Version classiqueVersion mobile

Les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine

 | 
Christiane Delplace
, 
Francis Tassaux

Les cultes orientaux

Dieux et cultes d'origine égyptienne dans l'espace adriatique

Marie-Christine Budischovsky

Texte intégral

1Suite à nos recherches et aux différentes chroniques consacrées aux religions polythéistes dans les MEFRA, peut-on présenter une réflexion de synthèse sur la nature et l’implantation des cultes d’origine égyptienne dans la zone adriatique ? “Le quattuor d’Alexandrie” est, en effet, bien présent dans notre région, autant dans les inscriptions que dans les monuments iconographiques (carte) ; par ordre d'importance, nous avons Isis, son époux Sérapis, leur fils Harpocrate et leur fidèle allié Anubis.

2C’est Isis qui domine dans une cinquantaine d’inscriptions, notre plus sûr témoignage, à côté de Sérapis (une quinzaine dont la moitié en association avec Isis). Plus rarement, mais fait remarquable, Anubis apparait dans deux inscriptions (Aquilée et Bari) alors qu’Harpocrate est mentionné de manière médiate à Vérone et Padoue (offrande de sa statue à Isis) et peut-être à Fano dans un contexte initiatique. Autre fait notable, Osiris est partenaire de la déesse à Veleia, comme dans l’Égypte classique.

Isis

  • 1 Bricault 1994a.
  • 2 Dunand 1980.

3Les épiclèses1 (tabl. 1) nous permettent de cerner les aspects prééminents de la personnalité de cette divinité dans une douzaine d’inscriptions. Si, dans la moitié des cas, elle n’a pas de qualitatifs, en particulier dans le Sud, ses liens avec le pouvoir sont soulignés par les épithètes Augusta, Regina et Domina. La première, la plus fréquente dans le monde romain, est liée à la romanisation et au culte impérial, avec une forte concentration à Aquilée et dans l’arc du Nord de l’Adriatique. Déjà, en Égypte, Isis est la dame du trône, attribut qu’elle porte en coiffure. Dès les Textes des Pyramides, elle participe au devenir royal dans l'au-delà. Mais, son triomphe s’affirme au Ier millénaire a.C. : protectrice des pharaons, c'est aussi la divinité élue par les Ptolémées. Cléopâtre n’est-elle pas une nouvelle Isis ? Dans cette continuité, ce titre sous l’Empire implique une intégration2 et une osmose entre la déesse et la personne sacrée de l’empereur.

4Elle est aussi souvent, comme ailleurs, une reine, surtout en Vénétie. Là encore, c'est un héritage égyptien (inscriptions de Philae), repris dans l’interprétation grecque (arétalogies) et romaine (Métamorphoses d’Apulée) où elle est rapprochée de Junon. Ce thème est renforcé par le terme domina avec encore une connotation impériale.

  • 3 Versnel 1990.

5Du pouvoir, nous en venons à une idéologie du triomphe, que ne sauraient renier ni l’origine égyptienne, ni la coloration hellénistique : Isis magicienne fait régner Maât et repousse les forces du Mal, elle devient maitresse du destin3. Elle est donc victrix (Bologne, Ascoli, Corfinium) dans la vie comme dans la mort. Ce dynamisme en fait une protectrice efficace. Une inscription en grec du mage Arnouphis l’honore comme épiphanès et rappelle que la déesse peut se manifester directement sur terre, soit par un miracle, soit par un songe pour guider ses fidèles (Métamorphoses ; formule du tableau 1 : ex uisu, imperio, monitu ; fig 1).

Fig. 1 : Aquileia. Dédicace à Isis par le hiérogrammate Arnouphis. Musée archéologique d’Aquilée.

6Du très ancien mythe nilotique, subsiste son rôle conjugal exceptionnellement au côté d’Osiris à Veleia, mais surtout auprès de Sérapis, depuis son passage par Alexandrie (tabl. 6) ; son rôle maternel envers Harpocrate complète cette fonction liée au domaine de la famille.

7Notons, outre le rapprochement d’Isis et de Junon, qu’Isis et son époux peuvent être mis en parallèle avec Liber et Libera pour le salut d’un enfant et représentés en couple sur les côtés de la base de l’autel de Zadar. Isis, la Grande Mère et la déesse syrienne sont associées à Brindisi et Malcesine.

  • 4 Tran Tam Tinh 1984.
  • 5 La plupart des références sont tirées de Budischovsky 1977, avec une classification par région ital (...)

8Les documents iconographiques4 de grande taille sont moins riches. La déesse y revêt son aspect hellénisé. C’est le cas de la statue acéphale du “sanctuaire des dieux orientaux” de Sarsina (O VII, 2)5 faussement attribuée à Anubis malgré sa longue chevelure frisée et son manteau à franges. Le nœud isiaque épanoui sur la poitrine est une autre caractéristique que l’on trouve à Nin (D II, 2) sur un torse acéphale, qui peut aussi bien appartenir à une prêtresse. Une Isis lactans monumentale serait attestée à Salone dans une description du xviiie (S1 6).

  • 6 Iside 1997, 117 et 148.
  • 7 Malaise 1972, 15 et 20.

9Nœud et manteau à franges ornent un buste en bronze de Salone (S1 8) couronné de deux uraei (fig. 2) et un buste en marbre de Narona (D XIV, 2) paré d’un voile tout comme une tête en marbre d’Aquilée (Aq 31), coiffée d’un modius décoré du disque lunaire et de deux cornes (Io ?). Une statuette acéphale trouvée dans une tombe d’Altinum et un petit buste acéphale en calcite de Sentinum portent le nœud isiaque6. Si, dans les inscriptions, l’accent est mis sur l’aspect imposant de la divinité, le petit matériel nous la présente surtout sous un angle familier propre à la dévotion privée : têtes et bustes en bronze et terre cuite arborent en général la grande coiffe égyptienne où le disque solaire surmonté de deux plumes est flanqué de deux hautes cornes (Chieti, Sm I, 2 ; Aq 50-52) ; il en est de même pour les statuettes en bronze (Aq 53, Dos Trento et Villazzano di Trento7).

Fig. 2 : Salona. Buste en bronze d’Isis. Kunsthistorisches Museum, Wien.

  • 8 Tran Tam Tinh 1973.

10Isis, la grande mère divine égyptienne est populaire, sous la forme ancienne de déesse allaitant8, dans les ports de l’arc nord de l’Adriatique (Trieste. H I, 7 et surtout Aq 47-49 et S1 11-15). L’accent est alors mis sur la bienveillance et la tendresse maternelle et les objets viennent d’Egypte. L’image de la divinité apparait aussi principalement sur des gemmes (Aq 1G-7G). Elle est associée à Sérapis (thème de l’amour conjugal) sur des lampes à Torcello : V XV, 1 et à Zadar : D IV, 6), à Anubis et Sérapis sur un moule d’amulette d’Altino (V XVI, 4), à Harpocrate sur des amulettes égyptiennes à Aquilée (Aq 49), à Salone (S1 38) et des gemmes (Aq 2G-4G), ce qui souligne son rôle de protectrice du foyer.

  • 9 Tran Tam Tinh 1964 et 1971. Pour des sistres trouvés dans des boutiques et des maisons de Pompéi, v (...)

11Dans toutes ses représentations, la déesse est entourée de ses attributs habituels, en particulier le sistre, instrument musical typiquement égyptien et la patère ; comme le sistre, la fleur de lotus, offrande par excellence, rappelle ses origines ; sur certaines gemmes, elle porte la lance, rappel de ses victoires ou se tient à la proue d’un bateau (Isis Pelagia). Un certain nombre de ces attributs décore les inscriptions déjà étudiées (tabl. 1) : le sistre et la patère ou la situle, le bateau (Sm II, 2). Le sistre (tabl. 2) est d’ailleurs un des plus sûrs témoins de l’existence d’une croyance isiaque, car il joue un rôle primordial dans le culte public comme domestique9, sans parler de son usage funéraire.

  • 10 “Tu es recueilli, maintenant, sous la protection d’une Fortune, clairvoyante celle-là, et qui éclai (...)
  • 11 Deux statuettes à Crémone (Malaise 1972, 14-15) et Romeno (Malaise 1972, 17).
  • 12 Hdt. 2.59 : “Isis est celle qu'en langue grecque on appelle Déméter”.

12La forme la plus populaire est celle d’Isis maîtresse du destin. Elle est Isis-Tyché avec les oinochoés ptolémaiques de Canosa (Ap XIII, 2) et plus tard l’inscription grecque de Marna (avec Erôs-Harpocrate ?), mais surtout elle triomphe en Italie comme Isis-Fortuna10 avec de très nombreuses statuettes portant la coiffe isiaque, la cornucopia et appuyée au gouvernail (O I, 3 ; E II, 4 ; E III, 1 ; E VII, 8 ; V VII, 27 ; Aq 56 ; H I. 8-11 et III ; D III ; S1 34-3511) ou une statue à la roue (E VIII, 6). Ce destin est particulièrement lié au domaine de l’abondance et de la fertilité ; aussi la déesse est-elle rapprochée dès Hérodote12 de Déméter, par exemple sur un vase italiote de Ruvo à décor nilotique (Ap X, 5) ; l’épi ou le pavot deviennent alors ses attributs (Aq 54) ; les gemmes soulignent cette association (Aq 1G, 5G, 6G) ; quant au rapprochement avec Libera, il pourrait être de nature salutaire (pro salute filii sui : D IV. 1).

  • 13 Bricault 1994.

13De son ancien lien en Egypte avec Hathor, déesse protectrice des femmes liée à la fertilité des troupeaux et au monde solaire, Isis garde la grande coiffe avec le disque flanqué des deux cornes, d’où son lien avec Io (Ap XVIII, 1 ; Aq 31) et le soleil (cadran P V). La dame aux mille noms13 (épithète myrionyme, texte des Métamorphoses) prend facilement l’allure d’une déesse panthée : décor de l’inscription de Corfinium (SIRIS 474), autel de Galezan (H VII), statuettes de Veleia (E II, 3), d’Aquilée (Aq 55 et 57), lampe de Trieste (H I, 12), signe panthée (V IX, I).

14La personnalité d’Isis semble donc extrêmement riche. Texte inscrit et image sont complémentaires ; le caractère ostentatoire des inscriptions funéraires ou votives, exposées aux yeux de tous explique l’insistance sur ses aspects impériaux et souverains ; en revanche, le petit matériel est davantage adapté à l’espace domestique (statuettes de laraire, lampes) et à l’usage intime (bijoux, amulettes) ; la déesse protège alors le foyer ou l’individu, elle préside aux destinées de la famille et intervient dans le destin quotidien, en particulier sous la forme si appréciée d’Isis-Fortuna. Une telle complexité est illustrée par le titre de déesse “aux mille noms” qui témoigne de ses multiples fonctions, de ses relations étroites avec d’autres divinités locales ou d’origine orientale aussi bien qu’officielles, de son adaptation à tous les régimes politiques et toutes les formes sociales, de sa propension à régner sur tous les espaces, céleste, terrestre et souterrain et tous les éléments, donc de sa maitrise du cosmos.

Sérapis (tabl. 5)

  • 14 Vidraan 1970.

15Sur une douzaine d’inscriptions, le dieu est accompagné de la déesse dans la moitié des cas. Dans un tiers des cas, il est sans épithète. Ailleurs, les qualificatifs sont très variés14. L’épiclèse la plus courante est Jupiter-Sol-Sérapis, avec l’accent mis sur la souveraineté universelle et céleste. Les autres épithètes n’apparaissent qu’une fois : Optimus maximus (lien avec Jupiter) ; deus, deus magnus, deus sanctus ; Inuictus apparait vers le iie et le iiie s. en Italie et dans les Balkans où ce terme est souvent lié à la personne de Caracalla et à un contexte mithriaque explicable à Sentinum, sous la forme Jupiter-Sol-Invictus-Sérapis ; Augustus semble avoir eu peu de succès au contraire d’Isis, bien que ce soit une épithète très répandue pour ce dieu en particulier dans la zone danubienne. Sanctus est une épithète chère aux dieux orientaux, en particulier syriens. Comme pour Isis, c’est l’aspect de souveraineté qui est souligné, mais le plus souvent en liaison avec Jupiter ; le dieu semble se prêter plus facilement aux formes syncrétiques, du fait de ses origines hybrides. Il reste souvent dépendant de la déesse qui a, en général, la préséance sur lui.

16Notre territoire est très riche, en revanche, en représentations figurées de Sérapis, surtout dans la zone du Pô et à Aquilée, Pour la grande statuaire, nous rencontrons deux types : le type de Bryaxis, avec le magnifique exemple de Sarsina (O VII, 1) où une image colossale du dieu trône, un Cerbère à ses pieds. Dans le second type, le dieu est debout ; d’une main, il fait une libation, et de l’autre, il porte une cornucopia (fig. 3) ; nous en avons un bon exemple à Vérone (V VII, 13) ; il semble être populaire dans la plaine du Pô où cet attribut correspond bien à la fertilité du pays.

17Un certain nombre de grandes têtes correspondent aux coiffures “Fransentypus” ou à l’anastole : à Ravenne (E XVIII, 4), à Aquilée (Aq 35). Des statuettes reprennent le type à la cornucopia à Ancône (P IX, 1) et le type à frange bouclée (Aq 33 et 34). De nombreux petits bustes attestent la popularité du dieu : le bronze d’Imola (E XI, 1), d’Oderzo (V XVIII, 2), les terres cuites d’Imola (E XI, 2), de Ravenne (E XVIII, 5) et de Baška Voda (D XI).

18Tous ces exemples nous montrent une diffusion très large de l’image du dieu qui accompagne la déesse sur un décor d’autel de Zadar (D IV, 1), sur un moule d’amulette d’Altino avec Anubis (V XVI, 4). Il est représenté sur des lampes de manière très variée : le type solennel trônant se retrouve à Salone (S1 43) ; le thème de l’amour conjugal apparait à Torcello (V XV, 1) et à Zadar (D IV, 6). Le dieu figure encore sur une lampe à Aquilée (Aq 62). Son image est fréquemment utilisée dans le décor de gemmes à Altino (V XVI, 6), à Senj (D I, 2), à Zadar (D IV, 9), à Salone (S1 45-47) et surtout à Aquilée (Aq 7G à 11 G). Son buste orne aussi des objets utilitaires comme le stylet d’Andria (Ap XI).

Fig. 3 : Verona. Statue de Sérapis debout à la cornucopia. Musée de Genève.

19Sérapis barbu, drapé dans l’himation, portant le plus souvent le kalathos a l’air d’une divinité grecque ; il présente moins d’originalité et d’attributs exotiques qu’Isis. Ses nombreuses représentations qui vont de la statue colossale à l’humble ex-voto en terre cuite, témoignent d’un succès à tous les niveaux de la société. De l’iconographie de Sérapis, on peut dégager deux types : celui du dieu sévère et celui du dieu bienfaisant. Dans le premier cas, il trône en majesté sur le monde des Enfers, accompagné parfois de Cerbère. Dans le second cas, il est source de fertilité et porte le kalathos et la cornucopia. C’est l’aspect prédominant dans notre zone. Il n’apparait pas sur des inscriptions funéraires, sauf à Aternum où le parallèle est fait entre la traversée du Styx et les voyages professionnels du mort sous la protection maritime du dieu.

20Le dieu peut revêtir d’autres aspects de protection personnelle sur les gemmes : en relation avec le monde des astres, il est lié à Sol dans une forme syncrétique et au monde du zodiaque (Aq 10G et 11G). Il est encore associé à Isis en tant que protecteur de la navigation (Aq 7G). Enfin, il pourrait avoir un rôle salutaire à Zadar en liaison avec Liber (D IV, 1).

  • 15 Wessetzky 1970.
  • 16 Leclant 1977-78, 174.

21Contrairement à la tradition littéraire, l’ancien époux égyptien de la déesse, Osiris, n’apparait que rarement dans les inscriptions du monde gréco-romain ; sur quatre témoignages italiens, notons celui de Veleia (E II, 1). En revanche, il est connu sur les deux rives du Nord de l’Adriatique sous la forme des petites statuettes funéraires de type égyptien assez répandues dans le monde romain : à Arceto (E VII, 6), à Este (V III, 1), dans les ports d’Aquilée (Aq 58 à 61) et de Salone (S1 16 à 21), dans une tombe d’Istrie (H VI). Le dieu momiforme et coiffé de l’atef porte le flagellum et le sceptre ouas. C’est, donc, l’aspect mortuaire initial du dieu qui semble le plus populaire ; selon V. Wessetzky15, ce regain de faveur est caractéristique de l’empire romain et des provinces occidentales où l’on assiste à une renaissance des croyances funéraires égyptiennes. Cette “réosirianisation” est très apparente dans notre matériel archéologique, La présence d’Osiris s’accompagne en général, à l’époque romaine, de celle d’oushebtis, figurines à signification également funéraire16. Une statue d’Osiris-Aion a été aussi trouvée à Aquilée (Aq 40). Il y a donc une relative répartition des fonctions entre Sérapis et Osiris.

  • 17 Grenier 1977.
  • 18 Budisehovsky 1993, 1022.

22Quant à Anubis17 (tabl. 4), il connait un relatif “succès”, malgré la répugnance bien connue des Romains ; les deux seules inscriptions en latin ont été retrouvées à Aquilée (Aq 16), avec l’épithète Augustus et à Bari18 où il est aussi représenté sur une base d’autel funéraire en Hermanubis (Ap VIII, 1) ; on signalera une mosaique nilotique de Rimini avec une pose proche de l’Attis funéraire (E XVII, 1) et de petits objets : statuettes (V XI et S1 23), amulettes (V XVI, 4 et S1 40), gemmes (Aq 13G et 14G et SI 49). Ce dieu protecteur aide particulièrement à triompher des difficultés de la mort grâce à son origine de patron de la momification (gemme 13G d’Aquilée), d’où le port de la palme. Mais, c’est aussi un médiateur comme Mercure, entre ciel et terre.

23Le jeune Harpocrate (tabl. 3) n’est cité que dans le sillage de sa mère avec la dédicace de deux signum Harpocratis à Vérone (V VII, 4) et Padoue (V XII, 2) et dans une inscription métrique d’un Phocéen, jeune esclave mort à Fano nomen tenebit Isidis nati puer (O III, 1). S’agit-il d'un nom théophore ou plutôt d’un fidèle d’Isis ? Sa représentation est très populaire dans les objets de dimension modeste : statuettes de type hellénistique portant surtout une cornucopia (V VII, 28 et XVI, 3), statuettes égyptiennes d’Isis allaitant et bronzes d’Istrie (H X, 1) et d’Aquilée (Aq 63) à l’attitude hiératique. Le dieu n’apparait pas en triade familiale ; il est surtout le fils de sa mère. Enfant divin, il peut porter les ailes d’Erôs et être accompagné d’animaux familiers (Aq 64 et 76 ; H VII) ou bien du lotus, la fleur égyptienne de la renaissance solaire et de l’enfance ; la cornucopia souligne qu’il est aussi lié à la fertilité (Plutarque, 65). La forme d’Horus faucon et de son œil, version égyptienne de ce dieu, est attestée pour certaines amulettes magiques préromaines à Bari (Ap VIII, 2), sur la côte dalmate (D XIII, 3 et S1 42) et romaines (Aq 12G).

  • 19 Budischovsky 1973.

24Une place particulière doit être accordée à Jupiter-Ammon dont la tête monumentale orne en alternance avec celle de Méduse plusieurs forums du Nord de l’Adriatique19 dans une tonalité idéologique du triomphe des armes impériales (Zadar, Pula, Trieste, Aquilée, etc.). La tête cornue figure dans un matériel très divers : vases italiotes (Ap IX et XVIII, 2), tête en pierre (Ap XVI, 2 et 4 ; V VII, 14), décor de monuments funéraires (V XVI, 1 ; D VI) et de divers objets (V XIX, 3 ; Aq 73 et 74 ; D XIV, 3), surtout des lampes (V XVI, 5 ; Aq 62 ; D II, 3 et IV, 8). Plus difficile d’interprétation est le petit matériel figurant des dieux égyptiens “d’importation” : Apis (O I, 4 ; Aq 63 ; H X, 2), Bastet (Aq 65), Bès (E XIII, 1 ; Aq 16G ; D VII ; SI 39), Hathor (Aq 17G ; H VIII, 9), Imhotep (Aq 70), Nefertoum (S1 41), Neith (H X, 3).

  • 20 Faute d’inscription claire, nous mettons des réserves à l’attribution à Treia d’un sanctuaire.
  • 21 Leclant 1984, 1705-1709.

25Essayons maintenant de localiser les lieux de culte (tabl. 7) dont deux sont nommément désignés dans une inscription : un aedes à Acquanegra (V V), une enceinte à Ascoli (P I, 1), un fanum avec pronaum à Malcesine en commun avec la Mater deum (SIRIS 633). L’existence d’autres sanctuaires “orientaux” est déduite de l’accumulation de statues monumentales de ce type découvertes dans une même zone archéologique, ainsi à Sarsina (O VII). Les cultes d’origine orientale ont des relations souvent étroites entre eux : mêmes sanctuaires (Malcesine, Sarsina), mêmes fidèles (Brindisi). D’autres regroupements d’inscriptions et de matériel proprement isiaques utilisés en remploi à Bologne dans le secteur de l’église Santo Stefano, à Vérone non loin du théâtre romain, dans la “vigne Ritter” à Aquilée et peut-être à Salone, Padoue et Modène impliquent l’existence probable de sanctuaires dont la localisation exacte reste douteuse20. Ces édifices se situeraient dans les grandes villes, dans des zones souvent excentriques, où prédominent artisans et commerçants. On notera dans ces mêmes villes, et parfois dans la même zone, une concentration des aegyptiaca dont l’interprétation est souvent difficile (cultuelle ou culturelle) mais dont la présence coïncide en général avec des indices de dévotion21.

  • 22 Genaille & Ziegler 1984.
  • 23 Malaise 1972, 16-17.

26Des traces de culte se déduisent de l’allusion à un certain type de matériel : auxilia (Modène), signa (Vérone et Padoue), ara (Vérone). Le sistre22 (tabl. 2 et 3)est un bon révélateur de l’appartenance au groupe isiaque ; il orne des inscriptions, toutes funéraires (fig. 4), marquant sans doute l’espoir dans un au-delà personnalisé pour les initiés : à Tuturano (Ap II), à Bari (Ap VIII, 1), à Lucera (Ap XVI, 1), à Urbino (O VI), à Padoue (RICIS 2182), à Stolac (D XV), à Vid (D XIV, 1) ; on a même trouvé cet instrument cultuel à Spina (E XX, 1), à Pergine23 (avec une situle) et dans des tombes à Altino (V XVI, 2) et à Nesactium (H IX : forme miniature).

27Des prêtres d’Isis sont attestés : une prêtresse à Sulmo (SIRIS 473), un prêtre à Forlimpopoli (E XIV), un pastophore à Abano (V X), le hiérogrammate Arnouphis (fig. 1) à Aquilée (Aq 25) ; à Vérone, un cellarius pourrait exercer cette fonction à titre religieux (V VII, 7).

28Quant aux adeptes, ils sont mentionnés : telestini à Forlimpopoli (E XIV) et membres de collegium à Pescara (Sm II, 1 et 2), surtout sacrorum : une femme de Forlimpopoli, un prêtre de la Grande Mère et de la dea Syria à Brindisi (Ap IV, 1), un homme à Modène (E VIII, 1 ab Roma), une personne d’origine servile à Vérone (V VII, 9) et peut-être le couple mystérieux du sarcophage de Ravenne (E XVIII, 3). L’importance du lieu où le fidèle a été initié pourrait être souligné par les termes sacrorum ab Roma (E VIII, 1) et même collegio Serapis Salonitano (Sm II, 1) ; ce fait n’est pas sans rappeler le particularisme local des sanctuaires égyptiens ; le lieu de l’initiation apparait donc comme la nouvelle patrie du fidèle. On notera le zèle des seuiri augustales (Corfinium, Forlimpopoli, Koper et Aquilée) dont les liens avec le groupe social des affranchis et le culte impérial sont bien connus.

Fig. 4 : Luceria. Inscription funéraire avec sistre. Musée Fiorelli à Lucera.

29Beaucoup d’inscriptions ont été érigées dans le cadre d’un vœu et signalent un acte pieux : construction ou réfection d’un temple, don d’un cadran solaire, d’une statue, d’un autel, plus rarement inscription pro salute. Plusieurs ont un caractère funéraire en Italie méridionale et centrale et surtout votif au Nord. Environ un quart des bénéficiaires est de sexe féminin. Enfin, plusieurs fidèles font une construction ou une dédicace à titre privé : un temple et ses annexes (Acquanigra et Malcesine), un cadran solaire (Villa Potenza), une dédicace (Bologne). Les formules employées sont révélatrices ; inspiration divine : imperio, ex monitu, ex uisu ; acte pour un profit personnel ou le profit d’autrui : pro salute sua (Aquilée), ob salutem filii (Aquilée), pro salute filii (Zadar), beneficio ordinis (Aquilée) ; accomplissement d’un vœu : Osimo, Veleia, Modène, Bologne, Vérone, Novigrad, Zadar et surtout Aquilée, simple don (voir tabl. 1).

30Ceci nous amène à poser la question de l’origine sociale des dévots d’Isis : d’après le tableau 8, Isis est vénérée dans toutes les couches sociales (origine ingénue ou servile). La répartition entre affranchis et citoyens s’équilibre à peu près, mais beaucoup de ces fidèles sont d’origine servile, soit affranchis, soit citoyens de fraiche date et d’origine étrangère, selon l’onomastique.

31Un seul militaire, centurion, est signalé à Acquanigra et deux membres de la corporation des bateliers sont enterrés à Pescara dont l’un faisait sans doute la traversée entre Pescara et Salone. Enfin un commerçant d’Aquilée était spécialisé dans les vêtements en tissu fin uestiarius tenuarius. Les nombreux seuiri augustales évoquent des liens avec une activité commerciale importante attendue dans des ports et des centres routiers.

32Peu de ces hommes occupent un poste important dans l’administration centrale (un procurator Aug. à Sassoferrato) ; incertaine est la situation du cellarius de Vérone : intendant travaillant pour l’administration ou pour une association cultuelle ? En revanche, des membres dirigeants de la cité sont des fidèles de nos dieux (Tuturano près de Bari, Vérone, Aquilée, Narona). Plusieurs inscriptions attestent de l’attitude favorable des autorités locales : decreto decurionum à Padoue, Vérone et Aquilée, publiée à Koper. Isis n’est-elle pas Augusta dans la zone du Nord de l’Adriatique ?

  • 24 Pour le détail, voir Budischovsky 1977, Index, s.v. Onomastique, 236.
  • 25 Pour la possible attribution isiaque du sarcophage de Ravenne, voir Leclant 1984, 1705 : une certai (...)
  • 26 Budischovsky 1977, Index, s.v. Égyptiens, 231.

33Les noms théophores sont nombreux et portés par des personnes de statut social varié : Brindisi (Harpocrate), Ascoli (Ammon), Brač (Sérapis), Salone (Isis 2, Sérapis), Trogir (Sérapis), Fano (Isis, Apis), Zadar (Isis), Obrovač (Apis), Nin (Isis), Ravenne (Isis 2, Sérapis, Ammon 3), Bologne (Isis, Ammon), Brescello (Sérapis), Vérone (Isis, Sérapis), Pula (Isis 3), Aquilée (Isis, Ammon, Harpocrate), Trieste (Ammon), Dalmatie (Ammon, Apis, Sérapis). Ils apparaissent surtout dans des sites à implantation religieuse riche, mais ne peuvent en aucun cas être un indice de croyance. Ils reflètent un cosmopolitisme très sensible dans les nombreux ports. La même réflexion est valable pour les cognomina géographiques ou royaux évoquant l’Égypte24. Des Égyptiens sont aussi présents dans les ports à Ravenne25 et à Aquilée (le prêtre Arnouphis) ainsi que des Alexandrins à Trieste, Aquilée, Risan et Salone26.

34Le matériel anépigraphe est d’interprétation plus délicate, culte ou culture ? Nous avons déjà noté l’importance des sistres et du matériel funéraire ainsi que le cas délicat des aegyptiaca. Les statues et statuettes divines peuvent être un reflet d’une dévotion communautaire ou privée, dont le contexte exact n’est pas souvent bien connu. L’utilisation d’amulettes se situe déjà dans un domaine plus flou aux limites de la magie. Mais que dire des lampes ou des éléments de mobilier ?

  • 27 Budischovsky 1977, Index, s.v. Amulette, 229 et Vase, 239.
  • 28 Budischovsky 1977. Index, s.v. Égyptisant, 231.

35A la période préromaine, les témoignages liés à l’Égypte sont culturels (amulettes, vases peints27) et limités à quelques zones : l’Apulie, le Picenum et les bouches du Pô. Certains de ces objets sont d’ailleurs égyptisants28. La voie commerciale gréco-orientale est donc privilégiée avec un ralentissement, semble-t-il, à la fin de la République où la Campanie est la région économique privilégiée. L’implantation des dieux égyptiens n’est patente qu’avec l’apparition des premières inscriptions. Comme dans l’ensemble du monde romain, ce phénomène est sensible dans notre zone à l’époque du Haut-Empire, essentiellement les iie et iiie siècles. Contact plus intense avec l’Égypte et diffusion élargie des croyances isiaques sont deux facteurs qui accompagnent la romanisation. Une étude paléographique plus soutenue des inscriptions permettrait d’apporter des nuances chronologiques intéressantes sur cette implantation. La répartition géographique est assez inégale. Sur la côte ouest, nous notons un regroupement dans la zone Brindisi-Bari, un certain succès dans la zone centrale entre Pescara et Sarsina, une forte diffusion le long de la via Emilia et surtout sur une ligne Brescia, Vérone, Padoue, Aquilée et la côte d Istrie. Enfin quelques ports disséminés sur la côte dalmate : Senj, Nin, Zadar, Salone et le bassin de la Neretva (Vid et Stolac).

  • 29 Panciera 1957.
  • 30 Thélamon 1981.

36D’une part, nous avons une forte densité de témoignages dans les ports : Brindisi, Bari pour le Sud, Salone et Zadar en Dalmatie, Trieste et surtout Aquilée au Nord. La liaison entre Alexandrie et Aquilée ou Salone n’est-elle pas bien connue par l’édit des prix ? Les produits égyptiens affluent : verre, parfums, aegyptiaca29. La diffusion des images divines accompagne ce mouvement ; ainsi, l’importance des représentations de Sérapis à Aquilée peut expliquer, encore au ive s., l’acharnement de Rufin contre ce dieu dans son Histoire Ecclésiastique30.

37Une autre preuve du lien de l’expansion des cultes et de la culture égyptienne avec le développement commercial est le fait que la plupart de nos sites se trouvent sur les grandes voies de communication maritimes et routières (carte) ; il faut prendre en considération le cabotage possible le long des côtes. D’Aquilée à Salone, nous avons les échelles de Zadar, Nin, Senj, Pula, Poreč, Novigrad, Koper et Trieste. De l’autre côté, nous avons la voie de la lagune jusqu'à Ravenne, puis les escales de Fano et Pescara. La communication peut également se faire d’une rive à l’autre comme en témoigne l’épitaphe érigée à Pescara (Sm II, 1) d’un nauclère, membre d’un collège de Salone.

38L’existence de vallées fluviales débouchant sur l’Adriatique a pu aussi faciliter la diffusion dans l'arrière-pays. Ainsi, Vid, à l’embouchure de la Neretva, qui rejoint la zone danubienne ; Aquilée à l’embouchure du Natiso. Par le cours du Piave, on remonte d’Altino à Trévise. En suivant 1’Adige, nous avons le grand port fluvial de Vérone et la voie alpine jusqu’à Chiusa. Padoue communique avec la mer par le Bacchiglione. La vallée du Reno met en communication Ravenne avec l’Étrurie en passant par le port de Bologne. Au sud de Ravenne, la vallée du Savio rejoint Sarsina. Fano est situé près de l’embouchure du Métaure, Treia près du cours du Potenza, Ascoli sur celui du Tronto. Pescara communique avec Chieti par la rivière Pescara.

  • 31 Malaise 1972a : carte des sites avec indication des voies romaines.

39Enfin, les voies routières ont joué également leur rôle31 et desservent les plus importants de nos sites. D’une part elles ont assuré les relations avec Rome, par exemple en Apulie, la via Appia débouche à Brindisi, la via Claudia Valeria aboutit à Pescara, la via Salaria dessert Ascoli ; de la via Flaminia qui se termine à Fano et Rimini partent des diverticules en direction d’Osimo et de Sassoferrato. En Émilie, la diffusion des témoignages de dévotion suit très régulièrement la voie Emilia : Reggio, Modène, Bologne, Faenza, Forlimpopoli. La Vénétie est bien desservie : la via Annia de Rimini rejoint Adria et Aquilée. La via Postumia qui unit la Tyrrhénienne à l’Adriatique passe par Vérone et Aquilée. La via Emilia Altinate part de Bologne et remonte vers Altino en passant par Abano et Padoue. En Istrie, la via Flavia relie Aquilée à Pula par Trieste, Koper et Poreč. Enfin, en Dalmatie avec un arrière-pays d’accès difficile, la voie suit le littoral, traverse Senj et poursuit jusqu’à Vid et Stolac en desservant Nin, Zadar et Salone.

40Un certain nombre de centres sont en position de carrefours desservis à la fois par la mer et la route. Salone, Zadar, Pula sur la côte orientale, Aquilée, Fano, Pescara, Brindisi sur la côte occidentale, ou au confluent de deux routes : Concordia, Padoue, Vérone, Modène, Bologne.

41Les influences peuvent venir de la mer (Grèce, Égypte) et remonter vers les terres en suivant les voies terrestres et fluviales. Mais le réseau routier permet aussi des influences en provenance de Rome (citons le cas à Modène de M. Aemilius Phoebus sacrorum ab Roma). Le type romain très populaire des statuettes d’Isis Fortuna se répand ainsi sur toute la via Emilia. Vérone et Aquilée sont des villes carrefours : l’une à la croisée des routes de Rome, de l’Étrurie et de la Vénétie en direction des Alpes et de la vallée du Rhin et du Haut Danube, l’autre, véritable clef, au fond de l’Adriatique, du trafic entre la Méditerranée et l’Europe centrale.

42En conclusion, les divinités isiaques apparaissent surtout entre le ier et le iiie s. dans notre zone. C’est Isis qui connait le plus de succès ; autour de sa personnalité se cristallisent des éléments égyptiens, hellénistiques et romains. Comme déesse des souverains, elle porte les titres Augusta et Regina dans les documents exposés au regard de tous, surtout dans le nord, passage de la romanisation des provinces ; comme déesse secourable à l’individu, elle a l’aspect familial d’Isis lactans, l’aspect providentiel d’Isis Fortuna et l’aspect multifonctionnel d’Isis myrionyme. Son parèdre Sérapis joue un rôle plus effacé ; il est surtout populaire dans le Nord de l’Adriatique où ses représentations figurées de style hellénistique sont très nombreuses et liées surtout au thème de la fertilité, alors que le thème plus rare d’Osiris appartient au domaine funéraire. Deux rares inscriptions latines consacrées à Anubis ont été retrouvées à Aquilée et Bari. Quant à Harpocrate, ses petites effigies connaissent un grand succès sur notre territoire. Nous noterons l’importance des représentations dans les monuments officiels de Jupiter-Ammon. Mais il est souvent difficile d’interpréter bien des documents anépigraphes, mouvance cultuelle ou culturelle ?

43Quant aux fidèles qui ont les moyens de s’exprimer, nous les rencontrons parmi des citoyens de souche romaine ou italienne, mais surtout dans le milieu gréco-oriental, dans la catégorie des affranchis, en particulier les commerçants qui résident dans les ports ou les villes carrefours. La dévotion de nos dieux est ouverte à tous, hommes et femmes, esclaves, affranchis et ingénus, intellectuels et hommes de la rue. Par l’expérience du songe ou de l’initiation, le fidèle peut entrer en contact direct avec la divinité.

44Sur l’organisation du culte, notre documentation est inégale. Nous connaissons l’existence d’un certain nombre de bâtiments sacrés, mais aucun n’a été fouillé. De même, la structure de la communauté isiaque s’esquisse à partir des inscriptions. Sauf dans le cas du hiérogrammate Arnouphis, les membres du clergé sont désignés sous le terme de sacerdos Isidis, les inscriptions nous révèlent l’existence de collèges (pastophore en cumul avec la prêtrise, collèges peut-être professionnels d’Aternum et de Salone) et d’associés au culte (telestini et sacrorum) mais ne nous apprennent rien sur leur organisation. Parmi les instruments de culte, le plus représenté est le sistre, qui semble une marque d’appartenance jusque dans l’au-delà, mais nous savons peu de choses de son utilisation dans le temple et dans l’espace domestique, hors les textes littéraires.

45L’influence de l’Égypte a d’abord pénétré par les ports de l’Adriatique. A l’époque préromaine, il s’agit de petits objets en pâte vitrée, de thèmes “médiatisés” par les vases grecs ou la vaisselle importée d’Alexandrie en Apulie, dans le Picenum et par les bouches du Pô. A l’époque romaine, après une éclipse, dûe au développement de Pouzzoles, le trafic de l’Adriatique, devient de plus en plus important du fait, entre autres, de sa position d’intermédiaire entre la Méditerranée et les provinces d’Europe centrale. La pénétration des dieux se fait par les ports : Bari et Brindisi au Sud, sans doute Ravenne, tête de pont de la via Emilia, Salone et surtout Aquilée ; le cabotage le long de la côte est actif ; de là, la pénétration se fait par les voies commerciales et de circulation : vallées fluviales et voies romaines. D’autre part, l’influence de Rome se fait sentir dans le Nord en Émilie et en Vénétie avec la large ouverture de la plaine du Pô.

46Il faut signaler l’important rayonnement de la région du Nord de l’Adriatique et en particulier celui du centre commercial d’Aquilée, débouché des anciennes voies de l’ambre qui sert de relais pour la diffusion de notre matériel et de nos dieux en direction des provinces septentrionales et danubiennes.

Bibliographie

Bibliographie32

Bricault, L. (1994) : “Isis myrionyme”, in : Hommages à J. Leclant, Paris, 3, 67-86.
— (1994a) : Murionymi. les épiclèses grecques et latines d'Isis, de Sérapis et d'Anubis, Beiträge zur Altertumskunde 82, Stuttgart-Leipzig.

Budischovsky, M.-C. (1973) : “Jupiter-Ammon et Méduse dans les forums du Nord de l’Adriatique” AN 44 col. 201-220.
— (1977) : La diffusion des cultes isiaques autour de la mer Adriatique, EPRO 61, Leyde.
— (1988) et (1993) : in “Recherches sur l’Adriatique antique”, MEFRA, 100, 1027-1039 ; 105, 1015-1027.

Coarelli, F. (1994) : “Iside e Fortuna a Pompei e a Palestrina”, in : Alla ricerca di Iside, Naples, 119-129.

Dunand, F. (1980) : “Les cultes égyptiens hors d’Égypte. Essai d’analyse des conditions de leur diffusion”, in : Religion, pouvoir et société, Besançon - Paris, 7-148.

Genaille, N. et Ch. Ziegler (1984) : LÄ, V, s.v. Sistrum. col. 959-965.

Grenier, J.-C. (1977) : Anubis alexandrin et romain, EPRO 57, Leyde.

Iside (1997) : Iside. Il Mito, il Mistero, la Magia, Milan.

Leclant, J. (1977-78) : “Histoire de la diffusion des cultes égyptiens”. Annuaire EPHE, Ve section, 86,--
— (1984) : “Aegyptiaca et milieux isiaques. Recherches sur la diffusion du matériel et des idées égyptiennes” ANRW, II.17.3, 1692-1709.

Malaise, M. (1972) : Inventaire préliminaire des documents égyptiens découverts en Italie, EPRO 21, Leyde.
— (1972a) : Les conditions de pénétration et de diffusion des cultes égyptiens en Italie, EPRO 22, Leyde.

Panciera, S. (1957) : Vita economica di Aquileia in età romana, Venise.

Piacentini, P. (1996) : “Les collections ‘mineures’ d’antiquités égyptiennes en Italie”, BSFE, 137, 13-31 (aegyptiaca en Italie).

Thélamon, F (1981) : Païens et chrétiens au ive siècle, Paris.

Tran, Tam Tinh V. (1964) : Le culte d’Isis à Pompei, Paris.
— (1971) : Le culte des divinités orientales à Herculanum, EPRO 17, Leyde.
— (1973) : Isis lactans, EPRO 37, Leyde.
— (1984) : État des études iconographiques relatives à Isis, Sérapis et Sunnaoi Theoi”, ANRW, II. 17.3, 1710-1738.

Versnel, H. S. (1990) : Inconsistencies in Greek and Roman Religion. I. Ter Unus : Isis, Dionysos, Hermès. Three Studies in Henotheism, Leyde, 39-95.

Vidman, L. (1970) : Isis und Sarapis bei den Griechen und Römern, Berlin.

Wessetzky, V. (1970) : “Neue ägyptische Funde an der Donau. Zur Osirisreligion der Römerzeit” ZÄS 96 142-145

Sources épigraphiques

Brusin, G. (1991, 1992, 1993) : Inscriptiones Aquileiae, 1-3, Udine.

Inscrit : Inscriptiones Italiae, X, V, 1-3.

Mora, F. (1990) : Prosopografia Isiaca, EPRO 113, 1-2, Leyde.

RICIS : Bricault, L., Recueil des inscriptions concernant les cultes isiaques. (à paraître).

SIRIS : Vidman, L. (1969), Sylloge inscriptionum religionis Isiacae et Sarapiacae, Berlin.

Sources littéraires

Burton, A. (1972) : Diodorus Siculus, I, Commentary, EPRO 29, Leyde.

Gwyn Griffiths, J. éd. (1970) : Plutarch's De Iside et Osiride, Cambridge.
— (1975) : Apuleius of Madauros, The Isis-Book (Metamorphoses, XI), EPRO 39, Leyde (cité Metamorphoses).

Hopfner, T. (1924) : Fontes Historiae Religionis Aegyptiacae, Bonn.

Lloyd, A. B. (1975-1983) : Herodotus, II, Introduction and Commentary, EPRO 43, I-III, Leyde.

Sources iconographiques

Leclant, J. et G. Clère (1981) : LIMC, I, s.v. Ammon, 1, 666-689 ; 2, 534-554.

Leclant, J. (1981) : LIMC, I, s.v. Anubis, 1, 862-873 ; 2, 688-696.

Tran, Tam Tinh V., B. Jaeger et S. Poulin (1988) : LIMC, IV, s.v. Harpocrates, 1, 415-445 ; 2, 242-266.

Tran, Tam Tinh V. (1990) : LIMC, V, s.v. Isis, 1, 761-796 ; 2, 501-526.

Annexes

Les cultes isiaques.

Tableau 1. Inscriptions mentionnant Isis avec ses épithètes33

Tableau 1. Inscriptions mentionnant Isis avec ses épithètes33

Tableau 2. Monuments épigraphiques avec décor de sistre.

Sites

Décors

Références

Tuturano

sistre

Ap II

Bari

sistre, situle, paon

Ap VIII. 1

Lucera

sistre

Ap XVI, 1

Urbino

sistre, patère, aigle, Méduse

O VI

Padova

sistre, patère

RICIS 2182

Colognola ?

sistre, paon

VVIII

Galezan

sistre (décor panthée)

H VII

Vid*

deux sistres

D XIV, 1

Stolac

sistre

D XV

Trouvailles de sistres.

Sites

Références

Spina

E XX. 1

Altino (tombe)

V XVI, 2

Pergine (situle)

Malaise 1972,16

Nesactium (tombe)

H IX

Montorio (signe panthée)

V IX, 1

Tableau 3. Inscriptions mentionnant Harpocrate.

Sites

Inscriptions

Références

Fano*

nomen tenebit Isidis nati puer

O III, 1

Verona

dono signum Harpocratis

V VII, 4

Padova

dono signum Harpocratis

V XII, 2

Décors d’inscriptions d’Harpocrate.

Sites

Références

Galezan

H VII

Zadar

D IV, I

Tableau 4. Inscriptions mentionnant Anubis

Sites

Inscriptions

Références

Bari

décor autel et inscription

Ap VIII, 1 MEFRA. 105, 1022

Aquileia

Augustus, uotum

Aq 16

Tableau 5. Inscriptions mentionnant Sérapis

Tableau 5. Inscriptions mentionnant Sérapis

Note 234
Note 335

Tableau 6. Inscriptions mentionnant Isis et Sérapis ou Osiris.

Divinités

Sites

Isis et Sérapis

Lecce*, Aquileia, Cividate, Zadar

Sérapis et Isis

Aquileia, Verona

Isis et Osiris

Veleia

Tableau 7. Lieux de culte, centres de dévotion

Sanctuaires attestés par des inscriptions :
Ascoli : circuitus Isidi ;
Acquanegra : aedes Isidis ;
Malcesine : fanum et pronaum matri deum et Isidi.

Existence d’une forte dévotion dans une ville déduite par l'abondance des inscriptions, isiaca et souvent aegyptiaca en un lieu précis :
Bologna - S. Stefano ? ;
Padova ? ;
Verona - zone de S. Stefano, théâtre ;
Aquileia - Monastero ;
Salona ?

Existence déduite par la présence d'un groupe statuaire :
Sarsina : dieux orientaux.

Existence déduite par la mention d'un matériel cultuel :
Modena : autel portatif auxiliis ;
Verona : signa et ara.

Prêtres :
Sulmona : sacerdos Isidis (F) ;
Abano : perpetuus sac(erdos) Is(idis) Aug(ustae) pastophorus (H) ;
Aquileia : [hiérogrammate] (H) ;
Forlimpopoli : (H) ;
Brindisi : sacerdos de la Grande Mère et de la Dea Syria (H) ;
Verona : flamen Romae et Augusti (H).

Associés au culte :
sacrorum Isidis : Brindisi (H), Forlimpopoli (F), Modena ab Roma (H) ;
sacrorum : Verona (9) ;
telestini : Forlimpopoli ;
collegium d'Isis et de Serapis : Pescara Salona.

Tableau 8. Les fidèles et leur entourage d'après les inscriptions36

Tableau 8. Les fidèles et leur entourage d'après les inscriptions36

Note 537

Notes

1 Bricault 1994a.

2 Dunand 1980.

3 Versnel 1990.

4 Tran Tam Tinh 1984.

5 La plupart des références sont tirées de Budischovsky 1977, avec une classification par région italienne et province romaine : Apulie = Ap ; Samnium = Sm ; Picenum = P ; Ombrie = O ; Émilie = E ; Vénétie = V ; Aquilée = Aq ; Histrie = H ; Dalmatie = D ; Salone = SI.

6 Iside 1997, 117 et 148.

7 Malaise 1972, 15 et 20.

8 Tran Tam Tinh 1973.

9 Tran Tam Tinh 1964 et 1971. Pour des sistres trouvés dans des boutiques et des maisons de Pompéi, voir hide 1997, 344-345.

10 “Tu es recueilli, maintenant, sous la protection d’une Fortune, clairvoyante celle-là, et qui éclaire même les autres dieux du rayonnement de sa lumière” (Métamorphoses, 3-4). Coarelli 1994.

11 Deux statuettes à Crémone (Malaise 1972, 14-15) et Romeno (Malaise 1972, 17).

12 Hdt. 2.59 : “Isis est celle qu'en langue grecque on appelle Déméter”.

13 Bricault 1994.

14 Vidraan 1970.

15 Wessetzky 1970.

16 Leclant 1977-78, 174.

17 Grenier 1977.

18 Budisehovsky 1993, 1022.

19 Budischovsky 1973.

20 Faute d’inscription claire, nous mettons des réserves à l’attribution à Treia d’un sanctuaire.

21 Leclant 1984, 1705-1709.

22 Genaille & Ziegler 1984.

23 Malaise 1972, 16-17.

24 Pour le détail, voir Budischovsky 1977, Index, s.v. Onomastique, 236.

25 Pour la possible attribution isiaque du sarcophage de Ravenne, voir Leclant 1984, 1705 : une certaine Tetratia Isias, dont l’appellatif est Memphi(us) a été initiée par son époux Sosius Iulianus.

26 Budischovsky 1977, Index, s.v. Égyptiens, 231.

27 Budischovsky 1977, Index, s.v. Amulette, 229 et Vase, 239.

28 Budischovsky 1977. Index, s.v. Égyptisant, 231.

29 Panciera 1957.

30 Thélamon 1981.

31 Malaise 1972a : carte des sites avec indication des voies romaines.

33 Comporte une cinquantaine d'inscriptions dont la moitié sans épithètes ; * : perdu ; [] : en grec ; + : dieux associés ; “” : épithète unique ; une douzaine d'inscriptions : Augusta ; une dizaine : Regina + Domina ; trois inscriptions : Victrix.

34 ISS = Iuppiter Sol Serapis ; OM = OptimusMaximus.

35 A = Augustus ; D = Deus ; I = Invictus ; M = Magnus ; S = Sanctus.

36 Nous remercions M. Dondin-Payre pour son aide amicale.
Abréviations : R = Romain(e) ; L = Affranchi(e) ; S = esclave ; F = femme ; H = homme.

37 de sua pecunia.

38 ex patrimonio.

39 pecunia sua.

40 de suo.

32 Les abréviations égyptologiques sont celles utilisées dans le Lexicon der Ägyptologie= LÄ.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Aquileia. Dédicace à Isis par le hiérogrammate Arnouphis. Musée archéologique d’Aquilée.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2 : Salona. Buste en bronze d’Isis. Kunsthistorisches Museum, Wien.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3 : Verona. Statue de Sérapis debout à la cornucopia. Musée de Genève.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 4 : Luceria. Inscription funéraire avec sistre. Musée Fiorelli à Lucera.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Les cultes isiaques.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 1. Inscriptions mentionnant Isis avec ses épithètes33
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5. Inscriptions mentionnant Sérapis
Légende Note 234Note 335
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 8. Les fidèles et leur entourage d'après les inscriptions36
Légende Note 537
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Note 638Note 739Note 840
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6879/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 278k

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search