Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Babba Iulia Campestris, cité perdue de Maurétanie Tingitane ?

Annie Arnaud-Portelli

Texte intégral

  • 1 Pline 5.5 : Altera Augusti colonia est Babba, Iulia Campestris appellata. IAM, 2,250 : [S]iloni [u (...)

1La question de la géographie ancienne du Maroc pose des problèmes spécifiques en l’absence de la section de la Table de Peutinger correspondante, laquelle, dans d’autres régions, constitue un point de comparaison extrêmement précieux. Nous avons donc choisi de reprendre la problématique de la recherche d’une colonie perdue de Maurétanie Tingitane. Perdue ? En réalité, nous connaissons son nom et son statut grâce à Pline l’Ancien ; son statut a été confirmé par une inscription découverte à Thamusida ; son nom peut être lu sur des monnaies ; elle est mentionnée sous la forme Babba dans Ptolémée et le Ravennate, mais elle n’apparaît pas dans l’Itinéraire d’Antonin, seul texte à proposer des itinéraires et des distances entre des toponymes. On admettra donc que Babba Iulia Campestris a bien été une colonie augustéenne mais que la question de sa position dépend de la manière d’utiliser les sources à notre disposition1.

  • 2 Rebuffat 1986a, 229 ; 1986b, 633-661 ; Euzennat 1991, 1293-1294.

2Le sujet qui nous préoccupe aujourd’hui a déjà fait l’objet de nombreuses discussions entre archéologues, l’emplacement exact de la colonie de Babba Iulia Campestris étant loin d’être assuré2. Il ne s’agit pas de revenir sur la question de la localisation exacte de cette “cité perdue” – question à laquelle seule l’archéologie peut répondre – mais de présenter le dossier des textes qui ont servi de base aux recherches et de mettre en évidence des problématiques, exemplaires, nous semble-t-il, dans la perspective de ce colloque.

LES VOIES ROMAINES DE LA MAURETANIE TINGITANE. PI.. V.

LES VOIES ROMAINES DE LA MAURETANIE TINGITANE. PI.. V.

Fig. I : Les voies romaines de la Maurétanie tingitane, Tissot 1878 (P1 V).

  • 3 Rassemblée dans Roget 1924.
  • 4 On n’en a signalé que deux au plus : le milliaire dit d’Arbaoua signalé à 12 km au nord de Souk-el (...)
  • 5 Euzennat 1962, 596-610.
  • 6 J. Baradez venait de le réhabiliter à propos de la Numidie.

3Charles Tissot a été le premier au XIXe s. à proposer une carte de l’implantation romaine au Maroc fondée sur les textes en sa possession et sur les sites archéologiques qu’il découvrait. La carte qu’il propose dans ses Recherches sur la géographie comparée de la Maurétanie Tingitane offre ainsi un itinéraire côtier quasiment complet (fig. 1.) Après lui, ses successeurs ont affiné la recherche archéologique et proposé des identifications variables mais le principe de base est resté le même : faire coïncider la toponymie ancienne et les sites archéologiques3. En l’absence de la Table de Peutinger, une référence cartographique fondamentale partout ailleurs, toutes les sources disponibles prennent une importance considérable, surtout celles qui ressemblent à des itinéraires et permettent d’obtenir un réseau routier, appelé à compenser une deuxième absence d’envergure au Maroc : celle des milliaires4. Voilà les deux raisons pour lesquelles parmi les sources disponibles, extrêmement diverses tant par leur variété que par leur date, concernant les cités du Maroc antique – Pline l’Ancien, Pomponius Méla, Ptolémée, l’Itinéraire d’Antonin, et le Géographe de Ravenne – les deux dernières ont été particulièrement privilégiées. L’Itinéraire d’Antonin est apparemment d’utilisation évidente puisqu’il mentionne explicitement deux itinéraires terrestres qui partent du sud pour rejoindre Tingi l’un par la côte, l’autre par l’intérieur (je ne parlerai pas ici de l’itinéraire maritime le long de la Méditerranée) en donnant les distances en milles séparant les points indiqués. Cependant ces itinéraires ne rendent pas compte de tous les toponymes connus par ailleurs et en particulier de la colonie romaine mentionnée par Pline sous le nom de Babba Iulia Campestris. À la suite de Charles Tissot, mais en se fondant exclusivement sur les données de l’Itinéraire d’Antonin et sur le report sur le terrain de la distance donnée en milles et convertie en kilomètres sur la base la plus classique de conversion (un mille = 1 478 m), M. Euzennat a dressé en 1962 une nouvelle carte des voies romaines du Maroc. À cette date, cinq sites étaient identifiés et confirmés par l’épigraphie : Tingi, Lixus, Sala, Banasa, Volubilis. Tous les autres ont été localisés en fonction des distances réelles les plus proches de celles données par l’Itinéraire d’Antonin sur la base des sites archéologiques reconnus (fig. 2)5. Mais il faut souligner qu’en dehors de Thamusida, les autres toponymes n’ont pu être localisés par rapport à un site qu’au prix de corrections (qui tiennent compte cependant de la longueur d’ensemble). On constate alors que la moitié de la carte proposée est hypothétique. En même temps donc que l’Itinéraire d’Antonin était revalorisé en tant que source, il montrait ses limites6.

  • 7 Rebuffat 1985-86, 235-255.

4Dans des recherches ultérieures, R. Rebuffat a suggéré de proposer d’autres conversions du mille : à partir de l’exemple d’Aquae Dacicae qui ne peut être identifié qu’avec le site de Moulay Yacoub, alors que la distance en milles ne correspond pas à la distance réelle, on peut proposer une conversion différente du mille et l’on s’aperçoit que la méthode adoptée donne un mille toujours supérieur à 1 500 m (moyenne de 1 530 à 1 565 m, jusqu’à I 750 m)7. L’explication de ce mille variable serait dans une évaluation de distance approximative faite à partir d’une durée. C’est là une hypothèse de travail qui paraît plausible (et qui fut appliquée en son temps par Charles Tissot) mais difficile à utiliser pour mieux cerner la situation des toponymes de la “route de l’intérieur” précisément à cause de cette approximation. Rien n’empêche le mille utilisé dans l’ensemble de l’Itinéraire d’Antonin d’être variable (on sait qu’en Gaule, c’est la lieue qui fut choisie, qui n’est d’ailleurs pas la lieue gauloise mais une lieue construite artifiellement comme un multiple de mille romain), mais cette constatation ne nous fait guère progresser et rend la source choisie encore plus difficile à exploiter.

Fig. 2 : Les voies romaines du Maroc.

  • 8 C’est la conclusion d’Euzennat 1962, 608 : “Mais ces deux voies ne sont pas tout le réseau routier (...)
  • 9 Cf. Arnaud, 1993a.
  • 10 On peut cependant remarquer qu’en Gaule et en Espagne, l’Itinéraire n’a pas retenu les voies les p (...)
  • 11 Cf. dans ce même volume l’article de P. Arnaud.
  • 12 IAM, 2, 250 : Euzennat 1962, 609, n. 3. Euzennat 1984, 382-385 ; Euzennat 1989, 95-109, insiste su (...)
  • 13 Méla 3.107.

5La deuxième question qui pourrait se poser à propos de l’ltinéraire d’Antonin – puisque la question des distances reste ouverte – est celle du choix opéré par le texte. En effet on n’y voit pas apparaître la totalité des sites mentionnés dans les diverses sources ; est-ce à dire que les noms mentionnés par l’Itinéraire seraient des centres particulièrement importants, et de quel point de vue8 ? Il semblerait que dans des zones où l’on peut mettre en relation Itinéraire dAntonin et Table de Peutinger, le premier est souvent plus sélectif que la seconde9. Quel que soit le motif de cette abréviation, choix administratif, militaire ou simplement la préférence pour des itinéraires directs, il est possible que nous ayons là les deux voies les plus importantes du Maroc mais pas forcément pour autant les centres les plus importants10. En effet, le problème se pose de savoir ce que recouvrent ces noms : si Sala ou Banasa sont des villes, Tocolosida ou Tabernae des camps, ce que confirme l’archéologie, les toponymes en ad renvoient-ils à des directions, des carrefours ou des lieux-dits ? Vopisciana peut être une ville mais aussi un domaine11. On peut considérer que tous les toponymes ne renvoient pas à une même réalité ou une même importance sur le terrain. Ce sont des lieux d’occupation plus ou moins importants qui balisent une route, mais, du coup, l’absence d’informations sur leur “importance” topographique ou administrative ne rend pas la tâche d’identification plus facile. D’autant que, et c’est le problème, le plus déroutant, on est étonné de ne pas voir apparaître Babba Iulia Campestris. Plusieurs hypothèses logiques ont été formulées : la première c’est que la colonie de Babba mentionnée par Pline l’Ancien aurait été abandonnée, à la fin du IIe s. p.C., et serait en conséquence inconnue de l’‘Itinéraire, traditionnellement daté du milieu du IIIe s. ; or la seule inscription la mentionnant date précisément du IIIe s. Sans être abandonnée, peut-être du moins aurait-elle perdu de son importance12 ? On pourrait ajouter aussi qu’elle avait éventuellement vraiment peu d’importance en taille ou en richesse : Pomponius Méla au début de notre ère ne la mentionne pas dans la liste des villes de Maurétanie Tingitane dont il dit que “celles qui passent pour les plus opulentes, compte tenu de leur petitesse, sont, loin de la mer, Gilda, Volubilis, Banasa, et plus près, Sala et Lixos tout à côté du fleuve Lixus. Au-delà se trouvent la colonie et le fleuve de Zilia...” Zilia est la seule colonie qu’il mentionne. Mais le témoignage de Pomponius Méla est lui-même d’utilisation difficile, le texte étant corrompu13.

  • 14 Spaul 1994b, 191-201.

6La dernière hypothèse c’est que Babba ne se trouvait sur aucune des deux voies de l’Itinéraire mais sur une “troisième voie” pas forcément reproduite par le texte pour les raisons indiquées plus haut ou tout simplement parce que le compilateur a utilisé ce qu’il a pu trouver. L’Itinéraire ne la mentionne même pas par une formule du genre : ad Babbam, ce qui peut être un argument pour l’éloignement de Babba par rapport à ces deux routes, ou simplement l’indice d’une impossibilité à marquer un détour dans une logique de texte linéaire. Cela revient à dire qu’une colonie aurait existé en dehors de deux grands itinéraires, ce qui reste étonnant, mais pas invraisemblable, puisque l’on en trouve des parallèles en Gaule. La question du choix des routes de l’Itinéraire d’Antonia demeurant problématique, la solution se trouve peut-être dans le cadre de régions où les comparaisons avec la Table de Peutinger sont possibles. Ajoutons une hypothèse de J. E. H. Spaul tenant compte à la fois de l’absence de Babba dans l’Itinéraire, de l’emplacement de la seule inscription mentionnant la colonia Babbensi(s) à Thamusida et de certaines incertitudes concernant Thamusida : la vraisemblance - très pertinente d’un point de vue épigraphique – voudrait que la dédicace d’un décurion de Babba se trouve dans la cité de Babba ; or la cité de Thamusida n’ayant pas encore livré d’inscription mentionnant son nom, Thamusida ne pourrait-elle être Babba ? Pour éliminer les difficultés, ce serait en somme un deuxième nom de la cité, ou bien Thamusida renverrait au camp et Babba à la ville14 ? Évidemment cette hypothèse permet de rendre compte de l’Itinéraire d’Antonin, voire de Pline, mais elle oblige à écarter Ptolémée et le Ravennate, qui mentionnent dans la même source à la fois Babba et Thamusida, mais pas au même endroit.

  • 15 Rebuffat 1967, 31-57 et 1974, 451-463.

7C’est l’absence de réponse cohérente à l’intérieur du système peut-être rigide de l’Itinéraire dAntonin qui a conduit à s’intéresser à d’autres sources et en particulier au texte du géographe de Ravenne, laissé pour compte jusque-là, en partie à cause de sa date tardive (VIIIe s.) et de son désordre apparent, qui n’est pas pour autant dépourvu de logique15.

  • 16 Ra„ 5.4.

8À l’origine le texte se présente sous forme d’une liste n’obéissant à aucun critère bien défini : Tingi colonia, Tabernis, Lix colonia, Frigidis, Banasa, Gigantes, Oppidonouo, Tremulas, Septemfratres, Tamasida, Sala, Gentiano, Explorazio, Boballica, Bobiscianis, Aquis Daticis, Baba, Tocolosion, Bolubili, Boniuricis, Gudda, Bati, Argenti...16

  • 17 Rebuffat 1974, 458 (cf. annexe).

9Or en se servant du parallèle avec l’Itinéraire dAntonin, R. Rebuffat a proposé une “clé de lecture” intéressante, consistant à lire cette liste sous forme de colonnes nord-sud commençant respectivement à Tingi puis Gigantes puis Septemfratres17. Quelle que soit l’ingéniosité de la proposition, on notera qu’il s’agit d’une reconstitution de texte. C’est une lecture qui fonctionne relativement bien mais reste aléatoire. Dans la mesure où on accorde une certaine foi à cette logique “recomposée”, on est obligé de situer Babba entre Aquis Daticis et Volubilis, en tout cas au sud du S’bou, ce qui pose d’autres problèmes.

  • 18 Pline 5.2 : Ab Lixo XL in mediterraneo altera Augusti colonia est Babba, lulia Campestris appellat (...)
  • 19 Ptolémée 4.1.7.
  • 20 Pline 5.2 : cf. Desanges 1980 ad loc. ; Lenoir 1987, 433-444.

10A ce stade de la problématique et des tentatives de solution, on peut faire intervenir d’autres textes qui mentionnent Babba à savoir ceux de Pline et de Ptolémée : Pline mentionne la titulature complète de Babba et une indication de distance vague pour l’orientation - in mediterraneo –, mais qui nous situe hors de tout rapport direct avec la mer, et exclut donc la route occidentale18. Quant à Ptolémée, il situe Babba à la même latitude que Banasa et Pisciana (34°20)19. Le texte de Pline est globalement considéré comme valide pour les titulatures : par exemple, une des leçons des manuscrits donnait Zilil et l’épigraphie a confirmé cette orthographe20. L’inscription déjà mentionnée concernant une colonia babbensi[s] a confirmé aussi le titre de colonie conféré par Pline à Babba. En revanche les distances aberrantes données par Pline entre des villes dont la position est bien établie rendent suspectes ses informations à ce sujet ; nous y trouvons en effet : Tingi – Zilil, XXV (au lieu de XXIV milles pour l’Itinéraire) ; Zilil – Lixus, XXXII (au lieu de XXX milles), ce qui dans les deux cas est une approximation plausible ; Lixus – Babba, XL milles. Mais pour Lixus – Banasa, LXXV au lieu de XL dans l’Itinéraire d’Antonin, ou 65 km environ en réalité (soit une équivalence de 44 milles) ; pour Banasa – Volubilis, XXXV au lieu de 78 km à vol d’oiseau, soit environ 53 milles. L’embouchure du S’bou est donnée comme à L milles de Lixus ; et la distance entre le S’bou et Sala comme L milles également (alors que le S’bou est en réalité à 120 km environ au sud de Lixos et à 30 km au nord de Sala).

  • 21 Rebuffat 1967, 31-57.

11Ces erreurs restent déconcertantes. Elles ont été expliquées comme provenant de la transcription textuelle d’une carte qui aurait ressemblé à une source utilisée par Ptolémée, avec l’appui de deux arguments : les distances sont généralement arrondies à la dizaine ou demi-dizaine de milles (mais pas toutes en réalité : ainsi la distance de Zilil à Lixus est de XXXII milles) et l’emplacement du S’bou et de Volubilis “entre deux mers” n’aurait pas sa place sur un itinéraire21. Il faut rappeler que bien que les remarques géographiques de Pline dans un même passage renvoient souvent à des sources variées, il n’est pas forcément besoin d’imaginer la transcription d’une carte en l’occurrence.

  • 22 Euzennat 1989, 98-100.

12Une autre lecture du texte a été proposée : les distances entachées d’erreur prendraient leur origine de Zilil (Zilil – Babba, 40 milles) et il conviendrait de lire Zilil – Banasa, XXXV et Zilil – Volubilis, LXXV en intervertissant Banasa et Volubilis. On aboutit ainsi à un schéma relativement satisfaisant au prix cependant de deux corrections22. Nous pourrions avancer une tierce solution : Pline ne raisonne pas forcément par rapport à des itinéraires rectilignes orientés nord sud. Dans ces conditions, puisqu’il donne une distance incongrue de 75 milles entre Lixus et Banasa, on peut imaginer qu’il fait un détour par Babba en allant à Banasa (40 milles in mediterraneo) et que la distance Lixus – Banasa serait une addition : 40 milles (Lixus – Babba) + 35 milles (Babba – Banasa). Une autre démarche est envisageable : retrouver, dans la mesure du possible, derrière les coordonnées de Ptolémée, les distances qu’il a empruntées aux itinéraires pour aboutir à ces coordonnées et les comparer aux données de Pline. Cette solution ne permet guère de progresser car on obtient Lixus - Soubour, 59 milles (contre 50 milles chez Pline) et surtout Lixus - Babba, 79,5 milles (au lieu des 40 milles donnés par Pline) - à moins d’admettre que Pline s’est trompé : comme le nombre obtenu à partir des coordonnées ptoléméennes (79,5 milles) est voisin d’un Lixus - Banasa incongru de 75 milles chez Pline, celui-ci aurait fait une confusion entre Babba et Banasa (Babba serait à chercher entre 110 et 120 km entre ( ?) Lixus et Banasa). On arriverait alors à faire concorder les deux textes mais au prix d’une correction, ce qui n’est pas à exclure, mais peu satisfaisant.

Fig. 3 : Coordonnées de Ptolémée (Callu et cil., PI. XVII).

13En conséquence, les problèmes posés par Pline ne sont pas résolus, mais ce n’est pas pour autant une source négligeable et il me paraît difficile de remettre en question l’ordre qui est donné et qui situe Babba vers l’intérieur et au nord ou à l’est de Banasa (que l’oeil balaye une carte ou suive un itinéraire : Pline s’écarte de l’itinéraire côtier pour aller vers Babba, Banasa, Volubilis avant d’y revenir).

14Si nous le confrontons à Ptolémée qui utilise peut-être une source identique ou voisine nous constatons des déformations de la carte, surtout gênantes pour les identifications de terrain : un dessin de la côte assez curieux et surtout des distorsions à propos des sites normalement situés en bordure d’une embouchure comme Thamusida ou Lixus (fig. 3). Cependant une certaine cohérence apparaît par rapport aux itinéraires dressés par ailleurs : en particulier, on y retrouve l’ordre des sites des deux voies de l’Itinéraire d’Antonin. Que constate-t-on ? Que Babba se trouve à la même latitude que Banasa et Vopisciana. La ligne droite ainsi suggérée pourrait représenter le cours du S’bou, réduit à un parallèle : on y trouve d’ailleurs l’embouchure du Soubour et une ville ( ?) appelée Soubour (à moins qu’il ne s’agisse d’une confusion). La ville de Babba serait située soit sur le S’bou, soit plus loin vers l’intérieur, (puisque le dessin fictif ne rend pas compte des méandres du fleuve), entre les deux routes données par l’Itinéraire dAntonin (ce qui justifie son absence sur ce dernier). Gontiana est située au nord de cette ligne mais pourrait éventuellement constituer avec Babba une voie “intermédiaire” entre les deux autres. Nous avons bien conscience de donner des indications de lecture qui ne valent que dans le cadre des coordonnées ptoléméennes : un report sur une carte moderne implique un resserrement des distances apparentes qui rend Babba extrêmement difficile à situer.

  • 23 Euzennat 1989, 104-1(17.

15La lecture des toponymes donnés par Ptolémée nous renvoie également au problème des équivalences toponomastiques : on admet que Silda est équivalent à Gilda, on peut penser que Pisciana est l’équivalent de Vopisciana. Pour Gontiana, si l’on suppose que ce nom présente des similitudes avec Gentiano dans le Ravennate force est bien de constater que la localisation des deux pose problème, l’un au nord de Babba dans Ptolémée, le second dans le voisinage de Sala dans le Ravennate. Soit donc les toponymes sont différents et leur localisation l’est aussi, soit la lecture restituée du Ravennate n’est pas logique, au moins à propos des sites qui sont censés se trouver près de Sala. De même Ospinon peut rappeler le nom d’Oppidum Novum, en rappelle en tout cas la situation dans l’Itinéraire d’Antonin. Une des hypothèses plausibles à propos de l’absence de Babba dans l’Itinéraire dAntonin est son remplacement par une nouvelle cité qu’Oppidum Novum paraissait tout indiqué pour être, mais l’inscription qui mentionne Babba daterait du IIIe s. De plus cette hypothèse exclut toute parenté entre Ospinon et Oppidum Novum du fait de la présence conjointe d’Ospinon et de Babba chez Ptolémée. D’ailleurs Oppidum Novum est également présent en même temps que Babba chez le Ravennate23.

  • 24 Schillinger-Häfele 1963,238-241 ; Arnaud 1991, 954-991, et annexe.

16Quant à Babba, son nom est mentionné sous cette forme dans les deux textes de Ptolémée et du Ravennate mais se trouve à la même latitude que Pisciana dans le premier cas, après Vopiscianis dans l’énumération du second. L’étude d’U. Schillinger-Häfele nous aide à comprendre d’éventuels sauts de route chez le Ravennate, car elle mentionne un certain nombre de cas qui nous incitent à penser qu’il est difficile de proposer un sens de lecture tout à fait fiable du Ravennate. On a pu dire qu’il suivait une carte ressemblant à la Table de Peutinger, en décrivant cependant moins des routes linéaires que des sites de proximité sur la carte, ce qui explique l’incohérence apparente de la description, et, quand on veut y mettre de l’ordre, les difficultés qui subsistent24.

17Au total, si nous reprenons les éléments dont nous disposons, sans le souci de les replacer sur le terrain, ce qui implique un modèle d’investigation différent, que reste-t-il ?

  • 25 Cf. infra, n. 27.

18— Babba n’est au sud du S’bou, dans le voisinage immédiat de Volubilis, que si l’on choisit dans le Ravennate un ordre de lecture discutable. Aucun autre témoignage ne peut être mis en parallèle. De plus, cette solution oblige à renoncer à toute une série d’hypothèses ou de rapprochements qui pourraient rester valables par ailleurs : la Notitia Dignitatum mentionne en effet un Castrabariensi, – toponyme qui pourrait être rapproché de Babba - qui prouverait que Babba existait encore au IVe siècle alors que l’on a vérifié par l’archéologie que les centres du sud de la Tingitane ont été évacués à la fin du IIIe siècle de notre ère25. Si tel était le cas, cela impliquerait bien une situation beaucoup plus septentrionale de Babba.

  • 26 Wolska-Conus 1973,259-273.

19— Si Babba n’est pas au sud du S’bou, elle peut être le long de celui-ci (d’après Ptolémée, mais Pline mentionne Banasa sur le S’bou. pas Babba) ou au nord-est de Banasa suivant un arc de cercle autour de Lixus vers l’intérieur qui serait de 40 milles si la distance donnée par Pline est valable, peut-être davantage (75 milles ?). Il existe un autre témoignage qui situe Babba au nord de Volubilis : il se trouve dans les cartes de la tradition A de l’atlas ptoléméen. Ces dernières posent, avec le livre VIII de la Géographie qui en fixe le découpage et le contenu, d’immenses problèmes d’authenticité. On peut néanmoins tenir pour acquis qu’elles étaient déjà bien constituées au VIe siècle de notre ère à Alexandrie26. Or la carte qui nous intéresse respecte l’ordre général des données précédentes et situe Babba à la latitude de Banasa et à l’est d’un fleuve donné pour le Lixos.

  • 27 Desanges 1980. ad. Pline 5.5, p. 92-93.

20— Si Babba est vraiment vers le nord-est (en contradiction avec Ptolémée et la carte que l’on peut dresser à partir de ses données), cela explique pourquoi Zilil et Babba sont les deux colonies dont la titulature est complète : elles proviendraient d’une source commune, celle de la liste statistique de l’Hispania Ulterior, ce qui implique que Babba est une ville du nord du pays et dans ces conditions le Castrabariensi de la Notitia Dignitatum redevient une identification postérieure plausible27. Cette hypothèse s’accorde enfin avec les trouvailles monétaires mentionnant Babba, rares, et concentrées dans le nord du pays.

21— C’est une ville qui reste extérieure aux routes retenues par l’Itinéraire d’Antonin.

  • 28 Rebuffat 1986b, 633-652. et l’intervention de M. Euzennat, 652-661.

22Voilà résumés et réunis tous les éléments en notre possession, sur des bases assez fragiles. Tout ceci ne nous renseigne pas sur la position exacte de Babba Iulia Campestris, colonie augustéenne perdue de Maurétanie Tingitane. Je n’ai volontairement pas pris en compte ici les problèmes de situation par rapport à des sites archéologiques qui pourraient lui correspondre bien que certains soient plausibles, car mon investigation n’est pas ici archéologique, et, à tout prendre, n’apporte pas d’arguments décisifs. Si elle l’était, j’aurais tendance à placer Babba là où existe un emplacement de ville, là où des raisons géographiques et stratégiques rendent son existence logique28. Cependant la seule véritable identité d’un site, on le sait, est épigraphique. En attendant, nul ne sait où se trouve Babba.

23Mon intention était de donner à toutes les sources en notre possession, et elles ne sont pas nombreuses, une chance égale, en soulignant la difficulté de chercher une réponse de terrain à partir de sources peu sûres, mal datées, que l’on est souvent obligé de corriger (même l’Itinéraire d’Antonin). C’est-à-dire que la conclusion n’est pas dans une lecture hypercritique des textes qui amènerait à privilégier une source parce qu’elle paraîtrait un peu plus fiable que les autres, mais dans la question : est-il légitime d’avoir recours aux géographes anciens autrement que par curiosité érudite et en particulier est-elle pertinente pour la recherche archéologique ? En somme, pour prendre un autre exemple marocain, on pouvait deviner grâce aux correspondances entre texte et recherche archéologique que Zili[l] était à Dchar Jdid, mais on n’en a été sûr qu’en découvrant une mention épigraphique, on a par la même occasion découvert que le nom était Zilil, donc on a progressé grâce à la découverte archéologique ; la géographie historique peut-elle vraiment prétendre à autre chose qu’à être un exercice visant à comparer le fonctionnement de textes de nature diverse entre eux ? Peuton penser les utiliser sans être amené à les plier à la nature du terrain qu’il sont supposés décrire alors que précisément aucun n’est suffisamment descriptif ? En dehors de ce problème extrinsèque, il me semble que l’exemple marocain – surtout en raison de l’absence de la Table de Peutinger – permet d’exposer toutes les difficultés d’interprétation auxquelles nous nous trouvons confrontés dans l’analyse intrinsèque des textes géographiques, alors même que la connaissance qu’on a d’eux progresse.

Annexes

Annexes

Proposition de lecture de l’Anonyme de Ravenne 5.4 (Rebuffat 1974, 458).

Prefectus alae Herculae

Tamuco

Tribunus cohortis II Hispanorum

Duga

Tribunus cohortis I Herculae

Aulucos

Tribunus cohortis I Ityraeorum

Castrabariensi

Tribunus cohortis

Sala

Tribunus cohortis Pacatianensis

Pacatiana

Tribunus cohortis III Asturum

Tabernas

Tribunus cohortis Friglensis

Friglas

Notitia Dignitatum Occidentis, 26. 13-20, p. 177 - 178 Seeck.

L’Itinéraire d’Antonin, d’après Euzennat 1962
1 Manuscrit de l’Escurial
2 Manuscrit de Vienne
3 Manuscrit de Vienne
4 Manuscrit de l’Escurial

Notes

1 Pline 5.5 : Altera Augusti colonia est Babba, Iulia Campestris appellata. IAM, 2,250 : [S]iloni [ueteran]o ex decurion(e) alae Gemellianae dumuirali coloniae Babbensi[s]. Deux monnaies (l’une provenant de Tamuda, l’autre de Dchar Djedid/Zilil) mentionnent Babba Campestris ; leur attribution à une Babba africaine a été contestée (Mazard 1955, 55-68) puis de nouveau envisagée, par Amandry 1984.

2 Rebuffat 1986a, 229 ; 1986b, 633-661 ; Euzennat 1991, 1293-1294.

3 Rassemblée dans Roget 1924.

4 On n’en a signalé que deux au plus : le milliaire dit d’Arbaoua signalé à 12 km au nord de Souk-el-Arba a disparu (IAM, 2, 83) et le deuxième a été signalé par A. Jodin à Volubilis mais il n’est pas assuré qu’il s’agisse d’un milliaire (IAM, 2, 802).

5 Euzennat 1962, 596-610.

6 J. Baradez venait de le réhabiliter à propos de la Numidie.

7 Rebuffat 1985-86, 235-255.

8 C’est la conclusion d’Euzennat 1962, 608 : “Mais ces deux voies ne sont pas tout le réseau routier de la Tingitane : il y manque d’importants et logiques tronçons certainement fort utiles à la vie même de la province : la route Banasa-Vopisciana par exemple qui relierait Sala à Volubilis ou celle de Lixus à Oppidum Novum, bref, toutes les traverses est-ouest.”

9 Cf. Arnaud, 1993a.

10 On peut cependant remarquer qu’en Gaule et en Espagne, l’Itinéraire n’a pas retenu les voies les plus fréquentées.

11 Cf. dans ce même volume l’article de P. Arnaud.

12 IAM, 2, 250 : Euzennat 1962, 609, n. 3. Euzennat 1984, 382-385 ; Euzennat 1989, 95-109, insiste sur le fait que Babba n’a pas pour autant disparu mais aurait perdu de l’importance.

13 Méla 3.107.

14 Spaul 1994b, 191-201.

15 Rebuffat 1967, 31-57 et 1974, 451-463.

16 Ra„ 5.4.

17 Rebuffat 1974, 458 (cf. annexe).

18 Pline 5.2 : Ab Lixo XL in mediterraneo altera Augusti colonia est Babba, lulia Campestris appellata.

19 Ptolémée 4.1.7.

20 Pline 5.2 : cf. Desanges 1980 ad loc. ; Lenoir 1987, 433-444.

21 Rebuffat 1967, 31-57.

22 Euzennat 1989, 98-100.

23 Euzennat 1989, 104-1(17.

24 Schillinger-Häfele 1963,238-241 ; Arnaud 1991, 954-991, et annexe.

25 Cf. infra, n. 27.

26 Wolska-Conus 1973,259-273.

27 Desanges 1980. ad. Pline 5.5, p. 92-93.

28 Rebuffat 1986b, 633-652. et l’intervention de M. Euzennat, 652-661.

Table des illustrations

Titre LES VOIES ROMAINES DE LA MAURETANIE TINGITANE. PI.. V.
Légende Fig. I : Les voies romaines de la Maurétanie tingitane, Tissot 1878 (P1 V).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Fig. 2 : Les voies romaines du Maroc.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 3 : Coordonnées de Ptolémée (Callu et cil., PI. XVII).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Proposition de lecture de l’Anonyme de Ravenne 5.4 (Rebuffat 1974, 458).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende L’Itinéraire d’Antonin, d’après Euzennat 1962 1 Manuscrit de l’Escurial2 Manuscrit de Vienne3 Manuscrit de Vienne4 Manuscrit de l’Escurial
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/6684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 266k

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search