Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Épidémies et crises de mortalité du passé

 | 
Dominique Castex
, 
Isabelle Cartron

Avant-propos

Christophe Bouneau

Texte intégral

1La publication d’un tel ouvrage représente en soi une belle justification des missions d’incubateur et de facilitateur d’une Maison des Sciences de l’Homme, dispositif français de recherche transversale en SHS original à l’échelle internationale. Épidémies et crises de mortalité du passé constitue en effet le premier résultat collectif d’un programme quadriennal transversal de la MSHA, coordonné par Dominique Castex et Isabelle Carton. L’étude des crises de mortalité par épidémie, proposée ici sur la longue durée, met pleinement en application les 3 I qui forgent l’identité des MSH et de leur Réseau. En premier lieu l’interdisciplinarité, d’ailleurs très large entre SHS et sciences “dures”, puisque cet ouvrage mobilise les approches, les méthodes et les sources de disciplines a priori aussi différentes que l’archéologie, l’histoire, la démographie, la biologie, l’anthropologie et la sociologie. Le croisement est tellement fructueux que le lecteur ne sait plus forcément dans quelle discipline le texte se situe : voilà le signe d’une complémentarité réussie, en valorisant pourtant en permanence les regards disciplinaires. Le second I renvoie au caractère interinstitutionnel du programme, dans une synergie entre le CNRS et les Universités de Bordeaux, en particulier mais de façon non exclusive entre PACEA et Ausonius. Soulignons que c’est la première fois que l’archéologie, dans son acception la plus large, participe à la dynamique de recherches de la MSHA : c’est bien un objectif majeur de notre politique scientifique de proposer la MSHA comme un instrument pionnier de rapprochement des équipes et comme un levier de décloisonnement des institutions à l’heure de la mise en place du PRES. L’international représente le troisième I et cette approche comparée des aires, dans l’analyse des crises aiguës de mortalité, est validée ici par la diversité des sites et des espaces d’investigation, du Sud-Ouest aquitain à la Jordanie, sur un temps long certes très fragmenté, de l’Antiquité, voire de la proto-histoire, au xviiie siècle.

2Merci donc à Dominique Castex et Isabelle Carton d’avoir su ainsi valoriser un séminaire de recherches interdisciplinaires qui s’est tenu régulièrement dans les locaux de la MSHA. Il a connu un grand succès en associant tous les âges de la recherche, de l’initiation du Master aux chercheurs les plus chevronnés et ce programme phare de notre établissement doit d’ailleurs se prolonger sous une nouvelle forme. Donc longue vie à ces recherches sur la bioarchéologie et l’anthropologie des populations du passé, sous le signe des métamorphoses et de la cristallisation scientifique où le rite funéraire, dans ses urgences et ses détresses individuelles et collectives, dit l’essentiel de la civilisation et de ses menaces. Les psychanalystes, orthodoxes comme hétérodoxes, ne s’y sont d’ailleurs jamais trompés.

© Ausonius Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540