Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Pline et l’Adriatique orientale : quelques problèmes d’interprétation d’Histoire Naturelle 3.129-152

Yolande Marion

Texte intégral

  • 1 Respectivement, Pline 3.144 et 3.133.

1Par Adriatique orientale, il faut entendre ici les confins orientaux de la Regio X, y compris l’Istrie, intégrée sous Auguste jusqu’à l’Arsia, et la province de Dalmatie. Je voudrais, d’une part, tenter d’expliquer deux erreurs manifestes de Pline concernant la Liburnie, et d’autre part, proposer de nouvelles hypothèses sur l’existence d’un quatrième conuentus, au sud de la province de Dalmatie, et sur la localisation des peuples “istriens” dont Pline donne la liste1 Pour aborder ces questions, il est nécessaire de tenir compte de la manière dont Pline procédait, d’essayer de reconstituer sa démarche à partir d’une analyse de la structure de son texte, afin de caractériser les sources qu’il a utilisées et d’appréhender son travail d’élaboration, travail parfois très complexe.

  • 2 Ps-Skylax 25 : les Enchelei disparaîtront, remplacés par les Taulantini ; cf. carte hors-texte d’A (...)
  • 3 Pline 3.129. La bibliographie concernant cette anomalie est mentionnée par Vedaldi Iasbez 1994, 24 (...)
  • 4 Pline 3.129 et 3.146 ; le premier exemple est, il est vrai, discutable : puisqu’il pourrait s’agir (...)

2Pline l’Ancien nous a laissé de cet espace une description très riche mais souvent difficile à exploiter car elle contient au premier abord des informations aberrantes, dont certaines ont été soulignées depuis longtemps. Ainsi, dès qu’il a franchi l’Arsia, le lecteur apprend que, parmi les Liburniens, il faut compter entre autres les Enchelei, peuple côtier signalé dès le IVe s. a.C. par le Ps-Skylax, et qui se situait en fait entre les Bouches de Kotor et la rivière Drilon, dans le sud de l’Adriatique2. Déjà auparavant, le lecteur avait pu s’interroger sur la présence de villes liburniennes dans une liste de cités de la Regio X3. D’autres problèmes apparaissent ainsi au fil de la lecture. Il y a visiblement, de part et d’autre du confin oriental de l’Italie, de graves confusions. On constate pourtant que le texte de Pline est soigneusement structuré : de manière méthodique et ordonnée, il évoque les divers points notables en les introduisant par des locutions prépositionnelles de lieu, véritables articulations, in hoc situ, in hac regione, in mediterraneo, per oram, ex insulis ; de plus, le texte est régulièrement ponctué de distances ; enfin, autre aspect de son travail, Pline a essayé d’actualiser ses descriptions, par exemple nunc Pietas Iulia, nunc finis Italiae pour, respectivement, Pola et le canal de l’Arsia, ou l’énumération des cités fondées par Claude et la mention de Flauium Soluense en Norique4.

3L’étude de la composition d’ensemble du livre III puis l’analyse, dans le détail, de la composition du texte des paragraphes 129 à 152 peuvent permettre de mieux comprendre les erreurs de Pline au sein d’un texte aussi solidement charpenté.

1. La composition du livre III et l’introduction manquée de l’espace illyrien

  • 5 Sallmann 1971, 104.

4Dans son introduction au livre III, Pline avertit le lecteur de l’ordre qu’il a suivi pour décrire toutes les parties du monde connu, ordre reproduit sous la forme d’une carte schématique par K. G. Sallmann qui le compare aux circuits suivis par d’autres auteurs anciens5. Pour ma part, j’ai essayé de représenter l’organisation du livre III dans le tableau ci-contre.

5La Méditerranée nord-occidentale, objet de ce livre, est divisée en deux golfes, “le premier d’Europe”, la mer Tyrrhénienne, et le second, la mer Adriatique ; pour chacun, Pline a élaboré une introduction et une conclusion qui encadrent la description des terres bordières.

6Le livre III est bâti selon le même schéma tripartite, introduction, développement et conclusion, avec deux principes pour gouverner la description : l’auteur a cherché systématiquement à lui donner l’aspect d’un périple, commençant par l’ouest et décrivant d’abord la côte ; mais en même temps, il a essayé de lui donner de l’épaisseur en évoquant l’arrière-pays et en respectant si possible les ensembles géographico-administratifs.

7Ainsi commence-t-il par une présentation de la péninsule ibérique mais n’évoque pas la Lusitanie, perçue comme une province atlantique. Pour l’Italie, il prévient qu’il ne suit pas le découpage des regiones d’Auguste mais qu’il décrira d’abord les regiones de la moitié occidentale de l’Italie du nord au sud, puis les regiones de la moitié orientale du sud vers le nord ; entre les deux, il évoque la Grande Grèce. Après la description de l’Italie et selon le schéma établi jusque-là, on s’attendrait à une présentation du nouvel espace abordé. Or, à partir du § 139, Pline commence par décrire de petits ensembles adriatiques – Liburnie, Dalmatie et Macédoine –, puis s’intéresse à des zones ou provinces continentales que nous qualifions aujourd’hui de “danubiennes”, mais que Pline perçoit avant tout comme tournées vers l’Adriatique ; enfin il donne les dimensions de l’Illyrie. C’est donc à la fin du passage seulement que l’on comprend que Pline vient de décrire un vaste ensemble qu’il appelle l’Illyrie (dans son acception géographique) et qu’il a de toute évidence oublié son introduction.

  • 6 Pline 3.139 ; voir infra extrait 15.
  • 7 Le ius Italicum : nous n’aborderons pas la question - et par là-même, celle de la signification de(...)

8En fait, le début de sa description contient des éléments généraux, initialement destinés à cette introduction, mais qui ont été mêlés par erreur à la description de la première unité régionale constituée par la Liburnie6. On peut ainsi tenter de reconstituer cette introduction : selon toute vraisemblance, Pline aurait dû mentionner le nouvel espace, l’Illyrie, avec l’énumération de quelques peuples de l’ensemble de la côte Adriatique (les Liburni, les Mentores, les Himani, les Encheleae, les Bulini et les Peuceti – liste empruntée à un périple grec) ; il aurait dû préciser ce qu’il entendait par Illyricum, terme qui avait une valeur ethnique (nunc totum uno nomine Illyricum uocatur generatim), qui recouvrait une réalité géographique mais aussi une entité administrative démantelée à la suite de la révolte de 6-9 p.C. ; enfin, après avoir évoqué le nouveau découpage provincial, il aurait dû commencer la description de la Dalmatie en précisant le nombre de conuentus avec leur nom, le nombre de colonies et d’oppida ciuium Romanorum, le nombre de cités privilégiées (bénéficiant du ius Italicum ou de l’immunité) et peut-être le nombre de cités stipendiaires7.

Tableau : L’organisation du livre III.

2. La composition de l’extrait 3.129-1528

2.1. Découpage du texte en unités structurelles

  • 9 Par exemple quondam a Colchis condita, 3.129.

9Pour étudier la composition de cet extrait, qui comprend, outre l’Illyrie, la fin de la description de l’Italie (Istrie, Gaule Cisalpine et Alpes), j’ai procédé, dans un premier temps, à un découpage du texte en unités correspondant à un type particulier de sources – périple, liste et relation à caractère historique ou à caractère géographique - selon des critères de style, de centre d’intérêt, de vocabulaire. Chaque unité ainsi isolée est numérotée (entre parenthèses) de façon à rendre son exploitation plus aisée ; de simples inclusions limitées à quelques mots ou groupes de mots n’ont pas été considérées comme unités9. Sous l’étiquette de “périple”, je range tout passage indubitablement relatif à la navigation avec des données chiffrées. La “liste" recouvre tout passage se présentant sous la forme d’une énumération, que ce soit de villes, de peuples ou d’îles – la plupart de ces passages relève de formulae prouinciarum. Le dernier type, “relation”, se définit négativement : il n’est ni le périple, ni la liste ; deux nuances ont été apportées : il y a des relations à caractère historique et d’autres à caractère géographique. Cette distinction n’implique aucune conclusion sur la nature de l’ouvrage dont est tirée telle ou telle source du type “relation”. Il peut s’agir de données historiques à l’intérieur d’un ouvrage géographique (exemple de Posidonius) ou bien d’une description géographique servant d’introduction à un développement historique (cas de Polybe pour l’Italie du Nord). Enfin, ce concept peut recouvrir aussi un travail de synthèse effectué par Pline lui-même et qui lui sert d’articulation dans son texte.

10(1) Périple :
3.129. Histria ut paeninsula excurrit. Latitudinem eius XL, circuitimi CXXV prodidere quidam, item adhaerentis Liburniae et Flanatici sinus, alii CCXXV, alii Liburniae CLXXX. Nonnulli in Flanaticum sinum Iapudiam promouere a tergo Histriae CXXX, dein Liburniam CL fecere.

11(2) Relation à caractère géographique :
Tuditanus, qui domuit Histros, in statua sua ibi inscripsit : Ab Aquileia ad Titium flumen stadia MM.

12(3) Relation à caractère géographique :
Oppida Histriae ciuium Romanorum Agida, Parentium, colonia Pola, quae nunc Pietas Iulia, quondam a Colchis condita ; abest a Tergeste CV. Mox oppidum Nesactium et nunc finis Italiae-fluuius Arsia.

13(4) Liste :
Ad Polam ab Ancona traiectus CXX p. est.

14(5) Périple :
130. In mediterraneo regionis decimae coloniae [...].

15(6) Liste :
Dein, quos scrupulosius dicere non attineat, Alutrenses, Asseriates, Flamonienses Vanienses et alii cognomine Carici, Foroiulienses cognomine Transpadani, Foretani, Nedinates, Quarqueni, Taruisani, Togienses, Varuari.

16(7) Liste :
131. In hoc situ interiere per oram Irmene, Pellaon, Palsicium, ex Venetis Atina et Caelina, Carnis Segesta et Ocra, Tauriscis Noreia.

17(8) Relation à caractère historique :
Et ab Aquileia ad XII lapidem deletum oppidum etiam inuito senatu a M. Claudio Marcello L. Piso auctor est.

18(9) Relation à caractère historique :
In hac regione et undecima lacus incluti sunt amnesque eorum partus aut alumni, si modo acceptos reddunt, ut Adduam Larius, Ticinum Verbannus, Mincium Benacus, Ollium Sebinnus, Lambrum Eupilis, omnes incolas Padi.

19(10) Relation a caractere géographique :
132.Alpis in longitudinem IXI p. patere a Supero mari ad Inferum Caelius tradit, Timagenes XXV p. deductis, in latitudinem autem Cornelius Nepos C, T. Liuius III stadiorum, uterque diuersis in locis. Namque et centum milia excedunt aliquando, ubi Germaniam ab Italia summouent, nec LXX inplent reliqua sui parte graciles, ueluti naturae prouidentia.

20(11) Relation à caractère géographique :
Latitudo Italiae subter radices earum a Varo per Vada Sabatia, Taurinos, Comum, Brixiam, Veronam, Vicetiam, Opitergium, Aquileiam, Tergeste, Polam, Arsiam DCCXLV p. colligit.

21(12) Liste :
133. Incolae Alpium multi populi, sed inlustres a Pola ad Tergestis regionem Fecusses, Subocrini, Catali, Menoncaleni iuxtaque Carnos quondam Taurisci appellati, nunc Norici.

22(13) Liste :
His contermini Raeti et Vindelici, omnes in multas ciuitates diuisi [...].

23(14) Liste :
138. [... ]Haec est Italia diis sacra, hae gentes eius, haec oppida populorum. Super haec Italia, quae L. Aemilio Paulo C. Atilio Regulo cos. nuntiato Gallico tumultu sola sine externis ullis auxiliis atque etiam tunc sine Transpadanis equitum LXXX, peditum DCC armauit, metallorum omnium fertilitate nullis cedit terris ; sed interdictum id uetere consulto patrum Italiae parci iubentium.

24(15) Relation à caractère historique :
139. Arsiae gens Liburnorum iungitur usque ad flumen Titium. Pars eius fuere Mentores, Himani, Encheleae, Bulini et quos Callimachus Peucetios appellat, nunc totum uno nomine Illyricum uocatur generatim. Populorum pauca effatu digna aut facilia nomina.

25(16) Relation à caractère historique :
Conuentum Scardonitanum petunt Iapudes et Liburnorum ciuitates XIIII, ex quibus Lacinienses, Stulpinos, Burnistas, Olbonenses nominare non pigeat. Ius Italicum habent ex eo conuentu Alutae, Flanates, a quibus sinus nominatur, Lopsi, Varuarini inmunesque Asseriates, et ex insulis Fertinates, Curictae. 140. Cetero per oram oppida a Nesactio Aluona, Flanona, Tarsatica, Senia, Lopsica, Ortoplinia, Vegium, Argyruntum, Corinium, Aenona, ciuitas Pasini. Flumen Telauium, quo finitur Iapudia. Insulae eius sinus cum oppidis praeter supra significatas Absortium, Arba, Crexi, Gissa, Portunata. Rursus in continente colonia lader.

26(17) Liste :
quae a Pola CLX abest, inde XXX Colentum insula, XLIII ostium Titii fluminis.

27(18) Périple :
141. Liburniae finis et initium Delmatiae Scardona in amne eo XII passuum a mari. Dein Tariotarum antiqua regio et castellum Tariona, promunturium Diomedis uel, ut alii, peninsula Hyllis circuita C.

28(19) Relation à caractère historique :
Tragurium ciuium Romanorum, marmore notum. Siculi, in quem locum Diuus Claudius ueteranos misit, Salona colonia ab lader CXII. Petunt in eam iura uiribus discriptis in decurias CCCXLII Delmatae, XXV Deuri, CCXXXVIIII Ditiones, CCLXVIIII Maezei, LII Sardeates. In hoc tractu sunt Burnum, Andetrium, Tribulium, nobilita proeliis castella. 142. Petunt et ex insulis Issaei, Solentini, Separi, Epetini.

29(20a) Périple :
Ab his castella Petuntium, Nareste, Oneum. Narona colonia tertii conuentus

30(21) Liste :
a Salona LXXXV p., adposita cognominis sui fluuio a mari XX p.
(20b) M. Varro LXXXVIIII ciuitates eo uentitasse auctor est ; 143. Nunc soli prope noscuntur Cerauni decuriis XXIIII, Dauersi XVII, Desitiates CIII, Docleatae XXXIII, Deretini XIIII, Deraemistae XXX, Dindari XXXIII, Glinditiones XLIIII, Melcumani XXIIII, Naresi CII, Scirtari LXXII, Siculotae XXIIII populatoresque quondam Italiae Vardaei non amplius quam XX decuriis. Praeter hos tenuere tractum eum Ozuaei, Partheni, Caui, Haemasi, Masthitae, Arinistae.

31(22) Liste :
A Narone amne C p. abest Epidaurum colonia.

32(23) Périple :
144. Ab Epidauro sunt oppida ciuium Romanorum Rhizinium, Acruium, Butuanum, Olcinium, quod antea Colchinium dictum est, a Colchis conditum, amnis Drino superque eum oppidum ciuium Romanorum Scodra ab mari XVIII, praeterea multorum Graeciae oppidorum deficiens memoria nec non et ciuitatium ualidarum : eo namque tractu fuere Labeatae, Senedi, Rudini, Sasaei, Grabaei ; proprieque dicti Illyri et Taulanti et Pyraei retinent nomen.

33(24) Liste :
In ora Nymphaeum promunturium. Lissum oppidum ciuium Romanorum ab Epidauro C p.

34(25) Périple :
145. A Lisso Macedonia prouincia [...].

35(26) Liste :
146. A tergo Carnorum et Iapudum, qua se fert magnus Hister, Raetis iunguntur Notici.

36(27) Relation à caractère géographique :
Oppida eorum Virunum, Celeia, Teurnia, Aguntum, Iuuaum, omnia Claudia, Flauium Soluense.

37(28) Liste :
Noricis iunguntur lacus Pelso, deserta Boiorum ;

38(29) Relation à caractère géographique :
iam tamen colonia Diui Claudi Sauaria et oppido Scarabantia Iulia habitantur.

39(30) Liste :
147. Inde glandifera Pannoniae, qua mitescentia Alpium iuga per medium Illyricum a septentrione ad meridiem uersa molli in dextra ac laeua deuexitate considunt. Quae pars ad mare Hadriaticum spectat, appellatur Delmatia et Illyricum supra dictum ; ad septentriones Pannonia uergit. Finitur inde Danuuio.

40(31) Relation à caractère géographique :
In ea coloniae Emona, Siscia.

41(32) Liste :
Amnes clari et nauigabiles in Danuuium defluunt Draus e Noricis uiolentior, Saus ex Alpibus Carnicis placidior, CXX interuallo : Draus per Serretes, Serapillos, Iasos, Andizetes, Saus per Colapianos Breucosque. Populorum haec capita ;

42(33) Relation à caractère géographique :
148. praeterea Aruiates, Azali, Amantini, Belgites, Catari, Cornacates, Erauisci, Hercuniates, Latouici, Oseriates, Varciani.

43(34) Liste :
Mons Claudius, cuius in fronte Scordisci, in tergo Taurisci. Insula in Sao Metubarbis, amnicarum maxima. Praeterea amnes memorandi : Colapis in Saum influens iuxta Sisciam gemino alueo insulam ibi efficit quae Segestica appellatur ; alter amnis Bacuntius in Saum.... Sirmio oppido influit, ubi ciuitas Sirmiensium et Amantinorum. Inde XLV Taurunum, ubi Danuuio miscetur Saus. Supra influunt Valdasus, Urpans, et ipsi non ignobiles.

44(35) Relation à caractère géographique :
149. Pannoniae iungitur prouincia quae Moesia appellatur, ad Pontum usque cum Danuuio decurrens. Incipit a confluente supra dicto. In ea Dardani, Celegeri, Triballi, Timachi, Moesi, Thraces Pontoque contermini Scythae. Flumina clara e Dardanis Margus, Pingus, Timachus, ex Rhodope Oescus, ex Haemo Vtus, Asamus, Ieterus.

45(36) Relation à caractère géographique :
150. Illyrici latitudo qua maxima est CCCXXV p. colligit, longitudo a flumine Arsia ad flumen Drinium DXXX. A Drinio ad promunturium Acroceraunium CLXXV Agrippa prodidit, uniuersum autem sinum Italiae et Illyrici ambitu XVII.

46(37) Périple :
In eo duo maria quo distinximus fine, Ionium in prima parte, interius Hadriaticum, quod Superum uocant. 151. Insulae in Ausonio mari praeter iam dictas memoratu dignae nullae, in Ionio paucae Calabro litore ante Brundisium, quarum obiectu portus ejficitur, contra Apulum litus Diomedia, conpiscua monumento Diomedis, et altera eodem nomine, a quibusdam Teutria appellata. Illyrici ora mille amplius insulis frequentatur, natura uadoso mari aestuariisque tenui alueo intercursantibus. Clarae ante ostia Timaui calidorum fontium cum aestu maris crescentium, iuxta Histrorum agrum Cissa, Pullariae et Absyrtides Grais dictae afratre Medea ibi interfecto. 152. Iuxta eas Electridas uocauere in quibus proueniret sucinum, quod illi electrum appellant, uanitatis Graecae certissimum documentum, adeo ut quas earum designent haut umquam constiterit. Contra lader est Lissa et quae appellata est, contra Liburnos Crateae aliquot nec pauciores Liburnicae, Celadussae, contra Tragurium Boua et capris laudata Brattia, Issa ciuium Romanorum et cum oppido Pharia. Ab Issa Corcyra Melaena cognominata cum Cnidiorum oppido distai XXV, inter quam et Illyricum Melite, unde catulos Melitaeos appellari Callimachus auctor est. XV ab ea VII Elaphites, in Ionio autem mari ab Orico MM p. Sasonis, piratica statione nota.

2.2. Quelques apports de cette étude structurelle

2.2.1. Le processus d’élaboration du texte

47Le travail de Pline consistait d’abord, comme il l’avait annoncé, en de nombreuses lectures parmi lesquelles il choisissait ses sources essentielles. Quel que soit le type de canevas utilisé, Pline a cherché à lui imprimer systématiquement le style du périple, c’est-à-dire qu’il a commencé par énumérer les points notables de la côte, puis, dans un deuxième temps, ceux de l’intérieur.

48Une fois le canevas défini, Pline le truffait de données puisées dans d’autres sources et aiguisait ainsi la curiosité du lecteur avec quelques références sur la richesse particulière de tel lieu ou bien avivait son sens du merveilleux avec les légendes et les mythes. Cela suppose un travail liminaire de “mise en fiches” et de recoupement des données selon les provinces, leur intérêt et leur position géographique.

  • 10 Pline 3.146-149.

49Pour la zone interne (Norique, Pannonie et Mésie), Pline a visiblement choisi, comme canevas de base, une source géographique que l’on pourrait qualifier “de type strabonien”10. On y retrouve des similitudes avec le style du géographe grec, dans le système de localisation (par proximité et par référence à un point culminant) et dans l’intérêt pour les données purement géographiques (l’aptitude fondamentale de la Pannonie – grenier à blé – et surtout le développement concernant l’hydrographie).

  • 11 Strabon 4.6.10 et 7.5.2.
  • 12 Cf. la mention du Mont Claudius : indice bien ténu, il est vrai, car il n’est pas certain qu’il s’ (...)

50Cependant, la description du réseau est loin d’être entachée des erreurs que l’on trouve chez Strabon11. De plus, Pline livre de nouveaux noms de cours d’eau secondaires. Les différences entre les deux textes laissent supposer l’existence d’une source postérieure à celle que l’auteur grec a utilisée, car elle est plus juste et elle pourrait être le reflet d’une meilleure connaissance de la région acquise avec le temps et une fréquentation plus grande. Cette source pourrait être d’époque claudienne ou postérieure12.

  • 13 Pline 3.139-144. Pline rappelle, en 3.37, à propos de la Narbonnaise, qu’il existe un document off (...)

51Pour la description de la Dalmatie il semble que Pline ait essentiellement travaillé à partir d’un document officiel, qui donne un état administratif de la zone divisée en conuentus. Il s’agit d’une de ces formulae prouinciarum que l’on mettait à jour régulièrement13. Il reste à savoir à quelle époque elle remonte.

  • 14 Pline 3.146.
  • 15 Pline 3.141.
  • 16 Pour Wilkes 1969, 288, l’établissement des conuentus est antérieur à la révolte de 6 p.C. et serai (...)

52Il est certain que Pline disposait pour le Norique d’une formula d’époque flavienne (mention de Diui Claudi Sauaria et de Flauium Soluense)14. Peut-être en était-il de même pour la Dalmatie, d’autant que Pline signale que le Divin Claude envoya des vétérans dans la ville de Siculi15. Toutefois, on peut se demander si la nature de l’information – l’envoi de vétérans par un empereur – trouve bien sa place dans une, formula, et donc s’il ne s’agit pas d’un simple ajout à caractère historique. Si l’on rejette cet argument, il ne reste qu’un seul indice chronologique, celui des conuentus probablement mis en place lors de la création de la province de Dalmatie : ainsi, le canevas plinien de la Dalmatie serait au moins postérieur à 8 a.C.16

  • 17 Pline 3.150 = supra, unité 36. Pour cette question sur laquelle je ne m’arrêterai pas, voir Degras (...)

53Les deux données chiffrées qui constituent la maigre conclusion sur l’Illyrie sont d’un grand intérêt car elles émanent d’Agrippa qui serait donc l’auteur avec Auguste du déplacement de la frontière nord-orientale de l’Italie à l’Arsia17.

  • 18 Pline 3.150-152, unité 37.
  • 19 Sur l’existence d’un Liber de aestuariis de Varron, cf. Sallmann 1971. 10.

54La description de l’Adriatique relève d’un périple mais aucun indice ne permet de dater sa rédaction. Cependant, on peut faire quelques remarques sur l’identité possible de son auteur18. Il est question de la côte orientale découpée par de nombreux estuaires et de Saso, célèbre repaire de pirates : ce pourrait être Varron, qui a écrit un traité sur les estuaires et qui a participé à la guerre contre les pirates19.

55Ce nom avancé, il ne faut pas oublier que le texte a fait l’objet d’additions pliniennes comme le montrent les allusions à Callimaque, aux légendes grecques (Apsyrtos, le frère de Médée) et aux mirabilia (les sources chaudes du Timavo).

  • 20 Cette hypothèse est fondée sur trois faits : 1. Varron a séjourné en Liburnie (R., 2.10.8) ; 2. il (...)
  • 21 Fabius Pictor, Hist., fr. 23 (HRR. 12).
  • 22 Pline 3.130 : quos scrupulosius dicere non attineat “pour lesquels il n’est pas nécessaire d’en di (...)

56Quant à la Regio X, qui inclut l’Istrie, sa description n’obéit pas à la règle du canevas. Pline semble avoir réalisé un dosage équilibré des divers types de sources : un périple probablement varronien (unités 1 et 4)20 ; des listes issues de documents rédigés entre 52 a.C. et 12 a.C. (unités 3 et 12) ; des relations puisées dans la tradition annalistique (unités 7 et 8) ou chez Fabius Pictor – la première partie de l’unité 921. Conscient de la disparité de ces sources, il les a réactualisées à l’intérieur du cadre augustéen : cette description met en valeur le travail de Pline pour confronter et compiler les informations (notamment, l’unité 10 ; mais aussi l’unité 18, pour la Dalmatie) et souligne aussi le malaise qu’il a pu éprouver face à la profusion des faits, n’hésitant pas à évacuer un problème par une phrase lapidaire (unités 5, 15)22.

57Ce travail d’encyclopédiste supposait donc de multiples manipulations et il devient compréhensible qu’il ait pu commettre quelques erreurs. Ainsi, la description de la Liburnie a été quelque peu malmenée parce que Pline a oublié de faire une véritable introduction à l’espace illyrien – ce que nous venons de voir – mais aussi parce que certaines de ses villes ont été par erreur rangées en Regio X, ce que nous allons maintenant montrer.

2.2.2. Les cités liburniennes répertoriées en Regio X23

  • 23 Cette question a suscité une abondante littérature : outre Vedaldi Iasbez 1994, 246-248, voir en d (...)
  • 24 Pline 3.130.
  • 25 D’après Nissen 1983, 218, n. 5, les Togienses tiendraient leur nom de la rivière Togisonus, répert (...)
  • 26 Pline 3.139.

58Dans la description de la Regio X, fidèle au périple, Pline, après avoir évoqué les sites de la côte, a énuméré dans l’ordre alphabétique les sites de l’intérieur (extrait 10)24. Dans cette liste, si les Foroiulienses et les Tarvisani appartiennent à la Regio X, ainsi que probablement les Togienses, les peuples suivants sont assurément liburniens : les Asseriates, dont l’oppidum est cité par ailleurs en Liburnie, les Varvari que l’on peut rapprocher des Varvarini cités aussi en Liburnie et les Nedinates25. Il s’agit bien de communautés de l’intérieur de la Liburnie car toutes trois se situent au coeur des Ravni Kotari, le berceau historique des Liburniens, et seule zone pour laquelle on peut parler d’intérieur liburnien – l’arrière-pays du conuentus Scardonitanum, montagneux, est en effet historiquement Iapode26. On a l’impression ici que Pline a en quelque sorte “égaré sa fiche” sur les cités de l’intérieur de la Liburnie et qu’elle est “venue se perdre” au milieu des cités de l’intérieur de la Regio X.

  • 27 Alveria : Premerstein 1919, 1250, repris par Kornemann 1935,596, Polaschek 1953,40 et Degrassi 195 (...)
  • 28 Pour les Flamonienses, cf. Premerstein 1924, 206 ; Alföldy 1965, 69-70 ; Wilkes 1969, 487. Pour le (...)

59A ces trois noms, on peut ajouter les Alutrenses, à condition de les identifier aux habitants d’Alveria, voisine de Nedinum, d’Asseria et de Varvaria, et non, comme on l’a fait parfois aux habitants d’Alvona, cité de la côte orientale de l’Istrie au-delà de l’Arsia27. En revanche, il me semble impossible d’identifier les Flamonienses et les Foretani aux habitants de Flanona, voisine d’Alvona, et aux Fertinates, habitants de l’île de Fulfinum, comme cela aussi a été proposé28. Ces deux peuples demeurent des inconnus et peut-être appartiennentils réellement à l’intérieur de la Regio X.

60Si le passage consacré à la Liburnie pose des problèmes d’identification et de localisation des communautés à la suite d’erreurs de “manipulation” de la part de Pline, la description d’ensemble de la Dalmatie, fortement structurée, peut permettre en revanche d’affiner notre intelligence de l’organisation de la province, qui aurait été découpée en quatre conuentus et non pas en trois, comme on l’admet traditionnellement.

2.2.3. Un quatrième conuentus en Dalmatie ? (fig. 1)

61Pline décrit successivement les conuentus du nord au sud. La description de chacun est composée de façon semblable, avec les mêmes articulations, ab et in hoc tractu (ou formules analogues), et avec les mêmes types de listes. Chaque description est séparée de la suivante par au moins une distance.

Les conuentus de Dalmatie
Essai de définition territoriale

Les conuentus de DalmatieEssai de définition territoriale

Quelques chefs-lieux de cités, signalés par Pline et présents dans ce texte :
1 : Acruuium ;
2 : Alveria ;
3 : Alvona ;
4 : Asseria ;
5 : Fulfinum ;
6 : Meteon ;
7 : Nedinum ;
8 : Olciniium ;
9 : Pola ;
10 : Rhizon ;
11 : Scodra ;
12 : Varvaria.

62Ainsi, Pline décrit le conuentus Scardonitanus, qui regroupe les Iapodes et les quatorze cités de Liburnie, puis les environs et l’arrière-pays de la colonie de Salona ; ensuite, il décrit le troisième conuentus, Narona, considéré habituellement comme s’étendant sur le reste de la Dalmatie.

  • 29 Liste des oppida ciuium Romanorum et, après évocation des oppida graeca, liste des ciuitates.

63Cependant, certains indices liés à la structure du passage peuvent laisser supposer l’existence d’un quatrième conuentus dont le centre serait Epidaurum. La description offre en effet les mêmes critères d’organisation : le passage est isolé du précédent par une distance, il est structuré par des articulations similaires, ab et eo namque tractu et il comporte des listes29.

  • 30 Énumération en 3.7 pour la Bétique et 3.18 pour l’Espagne Citérieure, mais, par exemple, descripti (...)

64Évidemment, il ne s’agit que d’une hypothèse fondée sur la structure du texte. On peut objecter que Pline ne dit pas qu’il s’agit d’un conuentus, tandis que Narona est présenté comme le troisième, et donc peut-être le dernier conuentus de Dalmatie. Cependant, Salona n’est pas non plus donné comme le centre d’un conuentus ; de même, les conuentus, énumérés en introduction de la péninsule ibérique, ne sont pas systématiquement désignés comme tels quand est faite la description détaillée de chacun d’eux30.

  • 31 Pline 3.12.

65On pourrait douter aussi de son existence en s’appuyant sur l’emploi des verbes destinés à exprimer le rattachement au conuentus : nous avons simplement sunt pour l’éventuel conuentus d’Epidaurum alors que l’on a petunt (“demandent justice”, “se réclament”) dans le cas des deux premiers conuentus et noscuntur (“sont (re)connus”) pour le troisième, verbes qui relèvent, ou peuvent relever, du domaine juridique. Mais Pline a aussi employé sunt pour le conuentus Astigitanus et est pour le conuentus Lucensis31.

  • 32 Wilkes 1969, 260.
  • 33 Les mêmes raisons expliquent probablement le choix de Scardona comme centre de conuentus plutôt qu (...)

66Enfin, pourquoi choisir Epidaurum comme chef-lieu du conuentus et non pas Doclea ? Cette dernière, colonie déduite probablement par Titus, ne devint le centre le plus dynamique de la région que sous les Flaviens et ne fut probablement siège du culte impérial qu’au début du IIe s. p.C.32. Mais, même dans le cas où Epidaurum n’aurait été qu’une toute petite cité, elle aurait été choisie pour des raisons de proximité et de communication : la voie maritime était aisée de la capitale provinciale à Epidaurum, alors que Doclea était à l’intérieur des terres et donc difficile d’accès33.

  • 34 Étienne 1958 ; Tranoy 1981. Epidaurum : CIL, III, 1741 ; Scardona : CIL, III, 2802 ; 9897 = AE, 19 (...)
  • 35 Pline 3.7 : conuentus iuridici.
  • 36 Par ailleurs, la Liburnie fut momentanément détachée de la Dalmatie pour constituer une province à (...)

67En revanche, deux observations peuvent étayer cette hypothèse. D’abord, le culte impérial, car R. Étienne et A. Tranoy ont bien mis en valeur l’importance du culte impérial des conuentus dans la Péninsule Ibérique ; or le culte impérial sous les Julio-Claudiens est bien attesté par l’épigraphie dans les chefs-lieux de conuentus et à Epidaurum34. Ensuite, la politique romaine d’intégration menée dans cet espace, car le découpage des conuentus, dont la fonction selon Pline est essentiellement judiciaire, répond au souci de respecter – ou non, les unités ethniques et culturelles, combiné avec les contraintes de la géographie physique35. Ainsi, le conuentus Scardonitanum correspond à la reconnaissance des Liburniens, “amis traditionnels de Rome” pourrait-on dire, son territoire ayant absorbé celui des Iapodes “ennemis de longue date”36. En revanche, le territoire des puissants Delmatae a été subdivisé en deux conuentus : celui de Salona qui s’étendait autour de la baie et dans la vallée de la Cetina et ses environs ; et celui de Narona couvrant le bassin de la Neretva et de ses affluents.

  • 37 Tite-Live 45.26.
  • 38 Reste cependant une question, liée à sa juridiction. Les Docleates sont dits expressément dépendre (...)
  • 39 Voir šašel 1992, 124-142 : l’auteur rend compte des travaux de Rendic-Miošević, Katičić et Alföldy (...)

68Le conuentus d’Epidaurum, quant à lui, si l’on accepte l’hypothèse de son existence, correspondrait à l’ancien État illyrien, soumis et réduit en 168 a.C., et dont le règlement nous est rapporté par Tite-Live : le royaume fut divisé en trois parties, l’une autour de Scodra (avec les Scodrenses, les Dassarenses et les Selepetani), la deuxième comprenant tous les Labeates (autour de Meteon) et la troisième recouvrant les territoires des Agravonites (peut-être les gens d’Acruuium), des Rhizonites (de Rhizon) et des Olciniates (d’Olcinium)37. L’extension de ce royaume divisé en trois zones rappelle beaucoup ce qu’a pu être la juridiction de l’éventuel quatrième conuentus d’Epidaurum. Ce royaume, semble-t-il, n’a plus posé de problème à Rome après cette date : dans ce cas, pourquoi modifier une structure qui avait fait ses preuves ? Epidaurum serait le siège d’un conuentus appartenant culturellement au monde hellénique38. Par ailleurs, cette région correspond à une aire onomastique bien circonscrite39.

69Reste à aborder un dernier point qui ne relève plus de la structure du texte mais de la représentation graphique dont Pline, ou sa source, a pu disposer pour décrire l’Istrie.

3. La représentation de l’Istrie (fig. 2)

3.1. L’Istrie décrite par Pline

  • 40 Pline 3.129. L’actuelle Rižana/Risano était la frontière de l’Italie républicaine (cf. Pline 3.127 (...)
  • 41 Pline 3.133.

70Selon Pline, l’Istrie est une péninsule qui commence au Formio et qui se termine à l’Arsia40. Elle est délimitée par les Alpes qui abritent des incolae Alpium dont les plus notables, localisés a Pola ad Tergestis regionem sont les Fecusses, les Subocrini, les Catali et les Menoncaleni, voisins des Carni41.

LA REPRÉSENTATION DE LISTRIE

LA REPRÉSENTATION DE LISTRIE

D’après les coordonnées de Ptolémée

Dans la Tabula Peutingeriana

Proposition de lecture du texte de Pline

Proposition de lecture du texte de Pline

Interprétation du texte de Pline

Interprétation du texte de Pline
  • 42 Il a pu s’inspirer de la carte d’Agrippa, vraisemblablement instigateur avec Auguste du déplacemen (...)

71L’Istrie ainsi décrite n’occupe pas en fait toute la péninsule : la côte orientale liburnienne, donc dalmate, en est exclue. Pline avait peut-être sous les yeux une représentation graphique particulière de la péninsule, qui rappelle fortement l’Istrie peinte dans la Table de Peutinger et celle établie selon les coordonnées de Ptolémée, où la côte orientale se trouve rejetée hors de la péninsule et alignée avec le reste de la côte dalmate42. L’intégration à l’Italie des seuls Istriens et de leur territoire, souligne ainsi que, dans la description de Pline, c’est sa conception politique des confins nord-orientaux de l’Italie qui est à l’origine de sa représentation erronée de la péninsule istrienne. D’autre part, les cités de Pola et de Tergeste étaient perçues selon un axe est-ouest et non pas sur l’axe quasiment sud-nord qui est réellement le leur.

72On peut de ce fait proposer de nouvelles localisations.

3.2. Une nouvelle interprétation du texte de Pline l’Ancien 3.133

  • 43 L’Ocra, en tant que montagne, n’est pas signalé par Pline ; mais nous connaissons cet oronyme par (...)
  • 44 Sur les Subrocrini, en particulier, cf. Fluss 1931,486, Degrassi 1954,90, n. 38, Margetić 1979-198 (...)
  • 45 Margetić 1979-1980, 95 pense qu’ils devaient se trouver dans la région de l’actuelle Barbana, en p (...)
  • 46 Cf. Šašel 1974, 9-11. Margetić 1979-1980, 85-86 propose de localiser les Catali dans les collines (...)

73Les peuples, probablement énumérés dans un ordre géographique, aux limites des territoires de Pola et de Tergeste (sens que peut recouvrir a Pola ab Tergestis regionem) devaient se situer vraisemblablement le long des axes de communications fréquemment empruntés. Les plus aisés à fixer sont les Subocrini, ethnonyme qui signifie “au pied de l’Ocra”43. Ils sont situés soit à l’ouest de l’Ocra dans la vallée de la Vipava/Vipacco (où l’on trouve aujourd’hui un village répondant au nom de Podnanos qui signifie en Slovène, “au pied du Nanos”) ; soit à l’est, après avoir dépassé l’Ocra, dans la dépression de Postojna, Postojnska Kotlina, sur la route Tergeste – Nauportus – Emona ; soit au sud, avant de passer l’Ocra, dans la région de Senozece/Senosecchio44. Les Fecusses, cités avant les Subocrini, seraient à localiser à l’est ou au sud-est de ceux-ci, sur la voie qui relie Emona à la côte liburne, probablement dans les monts de la Čičarija45. Les Catali et les Menoncaleni, derniers cités avant les Carni, donc à l’ouest ou au sud-ouest des Subocrini. seraient des peuples du Karst triestin nord-occidental46.

74Ainsi, ces peuples ne seraient pas à rechercher dans l’intérieur de l’istrie, selon un axe sud-nord mais dans les Alpes orientales, ce qui correspondrait effectivement à la définition plinienne de populations alpines.

75Au terme de cette étude, il est inutile d’insister sur la richesse du texte de Pline, richesse relevant de la variété des sources ; le découpage du texte en unités structurelles permet d’isoler ces sources – parfois de les identifier – et de résoudre quelques problèmes. Ainsi, plusieurs erreurs, comme l’oubli de l’introduction à l’espace illyrien, trouvent leur explication dans le fait que Pline a cherché à concilier un style de description linéaire, la tradition du périple, et la réalité du monde à décrire, un espace terrestre. D’autres erreurs relèvent plutôt du nombre important de sources compulsées parfois pour écrire quelques lignes : un télescopage s’est probablement produit entre la formula prouinciae de l’Illyricum et les documents sur les regiones quant à l’établissement des listes des cités liburniennes dont certaines ont été répertoriées en Regio X. D’autre part, ce découpage structurel met en valeur la forte organisation du texte et laisse entrevoir l’existence d’un quatrième conuentus – celui d’Epidaurum – dans la province de Dalmatie.

76La chorographie plinienne de l’Illyrie, beaucoup plus riche par ailleurs que celle de Pomponius Méla, est d’un apport essentiel pour la connaissance de cet espace. Au-delà des observations et hypothèses liées à la structure du texte, la description de Pline permet de s’interroger sur la représentation graphique du monde (et ses corollaires, les questions d’orientation, entre autres) dont un Romain, et en particulier un agent de l’État, pouvait disposer. Enfin, si pour d’autres régions, on se doit d’étudier ensemble les chorographies de Pline et de Méla, ici c’est peut-être la confrontation du texte de Pline avec les données de Ptolémée - selon les nouvelles perspectives offertes par C. Meuret – qui pourrait être féconde.

Notes

1 Respectivement, Pline 3.144 et 3.133.

2 Ps-Skylax 25 : les Enchelei disparaîtront, remplacés par les Taulantini ; cf. carte hors-texte d’Alföldy 1965.

3 Pline 3.129. La bibliographie concernant cette anomalie est mentionnée par Vedaldi Iasbez 1994, 245-248, 249, 271 et 277

4 Pline 3.129 et 3.146 ; le premier exemple est, il est vrai, discutable : puisqu’il pourrait s’agir d’une réactualisation effectuée par l’auteur de la source dont s’est servi Pline.

5 Sallmann 1971, 104.

6 Pline 3.139 ; voir infra extrait 15.

7 Le ius Italicum : nous n’aborderons pas la question - et par là-même, celle de la signification de l’immunitas – mais il est hautement probable qu’il s’agit d’un lapsus et qu’il vaudrait mieux lire ius Latii, d’autant que Pline évoque ce droit largement répandu en péninsule Ibérique.

8 Le texte cité est celui de l’édition Ian & Mayhoff 1967.

9 Par exemple quondam a Colchis condita, 3.129.

10 Pline 3.146-149.

11 Strabon 4.6.10 et 7.5.2.

12 Cf. la mention du Mont Claudius : indice bien ténu, il est vrai, car il n’est pas certain qu’il s’agisse d’un hommage à l’empereur.

13 Pline 3.139-144. Pline rappelle, en 3.37, à propos de la Narbonnaise, qu’il existe un document officiel tenu à jour par les empereurs successifs : cf. Sallmann 1971.95-102 et 201-205.

14 Pline 3.146.

15 Pline 3.141.

16 Pour Wilkes 1969, 288, l’établissement des conuentus est antérieur à la révolte de 6 p.C. et serait à l’origine de cette révolte. Ainsi, après avoir vaincu la rébellion, Rome aurait démantelé l’Illyricum en créant deux provinces en 8 p.C. ; mais elle aurait maintenu le découpage administratif en conuentus pour la seule Dalmatie (Pline ne parle pas en effet de conuentus pour la Pannonie) : cette argumentation n’est pas très convaincante.

17 Pline 3.150 = supra, unité 36. Pour cette question sur laquelle je ne m’arrêterai pas, voir Degrassi 1954, 54-59, et en dernier lieu Zaccaria 1986, 72-73.

18 Pline 3.150-152, unité 37.

19 Sur l’existence d’un Liber de aestuariis de Varron, cf. Sallmann 1971. 10.

20 Cette hypothèse est fondée sur trois faits : 1. Varron a séjourné en Liburnie (R., 2.10.8) ; 2. il est question de la fondation césarienne de Pola ; 3. les distances sont exprimées en milles. En revanche, si l’on admet que Pline a converti ses distances en milles, comme l’a démontré Desanges 1980, 227-228 pour la Byzacène, il faudrait penser à Artémidore pour l’unité I : cet auteur est le premier et le seul en dehors de Pline à mentionner Flanona et à préciser que tout ce golfe est appelé Flanotikos : cf. Marcien d’FIéraclée, Ep. Art., 4.10 = Steph. Byz. s.v. Φλὰνων.

21 Fabius Pictor, Hist., fr. 23 (HRR. 12).

22 Pline 3.130 : quos scrupulosius dicere non attineat “pour lesquels il n’est pas nécessaire d’en dire davantage" ; voir aussi, par exemple, 3.7 ; 3.28 ; 3.139 ; 5.1.

23 Cette question a suscité une abondante littérature : outre Vedaldi Iasbez 1994, 246-248, voir en dernier lieu, Čacě 1992-1993, 1-36.

24 Pline 3.130.

25 D’après Nissen 1983, 218, n. 5, les Togienses tiendraient leur nom de la rivière Togisonus, répertoriée par Pline 3.121 en territoire padouan ; cf. Vedaldi Iasbez 1994, 277. Les Nedinates sont les habitants de Nedinum, oppidum absent du passage consacré à la Liburnie (3.139).

26 Pline 3.139.

27 Alveria : Premerstein 1919, 1250, repris par Kornemann 1935,596, Polaschek 1953,40 et Degrassi 1954, 85. Contra (Alvona) : Kubitschek 1882, 84, suivi par Detlefsen, Alföldy et Wilkes.

28 Pour les Flamonienses, cf. Premerstein 1924, 206 ; Alföldy 1965, 69-70 ; Wilkes 1969, 487. Pour les Foretani, cf. Beloch 1886. 323, suivi par Premerstein, Alföldy et Wilkes.

29 Liste des oppida ciuium Romanorum et, après évocation des oppida graeca, liste des ciuitates.

30 Énumération en 3.7 pour la Bétique et 3.18 pour l’Espagne Citérieure, mais, par exemple, description du conuentus Gaditanus, 3.7 et du conuentus Caesaraugustanus, 3.24. sans qu’ils soient expressément annoncés.

31 Pline 3.12.

32 Wilkes 1969, 260.

33 Les mêmes raisons expliquent probablement le choix de Scardona comme centre de conuentus plutôt que la colonie de lader. Cf. Tite-Live 44.31.

34 Étienne 1958 ; Tranoy 1981. Epidaurum : CIL, III, 1741 ; Scardona : CIL, III, 2802 ; 9897 = AE, 1938, 68 (base de statue dédiée à Néron, fils de Germanicus, par les ciuitates Liburniae) ; III, 2810 (sacer[dos] ad aram Lib[urn.] ; Narona, CIL III, 6361 (Pappia L.f. Brocchina, sacerdos diuae Augustae).

35 Pline 3.7 : conuentus iuridici.

36 Par ailleurs, la Liburnie fut momentanément détachée de la Dalmatie pour constituer une province à la fin du IIe s. : cf. Medini 1980, 363-434.

37 Tite-Live 45.26.

38 Reste cependant une question, liée à sa juridiction. Les Docleates sont dits expressément dépendre du conuentus de Narona ; or ils sont localisés dans les environs de la future Doclea : ne peut-on imaginer que la juridiction de Narona s’étende non seulement sur la vallée de la Neretva mais aussi sur les peuples de l’intérieur profond, même s’ils sont plus au sud ?

39 Voir šašel 1992, 124-142 : l’auteur rend compte des travaux de Rendic-Miošević, Katičić et Alföldy sur cette question.

40 Pline 3.129. L’actuelle Rižana/Risano était la frontière de l’Italie républicaine (cf. Pline 3.127), à partir probablement des années 42/41 a.C. : cf. en dernier lieu, Zaccaria 1986, 66. Quant à l’actuelle Raša, frontière de l’Italie augustéenne, cf. Pline 3.129.

41 Pline 3.133.

42 Il a pu s’inspirer de la carte d’Agrippa, vraisemblablement instigateur avec Auguste du déplacement de la frontière italienne à l’Arsia.

43 L’Ocra, en tant que montagne, n’est pas signalé par Pline ; mais nous connaissons cet oronyme par Strabon 4.6.10 et 7.5.2 : l’Ocra est identifié à l’actuel Nanos/Ré (cf. Vedaldi Iasbez 1994, 98-100).

44 Sur les Subrocrini, en particulier, cf. Fluss 1931,486, Degrassi 1954,90, n. 38, Margetić 1979-1980,75-101 ; en revanche, Rossi 1992, 163 rappelle que la racine ocr-, présente dans les langues celtique et latine, désigne un sommet, quel qu’il soit : les Subocrini auraient été appelés ainsi indépendamment de la montagne Ocra.

45 Margetić 1979-1980, 95 pense qu’ils devaient se trouver dans la région de l’actuelle Barbana, en pleine Istrie, juste avant de franchir l’Arsia quand on vient de Pula.

46 Cf. Šašel 1974, 9-11. Margetić 1979-1980, 85-86 propose de localiser les Catali dans les collines au sud de la vallée de la Vipava, c’est-à-dire, immédiatement au-delà du Karst triestin.

Table des illustrations

Légende Tableau : L’organisation du livre III.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Titre Les conuentus de DalmatieEssai de définition territoriale
Légende Quelques chefs-lieux de cités, signalés par Pline et présents dans ce texte :1 : Acruuium ;2 : Alveria ;3 : Alvona ;4 : Asseria ;5 : Fulfinum ;6 : Meteon ;7 : Nedinum ;8 : Olciniium ;9 : Pola ;10 : Rhizon ;11 : Scodra ;12 : Varvaria.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre LA REPRÉSENTATION DE LISTRIE
Légende D’après les coordonnées de Ptolémée
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Dans la Tabula Peutingeriana
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Proposition de lecture du texte de Pline
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Interprétation du texte de Pline
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6699/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 222k

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search