Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Préface

Dominique Castex et Isabelle Cartron

Texte intégral

1Le cycle de séminaires de l’année 2004-2005 de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine avait pour objectif de répondre à la question : quelles observations et quels outils mettre en œuvre afin d’identifier, qualifier et interpréter les crises de mortalité par épidémie du passé ? Le sens large que nous avons donné au terme “crises de mortalité” est celui d’évènements ou de situations subvenant dans une conjoncture bien définie et exceptionnelle où est mise en danger l’existence d’un groupe humain et dont le résultat est le décès brutal de plusieurs individus sur un temps relativement court. Si les crises de mortalité ont été le souci permanent des populations du passé, elles le demeurent encore de nos jours comme en témoignent le nombre important de colloques et diverses manifestations sur ce sujet, certes généralement riches d’enseignements, mais avec des approches scientifiques relativement cloisonnées, encore trop peu fécondes en terme d’interdisciplinarité.

2Si les crises de mortalité peuvent être de différentes natures, massacres, guerres, épidémies, famines, divers accidents collectifs et catastrophes naturelles, nous avons fait ici le choix de n’aborder que les crises de mortalité par épidémie, domaine d’étude suffisamment vaste pour que l’on s’y consacre exclusivement. En effet, le développement de l’archéologie funéraire a permis la découverte, voire la reconnaissance a posteriori et l’analyse de plusieurs sites funéraires liés à des crises de nature épidémique. Souvent difficilement interprétables au premier abord, ces gisements ont suscité de nombreuses questions et progressivement généré des problématiques de recherches interdisciplinaires, des interactions encore balbutiantes qui méritaient des réflexions et des collaborations plus poussées. C’est pourquoi l’objectif que nous nous étions fixés lors de l’élaboration de ces séminaires était de mobiliser des chercheurs de tout horizon, et sans aucune restriction de discipline, afin qu’ils puissent venir présenter leurs travaux respectifs et contribuer ainsi à diffuser les résultats acquis et tout en suscitant de nouvelles orientations de recherches.

3La toute première analyse relève de l’archéologie funéraire avec une discussion sur les critères qui, dès la phase de terrain, au niveau de la sépulture mais aussi au niveau du gisement, vont permettre d’identifier une crise de mortalité, une identification fondamentale dont va dépendre toute une série d’analyses (contribution d’H. Duday). Pour des périodes ou les sources écrites sont rares, voire inexistantes, un tel diagnostic peut permettre de proposer l’hypothèse d’une crise de mortalité et orienter les études archéologiques vers de nouveaux indices et vers la recherche de nouvelles données (contribution de J. Seigne).

4Une deuxième approche porte plus précisément sur des questions de démographie historique. Fondées sur des sources précises utilisables à partir de l’extrême fin du Moyen Âge, voire de l’époque moderne, et selon des méthodes appropriées, ces études, qu’elles soient à grande échelle (contribution de S. Beauvalet-Boutourye) ou plus régionales (contribution de S. Minvielle), permettent de mettre en évidence des particularités quantitative et qualitative propres à certaines crises. Ces analyses sont de précieux témoignages pour des anthropologues travaillant sur les séries ostéologiques de victimes d’épidémies, l’objectif étant à court terme la possibilité de constituer une base de données à partir de travaux en démographie historique, ceci afin d’approcher de manière plus exacte “le coût humain” pour différents types de crise.

5Des recherches en démographie historique menées pour des sites correspondants à des inhumations de victimes d’épidémie montrent la dépendance étroite des recherches historiques et archéologiques (contribution de P. Poulle) et prouvent également que l’exploitation de gisements funéraires de périodes qualifiées de “récentes”, et de ce fait disposant de sources historiques, est fondamentale pour pouvoir ensuite consacrer nos efforts aux périodes plus anciennes.

6Bien que le diagnostic d’épidémie sur les ossements soit impossible, les pathologies aiguës n’ayant pas le temps de développer de lésions osseuses, plusieurs critères biologiques fondamentaux peuvent être exploités et nous éclairer sur la nature d’une crise. Les décès de plusieurs individus dans des laps de temps très courts peuvent être considérés comme le reflet quasi-instantané d’une population à un moment précis mais toutes les crises de mortalité ne touchent pas les mêmes tranches de la population. Ainsi à partir d’une méthodologie et d’outils d’analyses en paléoanthropologie, l’étude de la distribution en fonction de l’âge et du sexe au décès peut permettre de démasquer des mécanismes de sélection qui, en référence aux données de démographie historique, apparaissent propres à certaines épidémies et permettent donc d’orienter la recherche sur certains germes infectieux (contribution de D. Castex). En effet, le développement constant des techniques de biologie moléculaire a conduit à l’élaboration de nouvelles méthodes qui permettent d’identifier à divers pathogènes anciens et ainsi de reconstituer leur histoire et leur évolution (contribution de M. Drancourt).

7Par ailleurs les données d’archives peuvent constituer de précieuses sources de renseignements, notamment pour répondre aux nombreuses questions suscitées par la présence de sépultures multiples (contribution P. Georges et Ph. Blanchard) mais également pour des recherches de terrain, des investigations en amont de la fouille, surtout dans des zones rurales intactes totalement exploitables, qui mériteraient d’être tentées afin d’alimenter le corpus de sites exploitables (contribution de Ph. Blanchard et P. Georges). Ce sont également les sources écrites qui constituent le fondement des travaux de synthèse sur les origines géographiques et les caractéristiques médicales et épidémiologiques des grandes pandémies (contribution de S. Barry et N. Gualde).

8Enfin, notre problématique et nos méthodes d’investigations ont été soumises au regard d’un sociologue afin que puissent naître des échanges qui devraient nous permettre de porter une attention différente, plus concrète, sur les faits archéologiques et historiques (contribution de G. Clavandier).

9Cet ouvrage ne prétend pas dresser l’état d’une recherche sur un sujet aussi vaste et encore pour une bonne part méconnu, mais il veut surtout démontrer qu’actuellement des recherches interdisciplinaires offrent la possibilité de sortir de cette impasse et qu’il est donc nécessaire de développer une collaboration entre chercheurs d’horizons scientifiques parfois très divers afin de mettre en place une véritable construction, une stratégie de recherche indispensable à la compréhension de certaines crises aiguës de mortalité du passé.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540