Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Ambrussum, l’équipement d’une station

Jean-Luc Fiches

Texte intégral

1On connaît mal les installations de service liées aux routes romaines ; elles furent sans doute très variées, adaptées aux situations locales. La fouille du quartier bas d’Ambrussum, agglomération d’origine préromaine qui devint un relais sur la voie Domitienne, en livre depuis quelques années un exemple daté du Haut Empire (fig. 1). Après avoir rappelé la leçon des itinéraires, décrit le tracé de la voie au passage d’Ambrussum, on caractérisera la spécialisation du quartier qui s’est développé au pied de l’oppidum dans la seconde moitié du Ier s. a.C. de part et d’autre de la voie, et qui s’est maintenu, après l’abandon de la hauteur, jusqu’aux environs du milieu du IIIe s.

1. Les sources antiques

  • 1 Fiches & Richard 1985.

2C’est grâce à sa position sur la voie Domitienne que le nom d’Ambrussum a été conservé par plusieurs itinéraires d’époque romaine. Ainsi, trois des gobelets d’argent découverts à Vicarello, qui portent la liste des étapes de Cadix à Rome, mentionnent Ambrussum à égale distance (15 milles) de Sextantio (Castelnau-le-Lèz) et de Nimes, le quatrième mentionnant Ambrusio. On retrouve ces deux formes sur des documents plus tardifs : l’Itinéraire d’Antonin nomme le relais sous la forme Ambrussum ; la Table de Peutinger, sur laquelle le nom de l’étape n’est accompagné d’aucune vignette, porte Ambrusium. Quant à l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, rédigé en 333, il précise qu’Ambrosium était une mutatio. Désormais, ce nom est également connu sur deux petites monnaies en mauvais argent découvertes naguère sur le site1. Elles présentent, d’un côté, une tête à droite coiffée d’un casque à cimier et, de l’autre, les cantons d’une roue avec les quatre lettres latines AMBR. Cette frappe, aux motifs inspirés par les monnayages de la colonie grecque de Marseille, se rapporte, d’après le contexte des émissions régionales, au troisième quart du Ier s. a.C. ; elle a pu répondre aux besoins en numéraires consécutifs à la chute de Marseille devant César en 49 a.C., besoins particulièrement aigus dans une station routière. Elle affirme, sans doute, l’autonomie d’Ambrussum au sein des Volques Arécomiques, qui occupaient la région entre Rhône et Hérault, et plaide peut-être pour ranger Ambrussum parmi les communautés qui bénéficièrent, vers le milieu du Ier s. a.C., de l’octroi du droit latin par César et que Pline l’Ancien, décrivant l’organisation administrative de la province de Narbonnaise dans les années 70 de notre ère, rangea, sans les nommer, au nombre des centres qui payaient tribut à Nîmes, sous le vocable d’oppida ignobilia.

Fig. 1 : Ambrussum. L’oppidum, le pont romain et le quartier bas (de bas en haut).

Fig. 2 : Le Pont-Ambroix.

2. Le pont-Ambroix

  • 2 Fiches 1970 ; 1980 ; 1997.

3Le souvenir d’Ambrussum s’est perpétué dans le nom du pont qui permettait à la voie de franchir le Vidourle et qui conserve une arche au milieu du fleuve, encore épargnée par ses violentes crues (fig. 2). Cet ouvrage d’art, qui comptait à l’origine plus de neuf arches, fut utilisé comme carrière vers la fin du XIVe s. Encore appelé Pont-Ambroix à l’époque moderne, il a très tôt attiré l’attention des antiquaires et c’est grâce à ses vestiges imposants que l’on s’est peu à peu attaché à mieux connaître le site2. Dès le XVIIe s., Anne de Rulman fit exécuter un dessin du pont qui comptait encore quatre arches ; un siècle plus tard, le marquis d’Aubais commanda un plan des ruines encore pourvues de trois arches et fit connaître l’ouvrage aux auteurs de l’Histoire du Languedoc et à l’historien de Nîmes, Léon Ménard, qui reconnut l’emplacement d’une agglomération romaine sur la colline voisine. Gustave Courbet a peint le monument sans doute à l’occasion de son second séjour à Montpellier en 1857, à la demande de François Sabatier dont il fut l’hôte dans sa propriété de La Tour des Farges. Sur ce tableau de petit format conservé au musée Fabre de Montpellier, le pont, vu depuis la rive gauche en amont, légèrement décentré pour qu’apparaisse au loin la silhouette du moulin de la Jassette, détache les deux arches qu’il conservait alors des lignes sombres des berges et de la surface mouvante de l’eau. Ce sont les crues du Vidourle qui ont peu à peu ruiné l’édifice ; ainsi, le 27 septembre 1933, une inondation emporta l’arche voisine de celle qui subsiste. Ce jour-là, la crue atteignait 7 m à Quissac et le fleuve franchissait, en amont, le tablier du pont de Sommières également d’origine romaine.

Fig. 3 : La rue principale de l’oppidum.

  • 3 Bonnet 1905.

4En 1835, un pasteur de Gallargues-le-Montueux avait effectué une première fouille contre le rempart de l’oppidum, et, en 1857, la Société archéologique de Montpellier fit lever un plan des fortifications dont on sait désormais que les parties les plus anciennes remontent au début du IIIe s. a.C. Au cours du XIXe s., plusieurs découvertes furent faites, notamment des monnaies, des urnes funéraires, des armes et un tuyau en plomb estampillé3.

  • 4 Marignan 1910 ; 1922.

5Mais il fallut attendre le début de ce siècle pour que l’exploration fût plus complète. Avant 1914, en effet, le Dr Marignan, préhistorien de la basse vallée du Vidourle, fit effectuer des fouilles par un ouvrier qui trouva du mobilier néolithique, dégagea neuf cases gauloises, reconnut trois maisons romaines et mit au jour, au pied de la colline, une habitation médiévale4. Ces vestiges réenterrés, le site fut abandonné pour un demi-siècle. C’est en effet à partir de l’automne 1967 que des recherches y furent à nouveau programmées.

3. Le tracé de la voie Domitienne au passage d’Ambrussum5

  • 5 Fiches 1980.

6Traditionnellement, on considérait que la voie Domitienne contournait l’oppidum d’Ambrussum par le sud, en se référant au tracé du chemin de la Monnaie (Camin de la Mouneda, dénomination sans doute issue de l’expression latine via munita), à la limite des communes de Villetelle et de Lunel. En 1975, la découverte d’une voie pavée, creusée de profondes ornières, et qui constituait l’artère principale de l’oppidum au Ier s. p.C. (fig. 3), avait conduit à réviser cette hypothèse, au moins pour le début du Haut Empire, puisque la ville haute fut abandonnée vers le début du IIe s. L’itinéraire sud fut alors considéré comme plus récent. Il était sans doute actif dès le Moyen Age puisque c’est en bordure du chemin de la Monnaie, le long du Vidourle, que Marignan trouva des bâtiments du Bas Moyen Age correspondant sans doute à l’établissement de moniales qui fut créé en 1254. L’église, mentionnée dans une charte du chapitre de Nîmes en 1156, se trouvait peut-être dans ce secteur.

  • 6 Fiches 1989.
  • 7 Favory 1989.

7Les fouilles entreprises à partir de 1979 dans le quartier bas, au nord de l’oppidum, ont largement contribué à éclairer la question du tracé de la voie, au moins pour la période impériale (fig. 4). En effet, elles ont révélé des constructions organisées de part et d’autre d’une large rue qu’il faut considérer désormais comme la voie elle-même6. Celle-ci est aujourd’hui dégagée sur une longueur de 150 m environ. Aux extrémités de ce tronçon, l’orientation qu’elle prend permet de restituer son tracé au-delà : au sud, elle devait suivre le bas de pente, au-dessus du chemin actuel, pour rejoindre la sortie du Pont-Ambroix où aboutissait également la rue principale de l’oppidum ; au nord-ouest, la voie amorce une courbe pour se diriger vers la garrigue dans un secteur où le cadastre moderne conserve le souvenir d’un chemin communal et qui offre une pente peu marquée. Désormais, on explique mieux le réseau des chemins anciens reconnu par photo-interprétation autour d’Ambrussum7. Le passage par le nord, en effet, est encore conservé dans le paysage actuel. Comme il apparaît sur la figure 5, cet itinéraire septentrional rejoignait le tracé de la Domitienne – très rectiligne entre Ambrussum et Sextantio – dans la combe du Figuieyras : seule en perdure la section la plus occidentale (chemin n° 4), celle qui a capté et détourné vers le nord le chemin de la Monnaie. Plus à l’est, la chaussée se repère par fragments, sous la forme de tas de pierres alignés ou de limites parcellaires discontinues (n° 3), avant de retrouver le chemin communal de Villetelle à Marsillargues. Cet itinéraire présente d’ailleurs l’avantage de négocier au mieux la montée sur le plateau (pente de 4 %) ; le passage par l’oppidum, qui n’offrait qu’une rue étroite où les véhicules ne pouvaient se croiser, imposait une pente plus forte (8,3 %), et le contournement par le sud, plus récent, une pente de 11 %.

Fig. 4 : Plan de la partie centrale du quartier bas.

Fig. 5 : Interprétation de la voierie et du parcellaire autour d’Ambrussum par François Favory, d’après le cliché n° 3092 de la mission 23 SF 518, du 28 mai 1944 (fonds Baradez, Centre Camille Jullian, Aix-en Provence).

8Dans la partie centrale du quartier bas, cette voie a une largeur de 6 à 8 m, et elle est généralement bordée d’une ou deux galeries couvertes. Dans la dernière période d’occupation, un puits, dont la margelle était supportée par un monolithe en pierre de taille, se trouvait au bord même de la chaussée (fig. 6). En 1980, un sondage a permis de reconnaître les différents états de la voie. Le premier correspond à l’installation du quartier vers 30 a.C. Mais il est probable que le cheminement existait auparavant puisque cette zone fut utilisée comme nécropole, dans la première moitié du IIe s. a.C. En tout cas, la date du développement du quartier s’inscrit tout à fait dans une période d’équipement routier. Elle permet également de reposer la délicate question de la date de construction du Pont-Ambroix qu’on place traditionnellement à l’époque julio-claudienne, en se référant aux milliaires d’Auguste, de Tibère et de Claude qui furent jadis découverts dans les environs.

9Au-dessus de cette chaussée primitive, sur plus de 2 m d’épaisseur, neuf autres niveaux de circulation ont été observés, dont un présentait de multiples ornières (première moitié du IIIe s.). En effet, ils étaient constitués de galets et de graviers avec quelques cailloux et blocs de calcaire dur. Entre ces niveaux, des recharges de galets correspondent à des travaux successifs pour mettre le quartier à l’abri des crues du Vidourle.

10Quant à l’abandon de cette voie, il est, sans nul doute, postérieur à l’abandon du quartier vers le milieu du IIIe s. En effet, des monnaies du IVe s. ont été recueillies sur la chaussée la plus récente, et même deux double tournois du deuxième quart du XVIIe s. semblent indiquer que ce n’est qu’à l’époque moderne que le chemin a été déplacé au pied de la colline, sans doute pour élargir l’espace cultivé en bordure du Vidourle.

Fig. 6 : Le puits en bordure de la voie, dans la partie centrale du quartier bas.

4. L’équipement de la station

  • 8 Fiches 1989,45-62.

11La fouille du quartier bas a d’abord concerné, entre 1979 et 1985, un îlot en bordure de la rue dont l’exploration jusqu’au sol naturel a permis de dater les principales périodes d’occupation8. La fouille programmée a repris en 1993 dans le but de dégager de façon extensive les niveaux les plus récents du quartier ; c’est ainsi qu’en 1994, les vestiges du relais ont été mis au jour sur 1,3 ha dans la zone inondable. Certes, on n’a pu appréhender l’ensemble du quartier qui se développait aussi à flanc de colline au nord du pont. Mais les constructions mises au jour présentent des installations qui sont caractéristiques de l’équipement de la station.

12Ainsi, l’îlot fouillé entre 1979 et 1985 (fig. 7) s’ouvre directement sur la rue par une porte charretière. Il offre une grande simplicité dans l’ordonnance des bâtiments et des pièces ; la banalité des mobiliers invite à y voir une ferme dans laquelle le corps oriental, occupé par des communs, s’oppose à un bâtiment nord dont la structure dissymétrique permet de différencier les trois petites pièces centrales des deux autres, plus vastes. Une de ces dernières, qui s’ouvre sur la cour près de la porte d’entrée, a d’ailleurs livré, pour l’état tardo-augustéen, les trois quarts des monnaies de l’îlot et la plus grande part du mobilier métallique : des éléments de parure, mais aussi des instruments et outils divers (agrafes de harnais, clavettes, fer de sabot, serpette, soc de charrue, boîtes à sceau et poids d’une once). Cette remise proche de la rue a donc abrité une activité de comptes et d’échanges sans doute en rapport avec le relais. Mais la partie la plus vaste de cet îlot est la cour, dont le grand foyer central dépasse les besoins domestiques, comme le four à coupole ouverte abrité à l’époque tardo-augustéenne dans une construction circulaire située au nord. Certains aménagements de cet espace ouvert, comme le moulin à bras augustéen et les réserves de céréales, légumineuses et raisins de l’époque flavienne, se rapportent à la fonction agricole de cet îlot. Mais d’autres indices sont davantage en rapport avec la route voisine, comme ces empreintes de sabots mises en évidence sur le sol de la cour avant son abandon vers 20 p.C., et surtout les petits objets, qui s’accordent avec l’hypothèse d’une auberge dans un cadre de relais d’étape (rareté de la vaisselle en bronze, bonne représentation des décors de meubles, présence soutenue de l’outillage indispensable aux réparations des véhicules et à l’entretien des bêtes de somme, forte proportion d’éléments de harnachement). On notera, en particulier que les huit hipposandales retrouvés ici représentent la série la plus importante observée à ce jour dans le Midi de la Gaule.

13Les structures mises au jour ces dernières années ont confirmé le caractère spécialisé de cette partie de l’agglomération. Les espaces résidentiels semblent limités à un îlot de plan carré peut-être organisé autour d’une cour (fig. 4, zone 9). En revanche, deux îlots, situés au sud de l’espace fouillé auparavant, ont conservé jusqu’à l’abandon de l’habitat ces fonctions de relais d’étape (fig. 4, zones 4 et 5). Ils sont, en effet, caractérisés par une porte charretière ouverte sur la rue, par l’intermédiaire d’une galerie couverte dont les extrémités s’appuient sur une pièce avancée, et par la présence de vastes espaces ouverts. Le mieux conservé présente, derrière l’entrée, des pièces de petite taille disposées de part et d’autre d’une cour qui occupe toute la largeur de l’îlot dans la partie la plus proche du Vidourle (fig. 4, zone 4). C’est certainement le souci de protection contre les crues qui a conduit les constructeurs à fermer cet ensemble, au nord-est, par un mur large d’1,50 m, lié au mortier et marqué par un fruit important à l’extérieur. Les murs latéraux sont également mortayés et pourvus de contreforts intérieurs et extérieurs dans la partie la plus menacée par les inondations.

Fig. 7 : L’îlot fouillé en 1980-1985 (état tardo-augustéen) ouvert sur la rue à l’ouest (E 161-162). Dans la cour, foyer construit (P 110) et moulin à bras (F 122). Au nord, bâtiment circulaire abritant un four culinaire.

14De l’autre côté de la rue, on a également découvert la chambre de chauffe d’un établissement thermal, sans doute à usage public, et qu’il convient d’attribuer à l’équipement de la station. Même si leur dégagement demeure encore partiel, car les bains se développent sous le chemin moderne, les vestiges de ces thermes, dont l’alimentation n’est pas connue, mais qui pouvait se faire grâce à un puits, permettent d’en comprendre le fonctionnement : la chambre de chauffe, d’une superficie de 23 m2, était accessible par une porte ouverte dans son mur sud. Une autre, installée à l’angle nord-est, donnait probablement sur un escalier menant à un étage se développant sur tout ou partie de l’édifice. Dans le mur occidental, sont aménagés deux praefurnia chauffant chacun une pièce dont le sol bétonné était supporté par des pilettes d’hypocauste. Ces pièces ne sont pas connues mais le décrochement du mur occidental de la chambre de chauffe indique certainement l’emplacement de leur mur mitoyen. L’un des praefurnia, qui se caractérise par une bouche circulaire (fig. 8), ne comprend aucun canal de chauffe. L’autre en comporte un qui a conservé la marque d’un système de fermeture. Au sud, la première marche d’un escalier menant au niveau de la chaudière est encore en place ; de l’autre côté, un massif de 2,20m2 constitue probablement la base du réservoir d’eau froide. Ces aménagements laissent penser qu’il s’agit du foyer de la salle de bains chauds (cella soliaris). La fonction de la pièce située au sud est plus problématique (laconicum ?).

Fig. 8 : Le praefurnium nord des thermes de la station.

5. De l’oppidum au relais

15La fouille de l’oppidum a montré en quel domaine, durant la seconde moitié du Ier s. a.C., la physionomie de l’agglomération avait été modifiée. Le rempart, ruiné, est remplacé par un avant-mur grossier, alors que la porte sud est restaurée et que sont aménagés le pavage de la rue principale et un portique ouvert sur une place entre la rue et la porte. Dans ce secteur, les fouilles ont été limitées au dégagement du portique, mais il est vraisemblable que d’autres bâtiments publics entouraient la place. Il est donc tentant de comparer la situation d’Ambrussum à celle d’autres agglomérations de la région nîmoise qui se dotent, à l’époque augustéenne, d’équipements monumentaux à caractère civique ou cultuel. C’est alors, en effet, que Le Castellas de Murviel-lès-Montpellier voit l’érection d’un temple au décor digne de la Maison Carrée et qu’un véritable forum est aménagé sur l’oppidum de Gaujac comme au Camp de César à Laudun.

  • 9 Fiches et al. 1976 ; Fiches 1986.

16Pour sa part, l’habitat voit certainement se développer une architecture domestique préfigurant les maisons à cour intérieure de la seconde moitié du Ier s. p.C.9 En témoignent notamment un chapiteau et une base de colonne. Toutes ces observations n’ont malheureusement pu être datées avec plus de précision en raison de l’indigence du matériel ou de remaniements postérieurs. Un des intérêts de la fouille du quartier bas est de fournir pour cette période deux dates relativement précises : celle de la création du quartier, vers 30 a.C., et celle de sa première transformation, vers 10 a.C. Il s’agit là, plutôt que d’une extension de la ville haute ou d’un glissement de l’habitat vers la plaine, de l’installation d’un quartier spécialisé dans le rôle de relais, à une période où Auguste et Agrippa se préoccupent de l’aménagement du réseau routier de la Gaule. D’ailleurs, la période augustéenne apparaît comme celle d’échanges particulièrement actifs, sans doute stimulés par le rôle accru de la voie Domitienne ; c’est celle, par exemple, où le volume des amphores est le plus important ; c’est aussi celle où l’on rencontre la plus grande quantité de métal, même si ce mobilier, où dominent les parures, témoigne d’habitudes et de goûts traditionnels.

17La création du quartier bas s’est opérée à partir de la route qui contournait l’oppidum par le nord. À l’est, de longues parcelles en forme de parallélogrammes ont été définies entre le passage et la berge du Vidourle qu’il faut imaginer dépourvu des digues qui le bordent depuis le Moyen Age. Malgré le recours, dès le début, à des techniques de construction nouvelles telles que les couvertures de tuiles et les enduits de mortier, la très large utilisation des matériaux locaux, qui témoigne d’une expérience acquise durant près de trois siècles sur l’oppidum, la grande simplicité de l’ordonnance des bâtiments et des pièces et la banalité des mobiliers invitent à trouver dans ces sortes de fermes une initiative de la communauté désormais trop à l’étroit à l’intérieur de remparts dont la ruine est d’ailleurs déjà avancée. Un indice suggère pourtant qu’à cette époque la voie a peut-être permis à Ambrussum d’accueillir des éléments étrangers. On a retrouvé, en effet, dans la station, un graffite gravé après cuisson sur un fond de vase abandonné au plus tard vers 10 a.C., ce qui en fait un des témoignages les plus anciens de l’usage du latin dans la région. Ce graffite présente, malgré une cassure des lettres à mi-corps, une écriture latine de la fin de la République et n’offre d’autre restitution possible que celle de Pilatus, nom rare dans la Province, qui témoigne de l’installation d’un Italien ou de la romanisation précoce d’un autochtone.

  • 10 Fiches étal. 1976 ; Fiches 1986.

18Construire en bordure du Vidourle, dont le lit mineur était plus large et moins encaissé qu’aujourd’hui, et le lit majeur plus humide, constituait une sorte de défi au fleuve et à ses crues dévastatrices. C’est la marque d’une volonté farouche dans la maîtrise du territoire : la communauté n’a pas hésité à engager de grands travaux pour gagner un nouvel espace habité ; les remblais de la première phase de construction en témoignent. Mais l’exhaussement très rapide des sols vers10 a.C., dans l’îlot excavé, la rue et sans doute toute la partie inondable du quartier, rend compte des difficultés rencontrées par les habitants pour se maintenir dans cette zone, mais aussi des solutions trouvées à l’échelle du quartier et donc de la communauté.

19La longue période d’abandon – un quart de siècle au moins – qui intervient à la fin de l’époque augustéenne ou sous Tibère interrompt l’épanouissement du quartier bas et l’extension d’Ambrussum hors de ses murs. Les traces d’abandon, de reprise de la végétation, de récupération des toitures, de ruine des murs, suivies d’un fort remblai avec des graviers du Vidourle, ont été bien observées dans l’îlot exploré, mais elles ne concernent pas seulement cette propriété : la rue principale est affectée par ce même remblai ; il est donc légitime de penser que cet exhaussement, justifié par le souci de mettre les bâtiments hors d’atteinte des crues, a touché toute la partie inondable du quartier.

20En l’état actuel des fouilles, il est bien difficile de comparer la situation du quartier bas et celle de l’oppidum dans la première moitié du Ier s. p.C. En effet, sous les maisons à cour intérieure de la colline, on n’a pas retrouvé en place de niveaux de cette période en raison des transformations ultérieures. On notera simplement que la construction des domus appartenant au dernier état de la ville haute a été située vers 40 p.C. soit à l’époque même de la réoccupation du quartier bas ou peu de temps avant. Il est donc bien difficile de comprendre et de mesurer les vicissitudes qu’a alors connues Ambrussum. Si celles-ci n’ont concerné que le quartier bas, on peut toutefois invoquer un renoncement temporaire à affronter les crues du Vidourle, qui avaient déjà nécessité l’exhaussement du quartier, 25 à 30 ans plus tôt. Dans cette hypothèse, il serait important de connaître la date de construction du pont de pierre qui permit à la voie Domitienne de franchir le fleuve en aval du quartier, là sans doute où l’on empruntait auparavant un gué ou un pont de bois. Si l’ouvrage est augustéen, comme le laisse penser sa position dans le prolongement d’un chemin cadastral appartenant à une centuriation de cette époque, il a été construit avant l’abandon du quartier et a donc pu rendre celui-ci plus vulnérable aux atteintes du fleuve.

21Quelle qu’ait pu être la nature des difficultés rencontrées, Ambrussum semble avoir retrouvé, vers le milieu du Ier s. p.C., l’importance qu’elle avait à l’époque augustéenne. Sur l’oppidum s’élèvent désormais – au moins dans les deux quartiers fouillés – des maisons à cour intérieure qui s’inspirent du modèle de la domus urbaine et qui illustrent la dernière étape du processus d’urbanisation qu’a connu l’agglomération à l’intérieur de ses murs. Dans le quartier bas, malgré une longue interruption, la ferme-relais est réoccupée sans grandes modifications. Le bâtiment nord, aux murs réenduits de la même façon, illustre ces fortes permanences, et la remise orientale livre désormais quelques outils (soc, scie, sonnaille). Des modifications, pourtant, si elles n’affectent pas l’orientation et la place des bâtiments, n’en sont pas moins significatives. Ainsi le percement d’une ruelle au sud de cet îlot traduit-il le souci d’un meilleur drainage du quartier. Dans l’îlot lui-même, des constructions à pans de bois ont réduit l’espace de la cour ; identifiées comme des greniers, elles pourraient témoigner que la ferme l’a alors emporté sur le relais si le mobilier métallique, riche en pièces de harnachement, ne venait corriger l’appréciation.

22Les aménagements intérieurs, les dimensions de la cour, le rapport différent entre parties résidentielles et utilitaires distinguent les maisons de la ville haute et celle du faubourg : les unes ont des traits plus urbains ; l’autre un caractère plus rural. Mais elles participent toutes de cette ville inscrite depuis plusieurs décennies dans le territoire de la cité de Nîmes. Elles illustrent les différentes formes de maisons, qui se distinguent de la petite exploitation paysanne, d’un côté par la place prépondérante des pièces de séjour et de communication, de l’autre par les capacités de stockage et les installations spécialisées. Elles manifestent une différenciation qui ne concerne pas seulement chaque unité d’exploitation mais qui se traduit aussi dans la vocation particulière des quartiers.

  • 11 Fiches 1983.

23L’origine protohistorique d’Ambrussum pourrait suggérer que la structure communautaire s’y est simplement maintenue jusqu’à la fin du Ier s. p.C., comme une survivance adaptée aux conditions nouvelles, mais fortement concurrencée par le mode d’exploitation domanial11. La villa connaît, au cours de la seconde moitié du Ier siècle, son plein développement dans la région nîmoise. Mais l’agglomération n’en reste pas moins nécessaire, non seulement comme réserve de main-d’œuvre mais aussi comme relais du chef-lieu de la cité au cœur des campagnes. Le milieu du Ier s. p.C. voit ainsi s’affirmer de nouveaux centres tels que Balaruc-les-Bains ou Lunel-Viel, qui ont livré, ces dernières années, les vestiges d’un centre public. Le cas de Lunel-Viel est particulièrement intéressant car la localité est très proche d’Ambrussum (6 km environ). La proximité de cette agglomération, certes plus modeste mais créée pour regrouper la population locale, invite donc à ne pas considérer Ambrussum simplement comme le maintien d’une communauté d’origine protohistorique, mais comme un élément du réseau qui se densifie dans la cité de Nîmes pour une exploitation encore élargie des campagnes.

24Au tout début du IIe s., un incendie détruit, dans le quartier bas, les greniers de la cour fouillée dans les années 1980. Peut-être s’agit-il d’un de ces accidents localisés qui ne devaient pas être rares. Mais il intervient au moment où les maisons à cour intérieure de l’oppidum sont abandonnées et doit être suivi, dans le quartier bas, d’un abandon temporaire ; il entraînera, de toutes manières, une restructuration de l’îlot, dans laquelle on devine, malgré les destructions postérieures, une transformation du rôle et des fonctions de la cour, ainsi que l’apparition de communications dans le bâti.

25Ce phénomène complexe correspond-il à un déplacement définitif de l’habitat, au dernier acte d’une adaptation qui verrait l’abandon de l’oppidum au profit du quartier bas ? Certes, l’oppidum semble définitivement délaissé : non seulement les maisons à cour intérieure ne sont plus occupées, mais la rue principale est négligée, la place et le portique n’ont plus de raison d’être, la colline devient un lieu de récupération de matériaux (toitures, colonnes, pierres) qui se retrouvent en partie dans le dernier état du quartier bas. Un déplacement de l’habitat supposerait une extension de ce quartier pour accueillir les occupants de la ville haute et la création d’un nouveau centre. Or, la topographie de la terrasse du Vidourle se prête mal à un accroissement important de l’emprise urbaine, et les vestiges de l’habitat le plus récent, bien conservés au sud-ouest de la rue principale, s’ils témoignent d’une densification du bâti par rapport à l’îlot antérieur, empêchent de croire que toute la population de la colline s’est alors installée au piémont.

26On ne doit donc pas parler de déplacement, mais plutôt de dépeuplement et de déstructuration de la communauté. On décèle peut-être là l’ultime effet du processus d’urbanisation que cette communauté a connu et impulsé durant plus de trois siècles. L’image qu’offre Ambrussum au cours de cette dernière phase où sa périphérie ne réussit pas à constituer un nouveau centre est celle d’un village-rue conditionné par le trafic sur la voie Domitienne. Bien entendu, les vestiges de la dernière période qui ont été fouillés se situent au bord même de la rue. Mais ils témoignent de l’activité intense qu’elle suscite, d’autant plus que le niveau d’abandon y est riche et bien conservé. La nette raréfaction du bœuf à cette période, telle qu’elle apparaît à l’analyse de la faune, pourrait être un indice des conditions économiques défavorables dans lesquelles se prépara l’abandon du quartier vers le milieu du IIIe s. Mais les difficultés que connaît alors la station tiennent moins à l’évolution du trafic sur la voie Domitienne qu’au fait qu’elle ne peut plus s’appuyer sur un oppidum actif.

27Cet abandon touche-t-il alors réellement tout le quartier ? Les monnaies recueillies en surface dans la parcelle explorée et dans les vignes voisines tendent à le confirmer pour la seconde moitié du IIIe s. où les numéraires sont rares ; mais ceux du IVe s. sont abondants. En 1994, on a d’ailleurs trouvé, sur une terrasse basse, les traces d’une réoccupation datée de la seconde moitié du IVe s. et caractérisée par des constructions de facture grossière, appuyées à un mur de soutènement proche du Vidourle, et organisées autour d’un puits (fig. 4, zone 10). Mais il s’agit certainement, d’après le comblement du puits qui contenait de nombreux éclats de pierre et de tuiles, d’une installation liée à l’exploitation des ruines voisines. En fait, on ne sait rien encore de la physionomie qu’avait la mutatio que l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem mentionne en 333.

Notes

1 Fiches & Richard 1985.

2 Fiches 1970 ; 1980 ; 1997.

3 Bonnet 1905.

4 Marignan 1910 ; 1922.

5 Fiches 1980.

6 Fiches 1989.

7 Favory 1989.

8 Fiches 1989,45-62.

9 Fiches et al. 1976 ; Fiches 1986.

10 Fiches étal. 1976 ; Fiches 1986.

11 Fiches 1983.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Ambrussum. L’oppidum, le pont romain et le quartier bas (de bas en haut).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Légende Fig. 2 : Le Pont-Ambroix.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Fig. 3 : La rue principale de l’oppidum.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende Fig. 4 : Plan de la partie centrale du quartier bas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Fig. 5 : Interprétation de la voierie et du parcellaire autour d’Ambrussum par François Favory, d’après le cliché n° 3092 de la mission 23 SF 518, du 28 mai 1944 (fonds Baradez, Centre Camille Jullian, Aix-en Provence).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Légende Fig. 6 : Le puits en bordure de la voie, dans la partie centrale du quartier bas.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 7 : L’îlot fouillé en 1980-1985 (état tardo-augustéen) ouvert sur la rue à l’ouest (E 161-162). Dans la cour, foyer construit (P 110) et moulin à bras (F 122). Au nord, bâtiment circulaire abritant un four culinaire.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende Fig. 8 : Le praefurnium nord des thermes de la station.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6735/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search