Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Origines gentium

 | 
Valérie Fromentin
, 
Sophie Gotteland

Préface

Valérie Fromentin et Sophie Gotteland

Texte intégral

1Durant toute l'Antiquité, la question des origines des cités et des peuples n'a cessé d'être posée et débattue. Elle a non seulement constitué un vaste champ d'enquête pour les érudits anciens (mythographes, historiens et géographes), mais a souvent joué aussi un rôle important dans la vie des communautés humaines, dans la mesure où elle concernait leur identité propre : pour une cité, le nom de son fondateur, les circonstances de sa fondation, ses relations de parenté avec d'autres cités étaient des éléments essentiels de l'image qu'elle voulait donner d'elle-même et de la perception qu'en avaient les autres. De la même façon, c'est principalement à travers ses origines, grecques ou barbares, autochtones ou immigrées, qu'un peuple se définissait et était défini. Il n'est donc pas étonnant que cette thématique des origines ait été presque toujours porteuse d'implications politiques, diplomatiques, religieuses, voire économiques et que, par conséquent, un grand nombre de légendes de fondation, de traditions relatives aux origines des peuples, loin d'être transmises sous une forme immuable, admise par tous, aient fait au contraire l'objet de nombreux remaniements, d'interprétations et d'utilisations différentes selon les époques et les intentions de ceux qui les véhiculaient.

2Tous ces aspects avaient été évoqués par E. Bickerman dans un article fondamental paru en 1952 dans la revue Classical Philology sous le titre d'Origines gentium. Depuis cette date, plusieurs monographies importantes ont été consacrées aux origines de tel peuple (Pélasges, Étrusques notamment) ou de telle cité (Athènes, Rome, Cyrène, Thèbes) ; mais cette question des origines n'avait jamais été encore envisagée dans une perspective plus générale, avec la plus grande extension possible dans l'espace et le temps, et dans le cadre d'une réflexion associant historiens, archéologues, philologues et spécialistes de littérature antique. C'est ce que nous avons tenté de faire en organisant une série de trois tables rondes qui se sont tenues à Bordeaux entre décembre 1996 et décembre 1997 et dont toutes les communications sont rassemblées dans le présent volume.

3Ce recueil, que nous avons choisi d'organiser selon une division géographique, comprend en réalité deux types d'articles. Un premier ensemble étudie, pour des cités ou pour des peuples particuliers, les différentes légendes de fondation existantes, ainsi que les rapports entre ces légendes et la réalité historique. Un deuxième ensemble regroupe des articles synthétiques qui, centrés sur la notion d'origine, s'intéressent à son émergence et à son devenir dans les sources littéraires grecques et latines, et s'interrogent sur son statut dans l'imaginaire collectif des Anciens.

4Il nous reste à remercier tous les collègues et amis grâce auxquels ces rencontres ont pu avoir lieu : M. J.-M. Roddaz, Professeur à l'Université de Bordeaux III et alors Directeur du centre Ausonius, a soutenu ce projet dès le début et a contribué, à bien des titres, à sa réalisation ; M. D. Briquel, Professeur à l'Université de Paris IV-Sorbonne, nous a fait l'honneur et l'amitié d'accepter d'ouvrir ce colloque, en prononçant lors de la première table ronde le discours d'introduction qui est reproduit en tête de ce volume. Nous sommes reconnaissantes à M. A. Bresson, Professeur à l'Université de Bordeaux III et Directeur des éditions Ausonius, d'avoir bien voulu faire une place à ces Actes dans la collection Études. Notre gratitude va aussi à M. P. Counillon qui s'est chargé d'une grande partie des tâches d'organisation et de préparation, ne ménageant ni son temps ni sa peine pour assurer la réussite de ces journées. Merci enfin à Mme N. Tran pour sa relecture attentive et ses précieux conseils.

© Ausonius Éditions, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540