Version classiqueVersion mobile

Les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine

 | 
Christiane Delplace
, 
Francis Tassaux

Préface

Jean-Michel Roddaz

Texte intégral

1La rencontre organisée à Bordeaux au mois de mai 1997 sur les cultes polythéistes dans l’Adriatique romaine marque une étape importante dans la collaboration que l’Institut Ausonius a nouée depuis plusieurs années avec les organismes de recherche de plusieurs pays riverains du nord de l’Adriatique. Cette coopération trouve régulièrement une concrétisation dans la parution d’une chronique quinquennale publiée avec le concours de l’École Française de Rome et qui fait le bilan de la recherche sur l’Histoire Ancienne et l’archéologie de la zone adriatique à l’époque romaine. L’opportunité se présentait cependant de rassembler une bonne partie des partenaires de cette initiative.

2Christiane Delplace et Francis Tassaux sur lesquels ont pesé la responsabilité de l’organisation de cette table-ronde avaient choisi de rassembler les interventions sur le thème des cultes, d’abord parce que le sujet avait, dans le passé, déjà suscité un large intérêt, mais aussi – et la chronique en témoignait – parce que la question demeurait d’actualité au vu des dernières trouvailles archéologiques ou épigraphiques.

3Nos amis croates, italiens et Slovènes ont bien voulu répondre à notre invitation et nous avons pu ainsi rassembler une quinzaine de communications denses et variées qui permettront au lecteur sinon de faire le tour de la question, du moins d’avoir une connaissance précise sur l’état de la recherche concernant aussi bien les divinités autochtones que les cultes importés par Rome ou par ses soldats : une place particulière a pu être ainsi réserve, comme l’on pouvait s’y attendre, à la diffusion des religions orientales.

4La perspective diachronique a par ailleurs été largement exploitée, puisque le champ d’investigation de la rencontre embrassait aussi bien les temps légendaires que l’instant crucial de la transition du paganisme au christianisme. Il n’est naturellement pas question dans cette introduction de reprendre les idées directrices de chacune des interventions puisque la synthèse en est présentée dans la remarquable conclusion de J. Scheid, mais il me plait de souligner la richesse et l’ampleur des discussions que la plupart des interventions ont suscitées. Il n’était pas possible, pour des raisons matérielles de faire paraître dans la publication la teneur de ces débats, mais nous avons demandé aux auteurs de l’intégrer dans leurs textes et J. Scheid y fait largement allusion dans sa synthèse.

5Je citerai pour terminer le nom des institutions qui ont bien voulu nous apporter leur soutien, sans lequel l’organisation de ce colloque aurait été plus difficile, le ministère des Affaires Étrangères, le Conseil Régional d’Aquitaine, la direction des Enseignements Supérieurs et l’Université Michel de Montaigne. Ils ont donc été les mécènes de cette rencontre et je les remercie au nom de ses organisateurs. La publication présentée par le service de notre institution auquel je rends hommage, constitue la meilleure preuve du bien fondé de leur générosité, car elle constitue pour la communauté scientifique un document désormais incontournable pour qui s’intéresse à l’Histoire ancienne des pays riverains de l’Adriatique.

© Ausonius Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search