Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Du bon usage d’Agatharchide ou de la nécessité de la Quellenforschung

Jehan Desanges

Texte intégral

1. L’homme et son Traité de la mer Érythrée

  • 1 Strabon 14.2.15 (C 656).
  • 2 Photius 213 = 171 a-b Bekker. Cf. Henry 1962, ad toc., p. 123.
  • 3 Polybe 28.19.1 (Kinéas) et 28.22 (Hèrakleidès). Cf. Verdin 1983, 410.

1Agatharchide est originaire de Cnide. “Sorti de l’école péripatéticienne, il s’est fait un nom comme historien”1. Photius donne quelques renseignements sur lui : “Quelques-uns l’appellent Agatharchos. Sa patrie fut Cnide. Il exerça le métier de grammairien. Comme secrétaire et lecteur, tâches dans lesquelles il était sous son autorité, Hèrakleidès Lembos l’a fait connaître. Il fut aussi éduqué par Kinnaias”2. Or nous savons que Kinnaias était un des conseillers de Ptolémée VI Philomètor en 170 a.C. et qu’Hèrakleidès Lembos est sans doute le ministre du même roi qui fut impliqué, à la même époque, dans les négociations avec Antiochos IV3 Ces indices sont suffisants pour donner à penser qu’Agatharchide est né au début du IIe s. a.C.

  • 4 Photius 213= 171 a-b Bekker.

2Photius nous a transmis la liste de ses œuvres4. Nous ne nous attacherons ici qu’à celles qui ont un caractère géographique. Relevons donc un Traité de l’Asie en dix livres, un Traité de l’Europe en quarante-neuf livres, un Traité de la mer Érythrée, qui nous retiendra plus particulièrement, en cinq livres, un Traité sur les Troglodytes en cinq livres (qui peut recouvrir en partie, mais non en totalité, le précédent), un Épitomé sur la mer Érythrée en un seul livre, c’est-à-dire un résumé consacré à ce sujet.

  • 5 Diodore 3.12-48.
  • 6 Photius 250 = 441 b-460b Bekker. Cf. Henry 1974, ad toc., p. 134-189. Selon Immisch, 1919 le codex (...)
  • 7 Strabon 16.4.5-20 (C 769-779), passim. La liste de ces fragments est commodément dressée par Burst (...)

3Ce Traité de la mer Érythrée précisément nous est parvenu sous la forme d’extraits par trois voies. Diodore, à l’époque de César, en a suivi au plus près le livre V5 Photius, au IXe siècle de notre ère, a pris des notes sur le livre I et plus encore sur le livre V6. Enfin on trouve des débris du même livre V dans la Géographie de Strabon, qui les a récoltés dans les Géographoumènes d’Artémidore (104 a.C.)7. Ces vestiges sont essentiellement dans Strabon d’ordre ethnographique et concernent en général des populations de l’hinterland.

  • 8 GGM fr. 79-103 = fr. 81-105 Burstein 1989, p. 132-169.
  • 9 Burstein 1989, 25.
  • 10 Diodore 3.38.1. Àpropos de cette confusion, cf. Ératosthène, dans Strabon 16.4.2 (C 767), selon le (...)
  • 11 Cf. Desanges 1994-1995, 79-89.

4La plupart des fragments du Traité de la mer Érythrée qui nous sont parvenus proviennent donc du livre V. Il s’agit d’une description des côtes de notre mer Rouge (alors que l’expression “mer Érythrée” vise en réalité l’océan Indien et ses deux appendices, la mer Rouge et le golfe Persique) et de leur arrière-pays avec ses tribus classées d’après leur façon de se nourrir. Du côté africain, le littoral est évoqué jusqu’à Ptolémaïs des Chasses, ou peu après, c’est-à-dire jusqu’aux actuels confins entre le Soudan et l’Érythrée ; du côté arabique, jusqu’aux Sabéens du Yémen : cette partie chorographique du livre V du Traité pourrait seule prétendre au titre de Périple ; elle est assez peu étendue8. On se demande ce que contenaient les autres livres. Il est bien difficile d’admettre avec S. M. Burstein que la plus grande partie du Traité était consacrée à la campagne de Ptolémée II en Nubie9. Le titre même dudit Traité laisse à penser, nous l’avons suggéré, que l’aire concernée devait être beaucoup plus étendue que celle des pays de notre mer Rouge. Dans un passage qu’il pourrait bien avoir emprunté à Agatharchide, Diodore prétend qu’en plus de la Troglodytique, il a décrit les côtes de la mer Érythrée (océan Indien) et de l’océan atlantique méridional (confondu parfois avec la mer Érythrée)10. En réalité, il n’a rien fait de tel. Mais s’il recopie, sans trop de réflexion, Agatharchide, celui-ci aura pu, dans les livres précédents, s’attacher à la “face cachée de l’Afrique” et à la frange méridionale de l’Asie11.

  • 12 Diodore 3.5-10.
  • 13 Diodore 3.11.2.
  • 14 Strabon 17.2.2-3 (C 821-823) ; cf. supra n. 11.
  • 15 Cf. Desanges 1993, 530-531.

5Quant au Traité de l’Asie, il nous est connu par Diodore12 : il nous dit s’être servi, entre autres sources, de cet ouvrage dans l’évocation des “Éthiopiens qui habitent l’Occident” à laquelle il vient de procéder13. Il s’agit essentiellement des Éthiopiens nilotiques considérés comme occidentaux par rapport aux Éthiopiens riverains de la mer Rouge réputés, eux, méridionaux. Ce Traité de l’Asie a également inspiré, de façon plus succincte, un exposé de Strabon sur les Éthiopiens nilotiques par l’intermédiaire d’Artémidore, et plus particulièrement du livre VIII des Géographoumènes de celui-ci14. On s’étonnera peut-être qu’un Traité de l’Asie ne soit attesté que par une description des Éthiopiens nilotiques. Rappelons toutefois que, pour la majorité des géographes antiques, le Nil sert de frontière entre l’Afrique et l’Asie. Aussi un Traité de l’Asie peut-il paradoxalement avoir pour objet des populations plus occidentales qu’un Traité de la mer Érythrée15.

  • 16 Athénée 4.82 (184a) et 14.34 (634a) ; Élien, N. A., 17.8 et 9 d’après Cratès de Pergame. Cet auteu (...)
  • 17 Élien, N. A., 17.1, dit seulement “Alexandre”, mais cf. Wellmann, 1891,481-566, spécialement p. 56 (...)
  • 18 Harpocration (Souda Σ 601), s.v. Σĸιάποδες.
  • 19 Les Skiapodes voisinent, selon Ctésias, avec les Troglodytes et un peuple sans cou avec les yeux s (...)
  • 20 Méla 1.12 et 3.80 ; cf. Desanges 1989, 413-429.

6Au reste, ces deux traités s’insèrent, l’un comme l’autre, dans une tradition. Un certain Pythagoras avait écrit un Traité de la mer Érythrée sous Ptolémée II ou Ptolémée III16. Après Agatharchide, Alexandre de Myndos ou de Milet (“Polyhistor”) composa, au milieu du Ier s. a.C., un Périple de la mer Érythrée17. Mais déjà, vers 400 a.C., Ctésias de Cnide, médecin grec à la cour achéménide, avait écrit un Périple de l’Asie (peut-être comme une partie d’un Périple total), dont le titre n’est pas loin du Traité de l’Asie de son compatriote Agatharchide18. Ce Périple de l’Asie devait englober les côtes africaines de la mer Rouge, considérées comme asiatiques, parce que situées à l’est du Nil19. Est-il besoin de rappeler que la mer Rouge était nommée golfe Arabique dans l’Antiquité et qu’elle était souvent censée se trouver insérée au milieu de populations riveraines arabes20 ?

  • 21 Photius 250.110 = 460b Bekker ; cf. Henry 1974, ad loc., p. 189.
  • 22 Cf. Peremans 1967, 438-445 ; Burstein 1989, 30-31. Les Hypomnèmata de Ptolémée VIII Évergète II, c (...)
  • 23 Théophraste, Lap., 4.24 et Pline 37.74. Aussi appelées, pour la période lagide, Anagraphai basilik (...)
  • 24 Géminos 16.24, trad. Aujac 1975a, p. 80.
  • 25 Sur l’intérêt des Ptolémées pour les régions du Sud, ef. aussi Strabon 17.1.5 (C 789), rapprocheme (...)

7La plupart des commentateurs modernes du Traité de la mer Érythrée d’Agatharchide ont essayé de préciser l’époque d’élaboration de cet ouvrage en s’appuyant sur un passage de celui-ci qui a été conservé par Photius21. Nous en donnons la traduction de R. Henry, qui mérite, à notre avis, quelques amendements : “Nous avons donc rapporté en cinq livres ce qui concerne les peuples situés au sud avec autant de soin que possible ; mais, pour les îles découvertes plus tard dans la mer, pour les peuplades qui sont au-delà d’elles, pour les aromates que porte le pays des Troglodytes, nous nous sommes récusé et nous avons entièrement abandonné l’exposé qui les concerne, parce que ce travail, à notre âge, était trop lourd, et parce que nous avons abondamment écrit sur l’Europe et sur l’Asie et parce que nos sources, à cause des troubles survenus en Égypte, ne nous fournissaient pas d’information exacte". Remarquons d’emblée que le texte grec ne dit pas vaguement quelque chose qui équivaudrait à "nos sources”, mais τὰ ὑπομνήματα c’est-à-dire les Hypomnèmata basilika, archives royales groupées par règne à l’époque lagide22. De telles archives royales existaient déjà dans l’Égypte pharaonique. Théophraste, mort en 287 a.C. sous Ptolémée I, évoquait des ἀναγραφαὶ ὑπὲρ τῶν βασιλέων τῶν Αἰγυπτίων que Pline l’Ancien transpose par l’expression in Aegyptiorum Commentariis23. Or le fait emprunté à ces archives par Théophraste concerne le présent d’un roi de Babylone au roi d’Égypte. Nous sommes avant la conquête de Babylone par les Perses en 539 a.C. et donc avant la fin de la dynastie saïte. Quant à l’importance des Hypomnèmata hasilika lagides pour la connaissance géographique des confins de l’Afrique, il n’est que de se reporter à un passage de Géminos (Ier s. a.C.)24 : “Des 16 800 stades qui séparent le tropique d’été de l’équateur, il y en a quelque 8 800 qui ont été parcourus, et les informations sur ces régions ont été consignées à Alexandrie grâce aux souverains qui ont fait faire l’enquête”25.

  • 26 Cf. déjà Susemihl 1891, 687-688 ; Immisch 1919, 9-10, n.3 ; Jacoby 1963, ad FGrHist 86 T 3, II C, (...)

8Agatharchide au déclin de sa vie s’excusait donc de n’avoir pas écrit un véritable Traité de la mer Erythrée, et pas même une description complète des rivages et des îles du golfe Arabique. On a étrangement déduit du passage conservé par Photius que durant la vieillesse de notre auteur, il y avait eu des troubles en Égypte qui lui avaient interdit de se rendre à Alexandrie pour consulter les Archives royales. L’on s’est dès lors interrogé sur les troubles survenus dans la seconde partie du IIe s. a.C., en invoquant de préférence la proscription des savants du Musée en 145 ou la guerre civile entre Ptolémée VIII et Cléopâtre l’Aînée, son épouse, en 13226. En fait, on interprète de façon forcée le génitif absolu du texte grec qui exprime la cause disqualifiant le recours aux Archives royales. Ce génitif absolu est en effet rédigé en ces termes : οὔτε τῶν ὑπομνημάτων διὰ τὰς ĸατ’Αἲγυπτον ἀποστάσεις ἀĸριβῆ παραδιδóντων σĸέψιν, ce qui signifie exactement : “Et les archives royales ne nous donnant pas une vue précise des faits en raison des mouvements de sécession [c’est le sens propre du mot ἀπóστασις] qui ont eu lieu en Égypte”. En réalité ce sont les Hypomnèmata qui ne permettent pas d’y “voir clair”, et non les troubles qui interdisent de les consulter. Autrement dit, rien ne permet de croire qu’Agatharchide n’a pu retourner consulter ces archives ; au reste, pourquoi ne les eût-il pas consultées d’emblée jusqu’au règne contemporain ? Il en résulte que le mouvement de sécession qui a limité, en restreignant les communications, la valeur documentaire des Archives royales, ne s’est pas produit nécessairement à l’époque où Agatharchide écrivait.

  • 27 Strabon 16.4.4 (C 769) et 16.4.14 (C 773).
  • 28 Desanges 1978, 298-299.
  • 29 Diodore 3.18.4 ; Photius 250.84 = 457a Bekker ; Diodore 3.41.1.

9Au reste, Agatharchide entend justifier qu’il n’ait pu décrire ni les îles de notre mer Rouge (à commencer par les Dahlac ?), ni la côte des Aromates – laquelle, d’après Strabon commence à partir des détroits et des Six îles, c’est-à-dire du Bab el-Mandeb27. Or la côte des Aromates jusqu’au cap Guardafui (dit, dans l’Antiquité, cap des Aromates) a été progressivement reconnue et équipée pour le commerce sous les Ptolémées III et IV et au début du règne de Ptolémée V. Il est clair que notre auteur n’a que très incomplètement consulté les Archives pour le règne de Ptolémée III, qu’il ne l’a pas fait pour les successeurs de celui-ci et qu’il entend, à tort ou à raison, expliquer son attitude en discréditant cette documentation. Mais qu’en est-il de cette sécession, de cette dissidence ? On pense tout naturellement à la période de sécession de la Thébaïde sous Ptolémée IV et Ptolémée V (vers 207 à 186 a.C. environ), qui a certainement perturbé les relations entre Alexandrie et la mer Rouge par Coptos et les pistes du désert, alors même que les marins et commerçants lagides venaient d’atteindre le cap Guardafui (l’activité de Charimortos est sans doute à dater de c. 205 a.C.)28. En somme, cette dissidence ne nous apprend rien sur la vie d’Agatharchide, mais le rôle que lui confère cet auteur pour excuser les lacunes de son œuvre semble très exagéré. Le dernier roi lagide qu’il cite est Ptolémée III, et il ne mène sa description de la côte africaine guère au-delà de Ptolémaïs des Chasses29. Il aurait pu exploiter beaucoup plus complètement qu’il ne l’a fait les archives du règne de Ptolémée III et consulter celles de Ptolémée IV (221-203) au moins pour la première décennie de ce règne, ce qui lui eût permis de décrire les côtes africaines bien au-delà du Bab el-Mandeb.

  • 30 Strabon 16.4.14 (C 774) ; Strabon 16.4.15 (C 774) prétend même que la distance de Deirè (c’est-à-d (...)

10Agatharchide appelait de ses vœux, pour compléter son Traité de la mer Erythrée, “un historien à qui il aura été donné de connaître les faits en détail” (τοῖς ĸατὰ μέρος πράγμασιν ἐντετευχώς). Cet historien sera Artémidore, et nous ne savons pas comment il a pu pallier la carence d’archives due à la sécession de la Thébaïde à la fin du IIIe et au début du IIe s. Sans doute a-t-il pu consulter les rapports des navigateurs et commerçants pour les époques immédiatement antérieure et postérieure. Mais Agatharchide, qui travailla et écrivit après ces désordres, aurait pu déjà le faire. Observons qu’Artémidore lui-même se trouvera, à son tour, vers 104 a.C., dépourvu de documentation pour décrire la côte de l’océan Indien au-delà du cap Guardafui, bien qu’Eudoxe de Cyzique eût peu avant fréquenté ces parages, après avoir été déporté vers le sud-est par la mousson au retour de l’Inde30. Or Eudoxe avait entrepris ce voyage (le second pour lui) vers l’Inde sur l’ordre de la reine régnante elle-même (il s’agissait de Cléopâtre III, plutôt que de Cléopâtre II), une dizaine d’années avant. Cela laisse à penser que les Archives royales étaient bien négligemment tenues ou que les historiens, Agatharchide, puis ici Artémidore, ne les consultaient qu’incomplètement.

2. Diodore a-t-il ajouté des renseignements nouveaux au Traité de la mer Érythrée d’Agatharchide ?

  • 31 Diodore 3.11.2-3.
  • 32 Diodore 3.38.1.
  • 33 Photius 250.23-105 = 447b-460a Bekker ; Strabon, notamment 16.4.8-10 (C 770-771) et 14-15 (C 773-7 (...)
  • 34 Contra Bommelaer 1989, p. XXIX.

11Diodore énumère comme sources de son évocation des Éthiopiens nilotiques ou occidentaux le livre II du Traité de l’Asie d’Agatharchide, le livre VIII d’Artémidore, des conversations avec des prêtres égyptiens et des envoyés éthiopiens31. Mais comme sources de sa description du golfe Arabique, il n’allègue que les Hypomnèmata hasilika et le témoignage de témoins oculaires32. S’il a, en fait, abondamment utilisé le Traité de la mer Erythrée d’Agatharchide, comme le prouve une comparaison avec les notes de lecture prises par Photius, la lecture de Strabon montre qu’il n’a pas suivi le moins du monde Artémidore dans ses progrès par rapport à la description du littoral de la mer Rouge par Agatharchide33. Il s’arrête comme ce dernier dans la région de Ptolémaïs des Chasses, alors qu’Artémidore permet à Strabon de poursuivre la chorographie du littoral africain, au-delà du Bab elMandeb, le long de l’océan Indien jusqu’au cap Guardafui. Cette simple constatation est accablante pour Diodore. Il est dès lors difficile de l’imaginer consultant les Archives royales pour y copier une histoire de chasse au serpent sous Ptolémée II, lui qui n’a pas su exploiter la mine que constituait le livre VIII des Géographoumènes d’Artémidore, qu’il prétend pourtant avoir eu entre les mains quand il évoquait, quelques paragraphes plus haut, les Ethiopiens occidentaux34 !

  • 35 Cf. Müller 1855, ad Agatharchide 79 ; Woelk 1966, 257-258 ; Burstein 1989, 30. Peremans 1967, 455, (...)
  • 36 Photius 250.110 = 460b Bekker. Il ne nous semble pas que ce passage puisse laisser subsister un do (...)

12Aussi, quand Diodore affirme qu’il a consulté les Hypomnèmata basilika et interrogé des témoins oculaires pour donner une description du golfe Arabique, beaucoup d’érudits soupçonnent-ils qu’il recopie Agatharchide35, dont nous savons par les notes de lecture de Photius qu’il avait lui-même consulté ces Hypomnèmata36.

  • 37 Pirenne 1961, 87.
  • 38 Pirenne 1961,88.
  • 39 Le point de vue de J. Pirenne a été notamment combattu par Altheim & Stiehl 1964, 65-69 ; Woelk 19 (...)

13Il y a quelques décennies, J. Pirenne a cependant estimé que les affirmations de Diodore devaient être prises à la lettre37. C’est ainsi qu’elle écrit : “Un examen attentif des textes de Photius (reproduisant Agatharchide) et de Diodore, pour toute cette section concernant la côte d’Arabie (§ 78 à 97 de Müller), montre que c’est Diodore qui a utilisé ces Annales royales et qu’il en tire précisément ce qui figure dans son texte et manque dans la recension de Photius”. Quant à Agatharchide, toujours selon J. Pirenne, il userait d’“informations de son temps”38. Ces assertions, on l’aura remarqué, concernent avant tout la documentation sur l’Arabie, domaine de prédilection de J. Pirenne ; mais ce savant étaye sa démonstration d’exemples souvent empruntés à la rive africaine de la mer Rouge. C’est pourquoi, après d’autres, nous devons examiner de près son argumentation39. En fait, elle entendait établir que la description des Sabéens de l’Arabie Heureuse par Agatharchide vaut pour l’époque à laquelle vit celui-ci, à savoir le IIe s. a.C. (n’écrit-il pas : “Voilà donc ce qu’on raconte d’eux jusqu’à notre temps” ?), et même que dans la version de Diodore le témoignage reste valide pour l’époque de César.

  • 40 Cf. supra n. 7.

14Observons tout d’abord que J. Pirenne a commis une grave erreur de méthode. Elle a négligé la troisième version, il est vrai la plus succincte et lacunaire, du Traité de la mer Erythrée, celle qui nous est parvenue sous forme de débris par l’intermédiaire d’Artémidore et de Strabon. Dans sa récente traduction assortie d’un commentaire abondant et pertinent, S. M. Burstein s’est bien gardé de négliger cette filière40.

  • 41 Diodore 3.38.1. À noter que Pirenne 1961,87, reste dubitative sur l’emploi par Agatharchide des Ar (...)

15D’autre part, en soutenant à la fois qu’Agatharchide actualise sa documentation et que Diodore consulte les Archives royales, J. Pirenne efface les différences dans leur façon de travailler. C’est dire en effet qu’Agatharchide a complété sa consultation des Archives, attestée par Photius, par le recours aux témoins oculaires, méthode dont semble se targuer Diodore41.

16Quoi qu’il en soit reprenons les principaux exemples d’“actualisation” allégués.

  • 42 Pirenne 1961, 88-89 à propos de Photius 250.82 = 456b Bekker.
  • 43 Strabon 16.4.6 (C 770).
  • 44 Pline, 37.108.
  • 45 Strabon 17.1.25 (C 804) et Diodore 1.33.11.

17— Diodore 3.39.4 dit que “les rois d’Alexandrie” ont si soigneusement purgé l’Ile aux Serpents (Ophiôdès) que l’on n’y voit plus aucun des serpents qui s’y trouvaient auparavant. Ici l’“actualisation” est mise par J. Pirenne au compte d’Agatharchide, car Photius, dans ses notes de lecture, indique aussi que l’île, “de notre temps”, est débarrassée de ces reptiles42. Mais il faut se garder de déduire de l’expression “les rois d’Alexandrie” qu’Agatharchide se réfère à une action d’assainissement longue et continue qui s’est étendue sur plusieurs règnes de souverains lagides. Strabon, suivant Artémidore, rapporte à un seul roi cette action salutaire destinée à favoriser la recherche des précieuses topazes43. Il est très vraisemblable que ce roi est Ptolémée II, sous le règne duquel ces topazes commencèrent d’être exportées à Alexandrie44. De la même façon, Strabon attribue le percement de l’isthme de Suez aux “rois Ptolémaïques”, alors que Diodore en accorde le mérite au “second Ptolémée”45. Concluons sur ce point que s’il est douteux qu’Agatharchide ait “actualisé” la documentation qu’il avait tirée des Archives royales sous le règne de Philadelphe, il est assuré que Diodore n’y a rien ajouté.

  • 46 Photius 250.83 = 456b-457a Bekker.
  • 47 Photius 250.83 = 456b-457a Bekker ; Diodore 3.40.4.

18— Diodore 3.40.8 fait état d’une prescription royale qui ordonne de laisser sur place les navires échoués en mer Rouge pour signaler ainsi les hauts-fonds aux navigateurs. Il est de fait que Photius ne signale pas cette prescription (prostagma)46. Mais de son temps (IXe s. !), on ne s’intéresse guère aux aspects politiques d’époques aussi compliquées que l’époque hellénistique. Ce sont les aspects humains, et surtout ethnographiques, qui retiennent bien davantage l’attention. N’oublions pas le caractère sélectif que revêtent naturellement des notes de lecture. Il convient aussi d’observer que les naufrages évoqués par Agatharchide frappent, nous dit-il, les bateaux transporteurs d’éléphants47. Or le trafic des éléphants, inauguré par Ptolémée II, cesse au milieu du IIe s. a.C., sinon avant. Il y a de bonnes chances que ce prostagma doive être attribué à l’initiateur du trafic, Ptolémée II Philadelphe.

  • 48 Photius 250 = 457a Bekker, fin du § 84, début du suivant : on passe des baleines à “la Palmeraie”  (...)
  • 49 Sur le dessein de Diodore, cf. la savante introduction de Chamoux 1993, p. xv-xviii notamment.
  • 50 PCairoZen, 59247, 2 ; Peremans & van’t Dack 1968, 256, n° 16902 ; cf. Tarn 1929, 14 ; Woelk 1966, (...)

19— Diodore 3.42.1 nous apprend qu’“Ariston a été envoyé par Ptolémée pour explorer l’Arabie sur toute sa longueur jusqu’à l’océan”. Photius ne nous dit rien de tel. La phrase est utilisée par Diodore comme une transition entre la description de la rive occidentale de la mer Rouge et celle de sa rive orientale. En revanche, Photius saute de façon si brutale de l’évocation de la côte africaine au sud de Ptolémaïs des Chasses à celle de la Palmeraie sur la côte arabique que R. Henry suppose une lacune dans la suite du Traité s’étendant à un paragraphe et saute par conséquent dans sa numérotation le paragraphe 8548. Là encore on ne peut mettre sur le même plan un exposé systématique, comme celui que tente Diodore dans son projet d’histoire universelle, et de simples notes de lecture49. Enfin, une fois de plus, avec Ariston, on est renvoyé au règne de Ptolémée II50.

  • 51 Lacune entre Photius 250.87 et 89 = 457a-b Bekker ; Strabon 16.4.18 (C 777).

20— Diodore 3.43.5 relate que “les rois d’Alexandrie” ont mené une expédition punitive contre les pirates nabatéens, afin de maintenir l’ouverture des voies maritimes. Il n’y a certes rien de tel dans Photius, mais la filière Artémidore-Strabon nous donne cursivement et dans le même agencement l’information que les Nabatéens, pour s’être attaqués aux navigateurs partis de l’Égypte, ont été châtiés par une flotte égyptienne51. Artémidore étant antérieur à Diodore, nous pouvons être assurés que cet épisode avait déjà été évoqué par Agatharchide. Au surplus, Diodore indiquant que les Nabatéens ont succombé à la tentation de la piraterie quand la voie maritime du commerce a été ouverte par les rois d’Alexandrie, nous sommes encore sous le règne de Ptolémée II.

  • 52 Bommelaer 1989, p. xxvi-xxx.

21Les textes mentionnés par J. Pirenne à l’appui de sa thèse ne nous semblent donc pas du tout probants. Pour appuyer l’hypothèse d’une contribution originale de Diodore, B. Bommelaer, dans sa belle introduction au livre III de Diodore, a fait appel à quelques autres passages52.

  • 53 Diodore 3.36-37.
  • 54 Diodore 3.36.3.
  • 55 Bommelaer 1989, p. xxix.
  • 56 Fraser 1972, 782, n. 200 ; Burstein 1989, 126, n. 2.
  • 57 Photius 250.78 = 456a Bekker.
  • 58 Diodore 3.37.7.
  • 59 Diodore 3.37.9.
  • 60 Strabon 16.4.16 (C775).
  • 61 Élien, N. A., 16.39 ; ces deux serpents n’auraient eu respectivement que quatorze et treize coudée (...)

22Tout d’abord, nous prendrons en considération l’importance accordée par Diodore à l’épisode d’une chasse menée en Éthiopie contre un serpent d’une taille gigantesque53. Notons au passage que, d’après la relation même de Diodore, l’événement se passe toujours sous le règne de Ptolémée II54. B. Bommelaer estime que Diodore n’a pas puisé dans Agatharchide tous les détails de cette chasse55. C’était déjà l’opinion de P. M. Fraser, mais S. M. Burstein a objecté des arguments de poids56. Selon Photius, Agatharchide aurait vu un très grand serpent qu’on avait apprivoisé en le privant de nourriture, puis, en satisfaisant son appétit57. Or c’est la technique qui, selon Diodore, fut utilisée pour dompter en quelque sorte le grand serpent rapporté à Ptolémée II58. D’autre part. Diodore conclut en relevant que chez les Éthiopiens les serpents de cette taille dévorent les taureaux et viennent à bout des éléphants59. Or Artémidore disait déjà la même chose60. La trame de cet épisode se trouvait donc déjà très vraisemblablement dans Agatharchide ; mais Diodore a pu lui donner un tour plus complet et plus dramatique, sans avoir pour autant besoin de recourir à la consultation des Archives royales en une occasion aussi secondaire. Surtout, nous pouvons soupçonner que ce long récit n’a pas beaucoup retenu l’attention de Photius qui, dans ses notes, a commis la double bévue d’attribuer à Agatharchide la vision du serpent de trente coudées qui, vraisemblablement, est celui qui fut apporté à Ptolémée Philadelphe, et celle d’une expérience de dressage par l’alimentation, également mise en œuvre sous le même souverain. Pour en finir avec cette histoire de serpent, rappelons qu’Élien mentionne aussi des serpents, mais de taille plus modeste, apportés d’Ethiopie à Philadelphe, en se référant aux Αἰγύπιοι ou Αἰγυπτίων λóγοι, ce qui pourrait bien être une manière de désigner les Archives royales61.

  • 62 Bommelaer 1989, p. xxix-xxx à propos de Diodore 3.38.4-5.
  • 63 Diodore 3.38.2-3.
  • 64 Photius 250.80 = 456a Bekker.
  • 65 Début de l’excursus : Diodore 3.35.1 ; Photius 250.68 = 455a Bekker ; rhinocéros : Diodore 3.35.2  (...)

23Plus troublante nous semble la remarque de B. Bommelaer, que Diodore propose une configuration générale du golfe Arabique sans parallèle dans Artémidore-Strabon, ni dans Photius62. Il s’agit d’une transition entre un excursus d’Agatharchide sur les animaux de l’Éthiopie et de la Troglodytique et la description des côtes de la mer Rouge d’après le même Traité de la mer Érythrée. Diodore, qui soigne toujours, de façon plus ou moins heureuse, de telles transitions, s’est assurément légèrement écarté de sa source, puisqu’il se permet une brève digression sur les conquêtes de son contemporain César63. On peut donc admettre qu’il ait tiré d’ailleurs que d’Agatharchide sa présentation d’ensemble du golfe Arabique. Mais il est remarquable que dans les notes de Photius la transition soit particulièrement faible, voire ridicule : “Puisqu’il existe, dit l’auteur, loin de tout ce qui nous est familier, tant de pays merveilleux, je vais passer en revue ceux qui valent la peine qu’on en parle”64. On ne peut exclure que cette phrase fade et gauche masque une lacune dans les notes de Photius. De telles lacunes dans l’articulation de deux parties du Traité de la mer Érythrée quelque peu hétérogènes peuvent aussi bien être observées chez Diodore. C’est ainsi qu’après avoir introduit avec plus de soin que Photius, très abrupt, l’excursus sur les bêtes sauvages, Diodore ne le commence qu’au chapitre du rhinocéros, en négligeant les développements consacrés successivement par Agatharchide aux lions d’Arabie, aux fourmis lions et aux panthères65. La difficulté d’une comparaison entre la version de Diodore et celle de Photius provient avant tout du fait qu’aucune des deux n’est complète.

  • 66 Diodore et Photius peuvent nous transmettre d’ailleurs la même bévue, laquelle peut éventuellement (...)
  • 67 Diodore 3.47.4 ; Strabon 16.4.19 (C 778) ; Photius 250.100 = 458b-459a Bekker.
  • 68 Diodore 3.47.4 ; cf. Loundine 1981, 1-5.
  • 69 Bommelaer 1989, p. xxviii-xix.
  • 70 Photius 250.45 = 450b-451 a Bekker ; Diodore 3.19.6 ; Strabon 16.4.14 (C 774).
  • 71 Photius 250.54 = 452b Bekker, et Strabon 16.4.10 (C 772).
  • 72 Diodore 3.28.6 ; Photius 250.57 = 453a Bekker ; Strabon 16.4.11 (C 772).
  • 73 Photius 250.63 = 454a-b Bekker ; Diodore 3.33.5.
  • 74 L’importance de l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie en 48 avant notre ère est matière à con (...)

24Aucune des deux non plus n’est au-dessus du soupçon de donner une interprétation erronée du texte originel d’Agatharchide66. Ainsi s’expliquent sans doute nombre de divergences de détail entre elles. Nous savons par les trois témoignages de Diodore, d’Artémidore-Strabon et de Photius que, selon Agatharchide, les rois des Sabéens voyaient leur pouvoir, en apparence absolu, limité par l’interdiction de quitter leur palais sous peine d’être lapidés par une populace qui ne laissait pas de les honorer grandement67. C’est sans doute ce paradoxe propre aux effets rhétoriques qui a accaparé l’attention de Photius au point de lui faire écrire dans ses notes de lecture, par définition capricieuses, que le roi chez les Sabéens tient du peuple sa préséance, alors qu’en réalité on a lieu de croire que la primogéniture dans la lignée royale qualifiait pour la succession, comme le signale Diodore68. Certes on peut penser que l’erreur remonte à Agatharchide et que Diodore l’a corrigée69 ; n’est-il pas cependant beaucoup plus vraisemblable de supposer que Diodore suit ici le Traité de la mer Érythrée plus fidèlement que Photius, un peu distrait ? Une telle discordance entre des versions issues d’une même source peut paraître grave aux yeux des Modernes, férus d’histoire “institutionnelle”. Elle procède, à notre avis, de la même inattention que bien d’autres divergences qui opposent entre eux Diodore, Strabon (c’est-à-dire Artémidore) et Photius. Donnons-en quelques exemples. D’après Photius, les morts jetés sur la grève par les Ichtyophages sont emportés par le reflux (ἄμπωτις) vers la mer, tandis que pour Diodore et pour Artémidore-Strabon, c’est la marée montante (πλημυρίς) qui accomplit cet office70. Selon Photius la deuxième espèce de chasseurs d’éléphants (oubliée par Diodore), celle qui chasse à l’arc, avec des flèches enduites de venin de serpent, opère par groupes de trois hommes : “Un des chasseurs maintient l’arc calé contre son pied ; les deux autres tendent la corde de toutes leurs forces” ; pour Artémidore-Strabon, les groupes sont bien de trois, mais deux chasseurs tiennent l’arc, tandis qu’un seul tire la corde71. Dans les combats qui opposent Strouthophages et Éthiopiens Simoi (“camards”), des cornes d’antilope arment les premiers, si l’on en croit Diodore et Photius, les seconds d’après Artémidore-Strabon72. Enfin Photius nous apprend que les vieillards chez les Troglodytes sont mis à mort, qu’ils le veuillent ou non, cependant que Diodore prétend que la plupart d’entre eux se suicident73. Assurément, pour expliquer ces contradictions de détail, personne n’ira supposer qu’Artémidore ou Diodore sont allés contrôler les assertions d’Agatharchide en consultant les Archives royales ! Et l’on ne voit pas, à ce compte, ce qui pourrait empêcher de supposer que Strabon ait accompli à nouveau ces vérifications érudites, à moins qu’entre-temps ces Archives n’aient brûlé74 !

  • 75 Diodore 3.22.
  • 76 L’Asa : Diodore 3.23. Diodore déclare de façon inattendue et erronée qu’il a décrit “les indigènes (...)
  • 77 Diodore 3.21.6.
  • 78 Woelk 1966, 138-140.
  • 79 Baleines dans les parages de Ptolémaïs des Chasses : Photius 250.85 ; Diodore 3.41.4 ; Chélonophag (...)

25Reste dans Diodore un paragraphe isolé et comme déplacé75. Il s’insère entre la description des peuples mangeurs de poisson, de tortue ou de baleine et celle des mangeurs de racines (Rhizophages) de l’Ethiopie intérieure le long du fleuve Asa, l’Astabaras de Photius, donc l’actuel Atbara76. Or il est étrangement consacré à la côte de la Babylonie. La description des techniques de pêche des tribus ichtyophages qui la peuplent ne comporte, à notre connaissance, aucun parallèle. Mais ce paragraphe est d’autant plus inattendu que Diodore a conclu ainsi celui qui précède : “Telles sont les tribus d’Ichtyophages et tels leurs modes de vie, à s’en tenir à l’essentiel”77. Il est donc parfaitement incohérent de la part de Diodore de réintroduire aussitôt de nouveaux Ichtyophages. En conséquence, D. Wœlk a proposé de replacer ce paragraphe (§ 22) avant celui qui concerne les mangeurs de tortue et de baleine (§ 21) ; ceux-ci, selon lui, habiteraient la Carmanie en Perse, et non le littoral somalien d’Afrique78. Mais cette reconstitution paraît gratuite dans la mesure où tortues et baleines abondaient dans la mer Rouge79.

  • 80 Méla 1.14.
  • 81 Ptolémée, Geog., 4.7.10.

26Peut-être faut-il chercher dans une tout autre direction. Nous n’avons pas affaire ici à une confusion tout à fait isolée entre la Babylonie et la mer Rouge. En effet Pomponius Méla situe les Babyloniens “au-dessus” du golfe Arabique80. De façon plus instructive pour nous, Ptolémée place en deçà des Axoumites (à situer dans la moderne Erythrée) pour qui vient d’Égypte, des Βαβυλλήνιοι et des ‘Ριξοφάγοι ou mangeurs de racines81. Or c’est l’ordre même qu’a adopté Diodore, lequel traite des habitants de la Babylonie (§ 22) immédiatement avant d’évoquer les Rhizophages de l’Atbara actuel (§ 23).

27Ces données curieuses ne permettent pas de choisir entre plusieurs hypothèses. Il se pourrait qu’une tribu située approximativement dans la région de Kassala ait porté un nom proche pour une oreille grecque de celui des Babyloniens. Si la confusion remonte à Agatharchide, on se demande pourquoi Photius l’a, en quelque sorte, “censurée” et pourquoi on n’en trouve aucune trace dans Strabon. Nous n’exclurons pas que Diodore ait fait appel à une autre source. Son effort d’érudition aura été alors bien mal placé ! Diodore aura pu aussi emprunter ces données à une autre section du Traité de la mer Érythrée, qui comprenait cinq livres. Mais peut-on admettre que le déplacement indu qu’il aurait ainsi opéré soit à l’origine du désordre géographique analogue constaté chez Méla et dans la Géographie de Ptolémée ? Sinon celui-ci se sera perpétué selon une tradition ancienne dont Diodore lui-même (ou déjà Agatharchide) pourrait être tributaire.

  • 82 Diodore 3.41.1. Déclaration tout aussi abusive en 3.23.1, cf. supra n. 76.
  • 83 Diodore 19.72.8-9.

28De l’analyse des passages allégués par J. Pirenne ou B. Bommelaer pour affirmer l’apport original de Diodore, nous retirons une impression négative, alors même que, pour les raisons qui ont été dites, la démonstration de l’emprunt à Agatharchide ne peut toujours être faite. Quant à essayer de tirer parti d’expressions comme “jusqu’à notre époque” (ἕως τοῦ ĸαθ’ἡμᾶς) ou “de nos jours” (ἐφ’ἡμῶν), qu’elles soient employées par Diodore ou déjà par Agatharchide, c’est une démarche téméraire. À propos du littoral situé au-delà de Ptolémaïs des Chasses, Diodore écrit : “Nous en avons déjà parlé quand nous avons traité des chasses aux éléphants de Ptolémée”82. Or, ni dans le livre III de la Bibliothèque historique, qui ne comporte pas de lacune, ni nulle part ailleurs, il n’en a été question. En fait. Diodore a recopié mécaniquement un rappel interne d’Agatharchide à un passage que lui-même n’a pas utilisé. D’autre part, au livre XIX, évoquant la fondation en 313 a.C. de la colonie romaine de Luceria en Apulie, Diodore écrit que les Romains continuèrent à s’en servir comme d’une base contre les peuples voisins “jusqu’à notre époque” (qui, s’il s’agit bien de l’époque de Diodore, est celle de César !)83. Là encore la bévue ne s’explique que par une copie mécanique de la source.

3. À quelle époque remonte la documentation d’agatharchide ?

  • 84 Exploration des Grecs : Desanges 1978, 262-279 et 292-299. Apport de Diodore et apport d’Agatharch (...)
  • 85 Diodore 3.41.1-4 ; Photius 250.84 = 457b Bekker. Sans doute faut-il rapprocher des monts Psébées l (...)
  • 86 Strabon 16.4.7 (C 770).
  • 87 Diodore 3.18.4. Pour Simmias, cf. Marcien, Ep. Per.Men., 2.

29La connaissance que nous avons de la progression des Grecs dans l’exploration et l’équipement de la rive africaine de la mer Rouge et de l’océan Indien par les sources littéraires, les papyri et les inscriptions nous fonde à souscrire à l’opinion de D. Wœlk que non seulement Diodore n’a pas complété substantiellement l’apport d’Agatharchide, mais que l’exposé de ce dernier est largement périmé à l’époque où il écrit, c’est-à-dire la seconde partie du IIe s. a.C.84. On doit constater que l’évocation de la côte africaine de la mer Rouge par Agatharchide s’arrête pour l’essentiel à Ptolémaïs des Chasses (et encore dans les fragments qui nous sont parvenus, ce comptoir est-il mentionné sans être pour autant décrit), avec quelques indications sur un archipel aux îles nombreuses qui pourrait être celui des Dahlac (mais rien sur Adoulis), et surdes montagnes dites Psébées (à situer sans doute dans l’actuelle Érythrée, avec une possible extension vers le lac Tana)85. Or Ptolémaïs des Chasses est une fondation d’Eumède, agissant au nom de Ptolémée II Philadelphe86. Quant aux renseignements empruntés par Agatharchide à Simmias, un “ami” de Ptolémée III, qui, d’après Marcien d’Héraclée, composa un Périple, ils ont un caractère purement ethnographique (les Éthiopiens “apathiques”) et ne comportent pas de précisions chorographiques87.

  • 88 Photius 250.97-103 =458a-451b Bekker ; Diodore 3.46-47.
  • 89 Strabon 16.4.2 et 4 (C 768). En fait, dès c. 300 a.C., Théophraste, HP, 9.4.2 mentionne des aromat (...)

30Sur la côte arabique, les connaissances d’Agatharchide s’arrêtent aux Κὰρβαι et aux Σαβαῖοι, en deçà du Bab el-Mandeb88. Il n’est pas question, par exemple, des Κατταβανεῖς de la région même des détroits, déjà connus d’Ératosthène vers 200 a.C.89. Le même Ératosthène mentionne encore, outre les Σαβαῖοι, les Μιναῖοι et les Χατραμωτῖται du Ḥaḍramawt. Tout se passe comme si Agatharchide au contraire concevait une sorte de nébuleuse sabéenne indifférenciée. Sa documentation sur l’Arabie du sud est beaucoup plus vague que celle d’Ératosthène, son aîné de trois quarts de siècle environ.

  • 90 Anaxicrate : Théophraste, HP, 9.4.4 ; Ariston : Diodore 3.42.1.
  • 91 Tarn 1929, 14 ; Woelk 1966, 259-260.
  • 92 Photius 250.102 = 459a Bekker.

31Pour l’essentiel, en décrivant la côte arabique de la mer Rouge, Agatharchide pouvait s’appuyer sur les expéditions navales d’Anaxicrate, qui mandaté par Alexandre pénétra dans la montagne de Saba, et d’Ariston, “envoyé [par Ptolémée II] explorer l’Arabie sur toute sa longueur jusqu’à l’océan”, c’est-à-dire jusqu’au Bab el-Mandeb90. C’est cette dernière source qui serait la principale, selon W. W. Tarn91. De fait, nous avons déjà rappelé que le Ptolémée mentionné pour avoir purgé la mer Rouge des pirates nabatéens ne pouvait être que Ptolémée II Philadelphe, puisque cet événement eut lieu lors de l’ouverture de cette mer au commerce maritime. Que la description de l’Arabie dans le Traité de l’Érythrée ne vaut aucunement pour le IIe s. a.C. apparaît nettement quand Agatharchide affirme que ce sont les Σαβαῖοι et les Γερραῖοι qui sont la cause de la richesse en or de la “Syrie de Ptolémée” (la forme verbale πεποιήĸασιν est en effet non un aoriste ou un imparfait indiquant le passé, mais un parfait exprimant un résultat qui persiste)92. Or la Syrie a cessé, à partir de la défaite lagide de Panion, en 200 a.C., d’appartenir aux Ptolémées, et cela définitivement.

  • 93 Strabon 16.4.2 (C 768).
  • 94 Woelk 1966, 260-261.

32Nous pouvons tenir pour assurer que l’état des régions de la mer Rouge décrit par Agatharchide est à dater pour l’essentiel entre 280 et 250 a.C., sans qu’on doive exclure, comme le pensent H. von Wissmann et D. Wœlk, que le tableau du royaume de Saba (avec pour capitale Sabai et non Mariaba comme dans Ératosthène93) remonte à une source sensiblement plus ancienne94. Au reste, Anaxicrate, puis Ariston n’ont jamais exécuté qu’un périple ; par conséquent ils n’ont pas dû livrer beaucoup de renseignements sur l’intérieur des terres.

  • 95 Diodore 3.35-37 ; Photius 250.68-78 = 455a-456a Bekker. Le récit de la chasse au serpent déséquili (...)
  • 96 Harpocration (Souda Z 601) s. v. Σĸιάποδες ; Diodore 3.11.2.
  • 97 Cf. les Kynamolgoi, habitants de l’Inde d’après Ctésias, dans Élien, N. A., 16.31 et Pollux 4.41, (...)
  • 98 Diodore 3.36.3.

33On pourrait faire les mêmes observations à propos de l’excursus sur la faune de l’aire de la mer Rouge, qui s’insère entre la partie ethnographique du Traité de la mer Erythrée et le périple du golfe Arabique proprement dit95. Il y a là des éléments qui pourraient être antérieurs à l’époque de Ptolémée II et, pour une part, provenir de Ctésias de Cnide, grand amateur de merveilleux, qui avait écrit, au témoignage de la Souda, un Périple de l’Asie étendue jusqu’au Nil, annonçant quelque peu le Sur l’Asie d’Agatharchide, lui aussi de Cnide96. Une telle influence, qui reste hypothétique, expliquerait certaines confusions entre la faune de l’Éthiopie et celle de l’Inde97. Ces développements sur les animaux exotiques sont devenus traditionnels : ils sont encore répétés au Ve s. par Timothée de Gaza. Il reste que là encore Ptolémée II, par son goût des “animaux paradoxaux”, a, plus que tout autre, tenu un rôle d’incitateur98.

34On voit l’importance de ces considérations pour une saine utilisation par l’historien moderne du Traité de la mer Érythrée. La recherche des sources n’est pas un exercice stérile de spécialiste. Conduite avec la rigueur indispensable, elle doit prémunir contre une naïveté dans l’interprétation des sources littéraires qui aurait tôt fait de précipiter l’historien dans l’anachronisme, un péché spécifiquement mortel pour lui. Il convient de retrouver Agatharchide à travers les variations ou les amplifications de Diodore ; il faut aussi distinguer avec soin le temps d’Agatharchide et celui de sa documentation qui nous importe beaucoup plus. Les auteurs anciens, et singulièrement ceux qui transmettent un savoir, ou un pseudosavoir, technique, et nous pensons ici tout particulièrement aux géographes, ont coutume d’emprunter à leurs prédécesseurs ce qui leur convient, sans le signaler au lecteur, et, si d’aventure ils le font, sans marquer en tout cas l’étendue de leur emprunt. D’où la nécessité pour l’historien de l’Antiquité de se livrer à une démarche qui, pour être philologique, n’en a pas moins des affinités avec la fouille archéologique, puisqu’il lui faut mettre en évidence, autant que faire se peut, la stratigraphie du texte.

Notes

1 Strabon 14.2.15 (C 656).

2 Photius 213 = 171 a-b Bekker. Cf. Henry 1962, ad toc., p. 123.

3 Polybe 28.19.1 (Kinéas) et 28.22 (Hèrakleidès). Cf. Verdin 1983, 410.

4 Photius 213= 171 a-b Bekker.

5 Diodore 3.12-48.

6 Photius 250 = 441 b-460b Bekker. Cf. Henry 1974, ad toc., p. 134-189. Selon Immisch, 1919 le codex 249 de Photius (Henry 1974, p. 126-134 = 438b-441 b Bekker) serait déjà constitué de notes prises sur le Traité de la mer Érythrée. Cf. cependant l’avis contraire de Dihle 1962, 109, n. 21, et de Woelk 1966, 89.

7 Strabon 16.4.5-20 (C 769-779), passim. La liste de ces fragments est commodément dressée par Burstein 1989, 176-182.

8 GGM fr. 79-103 = fr. 81-105 Burstein 1989, p. 132-169.

9 Burstein 1989, 25.

10 Diodore 3.38.1. Àpropos de cette confusion, cf. Ératosthène, dans Strabon 16.4.2 (C 767), selon lequel l’Atlantique borde au sud l’Arabie Heureuse ; voir aussi Juba II, dans Pline 6.175. Déjà, la mer Australe succède à la mer Érythrée dans Hérodote 4.42 (périple des marins de Néchao) et n’est pas distinguée de l’Atlantique.

11 Cf. Desanges 1994-1995, 79-89.

12 Diodore 3.5-10.

13 Diodore 3.11.2.

14 Strabon 17.2.2-3 (C 821-823) ; cf. supra n. 11.

15 Cf. Desanges 1993, 530-531.

16 Athénée 4.82 (184a) et 14.34 (634a) ; Élien, N. A., 17.8 et 9 d’après Cratès de Pergame. Cet auteur est sans doute identique au Pythagoras mentionné par Pline 37.24 ; cf. Desanges 1978, 278-279. À noter que la description que donne Pythagoras du cèpe (une sorte de macaque) est différente de celle d’Agatharchide.

17 Élien, N. A., 17.1, dit seulement “Alexandre”, mais cf. Wellmann, 1891,481-566, spécialement p. 565 ; voir aussi Scholies à l’Iliade, A 109.

18 Harpocration (Souda Σ 601), s.v. Σĸιάποδες.

19 Les Skiapodes voisinent, selon Ctésias, avec les Troglodytes et un peuple sans cou avec les yeux sur les épaules qui ne peut être autre que les Blemmyes des déserts africains proches de la mer Rouge. Pline 7.23. De l’autre côté de cette mer, Ctésias dissertait de l’Arabie Heureuse : Tzétzès, H., 8.985-992.

20 Méla 1.12 et 3.80 ; cf. Desanges 1989, 413-429.

21 Photius 250.110 = 460b Bekker ; cf. Henry 1974, ad loc., p. 189.

22 Cf. Peremans 1967, 438-445 ; Burstein 1989, 30-31. Les Hypomnèmata de Ptolémée VIII Évergète II, cités à mainte reprise par Athénée – en particulier 14.69 (654c) –, étaient peut-être plus personnels : cf. l’emploi de la première personne du pluriel dans Athénée 2.84 (71c). Il s’agissait sans doute du journal du roi.

23 Théophraste, Lap., 4.24 et Pline 37.74. Aussi appelées, pour la période lagide, Anagraphai basilikai par Appien, Pr., 10.

24 Géminos 16.24, trad. Aujac 1975a, p. 80.

25 Sur l’intérêt des Ptolémées pour les régions du Sud, ef. aussi Strabon 17.1.5 (C 789), rapprochement déjà proposé par Aujac 1975a, p. 151.

26 Cf. déjà Susemihl 1891, 687-688 ; Immisch 1919, 9-10, n.3 ; Jacoby 1963, ad FGrHist 86 T 3, II C, p. 151 ; Woelk 1966, 253 ; Burstein 1989, 15-17.

27 Strabon 16.4.4 (C 769) et 16.4.14 (C 773).

28 Desanges 1978, 298-299.

29 Diodore 3.18.4 ; Photius 250.84 = 457a Bekker ; Diodore 3.41.1.

30 Strabon 16.4.14 (C 774) ; Strabon 16.4.15 (C 774) prétend même que la distance de Deirè (c’est-à-dire du Bab el-Mandeb) au Notou Kéras est inconnue. Sur Eudoxe, cf. Strabon 2.3.4 (C 99).

31 Diodore 3.11.2-3.

32 Diodore 3.38.1.

33 Photius 250.23-105 = 447b-460a Bekker ; Strabon, notamment 16.4.8-10 (C 770-771) et 14-15 (C 773-774).

34 Contra Bommelaer 1989, p. XXIX.

35 Cf. Müller 1855, ad Agatharchide 79 ; Woelk 1966, 257-258 ; Burstein 1989, 30. Peremans 1967, 455, avec beaucoup de précautions, incline à attribuer Diodore 3.38.1 à Agatharchide.

36 Photius 250.110 = 460b Bekker. Il ne nous semble pas que ce passage puisse laisser subsister un doute : on ne voit pas en effet pourquoi Agatharchide s’excuserait de n’avoir pas “actualisé” son Traité en invoquant le caractère défectueux des Hypomnèmata, s’il ne les avait pas utilisés pour les premiers règnes lagides.

37 Pirenne 1961, 87.

38 Pirenne 1961,88.

39 Le point de vue de J. Pirenne a été notamment combattu par Altheim & Stiehl 1964, 65-69 ; Woelk 1966, 256-258 ; implicitement par Burstein 1989,30. L’opinion de Peremans 1967,432-455, est plus nuancée ; Bommelaer 1989, p. xxx, croit à une consultation des Hypomnèmata par Diodore, mais écarte, p. XVI, n. 6, les exemples avancés par Pirenne, sauf Diodore 3.40.8, que nous examinons infra.

40 Cf. supra n. 7.

41 Diodore 3.38.1. À noter que Pirenne 1961,87, reste dubitative sur l’emploi par Agatharchide des Archives royales, bien à tort selon nous, cf. supra, n. 36.

42 Pirenne 1961, 88-89 à propos de Photius 250.82 = 456b Bekker.

43 Strabon 16.4.6 (C 770).

44 Pline, 37.108.

45 Strabon 17.1.25 (C 804) et Diodore 1.33.11.

46 Photius 250.83 = 456b-457a Bekker.

47 Photius 250.83 = 456b-457a Bekker ; Diodore 3.40.4.

48 Photius 250 = 457a Bekker, fin du § 84, début du suivant : on passe des baleines à “la Palmeraie” ! Cf. Henry 1974, ad loc., p. 180, n. 2 ; cf. aussi les justes observations de Bommelaer 1989, p. xxii-xxiii.

49 Sur le dessein de Diodore, cf. la savante introduction de Chamoux 1993, p. xv-xviii notamment.

50 PCairoZen, 59247, 2 ; Peremans & van’t Dack 1968, 256, n° 16902 ; cf. Tarn 1929, 14 ; Woelk 1966, 259-260.

51 Lacune entre Photius 250.87 et 89 = 457a-b Bekker ; Strabon 16.4.18 (C 777).

52 Bommelaer 1989, p. xxvi-xxx.

53 Diodore 3.36-37.

54 Diodore 3.36.3.

55 Bommelaer 1989, p. xxix.

56 Fraser 1972, 782, n. 200 ; Burstein 1989, 126, n. 2.

57 Photius 250.78 = 456a Bekker.

58 Diodore 3.37.7.

59 Diodore 3.37.9.

60 Strabon 16.4.16 (C775).

61 Élien, N. A., 16.39 ; ces deux serpents n’auraient eu respectivement que quatorze et treize coudées, alors que celui que décrit Agatharchide aurait atteint trente coudées : Diodore 3.36.5 ; Strabon 16.4.16 (C775) et aussi sans doute, avec une confusion, Photius 250.78 = 456a Bekker. C’est Élien qui a pour lui la vraisemblance. Agatharchide aura mal interprété la donnée chiffrée des Hypomnèmata.

62 Bommelaer 1989, p. xxix-xxx à propos de Diodore 3.38.4-5.

63 Diodore 3.38.2-3.

64 Photius 250.80 = 456a Bekker.

65 Début de l’excursus : Diodore 3.35.1 ; Photius 250.68 = 455a Bekker ; rhinocéros : Diodore 3.35.2 ; lions d’Arabie, fourmis-lions et panthères : Photius 250.68-70 = 455a Bekker.

66 Diodore et Photius peuvent nous transmettre d’ailleurs la même bévue, laquelle peut éventuellement remonter à Agatharchide. Ainsi Photius 250.83 = 456b Bekker, et Diodore 3.41.1, prétendent qu’au sud de Ptolémaïs des Chasses, les ombres au solstice d’été tombent au sud jusqu’à deux heures (Photius) ou jusqu’à la deuxième heure (Diodore). Il s’agit en réalité de deux périodes (de 45 jours) avant et après ledit solstice : Strabon 2.1.20 (C77), d’après Philon, contemporain de Ptolémée II ; Pline, 2.183 et 6.171. La confusion vient de ce que δύο ὣραι peut signifier, selon le contexte, “deux périodes” ou “deux heures”.

67 Diodore 3.47.4 ; Strabon 16.4.19 (C 778) ; Photius 250.100 = 458b-459a Bekker.

68 Diodore 3.47.4 ; cf. Loundine 1981, 1-5.

69 Bommelaer 1989, p. xxviii-xix.

70 Photius 250.45 = 450b-451 a Bekker ; Diodore 3.19.6 ; Strabon 16.4.14 (C 774).

71 Photius 250.54 = 452b Bekker, et Strabon 16.4.10 (C 772).

72 Diodore 3.28.6 ; Photius 250.57 = 453a Bekker ; Strabon 16.4.11 (C 772).

73 Photius 250.63 = 454a-b Bekker ; Diodore 3.33.5.

74 L’importance de l’incendie de la Bibliothèque d’Alexandrie en 48 avant notre ère est matière à controverse, cf. Parsons 1952, 286-319 ; de Vleeschauwer 1955, 28-30 ; Hemmerdinger 1985, 76-77.

75 Diodore 3.22.

76 L’Asa : Diodore 3.23. Diodore déclare de façon inattendue et erronée qu’il a décrit “les indigènes qui habitent le littoral depuis la Babylonie jusqu’au golfe Arabique [notre mer Rouge] “. L’Astabaras : Photius 250.50 = 451b-452a Bekker.

77 Diodore 3.21.6.

78 Woelk 1966, 138-140.

79 Baleines dans les parages de Ptolémaïs des Chasses : Photius 250.85 ; Diodore 3.41.4 ; Chélonophages suivis d’une île des Tortues sur la côte de l’Erythrée : Strabon 16.4.14 (C 773) ; Chélonophages en Troglodytique : Pline 9.38. Tout ce qu’on peut dire, c’est que Chélonophages et mangeurs de baleines d’Agatharchide habitent sur l’océan, au-delà de Bab el-Mandeb (Photius 250.47 = 451 a Bekker).

80 Méla 1.14.

81 Ptolémée, Geog., 4.7.10.

82 Diodore 3.41.1. Déclaration tout aussi abusive en 3.23.1, cf. supra n. 76.

83 Diodore 19.72.8-9.

84 Exploration des Grecs : Desanges 1978, 262-279 et 292-299. Apport de Diodore et apport d’Agatharchide : Woelk 1966, 256-266.

85 Diodore 3.41.1-4 ; Photius 250.84 = 457b Bekker. Sans doute faut-il rapprocher des monts Psébées le lac Psebô et son île bien peuplée situés “au-dessus de Méroé” : Strabon 17.2.3 (C 822), dans une région d’Éthiopie Intérieure d’après Stéphane de Byzance,.ç.v. ψεβώ, citant Aristagoras. Peut-être s’agissait-il à l’origine non d’un lac, mais d’un autre nom de l’île des Transfuges, cf. Φεβóλ le long du golfe Arabique dans Aristote, Mu., 393b. 14-16, et ψεφώ dans Théophraste, Lap., 6.34. Cf. Burstein 1989, 145, n. 4.

86 Strabon 16.4.7 (C 770).

87 Diodore 3.18.4. Pour Simmias, cf. Marcien, Ep. Per.Men., 2.

88 Photius 250.97-103 =458a-451b Bekker ; Diodore 3.46-47.

89 Strabon 16.4.2 et 4 (C 768). En fait, dès c. 300 a.C., Théophraste, HP, 9.4.2 mentionne des aromates à Κιτίβαινα (le Qatabân).

90 Anaxicrate : Théophraste, HP, 9.4.4 ; Ariston : Diodore 3.42.1.

91 Tarn 1929, 14 ; Woelk 1966, 259-260.

92 Photius 250.102 = 459a Bekker.

93 Strabon 16.4.2 (C 768).

94 Woelk 1966, 260-261.

95 Diodore 3.35-37 ; Photius 250.68-78 = 455a-456a Bekker. Le récit de la chasse au serpent déséquilibre totalement l’excursus dans la version de Diodore, qui consacre à cet épisode deux paragraphes sur trois.

96 Harpocration (Souda Z 601) s. v. Σĸιάποδες ; Diodore 3.11.2.

97 Cf. les Kynamolgoi, habitants de l’Inde d’après Ctésias, dans Élien, N. A., 16.31 et Pollux 4.41, caractérisés de la même façon que les Kynamolgoi africains d’Agatharchide : Photius 250.60 = 453b-454a Bekker ; Diodore 3.31.1-3 ; Strabon 16.4.10 (C 771). D’après Pollux, les Kynamolgoi de Ctésias proviendraient de son Traité de l’Inde. De fait, Agatharchide parle de “bœufs indiens” chassés par ces barbares qu’il situe du côté de l’actuelle Erythrée. Mais ils ont pu être évoqués à nouveau par le même Ctésias dans son Périple de l’Asie. Ce type de confusion proliférera dans le cours de l’Antiquité, pour la raison que tous les riverains de l’océan Indien, et aussi de ses appendices dont la mer Rouge, peuvent être considérés comme indiens.

98 Diodore 3.36.3.

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540