Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Pline et la Carie

Raymond Descat

Texte intégral

1Il y a certainement plusieurs façons d’aborder l’étude des pages géographiques de Pline, et en particulier celle du spécialiste de la géographie antique que je ne suis pas. Mon approche est plus modeste et issue de la nécessité de comprendre sur le terrain, à l’occasion des prospections que l’institut Ausonius effectue en Carie du sud depuis quelques années, la situation réelle des toponymes cités par Pline pour cette région. En partant de cette optique j’ai été amené à m’intéresser à la manière dont Pline organise son érudition et son récit.

  • 1 Robert 1949, 236.

2Les remarques qui suivent se situent certes dans la lignée des recherches de Louis Robert qui écrivait sur ce point en 1949 : “J’ai entrepris depuis longtemps un commentaire détaillé, mot à mot, des chapitres de Pline relatifs à l’Asie Mineure, aux Iles et à la Grèce continentale : magnum opus”1. Mais, même en me réduisant à la Carie, la perspective reste trop vaste et ce n’est donc pas un commentaire mot à mot que je ferai, mais une étude de la façon dont Pline a travaillé et utilisé ses sources dans cette région. Quelques exemples seront exploités plus en détail à l’occasion.

  • 2 Pline 5.103-109 et 131-134.

3La Carie de Pline se présente, d’une façon habituelle dans une description géographique, sous trois aspects vus successivement, la côte et l’intérieur qui sont cependant associés et les îles, répertoriées à part2. C’est ce plan que nous suivrons.

1. La côte

4Pline présente le rivage d’est en ouest, de la Lycie à l’Ionie, comme chez Pomponius Méla ou dans le Stadiasme. L’orientation est différente chez le Ps-Skylax, chez Ptolémée et en partie chez Strabon, qui traite la Carie dans le sens de Pline mais en l’intégrant dans une étude d’ensemble qui va de l’Ionie à la Lycie.

  • 3 Pline 5.101 et 103 ; Strabon 14.2.2 ; Méla 1.16.83.
  • 4 Hérodote 1.172.
  • 5 TAM, II, 131.
  • 6 Pline 5.102.

5Le point de départ est la frontière de la province d’Asie : Telmessos est en Lycie et la Carie commence immédiatement à l’ouest de la ville, avant le fleuve Glaucos (actuel Karge Çay), ce qui est à peu près la même chose que Strabon, qui fait commencer la Pérée rhodienne (et par conséquent implicitement la province d’Asie) à Daidala un peu plus à l’ouest, et Pomponius Méla3. Plus anciennement Hérodote plaçait les bornes de la Carie à Kalynda, dans une région qui, il est vrai, a selon les périodes été carienne ou lycienne4. Même à l’époque romaine la frontière administrative ne reste pas fixe et Pline ne reflète pas la situation administrative de son temps. On sait en effet que, peut-être à la suite d’une décision prise par Galba, la Lycie s’avance plus à l’ouest puisque la ville de Lydai, non mentionnée par Pline mais qui se situe à l’ouest de Krya, donnée par Pline comme une ville carienne, honore par une inscription le gouverneur de Lycie Sextus Marcius Priscus entre 67 et 69 p.C5. La date de la source administrative suivie par Pline ne peut toutefois être déterminée avec les seules données de ce secteur. Il est certain, comme nous le verrons avec précision pour d’autres régions de la Carie, qu’elle est d’époque augustéenne, ce qui est rappelé avec la mention de l’intervention d’Agrippa en Lycie6.

  • 7 Pline 5.103, ce qui correspond à son rôle essentiel dans la région, en particulier pour le flottag (...)
  • 8 Magie 1950, 218-219 et Sherwin-White 1984, 124 et 241.
  • 9 Pline 5.104 : Oppidum fuit Acanthus, alio nomine Dulopolis.
  • 10 L. & L Robert 1989, 37-38. Sur les cités appelées Doulopolis, voir Iordanov 1993, 173-190.
  • 11 Cf. Wilhelm 1908, 69-70.
  • 12 Par exemple Alexandre de Milet, le Polyhistor. Sur cet auteur, Sallmann 1971, 84.

6La description de la côte adopte la présentation traditionnelle des périples, où l’on note essentiellement les baies, promontoires et villes littorales. Dans l’ensemble elle paraît logiquement ordonnée, même si les sites ne sont pas tous identifiés. Les ajouts érudits à la simple énumération, comme le rappel de l’hydrographie abondante du fleuve Indos, sont peu nombreux7. Il faut remarquer cependant que certains n’existent que chez Pline et sont donc susceptibles de précisions chronologiques intéressantes. La ville de Krya, à l’est de Caunos, est appelée Krya fugitiuorum, mention qui doit certainement remonter à la guerre mithridatique marquée dans cette région par une forte résistance à Mithridate, ce qui avait provoqué probablement un mouvement de réfugiés qui affluèrent dans la péninsule de Krya8. D’autre part une métonomasie pour un site qui se trouve à l’extrémité orientale de la péninsule cnidienne nous révèle l’existence d’une Doulopolis9. Cette attestation exceptionnelle s’éclaire à l’aide du parallèle fourni par une ∆ούλων πóλις dans une inscription de Claros qui renvoie à un lieu d’esclaves révoltés lors de la guerre d’Aristonicos10. Or le golfe Céramique, où se trouve la Doulopolis de Pline, est bien cité »comme l’une des zones de combat11. Le témoignage de l’auteur romain s’insère donc parfaitement dans ce cadre ; c’est en même temps un élément intéressant pour avancer l’idée d’une source hellénistique, au plus tôt duIer a.C., que Pline utilise dans sa description de la côte12.

  • 13 Pline 5.102 : Mare Asiaticum. Cf. Sallmann 1971, 232.
  • 14 Pline 5.103 : Caria mediae Doridi circumfunditur, ad mare utroque latere ambiens.

7Deux autres éléments vont dans le sens de sources assez tardives, plus tardives certainement que les sources de Strabon. Le premier est la notion de mer Asiatique pour désigner l’espace maritime qui commence à l’ouest de Telmessos, nom qui se superpose au nom hellénistique utilisé par Strabon de mer de Carpathos (que connaît aussi Pline, siue Carpathium), et qui est en rapport étroit avec la place de la province d’Asie dans la description terrestre et une source administrative13. Le second touche à la présentation géographique d’ensemble qui est extrêmement originale puisque Pline est le seul auteur à décrire une côte où la Carie entoure la Doride des deux côtés jusqu’à la mer14. Le lecteur s’attend donc à un texte qui décrive la côte de l’est vers l’ouest dans l’ordre Carie/Doride/Carie, que Pline va effectivement respecter.

  • 15 Pline 5.107 : Doridis in sinu Leucopolis, Hamaxitos, Eleus, Etene (plus Cnide en 5, 104).

8Le point le plus important est l’absence de la mention de la Pérée rhodienne qui existe encore chez Strabon. Elle fait du texte de Pline un exact intermédiaire dans la tradition géographique entre Strabon et Ptolémée. Ptolémée décrit en effet la côte en mentionnant de l’ouest vers l’est d’abord la Carie jusqu’à Myndos puis la Doride d’Halicarnasse à Caunos. Cette division régionale binaire n’existe pas avant lui. Strabon utilise en revanche un schéma ternaire avec respectivement – en gardant pour la commodité de l’exposé un sens de l’ouest vers l’est – les cités cariennes, les cités doriennes et la Pérée rhodienne qui conduit jusqu’en Lycie. Le fait curieux est que Pline conserve une division en trois zones mais qui ne correspond plus en fait qu’à deux éléments, la Carie, qui apparaît deux fois, et la Doride, la Pérée rhodienne disparaissant de la présentation. Cette disposition, qu’on ne retrouve nulle part ailleurs, entraîne des anomalies. C’est ainsi qu’Halicarnasse, cité dorienne s’il en est et ainsi décrite par Strabon et Ptolémée, est présentée comme carienne par Pline, qui par conséquent réduit considérablement, et d’une façon contraire à la tradition historique, le nombre des villes doriennes15. Cette erreur peut s’expliquer par un conflit entre d’un côté la tradition d’un périple côtier à la façon hellénistique, encore suivie par Strabon, qui distingue les cités appartenant à la Pérée rhodienne des autres cités doriennes (comme Cnide ou Halicarnasse) et bien sûr des cités proprement cariennes, et de l’autre une conception nouvelle de type administratif, dominante chez Pline, marquée par l’existence des conuentus de la province d’Asie, dont deux seulement touchent les côtes de Carie, celui de Kibyra et celui d’Halicarnasse et dont la frontière correspond à la division que Pline choisit. Cette situation entraîne un redoutable problème dans la description de la côte.

  • 16 Pline 5.105.
  • 17 Strabon 14.2.15 et sous la forme Παργασές(ATL, III, 36 / IG, 13, 263 ATL, III, 15 / IG, I3, 266 ; (...)
  • 18 Je renvoie à Robert 1980, 362-365.
  • 19 Bean & Cook 1952, 183.

9La première partie, carienne, se termine en effet avec le Triopion et l’extrémité de la péninsule cnidienne (est in promuntorio Cnidos libera, Triopia) par la mention de Pegusa, et Stadia appellata, à partir de laquelle commence la Doride, ab ea Doris incipitl16. Ce site, essentiel pour comprendre la disposition géographique dans le texte de Pline, n’est pas a priori identifiable, puisque le nom de Pegusa est inconnu. On doit cependant penser ici à une erreur de lecture car une autre leçon donne Pegasa, qui me paraît préférable, où l’on retrouve sans difficulté une forme semblable aux Pergasa – Pargasa – Bargasa connues par Strabon et les listes attiques de tribut17. Il est admis depuis longtemps qu’il existe un toponyme de ce nom le long du golfe Céramique, qui ne doit pas être confondu avec une autre Bargasa dans la vallée de l’Harpasos, mais dont la situation précise n’est pas connue. Le texte de Pline apporte dans ce contexte une précision intéressante et jusque-là négligée car il place Pegasa près du Triopion comme autre nom de Stadia (Datça)18. Or il existe un toponyme moderne, Barkaz, déjà utilisé par Newton en 1857, et qui correspond à la première baie de la péninsule cnidienne le long du golfe Céramique (entre le Triopion et Datça), où Newton puis Bean ont vu des restes antiques, en particulier ceux d’un port19. Il est fort probable que nous avons là la Pegusa/Pegasa de Pline, petite communauté intégrée à l’époque classique et hellénistique dans la polis cnidienne et qui se trouve précisément à l’entrée du golfe. Le ab ea Doris incipit prend donc tout son sens dans la source utilisée par Pline, qui décrit le littoral et qui entame au lieu-dit Pegasa/Pergasa, en quelque sorte à l’entrée du golfe Céramique, la description des villes doriennes.

  • 20 Robert 1949b.
  • 21 Cette hypothèse, émise par Robert 1949b, 238 a été confirmée par les découvertes épigraphiques (vo (...)

10C’est cette description de la Doride qui précisément pose quelques problèmes à Pline. Le lecteur attend en effet à ce moment précis une description de la Doride mais Pline choisit de se tourner (terga) vers l’intérieur de la Carie et de décrire les mediterraneae iuridictiones, les conuentus, décrits selon les listes officielles, qui se décèlent aux noms de peuples cités au nominatif pluriel20. Pourquoi ce changement de direction ? La seule hypothèse valable est que Pline dispose d’indications suffisamment précises pour rattacher le périple côtier à une formula prouinciae et aux conuentus officiels. Le premier conuentus qui est cité est celui de Kibyra, qui visiblement intègre toute la région côtière que Pline vient de décrire depuis son entrée dans la province d’Asie. Il est probable que c’est donc dans la zone qui se trouve autour du golfe Céramique que se situe la frontière côtière entre le conuentus de Kibyra et son voisin occidental, qui est à cette époque celui d’Halicarnasse21. En effet en partant du conuentus de Kibyra, Pline cite seulement vers l’intérieur ceux de Synnada et d’Apamée.

11Les anomalies constatées au vu de l’énumération trop courte de la Doride de Pline viennent sans doute de ce que cette dernière est incluse dans le conuentus de Kibyra alors qu’Halicarnasse, autre ville dorienne, ne l’est pas et devient donc de ce fait un site en dehors de cette Doride qui pose les problèmes d’identification les plus importants de tout le passage sur la Carie.

  • 22 Pline 5.107.
  • 23 Méla 1.17.84 : Interque eam (Cnidus) et Ceramicum sinum, in recessu posita, Euthana.
  • 24 Voir Bean & Cook 1957, 63-64 et Bresson 1991, 53-54.
  • 25 Méla 1.16.85. Le lien – tentant-avec un Leucopagus près de Caunos, mentionné par le Stadiasme, 267 (...)
  • 26 Pline 5.124. Les liens légendaires entre la Carie et la Troade sont nombreux mais aucun ne nous pe (...)
  • 27 Méla 1. 16.84. Voir la discussion dans Bresson 1991,87.

12Doridis in sinu Leucopolis, Hamaxitos, Eleus, Etene écrit Pline avant de revenir selon son plan d’origine à la description de la Carie, dein Cariae oppida Pitaium, Eutane, Halicarnassus22 Or les toponymes cités comme doriens sont tous inconnus sauf probablement Etene, que l’on doit rapprocher de l’Euthana de Pomponius Méla, placée “dans un renfoncement entre Cnide et le golfe Céramique”23 ; et du dème rhodien d’Euthèna, que l’on suppose être à l’extrémité est du golfe Céramique et au sud d’Idyma24. On peut donc penser que le golfe de Doride est un autre nom, inusité cependant par ailleurs, du golfe Céramique. En ce cas Leucopolis a de fortes chances d’être la même chose que le litus Leuca mentionné à l’entrée du golfe Céramique par Méla25. En revanche le toponyme Hamaxitos qui suit – qui est le nom d’une cité connue de Troade – est certainement une intrusion, comme on en rencontre ailleurs chez Pline, qui pourrait peut-être s’expliquer par une position juste après Halicarnasse dans une liste alphabétique, à moins que ce ne soit la trace d’une amaxitos (odos), une “route pour chars” avec ses destinations, ce qui a été compris par Pline comme un toponyme26. Les choses ne sont pas plus simples avec Eleus, qui peut cependant être rapproché des toponymes Hyla rencontré chez Méla et Αὑλαί dans la Pérée rhodienne connu par une inscription27. Sans aucune certitude, cet environnement permettrait donc de proposer une position géographique au sud-est du golfe Céramique.

13La Doride de Pline serait donc réduite à une portion congrue, essentiellement le long des côtes sud du golfe Céramique et des régions voisines vers le sud et sud-est, n’allant ainsi pas au-delà du conuentus de Kibyra.

  • 28 À paraître dans Les Hautes Terres de Carie du Sud.
  • 29 On peut envisager également une erreur de copiste qui aurait écrit un a à la place d’un s, ce qui (...)
  • 30 Là aussi, une erreur de transcription n’est pas à exclure pour des sites aussi peu connus. Les man (...)

14La dernière partie du périple côtier s’ouvre donc de nouveau avec les mentions de sites cariens : dein Cariae oppida Pitaium, Eutane, Halicarnassus. La logique voudrait que l’on se dirige désormais vers la côte nord du golfe Céramique, comme y fait penser la présence en troisième rang d’Halicarnasse. C’est en effet très probable mais les indices sont minces en dehors de la présence d’Halicarnasse. Le toponyme de Pitaium est une simple conjecture, car les manuscrits portent aussi souvent Piatium ou Piacium. Les prospections de l’institut Ausonius ont permis de retrouver le site des Pistianoi, toponyme intégré dans la communauté déjà connue des Pisyètai dont le territoire va probablement de Pisyè, au sud de Stratonicée, jusqu’à la côte nord du golfe Céramique28. Il est tentant de considérer que nous avons là le même toponyme, retranscrit différemment selon les traditions29. La position géographique est cohérente puisque nous sommes au nord du golfe Céramique, entre Euthèna (ou au moins la frontière de la Pérée rhodienne intégrée) et Halicarnasse, comme le fait penser le texte de Pline. Le dernier toponyme cité, Eutane, s’il n’est pas un doublon d’Etene, paraît inconnu30.

  • 31 Pline 5.107. Cf.Varinlioğlu étal. 1992, 155-174.
  • 32 Arrien, An. 2.5.7.

15Le reste de la péninsule d’Halicarnasse jusqu’à Iasos et l’Ionie ne pose pas de problème particulier, la description du périple étant assez régulière et solidement fondée. On doit noter sur un point la bonne information de Pline qui mentionne un synoecisme créé par Alexandre autour d’Halicarnasse et qu’une inscription récemment publiée par notre équipe rend très vraisemblable, contrairement à ce que l’on pensait31. Sur ce point il utilise une source hellénistique assez précise sur la Carie, peut-être semblable à celle dont dispose Arrien dans son Anabase d’Alexandre32.

2. L’intérieur

  • 33 Pline 5.108-109.

16Chez Pline, et en particulier en Asie Mineure, le cadre de description de l’intérieur de la province est pour l’essentiel la mention des conuentus sur lesquels nous allons revenir. Toutefois les sources de Pline ne se limitent pas à ces listes officielles, comme on le constate au début de sa description de la Carie “intérieure”33. Une série de toponymes apparaît à la façon des itinéraires et c’est seulement à la fin qu’on retrouve les ethniques caractéristiques des conuentus, en l’occurrence celui d’Alabanda : Alabanda libera quae conuentum eum cognominauit.

  • 34 Ubi fuere Symmaethos et Cranaos oppida : il existe un monnayage hellénistique qui appartient peut- (...)

17Pline mentionne d’abord deux villes célèbres (interiorum nominum fama) Mylasa, l’ancienne capitale de la Carie par laquelle il commence, mais qu’il ne fait que citer, et Antioche du Méandre, sur la fondation de laquelle il donne des renseignements érudits34. À partir de là, suit dans tout le § 108 un itinéraire descriptif de la vallée du Méandre, qui est marqué par l’abondance des métonomasies et des références mythologiques. Cet “Itinéraire du Méandre” vient certainement d’une source précise qui peut être Artémidore. L’ordre n’en est pas vraiment rigoureux, mais cela peut s’expliquer par le fait qu’il recoupe les autres sources de Pline, en particulier les listes administratives, car, en suivant le fleuve, il va de l’Ionie à la Phrygie.

  • 35 Robert 1962, 51-160.
  • 36 Janni 1978, 40, parle des disséminations aberrantes des Pygmées chez Pline (“même en plein coeur d (...)
  • 37 Stéphane de Byzance s.v. Θιβαḯς.

18L’impression que laisse le texte est celle d’une description qui conduit de l’amont vers l’aval. L. Robert a bien montré que le secteur Eumenia – Berekynthios est en Phrygie et non en Carie et représente donc stricto sensu une erreur de Pline35. Mais si l’on propose un itinéraire du Méandre comme source principale du naturaliste, cette erreur est compréhensible. Il est clair d’autre part que la source de Pline est très riche en références mythologiques, qui s’appuient toutefois sur des traditions locales. Ainsi en est-il de la mention des Pygmées à Tralles (quidam ibi Pygmaeos habitasse tradunt) qui a paru complètement fantaisiste à beaucoup d’auteurs36. En réalité l’explication mythique est logique puisque Traila, qui donne son nom à la ville, est d’origine thrace ; c’est une des Amazones, venant de Thibai au nord des pays scythes37, un des lieux “normaux” des Pygmées et dont la consonance rappelle bien sûr aussi l’Égypte (comme l’une des rivières de Tralles chez Pline perfunditur Thebaide).

  • 38 Pline 5.109 : Praetera sunt Thydonos, Pyrrha, Eurome, Heraclea, Amyzon, Alabanda libera quae conue (...)

19Après cet itinéraire érudit du Méandre, Pline suit une autre source (praeterea sunt Thydonos) en mentionnant une série de villes de Carie, qui ne sont plus liées directement au Méandre (sauf au début, à son embouchure, avec des toponymes voisins de Milet comme Thydonos et Pyrrha) et qui sont décrites plus sèchement que celles de la vallée du Méandre sans métonomasies ni développements mythologiques38.

  • 39 C’est le sens des remarques faites par L. et J. Robert 1954, 231.
  • 40 Cf. Strabon 14.2.2.

20Au milieu de cette liste figure Alabanda, ce qui a fait dire à tort à L. Robert, en contradiction avec ses propres remarques, que l’ensemble est une liste du conuentus d’Alabanda39. Malgré l’ambiguïté du vocabulaire employé par Pline, l’absence des ethniques est une donnée irréfutable qui nous conduit à penser à autre chose, de même que la disposition des toponymes dans le texte. Il s’agit en effet plus probablement de lieux sur des itinéraires – comme ceux qu’Artémidore a pu donner sur la Carie40. Ils peuvent se définir ainsi :

  • Thydonos – Pyrrha, le long du golfe Latmique.
  • Eurômos – Héraclée (on connaît une route mentionnée dans le traité de sympolitie entre Milet et Pedasa) et Héraclée – Amyzon (des restes d’une route hellénistique ont été repérés par A. M. Peschlow lors de prospections récentes)41.
  • Stratonicée – Keramos avec au milieu le site de Hynidos, qui est inconnu, mais qui pourrait être l’Eunai de Stéphane de Byzance dont l’existence est maintenant confirmée par la découverte d’une inscription d’Ouranion mentionnant un Εὐνιτής42. Or il est probable qu’Eunai/Hynidos est près de Kasôssos, soit exactement sur la route de Stratonicée à Keramos.
  • Le dernier morceau d’itinéraire est Troezene - Phorontis. Il s’agit de noms hors de propos, mais en apparence seulement. On sait en effet que Trézène en Argolide est l’une des métropoles d’Halicarnasse, ce qui explique le nom43. Phorontis évoque la ville des descendants de Phoroneus, roi mythique d’Argos, qui a eu plusieurs enfants parmi lesquels Kar, l’éponyme des Cariens, dont le tombeau est situé par Stéphane de Byzance à Theangela, près d’Halicarnasse44. Pour ces raisons érudites, le dernier itinéraire indiqué par Pline est plus simplement celui entre Halicarnasse et Theangela. Rien ne s’oppose donc à ce que l’ensemble du passage (de praeterea à Phorontis) soit fondé sur des itinéraires de Carie que Pline réutilise sous forme de liste continue. Il faut noter qu’ils ont tous la particularité de partir probablement d’un port de la côte (Pyrrha, Héraclée, Keramos, Halicarnasse) vers l’intérieur des terres.
  • 45 Longinquiores eodem foro disceptant Orthronienses, Alidienses, Euhippini, Xystiani, Hydissenses, A (...)
  • 46 L. et J. Robert 1954, 231.
  • 47 Pline 6.113.

21Nous retrouvons à la fin du §109 une liste d’ethniques qui appartiennent spécifiquement au conuentus d’Alabanda45. Si tous ces sites sont bien identifiés, le problème posé par le texte est celui du sens de cette énumération qui semble quelque peu aléatoire. L. Robert écrivait : “Ces villes sont énumérées dans un beau désordre [...] et le mot longinquiores lui-même ne signifie rien”46. Il est cependant possible d’envisager les choses différemment. Longinquiores, qui détermine le sens de tout le passage, n’existe pas ailleurs dans les livres géographiques de Pline, mais peut prendre un sens superlatif, comme par exemple ulteriores47. Dans ce cas, l’adjectif évoquerait les villes “les plus éloignées” du conuentus d’Alabanda et l’énumération, même en désordre, dessinerait les limites de la juridiction. Nous pouvons constater qu’avec cette hypothèse, tout se met correctement en place.

  • 48 Robert 1949. Il faut ensuite ajouter l’inscription publiée par Habicht 1975, 64-91 (avec les remar (...)
  • 49 Habicht 1975, 65 : Bargylia, col. II, 1.15 ; Amyzon, col. 1,1. 33.
  • 50 Pline 5.120 : Caesarienses, Mastaurenses, Briullitae...

22Sur le terrain, en effet, le texte délimite un conuentus qui va d’Hydissos à l’ouest à Trapezopolis et Apollonia à l’est, qui s’adapte parfaitement au découpage probable des circonscriptions administratives en Carie tel qu’il est maintenant connu après les travaux de L. Robert et les découvertes épigraphiques d’Ephèse48. Le conuentus d’Alabanda touche ainsi, à l’ouest d’une “ligne” Hydissos – Alinda, à celui d’Halicarnasse vers le sud (dont fait partie avec certitude Bargylia) et celui de Milet vers le nord (dont fait partie Amyzon)49. Dans sa partie nord, il reste sur la rive gauche du Méandre et est voisin du conuentus d’Ephèse, qui se situe sur l’autre rive, en comprenant entre autres Tralles, Mastaura et Brioula50.

  • 51 C’est la date de la partie concernée du Monumentum Ephesenum, §39.
  • 52 On voit en effet que Pline 5.123 place les Hellespontins dans le conuentus d’Adramytion alors qu’e (...)
  • 53 Roddaz 1984, 419.

23L’époque de la forma prouinciae que Pline utilise peut se déterminer assez précisément, puisqu’en 17 a.C. le conuentus d’Alabanda est provisoirement supprimé51. Elle remonte donc à une période antérieure et vaut pour toute l’Asie Mineure52. Il ne peut s’agir que de la période liée au premier séjour d’Agrippa en Asie en 23-2253.

  • 54 La position d’Harpasa est connue, sur la rive droite de l’Harpasos ; celle de Coscinus, qui est la (...)

24La description de l’intérieur se termine un peu différemment puisque l’on revient à des toponymes sans ethniques : praeter haec sunt Coscinus, Harpasa adposita fluuio Harpaso, quo et Trallicon cumfuit adluebatur. La région concernée est très précisément celle de la basse vallée de l’Harpasos près du confluent avec le Méandre54. Logiquement elle fait partie du conuentus d’Alabanda, mais Pline doit ici utiliser de nouveau sa source sur la vallée du Méandre, comme le laisse penser la métonomasie évoquée pour Harpasa.

3. Les îles

  • 55 Pline 5.132-134.
  • 56 Pline 5.131 : Glaucumque uersus amnem.

25Selon l’habitude les îles sont, dans le texte, séparées du continent55. Elles posent, en dehors de celles qui ont constitué des centres politiques, des problèmes complexes d’identification car elles ont laissé peu de traces dans l’histoire. La structure du récit respecte cependant de manière probablement assez précise les frontières administratives. C’est ainsi que les îles de Lycie sont décrites jusqu’au fleuve Glaucos, qui constitue la frontière de la province d’Asie56.

  • 57 Pline 5.132 : Pulcherrima est libera Rhodos.
  • 58 Sur la question des sources de Pline pour les îles, cf. Sallmann 1971, 53-54, n. 8.
  • 59 Les Argiae sont peut-être à l’est de Patmos, cf. Hisrchfeld 1893.
  • 60 Pline 5.134 : Hinc Caryanda cum oppido ; nec procul ab Halicarnasso Pidossus.

26En revanche, à l’intérieur de la province, l’ordre d’exposition est bouleversé. En premier lieu par une hiérarchie dans la description qui privilégie les grandes îles : la première citée est la plus belle et la plus importante, Rhodes57. Dans ce cas, la liste ne suit pas un ordre linéaire mais trace plutôt des cercles concentriques autour de l’île principale. On a ainsi une description de Rhodes, puis des Rhodiorum insulae de Carpathos à Symè, enfin des îles autour de Rhodes, praeter has circa Rhodum. C’est seulement à la fin du § 133, après la zone rhodienne, que commence une description globale des îles de Carie (in Cariae ora...), qui montre tout de suite une source différente de celle qui a servi à la description du littoral, puisque le sens d’exposition va apparemment de l’ouest vers l’est, en fait du nord-ouest au sudest58. Le texte commence avec les Argiae59 et, par Lepsia, Leros et Cos, arrive aux petites îles proches de la côte, à Caryanda (considérée comme une île) et à Pidossus, face à Halicarnasse60. Arrivé dans cette région, à l’ouverture du golfe Céramique, le texte se termine ainsi : in Ceramico autem sinu Priaponesos, Hipponesos, Pserema, Lampsa, Aemyndus, Passala, Crusa, Pyrrhaeciusa, Sepiusa, Melano, paulumque a continente distans quae uocata est Cinaedopolis probrosis ibi relictis a rege Alexandro.

  • 61 Peut-être les îles de Kara Ada (dans d’autres traditions Arkonnèsos ?) et d’Orak Ada, sur lesquell (...)
  • 62 Sur la position possible de Lepsimandos, cf. Descat, 1994, 61-68. Sur Passala, Bean & Cook 1955, 1 (...)
  • 63 Crusa a peut-être quelque rapport avec un toponyme restitué [K]ροσε[ς] dans les listes des tributs (...)
  • 64 Bourguet, 1929, n° 497,1. 10, qui ne croit cependant pas au rapprochement avec le toponyme de Stép (...)
  • 65 Athénée 14.13 (621a) : cf. Launey 1945, 33-45. Au pied de la lettre, le texte de Pline évoque autr (...)

27L’ensemble reste assez obscur mais, en m’appuyant sur quelques points plus solides, je proposerai le schéma suivant. Il est impossible que toutes ces îles soient situées dans le golfe Céramique comme le texte peut le faire penser, puisque l’on connaît la position de Pserema, au nord de Cos. Il vaut mieux comprendre le début seul comme une note sur les îles du Golfe, à la suite de la description d’Halicarnasse : “Et quant au golfe Céramique, (il y a) Priaponesos, Hipponesos”61. Ensuite vient une description plus lisible qui comprend Pserema, Lampsa et Aemyndus, qui est en fait le nom de l’île de Lepsimandos, au sud de Bargylia et Passala qui est le port de Mylasa, avant Iasos62. L’ordre s’est donc infléchi vers le nord, pour les nécessités d’une description complète, mais il est infiniment peu probable que les derniers toponymes soient en direction de l’Ionie, où les îles non répertoriées se font rares. Il faut donc plutôt penser au retour à l’ordre originel, c’est-à-dire vers la Lycie, une fois “sautée” l’étape rhodienne qui a été décrite plus haut63. Les deux derniers toponymes en donnent peut-être la confirmation : Melano peut faire penser à Μέλαιναι, cité de Lycie selon Stéphane de Byzance qui est peut-être la même chose que les Μ]ελανῖται mentionnés dans une liste de théarodoques de Delphes à côté de Rhodes64. Quant à la mention de la Cinaidopolis, où ont été installés des gens “infâmes”, on peut la rattacher à l’anecdote de Sotadès, celui qui est précisément un kιναιδολóγος qui, dans une tradition qui nous vient d’Hégésandros par Athénée, a été puni de ses vers injurieux envers Ptolémée II (de véritables probosa carmina) par une détention ἐν Καύνῳ τῇ νὴσῳ, ce qui n’est pas très explicite mais laisse penser au moins à un site proche de Caunos et de l’extrémité de la province d’Asie65.

28Tant que tous les toponymes ne seront pas fixés avec précision sur une carte, la Carie de Pline conservera aux yeux de l’historien beaucoup de points obscurs. Mais l’ensemble n’en apparaît pas moins empreint d’une certaine justesse et il n’est pas exclu que cette impression se renforce à l’avenir. Ce n’est pas contradictoire avec la constatation des erreurs, confusions ou répétitions du texte. Le travail du commentateur moderne se situe aussi dans la reconstitution de la logique des erreurs. Elle est largement liée chez Pline à la combinaison systématique de sources différentes. Le cadre dominant est la liste officielle, administrative, des conuentus par province, qui donne la délimitation générale et la description de l’intérieur. Dans deux cas (le lien entre le conuentus de Kibyra et la côte et les limites du conuentus d’Alabanda), si les remarques faites plus haut sont retenues, on peut probablement dire que cette représentation administrative se relie à une certaine représentation du terrain. À côté, Pline se sert avant tout des itinéraires – l’un le long du Méandre, et l’autre des villes de la côte vers l’intérieur – et bien sûr des périples côtiers et insulaires.

  • 66 Nicolet 1988, 94.

29Ces sources différentes reflètent des espaces différents et il est clair que Pline n’a pas cherché à construire en partant de là un espace géographique cohérent. Il propose un inventaire et ses sources sont moins l’objet d’une combinatoire que d’une simple accumulation66. L’espace de Pline est une liste, qui se dénombre. De ce fait la géographie ne construit pas un espace, mais un savoir.

Notes

1 Robert 1949, 236.

2 Pline 5.103-109 et 131-134.

3 Pline 5.101 et 103 ; Strabon 14.2.2 ; Méla 1.16.83.

4 Hérodote 1.172.

5 TAM, II, 131.

6 Pline 5.102.

7 Pline 5.103, ce qui correspond à son rôle essentiel dans la région, en particulier pour le flottage du bois, voir Robert 1987, 506-509.

8 Magie 1950, 218-219 et Sherwin-White 1984, 124 et 241.

9 Pline 5.104 : Oppidum fuit Acanthus, alio nomine Dulopolis.

10 L. & L Robert 1989, 37-38. Sur les cités appelées Doulopolis, voir Iordanov 1993, 173-190.

11 Cf. Wilhelm 1908, 69-70.

12 Par exemple Alexandre de Milet, le Polyhistor. Sur cet auteur, Sallmann 1971, 84.

13 Pline 5.102 : Mare Asiaticum. Cf. Sallmann 1971, 232.

14 Pline 5.103 : Caria mediae Doridi circumfunditur, ad mare utroque latere ambiens.

15 Pline 5.107 : Doridis in sinu Leucopolis, Hamaxitos, Eleus, Etene (plus Cnide en 5, 104).

16 Pline 5.105.

17 Strabon 14.2.15 et sous la forme Παργασές(ATL, III, 36 / IG, 13, 263 ATL, III, 15 / IG, I3, 266 ; ATL, III, 33 /IG, I3, 267 ; ATL, III, 22 / IG, I3, 268 ; un tableau d’ensemble dans Bresson 1990, 97-113 ; elles payent généralement un tribut de 500 drachmes, signe d’une communauté modeste).

18 Je renvoie à Robert 1980, 362-365.

19 Bean & Cook 1952, 183.

20 Robert 1949b.

21 Cette hypothèse, émise par Robert 1949b, 238 a été confirmée par les découvertes épigraphiques (voir infra n. 45).

22 Pline 5.107.

23 Méla 1.17.84 : Interque eam (Cnidus) et Ceramicum sinum, in recessu posita, Euthana.

24 Voir Bean & Cook 1957, 63-64 et Bresson 1991, 53-54.

25 Méla 1.16.85. Le lien – tentant-avec un Leucopagus près de Caunos, mentionné par le Stadiasme, 267, doit être abandonné. Il faut noter l’existence d’une monnaie avec une légende ΛEY(K) que Troxell 1984, 253, cite sans discussion puisque “we know of no Carian town Leu...”(!). Je remercie Ph. Kinns (lettre du 3.11.91) qui me confirme l’origine carienne de cet unique exemplaire qui a été apporté au British Museum en 1868 par C. T. Newton, le fouilleur d’Halicarnasse et m’exprime ses forts doutes sur la lecture d’un kappa comme quatrième lettre.

26 Pline 5.124. Les liens légendaires entre la Carie et la Troade sont nombreux mais aucun ne nous permet de parler d’une Hamaxitos en Carie.

27 Méla 1. 16.84. Voir la discussion dans Bresson 1991,87.

28 À paraître dans Les Hautes Terres de Carie du Sud.

29 On peut envisager également une erreur de copiste qui aurait écrit un a à la place d’un s, ce qui fait que Pistion serait devenu Piation.

30 Là aussi, une erreur de transcription n’est pas à exclure pour des sites aussi peu connus. Les manuscrits ont conservé une leçon Euctane, qui a le mérite de se dégager de l’impression d’un doublon avec Euthèna, peut-être une forme de consonance carienne – eukta/eukda – qui pourrait être rapprochée d’un site voisin, à l’ouest, des Pistianoi, celui de Leukoida (voir Les Hautes Terres de Carie du Sud). Parfait géographiquement, ce rapprochement ne peut être considéré que comme une simple conjecture.

31 Pline 5.107. Cf.Varinlioğlu étal. 1992, 155-174.

32 Arrien, An. 2.5.7.

33 Pline 5.108-109.

34 Ubi fuere Symmaethos et Cranaos oppida : il existe un monnayage hellénistique qui appartient peut-être à Cranaos, Walker 1978, 86-88, mais ces pièces viennent de la région d’Halicarnasse ou de Symè (avec des monnaies rhodiennes), ce qui me paraît, à l’inverse de ce que pense l’auteur, éloigné de la Cranaos du Méandre.

35 Robert 1962, 51-160.

36 Janni 1978, 40, parle des disséminations aberrantes des Pygmées chez Pline (“même en plein coeur de l’Anatolie”).

37 Stéphane de Byzance s.v. Θιβαḯς.

38 Pline 5.109 : Praetera sunt Thydonos, Pyrrha, Eurome, Heraclea, Amyzon, Alabanda libera quae conuentum eum cognominauit, Stratonicea libera, Hynidos, Ceramus, Troezene, Phorontis.

39 C’est le sens des remarques faites par L. et J. Robert 1954, 231.

40 Cf. Strabon 14.2.2.

41 Le traité de sympolitie entre Milet et Pédasa prévoit la construction d’une route entre Pédasa et Ionapolis sur le territoire milésien : cf. Kawerau & Rehm 1914, inscr. n149, 1.45. Cook 1961, 97 propose l’existence d’une route voisine entre Eurômos et Héraclée.

42 Varinlioǧlu et al. 1992, 172.

43 Hérodote 7.199 ; Strabon 14.2.16.

44 Sur Phoroneus, cf. Schmidt 1941 ; sur Kar, cf. Eitrem 1924.

45 Longinquiores eodem foro disceptant Orthronienses, Alidienses, Euhippini, Xystiani, Hydissenses, Apolloniatae, Trapezopolitae, Aphrodisiense liberi.

46 L. et J. Robert 1954, 231.

47 Pline 6.113.

48 Robert 1949. Il faut ensuite ajouter l’inscription publiée par Habicht 1975, 64-91 (avec les remarques de L. et J. Robert, Bull.ép. 1976, n° 595) et le Monumentum Ephesenum, publié par Engelmann & Knibbe 1989, 103-109 ; lire aussi Ameling 1988, 9-24. La bibliographie ancienne sur le rôle des sources administratives dans le texte de Pline se trouve rassemblée dans Habicht 1975, 69, n. 22.

49 Habicht 1975, 65 : Bargylia, col. II, 1.15 ; Amyzon, col. 1,1. 33.

50 Pline 5.120 : Caesarienses, Mastaurenses, Briullitae...

51 C’est la date de la partie concernée du Monumentum Ephesenum, §39.

52 On voit en effet que Pline 5.123 place les Hellespontins dans le conuentus d’Adramytion alors qu’en 17 existe un conuentus de l’Hellespont (cf. Engelmann & Knibbe 26, 1.90 et p. 107). Le témoignage de Pline est donc un instantané de la situation administrative et les modifications sont constantes ; ainsi sur la zone des confins entre le conuentus d’Alabanda et celui de Kibyra, lire Robert 1967, 93-96 où des phrases comme “Trapézopolis... faisait nécessairement partie [du conuentus de Kibyra]” renvoient à la situation du IIIe p.C.

53 Roddaz 1984, 419.

54 La position d’Harpasa est connue, sur la rive droite de l’Harpasos ; celle de Coscinus, qui est la Koskinia des textes grecs, ne l’est pas (discussion dans Robert 1952). Je reviendrai ailleurs sur les raisons qui m’amènent à proposer un site en face d’Harpasa, sur l’autre rive de l’Harpasos, c’est-à-dire en accord étroit avec le texte de Pline. Dans tout ce secteur les prospections de l’équipe d’Ausonius apporteront des connaissances plus précises.

55 Pline 5.132-134.

56 Pline 5.131 : Glaucumque uersus amnem.

57 Pline 5.132 : Pulcherrima est libera Rhodos.

58 Sur la question des sources de Pline pour les îles, cf. Sallmann 1971, 53-54, n. 8.

59 Les Argiae sont peut-être à l’est de Patmos, cf. Hisrchfeld 1893.

60 Pline 5.134 : Hinc Caryanda cum oppido ; nec procul ab Halicarnasso Pidossus.

61 Peut-être les îles de Kara Ada (dans d’autres traditions Arkonnèsos ?) et d’Orak Ada, sur lesquelles il y a des restes antiques (Bean & Cook 1955, 134). Hipponèsos est déjà cité dans Hécatée FGrHist 1 F 245.

62 Sur la position possible de Lepsimandos, cf. Descat, 1994, 61-68. Sur Passala, Bean & Cook 1955, 160-161.

63 Crusa a peut-être quelque rapport avec un toponyme restitué [K]ροσε[ς] dans les listes des tributs attiques (cf. Bean & Cook 1955, 161-163) et pourrait indiquer un changement de direction vers le sud-est.

64 Bourguet, 1929, n° 497,1. 10, qui ne croit cependant pas au rapprochement avec le toponyme de Stéphane de Byzance.

65 Athénée 14.13 (621a) : cf. Launey 1945, 33-45. Au pied de la lettre, le texte de Pline évoque autre chose puisqu’il s’agit ici d’une décision du “roi Alexandre” (a rege Alexandro). Mais précisément la mention du titre royal pour Alexandre ne se rencontre jamais chez Pline qui cite toujours dans ce cas “Alexandre” ou “Alexandre le Grand” (5.107 a Magno Alexandro) et je pense que l’expression évoque plus probablement un roi hellénistique.

66 Nicolet 1988, 94.

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search