Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

Première partie. Problématiques générales

Le vocabulaire du mélange démographique : mixobarbares et mixhellènes

Michel Casevitz

Texte intégral

  • 1 Nous donnons ici le texte tel qu'on le trouve dans l'édition de L. Méridier aux Belles Lettres (CU (...)
  • 2 Meixo- ou mixi- ? Voir infra.

1L'idée de mélange des peuples, de métissage, est évidemment liée, plus ou moins explicitement, à l’idée opposée de pureté, de clarté, de simplicité et d'unité. Dans la langue grecque et la civilisation qu'elle dénote, est valorisée l'origine claire et immobile d'une cité, d'un peuple, exempt de la confusion que le mélange crée, mélange démographique et mélange linguistique. On connaît un exemple célèbre de cette opposition fondamentale entre l'un, positif (l'autochtonie est garante de la pureté ethnique et linguistique) et l'autre, plutôt déprécié, le métissage, plutôt représenté géographiquement dans les marges et les confins. Un texte célèbre de Platon exprime jusqu'à la caricature cette opposition devenue thème traditionnel : dans le Ménéxène, 245 c-d, l'orateur Socrate qui débite le discours qu’il a recueilli de la bouche d’Aspasie, Aspasie la Milésienne (comme il est dit à la fin, en 249 d) développe le thème de l'autochtonie d’Athènes qui lui permet de défendre les Grecs mieux que quiconque1 :... μόνοι δὲ ἡμεῖς οὐκ ἐτολμήσαμεν οὔτε ὀμόσαι. Οὕτω δή τοι τό τε τῆς πόλεως γενναῖον καὶ ἐλεύθερον βέβαιόν τε καὶ ὑγιές ἐοτιν καὶ φύσει μισοβάρβαρον, διὰ τò εἰλικρινῶς εἶναι Ἕλληνες καὶ ἀμιγεῖς βαρβάρων. Oὐ γὰρ Πέλοπες οὐδὲ Κάδμοι οὐδὲ Αἴγυπτοί τε καὶ Δαναοὶ οὐδὲ ἄλλοι πολλοὶ φύσει μὲν βάρβαροι ὄντες, νόμῳ δὲ Ἕλληνες, συνοικοῦσιν ἡμῖν, ἀλλ’αὐτοὶ Ἕλληνες, οὐ μειξοβάρβαροι οἰκοῦμεν, ὅθεν καθαρòν τò μῖσος ἐντέτηκε τῇ πόλει τῆς ἀλλοτρίας φύσεως. “Seuls [d'entre les Grecs], nous n'eûmes pas le front de les livrer [les Grecs d'Asie Mineure au Roi] ni de jurer [alliance avec le Roi]. C'est précisément par ceci assurément que le caractère noble et libre de notre cité est solide et sain et naturellement hostile au barbare : grâce au fait que nous sommes purement des Grecs et que nous ne connaissons pas le mélange de Barbares. Car il n'y a pas des Pélops, des Cadmos, des Égyptos ou des Danaos ni tant d'autres, par nature barbares et légalement Grecs, pour habiter avec nous, non, nous habitons entre nous [cf. Aristophane, Ach., 504 αὐτοὶ γὰρ ἐσμεν], Grecs et non meixobarbaroi2, ce qui fait que pure est la haine de la nature étrangère qui est infuse en la cité”.

  • 3 Moulinier 1950 ; Rudhardt 1958.
  • 4 Cité infra DELG.

2La notion de pureté revendiquée est exprimée ici par un mot simple (καθαρός) et des mots composés (le composé à premier terme négatif ἀμιγής et εἰλικρινῶς). Sur la notion de pureté dans καθαρός, liée à la propreté et à l'absence de souillure qu'apporte l'élément étranger, et qui déborde largement le démographique, les travaux de L. Moulinier et de J. Rudhardt restent les références3. Sur l'adjectif εἰλικρινής, dont on trouve dix-sept exemples chez Hippocrate (+ un de l'adverbe ; le mot qualifie notamment πύον, “le pus, le crachat” non mêlé au sang), on se reportera à l'article s.v. du Dictionnaire Étymologique de la Langue Grecque4 de P. Chantraine qui montre que, si le deuxième terme est clairement issu du thème de κρίνω, le premier terme reste obscur : “On a supposé que ce premier élément est issu de εἵλη (avec l'ι-utilisé en composition) ; le sens serait “distingué au soleil ?” mais εἵλη signifie proprement “chaleur du soleil” ϝελᾱ seul, en dorien, se dit [secondairement ?] de la lumière). Il ne paraît pas exclu que le premier terme soit tiré de εἵλω “faire tourner” [*wel-] et que la métaphore soit celle du grain ou de la farine triés par le crible que l'on fait tourner”. On peut bien sûr rapprocher de εἱλόπεδον (Odyssée, 7.123) “surface plane exposée au soleil notamment pour sécher le raisin” (composé de εἵλη + πέδον) ; quant à εἵλη, c'est un ancien *ϝһελα, puis avec prothèse *ε-ϝһέλᾱ> εἵλη, εἵλη (cf. en grec ἀλέα, pour lequel Chantraine renvoie à son article du DELG). Quoi qu'il en soit, le mot dénote ce qui n'est pas mélangé, uni (Platon l'emploie, outre l'exemple vu dans le Ménéxène, dans le Phédon, 66 a-67 b, 81 c, dans le Philèbe, 29 b, 30 b, 32 c, 52 d. 53 a, 59 c, 63 b. Banquet, 181 c, 211 e. République, 477 a, 478 d et e, 479 d, 549 b, Timée, 45 b. 76 b + fr. 370 c, soit une vingtaine d'exemples). Disons que le sens de ce mot pourrait être l'équivalent de notre “filtré” ? (> “sincère”, “de bonne foi”, en grec tardif puis moderne).

  • 5 Nous avons étudié les mots du mélange dans Casevitz 1991.
  • 6 Isolé, le mot τύρβη ne se range pas dans une famille dont le verbe est le centre et ne paraît pas (...)

3Si l'on va maintenant in médias res, dans le domaine du mélange des populations, qui est exprimé de la même façon que le domaine du composite (alliage), on rappellera la diversité des mots, comme si ce qui est mélange d'éléments ou de personnes, plutôt moins bien considéré que la pureté, et plutôt, pour ce qui est des populations, observé dans la périphérie qu'au centre – disons en maniant l'anachronisme, si le monde grec est vu dans son ensemble, dans les banlieues plutôt qu'au centre ville –, comme si donc le mélangé avait une multiplicité d’expressions variées, exprimant la difficulté de décrire la diversité des situations, le pur, lui, se satisfaisant de quelques expressions, simple (la katharotès) ou bien composées, étant surtout l'inverse du composé, dès lors que celui-ci est exprimé par des mots simples. Rappelons pour mémoire5 que les mots du mélange expriment la rencontre, le contact entre au moins deux éléments ou deux personnes, l'opération proprement dite, fusion et interpénétration, aboutissant à un résultat provisoire et précaire ou bien définitif. Les mots formés à partir de la racine *ker-(H2), qui expriment l'opération de mélange (définitif) des éléments dans une proportion équilibrée (cf. κρᾱσις, κέκρᾱμαι, etc.). D'autres verbes, tels φύρω, πορφύρω, κυκάω, κυρκανάω, συντίθημι, συγχέω, ζεύγνυμι et ses composés, désignent divers aspects de l'opération du mélange en l’envisageant de diverses manières et selon le matériau mélangé, liquide, solide, objets ou personnes6.

  • 7 Sur les emplois homériques des verbes μίσγω, ἔμειξα, ἐμίγην, μέμιγμαι, voir Casevitz 1991, 122-125
  • 8 Mais βαρβαρόφωνοι dans l'Iliade, 2.867 (pour les Cariens) n'indique pas le mélange mais seulement (...)
  • 9 Cf. Blanc 1987, 327 et 330 (et notes 940-942).
  • 10 Cf. Casevitz 1991, 125-127.
  • 11 Les éditeurs ont souvent corrigé -μικτος en -μεικτος, sans aucune justification. Voir Casevitz 199 (...)
  • 12 Cf. Casevitz 1991. 128-129.

4La racine la plus apte à exprimer simplement et positivement la notion de mélange de divers éléments, de diverses personnes, de nature semblable ou radicalement différents, est * mei-g/k7. Le mélange linguistique, qui résulte du mélange démographique, est deux fois mentionné dans les poèmes homériques : dans l'Iliade 4.438 (γλῶσσ’ἐμέμικτο) et dans l'Odyssée 19.175 (ἄλλη δ’ ἄλλων γλῶσσα μεμιγμένη)8. Outre les formations verbales, le radical se rencontre en grec dans de nombreux composés. Il existe quelques composés sigmatiques en -μιγής, en rapport avec le thème de l'aoriste en -η (μιγῆναι)9 : παμμιγής, συμμιγής, ἀμιγής10 et quelques composés où -μικτος constitue le second terme11 ; ἄμικτος est le doublet de ἀμιγής, “non mélangé”, πάμμικτος de παμμιγής, “complètement mélangé”, σύμμικτος de σύμμιγής, “mélangé”, “indistinct”. Ce dernier composé est employé en poésie et dans la prose, notamment celle des historiens, chez ceux-ci pour désigner des populations hétérogènes (Hérodote, Thucydide), qu’elles soient grecques ou barbares ou bien grecques et barbares12.

  • 13 Cf. Casevitz 1991, 129. Le mot se retrouve en byzantin chez Anne Comnène dans un emploi figuré pou (...)
  • 14 Cf. Casevitz 1991, 131-136.
  • 15 Telle est la graphie des manuscrits, corrigée en μειξο-par les éditeurs.
  • 16 Le manuscrit Mediceus porte bien μιξο-.

5Les composés où le radical *meig- apparaît au premier membre forment trois groupes. Il a existé un *μισγαγκής dont le dérivé μισγάγκεια, désignant le “confluent de vallées”, est un hapax homérique13. Le deuxième groupe est formé par les composés en μειξι-, abondants surtout dans l'onomastique et qui paraissent appartenir à la classe des composés déterminatifs (tel Μειξίδημος “qui se mêle au peuple”) ou, plus souvent, à la classe des possessifs (tel Μειξιγένης “qui a une origine mélangée”). Le troisième groupe est celui des composés en μ(ε) ιξο-, qui sont clairement des composés possessifs14 : ainsi μιξοβόας, employé par Eschyle, appartient à la petite série des composés en-βόας, qui sont employés comme épithètes par Eschyle, Sophocle, Euripide dans les passages lyriques ainsi que par Pindare et les lyriques. Μιξόθροος15 est aussi épithète, chez Eschyle dans une partie lyrique aussi (Sept, 331). De même μιξόμβροτος, chez Eschyle aussi, dans un passage lyrique aussi (Suppl., 56916) est épithète de βοτόν, désignant Io, “bête qui a de l'humain mêlé (à elle)” : βοτὸν...| μιξόμβροτον, τὰ μὲν βoòς | τὰ δ’αὖ γυναικός : c'est “une bête avec de l'humain, des parties de bovin, des parties de femme”. Io est ici principalement une bête, mais dans le Prométhée, elle est principalement une créature d’apparence humaine avec des éléments animaux. Μιξοπάρθεος qualifie ἔχιδνα chez Hérodote : il s'agit d'un “serpent qui a de la jeune fille mêlé (à elle)”, de la Sphinge chez Euripide (Phén., 1023, lyr.). De même encore, chez Euripide (Ion, 1161), μιξόθηρες qualifie φῶτες : il s'agit de “mortels qui ont des éléments de bêtes mêlés (à eux)”. Sans citer ici tous les composés en μιξο-, on voit clairement que ce sont des composés possessifs, c'est-à-dire des adjectifs épithètes signifiant “qui a tel élément [second terme] mêlé à lui ou elle [premier terme]”. Autrement dit, un composé à premier terme μιξο- équivaut, formellement et pour le sens, à un composé à second terme -μικτος.

  • 17 La confusion est pourtant fréquente et commune. Chacun est régulièrement traduit “mi-barbare, mi-g (...)
  • 18 Voir Benveniste 1974, 155-156.

6Cela établi, il est clair – et la philologie avec ses propres moyens suffit à le démontrer – qu'il ne faut pas confondre le sens des deux composés μιξοβάρβαρος et μιξέλληνες17. Certes tous deux sont des composés en μιξο- (car le second est évidemment, d’après la série que nous venons d’indiquer, un composé où c'est un omicron qui est élidé, et non un iota), tous deux sont des possessifs, à l'origine employés comme épithètes : ce sont des composés “exocentriques” et “biplanaires”, pour employer la terminologie des linguistes18.

  • 19 Le singulier μιξέλλην est aussi chez Porphyre (Sur les statues, 8) = Eusèbe, Prép. Év., 3.11.43 po (...)

7De ces deux composés, c'est μιξέλληνες qui apparaît le plus anciennement. Le premier exemple est dans une citation d'Hellanicos de Lesbos (FGrHist 4 F 71 a) dans une scholie ancienne à l'Odyssée, 8.294 : Σίντιες ἐκαλοῦντο οἱ Λήμνιοι, ὡς Ἑλλάνικος ἱστορεῖ ἐν τῷ περὶ Χίου κτίσεως τòν τρόπον τοῦτον “ἐκ τῆς Τενέδου ᾤχοντο εἰς τòν Μέλανα κόλπον, καὶ πρῶτον μὲν εἰς Λῆμνον ἀφίκοντο. Ἦσαν δὲ αὐτόθι κατοικοῦντες Θρᾷκές τινες, οὐ πολλοὶ ἄνθρωποι ἐγεγόνεισαν δὲ μιξέλληνες”. Hellanicos dit explicitement que ceux qui devinrent par la suite des Lemniens, s'en vinrent de Ténédos à Lemnos, où il y avait quelques Thraces qui devinrent ainsi des “barbares ayant des Grecs mêlés à eux”, des mixhellènes, que les voisins nommèrent Sintiens (d'après le nom des ustensiles guerriers que fabriquaient leurs artisans). Polybe (1.67.7) parle de μιξέλληνες en énumérant les troupes d'Hannon mutinées : “des Ibères, des Celtes, quelques Ligures et Baléares, de plus en nombre non négligeable des mixhellènes, dont en majorité des déserteurs et des esclaves”. Ces mixhellènes, dits par P. Pédech (CUF) “Grecs métissés”, sont traduits par D. Roussel (La Pléiade) “demi-grecs”. Il s'agit en fait, comme l'indique en note le traducteur de La Pléiade, d'“Italiens hellénisés et parlant grec”. Diodore de Sicile (25.2.2 = Excerp. Hoeschel p. 169 H, 509 W) dit : Ἴβηρες, κελτοί, βαλεαρεῖς, Λιβυφοίνικες, Λιγυστινοὶ καὶ μιξέλληνες δοῦλοι. Ce sont des “esclaves métissés de grec”. On voit aussi clairement le sens chez Plutarque (Crassus, 31.1) : πρῶτοι... τῶν βαρβάρων ἀπήντησαν αὐτῷ δύο μιξέλληνες...“Les premiers des barbares à l'aborder furent deux mixhellènes”, c'est-à-dire deux individus parlant grec. Héliodore, dans les Éthiopiques (9.24.2) ne parle d'un garde mixhellène que parce que celui-ci, barbare, peut parler grec19. Une inscription d'OIbia, d'environ 230 a.C. (IOSPE, 1.2, 32, B 17 = Syll. 3 495, B 114) parle des habitants mixhellènes des piémonts ; ce sont des Scythes à éléments grecs, ceux qu'Hérodote (4.17) appelle des Ἑλληνοσκύθαι (Scythes qui sont aussi des Grecs).

  • 20 Μειξοβάρβαρος οὔτε Ἕλλην, ἀλλ’ἀμφοτέρων μετέχων (suit l'ex. d'Eur., Phén., 138). L'ordre orthograp (...)
  • 21 Cf. Casevitz 1991, 137. La deuxième raison donnée par une scholie ancienne au vers 138 pour expliq (...)
  • 22 Voir le texte cité au début.
  • 23 Traduction Talbot 1857.
  • 24 Texte de l'édition de Macleod 1972.
  • 25 Cf. aussi Plut., Mor., Questions Grecques, 21 (296 B) : “On dit que des Tyrrhéniens qui avaient en (...)
  • 26 Dans une scholie ancienne à Pindare, Ol., 13.74, il est signalé que les Corinthiens honorent les e (...)
  • 27 Dans l'Index de l'Alexiade établi par Gautier 1976, qui traduit le mot “mâtiné de barbare”, on en (...)
  • 28 Un exemple aussi dans la correspondance de Synésios de Cyrène (Lettre, 130).

8Les μιξοβάρβαροι sont, eux, des Grecs qui ont du barbare mêlé à eux. Malgré Hésychius (μ 603)20, l'Étolien Tydée n'est pas dit à demi-barbare chez Euripide (Phén., 138) : c'est son armement qui lui donne un aspect étrange et en fait un Grec avec du barbare mêlé à lui21. Dans les Helléniques (2.1.15), Xénophon indique, à propos de la ville philathénienne de Kédréai en Carie, dont la population fut réduite en esclavage par Lysandre, qu'il s'agissait de mixobarbaroi, que J. Hatzfeld (CUF) traduit par “Grécobarbares”, alors qu'il s'agit de Grecs métissés de barbares (tandis que les Cariens métissés de Grecs qui sont à Téos, selon Pausanias [7.3.6] ἀναμεμιγμένοι τῷ Ἑλληνικῷ... ἦσαν οἱ Κᾶρες, sont des mixhellènes). Dans le Ménéxène22, l'orateur souligne que les Athéniens sont purs Grecs, qui “n'ont pas de barbares mélangés à eux (οὐ μιξοβάρβαροι)”. Lucien parle dans le Zeὺς τραγῳδός (27) d'un certain Timoclès, homme pieux et parfait connaisseur des Stoïciens, qui attire beaucoup de disciples et reçoit de gros honoraires ; mais dès qu'il est en public, “il perd toute sa hardiesse, il a la parole mal assurée, à demi barbare, et il fait rire tout le monde en bredouillant, balbutiant, se troublant, surtout lorsque, malgré sa timidité, il veut faire montre de beau langage”23 : ἐν πλήθει δὲ εἰπεῖν ἀτολμότατός ἐοτιν καὶ τὴν φωνήν ἰδιώτης καὶ μιξοβάρβαρος, ὥστε γέλωτα ὀφλισκάνειν διὰ τοῦτο ἐν ταῖς συνουσίαις, οὐ συνείρων ἀλλὰ βατταρίζων καὶ ταραττόμενος, καὶ μάλιστα ὁπόταν οὕτως ἔχων καλλιρρημοσύνην ἐπιδείκνυσθαι βούληται24 : ce Timoclès est évidemment un excellent Grec, mais en voulant bien parler, troublé, il devient bête et incorrect dans son élocution et mêle à sa langue des... barbarismes, et en commet d’autant plus qu'il veut bien parler. Plutarque emploie aussi le mot dans Vertus des Femmes 247 A 10 : Τυρρηνῶν τίνων τῶν Λῆμνον καὶ Ἴμβρον κατασχόντων, ἁρπασάντων δὲ Βραυρωνόθεν τὰς Ἀθηναίων γυναῖκας, ἐγένοντο παῖδες, οὓς ἐξήλασαν Ἀθηναῖοι μιξοβαρβάρους ὄντας ἐκ τῶν νήσων25. “Des Tyrrhéniens qui s'étaient établis à Lemnos et à Imbros et qui avaient enlevé à Brauron les femmes athéniennes naquirent des enfants que les Athéniens chassèrent des îles parce qu'ils étaient mixobarbaroi. Ces enfants sont, vus du côté athénien, des Grecs qui ont la tare d'être mâtinés de barbare, mais ils eussent pu être dits, si l'on considère leur origine paternelle, des mixhellènes26. Les historiens tardifs et les Byzantins ont souvent employé le mot mixobarbaros, qu'il s'agisse d'Hérodien (6.8.1 ; cf. aussi le De Insidiis dans les Excerpta confectionnés sur l'ordre de Constantin VII, p. 101 C. de Boor), d'Anne Comnène27, de Georges le Moine, de Malalas ou de Nicéphore Grégoras28.

9L'iconographie présente parfois d'étranges créatures, à double nature (διφυεῖς). Une jeune fille représentée avec des parties animales sera une (παρθένος) μιξόθηρ, une bête avec quelques parties de jeune fille sera (θὴρ) μιξοπάρθενος. Semblablement, un peuple, un individu μιξοβάρβαρος sera un non-barbare avec du sang ou des traits, – le langage ou quelque autre élément – barbares, tandis que le μιξέλλην sera un non-Grec qui aura des éléments, par exemple, sans parler du sang, la langue, le vêtement ou les mœurs, grecs.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Benveniste, É (1974) : “Fondements syntaxiques de la composition nominale”, Problèmes de linguistique générale, II, Paris, 145-162 (= Bull, de la Soc. de Linguistique de Paris, 62, 1967, 15-31).

Blanc, A. (1987) : Les adjectifs sigmatiques en grec, thèse de Paris-Sorbonne Paris IV.

Casevitz, M. (1991) : “Sur la notion de mélange en grec ancien (mixobarbare ou mixhellène ?)”, Mélanges Étienne Bernand, Besançon-Paris, 121-139.

Gautier, P. (1976) : Anne Comnène, Alexiade, Index, Collection Byzantine, Belles Lettres, Paris.

Méridier, L., éd. (1931) : Platon, Œuvres complètes, V.1 (Ion, Ménexène, Euthydème), CUF, Belles Lettres, Paris.

Moulinier, L. (1950) : Le pur et l'impur dans la pensée et la sensibilité des Grecs jusqu'à la fin du ive siècle avant J.-C., Paris.

Piganiol, A. (1973) : “Les peuples mixtes dans l'Antiquité”, Scripta varia I [= Latomus 131], Bruxelles, 7-13.

Risch, E.(1944) : “Griechische Determinativkomposita”, Indogermanische Forschungen 59, 1, 1-61 [= Kleine Schriften, 1959].

Rudhardt, J. (1958) : Notions fondamentales de la pensée religieuse et actes constitutifs du culte dans la Grèce classique, Genève (2e éd., Paris, 1992).

Russell, D. A., éd. (1965) : Cassius Longinus, On Sublimity, Oxford.

Talbot, E (1857) : Lucien de Samosate, Œuvres complètes, I II, Paris.

Vidal-Naquet, P. (1988) : “Ajax ou la mort du héros”, Bull, de la classe des Lettres et des sciences morales et polit, de l'Acad. royale de Belgique, 5e série, 74, 463-486.

Notes

1 Nous donnons ici le texte tel qu'on le trouve dans l'édition de L. Méridier aux Belles Lettres (CUF). Dans le Περὶ ὕψους (23.4), on trouve une citation abrégée : οὐ γὰρ Πέλοπες οὐδὲ κάδμοι οὐδ’Αἰγύπτιοί τε καὶ Δαναοὶ οὐδ’ἄλλοι πολλοὶ φύσει βάρβαροι συνοικοῦσιν ἡμῖν, ἀλλ’αὐτοὶ Ἕλληνες οὐ μειξοβάρβαροι οἰκοῦμεν (texte de l'édition de Russell 1965). Aucune de ces éditions n'indique une variante soit pour μειξο- (dans l'édition du Ménéxène) soit pour μιξο- (dans l'édition du Sur le sublime).

2 Meixo- ou mixi- ? Voir infra.

3 Moulinier 1950 ; Rudhardt 1958.

4 Cité infra DELG.

5 Nous avons étudié les mots du mélange dans Casevitz 1991.

6 Isolé, le mot τύρβη ne se range pas dans une famille dont le verbe est le centre et ne paraît pas avoir de correspondant indo-européen (cf. DELG s.v.). Sémantiquement il dénote la foule confuse et se rapproche de la notion de mêlée désordonnée et gênante comme l'exprime ὄχλος.

7 Sur les emplois homériques des verbes μίσγω, ἔμειξα, ἐμίγην, μέμιγμαι, voir Casevitz 1991, 122-125.

8 Mais βαρβαρόφωνοι dans l'Iliade, 2.867 (pour les Cariens) n'indique pas le mélange mais seulement l'étrangeté sonore.

9 Cf. Blanc 1987, 327 et 330 (et notes 940-942).

10 Cf. Casevitz 1991, 125-127.

11 Les éditeurs ont souvent corrigé -μικτος en -μεικτος, sans aucune justification. Voir Casevitz 1991, 127 sq.

12 Cf. Casevitz 1991. 128-129.

13 Cf. Casevitz 1991, 129. Le mot se retrouve en byzantin chez Anne Comnène dans un emploi figuré pour un flot divers d’apports de population constituant “un confluent de tous les maux” (Alexiade, 14.8.7).

14 Cf. Casevitz 1991, 131-136.

15 Telle est la graphie des manuscrits, corrigée en μειξο-par les éditeurs.

16 Le manuscrit Mediceus porte bien μιξο-.

17 La confusion est pourtant fréquente et commune. Chacun est régulièrement traduit “mi-barbare, mi-grec”, ou bien μιξοβάρβαρος est traduit “demi-barbare” et μιξέλληνες “demi-grec”. On dit ainsi, par exemple, que l’étolien Tydée, μιξοβάρβαρος selon Euripide (Phén., 138) est un semi-barbare et donc que les Etoliens sont eux-mêmes des semi-barbares (cf. Vidal-Naquet 1988, 472, n. 39). Or, les composés en μιξο- ne sont pas équivalents aux composés en ἡμι- (malgré Risch 1944, 51). A. Piganiol (1973, 13), naguère, remarquait la difficulté d’étudier le statut des populations mixtes et parlait des “confins de la société antique [où] existe une classe nombreuse de gens sans droit, à statut incertain” en citant des populations de mixhellènes et d’autres de mixobarbares. Merci à D. Roques de nous avoir signalé ces pages.

18 Voir Benveniste 1974, 155-156.

19 Le singulier μιξέλλην est aussi chez Porphyre (Sur les statues, 8) = Eusèbe, Prép. Év., 3.11.43 pour Hermanoubis chez les Égyptiens.

20 Μειξοβάρβαρος οὔτε Ἕλλην, ἀλλ’ἀμφοτέρων μετέχων (suit l'ex. d'Eur., Phén., 138). L'ordre orthographique atteste la graphie μειξο-, ce qui peut en prouver l'antiquité mais non la correction. Au lemme μιξοβάρβαρος (μ 1424), il est renvoyé à μειξο-.

21 Cf. Casevitz 1991, 137. La deuxième raison donnée par une scholie ancienne au vers 138 pour expliquer μιξοβάρβαρος nous paraît pertinente : ἐν τέλει γὰρ οἰκοῦτες τῆς Εὐρώπης οἱ Αἰτωλοὶ Ἑλληνικῶν τε καὶ βαρβαρικῶν ἅπτοναι φρονημάτων ἢ επεὶ δοκοῦσι βαρβαρικòν φρόνημα ἔχειν διὰ τòν κατ’ἀλλήλων πόλεμον. En effet, ce n'est pas seulement parce qu'ils habitent aux confins de l'Europe que les Étoliens sont ainsi appelés mais parce que leurs mœurs ont des allures barbares, bien qu'ils soient des Grecs.

22 Voir le texte cité au début.

23 Traduction Talbot 1857.

24 Texte de l'édition de Macleod 1972.

25 Cf. aussi Plut., Mor., Questions Grecques, 21 (296 B) : “On dit que des Tyrrhéniens qui avaient enlevé à Braurôn les filles et les femmes des Athéniens, au moment où ils étaient établis à Lemnos et à Imbros, chassés, arrivèrent ensuite en Laconie où il y eut brassage (ἐπιμιξία) avec les femmes indigènes, qui aboutit à la naissance d'enfants”. L'histoire est contée, de manière différente, par Hérodote 6.137-140 (les enlèvements sont attribués aux Pélasges ; une mention en est aussi faite en 4.145) et reprise encore par des auteurs plus tardifs.

26 Dans une scholie ancienne à Pindare, Ol., 13.74, il est signalé que les Corinthiens honorent les enfants de Médée, καλοῦντες μιξοβαρβάρονς : c'est ici le “point de vue du père” devenu Corinthien qui justifie l'emploi du mot.

27 Dans l'Index de l'Alexiade établi par Gautier 1976, qui traduit le mot “mâtiné de barbare”, on en trouve recensés onze exemples.

28 Un exemple aussi dans la correspondance de Synésios de Cyrène (Lettre, 130).

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540