Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Géographie historique de la vallée du Moyen-Euphrate

Justine Gaborit et Pierre Leriche

Texte intégral

  • 1 Dussaud 1927.

1La région du Moyen-Euphrate semble a priori se prêter heureusement au développement de la géographie historique. Le nombre des toponymes antiques fournis par les documents gréco-romains n’y cède, en effet, qu’à l’abondance des ruines repérées le long des rives. Dès la fin du XVIIIe siècle, on a donc cherché à identifier les cités antiques qui s’échelonnaient le long de cette vallée, et les résultats de ces recherches ont été rassemblés dans la synthèse publiée en 1927 par R. Dussaud et qui reste encore de nos jours un précieux instrument de travail1. Cependant, depuis la parution de cet ouvrage, force est de constater que peu de nouveaux sites ont été identifiés avec certitude, et les rares identifications inédites concernant la géographie historique de cette zone ont montré combien cette discipline demeurait étroitement dépendante de l’investigation archéologique.

2Après l’inventaire des sources principales de la géographie historique, nous examinerons les interprétations que celles-ci ont suscitées, à la lumière des conditions dans lesquelles les diverses hypothèses d’identification se sont exprimées. Nous verrons alors comment ces recherches se sont heurtées à des obstacles inhérents à la discipline qui expliquent les limites des résultats obtenus. On observera ensuite le rôle essentiel joué par la recherche archéologique qui a permis la localisation de deux sites majeurs du Moyen-Euphrate, Doura-Europos et Djebel Khaled et ouvert la porte à un renouvellement considérable des données antérieurement acquises.

1. Les sources

3La géographie historique s’est trouvée confrontée, dans le cas des villes du Moyen-Euphrate, à un état doublement lacunaire des sources littéraires anciennes. En effet, les “villes” dont le nom figure dans des ouvrages fiables et prestigieux tels que les Histoires de Polybe, la Géographie de Strabon et l’Histoire Naturelle de Pline, sont généralement mentionnées de manière ponctuelle dans un contexte où les repères topographiques font défaut, et, plus rarement, dans un développement cohérent dont le contenu géographique est susceptible d’être exploité. L’ensemble de ces citations, toutefois, ne parvient pas à nous faire saisir la réalité du développement urbain au cours de la période concernée – en particulier pour la période hellénistique – ni sur toute l’étendue du cours moyen du fleuve.

1.1. L’époque hellénistique

  • 2 Baiton, Diognetos, Philonides et Amyntas, FGrHist 119-123.

4La première raison de ces difficultés découle, bien entendu, de la disparition des documents élaborés à l’époque hellénistique, c’est-à-dire en plein essor de l’inventaire géographique des territoires nouvellement conquis. Œuvre fondamentale, la Géographie d’Eratosthène, reposait pour cette région sur des informations de première main, rapportées par les historiens et géographes “compagnons d’Alexandre”, ainsi que par les “bématistes”, dont les noms de certains nous sont parvenus, et qui étaient chargés de répertorier les étapes et les distances franchies par les armées macédoniennes2. Mais on sait que ce travail a fourni aux auteurs des siècles postérieurs les repères spatiaux généraux, comme l’orientation du cours de l’Euphrate ou la position de Thapsaque, qui servirent à localiser les villes aux périodes séleucide et romaine.

1.2. Le Ier et le IIe siècle

5À partir du règne d’Auguste, les documents sont déjà tributaires de la division du cours de l’Euphrate entre les sphères d’influences romaine et parthe. D’où de graves lacunes dans les renseignements qui concernent certaines sections du fleuve, notamment la boucle de l’Euphrate qui n’apparaît guère dans les œuvres des historiens et géographes anciens.

1.2.1. Isidore de Charax

  • 3 Isidore de Charax, 1.
  • 4 Rostovtzeff 1938, 101.

6C’est le cas, par exemple, des localités mentionnées dans les Stations parthes d’Isidore de Charax qui décrit la route royale du nord vers le sud, depuis Apamée de l’Euphrate jusqu’à Séleucie du Tigre3. Dès le départ, cette route abandonne la vallée fluviale pour se diriger droit vers l’est jusqu’à Batnée sur le Balikh, l’un des deux grands affluents de la rive gauche du fleuve, dont elle suit ensuite le cours jusqu’à sa jonction avec l’Euphrate à la hauteur de Nikèphorion. Les étapes suivantes jusqu’à Séleucie du Tigre s’échelonnent sans exception le long des rives du grand fleuve. Le texte d’Isidore de Charax, quoique dépourvu de réelles indications topographiques (mis à part la mention des affluents de l’Euphrate), a été abondamment exploité par la géographie historique, car il fournit non seulement de précieux repères de distances exprimées en schènes, mais aussi des informations historiques qui reflètent l’état du Moyen-Euphrate à la fin de la période hellénistique et au début de la période romaine4. De plus, les notices évoquent les origines et les diverses dénominations des villes importantes, en particulier pour les fondations macédoniennes. Toutefois, dans la mesure où l’itinéraire progresse entièrement en territoire parthe, il laisse dans l’ombre l’existence des villes qui bordent le fleuve entre Séleucie/Zeugma et Nikèphorion.

1.2.2. Strabon

  • 5 Strabon 16.2.3.
  • 6 Cf. p. 176-177.
  • 7 Strabon 16.1.23.

7Un problème similaire de frontière a longtemps obscurci la question de la localisation de la ville de Séleucie de l’Euphrate/Zeugma, présentée par Strabon comme une “forteresse de la Mésopotamie”5. Les difficultés sont nées du fait que cette indication devait être comprise, non en termes géographiques, comme l’ont cru de nombreux auteurs, mais dans son sens politique, étant donné que cette cité contrôlait, au bénéfice des Romains, le principal point de franchissement de l’Euphrate vers la Mésopotamie, ainsi que l’ont fait clairement paraître les analyses de F. Cumont et de J. Wagner6. Le rattachement par Pompée de Séleucie/Zeugma au royaume de Commagène est un autre élément mentionné par Strabon qui a contribué à brouiller sa localisation. Autre exemple de ces ambiguïtés du texte de Strabon, Nikèphorion, alors en territoire parthe, est, pour sa part, incluse au nombre des villes de Mygdonie7.

1.2.3. Pline l’Ancien

  • 8 Pline 5.87 (villes de Syrie) ; 6.117 (villes de Mésopotamie).

8Les villes qui bordent la rive droite du fleuve, et que Pline énumère d’amont en aval en les regroupant selon les divisions régionales, sont surtout en territoire romain. Après avoir donné la position de Zeugma sur la rive opposée à Apamée de l’Euphrate, l’auteur de l’Histoire Naturelle mentionne Europos, Amphipolis en Syrie, puis Sura, dans la région désertique de la Palmyrène, et enfin Philiscum, “oppidum des Parthes”, ainsi que Nikèphorion parmi les villes de Mésopotamie8. Cependant, l’analyse des sources internes du chapitre consacré à la Syrie, a fait clairement apparaître que la compilation de documents de types différents, dont sans doute les Commentaires d’Agrippa, a entraîné plus d’une confusion de la part de Pline lui-même, puis de ses commentateurs. Ainsi, Séleucie de l’Euphrate y est-elle présentée comme une ville distincte de Zeugma. Un recoupement des toponymes fournis par Pline avec les noms des fondations attribuées par Appien à Séleucos Ier permet de combler les lacunes géographiques du Livre XI de l’Histoire Romaine et de confirmer la localisation, sur les rives de l’Euphrate, des villes d’origine macédonienne, telles Europos et Amphipolis en Syrie, et, de nouveau, Nikèphorion en Mésopotamie.

1.2.4. Ptolémée

  • 9 Ptolémée 5.14.10 (villes de Cyrrhestique) ; 5.14.13 (villes de Chalibonitide) ; 5.14.19 (villes de (...)
  • 10 Ptolémée 5.18.
  • 11 Ptolémée 5.17.5.

9Mais c’est surtout l’œuvre de Ptolémée, à l’époque d’Hadrien, qui a fourni à la géographie historique du Moyen-Euphrate le plus grand nombre de toponymes. Elle présente, dans le chapitre sur la Syrie – donc à l’ouest du fleuve – cinq villes de Cyrrhestique comprises entre Zeugma et Eragiza, deux villes de Chalibonitide, Barbalissos et Athis, et enfin en Palmyrène, Alalis, Sura et Alamatha9. Pour les villes situées en aval, il faut se reporter à l’index de l’Arabie Déserte qui contient neuf toponymes dont Thapsaque, Birtha, Auzara, Audattha et Addara10. Les villes de la rive gauche, au contraire, sont regroupées dans la seule section de la Mésopotamie11. L’ordonnance inflexible des toponymes d’amont en aval, leur répartition selon la rive occupée, ainsi que la présence des coordonnées numériques de longitude et de latitude, sont autant d’éléments qui permettent de replacer dans un ensemble géographique cohérent certaines villes mentionnées par d’autres auteurs, à condition, toutefois, de pouvoir les reconnaître dans la toponymie retranscrite souvent sous une forme altérée dans les indices de Ptolémée. Il suffit ainsi de quelques identifications assurées dans une série, pour que le champ des hypothèses de localisations comprises entre ces points se réduise considérablement. Paradoxalement, l’exploitation de ces informations amène à relativiser la portée de celles-ci en faisant apparaître leur caractère non-exhaustif dû, probablement, au fait que ces listes ont été établies en fonction des itinéraires routiers en usage sous les Antonins.

1.3. Du IIIe au IVe siècle

  • 12 Ammien Marcellin 23.3.7 (Callinicum/Nikèphorion) ; 23.5.1 (Circesium) ; 23.5.7 (Zaithan) ; 23.5.8 (...)

10Les récits de l’expédition de Julien, d’Antioche à Ctésiphon, rédigés par Libanios, Ammien Marcellin et Zosime ont également fourni des éléments utiles pour la localisation des villes du Moyen-Euphrate traversées par l’armée impériale, suivant un itinéraire qui est très proche de celui des Stations Parthes. Malheureusement, les conditions historiques avaient alors totalement bouleversé le caractère des villes de la région et, de plus, chacun de ces récits fait preuve à un moment donné d’un manque de cohérence géographique notable. C’est Ammien Marcellin, en qualité de témoin et soldat y ayant lui-même pris part, qui nous donne la version la plus détaillée de cette expédition, sauf en ce qui concerne les points où l’armée franchit le fleuve. Le livre XXIII fournit, en effet, toutes sortes d’indications sur Callinicum/Nikèphorion, sur le site romain fortifié de Circesium à la confluence du Khabour, puis sur Zaithan en territoire sassanide, et enfin sur la ville désertée de Doura12.

1.4. À partir de la fin du IVe siècle

  • 13 Bauzou 1989, 208.

11Parmi les documents de la fin du IVe s., la Table de Peutinger apporte des informations non-négligeables, mais d’un usage relativement malaisé, sur l’ensemble du réseau routier contrôlé par les Romains, à partir d’un archétype qui remonte, semble-t-il, au début du règne d’Hadrien13. Les distances sont précisées en milles, ainsi que le nom de toutes les étapes, dont les plus importantes sont schématiquement figurées. Mais ce document est d’un usage limité et malaisé, puisque seule la section nord du Moyen-Euphrate en amont de Soura est ici concernée, et que la confrontation des toponymes mentionnés avec ceux conservés par Pline ou Ptolémée pâtit inévitablement de l’écart chronologique qui sépare la rédaction de ces différents documents.

1.5. L’époque byzantine

  • 14 Procope, Aed., 2.6.1-8 (Circesium) ; 2.6.12 (Annoukas).
  • 15 Procope, Aed., 2.7.17 (Callinicum).
  • 16 Procope, Aed., 2.8.7 (Mambri) ; 2.8.8 (Zènobia) ; 2.9.1. (Soura) ; 2.9.10 (Moyen-Euphrate supérieu (...)
  • 17 Procope, Aed., 2.9.18.

12Les auteurs de l’époque byzantine apportent à notre étude une contribution quelque peu ambiguë. Dans les Édifices, Procope présente les villes du Moyen-Euphrate dont les fortifications ont été complétées ou restaurées sur ordre de Justinien, en les regroupant par unité géographique. Cet exposé, dont il ne faut pas oublier la portée politique, commence avec la description de Circesium, point fort de la ligne du rempart contre les Perses que l’empereur de Byzance se doit de bâtir, et mentionne en amont une place-forte jusque-là inconnue, Annoukas14. Puis Procope cite parmi les villes importantes d’Osrhoène, Callinicum dont les murs en ruines ont été arasés et reconstruits15. La rive droite du fleuve est ensuite décrite avec l’énumération des villes de l’Euphratèsia : on trouve ainsi d’abord, dans le désert, d’aval en amont, Mambri, Zènobia, totalement reconstruite par les architectes byzantins, puis Soura, puis, dans la partie supérieure du Moyen-Euphrate, Barbalissos, Neokaisareia, Pentacomia et Europos16. Il arrive, cependant, que les nécessités d’une comparaison fassent mentir cette cohérence géographique et associent deux villes en réalité fort éloignées l’une de l’autre. Ainsi l’auteur, pour dénoncer la faiblesse des deux places-fortes de l’Euphratèsia, nomme-t-il à la suite Zeugma et Neokaisareia17. On constate aussi, à la lecture de Procope, l’existence, encore au VIe s., de nombreuses villes antiques de la vallée de l’Euphrate, parallèlement à l’essor de nouveaux centres urbains. On observe également combien au cours de cette période l’aspect même de ces agglomérations antiques a pu se modifier par rapport à leur état des époques grecque ou romaine.

13L’ouvrage de Stéphane de Byzance, Ethnica, conçu comme un petit lexique des peuples et des villes de l’empire, comporte des informations historiques, notamment sur les fondations macédoniennes, mais il est parfois difficile de deviner ses sources, parmi lesquelles on trouverait sans doute Polybe et Pline. Cependant, ce traité mentionne l’attribution de nouvelles dénominations byzantines aux anciennes cités, comme Nikèphorion rebaptisé Constantina, ou Amphipolis dont il est dit qu’elle correspond à Tourmeda. Les indications géographiques sont succinctes et dépourvues d’information utile et de tout repère de distance. Néanmoins, outre la mention inévitable de la région concernée, la proximité de l’Euphrate ou d’une autre ville très connue est heureusement précisée dans les rubriques sur Amphipolis, Europos, Nikatoris, Thapsaque et Zeugma.

2. Les débuts de la géographie historique

14Le développement du goût pour la culture classique et la familiarité avec les auteurs anciens dans les milieux cultivés de l’Europe dès la fin du XVIIe s. ont beaucoup contribué à la redécouverte du Proche-Orient. Les premières reconnaissances sur les rives de l’Euphrate ont été immédiatement fructueuses car certaines appellations étaient restées très proches des noms originaux. On peut dire que les cartes, les observations et les toponymes recueillis par ces premiers découvreurs de l’Orient nous sont, à tout point de vue, encore indispensables.

2.1. L’âge des voyageurs

  • 18 Volney 1787.
  • 19 Buckingham 1821.

15L’exploration du Moyen-Euphrate s’est effectuée en plusieurs étapes. Elle constitue déjà un thème important de l’ouvrage de J. B. Tavernier, Voyages en Turquie, en Perse et aux Indes, écrit en 1680, et de celui du théologien britannique Pococke intitulé A Description of the East, paru à Londres en 1745, et dont la traduction française en 1772 donna naissance, en France, à la formule du “Voyage en Orient”. Toutefois, à la fin du XVIIIe s., la région du Moyen-Euphrate s’est trouvée un peu en marge de l’aire géographique parcourue par les voyageurs européens. Volney, par exemple, dont les écrits eurent un écho plus que favorable, la délaisse totalement18. Chez la plupart des auteurs, le fleuve est, le plus souvent, succinctement évoqué dans les récits de voyage comme une étape sur la route de Babylone que les caravanes rejoignaient en empruntant soit la route du désert, soit la vallée du Tigre, tel le voyage de Buckingham en 181619. Parfois le Moyen-Euphrate constitue l’extension méridionale d’un voyage en Turquie vers la Syrie du nord. En fait, le parcours des rives de l’Euphrate ne fut entrepris que par des voyageurs originaux, poussés par une plus grande curiosité et plus préoccupés d’un véritable progrès des connaissances sur le monde ancien que d’une mode orientalisante. Ce sont ces expéditions d’inventeurs de sites, cherchant à connaître le cours du fleuve et repérant systématiquement les ruines en Syrie et en Turquie, qui ont nourri la recherche européenne.

16La première expédition anglaise de F. Chesney qui, en 1835, avait pour but d’étudier la navigabilité du Tigre et de l’Euphrate, est, de ce point de vue, significative. La mission dura deux ans et fournit la matière de deux ouvrages majeurs. Dans The Expédition for the Survey of the Rivers Euphrates and Tigris publié en 1850, F. Chesney dresse un bilan des connaissances géographiques et ethnographiques de l’Asie, qu’illustrent d’excellentes cartes. De son côté, l’ouvrage Travels and Researches in Asia Minor, Mesopotamia and Armenia publié en 1842 par W. F. Ainsworth qui participait à l’expédition, révèle la réelle érudition de son auteur et sa curiosité pour les ruines, qui lui font saisir toutes les occasions de débarquer sur le sol ferme pour explorer la Mésopotamie. La seconde mission britannique sur l’Euphrate, en 1865, permet à W. F. Ainsworth de préciser son sujet avec A Personal Narrative of the Euphrates Expédition, daté de 1888. Cette phase essentielle donna un cadre géographique et des repères utiles aux futures recherches de l’ingénieur J. Cernik dont le récit, Expédition durch die Gebiet des Euphrates und Tigris nebst Ein-und Ausgangsrouten durch Nordsyrien, paraît en 1875.

17L’intensification des recherches est très nette à la fin du XIXe s., mais plutôt que L’itinéraire descriptif, historique et archéologique d’Isambert très mal documenté, on retiendra avant tout l’ouvrage de Sachau, Reise in Syrien und Mesopotamien, paru en 1883, dont la précision remarquable est représentative de l’esprit scientifique des ouvrages allemands.

  • 20 Kiepert 1852-58, ouvrage distinct de Kiepert 1893, sur la Syrie et la Mésopotamie.

18Ce sont en effet les chercheurs allemands qui surent le plus rapidement discerner et exploiter l’intérêt des indications recueillies et dispersées dans les relations de voyage. Entre 1852 et 1858 parut à Berlin la première édition de Die Karte von Kleinasien sur laquelle H. Kiepert enregistre les premières identifications de sites antiques20. Les progrès significatifs de la géographie historique au XIXe s. résultent de la collaboration entre l’érudition de savants humanistes comme R. Kiepert ou K. Müller et la soif de culture des voyageurs. Ainsi K. Müller, le célèbre éditeur des Géographes grecs mineurs, se sert-il du fond de carte établi par H. Kiepert et des commentaires de voyages pour établir une carte des Stations Parthes d’Isidore de Charax qu’il place en totalité sur la rive gauche. Il tente également d’identifier les villes de la Géographie de Ptolémée et conclut, faussement, à l’identité de Thelda avec Doura.

  • 21 Oppenheim 1889-1900 ; sa documentation cartographique est tirée de R. Kiepert.

19Une synthèse de toutes ces informations est tentée par R. Kiepert en 1893 dans la carte qu’il dresse pour illustrer l’ouvrage de M. Von Oppenheim où se trouve rassemblé l’ensemble des données recueillies par les voyageurs de la Méditerranée à la Perse21. Si les identifications concernant la façade méditerranéenne sont extrêmement fournies, le cours de l’Euphrate n’est éclairé que par quelques localisations (fig. I). Parmi les sites prestigieux dont la localisation n’a pas varié depuis, on relève Europos à Karkemish, Barbalissos en aval de Meskéné, Sura à Surya, Nikèphorion à l’emplacement de la moderne Raqqa, Annoukas à Zalabiyé et Zènobia à Halabiyé. D’autres ruines ont reçu une identification qui sera révisée par la suite : Apamée de l’Euphrate avec Birecik, Eragiza avec Abu Hanaja en amont de Meskéné, la Thapsaque de Ptolémée avec les ruines de Dibsa, et Héraclée avec Haragla.

20D’autres ruines signalées par trois petits points disposés en triangle ont été laissées sans identification, comme à Balkis – dont on sait aujourd’hui que c’est le véritable emplacement de Séleucie de l’Euphrate. On remarquera également avec intérêt la mention de ruines au nord du "Gebel ed-Dajad”, en aval de Kal’at Nedjim, où l’on reconnaît clairement le site récemment découvert de Djebel Khaled. Quant aux ruines de “Kan Kalesi”, mentionnées à l’emplacement de Salhiyé (Doura-Europos) et à la nécropole signalée au nord de celle-ci, elles sont encore muettes.

21Les dix identifications proposées par R. Kiepert sont restées longtemps incontestées, et cette carte a servi de référence aux générations suivantes de voyageurs. Mais déjà G. L. Bell, en 1917, en constate à plusieurs reprises les insuffisances.

Fig. I : Carte archéologique du Moyen-Euphrate publiée en 1893 par R. Kiepert (Westliches Blatt II).

2.2. De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle

  • 22 Cf. Chaumont 1984, 63-107.

22La démarche des voyageurs de la fin du XIXe et du début du XXe s. est, en effet, légèrement différente de celle de la génération précédente. L’exploration des rives de l’Euphrate se fait à présent dans le but non seulement d’apporter de nouvelles identifications mais aussi de vérifier les descriptions des premiers voyageurs. Désormais, le voyageur ne saurait échapper à certaines polémiques, comme la localisation de Thapsaque et du point où Alexandre a franchi l’Euphrate, ou l’identification des Stations parthes d’Isidore de Charax. Tout à fait représentative de cette évolution est l’œuvre d’Aloïs Musil qui, après avoir sillonné l’Orient de 1905 à 1915, publie la somme de ses conclusions et de ses réflexions en cinq volumes illustrés de photographies et de cartes utiles, dont The Middle Euphrates, Palmyrena et Arabia Deserta. Ces ouvrages, qui concernent à divers degrés le Moyen-Euphrate, sont précis et tentent chaque fois d’éclairer les informations des textes anciens par une réelle connaissance du terrain. L’érudition de Musil est incontestable, mais sa tentative pour localiser les étapes mentionnées par Isidore est vouée à l’insuccès car il évalue le schène à 4,5 km, au lieu de 5,5 km22.

  • 23 Cf. infra, note 46.

23L’attitude de l’intrépide G. L. Bell, dans son récit de voyageAmurath to Amurath, n’est pas différente. Venant de Membidj, elle atteint la rive droite de l’Euphrate en face de Tell Ahmar et traverse immédiatement le fleuve pour suivre la rive orientale jusqu’à Bagdad. Avant de progresser vers le sud, elle ne peut se retenir de visiter Djerablous, ville dont elle fait dériver le nom arabe de celui d’Europos, mais ne va pas plus au nord. C’est sa seule occasion de traverser car, par la suite, le fort débit du fleuve au moment de son périple, en février, l’en empêche. Douée d’un vigoureux sens de l’observation, elle ne néglige aucune indication sur le relief. Sa description des ruines est succincte mais précise. Voyageant à cheval, elle multiplie les détours pour satisfaire sa curiosité. Les distances, comme toujours indiquées en temps de trajet, sont difficiles à déduire. Ses observations, tout à fait fiables, ont été, pour la plupart, utilisées par J. Lauffray dans son étude sur les environs de Halabiyé23.

  • 24 Sarre & Herzfeld 1905-1911.
  • 25 Chapot 1907 et Cumont 1917.

24De réels progrès sont accomplis dans le premier quart du XXe s., lorsque la connaissance du terrain devient une priorité. Entre 1896 et 1905, F. Sarre et E. Herzfeld, du Musée de Berlin, effectuent une longue série de prospections archéologiques sur les rives de l’Euphrate et du Tigre24. V. Chapot en 1905, ou F. Cumont au printemps 1917, fondent leurs études de la Syrie romaine sur les voyages de reconnaissance effectués le long de l’Euphrate25. C’est à cette occasion que F. Cumont consigne les observations topographiques qui l’ont amené à reconsidérer de façon décisive la localisation de Zeugma.

2.2.1. L’identification de Zeugma

  • 26 L’histoire, détaillée et très documentée de l’identification de Zeugma est retracée dans Wagner 19 (...)

25L’identification de Séleucie/Zeugma illustre à la fois les égarements et le succès de la géographie historique dans cette période et montre tout le fruit qu’on peut tirer de la conjonction d’une lecture rigoureuse des textes anciens et de l’observation topographique26.

26Le cas de Séleucie/Zeugma était déroutant, avec l’évolution complexe de son appellation et son association étroite à la ville d’Apamée. C’est, cependant, le site du Moyen-Euphrate le mieux attesté dans le corpus des textes anciens qui mettent en évidence son rôle de passage principal pour la traversée de l’Euphrate. Comme pour la plupart des sites antiques du Moyen-Euphrate, l’identification vient compléter une histoire déjà écrite.

  • 27 Müller 1855 ad Isidore de Charax, 2 (GGM I, p. 245).
  • 28 Ritter 1843, 278-279.
  • 29 Chapot 1907, 227.

27La localisation de Séleucie/Zeugma a balancé jusqu’au début du XXe s. entre deux sites très différents, distants de plus de 120 km, Samosate sur le Haut-Euphrate, et Birecik, sur la rive droite, à 25 km au nord de l’actuelle frontière turco-syrienne. L’absence, en face de chacun de ces sites, de vestiges susceptibles de correspondre à la ville d’Apamée de l’Euphrate – qu’Isidore de Charax et Pline placent vis-à-vis de Zeugma, sur la rive orientale du fleuve – a suscité toutes sortes de théories alambiquées, mais incapables de réduire l’incompatibilité des indications précises des textes anciens avec la topographie des sites retenus. On obtenait alors deux combinaisons principales que nous pouvons résumer schématiquement de la manière suivante. La première, élaborée par Müller, se fondait sur la position des deux villes sur chacune des rives, sans tenir compte de leur proximité pourtant attestée par les textes, et plaçait Séleucie à Samosate et Apamée à Birecik27. La seconde, au contraire, retenait l’association étroite des deux villes et proposait une implantation des deux villes sur la rive gauche à Birecik, sous l’appellation de Zeugma28. Une solution plus simple est fournie par V. Chapot qui met l’accent sur la notion de traversée d’une ville à l’autre et rétablit l’idée de deux villes distinctes, face à face, de part et d’autre du fleuve, malheureusement toujours en les localisant à la hauteur de Birecik29.

  • 30 Metheny 1907, 155-162 ; Cumont 1917, 119-141.
  • 31 Wagner 1976, 30-31.
  • 32 Cumont 1917, 122-123 d’après Strabon 16.2.3 et Pline 5.86.
  • 33 Tacite 12.12 et Dion Cassius 49.19.
  • 34 Chapot 1907, 278-279.

28La solution à ce problème épineux a été proposée par J. R. Metheny qui a rejeté l’identification avec Birecik, et par F. Cumont qui, le premier, s’est prononcé en faveur du site de Balkis localisé à 10 km en amont de Birecik30. Ce dernier raisonnait sur la base d’arguments tirés de la topographie et d’une sélection de textes anciens qui corroborent unanimement l’identité de Séleucie et de Zeugma sur la rive droite du fleuve31. Partant d’une citation de Polybe, Σελεύĸεια ἐπί τοῦ Ζεύγματος, F. Cumont reconstitue l’évolution toponymique de la ville et identifie Séleucie avec Zeugma que, d’après Strabon et Pline, il place sur la rive droite32. De Tacite, il tire une indication sur la largeur du fleuve à cet endroit, et la confirmation de l’aspect défensif de la ville, avantage qui permit à Ventidius Bassus de défier les armées parthes à l’époque d’Auguste33. Cette description est, en effet, à l’exact opposé de la configuration de la vallée à Birecik, caractérisée par une rive droite plate et un escarpement important de la berge orientale. Elle reflète, en revanche, trait pour trait, celle de Balkis située à l’endroit où l’Euphrate s’élargit et comporte des îles. Ici, le fleuve est bordé, du côté ouest, par une série de collines, dont la plus haute culmine à plus de 300 m au-dessus du fleuve, surplombant la basse plaine alluviale qui s’étend sur la rive orientale. Un voyage de reconnaissance sur le terrain permit à F. Cumont de retrouver les vestiges signalés depuis le XVIIIe s. et dont la première tentative d’identification était due à Chapot qui croyait y reconnaître Neokaisareia34. Mais l’investigation de F. Cumont resta incomplète puisqu’il ne put déterminer si la rive gauche portait les traces d’une ville antique correspondant à Apamée.

2.2.2. Dussaud

29La synthèse de toutes les recherches concernant le Moyen-Euphrate a été réalisée par R. Dussaud dans la Topographie historique de la Syrie ancienne et médiévale, parue en 1927. L’auteur y confronte une série d’indications issues des disciplines les plus variées : sources narratives antiques ou médiévales, tirées des littératures occidentales et arabes, études épigraphiques, archéologiques ou cartographiques. Il interprète ces différentes informations afin de nommer et de fixer l’emplacement des ruines repérées depuis plus d’un demi-siècle par les explorateurs et les archéologues en Syrie. À propos du Moyen-Euphrate, ses conclusions, réunies dans les chapitres consacrés à la Haute-Syrie et à la Palmyrène, ont ordonné les hypothèses accumulées depuis le passage de Pococke dans la région, hypothèses d’ailleurs difficiles à exploiter puisqu’elles se fondent sur des identifications fautives pour Séleucie/Zeugma et Doura-Europos. En l’occurrence, R. Dussaud, qui bénéficiait des corrections de F. Cumont, a pu établir des correspondances très convaincantes entre les listes de Ptolémée et les étapes données par la Table de Peutinger ou par Isidore de Charax. Il a pu ainsi établir un grand nombre d’identifications, ou bien, en l’absence d’éléments déterminants, circonscrire des aires de localisation probable.

Fig. 2 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte de situation.

Fig. 3 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte I.

Fig. 4 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte II.

Fig. 5 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte III.

3. De la première guerre mondiale à nos jours (fig. 2, 3, 4, 5)

30Au lendemain de la première guerre mondiale, la découverte de Doura-Europos en 1920 mobilise les énergies et jette une lumière nouvelle sur le rôle du Moyen-Euphrate dans l’Antiquité. Par la suite, avec le développement de l’exploitation du potentiel hydraulique de l’Euphrate par les états indépendants, les travaux d’urgence donnent lieu à des prospections et à des fouilles qui révèlent de nouveaux sites et permettent à la géographie historique de la région de connaître de nouvelles avancées sans, pour autant, résoudre tous les problèmes.

3.1. L’entre-deux-guerres

  • 35 Sur l’histoire du mandat français en Mésopotamie, cf. Parrot 1946 ; Chevalier 1992 ; Velud 1995 ; (...)

31En 1918, l’effondrement de l’Empire ottoman et la signature du traité de Sèvres de 1920 bouleversent la situation politique et administrative de la région. Divisé en deux mandats, le Proche-Orient est alors instable, mais il est aussi plus accessible et plus favorable aux explorations prolongées35.

Fig. 6 : Doura-Europos ; vue aérienne du site depuis l’est (Cliché M. F. S. D. E.).

3.1.1. Doura-Europos. (fig. 6)

  • 36 “Ville sans nom”, Sarre & Herzfeld 1911-1920, 393 ; “château de Salhiyé”, Bell 1911, 115.

32Au contraire de Séleucie/Zeugma, aucune hypothèse, aucun débat n’ont précédé l’identification de Doura-Europos dont les ruines impressionnantes, depuis longtemps signalées, demeuraient celles d’une “ville sans nom” ou du “château de Salhiyé”36.

33Fidèle à l’interprétation de K. Müller, toute l’attention des chercheurs se concentrait sur la rive gauche du fleuve, dans l’espoir de retrouver la localisation des étapes des Stations Parthes et de l’expédition de Julien entre Circesium et Anatha, en dépit du rapprochement très tôt établi entre Asicha et Ashara. Cependant, les renseignements tirés d’Isidore de Charax, qui plaçait Doura au nombre des cités d’origine macédonienne – associant son nom d’origine grecque, Europos, au nom sémitique, Doura, en usage à l’époque parthe avaient permis d’identifier cette cité chez d’autres auteurs où elle apparaissait sous une seule de ces deux appellations : Europos chez Polybe, Lucien, et Stéphane de Byzance, Addara chez Ptolémée et Doura chez Ammien Marcellin et Zosime. Mais il fallut attendre les premières fouilles et la découverte de l’inscription tracée au-dessus de la “Fortune de Doura”, peinte sur le mur nord du temple de Bêl pour que F. Cumont identifie cette ville avec le site de Salhiyé.

  • 37 Cumont 1926.

34La découverte de Doura-Europos et l’histoire de ses fouilles sont étrangement liées aux péripéties géopolitiques de la Syrie moderne. L’événement se produisit le 21 mars 1920 au cours de la révolte arabe de la région de Deir ez-Zor lorsqu’un corps expéditionnaire britannique dirigé par le capitaine Murphy voulut se retrancher dans les ruines de Salhiyé. Le creusement d’une tranchée, provoqua un effondrement de terrain, et fit apparaître les fresques du temple de Bêl. La nouvelle fut transmise par G. L. Bell à J. Breasted qui se trouvait en Mésopotamie. Celui-ci arriva sur place le 3 mai et put examiner les fresques une journée, juste avant le repli des troupes anglaises. Le rapport présenté par J. Breasted sur l’invitation de F. Cumont fit sensation à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres et décida cette dernière à créer une mission dirigée par F. Cumont chargé d’étudier le site. Une telle découverte offrait, pour la première fois, la possibilité d’étudier la civilisation parthe et l’occasion inespérée d’analyser l’urbanisme d’une fondation macédonienne conservée en l’état depuis son abandon, et épargnée de tout remaniement byzantin ou islamique. Les fouilles furent exécutées par l’armée du Levant sous la direction du commandant Renard et F. Cumont effectua deux missions sur le site afin de recueillir les résultats obtenus avant que la reprise des troubles dans la région ne mette fin à la mission en 1924. La zone dégagée concernait le secteur nord-ouest de la ville (temple de Bêl, tour des archers romains), le centre (temple d’Artémis, quelques maisons), la citadelle et quelques tombes. De nombreux objets et des documents d’archives ont été découverts et figurent maintenant dans les collections du musée national de Damas, du Louvre et de la Bibliothèque nationale. La remarquable publication, en 1926, de deux campagnes de fouilles présentait déjà les éléments essentiels de la topographie et de l’histoire du site37.

  • 38 Leriche & Mahmoud 1994, 395-420.

35Des fouilles ultérieures ont été effectuées par la Mission de Yale, dirigée par M. I. Rostovtzeff, de 1928 à 1937, et par l’actuelle Mission Franco-Syrienne créée en 1986 sous la direction de P. Leriche et A. Al Mahmoud. La chronologie comparée tirée des sources sur Doura-Europos et des états successifs de la ville révélés par ces travaux a permis de dresser un tableau relativement complet de l’histoire de la ville et de son développement urbain, depuis sa fondation par Nicanor, en 303 a.C, jusqu’à la prise de la ville par Sapor Ier en 256 p.C. Ce tableau peut servir de référence pour l’histoire des villes d’origine grecque de la région38.

  • 39 Dussaud 1927.

36Sur le strict plan de la géographie historique, l’identification de Doura-Europos a radicalement modifié les interprétations du texte des Stations Parthes dont les étapes furent désormais placées, à partir du Khabour, sur la rive droite du fleuve. Aussi R. Dussaud put-il identifier Doura avec l’Addara de Ptolémée et en déduire la localisation des étapes précédentes de l’itinéraire39. L’évocation des ruines de Doura, jusqu’alors obscure, par Ammien Marcellin, a pu être expliquée : la première mention correspond au souvenir personnel de l’auteur qui a vu la ville depuis l’un des navires de la flotte impériale, cependant que la seconde ne serait qu’un démarquage d’une source écrite antérieure entraînant une indication topographique ambiguë sur l’emplacement du tombeau de Gordien par rapport à la ville.

  • 40 Se reporter à la liste des termes géographiques, Welles et al. 1959, 441.
  • 41 Arnaud 1986, 135-155 ; Gawlikowski 1988, 77-98.

37De plus, les documents d’archives découverts au cours des fouilles de Doura-Europos, mentionnent de nombreux toponymes, déjà connus ou inédits, et ont également contribué à affiner les recherches de la géographie historique dans la région40. L’étude de ces parchemins et papyrus en latin, grec ou araméen, permet de mieux cerner les limites des divisions administratives et juridiques auxquelles appartenaient les lieux mentionnés et de répertorier les différents types d’agglomérations du territoire de Doura. Le recoupement de ces informations avec certaines étapes des Stations Parthes ou de Ptolémée, a récemment amené P. Arnaud et M. Gawlikowski à renouveler les hypothèses de localisation de Phaliga/Pharga, Apphadana/Appadana, de Nabagatha, et d’Idraa41.

3.1.2. Fouilles et prospections

  • 42 Parrot 1938.
  • 43 Mesnil Du Buisson 1948. Cette identification a été depuis revisée par Farrell 1961, 153-155, pour (...)

38Entre les deux guerres mondiales, une série de fouilles archéologiques a également été menée en différents points de la vallée, notamment à Tell Ahmar sous la direction de P. Perdrizet ; à Tell Hariri – et ponctuellement à Tell Abou Hassan – par l’équipe d’A. Parrot42 ; et enfin sur le site des tombeaux-tours de Baghouz par Mesnil Du Buisson : cette dernière étude inspira curieusement à son auteur une identification avec la ville achéménide de Korsôtè, mentionnée par Xénophon43.

  • 44 Poidebard 1934.

39Les prospections aériennes au Levant réalisées au cours de cette période par A. Poidebard, l’un des pionniers de la discipline, dans le cadre de l’exploration systématique du limes romain de Syrie et Mésopotamie, ont révélé l’existence d’un grand nombre de sites inédits44. Les résultats ont dépassé, en fait, leur premier objectif, en mettant en valeur la répartition des installations antiques par rapport aux routes ou aux points d’eau. C’est ainsi qu’ont pu être retrouvés les tracés des pistes partant de Palmyre en direction de différents points de l’Euphrate, vers Sura par la uia Diocletiana, vers Doura-Europos par le Wadi Souab, ou jusqu’à Hît à travers la steppe. Cependant, cette grande entreprise impliquait des recherches complémentaires au sol qui ne furent jamais menées et qui laissent dans l’incertitude la plupart des datations des installations repérées.

3.2. La seconde moitié du XXe siècle

  • 45 Bounni 1975, 25-33.

40À partir de la seconde guerre mondiale s’ouvre une période de développement des régions de l’Euphrate qui se traduit par l’installation de grands barrages. Les recherches archéologiques lancées à la suite de l’appel des Antiquités de Syrie, en prévision de la construction du barrage entre Rouméla et Tabqa, ainsi que des prospections réalisées sur d’autres secteurs du fleuve, ont amené à revoir certaines propositions de R. Dussaud45. L’édification du nouveau barrage de Teshrin a relancé ce processus pour la zone située en amont du lac Assad jusqu’à la frontière turque. Dernièrement, les travaux du barrage de Birecik en Turquie ont provoqué de nouvelles prospections et la création d’une mission française qui se propose d’explorer le site de Zeugma et ses environs avant son immersion partielle prévue en 1999.

3.2.1. Les prospections en aval de Nikèphorion

41Outre les campagnes de fouilles de Doura-Europos et de Halabiyé, l’activité archéologique sur les rives de l’Euphrate en aval de Nikèphorion s’est manifestée par les opérations de prospections réalisées en 1945 et en 1981.

  • 46 Lauffray 1983.

42La section du fleuve entre Nikèphorion/Raqqa à la confluence du Khabour a été étudiée dans l’immédiat après-guerre par J. Lauffray, à la suite d’une prospection aérienne menée par J. Hamelin, de Raqqa jusqu’à Deir ez-Zor. Les résultats et l’interprétation de ces recherches furent présentés, en 1951 et en 1983, comme introduction géographique préliminaire aux publications des fouilles de Halabiyé/Zènobia46. Ces informations sont d’autant plus précieuses qu’elles ont été recueillies avant qu’un certain nombre de données archéologiques, en particulier les canaux d’irrigation, ne soient masquées par le rapide développement urbain de la région.

Fig. 7 : Halabiyé ; vue du rempart sud depuis la forteresse (Cliché J. G.).

  • 47 Étudiée par Calvet & Geyer 1992, 22.

43Le repérage de nouveaux sites archéologiques et des traces d’aménagement hydraulique des rives du fleuve à la hauteur du défilé de Khanouqa a permis de mettre en valeur le caractère continu de l’occupation humaine de l’Age du Bronze à l’époque byzantine, mais aussi de renouveler les possibilités de localisation des villes antiques dans cette section du fleuve, plus précisément que ne le fit R. Dussaud. Si la localisation de Zènobia (Procope) ainsi que de Birtha (Ptolémée) à Halabiyé fait l’unanimité, l’identification des sites connus sur la rive opposée nécessitait de réinterpréter certains auteurs anciens tels qu’Isidore et Procope. Il s’agissait, tout d’abord, en suivant les indications des Stations parthes de reconnaître dans l’impressionnante maçonnerie perpendiculaire au pied de la falaise sur laquelle sont perchées les ruines de Zélébiyé l’emplacement exact du “mur de Sémiramis” qui barrait le fleuve en aval de Basileia et faisait échouer les navires en période d’étiage47. J. Lauffray a ensuite tenté de faire correspondre l’étape d’Isidore avec la position du site en dépit des lacunes du texte grec qui omet ici de préciser la distance par rapport à la station précédente de Thillada Mirrhada, et de l’absence d’indication du terrain, où nulle trace d’occupation antérieure, achéménide ou hellénistique, n’a été observée. En revanche, l’identification de l’Annoukas de Procope avec ce même site s’appuie sur une ressemblance architecturale avec la place-forte de Halabiyé (fig. 7) et un rapprochement toponymique évident avec le nom du défilé. À partir de ces conclusions, l’auteur déduit encore la localisation des étapes suivantes et précédentes des Stations parthes, Thillada Mirrhada et Allan, mais aussi celles des villes des listes de Ptolémée pour les rives droite et gauche, Thapsaque – gué naturel en aval de Raqqa –, et Thelda.

  • 48 Geyer & Monchambert 1987, 293-345.

44La prospection effectuée entre 1982 et 1985 par B. Geyer et Y. Monchambert, à partir de l’alvéole de Mari, couvre les rives de l’Euphrate entre Deir ez-Zor et Abou Kemal48. Cette recherche orientée au départ sur l’étude de la géomorphologie de la vallée fluviale et la place du site de Mari dans la région, a en fait dépassé son objectif premier et a permis de préciser les rapports entre les installations anciennes, du Néolithique à l’époque islamique, et les différents tracés du cours de l’Euphrate. À travers le réseau des aménagements hydrauliques de la région, ce sont aussi toutes les conditions d’implantation urbaine et d’exploitation des terres qui ont ainsi été éclairées, et, par conséquent, la spécificité ou la continuité des réponses apportées par l’urbanisme de chaque civilisation. Dans le rapport préliminaire paru en 1987, environ une trentaine de sites archéologiques ont été rattachés à la période antique et qualifiés, d’après le ramassage céramique, de site “séleuco-partho-byzantin”. Cette classification qui gagnerait à être précisée, permet de restituer les aspects principaux de la vallée fluviale antique, notamment le véritable parcours du fleuve à l’époque, et d’entrevoir la répartition des agglomérations autour de Doura-Europos.

  • 49 Feissel & Gascou 1989, 535-561 ; Teixidor 1990, 144-166.
  • 50 Graf 1993, 149-167.

45Il convient encore de signaler, pour cette section du fleuve, que toutes les recherches, tant archéologiques qu’historiques ou épigraphiques, contribuent à développer une nouvelle conception de la géographie historique à l’échelle d’une région plutôt que d’un pays. Dans cette perspective, la publication récente par les soins de D. Feissel, J. Gascou et J. Teixidor d’un lot de documents d’époque romaine inédits rédigés en grec, latin ou syriaque, vient compléter de manière éclairante les archives trouvées à Doura-Europos49. Les liens entre des toponymes déjà connus sont devenus plus précis ; ainsi les localités fréquemment citées de Beth Phrouraia, de Magdalâ et de Birtha Okbanôn dépendaient administrativement de la cité d’Appadana, aussi appelée Neapolis, jusqu’ici connue seulement pour sa fonction militaire. Différents éléments, notamment les recoupements avec les sites d’anciennes stations achéménides, renforcent encore les perspectives de localisations prochaines50.

3.2.2. La zone du lac de Tabqa

46Les fouilles archéologiques engagées dans la zone qui devait être immergée en amont du barrage de Tabqa ont permis d’étudier une vingtaine de sites. Concernant les sites antiques, ces travaux ont permis de vérifier certaines datations ou identifications encore fluctuantes, mais aussi de révéler des aspects inédits de l’occupation urbaine dans la région.

Rive droite

  • 51 Dussaud 1927, 452.
  • 52 Un temple et une partie du complexe d’habitations ont pu être longuement fouillés par G. von Driel (...)
  • 53 L’occupation romaine se manifeste sur le tell par la construction d’un fort romain en pierre avec (...)
  • 54 Dussaud 1927, 452.

47La localisation d’Eragiza/Eraciha, par ses variations, montre assez bien ce qu’il y a d’aléatoire dans un processus d’identification sans recours aux données archéologiques. Sur la Table de Peutinger, la ville antique semble située au carrefour de deux itinéraires, qui mènent, l’un vers Hierapolis/Membidj au nord-ouest, et l’autre vers Soura le long du fleuve. Selon l’itinéraire auquel on a essayé de la rattacher, Eragiza a été localisée plus ou moins loin de la rive. Ainsi, une première hypothèse, notée sur la carte de Kiepert et reprise par V. Chapot et Poidebard, situe Eragiza à Abou Hanaya/Tell Khassaf, dont les ruines impressionnantes, à 27 km au nord-ouest de Barbalissos/Meskéné, signalent effectivement la présence d’un site antique important. R. Dussaud, quant à lui, a plutôt retenu comme élément déterminant la proximité de l’installation antique par rapport au fleuve et identifie celle-ci, sur la foi d’un rapprochement homophonique, avec Tell Aroudé51. Toutefois, si Tell Aroudé s’est avéré être un site archéologique intéressant, il ne répond pas exactement à l’attente de R. Dussaud, puisque seuls y sont apparus des vestiges d’une cité de l’époque d’Uruk52. En revanche, à 4 km en aval d’Aroudé, la découverte de vestiges non signalés, enfouis à 3 m de profondeur sous le sommet de Tell Hajj occupé par un cimetière musulman, a apporté des éléments très favorables à la localisation définitive d’Eragiza. La fouille du tell, dirigée par R. A. Stucky a en effet permis d’établir une coupe stratigraphique des niveaux d’occupation qui va de la fin du Ve millénaire au IVe s. p.C., avec un matériel assez abondant pour les IIe et Ier s. a.C. A la période romaine, le site était protégé par une haute enceinte pourvue de tours et d’un glacis défensif. Une série d’éléments tels que la dédicace de deux cohortes romaines dont la célèbre cohors prima milliaria Thracum, basée en Syrie à partir de 88 p.C. et la présence de fragments de cuirasses et boulets de catapulte, indiquent la présence dans la ville haute fortifiée d’une garnison romaine permanente53. La principale fonction de la ville semble avoir été le contrôle de la route directe vers Bambykè/Menbidj. Cependant, cette identification avec l’Eragiza de Ptolémée et de la Table de Peutinger est encore présentée avec prudence, dans la mesure où le nom ancien du site n’a pas été retrouvé. Il faut toutefois souligner que la distance donnée par la Table de Peutinger, non depuis Arammari dont la localisation demande à être précisée, mais par rapport à l’étape suivante, Barbalissos/Meskéné (16 milles romains, soit 24 km) est tout à fait concordante avec la réalité. Par ailleurs, l’identification possible d’Eragiza et de la ville assyrienne d’Araziqi que Dussaud mentionnait après Schrader n’est pas non plus résolue, puisque le nom d’Araziqi pourrait tout autant être rapporté aux premières occupations du site de Tell Hajj54.

  • 55 ND Or., 33.25 : In Augusta Euphratensi : Equités Damaltae Illyriciani Barbalisso.
  • 56 Procope, Aed., 2.9.10.
  • 57 Procope, Aed., 2.9.18-19. Chapot 1907, 278-279, prêtant foi à ce qui n’était somme toute qu’une co (...)
  • 58 Dussaud 1927,457.

48Les sites de deux autres villes antiques de la rive droite, également touchés par la construction du barrage de Tabqa, sont aujourd’hui en partie sous les eaux, mais les fouilles de sauvetage ont permis de préciser leur importance dans la région. Il s’agit, tout d’abord, de Barbalissos, qui est depuis longtemps identifié avec les ruines byzantines et islamiques de Bâlis, situé à 5 km en aval de l’agglomération moderne de Meskéné. Les campagnes archéologiques menées par l’Institut français d’Études arabes de Damas de 1970 à 1974 ont mis en valeur certains aspects du site qui, autrement, seraient restés totalement obscurs. La fouille a révélé, outre l’existence d’une occupation ancienne du site aux IIIe et IIe millénaires, qui correspond à la ville hittite d’Emar, celle d’une ville romaine remarquablement fortifiée. En écho au texte de la Notitia Dignitatum où Barbalissos est citée comme la base d’une garnison permanente, de nombreuses traces d’installations militaires prouvent que celle-ci était au cœur du système défensif romain jusqu’au IIe s.55. Le contrôle de la route fluviale et du point de traversée devant le site était encore essentiel à la ligne de défense byzantine, ce qui lui valut, si l’on suit Procope, d’être restaurée par Justinien en même temps que Neokaisareia56. Cette dernière ville a d’ailleurs été l’objet des hypothèses d’identification les plus variées57. On doit, encore une fois, à F. Cumont d’avoir replacé Neokaisareia dans sa véritable zone de localisation dans la boucle de l’Euphrate. Ainsi pressentait-il, suivi par R. Dussaud, l’importance du site d’Abou Hanaya58. Mais les recherches archéologiques effectuées sur le site de Dibsi Faraj, sous la direction de R. P. Harper, viennent remettre en question cette localisation.

  • 59 Harper 1979, 328-341.

49L’occupation du site de Dibsi Faraj est attestée du Ier s. p.C. jusqu’au début de la période islamique. Cependant, plus que sa structure défensive remontant à Dioclétien, le matériel trouvé dans les niveaux romains révèle l’existence d’une intense activité d’échange et d’exportation de poterie méditerranéenne vers l’Orient transitant en ce lieu. R. Dussaud s’interrogeait pour savoir si l’on pouvait identifier ce site avec Attas/Athis, et cette hypothèse envisagée doit être aujourd’hui retenue en dépit des distances de la Table de Peutinger qui indique le site d’Attas à une très courte distance de Barbalissos (12 milles romains soit 18 km). Par ailleurs, la présence de la garnison romaine précisément basée, d’après la Notitia Dignitatum, à Neokaisareia, et l’importance des aménagements de l’époque byzantine constituent des éléments très favorables à son identification avec Neokaisareia59.

  • 60 Ptolémée, Palmyrène 5.14.19 : Alalis 72°.20’-35°.15’ ; Sura 72°.40’-35°.20’ ; Alamatha 73°-35°.5’.(...)

50Les résultats des investigations archéologiques réalisées en aval de Dibsi Faraj jusqu’à Soura, tout autant que les toponymes attestés chez Ptolémée en Palmyrène ou par la Table de Peutinger, ont révélé une intense occupation romaine et paléochrétienne, au détriment des sites hellénistiques, du moins sur la rive droite60.

  • 61 Dussaud 1927, 454.
  • 62 Moore 1993, 123-127.

51Le site d’Abou Hureyra, que Dussaud proposait d’identifier avec Alalis, sur la base de la restitution d’un toponyme intermédiaire (Alalis> *Hararis> Hureyra), a été fouillé par A. M. T. Moore61. Outre la phase d’occupation tardo-byzantine et islamique longtemps signalée par un minaret en ruine, et aujourd’hui transféré dans la ville d’Al Thoura/Tabqa, les recherches menées sur ce tell ancien ont révélé deux installations rurales d’une ère chronologique tout à fait différente, avec une première occupation des XIe au VIIe millénaires, et un second village du IIIe millénaire à proximité, mais aucune trace d’une occupation datant de l’Antiquité62.

  • 63 Pline 5.86-87 : Ita ferlur usque Suram locum, in quo conuersus ad orientent relinquit Syriae Palmy (...)

52La Sura de Ptolémée, dont on trouve également la mention chez Pline, dans un article de la Notifia Dignitatum, puis chez Procope, a été reconnue, sans mal, dans le champ de ruines de Soureya à 20 km en amont à vol d’oiseau depuis Raqqa63. Il s’agit d’une agglomération romaine de type militaire, placée au point d’intersection d’une double ligne défensive, celle de la “frontière de l’Euphrate” et celle de la Strata Diocletiana qui se dirige vers Resafa et Palmyre. En dépit de son intérêt, elle n’a fait l’objet d’aucune étude de terrain, car située hors de la zone concernée par les opérations archéologiques liées à la construction du barrage.

Rive gauche

53Certains sites de la rive gauche du fleuve ont livré du matériel qu’on peut rapporter à l’époque hellénistique, mais la plupart demandent encore à être identifiés. Seul un petit nombre des villes de la Mésopotamie répertoriées par Ptolémée couvre cette partie du fleuve, alors que les recherches sur le terrain ont révélé une intense occupation de la rive pendant l’antiquité.

  • 64 À distinguer du Jebel Ahmar situé en face de Djebel Khaled, dans la zone du barrage de Teshrin.

54Le site de Tell Ahmar, plus souvent associé à la ville hittite de Til-Barsip, a, en fait, connu une occupation aux époques hellénistique et romaine, comme font révélé indirectement les fouilles reprises par G. Bunnens depuis 198664. La proposition de R. Dussaud qui voulait y reconnaître la Bersiba de Ptolémée s’est trouvée totalement confirmée. Cette localisation est décisive puisqu’elle ne laisse qu’un toponyme disponible entre Bersiba/Tell Ahmar et Nikèphorion/Raqqa : Maubai, que l’on pourrait associer aux sites de Tell Soueihat ou de Tell al’Abd.

  • 65 Holland 1975, 36-65.

55Le site de Tell Soueihat, placé hors des limites du lac de Tabqa, ne mesure que 200 m de diamètre. On y a retrouvé des vestiges de constructions sur fondations de pierre, des silos et un abondant matériel (céramique à vernis noir, vases en verre, monnaies, figurines et ostraca grecs) qui témoigne de l’existence ici d’une petite agglomération d’époque hellénistique dont la vie s’est interrompue à l’époque romaine65.

  • 66 Bounni 1977, 45-50.

56Le site de Tell al’Abd, placé sur la rive gauche de l’Euphrate, est à peine plus grand que le précédent. On y a repéré des vestiges d’installations rurales allant de l’époque des Achéménides à la haute époque romaine. L’époque hellénistique se marque par la présence de murs de briques, sols d’argile damée, céramique attique et de type West Slope, lampes grecques, bols à reliefs66.

57Chacun de ces sites peut correspondre à l’antique Maubai, mais seule la poursuite de l’exploration archéologique est susceptible d’apporter des réponses.

3.2.3. Djebel Khaled. (fig. 8)

Fig. 8 : Djebel Khaled ; vue du site depuis la rive orientale (Cliché P. L.).

58La construction du nouveau barrage Teshrin a provoqué une nouvelle phase de recherches archéologiques dans la zone située en amont et amené l’identification de plusieurs sites de différentes périodes.

59Les installations romano-byzantines repérées près de l’emplacement du futur barrage sur la rive droite correspondent aux villages modernes de Youssef Pacha et de Kirbet Khalid, ce dernier situé sur le flanc nord du Jebel Khaled, dont le sommet est occupé par un site hellénistique encore anonyme (fig. 9). Le site de Youssef Pacha se trouve à proximité de l’embouchure du wadi Abou Gal Gal, dans une partie basse et facilement accessible de la vallée. Cette zone se trouve entre deux sections de la rive au contraire caractérisée par un très fort escarpement et dont les principales hauteurs culminent en amont à 475 m d’altitude, tandis qu’en aval, le Jebel Khaled atteint 424 m et le Jebel Chachi 592 m. À la différence de la cité hellénistique, retranchée sur la hauteur et tournée vers le fleuve, l’agglomération romaine pourrait être placée sur un itinéraire, mais le site n’a pas livré assez d’éléments pour être rattaché à un toponyme fourni par Ptolémée ou la Table de Peutinger.

60La découverte de la ville hellénistique de Djebel Khaled constitue une surprise majeure dont la portée peut être comparée à celles de Doura-Europos sur l’Euphrate, d’Ibn Hani sur la côte au nord de Lattaquié et d’Aï Khanoum en Bactriane. Elle illustre à la fois les lacunes des textes anciens et les limites des témoignages des voyageurs qui ont parcouru la région.

Fig. 9 : Djebel Khaled ; carte de situation (Clarke 1984-85).

Fig. 10 : Djebel Khaled ; plan topographique du site avec son rempart et sa citadelle (Clarke 1994).

61A l’inverse de Séleucie/Zeugma ou de Doura-Europos, le site se trouve dans un secteur du fleuve peu décrit par la littérature antique et déjà, avant même la découverte de Djebel Khaled, les indications de la carte de Ptolémée et la Table de Peutinger ne fournissaient pas assez d’hypothèses d’identification pour la série de sites antiques qui y ont été signalés.

  • 67 Haussnecke 1882. R. Kiepert l’indique à l’aide du signe conventionnel qui marque la présence de ve (...)
  • 68 Nom actuel : Abou Kalkal.

62Au XIXe s., le site était mentionné sans aucune indication de nom sur la carte de R. Kiepert, sur la foi, sans doute, des observations rapportées par Haussnecke67. En dépit des erreurs et des différences entre les toponymes notés par Kiepert et ceux des cartes contemporaines, la situation du site est bien reconnaissable. Elle correspond au resserrement de Youssef Pacha – certainement à chercher sous la mention “Röm. Ru.” – dans la partie rectiligne nord-sud du cours du fleuve et à la présence d’îles en amont. Le “Gebel Abou Ralral” tient également lieu de repère cartographique, même s’il est représenté un peu trop au sud, par comparaison avec la carte de l’État-Major ottoman publiée en 192068.

  • 69 Clarke 1984-85,78-89.

63À une époque plus récente, la même indifférence se manifeste à l’égard de ces vestiges. Dussaud retient volontiers le nom Karbet el Soudé comme hypothèse de localisation pour l’Arimma de Ptolémée, sans faire la moindre allusion à Khirbet Khalid. Ce n’est qu’au début des années quatre-vingt que le site de Djebel Khaled suscite à nouveau la curiosité : il est alors repéré par la mission australienne de W. Culican et T. McClellan lors d’une prospection liée à la fouille d’El Qitar, un site de l’Age du Bronze placé à trois kilomètres à peine au nord de Djebel Khaled et cité pour la première fois par G. W. Clarke dans un article sur des inscriptions syriaques en Syrie du nord69. Enfin, en 1988, P. J. Connor et un autre chercheur australien, G. W. Clarke, entreprennent de le fouiller.

  • 70 Deux courts articles relatifs à la découverte d’inscriptions sur les sites sont accessibles : Clar (...)

64Le site de Djebel Khaled (fig. 10) est remarquable par son caractère grec, si fortement marqué tant dans le système défensif en gros appareil isodome que dans l’organisation des bâtiments publics et dans le matériel découvert. Ceci a amené G. W. Clarke et P. J. Connor à considérer cette ville comme une création macédonienne implantée en terre séleucide qui se serait développée sur le modèle de Doura-Europos70. Par ailleurs, aucune installation antérieure à la colonisation grecque, aucune occupation du site aux périodes romaines ou byzantines, ne sont jusqu’à présent attestées. La fouille de Djebel Khaled permet ainsi d’étudier le développement d’une ville dans un intervalle chronologique aussi homogène que prestigieux.

  • 71 Ces renseignements sont tirés de notre observation du terrain.

65L’escarpement des pentes, la hauteur du plateau qui culmine en cet endroit à 450 m d’altitude, tout accuse la fonction stratégique du site qui jouit d’un point de vue remarquable sur toute la vallée fluviale depuis le défilé de Youssef Pacha jusqu’à Meskéné. La position topographique de cette ville lui permettait donc de surveiller le fleuve et de contrôler les voies de communications terrestres en contrebas du plateau71.

66On peut ainsi tenter d’expliquer le déclin ou l’abandon de la ville aux siècles qui suivirent la période séleucide. La fondation d’une ville sur un sommet apparemment vierge correspond au caractère volontariste des créations urbaines séleucides à caractère militaire. Mais à l’époque romaine cette installation peu commode semble avoir été abandonnée et l’occupation a en quelque sorte glissée au bas de la pente vers le nord, dans un contexte plus favorable. En témoignent la présence d’une ville romaine encore occupée à l’époque byzantine au village de Youssef Pacha et les traces d’une villa romaine au bord du wadi Abou Gal Gal. La proximité de cet important wadi a l’avantage en effet d’offrir une voie de communication aisément praticable vers Hiérapolis/Membidj, Beroè/Alep ou Palmyre.

67Le site appartient à un segment mal connu du fleuve, à l’écart du grand axe de circulation Zeugma – Séleucie du Tigre, qui coupe au plus court à travers l’Osrhoène pour éviter la large boucle du fleuve à l’ouest, avant la confluence du Balikh. La multiplicité des accès et des gués sur l’Euphrate a sans doute donné naissance à de multiples routes secondaires et, en ce qui concerne ce secteur, la liste de toponymes tirée de l’ouvrage de Ptolémée correspond à celle des étapes de la Table de Peutinger. Toutefois, aucune de ces sources ne nous permet d’identifier la ville grecque. De plus, l’absence d’occupation antérieure ou postérieure à l’époque hellénistique sur le site diminue les chances que celui-ci ait laissé son nom dans les tablettes de l’histoire. La longévité est, en effet, un facteur déterminant pour qu’un site soit mentionné ou décrit par la littérature ancienne comme centre urbain, lieu historique ou étape d’un réseau routier.

  • 72 Dussaud 1927, 451-452 ; Chapot 1907, 280-282.

68Dans ces conditions, la possibilité d’identifier l’actuel Djebel Khaled avec l’un des toponymes connus pour ce segment du fleuve, en particulier avec Europos, soulève de nombreuses difficultés. Les listes d’époque romaine, tout d’abord, n’ont bien souvent sauvegardé ni les appellations séleucides, comme le montre le cas de Doura-Europos qui apparaît sous la forme Addara chez Ptolémée, ni même la mention de toutes agglomérations importantes. Certaines identifications ont été proposées pour Europos, Bethammania, Serre/Gherre ou Arima/Arimmara par Dussaud ou Chapot mais la série reste incomplète et, somme toute, très inégalement justifiée72. Chez Dussaud, par exemple, la localisation d’Arimmara n’est pas sérieusement argumentée. En outre, la proximité entre les deux sites de Djebel Khaled et Youssef Pacha (5 km à peine) ne permet pas d’être catégorique.

3.2.4. Le problème de l’identification d’Europos

  • 73 F. Cumont prônait alors un plus grand respect des chiffres visibles sur la Table de Peutinger – 13 (...)
  • 74 Procope, Aed., 2.9.10.

69L’identification d’Europos pose un problème un peu particulier. Depuis le XIXe s., un consensus s’est dégagé pour l’identifier avec Djerablous et en faire l’héritière de l’ancienne Karkemish. Mais cette hypothèse repose sur une lacune de la Table de Peutinger qui représente, immédiatement en aval de Zeugma à 23 milles romains – soit 35 km – de distance, une place-forte anonyme dans laquelle on s’accorde généralement à reconnaître Europos par recoupement avec la liste des villes de la Cyrrhestique chez Ptolémée. Ces indications ont d’ailleurs été utilisées par F. Cumont dans sa localisation de Zeugma à Balkis73. Mais rien n’indique que la ville sans nom située à 35 km de Zeugma soit Europos. Le nom grec d’Europos qui classe la ville au nombre des fondations macédoniennes, semble lui avoir été conservé durant toute l’Antiquité, à l’opposé de son homonyme, (Doura)-Europos, dont l’appellation d’origine a réapparu pendant la période parthe. Au VIe s., Procope cite Europos parmi les villes de l’Euphratèsia dont les défenses furent renforcées par Justinien, mais sans donner plus de détails74. Cette mention, qui atteste la longévité de la ville, est, en réalité le seul élément qui milite en faveur de sa localisation à Djerablous, où la ville byzantine a été retrouvée. En revanche, elle fait obstacle à l’identification avec Djebel Khaled, dépourvu de vestiges romano-byzantins. Par ailleurs, le maintien du nom grec, caractéristique des villes fondées sur un site vierge ou de médiocre importance, conviendrait mieux à Djebel Khaled, car, dans le cas de Djerablous, le nom prestigieux de Karkemish aurait dû reparaître.

  • 75 Wooley 1954.

70Les résultats de la recherche archéologique à Djerablous sont relativement décevants : de maigres vestiges de la période hellénistique ont été repérés, lors des campagnes de fouilles dirigées par C. L. Woolley dans les années cinquante, en particulier sur l’acropole et dans la partie basse de la ville byzantine75. Même si la topographie du site, au cœur de l’agglomération moderne, correspond tout à fait au dispositif défensif hellénistique, avec une éminence surplombant le fleuve, les remparts circulaires, datés de Dioclétien, et non de Justinien, ne révèlent en rien l’existence d’une place-forte macédonienne. Aujourd’hui, l’identification d’Europos n’est toujours pas résolue et attend de la recherche archéologique l’apport d’éléments nouveaux qui permettront de trancher la question en faveur de l’un ou l’autre des sites pressentis.

3.2.5. Séleucie/Zeugma. (fig. 11 à 13)

  • 76 Strabon 16.1.23.

71L’intuition remarquable de F. Cumont a été totalement confirmée, cinquante ans après, par les travaux de J. Wagner dont les missions de prospection ont permis d’ébaucher un plan des vestiges anciens des deux sites. Ordonnant et critiquant les sources sur Séleucie/Zeugma, J. Wagner complète également dans son ouvrage les éléments essentiels de l’histoire du site, pressentis par F. Cumont. La fondation des villes de Séleucie et d’Apamée sous Séleucos Ier est, dès l’origine, perçue comme la volonté d’instituer un nouveau franchissement de l’Euphrate, remplaçant l’ancien passage de Thapsaque, situé trop au sud alors que l’intérêt de l’empire séleucide se porte sur les hautes satrapies auxquelles Zeugma donne accès76.

72Les informations que nous possédons sur l’évolution de cette cité singulière, notamment pendant son intégration à la Commagène, et sur Apamée de l’Euphrate sont tout à fait misérables, faute de documentation archéologique. La synthèse de J. Wagner met surtout en valeur les données des textes anciens et un corpus d’inscriptions, toutefois non exhaustif. Mais depuis 1991, la recherche sur le site a été relancée par le fait que cette partie de l’Euphrate a été choisie comme lac de retenue d’un barrage dont la construction vient d’être décidée à Birecik. L’urgence de la situation a provoqué le lancement d’une prospection par G. Algaze, R. Breuninger et J. Knudstad, puis, en 1994, la création d’une mission archéologique d’urgence par P. Leriche alerté par un article de D. Kennedy. On peut espérer que cette mission apportera des informations décisives sur ce site exceptionnel.

Fig. 1 1 : Séleucie/Zeugma ; vue du site depuis la rive orientale (Cliché P. L.).

  • 77 Algaze et al. 1991, 175-240 et 1994, 3-99.
  • 78 Également retrouvé par G. Algaze.

73Les travaux publiés par les premiers en 1991 et 1994 ont permis, entre autres, de dresser une carte topographique de la région et de caractériser les nombreuses installations rurales hellénistiques et romaines environnant la ville de Séleucie/Zeugma et dans l’ensemble de la vallée grâce au matériel céramique77. Sur les deux sites concernés, le relevé des principales structures architecturales est venu préciser ou corriger les observations de J. Wagner, notamment le tracé des remparts. Par ailleurs, les résultats de la prospection préparatoire à la mission d’urgence dirigée en juin 1995 par C. Abadie et P. Leriche ont déjà amené à remettre en question le plan de Séleucie proposé par J. Wagner. Celui-ci, en effet, a restitué une série d’aménagements sur les berges du fleuve – pont, quai, fortification en bordure de l’eau. Au lieu d’une muraille défensive, la maçonnerie observée le long du fleuve apparaît davantage comme un mur de soutènement. Il en va de même pour les dimensions des villes de Séleucie/Zeugma et Apamée : la première se serait développée à partir d’un noyau fortifié limité à la colline du Karatepe78, puis se serait étendue par la suite sans connaître de nouvelle opération de fortification. En ce qui concerne Apamée, établie sur la rive basse du fleuve (ce qui lui vaudra d’être totalement immergée sous les eaux du lac artificiel qui devraient monter jusqu’à la cote de 400 m), l’enceinte rectangulaire dessinée par J. Wagner, pas plus que celle de forme triangulaire et pourvue de tours à l’angle ouest relevée par G. Algaze, R. Breuninger et J. Knudstad, n’ont été repérées. Les maçonneries de Zeugma interprétées comme les vestiges du rempart du fleuve, pourraient aussi bien être le parement d’un mur de soutènement ou d’une digue de protection contre les crues. Quant aux tours d’Apamée, rien sur le terrain ne permet d’en confirmer l’existence.

Fig. 12 : Séleucie/Zeugma et Apamée de l’Euphrate ; carte archéologique (Wagner 1976).

74En fait, il se pourrait que le faible développement de la ville d’Apamée illustre le cas d’un échec d’implantation urbaine durable, sans doute aussi vulnérable aux crues de l’Euphrate qu’aux raids parthes vers la Méditerranée.

4. Conclusion

75La connaissance des villes antiques du Moyen-Euphrate a connu jusqu’au début du XXe s. un développement brillant entièrement fondé sur l’exploitation érudite des témoignages littéraires anciens. Mais la démarche de la géographie historique a rapidement épuisé ces sources trop peu fournies en comparaison de la richesse du corpus des textes sur l’occident antique. Cependant, on faisait une confiance presque illimitée aux pouvoirs de cette discipline, d’autant plus que les difficultés d’accès et de travail dans cette région ont longtemps découragé la recherche archéologique. Les premières entreprises ont été, en fait, provoquées par des découvertes dues au hasard. Celles-ci ont immédiatement révélé l’importance de faits historiques, artistiques et culturels négligés ou perdus par les textes et mis en évidence les lacunes d’une recherche nourrie des seuls textes anciens et des récits des voyageurs.

76En privilégiant systématiquement les agglomérations qui se trouvaient sur les itinéraires routiers, les auteurs antiques ont parfois contribué à conserver la mémoire de sites relativement secondaires dont certains continuent à être cités, alors qu’ils n’étaient plus que de modestes étapes dont l’importance, économique et même stratégique était devenue négligeable. D’autres sites, implantés à l’écart de ces itinéraires et qui ont pu avoir, si l’on en juge par les découvertes archéologiques, une importance, éphémère peut-être mais réelle, demeurent parfois totalement anonymes ou ont été rapidement oubliés.

77La confrontation entre les sources narratives et littéraires d’une part et les témoignages matériels d’autre part trouve donc ici ses limites. Elle permet cependant d’affiner notre connaissance de la géographie urbaine d’une région qui a joué un rôle essentiel dans l’histoire de l’Orient, de la conquête d’Alexandre à l’arrivée de l’Islam. À présent, alors que la vallée de l’Euphrate est en train de disparaître sous les eaux des barrages qui se construisent sur tout son cours de la Turquie à l’Iraq, une telle recherche apparaît comme indispensable et même urgente tant que les données du terrain sont encore accessibles.

Fig. 13 : Séleucie/Zeugma et Apamée de l’Euphrate ; carte topographique des sites (Algaze et al. 1994).

Notes

1 Dussaud 1927.

2 Baiton, Diognetos, Philonides et Amyntas, FGrHist 119-123.

3 Isidore de Charax, 1.

4 Rostovtzeff 1938, 101.

5 Strabon 16.2.3.

6 Cf. p. 176-177.

7 Strabon 16.1.23.

8 Pline 5.87 (villes de Syrie) ; 6.117 (villes de Mésopotamie).

9 Ptolémée 5.14.10 (villes de Cyrrhestique) ; 5.14.13 (villes de Chalibonitide) ; 5.14.19 (villes de Palmyrène).

10 Ptolémée 5.18.

11 Ptolémée 5.17.5.

12 Ammien Marcellin 23.3.7 (Callinicum/Nikèphorion) ; 23.5.1 (Circesium) ; 23.5.7 (Zaithan) ; 23.5.8 et 24.1.5 (Doura).

13 Bauzou 1989, 208.

14 Procope, Aed., 2.6.1-8 (Circesium) ; 2.6.12 (Annoukas).

15 Procope, Aed., 2.7.17 (Callinicum).

16 Procope, Aed., 2.8.7 (Mambri) ; 2.8.8 (Zènobia) ; 2.9.1. (Soura) ; 2.9.10 (Moyen-Euphrate supérieur).

17 Procope, Aed., 2.9.18.

18 Volney 1787.

19 Buckingham 1821.

20 Kiepert 1852-58, ouvrage distinct de Kiepert 1893, sur la Syrie et la Mésopotamie.

21 Oppenheim 1889-1900 ; sa documentation cartographique est tirée de R. Kiepert.

22 Cf. Chaumont 1984, 63-107.

23 Cf. infra, note 46.

24 Sarre & Herzfeld 1905-1911.

25 Chapot 1907 et Cumont 1917.

26 L’histoire, détaillée et très documentée de l’identification de Zeugma est retracée dans Wagner 1976.

27 Müller 1855 ad Isidore de Charax, 2 (GGM I, p. 245).

28 Ritter 1843, 278-279.

29 Chapot 1907, 227.

30 Metheny 1907, 155-162 ; Cumont 1917, 119-141.

31 Wagner 1976, 30-31.

32 Cumont 1917, 122-123 d’après Strabon 16.2.3 et Pline 5.86.

33 Tacite 12.12 et Dion Cassius 49.19.

34 Chapot 1907, 278-279.

35 Sur l’histoire du mandat français en Mésopotamie, cf. Parrot 1946 ; Chevalier 1992 ; Velud 1995 ; Leriche, 1995 ; Gelin 1999.

36 “Ville sans nom”, Sarre & Herzfeld 1911-1920, 393 ; “château de Salhiyé”, Bell 1911, 115.

37 Cumont 1926.

38 Leriche & Mahmoud 1994, 395-420.

39 Dussaud 1927.

40 Se reporter à la liste des termes géographiques, Welles et al. 1959, 441.

41 Arnaud 1986, 135-155 ; Gawlikowski 1988, 77-98.

42 Parrot 1938.

43 Mesnil Du Buisson 1948. Cette identification a été depuis revisée par Farrell 1961, 153-155, pour qui la ville achéménide coïncide avec l’emplacement de la place-forte de Circesium au confluent de l’Euphrate et du Khabour, ce dernier fleuve étant désigné chez Xénophon sous le nom de Maskas, Anabase, 1.5.4.

44 Poidebard 1934.

45 Bounni 1975, 25-33.

46 Lauffray 1983.

47 Étudiée par Calvet & Geyer 1992, 22.

48 Geyer & Monchambert 1987, 293-345.

49 Feissel & Gascou 1989, 535-561 ; Teixidor 1990, 144-166.

50 Graf 1993, 149-167.

51 Dussaud 1927, 452.

52 Un temple et une partie du complexe d’habitations ont pu être longuement fouillés par G. von Driel de 1972 à 1982, puisque la ville ancienne est située au-dessus du niveau des eaux du lac de retenue qui laisse émerger tout ce qui se trouve au-dessus de 300 m. Cf. Driel 1993, 139-143.

53 L’occupation romaine se manifeste sur le tell par la construction d’un fort romain en pierre avec couverture de tuiles estampillées : cohors secunda Pia Fidelis, puis : Cohors prima militaria Thracum dès 88 p.C. En fait on constate l’installation permanente d’une cohorte avec Cn. Domitius Corbulo et Quadratus, préfets de Syrie, vers 54, et l’on sait qu’il existait à Palmyre un praefectus ripae Euphratis dès le Ier s. Le fort perd sa fonction après la conquête romaine de la Mésopotamie et ne retrouve un rôle militaire et encore amoindri qu’à la fin du IVe s. : cf. Bridel & Stucky 1980, 349-353 et plus généralement Rey-Coquais, 1978.

54 Dussaud 1927, 452.

55 ND Or., 33.25 : In Augusta Euphratensi : Equités Damaltae Illyriciani Barbalisso.

56 Procope, Aed., 2.9.10.

57 Procope, Aed., 2.9.18-19. Chapot 1907, 278-279, prêtant foi à ce qui n’était somme toute qu’une comparaison littéraire, a cru pouvoir reconnaître Neokaisareia dans les ruines de Balkis, à proximité de ce qu’il identifiait à Birecik comme Séleucie/Zeugma.

58 Dussaud 1927,457.

59 Harper 1979, 328-341.

60 Ptolémée, Palmyrène 5.14.19 : Alalis 72°.20’-35°.15’ ; Sura 72°.40’-35°.20’ ; Alamatha 73°-35°.5’. Table de Peutinger, route de Soura à Palmyre : Surè.

61 Dussaud 1927, 454.

62 Moore 1993, 123-127.

63 Pline 5.86-87 : Ita ferlur usque Suram locum, in quo conuersus ad orientent relinquit Syriae Palmyrenas solitudines. ND Or., 33.6.

64 À distinguer du Jebel Ahmar situé en face de Djebel Khaled, dans la zone du barrage de Teshrin.

65 Holland 1975, 36-65.

66 Bounni 1977, 45-50.

67 Haussnecke 1882. R. Kiepert l’indique à l’aide du signe conventionnel qui marque la présence de vestiges anciens, sans autre identification que l’abréviation du terme allemand “Ruinen”, sur la rive droite de l’Euphrate, après la seconde boucle du fleuve, en aval de "Qal’at en-Nadjm".

68 Nom actuel : Abou Kalkal.

69 Clarke 1984-85,78-89.

70 Deux courts articles relatifs à la découverte d’inscriptions sur les sites sont accessibles : Clarke & Hillard 1992-93, 112-115 et Clarke 1992-93, 117-120 ; plus récemment Clarke 1994, 69-75.

71 Ces renseignements sont tirés de notre observation du terrain.

72 Dussaud 1927, 451-452 ; Chapot 1907, 280-282.

73 F. Cumont prônait alors un plus grand respect des chiffres visibles sur la Table de Peutinger – 13 milles soit 35 km – et corrigés à tort par K. Millier et les partisans d’une localisation à Birecik.

74 Procope, Aed., 2.9.10.

75 Wooley 1954.

76 Strabon 16.1.23.

77 Algaze et al. 1991, 175-240 et 1994, 3-99.

78 Également retrouvé par G. Algaze.

Table des illustrations

Légende Fig. I : Carte archéologique du Moyen-Euphrate publiée en 1893 par R. Kiepert (Westliches Blatt II).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Légende Fig. 2 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte de situation.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 3 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte I.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Légende Fig. 4 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte II.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 5 : Localisation des sites antiques du Moyen-Euphrate ; carte III.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Légende Fig. 6 : Doura-Europos ; vue aérienne du site depuis l’est (Cliché M. F. S. D. E.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Fig. 7 : Halabiyé ; vue du rempart sud depuis la forteresse (Cliché J. G.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Fig. 8 : Djebel Khaled ; vue du site depuis la rive orientale (Cliché P. L.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 9 : Djebel Khaled ; carte de situation (Clarke 1984-85).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Fig. 10 : Djebel Khaled ; plan topographique du site avec son rempart et sa citadelle (Clarke 1994).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Fig. 1 1 : Séleucie/Zeugma ; vue du site depuis la rive orientale (Cliché P. L.).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 12 : Séleucie/Zeugma et Apamée de l’Euphrate ; carte archéologique (Wagner 1976).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Légende Fig. 13 : Séleucie/Zeugma et Apamée de l’Euphrate ; carte topographique des sites (Algaze et al. 1994).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6717/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.