Version classiqueVersion mobile

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Géographie, topographie, archéologie et histoire de la Gaule

Raymond Chevallier

Texte intégral

1Trop d’historiens raisonnent encore en faisant abstraction du milieu topographique. Les archéologues de terrain sont, eux, plus familiers avec son évolution. Je ne ferai ici qu’esquisser un sujet qui pourrait donner matière à un livre abondamment illustré, en insistant sur les questions de méthode, et notamment sur les rapports entre l’espace et le temps, et en n’utilisant que des exemples concernant la Gaule.

2Commençons par une définition : nous entendons par topographie historique l’étude précise du milieu. Il a souvent évolué de façon considérable depuis l’Antiquité, sans que nous en ayons nettement conscience, et c’est une erreur fréquente que de situer dans un cadre actuel des événements passés. Au reste, les Anciens, plus dépendants que nous des conditions naturelles, étaient en général plus enracinés au sol avec lequel ils vivaient en symbiose ; ils étaient attentifs à leur environnement dont ils tiraient le meilleur parti, notamment pour leurs implantations. Ils ont d’ailleurs exercé eux-mêmes une action considérable sur le paysage, qu’ils ont profondément humanisé. Pour saisir les modalités de ce rapport, il importe de proposer de nouvelles méthodes d’observation, en utilisant des sources souvent négligées ou des nouvelles données dans une perspective interdisciplinaire.

3Ce genre de recherches est peu pratiqué en France. Citons les noms de D’Anville au XVIIIe s., d’É. Desjardins au XIXe s., de R. Dion, F. de Dainville et X. de Planhol au XXe s. Mais nous n’avons rien de comparable aux ouvrages d’E. Guidoboni et de G. Schmiedt. Le problème comporte deux aspects : les sources géographiques comme sources historiques ; les données géotopographiques comme explication de faits historiques. Nous envisagerons donc successivement les textes des géographes anciens, ceux d’auteurs antiques divers, les itinéraires routiers, les archives, l’iconographie, la cartographie et la toponymie, les guides et récits de voyage, l’ethnohistoire, les photos aériennes et les scènes de satellites, les traitements d’images, l’archéologie du paysage et ses diverses méthodes (histoire du climat, palynologie, disciplines annexes), en évoquant les problèmes de l’expression graphique et de la modélisation. Une seconde partie traitera des applications de la géotopographie à divers thèmes ou séries : étude des frontières, des voies de communication, des cadastres, de l’habitat, groupé ou dispersé, des sanctuaires, des nécropoles, des activités économiques, de quelques événements historiques majeurs. La conclusion portera sur les ruptures et les continuités, les rapports espace/temps, l’inventaire et la sauvegarde du patrimoine.

1. Les sources géographiques comme sources historiques

1.1. Les sources littéraires

1.1.1. Géographes et chorographes

4On pensera en premier lieu aux textes des géographes ou des chorographes, ou à ceux d’auteurs antiques dans la mesure où ils comportent des descriptions géographiques.

  • 1 Hypothèses concernant la Crau (Strabon 4.1.7), alluvionnement des bouches du Rhône (4.1.8), qualit (...)
  • 2 Refroidissement des sources chaudes d’Aix-en-Provence, Strabon 4.1.5.
  • 3 Strabon 4.1.2 et 5 : “La Narbonnaise produit partout les mêmes fruits que l’Italie, alors que, si (...)
  • 4 Migrations protohistoriques comme celles des Vénètes (4.4.1), Gaulois (4.4.1-2), Ubiens (4.3.4), T (...)
  • 5 Strabon 4.5.2.
  • 6 Massalia (4.1.4) : “Elle occupe un terrain rocheux et son port s’étale au pied d’une falaise en am (...)
  • 7 Strabon 4.2.2 : “Les Vellaves, autrefois rattachés aux Arvernes, aujourd’hui autonomes”.
  • 8 Strabon 4.3.2 : exportations de porc salé des Séquanes et de sayons gaulois jusqu’à Rome.
  • 9 Comme le transfert du culte d’Artémis (Strabon 4.1.4), qui arrive d’Éphèse à Marseille et passe ch (...)
  • 10 Comme la localisation de Corbilo (4.2.1), du sanctuaire d’Artémis aux bouches du Rhône (4.1.8).

5Soit l’exemple de Strabon, dont le livre IV est riche de renseignements sur la Gaule ; on y trouve des données sur la géologie et la pédologie1 ; sur l’hydrologie2 ; sur la flore et les cultures3 ; l’histoire du peuplement4 ; les voies de communication, voies terrestres (routes des Alpes, réseau d’Agrippa), avec quelques indications de distance et de passages faciles (isthmes gaulois) ou difficiles (cols, fleuves, bas-fonds) ; voies fluviales (Rhône, Saône, Doubs, Seine, Aude, Loire, Garonne) et maritimes (points de traversée de la Manche, utilisation des marées)5 ; les sites urbains comme la description de Massalia ou d’Alésia6 ; la géographie administrative, dans la description des frontières (rôle des fleuves comme le Var et la Saône) et de leurs changements7 ; la toponymie ; la géographie économique8 ; la géographie culturelle (transferts de cultes ; mythes, phénomènes d’hellénisation et de romanisation)9. Certains passages sont d’ailleurs autant de problèmes topographiques à résoudre pour lesquels on doit confronter Strabon aux autres géographes – Pline, Méla, Ptolémée10.

1.1.2. Autres sources littéraires

  • 11 Besançon, cf. César, Gal., 1.38 : “Oppidum que sa position naturelle rendait si fort qu’il offrait (...)
  • 12 Sidoine Apollinaire, Ep., 8.11.3.31 et 8.12.5 sur le reflux de la Garonne.

6Il arrive que des textes d’historiens ou même de poètes présentent un réel intérêt géotopographique. Nous pensons aux descriptions césariennes des sites de Besançon, d’Alésia, ou de Marseille11. Citons encore, sur la navigation de la Garonne et de ses affluents, Ausone et Sidoine Apollinaire, qui invite son ami Trygetius à Bordeaux12.

1.1.3. Itinéraires

  • 13 Arnaud 1988 ; 1992b.

7Les Itinéraires (Itinéraire d’Antonin, Table de Peutinger, gobelets de Vicarello) constituent une série à part, dont P. Arnaud a récemment renouvelé l’interprétation13. Les erreurs mêmes de ces documents peuvent être riches d’enseignement sur les représentations géographiques et la réalité des échanges. C’est ainsi que la figure apparemment aberrante du cours de la Loire sur la Table de Peutinger (elle paraît se jeter dans la Seine) reflète d’antiques relations économiques sur la route de l’Océan. Leur vogue s’est maintenue jusqu’au XIXe s., avec au Moyen Age, le Guide du pèlerin de St-Jacques ou au XVIe s., La Guide des Chemins de France de Ch. Estienne, dont la confrontation avec les itinéraires antiques est pleine d’intérêt.

  • 14 Cf. Boyer & Février 1959 pour la Provence ; Pineau 1970 à qui, à partir de quelques lieux repérés (...)

8Parmi les problèmes qu’ils posent figurent de nombreuses localisations de sites antiques. De bons exemples ont été fournis par P.-A. Février pour la Provence, par H. Pineau pour la côte atlantique : par R. Chevallier, J. Dassié et M. Guy à propos des stations situées entre Bordeaux et Saintes14.

1.1.4. Archives

  • 15 Delétang 1983 a retrouvé les itinéraires multiples reliant Bourges à Orléans en dépouillant des sé (...)

9Aux textes antiques s’ajoutent tous les types d’archives : coutumiers, censiers, dénombrements de biens fonciers qui, même sans cartographie, peuvent donner des indications topographiques précises sur le tracé de voies antiques mentionnées comme confins15.

1.1.5. Iconographie

  • 16 La constitution d’un corpus de tels documents serait du plus haut intérêt. Voir, à titre d’exemple (...)

10L’iconographie est représentée par les estampes, cartes postales, photographies, illustrations d’ouvrages, d’autant plus intéressantes qu’elles sont plus anciennes. Elles peuvent conserver la localisation, l’allure de monuments disparus, comme le phare de Boulogne, détruit entre 1640 et 164416.

1.1.6. Cartographie

  • 17 Pineau 1962 et 1963.
  • 18 Broise 1972, sur les traces de centuriations conservées à Annecy par le cadastre sarde ; Chevallie (...)
  • 19 Pineau 1970.
  • 20 Observation personnelle de l’A.

11La cartographie, classée en séries chronologiques, constitue une source essentielle pour nos recherches comme l’a montré H. Pineau à propos de l’évolution des côtes du Languedoc et de l’Atlantique17. Par ailleurs, la cartographie ne devient exacte qu’avec les Cassini, mais des cartes plus anciennes, même fautives, peuvent être révélatrices, notamment pour le tracé des voies anciennes, la survivance de schémas quadrillés dans les plans urbains ou les cadastres, l’emplacement de sites disparus : le cadastre sarde (pour la Haute-Savoie), le cadastre Napoléon pour l’ensemble de la France offrent pour ces recherches un très grand intérêt18. On ne négligera pas non plus les commentaires des ingénieurs géographes, comme Bouguereau, qui donne, au verso de son Théâtre françoys (1594), des indications d’ordre historique et archéologique, ou les Mémoires des ingénieurs hydrographes19 ; les cartes thématiques (pédologiques, géologiques), comme le montre l’exemple des “horizons noirs enterrés” des pédologues du canal du Midi, qui correspondent souvent à des couches d’incendie archéologiques20.

12Un des apports de la cartographie est la toponymie, véritable épigraphie du sol ou mémoire de la terre, notamment la microtoponymie des plans parcellaires, aujourd’hui informatisée : le cadastre Rivoli recense plusieurs millions de lieux-dits que le remembrement fait disparaître et oublier, une masse de données susceptible de traitements informatiques pour extraction de séries de racines, de suffixes, cartographie automatique. Certains de ces fossiles linguistiques peuvent témoigner d’activités humaines disparues et révéler des emplacements potentiels de fouilles.

  • 21 Cauuet & Didierjean 1992.
  • 22 Ce toponyme peut renvoyer à un augusteum, ou à Saint-Vulbas dans l’Ain un lieu-dit, “La Bormane”, (...)

13Une cartographie de toponymes à valeur archéohistorique est susceptible d’orienter les recherches : elle permet le jalonnement de voies romaines par des séries connues, ou la répartition de villas romaines détruites par les invasions et qui ont laissé de nombreuses “Terres Noires” ; elle conserve le souvenir d’activités artisanales comme les ateliers de potiers (Félines/Figlinae) ou les mines (les croses, crosas, dans le sud-ouest, qui désignent des excavations et les tuquets, des déblais, indices à confronter avec des anomalies topographiques)21 ; elle conserve la mémoire de découvertes archéologiques anciennes, comme le “Champ de l’Imperadour” à La Roche-L1 Abeille, où l’on a trouvé un Jupiter à l’Anguipède ; elle conserve le souvenir de cultes anciens comme au ruisseau de la Fontaine de Nîmes le toponyme Agau22 ; elle rappelle des monuments disparus, notamment dans les titulatures d’églises, comme Saint-Pierre apud arenam à Metz.

14Cependant, l’exploitation de la toponymie suppose une bonne préparation philologique, la connaissance des dialectes ou patois locaux, la recherche des formes anciennes, la pratique du terrain, la confrontation avec d’autres séries comme l’épigraphie (exemple des Montagnac, dérivés d’un Montanius plutôt que de la présence d’une montagne) et avec les données archéologiques.

1.1.7. Les guides et récits de voyages

  • 23 J’en ai donné plusieurs exemples à propos de la série des amphithéâtres de Gaule, Chevallier 1995b (...)
  • 24 Chevallier 1996.

15Les guides et récits de voyages, parfois illustrés, sont utiles, mis en série23. Voyageurs et guides peuvent, bien sûr, se recopier, mais il arrive qu’ils conservent le souvenir de monuments aujourd’hui disparus, comme le “tupin” de la Saône, statue de bronze équestre immergée dans le fleuve, utilisée de temps immémorial comme point de repère et d’appui par les bateliers, et dont les voyageurs transmettent encore le souvenir24.

1.1.8. L’ethnohistoire

  • 25 Chevallier 1997.

16Ajoutons quelques mots sur tout ce qui concerne la survivance de structures collectives dans les mentalités et la vie quotidienne par exemple à propos des données géotopographiques du peuplement ou des phénomènes de christianisation, comme la diffusion du culte de saint Martin le long des voies romaines25.

1.1.9. Photographie aérienne et spatiale

  • 26 Goguey 1968 ; Jalmain 1971 ; Agache 1979 ; Chouquer 1990.
  • 27 La Revue de Photo-Interprétation en a publié d’excellents exemples, notamment 1962.3.11.

17Parmi les sources topographiques maintenant couramment utilisées figurent les couvertures aériennes, complétées par des prises de vue obliques, réalisées à basse altitude aux moments les plus favorables selon la nature des sols et de la végétation, enquêtes suivies parfois pendant des années26. Les découvertes sont légion depuis une trentaine d’années, même si l’on peut regretter l’isolement des photographes aériens, en France du moins, et l’absence de structures à l’échelle nationale. Il semble important d’insister sur les mises en séries, permettant de suivre l’évolution de formes plus ou moins évoluées ; sur l’analyse sur calques des divers éléments constituant les lignes directrices d’un paysage ; sur la recherche de chronologies relatives, puis absolues27.

  • 28 Guy & Passelac 1991 ; Guy & Delézir 1993.

18Les scènes de satellites sont désormais utilisées pour l’analyse de grands ensembles comme les cadastres28. Pour la détection d’éléments récurrents, et en particulier de structures géométriques (plans de villes, centuriations), on fait appel à de nouvelles techniques : filtrage laser en lumière cohérente, consoles interactives jouant des transformations colorées de grandeurs mathématiques et faisant ressortir des contrastes imperceptibles pour l’oeil humain. De nouvelles perspectives apparaissent avec la confrontation d’émulsions (infrarouge noir et blanc et couleur), la thermographie (nouvelle génération de satellites). Insistons sur l’apport du radar, qui décèle les moindres traces d’humidité.

1.1.10. Archéologie du paysage

Climat

  • 29 Demougeot 1965 : inondations attestées en Frise vers-500, en Batavie vers-300, cependant que Pythé (...)

19Pour ce qui est du climat en général, on renverra à des articles récents. L’étude d’É. Demougeot sur les variations climatiques et les invasions concerne surtout la protohistoire : l’auteur note que le subatlantique ancien fut froid et humide, qu’une transgression intervint vers 500-400 a.C.29. Ces phénomènes provoquèrent une restriction de la zone agricole, l’abandon des fonds de vallées, l’expansion celtique vers le sud et l’orientation des premières migrations germaniques vers le sud-ouest. Un raz de marée (ou une tempête de sable ?) affecta le Jutland à la fin du IIe s. p.C. La deuxième vague d’invasion germanique fut provoquée, comme la première, par une catastrophe naturelle.

  • 30 Provost 1984.
  • 31 Cf. Depeyrot 1993 : l’évolution du climat joue à nouveau un rôle à l’époque des Vikings, le subatl (...)
  • 32 Guy 1975 s’appuyant sur Fairbridge 1967. Voici les principales conclusions chronologiques : de 750 (...)
  • 33 Pineau 1962 et 1963.

20Pour sa part, M. Provost estime qu’il n’y eut pas de crise climatique majeure en Gaule au IIe s., mais qu’une période de réchauffement provoqua le recul des glaciers, des crues fluviales et une lente remontée du niveau général des mers, qui obligea les hommes à s’adapter aux nouvelles conditions de vie30. Dans la seconde moitié du IIIe s. intervinrent des catastrophes naturelles signalées par les textes antiques31. Ces transformations climatiques ont évidemment un effet sur l’évolution des côtes. Nous citerons en exemple l’étude de Max Guy qui a étudié l’évolution des bouches de l’Aude, en particulier l’impact sur les stratigraphies : une diminution du tapis végétal, provoquée par la sécheresse, accentue l’alluvionnement32. Sur l’évolution du golfe des Santons et du delta du Rhône, on renverra aux travaux de H. Pineau33.

Hydrographie

  • 34 Dubos & Maurin 1985.

21Les modifications du niveau des plans d’eau intérieurs ne sont pas moins complexes. Dans le cas de l’étang de Sanguinet, qui a recouvert de quatre à cinq mètres d’eau un habitat gaulois et la station gallo-romaine de Losa, étape de la voie romaine Burdigala-Aquae Tarbellicae mentionnée par l’Itinéraire d’Antonin, c’est l’existence d’une vague de dunes due à la régression marine, mais aussi à l’effet de l’érosion éolienne, qui a créé un plan d’eau34

  • 35 Colardelle & Verdel 1993.

22Un autre cas intéressant est fourni par le lac de Paladru (Isère), dont on a étudié la paléopalynologie, la faune, les sédiments et les formations de tourbe, en établissant des comparaisons avec d’autres lacs préalpins35. Parmi les phénomènes concernant l’hydrographie intérieure, on rappellera l’alluvionnement des rives convexes, l’érosion des rives concaves, les mécanismes de la formation des méandres (séries parfois recoupées : vallée de l’Allier) et la descente des confluents, créant des “flèches”, très marquées pour les affluents de la Loire.

  • 36 Chevallier 1976.

23Ce ne sont là que les aspects physiques de l’évolution du paysage. Ce dernier constitue un véritable “palimpseste”, décrypté par les nouvelles méthodes de l’archéologie du paysage, qui analyse aussi les transformations d’origine anthropique, en distinguant les divers types de paysages humanisés, dont les sommets sont constitués par les hauts-lieux, véritables symboles historiques36.

L’exemple du vent

24Parmi les facteurs géographiques qui influent sur l’évolution du paysage et sur les implantations humaines, à côté de la latitude, du relief, de l’hydrographie, des ressources naturelles, on n’oubliera pas des données moins visibles comme les vents et la météorologie et, de façon plus générale, le climat, données longtemps négligées, difficiles à saisir et à représenter.

  • 37 Aulu-Gelle 2.22.20.
  • 38 Sénèque, Nat., 5.17.
  • 39 Pline 14.14 ; 17.11.
  • 40 Suétone, Cl., 17 et Pline 2.121 : “La plupart du temps, il porte jusqu’à Ostie” ; 19.4, pour un pa (...)

25Considérons le cas simple des vents dominants, avec l’exemple du cers ou mistral de Narbonnaise, le thraskias selon Végèce ou circius, pour lequel Aulu-Gelle propose une étymologie : “Mes compatriotes, les Gaulois, appellent un vent de leur pays, qui est extrêmement violent, circius, en raison de son tournoiement, je pense, et de ses tourbillons, si puissant qu’on l’a divinisé”37. Sénèque écrit à son sujet : “Bien qu’il ébranle les maisons, les habitants lui rendent grâce, car ils lui attribuent la salubrité de leur climat. En tout cas, le dieu Auguste, pendant le séjour qu’il fit en Gaule, lui voua et lui dédia un temple”38. Ce vent influe sur les plantations, la vigne notamment, si on la plante basse et obliquement : par l’effet de la poussière transportée, il favorise la maturation39. Il intervient aussi dans la navigation, qu’il soit dangereux – Claude s’en aperçut, qui, “parti d’Ostie, au cours de sa traversée, par suite de la violence du circius, faillit deux fois être englouti, près des côtes de Ligurie, puis en vue des Stoechades” – ou, plus souvent, favorable40.

  • 41 Pineau 1962 et 1970.

26Les vents interviennent aussi, avec les courants marins, dans les phénomènes d’alluvionnement, qui peuvent provoquer des évolutions importantes du littoral, comme H. Pineau l’a montré pour les côtes françaises du Languedoc (delta du Rhône) et de l’Atlantique41.

L’archéologie

  • 42 Chevallier 1982.

27Les méthodes de l’archéologie du paysage, qui débouchent sur une cartographie, intéressent spécialement notre propos : prospections de surface, complétées par des prospections géophysiques42.

  • 43 Vion et al. 1993 : on assiste à l’ouverture et à la diversification du paysage du néolithique à l’ (...)
  • 44 Touraine : Couderc 1975. Aquitaine : Diot & Laborie 1990 ; Petit 1989.
  • 45 Lepetz 1995 et Audoin Rouzeau 1995.
  • 46 Sur ce site, cf. Zienkiewizcz 1993.

28D’autres méthodes scientifiques créent un lien entre les dimensions spatiale et temporelle, dont les rapports nous concernent : archéozoologie, palynologie, qui permet de reconstituer l’évolution de la végétation naturelle et des cultures, comme la reconstitution de 15 000 ans de paysage végétal en Suisse romande, en rapport avec les changements climatiques et l’impact des activités humaines, d’après les cartes et écrits anciens, l’analyse des pollens et des restes végétaux43. D’autres bons exemples ont été fournis pour la France, en Touraine ou en Aquitaine44. Citons encore un cas intéressant d’analyse de faune : les ossements montrent que la taille des animaux se développe au-delà du limes, indice de la pénétration des méthodes d’élevage romaine45 ; et un cas original d’analyse de flore : dans le fort anglais de Caerleon, au début du IIe s., on a découvert des grains de blé accompagnés de mauvaises herbes d’origine méditerranéenne, ce qui atteste des importations, confirmées par l’analyse des dépôts des latrines46.

  • 47 Chevallier 1972 : précise topographiquement (jusqu’au 1/50 000), mais elle peut favoriser les pill (...)
  • 48 II en a été discuté longuement lors du colloque international de cartographie archéologique et his (...)
  • 49 Cf. Clarke 1968 et 1972 ; Cunliffe 1993 ; Millotte 1994.

29Tous ces résultats doivent déboucher sur une cartographie archéologique47. L’expression graphique reste un instrument heuristique indispensable48. Toutefois, les tentatives de modélisation, plus parlantes que les tableaux statistiques, souvent séduisantes, sont parfois dangereuses49.

2. Impact du milieu géotopographique sur les implantations humaines

2.1. Les frontières

30Les frontières peuvent être en rapport avec de telles données (fleuves, montagnes), mais leur tracé s’explique souvent par l’interférence de causes complexes, induisant en particulier une facilité (ou une difficulté) de pénétration.

  • 50 César, Gal., 1.11.

31C’est ainsi que César écrit que les Allobroges possédaient des terres et des agglomérations sur la rive droite du Rhône50. Cette zone correspond probablement au doigt de gant du bas et du moyen Bugey, vallée de type jurassien du Seran, située entre la montagne d’Hauteville et le Grand Colombier ; cette zone, fortement romanisée d’après la toponymie et les données archéologiques, doit être rattachée à la province de Narbonnaise. Ce val stratégique qui commande le passage vers le nord a été utilisé, pendant la dernière guerre, pour le transit d’une partie des troupes débarquées en Provence.

2.2. Les routes

  • 51 Chevallier 1971.
  • 52 Desbordes 1995 insiste sur ce point.

32Leur disposition générale est commandée par des données géotopographiques, en particulier les points de passage obligés (cols, gués), la disposition générale du relief et de l’hydrographie – ce sont les fameux isthmes gaulois entre Saône et Seine, Saône et Loire, Aude et Garonne. Sur les routes des Alpes, la pente et l’enneigement jouent un rôle capital : le Montgenèvre est un des rares cols accessibles par tous les temps51. Quant aux tracés précis, ils sont influencés par la topographie locale : recherche de terrains solides, hors d’eau52.

  • 53 Chevallier 1983.

33Ceci ressort bien des photographies aériennes où les zones humides apparaissent plus sombres : ainsi s’expliquent, le long des côtes, l’attirance de cordons littoraux stabilisés, et inversement, la répulsion de zones atteintes par les marées, les tracés de voies tangents à des méandres pour éviter de multiplier les traversées de rivières. Mais l’hydrographie, on l’a dit, évolue : l’alluvionnement et l’érosion ont pu détruire certains aménagements ; le déplacement de méandres a pu emporter des sections de voie romaine, des milliaires peuvent être recouverts ou au contraire réapparaître lors de crues. C’est aussi la nature du terrain qui explique en partie les métamorphoses végétales des voies antiques53.

34L’analyse des relations qu’entretiennent les données naturelles et les trois structures principales du paysage humanisé (voies, habitats, parcellaires) peut conduire à l’établissement de chronologies relatives, éventuellement transformables en chronologies absolues par insertion de données historiques datées.

  • 54 Cf. Strabon 4.1.14 : “Quand on part de Narbonne, on remonte d’abord l’Atax sur une faible distance (...)
  • 55 Sur les routes de l’étain, cf. Dion 1952.

35On n’oubliera pas que beaucoup d’itinéraires antiques étaient mixtes, et on sera attentif aux limites de navigabilité, variables en fonction de la saison et des types d’embarcation (par exemple, pour la Loire, Gien ou Roanne), et aux passages guéables54. Mais des changements de directrices peuvent s’expliquer par des facteurs économiques et politiques55.

  • 56 Pline 4.102 : de Gesoriacum, le trajet est le plus court pour la Grande-Bretagne.
  • 57 Sanquer et al., 1977.

36Pour les routes maritimes antiques, on attachera la plus grande attention aux vents et aux courants, notamment dans les passages obligés, et aux points d’où les traversées sont les plus brèves dans un bras de mer56. Les données constantes de la navigation sont fournies par les Instructions Nautiques, qui expliquent l’itinéraire de Pythéas57. Les chargements d’épaves (amphores, lingots), repérés par l’archéologie sous-marine ou fluviale, permettent de préciser la nature de ces routes.

2.3. L’habitat

37La topographie historique permet de mieux comprendre la répartition et l’évolution de l’habitat, qu’il soit dispersé ou groupé. Nous examinerons successivement le cas des villas et de quelques villes de Gaule.

2.3.1. Villas

  • 58 Par exemple Varron, R., 1.12 ; 1.16 ; Columelle 1.5.
  • 59 Agache 1975.
  • 60 Petit 1989 ; de Klijn 1994.

38Le site-type des villas (pente, orientation) est bien défini par les agronomes58. R. Agache a pu commenter, par des textes mis en série, ses nombreuses découvertes de villas dans le nord de la France, en particulier leur orientation et leurs rapports avec le réseau routier (à quelque distance, pour éviter les visites importunes, sauf s’il s’agit de fermes-relais)59. En montagne, l’insolation joue un rôle fondamental, avec l’opposition entre adret et ubac. Intervient aussi la nature des sols (recherche du contact de formations géologiques différentes, support de productions variées) et la disposition de l’hydrographie, au moins aussi utile que la route pour la commercialisation des produits. De bons exemples d’analyses du paysage rural ont été fournis par C. Petit pour la vallée de l’Arrats (Gers/Tarn-et-Garonne) et par H. de Klijn pour le bassin de Malville (Ain)60.

2.3.2. Sites groupés

  • 61 César, Gal., 3.12 (en 56 a.C).

39Les données géotopographiques sont évidemment essentielles pour l’implantation de sites groupés. Cela est évident dans le cas de sites de hauteur, naturellement forts, faciles à transformer en oppida, surtout s’ils comportent une source. Une série particulière est constituée par les oppida bretons, dont César définit bien la typologie : “Les oppida de la région étaient en général placés à l’extrémité de langues de terre et de promontoires, en sorte qu’on n’y pouvait accéder à pied quand la mer était haute et qu’ils n’étaient pas accessibles aux navires car, à marée basse, ils se seraient échoués sur les bas-fonds. [Si les assiégés se croyaient perdus] ils embarquaient tous leurs biens et se retiraient dans les oppida voisins”61. La géographie peut intervenir au second degré dans la disposition des oppida, souvent disposés en chaînes parallèles de part et d’autre des frontières ou de coupures de terrain.

2.3.3. Villes

40Parmi les villes de Gaule, nous retiendrons trois exemples.

  • 62 Euzennat & Salviat 1968. Sur Marseille voir les notes 6 et 11. Aux passages cités supra, on ajoute (...)

41La colonie grecque de Marseille a connu une évolution topographique dont on a mesuré l’ampleur à l’occasion des fouilles de la Place de la Bourse (1967) : le Vieux Port a été réduit par des atterrissements et seule une restitution de la topographie antique permet d’expliquer une suite de descriptions textuelles mises en série62. On a pu reconnaître que le Lacydon s’avançait beaucoup plus profondément dans les terres qu’aujourd’hui, par une corne qui remontait vers le nord-est. Le rivage du VIe s. était en retrait de cent mètres par rapport au quai actuel (première estacade en bois) : on a dû creuser un bassin intérieur ; il y eut ensuite un quai en pierre de taille.

  • 63 Ballois 1984.

42À Rouen, la ville romaine, sa fondation et son extension sont restées liées à la nappe alluviale sur la rive concave d’un méandre de la Seine63. À partir du site primitif sur la partie haute de la terrasse, les habitants se sont heurtés surtout à des problèmes hydrologiques lors du développement urbain. L’extension maximale a gagné des dépôts solifluidaux au nord et des alluvions fines holocènes à l’ouest et à l’est. Au IVe s., un repli s’est opéré sur la terrasse graveleuse.

  • 64 Audin 1956 ; Tranoy & Ayala 1994.

43Le site de Lyon, où la topographie est contraignante, est riche d’enseignement64. C’est un cas classique de descente d’un confluent vers l’aval, avec création d’une flèche, compliqué ici par la présence d’une île. L’île des canabae, où se trouvaient les entrepôts du port fluvial et de riches demeures de négociants, était enveloppée par deux bras du Rhône, dont le plus occidental coulait dans le lit actuel de la Saône. On peut suivre l’évolution topographique par les documents et archives (numéros de parcelles, propriétés, religieuses en particulier) ; par la toponymie (le quartier d’Ainay était appelé “île”) ; par le tracé des rues : un bras secondaire, comblé entre 1760 et 1880 pour la création du quartier Saint-Clair, a fait place à une rue ; par les données archéologiques – emplacement des dépôts d’amphores utilisées pour assainir le sol en zone inondable, jalonnement des ruines romaines, en particulier les mosaïques, les traces de quai, visibles en période de basses eaux, et les vestiges d’embarcations. On a précisé récemment ces évolutions par l’analyse des dépôts fluviatiles très différents de la Saône et du Rhône.

44D’une façon générale, les villes recherchent des sites bien drainés (les zones humides peuvent expliquer des anomalies apparentes dans les structures). Les urbanistes et architectes antiques ont tenu le plus grand compte des pentes pour assurer l’évacuation des eaux usées (c’est ce qui explique l’orientation d’Autun au nord).

45Les sites urbains doivent donc être analysés sur des plans en courbes de niveau serrées.

  • 65 Chevallier 1968.

46Une série particulière de villes est celle des sites de premier pont, au croisement des circulations terrestre et fluviale (Bordeaux, Nantes, Rouen). La typologie des ports maritimes utilise les données naturelles en fonction d’habitudes en rapport avec l’origine du peuplement : ports de calanque pour les colons grecs, habitués aux rivages découpés de Méditerranée orientale, ports de lagune pour les Étrusques et les Romains65.

2.3.4. Sanctuaires et nécropoles

  • 66 Bourgeois 1993.

47Disons un mot des sanctuaires, souvent attirés par les points forts du paysage : sommets, sources réputées guérisseuses, points de passage obligés comme les cols. C’est ainsi que le sanctuaire des Basiols à Saint-Beauzély (Aveyron), sur la voie romaine de Millau à Rodez, est situé au point de franchissement du plateau de Lévézou, col dont la montée difficile devait inciter à prendre un peu de répit en arrivant au sommet66. L’auteur de la fouille observe que le succès du sanctuaire durant le Haut-Empire était sans doute lié à la proximité de la route, dont la fréquentation assura la renommée pendant trois siècles, avant un abandon à la fin du IVe s., par suite du sentiment général d’insécurité ou d’une modification d’itinéraire. Les sanctuaires sont liés aux mythes et croyances et l’on entrevoit la possibilité d’une géographie mythologique (voyages d’Héraclès en Gaule).

  • 67 Sur les problèmes de localisation de sites, voir supra, 1.1.3.

48Un mot encore sur les nécropoles, en relation avec les agglomérations, mais souvent situées dans des terrains peu utilisables, et volontiers alignées le long des routes à l’époque gallo-romaine, donc indirectement en rapport avec la topographie67.

2.4. L’activité économique

  • 68 Observation personnelle du site par l’A.
  • 69 Jacob & Leredde 1985.

49Les activités économiques sont évidemment en relation avec les ressources naturelles et l’occupation humaine. Presque toutes les villes ont eu, pour les activités polluantes, des faubourgs artisanaux situés à l’écart, en tenant compte des vents dominants, de la présence d’eau, d’argile, de voies de communication pour l’arrivée des matériaux bruts et l’exportation des produits finis ; c’est ainsi qu’à Lyon, en bordure de Saône, un quartier regroupait potiers, verriers et métallurgistes. A Trogue, au sud de Tours, un ensemble de fours de potiers est situé sur une pente exposée aux vents d’ouest dominants, à proximité de forêts fournissant le combustible, de la Vienne procurant l’eau indispensable au malaxage de l’argile et dont le cours servait à exporter la production68. À Jaulges, les potiers disposaient de même d’argile, de sable, d’eau et de bois à un nœud de communications terrestre et fluviale69. L’implantation est ancienne et la tradition d’un artisanat céramique a perduré jusqu’au XXe s.

  • 70 Mangin 1994 : l’Antiquité a souvent utilisé de modestes filons, vite exploités, dont les textes pe (...)

50On connaît le rapport des mines avec les diaclases, qui localisent aussi les ateliers métallurgiques, dont les fours se disposaient volontiers à la partie supérieure des versants, ce qui facilitait le tirage naturel, près de forêts couronnant les pentes et fournissant le charbon de bois70. On observe des chaînes d’ateliers le long des cours d’eau dans le voisinage d’argilières, indispensables pour la construction des fours. Il en allait de même pour l’implantation des fours à chaux.

  • 71 Dufournet 1973.

51L’exploitation des carrières était elle aussi en rapport avec la géologie locale et les voies de communication. C’est ainsi que les carrières utilisées pour les constructions lyonnaises ont été localisées d’abord à Seyssel-Franclens, dans les falaises entaillées par le Rhône, d’où des trains de radeaux descendaient le fleuve, fournissant à la ville bois et pierre, puis celles de Fay, de qualité supérieure, toujours à proximité de la voie d’eau, mais plus près de Lyon71.

  • 72 Chevallier 1992.

52On manque encore, pour la Gaule, d’une étude globale des sources salées et des sources thermales en général, dont la distribution est évidemment dictée par la nature des lieux72.

  • 73 Texier 1990.
  • 74 Ponsich 1965.

53Pour les sites produisant du sel marin, en particulier sur la côte atlantique (marais salants et briquetages du Morbihan), disposés le long de rivages aujourd’hui colmatés et fossilisés sur les contours sinueux des marais Poitevin et Rochefortais (Aunis-Saintonge), on renverra à une étude récente73. Sur les côtes de la Méditerranée, les sites à sel sont souvent en relation avec des madragues disposées sur les trajets suivis par les migrations de thons, ellesmêmes dictées par les courants marins74.

2.5. La géotopographie comme explication de faits historiques

2.5.1. Généralités

  • 75 Guidoboni 1989.

54Il s’agit généralement d’événements localisés de façon précise, mais dont la chronologie se situe dans la longue durée, sauf cas de catastrophes naturelles, comme les inondations, les raz de marée (cas, discuté, de la migration des Cimbres, provoquée sans doute aussi par la recherche de terres libres) ; les glissements de terrain (effondrement d’une partie du forum de Lyon à l’automne 840) ; les tremblements de terre qui concernent surtout la Méditerranée75.

  • 76 Dettwiller 1988 donne de nombreux exemples empruntés à l’histoire moderne et contemporaine. Cf. Cé (...)

55Pour l’histoire événementielle, cette rubrique concerne surtout l’histoire militaire comme l’exploitation de conditions météorologiques apparemment défavorables pour créer une surprise - le brouillard qui sert César pour la traversée des Alpes, la neige pour celle des Cévennes (exploit réédité par Bonaparte pour pénétrer en Italie du nord)76.

2.5.2. Topographie des champs de bataille

  • 77 Pineau 1965.

56Lors de la guerre de Marius contre les Teutons à Aix (102 a.C.), les lignes de ravitaillement ont joué un rôle capital : H. Pineau a pu reconstituer sur les cartes et les photos aériennes le tracé de la fosse marienne et a localisé l’emplacement probable de l’affrontement, autour des cols de Pourcieux, du Pain de Munition et de Beaumont près de Saint-Maximin77.

57Autre exemple, la bataille de l’Aisne, avec utilisation des lignes d’eau pour appuyer une armée ; César en donne une description précise :

  • 78 César, Gal, 2.8. Cf. Peyre 1978.

58“L’espace qui s’étendait devant le camp était naturellement propre au déploiement d’une ligne de bataille, parce que la colline où était placé le camp, dominant de peu la plaine, avait, face à l’ennemi, juste autant de largeur qu’en occupaient nos troupes une fois mises en ligne, et se terminait à chaque extrémité par des pentes abruptes, tandis qu’en avant elle formait une crête peu accentuée pour s’abaisser ensuite insensiblement vers la plaine. César fit creuser à chaque bout un fossé d’environ 400 pas de long perpendiculairement à la ligne de bataille, aux extrémités de ces fossés il établit des redoutes et déploya des machines, pour éviter que les ennemis, une fois nos troupes déployées, ne pussent, étant si nombreux, nous prendre de flanc, tandis que nous serions occupés à combattre”78.

59Cette description (en particulier pour les clauiculae et fossés) est commentée par des photographies aériennes prises sur la colline de Mauchamp.

60Il est parfois possible de découvrir, à propos d’événements postérieurs, l’influence de données topographiques plus anciennes : c’est ainsi qu’à l’occasion d’une bataille contre les Sarrazins dans la région de Narbonne, les Francs créent la surprise en utilisant une section de la vieille voie Domitienne tombée en désuétude.

  • 79 César, Gal., 3.14.
  • 80 Pineau 1970.

61Un exemple remarquable de la façon dont l’évolution topographique empêche aujourd’hui de comprendre une situation antique concerne la bataille navale de Brutus contre les Vénètes en 56 a.C.79. H. Pineau est revenu sur la question et, à partir d’une confrontation de cartes comportant des levés de précision et une abondante toponymie, de couvertures aériennes, de textes, de traditions locales, de découvertes archéologiques et de données permanentes de la navigation, a reconstitué la topographie antique de la côte atlantique de la Bidassoa à Quiberon80. Il a en particulier reconnu le site répondant le mieux aux exigences topographiques, tactiques et stratégiques de la bataille césarienne : la cote 2,5 est le dernier vestige d’une ancienne baie. Marquée par un large sillon en creux, la Grande Brière était alors une lagune maritime. Autour des anciennes îles de calcaire qui ont fixé les atterrissements, la photographie aérienne indique encore des traces d’humidité, tandis que dans la structure du parcellaire, talus ou haies de protection marquent les contours de l’ancien rivage. Guérande apparaît comme le seul site possible pour l’observation dont parle César : “La bataille se déroulait sous les yeux de César et de l’armée tout entière, si bien qu’aucune action de quelque valeur ne pouvait rester inconnue : l’armée occupait, en effet, toutes les collines et toutes les hauteurs d’où l’on voyait de près la mer”.

  • 81 César, Gal., 7.60.

62De façon plus générale, la Guerre des Gaules donne de multiples exemples de l’utilisation stratégique de l’hydrographie (Saône, Loire, Seine) et des points de franchissement (gués et ponts), pour assurer les lignes de ravitaillement et le déplacement rapide d’unités, comme au moment de la bataille de Lutèce : Labiénus fait descendre des troupes pareau de Melun à Lutèce81.

3. Conclusions

63Quelques problèmes généraux émergent de cette revue trop rapide d’exemples concrets :

  • Le problème des continuités et des ruptures dans l’occupation de l’espace : un cas intéressant concerne l’origine des villages dans le nord de la France, à la suite de la disparition de l’habitat dispersé des villas au moment des invasions et du regroupement des populations dans un but défensif. Le problème a été bien posé par R. Agache à partir de photographies aériennes montrant la juxtaposition de uillae fantômes et de villages82.
  • Les méthodes de recueil et de traitement d’une information abondante et très dispersée : fichiers divers, informatique, et surtout cartographie en permettant la visualisation83. R. Agache a bien illustré le rôle des cartes de répartition comme instrument heuristique.
  • Une certaine philosophie des rapports espace/temps : ce dernier s’inscrit d’une certaine façon dans l’espace. C’est un des grands enseignements de la photo-interprétation, et une réflexion sur les multiples significations de l’espace (économique, militaire, politique, religieux), en particulier sur les lignes de force inscrites dans la nature des choses, comme les anciennes lignes de côte84.
  • Nécessité, bien sûr, d’un inventaire de tous les aspects du patrimoine en vue de sa sauvegarde et de sa mise en valeur, avec utilisation de techniques modernes comme les prospections géophysiques pour créer des réserves et la photogrammétrie pour garder une image reconstructible des monuments ou programmer des restaurations. Proposition concrète de sauvegarde de secteurs à valeur archéologique et historique (échantillons de parcellaires anciens, secteurs de voies romaines transformés en chemins de grande randonnée).
  • 85 Un groupe de recherche suisse, très actif, le GREAT (publications sous ce sigle depuis 1993), illu (...)

64Nous pensons avoir suffisamment illustré l’intérêt de la topographie historique pour une meilleure connaissance du passé, mais aussi pour prévoir les transformations du paysage85.

Notes

1 Hypothèses concernant la Crau (Strabon 4.1.7), alluvionnement des bouches du Rhône (4.1.8), qualités de certains sols (4.1.5).

2 Refroidissement des sources chaudes d’Aix-en-Provence, Strabon 4.1.5.

3 Strabon 4.1.2 et 5 : “La Narbonnaise produit partout les mêmes fruits que l’Italie, alors que, si l’on monte vers le nord et vers le Mont Kémmène, l’olivier et le figuier disparaissent. Plus au nord, la vigne a de la peine à arriver à maturité”.

4 Migrations protohistoriques comme celles des Vénètes (4.4.1), Gaulois (4.4.1-2), Ubiens (4.3.4), Tectosages (4.1.13), Cimbres et Teutons (4.4.3).

5 Strabon 4.5.2.

6 Massalia (4.1.4) : “Elle occupe un terrain rocheux et son port s’étale au pied d’une falaise en amphithéâtre orientée face au sud et munie, comme la ville elle-même, qui a des dimensions considérables, de solides remparts, une acropole” ; Alésia (4.2.3) : “Située sur une colline élevée entourée de montagnes et cernée par deux rivières”.

7 Strabon 4.2.2 : “Les Vellaves, autrefois rattachés aux Arvernes, aujourd’hui autonomes”.

8 Strabon 4.3.2 : exportations de porc salé des Séquanes et de sayons gaulois jusqu’à Rome.

9 Comme le transfert du culte d’Artémis (Strabon 4.1.4), qui arrive d’Éphèse à Marseille et passe chez les Ibères ; le voyage d’Héraclès (4.1.7).

10 Comme la localisation de Corbilo (4.2.1), du sanctuaire d’Artémis aux bouches du Rhône (4.1.8).

11 Besançon, cf. César, Gal., 1.38 : “Oppidum que sa position naturelle rendait si fort qu’il offrait de grandes facilités pour faire durer les hostilités : le Doubs entoure presque la ville entière d’un cercle qu’on dirait tracé au compas ; l’espace que la rivière laisse libre ne mesure pas plus de 1 600 pieds, et une montagne élevée le ferme si complètement que la rivière en baigne la base des deux côtés. Un mur qui fait le tour de cette montagne la transforme en citadelle et la joint à la ville”. Alésia, Gal., 7.69 :”La ville proprement dite était au sommet d’une colline, à une grande altitude, en sorte qu’on voyait bien qu’il était impossible de la prendre autrement que par un siège en règle. Le pied de la colline était de deux côtés baigné par des cours d’eau. En avant de la ville une plaine s’étendait, sur une longueur d’environ trois milles ; de tous les autres côtés la colline était entourée à peu de distance de hauteurs dont l’altitude égalait la sienne” ; voir aussi, Gal., 7.70, la description de la plaine où se déroule le combat de cavalerie. Marseille, Gal., 2.1 : “Marseille est baignée par la mer sur les trois quarts à peu près de l’enceinte ; le dernier quart est le seul qui soit accessible par la terre. De ce côté la partie qui touche à la ville est protégée par la nature des lieux et par une très profonde vallée”. La connaissance de l’évolution topographique, attestée par les fouilles de la Place de la Bourse, permet de mieux comprendre cette série de textes : cf. infra, n. 62.

12 Sidoine Apollinaire, Ep., 8.11.3.31 et 8.12.5 sur le reflux de la Garonne.

13 Arnaud 1988 ; 1992b.

14 Cf. Boyer & Février 1959 pour la Provence ; Pineau 1970 à qui, à partir de quelques lieux repérés avec exactitude dans la topographie actuelle, la méthode des lieux géométriques permet de tracer la ligne aux alentours de laquelle se trouvent le point précédent et le point suivant ; une fois connue sur un itinéraire l’unité de mesure, on opère sur carte à l’aide d’un compas par recoupement d’arcs de cercle ; Chevallier et al. 1977, à propos des stations entre Bordeaux et Saintes.

15 Delétang 1983 a retrouvé les itinéraires multiples reliant Bourges à Orléans en dépouillant des séries d’archives notariales.

16 La constitution d’un corpus de tels documents serait du plus haut intérêt. Voir, à titre d’exemple, l’article de J.-L. Fiches dans ce même volume.

17 Pineau 1962 et 1963.

18 Broise 1972, sur les traces de centuriations conservées à Annecy par le cadastre sarde ; Chevallier et al. 1977 sur des sites disparus, comme l’ancien port de Talmont en Charente, repéré sur une carte de Masse ; Pinon 1979 sur les nombreux plans urbains de type colonial retrouvés dans les cadastres parcellaires, du fait de la survivance des servitudes juridiques et de la présence, dans le sous-sol, de ruines utilisées comme substructions ; Bizot & Finker 1992, sur les anomalies de structure conservant, sur les mêmes documents, le souvenir de théâtres ou d’amphithéâtres détruits, par exemple à Agen, où le parcellaire ancien reproduit une partie des contours annulaires et le grand axe du monument ; Rossi 1993, sur des vestiges archéologiques divers relevés sur la carte de Cassini du Briançonnais ; Denimal 1995 sur la voie d’Agrippa de Lyon à Saintes.

19 Pineau 1970.

20 Observation personnelle de l’A.

21 Cauuet & Didierjean 1992.

22 Ce toponyme peut renvoyer à un augusteum, ou à Saint-Vulbas dans l’Ain un lieu-dit, “La Bormane”, à confronter avec CIL, XII, 253 (culte de Bormana et Bormanus) : cf. Rémy & Buisson 1992, 241.

23 J’en ai donné plusieurs exemples à propos de la série des amphithéâtres de Gaule, Chevallier 1995b. Louis 1947, Dion 1949, Roblin 1971 et 1979, Agache 1975, ont cité maints exemples de légendes en rapport avec des données archéologiques insoupçonnées. Voir aussi Chevallier E. & R. 1985.

24 Chevallier 1996.

25 Chevallier 1997.

26 Goguey 1968 ; Jalmain 1971 ; Agache 1979 ; Chouquer 1990.

27 La Revue de Photo-Interprétation en a publié d’excellents exemples, notamment 1962.3.11.

28 Guy & Passelac 1991 ; Guy & Delézir 1993.

29 Demougeot 1965 : inondations attestées en Frise vers-500, en Batavie vers-300, cependant que Pythéas parle de “mer gelée”. 3° Provost 1984.

30 Provost 1984.

31 Cf. Depeyrot 1993 : l’évolution du climat joue à nouveau un rôle à l’époque des Vikings, le subatlantique récent étant doux et sec. Ces variations semblent commandées par celles des taches solaires et peuvent avoir des conséquences considérables : une croissance, même faible, de la température, provoque la fonte des glaces polaires et l’élévation du niveau marin (phénomènes en cours sous nos yeux).

32 Guy 1975 s’appuyant sur Fairbridge 1967. Voici les principales conclusions chronologiques : de 750 à 150 a.C., au cours d’une phase douce (+ 1°), le niveau des océans s’élève (+ 0, 50 m vers 550, + 1, 50 m à 2 m vers 350) ; suit un refroidissement (- 0, 5°) et une phase plus sèche : le niveau passe à - 2, 50 m. Une inversion se produit vers 200 p.C. : vers 350, le niveau atteint + 1 m, vers 650 + 1,50 m.

33 Pineau 1962 et 1963.

34 Dubos & Maurin 1985.

35 Colardelle & Verdel 1993.

36 Chevallier 1976.

37 Aulu-Gelle 2.22.20.

38 Sénèque, Nat., 5.17.

39 Pline 14.14 ; 17.11.

40 Suétone, Cl., 17 et Pline 2.121 : “La plupart du temps, il porte jusqu’à Ostie” ; 19.4, pour un passage depuis la Narbonnaise en trois jours.

41 Pineau 1962 et 1970.

42 Chevallier 1982.

43 Vion et al. 1993 : on assiste à l’ouverture et à la diversification du paysage du néolithique à l’époque romaine ; le haut Moyen Age est une période d’instabilité et d’abandon ; le Moyen Age voit une mosaïque de champs, de prés et de bois. L’évolution s’accélère à partir du XVIIIe s.

44 Touraine : Couderc 1975. Aquitaine : Diot & Laborie 1990 ; Petit 1989.

45 Lepetz 1995 et Audoin Rouzeau 1995.

46 Sur ce site, cf. Zienkiewizcz 1993.

47 Chevallier 1972 : précise topographiquement (jusqu’au 1/50 000), mais elle peut favoriser les pillages des clandestins et la publication doit en être restreinte.

48 II en a été discuté longuement lors du colloque international de cartographie archéologique et historique, cf. Chevallier 1972.

49 Cf. Clarke 1968 et 1972 ; Cunliffe 1993 ; Millotte 1994.

50 César, Gal., 1.11.

51 Chevallier 1971.

52 Desbordes 1995 insiste sur ce point.

53 Chevallier 1983.

54 Cf. Strabon 4.1.14 : “Quand on part de Narbonne, on remonte d’abord l’Atax sur une faible distance, puis on effectue la plus grande partie du trajet, soit presque 700 ou 800 stades, par terre jusqu’à la Garonne.” Sur les limites de navigabilité, notion importante, signalée dans les textes d’époque moderne, voir par exemple, un Mémoire (manuscrit) sur les ponts et la navigabilité, de l’époque de Sully, qui note : “Le Rosne porte batteaux depuis Sessel jusques dans la mer Méditerranée [...] La rivière de Loir est guéable partout en esté. Elle porte batteaux à Rouanne.”

55 Sur les routes de l’étain, cf. Dion 1952.

56 Pline 4.102 : de Gesoriacum, le trajet est le plus court pour la Grande-Bretagne.

57 Sanquer et al., 1977.

58 Par exemple Varron, R., 1.12 ; 1.16 ; Columelle 1.5.

59 Agache 1975.

60 Petit 1989 ; de Klijn 1994.

61 César, Gal., 3.12 (en 56 a.C).

62 Euzennat & Salviat 1968. Sur Marseille voir les notes 6 et 11. Aux passages cités supra, on ajoutera Denys d’Alexandrie, 75 : "Marseille a un port recourbé”, mot que le commentaire d’Eustathe, ad loc., précise : “Un port circulaire, rond, retourné sur lui-même” ; Avien, Or., 705-710 (d’après des sources anciennes) : “La haute mer baigne le flanc de la ville ; l’eau stagnante longe la ville basse ; de sorte que l’eau, partout répandue, lèche la ville haute et la ville basse ; la cité est presque une presqu’île, à tel point que l’eau a empiété sur le sol et le travail acharné des anciens fondateurs, à force d’habileté, a vaincu la forme des lieux et le terrain naturel.”

63 Ballois 1984.

64 Audin 1956 ; Tranoy & Ayala 1994.

65 Chevallier 1968.

66 Bourgeois 1993.

67 Sur les problèmes de localisation de sites, voir supra, 1.1.3.

68 Observation personnelle du site par l’A.

69 Jacob & Leredde 1985.

70 Mangin 1994 : l’Antiquité a souvent utilisé de modestes filons, vite exploités, dont les textes permettent de suivre la succession ; cf. Pline 34.3 dans le cas du cuivre : après l’orichalque, le meilleur cuivre était le sallustien (des Ceutrons), vite épuisé ; il fut remplacé par le cuivre livien, exploité dans la Gaule.

71 Dufournet 1973.

72 Chevallier 1992.

73 Texier 1990.

74 Ponsich 1965.

75 Guidoboni 1989.

76 Dettwiller 1988 donne de nombreux exemples empruntés à l’histoire moderne et contemporaine. Cf. César, Gal., 7.8 : “Les Cévennes étaient, en cette saison, au plus fort de l’hiver, couvertes d’une neige très épaisse qui interdisait le passage. Néanmoins les soldats fendent et écartent la neige sur une profondeur de 6 pieds. “

77 Pineau 1965.

78 César, Gal, 2.8. Cf. Peyre 1978.

79 César, Gal., 3.14.

80 Pineau 1970.

81 César, Gal., 7.60.

82 Agache 1979.

83 Sur cette approche et les problèmes posés par la publication de ces cartes, voir supra n. 46.

84 Sur ce thème, cf. Rossignol & Wandsnider 1992.

85 Un groupe de recherche suisse, très actif, le GREAT (publications sous ce sigle depuis 1993), illustre le rôle possible de la modélisation pour la gestion de l’espace, en établissant des modèles dynamiques montrant que l’espace renferme, à tout moment, une combinaison infinie de possibles issus de ses anciennes formes d’organisation.

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search