Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Cartographie et art nautique dans le monde ancien

Pietro Janni

Texte intégral

1Assurément, il est inutile de justifier le rapprochement de ces deux termes dans le titre de ma communication, rapprochement qui aura même paru prévisible. À nous comme à tous les hommes de notre temps, il paraît qu'entre les deux choses il y ait une espèce de mariage indissoluble. Depuis des siècles, nous pensons que la géographie et la cartographie sont naturellement redevables aux navigateurs d'un trésor d'informations ; par contre, le navigateur ne peut se passer des lumières qui lui viennent du géographe, surtout dans la forme de l’indispensable carte nautique. D’où un échange circulaire d'informations, un savoir commun auquel les deux parties contribuent chacune à sa manière. Assez souvent, les deux choses se sont trouvées réunies dans la même personne. L’année colombienne que nous venons de célébrer, nous a rappelé que les deux frères Christophe et Bartholomé Colomb furent aussi cartographes. Christophe le resta toujours au cours de ses voyages et nous a laissé des esquisses cartographiques qui démontrent un œil très sûr. Aujourd'hui, l’époque de la navigation de découverte est finie depuis longtemps et la cartographie utilise de tout autres moyens. De ce point de vue, la situation a profondément changé, tandis que le recours nécessaire de la navigation à la cartographie est resté le même, soit qu'il s'agisse de navigation de plaisance le long des côtes domestiques, soit de traversées des océans.

2Aujourd’hui, en somme, nous continuons à nous trouver dans une situation technique (et d'abord intellectuelle) dans laquelle on considère comme normal que l’activité pratique de la navigation soit précédée et guidée par un mode bien déterminé d'élaboration, d'ordonnancement et de transmission des données d’un savoir empirique sur le monde dans lequel cette activité se déroule. C’est le mode de la carte, représentation homologue de la surface terrestre, selon un code très précis de correspondance, celui des lois de la similitude géométrique, un code tellement enraciné dans nos habitudes mentales qu'il nous semble presque l'unique possible et que nous oublions les éléments de convention et de relativité qui s'y trouvent. Pourtant, nous savons bien qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Aujourd’hui on admet généralement que l’humanité ancienne n'avait pas recours à la carte, dans la pratique de la navigation, mais bien à la description verbale, à ce que les Anciens appelaient περίπλους, “périple”, que nous appelons portulan ou instruction nautique, et qui se fonde sur des principes totalement différents. Le portulan, le périple, la description verbale, transmettent les informations selon une modalité qui peut être parfaitement fiable, c'est-à-dire selon des catégories qu’homo sapiens a toujours maîtrisées. Ce sont des informations qui se succèdent linéairement dans le temps de la transmission et qui correspondent à des moments successifs dans le référent, dans le répondant en l’espace réel, avec la même linéarité unidimensionnelle.

3Dans le cas de la carte, les informations sont transmises dans un langage différent, au moyen d’une image qui est appelée à signifier un ensemble de faits spatiaux qui à leur tour sont saisis par plusieurs actes de perception. Il s’agit donc là d'une traduction et d’une transmission dans une langue nouvelle et étrangère, ce qui constitue une opération d’un tout autre ordre, beaucoup plus complexe, ou plutôt qualitativement différente.

4Sur ce point, nous pouvons nous appuyer sur des études conduites avec une grande ampleur par les spécialistes de plusieurs disciplines. Nous savons aujourd’hui que la mémorisation d’informations relatives à un parcours unidimensionnel, même compliqué, est une chose à laquelle arrivent même les animaux de laboratoire, et les êtres humains même dans leur première enfance, tandis que le concept de représentation symbolique d’un vaste complexe spatial est un but infiniment plus lointain et difficile. Certes, on ne veut pas nier que l’humanité ancienne y soit parvenue dans une large mesure ; mais le chemin qui conduisait à l’application pratique était encore très long, comme nous le suggèrent beaucoup de considérations et le confirment beaucoup de témoignages.

  • 1 Nordenskiöld 1889, 48 ; Myres l896, 605.
  • 2 Uhden 1351 ; Brown 1951, 7.

5Le problème de l’existence possible de cartes marines dans l’Antiquité grecque et romaine s’est présenté plusieurs fois, et plus d’une fois il a reçu une réponse affirmative. Les noms à rappeler commencent à la fin du siècle dernier avec celui de A. E. Nordenskiöld, pour continuer avec J. L. Myres1. Dans notre siècle, le partisan le plus fameux de l'existence de telles cartes a peut-être été l’Allemand R. Uhden ; mais même un historien de la cartographie comme l’Anglais LI. A. Brown a introduit de son propre chef l’allusion à une carte marine en relatant un passage de Strabon, d’une manière qui aura certainement trompé beaucoup de lecteurs novices2.

  • 3 Dilke 1985,21 ; 133.
  • 4 Casson 1971, 297 : “There is no evidence for the use of charts”.
  • 5 Höckmann 1985, 163 : “Vielleicht ist sogar schon früh kartiert worden”.

6Aujourd’hui, il semble qu’on soit devenu plus prudent. Les savants qui ne sont pas particulièrement intéressés par ce problème se limitent à constater qu'il n’y en a aucun témoignage. La synthèse la plus récente sur la cartographie ancienne, celle de O. A. W. Dilke, ne parle de navigation que dans un chapitre intitulé “Periploi” et ne laisse aucun doute que par périples on entend ici des instructions écrites et non dessinées. Deux fois, l’auteur remarque brièvement qu’aucun témoignage ne nous permet d’attribuer aux Anciens l’usage des cartes marines3. L'historien de la marine antique qui fait autorité aujourd’hui, L. Casson, arrive à la même conclusion4. Un ouvrage plus succinct sur la marine antique, celui d’O. Höckmann, est plus possibiliste5. Il parle de la possibilité d'un emploi des cartes nautiques par les anciens dans un court chapitre, l’avant-dernier, une espèce d’appendice, et ne s'appuie que sur un passage bien connu d’Hérodote dont nous dirons quelques mots par la suite. Plusieurs de ses affirmations démontrent d’ailleurs que ces pages sont parmi les moins critiques du livre.

7Je crois pourtant qu’il n’est pas inutile de revenir encore une fois en détail sur le problème. L’expérience nous enseigne que là où les témoignages explicites manquent, où il y a un vide dans notre information, des hypothèses aventureuses se représenteront certainement tôt ou tard. Je crois donc qu’il n’est pas inutile de se former une opinion mieux fondée sur le sujet. La discussion peut en tout cas donner quelques fruits.

8Sur le plan méthodologique, la principale considération à faire est d'abord la suivante : la carte (et surtout la carte marine) est un instrument, qui sert à emmagasiner et à véhiculer des informations. Pour que cet instrument entre en usage dans une civilisation, il faut d’un côté qu'elle possède les informations à y mettre et de l’autre la nécessité et la capacité de s’en servir. Il faut donc ne jamais séparer les conquêtes intellectuelles et théoriques des faits pratiques, sous peine de faire comme quelqu’un qui attribuerait l’invention de l’automobile à une civilisation qui ne connaîtrait aucune forme de route adéquate, ou la possession des machines à calculer à une civilisation dont l’arithmétique n'irait pas au-delà du nombre dix. Plusieurs de ceux qui ont écrit sur le sujet se sont probablement trompés sur ce point : on n’a pas toujours lié assez étroitement la question de l’usage ou du non-usage de la carte marine à la manière de naviguer des Anciens, et on n’a pas assez tenu compte de ce que nous savons sur l’usage de la carte marine au Moyen Age et dans les temps modernes, en relation avec les progrès de la navigation.

9Mais venons enfin à l’Antiquité. J’ai dit, en simplifiant beaucoup, que la navigation des Anciens était une navigation “unidimensionnelle”, à laquelle convenait l’instrument du périple. Je ne voulais pas dire par là qu’ils reculaient totalement devant les traversées en haute mer, et qu’ils éprouvaient une invincible terreur s’ils perdaient la terre de vue. En réalité, l’impression sensorielle et psychologique de la vraie et propre haute mer est exprimée déjà dans l'Odyssée, qui ne représente certes pas un art nautique très avancé, même dans le contexte antique :

  • 6 Homère, Od., 14.301-302.

’Αλλ’ὅτε δὴ Κρήτην μὲν ἐλείπομεν, οὐδέ τις ἄλλη
φαίνετο γαιάων, ἀλλ’οὐήανὸς ἠδὲ θάλασσα6.

10On faisait donc des traversées de haute mer ; ce qui importe c’est comment on les faisait. Les traversées de haute mer constituaient un nombre limité de routes, suivies très étroitement ; elles représentaient les raccordements nécessaires entre les parcours le long des côtes, et non pas un mouvement libre sur une surface. Encore une fois, en schématisant et en simplifiant, on pourrait dire que les Anciens avaient fait d’un espace bidimensionnel une somme de lignes unidimensionnelles, le long desquelles le périple est un guide suffisant, et qu’ils n’avaient pas encore appris à parfaitement concevoir en termes d'espace bidimensionnel, auquel la carte correspond sur le plan de la représentation.

11Naturellement, il faut se rappeler aussi qu’aucune mer n'est une surface bidimensionnelle tout à fait plate et homogène. Surtout du point de vue de la navigation à la voile, une mer est toujours une structure compliquée, avec des montées et des descentes, des étroits passages obligés et de vastes étendues. Les routes pratiquées ne sont pas seulement déterminées par la conformation des terres mais dans une grande mesure aussi par le régime des vents et secondairement par les courants – je n'ai à l'esprit que la navigation de commerce à la voile, parce que la navigation de guerre à la rame était liée beaucoup plus étroitement à la terre et que certains problèmes ne se posaient même pas. La manière de naviguer des Anciens dépendait étroitement du régime des vents, qu'il s’agît de choisir une route le long de la côte ou en mer ouverte.

  • 7 Ap„ 27.

12Nous possédons deux contes anciens de longs voyages sur une route importante, celle qui allait de la Méditerranée orientale, Égypte ou Palestine, aux ports italiens de la mer Tyrrhénienne : ce sont le voyage du grenier Isis, raconté par Lucien dans Le Navire, et le voyage de Saint Paul, de Césarée à Rome7. Dans les deux cas, il s’agit d’un voyage contre le régime prévalant des vents du nord-ouest et ce n’est pas une coïncidence si les deux fois on suit la côte le plus étroitement possible ; par contre, les greniers comme celui de Lucien, dans le voyage de retour de l’Italie à Alexandrie, traversaient directement la Méditerranée (selon toute vraisemblance et même si la chose n’est pas directement attestée) du détroit de Messine à l’Égypte, par vent arrière ou grand largue.

  • 8 Hérodote 2.5.
  • 9 Thucydide 4.53.3 nomme l’île de Cythère comme l’escale (προσβολή) des navires marchands lacédémoni (...)

13Les traversées directes de l’aire égéenne à l’Égypte ne sont pas attestées tout à fait explicitement, mais avec une bonne sécurité dans toute l’Antiquité. Dans l'Odyssée on parle déjà de traversées, quelquefois involontaires, de la Grèce ou de la Crète à la région du Delta. Hérodote apporte un témoignage indirect, mais d’autant plus précieux où il parle de l’emploi de la sonde devant la côte égyptienne lorsqu’on en est encore distant “d’une journée de navigation’’. On savait qu’à ce point la sonde ramenait à la surface de la boue, et que la profondeur était alors d’onze ὀργυιαί8. Pour Hérodote, tout cela n’était qu’une preuve de plus de l’action du Nil, qui déversait de la terre jusqu’à cette distance. Pour nous c’est un indice précieux de l’existence d’une route traditionnelle en haute mer en plein cinquième siècle. Quant au chemin inverse, une route différente est attestée encore plus clairement9.

  • 10 Naturellement, même les marins les plus expérimentés peuvent se tromper s’ils se fient à ces moyen (...)
  • 11 Ap. 21.1-3.

14Dans le cas d’une traversée par vents plus ou moins en poupe, il était relativement facile de tracer une ligne sur la surface ; c’était une ligne invisible mais pas moins réelle qu'une côte : il suffisait de suivre un cap, ce qu’on savait faire avec l’aide des étoiles, mais aussi du vent et de la direction des vagues. Le navigateur expérimenté sait maintenir une position constante de la voilure par rapport au vent ; il “sent” les mouvements du navire, de roulis et de tangage, et il s’assure de cette manière qu’il coupe la ligne des vagues selon un angle constant10. Les mêmes Actes des Apôtres suggèrent que cette règle de deux routes différentes, à l’aller et au retour, valait pour toute la navigation à voile. L’auteur, en rapportant un voyage précédent, ne manque pas de remarquer que l’île de Chypre est laissée à gauche, c’est-à-dire à l’est, sur la route de l’Anatolie occidentale à la Palestine, tandis que sur le chemin inverse elle a été laissée à l’ouest, en suivant la côte, syrienne d’abord, puis anatolienne11. Avec des vents généralement arrière ou grand largue on coupait par la haute mer, mais, lorsqu’il fallait remonter au vent, on se tenait près de la côte pour exploiter les brises de terre et de mer.

  • 12 Lane 1983,227.

15Il est intéressant de remarquer ici que les historiens de la marine du Moyen Age (sans doute indépendamment de ce que nous venons de remarquer) ont classé ensemble, comme des aspects de ce qu'ils nomment la “révolution nautique du Moyen Age”, l’apparition de la cartographie marine et des tavole di martelogio, c’est-à-dire la réduction en forme tabulaire des calculs nécessaires pour déterminer sa route et sa position en haute mer, “lorsqu’on louvoie"12. Il apparaît que le louvoyage en haute mer et la mentalité, la vision cartographique, sont liés entre eux ; ils marquent la conquête d’une nouvelle dimension, la transformation du réseau des parcours unidimensionnels en surface pleinement maîtrisée et contrôlée.

16Avant ce tournant, la nécessité d’une carte ne pouvait pas être très sensible, et l’on ne possédait pas la capacité d’en produire d’assez perfectionnées pour qu’elles s’imposent par leur utilité et fiabilité. Je crois que tout le monde convient que dans l’histoire des progrès humains les conquêtes scientifiques et techniques ne naissent pas par hasard comme les fleurs naissent d’une graine portée capricieusement par le vent. Ces conquêtes sont plutôt comme des fruits qui tombent lorsqu’ils sont mûrs, par un concours de circonstances bien réglées et qui naissent lorsqu’ont mûri les conditions intellectuelles et pratiques – qui vont toujours ensemble. Les hommes n’entreprennent jamais des tâches quand le moment n’est pas arrivé, quand ils ne sont encore pas à même d’en maîtriser chaque aspect, le côté intellectuel comme le côté technique et pratique.

17En traitant la question d’un possible usage de la carte marine par les Anciens, on est parti quelquefois, d’une manière plus ou moins inconsciente, du principe que l'onus probandi revenait à qui contestait que cet usage fût pratiqué, et non à qui l’affirmait. Il n’en est naturellement pas ainsi : pour que cela soit justifié, il faudrait que l'usage de la carte marine fût en soi très vraisemblable pour un art nautique comme celui des Anciens, ou bien que les sources en témoignassent en quelque manière l’existence. Aucune des deux choses n’est vraie, comme je voudrais maintenant l'examiner plus en détail.

  • 13 Végèce, Mil., 3.6.

18Il est à peine nécessaire de rappeler que le silence de nos sources sur tout ce qui pourrait ressembler à une carte marine à bord des navires anciens ne pourrait être plus parfait. Somme toute, les littératures anciennes nous montrent assez fréquemment des cartes géographiques dans la réalité quotidienne, et même dans l'usage pratique, bien que de façon très limitée. Dans le cas de la navigation il n’y a pas même cela, pas même quelque chose qui ressemble aux fameux itineraria picta de Végèce, quelque chose sur quoi bâtir une hypothèse à propos des cartes employées sur les navires anciens13.

19Pour balayer toute possibilité d’allusion à l’emploi de cartes marines dans les littératures grecque et latine, je voudrais d’abord donner un coup d’œil à quatre passages d’auteurs anciens où l’on pourrait reconnaître l’allusion à quelque forme de cartographie nautique, comme quelqu’un l'a déjà fait, dans un cas tout au moins.

  • 14 Hérodote 3.136.

20Le premier est le passage d’Hérodote où le grec Démokédès est envoyé par Darius à la tête d’une mission perse, qui a pour tâche d’espionner les côtes de la Grande Grèce, de l’Italie du sud14. Ici on lit que les Perses τὰ παραθαλάσσια ἐθηεῦντο καὶ ἀπεγράφοντο, ce que Ph.-E. Legrand traduit par : “Ils en examinèrent les côtes, dont ils firent un relevé”. On ne doit certes pas trop attendre d'une traduction générale ; il faut toutefois observer qu'elle est évidemment tendancieuse puisqu'elle utilise un mot tiré de la terminologie technique de la cartographie moderne, auquel rien de comparable ne correspond dans l’original. En réalité, l’ambiguïté du grec γράφω, commune à ses composés, empêche de décider s’il s’agit ici d’une description verbale ou d’une esquisse cartographique. Mais même dans cette seconde éventualité, on devrait penser beaucoup plus à une carte hydrographique qu’à une carte marine au vrai sens du mot. Hérodote dit en effet très précisément que l’objet du “relevé” ne fut que les lieux côtiers, sans doute en vue d’un débarquement : les deux choses sont conceptuellement très différentes. On pourrait concéder que les descriptions des périples aient été quelquefois illustrées par des esquisses représentant un port ou la position d’un écueil, sans que cela ait grande importance pour l’histoire de la cartographie nautique. Cela pourrait tout au plus concerner, dans une modeste mesure, une partie très limitée de la navigation, le pilotage, très secondaire de notre point de vue.

  • 15 Anth. Pal., 9.559.3-5.
  • 16 Cf. Gisinger 1931, 863 ; Güngerich 1950, 18-23 ; Diller 1952.

21Le second texte est une épigramme de Crinagoras, où le poète annonce à son ami, le géographe Ménippe de Pergame, qu’il va entreprendre une navigation à destination de l’Italie, et le prie de lui fournir un moyen qui l’aide à trouver le bon chemin, d’abord vers les Cyclades puis vers les îles Ioniennes. Cette aide est appelée la première fois ἡγητῆρα περίπλοον, la deuxième ἵστορα κύκλον15. Il est inutile de s’arrêter sur la première expression, qui fait très évidemment allusion à un périple de la sorte bien connue, tandis que la seconde est plus singulière et aurait pu donner lieu à quelque spéculation s’il n’était pas bien attesté que l’ouvrage de Ménippe était un texte écrit, dont nous possédons même des fragments16.

22Le troisième texte se trouve dans les élégies de Properce, où la femme d’un soldat qui fait son service en Orient consulte douloureusement une carte et apprend où se trouvent ces régions :

  • 17 Properce 4.3.40.

cogor e tabula pictos ediscere mundos
La terminologie est claire, mais cette femme apprend aussi l'existence de
uentus in Italiani qui bene uela ferat17.

23En entendant parler de cartes géographiques dans un contexte où il est question d’une longue navigation à la voile, nous dressons l'oreille, mais il est évident que cette fois aussi la carte est géographique et non marine : l’épouse solitaire observe la position respective de l’Italie et des régions où se trouve son mari ; elle apprend que pour son retour on doit attendre un vent de l’est. Le poète n’a pas voulu dire autre chose.

  • 18 Appien, Civ., 4.13.102.
  • 19 White 1913, 311.

24Le plus intéressant est à mon avis le quatrième passage, qui mérite plus d’attention qu'il n'en a reçu. Il se trouve dans l’histoire des guerres civiles d’Appien et appartient donc à l’âge des Antonins. Nous lisons ici que Tillius Cimbre, en mission pour les césaricides Brutus et Cassius, explora du point de vue militaire et nautique la côte de la Thrace : “Il mesura et dessina (ἀνεμέτρει καὶ διέγραφε) les lieux aptes aux campements, et ταῖς ναῦσι κατά μέρη πρόσπλουν18. Ce passage n'a pas à ma connaissance la célébrité qu'il mériterait car, dans toute la littérature classique, c’est ce qui se rapproche le plus du témoignage d’une cartographie nautique. Si nous voulions être un tantinet malicieux, nous pourrions remarquer que dans l’édition d'H. White le passage est peu fidèlement traduit “approaching it with his ships now and then”, ce qui cache son importance pour notre sujet. On pourrait croire que cela a suffi, probablement, pour qu’une partie considérable du monde érudit, pas seulement anglophone, ne le remarquât pas19.

25Ceci dit, il faut remarquer que même ici on ne peut vraiment parler de cartographie nautique. Le relèvement de Tillius Cimbre appartient à un genre de travail que nous connaissons bien dans l’Antiquité romaine, celui des agrimensores, des arpenteurs, qui relève davantage de la topographie que de la géographie. Son aspect nautique ne consiste pas du tout à tracer la forme des mers entières, sur laquelle on puisse tracer une route, mais plutôt à tracer la ligne sans profondeur d’un littoral, et encore pour une partie très limitée. Il ne s’agit que des points de la côte aptes à un mouillage ou à un atterrissage, donc d’une représentation graphique sommaire de ce qu’on pouvait décrire verbalement, dans la manière bien connue des périples. Dans chaque cas, il s’agit de relèvements à une échelle qui est foncièrement différente de celle d’une “vraie’’ carte géographique ou hydrographique – on pourrait tout au plus parler d’une carte hydrographique au sens étroit du terme. Par une “vraie” carte, différente du croquis topographique, j’entends celle qui comporte la construction d’un complexe spatial beaucoup plus vaste, par une synthèse qui manque totalement dans le cas d’une baie isolée ou d’une plage, comme dans le cas de Tillius Cimbre.

  • 20 Thalès fr.l 1 A 1 ; B 1 Diels-Kranz ; van der Waerden 1988, 13-15.

26Il faut remarquer ici que pour l’Antiquité l'“art nautique” est singulièrement dépourvu des traités systématiques qui existent au contraire pour d'autres techniques. L’historien de la marine antique ne possède ni ses Varron et Columelle, comme l’historien de l’agriculture, ni son Vitruve, comme l’historien de l’architecture. Même celui qui étudie un sujet spécial comme l’artillerie des Anciens, balistes et catapultes, dispose de deux vrais petits traités, ceux d'Héron d’Alexandrie et de Philon de Byzance. Rien de semblable n’existe pour l’art nautique, qui est pourtant un aspect de l’activité humaine d’une importance si fondamentale pour le monde ancien. Cela dépend de plusieurs facteurs, qu’on peut plus ou moins ramener au statut même dont jouissait la marine dans l’Antiquité, lequel n’était pas favorable à la naissance d’une littérature technique qui eût quelques chances de survivre. D’après ce que nous savons, une littérature de ce genre n’a pas même existé, comme elle n’a pas existé au Moyen Age. Par une espèce d’ironie de l’histoire, ce qui ressemble le plus à un exposé systématique de l’art nautique, ce sont les quelques cinquante vers où Hésiode donne une série de conseils sur l’activité de la navigation, surtout en relation avec le calendrier ; justement Hésiode, qui de son aveu n’avait traversé dans toute sa vie que le bras de mer entre le continent et l’Eubée ! Nous avons moins encore quelque chose sur la navigation au sens étroit du mot. Il n’y a que des allusions, qui vont d’Homère à Ptolémée, mais qui ne peuvent remplacer un vrai recueil systématique d’informations. En particulier, nous n’avons aucun reste d’un traité d’astronomie nautique attribué à Thalès, avec peu de vraisemblance d’ailleurs20.

27S’il n’y a pas de développement théorique, un emploi éventuel d’aides cartographiques aurait pu trouver son reflet dans des œuvres d’un caractère différent, comme des récits historiques, ou dans des contes de fantaisie. Ici un problème délicat se présente. Lorsqu’on veut argumenter négativement, en se fondant sur le silence de nos sources, on risque de pécher contre la méthode et de surestimer 1’argumentum a silentio. Je répondrai ici que je n’ai d’autre prétention que celle de proposer à une réflexion commune certaines circonstances qui m’ont paru dignes de considération. Il ne s’agit pas d’arguments définitifs mais bien de données dont chacun évaluera le poids par soi-même, sur un terrain difficile où il faut mettre à profit même les plus petits indices.

28Les littératures anciennes – ce serait l’observation, d’ailleurs assez évidente, par laquelle je voudrais commencer – sont absolument muettes sur les cartes marines, même là où un mot à ce sujet serait hautement probable, parce que l’orientation en mer et la navigation sont au cœur même de l’histoire que l’on raconte, d’une manière ou d'une autre.

29Les récits grecs et latins où l’on parle assez précisément de la navigation et de ses problèmes – savoir où l'on est (faire le point), choisir et suivre sa route – sont assez nombreux. Je n’en rappelle que quelques-uns. Nous avons déjà vu le voyage de l’apôtre Paul, de Césarée à Rome, accompli en plusieurs étapes et interrompu par le naufrage à Malte : le fait de trouver ou de perdre sa route et le fait de savoir où l’on est ont dans tout ce texte une grande importance. Le conteur de l’histoire, ce Luc l’évangéliste dont nous ne savons rien, se montre très attentif à tous ces aspects – et Saint Luc, qui devint le patron des artistes grâce à la légende médiévale selon laquelle il aurait peint le portrait de la Vierge, aurait pu, à plus juste titre, être proclamé le patron des navigateurs...

30Il y aurait à rappeler aussi les très nombreux voyages en mer qu’on lit dans les romans grecs, que l'on a rapproché du récit des Actes. Ici, tout ce qui touche à l’orientation et à la navigation joue un rôle important. Je voudrais rappeler aussi un récit comme celui de la cinquième épître de Synésius de Cyrène, où l’on raconte un voyage le long de la côte de l’Afrique du Nord, avec les difficultés de navigation auxquelles on dut faire face, et les discussions entre le patron du navire et ses passagers sur la route à tenir, chose normale dans la marine antique (et du reste celle du Moyen Age). Enfin, l’œuvre de Lucien, que nous avons déjà eu l’occasion de citer, et qui est très attentif à beaucoup d’aspects de l’art nautique, même les plus techniques. Or, dans toutes ces pages des littératures anciennes, même les plus riches de détails sur les routes et les ports, on ne trouve pas un mot sur l’emploi de quelque chose de semblable à une carte marine.

31Mais il faut faire une remarque plus générale, et, je crois, de plus de poids. On sait que les images tirées de la nautique sont dans les littératures antiques simplement innombrables, et qu'un recueil en remplirait des volumes entiers. Tout spécialement l’art du timonier, la τέχνη κυβερνητική, a été sans cesse exploité dans toutes les discussions sur le comportement humain, de la plus superficielle jusqu’à la plus profondément philosophique (et il faut rappeler que le κυβερνήτης des Anciens était beaucoup plus qu’un simple barreur). De Platon jusqu’aux auteurs les plus tardifs, on ne se lasse jamais d’en faire la métaphore de toute habileté, maîtrise et adresse, avec même des détails sur l'exercice de cette maîtrise. Peut-on croire que, s’il y avait eu un recours même très limité à la cartographie (à laquelle plusieurs auteurs font allusion, dans d’autres contextes), on n’en aurait soufflé mot ?

  • 21 Lucain 8.167-184.

32Dans les mêmes années où l'apôtre Paul voyageait dans la Méditerranée, le poète Lucain composait à Rome sa Pharsale, où les thèmes de l’art nautique sont exploités plusieurs fois, souvent avec un intérêt évident, et avec une remarquable précision technique et terminologique. L’un des passages les plus significatifs de ce genre se lit dans le livre huitième, où le pilote du navire de Pompée donne au vaincu de Pharsale toute une leçon de navigation astronomique21. Il lui explique surtout, au demeurant avec de bons fondements scientifiques, comment on peut déduire de la hauteur du pôle céleste la latitude, en naviguant de la Scythie à l’Égypte, mais aussi comment on peut trouver son chemin le long de la côte de l’Afrique du nord, avec l’aide de l’étoile Canope. Le discours est coloré de l’orgueil et de la suffisance d’un homme qui étale sa science ; si le pilote avait pu se présenter comme un lecteur de cartes expert, il l’aurait très probablement fait : or il n'en dit mot. Pompée demande au pilote comment il trouve sa route, mais avant tout comment il fait le point, comment il se repère et reconnaît les terres qu’il rencontre dans sa navigation, unde notet terras. Le pilote lui répond qu’il se sert de l’observation des étoiles circumpolaires, en naviguant du nord au sud, le long d’un méridien. Est-il concevable, s’il avait eu une carte, qu’il n’y ait pas même fait allusion ?

33Mais ce passage a un caractère unique et il mérite quelques remarques. Il s'agit du seul témoignage direct, dans toutes les littératures antiques, d’un relèvement de la latitude en mer dans un but de navigation, bien que d’une façon très sommaire – et mises à part aussi les très graves exagérations, inévitables pour un poète antique, que la tradition obligeait à parler de la mer Noire comme si elle avait été l’océan Glacial ! Pourtant, il est remarquable que le pilote de Pompée ne parle pas vaguement d’étoiles circumpolaires, mais bien d’axis, ce qui suppose l’intention de localiser avec quelque précision le pôle sur la sphère céleste. Le pôle, il faut le rappeler, n’était pas marqué en ce temps-là par l’Étoile polaire avec autant d’exactitude qu'aujourd’hui.

34Nous retrouverons ce relèvement de la latitude comme aide principale venant de l’astronomie à la navigation dans l’âge des grandes découvertes géographiques. Un exemple particulièrement approprié est celui des Portugais dans leur marche progressive le long de la côte africaine vers le sud. Pour eux, le relèvement de la latitude était d’une importance primordiale. On le faisait en mesurant encore la hauteur du pôle céleste au moyen du cadran, tout au moins, au nord de l’Équateur. Cette pratique était tellement habituelle que le navigateur portugais Diogo Gomes employait un cadran sur la marge duquel étaient marqués directement, en plus des degrés, les noms des principales localités fréquentées. Bien qu’appliqué d’une manière beaucoup plus fine, le principe est identique à celui qu'énonce le pilote de Pompée.

  • 22 Strabon 8.1.1.

35On remarquera encore que ce procédé exclut assurément l’emploi d’une carte du type moderne, avec le réseau des coordonnées, ce qui aurait rendu tout à fait inutiles les noms de villes marquées sur l’instrument. Comme je l'ai déjà dit, je suis parfaitement conscient de la prudence qui est nécessaire lorsqu'on veut déduire quelque chose d’une source en se fondant non sur ses assertions mais sur son silence. En comparaison avec les cas déjà cités, le silence également parfait des textes scientifiques a un poids plus grand. Strabon nomme plusieurs types de titre sous lesquels se retrouvaient différentes espèces d’ouvrages géographiques relatifs à la navigation comme les περίπλοι et les λιμένες22. Il remarque qu’il y avait eu plusieurs façons de traiter et publier des ouvrages consacrés à cette matière, c’est-à-dire la description géographique : certains auteurs en avaient fait l’objet d’ouvrages publiés séparément, d’autres en avaient traité dans le cours d’ouvrages historiques, dans des excursus spéciaux, comme Éphore et Polybe. En somme, des ouvrages qui ont rapport à la navigation, où l’on pourrait imaginer au moins quelques éléments cartographiques, sont ici mis exactement sur le même plan que d’autres, dont le caractère purement verbal est tout à fait sûr. Serait-il possible, pour le géographe, de prêter autant d’attention à ces sources verbales d’information nautique, et aucune à celles d'une autre nature ?

36Je sais que pour nous tous il est quelque fois difficile d’imaginer ce qu’une source ancienne pourrait dire, et comment elle aurait pu le dire. Peut-être qu’à ce point il n’est pas inutile de citer quelques textes, l’un du Moyen Age et deux du XVIe siècle, où la carte marine est introduite avec un naturel parfait. Cela peut nous aider à imaginer comment les auteurs anciens auraient pu le faire, s’ils en avaient eu la matière.

  • 23 Guillaume de Nangis, Gesta Sancti Ludouici, p. 444 (éd. 1840).

37Le chroniqueur Guillaume de Nangis raconte comment le roi Louis IX voyageait à bord d’un navire génois à destination de Tunis pour sa fameuse croisade. Le mauvais temps avait éparpillé les navires et le roi inquiet voulut savoir où l'on se trouvait. Les nochers, alors, allata mappa mundi, regi situm terre prope Callaricum et vicinitatem propinqui littoris ostenderunt23. Lorsque la carte était là, il n’y avait aucune difficulté à la nommer.

  • 24 Ariosto, Orlando furioso, 19.44 et 45.

38D’une carte marine on peut parler aussi en vers, sans descendre à un ton trop prosaïque. L’Arioste le fait dans son Roland furieux en décrivant une navigation au milieu d’une tempête24. Le navire est égaré, et tout le monde cherche à s’orienter et à retrouver la route perdue :

Chi sta col capo chino in una cassa
Su la carta appuntando il suo sentiero...

39Des cartes, il y en a même plusieurs à bord de ce navire (nous devrions être au temps de Charlemagne et ceci est certainement anachronique !). Un peu plus loin, on tient conseil et chacun dit son avis :

Indi ciascun con la sua carta fuora
A meza nave il suo parer risolve.

40Pour rendre la comparaison plus frappante, nous sommes ici en pleine Méditerranée orientale, comme dans les romans grecs et dans les Actes des Apôtres. Les avis sur la position du navire oscillent entre Chypre, l’Anatolie et la Syrie...

41Bien entendu, “comparaison n'est pas raison” : tout cela ne vise qu’à rendre un peu plus sensible l’absence de toute mention de la carte marine dans les sources anciennes, en suggérant comment les sources auraient pu la nommer, le cas échéant.

42Nous avons donc épuisé pour le moment la question du silence absolu des sources anciennes. Le second aspect est celui que nous avons déjà annoncé : est-il imaginable qu’une navigation comme celle des Grecs et des Romains ait pu se passer des cartes marines, d’autant plus que la carte géographique avait été inventée et portée déjà à un certain degré d’avancement ? Souvent nous avons entendu des raisonnements analogiques s’appuyant sur la cartographie de peuples par ailleurs techniquement arriérés, comme les insulaires de l’océan Pacifique avec leurs cartes faites de baguettes et de coquillages, cent fois reproduites sur nos livres. Pour une fois il vaut la peine de renverser le point de vue et de porter notre attention sur quelque exemple d’art nautique sans carte.

43Pour cela, il ne faut pas chercher trop loin. Une marine promise à un aussi grand avenir que la marine anglaise n'a accueilli l’usage de la carte marine que très tard, alors qu’elle était déjà diffusée depuis des siècles dans le domaine de la même civilisation, dans l’aire méditerranéenne.

  • 25 In : Taylor 1963, 294 : “...For I haue knowen within this. 20. yeeres that them that were auncient (...)

44L’Anglais William Bourne publia à Londres, en 1574, son Regiment for the sea, le premier manuel de navigation rédigé en langue anglaise. On y lit ces mots : “Il y a déjà vingt ans, je sais, que même de vieux loups de mer se moquent de ceux qui ont acheté des cartes et le cadran pour naviguer... et ils disent qu’ils n’ont aucun intérêt aux parchemins, puisque les bateaux se gouvernent mieux en se tenant sur le pont”25.

  • 26 Taylor 1963, 1.

45Et voici le commentaire de l’éditeur moderne : “Le marin anglais [au temps du roi Henri VIII] ne savait que faire de la carte, ni d’aucun instrument pour mesurer la hauteur du soleil et des étoiles. Il se contentait de trouver son chemin sur la mer à l’aide de la sonde, et d’emmagasiner dans sa mémoire des points caractéristiques de la côte, qui pouvaient le guider”26. Naturellement, tout cela se refére à une navigation dans un rayon relativement limité, dans des eaux familières, bien différente des grandes entreprises océaniques du temps : une navigation plus semblable à celle des Anciens.

  • 27 In : Waters 1958, 3.

46Ce témoignage concorde avec celui du français Michel Coignet, dont l'Instruction nouvelle de 1581 nomme les instruments du pilote sans mentionner la carte : “La navigation commune ne se sert d’autres instruments, que de l’expérience, de l’aiguille, et de la sonde”27.

  • 28 Parry 1991, 126. Voir aussi Parry 1984, 45-47.

47Écoutons encore une fois ce que dit l’un de meilleurs historiens de cette matière, l’Anglais John H. Parry : “Dans le nord, la carte marine resta au contraire totalement inconnue jusqu’au milieu du xvie siècle ; une tradition fiable en attribue l’introduction en Angleterre à Sébastien Cabote. Dans l’aire méditerranéenne, l’usage de la carte remontait au xiiie siècle et son évolution indique un étroit parallélisme avec le développement des “tables” et des directions de route. Ces trois choses dérivent toutes de la boussole. Le mot “compas” n’indiquait pas seulement le manuel du pilote, mais aussi les cartes marines, bâties sur une série de relèvements à la boussole”28.

  • 29 Hérodote 5.49. Cf. Jacob 1991, 41-47.

48Cette méfiance de l’homme de la pratique pour la carte, vue comme quelque chose de trop théorique et peu sûr, n’a rien de nouveau pour le lecteur des auteurs anciens. On en peut voir peut-être le premier exemple dans l’épisode hérodotéen de la mission d’Aristagoras à Sparte pour proposer une expédition de guerre, illustrée au roi Cléomène par une carte géographique. Sur cet épisode on a écrit, récemment aussi, bien des choses intéressantes, mais je crois qu’on peut y ajouter ceci : Hérodote a probablement voulu suggérer entre les lignes que le roi spartiate repoussa la proposition parce qu’il lui parut ridicule d’employer une espèce de jouet scientifique pour une chose aussi sérieuse que des plans de guerre29.

  • 30 Plutarque, Phil., 4.9.

49Plutarque est plus explicite en racontant que Philopœmen, quand il était commandant militaire, ne voulait en aucune façon des cartes (τὰς ἐπὶ τοῖς πινακίοις διαγραφάς), et les envoyait promener (ἐῶν χαίρειν). Le capitaine sérieux, selon lui, allait reconnaître le terrain de ses propres yeux30.

50Si nous allons à la vraie histoire documentée de la cartographie marine, qui commence dans l'aire méditerranéenne à peu près à la fin du xiiie siècle, nous trouvons quelque chose qui n’est pas sans importance pour la question d’une possible cartographie marine des âges précédents. Il est bien connu, et il a été souvent remarqué, que toutes les cartes marines des deux premiers siècles de leur histoire sont à peu près identiques entre elles, non seulement comme conception et type général, mais aussi comme réalisation et aspect graphique. On les reconnaît tout d’abord parce qu’elles sont dessinées sans exception sur des peaux qui conservent la forme originale et ont à peu près les mêmes dimensions. Elles dérivent sans doute d’une origine unique, représentent une tradition récente, et n’ont pas un passé très long ni un arbre généalogique compliqué. Elles constituent une invention qui ne peut remonter beaucoup au-delà des plus anciens exemplaires conservés car il n’y aucune trace d’une tradition précédente. On devrait donc penser que cette tradition s’est perdue totalement dans les siècles du haut Moyen Age, sans qu’il en reste aucune miette. Il est significatif aussi que pendant longtemps on ait employé le même mot, “compas”, pour indiquer soit le portulan verbal, soit la carte dessinée. Cela montre un embarras terminologique que l’on ne peut expliquer qu’en supposant la nouveauté absolue de la carte. Naturellement, on peut objecter que dans plusieurs domaines de la civilisation matérielle une vraie régression eut lieu après la fin du monde ancien, et l’on peut peut-être trouver des exemples de choses qui ont été réinventées à l’âge moderne après une longue éclipse. Tout cela reste pourtant une difficulté supplémentaire qui s’ajoute aux nombreux obstacles pour qui suppose un emploi quelconque de la carte marine dans l’Antiquité.

  • 31 Strabon 2.5.1.

51Il y a un passage de Strabon qui parle une langue assez claire et n’a pas reçu, pour ce que j’en sais, l’attention particulière qu’il mérite dans ce contexte : “Quand on est sur mer [en haute mer, πελαγίζων] ou qu’on traverse un pays plat, on se laisse conduire par un certain nombre d’imaginations communes (κοιναῖς τισι (φαντασίαις) qui font agir pareillement l’homme inculte (ἀπαίδευτος) et le citoyen éclairé, par une semblable inexpérience des mouvements célestes (ἄπειρος τῶν οὐρανίων), par une même ignorance des différences qui s’y rapportent31.

52Sans doute, Strabon exagère-t-il un peu : dans l’orientation en mer, chez les Anciens, l’astronomie était employée, bien que sur un niveau modeste. Mais cette exagération aurait-elle été possible, si cette cartographie à laquelle s’intéressait d’ailleurs tant Strabon, et dont il discutait avec tant de chaleur, avait joué un rôle quelconque dans la navigation ?

53La conclusion à tirer est encore une fois la même : tout nous indique que le rapport entre géographie, cartographie et navigation dans l’Antiquité était différent de ce qui s’est établi, lentement et avec beaucoup de peine, à l’époque moderne.

Notes

1 Nordenskiöld 1889, 48 ; Myres l896, 605.

2 Uhden 1351 ; Brown 1951, 7.

3 Dilke 1985,21 ; 133.

4 Casson 1971, 297 : “There is no evidence for the use of charts”.

5 Höckmann 1985, 163 : “Vielleicht ist sogar schon früh kartiert worden”.

6 Homère, Od., 14.301-302.

7 Ap„ 27.

8 Hérodote 2.5.

9 Thucydide 4.53.3 nomme l’île de Cythère comme l’escale (προσβολή) des navires marchands lacédémoniens qui venaient d’Égypte et de Libye. Cela n’empêche pas de penser qu’on faisait le tour de la Méditerranée orientale.

10 Naturellement, même les marins les plus expérimentés peuvent se tromper s’ils se fient à ces moyens et l’erreur dans une traversée de quelque longueur devient facilement très grave, dans la mesure où elle est cumulative. Un exemple seulement : dans les Ephésiaques de Xénophon d’Ephèse on raconte deux fois des traversées qui s'égarent loin de la destination fixée. Une fois, les héros du conte atterrissent à l'est du Delta au lieu d'arriver à Alexandrie (3.12.1), une autre fois à Syracuse au lieu de l’Italie (5.1.1).

11 Ap. 21.1-3.

12 Lane 1983,227.

13 Végèce, Mil., 3.6.

14 Hérodote 3.136.

15 Anth. Pal., 9.559.3-5.

16 Cf. Gisinger 1931, 863 ; Güngerich 1950, 18-23 ; Diller 1952.

17 Properce 4.3.40.

18 Appien, Civ., 4.13.102.

19 White 1913, 311.

20 Thalès fr.l 1 A 1 ; B 1 Diels-Kranz ; van der Waerden 1988, 13-15.

21 Lucain 8.167-184.

22 Strabon 8.1.1.

23 Guillaume de Nangis, Gesta Sancti Ludouici, p. 444 (éd. 1840).

24 Ariosto, Orlando furioso, 19.44 et 45.

25 In : Taylor 1963, 294 : “...For I haue knowen within this. 20. yeeres that them that were auncient masters of ships halli derided and mocked thê that have occupied their Cards and Plats, and also the observatiô of the altitude of the Pole, saying that they care not for their Sheepes skins, for hee could keepe a better account vpon a boord. ”

26 Taylor 1963, 1.

27 In : Waters 1958, 3.

28 Parry 1991, 126. Voir aussi Parry 1984, 45-47.

29 Hérodote 5.49. Cf. Jacob 1991, 41-47.

30 Plutarque, Phil., 4.9.

31 Strabon 2.5.1.

Auteur

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search