Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Λιμὴν ἔρημος

Patrick Counillon

Texte intégral

Εν δὲ λιμὴν ὶὔορμος, ὅθεν τἀπὸ νñας ἐΐσας
ἐς πόντον βάλλουσιν, ἀφυσσάμενοι μέλαν ὕδωρ.
Homère, Odyssée 4.358

  • 1 La compréhension du système des prépositions ne va pas cependant de soi, parce qu’il est trop facil (...)
  • 2 Voir par exemple Ardaillon 1898 ; Gungerich 1950 ; Lehmann-Hartleben 1923 ; Casson 1971, 361-370 ; (...)

1La compréhension des périplographes ne pose généralement pas de grands problèmes de syntaxe : une fois reconnu l’usage des prépositions, les textes se présentent comme de longs catalogues de toponymes dont l’identification – et l’orthographe – représente la principale difficulté1 De son côté, le vocabulaire géographique et en particulier maritime, est bien étudié et sa traduction non plus n’offre généralement pas de difficulté particulière : il n’y a d’ailleurs pas de frontière définie entre l’usage des périplographes et celui de la littérature grecque en général, et l’on peut s’appuyer sur l’une pour éclairer l’autre2. Dans un certain nombre de cas cependant, la pauvreté même de la langue et la concision du texte jouent contre sa compréhension. L’exemple de la description des ports de Chypre dans le Périple du Pseudo-Skylax me permettra d’illustrer les difficultés de cette élucidation lorsque syntaxe et vocabulaire s’unissent au contraire pour rendre inintelligibles les intentions de l’auteur.

2Le Périple 103, décrit la côte de l’île de Chypre :

  • 3 Chypre, où l’on trouve les cités suivantes : la cité grecque de Salamis, qui possède un port clos d (...)

3Νῆσος κύπρος, καὶ πόλεις ἐν αὐτῇ αἵδε Σαλαμὶς ‘Ελληνίς, λιμένα ἔχουσα κλειστὸν χειμερινόν, Kαρπάσεια, κερύνεια, Λήπηθις Φοινίκων, Σόλοι (καὶ αὕτη λιμένα ἔχει χειμερινόν), Μάριον ‘Ελληνίς,’Αμαθοῦς (αὐτόχθονές εἰσιν), αὑται πᾶσαι λιμένας ἔχουσαι ἐρήμους. Εἰσὶ δὲ καὶ ἄλλαι πόλεις ἐν μεσογείᾳ βάρβαροι. ‘Επάνειμι δὲ πάλιν ἐπὶ τὴν ἤπειρον ὅθεν ἐξετραπόμην3.

  • 4 Diller 1952, 21-22.
  • 5 Ce problème sera abordé infra.

4On sait que le manuscrit du Périple est très corrompu ; que son copiste, dont la nature répétitive du texte a favorisé les oublis ou les erreurs, est peu exact4. On ne peut donc exclure que certaines cités chypriotes aient disparu au fil des copies du texte, ce qui pourrait expliquer par exemple l’absence de Paphos, Kourion ou Kition5.

  • 6 La question a déjà été abordée par Aupert 1984, 14 qui écrit, n. 14 : “Pourquoi tous les ports de c (...)

5Mais si l’on met en réserve ce problème particulier, et si l’on admet que pour le reste le texte du Périple est ici original, ce passage pose d’inhabituels problèmes d’interprétation : que sont ces λιμένες ἕρημοι qu’évoque ici notre auteur6 ? On aura beau jeu de traduire ports déserts, le sens que leur prêtait Ps-Skylax continuera de nous échapper.

6D’emblée, nous savons n’avoir rien à attendre du premier de ces deux termes par luimême. Pour les Anciens, tout point de la côte qui fournit à un navire la possibilité d’aborder et d’atterrir est un λιμήν : la généralité de la définition ne permet pas d’en décoder le sens ici. Mettrions-nous sur le même plan le port du Pirée et Ψωρῶν Λιμήν chez les Macrokephaloi du Pont ? Peut-on comparer le port de Pharos dans l’Odyssée, et celui d’Alexandrie à l’époque hellénistique ?

7Nous devrons donc avoir recours à l’analyse du reste des données disponibles, aussi bien sémantiques qu’historiques, pour tenter de déterminer le sens particulier que prennent ici ces deux mots associés.

1. Date de rédaction du Périple et contexte chypriote

  • 7 Fabre 1965 ; Müllier 1855, p. xxxiii-li ; Peretti 1979, 485-504 et 1988, 13-137 ; Marcotte 1986, 16 (...)
  • 8 Isocrate, Evag., 47 : Παραλαβὼν γὰρ τὴν πόλιν ἐκβεβαρβαρωμένην καὶ διὰ τῶν Φοινίκων ἀρχὴν οὔτε τοὺς (...)

8Les dates proposées pour l’édition du Périple oscillent entre 368-361 a.C (F. Fabre) et 338-337 (K. Millier, A. Peretti, D. Marcotte)7. K. Millier rattachait ce passage à une période antérieure au règne d’Evagoras Ier, le rapprochant d’un passage de l’Evagoras d’Isocrate8. Or si certaines parties du Périple se rapportent incontestablement à une période antérieure à la date de sa composition, rien n’impose, dans une région aussi proche d’Athènes de remonter trop haut dans le temps. Le sens du texte s’y oppose même expressément : pour Isocrate, au moment de l’arrivée au pouvoir d’Evagoras, la cité de Salamine “ne s’était pas pourvue d’un port” alors que pour Ps-Skylax, Salamine est justement pourvue d’un λιμὴν κλειστὸς χειμερινός.

  • 9 Le silphium est mentionné Périple, 108, au même titre que l’hellébore, 97, ou le lotos (et autres v (...)

9Il décrit donc un état de l’île contemporain du régne d’Evagoras ou légèrement postérieur, celui de Chypre pendant les années qui précèdent la conquête de l’Asie par Alexandre. Si le Périple était le carnet de bord d’un marchand, on pourrait comprendre que, l’île étant prise dans une guerre à la fois intestine et internationale, il puisse en considérer les ports comme desertos, désertés, comme le traduit K. Müller. Mais ordinairement le commerce n’intéresse pas Ps-Skylax : le seul produit d’exportation mentionné dans le Périple est le silphium, dans un contexte qui est plus du ressort de la géographie naturelle et du topos que de la géographie commerciale9. Les mots peuvent donc tout aussi bien s’appliquer à la situation politique ou à la description de l’état matériel des ports de l’île, et c’est ce que nous devons tenter à présent d’expliciter.

2. Les sens d’ερημοσ

  • 10 Xénophon, An., 1.5.4, et aussi, au même endroit, une ville ἐρήμη, mais où l’on peut se ravitailler  (...)

10Le sens le plus commun du mot ἔρημος, est “inhabité”. Le “désert” se caractérise moins par la pauvreté de sa végétation que par son absence de population. Ce sens du mot est suffisamment courant pour en permettre les usages les plus elliptiques. Ainsi Xénophon, peut-il parler de stathmoi erèmoi, d’étapes à travers des régions inhabitées, ou Strabon d’un παράπλους ἔρημος, d’une navigation le long d’une côte inhabitée10.

11Mais il n’est de lieux inhabités que par rapport à des lieux habités, opposition qui peut avoir trait aussi bien à l’espace qu’au temps : un lieu est habité par rapport à un autre qui ne l’est pas, un lieu est inhabité qui était peuplé jadis.

2.1. Opposition entre centre et périphérie

  • 11 Ce domaine a été largement exploré, mais voir tout particulièrement J. & L. Robert 1983. 105-108.
  • 12 Voir par exemple les erèmophylakes de l’Égypte lagide, Lesquier 1911, 262 :” [ils devaient] surveil (...)
  • 13 Euripide fr. 828.3 : αί γὰρ πóλεις εἴσ’ἄvδρες oὐκ ἐρηµία.
  • 14 Pollux, 24 : Eἰ δὲ ακώπτεςς, ἔρηµov, ἐξηρηµωµέvηv φoρτικήv, ὀλιγάvθρωπov ἔρηµov oἰκητóρωv, ἀoίκητov (...)

12Dans la géographie générale de l’oikoumène, l’ἐρηµία est l’une des caractéristiques des régions barbares (Désert des Gètes ou des Boïens), mais cette opposition est significative dans le cadre même de la cité et de son territoire : elle caractérise les eschatia, les confins, en les opposant au cœur urbain11. Ces lieux ne sont pas à proprement parler déserts, mais simplement peu peuplés12. Le mot ἔρηµoς caractérise plutôt un habitat discontinu, éparpillé, au contraire de la densité du cœur urbain des cités13. L’opposition entre ἐρηµία et ville est suffisamment établie pour qu’elle soit entrée dans le vocabulaire de la rhétorique, et que l’adjectif ἔρηµoς fasse partie du vocabulaire du psogos, utilisé par les orateurs qui veulent dénigrer une cité14.

2.2. Opposition entre passé et présent

  • 15 Strabon 9.5.12 : “Le terme “disparition” doit être entendu dans un double sens, ou bien, en effet, (...)
  • 16 Baladié 1980, 312-313.

13L’opposition entre lieux habités et lieux inhabités caractérise également un passé glorieux par rapport à une certaine déchéance. Les exemples de πόλις vῡv ἔρηµoς sont foison, comme dans le Péloponnèse décrit par Strabon ; mais là encore, la réalité qu’ils désignent est toute relative15. R. Baladié remarque : “Il est du moins important de noter qu’une ville “disparue” n’est pas nécessairement pour lui une ville privée de tous ses habitants, déserte et ruinée ; elle a pu être simplement englobée dans une cité plus vaste et politiquement plus puissante à titre de simple komé16.

  • 17 Cf. Robert 1951, 46 : “Naturellement, quand on dit qu’une ville disparut, cela ne veut pas dire qu’ (...)

14Le mot ἔρηµoς décrit donc non seulement une réalité géographique, mais aussi l’évolution d’une situation politique, et, à différentes reprises, L. Robert a eu l’occasion de revenir sur ce point17.

2.3. Sens juridique et militaire

  • 18 Thucydide 5.3.1 ; Xénophon, Hell., 5.4.51 ; Diodore 13.87.3 ; Plutarque, De Gloria Atheniensium (Mo (...)

15A ces sens d’ἔρηµoς, il faut ajouter des sens plus spécialisés. Lorsque l’adjectif est accompagné d’un complément, il ne signifie plus inhabité, mais privé de. Mais le complément peut disparaître, et le sens être porté par l’adjectif seul : c’est particulièrement vrai dans un contexte judiciaire, où un veuf ou un orphelin est déclaré ἔρηµoς, qualificatif qui s’applique également à un homme ou une maison sans héritier. Cet usage se vérifie également dans le domaine militaire et, à côté de passages où il est question de murs vides de défenseurs, il existe des cas où le mot ἔρηµoς exprime à lui seul la même idée18.

2.4. L’expression λιµὴv ἔρηµoς a-t-elle un sens spécifiquement géographique ?

  • 19 Thucydide 1.47 ; 1.54 ; 8.10 ; 8.20 ; Arrien, PPE, 5.30 \An. PPE, 51-52 ; Stad.mar.mag. 302-314, ét (...)

16Il reste à déterminer si associé à λιµὴv, le mot prend un sens particulier. En dehors de Chypre, le catalogue des ports spécifiquement qualifiés d’ἔρηµoς dans la littérature grecque est bref19.

Thucydide

  • 20 Thucydide 1.47 : ῎Eατι δὲ τὰ Σύβoτα τῆς Θεσπρωτίδoς λιµὴv ἔρηµoς (voir aussi 1.50 ; 1.52 ; 1.54) ; (...)
  • 21 Gomme 1956, 182 pense que le port des Sybota pourrait être Σκάλωµα ’Aρίλας, une petite baie en dess (...)
  • 22 Sur ce passage, cf. Gomme et al. 1981, 24-25. Le lieu, et même son nom, sont mal déterminés. Mais l (...)

17Thucydide emploie deux fois les mots λιµὴv ἔρηµoς, une fois à propos des Sybota, une autre à propos de l’affaire de Speiraion20. Les traducteurs traduisent dans chaque cas par “port désert” ou “point inhabité de la côte”. Les Sybota peuvent servir de base pour un jour ou deux, avec la double caractéristique d’un havre fournissant un mouillage convenable, et d’une côte qui permette de tirer au sol les navires21. La traduction par “port inhabité” est ambiguë, car la présence d’un port n’implique pas pour autant une ville et la côte n’est sans doute d’ailleurs pas déserte, puisque la présence des barbares empêche les Corcyréens d’y débarquer. Le limèn est dans son état naturel, orphelin des avantages d’un port civilisé. Pour le port du Speiraion, le contexte est similaire : les navires péloponnésiens cherchent d’abord un refuge dans une baie où ils sont pris au piège et attaqués. Le lieu est aussi peu équipé que les Sybota, et les Péloponnésiens ont tiré au sec leurs navires que les Athéniens attaquent et endommagent à terre. Même après l’arrivée de l’armée de secours des Corinthiens, ils se posent la question de les brûler, parce qu’ils sont dans l’embarras, ὁρῶvτες τὴv φυλακὴv ἐv χωρίῳ ἐρήµῳ ἐπίπoνον οὖνσαν, “d’avoir à monter une garde difficile dans un lieu désert”22. Il ne fait ici aucun doute que le port, qui propose un mouillage dans des conditions similaires à celui des Sybota, est ἔρηµoς tout à la fois parce que la région est peu habitée (c’est une eschatia à la frontière des territoires de Corinthe et Épidaure), et parce qu’il n’y a aucun aménagement portuaire.

Arrien

18Le Périple du Pont-Euxin d’Arrien connaît deux cas de λιµὴv ἔρηµoς, Athènes du Pont et le Port des Skythotaures. Athènes du Pont est un φρούριον ἠµεληµένον, un fortin à l’abandon. C’est un ὅρµος ἔτoυς, un mouillage d’été pour quelques bateaux, protégé d’un certain nombre de vents. Quand le vent se met au libs, la flotte d’Arrien se trouve très menacée, et il est obligé de faire tirer au rivage tout ce que peut accueillir la plage : seule la trière capitaine reste mouillée sur ses ancres, à l’abri d’un récif. La plupart des autres bateaux sont envoyés sur les plages des environs pour y être tirés au sec, mais l’un d’eux est drossé contre les rochers et détruit. La conclusion d’Arrien est ironique : “Il était dit que passant à Athènes, même du Pont, nous ne pouvions passer au large, comme d’un quelconque mouillage ἔρηµoς et anonyme (ὅρµον ἔρηµoν καὶ ἀνώνυµον)”. Si le mot ἀνώνυµον renvoie au nom du φρούριον, ἔρηµoν renvoie à son usage : un ὅρµος ἔρηµoς est ici un ὅρµος que les navires ne fréquentent pas, qu’il soit mal protégé et mal équipé, ou en dehors des voies normales de communication maritime ; grâce à la tempête, Arrien a été obligé de rendre à ce trou perdu du Pont un hommage inattendu.

  • 23 Sur l’emporion ouvert par Leukôn, cf. Démosthène, Lept., 33. Sur la suite de l’histoire de la ville (...)

19Le Port des Skythotaures est lui un port déchu, en tout cas lui aussi à l’écart des voies de navigation qui ont jadis fait sa prospérité et sa célébrité – à l’époque où les rois du Bosphore avaient fait de Théodosia un emporion où les commerçants à destination d’Athènes bénéficiaient de l’exemption fiscale. Le Périple Anonyme confirme cette décadence : Théodosia, πóλις ἐρήµη est en passe de changer de nom (Ardabda), et le port des Skythotaures de devenir le Port des Athéniens23. Mais la valeur de cet ancrage n’est pas en jeu : l’Anonyme précise que le port des Skythotaures offre un bon abri (ἄκλυστoς) ; il est ἔρηµoς parce qu’il n’est plus fréquenté, bien qu’il ait vraisemblablement perdu du même coup les aménagements qui en faisaient un vrai port.

Conclusions provisoires

  • 24 Ce qui explique qu’il ne soit pas recensé comme tel dans les études portant sur le vocabulaire géog (...)

20Le sens du mot ἔρηµoς est suffisamment clair pour être utilisé de Thucydide à Arrien sans précision particulière, puisqu’Arrien peut se permettre d’en jouer auprès d’Hadrien. Mais son emploi ne paraît pas suffisamment codé ni courant pour qu’il désigne une réalité géographique particulière, comme un λιµὴv χειµεριvóς, et qu’on puisse le faire figurer dans le vocabulaire nautique des Grecs24.

  • 25 Pollux, 9.28 ; 9.34.

21Le couple λιµὴv ἔρηµoς rassemble en fait des signifiés d’ordre différent : λιµήv est un mot technique dont les parties ou les différents types sont reconnus25. ῎Eρηµoς au contraire est du domaine de l’humain et du relatif : il implique le jugement du locuteur sur la réalité qu’il désigne ; rien n’est ἔρηµoς sinon par rapport à un passé qui ne l’était pas, ou des lieux qui ne le sont pas, et plus particulièrement les villes. Dans les limites que l’étude qui a précédé nous fixe, sa traduction implique par conséquent une appréciation particulière de chacun de ses emplois, de la personnalité de son auteur, du public auquel il s’adresse, et de ce qu’on a voulu lui faire entendre : tel port qui convient au mouillage d’une trière, sera inadapté au déchargement d’un navire de commerce ; des λιµέvς ἔρηµoι, cela peut être tout aussi bien des ports sans défense, des ports sans équipement que des ports vides de navires, désaffectés, ou simplement déclassés.

3. Les ʌimeneσ ephmoi de Chypre

3.1. Le Stadiasme et Strabon

  • 26 Cf. n. 29 ; pour avoir un témoin supplémentaire (et chronologiquement intermédiaire), j’ai égalemen (...)

22Dans un autre texte géographique, le Stadiasme, un λιµὴv ἔρηµoς est un port mal protégé de la tempête. La comparaison avec le Périple est d’autant plus intéressante qu’elle s’applique justement au périple de Chypre qui décrit les différents ports et mouillages de l’île26.

  • 27 Müller 1855, p. cxxvii.

23Ce texte est probablement tardif, mais, selon K. Müller, cette partie a été écrite entre Sévère et Constantin, et les informations recueillies semblent une compilation des auteurs de Пερὶ λιµέvωv, Cléon, Timosthène, Timagète ou Cratès27. La description des ports de Chypre est aussi précise que le reste du texte, et beaucoup plus que celle de Ps-Skylax : le Stadiasme est un vrai portulan et la comparaison des deux auteurs amène inévitablement à s’interroger sur l’utilité réelle du Périple pour un marin.

  • 28 Parmi ces villes, seul le port de Paphos est décrit (λιµὴv τριπλoύς), bien que le texte implique l’ (...)
  • 29 Un tableau permet une comparaison rapide entre nos trois auteurs de référence :

24Les ports mentionnés par l’auteur du Stadiasme ne sont pas tous des villes (Noumenios, Kargaia) et le Stadiasme mentionne des villes portuaires oubliées par PsSkylax : Paphos, Kourion (Kouriakon), Kition28. Le plus intéressant pour la question qui nous intéresse, est la description des ports mentionnés par Ps-Skylax, soit, successivement, Amathonte (302), Salamine (305), Marion (= Arsinoè, 309), Soloi (311), Keryneia (312), Lèpèthis (= Lapathos, 313), Karpaseia (314)29.

  • 30 Cf. Flemming 1980,49-50. Yon 1993, 152-153.

25– A Salamine n’est plus indiqué qu’un port, que Strabon ne signale même pas, ce qui correspond à sa déchéance au profit de (Nea)Paphos à l’époque hellénistique et romaine. Quant au limèn kleistos, il n’est plus mentionné : qu’il se soit ensablé, qu’il ait été désaffecté, ou qu’il ait été détruit par le tremblement de terre qui amène Constantin à reconstruire la ville, le port clos n’existe plus, et seul le port naturel et ouvert (peut-être dangereux l’hiver) semble rester en service30.

  • 31 Strabon 14.6.3 : Σóλoι πóλις λιµέvα ἔχoυσα καὶ πoταµòv. Le port est complètement ensablé aujourd’hu (...)

26— Le port de Soloi a dû connaître un sort similaire pour que la ville soit déclarée ἀλίµεvoς par le Stadiasme, bien que le port soit encore utilisé à l’époque de Strabon31.

  • 32 Voir Aupert 1996b, 168-169. Empereur 1996, 164-168.
  • 33 Strabon 14.6.3 ; Stadiasme 302.

27— Pour Amathonte, les fouilles du site permettent de comprendre l’évolution des indications données par les géographes. P. Aupert a reconnu au pied de la ville, à l’intérieur des terres, la trace d’une anse aujourd’hui comblée mais utilisée comme port jusqu’à l’époque hellénistique : ce port est sans doute celui que mentionne Skylax32. À l’époque hellénistique, quelqu’un a entrepris d’en faire un port “moderne” ; mais les travaux n’ont pas été achevés (Strabon ne le mentionne même pas), et on peut supposer que l’existence des ruines devait contribuer, au contraire, à rendre l’accès au port dangereux, comme le signale le Stadiasme33.

  • 34 Cf. Nicolaou 1976, 437 : "The two moles in thè harbor are the most considérable Works of their kind (...)
  • 35 Cf. Raban 1995, 166 : “Until the 1950’s its entrance was to the north and was badly protected from (...)
  • 36 Cf. Raban 1995, 165 : “Our own undewater survey suggests that the main mole comprised two building (...)

28— Karpaseia, Keryneia et Lèpèthis-Lapathos sont comparables : ces trois villes sont des ports pour Ps-Skylax. Or si Karpaseia reste un port pour Strabon, le Stadiasme précise qu’il s’agit d’un port pour “petits bateaux : le vent du nord y amène la tempête” ; ce port avait deux môles, encore visibles aujourd’hui34. Keryneia n’est pas mentionnée par Strabon, et n’est qu’un ὕφoρµoς pour le Stadiasme : pourtant, le port de Keryneia est encore aujourd’hui utilisé par de petits bateaux, et il était pourvu de brise-lames35. La ville de Lapathos offre un ὕφoρµoς καὶ vεώρια pour Strabon, et un simple ὅρµος pour le Stadiasme : or Lapathos possédait elle aussi un port, protégé du vent du nord par deux môles dont l’un de 155 m36.

  • 37 Cf. Nicolaou 1976, 552 : “The harbor of Marion-Arsinoe lies ca 4 km W of Polis and stili shelters f (...)

29— Enfin Marion, le cas le plus intéressant, offre un πρóσoρµoς pour Strabon, tandis que pour le Stadiasme, λιµέvα ἔχει ἔρηµoν χείµαζει βoρέoυ, comme celui de Karpaseia : les deux phrases sont sans doute équivalentes, “un port pour petits bateaux parce que le vent du nord y amène la tempête”, “un port ἔρηµoν parce que le vent du nord y amène la tempête”, et qu’il faut pouvoir, comme à Athènes du Pont, dans l’ὅρµος ἔτoυς où nous avons vu Arrien se faire surprendre, tirer rapidement au rivage les navires37.

  • 38 Voir ici même Janni, 44. Sur le port de Paphos, cf. Hohlfelder 1995. Sur l’exemple de la constructi (...)

30Pour l’auteur du Stadiasme, un λιµήv ἔρηµoς n’est donc pas un port vierge ni désaffecté, mais un port mal protégé des vagues : les études d’A. Raban indiquent que les môles existaient déjà à l’époque de la composition du Périple, mais Strabon, puis le Stadiasme sont les témoins d’un changement dans la conception de la navigation en Méditerranée. Si les “ports” de Ps-Skylax continuent d’exister, ils sont à l’évidence déclassés par ses successeurs parce que depuis l’époque hellénistique, à côté des ports “pour petits bateaux” ou des ports saisonniers, les architectes ont entrepris la construction de ports comme celui de Paphos. Ces grands ports sont capables d’accueillir les énormes navires greniers qui comme l’Isis croisent en haute mer et ont besoin d’installations portuaires adaptées à leurs dimensions38.

  • 39 Cf. n. 2. 11 y a un monde entre le déchargement à quai et le transbordement vers le rivage tel qu’i (...)

31Nous devons en conclure que le sens de “port mal protégé des tempêtes” pour λιµὴv ἔρηµoς est à retenir, mais aussi que nous ne pouvons utiliser le Stadiasme pour trancher du sens de notre passage, à la fois parce que, comme nous l’avons vu, l’association des deux termes n’est pas une expression géographique consacrée, et parce que le temps qui sépare les deux textes fait que les conditions d’appréciation d’un port ont radicalement changé39. Les travaux des archéologues nous permettent cependant d’éliminer l’une de nos hypothèses initiales : dans la mesure où des môles protecteurs protégeaient les ports de Chypre à l’époque où écrivait Ps-Skylax, un λιµὴv ἔρηµoς n’est pas pour lui un port naturel non aménagé (comme pour Thucydide).

3.2. Les λιµέvες ἔρηµoι de Chypre dans le Périple de Ps-Skylax

32Puisque nous savons que les circuits commerciaux n’entrent pas non plus dans les préoccupations de notre auteur, que nous pouvons du coup éliminer l’idée qu’il s’agisse d’un port désaffecté (comme Theodosia), un λιµὴv ἔρηµoς ne peut donc être qu’un port sans protection suffisante, soit contre les tempêtes (comme dans le Stadiasme), soit contre les coups de main d’un ennemi potentiel. Une lecture attentive du texte permet, je le crois, de pencher pour la seconde interprétation.

  • 40 Cf. Périple, 4, 13, 20, 23, 66, 96, 104, 108, 110, 111, et plus particulièrement, pour leur ambiguï (...)
  • 41 La parenthèse intercalée sur Soloi – καὶ αὕτη λιµέvα ἔχει χειµεριvóv, “qui possède un port d’hiver” (...)

33Celle-ci tient au découpage de la phrase : les commentateurs précédents ont compris que le syntagme αὗται πᾶσαι λιµέvες ἔχoυσαι ἔρήµoυς portait sur l’ensemble du paragraphe et qu’il fallait y inclure Salamine. Mais la prose des périplographes est particulièrement elliptique : dans le Périple, un pronom démonstratif en asyndète sert régulièrement à donner en parenthèse des précisions complémentaires sur l’un des éléments d’une liste40. Dans de tels cas, c’est le reste de la phrase qui doit permettre de lever les doutes du lecteur, en particulier de déterminer sur quels mots précisément porte le pronom. Ici, la similitude des tours oppose Salamine (λιµέvα ἔχoυσα κλειστóv aux autres cités de l’île (αὗται πᾶσαι λιµέvας ἔχoυσαι ἔρήµoυς)41. Et si l’on suit la ligne de ce que nous avons vu précédemment, c’est le mot èpripouç qui justement sert à opposer le λιµὴv κλειστóς de Salamine, le port de guerre bâti par Evagoras, aux autres ports de l’île, mal ou pas du tout équipés ni défendus.

34Ps-Skylax a du λιµήv une conception qui se rapproche de celle de Thucydide : son principal souci est la marine de guerre et n’importe quelle baie abritée qui permette d’aborder et de tirer au sec peut faire l’affaire d’une flotte toute entière : c’est le cas de la plupart des ports mentionnés par le Périple. Mais le Périple introduit une distinction supplémentaire : à côté des ports proprement dits (le mot apparaît 155 fois), Ps-Skylax distingue 14 ports qualifiés de κλειστóς, comme celui de Salamine : le mot ἔρήµoυς marque ici l’opposition entre un port naturel ou même pourvu de môles (un port de commerce, en fait), et un port κλειστóς, port de guerre dont le modèle lui est fourni par le Pirée.

  • 42 Lehmann-Hartleben 1923, 65-74 montre que le limèn kleistos est caractéristique des époques classiqu (...)

35Sur le plan historique, le signifié de λιµήv semble donc se déplacer insensiblement d’Homère à Strabon pour se rapprocher de ce que nous appelons aujourd’hui un port. À l’époque de Ps-Skylax, la frontière passe apparemment entre λιµήv et λιµὴv κλειστóς. La disparition de l’association des deux termes, relevée par Lehmann-Hartleben, me paraît correspondre non à une disparition de la réalité qu’elle désigne, mais à l’extension du champ de cette dernière, à partir du moment ou tout véritable port, de guerre ou de commerce, tenden fait à devenir κλειστóς, complètement protégé, tant du mauvais temps que des mauvais coups dans le même temps qu’il gagne en dimensions au point de rendre obsolètes les ports des siècles précédents42.

3.4. Les “oublis” de Ps-Skylax

36Ce passage met donc en relief Salamine, dont le Périple fait la cité phare de sa description de Chypre, ce qui mène à quelques réflexions complémentaires.

37À l’opposition entre Salamine et les autres cités de l’île, s’ajoute une opposition entre cités côtières – nommées – et cités barbares et anonymes de l’intérieur : de quelles cités s’agit-il ? Comment expliquer, inversement, que le port de Kition, λιµὴv κλειστóς de l’île dont l’existence est établie, soit passé sous silence, et que soient oubliées Paphos et Kourion ?

“Cités barbares”

  • 43 Ps-Skylax 13, Sicile ; 22, Illyrie ; 80, cité des Colches. Pour un exemple d’élargissement, cf. 46  (...)
  • 44 Ps-Skylax 13 :’Ev δὲ Σικελίᾳ ἔθvη βάρβαρα τάδε ἐστίv ῎Eλυµoτ Σικαvoί, Σικελoί, Φoίvικες, Tρῶες. Oὗτ (...)
  • 45 Sur cette période de l’histoire de Chypre, cf. Collombier 1991,34-38.
  • 46 Tout en conformant la description de l’île à un schéma habituel dans le Périple : aux Grecs les cit (...)

38La mention, en fin de rubrique “d’autres cités dans l’intérieur” est assez courant dans le Périple, aussi bien en Grèce même que dans des pays moins connus : à une liste des cités succède une formule comme εἰσι δὲ καὶ ἄλλαι ἀνώνυµοι πoλλαί, ce qui permet de donner de la profondeur à la bande côtière balayée par le périple, et éventuellement de rebondir pour une remarque complémentaire. Mais la mention de cités barbares est rare43. La Sicile fournit le parallèle le plus significatif et comme en Sicile, où les Phéniciens sont explicitement mentionnés, Ps-Skylax doit songer à des cités phéniciennes44. Or la seule cité continentale de l’île encore indépendante entre 362 et 351 est Tamassos, vendue au roi de Kition par son héritier, Pasikypros, entre 362 et 35 145. Il y a donc de bonnes raisons de penser que l’allusion aux “cités barbares de l’intérieur” n’est qu’une précaution oratoire et qu’elle masque l’ignorance de l’auteur sur la situation intérieure de Chypre46.

Kition, Paphos et Kourion

  • 47 Mais ne peut être exclu : Peretti 1963, n.80, 46-47, pensait que l’original du Périple comptait 20 (...)

39L’omission de ces cités est étrange, et on ne peut exclure qu’elle soit le fait des copistes. Mais pour respecter l’ordre d’exposition, cela impliquerait deux omissions successives, d’abord celles de Paphos et Kourion, puis celle de Kition après Amathonte : c’est beaucoup47.

  • 48 Je remercie A.-M. Collombier d’avoir attiré mon attention sur le fait que “Paphos, Kourion et Kitio (...)
  • 49 Cf. n 28.

40Si l’omission est originale, un oubli dû à l’ignorance est exclu48. De même, si PsSkylax avait voulu ne mentionner que les ports, il aurait pu omettre Paphos - où Strabon n’indique qu’un ὕφoρµoς ; mais à l’époque de la prise de Tyr, Kourion diposait d’une flotte et d’un port à l’époque romaine ; et il était impossible d’éviter Kition49.

  • 50 La situation à Chypre, entre 390 et 336 est terriblement confuse. Entre les guerres d’Evagoras, la (...)
  • 51 Raban 1995, 164-165 : “The harbours of Salamis may represent an era when the focus of maritime acti (...)
  • 52 Je cite ici une lettre d’A.-M. Collombier : “Pourquoi Amathonte seule est-elle présente dans la lis (...)

41Dans ce cas, il faut bien admettre que Ps-Skylax a fait disparaître ces cités de sa description, comme s’il avait voulu ignorer la présence de garnisons royales et le renouveau de Kition qui, après 386, sert de base à la reconquête perse50. Ps-Skylax, comme ailleurs, adopte ici un point de vue athénien : les ports qu’il signale, comme l’a remarqué A Raban, sont les ports de la partie nord et orientale de l’île, qui correspondent à l’orientation de la politique athénienne de cette période51. Les mêmes raisons ont pu l’amener à mentionner Amathonte52.

  • 53 II reste bien Lèpèthis, mais la formule λιµέvα ἔχoυσα κλειστóv de Salamine répondrait au oὒτε λιµέv (...)

42Ps-Skylax partageait sans doute la haute opinion que ses concitoyens, et Isocrate le premier, avaient d’Evagoras. Mon sentiment est qu’il a choisi de décrire le moment de l’akmè du roi, vers 387, lorsqu’Evagoras impose un régent à Kition. L’effacement provisoire de cette dernière cité lui permet ainsi de dresser comme une image inversée du tableau dramatique qu’Isocrate avait dressé de la Salamine phénicienne : la Chypre du Périple est presque idéalement grecque et, avec Kition, a disparu la partie phénicienne d’une île où les “barbares” sont à peu près cantonnés dans les cités de l’intérieur53.

4. Conclusion

  • 54 Cf. n. 7.

43Ce dernier paragraphe paraît m’entraîner sans doute un peu loin de mon propos initial, les λιµέvς ἔρηµoι de Chypre, ces ports si mal protégés en regard du port clos de Salamine. Or c’est la lecture globale du Périple qui est ici en jeu et le sens que l’on doit donner à sa composition. A. Peretti a soutenu avec beaucoup d’érudition que le Périple était il primo portulano del Mediterraneo, une somme des relevés opérés par les marins grecs dans leurs premières navigations en Méditerrannée54. Or tout infirme sa thèse, aussi bien la datation du Périple que des exemples comme celui de Chypre où le politique, le militaire, et vraisemblablement l’idéologique l’emportent sur la description nautique.

44Seules d’autres études similaires permettront d’arriver peut-être à une appréciation plus exacte des visées du Pseudo-Skylax.

Notes

1 La compréhension du système des prépositions ne va pas cependant de soi, parce qu’il est trop facile de lire ces textes à la lumière de concepts contemporains. Les travaux de P. Janni ont été à ce titre fondamentaux pour les comprendre dans la logique odologique qui est celle des périples, et non pas une logique cartographique qui leur est le plus souvent étrangère.

2 Voir par exemple Ardaillon 1898 ; Gungerich 1950 ; Lehmann-Hartleben 1923 ; Casson 1971, 361-370 ; Baladié 1980, 227-248, en particulier 235 : “Λιμήν est le terme le plus général ; il s’applique à un port artificiel aussi bien que naturel ; dans ce dernier cas, ce qui distingue un χιμήν d’un simple mouillage, c’est à la fois la sécurité plus grande qu’il offre aux embarcations et les aménagements qu’on y trouve, dont le minimum doit être un appontement, un quai de bois ou de pierre pour faciliter l’accostage”. Comme on le verra infra, cette définition vaut pour Strabon mais est encore trop précise, dans sa seconde partie, pour l’époque classique.

3 Chypre, où l’on trouve les cités suivantes : la cité grecque de Salamis, qui possède un port clos d’hiver, Karpaseia, Keryneia, Lèpèthis des Phéniciens, Soloi (elle aussi possède un port d’hiver), la cité grecque de Marios, Amathous (cité autochtone) ; toutes ces cités possèdent des λιμένας ἐρήμους. Il y a aussi dans l’intérieur d’autres cités barbares. J’en reviens au continent dont je m’étais détourné”. Le texte est celui du manuscrit sauf pour la ponctuation.

4 Diller 1952, 21-22.

5 Ce problème sera abordé infra.

6 La question a déjà été abordée par Aupert 1984, 14 qui écrit, n. 14 : “Pourquoi tous les ports de ces villes fort actives seraient-ils déserts ? La présence, plus haut, de χειμερινόν pourrait faire attendre ici θερινός, qui se comprendrait mieux : il s’agirait de ports non protégés par des môles et dangereux pendant les tempêtes d’hiver”. Ce qui l’amène à traduire, p. 15 : “Salamine la Grecque, pourvue d’un port fermé, sûr l’hiver,... Toutes ces villes ont des ports déserts (ou d’été ?)”. Mais on ne relève aucun emploi de θερινός dans le Périple, et je ne pense pas que l’on puisse accepter cette correction ; néanmoins, le fait que les ports soient dangereux pourrait les faire qualifier d’ἔρημοι, et c’est l’un des sens qui sera envisagé.

7 Fabre 1965 ; Müllier 1855, p. xxxiii-li ; Peretti 1979, 485-504 et 1988, 13-137 ; Marcotte 1986, 166-182. Pour Athènes et les régions immédiatement voisines, D. Marcotte pense que le texte tient compte des réalités des années 338-337. Pour la datation du passage chypriote du Périple, cf. Baurain 1984, 113. Les sources sont multiples et parfois anciennes, surtout pour les régions périphériques. Dans un article récent, Counillon 1998, j’ai montré que la situation décrite pour la Thrace égéenne est obligatoirement celle des années 360-357, ce qui ne date pas nécessairement la rédaction du texte lui-même : il faudra se demander si les discordances ne sont pas le résultat d’un choix délibéré. Avec des nuances, je pense que la thèse de D. Marcotte, qui voit dans le Périple un texte athénien mis à jour au moment de sa rédaction est une hypothèse de travail satisfaisante.

8 Isocrate, Evag., 47 : Παραλαβὼν γὰρ τὴν πόλιν ἐκβεβαρβαρωμένην καὶ διὰ τῶν Φοινίκων ἀρχὴν οὔτε τοὺς ʽˊΕλληνας πρσσδεχομένην οὔτε τέχνας ἐπιοσταμένην οὔτ’μπορίῳ χρωμένην οὔτε λιμένα κεκτημένην, “Recueillant une cité devenue totalement barbare et qui, à cause de la domination phénicienne, n’accueillait pas les Grecs, n’avait pas d’artisanat expert, n’avait pas l’usage d’un emporion, ne s’était pas pourvue d’un port”. Isocrate ne pouvait penser que les Phéniciens étaient des barbares qui ignoraient l’artisanat, le commerce et l’architecture portuaire. En revanche, son auditoire pouvait raisonnablement croire que les Phéniciens, et en particulier Kition, avaient voulu la déchéance de Salamine.

9 Le silphium est mentionné Périple, 108, au même titre que l’hellébore, 97, ou le lotos (et autres végétaux) 108 et 110.

10 Xénophon, An., 1.5.4, et aussi, au même endroit, une ville ἐρήμη, mais où l’on peut se ravitailler ; Strabon 7.4.5 : οὗτος μὲν οὖν ὁ παράπλομς ἔρημος πᾶς.

11 Ce domaine a été largement exploré, mais voir tout particulièrement J. & L. Robert 1983. 105-108.

12 Voir par exemple les erèmophylakes de l’Égypte lagide, Lesquier 1911, 262 :” [ils devaient] surveiller des lieux dits erèmoi, “abandonnés” : l’épithète est donnée dans les textes à des vergers, des vignobles, des colombiers, même à des maisons, peut-être aussi à ce que nous appelons des terrains vagues ; la surveillance avait sans doute pour objet d’empêcher des particuliers d’en faire induement usage.” Les erèmophylakes sont à peu près des gardes-champêtres ! Voir aussi Peremans & van’t Dack 1952, 266-267.

13 Euripide fr. 828.3 : αί γὰρ πóλεις εἴσ’ἄvδρες oὐκ ἐρηµία.

14 Pollux, 24 : Eἰ δὲ ακώπτεςς, ἔρηµov, ἐξηρηµωµέvηv φoρτικήv, ὀλιγάvθρωπov ἔρηµov oἰκητóρωv, ἀoίκητov, ἀπάvθρωπov, κεvήv. On soulignera le mot φoρτικήv, qui allie la vulgarité à un ensemble de mots caractérisant le dépeuplement. Voir aussi le vers comique cité par Strabon 8.8.1, à propos de Megalèpolis des Arcadiens, ἐρηµία µεγάλη’στὶv ἡ Mεγάλη πóλις, “c’est un vaste désert que la Megalèpolis”.

15 Strabon 9.5.12 : “Le terme “disparition” doit être entendu dans un double sens, ou bien, en effet, la population a été anéantie et le pays est entièrement désert, ou bien le nom du peuple n’existe plus et son organisation politique a cessé de se maintenir telle qu’elle était”. Autre exemple, Strabon 7 fr.35 à propos de Stagire, déchue de son rang de cité, mais toujours active : cf. Baladié 1989 ad loc.

16 Baladié 1980, 312-313.

17 Cf. Robert 1951, 46 : “Naturellement, quand on dit qu’une ville disparut, cela ne veut pas dire qu’il n’y eut plus un habitant, plus un paysan pour cultiver les champs des environs, mais qu’elle perdit son indépendance et que son territoire fut rattaché à celui d’une autre cité, qu’elle ne fut plus qu’un village dépendant d’une polis... un historien même bien informé, peut qualifier d’erèmè, “déserte, abandonnée”, une ville, autrefois illustre, qui n’a plus d’existence politique et qui est tombée au rang d’un village dépendant d’une cité”.

18 Thucydide 5.3.1 ; Xénophon, Hell., 5.4.51 ; Diodore 13.87.3 ; Plutarque, De Gloria Atheniensium (Moralia 22), 346C ; voir tout particulièrement Diodore 18.20.4 : Thibron est parti à la rescousse des Barcéens et a donc quitté le port de Cyrène qu’il occupe : Kαθ’ὃv δὴ χρóvov ὁ Kρὴς συλλoγισάµεvo τὴv ἐρηµίαv τoῦ λιµέvoς ἔπεισε τoὺς ἐv Kυρὴvῄ καταλειφθέvτας ἐπιθέαθαι τῷ λιµέvι, “Sur ces entrefaites, conjecturant que le port se trouvait sans défenseurs, le Crétois persuada les Cyrénéens demeurés dans la ville de l’attaquer”. Cf. Hésychius : ἐρηµα ἀφύλακτα.

19 Thucydide 1.47 ; 1.54 ; 8.10 ; 8.20 ; Arrien, PPE, 5.30 \An. PPE, 51-52 ; Stad.mar.mag. 302-314, étudiés ici. Voir aussi Plutarque, Ages., 40.2 : Xωρίov ἔρηµov... ὃ καλoῦσι Mεvελάoυ λιµέvα, “un endroit désert qu’on appelle le port de Ménélas” et Strabon 13.1.51, une πóλις ἔρηµoς possédant un port, Kισθήvη ἐστὶ πóλις ἔρηµoς ἔχoυσα λιµέvα

20 Thucydide 1.47 : ῎Eατι δὲ τὰ Σύβoτα τῆς Θεσπρωτίδoς λιµὴv ἔρηµoς (voir aussi 1.50 ; 1.52 ; 1.54) ; 8.10.3 : Σπείραιv τῆς Koριvθίας ἔστι δὲ λιµὴv ἔρηµoς καὶ ἔσχατoς πρòς τὰ µεθóρια τῆς ’Eπιαδυρίας (voir aussi 8.20).

21 Gomme 1956, 182 pense que le port des Sybota pourrait être Σκάλωµα ’Aρίλας, une petite baie en dessous du village de Perdika ou Arpitsa, à 6 ou 7 km des îles, ou même la baie de Mourtso, à l’est : “Il est naturel que les Corinthiens aient eu une base avancée, car leur base principale de Cheimerion se trouve à 4 heures de navigation. Bien qu’inhabitée, et donc inutilisable comme base principale (nourriture et eau suffisant pour 20 000 hommes, réparation des navires), elle pouvait servir de base pour un jour ou deux, dormir et faire la cuisine...”

22 Sur ce passage, cf. Gomme et al. 1981, 24-25. Le lieu, et même son nom, sont mal déterminés. Mais la région où est situé ce port, quel qu’il soit, est très difficile d’accès et était très vraisemblablement peu habitée.

23 Sur l’emporion ouvert par Leukôn, cf. Démosthène, Lept., 33. Sur la suite de l’histoire de la ville, Arrien, PPE, 30 : Eἰς Θευδoσίαν, πóλιν ἐρήµηv...’Evθέvδε εἰς λιµέvα Σκυθoτύρωv ἔρηµoν στάδιοι διακóσιoι, et An. PPE, 51 :’Aπò δὲ Θευδoσίας εἰς’Aθηµαίωv λιµέvα ἤτoι Σκυθoταύρωv λιµέvα ἔρηµoν ἐvταῦθα ὅρµος vαῦσιv ἄκλυστoς. Quant au changement de nom, il traduit sans doute un changement de locuteur : le port des Skythotaures était le nom que lui donnaient les marchands qui y relâchaient ; le port des Athéniens, celui où les habitants de la région se souviennent qu’autrefois les Athéniens abordaient.

24 Ce qui explique qu’il ne soit pas recensé comme tel dans les études portant sur le vocabulaire géographique des Grecs.Voir n. 2.

25 Pollux, 9.28 ; 9.34.

26 Cf. n. 29 ; pour avoir un témoin supplémentaire (et chronologiquement intermédiaire), j’ai également eu recours à la description de Chypre par Strabon. Pour une analyse détaillée des sources littéraires et leur confrontation avec la réalité archéologique, cf. Raban 1995, 163-169 et Leonard 1995, 227-246.

27 Müller 1855, p. cxxvii.

28 Parmi ces villes, seul le port de Paphos est décrit (λιµὴv τριπλoύς), bien que le texte implique l’existence d’un port à Kourion (un paragraphe omis), et à Kition (point de départ vers le continent). Ce que le Stadiasme nomme Paphos est en fait le port de Nea Paphos, après le transfert de la ville vers la fin du IVe a.C. : pour Strabon 14.6.3, Palaipaphos n’offre qu’un ὕφoρµoς. À Kourion, Strabon mentionne un ὅρµος, cf. Leonard 1995,236-238 ; et le limèn kleistos de Kition est connu par les fouilles de Bamboula (cf. par exemple Yon 1995, 119-129).

29 Un tableau permet une comparaison rapide entre nos trois auteurs de référence :

Image 100000000000035B000000CF0DB46E2C.jpg

30 Cf. Flemming 1980,49-50. Yon 1993, 152-153.

31 Strabon 14.6.3 : Σóλoι πóλις λιµέvα ἔχoυσα καὶ πoταµòv. Le port est complètement ensablé aujourd’hui, mais les deux môles sont encore visibles, cf. Raban 1995, 165 : “Its location, at the eastern part of the delta of the Potamos tou Kampou is well attested. Two moles, 180 m apart, running from thè shore to the open sea, with scattered ashlar blocks, measuring 0.6x0.6x2.0 m, may belong to what has survived of the outer harbour. Strabo’s anchorage and the closed basin mentioned by Pseudo-Skylax may be found in the presently landlocked area to the south”... La description explique la présence du port “d’hiver”. Mais contrairement à ce que dit A.Raban, il n’est pas question dans Ps-Skylax de limèn kleistos à Soloi.

32 Voir Aupert 1996b, 168-169. Empereur 1996, 164-168.

33 Strabon 14.6.3 ; Stadiasme 302.

34 Cf. Nicolaou 1976, 437 : "The two moles in thè harbor are the most considérable Works of their kind in Cyprus”. Mais la conduite de Démétrios Poliorcète, Diodore 20.47, montre que jusqu’à l’époque hellénistique au moins, le port de Karpasia ne pouvait accueillir une flotte à quai : Kαὶ τò µv πρῶτov κατεστρατoπέδευσεv v καρπασίας καὶ vεωλκήσας τὰ σάφη χάρακι καὶ τάφρῳ βαθείᾳ τὴv παρεµβoλὴv ὠχύρωσεv, “Tout d’abord il établit son camp à Carpasia, et tirant au sol ses navires, il renforça son camp par des palissades et un profond fossé”.

35 Cf. Raban 1995, 166 : “Until the 1950’s its entrance was to the north and was badly protected from the northern surge”. Les traces de l’ancien môle, “littered with sherds of Hellenistic or classical date”, sont encore visibles.

36 Cf. Raban 1995, 165 : “Our own undewater survey suggests that the main mole comprised two building phases, along the same master plan. The earlier phase was the better built, and comprised vertical ashlar walls built in the Phoenician style. Yet what is visible is mainly a spili of square blocks, 1.5x 1.5x 1,5m., belonging to the second (Roman) phase. There was probably a second harbour basin next to thè eastern city wall”.

37 Cf. Nicolaou 1976, 552 : “The harbor of Marion-Arsinoe lies ca 4 km W of Polis and stili shelters fishing boats. A massive breakwater stili survives for considérable length ; it must have been much longer in antiquity, since a large part of the harbour has silted up. It was from this harbor that thè trade with the West passed, especially the exportations of copper” ; Raban 1995, 165 :“Just east of the Khrysokhou river. Marion was a major export centre...The remains of the ancient harbour, abandonned in the early Hellenistic era, are presently overbuilt...Yet, one can stili see the ancient northwestern mole of ashlar headers, laid in good order and fastened by iron and lead clamps of typical, Hellenistic, ‘Dove-tail’type.”

38 Voir ici même Janni, 44. Sur le port de Paphos, cf. Hohlfelder 1995. Sur l’exemple de la construction du port de Césarée par Hérode, cf. Raban 1995, 169-182.

39 Cf. n. 2. 11 y a un monde entre le déchargement à quai et le transbordement vers le rivage tel qu’il se pratiquait encore au début du siècle dans les petits ports de Méditerranée, cf. Frost 1995, 1-22.

40 Cf. Périple, 4, 13, 20, 23, 66, 96, 104, 108, 110, 111, et plus particulièrement, pour leur ambiguïté, 21, 23, 86, 99.

41 La parenthèse intercalée sur Soloi – καὶ αὕτη λιµέvα ἔχει χειµεριvóv, “qui possède un port d’hiver” (mais non pas clos) – évite soigneusement le participe, de crainte de brouiller les pistes.

42 Lehmann-Hartleben 1923, 65-74 montre que le limèn kleistos est caractéristique des époques classique et hellénistique (voir en particulier l’intéressant tableau des p. 70-72), où il désigne un port dans la continuité des murailles de la ville, avec un trafic sous la surveillance de l’état ; et que l’appellation disparaît des textes plus tardifs ; voir aussi p. 98-99, la description des ports de Salamine (plan XVI) ; Leonard 1995, 230, cite Isocrate Evag., 47 comme preuve qu’Evagoras a bâti le port de Salamine et Diodore de Sicile 20.50.1 comme preuve que le limèn kleistos est toujours en fonction à la fin du IVe s. (il s’interroge d’ailleurs lui aussi sur les limènes erèmoi du Périple) ; Raban 1995, 164 : “The seawall of the south harbour was built of properly laid courses of ashlar headers, 1.0x1.0x1.8 m, on top of a loosely spilled rampart of larger blocks, down to the présent depth of over 6 m. This technique of spilled rampart, or breakwater, was not used in Phoenician harhours, but was quite common in Greek harbours such as the 6th century harbour at Samos, the Classical harbour on Aegina and the commercial harbours at Cnidus”.

43 Ps-Skylax 13, Sicile ; 22, Illyrie ; 80, cité des Colches. Pour un exemple d’élargissement, cf. 46 : Eἰσι δὲ καὶ ἄλλαι πoλλαί πóλις Λακεδαιµovίωv.’Ev µεσoγείᾳ δ’ἐστὶ Σπάρτη καὶ ἄλλαι πoλλαί.

44 Ps-Skylax 13 :’Ev δὲ Σικελίᾳ ἔθvη βάρβαρα τάδε ἐστίv ῎Eλυµoτ Σικαvoί, Σικελoί, Φoίvικες, Tρῶες. Oὗτoι µὲv βάρβαρoι, oἰκoῦσι δὲ καὶ ῎Eλληvες. La comparaison est d’autant plus significative que le Périple réussit à ne mentionner aucune cité carthaginoise en Sicile, pas même Lilybée ! Marcotte 1986, 173-176, date le moment de la description des années 338-336.

45 Sur cette période de l’histoire de Chypre, cf. Collombier 1991,34-38.

46 Tout en conformant la description de l’île à un schéma habituel dans le Périple : aux Grecs les cités de la côte, aux barbares les cités ou les bourgades de l’intérieur.

47 Mais ne peut être exclu : Peretti 1963, n.80, 46-47, pensait que l’original du Périple comptait 20 à 22 lettres par ligne ce qui pourrait correspondre à des formules comme Пάφoς καὶ Koύριov ʽEηvίς et Kίτιov Φoιvίκωv λιµέvα ἔχoυσα κλειστóv.

48 Je remercie A.-M. Collombier d’avoir attiré mon attention sur le fait que “Paphos, Kourion et Kition ne pouvaient être ignorés des Athéniens et de l’auteur du Périple”. Voir Yon 1995, 121 sur les contacts entre Kition et Athènes et 125 sur le limèn kleistos de Kition, que connaît Strabon 14.6.3, et que M. Yon date de la fin duVe ou du début du IVe siècle.

49 Cf. n 28.

50 La situation à Chypre, entre 390 et 336 est terriblement confuse. Entre les guerres d’Evagoras, la reconquête perse après 386, et la révolte de Phénicie à partir de 351, comment un géographe pouvait-il s’y retrouver ? Cf. Calvet 1993, 129. L’absence générale du Roi ou des Perses n’est pas le moindre paradoxe du Périple.

51 Raban 1995, 164-165 : “The harbours of Salamis may represent an era when the focus of maritime activities in Cyprus was aimed more towards the Greek harbours of southern Anatolia and the Aegean, and towards the piratical activities along the Cilician coast (focusing on the Phoenico-Persian maritime routes), but less so towards Egypt. Also illustrating this phenomcnon are the alleged harbour of Karpasia and others mentioned by Pseudo-Skylax".

52 Je cite ici une lettre d’A.-M. Collombier : “Pourquoi Amathonte seule est-elle présente dans la liste ? Estce la seule base navale ou point d’appui que pouvaient trouver les Athéniens sur la côte méridionale. On peut l’envisager si on rapproche Ps-Skylax de la glose d’Hésychius ʽPoίκov κριθoπoµπία, où on mentionne l’envoi d’orge aux Athéniens par le roi Rhoikos d’Amathonte vers le milieu du IVe s.”

53 II reste bien Lèpèthis, mais la formule λιµέvα ἔχoυσα κλειστóv de Salamine répondrait au oὒτε λιµέvα κεκτηέvηv de l’Evagoras ; les ἄλλαι πóλεις ἐv µεσoγείᾳ βάρβαρoι, à ἐκβεβαρβαρωµέvηv καὶ διὰ τῶv Φoιvίκωv ἀρχὴv.

54 Cf. n. 7.

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search