Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica historica

 | 
Pascal Arnaud
, 
Patrick Counillon

Introduction

Pascal Arnaud

Texte intégral

1Il est bien connu que l’œuvre des géographes anciens recèle des trésors d’information pour l’historien, qui n’a pas attendu ce cycle de réunions pour y glaner des renseignements, comme nous le rappellera R. Chevallier. L’exercice est parfois d’une évidence presque triviale, mais souvent trompeur. Presque toujours il est source de problèmes irritants. L’idée de cet ensemble de séminaires nous est de fait venue de questions répétées de collègues confrontés quotidiennement à l’usage de sources géographiques anciennes dont le sens réel, passé le sentiment initial fugace de transparence et d’évidence, apparaissait avec raison plus opaque et complexe qu’il n’y paraissait de prime abord. Ils rencontraient ainsi des difficultés inhérentes à la nature même de ces documents, qui n’est rien moins que limpide. Trop souvent lus sans recul critique, tronqués ou simplement coupés d’un contexte qui leur donne leur sens, ils mettent en jeu tout un écheveau de problèmes et sont animés d’une logique propre qui crée autant de sens que la lettre du texte. D’un autre côté, les géographes anciens peuvent contenir des informations historiques qui se cachent parfois là où l’on ne serait pas immédiatement tenté d’aller les chercher, dans le processus même d’élaboration de l’information parvenue jusqu’à nous. Si l’historien ne peut faire l’économie des résultats obtenus par l’historien de la géographie, ce dernier ne parviendra pas réellement à comprendre l’évolution de la production géographique s’il se borne au signifiant sans se plonger dans une confrontation entre celui-ci, son référent culturel et son référent historique. Tout invitait donc à réunir autour d’une même table historiens des mondes anciens, philologues et historiens de la géographie, et ce à une époque où le regain d’intérêt pour ces sources a rappelé l’historien à leur complexité.

2Sans avoir jamais cessé réellement, les études consacrées à la géographie ancienne ont connu ces vingt dernières années un renouveau particulier. L’analyse sémiotique, structurale ou socioculturelle, particulièrement illustrée en France par les travaux de Chr. Jacob et en Italie par ceux de P. Janni, et de façon générale l’étude interne des documents géographiques et de leurs implications historiques ont relancé dans des termes renouvelés un débat qui était entré dans une relative somnolence depuis l’interruption de la série fondamentale des Quellen und Forschungen zur alteri Geschichte und Geographie. Nombre de travaux récents, comme ceux de J. Desanges, Cl. Nicolet ou F. Prontera, ont replacé, en des termes problématiques, la géographie antique au coeur de l’histoire. L’inventaire des difficultés soulevées aurait plus d’une raison légitime de conduire l’historien à une attitude prudente, certes, mais hypercritique et pessimiste, qui aboutirait à condamner ces sources comme irrévocablement inutilisables. L’outrecuidance et l’optimisme sans lesquels aucune recherche n’est possible incitent néanmoins à aller de l’avant. Nul ne doute plus en effet aujourd’hui que les géographes anciens sont une source historique essentielle dont nous ne saurions faire l’économie ; nul ne devrait plus douter que leur connaissance est un préalable dont on ne saurait se dispenser, ni qu’elle progressera avec leur confrontation à la réalité historique. L’analyse structurale rejoint ici une perspective positiviste et la conjonction de ces deux démarches nous incite donc à faire profiter l’histoire de la connaissance renouvelée de ces documents et à établir un mouvement pendulaire permanent entre la source et son objet.

3L’enjeu de ces travaux est, à travers un ensemble d’exemples précis, qui sont autant d’interrogations, d’illustrer dans quelles limites la nécessaire connaissance de l’histoire et des mécanismes de la géographie ancienne peut réellement nourrir la géographie historique ou produire une information historique nouvelle et de montrer en quoi la confrontation des réalités identifiées par l’historien ou par l’archéologue et des descriptions géographiques anciennes nous permet de mieux comprendre les difficultés inhérentes à ces sources et d’en conjurer en partie les pièges au terme d’une démarche complexe.

1. Difficultés tenant à la nature de la géographie ancienne

  • 1 Parroni 1984, 45 et 51-53.
  • 2 Cicéron, An., 2.4.1.
  • 3 Parroni 1965.

4Une lecture hâtive de l’auteur qui passe pour l’incarnation la plus haute de la science grecque – je veux parler de Ptolémée – ne doit pas faire illusion : sous l’apparente aridité des chiffres se cache un monde complexe de sources traditionnelles de nature variée, de descriptions et de descripteurs de nature plus littéraire qu’on ne l’a parfois imaginé et auquel s’attacheront les contributions de Chr. Meuret et V. Vedaldi-Iasbez. Parmi ses sources, les itinéraires semblent avoir occupé une place privilégiée, mais d’autres auteurs entretiennent des liens plus étroits avec la littérature. On sait que les Géographies d’Ératosthène et de Strabon plongent leurs racines dans l’exégèse homérique ; que l’opuscule de P. Méla imitait le style de Salluste et faisait grand usage du color poeticus1 ; que Cicéron tentait d’orner la géographie des fleurs de la littérature2 ; ou que l’opuscule de Vibius Sequester n’était pas autre chose qu’un lexique de la toponymie en usage chez les grands poètes latins3. L’univers de la géographie antique est indissociable du contexte culturel, social et politique complexe qui a fixé les conditions d’élaboration et de transmission d’un savoir géographique dont quelques lambeaux seulement sont parvenus jusqu’à nous. Ils ne nous permettent que très difficilement de nous faire une idée claire d’une production géographique qui ne paraît pas véritablement avoir connu le schéma linéaire de développement que l’on nous présente ordinairement, mais qui a sans aucun doute été marquée par la coexistence de documents de nature et de qualité très variables : il apparaît vain aujourd’hui d’opposer en termes de nature et de qualité les cartes et la géographie grecques à leurs homologues romaines. Dans les deux mondes ont coexisté des logiques différentes et autant de représentations ou de descriptions des réalités que de points de vue. Une vision circulaire du monde a ainsi pu coexister avec une vision plus conforme aux données numériques disponibles. Il est aujourd’hui clair qu’il faut renoncer, tant pour l’Antiquité que pour le Moyen Age, à une conception linéaire du “progrès de la connaissance” et à une perspective limitée à l’histoire des sciences et à l’accroissement quantitatif ou qualitatif du savoir, pour rapporter chacune des productions géographiques d’un temps à un état donné du développement d’une société à un moment donné de son histoire culturelle. L’intérêt d’une représentation pour ses contemporains ne réside pas nécessairement dans sa conformité à son référent.

  • 4 Plutarque, De def. orac. (Mondici 69). 419D ; ILS, 1911. Les mots de Plutarque πομπῇ τοῦ βασιλέως (...)

5On ne soulignera jamais assez que la géographie antique n’a jamais constitué ni un ensemble homogène, ni une science autonome. Non seulement des enquêtes qui relèveraient aujourd’hui également d’une même discipline – la géographie – sont rapportées par les anciens à des champs différents du savoir, en l’occurrence histoire, topographie, chorographie, géographie, itinéraires ou périples, zoologie, botanique, physique, dont les buts et les méthodes étaient différents et qui se rattachaient à des sciences et techniques différentes, mais encore il n’existait pas dans l’antiquité de “géographes” au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Ceux qui se sont livrés à cet exercice étaient issus d’autres disciplines et guidés par des motivations extrêmement fluctuantes. Nombreux parmi eux étaient des grammairiens, dont les préoccupations ne se limitaient guère à la connaissance des espaces : l’un d’entre eux, un certain Scribonius Démétrios, probablement envoyé par Domitien pour se livrer à une exploration des rivages et des îles du nord-ouest de la Bretagne, semble avoir été personnellement plus curieux de la démonologie que d’une géographie directement utilitaire4 ; d’autres y sont venus à partir de l’histoire, de la philosophie, de l’astronomie ou ont choisi, comme Galien de Pergame, de transmettre un savoir personnel acquis par l’expérience, accru au besoin de renseignements tirés de la bibliographie disponible.

  • 5 IGR, 4, 1445 (CIG, 3331).

6L’épitaphe d’un médecin de Smyrne du nom d’Hermogène, fils de Charidème, qui vécut au second siècle de notre ère montre que non content de rédiger 77 livres de médecine, il écrivit aussi une série d’ouvrages à contenu historique, deux livres de stratagèmes et deux livres consacrés à Homère, un stadiasme de l’Asie et un stadiasme de l’Europe5. Il n’existe dans l’Antiquité ni géographe, ni géographie, mais un certain nombre de personnes, d’origines variées (grammairiens, érudits, hommes d’État, voyageurs, affranchis) qui, pour des raisons et dans des contextes très variables, se sont intéressées à la rédaction de documents relatifs à la disposition de la terre et de ses parties.

7La diversité de leurs points de vues et de leurs intérêts les a conduits à pratiquer des genres extrêmement différents. A s’en tenir à ce qu’il est permis de regrouper sous l’étiquette de “littérature à contenu géographique”, on constate aisément que, loin de constituer un genre littéraire propre, la littérature géographique recouvre des genres littéraires très variés :

  • La poésie didactique, illustrée par Varron de l’Aude (Varro Atacinus), par Denys le Périégète, Avien ou Priscien.
  • La poésie élégiaque, à laquelle se rattache le De reditu suo de Rutilius Namatianus.
  • L’épopée qui, avec Homère a fondé aux yeux des Grecs la géographie. La description géographique restera l’un des ornements durables de la poésie épique. Lucain, en particulier, a témoigné d’un intérêt particulier pour la digression géographique.
  • L’histoire, qui entretient dans l’Antiquité des rapports très étroits avec la géographie et fourmille de telles digressions, parfois étendues. Celles d’Hérodote sont bien connues. Les excursus géographiques de Polybe, conservés à l’état de simples fragments, sont plus problématiques. : ont-ils fourni la matière d’un livre spécifique des Histoires, ou figuraient-ils, comme nous serions tentés de le penser, sous forme de digressions réparties dans tout l’ouvrage ? La question reste ouverte. À Rome, les développements géographiques ont fleuri dans les ouvrages historiques de Salluste, d’Ammien Marcellin ou d’Orose.
  • La littérature technique et scientifique, incarnée par des auteurs comme Ptolémée, Hipparque de Samos ou Sérapion d’Antioche et qui, le plus souvent, tout en faisant ce que nous appellerions aujourd’hui de la géographie, était animée de préoccupations (astronomiques, astrologiques, mathématiques) rien moins que géographiques.
  • Des descriptions en prose du monde, comme celles de Strabon ou de Pomponius Méla. Encore conviendrait-il de distinguer, parmi ces descriptions, les géographies et les périples, qui appartiennent à des genres différents ; un certain nombre de ces ouvrages pourrait également se rattacher au genre de l’abréviation.
  • Des descriptions régionales, comme la Germanie de Tacite, la Périégèse de la Grèce de Pausanias ou la Description de l’Arabie, perdue, de Juba II de Maurétanie.
  • La biographie : qu’il s’agisse de Mémoires, comme ceux de César ou, sous les Flaviens, ceux du consulaire Mucien, ou encore d’éloges, comme celui que Tacite avait réservé à Agricola, les ouvrages biographiques ont pu s’intéresser de façon inégalement structurée à la géographie.
  • La relation de voyage, parfois fictive (on pense notamment au Périple d’Hannon, mais aussi à la majeure partie du Périple du Pont-Euxin d’Arrien de Nicomédie), et qui pouvait avoir trait aussi bien à des voyages d’exploration tels que celui de Pythéas de Marseille ou celui de Polybe sur les côtes atlantiques de Maurétanie, qu’à des voyages plus banals, tels que celui de Galien de Pergame en mer Égée6.
  • La description des villes, née au IIIe s. a.C. avec Héraclide7.
  • L’encyclopédie, illustrée à Rome par Varron et Pline, et qui se soucie plus de l’inventaire des connaissances que de la production d’un système original, ou simplement cohérent.
  • Le lexique, comme chez Vibius Sequester, le pseudo-Plutarque ou encore Stéphane de Byzance.
  • 8 Sur ce point, cf. Arnaud, 1992b ; 1993a.

8Que dire enfin des nombreux opuscules géographiques qui fleurirent à la fin de l’Antiquité ou durant le haut Moyen Age ? Et que dire d’ouvrages que l’on serait tenté de qualifier d’ouvrages de “géographie administrative”, comme la Notifia Dignitatum, la Notifia Galliarum, la Liste de Vérone, le Laterculus de Polemius Silvius, mais dont l’intérêt semble avoir dépassé des considérations aussi étroites, au point de justifier leur copie répétée longtemps après la péremption de leur contenu ? Bien des ouvrages que nous serions tentés de réduire à des documents utilitaires s’avèrent en réalité être d’une nature plus complexe et étaient aussi un moyen d’appréhender intellectuellement le monde à travers la médiation de données chiffrées issues de l’expérience. C’est ainsi que les itinéraires tels que l’Itinéraire d’Antonin ne se réduisent pas plus à des émanations directes de l’administration impériale ou à des documents à l’usage du voyageur que les périples à de simples Instructions nautiques à l’usage des seuls marins en mer8. Ces documents ont eu des fonctions plus complexes et plus larges, propres à la culture du temps : elles contribuent à en altérer la lisibilité immédiate, et nous devons à leur seule intégration dans la culture médiévale d’avoir survécu jusqu’à nous. Comme pour les autres documents géographiques, leurs auteurs ont procédé à des choix conscients, comme nous le rappelle à propos un exposé de J.-P. Bost.

9Il convient donc non seulement de s’interroger sur les contraintes propres à la description géographique en général, mais aussi de considérer chaque document géographique sous l’éclairage particulier que lui confère son appartenance à un genre plutôt qu’à un autre et de consacrer une attention toute particulière à sa logique interne et au point de vue selon lequel il observe et décrit le monde : chacun de ces types d’ouvrages jette en effet sur lui un regard particulier et en fait la description à travers un jeu particulier de règles et de finalités, propre à affecter profondément le contenu de la description géographique.

10Ce phénomène est aggravé par les différentes approches d’une matière géographique qui relevait de plusieurs champs du savoir, mais ne constituait en aucun cas un savoir autonome. Il y a peu de comparaisons possibles entre :

  • Une description géographique dont le but exclusif est d’estimer la forme et les dimensions de la terre habitée, ainsi que son emprise sur le globe.
  • Une description chorographique qui vise à l’inventaire des lieux habités, région par région, et à leur disposition respective, et peut à la limite se réduire à des listes de toponymes propres à une région9.
  • Une description périégétique qui se fixe pour objectif la description séquentielle des toponymes le long d’un parcours linéaire, terrestre ou maritime10. C’est le cas de toutes les périégèses, périples ou autres ora maritima, le plus souvent complétés de descriptions séparées, non moins séquentielles, de l’intérieur des terres (chez Pline par exemple) ou des îles.

11Des perspectives cosmologiques, physiques, ethnologiques, zoologiques, botaniques ou historiques étaient enfin également susceptibles d’influencer en profondeur la description géographique et de la rendre plus opaque encore pour son utilisateur moderne.

  • 11 Janni 1984a.

12Les rares informations dont nous disposons sur la cartographie antique ne nous incitent pas à en produire une analyse profondément différente de celle qui se dégage de nos sources littéraires, dont elles étaient largement tributaires, non seulement sous le rapport du contenu, mais aussi sur le plan épistémologique. On commettrait un contresens radical en projetant sur l’Antiquité une donnée contemporaine, à savoir que la carte est le fondement conceptuel de toute description géographique. En réalité, les cartes de l’Antiquité, dont il est difficile d’estimer la diffusion réelle, non seulement n’ont qu’exceptionnellement constitué une base documentaire de l’écrit géographique, mais ont eu énormément de difficultés à sortir d’une logique linéaire et littéraire de l’espace11. Les perspectives géographique, chorographique, topographique ou itinéraire, pour n’en citer que quelques-unes, ont de fait donné naissance à des cartes très diverses dans leur nature, leur aspect et leur contenu, et qui ont simultanément coexisté, contribuant à brouiller la vision du monde chez les Anciens euxmêmes.

13Pour importantes qu’elles soient, ces difficultés seraient en définitive peu de chose si la géographie décrivait un état cohérent du monde fondé sur une logique cartographique stricte, ce qui, à l’évidence, n’est pas le cas.

  • 12 Tardieu 1990, 50-51, qui a bien insisté sur le rôle des usages rhétoriques dans l’emploi du qualif (...)

14Rares sont les géographes anciens qui ont produit (partiellement ou en totalité) des informations chiffrées originales et des descriptions fondées sur une expérience strictement contemporaine. Le plus souvent, ils décrivent en effet un état du monde totalement dépourvu d’ancrage chronologique ; ils s’intéressent par nature autant aux lieux passés qu’aux lieux présents, sans nous donner toujours les moyens d’en juger. Pour des raisons complexes qu’il n’est pas de notre propos de développer ici, l’idée de péremption de l’information s’est trouvée à ce point étrangère à la production géographique des anciens, qu’il put paraître normal à un auteur comme Stéphane de Byzance de mettre sur le même plan, comme des sources d’égale pertinence, le fondateur de la géographie grecque, Hécatée de Milet, qui vécut avant la première guerre médique, et Ptolémée, qui fut le contemporain de Marc-Aurèle. L’archéologie a ainsi réservé bien des surprises à ceux qui, fondant leur opinion sur les géographes pour cerner l’évolution historique d’une ville ou d’une contrée, durent convenir que sous une ville florissante de l’avis de tel géographe pouvait se cacher à l’époque où écrivait celui-ci un champ de ruines ignoré du géographe ou que sous l’apparence trompeuse d’une ville réputée “déserte” gisait un pôle urbain débordant d’activité12.

  • 13 Pédech 1976, 198 ; Jacob 1991, 151.

15Une partie de ces “erreurs”, dont nous parle Y. Marion, a des causes strictement littéraires ou rhétoriques. Le traitement du référent n’est pas plus transparent chez les géographes que dans les autres productions littéraires. Mais la part de la littérature dans ce phénomène n’explique pas tout. La difficulté majeure provient d’un fait, souvent méconnu par 1 utilisateur moderne, quoique souvent souligné : loin d’être une œuvre novatrice, décrivant une réalité historique homogène contemporaine de son auteur, le livre de géographie ou, à un degré comparable, la carte, étaient dans l’Antiquité avant tout le fruit d’un travail de compilation, et ce, comme le soulignent les communications de F. Prontera et V. Vedaldilasbez, quelle que fût la qualité de leur auteur13. En dehors d’ouvrages de description régionale – qui eux-mêmes semblent avoir eu un large recours à l’information de seconde main –, ce travail se caractérisait d’ordinaire par la servilité du compilateur à l’égard de ses sources, si bien que l’état du monde décrit par un géographe donné n’est pas tant l’état propre à une époque déterminée, celle du compilateur, que celui de l’ensemble des états décrits par chacune de ses sources, qui, toutes incluent elles-mêmes, dans des proportions variables, un certain nombre de descriptions antérieures.

16La génération qui, au XIXe s., a jeté les bases de l’étude de la géographie ancienne était animée d’un esprit résolument cartésien caractéristique du rêve positiviste. Elle a de fait postulé, sans autre forme de procès, l’absolue cohérence des auteurs anciens, et une cohérence d’autant plus accentuée que ces auteurs étaient chronologiquement et culturellement plus éloignés du Moyen Age et plus proches de la Grèce. C’est ainsi que les passages où Strabon, par exemple, est pris en flagrant délit de contradiction interne ont été l’objet de corrections systématiques de la part des éditeurs, l’“erreur” étant imputée à l’impéritie du copiste. Une certaine idée de la valeur des auteurs et du génie grec a érigé une sorte de barrière idéologique qui a interdit de reconnaître des usages ou des pratiques jugés indignes de l’une et de l’autre. De fait, il est assurément des passages où la responsabilité de tels errements incombe au copiste. Parfois ces derniers ne révèlent pourtant que l’impossibilité où 1 auteur a été de croiser ses sources ; souvent, lorsqu’ils ne sont pas le simple reflet d’un désir de prudence ou d’exhaustivité confinant au catalogue d’opinions, ils signalent en fait ni plus ni moins que la logique de la citation qui caractérise une majorité d’auteurs. Les contradictions formelles sont aisées lorsqu’à quelque distance le géographe citait deux auteurs différents. Il leur empruntait des informations, parfois secondaires pour son propos, qui ne se révèlent contradictoires qu’au terme d’une confrontation à laquelle seuls se sont livrés les érudits modernes.

17C’est que la citation telle que la pratiquent les géographes anciens nous tend deux pièges majeurs :

  • Sans réduire les géographes parvenus jusqu’à nous au rang de compilateurs de second ordre, elle est tout d’abord beaucoup plus systématique et répandue qu’on ne pourrait le penser. La part de l’auteur dont la signature est parvenue jusqu’à nous a principalement résidé dans la sélection de l’information, dans l’organisation de la matière et dans l’agencement des citations. Mais des passages entiers apparaissent comme des accumulations d’excerpta.
  • Cet inconvénient demeurerait somme toute mineur si les citations étaient clairement identifiables. Les géographes anciens citent certes parfois leurs sources, ce qui a permis de publier d’abondants fragments d’auteurs perdus, mais il apparaît généralement bien difficile de cerner précisément les limites d’emprunts le plus souvent assez littéraux. En réalité, ils semblent avoir eu tendance à citer, sans nous en avertir, mais de façon très mécanique, les auteurs qu’ils ont utilisés, sans même chercher à en réélaborer la lettre. Seuls manquent souvent nos guillemets pour introduire un style direct où la première personne peut renvoyer à un locuteur qui n’est pas l’auteur, mais sa source. C’est ce que nous montre la communication de J. Desanges. Or, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce fait n’est pas propre à des auteurs de piètre qualité. Il affecte tout aussi bien nos sources principales, au premier rang desquelles Strabon ou Pline l’Ancien. Il peut aboutir chez le second au simple catalogue d’opinions, et chez le premier à des contradictions internes patentes, et déboucher sur un brouillage à ce point général des descripteurs, hérités de systèmes différents, que l’on se trouve dans l’incapacité de localiser un lieu.

18Toute tentative d’exploitation d’un texte géographique ancien est donc inextricablement liée à l’identification, fût-elle approximative, de la date, de la nature et de la logique interne des documents utilisés par un auteur donné. Le problème des sources est de fait apparu dès le XIXe s. étroitement lié à l’étude de la géographie ancienne et a fait les beaux jours des érudits allemands qui se sont illustrés dans l’étude de la géographie ancienne : Mommsen, Detlefsen, Müllenhoff, Kubitschek, Cuntz et plusieurs autres ont ainsi révélé, avec un bonheur variable, mais avec des résultats évidents, un certain nombre de liens entre les auteurs parvenus jusqu à nous et leurs devanciers. Certes, la Quellenforschung a eu ses excès, qu’il convient de condamner, et sans doute a-t-elle fait preuve d’un positivisme exagéré, mais pour peu que l’on ne cherche pas systématiquement à lui faire dire plus qu’elle ne peut dire, et pour peu que l’on ne tente ni de réduire les sources à des noms d’auteur connus par ailleurs, ni de les ramener à une origine unique, la Quellenforschung peut avoir encore de beaux jours devant elle, car beaucoup reste à faire en ce domaine.

  • 14 Cf. par exemple Arnaud 1992b et 1993a pour l’Itinéraire d’Antonia.

19Il demeure, en tout état de cause, bien difficile d’envisager d’en faire l’économie : non seulement elle est de nature à nous révéler le processus d’élaboration de certains documents parvenus jusqu’à nous, mais elle est la condition d’une lisibilité minimale14. Il en est en effet des textes géographiques comme des niveaux archéologiques : le modèle théorique suppose une stratification régulière et structurée, alors que chaque strate nouvelle se caractérise d’abord par l’introduction du chaos dans l’architecture de la structure. Mais le chaos peut aussi s’analyser, et c’est cette structuration chaotique des sources que paraît devoir viser aujourd’hui la Quellenforschung du XXIe s. C’est à ce prix que peuvent apparaître, au-delà des barrières que le désordre de notre documentation impose à la prudence d’ériger, des clés de lecture nouvelles susceptibles d’en permettre une utilisation plus large et moins risquée.

2. Des clés de lecture à trouver

  • 15 Arnaud, 1992a ; Arnaud, 1993b.

20De façon générale, l’utilisation des géographes anciens ne peut faire l’économie de la reconstitution des modes de travail, de pensée et d’expression propres à chaque géographe ancien ou à la géographie ancienne en général. On peut ainsi explorer des voies documentaires nouvelles. C’est ainsi que les données chiffrées concernant des distances en haute mer nous renseignent sur les durées moyennes et sur les itinéraires de la navigation hauturière ancienne15, dans la mesure où elles expriment, selon des tables bien établies, la conversion de durées en distance. Un grand nombre de valeurs échappe pourtant à ces barèmes et introduisent dans le système le désordre dont nos sources sont coutumières. Plutôt que de tenter de les ramener, par exemple en les corrigeant, à la norme, étudier les facteurs qui ont conduit les géographes à adopter des valeurs anormales nous éclaire sur leur démarche ; on commence alors à entrevoir, par exemple, comment ils ont opéré des combinaisons de valeurs, et tronçonné, sur la base de rapports fractionnaires simples, certains segments aux valeurs tout à fait normales, pour parvenir à un maillage plus fin de la représentation. Sur l’utilisation de sources, qui, chez un même auteur, peuvent avoir été citées textuellement sans la moindre distance, comme elles peuvent avoir été entièrement réélaborées, nous sommes encore mal renseignés.

  • 16 Schillinger-Häfele 1963 ; Arnaud 1988 ; 1991,954-991 et annexe 2.

21Sur les contraintes inhérentes à chacun des types d’énoncé géographique, beaucoup reste également à faire, notamment sur la structure même de la description. On découvre ainsi que l’ordre, en apparence aléatoire, de l’énoncé des toponymes donnés par le géographe anonyme de Ravenne est en réalité fondé sur des systèmes de proximité qui tous se réfèrent à une carte de la même tradition que celle qui donna naissance à la Table de Peutingerl16. On lit autrement Pline lorsque l’on analyse le système interne de chacune de ses descriptions régionales, comme le montrera la communication de Y. Marion. Que Pline se soit fondé, souvent, sur les Formulae Prouinciarum ne fait guère de doutes. Pourquoi et comment s’en est-il écarté d’une façon du reste variable d’une région à une autre ? Rechercher les principes de la description en général chez un auteur donné – dussent-ils se réduire à la compilation –, ainsi que la logique particulière de la présentation de telle ou telle région, paraît constituer un préalable nécessaire qui doit lui-même se nourrir de l’information historique existante. L’historien apporte en ce sens plus de réponses à l’historien de la géographie que l’inverse.

  • 17 Pline 3.37, reprenant probablement les termes de la Formula Prouinciae de Narbonnaise (Christol 19 (...)
  • 18 Méla 2.76 : In litoribus aliquot sunt cum aliquis nominibus loca ; ceterum rarae urbes quia rari p (...)

22Au premier rang des problèmes inhérents aux contraintes de l’exposé géographique figure celui du statut des toponymes. Le lieu géographique est en effet aux yeux du géographe ancien d’abord un nom, avant d’être un point dans l’espace. Le géographe a pour vocation de nommer les lieux et de connaître ceux d’entre eux qui portent un nom. Le lieu a une existence d’abord linguistique : sans nom, il n’existe pas. Il appartient ensuite au géographe de faire, parmi les toponymes, le tri de ceux qui sont dignes ou indignes de figurer dans son ouvrage17. Pomponius Méla résume assez bien cette situation lorsqu’il écrit : “Sur le rivage, il y a un certain nombre de lieux qui portent des noms ; mais les villes y sont rares, car les ports y sont rares”18.

23Ce passage met assez clairement en évidence l’une des difficultés majeures de la géographie ancienne : celle d’avoir été confrontée à une multitude de lieux géographiques réduits à des noms qui n’affichaient pas nécessairement leur nature. Sur la côte à laquelle s’intéressait Méla, il y avait bien des lieux nommés, mais parmi eux peu des villes qui, seules, l’intéressaient. Ici, le géographe paraît avoir été en situation d’opérer le tri souhaité, mais ce n’était pas toujours le cas. Dépourvu d’histoire dans une culture donnée, le toponyme est en soi une donnée purement verbale dont l’énonciation ne permet ni la localisation, ni le classement, en l’absence de précisions facultatives relatives à la hiérarchie politique (caput, metropolis, colonia, municipium, castra) ou à la typologie des établissements humains (ciuitas, uicus, mansio, castellum). Le toponyme ne présuppose même pas l’existence d’un groupement humain. Il consacre une existence littéraire : celle du nom.

24De cette situation découlent plusieurs types de brouillages que l’on peut assez clairement identifier et contre lesquels il convient de se tenir sur ses gardes.

La nature des toponymes

25C’est le cas notamment de toutes les sources fondées sur des itinéraires. On sait que, si certains d’entre eux, comme l’attestent quelques passages de l’Itinéraire d’Antonin, ou l’Itinéraire de Bordeaux, distinguent la ville (ciuitas) du village (uicus, mansio, castellum) de la villa, du relais (mutatio) ou de simples lieux-dits, cette distinction est loin d’être le cas général. Les géographes anciens se sont tout autant que les historiens modernes laissé prendre au piège de ce type de sources. Comme j’aurai l’occasion de vous le présenter, Ptolémée, qui utilise ces itinéraires, s’est laissé abuser en considérant comme des villes des toponymes ruraux. De ce fait il a trompé par ricochet ses utilisateurs : il est ainsi tout à fait douteux qu’il faille rechercher aux Maroc des villes là où les sources anciennes font état des sites de Vopisciana ou de Gentiana, qui ont de fortes chance de n’avoir été que de modestes établissements ruraux, voire de simples domaines.

La disposition des toponymes

26La logique plus littéraire que cartographique de la toponymie a tendu à réduire à une réalité géographique unique un nom géographique donné. Il en découle des confusions de deux ordres :

a) Le télescopage de toponymes homonymes ou paronymes

27Deux toponymes identiques tendent à être réputés renvoyer à une réalité unique. C’est ainsi que Pline et Méla, probablement tributaires de la même source, s’accordent à placer la colonie de Thermae sur la côte méridionale de la Sicile, à proximité d’Agrigente, là où les itinéraires placent un lieu du nom d’ad Aquas (calidas ?), signe de la présence d’un établissement thermal, ou de sources chaudes (à en juger par le nom grec), alors que l’on sait bien que la colonie de Thermae se trouvait sur la côte septentrionale, à proximité d’Himère. Une erreur de cette nature procède de plusieurs causes :

  • L’absence d’indication de la nature exacte du lieu (confusion d’un lieu-dit et d’une ville).
  • L’habitude, bien établie, de traduire certains toponymes, avec tous les dédoublements et confusions qu’une telle pratique était de nature à induire.
  • L’usage de sources itinéraires qui pouvaient ne pas inclure la colonie.
  • Surtout, la réduction à une seule réalité de deux homonymes, ce qui suppose un manque singulier de vision cartographique de l’espace.

b) L’éclatement d’un même lieu lorsqu’il a connu plusieurs désignations

28L’usage de désigner une même réalité géographique de plusieurs noms est bien attesté dans l’Antiquité. Il est notamment le fruit des impérialismes qui ont imposé à la toponymie une stratification linguistique dont les niveaux les plus anciens ont pu survivre au-delà de la toponymie issue de la conquête, soit que les géographes se soient référés à des documents anciens, soit que l’usage ait assuré la survie de l’ancienne toponymie dans les populations. Ajoutons à cela la tendance des itinéraires à traduire les toponymes lorsque ceux-ci avaient un sens, et l’on comprend quelle source de confusion aura pu constituer une telle pratique.

  • 19 Vit. Caes., 31.135.

29C’est ainsi que la Dikaiarcheia des Grecs devint Puteoli par le truchement de la fondation sur son site d’une colonie maritime romaine en 194 a.C. Mais ce fait n’a nullement empêché Nicolas de Damas de la désigner de son ancien nom grec pour relater comment Brutus et Cassius s’embarquèrent de ce port pour gagner leurs provinces respectives en Orient19.

30Le site concerné est resté dans ce cas identifiable, compte tenu du caractère assez grossier de l’erreur, mais on peut parfois être confronté à des situations infiniment plus confuses. C’est ainsi que Ptolémée, décrivant la Maurétanie Césarienne, distingue comme deux fleuves différents le Mouloukhath et la Malva, alors que ces deux noms ne sont que les deux désignations successives d’un même lieu, l’oued Moulouya. La première était issue de la tradition grecque, la seconde de la tradition latine. Ce dédoublement a engendré la déstructuration de la description de la région : dupliquer ce fleuve côtier a en effet conduit Ptolémée à situer les toponymes par rapport à l’une ou à l’autre de ces deux réalités virtuelles (Mouloukhath et Malva) alors qu’ils auraient dû l’être par rapport à une réalité topographique unique : l’oued Moulouya. On imagine aisément la confusion que ce dédoublement a pu introduire dans la cartographie ptoléméenne de la Maurétanie Césarienne, en dépit – ou du fait – des efforts déployés par l’auteur pour accorder entre elles des sources qui situaient les mêmes lieux par rapport à un accident de la topographie connu sous deux dénominations, et rapporté de ce fait à deux réalités considérablement éloignées dans l’espace.

Le vocabulaire descriptif

  • 20 Janni 1984a, 102-147 ; cf. aussi Janni 1981 ; 1984b ; ces problèmes avaient également été soulevés (...)
  • 21 C’est ainsi que l’on trouve chez Tacite des expressions comme a tergo pour caractériser la positio (...)
  • 22 Janvier 1982, 165-169.
  • 23 Janni 1984a, 79-158.
  • 24 Castagnoli 1975-76 ; Greco 1979, 53 ; Miller 1898, 145, pour qui ces mots s’entendaient, dans tout (...)

31Nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer la conduite de la description. Les descripteurs géographiques eux aussi posent problème. P. Janni, qui traitera dans ces pages de l’absence de cartes nautiques destinées à favoriser la navigation, a bien souligné dans un maître-ouvrage les particularités de ce vocabulaire descriptif20 : il est volontiers anthropomorphique21 ; fréquemment dynamique, il fait “regarder” les villes ou les pays les uns vers les autres, ou les “tourne” les uns vers les autres22 ; odologique, presque toujours, il distingue une “droite” et une “gauche”, qui renvoient moins à l’orientation d’une carte de référence qu’à un vecteur constitué par le sens de la description, assimilé à la progression imaginaire d’un voyageur fictif23. Comme pour nous mettre un peu plus dans l’embarras, il organise régulièrement l’espace décrit par rapport à un super (ὑπέρ) ou un infra (ὑπό) dont la traduction pose bien des problèmes : ces mots paraissent de fait avoir moins servi à distinguer un haut d’un bas qu’un au-delà d’un en deçà. Beaucoup de propos imprudents ont été inférés d’une lecture immédiate de ce vocabulaire, et rapportés sans discussion préalable à des cartes et à leur orientation24.

  • 25 Arnaud 1993a, 36 n. 18.

32Ces descripteurs paraissent le plus souvent avoir été le fait d’un usage consensuel général, mais rien ne permet jamais de certifier qu’ils ne caractérisent pas, ici ou là, un usage particulier à un auteur ou à sa source. Le sens de mots tels que mansio, qui a souvent été perçu comme synomnyme de “relais du cursus publicus” paraît de la sorte n’avoir été perçu au IVe s. que comme celui de “lieu habité”25. Le cas de la notion de port “désert”, qu’analysera P. Counillon, nous donnera un exemple des difficultés inhérentes à un vocabulaire qui peut tenir plus à des conventions et usages rhétoriques qu’à la stricte description d’une réalité géographique. Dans ces conditions, on imagine les conclusions erronées auxquelles on parviendra si l’on prend l’information au pied de la lettre.

Les conventions internes

33Les conventions propres à chacun des genres géographiques demeurent encore très obscures, et la stratification de sources multiples difficiles à identifier contribue largement à l’opacité du système. Disposer d’éditions modernes de qualité, plus propres à souligner les particularités d’un document qu’à le corriger pour le ramener à une doxa, qu’il s’agisse des formes topononymiques ou des données chiffrées, est une exigence très inégalement réalisée : à quand une édition du Guide de Géographie de Ptolémée ? La dernière édition complète, celle de K. Nobbe, est datée de 1845, et ne prend en compte qu’un très petit nombre de manuscrits. Celle de K. Müller, interrompue par la mort de l’éditeur, n’a jamais dépassé le livre VI.

La métrologie

  • 26 Cf. Janvier 1993 ; Arnaud 1993b, 239-242 ; voir également infra, les considérations de Chr. Meuret
  • 27 À l’exception d’un passage de la Géographie de Strabon (7. fr. 56[57]) où celui-ci reconnaît l’exi (...)
  • 28 Cf. Arnaud 1993b, 239-242 : Strabon, qui pose en principe entre le mille et le stade le rapport 1  (...)

34La métrologie des géographes anciens donne elle aussi l’image de la plus totale confusion et rend très difficile la navigation entre les auteurs, à plus forte raison quand il s’est agi de passer du stade au mille et vice-versa. En dépit de la diversité évidente des stades utilisés, force est de reconnaître que la question ne paraît pas avoir suscité un intérêt particulier chez les géographes anciens, qui associent et combinent avec la meilleure conscience du monde des données issues de systèmes métrologiques incompatibles. Pour les auteurs grecs, le stade est admis comme une donnée univoque, alors que chaque auteur a en tête le stade en usage dans la société au sein de laquelle il vit, comme si à la variété des stades empiriques répondait un être virtuel de raison détaché de toute valeur particulière : le stade, pris absolument comme unité consensuelle dans le cadre du calcul mathématique26. C’est à travers la conversion des stades en milles que la légèreté des géographes anciens à l’égard de la métrologie apparaît la plus nette. Certes, la ratio 1 :8 est généralement admise, et le débat sur le rapport du mille au stade n’apparaît que dans des documents du Bas-Empire ou de l’époque byzantine27. Il n’en demeure pas moins que le rapport varie de 1 :7 à 1 :10 et qu’un même auteur peut adopter à quelques pages de distance des échelles de conversion sensiblement différentes28. Les commodités inhérentes aux modes de calcul peuvent avoir suffi à créer des échelles de conversion sans rapport avec des stades réellement usités et même avoir eu, nous le verrons, leur rôle dans le rétrécissement du méridien terrestre de 252 000 à 180 000 stades.

35Tous les problèmes que nous venons d’évoquer pourraient paraître bien étroits et limités à l’intérêt exclusif de l’historien de la géographie. Il convient néanmoins de les garder bien présents à l’esprit dès que l’on souhaite opérer la transition de l’histoire de la géographie à la géographie historique.

  • 29 Syme 1983.

36Dans un article consacré à la localisation de Tigranocerte et à l’historiographie de la question, Ronald Syme écrivait, avec la sagacité qu’on lui connaît, des erreurs commises sur la localisation d’un site à partir des seules données des géographes : “Les dangers s’accroissent quand les passages sont tirés d’un vaste ouvrage, sans estimation préalable des sources, de la structure, des usages de l’auteur –souvent un compilateur” ; et de montrer dans la foulée que le passage-clé de Strabon, qui avait été utilisé comme pièce maîtresse pour la localisation de la capitale perdue de Tigrane, était en réalité un ajout du géographe à une liste tirée d’une autre source et, en l’occurrence un ajout erroné29. On voit là que la Quellenforschung peut être salvatrice, même et surtout lorsqu’elle ne cherche pas à nommer la source identifiée.

37De fait, il ne paraît plus pouvoir être contesté aujourd’hui que toute lecture hâtive d’un géographe ancien est vouée par avance à l’échec. Il en est à cet égard des sources géographiques comme de toutes les sources de l’histoire : utilisées sans analyse critique, elles sont le meilleur moyen de parer des apparences de la logique et de la preuve des raisonnements fondés en réalité sur de fausses évidences. Saisir la logique interne d’un auteur et d’une description replacée dans son contexte est donc une exigence fondamentale qui suppose le réflexion non seulement du spécialiste de l’auteur concerné, mais aussi de l’historien spécialiste des régions et des faits concernés. C’est de la confrontation des points de vues que jaillit la lumière, et bien souvent l’historien a plus à apporter à l’historien de la géographie que l’inverse, tant est grande la dépendance de chaque auteur à l’égard de ses sources.

38De fait, comme on a déjà eu l’occasion de le souligner, les sources géographiques, quelles qu’elles soient, se présentent toujours comme l’agrégat plus ou moins organisé de sources disparates. Aucune entreprise en matière de géographie historique ne saurait faire l’économie de la Quellenforschung. La recherche de sources clairement identifiées et l’édition de fragments tels que ceux d’Ératosthène, d’Hipparque, de Polybe, d’Artémidore, de Varron ou d’Agrippa a fait la force de l’érudition allemande du siècle dernier et du début de ce siècle. Elle a néanmoins rapidement atteint ses limites et a été l’objet de critiques qui toutes n’étaient pas dénuées de fondements.

39Remettre aujourd’hui à l’honneur cette voie peut paraître désuet ou provocateur. Plus d’un érudit a néanmoins tenté de le faire et il faut continuer à le faire. Mais cette entreprise doit sans doute adopter des voies propres au XXe s. finissant. Au XIXe s., on tendait à rechercher un nom derrière celui du compilateur et à reconnaître sous une signature connue l’inspiration dominante d’une source identifiable. De la Quellenforschung on avait tendance à glisser vers l’Einquellentheorie. Pour louable qu’elle fût, l’entreprise, indissociable du positivisme, était désepérée, tant sont limités les fragments authentifiés susceptibles de permettre de reconnaître la “patte” d’un auteur là où son nom n’est pas mentionné, tant est réduit le nombre des géographes dont le nom nous est connu, et tant il apparaît difficile de cerner les limites exactes de l’emprunt à un auteur souvent cité de seconde main.

40Les communications de J. Desanges, R. Descat, Y. Marion ou V. Vedaldi-Iasbez illustrent bien le renouveau d’une perspective qui, tout en plaçant la question des sources au centre de l’enquête, leur confère un rôle déstructurant au sein d’une géographie moins tournée vers la description cohérente d’un espace que vers la présentation d’un état du savoir. Au risque d’être taxé de néo-positivisme, on défendra avec vigueur l’idée que nos ambitions peuvent et doivent être à la fois plus modestes et plus réalistes, mais demeurer fidèles à certaines ambitions de la Quellenforschung, à savoir :

  • Identifier les changements de source chez un auteur, et expliquer à travers eux les grains de sable qui s’introduisent dans sa mécanique descriptive, dater les sources d’un passage et en identifier la nature : voilà des enjeux plus réalistes, plus fiables, et plus utiles à l’historien.
  • Respecter les formes des toponymes et des chiffres données par les manuscrits, comme c’est aujourd’hui généralement le cas, plutôt que de chercher à les réduire à une vulgate : ces variantes sont les meilleurs révélateurs des changements de sources.
  • Croiser le plus grand nombre d’auteurs possible après en avoir fait l’exégèse et démonté autant que possible la genèse : rien n’est plus pernicieux que de privilégier une source considérée comme l’expression de la vérité contre les sources supposées entachées d’erreur. Aucun document géographique ne se résout strictement à un témoignage pur et simple, réductible à un système d’opposition du vrai et du faux. Ce serait postuler une transparence et une immédiateté dont aucune de nos sources ne peut se targuer ; chacune est amenée par son mode d’élaboration à fournir une description particulière d’une réalité donnée : seule la reconstitution de son processus d’élaboration permet, jusqu’à un certain point, de remonter à cette réalité. En un mot, il s’agit d’analyser le chaos, en postulant son caractère primordial, ce qui peut avoir de quoi choquer.

41La recherche des sources visait plus ou moins directement dans le passé à valoriser ou à mieux connaître un auteur perdu, réputé totalement ou partiellement à l’origine d’un document parvenu jusqu’à nous. Elle a connu quelques succès dans cette voie, mais elle s’est aussi largement discréditée par ses excès et par son caractère très réducteur. Elle doit aujourd’hui se donner pour perspective moins l’identification nominale des sources que celle de leur variété, et de leurs contextes chronologique et culturel, en vue de contribuer d’abord à l’étude de la stratification du texte ou du document. Si cette connaissance est un préalable minimal à l’exploitation d’un document, elle n’est pas le seul.

  • 30 Sur ces points cf. infra l’exposé d’A. Arnaud-Portelli sur Babba Iulia Campestris. Pour un autre e (...)

42L’historien est généralement devenu plus exigeant à l’égard de documents géographiques dont il attend désormais plus et autre chose que de la topographie historique et la simple identification des sites anciens. Il est aujourd’hui devenu clair que les chances de découvrir un site à partir de ces sources, fussent-elles itinéraires, tendent vers zéro, comme le montre bien le cas de l’introuvable colonia Babbo Iulia Campestris30. La topographie historique n’en demeure pas moins une étape de la réflexion dont il paraît difficile de faire l’économie, sauf à reconnaître dans la géographie des anciens un exercice purement virtuel auquel, en dépit des apparences, elle ne se réduit jamais. Derrière les noms de lieux s’est toujours cachée une réalité, culturelle ou historique. Pour comprendre le sens et déjouer les pièges d’un texte géographique en vue de son exploitation historique, il est nécessaire de mesurer les liens entre le signifiant (le toponyme), l’intertexte (l’histoire et la signification culturelles de ce toponyme), et le référent (le lieu réel et son histoire).

43Ceci suppose évidemment une connaissance minimale du référent, et d’abord son identification matérielle sur le terrain. Or, paradoxalement, quoique la topographie historique soit le domaine dans lequel l’érudition des XIXe et XXe s. ait le plus sollicité le témoignage de la géographie ancienne et où les croisements avec les résultats archéologiques sont les plus anciens, nombreux sont encore les sites dont l’identification demeure hasardeuse, pour n’être assurée ni par l’épigraphie ni par une continuité toponymique appréciable au Moyen Age et à l’époque moderne. Quelles que soient la sagacité des érudits et l’abondance du dossier documentaire, en l’absence de l’une ou l’autre de ces confirmations, l’incertitude subsiste. Nombreuses sont ainsi aujourd’hui les cités perdues – si tant est que toutes aient été des cités – dont seules subsiste le nom, comme Babbo Iulia Campestris, et qui constituent autant de défis irritants.

  • 31 Sur ce point, cf. les intéressantes réflexions de Roldán Hervás 1973.

44Or la méthode mise en œuvre dans les reconstructions géographiques est de nature à engendrer des doutes, variables selon les régions, quant à la validité de tout ou partie des résultats, et ce pour plusieurs raisons : la nature des toponymes n’est pas toujours identifiée avec certitude31 ; la tentation est grande de faire coïncider le corpus des toponymes parvenus jusqu’à nous et la carte archéologique des sites connus. Or ces deux listes sont lacunaires, la première du fait des hasards de l’histoire et de la tradition textuelle, la seconde parce qu’elle est un ensemble ouvert. L’érosion, le colluvionnement, l’urbanisme ont pu oblitérer de façon provisoire ou définitive des sites même importants. Les deux ensembles ont toutes chances de ne présenter qu’une zone d’intersection très étroite, et il convient d’en être bien conscient. On a parfois, à tort ou à raison, tenté de corriger les textes pour faire mieux coïncider les textes et la carte archéologique.

45Il apparaît donc désormais nécessaire d’améliorer nos instruments de travail, ce qui ne peut résulter que d’une collaboration étroite entre les acteurs de terrain et les éditeurs des textes de référence. En dépit du travail immense et de qualité des éditions du XIXe s., dont nous restons généralement tributaire, le besoin d’éditions modernes, prenant en compte tous les manuscrits, et moins portées à la correction, est flagrant. On ne peut que souhaiter la multiplication d’éditions largement commentées faisant appel aux doubles compétences de l’historien de la géographie et de l’historien de la région concernée, dont un modèle nous a été donné par l’édition par J. Desanges de la partie du livre V de l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien consacrée à l’Afrique.

46Il serait également souhaitable de déboucher à assez court terme sur des lexiques toponymiques performants. Les notices de la Realenzyklopädie für klassischen Altertumswissenschaft ou de l’utile Lexique de M. Besnier sont aujourd’hui trop succinctes ou largement obsolètes. Un ou des dictionnaires associant les données toponomastiques, dans leur diversité formelle, l’approche topohistorique et une réflexion sur les conditions de la mention du toponyme dans les sources littéraires seraient nécessaires. Enfin, une enquête générique sur les règles ou usages propres à chaque genre géographique, en particulier aux itinéraires serait de la plus grande utilité.

  • 32 Christol 1994.
  • 33 Cuntz 1888 ; Klotz 1906 ; Pallu de Lessert 1908 ; Detlefsen 1909.

47Nous n’en sommes pas encore à ces grandes entreprises. A défaut de ces bases et d’une coopération permanente sur des cas régionaux bien limités entre historiens, archéologues et historiens des textes, la connaissance de la géographie antique et son exploitation par l’historien de l’Antiquité risque de demeurer lettre morte. Les communications qui vont suivre auront un propos moins ambitieux. Du moins illustreront-elles concrètement, nous l’espérons, les problèmes rencontrés et permettront-elles d’entrevoir les possibilités ouvertes par le croisement d’une lecture critique des textes et d’une perspective historique. À tout prendre, on est moins en situation d’attendre des textes une identification de sites que seule autorise l’épigraphie ou la permanence toponymique, qu’en droit d’escompter éclairer les textes géographiques grâce à des listes de sites formellement identifiés et à une histoire bien établie. Une étude récente de M. Christol32 a ainsi fait bénéficier des travaux anciens, qui avaient reconnu à la source de Pline des documents officiels que sont les formulae prouinciarum, de l’éclairage des acquis les plus récents de l’histoire relatifs à la chronologie des colonies de Narbonnaise. Elle a permis de formuler des hypothèses nouvelles sur le principe de classement du document officiel qui a servi de source à Pline33. Ce n’est que sur la base de ces croisements, particulèrement illustrés dans les pages qui suivront par les relations de J.-L. Fiches et P. Leriche, que les textes géographiques commenceront à donner plus, parfois moins, qu’ils n’ont déjà donné. Que plus de la moitié des contributions à ce volume émane d’historiens ou d’archéologues, et non de spécialistes de la géographie antique, que ceux-ci s’y livrent à cet exercice de croisement permanent entre le référent connu et sa reconstruction dans la description du géographe, signale que cette perspective d’analyse se développe actuellement. Sans doute a-t-on placé trop haut l’œuvre d’une majorité de géographes anciens, plus compilateurs que novateurs. C’est d’une certaine façon leur intérêt, car ils ont ainsi préservé certaines données originales, mais c’est aussi la source de l’essentiel de nos problèmes. Nous souhaitons que les contributions qui vont suivre puissent aider à leur reconnaître un intérêt non dans la cohérence supposée d’une synthèse illusoire, mais dans la collection qu’ont su constituer ces érudits, plus portés à l’enquête bibliographique qu’à une information personnelle qui ne leur est pourtant pas entièrement étrangère. On aimerait également qu’elles puissent alerter les historiens sur les limites de leur utilisation dans le domaine où ils ont été le plus fortement et le plus imprudemment sollicités : je veux parler de la localisation sur un fond de carte moderne des toponymes anciens. En revanche, derrière ces textes en forme d’énigme se cachent des informations historiques qu’une utilisation prudente et avisée est susceptible de révéler. L’histoire de la géographie et la géographie historique, entendue comme géographie physique et humaine de la période concernée, doivent s’interpénétrer de façon permanente. Il faut pour cela céder la parole à l’historien, au philologue et à l’archéologue pour des chants amébées. C’est ce que je vais faire sans plus tarder, en remerciant Patrick Counillon de l’énorme travail de révision et de mise aux normes qu’il a accompli. Cet ouvrage lui doit son existence.

Notes

1 Parroni 1984, 45 et 51-53.

2 Cicéron, An., 2.4.1.

3 Parroni 1965.

4 Plutarque, De def. orac. (Mondici 69). 419D ; ILS, 1911. Les mots de Plutarque πομπῇ τοῦ βασιλέως sont généralement compris comme signifiant « envoyé par l’empereur », ce qui n’est pas formellement démontré, cf. Dessau 1911.

5 IGR, 4, 1445 (CIG, 3331).

6 Galien, De simplicium medicamento rum tempe ramentis, 9.1.2 = 12.171-172 Kühn.

7 Pédech 1976, 95.

8 Sur ce point, cf. Arnaud, 1992b ; 1993a.

9 Dans son panégyrique Pro restaurandis scholis (Paneg. lat. 9.20.3), le rhéteur Eumène d’Autun décrit ainsi le contenu de la carte qui se trouvait dans les portiques des Écoles Méniennes de cette cité : omnium cum nominibus suis locorum situs, spatia, interualla, descripta sunt, “l’emplacement de tous les lieux géographiques, avec leurs noms, les espaces, les intervalles y ont été inscrits”.

10 Ainsi Méla 1.1 se donne-t-il pour but de montrer l’ordo des lieux.

11 Janni 1984a.

12 Tardieu 1990, 50-51, qui a bien insisté sur le rôle des usages rhétoriques dans l’emploi du qualificatif de ville déserte pour désigner les cités des ennemis, en l’occurence les cités païennes de Syrie, sur ce point, cf. infra la communication de P. Counillon.

13 Pédech 1976, 198 ; Jacob 1991, 151.

14 Cf. par exemple Arnaud 1992b et 1993a pour l’Itinéraire d’Antonia.

15 Arnaud, 1992a ; Arnaud, 1993b.

16 Schillinger-Häfele 1963 ; Arnaud 1988 ; 1991,954-991 et annexe 2.

17 Pline 3.37, reprenant probablement les termes de la Formula Prouinciae de Narbonnaise (Christol 1994), parle ainsi des oppida (...) ignobilia XIX sicut XXIV Nemausensibus attributa, qui portent le qualificatif d’ignobilia (“obscurs”, “méconnus”) au sens propre du terme, parce que leurs noms ne figurent pas dans la liste et n’ont pas lieu d’être connus pour la bonne raison qu’ils sont placés sous la tutelle fiscale d’autres cités.

18 Méla 2.76 : In litoribus aliquot sunt cum aliquis nominibus loca ; ceterum rarae urbes quia rari portus.

19 Vit. Caes., 31.135.

20 Janni 1984a, 102-147 ; cf. aussi Janni 1981 ; 1984b ; ces problèmes avaient également été soulevés par Dion 1963.

21 C’est ainsi que l’on trouve chez Tacite des expressions comme a tergo pour caractériser la position respectives de deux régions.

22 Janvier 1982, 165-169.

23 Janni 1984a, 79-158.

24 Castagnoli 1975-76 ; Greco 1979, 53 ; Miller 1898, 145, pour qui ces mots s’entendaient, dans toute la géographie romaine, d’une orientation à l’est. Contre cette méthode, Janni 1981 ; Arnaud 1991, 443-502. Les conclusions de Janvier 1982, 161-164, qui retiennent partiellement la possibilité de l’utilisation par Orose d’une orientation relative, gagneraient à être relues par rapport au sens de la description.

25 Arnaud 1993a, 36 n. 18.

26 Cf. Janvier 1993 ; Arnaud 1993b, 239-242 ; voir également infra, les considérations de Chr. Meuret.

27 À l’exception d’un passage de la Géographie de Strabon (7. fr. 56[57]) où celui-ci reconnaît l’existence d’un stade différent chez Polybe et chez Artémidore (8,1/3 par mille pour le premier, 8 par mille pour le second) ; mais lorsqu’il utilise leurs données, il ne semble pas qu’il tienne compte de cette différence pour les modifier de façon à les intégrer à un ensemble métrologiquement cohérent. Si le passage n’est pas une scholie, ce qui a de bonnes chances d’être le cas, Strabon voudrait dire qu’Artémidore, lorsqu’il a emprunté des données à Polybe, les a affectées d’un coefficient modérateur pour les conformer à son stade. Le problème réside dans le fait que l’exemple pris dans ce passage n’est pas conforme à la ratio évoquée (le chiffre d’Artémidore, qui est postérieur à Polybe, ce que semble ignorer ce passage, devrait être de 7 200 stades, or il est de 7 320, correspondant à un mille de 81/5 stades).

28 Cf. Arnaud 1993b, 239-242 : Strabon, qui pose en principe entre le mille et le stade le rapport 1 :8 peut utiliser le rapport 1 :10 par commodité.

29 Syme 1983.

30 Sur ces points cf. infra l’exposé d’A. Arnaud-Portelli sur Babba Iulia Campestris. Pour un autre exemple, cf. Bérard et al. 1993. Pour utiliser avec certitude des itinéraires, il faudrait que plusieurs conditions soient respectées : 1) que l’itinéraire – ou sa source – pour le tronçon concerné, soit daté ; 2) que les chiffres donnés ne soient pas corrompus ; 3) que les modalités de comput des distances et de localisation d’un site par rapport à un milliaire soient connues sur la route elle-même et dans l’itinéraire ; 4) que le tracé de la voie et l’emplacement des milliaires soient connus pour la période à laquelle a été collectée l’information contenue dans l’itinéraire. Quiconque a travaillé sur l’un ou l’autre de ces aspects sait à quel point rechercher l’une ou l’autre de ces quatre certitudes est parfaitement illusoire.

31 Sur ce point, cf. les intéressantes réflexions de Roldán Hervás 1973.

32 Christol 1994.

33 Cuntz 1888 ; Klotz 1906 ; Pallu de Lessert 1908 ; Detlefsen 1909.

© Ausonius Éditions, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540