Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Deuxième partie. Rome et le monde romain

La gestion financière d’une province romaine : les procurateurs entre résidences fixes et voyages d’inspection

Rudolf Haensch

Texte intégral

  • 1 Jos., AJ, 17.221-223 ; un peu plus détaillé : Jos., BJ, 2.16-17, surtout 18 : διερευνᾶν τòνς τῶν χ (...)
  • 2 Tac., Hist., 1.12 ; cf. 58.1 ; Plut., Galba, 19.1.

1C’est un peu tard que P. Quinctilius Varus, le sénateur bien connu du temps d’Auguste, reçut des informations le concernant. En l’an 4 a.C., toutefois, lors de son gouvernement en Syrie, cela n’eut pas les mêmes conséquences qu’au cours des événements de 9 p.C., dans le saltus Teutoburgensis. En 4 a.C., après la mort d’Hérode, ce ne fut que le procurateur de Syrie, un certain Sabinus, qui surprit Varus. Celui-là s’était mis en route à destination de la Judée pour y établir l’inventaire de la propriété du roi Hérode, décédé, et la mettre sous garde. Mais le gouverneur réussit à le rattraper à Césarée et put momentanément l’empêcher d’achever son plan1. Nous connaissons d’autres procurateurs qui se montrés également bien informés : Pompeius Propinquus par exemple, procurateur de la Belgique et des deux armées germaniques au cours de l’hiver 68/69, fut le premier à annoncer à Galba que les légions de Germanie supérieure n’avaient pas prêté serment en son nom le 1er janvier2. Les procurateurs des provinces de l’empereur, ces procurateurs que nous appelons les procurateurs financiers, semblent en mesure d’être bien informés. Mais comment cela se passait-il ?

  • 3 Le manque d’informations détaillées sur la routine quotidienne du travail des procurateurs financi (...)
  • 4 Eck 1995, 55-79 ; Kolb 2000, 264-307 ; Rankov, supra p. 129-140.
  • 5 Strassi 1993 ; Thomas 1999.

2Au cours de cet article, je voudrais me concentrer sur la question de savoir par quels moyens les procurateurs s’informaient et étaient informés durant leur séjour dans leur province3. Je laisse de côté les questions liées à la transmission des directives provenant de l’empereur et des autres institutions de l’État romain dans les provinces puisque cette question a déjà été traitée4. Je n’aborderai pas non plus de la question de savoir comment les instructions d’un procurateur étaient transmises aux autorités locales. Cela aussi a déjà été discuté, du moins en ce qui concerne l’Égypte, la seule province pour laquelle nous disposons d’une documentation suffisante pour éclaircir un tel sujet5.

  • 6 Patrich 2000, 35*-44*, surtout 39*. Cf. également Di Segni et al. 2003, 273 sq.

3Combien et quels types de documents un procurateur trouvait-il à sa résidence ? Au cours des dernières années, plusieurs palais de procurateurs ont été fouillés. Ces fouilles offrent-elles des informations nous renseignant au moins sur le volume des documents stockés dans un tel palais ? Joseph Patrich, qui a fouillé le palais de Césarée, a proposé de reconnaître, dans un complexe composé d’une salle rectangulaire de douze mètres sur six et d’un corridor avec cinq niches rectangulaires, le tabularium ou une part du tabularium du procurator Syriae Palaestinae. Il semblerait selon lui qu’on ait installé des rayons en bois dans les niches afin d’y déposer les documents, le hall servant de salle de lecture. Cette proposition se fonde principalement sur la proximité de ce complexe avec la basilica du palais du procurateur et sur l’existence de niches. Ces arguments offrent une certaine dose de probabilité sans toutefois se montrer absolument décisifs6.

  • 7 Haensch 1997a, 196 sq., cf. 617.
  • 8 IK, 54.1-Perge, 211 (0,61 x 1,53 x 0,3 m ; hauteur des lettres : 4,5-5 cm).
  • 9 Eck 1994, 571.
  • 10 Rien n’est connu du tabularium à Tarraco (contre l’impression que donne la lecture de France 2003, (...)

4Nous ne savons rien de précis en revanche sur le contexte archéologique des fragments d’une architrave vue par George Bean à Perge, siège du procurator Lyciae et Pamphyliae, au moins dans la deuxième moitié du IIe et pendant le IIIe siècle7. Cette architrave a été dédiée par un collegium tabulario[r] um Caesaris n(ostri)8. D’une largeur de plus d’un mètre et demi, elle se trouvait probablement à l’entrée d’un local occupé par les comptables de l’état-major du procurateur. Ce local ne doit toutefois pas forcément constituer leur lieu de travail9 ; il a aussi pu servir d’espace commun dans lequel se déroulaient des activités sociales10.

  • 11 Pour l’organisation de ces tabularia, voir les tâches spéciales des tabularii et des adiutores tab (...)
  • 12 Les indications sur le contenu des archives des procurateurs, par exemple chez Sachers 1932, surto (...)
  • 13 Cf. Dig. 26.8.21 ; 49.14.45.7 ; Anagnostou-Canas 2000, surtout 764 sq. et 772 ; Haensch 1992, en p (...)
  • 14 IGR, III, 739 = TAM, II, 905 = Kokkinia 2000, IV, A 1-14.
  • 15 Voir dans le cas d’un procurateur du domaine impérial, CIL, VIII, 10570, cf. 14464 = ILS, 6870 = H (...)
  • 16 P. Mich., 9, 616 ; dans l’administration romaine, seuls les écrits particulièrement importants par (...)
  • 17 Cf. Haensch 1994, surtout 507 sq., cf. également 493 sq.

5Faute d’indices archéologiques certains sur la quantité des documents stockés dans la résidence d’un procurateur11, on doit se contenter de discuter des divers types de documents qui se trouvaient dans un tel palais12. À l’instar des autres magistrats romains, les procurateurs tenaient des commentarii, des journaux quotidiens13, ainsi que des registres de la correspondance sortant et entrant. On peut se faire une idée du volume de cette correspondance si on prend en considération le fait que dans le contexte du voyage de l’empereur un procurateur écrivait à chaque cité concernée par ce voyage au moins une lettre14. On trouvait même dans les archives des exemples autoritatifs de lettres particulièrement importantes15. Une partie de cette correspondance était constituée de ces lettres au caractère très officiel – et donc scellées – qui contenaient des informations sur les tâches imposées par un procurateur et probablement également sur les ordres de mission donnés par lui16. Dans la seconde moitié du iie siècle au moins, on conservait vraisemblablement aussi les pétitions remises en mains propres au procurateur ainsi que les souscriptions de ce dernier. Mais le nombre de ces documents était probablement bien (?) moins élevé que dans le cas des gouverneurs17.

  • 18 Il n’est pas possible de déterminer jusqu’à quel degré les procurateurs ont eu accès aux documents (...)
  • 19 SB, 12, 11043 r = ChLA, 11, 466 ; pour l’interprétation, Eck 1998 et Eck 2000, surtout 146 ; Eich (...)
  • 20 Moatti 1993, 75 sq.

6Il est cependant beaucoup plus difficile de déterminer quels documents propres à l’administration financière résultaient du travail quotidien du procurateur18. Il arrive parfois qu’un tel document soit mentionné de manière explicite. Un papyrus, longtemps interprété de manière incorrecte, a conservé le procès-verbal d’une session judicaire d’un Augusti libertus et procurator Syriae Palaestinae. Pendant cette session, qui se déroule en 152 p.C., ce procurateur mentionne une liste (μᾶτριξ) des vétérans auxquels on a concédé des lots de terre. Cette liste se trouvait ἐν τῷ ταβλαρίῷ19. Il s’agit-là du premier témoignage attestant la conservation des assignationes dans les archives des procurateurs, contrairement à ce que l’on avait pensé20.

  • 21 P. Oxy., 8, 1114 = ChLA, 3, 216.

7Dans leurs archives, on trouvait également, du moins au IIIe siècle, des déclarations concernant les personnes décédées sans laisser de testament, mais dont les héritages étaient francs d’impôts face à la uicesima hereditatium. Un papyrus, bilingue, montre à la fois par l’usage des deux langues (la latin et le grec) et par les détails de la procédure que cette pratique ne devait pas être propre à l’Égypte21.

  • 22 Christol 1994 ; mais sur le sujet du cursus de Pline, voir Demougin 1992, 603 sq.
  • 23 Plin., Nat., 3.28 ; cf. maintenant par exemple Ruiz de Arbulo Bayona 1998, en particulier p. 54.
  • 24 Haensch 1997a, 403 avec n. 23.
  • 25 D. C. 59.22.3 ; pour la signification d’ἀπογραφή, voir par exemple Nicolet 1988, 150. Cf. générale (...)
  • 26 Le lieu de conservation de ces documents n’est pas sûr parce que les opérations du cens ont été co (...)

8Des témoignages indirects suggèrent l’existence d’autres types de documents. Ainsi quelques documents cités par Pline l’Ancien provenaient apparemment des archives procuratoriennes des provinces où il exerça probablement ou certainement la fonction de procurateur. Michel Christol a essayé de reconstituer les caractéristiques de la formula de la Narbonnaise que cet auteur avait utilisée22. Depuis longtemps déjà, on présume que les chiffres cités par Pline23 pour l’ensemble de la population des trois conuentus du nord-ouest de l’Espagne étaient fondés sur des documents conservés dans les archives du procurateur responsable de ce secteur (de l’Asturia et Callaecia ?24). Pendant son séjour en Gaule, Caligula fit apporter des documents relatifs au census des Gaulois (ᾔτησέ τε τὰς τῶν Γαλατῶν ἀπογραφάς)25. Il est possible qu’ils proviennent des archives du procurator Lugdunensis et Aquitaniae26.

  • 27 Hagedorn 1985, surtout p. 167 sq.

9Ces documents représentent toutefois moins que la pointe d’un iceberg. À côté de tels documents réunissant une multitude d’informations, il devait aussi forcément y avoir une quantité d’écrits quotidiens qui devaient être visés par le procurateur et qui étaient archivés afin de pouvoir être consultés, pendant une certaine période au moins, en cas de disputes. Mais comme les papyrus en provenance d’Alexandrie sont si rares, la documentation papyrologique ne nous a conservé que quelques exemples de tels documents, pourtant produits quotidiennement27.

  • 28 Pour un rapport d‘un procurateur concernant une dette payable au fisc qui n’a pas pu être recouvré (...)
  • 29 Au Ier siècle (jusqu’à l’époque de Trajan), on trouve des adiutores d’origine équestre à côté des (...)
  • 30 Pour une liste de tels adiutores de ce procurateur voir Vidman 1990, 342-345. En général : Boulver (...)
  • 31 P. Oxy., 1, 3, 1.3 sq. (le titre ἐπιμελητῆς κυριακῶν κτημάτων n’est pas utilisé pour Aelius Felix (...)
  • 32 BGU, 1047.
  • 33 Sur le rapport entre cet Augusti libertus et procurator a rationibus et le procurateur équestre a (...)
  • 34 CIL, IX, 2438.

Penchons-nous d’abord sur les notes internes circulant au sein de l’administration, et en particulier sur les rapports internes, qui en représentent l’un des exemples. Comme pour tous les écrits circulant au sein de l’administration, il est rare que l’on en trouve des vestiges28. Mais il peut arriver qu’un exemplaire ait été conservé. Nous connaissons ainsi quelques rapports d’adiutores29 des procuratores. Ces mandataires semblent avoir été souvent chargés par leur procurateur d’entreprendre des voyages d’inspection ou d’accomplir des tâches complexes et demandant assez de temps. D’après le témoignage d’un papyrus du milieu du IIe siècle par exemple, l’adiutor d’un procurator usiacus30 remarqua, pendant un tour d’inspection de κυImage[ι]Imageκὰ κτ[ήμ]Image[τα] que des acacias avaient été abattus sans autorisation. Il demanda donc aux autorités locales de dépister le coupable afin qu’il puisse en informer son supérieur31. Un autre adiutor s’est employé à établir des listes dans lesquelles figuraient les dettes de quelques fermiers des impôts et sous-fermiers débiteurs du fisc, à la fin de leur contrat, afin de mettre en place la procédure de recouvrement de ces dettes32. Un troisième rapport de ce type figure dans une inscription de Saepinum de 168 p.C. L’adiutor en question se plaint des autorités municipales de Saepinum et Bouianum auprès d’un Augusti libertus et (procurator) a rationibus33 sous prétexte qu’elles importunent les troupeaux de moutons impériaux34.

  • 35 Cod. Iust. 10.2.2 ; W. Chr., 81 = P. Achmîm, 8 ; FIRA, neg., 80 c p. 240.
  • 36 CIL, VI, 10233 = FIRA, neg., p. 239 sq. Des rapports comme ceux qui sont cités dans le P. Beatty P (...)

10Les tabularii ou comptables d’un bureau du procurateur ont dû délivrer des milliers de quittances confirmant que les personnes en question avaient effectivement versé la somme requise pour un immeuble acheté au fisc ou pour l’adjudication d’une taxe. Ce qui s’observe en passant dans un rescrit de Valérien et Gallien est également documenté par un papyrus et une inscription35. En 197, dans la province d’Égypte, un tabularius archierei écrivit deux lettres à l’agens uice archierei pour confirmer que deux prêtres avaient acheté des postes de stolistes. En 211, à Rome, un proximus tabulariorum confirme que deux personnes ont effectué un paiement pro podismo structionis scalaris, soit une somme destinée à l’arpentage d’une surface de terrain vendu par le fisc36.

  • 37 Sent. Paul. 5.1.3.
  • 38 Cod. Iust. 4.21.4.
  • 39 Les rationes concernant les dépenses étaient apparemment organisées d’après des catégories objecti (...)
  • 40 Feissel 1996 (cf. AE, 1996, 1403, 1498).
  • 41 Cf. Cod. Iust. 10.1.2.
  • 42 Cf. également Cod. Iust. 10.11.3.

11Les sententiae Pauli font mention d’une descriptio ingenuorum ex officio fisci inter fiscalem familiam facta, c’est-à-dire d’une liste de personnes de naissance libre, établie pour les besoins de l’administration fiscale par le personnel de cette même administration37. Un rescrit de Gordien mentionne les rationes fiscalium où étaient répertoriés tous les versements effectués en faveur du fisc38. Il n’est certes pas explicitement prouvé qu’on trouvait ces types de documents dans les officia de procurateurs financiers, mais cela paraît très probable lorsque l’on songe au contexte39. Au début du IVe siècle, les adnotationes, c’est-à-dire les indications d’officiales de l’administration provinciale appliquées sur des listes, pour signaler qu’une personne était devenue débitaire du fisc, constituaient un phénomène très connu. Constance, comme d’autres empereurs, dut abolir la pratique condamnant des personnes en retard face au fisc, uniquement sur la base de ces notes informelles40. Il est très probable que de telles pratiques administratives41 – ainsi que les documents qui s’y rattachaient – remontaient déjà aux siècles précédents42.

  • 43 Brunt 1990, 354-432 et Eck 1995, 341-348, par exemple, ont souligné, que l’institution des publica (...)
  • 44 La documentation est rassemblée chez Haensch 1997a, 281 sq., 519 avec n. 7. Cf. également Thomas 1 (...)
  • 45 On peut bien imaginer que les procédures qui étaient normales en Égypte, lors du changement des pu (...)
  • 46 Giardina & Grelle 1983 (= AE, 1984, 250).
  • 47 Cod. Theod. 1.10.7 = Cod. Iust. 1.32 ; Cod. Theod. 12.1.173 = Cod. Iust. 10.22.1 ; Cod. Iust. 1.42 (...)
  • 48 Voir pour l’Égypte P. Beatty Panop., 1, 3 l. 64-71, 90-107 ; 2, l. 11-15, 61, 72 ; P. Ant., 32 ; C (...)

12On peut enfin se demander si les publicani43 et les magistrats des cités étaient obligés d’envoyer régulièrement au procurateur des rapports sur les résultats de leur activité. Pour la période du Haut-Empire, ce n’est certes qu’en provenance de l’Égypte que l’on connaît des mentions explicites de tels rapports, parfois annuels, parfois trimestriels et parfois même dus pour des périodes plus courtes44. On pourrait certes concéder que la plupart de ces rapports étaient destinés aux membres du personnel propre à l’Égypte uniquement, comme l’ἐκλογιστής par exemple. Par ailleurs, il est tout à fait possible qu’en Égypte, le contrôle exercé par des magistrats romains sur les instances locales ait été plus strict que dans les autres provinces parce que dans cette province, le niveau intermédiaire des cités, comme entités administratives, n’existait pas avant Septime Sévère. Mais on peut aussi souligner45 que dans l’Antiquité tardive, de tels rapports étaient apparemment usuels à tous les niveaux de l’administration. D’après une constitution impériale de Valentinien concernant la partie occidentale de l’Empire, les praepositi pagorum (et horreorum) devaient présenter au tabularius de leur cité un rapport mensuel sur la rentrée des tributa46. Quant aux gouverneurs, ils étaient obligés de rendre un rapport tous les quatre mois aux praefecti praetorio ainsi qu’au comes sacrarum largitionum47. De la même manière, les tabularii des cités devaient eux aussi vraisemblablement remettre des rapports réguliers aux gouverneurs48.

  • 49 Dans l’état-major du procurator Dalmatiae, il y avait par exemple un ab instrumentis (CIL, III, 19 (...)
  • 50 ILS, 1513 = IDR, 3.2, 453.

13Tous ces documents mentionnés font sans doute partie de ce qu’on appelait les instrumenta des différentes auctoritates. Les officia de certains procurateurs financiers au moins disposaient d’officiales responsables en particulier, selon leurs titres, de ces sortes de documents49. Dans l’entourage du procurator Daciae Apulensis, il y a même un libr(arius) ab instrum(entis) censualibus50. Cette paperasse était apparemment volumineuse.

  • 51 Sur la question de savoir s’il existait un système de conuentus dans toutes les provinces, voir Ha (...)
  • 52 Cf. les sources citées chez Haensch 1997a, 29 avec note 68 ; cf. maintenant également AE, 1996, 95 (...)
  • 53 Par exemple Arrien, Periplus, 1-2, ou les inscriptions publiées par Bagnall et al. 2001 (= AE, 200 (...)
  • 54 Par exemple Dig. 1.16.7.1.
  • 55 Les plaintes de Plutarque (Préceptes, 813E, 814C, 814E - 815B ; Si la politique..., 794) sont bien (...)
  • 56 Sur le nombre extraordinaire des pétitionnaires, au moins dans la deuxième moitié du iie siècle : (...)

14Mais les documents ne constituaient pas la seule source d’information du procurateur. On est d’avis, avec raison, que les voyages représentaient un moyen d’information très important, du moins pour les gouverneurs. L’institution du conuentus iuridici en particulier conduisait les gouverneurs au moins une fois par an dans les centres les plus importants de leur province. Au centre de chaque district de conuentus, les habitants du conuentus en question avaient la possibilité de présenter leurs problèmes au représentant suprême du pouvoir romain. Il n’est pas certain que chaque province ait été organisée selon le système des conuentus. Cela vaut en particulier pour les provinces situées aux frontières de l’empire51. Mais il est bien prouvé que même les gouverneurs de ces provinces voyageaient au moins pour inspecter les troupes52. Dans le cadre de tous ces voyages, les gouverneurs devaient être bien informés sur leur province. Un gouverneur attentif percevait lui-même un certain nombre des problèmes à régler53, surtout lorsqu’il s’agissait de phénomènes auxquels il était obligé de prêter attention54. Dans la plupart des cas toutefois, c’était des officiers militaires, des magistrats municipaux55 ou de simples pétitionnaires56 qui attiraient l’attention des gouverneurs.

  • 57 AE, 1976, 653.
  • 58 Kolb 2000, 72 sq., cf. 54 sq. D’un autre avis : Remescal Rodríguez 1986a, 87 et 89 ; Remescal Rodr (...)

15On peut se demander à quel rythme les procurateurs équestres se déplaçaient au sein de leur province. Vu l’état de notre documentation, il est très difficile de répondre à cette question. Certes, lorsque le legatus Galatiae publie en 15 p.C. un édit sur ce que les communautés de sa province devaient offrir dans le cadre du cursus publicus, il règle d’abord ce que le procurateur était en mesure d’exiger57. Celui-ci avait droit à chaque halte à dix chariots et dix mules, ce qui représente la limite supérieure de ce qui pouvait être attribué à un représentant de l’État romain par ce règlement. Mais ce nombre était de beaucoup trop petit pour permettre le transport des biens d’approvisionnement58.

  • 59 Cod. Theod. 1.16.11 ; AE, 1984, 250 l. 10-17 ; cf. Ausbüttel 1988, 144 sq. Voir également Delmaire (...)

16La situation dans l’Antiquité tardive semble également indiquer des voyages réguliers des procurateurs. À cette époque, les gouverneurs étaient chargés d’un grand nombre de tâches administratives assumées sous le Haut-Empire par des procurateurs financiers. Deux constitutions de Valentinien, l’une transmise par le Codex Theodosianus et l’autre contenue dans une tabula trouvée voici quelques années à Trinitapoli, montrent qu’au ive siècle, ces gouverneurs voyageaient dans leurs provinces pour contrôler la rentrée des impôts et la perception de ceux-ci59.

  • 60 Cf. Haensch 1997a, 121, 346 n. 140, 460, et 731 sq., sur les arae des procurateurs de Britannia et (...)
  • 61 Plin. 10.27-28. Cf. également P. Ross. Georg., 2, 26, avec l’interprétation de Eck 1995, 341-348, (...)

17Ainsi, il est probable au moins que les procurateurs effectuaient des voyages réguliers à travers leurs provinces60. On prendra toutefois en compte que ce n’était pas toujours le procurateur qui faisait la tournée d’inspection, mais que celui-ci pouvait se faire remplacer par un délégué, comme c’est le cas précisément dans l’exemple mentionné ci-dessus ou dans le cas d’un certain Maximus, Augusti libertus et procurator prouinciae qui, d’après une lettre de Pline, avait effectué un voyage pour acheter du blé61.

  • 62 D’après Burton 1993, 13-28, les tâches des procurateurs dans les prouinciae Caesaris et dans les p (...)
  • 63 Syme 1979, 742-773.
  • 64 Plin., Nat., 25.19.

18Mais un procurateur ne pouvait pas toujours être représenté. Était-il obligé de faire le tour des conuentus iuridici dans une province organisée selon ce système ? Malheureusement, les sources se référant aux voyages individuels des procurateurs ne sont ni nombreuses ni instructives (même si nous prenons en compte les témoignages se référant aux procurateurs en poste dans les provinces gouvernées par un proconsul et qui, à l’origine du moins, n’étaient responsables que du recouvrement des impôts des domaines impériaux62). Pline l’Ancien livre dans sa naturalis historia certaines informations issues vraisemblablement d’une autopsie de ses tâches administratives63. Mais la mention la plus explicite, indubitablement en relation avec une province où il fut procurateur, figure dans la phrase : in eadem prouincia cognoui in agro hospitis64. Un tel séjour chez un hospes peut s’expliquer par le fait qu’il s’agissait du voyage d’aller ou de celui du retour. Enfin, dans le cas de Pline, on doit aussi tenir compte du fait que ce procurateur était un homme particulièrement curieux : ses intérêts scientifiques l’incitèrent-ils peut-être à voyager davantage que d’autres procurateurs ?

  • 65 Sénèque, Lucil., 79.1-2.
  • 66 Hérodien 7.4.2-6 ; pour le contexte 7.5.2 et 7.6.1 ; SHA, Gord., 7.2 cf. 7.4, 8.3, 8.5. Pour Thysd (...)
  • 67 Haensch 1997a, 395. 738 sq. Pour des spéculations sur la question de savoir quel procurateur était (...)
  • 68 Oliver 1970, 3 sq., no 1 = SEG, 29, 127, II l. 85-87.

19Ce que Sénèque rapporte sur Lucilius Iunior, procurateur de Sicile sous Néron, ne nous avance guère. Il ne fait pas de doute que Sénèque parle d’un circuitus Siciliae totius, ce qui peut correspondre à un voyage à travers les conuentus. Mais on ne saurait confirmer cette interprétation dans la mesure où Sénèque ne mentionne que les étapes de ce voyage suscitant un certain intérêt touristique, soit l’Etna et Charybde65. On sait qu’un procurateur se trouvait apparemment à Thysdrus quand M. Antonius Gordianus, proconsul Africae en 237/238, y fit une halte, lors d’une tournée de conuentus66. Mais il est sûr qu’il ne s’agissait en aucun cas d’un procurateur de la province Africa proconsularis tout entière, puisque qu’aucun procurateur de ce type n’était en poste dans cette province67. Enfin, les instructions de Marc-Aurèle68 adressées au procurator Achaiae pour trancher certaines controverses juridiques concernant les citoyens d’Athènes et de Sparte dans un lieu situé à proximité de ces deux cités (soit ni dans l’une ni dans l’autre), se prêtent difficilement à des généralisations. Athènes et Sparte étaient des villes particulièrement privilégiées par les empereurs en raison de leur importance culturelle.

  • 69 SB, 12, 11044 = 14, 11640, voir Haensch 1997b, 326, 349 avec note 113.
  • 70 P. Strassb., 4, 179 = SB, 16, 12749, cf. BL, 5, 136 ; 9, 291.
  • 71 P. Giss., 2, 40 II (= M. Chr., 378, cf. P. Oxy., 36, 2755) ; pour l’interprétation, voir Haensch 1 (...)
  • 72 P. Tebt., 2, 317.

20La situation en Égypte n’apporte pas non plus de réponse décisive. D’un côté, une dizaine de papyrus, de l’époque d’Auguste jusqu’à celle d’Antonin le Pieux, montrent que l’idiologue effectuait sa tournée des conuentus vraisemblablement en même temps que le préfet. Un de ces documents semble même indiquer que ce procurateur ne pouvait couper court à ce voyage que si le préfet en donnait son accord69. En ce qui concerne le diocète, un procurateur équestre introduit au iie siècle, nous apprenons qu’il fut l’un des membres du consilium d’une session juridique du préfet d’Égypte au cours d’une tournée conventuelle, à la fin du règne de Marc-Aurèle70. D’un autre côté, le 29 janvier 213, le procurator usiacus en fonction joignit un décret de l’empereur aux actes du préfet, probablement parce que celui-ci était en train d’effectuer sa tournée de conuentus alors que le procurator usiacus était resté à Alexandrie71. Mais le fait qu’il n’ait pas accompagné le gouverneur cette année-là n’indique pas qu’il ne se déplaçait jamais. Trente ans plus tôt, c’était le séjour du procurator usiacus que l’on attendait en Arsinoite, durant une saison indéterminable, et non pas apparemment celui du préfet72.

  • 73 Haensch 1997a, 224 ; Haensch 1997b, 337 sq., avec note 81.
  • 74 Dion Chrysostome, or., 32.96 ; Expositio totius mundi, 28.

21Le iuridicus n’accompagnait jamais le préfet pendant son voyage de conuentus. D’après tout ce que nous savons – et l’activité de ce procurateur est relativement bien documentée il restait à Alexandrie durant cette période. Cela s’explique, en partie du moins, par le fait que le iuridicus était le second en poste dans la hiérarchie de l’Égypte romaine. Si le préfet mourait ou tombait très malade, c’était le iuridicus qui devait le remplacer73. Il semble que les empereurs aient fait attention, en Égypte au moins, à ce que le second en charge fût disponsible dans sa résidence fixe en cas de situations d’urgence, lors de la mort de l’empereur par exemple, ou au cours d’une des révoltes pour lesquelles Alexandrie est bien connue74.

  • 75 Le gouverneur et le procurateur de la Syrie ont fait partie du tribunal qui s’est prononcé à Beryt (...)
  • 76 CIL, VIII, 10570 = ILS, 6870 = FIRA, leg., 103 IV ; pour les dates de conuentus en Afrique procons (...)
  • 77 Haensch 1997a, 320 sq., avec la documentation citée aux pages 631 et 649 sub B III 3 b.

22Dans les provinces de l’empereur qui n’avaient pas plus d’une légion comme garnison, c’était le procurateur financier qui assumait le rôle de second en charge. Ces procurateurs restaient-ils dans leur lieu de résidence lorsque les gouverneurs faisaient le tour de leur province75 ? En Afrique, sous Commode, les deux procurateurs du tractus Carthaginiensis, le représentant de l’ordre équestre et l’Augusti libertus et procurator, se trouvaient tous les deux à Carthage le 12 septembre, soit à un moment de l’année où le proconsul Africae effectuait probablement sa tournée dans les conuentus de sa province76. Sous le règne d’Antonin le Pieux, le procurateur de l’Asie se trouvait apparemment à Éphèse lorsque le proconsul n’y était pas. De plus, il y restait apparemment pour des périodes plus longues que le proconsul77. Même si ces deux derniers exemples concernent des procurateurs des provinces proconsulaires, ils semblent bien montrer qu’il n’allait pas de soi que le gouverneur et le procurateur se déplacent ensemble à travers les divers conuentus.

  • 78 La juridiction des procurateurs était centrée sur ce que l’on appelait fiscalis pecuniaria causa ((...)
  • 79 Voir Haensch 1997b, particulièrement 335 avec notes 71 et 72. Voir maintenant également P. Lips., (...)

23Le système des conuentus avait d’autre part aussi un caractère de privilège. Les habitants d’un district des conuentus avaient le droit d’être écoutés dans leur propre district. Cela valait-il seulement pour le gouverneur, et pas pour le procurateur ? La juridiction du gouverneur était en effet non seulement beaucoup plus étendue que celle du procurateur78, mais elle le mettait aussi beaucoup plus souvent en contact direct avec le simple provincial. Pour ces raisons, il était bien plus approprié que le gouverneur soit présent aux différents endroits de la province, plutôt que le procurateur. Dans la mesure où nous sommes si mal informés sur les déplacements des procurateurs dans les centres des conuentus, nous ne savons pas si de tels voyages leur donnaient l’occasion de collecter des rapports et des pièces justificatives des instances locales, comme c’était le cas en Égypte79.

  • 80 Certains procurateurs se basaient apparemment sur deux centres administratifs (d’une importance in (...)
  • 81 Cela vaut pour les provinces germaniques et gauloises (la Lugdunensis étant la seule exception), l (...)

24Mais la question de savoir si et quand un procurateur se déplaçait au sein dans sa province80 touche un autre problème d’intérêt général qui concerne notre thème, à savoir la circulation de l’information au sein même de l’administration romaine d’une province. Un procurateur ne devait pas seulement s’informer sur les problèmes de ses sujets : il devait également savoir ce que son co-administrateur avait décidé et ordonné. Diverses raisons font penser que les deux autorités romaines les plus élevées ne collaboraient pas de façon très étroite. En premier lieu, dans un grand nombre des provinces de la partie occidentale de l’empire, et en particulier dans les provinces dotées d’une vaste garnison, les gouverneurs et les procurateurs ne résidaient pas au même endroit81. Pour cette simple raison, les deux représentants du pouvoir romain ne se trouvaient pas au même endroit, durant une grande partie de l’année du moins.

  • 82 AE, 1925, 126, cf. Wiemer 1997, surtout 199 et 206 sq.
  • 83 Dig. 50.1.38.1 ; Cod. Iust. 2.36.2. Bien sûr, il ne faut pas oublier que la fonction de procurateu (...)
  • 84 ILS, 2618 = RIB, 1234 ; RIB, 1462 ; cf. Rankov 1987 et supra p. 139 ; Eich 2005, 133 sq., mais SEG(...)
  • 85 Cf. Eck 1995, 355-363, surtout p. 356 pour les conditions favorables à la survie de ces inscriptio (...)
  • 86 Galatia : IGR, III, 335 = OGIS, 538 ; Anatolian Studies, 9, 1959, 85-88, no 30 ; Hellenica, 11-12, (...)

25En second lieu, nous n’avons pas beaucoup de témoignages suggérant une action commune du gouverneur et du procurateur. Parmi des centaines de monuments honorifiques érigés par les cités en hommage à des magistrats romains, on n’en compte qu’un seul qui commémore simultanément un gouverneur et un procurateur, celui de L. Antistius Rusticus, à Antioche de Pisidie82. Seuls deux passages de Digeste et une inscription se réfèrent à des décisions prises en commun par un gouverneur et un procurateur d’une même province. Cette décision concerne l’érection d’une statue de Iulia Domna financée par une partie du tributum de la cité en question83. Parmi les centaines d’inscriptions de bâtiments militaires, seules deux mentionnent un procurateur à côté du gouverneur. Mais ce procurateur constitue un cas particulier : Oclatinius Adventus a fait une carrière exceptionnelle à cause de ses mérites militaires84. Nous connaissons des dizaines d’inscriptions se référant aux délimitations de frontières85. Mais on ne connaît que dans trois provinces – la Galatie (c. 54-55) ; l’Espagne citérieure (Vespasien) ; la Syrie (102) – un témoignage où le gouverneur et le procurateur établissent ensemble les limites des territoires86.

  • 87 CIL, III, 355 = OGIS, 502 = Laffi1971 ; cf. Eich 2005, 122 sq. ; que le mensor ait dû informer le (...)

26Ces inscriptions sont si brèves que nous ne savons pas comment se déroulait en détails cette action commune. Seul un exemple un peu atypique permet d’être un peu mieux informé. D’après une inscription d’Aezani, un proconsul Asiae de l’époque d’Hadrien devait déterminer la surface des κλῆροι donnés par les rois Attalos et Prusias au temple de Zeus à Aezani. Son intention était de fixer les impôts que devaient verser les personnes occupant ces κλῆροι. Comme il ne pouvait trouver des documents le renseignant sur cette question, il chercha à fixer un κλῆρος moyen en comparant la surface de κλῆροι des environs. Pour cette raison, il exigea dans une lettre qu’un Augusti libertus et procurator envoie un mensor (γεομέτρης) susceptible de déterminer les dimensions de ces κλῆροι et qu’il l’informe – par lettre, semble-t-il – du résultat de cette procédure87.

  • 88 Lycie et Pamphylie : L. Lusius Ocrea/ Pompeius Planta : IGR, III, 466 ; SEG, 28, 1218 = AE, 1978, (...)
  • 89 IK, 43.1-Side, 34 est si fragmentaire qu’on ne peut pas déterminer la raison pour laquelle les deu (...)

27Deux provinces seulement – la Lycie et Pamphylie ainsi que la Thrace – offrent plusieurs inscriptions mentionnant en même temps un legatus Augusti pro praetore et un procurator Augusti. Dans les deux cas, ces inscriptions, dont le nombre est relativement modeste, datent de périodes très limitées. Les cinq inscriptions provenant de Lycie et Pamphylie ont été érigées entre 76 et 81 p.C. Les trois exemples de Thrace datent des années situées entre 161 et 18588. Dans la plupart de ces inscriptions, les deux autorités romaines ne sont mentionnées qu’à travers des formules ne permettant pas de déterminer la forme précise de leur coopération. Dans quatre cas, on s’est servi d’une formule dite de datation et dans deux cas, les autorités en question figurent seulement parmi les institutions pour le salut desquelles les constructions ont été dédiées89.

  • 90 Hirschfeld 1905, 402 a trop généralisé ces exemples.

28Comme les témoignages de ces provinces sont si limités à la fois dans l’espace et dans le temps90, il est possible que le phénomène appelé ‘epigraphic habit’ joue un rôle. Cela veut dire que l’usage de mentionner le procurateur à côté du gouverneur dans des inscriptions s’est peut-être imposé dans certaines provinces seulement, et durant certaines périodes. Les formules utilisées pour mentionner le gouverneur et le procurateur ensemble rendent plausible une telle hypothèse. Mais cela ne veut pas dire que la rareté des mentions communes des gouverneurs et des procurateurs ne constitue pas un indice en faveur de la rareté d’une coopération étroite.

  • 91 Stratonicée (Asie ; 127) : CIL, III, 7003 = IGR, IV, 1156 a = Hellenica, 6, 1948, 80 sq., no 26 = (...)
  • 92 Plin. 10.84. Le procurateur est pratiquement absent dans la correspondance de Pline. Deux lettres (...)

29En premier lieu, on soulignera que dans le corpus volumineux de la correspondance de l’empereur compilé par James Oliver, nous ne trouvons pas plus de trois lettres de l’empereur dans lesquelles il dit avoir informé d’une décision le gouverneur et le procurateur d’une province donnée. Dans les trois cas, l’empereur mentionne qu’il a envoyé deux lettres séparément. Il n’a pas demandé à l’un des représentants du pouvoir romain d’en informer l’autre91. Cette observation montre jusqu’à quel degré les deux autorités suprêmes d’une province travaillaient de manière indépendante. Par ailleurs, au cours du vaste échange de correspondance entre Pline le Jeune et Trajan, l’empereur n’a donné qu’une seule fois l’ordre à son légat de consulter les procurateurs de la province. Il s’agit de l’épisode où Pline dut contrôler si Auguste avait effectivement accordé à Nicée le privilège d’être l’héritière de tous les citoyens de la cité grecque morts sans laisser de testament92.

  • 93 Tac., Agr., 9.4 : procul a contentione aduersus procuratores ; Dig. 1.16.9 pr. : sane si fiscalis (...)
  • 94 Contre cette thèse, Brunt 1983 ; Eich 2005, 101 et Eck 1995, 29-54.

30Toutes ces indications montrent que la plupart du temps, la collaboration entre le gouverneur et le procurateur était plutôt à mailles larges. Cela correspond aux indications de Tacite et d’Ulpien selon qui un bon gouverneur ne devait pas trop interférer dans les tâches du procurateur93 (cela ne signifie pas pour autant qu’il existait une rivalité et une inimitié de principe entre les membres de l’ordre sénatorial et ceux de l’ordre équestre94).

  • 95 P. Dura, 60 B = Fink 1971, 98, 2 ; cf. Chaumont 1987 ; Eich 2005, 124 sq.
  • 96 Un article sur les procurateurs connus de la Syrie, et spécialement sur le P. Euphr., 1, est en pr (...)

31Mais si la collaboration était si peu cohérente, comment les informations passaient-elles entre les deux représentants du pouvoir romain ? D’une part, il devait y avoir un échange de lettres. La lettre déjà mentionnée à l’occasion de la détermination de la surface des κλῆροι à Aezani en est un exemple. Un autre exemple provient d’un papyrus de Syrie95, si le procurateur Minicius Martialis est réellement procurator Syriae, comme on l’admet d’une manière générale96. Lors du passage dans la province d’un homme envoyé en ambassade par le roi des Parthes, le gouverneur expédia une lettre au procurateur pour s’assurer qu’on lui offre des cadeaux d’hospitalité. Le procurateur devait semble-t-il faire en sorte qu’à chaque camp militaire, sur le trajet de cet envoyé, on dispose d’une certaine somme pour lui offrir des cadeaux d’hospitabilité. À la fin, le procurateur devait faire un décompte et l’envoyer au gouverneur.

  • 97 Voir Christol 1990, 900 ; Haensch 1997a, 75, 104, 200 sq., 346 et 371 (on me permettra de ne pas p (...)

32Mais il existait aussi des contacts plus directs lorsque le gouverneur et le procurateur ne résidaient pas au même endroit. Dans ce cas-là, quelques membres du personnel du procurateur étaient délégués auprès du gouverneur. Il s’agissait apparemment d’un petit nombre – un ou deux – de tabularii et de dispensatores et de quelques adiutores tabularii et dispensatoris uicarii. Le tabularius et ses adiutores tenaient sans doute les comptes des sommes mises à disposition du gouverneur par le procurateur, suite à ses demandes, et le dispensator, le trésorier, se chargeait de verser ces sommes. Pendant longtemps, les témoignages attestant l’existence de tels membres de la familia Caesaris se sont limités au site de Lambèse, qui abritait le camp du legio III Augusta et qui, pour cette raison, devint la résidence du quasi-gouverneur de Numidie. On a justifié leur présence en ce lieu par la situation particulière de la Numidie, devenue de facto une province indépendante, au moins dans la première moitié du iie siècle, mais de iure, seulement sous Septime Sévère. Cependant, un certain nombre d’inscriptions récemment publiées et quelques témoignages interprétés d’une nouvelle manière attestent la présence à plusieurs endroits de membres d’un personnel de liaison de ce type97.

  • 98 Galsterer & Galsterer 1975, no 193 ; dans les cas de Galsterer & Galsterer 1983, no 26 = AE, 1984, (...)
  • 99 CIL, XIII, 7071, avec les suppléments proposés chez Haensch 2003, cf. France 2000, 216.
  • 100 Aquincum : Haensch 1997a, 446, cf. 104 ; Apulum : p. 691 sq., cf. 346. Finalement AE, 1973, 83 (av (...)
  • 101 AE, 1965, 205 = AE, 1967, 444 = Harris 1992.

33On trouve par exemple dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium, la résidence du gouverneur de Germanie inférieure, les inscriptions funéraires de deux serui Caesaris et dispensatores, dont l’un au moins était responsable des finances d’une légion de Germanie inférieure, de la legio I Mineruia, stationnée à Bonn98. Ces dispensatores exécutaient les ordres du procurateur de la Gaule Belgique et des deux Germanies qui résidait à Trèves. À Mayence, la capitale de la deuxième province germanique, une inscription récemment restituée témoigne sans doute d’un [Aug(usti) li]b(ertus) tabularius99. En Pannonie inférieure, le gouverneur résidait à Aquincum et le procurateur probablement à Mursa. Mais à Aquincum, nous trouvons sept arae de beneficiarii procuratoris. Le légat de Dacia superior, puis le consularis III Daciarum, résidait à Apulum tandis que le palais du procurateur se trouvait à Sarmizegethusa. Mais à Apulum, trois arae ont été érigées par des membres de la familia Caesaris revêtant des fonctions dans l’administration financière, entre autres par un tabularius prouinciae Apulensis100. Quand un proconsul Macedoniae visitait le sanctuaire des Cabires à Thasos, il n’était pas accompagné par le procurateur, mais par un Augusti libertus101.

  • 102 Str. 3.4.20.
  • 103 Fink 1971, 75 = ChLA, 4, 397 ; P. Dura, 56 = Fink 1971, 99 = ChLA, 4, 311 c ; P. Dura, 130 A = ChL (...)

34Les titulatures des membres du personnel attestés à Lambèse et dans la Colonia Claudia Ara Agrippinensium se réfèrent à des légions spécifiques. Ils s’occupaient apparemment surtout des finances de ces larges unités. Leurs tâches suggèrent que la nécessité d’une coopération étroite entre le gouverneur et le procurateur se posait avant tout lorsqu’il fallait verser leur solde aux troupes et couvrir leurs autres dépenses. Cela se comprend bien parce qu’il s’agissait d’une tâche primordiale pour les deux représentants du pouvoir romain. Dans le cas du procurateur, la première description des tâches des procurateurs – celle de Strabon – caractérise les procurateurs comme οἱ διανέμοντες τὰ χρήματα τοῖς στρατιώταις εἰς τὴν διοίκησιν τοῦ βίου102. Le legatus Augusti pro praetore n’était pas seulement le commandant en chef des troupes stationnées dans la province. Il passait par exemple en revue personnellement les chevaux destinés aux soldats et il versait en personne, du moins parfois, la solde à ses troupes103.

  • 104 Pour les différentes causes introduites par des délateurs, voir Dig. 49.14.1 ; sur le développemen (...)
  • 105 OGIS, 669 = IGR, I, 1263 = FIRA, leg., 58 = Chalon 1964, § 9.
  • 106 D’un autre avis : Rathbone 1993, 110 ; suivi par Ausbüttel 1998, 14.
  • 107 Pour des cas exemplaires voir P. Oxy., 43, 3089 (procurator usiacus (?) ; 146), P. Flor., 1. 6, cf (...)

35Mais ce n’est pas exclusivement par le gouverneur, les agents de liaison, peut-être les publicani et les magistrats municipaux que les informations parvenaient au procurateur. Les délateurs, soit des privés informant le procurateur sur des objets ou événements susceptibles selon eux de susciter sa réaction, constituent également une autre importante source d’information, bien qu’elle ne soit presque pas saisissable en dehors de l’Égypte104. Les plaintes du praefectus Aegypti Ti. Iulius Alexander représentent la meilleure source révélant l’importance et le nombre de ces délateurs105. D’après son édit, Alexandrie était devenue inhabitable à cause des délateurs cherchant les décisions de l’idiologue. Sans doute exagérait-il et ce procurateur ne correspond pas à un procurateur financier d’une autre province106. Mais le rôle des délateurs privés ne doit pas être sous-estimé. Dans le cas du procurateur de l’idiologue, Gilbert Chalon a souligné que la délation “constituait même le principal moyen dont disposait l’autorité pour connaître les biens qui revenaient au compte particulier ou les irrégularités commises”107.

  • 108 IGR, III, 739 = TAM, II, 905 = Kokkinia 2000, IV A, montre comment un procurateur diligent tente, (...)
  • 109 Voir note 3. Je ne puis terminer cet article sans exprimer mes vifs remerciements à Werner Eck et (...)

36Pour terminer108, on doit bien constater avec Peter Brunt et Stephen Mitchell109 que nous ne connaissons que peu de choses concrètes sur la routine quotidienne d’un procurator prouinciae et en particulier sur les moyens dont il disposait pour s’informer et être informé. Bien souvent, nous ne pouvons que poser des questions ou suggérer des hypothèses, en comparaison avec les procurateurs d’autres secteurs de l’administration ou avec les administrateurs de l’Antiquité tardive. L’une des raisons tient au fait que sous ces aspects, la province d’Égypte offre peu de points de comparaison parce qu’il n’y avait pas dans cette province l’équivalent du procurateur financier des autres provinces impériales. Le système de l’administration financière de cette province présentait beaucoup de particularités. Mais il est plus important de souligner, d’une manière générale, que c’est parce que le système de l’administration fiscale de l’Antiquité tardive était différent de celui du Haut-Empire que les compilateurs du Codex Iustinianus ne se sont pas intéressés aux sources mentionnant les procurateurs. La fonction du procurateur financier en particulier a disparu à cause des réformes de Dioclétien. Ainsi, presque toutes les références à la juridiction d’un procurator prouinciae ont disparu ou sont devenues méconnaissables. Et la juridiction était le domaine, dans les fonctions d’un procurateur, où s’imposaient le plus ses contacts avec les provinciaux. Toutes les autres fonctions se déroulaient avant tout au sein de l’administration. Et les écrits internes de l’administration sont normalement les moins connus de tous les documents résultant de la domination des divers empires sur l’ensemble du monde méditerranéen.

Notes

1 Jos., AJ, 17.221-223 ; un peu plus détaillé : Jos., BJ, 2.16-17, surtout 18 : διερευνᾶν τòνς τῶν χρημάτων ἀναλογισμοὺς τάς τε ἄκρας παραλαμβάνειν

2 Tac., Hist., 1.12 ; cf. 58.1 ; Plut., Galba, 19.1.

3 Le manque d’informations détaillées sur la routine quotidienne du travail des procurateurs financiers et de l’administration financière en général est souligné par Brunt 1990, 168 sq. Eich 2005, 103 sq. et Mitchell 1993, 67 sq.

4 Eck 1995, 55-79 ; Kolb 2000, 264-307 ; Rankov, supra p. 129-140.

5 Strassi 1993 ; Thomas 1999.

6 Patrich 2000, 35*-44*, surtout 39*. Cf. également Di Segni et al. 2003, 273 sq.

7 Haensch 1997a, 196 sq., cf. 617.

8 IK, 54.1-Perge, 211 (0,61 x 1,53 x 0,3 m ; hauteur des lettres : 4,5-5 cm).

9 Eck 1994, 571.

10 Rien n’est connu du tabularium à Tarraco (contre l’impression que donne la lecture de France 2003, 213 et Ruiz de Arbulo 1998, 55).

11 Pour l’organisation de ces tabularia, voir les tâches spéciales des tabularii et des adiutores tabulariorum du procurator tractus Karthaginiensis : a mensa Vagensi (CIL, VIII, 12883), a˹b˺ men. Thisiduensi (ILS, 1498) ou la situation dans l’Antiquité tardive : tabul(ario) prouinc(iae) ti[tul(o) ciuit(atis)?] (CIL, VIII, 24609 = AE, 1980, 903).

12 Les indications sur le contenu des archives des procurateurs, par exemple chez Sachers 1932, surtout 1966 sq. et Wenger 1953, 439, sont très générales et en partie trompeuses ; plus prudent : Boulvert 1970, 420, 424 sq.

13 Cf. Dig. 26.8.21 ; 49.14.45.7 ; Anagnostou-Canas 2000, surtout 764 sq. et 772 ; Haensch 1992, en particulier 214 sq. On trouve un exemple comparable à ces commentarii dans SEG, 16, 754. Pour les a commentariis qui s’occupaient de commentarii, voir Haensch 1995, 267-284 ; cf. maintenant également AE, 1992, 1811 ; AE, 1995, 1672. Pour une époque un peu plus tardive, voir P. Oxy., 9, 1204 (rationalis, 299). Voir également Dig. 49.45.7-8.

14 IGR, III, 739 = TAM, II, 905 = Kokkinia 2000, IV, A 1-14.

15 Voir dans le cas d’un procurateur du domaine impérial, CIL, VIII, 10570, cf. 14464 = ILS, 6870 = Hauken 1998, 2 sq., part. 8-9, no 1.3, l. 9 sq. - littere procc(uratorum) quae sunt in tuiario (l. tabulario) tuo tractus Karthag(iniensis) cf. l. 17. 26.

16 P. Mich., 9, 616 ; dans l’administration romaine, seuls les écrits particulièrement importants paraissent avoir été scellés ; voir Haensch 1996, en part. 455 sq.

17 Cf. Haensch 1994, surtout 507 sq., cf. également 493 sq.

18 Il n’est pas possible de déterminer jusqu’à quel degré les procurateurs ont eu accès aux documents qu’on désigne, dans les dernières années de la république, comme des éléments [πάν]των δελτων προσοδικῶν δήμου Ῥωμαίων (I.Aphrodisias, 8 l.31). De toute façon, ces documents étaient conservés en ce temps-là à Rome (voir également Cic., Agr., 1.2.4).

19 SB, 12, 11043 r = ChLA, 11, 466 ; pour l’interprétation, Eck 1998 et Eck 2000, surtout 146 ; Eich 2005, 320, n. 5 ; Haensch 1992, 146.

20 Moatti 1993, 75 sq.

21 P. Oxy., 8, 1114 = ChLA, 3, 216.

22 Christol 1994 ; mais sur le sujet du cursus de Pline, voir Demougin 1992, 603 sq.

23 Plin., Nat., 3.28 ; cf. maintenant par exemple Ruiz de Arbulo Bayona 1998, en particulier p. 54.

24 Haensch 1997a, 403 avec n. 23.

25 D. C. 59.22.3 ; pour la signification d’ἀπογραφή, voir par exemple Nicolet 1988, 150. Cf. généralement Nicolet 1996, 16 sq.

26 Le lieu de conservation de ces documents n’est pas sûr parce que les opérations du cens ont été conduites par des gouverneurs ou des légats spéciaux de rang sénatorial, voir en dernier lieu : Eck 1997, 107-145, surtout p. 138 sq. Boulvert 1970, 423 et 426, pense au tabularium du procurateur à cause de l’Aug(usti) n(ostri) uern(a) libr(arius) ab instrum(entis) censualibus (CIL, III, 1470 = 7974 = ILS, 1513 = IDR, 3.2, 453) connu de la Dacia Apulensis. Mais on peut également prendre en considération qu’il y avait deux exemplaires conservés à des endroits différents, ou qu’il existe même des variantes locales : en Tarraconensis, il y avait apparemment une connection entre le concilium et le tabularium censuale (CIL, II, 4248 = ILS, 6937 = RIT, 333 ; voir également CIL, II, 4208 = ILS, 6928 = RIT, 332) ; le problème du contenu de ce tabularium et la question de savoir auquel il est subordonné sont difficiles à résoudre ; ce problème n’est pas résolu par France 2003, 216 f.

27 Hagedorn 1985, surtout p. 167 sq.

28 Pour un rapport d‘un procurateur concernant une dette payable au fisc qui n’a pas pu être recouvrée et la fuite du délinquant au dehors des frontières de la province, cf. Jos., AJ, 18.163-164.

29 Au Ier siècle (jusqu’à l’époque de Trajan), on trouve des adiutores d’origine équestre à côté des procurateurs des provinces. Pour une liste, voir Pflaum 1969, en particulier p. 304 sq., cf. 309 ; cf. maintenant AE, 1999, 418. Par la suite, ce sont des affranchis du prince qui aidaient les responsables du service administratif en question, c’est-à-dire le couple du procurateur équestre et de l’affranchi (voir par exemple ILAfr., 440) ou du procurateur affranchi (pour des exemples : n. 31 et 34). Voir les exemples rassemblés par Weaver 1972, 231 sq. Mais Weaver néglige malheureusement les exemples papyrologiques et tire trop de conclusions des titulatures attestées.

30 Pour une liste de tels adiutores de ce procurateur voir Vidman 1990, 342-345. En général : Boulvert 1970, 428.

31 P. Oxy., 1, 3, 1.3 sq. (le titre ἐπιμελητῆς κυριακῶν κτημάτων n’est pas utilisé pour Aelius Felix contrairement à ce que suggère Parassoglou 1978, 90. Au contraire, le type du document correspond à P. Wisc., 34, où il s’agit indiscutablement d’un βοήθος ; cf. aussi P. Wisc., 31). D’autres adiutores étaient chargés de construire des bâtiments pour l’administration sur place : AE, 1903, 226 = IGR, I, 1325 = SB, 1, 4231 = BIFAO, 65, 1967, p. 76 sq. (153 ; adiutor d’un procurator usiacus) ; RIB, 179 (Britannia ; Caracalla ou Élagabal). Un adiut(or) d’un praefectus prouinciae Sardiniae dans les années 211/212 était proc(urator) metallorum et praediorum (AE, 1998, 671). Des adiutores recevaient des pétitions (CIL, VI, 455 = AE, 1995, 91 ; BGU, 1047 ; P. Wisc., 31 et 34), signe d’un pouvoir de décision. Ils avaient également le pouvoir d’autoriser le paiement de sommes considérables (P. Rendel Harris, 2, 199).

32 BGU, 1047.

33 Sur le rapport entre cet Augusti libertus et procurator a rationibus et le procurateur équestre a rationibus, voir plus récemment Bruun 1991, 293 sq., 296 et 302 sq.

34 CIL, IX, 2438.

35 Cod. Iust. 10.2.2 ; W. Chr., 81 = P. Achmîm, 8 ; FIRA, neg., 80 c p. 240.

36 CIL, VI, 10233 = FIRA, neg., p. 239 sq. Des rapports comme ceux qui sont cités dans le P. Beatty Panop., 2. l. 64-67, pourraient avoir existé sous le Haut-Empire. Sur les tabularii de l’Antiquité tardive : Palme 1999, 110 sq.

37 Sent. Paul. 5.1.3.

38 Cod. Iust. 4.21.4.

39 Les rationes concernant les dépenses étaient apparemment organisées d’après des catégories objectives, voir Plin. 10.58 : summam expensam liberalitati meae feres ; sur la fonction de Terentius Maximus : Sherwin-White 1966, 643. Il en va de même pour les revenus ; un tabul(arius) prouinc(iae) Lusit(aniae) rat(ionis) pat(rimonii) est connu grâce à EE, 8, p. 366 no 26.

40 Feissel 1996 (cf. AE, 1996, 1403, 1498).

41 Cf. Cod. Iust. 10.1.2.

42 Cf. également Cod. Iust. 10.11.3.

43 Brunt 1990, 354-432 et Eck 1995, 341-348, par exemple, ont souligné, que l’institution des publicani n’avait pas disparu d’une manière générale. Pour l’archivage des papiers des publicani, voir Dig. 47.2.31.

44 La documentation est rassemblée chez Haensch 1997a, 281 sq., 519 avec n. 7. Cf. également Thomas 1999, 191 sq.

45 On peut bien imaginer que les procédures qui étaient normales en Égypte, lors du changement des publicani (P. Oxy., 31, 2567), aient eu des parallèles dans d’autres provinces.

46 Giardina & Grelle 1983 (= AE, 1984, 250).

47 Cod. Theod. 1.10.7 = Cod. Iust. 1.32 ; Cod. Theod. 12.1.173 = Cod. Iust. 10.22.1 ; Cod. Iust. 1.42.1 ; Cod. Iust. 10.23.3 ; Cass., Var., 12.2.16 ; cf. Ausbüttel 1988, 140. Voir également les rapports des rationales summarum diocésains : Delmaire 1989, 200, 205, cf. 213.

48 Voir pour l’Égypte P. Beatty Panop., 1, 3 l. 64-71, 90-107 ; 2, l. 11-15, 61, 72 ; P. Ant., 32 ; Cod. Iust. 2.1.7, mentionne peut-être des documents transmis par un publicanus à un procurateur au iiie siècle.

49 Dans l’état-major du procurator Dalmatiae, il y avait par exemple un ab instrumentis (CIL, III, 1995) et un ab auctoritatibus (ILS, 1528). Cf. également MAMA, 7, 524.

50 ILS, 1513 = IDR, 3.2, 453.

51 Sur la question de savoir s’il existait un système de conuentus dans toutes les provinces, voir Haensch 1997a, 28 sq. et Haensch 1993, 14 sq. Des publications récentes de papyrus ont apporté des précisions sur le système de conuentus en Égypte (et – indirectement – pour tout l’empire) : P. Wash. Univ., 2, 106, a confirmé que les premiers préfets voyageaient déjà pour dispenser la justice. P. Lips., 2, 134, montre qu’au moins dans la première moitié du Ier siècle, en Égypte supérieure, il n’y avait pas nécessairement de conuentus chaque année (cf. Haensch 1997a, 327 sq.).

52 Cf. les sources citées chez Haensch 1997a, 29 avec note 68 ; cf. maintenant également AE, 1996, 958 h.

53 Par exemple Arrien, Periplus, 1-2, ou les inscriptions publiées par Bagnall et al. 2001 (= AE, 2001, 2039).

54 Par exemple Dig. 1.16.7.1.

55 Les plaintes de Plutarque (Préceptes, 813E, 814C, 814E - 815B ; Si la politique..., 794) sont bien connues ; cf. également SEG, 19, 684 = AE, 1967, 480 = IK, 11.1-Ephesus, 23.

56 Sur le nombre extraordinaire des pétitionnaires, au moins dans la deuxième moitié du iie siècle : Haensch 1994, surtout 487, 493 sq. et 504 ; Haensch 2000, surtout 262 n. 18 ; cf. pour la situation dans l’Antiquité tardive, maintenant Brown 2002, 81 sq.

57 AE, 1976, 653.

58 Kolb 2000, 72 sq., cf. 54 sq. D’un autre avis : Remescal Rodríguez 1986a, 87 et 89 ; Remescal Rodríguez 1986b, 765, suivi par Kissel 1995, 144.

59 Cod. Theod. 1.16.11 ; AE, 1984, 250 l. 10-17 ; cf. Ausbüttel 1988, 144 sq. Voir également Delmaire 1989, 194 et 196, pour les sources qui indiquent des voyages du rationalis Aegypti.

60 Cf. Haensch 1997a, 121, 346 n. 140, 460, et 731 sq., sur les arae des procurateurs de Britannia et de Dacie qui trouvent la meilleure explication en relation avec les déplacements des procurateurs. Bien sûr, IGLS, V, 1998, implique également les voyages des procurateurs, mais pas plus que des voyages pour aller dans la province et en revenir. Philostrate, Vit. Apol., 5.10, est trop romanesque pour être cité comme exemple. P. Meyer, 8, l. 23, signale peut-être que les procurateurs voyageaient parfois à cause de semailles ; voir – mutatis mutandis – Cic., Verr., 2.5.29. La présence d’un procurateur sur place est par exemple mentionnée dans PSI, 4, 292. Pour une vue générale, Mann 1998c, 336 : “He will have had to remain at his desk, figuratively speaking, for all twelve months of the year”.

61 Plin. 10.27-28. Cf. également P. Ross. Georg., 2, 26, avec l’interprétation de Eck 1995, 341-348, surtout 346 sq. Il n’y a pas de raisons impératives en faveur de la thèse de Boulvert 1970, 422 sq., selon qui Epaphroditus était un tabularius.

62 D’après Burton 1993, 13-28, les tâches des procurateurs dans les prouinciae Caesaris et dans les prouinciae publicae se confondaient.

63 Syme 1979, 742-773.

64 Plin., Nat., 25.19.

65 Sénèque, Lucil., 79.1-2.

66 Hérodien 7.4.2-6 ; pour le contexte 7.5.2 et 7.6.1 ; SHA, Gord., 7.2 cf. 7.4, 8.3, 8.5. Pour Thysdrus comme centre d’un conuentus iuridicus : Tertullien, Scap., 4.3 ; cf. Lepelley 2001, 62 sq.

67 Haensch 1997a, 395. 738 sq. Pour des spéculations sur la question de savoir quel procurateur était mentionné, voir Kolb 1977, 450 sq.

68 Oliver 1970, 3 sq., no 1 = SEG, 29, 127, II l. 85-87.

69 SB, 12, 11044 = 14, 11640, voir Haensch 1997b, 326, 349 avec note 113.

70 P. Strassb., 4, 179 = SB, 16, 12749, cf. BL, 5, 136 ; 9, 291.

71 P. Giss., 2, 40 II (= M. Chr., 378, cf. P. Oxy., 36, 2755) ; pour l’interprétation, voir Haensch 1992, 245. Une citation au tribunal du dioikètès à Alexandrie : P. Flor., 1, 6. Dans le cas de P. Meyer, 3, un ἐπιτηρητὴς (οὐσιακῆς) μισθώσεως a été sans doute cité devant le procurateur résidant à Alexandrie.

72 P. Tebt., 2, 317.

73 Haensch 1997a, 224 ; Haensch 1997b, 337 sq., avec note 81.

74 Dion Chrysostome, or., 32.96 ; Expositio totius mundi, 28.

75 Le gouverneur et le procurateur de la Syrie ont fait partie du tribunal qui s’est prononcé à Berytos sur les plaintes d’Hérode contre ses fils (Jos., BJ, 1.537-543, cf. Jos., AJ, 17. 356-370). Mais toutes les circonstances de ce procès ont un caractère exceptionnel dicté par les conséquences politiques d’une telle décision. Les defixiones de Emporiae (AE, 1952, 122) sont dirigées vers trois autorités romaines de l’Espagne citérieure (le gouverneur, le iuridicus et un procurateur). Elles se réfèrent probablement au même litige, mais il n’est pas sûr que les trois autorités concernées aient participé à un même procès.

76 CIL, VIII, 10570 = ILS, 6870 = FIRA, leg., 103 IV ; pour les dates de conuentus en Afrique proconsulaire : Haensch 1997a, 705.

77 Haensch 1997a, 320 sq., avec la documentation citée aux pages 631 et 649 sub B III 3 b.

78 La juridiction des procurateurs était centrée sur ce que l’on appelait fiscalis pecuniaria causa (Dig. 1.16.9 pr. ; pour l’interprétation : Brunt 1990, 171 sq.) et ce qui était délimité contre publicae uel priuatae causae (Cod. Iust. 7.49.1 ; Dig. 3.6.1.3). Mais sous Néron, les gouverneurs présidaient les procès contre les publicani (Tac., Ann., 13.51.1). Même sous Hadrien, les gouverneurs restaient responsables au moins pour certaines causes fiscales (Dig. 49.14.2.1 ; cf. Brunt 1990, 174 avec n. 43 ; Eich 2005, 142 n. 1 et par exemple AE, 1919, 10 = SEG, 1, 329 = 19, 1109 = I.Scyth. Min., I, 68 1.72 sq [cf. Nicolet 1994b, 170]). Mais il ne faut cependant pas sous-estimer le nombre des procès devant les procurateurs ; voir Tac., Dial., 39 (procès aux tabularia).

79 Voir Haensch 1997b, particulièrement 335 avec notes 71 et 72. Voir maintenant également P. Lips., 2, 134. L’administration financière de l’Égypte avait un caractère spécifique et pour cette raison on ne peut pas généraliser à partir de ce que Philon, In Flaccum, 133, dit sur le volume de ces actes et le temps nécessaire pour les traiter.

80 Certains procurateurs se basaient apparemment sur deux centres administratifs (d’une importance inégale) : ce qui vaut sans aucun doute pour la province de Lycie et Pamphylie était peut-être également typique pour le procurateur d’Asturie et Galice ; voir Haensch 1997a, 280, 296 sq., cf. p. 595 sq., 617 et Le Roux 1977, 83-103 ; cf. Haensch 1997a, 175 n. 121.

81 Cela vaut pour les provinces germaniques et gauloises (la Lugdunensis étant la seule exception), la Bretagne (?), Pannonie supérieure, Pannonie inférieure (?), Dacie supérieure/ III Dacies, Thrace, ainsi que pour la Numidie et l’Arabie, et peut-être aussi pour la Syrie Phénicie. Voir Haensch 1997a avec l’argumentation détaillée pour les provinces respectives, cf. le résumé aux pages 369 sq., cf. aussi p. 752 sq. Pas convaincant Le Roux 2004, 28 avec n. 56 qui généralise trop la situation de la péninsule ibérique, bien connue pour lui. Mais ces provinces ont profité d’un souci exceptionnel de la part d’Auguste voulant ainsi montrer – pour des raisons relatives à la politique vis-à-vis du sénat – son succès comme pacificateur.

82 AE, 1925, 126, cf. Wiemer 1997, surtout 199 et 206 sq.

83 Dig. 50.1.38.1 ; Cod. Iust. 2.36.2. Bien sûr, il ne faut pas oublier que la fonction de procurateur d’une province disparut au début du ive siècle et que pour cette raison, les compilateurs de Justinien n’étaient plus intéressés aux mentions de ce fonctionnaire (Brunt 1990, 168 sq.), I. Priene, 230.

84 ILS, 2618 = RIB, 1234 ; RIB, 1462 ; cf. Rankov 1987 et supra p. 139 ; Eich 2005, 133 sq., mais SEG, 45, 985 = AE, 1996, 1359 a montré que les procurateurs financiers pouvaient être chargés de tâches militaires plus souvent qu’on ne le pensait ; cf. Haensch 2006.

85 Cf. Eck 1995, 355-363, surtout p. 356 pour les conditions favorables à la survie de ces inscriptions.

86 Galatia : IGR, III, 335 = OGIS, 538 ; Anatolian Studies, 9, 1959, 85-88, no 30 ; Hellenica, 11-12, 1960, 596 (n. b. : cette délimitation concerne entre autres une κωμή qui faisait partie de la propriété impériale) ; Espagne citérieure : AE, 1952, 122 ; Syria : AE, 1939, 178 = IGLS, V, 2549.

87 CIL, III, 355 = OGIS, 502 = Laffi1971 ; cf. Eich 2005, 122 sq. ; que le mensor ait dû informer le proconsul par écrit résulte de C 10-11 : et id [per litteras n]otum mihi facias (cf. Laffi1971, 15). Voir p. 150 n. 42.

88 Lycie et Pamphylie : L. Lusius Ocrea/ Pompeius Planta : IGR, III, 466 ; SEG, 28, 1218 = AE, 1978, 804 (deux exemples du même texte ; Balbura) ; C. Caristanius Fronto/ L. Vienus Longus : IGR, III, 729 cf. ad SEG, 39, 1388 ; AE, 1991, 1531 ; SEG, 41, 1381 (Limyra) ; IGR, III, 690, cf. 1523 = ILS, 8796, cf. AE, 1991, 1531 (Aperlae) ; SEG, 39, 1388 = AE, 1991, 1531 = IK, 54.1-Perge, 56 (Perge) ; IK, 43.1-Side 34 (Side). Thrace : IGBulg., IV, 1902 ; AE, 1976, 639 = SEG, 26, 829 (Serdica) ; IGR, I, 573, cf. 1417 = IGBulg., II, 615 (Nicopolis) ; SEG, 28, 599 (Marcianopolis). Dans le cas de IGR, I, 573, cf. 1417 = IGBulg., II, 615, seul le gouverneur dédie apparemment le bâtiment achevé.

89 IK, 43.1-Side, 34 est si fragmentaire qu’on ne peut pas déterminer la raison pour laquelle les deux magistrats étaient nommés. SEG, 39, 1388 = AE, 1991, 1531 = IK, 54.1-Perge, 56 est un exemple très peu significatif pour la question discutée. D’après cette inscription, un arc honorifique que deux personnes ont érigé à Perge en l’honneur des dieux les plus importants de la cité et en l’honneur des diui Vespasien, Titus et Domitien, a été dédié par le gouverneur et le procurateur. Mais cela est tout à fait plausible parce que Perge était le lieu de résidence de ces deux autorités.

90 Hirschfeld 1905, 402 a trop généralisé ces exemples.

91 Stratonicée (Asie ; 127) : CIL, III, 7003 = IGR, IV, 1156 a = Hellenica, 6, 1948, 80 sq., no 26 = Oliver 1989, no 79 ; Delphes (Achaïe ; 98/99) : FD, III, 4, 287 et 288 = Oliver 1989, no 44 et 45.

92 Plin. 10.84. Le procurateur est pratiquement absent dans la correspondance de Pline. Deux lettres discutent du nombre de bénéficiaires qui devaient être sous la responsabilité de l’Augusti libertus et procurator (voir supra p. 158) et Pline écrivit une lettre de recommandation pour le même Augusti libertus et procurator (10.85). Cf. Eich 2005, 114 sq.

93 Tac., Agr., 9.4 : procul a contentione aduersus procuratores ; Dig. 1.16.9 pr. : sane si fiscalis pecuniaria causa sit, quae ad procuratorem principis respicit, melius fecerit, si abstineat. Cf. également Cod. Iust. 3.26.2. C’est à cause d’une situation particulièrement importante que Vespasien donne un ordre commun au gouverneur et au procurateur de Judée (Jos., BJ, 7.216).

94 Contre cette thèse, Brunt 1983 ; Eich 2005, 101 et Eck 1995, 29-54.

95 P. Dura, 60 B = Fink 1971, 98, 2 ; cf. Chaumont 1987 ; Eich 2005, 124 sq.

96 Un article sur les procurateurs connus de la Syrie, et spécialement sur le P. Euphr., 1, est en préparation.

97 Voir Christol 1990, 900 ; Haensch 1997a, 75, 104, 200 sq., 346 et 371 (on me permettra de ne pas partager l’avis de Le Bohec 1992).

98 Galsterer & Galsterer 1975, no 193 ; dans les cas de Galsterer & Galsterer 1983, no 26 = AE, 1984, 664 (voir en dernier France 2000, 207 et 217), les suppléments doivent être considérés parce que Eck & Hesberg 2002 datent ce monument des premières décennies de notre ère, sur la base d’indices archéologiques.

99 CIL, XIII, 7071, avec les suppléments proposés chez Haensch 2003, cf. France 2000, 216.

100 Aquincum : Haensch 1997a, 446, cf. 104 ; Apulum : p. 691 sq., cf. 346. Finalement AE, 1973, 83 (avec Christol 1990, 900 n. 43) doit être pris en considération.

101 AE, 1965, 205 = AE, 1967, 444 = Harris 1992.

102 Str. 3.4.20.

103 Fink 1971, 75 = ChLA, 4, 397 ; P. Dura, 56 = Fink 1971, 99 = ChLA, 4, 311 c ; P. Dura, 130 A = ChLA, 4, 385. Arr., Periplus, 6.10. Cf. Eich 2005, 107 et n. 4.

104 Pour les différentes causes introduites par des délateurs, voir Dig. 49.14.1 ; sur le développement de la delatio fiscalis, voir Spagnuolo Vigorita 1984, 167 sq. ; voir également Rivière 2002, surtout 23-47, qui malheureusement ne discute ni la fiscalis delatio ni la documentation papyrologique (par ex. P. Ammon, p. 61 sq. et 67).

105 OGIS, 669 = IGR, I, 1263 = FIRA, leg., 58 = Chalon 1964, § 9.

106 D’un autre avis : Rathbone 1993, 110 ; suivi par Ausbüttel 1998, 14.

107 Pour des cas exemplaires voir P. Oxy., 43, 3089 (procurator usiacus (?) ; 146), P. Flor., 1. 6, cf. BL, 1, 13 (dioikètès ; 210) ; P. Mil. Vogl., 2, 98 (praefectus Aegypti ; 138-139). D’autre part, le rôle central de l’aduocatus fisci consistait, sur la base des maigres informations dont nous disposons, à plaider dans les cas concernant le fisc, mais pas à mener des investigations dans de tels cas ; voir par exemple Crook 1995, 48, 52 sq. et 190.

108 IGR, III, 739 = TAM, II, 905 = Kokkinia 2000, IV A, montre comment un procurateur diligent tente, non seulement par les voies officielles, mais également au moyen de ses contacts personnels, d’atteindre ses objectifs (les hypothèses que Kissel 1995, 145 n. 77, 148 (cf. n. 58) a tirées de ce document sont complètement sans fondement).

109 Voir note 3. Je ne puis terminer cet article sans exprimer mes vifs remerciements à Werner Eck et Peter Eich pour leurs critiques, à Franziska Beutler-Kränzl pour la générosité dont elle a fait preuve en m’ouvrant sa banque de données concernant les procurateurs d’Égypte et à Jocelyne Nelis-Clément, qui a bien voulu revoir mon texte français.

Auteur

Université de Cologne, Allemagne (en 2002) ; maintenant Kommission für Alte Geschichte und Epigraphik (München). Cette étude a été terminée fin 2003, elle a été révisée en février 2006.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540