Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Les toponymes en -iana/-ianis des itinéraires : des villes de Ptolémée aux grands domaines ?

Pascal Arnaud

Texte intégral

  • 1 On a volontairement exclu une demi-douzaine de toponymes largement extérieurs aux limites de l’emp (...)
  • 2 Roldán Hervás 1973 est ainsi assez hésitant. Quoiqu’il reconnaisse à plusieurs reprises (213, 225, (...)
  • 3 À la suite de Tissot 1878, 295-296 ; Salama 1961, col. 908-909.

1La tradition géographique ancienne nous a livré environ 150 noms de lieux produits par la suffixation en -iana ou -ianis d’un anthroponyme. Tous sont compris dans les limites de l’empire et apparaissent principalement dans les itinéraires1 La nature de ces toponymes, également fréquents en grand nombre dans les documents médiévaux d’Occident, où ils ont laissé une empreinte durable dans la toponomastique, demeure néanmoins sujette à controverse. La tendance est aujourd’hui généralement à y reconnaître des toponymes prédiaux fondés sur un anthroponyme, selon un processus comparable à celui que l’on connaît pour leurs équivalents à suffixation en -iacum, caractéristiques des régions de tradition linguistique celte2 Il. n’est pourtant pas rare de voir nos contemporains, suivant l’attitude de Ptolémée qui les identifiait avec des poleis, y rechercher des agglomérations : en Maurétanie Tingitane, derrière les toponymes Vopisciana et Gontiana on a ainsi souvent recherché des villes3. La documentation archéologique ou épigraphique nous contraint parfois, quoique rarement, à aller en ce sens, et l’on peut avancer plusieurs cas de toponymes de ce type qui nous renvoient à des villes, petites ou grandes ; ils demeurent toutefois l’exception.

  • 4 Roldan-Hervas 1973,221.
  • 5 Hübner 1907, col. 839 ; Patsch 1903, col. 1531-1532.
  • 6 Ainsi Hübner 1893, <castra> Aemiliana ; Hübner 1896, <castra> Atiliana.
  • 7 Cf. Pline 4.117 (castra Caecilia ; castra Seruilia), cf. aussi M, 433 (castris Caecili pour castri (...)

2En revanche, plus d’un auteur contemporain recherche sur le terrain des villes là où les itinéraires mentionnent des toponymes de l’espèce qui nous intéresse. Tels sont les cas de Barbariana en Tarraconnaise, et ceux, déjà évoqués, de Vopisciana ou de Gentiana/Gontiana en Tingitane4. C’est que l’on peut rester hésitant quant à leur signification. L’attitude des rédacteurs des notices de la RE illustre assez les abîmes d’incertitude qui s’attachent à ces toponymes. Si la plupart du temps, ils se bornent prudemment à caractériser le lieu concerné comme simple toponyme (Ort) ou comme “station”, il leur arrive occasionnellement de rattacher explicitement son nom à un praedium ; ils ont généralement adopté une forme à finale en -a, mais Patsch a systématiquement pris le parti d’y reconnaître des féminins pluriels5. S’agissant des sites de la péninsule Ibérique, Hübner y reconnaissait des toponymes prédiaux dès que les gentilices étaient quelque peu exotiques, mais développait en sous-entendant le mot castra aussitôt que le toponyme nous renvoyait à une famille de l’aristocratie romaine susceptible d’avoir fourni un gouverneur à l’une des provinces6. Ce développement a de quoi étonner si l’on sait que les toponymes formés sur le mot castra ont pratiqué, y compris en péninsule Ibérique, une suffixation en -ia différente du gentilice7.

  • 8 Pline 4.80 : Et colonias Marianam, a C. Mario deductam, Aleriam a dictatore Sulla.
  • 9 Hülsen 1893, col. 1312.

3Mais, parmi les toponymes en -iana figurent des villes, soit qu’elles aient reçu d’emblée le nom de leur fondateur, comme (colonia) Mariana, en Corse, fondée par Marius, soit que l’histoire ait fini par en faire des villes8. Ptolémée, qui a considéré tous les toponymes de ce type qu’il cite comme des poleis ne fait que renforcer une tendance naturelle à ramener les lieux cités par les itinéraires – et parmi eux les toponymes en -iana – à des réalités urbaines de quelque importance (villes ou agglomérations secondaires). Si l’on sait par ailleurs que les noms de domaines tels que l’épigraphie nous les a transmis sont généralement formés sur le mot fundus au singulier, on comprendra que l’hésitation soit permise. Au demeurant, seules les sources médiévales nous permettent d’assurer la localisation clairement rurale et la nature prédiale de la majorité de ces toponymes. Les sources anciennes qui nous les ont conservés, au premier rang desquelles les itinéraires, sont beaucoup plus énigmatiques. Enfin, il n’est pas exceptionnel que ceux des lieux de cette série que Ptolémée caractérise comme villes soient assimilés par l’érudition moderne à des villes, comme Albiana en Corse pour Chr. Hülsen9.

  • 10 Parmi de nombreux autres cas, une comparaison entre Ptolémée 5.14 et la TP, X.2.b, montre que même (...)

4À l’exception de Ptolémée, qui puisa largement son information dans les routiers romains, il est frappant que ces types de toponymes soient totalement absents des géographes anciens10

  • 11 Au moins en Bretagne, Germanie, Espagne, cf. Müller 1883, t. 1, 113-114, 116, 141, 228.
  • 12 Domaine, Müller 1883 ad Ptolémée 2.5.6 (t.l, p. 137) à propos de Rusticana ; taberna, id. ad 2.9.9 (...)
  • 13 IA, 115.

5. Déjà, K. Müller, éditant Ptolémée, reconnaissait dans la présence de plusieurs d’entre eux au sein de ses listes en péninsule Ibérique la preuve de l’utilisation d’itinéraires à la source des passages où ils apparaissaient, et ce en dépit de la désignation de “ville” que leur attachait le géographe et qui ne faisait pas illusion auprès de l’érudit allemand. Il constatait précisément qu’un certain nombre de ces “villes”, ou bien étaient étrangement inconnues par ailleurs, ou bien n’apparaissaient que dans les itinéraires11. Il devait donc bien s’agir, à ses yeux, non de villes, mais de simples lieux-dits ruraux, domaines ou tabernae dont la nature n’avait pas été clairement identifiée par le géographe à Γέρρη partir de sa source12. Une présence aussi étroitement limitée aux itinéraires pourrait être le fait du caractère souvent ancien de la documentation des géographes dont l’œuvre est parvenue jusqu’à nous. Seul un très petit nombre d’entre eux a produit après les premiers empereurs julio-claudiens et la plupart demeurent tributaires de sources hellénistiques grecques. Il s’agit plus certainement d’une cause structurelle. Les itinéraires sont en effet les seuls à mentionner des lieux qui n’avaient pas d’importance comme établissements humains, mais comme lieu de prestation de services sur un chemin ; ils ont donc conservé le souvenir de lieux qu’un usage géographique traditionnel aurait conservé dans l’ignominie ou l’infamie au sens étymologique du terme, pour la seule raison que leur importance historique et culturelle les rendait indignes d’une mention et les réduisait au rang de loci ignobiles. Nombreux sont de fait dans les itinéraires les toponymes qui fleurent bon le lieudit rural et que jamais un géographe n’aurait admis au sein de son œuvre : Apris, Conpitum, Tremulis, Ulmos, Turres, Trans Monte (sic), Tres Tabernae, Pinetum ou autres Duos Pontes ou Pons Sociorum voire, plus éloquent encore, Subsiciuo, du nom des terres laissées indivises dans une centuriation13.

  • 14 Regina, CIL, II. 1037 = Regiana IA, 415.1 ; la forme Regina est normalement donnée par les autres (...)
  • 15 Cosilianum, TP, VI.l.m.

6Les formes qui vont nous intéresser pourraient bien se rattacher à ce type de lieux-dits. Elles étaient dans tous les cas à ce points fréquentes et banales qu’elles ont souvent constitué la lectio facilior pour les copistes, et se sont ainsi substituées à des noms de villes bien connues par ailleurs. Regina, l’actuelle Reina en Espagne, dont le nom est assuré par la documentation épigraphique, a ainsi pu être transformée par le compilateur de l’Itinéraire d’Antonin en Regiana, sur le modèle des toponymes à suffixation en -iana14. De la même façon, la ville lucanienne de Consilinum devient Cosilianum pour le compilateur ou l’un des copistes de la TP15.

1. La forme de ces toponymes : cas et genres

7La liste de ces toponymes fait apparaître qu’ils ont été créés à partir de la suffixation en -ianus, -a, -um d’anthroponymes qui sont tantôt des gentilices, tantôt des cognomina. Ces formes adjectivales sont fréquentes dans le vocabulaire romain. Elles ont notamment servi à former les cognomina des adoptés. Appliquées à des choses, elles désignent normalement une propriété qui souvent s’est figée avec le temps dans les usages toponomastiques : les noms des fonds de terres sont ainsi formés sur celui de l’homme qui, le premier, les a constitués dans leur forme juridique actuelle, indépendamment des changements ultérieurs de propriétaires. Dans le cas qui nous intéresse, les adjectifs ainsi fabriqués étant pris absolument, on est en droit de considérer soit qu’il s’agit d’adjectifs substantivés, employés au neutre pluriel, soit, selon un usage fréquent dans la toponymie latine, qu’il convient de sous-entendre un substantif, comme dans Nouae (tabernae).

8Sur la nature du ou des substantifs ainsi sous-entendus, on est donc en droit de s’interroger pour tenter de saisir la nature des lieux concernés et sur les raisons d’être de leur forme. De fait, les propositions ont été nombreuses : qui développe taberna, qui castra. Admettrait-on, avec beaucoup d’érudits, que les formes en -iana renvoient à un praedium qu’il faudrait en effet expliquer pour quelle raison la forme de l’adjectif n’est pas au neutre singulier.

9On sait que les noms apparaissent dans les itinéraires à des cas variables, principalement l’accusatif et l’ablatif, plus rarement le nominatif. Sur les causes, discutées, de cette situation, il n’y a pas lieu de débattre ici. On se bornera à en prendre acte. Nos sources principales, l’Itinéraire d’Antonin, la Table de Peutinger, l’Itinéraire de Bordeaux à Jérusalem, de 333, le Géographe de Ravenne et, en général, tous les auteurs qui se sont fondés sur des documents itinéraires, ont retenu de façon souvent purement aléatoire l’un ou l’autre cas.

  • 16 Fundus, ILS, 5771 ; 7861 ; 1836 ; uilla, ILS, 1586 ; 3868 ; agellus, ILS, 8370 ; uinea, ILS, 6469, (...)

10Cette situation ne simplifie évidemment pas la tâche de qui cherche à identifier le sens des toponymes qui vont retenir notre attention, dans la mesure où les terminaisons qu’ils présentent sont presqu’exclusivement en -a et en -is. C’est dire qu’il est permis d’hésiter, selon les cas, entre le féminin singulier et le neutre pluriel, ou entre le masculin, le féminin et le neutre pluriels. De surcroît, un rapide tour d’horizon des noms possédant la même suffixation attestés par l’épigraphie montre que, lorsqu’ils sont exprimés, l’inventaire des substantifs susceptibles d’avoir accompagné ces adjectifs est très large. Ceux-ci se rapportent en effet à des termes extrêmement variés qui évoquent des réalités assez diverses, mais on notera qu’à l’exception des aqueducs, ils caractérisent normalement des établissements ruraux16.

11Pour tenter d’avancer dans le traitement de la question, il est impératif d’établir le genre et le cas de ces noms. Si la forme permet dans de rares cas de reconnaître un masculin (ou neutre) ou un féminin singulier, le plus souvent, les formes en -a et en -is ménagent plusieurs possibilités d’interprétation. Seule la confrontation des formes des doublons susceptibles d’avoir été exprimés en des passages différents à des cas différents est de nature à nous permettre d’identifier le genre et le nombre de la majorité de ces noms de lieux. En suivant ces deux voies, on peut établir l’usage de genres et de cas variables.

1.1. Masculin ou neutre singulier

12Accusatif :

  • 17 IA, 112-115 à quoi s’ajoute Alonianum, TP, IV. 1.b, en Afrique. Cusitianum, TP, VI.l.m, est une er (...)
  • 18 Il conviendrait d’ajouter à ces noms Succeiano, IA. 115.1.
  • 19 ILS, 8356 ; 8428 ; CIL, XI, 3003a = ILS, 5771 ; Suétone, Galb., I : Liuiae (...) Veientanum suum r (...)

13À l’exception d’une occurrence, tous les exemples nous sont donnés par un même passage de l’Itinéraire dAntonin, qui a trait à la route d’Aequum Tuticum à Rhegium par l’Apulie, la Lucanie et le Bruttium17. Ces toponymes (Beleianum, Caelianum, Roscianum, Sentianum) nous sont inconnus par ailleurs, à l’exception de Roscianum, qui fut un centre important de l’Antiquité Tardive et du Moyen Age18. Il pourrait s’agir ici soit d’un usage ancien, soit d’un usage typiquement italique, voire propre à une région d’Italie19.

14Ablatif :

  • 20 Anneiano d’Étrurie, IA, 281 ; de Transpadane, IA, 284 ; Daviano, IB, 555 ; Cadiano, IB, 558.

15Outre le cas de Succeiano, on connaît deux Anneiano respectivement situés en Étrurie et en Transpadane, mais aussi Daviano en Narbonnaise et Cadiano dans la plaine du Pô20. Pour tout ou partie de ces toponymes, on pourrait songer à la confusion du -o et du -a dans un manuscrit en onciales, et par conséquent tenter de les réduire au cas général en corrigeant le -o en-a. Quoique la répétition dans deux passages voisins de l’Itinéraire d’Antonin de la forme Anneiano ne puisse manquer d’être suspecte, la concentration des terminaisons en -iano dans la péninsule ialienne, où des formes d’accusatif garantissent l’usage de ce genre pour de tels toponymes, incite à conserver la forme donnée unanimement par les manuscrits.

16On pourrait être tenté de sous-entendre le mot uicus, mais la comparaison avec la toponymie générale suggère que le mot uicus était normalement exprimé et la caractérisation de deux au moins de ces sites comme mutationes dans l’IB semble exclure une telle restitution. La comparaison avec les usages de la toponymie rurale telle qu’elle s’exprime dans la documentation épigraphique disponible incite plutôt à restituer fundus. Ces toponymes se seraient ainsi bornés aux cadres définis par les pratiques des archives de la terre. Chaque entité foncière agricole enregistrée aux archives était désignée par la forme adjectivée du nom de celui qui, le premier, l’avait déclarée dans ses limites actuelles.

1.2. Féminin singulier

  • 21 Vicarello 1 : Palfurianam, Antistianam, Cilnianam ; Vicarello 2.4 : Antistiana (2 et 3) ou Antesti (...)
  • 22 Cenniana, TP, I.1,m ; Cinniana, IA, 397.

17On connaît trois cas d’hésitation entre l’accusatif féminin singulier et l’ablatif (ou le nominatif) féminin singulier. Tous trois nous sont fournis par le gobelet no l de Vicarello, qui donne la leçon Palfurianam là où les trois autres donnent Palfuriana, Antistianam en lieu et place d’Antistiana ou Antestiana, et Cilnianam contre Cilniana ou Cinniana21. Ces formes sont originales : l’Itinéraire dAntonin et la Table de Peutinger s’accordent en effet avec les trois autres gobelets pour donner la forme en -a.22. S’il ne fait donc aucun doute que, pour le graveur du gobelet no l, il s’agissait de formes de féminin singulier de nature à autoriser la restitution du mot <uilla>, son autorité apparaît singulièrement isolée dans une tradition qui tendrait à se rattacher au cas général.

  • 23 IA, 110 : In Morcelliana. La comparaison avec les toponymes masculins formés sur le même modèle qu (...)

18A ces exemples très limités il convient peut-être d’ajouter un toponyme exprimé sous la forme originale de la préposition in suivie de l’adjectif féminin singulier, si toutefois nous ne sommes pas en présence d’un neutre pluriel23. Là encore, le mot sous-entendu est probablement uilla.

1.3. Féminin pluriel

  • 24 Formes en Nouae : IA, 24 ; 218 ; 221 ; 243 ; 329 ; 452 ; IB, 610 ; TP, III. I,h ; III.4.m ; IV. 1, (...)

19On n’en connaît qu’un cas, et il s’agit d’une ville de Pannonie Inférieure. Conformément à l’épigraphie et aux témoignages littéraires, qui nous permettent de restituer la forme nominative Sopianae, l’Itinéraire d’Antonin donne en alternance l’accusatif Sopianas et l’ablatif Sopianis. Rien ne permettant de rattacher ce toponyme à un anthroponyme, il est selon toute vraisemblance à retirer de nos listes. Ce type de féminin pluriel est bien attesté pour les formes en Nouae (.tabernae?) et se cache sans doute derrière la forme Nouis Aquilianis, où la forme en -ianis est associée au très répandu Nouae24. Son genre doit être rapporté à celui de Nouae. Il s’agit donc sans aucun doute d’un cas particulier, où l’adjectif en -ianis n’est pas isolé, et il ne semble pas autoriser à étendre au reste de notre liste l’usage du féminin pluriel.

1.4. Neutre pluriel

20On le rencontre dans deux cas ;

  • 25 C’est en particulier le cas de la villa de Livie à Primaporta, sur le territoire de Véies, au lieu (...)
  • 26 Roldán Hervás 1966.

21— Terminaison en -a précédé de ad. On sait que la préposition ad peut faire partie intégrante du toponyme25 ; ou, plus rarement, et d’une façon qui n’est jamais assurée, n’être qu’un vestige d’un formulaire faisant précéder le toponyme de destination de la préposition26.

  • 27 Ad Fusciana, TP, V.4.h : Aufustianis, IA, 338.
  • 28 Ad Germani, TP, II.2.b : Germaniciana, IA, 55.

22Pour le problème qui nous intéresse, on ne peut guère invoquer que deux exemples, tous deux difficiles à manier. Le premier procède d’une erreur du copiste qui a lu Ad Fusciana là où devait être écrit Aufustiana27. Il doit donc être répertorié dans la catégorie suivante. Du moins montre-t-il que, pour le copiste, la forme Fusciana était bien un neutre pluriel, à l’image des autres formes comparables. Le second appelle lui aussi à une relative prudence. Il semble en effet que la Table de Peutinger soit fautive et que l’on puisse développer la forme Ad Germani en Ad Germani (ciana) sur la foi du témoignage de l’Itinéraire d’Antonin, qui donne la forme28. Il s’agirait donc bien là aussi d’un neutre pluriel.

23— L’alternance d’une terminaison en -a et d’une terminaison en -is nous donne probablement les témoignages les plus nets et les plus nombreux. La terminaison en -a est infiniment plus fréquente que la terminaison en -is (87 occurrences contre 39), mais à elles deux, elles constituent la quasi-totalité des terminaisons attestées pour les toponymes à suffixation en-ian-. À plusieurs reprises, un même toponyme présente indifféremment l’une ou l’autre des deux terminaisons. Par prudence, on a écarté de l’analyse les homonymes caractérisant des lieux différents pour ne retenir que les cas où un toponyme caractérisant un seul et même lieu présente l’une ou l’autre des deux terminaisons.

24On peut en avancer 9 occurrences, réparties dans les régions les plus diverses et qui présentent les alternances suivantes :

Illyricum

Ad Fusciana (pour Aufustiana)

TP, V. 4 h

Aufustianis

IA, 338

Pannonie Inférieure

Antiana

TP, V. 1 h

Antianis

IA, 232 ; 243 ; 267

Sicile

Caluisiana

IA, 95 ; TP, X. 2 b

Caluisiana

IA, 89

Macédoine

Clodiana

IA, 329 ; IB 608

Clodianis

IA, 318

Corse

Mariana

IA, 85

Marianis

TP, II.5.m

Mésie Sup.

Mediana

Ra, 4.9

Medianis

TP, III. 2.h

Pannonie Sup.

Mogetiana

IA, 263

Moge[n]tianis

IA, 233

Narbonnaise

Pomponiana

Pline 3.19

Pomponianis

IA, 505

Tingitane

Vopisciana

Ptol. 4.1.7 ;
Ra. 3.11

Vopiscianis

IA, 23

  • 29 Varron, R„ 3.2 donne la forme à l’ablatif pluriel : in Aemilianis.
  • 30 Suétone, Claud., 18 : Cum Aemiliana pertinacius arderent...
  • 31 Tacite, An., 15.40.3.

25La forme au neutre pluriel paraît également garantie par le nom d’un des faubourgs de Rome : Aemiliana29. L’évocation par Suétone d’un violent incendie qui le détruisit sous le règne de Claude ne laisse pas de doute quant au genre et au nombre de la forme, indubitablement un neutre pluriel, puisqu’il s’agit indubitablement d’un nominatif30. C’est curieusement en évoquant un autre incendie que Tacite nous aide à préciser la nature du mot sous-entendu lorsqu’il nous apprend qu’après avoir paru s’éteindre, le grand incendie de Rome se ralluma praediis Tigellini Aemilianis31.

  • 32 IA, 293.

26Sauf exception, c’est donc bien un neutre pluriel qu’il semble normalement nécessaire de reconnaître en nos toponymes, qu’ils s’achèvent en -a ou en -is. La présence dans cette liste de la colonie marienne de Mariana, en Corse, devrait inciter à la prudence, dans la mesure où le neutre pluriel, avéré par les itinéraires se réduit en réalité à un féminin singulier : <colonia> Mariana. Du moins la confusion qui a conduit l’un des compilateurs à réduire ce féminin singulier au cas général a-t-elle le mérite de montrer que la forme normale dans les itinéraires était le neutre pluriel. La même analyse pourrait être faite du canal de Papirius, les fossae Papirianae, à l’ablatif (fossis) Papirianis, réduites par l’IA à partir de cette forme au neutre pluriel Papiriana32.

  • 33 Pline montre bien que les formes suivant castra sont soit l’anthroponyme au génitif (e.g. Castra H (...)
  • 34 Caesariana, en Lucanie, IA, 110 ; en Pannonie Inférieure, IA, 263. Ce toponyme est à rapprocher de (...)
  • 35 CIL, X, 7041 = ILS, 7371 provenant de Catane : d(is) m(anibus) s(acrum). I Gallicano fedelissimo, (...)
  • 36 CIL, IX, 3907 = ILS, 2489 Herculei d(ono) [d(ederunt)] I milites Africa[ni] | Caecilianis, I mag(i (...)

27Le mot castra étant normalement à exclure pour les raisons évoquées plus haut, c’est bien le mot praedia qui semble devoir être normalement sous-entendu, conformément à un usage bien attesté par l’épigraphie et les textes juridiques33. L’un des toponymes présents dans nos listes, celui de Caesariana, attesté deux fois, en Lucanie et en Pannonie Inférieure peut être rapproché des Caesariana praedia évoqués par le Digeste34. L’épitaphe d’un uillicus des A(u)finiana ne laisse d’autre part guère de doute sur le genre et le nombre de la forme du mot Aufiniana, ni sur le fait qu’il faut dans ce cas sous-entendre praedia35. Le développement (praedia) admis par H. Dessau est-il pour autant nécessaire ? On remarque en effet que lorsque l’on a voulu désigner clairement des praedia le mot pouvait être exprimé de la façon la plus explicite. D’autres exemples comme celui d’une dédicace des soldats d’Afrique à Hercule retrouvée à Avezzano en Italie, montrent surtout que les usages de la toponymie, conformément à ce que l’on rencontre à la fois dans les itinéraires et dans les documents médiévaux, consistaient à ne pas développer la forme, normalement prise absolument36. La raison paraît donc inciter à reconnaître dans ces neutres pluriels des formes substantivées qui n’appelaient sans doute plus en aucune façon la présence d’un nom neutre sous-entendu.

  • 37 CIL, XI, 3003a = ILS, 5771, qui mentionne la uilla Caluisiana de Mummius Niger Valerius Vegetus.

28Dans tous les cas, si le mot précis ne se présentait pas nécessairement à l’esprit de chacun, comme le montrent les développements à l’accusatif féminin singulier retenus par l’un des graveurs des gobelets de Vicarello, l’idée d’un domaine rural ne cessait pas de s’imposer à l’esprit avec le développement en <uilla>, confusion facilitée par l’usage de désigner les villas par un adjectif de même formation tiré du nom du propriétaire qui les avait fait construire37.

2. Des sites mineurs réservés aux itinéraires

29Il est tout à fait frappant qu’à l’exception de Ptolémée, ces noms de lieux n’apparaissent normalement que dans des itinéraires, et non dans la tradition géographique, ni dans les désignations normalement adoptées pour caractériser juridiquement les domaines.

30C’est d’abord que, dans la tradition la plus classique de la géographie antique, tous les lieux n’ont pas une égale dignité. Ceux qui ont une histoire auront les honneurs du géographe. Ceux qui en sont dépourvus n’ont pas droit de cité dans la géographie classique. Comme la Notitia Dignitatum ou comme toutes sortes de documents administratifs, les itinéraires ont, par nature, été amenés à donner une existence écrite à des lieux qui n’auraient pas eu droit de cité dans la géographie traditionnelle. Certains (mais pas tous) ont mentionné non seulement de simples agglomérations secondaires, villages, hameaux ou bourgs ruraux (les mansiones), mais également de simples édifices isolés tels que pouvaient l’être les mutationes, relais où il était possible de changer de monture, mais pas de séjourner. Ces toponymes avaient une certaine importance pour qui entreprenait un voyage.

  • 38 Arnaud 1993a.

31Il est tout à fait significatif que le compilateur de l’Itinéraire d’Antonin ait choisi, de propos délibéré, de retirer des listes de toponymes toutes les mutationes, pour autant que sa source lui permettait de les reconnaître, comme le montre la comparaison avec l’Itinéraire de Bordeaux et avec la Table de Peutinger38. C’est sans doute le signe le plus clair de l’intention qu’avait le compilateur de ne pas rédiger un document étroitement utilitaire, mais une description à prétention géographique. Soit que ses sources n’aient pas porté d’indications autorisant l’identification de la nature des sites, soit que, comme c’est souvent le cas, une connaissance moins qu’élémentaire du latin ne lui ait pas consenti l’accès à ces informations, Ptolémée a considéré que sa source itinéraire avait adopté les critères de sélection d’un géographe. Les adoptant naturellement à son tour, il a systématiquement attribué le qualificatif de polis à des sites qui ne le méritaient nullement.

  • 39 CIL, XI. 3003a = ILS, 5771, datée d’après 92 p.C. par la mention comme consulaire de Mummius Niger (...)

32Il n’est guère moins instructif que nous ne trouvions pas ici les désignations normales des propriétés telles qu’elles apparaissent dans la pratique juridique. Comme le montre très clairement la liste des propriétés traversées par un aqueduc et de leurs propriétaires dans une célèbre inscription de Viterbe, le nom du fonds, fondé sur celui du premier propriétaire à l’avoir déclaré dans ses limites, est indépendant de celui du propriétaire dans l’inscription39. Il s’accorde en genre et en nombre avec le mot fundus exprimé ou sous-entendu, comme le montre le tableau qui suit.

33En adoptant le neutre pluriel, les itinéraires se conformaient à l’usage toponymique attesté dans l’épitaphe du uillicus des Aufiniana et pérennisé dans l’essentiel des campagnes du Haut Moyen Age occidental. Ils caractérisent des noms de domaines déjà fossilisés dans la micro-toponymie rurale.

Nom du fonds

Propriétaire

Fundus Antoninianus maior

P. Tullius Varro

Fundus Antoninianus minor

P. Tullius Varro

Fundus Baebianus

Auileius Commodus

Philinianus

Auileius Commodus

Petronianus

P. Tullius Varro

Volsonianus

Herennius Polybius

Fundanianus

Caetennus Proculus

Cuttolonianus

Cornélius Latinus

Serranus inferior

Quintinus Verecundus

Capitonianus

Pistranius Celsus

Scirpianus

Pistrania Lepida

Villa Caluisiana

Mummius Niger Valerius Vegetus

Aquae Passerianae

Mummius Niger Valerius Vegetus

3. Répartition géographique et nature

  • 40 Les toponymes déjà présents en Espagne dans les gobelets de Vicarello à l’époque augustéenne le so (...)
  • 41 Procope 7.28.8 ; 29.21 ; 30.5 ; 30.19-20.

34Si ces toponymes ont sans doute initialement caractérisé des grands domaines, il faut se garder de toute conclusion hâtive quant au caractère immuable d’une telle situation. Les noms de domaines ont généralement peu évolué dans l’histoire : vendus à un nouveau propriétaire, ils conservent la désignation héritée du nom du propriétaire qui le premier les a enregistrés aux registres du cens ou au cadastre dans des limites données. Des toponymes tels que Paccianis Matidie montrent bien que le nom du propriétaire (ici figé à son tour dans le temps) exprimé au génitif (Matidie) était bien distinct de celui du nom du fonds (Pacciana), formé sur celui du premier propriétaire (Paccius). Leur évidente stabilité dans la toponymie ne préjuge en rien de la stabilité de la nature du lieu40. La topographie historique nous apprend que les noms de domaines ont eu tendance à se figer dans la micro-toponymie et à donner naissance à des noms de villages. Plusieurs cas illustrent clairement l’évolution de ces lieux vers des formes urbaines. Bassiana était une colonie au IIIe s., Roscianum paraît être un autre bon exemple de cette évolution. Aucun géographe ancien n’évoque ce site alors indigne d’une mention, mais bien localisé à deux milles de la côte du golfe de Tarente, et qui n’est autre que factuelle Rossano Calabria ; il est connu par Procope comme une place-forte importante du Bruttium à l’époque de la guerre des Goths, fut pris par Totila en 548, et demeura un centre important durant tout le Moyen Age41. Le développement de cette agglomération fut sans doute assez tardif, mais elle avait déjà atteint une importance suffisante au IVe s., lors de la compilation de l’Itinéraire d’Antonin, pour être retenue par le compilateur comme l’un des éléments majeurs de la segmentation de l’Itinéraire de Capoue à Rhegium. Sans doute s’agit-il de l’une des innombrables agglomérations stimulées par la route ; mais celle-ci n’explique pas tout. Il est fort probable que la présence de grands domaines sur le bord d’une roule a très tôt induit des groupements humains de type villageois.

35L’Itinéraire d’Antonin a donc généralement retiré des listes de toponymes les sites identifiés comme de simples mutationes pour se limiter à l’inventaire des établissements humains permanents : ciuitates et mansiones. Or, si l’on compare les trop rares tronçons de voie communs à la Table de Peutinger, qui a conservé les mutationes, et à l’Itinéraire d’Antonin, qui les omet, on constate que ce sont d’autres toponymes qui ont disparu. Les toponymes en -iana/-ianis ont généralement été conservés. C’est donc sans doute qu’ils avaient acquis une certaine importance. Jusqu’à quel point serait-il pertinent de se fonder sur cette certitude pour verser ce témoignage au dossier de l’histoire des habitats ? Il serait tentant de penser qu’ils constituaient au moins des villages. Ils nous aideraient ainsi à mesurer le poids des grands domaines dans la genèse progressive de l’habitat rural groupé. Bien connu à une date précoce pour le Proche-Orient et pour l’Afrique, cette forme d’organisation de l’espace rural s’est généralisée en Occident, au point que le mot utilisé par Jérôme dans sa traduction latine de l’Onomasticon d’Eusèbe de Césarée pour traduire la notion de village (ĸώµη dans le texte grec) est uilla, liant de façon indissociable le village et le domaine, idéalement incarné dans le lexique par la villa.

  • 42 Grönke & Weinlich 1991.
  • 43 Pflaum 1940, 339 ; Arnaud 1993a, 36, n. 18.
  • 44 Arnaud 1993a. 36 ; 40-41.

36La localisation de la plupart de ces sites demeure malheureusement inconnue et interdit tout contrôle sérieux. C’est la conséquence regrettable, mais logique, de leur caractère secondaire, et du fait que l’habitat associé à ces toponymes pouvait être distant de plusieurs centaines de mètres de voies dont le tracé exact n’a pas toujours été reconnu ; parmi ceux dont la position est reconnue et confirmée par l’épigraphie, peu ont été l’objet de fouilles. Certains, comme Biriciana ou Candidiana sont devenus des camps42. D’autres sont devenus des villes, comme la colonie de Bassianis. En dehors des rares cas connus de transformation en centres urbains de quelque importance, que l’on a fait figurer dans le tableau synoptique (cf. Annexe), la plupart des sites devaient se borner à de simples villages ou hameaux, mais aussi à une villa susceptible de fournir au voyageur un toit, un lit et de la nourriture. Ces prestations, plus que la nature de l’habitat (nécessairement permanent), faisaient l’importance du site du point de vue de l’itinéraire. Ces toponymes désignent ce que les itinéraires paraissent avoir désigné du nom de mansiones, qui n’y caractérise pas les relais officiels du cursus publicus où les logements réservés à l’usage de l’empereur (les mansiones Augusti), mais, plus prosaïquement, les lieux où l’on pouvait s’arrêter pour la nuit43. Le terme finit au IVe s. par désigner les formes inférieures de l’urbanisation, et par être synonyme de uicus44. Les choix opérés par les compilateurs des Itinéraires portent ainsi moins sur la nature des sites (villa ou village) que sur leur intérêt itinéraire (mutatio ou mansio) et ne permettent guère de se faire une idée précise de la nature du site.

  • 45 IA, 87-89 et IA, 94-95. Les itinéraires sont communs de Catane à Filosofiana. Pour la partie commu (...)

37Le cas bien connu de la villa de Piazza Armerina illustre assez bien ces incertitudes. Dans deux passages indépendants qui garantissent l’exactitude des données chiffrées, l’Itinéraire d’Antonin place Filosofiana à 45 milles de Catane, soit à une distance correspondant à l’emplacement de la villa45

  • 46 Carandini et al. 1983,22.
  • 47 CIL, V, 1708 = ILS, 1222, datée de 336 p.C.

38. C’est donc bien elle qui semble visée par la mention du toponyme Filosofianis. Mais à s’en tenir à la documentation épigraphique, le site de Filosofiana se situe à 5 km de là. Là existait, à l’emplacement de l’actuelle Sofiana qui lui doit son nom, un village dont l’origine remonte au début de l’Empire, mais qui semble avoir connu sa plus grande extension au IVe et au Ve s. p.C., et dont les briques portent la marque FILOSOF., qui garantit l’identification du site46. L’équipe qui a travaillé sur la villa a reconnu dans son propriétaire Ceionius Rufius Albinus, qui avait pris l’agnomen de Philosophus47. Plusieurs traits particuliers de la décoration de la villa trouveraient une explication dans une telle identification. Si tel est le cas, la villa serait le lieu de résidence du propriétaire d’un grand domaine (en l’occurrence, d’un très grand domaine, vu la distance qui la sépare du village) exploité par les habitants du village. Le nom du domaine aurait également caractérisé toutes ses parties, même assez éloignées les unes des autres, et en l’occurrence l’exploitation, la villa et le village. La prudence impose donc de ne pas chercher à faire dire à nos sources plus qu’elles ne peuvent en dire, et de reconnaître que nos toponymes recouvrent des réalités variables, dans leur immense majorité – mais pas exclusivement – rurales. Leur concentration dans une région donnée doit, de fait, être considérée comme le signe de réseaux urbains peu denses.

  • 48 On en connaît par exemple sept pour le seul territoire de San Remo (De Pasquale 1996, 36-39).

39La répartition géographique de ces toponymes doit elle aussi être abordée avec d’infinies précautions. Lorsqu’elles existent, les archives médiévales en révèlent en effet un grand nombre dans la plupart des régions latinophones48. On n’est donc pas surpris de voir que leur répartition régionale dans les itinéraires (fig. 1) fait apparaître un net déficit dans les régions où les suffixations sont normalement de type celtique (en -iacum) ou dans les régions hellénophones : on ne rencontre qu’un de ces toponymes pour l’ensemble des trois Gaules, trois pour les deux Germanies, une en Syrie, une en Cappadoce, une en Thrace.

Fig. 1 : Répartition régionale des toponymes en-iana / -ianis.
La rubrique “autres” comprend toutes les provinces qui ne donnent qu’un de ces toponymes (Corse, Gaules, Dacie, Thrace, Cappadoce, Syrie).

Fig. 2 : Comparaison du nombre de toponymes en-iana / -ianis attestés par province ou par région italienne (nombre ≥ 5).

  • 49 De Macomades à Leptis Magna, IA. 59-63 : cf. Kolendo 1986. En Numidie, la Table de Peutinger, III. (...)

40Ceci ne signifie en aucun cas que des régions absentes de nos listes n’aient pas connu des grands domaines comparables à ceux du reste du monde romain et possédés par l’élite provinciale romanisée ou par des Romains et Italiens de souche. En douterait-on que le tronçon de route de Macomades à Leptis Magna nous rappellerait à une position plus prudente, puisqu’il nous révèle toute une série de villas avec les noms de leur propriétaire (notamment les Anicii), sans que jamais le toponyme se réduise à une forme comparable à celle qui nous a intéressé jusqu’ici49. Leur densité constitue plus sûrement un indice de la faiblesse de l’urbanisation dans certaines zones que du développement en soi des grands domaines, même si ceux-ci sont probablement la résultante de celle-là. C’est sans doute ce qui justifie l’extraordinaire concentration de ces toponymes non pas seulement en Pannonie Inférieure (fig. 2), mais encore dans une région très limitée de cette province. On pourrait produire la même analyse de la Sicile, où les six toponymes concernés se trouvent sans exception dans les environs immédiats d’Agrigente, et constituent la totalité de ces toponymes entre Catane et Agrigente, ou encore de l’Afrique, de la péninsule Ibérique et des régions italiennes où ils apparaissent le plus souvent (Etrurie, Apulie, Lucanie). Les itinéraires tendent à nous offrir moins un saupoudrage général de ces toponymes que des concentrations régionales homogènes, qui sont le signe non seulement de réseaux urbains lâches, mais aussi du rôle des grands domaines dans l’organisation de ces espaces.

4. Toponymie et histoire sociale

  • 50 Les gobelets de Vicarello sont, au moins pour les plus anciens d’entre eux, traditionnellement ass (...)
  • 51 Cette contemporanéité n’est pas garantie par nos sources, qui sont elles-mêmes le fruit de la comp (...)

41À défaut d’autoriser la moindre approche statistique régionale relative aux grands domaines, les anthroponymes ainsi figés dans la toponymie prédiale n’en sont pas moins intéressants, et révélateurs de certains aspects de l’histoire des investissements en terre. On ne répétera jamais assez que la fossilisation de ces noms dans la toponymie est seule acquise au terme de l’analyse, et que rien ne garantit ni que les domaines d’une même région aient été créés simultanément50, ni que la survie de leurs noms à une même époque, pour peu qu’elle soit assurée, soit le gage qu’elles recouvraient encore une réalité prédiale51. Il serait néanmoins souhaitable de se livrer à une série d’études régionales serrées pour confronter le corpus d’anthroponymes ainsi disponibles à l’onomastique et à la liste des gouverneurs connus pour chaque province, dans la mesure où ces noms révèlent normalement celui du propriétaire qui a donné sa forme au domaine. On dépasserait assurément le cadre volontairement limité imparti à cette enquête, et nous devrons réserver à d’autres pages ces analyses.

  • 52 On ne note guère que les exceptions de Biricius et de Mogetius.

42Quelques observations préliminaires sont pourtant possibles. On remarque tout d’abord que les noms indigènes – ou les noms latins typiques de certaines provinces – sont assez rares52. Quelques noms grecs d’affranchis (Comicus, Evander, Davus, Leucus, Melantius, Ode) sont assez évidents, mais les gentilices italiens sont largement dominants, et paini eux les gentilices romains les plus traditionnels. Souvent, notamment en Espagne, les noms de gouverneurs de provinces sont présents, ce qui avait induit certains à reconnaître d’anciens établissements militaires sous une partie de ces toponymes, ce qui peut, certes, refléter l’octroi de la cité par lesdits gouverneurs aux élites provinciales, mais peut également refléter certaines formes de placement de leur capital.

  • 53 Les Italiens sont bien représentés au Ier s. p.C. ; aux IIe-IIIe s., selon Gerov 1980, ils cèdent (...)

43On peut ainsi parvenir à se faire une idée, sinon de l’état définitif et immuable de la propriété et des investissements en biens-fonds, du moins du processus d’émergence des domaines. Comme cela a pu être constaté dans plusieurs provinces, dont la Mésie et la Thrace, les investissements italiens y apparaissent dominants lors de la création de la province, ce qui ne signifie nullement que cette situation ait perduré longtemps au-delà de la période durant laquelle se sont mises en place les nouvelles structures de production, génératrices de profits importants, compte tenu des très faibles coûts d’acquisition53. Ce processus supposait un changement important dans l’organisation de la production locale, selon le modèle économique en vigueur dans les régions les plus développées et les mieux intégrées de l’empire, ainsi que la mobilisation de capitaux étrangers. Parmi ces investisseurs italiens ou fortement assimilés, les membres de l’aristocratie politique, détenteurs de capitaux, semblent avoir joué un rôle très actif au vu de notre liste. Dans ce milieu particulièrement versé dans les placements en terres, la présence des gouverneurs dans leurs provinces pendant une certaine durée n’a pu manquer de faciliter leurs investissements au sein de la province, fussent-ils de courte durée.

44La récurrence d’un nom dans une même province ou région est rare. Lorsqu’on la constate, il s’agit d’anthroponymes assez banals pour suggérer une homonymie fortuite. Il n’y a pas lieu de s’en étonner compte tenu du caractère peu étendu de notre corpus et de sa limitation aux abords immédiats d’un nombre assez limité de routes. La récurrence du nom de Vet(t)onius en Rhétie en Germanie Supérieure et en Norique, où il apparaît trois fois, dans une région très réduite, constitue à cet égard une exception. Elle est néanmoins assez frappante pour suggérer les investissements régionaux d’une même personne ou d’une même famille.

45Sur les modes de mise en valeur, la plus extrême prudence doit demeurer de mise. L’opposition entre des formes de masculin singulier construites sur le mot fundus sous-entendu, attestées exclusivement en Italie, et des formes construites sur le neutre pluriel praedia pourraient indiquer des formes différentes d’exploitation. On sait que la tendance en Italie est à des fundi de taille moyenne qui demeurent généralement la base de l’exploitation même lorsque plusieurs fundi voisins ou purement et simplement riverains sont entre les mains d’un seul et même propriétaire. Pour des raisons complexes, au nombre desquelles le souci de faciliter la revente des lots, la tendance a généralement été à la conservation d’unités d’exploitation de surface assez modeste (le fundus). La mention de praedia pourrait supposer au contraire le regroupement de lots multiples au sein d’exploitations plus vastes, qui seules méritent le terme de latifundium. Mais le mot praedia a un sens bien vague pour qu’il soit raisonnable d’avancer trop loin sur cette voie.

Conclusion

46Si ces toponymes peuvent donc contribuer dans une certaine mesure à améliorer notre vision du développement des grands domaines dans l’empire, ces progrès ne sont pas sans limites. Le nombre d’informations nouvelles susceptibles d’être à cet égard retirées des itinéraires est assez réduit, et peut apparaître somme toute assez décevant. Sans doute faudrat-il renoncer à se fonder sur ces toponymes pour révolutionner notre perception des grands domaines. Du moins leur étude permet-elle de mesurer l’ampleur des risques que peut faire courir à l’historien moderne l’assimilation d’ouvrages à contenu géographique à des ouvrages géographiques susceptibles de respecter les règles du genre géographique. Ptolémée, déjà, méconnaissant les principes de sélection de la toponymie itinéraire, l’a lue en utilisant des clés qu’il empruntait à la géographie. De là, parmi quantité d’autres confusions fréquentes chez cet auteur, son identification de toponymes ruraux avec des villes. Concrètement, faute de pouvoir préjuger de l’évolution de chacun de ces lieux, la forme toponomastique seule ne permet pas de certifier que les praedia qui lui ont donné naissance n’avaient pas avec le temps cédé la place à des formes d’habitat plus urbaines. Il n’en reste pas moins que quiconque recherche ces toponymes sur le terrain, gagnerait à moins escompter trouver la trace de villes disparues qu’à se mettre en quête d’établissements très secondaires.

Toponyme

Anthroponyme

Référence

Région1

Nature

Aemiliana Aἰµιάνα

Aemilius

Ptol. 2.6.58

Tarraconnaise

polis

Albanianis (pour Albinianis)

Albinius

TP. 1.2 h

Germanie Inf.

Albiana ‘Aλβιάνα

Albius

Ptol. 3.2.8

Corse

polis de la Mésogée

Alonianum

Alonius

TP, IV. 1.b

Afrique

Anneiano

Anneius, Annaeus

IA, 284

Italie

Anneiano

Anneius (ILS, 2010), Annaeus

IA, 281

Transpadane

Antiana/Antianis

Antius (ILS, 1151, 4176), Antias (cognom.)

IA, 232, 243, 267 ; TP, V. 1.h ; ND Oc., 95

Pannonie Inf.

camp

Antistiana

Antistius (ILS, 6123)

IA, 398 ; Vicarello

Tarraconnaise

Atiliana

Atilius (ILS, 3340)

IA, 450

Tarraconnaise

Aufustianis2

Aufustius (ILS, 7755)

IA, 338 ; TP, V.4h

Illyricum

Aurelianis

Aurelius

Ra, 4. 26

Gaule

Aurilianas turres3

Aurelius

IB, 609

Apulie

mutatio

Ba(n)tianis4

Bantius (cognom.)

IB. 554 ; TP, ll.l.m ; Ra, 4. 26

Narbonnaise

mutatio

Barbariana

Barbants

IA, 406

Bétique

Barbariana

Barbants (cognom.)

IA, 450

Tarraconnaise

Bassiana

Bassus (cognom.)

IA, 262

Pannonie Sup

Bassianis

Bassus (cognom.)

TP, V.4.h ; IA, 131 ; IB 563

Pannonie Inf.

ciuitas (colonie)

Bebiana

Baebius

TP IV.5.m

Latium

Beleianum

Beleius

IA, 1 12

Apulie

Biniana Bανιάνα

Vinius ou Pinius

Ptol. 2.4.9

Bétique

polis

Biricianis

Biricius5

TP, III.3.h

Germanie Sup.

Blandiana

Blandus

Ra, 4.7

Mésie

Bonatianis (pour Donatianis ?)

Donatus ?

TP, V.l.h

Pannonie Inf.

Cadiano6

?

IB, 558

Plaine du Pô

mutatio

Caecilia(na)\Kαικιλία(vα)

Caecilius

Ptol. 5.14.6 ; TP X.2.b

Syrie

polis

Caeciliana

Caecilius

IA, 417

Lusitanie

Caelianum

Caelius

IA, 113

Apulie

Caepiana Kαιπιάνα

Caepio

Ptol. 2.5.5

Lusitanie

polis

Caeriana Kαιριάνα

Caepio ( ?)

Ptol. 2.4.10

Bétique

polis

Caesariana

Caesar

IA. 110

Lucanie

Caesariana

Caesar

IA, 263

Pannonie Inf.

Caesarianas casas

Caesar

IA, 285

Étrurie

Calpurniana Kαλπουρνιάνα

Calpurnius

Ptol. 2.4.9

Bétique

polis

Calpurniana

Calpurnius

IA, 402

Bétique

Caluisiana/Caluisianis

Caluisius

IA, 89 ; 95 ; TP VI. 1.b

Sicile

plaga

Candidiana7

Candidus

IA, 223 ; ND Or., 40.24

Mésie Inf.

camp

Capitonianibus/Capitonianis

Capito

IA, 88 ; 94

Sicile

Cariniana ualle

Carinus

IA, 264

Pannonie Inf.

Ceciliana

Caecilius

TP X.2.b

Syrie

Cilniana

Cilnius

IA, 406.1

Bétique

Cimbrianis

Cimbrius ou Cimber

IA, 267

Pannonie

Cinniana/Cenniana/Cilniana

Cinna ou Cilnius

IA. 397 ; TP, I.l.m ; Vicarello

Tarraconnaise

Clodiana

Clodius

TP, VI.3.h

Illyrie

Clodiana/Clodianis8

Clodius

IA. 318 ; 329 ; IB, 608

Macédoine

Clodiana mansio

Comicianis

Comicus

IA, 96

Sicile

Cosconianis

Cosconius

IA, 94

Sicile

Cosilianum

TP, VI. 1 m

Italie

pour Cosilinum

Crispiana

Crispus

IA, 267

Pannonie

Dasmiani(s)

Dasmus/Dasimiu, Dasumius

Ru, 4.7

Mésie

Dauiano

Dauus (cognom.)

IB. 555

Narbonnaise

mutatio

Deciana/Declana

Decius

TP, I.2.m ; Ptol. 2.6.72

Tarraconnaise

polis

Domitiana

Domitius

IA, 499 ; 500

Italie

positio

Donatianis

Donatus

TP, V.l.h

Pannonie Inf.

Drusiliana

Drusilla

TP, IV.2.b

Afrique

évêché en 411

Ebutiana (pour Aebutiana)

Aebutius

TP V.3.m

Samnium

Euandriana9

Euander

IA, 418

Lusitanie

polis

Faenaniana Φαινιάνα

Faenius

Ptol. 2.12.3

Rhétie

polis

Filosofianis

Philosophus (cognom.)

IA, 88 ; 94

Sicile

Flacciana

Flaccus

TP III.5.b

Afrique

Florentiana/Florentia

Florens/Florentius

Procope, Aed., 4.4 ; ND Oc., 33.22 et 43.

Mésie

ville (Procope)

Floriana

Florus

IA, 263 ; 265

Pannonie Inf.

résid. du Praef Classis Istriae

Fortiana

Fortis (cognom.)

IA, 264

Pannonie Inf.

Gallonianis

Gallo/Gallonius

IA. 94

Sicile

Germani(ciana ?) (Ad)

Germanicus

TP II.2 b

Numidie

Germaniciana

Germanicus

IA, 55

Afrique

Gontiana (Gentiana) Γοτιάνα

Gentius

Ptol. 4.1.7 ; Ra, 3.1110

Maurétanie Tingitane

polis

Grampianis11 (Gramrianis, TP)

Grampius

TP, VI.4.h

Mésie Sup.

Honoratianum (in)

Honoratus

IA, 103

Apulie

Marcelliana (in)

Marcellus

IA, 110

Lucanie

centre cultuel auVIe s.

Lamniana (pour Lauiniana)

Lauinius

TP, V.2.b

Afrique

Largiana

Largus

TP, VII.3.h ; Ra, 4.7

Mésie Inf.

Leuciana

Leukè/Leukos Luceius/Lucius

IA, 438

Lusitanie

Liciniana Λικινιάνα

Licinius

Ptol. 2.5.6

Lusitanie

polis

Liuiana

Liuius

TP, I.2/3.m ; Sidoine Apollinaire, Ep„ 8.3

Narbonnaise

Liuiana

Liuius

TP, II.5.b

Afrique

Lucullianis

Lucullus

TP, II.3.b

Numidie

Magnana (pour Magniana ?)

Magnus

TP, IX.3.h

Cappadoce, entre Trébizonde et Bylae

Magniana Mαγνιάνα

Magnus

Ptol. 2.14.4

Pannonie Sup.

polis

Manliana Mανλιάνα

Manlius

Ptol. 2.5.7

Lusitanie

polis

Manliana

Manlius

IA, 38 ; Ptol. 4.2.6

Maurétanie Cés.

polis

Manliana

Manlius

TP, III.4.m

Étrurie

Manliana12

Manlius

IA, 292 ; TP, III.2.m ; Ra, 5.2 ; Ptol. 3.1.4313

Etrurie

polis

Manneianis

Manneius/Mannius

IA, 260

Pannonie Sup.

Mansuetiana14 (ponte, sic)

Mansuetus

IA, 267

Pannonie Inf.

pont

Mariana

Marius

IA, 445

Lusitanie

Mariana

Marius

Vicarello 18

Tarraconnaise

Mariana/Marianis

Marius

IA, 85 ; TP, II.5.m

Corse

Colonie15

Marinianis/Maurianis

Marinus

IA, 130 ; TP, IV.5.h ; IB, 562

Pannonie Inf.

mansio

Marinian(i)o

Marinus

TP, III.4.h

Norique

Masclianis

Masclius

IA, 53-56

Afrique

Masclianis

Masclius

TP, VI.4.h

Dacie

Mediana/Medianis16

Medus

TP, III.2.h

Mésie Sup.

Melantiania

Melas/Melantius

TP, VIII. 1.m

Thrace

Memoriana

Memor

Ra, 4.45

Tarraconnaise

Mogetiana/Mogentianis

Mogetius

IA, 233 ; 263.

Pannonie Sup.

Nigrinianis17

Nigrinius

TP, VII.2.h

Mésie Inf.

camp

Nouis Aquilianis

Aquilius

IA, 43 ; TP. IV. 1.b

Afrique

Numituriana

Numitorius

TP,//. 3/4 b

Numidie

Odiana

Odius18

TP, III. 3.b

Afrique

Optatiana

Optatus

TP, VII.2/3 h.

Mésie Inf.

Paccianis Matidie

Paccius

IA. 18 ; TP, II I.h

Numidie

Palfuriana

Palfurius

IA, 398 ; Vicarello

Tarraconnaise

Papiriana

Papirius

IA, 293

Étrurie

Fossae 19

Paratianis

Paratus

IA, 19 ; TP, 11.3.h

Numidie

Paterniana Πατερνιάνα

Paternus

Ptol. 2.6.56

Tarraconnaise

polis

Pedonianis

Pedo

TP, VII. 1 h

Mésie Sup.

Perceiana

Perceius

IA, 432

Lusitanie

Petilianis

Petilius

IA, 88

Sicile

Pitinianis

Petinius (ILS, 6123)

IA, 96

Sicile

Pomodiana (pour Commodiana ?)

Commodus

TP, VII.5.h

Mésie Sup.

Pomponianis portus/Pomponiana20

Pomponius

IA, 505 (bis)

Narbonnaise

Quintiana

Quintus/Quinctius

IA, 499 (bis)

Italie

positio

Quintianis

Quintus/Quincdus

IA, 249

Rhétie

Quintiliana

Quintilius

TR VI.3.b

Afrique

Rampiana

IB, 566

Mésie Sup.

mutatio

Remisiana (Romansiana/Romesiana)

Remisius

IA, 135 ; IB, 566 ; TP VI.4.h

Mésie Sup.

mansio

Repetiniana

Repetinius

Ru, 41.7

Césarienne

Roscianum’PουσΚιανή

Roscius

IA, 112 ; 114 ; Procope 7.28.8

Apulie

ville-forteresse

Rufiniana ‘Pουφινιάνα

Rufinus

Ptol. 2.9.19

Germanie Sup.

polis

Rustic(i)ana ‘PουστιΚάνα

Rusticus

Ptol. 2.5.6

Lusitanie

polis

Rusticiana

Rusticus

IA, 433

Lusitanie

Salaniana (pour Saloniana ?)

Salonius

IA, 427 ; Ra, 4.45

Tarraconnaise

Saloniana Σαλωνιάνα

Salonius

Ptol. 2.16.7

Dalmatie

polis

Saluiana

Saluius

TP 11.2.6

Numidie

Scarpiana21

Scarpus

Ra, 4.28 ; 5.3 (Scapiana)

Alpes-Maritimes

Scirtiana

Scirtius

IA, 330

Macédoine

Semproniana

Sempronius

Vicarello 1.38

Tarraconnaise

Sentianum

Sentius

IA, 1 12

Apulie

Seruilianam (Ad uillam)

Seruilius

TR III. 1.b ; IA, 42

Afrique

Sopianas/is Suppianis

IA, 231 ; 264bis ; 267 ; 232

Pannonie Inf.

Ville22

Strauianis

IA, 265

Pannonie Inf.

Tauriana

Taurus

TP VII.l.m

Macédoine

Tauriana/um23

Taurus

TR VI.2.m

Bruttium

Tricciana

Triccius

IA, 267

Pannonie Inf.

Turaniana

Turanius

IA. 405

Bétique

Valeriana

Valerius

IA. 220

Mésie Inf.

Variana

Varus

IA, 220

Mésie Inf.

Varianis

Varus

IA. 260 ; 265

Pannonie Inf.

Vetoni(a ?)na

Vetonius

TP. III.3.H

Rhétie

Vetonianis

Vetonius

TP. Il 1.4/5 h.

Norique

Vetonianis

Vetonius

TP III.3.h

Germanie Sup.

Vico Variano

Varus

IA, 281

Vénétie

Vopiscianis/Vo]pisciana Πισκιάνα24

Vopiscus

IA, 23 -, Ra, 3.11 ; Ptol. 4.1.7

Tingitane

polis

1 Par commodité et dans un souci d’homogénéité, la référence est aux provinces du Haut-Empire.
2 Ad Fusciana, TP qui pourrait renvoyer au cognomen Fuscus. La forme Aufustiana semble confirmée par la présence du F initial de Fusciana, TP. Il n’y a donc pas lieu selon nous de corriger Aufustianis en Augustianis comme cela a été proposé par Weber 1976
3 Turribus seulement d’après IA, 117.
4 Turribus seulement d’après IA, 117.
5 AE, 1946, n° 47.
6 Var : Cacliano.
7 Le site concerné ne fait qu’un avec Nigrinianis.
8 Il s’agit sans doute d’un centre de quelque importance - certains ont dit “une ville”, ce qui s’accorde mal avec le témoignage d’IA sur la uia Egnatia, car, tant TP qu’IA en font le premier toponyme après Dyrrachium, à plus de trente milles de cette ville. Cette mansio paraît être située peu ou prou au carrefour des voies issues de Dyrrachium et d’Aulon par Apollonia.
9 Ptolémée 2.5.6 et Ra, 314.7 donnent la forme Euandria. Ptolémée y voit, conformément à son habitude, une polis ; Hübner 1907 considère la forme donnée par IA comme la seule acceptable. Il a sans doute raison, compte tenu de la formation indubitable du toponyme sur un gentilice. C’est également la forme du toponyme qui lui permet d’y reconnaître un toponyme prédial formé sur le nom d’un propriétaire.
10 Ra : Gentiano ; la confusion du a et du o est fréquente chez cet auteur.
11 Gramrianis, TP ; Crambrianis, Ra, 191.17 ; Rappiana, IB. Avec Patsch 1912, on préférera y reconnaître la forme Grampianis qui a l’avantage de se rattacher à un gentilice connu.
12 Maniliana, TP, var. ; Malliana, Ra.
13 Il n’est pas possible de déterminer lequel des deux sites étrusques homonymes vise Ptolémée.
14 La terminaison en -a pourrait être une erreur paléographique pour-o. Lorsqu’ils font référence à un anthroponyme, les noms de pont ne semblent pas avoir normalement recours à des suffixations en -ianus - pour autant qu’ils soient parvenus jusqu’à nous. Il est donc raisonnable de penser soit que les itnéraires ont fait l’amalgame entre deux toponymes voisins (Pons et Mansuetiana), soit que le nom du lieu-dit a peu à peu été associé au pont au point de lui être apposé.
15 Colonie fondée par C. Marius selon Pline 3.80.
16 Ce toponyme ne doit pas être confondu avec la forme latinisée homonyme, mais erronée, donnée en Osrhoène par la ND Or., 35.22. La forme grecque originale Μεδιάνων Kώµη donnée par IG, XIV, 2324 et 2328 montre qu’elle n’a rien à voir avec notre propos.
17 Ce site ne fait qu’un avec Candidianis.
18 Le gentilice n’est pas attesté, mais ῝Οδιος un surnom d’Hermès (cf. Jessen 1913, col. 2134), et le nom a laissé une trace dans le nom d’Hodiupolis.
19 Ra, 4.32 ; 5.2 ; Gui, 35.78.
20 Pline 3.79 : Mese, quae et Pomponiana uocatur.
21 Il ne semble pas qu’il y ait lieu de suivre l’avis de Lamboglia 1969, 155-156, qui, se fondant sur la leçon, à l’évidence fautive, Scapiana, donnée par Ra, 5.3, proposait de corriger en Scariana et d’y reconnaître L’Escarène. La forme Scarpiana, issue du cognomen Scarpus répond davantage aux critères normaux de formation de ces toponymes qu’une forme Scariana qui serait issue d’un anthroponyme Scarus dont nous n’avons à ce jour trouvé aucune attestation.
22 Patrie de Maximin le Thrace ; cf. Ammien Marcellin 28.1 ; CIL, III. 2328 et p. 427.
23 II est significatif que seuls des itinéraires (la TP et le Ravennate dérivé du même archétype) aient banalisé la forme Taurianum, qui est la forme normale du cap et de la ville homonyme (Tite Live 25.1 ; Méla 2.68) en Tauriana.
24 Ou Πτισκιάνα : Vopisciana, Ra ; Vopiscianis, IA, 23.

Notes

1 On a volontairement exclu une demi-douzaine de toponymes largement extérieurs aux limites de l’empire, tous mentionnés par Ptolémée et dont la forme est soit le fruit d’une lectio facilior, soit le fait du hasard.

2 Roldán Hervás 1973 est ainsi assez hésitant. Quoiqu’il reconnaisse à plusieurs reprises (213, 225, 227, 231, 249) que “le nom, avec désinence en -ana, se réfère sans aucun doute à un praedium”, il lui arrive d’y rechercher des sites d’une importance plus grande, notamment lorsque Ptolémée les qualifie de cités.

3 À la suite de Tissot 1878, 295-296 ; Salama 1961, col. 908-909.

4 Roldan-Hervas 1973,221.

5 Hübner 1907, col. 839 ; Patsch 1903, col. 1531-1532.

6 Ainsi Hübner 1893, <castra> Aemiliana ; Hübner 1896, <castra> Atiliana.

7 Cf. Pline 4.117 (castra Caecilia ; castra Seruilia), cf. aussi M, 433 (castris Caecili pour castris Caecili<s>, à moins que l’auteur n’ait employé le génitif ; en tout cas, il n’a pas employé la forme en -iana).

8 Pline 4.80 : Et colonias Marianam, a C. Mario deductam, Aleriam a dictatore Sulla.

9 Hülsen 1893, col. 1312.

10 Parmi de nombreux autres cas, une comparaison entre Ptolémée 5.14 et la TP, X.2.b, montre que même l’ordre de l’énoncé est celui de l’itinéraire :

Ptolémée

– T P –

Samosata
Ad fl. Capadocem
Ad pon(tem) Sing(a)e

Oὔριμα‘Αρουδίς

Arulis

Zεῦγμα

Zeugma

Eὔρωπος

Vignette anonyme (Europos)

Kαικιλία(να)

Ceciliana

Βηθαμ(μ)αρία

Betammali

Γέρρη

Serre

‘Aριμμάρα

Apammari

‘Eραγίξα

Eraciza
Hierapoli

11 Au moins en Bretagne, Germanie, Espagne, cf. Müller 1883, t. 1, 113-114, 116, 141, 228.

12 Domaine, Müller 1883 ad Ptolémée 2.5.6 (t.l, p. 137) à propos de Rusticana ; taberna, id. ad 2.9.9 (t. 1, p. 229) à propos de Rufiniana, qu’il propose de développer en Rufiniana taberna.

13 IA, 115.

14 Regina, CIL, II. 1037 = Regiana IA, 415.1 ; la forme Regina est normalement donnée par les autres géographes : Ra, 4.44 (315.1) ; Ptolémée 2.4.10.

15 Cosilianum, TP, VI.l.m.

16 Fundus, ILS, 5771 ; 7861 ; 1836 ; uilla, ILS, 1586 ; 3868 ; agellus, ILS, 8370 ; uinea, ILS, 6469, 5792 ; ager, ILS, 5770 ; 7313 ; 7899 ; aquae, ILS, 5771 ; 8916 ; massa, ILS, 7458 ; 7459 ; seges, ILS, 5792 ; [uin]iae, ILS, 5792 ; saltus, ILS, 5567 ; horti, ILS, 1618 ; 3543 ; 7374 etc ; pagus, ILS, 6120 ; 6509, 27 ; uicus, ILS, 6322 ; praedia, ILS, 1575 ; 1615 ; 3315 ; 3761 ; suburbanum (praedium) ILS, 8356 ; 8428.

17 IA, 112-115 à quoi s’ajoute Alonianum, TP, IV. 1.b, en Afrique. Cusitianum, TP, VI.l.m, est une erreur pour Consilinum.

18 Il conviendrait d’ajouter à ces noms Succeiano, IA. 115.1.

19 ILS, 8356 ; 8428 ; CIL, XI, 3003a = ILS, 5771 ; Suétone, Galb., I : Liuiae (...) Veientanum suum reuisenti.

20 Anneiano d’Étrurie, IA, 281 ; de Transpadane, IA, 284 ; Daviano, IB, 555 ; Cadiano, IB, 558.

21 Vicarello 1 : Palfurianam, Antistianam, Cilnianam ; Vicarello 2.4 : Antistiana (2 et 3) ou Antestiana, Cilniana (2) ou Cinniana (3 et 4).

22 Cenniana, TP, I.1,m ; Cinniana, IA, 397.

23 IA, 110 : In Morcelliana. La comparaison avec les toponymes masculins formés sur le même modèle que la préposition in ne permet pas de trancher : dans l’IA elle est suivie deux fois de l’accusatif (In Honoratianum, IA, 103 ; In Tabernas, IB, 607) et une fois de l’ablatif (In Castello, IA, 283). Il est plus difficile de se prononcer sur IA, 186 (In Catabana, près d’Édesse, probablement par référence aux Catabanes cités par Pline 5.65 comme l’un des 3 principaux groupes d’Arabes) : il est tentant d’y reconnaître un mot grec Katabas (car la forme latine est imparisyllabique, comme le montre le génitif Catabanum donné par Pline). Nous serions donc vraisemblablement en présence d’un neutre pluriel. Le féminin singulier ne se justifierait que sur la base d’une autre racine. La TP donne 21 occurrences de l’ablatif après in, pour une de l’accusatif (In uinias, V.3.m, à.1 mille de Pouzzoles), mais elles sont diversement utilisables. Si en effet, dans le cas des toponymes précédés de ad, on peut nourrir quelque hésitation (à tort sans doute), il ne fait guère de doute que lorsqu’un nom de lieu exprimé à l’ablatif est précédé de in, la préposition fait partie intégrante du toponyme et perd l’essentiel de son sens. Or ce n’est pas le cas de la majorité des occurrences de la TP, qui utilise 15 fois l’ablatif pour renvoyer à des sommets ou à des ports (In Alpe, II.3.m [3 fois], II.5.m, III.5.h [2 fois] ; In Alperio, V.3.h ; In Monte, V.l.m [2 fois], V.4.h, IX.3.m [2 fois] ; In Summo (Poenino, II.3/4.m ; Pyrenaeo, I.2.m) ; In Portu, III.2.m) et 2 fois pour caractériser l’entrée dans une région ou dans une province (IX.3.m : In Cilissa pour In Cilicia ; X. 1.m : In Comacenis, qui marquent respectivement l’entrée en Cilicie et en Commagène). Le cas et le genre dIn Aronia (V.4.h), et In Candabia (VI.4.m) ne peuvent être précisés. In Murio (III.5.h) est une erreur pour Immurio. Il est donc très difficile de se faire une opinion claire : l’accusatif pourrait avoir été plus normalement attesté pour de véritables toponymes, auquel cas In Marcelliana serait un neutre pluriel.

24 Formes en Nouae : IA, 24 ; 218 ; 221 ; 243 ; 329 ; 452 ; IB, 610 ; TP, III. I,h ; III.4.m ; IV. 1,m ; IV.3.m ; IV.5.m ; V.4.h ; V.4.m ; VI.3.h ; VII.1.h. Nouis Aquilianis, IA, 43 ; TP, IV. 1.b.

25 C’est en particulier le cas de la villa de Livie à Primaporta, sur le territoire de Véies, au lieu-dit Ad Gallinas. Sur l’origine du nom de la villa, cf. Suétone, Galb., 1.

26 Roldán Hervás 1966.

27 Ad Fusciana, TP, V.4.h : Aufustianis, IA, 338.

28 Ad Germani, TP, II.2.b : Germaniciana, IA, 55.

29 Varron, R„ 3.2 donne la forme à l’ablatif pluriel : in Aemilianis.

30 Suétone, Claud., 18 : Cum Aemiliana pertinacius arderent...

31 Tacite, An., 15.40.3.

32 IA, 293.

33 Pline montre bien que les formes suivant castra sont soit l’anthroponyme au génitif (e.g. Castra Hannibalis) soit l’adjectif en -ius, -a, -um (e.g. Castra Caecilia, Castra Seruilia, 4.117, précisément en péninsule Ibérique, là où Schulten voulait sous-entendre castra après un certain nombre de toponymes en -iana), mais en aucune façon l’adjectif en -ianus, -a, -um.

34 Caesariana, en Lucanie, IA, 110 ; en Pannonie Inférieure, IA, 263. Ce toponyme est à rapprocher des praedia Caesariana de Dig. 1.19.3 (= Callistr., Cognition., 6), d’après un rescrit d’Antonin le Pieux.

35 CIL, X, 7041 = ILS, 7371 provenant de Catane : d(is) m(anibus) s(acrum). I Gallicano fedelissimo, qui fuit ui|licus | Afinianis. | Vixit annos XLV.

36 CIL, IX, 3907 = ILS, 2489 Herculei d(ono) [d(ederunt)] I milites Africa[ni] | Caecilianis, I mag(ister) curauit\C(aius) Saltorius C(ai) f(ilius).

37 CIL, XI, 3003a = ILS, 5771, qui mentionne la uilla Caluisiana de Mummius Niger Valerius Vegetus.

38 Arnaud 1993a.

39 CIL, XI. 3003a = ILS, 5771, datée d’après 92 p.C. par la mention comme consulaire de Mummius Niger Valerius Vegetus, consul suffect en 92.

40 Les toponymes déjà présents en Espagne dans les gobelets de Vicarello à l’époque augustéenne le sont encore dans des documents postérieurs de deux à quatre siècles.

41 Procope 7.28.8 ; 29.21 ; 30.5 ; 30.19-20.

42 Grönke & Weinlich 1991.

43 Pflaum 1940, 339 ; Arnaud 1993a, 36, n. 18.

44 Arnaud 1993a. 36 ; 40-41.

45 IA, 87-89 et IA, 94-95. Les itinéraires sont communs de Catane à Filosofiana. Pour la partie commune de l’itinéraire, ils se distinguent par les variantes suivantes :

87-88

94

Catino

a Catina Agrigentum

mansionibus mine institutis :

Capitonianibus

XXIIII

Capitonianis

XXIIII

Gela siue Philosofianis

XXI

Filosofianis

XXI

46 Carandini et al. 1983,22.

47 CIL, V, 1708 = ILS, 1222, datée de 336 p.C.

48 On en connaît par exemple sept pour le seul territoire de San Remo (De Pasquale 1996, 36-39).

49 De Macomades à Leptis Magna, IA. 59-63 : cf. Kolendo 1986. En Numidie, la Table de Peutinger, III. 2-4 rattache un lieu à un propriétaire à l’aide du génitif, que l’on rencontre dans les formes Magni, Rustici ad Piscinas, Velesi, Vatari, Flauia Marci. Il s’agit de toponymes domaniaux, mais leur forme est différente de celles qui nous ont intéressé.

50 Les gobelets de Vicarello sont, au moins pour les plus anciens d’entre eux, traditionnellement assignés à l’époque augustéenne. Si dans le détail, la discussion reste possible, cette datation paraît devoir être acquise. Ils montrent qu’en Espagne, ces toponymes se sont mis en place très tôt, mais dans certaines régions, comme la Sicile, quelques-uns, comme Filosofiana, ne semblent pas apparaître avant le IVe s. de notre ère.

51 Cette contemporanéité n’est pas garantie par nos sources, qui sont elles-mêmes le fruit de la compilation de documents issus de périodes variées. Cf. Arnaud 1992a ; 1993b pour IA.

52 On ne note guère que les exceptions de Biricius et de Mogetius.

53 Les Italiens sont bien représentés au Ier s. p.C. ; aux IIe-IIIe s., selon Gerov 1980, ils cèdent la place aux Thraces romanisés et aux immigrés issus de la partie orientale de l’empire.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Répartition régionale des toponymes en-iana / -ianis.La rubrique “autres” comprend toutes les provinces qui ne donnent qu’un de ces toponymes (Corse, Gaules, Dacie, Thrace, Cappadoce, Syrie).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6726/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende Fig. 2 : Comparaison du nombre de toponymes en-iana / -ianis attestés par province ou par région italienne (nombre ≥ 5).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6726/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540