriotisme de ces populations nouvellement installées.

  • 16 Isoc., Panég., 24. Il n'est pas anodin, d'ailleurs, que dans un des rares passages qui évoquent l' (...)
  • 17 Lysias, Épit., 17.
  • 18 Lettre de Philippe, intégrée dans le corpus démosthénien, 21-22 : “Est-ce que tous, nous n’habiton (...)

7Plus grave encore : ces origines mystérieuses et plurielles, outre qu'elles rendent suspect le dévouement envers la patrie, remettent également en cause la légitimité du pouvoir détenu par ces fondateurs. A l'inverse des Athéniens, dont Isocrate précise qu'ils habitent leur cité “sans en avoir chassé d'autres occupants, sans l'avoir occupée alors qu'elle était déserte, sans avoir rassemblé des hommes d'origine mêlée issus de nombreux peuples”16, toute immigration sous-entend l’occupation d'un territoire dont on se saisit bien souvent par la force, au détriment de ses précédents occupants, quand on n'a pas la chance de le trouver vide en arrivant. La citation de Lysias17 soulignait déjà l'injustice profonde de ces débuts fondés sur l'expulsion des habitants primitifs, des véritables autochtones. Certes, comme le constate la Lettre de Philippe, les droits sur une cité peuvent avoir deux origines : soit il s'agit d'une cité héritée des ancêtres, soit il s'agit d'un territoire conquis à la guerre18. Mais le pouvoir exercé dans ce dernier cas ne saurait bénéficier de la même autorité, ni de la même légitimité, et les nouveaux arrivants risquent à tout moment de se voir contester la possession d'un territoire dont ils ont dépouillé d'autres occupants.

  • 19 Cf. par exemple Lysias. Épit., 17 (ἡ... ἀρχὴ τοῦ βίου δικαία).
  • 20 Ainsi par exemple dans le Panathénaïque d'Isocrate, 253 (présentation inverse en Panég., 61-65, ou(...)
  • 21 Cf. Isoc., Panath., 205, Archid., 12, Paix, 95.

8En faisant reposer l'origine des autres cités grecques sur une guerre de conquête, sur la force, et non sur le droit19, les orateurs attiques lui ôtent la légitimité incontestable dont jouit l'autochtonie athénienne. D'autre part, cette présentation interdit aux nouvelles fondations de rivaliser avec Athènes sur le plan de l'ancienneté. Aux origines mythiques d'Athènes, nos textes opposent la relative jeunesse des autres cités. Ils peuvent ainsi présenter la fondation de Sparte comme une conséquence non plus du retour des Héraclides, mais d'une colonisation des Doriens20, faisant ainsi basculer cette fondation dans le champ historique. Ils peuvent aussi installer cette fondation dans une temporalité plus précise, en la faisant remonter à quelque sept cents ans pour Sparte21. A chaque fois, il s'agit de priver les autres cités de l'aura qui entoure toute fondation mythique et de marquer nettement la hiérarchie entre Athènes et les autres.

  • 22 Nous renvoyons une nouvelle fois aux passages déjà cités de Lysias, d'Hypéride, de Platon ou d'Iso (...)

9Les inconvénients liés à une origine immigrée apparaissent clairement. Les orateurs renforcent encore le contraste entre Athènes et les autres cités grecques en précisant que ces immigrants ne sont pas tous originaires du même endroit, mais qu'ils viennent d'horizons différents et forment un assemblage hétéroclite, sans indiquer pour autant les différentes composantes de ces mélanges multiples. Entre Hypéride et Lysias, la gradation est sensible : pour l’un, les autres cités ont vu les immigrants arriver “en provenance de diverses origines” (πολλαχόθεν), pour Lysias ils viennent “en provenance de partout” (πανταχόθεν)22.

  • 23 Hyp., Épit., 7 : γένος ἴδιον ἕκαστον συνεισενεγκαμένος.
  • 24 Platon. Ménex., 238e.

10Les conséquences de cette présentation sont très nettes. En premier lieu, la cité fondée à partir de tels éléments ne peut espérer qu'entre des citoyens si différents existe une véritable unité. Il y a au contraire de fortes chances qu'elle reflète la mosaïque de lois, de coutumes, de pratiques religieuses, que respectait chacun de ces nouveaux venus avant son immigration, et que l'unification de ces différentes tendances s'avère difficile. Ainsi que l'explique Hypéride, dans ces cités “chacun apporte avec lui les traits propres à sa race”23. Aussi peut-on craindre des tensions entre les différents groupes qui composent cette cité, une absence de véritable communauté d'aspirations. A l'inverse d'Athènes, dont l'autochtonie assure à chacun la même naissance, la même noblesse, garantissant ainsi l'égalité entre tous les citoyens et fondant solidement les bases de la démocratie, les autres cités regroupent des éléments disparates et inégaux, ce qui interdit toute forme de démocratie. Ainsi que le note Platon dans le Ménexène, “les autres cités sont constituées d'hommes de toutes origines et inégaux (ἐκ παντοδαπῶν κατεσκευασμέναι ἀνθρώπων εἰσὶ καὶ ἀνωμάλων), de sorte que leurs régimes eux aussi sont fondés sur l'inégalité, que ce soient des tyrannies ou des oligarchies. Les gens y vivent, un petit nombre considérant les autres commes des esclaves, le reste les considérant comme des maîtres”24. De manière plus générale, on peut craindre que ces inégalités n'engendrent des conflits qui ne mettent en danger la stabilité du régime, quel qu'il soit. On comprend dans ces conditions que les théoriciens de l'époque, désireux de fonder une cité idéale et un régime stable, se soient préoccupés de ce point.

11Il ne saurait être question dans le cadre de cet article d'envisager ce sujet sous tous ses aspects. Nous nous contenterons ici de rappeler quelles indications Platon dans les Lois, puis Aristote dans la Politique, nous donnent sur l'origine de la population qui doit habiter sa cité idéale. L'un comme l'autre s'interrogent sur les risques et les avantages d'un assemblage de colons venus de diverses origines.

  • 25 Platon, Lois, 704c. Sur tout ce passage, nous renvoyons à Joly 1974, 349-355, et surtout Joly 1992 (...)
  • 26 Platon, Lois, 708b.
  • 27 Platon, Lois, 708b-708d. La récurrence du terme φιλία ou de termes de la même famille dans tout le (...)
  • 28 Platon, Lois, 708c.
  • 29 Platon, Lois, 708d. On retrouve ici un adjectif utilisé par Platon dans le Ménexène.
  • 30 Cette unité, si elle est longue et difficile à réaliser (voir 708d : χρόνου πολλοῦ καὶ παγγάλεπον) (...)
  • 31 Platon, Lois, 708d : τò δὲ συμπνεῦσαι, καὶ καθάπερ ἵππων ζεῦγος καθ’ἕνα εἰς ταὐτòν, τò λεγόμενον, (...)
  • 32 Platon, Rép., 547a. Le mot ἀνωμαλία rappelle en écho l'adjectif ἀνώμαλος utilisé par Platon dans l (...)

12Commençons par Platon. Son texte offre quelques convergences remarquables avec les indications de nos orateurs. Sa cité idéale doit tout d’abord être construite dans un lieu qu'un exode a rendu désert depuis longtemps25, ce qui permet d'éviter toute influence nuisible et souligne déjà le souci d'isoler la cité. Cette disposition a d'autre part le mérite de supprimer toute injustice initiale qui pourrait entacher cette fondation. Comme nos orateurs, pour qui les nouveaux venus ne semblent jamais s'associer à de potentiels occupants du sol investi, le philosophe semble a priori refuser tout mélange. La suite du texte précise l'origine des colons et s'interroge sur les avantages et les inconvénients d'une origine multiple ou au contraire unique. La meilleure solution pour Platon consisterait en une colonisation qui se produit “à la façon des essaims, quand une seule race d'hommes, venus d'un seul territoire, s'établissent comme colons, amis venant de chez des amis”26. Une telle colonisation est plus facile parce qu'elle assure cette amitié entre tous les colons, cette convergence d'aspirations, qui fonde l'unité de la nouvelle cité et garantit sa stabilité27. Certes, elle rend en revanche difficile l'adoption par ce peuple déjà uni auparavant “d’autres lois et d'un autre régime que ceux de sa patrie d’origine”28. Mais les inconvénients qui résulte d'un mélange de colons de diverses origines sont bien pires. Bien entendu, “le peuple qui a afflué de partout vers un même endroit", τò... παντοδαπòν ἐς ταὐτò συνερρυηκòς γένος29, sera sans doute plus docile à de nouvelles lois, mais il lui manquera, au départ du moins30, cette unité entre tous les citoyens qui assure une véritable communauté d’aspirations et qui fait tendre toutes les énergies vers le même but. Pour traduire cette idée, Platon utilise l'image d’un attelage de chevaux dont chaque souffle concorde avec les autres31. On retrouve ici une idée chère au philosophe, pour lequel la disparité est toujours source de dissensions. Ainsi qu'il l'indique dans la République lorsqu'il analyse les différentes types de régime, “la disparité, le manque d'égalité et d’harmonie (ἀνομοιότης καὶ ἀνωμαλία ἀνάρμοστος)... où qu'on les rencontre, engendrent toujours la guerre et la haine”32.

  • 33 Arist., Pol., 3.3.6.1276a 32-33 (traduction Aubonnet 1971). Nous renvoyons au commentaire de Newma (...)
  • 34 Arist., Pol., 5.2.4.1302b 5. On retrouve ici le terme qu'emploie Platon dans le passage de la Répu (...)
  • 35 Arist., Pol., 5.8.11.1303a 25-27 (trad. Aubonnet 1973). Voir une affirmation semblable en 7.8.8.13 (...)
  • 36 Ces exemples prouvent qu’en employant l'adjectif ὁμόφυλος, Aristote ne désigne pas véritablement u (...)

13Lorsqu'il s'interroge dans la Politique sur l'origine des colons, Aristote semble adopter une position plus nettement tranchée que celle de Platon. Il pose tout d'abord clairement la question : “Y a-t-il intérêt à avoir une seule race ou plusieurs (πότερον ἔθνος ἒν ἢ πλείω συμφέρει) ?”33 La réponse, assez brève en définitive, n'intervient que plus tard dans le cours de l'ouvrage. Elle s'insère dans un développement consacré aux différentes causes de troubles politiques dans une cité. Parmi les onze causes occasionnelles des révoltes, Aristote signale en dernier lieu les disparités (δι’ἀνομοιότητα)34, qui sont au nombre de deux, l’absence de communauté raciale, sur le même plan que la diversité géographique. C'est bien entendu le premier point qui nous intéresse ici. Son opposition à tout mélange de différents peuples parmi les immigrants venus fonder cette nouvelle cité est très nette : “Un autre facteur de sédition, c'est l'absence de communauté raciale, tant qu'il n'y a pas une communauté d'aspirations (τò μὴ ὁμόφυλον, ἕως ἂν συμπνεύσῃ) : en effet, de même qu'une cité ne naît pas de n’importe quelle foule, ainsi ne se forme-t-elle pas non plus en n'importe quel laps de temps”35. Pour illustrer son propos, il donne ensuite de nombreux exemples de cités fondées par des colons de diverses origines, ou de colonies ayant accueilli par la suite des étrangers, et qui ont connu pour cette raison des séditions36. La conclusion s'impose d'elle-même : pour Aristote, le mélange de populations est au départ un handicap pour une cité. Si on peut espérer qu'au fil du temps les disparités s’effacent et que les nouveaux venus apprennent à cohabiter, au départ du moins les différences d'origine empêchent les citoyens de partager les mêmes vues, de parler d'une seule voix et “de respirer d'un même souffle”. Le verbe employé, συμπνεύω, rappelle d'ailleurs l'image de l'attelage utilisée par Platon. Tous deux dénoncent ainsi ce manque d'aspirations communes, ce manque d'unité, qui caractérisent les cités composées de populations d'origines diverses, et que seule peut faire naître une longue cohabitation.

  • 37 Platon, Ménex., 245c-d.
  • 38 Voir par exemple Platon, Ménex., 245d : καθαρòν τò μῖσος et 245c : τό τε τῆς πόλεως γενναῖον καὶ ἐ (...)

14Ils confirment donc bien les risques dénoncés par les orateurs, et expliquent l'insistance avec laquelle ces derniers s'attardent sur les origines mêlées des autres cités. Source de dissensions, le brassage ethnique de différents peuples grecs entre eux menace l'unité et la stabilité des cités. Mais bien souvent, ce mélange est dénoncé comme dangereux parce qu'il risque de voir entrer dans sa composition des éléments barbares. Hostiles à tout mélange de peuples grecs entre eux, les orateurs s'élèvent encore plus vigoureusement contre un mélange entre Grecs et Barbares. Or, à l'inverse d'Athènes, dont l'autochtonie garantit à tous ses habitants qu'ils sont nés du sol de l'Attique et qu'ils sont donc tous purement Grecs, les autres cités ne peuvent se targuer d'une même pureté ethnique. Comme le laissent entendre les orateurs, elles courent donc le risque de renfermer des éléments non-Grecs parmi les différents peuples immigrés venus participer à leur fondation. Le Ménexène de Platon énonce clairement le danger37 : seuls les Athéniens sont “purement Grecs, sans mélange avec un peuple barbare” (εἰλικρινῶς Ἕλληνες καὶ ἀμιγεῖς βαρβάρων) ; ils sont “Grecs véritables, sans être mêlés à du sang barbare” (αὐτοὶ Ἕλληνες, οὐ μειξοβάρβοφοι). Cette pureté explique la haine “naturelle”, “sans mélange”, qu'ils ressentent à l'égard des Barbares, et elle les oppose aux autres peuples de Grèce qui partagent leur vie avec des individus “Barbares par nature, Grecs par la loi”. Derrière les exemples donnés par Platon (Pélops, Cadmos, Égyptos, Danaos) transparaissent les principales cités rivales d'Athènes en Grèce. Tout le passage oppose la bonne santé athénienne et la pureté de ses sentiments sans mélange38, fruits de ses origines autochtones, à la faiblesse des autres cités dont les origines mêlées bouleversent l'ordre de la nature et menacent l'intégrité grecque.

  • 39 Sur cette bipartition opérée par Platon entre Grecs et Barbares à l'intérieur du genre humain, nou (...)

15Ce brassage entre peuples grecs et peuples barbares, caractéristique d'après Platon des régions d’Asie Mineure, est violemment dénoncé par le philosophe dans un passage des Lois, 692d-693a. Évoquant l'époque des guerres médiques, Platon félicite Athènes et Sparte d'avoir réussi à éloigner le péril barbare. Sans elles, “presque toutes les races grecques auraient été mélangées entre elles (σχεδòν ἂν ἤδη πάντ’ἦν μεμειγμένα τὰ τῶν Ἑλλήνων γένη ἐν ἀλλήλοις), tout comme ces peuples soumis à l'autorité des Perses et qui actuellement, pour avoir été dispersés puis regroupés, vivent misérablement éparpillés (τὰ νῦν διαπεφορημένα καὶ συμπεφορημένα κακῶς ἐσπαρμένα κατοικεῖται)”. Bien entendu, on est loin ici d'un passage de propagande visant comme le Ménexène à vanter Athènes, et les autres cités grecques du continent sont donc présentées comme purement grecques. Mais dans la description de ces cités d'Asie Mineure, on voit apparaître le même rejet de toute origine plurielle et mélangée39.

16Même si tous les orateurs ne présentent pas la situation de manière aussi radicale que Platon, ils laissent tous volontairement planer le soupçon que parmi les peuples immigrés venus fonder ces cités se trouvent des éléments barbares. L'éloge d'Athènes ne saurait aller sans une critique parallèle des autres cités grecques. En insistant sur leurs origines mêlées, les orateurs minent les fondements de la distinction habituelle entre Grecs et Barbares ; ils font basculer les autres Grecs dans le camp de l'altérité, aux côtés des Barbares, et installent les Athéniens comme seuls véritables représentants de la race grecque.

17Évoquées dans un discours à la gloire d'Athènes, les origines des autres cités grecques perdent tout caractère propre pour se fondre dans un moule unique répondant aux exigences de la propagande athénienne. L'autochtonie athénienne dicte ainsi la vision de l'origine de l'autre et impose des critères immuables : immigration et assemblage de peuples divers dont l'orateur ne peut – ou plutôt ne veut – fournir les différentes composantes, refusant en définitive de dévoiler l'origine ultime de ces “métèques”. Point d'exploits mythiques, point d'ancêtres glorieux. C'est toute une présentation traditionnelle sur les débuts d'une cité que les orateurs tentent de voler aux autres cités qu'ils fondent ainsi dans un même anonymat.

182. Qu'en est-il lorsque les cités sont traitées pour elles-mêmes, et ne servent plus à faire ressortir le caractère exceptionnel des débuts athéniens ? On s'aperçoit très vite que les mêmes critères, dans un tout autre contexte, peuvent prendre une tonalité bien différente. Si toute forme de mélange entre Grecs et Barbares suscite une opposition farouche, le caractère immigré, en revanche, s'avère parfois un facteur positif, notamment bien entendu dans le cas des colonies athéniennes, dont les liens avec la métropole et la race grecque sont justement garanties par ces phénomènes migratoires. De manière moins attendue, les orateurs qui entreprennent de faire l'éloge de cités ne pouvant prétendre à l'autochtonie, comme Salamine de Chypre ou encore Sparte, réussissent toutefois à trouver différents arguments pour intégrer à leur propos les déplacements de populations qui ont donné naissance à ces cités.

  • 40 Nous renvoyons pour une vue d'ensemble à Bérard 1960, Graham 1964, ou encore, pour une interprétat (...)
  • 41 Voir par exemple Isoc., Panath., 45 ou 190.
  • 42 Ainsi Isoc., Panég., 35-37.

19Nos discours évoquent fréquemment les nombreuses entreprises menées par la cité attique sur les deux continents et dans les îles de la mer Égée. En rappelant l'œuvre de colonisation athénienne, les orateurs se font l'écho de faits historiques bien attestés40, qu'ils gauchissent cependant en niant par exemple aux Doriens toute implication dans le processus41. Comme toute colonie, ces nouvelles cités sont donc issues d’une migration. Le modèle retenu pour ces colonisations obéit à un schéma classique : Athènes monte une expédition, l'emporte par la force sur les Barbares, et investit leur territoire sur lequel elle fonde de nombreuses cités42. Il s'agit donc d'une implantation obtenue par la force au dépens des précédents occupants.

  • 43 Isoc., Panég., 35, 37, 99, et Panath., 43, 47 et 190. Sur cette explication, voir par exemple Thuc (...)
  • 44 Isoc., Panég., 35 ; Panath., 43 et 190.
  • 45 Comme la Grèce en connaîtra de nombreuses à l'époque classique, par exemple celle bien connue de T (...)
  • 46 Isoc., Panath., 42 (τὴν... πρòς τòνς Ἕλληνας ὁμονοίαν... διαφυλάττοντες).

20Or c'est justement pour leurs origines immigrées que ces nouvelles cités sont célébrées. Tant pour les motifs qui leur ont donné naissance que pour les conséquences qu'elles ont entraînées, ces colonies méritent d'apparaître comme autant de bienfaits pour la race grecque. Pour expliquer la vague de colonisation athénienne, Isocrate invoque en effet les traditionnels motifs économiques et politiques : c’est pour répondre au manque de territoires suffisants sur le continent, à l'indigence d'un grand nombre et aux troubles politiques qui en résultaient que les Athéniens ont décidé d'envoyer des colons sur d'autres terres43. Car les textes insistent bien sur ce point : c'est Athènes qui fournit les chefs de ces expéditions, mais tous les Grecs dans le besoin, plus généralement tous ceux qui le désirent, peuvent s'associer à l'entreprise44. L'entreprise est donc présentée comme une colonisation de type panhellénique45. Nulle exigence ici d'une origine unique, d'une seule métropole. C'est au contraire l'association de Grecs d'origines diverses que prône l'orateur. A l'en croire, la colonisation permet donc en premier lieu de résoudre une crise économique et de préserver la concorde entre les Grecs46.

  • 47 Par exemple Isoc., Panég., 35 et 37 ; Panath., 43 (les Cariens chassés des Cyclades) et 44 (les Ba (...)
  • 48 Ainsi Isocrate classe la vague de colonisation comme la deuxième guerre qui a opposé la Grèce aux (...)
  • 49 Isoc., Panég., 37 et Panath., 44 et 47.
  • 50 Isoc., Panath., 47 et 190.
  • 51 Isoc., Panath., 44.
  • 52 Isoc., Panath., 47.

21Mais elle permet surtout d'assurer l'expansion grecque au dépens du monde barbare. Car si les colons peuvent appartenir à des cités grecques différentes, ils se rendent sur des territoires barbares dont ils chassent les précédents occupants. Les textes précisent bien que nul mélange n'intervient après la conquête entre les précédents occupants, barbares, et les nouveaux venus, grecs47. A en croire la présentation des orateurs, les nouvelles colonies ne contiennent aucun élément étranger à la race grecque. Une fois de plus, toute “mixité”, toute forme de mélange entre Grecs et Barbares, est formellement rejetée. Ce faisant, la colonisation grecque peut être considérée comme une étape essentielle dans la lutte ancestrale qui oppose Grecs et Barbares48. En chassant les Barbares de leurs territoires, en les écartant de la mer49, elle offre à la Grèce de nouvelles possessions, et notamment des positions stratégiques le long de la côte d'Asie Mineure. Elle permet d'opérer un renversement de forces en faveur de la Grèce50. Pour Isocrate, c'est bien là le mérite essentiel de l'initiative athénienne : avoir su indiquer aux Grecs contre quels adversaires lutter “pour assurer la grandeur de la Grèce”, μεγάλην ἂν τὴν Ἑλλάδα ποιήσειαν51 ; avoir permis à la Grèce d’accroître sa puissance et à l’Europe de dominer l'Asie, αὐξάνεσθαί τε τὴν Ἑλλάδα καὶ τὴν Εὐρώπην κρείττω γίγνεσθαι τῆς Ἀσίας52.

22Cette relecture des faits historiques permet donc de justifier le processus migratoire. La colonisation y apparaît comme un moyen d'assurer la diffusion et l'expansion de l'hellénisme au détriment des Barbares. En accordant à ces fondations des origines immigrées, l'orateur les rattache nettement à Grèce. En insistant d'autre part sur l'assemblage de peuples grecs impliqués, il présente ces nouvelles cités moins comme les colonies d’une métropole que comme des colonies de la Grèce. A la définition étroite d'une nationalité comme appartenance à une cité, il tente de substituer la vision plus large d'une Grèce unifiée sous l'égide athénienne.

23Cette présentation des origines des colonies athéniennes reste encore malgré tout un moyen de faire l'éloge indirect d'Athènes, fondatrice de cités. Il nous reste à examiner le cas où une cité est envisagée pour elle-même, où le récit de son origine doit contribuer à la vision élogieuse qu'on en offre. C'est le cas pour Salamine de Chypre, mais aussi dans certaines occasions pour Sparte. Aucune d'entre elles ne peut prétendre être autochtone. La fondation intervient au contraire au terme d'une expédition. Par différents arguments, les orateurs réussissent cependant à présenter une version élogieuse de leurs origines immigrées.

  • 53 Respectivement Nic., 27-28, et Évag., 12-19.
  • 54 Isoc., Nic., 28.
  • 55 Isoc., Nic., 13-18.
  • 56 Même insistance en Évag., 18 : “Arrivé à Chypre, il [Teucros] fonda Salamine, lui donnant le même (...)
  • 57 Isoc., Sur la Paix, 89 : τὴν τò γένος τῶν ἐξ ἀρχῆς τὴν πόλιν οἰκισάντων μᾶλλον τῶν ἄλλων διασώζουσ (...)

24Les débuts de Salamine de Chypre font l'objet de deux développements, l'un situé dans le Nicoclès, discours censé être prononcé par le roi de Chypre à ses sujets ; l'autre dans l'Évagoras, éloge en prose du défunt roi adressé par Isocrate à son fils Nicoclès. L'Évagoras s'attarde davantage sur les origines de la cité, mais les deux passages présentent les faits de la même manière53. Il s'agit d'un schéma de colonisation classique, que Nicoclès résume ainsi : “Teucros, fondateur (ἀρχηγός) de notre race, emmena avec lui les ancêtres des autres citoyens, navigua jusqu'ici, fonda (ἔκτισεν) pour eux cette ville et leur distribua (κατένειμεν) le territoire... Ceux qui alors détenaient le pouvoir exercent aujourd'hui encore la royauté”54. Salamine ne peut se targuer bien évidemment d’être autochtone. Mais c'est justement dans ses origines immigrées qu'elle trouve un motif de gloire. Car son fondateur, qui s'avère être un des héros de la guerre de Troie, se rattache aux plus glorieuses familles grecques. Sa généalogie est d’ailleurs longuement décrite dans l'Évagoras, permettant ainsi de l'inscrire dans la lignée des Éacides, et l'on y rappelle également que sa première patrie est Salamine près de l'Attique55. Bien entendu, le récit passe sous silence les épisodes qui ternissent le héros, et c'est un mythe épuré que nous présente l'orateur. Mais c'est bien grâce à cette migration de colons venus de Grèce que la cité chypriote acquiert ses titres de gloire : elle se voit ainsi accorder des origines mythiques, et peut donc garantir son ancienneté. C'est là un élément essentiel pour qui veut faire l'éloge des origines d'une cité. D’autre part, la présentation garantit la permanence de la population d'origine depuis l'époque de la fondation, et de la même famille à la tête du pays56. Or c'est là encore un motif de gloire, comme le souligne Isocrate dans le Sur la Paix : “On doit considérer comme une cité heureuse non pas celle qui rassemble au hasard de nombreux citoyens venus de partout, mais celle qui mieux que les autres a conservé depuis ses origines la race des fondateurs de la cité”57.

25L'immigration devient dans ce contexte gage de noblesse. Elle permet à une cité hors de la péninsule grecque de s'inventer des origines glorieuses et de se rattacher à la famille hellénique. On voit apparaître là l'exemple d'un procédé promis à un bel avenir au cours des siècles suivants. Le cas de Sparte va nous montrer, de manière encore plus flagrante, comment les orateurs manipulent les données de la tradition pour offrir une présentation des origines des cités propre à servir leurs desseins.

  • 58 Pour les débuts de Sparte, nous renvoyons à Tigerstedt 1965, et pour la vision mythique qui en est (...)

26Outre les différentes allusions disséminées au cours de ses discours, Isocrate nous présente trois versions des origines de Sparte, l'une franchement négative, et les deux autres, à l'inverse, plus élogieuses. Toutes s'inspirent du même schéma traditionnel, qui présente la fondation de Sparte comme le résultat d'une migration58. Mais toutes ne présentent pas l'épisode sous le même angle. L'éclairage dépend essentiellement du contexte dans lequel s'inscrit respectivement chacune de ces présentations.

  • 59 Isoc., Panég., 61-65.
  • 60 La légende avait transformé l’arrivée des Spartiates dans le Péloponnèse en un retour des Héraclid (...)
  • 61 Isocrate emploie bien le verbe κατῆλθον.

27Dans le Panégyrique59, l'orateur veut démontrer les droits d’Athènes à l'hégémonie, notamment par rapport à sa grande rivale, Sparte. Nous retrouvons donc le contexte que nous avons longuement analysé en première partie. Il s'agit pour l'orateur d'affirmer la supériorité attique, notamment en comparant les origines respectives des deux cités. Pour ce faire, il insiste sur la dette de reconnaissance qui lie les Spartiates aux Athéniens depuis leurs origines. S'il accepte la légende du retour des Héraclides60, c'est pour mieux souligner que ce retour n'aurait pas été possible sans l'intervention athénienne. Certes, les Spartiates se voient accorder des origines mythiques, et ils sont rattachés à la glorieuse famille des Héraclides. Certes, leur immigration est présentée comme un retour61, légitimant le pouvoir qu'ils exercent sur leur territoire. Mais leurs origines ne peuvent malgré tout rivaliser avec celles d'Athènes. Les termes employés pour clore le développement ne sont pas anodins : Isocrate les présente comme des immigrés, des obligés, des suppliants, ἐπήλυδας, εὖ παθόντας, ἱκέτας. La présence du terme ἔπηλυς rappelle qu'en dernier recours, la fondation de Sparte intervient au terme d'une migration. Rien d'étonnant, puisque nous sommes dans le cadre d’une comparaison d'Athènes avec une autre cité.

  • 62 Isoc., Archid., 16-33. Comme l'indique Tigerstedt 1965, 30-31, ce passage constitue “la première d (...)

28La situation est bien différente dans l'Archidamos. Dans ce discours, censé être prononcé par le fils du roi de Sparte devant ses sujets, Archidamos revient sur les origines de son peuple pour prouver sans conteste les droits qu'il détient sur son territoire62. Nous ne rentrerons pas ici dans les détails d'une démonstration qui est censée avant tout établir de manière irréfutable les droits de Sparte sur Messène. Seules nous intéressent ici les indications sur les origines de Sparte. L’intérêt du passage, entre autres, est de nous montrer comment l'orateur s'empare de données traditionnelles incontournables (l'invasion du Péloponnèse par de nouveaux occupants) et les transforme en un récit d’origine tout à la gloire de Sparte.

  • 63 Voir Tigerstedt 1965, 28 et 36, ainsi que Malkin 1994, 15-45.
  • 64 Isoc., Archid., 16. Même idée au paragraphe 17.
  • 65 Tout le processus est détaillé aux paragraphes 17 à 21.
  • 66 On ne compte pas le nombre de fois où l'orateur insiste sur les droits de Sparte (par exemple aux (...)

29A l'inverse des Athéniens, les Spartiates avaient parfaitement conscience qu'ils n'avaient pas toujours vécu dans le Péloponnèse mais qu'ils y avaient immigré et en avaient chassé les précédents occupants63. La version de l'Archidamos ne peut donc ignorer cet aspect de la question. Il s'agit bien d'expliquer aux Spartiates “pour quelles raisons [ils se sont] installés dans le Péloponnèse, [eux qui étaient] Doriens d'origine”64. Pour contourner la difficulté, l'orateur présente les Spartiates comme originaires du Péloponnèse. L'expédition ne constitue alors pas tant un départ vers un territoire nouveau qu'un retour. Certes, la version reprend un schéma classique de colonisation : interrogation de l’oracle de Delphes, organisation d'une expédition autour de quelques chefs, migration vers un territoire choisi à l’avance, guerre victorieuse contre les précédents occupants, installation sur le nouveau territoire divisé en trois royaumes65. Mais le mythe du Retour des Héraclides permet de supprimer les aspects les plus litigieux de cette présentation. Non seulement il rattache les Spartiates au génos glorieux des Héraclides et garantit l'ancienneté de la cité, mais il légitime son pouvoir66, et empêche surtout que la guerre de conquête menée contre les précédents habitants ne soit reprochée aux Spartiates : elle se justifie entièrement puisqu'il s'agit de reprendre un territoire dont les Spartiates ont été spoliés indûment. L'oracle de Delphes apporte d'ailleurs sa caution divine à l'entreprise : les Héraclides ne font qu'exécuter un ordre divin. Notons que nulle part, dans cette version, n'apparaît l'aide apportée par Athènes aux Héraclides. Dès ses origines, Sparte doit apparaître seule maîtresse de son destin.

30En définitive, la solution adoptée par l'orateur est simple. Il redouble le processus migratoire pour mieux l'annuler. Le retour des Héraclides présente l'immigration des Doriens dans le Péloponnèse comme le deuxième temps d'un processus commencé auparavant dans le Péloponnèse. Cette deuxième migration boucle les errances des Héraclides et les ramène à leur point de départ. Ce n'est donc pas dans le Péloponnèse que l'on peut taxer les Spartiates de nouveaux venus. d'ἐπήλυδες, mais bien plutôt chez les Doriens. Par cet artifice de réduplication, l'Archidamos parvient à éviter les connotations péjoratives qui s'attachent bien souvent aux origines immigrées d'une cité.

  • 67 Isoc., Panath., 45 et 177.
  • 68 Isoc., Panath., 253.
  • 69 Isoc., Panath., 254 (trad. Brémond in : Brémond & Mathieu 1962).

31Le Panathénaïque nous offre un dernier exemple de développement sur les origines de Sparte, et un dernier moyen de célébrer des origines immigrées. Dans ce discours, Isocrate ne nie pas que les Spartiates se soient installés sur le territoire d'autrui, un territoire dont ils ont dépouillé ses possesseurs légitimes”. Comme pour mieux marquer la différence, il présente leur expédition comme une invasion des Doriens, et non pas comme un retour des Héraclides, les privant tout à la fois de leur passé mythique et de leur légitimité67. Et pourtant, à la fin du discours, un changement d'éclairage lui permet d’atténuer ses critiques contre la cité dorienne et de vanter cette fondation coloniale. Loin de ternir la cité, les origines de Sparte sont tout à la gloire de ses ancêtres. Ceux-ci, Doriens d'origine, ont su négliger leurs cités “sans gloire, sans étendue, privées de beaucoup d'avantages, et partir en expédition contre les cités les plus importantes du Péloponnèse”68. Ces dernières, ils les ont vaincues et se sont emparés de tous les biens qu'ils détiennent encore aujourd'hui. Leur entreprise prouve donc à la fois leur sagesse et leur courage. Leur choix était judicieux, et leurs moyens à la hauteur de leurs aspirations. La conclusion d'Isocrate ne se fait pas attendre : “Comparée à ces faits, personne ne pourrait présenter une entreprise de la même période, qui fût plus grande ni plus digne d’être admirée, une action qui fût plus heureuse ni plus favorisée des dieux que celle qui délivre ses artisans de leur indigence propre pour en faire les maîtres de la prospérité d'autrui”69.

32Nulle critique ici de l'entreprise coloniale. Le pragmatisme politique prime sur la justice, la force sur la morale. L'orateur se place du point de vue de l'intérêt des Spartiates : vue sous cet angle, leur entreprise mérite tous les éloges. Leurs origines prouvent tout à la fois leur ambition, leur clairvoyance et leur courage. Les Spartiates ont choisi avec soin la meilleure terre comme lieu d'immigration, et leur bravoure leur a permis de réaliser leurs projets. On peut admirer le tour de force de l'orateur, qui réussit à faire passer pour un exploit admirable un pur acte de violence ; on ne peut s’empêcher malgré tout de ressentir un certain malaise devant cette apologie du droit du plus fort.

33Sur la question des origines, les orateurs attiques sont donc loin d’offrir une présentation unique. A la singularité athénienne, à tout jamais source d'éloges, s'opposent les migrations et les mélanges caractéristiques des autres cités. Lorsqu'ils traitent ces cités pour elles-mêmes, les orateurs sont amenés à trouver malgré tout dans ces origines immigrées des motifs d'éloge. Dès l'époque classique, certaines cités peuvent ainsi se rattacher à la péninsule grecque par le biais de migrations bien souvent légendaires. Dans ce cas-là, l'immigration s'avère préférable à l'autochtonie. D'autres, par le choix judicieux du territoire investi, témoignent de leur force physique et de leur sagesse politique. L'essentiel en définitive, c'est que ces cités puissent s'affirmer grecques, et que dans les composantes de leur population ne rentrent aucun élément barbare.

  • 70 Ainsi pour les traités rhétoriques tardifs. Voir par exemple Hermogène, Progymnasmata, 7.82.
  • 71 Arist., Rhét., 1.5.1360b 30 : Εὐγενεία μὲν οὖν ἐστιν ἔθνει μὲν καὶ πόλει τò αὐτόχθονας ἢ ἀρχαίους (...)
  • 72 Ps.-Denys d'Hal., Art rhét., 279.6-12 : ἐπὶ δὲ τῶν καθ’ἕκαστον οὐ πάνυ τι ἀναγκαῖος ὁ πόλὺς περὶ τ (...)
  • 73 Ménandre rhéteur, Περὶ Ἐπιδεικτικῶν, 354.8-21 : Ἑλλήνων δ’αὖ τῶν εὐγενεστάτων νομιζομένων γενῶν· γ (...)
  • 74 Sur ce point, voir Briquel 1983.

34Les auteurs plus tardifs, lorsqu'ils tenteront d'établir les topoi de l'éloge des cités, sauront se souvenir des orateurs attiques, et leur théorie s’élaborera bien souvent à partir d'une pratique antérieure. Certes, certains conseillent encore de prétendre qu'une cité est autochtone70. Mais d’autres, conscients qu'une telle affirmation n'est pas toujours possible, adoptent une position plus réaliste. Aristote avait déjà indiqué dans la Rhétorique que “la noblesse est pour un peuple ou une cité l'origine autochtone ou ancienne”71. L'Art rhétorique, du Ps-Denys d'Halicarnasse, est plus précis encore. Les conseils donnés dans ce texte reflètent le point de vue des cités intégrées à l’Empire dont beaucoup ne peuvent prétendre à l'autochtonie. On y retrouve pourtant des arguments que nous venons de rencontrer chez Isocrate. Ainsi, d'après ce texte, si l'on ne peut affirmer que les ancêtres sont autochtones, s’ils ont immigré (ἐπήλυδες), il faut préciser les motifs du choix du territoire colonisé, et prétendre qu'ils se sont emparés du meilleur territoire ; il faut ajouter d'autre part qu'ils l'ont fait par choix, non par hasard. En tout état de cause, il convient de bien spécifier qu'ils sont Grecs, si possible Doriens, réputés pour leur courage, ou Ioniens, célèbres pour leur sagesse72. Ménandre le rhéteur distinguera encore davantage, et prétendra qu'une cité grecque doit pouvoir se rattacher à l'un des trois peuples grecs les plus anciens et les plus connus, c'est-à-dire soit aux Éoliens, les plus forts, soit aux Doriens, les plus courageux, soit aux Ioniens, les plus réputés73. A une époque où la plupart des cités de Grande-Grèce cherchent dans des origines grecques une ἀρχή prestigieuse74, l'immigration n'est plus sentie comme un critère négatif, à partir du moment où elle permet à une cité de se rattacher à la Grèce. Mais ces théoriciens ne font qu'étendre une pratique dont les orateurs attiques avaient déjà senti la nécessité, et pour laquelle ils avaient déjà fourni quelques arguments.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aubonnet, J. (1960-1989) : Aristote, Politique, Paris.

Austin, R. G. (1940) : “Greek Board-games”, Antiquity, 14, 257-271.

Balaudé, J.-Fr., éd. (1995) : D'une cité possible. Sur les Lois de Platon, Paris.

Bérard, Cl. (1974) : Anodoi : Essai sur l'imagerie des passages chthoniens, Neuchâtel.

Bérard, J. (1960) : L'expansion et la colonisation grecques jusqu'aux guerres médiques, Paris.

Brémond, E. et G. Mathieu, (1962) : Isocrate. Discours, IV, Paris.

Briquel, D. (1983) : “L'autochtonie des Étrusques chez Denys d'Halicarnasse”, REL, 61, 65-86.

— (1993) : Les Tyrrhènes, peuple des Tours. Denys d'Halicarnasse et l'autochtonie des Étrusques, Coll. EFR 178, Paris, Rome.

Carlier, P., éd. (1997) : Le IVe siècle av. J.-C. Approches historiographiques, Nancy-Paris.

Collard, C. (1975) : Euripides' Supplices, II (Commentary), Groningue.

Contogiorgis, G. (1978) : La théorie des révolutions chez Aristote, Paris.

Croiset, M. (1925) : Démosthène, Harangues, II, Paris.

Defourny, J. (1932) : Étude sur la Politique᾿, Paris.

Desideri, P. (1992) : “Eforo e Strabone sui “popoli misti” (Str. XIV, 5. 23-26)”, in : Sordi 1992, 19-31.

Ermatinger, E. (1897) : Die attische Autochthonensage bis auf Euripides, Berlin.

Graham, A. J. (1964) : Colony and Mother-City in Ancient Greece, Manchester.

Joly, H. (1974) : Le renversement platonicien, Paris.

— (1992) : Études platoniciennes. La question des étrangers, Paris.

Lamer, F. (1926) : RE, 13.2, s.v. Lusoria tabula, col. 1973-1975.

Lévy, E. (1997) : “Platon et le mirage perse : Platon misobarbaros ? ”, in : Carlier 1997.

Loraux, N. (1981) : Les enfants d’Athéna. Paris.

Malkin, I. (1994) : Myth and Territory in the Spartan Mediterranean, Cambridge.

Montanari, E. (1981) : Il mito dell'autoctonia : Linee di una dinamica mitico-politica ateniese, Rome.

Morel, P.-M. (1995) : “Le regard étranger sur la cité des Lois, in : Balaudé 1995, 95-111.

Newman, W. L. (1887-1902) : The Politics of Aristotle, Oxford.

Pernot, L. (1993) : La rhétorique de l'éloge dans le monde gréco-romain, Paris.

Ridgeway, W. (1896) : “The Game of Polis and Plato's Rep. 422 E.”, JHS, 16, 288-290.

Romilly, J. de (1976) : “Alcibiade et le mélange entre jeunes et vieux : politique et médecine”, Wiener Studien, 10, 93-105.

Rosivach, V. J. (1987) : “Autochthony and the Athenians”, CQ, 37 (II), 294-306.

Sakellariou, M. (1958) : La Migration grecque en Ionie, Athènes.

Sordi, M., éd. (1992) : Autocoscienza e rappresentazione dei popoli nell' antichità, Milan.

Tigerstedt, E. N. (1965) : The Legend of Sparta in Classical Antiquity, I, Lund.

Notes

2 Nous renvoyons aux études principales sur la question, Ermatinger 1897, Bérard 1974, Loraux 1981, 31-38, Montanari 1981, Rosivach 1987, et Briquel 1993,75-111.

3 Que l'autochtonie soit entendue comme naissance du sol-même de l'Attique, ou simplement comme caractère indigène de la population.

4 Ainsi par exemple chez Lysias, Épit., 17, Isoc., Panég., 23-25 (et également, bien que de manière différente, 61-65), Sur la Paix, 49-50, Panath., 124-125, Dém., Épit., 4, Platon, Ménex., 237b-239a, Hyp., Épit., 6-7. Lyc., C. Léocr., 100 (= Eur., Érechthée, fgt 360, 7-13).

5 L'expression est de Joly 1992, 18.

6 Cf. les expressions μόνοι (μόνους, μύνοις) : Isoc., Panég., 25, Panath., 125, Lyc., C. Léocr., 83. Dém., Épit., 4.

7 Par exemple Isoc., Panég., 23 (παρὰ πᾶσιν ἀνθρώποις), Sur la Paix, 49 (τῶν ἄλλων), Platon, Ménex., 237b (οἱ ἄλλοι), Dém., Épit., 4 (μόνοι τῶν ἀνθρώπων). Relevons encore l'expression de Lysias, Épit., 17 (οἱ πόλλοι).

8 On peut d'ailleurs remarquer que les définitions tardives que les textes donnent de l'autochtonie reprennent eux aussi cette opposition. On est autochtone soit parce qu'on a cultivé en premier son territoire, soit parce qu'on n’est pas immigré. Voir ainsi la Souda, s.v. Αὐτόχθονες. : Οἱ Ἀθηναῖοι · ἢ ἐπεὶ τὴν χθόνα, τουτέστι τὴν γῆν, ἀργὴν οὖσαν πρῶτοι εἰργάσαντο· ἢ διὰ τò μὴ εἶναι αὐτòνς ἐπήλυδας.

9 Isoc., Panath.,124.

10 Hyp., Épit., 7 : πολλαχόθεν εἰς μίαν πόλιν συνεληλυθότες οἰκοῦσι.

11 Lysias, Épit., 17 : οἰ πόλλοι. πανταχόθεν συνειλεγμένοι καὶ ἑτέρους ἐκβαλόντες τὴν ἀλλοτρίαν ᾤκησαν.

12 Rattaché au futur ἐλεύσομαι, ce terme sert à l'origine à désigner, sans aucune connotation péjorative, “celui qui survient”, “l'étranger”.

13 Lyc.. C. Léocr.. 100 (= Eur.. Érechthée, fgt. 360, 7 et 8-10 : λεὼς... οὐκ ἐπακτòς ἄλλοθεν.... αἱ δ’ἄλλαι πόλεις πεσσῶν ὁμοίαις διαφοραῖς ἐκτισμέναι ἄλλαι παρ’ἄλλων εἰσὶν εἰσαγώγιμοι). Voir encore Platon, Ménex., 237b, ou Isoc., Panég., 24.

14 Sur cette comparaison, nous renvoyons aux études de Lamer 1926, d'Austin 1940 et de Ridgeway 1896. Voir également Collard 1975, 219-220 (commentaire des vers 409-410), qui fournit de nombreuses occurrences et des indications bibliographiques précieuses.

15 Lyc., C. Léocr., 48 : πρòς τὰς χώρας τὰς μή φύσει προσηκούσας, ἀλλ’ὕστερον ἐπικτήτους γενομένας καταδεέστερον διάκεινται.

16 Isoc., Panég., 24. Il n'est pas anodin, d'ailleurs, que dans un des rares passages qui évoquent l'origine particulière d’une cité, Salamine de Chypre, et ce dans le cadre d'un éloge de la cité, l'orateur laisse entendre que les immigrants ont trouvé le territoire vide en arrivant et ont pu ainsi se le répartir entre eux sans léser ses précédents occupants (Nic., 28).

17 Lysias, Épit., 17.

18 Lettre de Philippe, intégrée dans le corpus démosthénien, 21-22 : “Est-ce que tous, nous n’habitons pas nos villes soit parce que nous les tenons de nos ancêtres, soit parce que la guerre nous en a rendus maîtres ?” (trad. Croiset 1925). De manière plus précise encore, Isocrate distingue dans l'Archidamos, aux paragraphes 18-19, entre les cités héritées des ancêtres, celles obtenues par un don volontaire dû à un lien de parenté, et celles obtenues par droit de guerre.

19 Cf. par exemple Lysias. Épit., 17 (ἡ... ἀρχὴ τοῦ βίου δικαία).

20 Ainsi par exemple dans le Panathénaïque d'Isocrate, 253 (présentation inverse en Panég., 61-65, ou Archid., 17 sq).

21 Cf. Isoc., Panath., 205, Archid., 12, Paix, 95.

22 Nous renvoyons une nouvelle fois aux passages déjà cités de Lysias, d'Hypéride, de Platon ou d'Isocrate.

23 Hyp., Épit., 7 : γένος ἴδιον ἕκαστον συνεισενεγκαμένος.

24 Platon. Ménex., 238e.

25 Platon, Lois, 704c. Sur tout ce passage, nous renvoyons à Joly 1974, 349-355, et surtout Joly 1992. Voir également Morel 1995.

26 Platon, Lois, 708b.

27 Platon, Lois, 708b-708d. La récurrence du terme φιλία ou de termes de la même famille dans tout le passage insiste sur cette communauté d’aspirations, ce sentiment profond d'appartenance à un même peuple (cf. Joly 1992, 43 n. 3). Remarquons d'autre part que la définition que Platon donne d'une race reprend les mêmes critères que ceux que donne Hérodote dans le fameux passage 8.144 : unité de langue, de coutumes, de religion ; aucune indication en revanche sur l'unité de sang.

28 Platon, Lois, 708c.

29 Platon, Lois, 708d. On retrouve ici un adjectif utilisé par Platon dans le Ménexène.

30 Cette unité, si elle est longue et difficile à réaliser (voir 708d : χρόνου πολλοῦ καὶ παγγάλεπον), ne lui paraît cependant pas inaccessible.

31 Platon, Lois, 708d : τò δὲ συμπνεῦσαι, καὶ καθάπερ ἵππων ζεῦγος καθ’ἕνα εἰς ταὐτòν, τò λεγόμενον, συμφυσῆσαι, χρόνου πολλοῦ καὶ παγχάλεπον.

32 Platon, Rép., 547a. Le mot ἀνωμαλία rappelle en écho l'adjectif ἀνώμαλος utilisé par Platon dans le Ménexène. Notons cependant que s’il rejette une origine plurielle pour sa cité idéale, ce refus du mélange ethnique n'empêche pas le philosophe de vanter malgré tout les mérites d'un mélange harmonieux, de la solidarité nationale au sein de la cité, de la nécessaire participation politique de tous les membres d'une communauté civique, seuls facteurs capables de créer une réelle harmonie entre tous les citoyens de la cité. Sur le rôle positif du mélange dans les réflexions politiques du ve et du ive s., nous renvoyons à Romilly 1976. Nous remercions monsieur Jacques Jouanna d'avoir attiré notre attention sur cet article au cours de la discussion qui a suivi la présentation de cette communication.

33 Arist., Pol., 3.3.6.1276a 32-33 (traduction Aubonnet 1971). Nous renvoyons au commentaire de Newman 1902, ainsi qu'aux livres de Defourny 1932 et de Contogiorgis 1978.

34 Arist., Pol., 5.2.4.1302b 5. On retrouve ici le terme qu'emploie Platon dans le passage de la République que nous venons de citer.

35 Arist., Pol., 5.8.11.1303a 25-27 (trad. Aubonnet 1973). Voir une affirmation semblable en 7.8.8.1328b 16 : “La cité n'est pas une masse de gens réunis par hasard (ἡ γὰρ πόλις πλῆθός ἐστιν οὐ τò τυχόν)” (trad. Aubonnet 1986).

36 Ces exemples prouvent qu’en employant l'adjectif ὁμόφυλος, Aristote ne désigne pas véritablement une similarité de race, mais une similarité de nation. Comme l'ont indiqué les critiques, il emploie donc ici l'adjectif au sens d'ὁμοεθνής (voir par exemple l'utilisation de ces deux adjectifs chez Polybe 11.19). Parmi les colons s'opposant entre eux au sein d'une même colonie figurent en effet des exemples de peuples d'une même origine ionienne.

37 Platon, Ménex., 245c-d.

38 Voir par exemple Platon, Ménex., 245d : καθαρòν τò μῖσος et 245c : τό τε τῆς πόλεως γενναῖον καὶ ἐλεύθερον βέβαιόν τε καὶ ὑγιές ἐστιν.

39 Sur cette bipartition opérée par Platon entre Grecs et Barbares à l'intérieur du genre humain, nous renvoyons à Lévy 1997, notamment 346-350. Pour une vision beaucoup moins péjorative du statut de “peuples mêlés”, de μίγαδες, voir Éphore, FGrHist 70 F 162, cité par Strabon 14.5.23-26, et l'article consacré à ce problème par Desideri 1992.

40 Nous renvoyons pour une vue d'ensemble à Bérard 1960, Graham 1964, ou encore, pour une interprétation différente, à Sakellariou 1958.

41 Voir par exemple Isoc., Panath., 45 ou 190.

42 Ainsi Isoc., Panég., 35-37.

43 Isoc., Panég., 35, 37, 99, et Panath., 43, 47 et 190. Sur cette explication, voir par exemple Thucydide 1.2 et 12, ou Platon, Lois, 708b. De manière plus générale, voir les précisions apportées par Graham 1964, 4-5.

44 Isoc., Panég., 35 ; Panath., 43 et 190.

45 Comme la Grèce en connaîtra de nombreuses à l'époque classique, par exemple celle bien connue de Thourioi.

46 Isoc., Panath., 42 (τὴν... πρòς τòνς Ἕλληνας ὁμονοίαν... διαφυλάττοντες).

47 Par exemple Isoc., Panég., 35 et 37 ; Panath., 43 (les Cariens chassés des Cyclades) et 44 (les Barbares écartés du bord de mer).

48 Ainsi Isocrate classe la vague de colonisation comme la deuxième guerre qui a opposé la Grèce aux Barbares (Panath., 190).

49 Isoc., Panég., 37 et Panath., 44 et 47.

50 Isoc., Panath., 47 et 190.

51 Isoc., Panath., 44.

52 Isoc., Panath., 47.

53 Respectivement Nic., 27-28, et Évag., 12-19.

54 Isoc., Nic., 28.

55 Isoc., Nic., 13-18.

56 Même insistance en Évag., 18 : “Arrivé à Chypre, il [Teucros] fonda Salamine, lui donnant le même nom que celui de sa précédente patrie, et il y laissa la famille qui exerce actuellement la royauté”. De même en 32.

57 Isoc., Sur la Paix, 89 : τὴν τò γένος τῶν ἐξ ἀρχῆς τὴν πόλιν οἰκισάντων μᾶλλον τῶν ἄλλων διασώζουσαν.

58 Pour les débuts de Sparte, nous renvoyons à Tigerstedt 1965, et pour la vision mythique qui en est donnée, à l’ouvrage récent de Malkin 1994, notamment 15-45.

59 Isoc., Panég., 61-65.

60 La légende avait transformé l’arrivée des Spartiates dans le Péloponnèse en un retour des Héraclides, venus récupérer après plusieurs générations un territoire dont les avait chassés indûment leur oncle Eurysthée.

61 Isocrate emploie bien le verbe κατῆλθον.

62 Isoc., Archid., 16-33. Comme l'indique Tigerstedt 1965, 30-31, ce passage constitue “la première description complète et détaillée du retour des Héraclides”.

63 Voir Tigerstedt 1965, 28 et 36, ainsi que Malkin 1994, 15-45.

64 Isoc., Archid., 16. Même idée au paragraphe 17.

65 Tout le processus est détaillé aux paragraphes 17 à 21.

66 On ne compte pas le nombre de fois où l'orateur insiste sur les droits de Sparte (par exemple aux paragraphes 16, 24, 26, 30, 33).

67 Isoc., Panath., 45 et 177.

68 Isoc., Panath., 253.

69 Isoc., Panath., 254 (trad. Brémond in : Brémond & Mathieu 1962).

70 Ainsi pour les traités rhétoriques tardifs. Voir par exemple Hermogène, Progymnasmata, 7.82.

71 Arist., Rhét., 1.5.1360b 30 : Εὐγενεία μὲν οὖν ἐστιν ἔθνει μὲν καὶ πόλει τò αὐτόχθονας ἢ ἀρχαίους εἶναι. L'alternative offerte par Aristote n'est cependant pas fréquente.

72 Ps.-Denys d'Hal., Art rhét., 279.6-12 : ἐπὶ δὲ τῶν καθ’ἕκαστον οὐ πάνυ τι ἀναγκαῖος ὁ πόλὺς περὶ τῆς πατρίδος λόγος· ἰτέον οὖν ἐπὶ τοὺς προγόνους, εἰ οἱ πρόγονοι μὴ ἐπήλυδες, ἀλλ’αὐτόχθονες καὶ εἰ ἐπήλυδες, ἀλλὰ κρίσει τὴν ἀρίστην γῆν λαβόντες, οὐ τύχη καὶ ὅτι ἢ ἐκ τοῦ Δωρικοῦ γἑνους, ὅπερ ἀνδρειότατον, ἢ ἐκ τοῦ Ἰωνικοῦ, ὅπερ σοφώτατον, καὶ ὅτι Ἕλληνες.

73 Ménandre rhéteur, Περὶ Ἐπιδεικτικῶν, 354.8-21 : Ἑλλήνων δ’αὖ τῶν εὐγενεστάτων νομιζομένων γενῶν· γένη δὲ τὰ ἀνωτάτω καὶ γνωριμώτατα τρία, τò Δωριέων, Αἰλέων, Ἰώνων. Τò μὲν τοίνων Αἰολέων πολὺ ἰσχυρότατον, τò δὲ Δωριέων ἀδρικώτατον, τò δὲ Ἰώνων ἐλλογιμώτατον. Χρὴ οὖν ἀποφαίνειν τὴν Ἑλλήνιδα πόλιν ἐκ τούτων οὖσαν τῶν γενῶν. Καὶ οὕτως μὲν τὰ γένη τῶν ἐνοικοῦντων διαγνωσόμεθα, καὶ τοὺς ἐπαίνους, οὓς ἂν πε῀ει τῶν γενῶν εἴπωμεν, νομιοῦμεν προσήκειν τοῖς οἰκήσασιν... Sur tout ce passage, nous renvoyons à l’étude récente et très complète de Pernot 1993, 178-216 notamment.

74 Sur ce point, voir Briquel 1983.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540