Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Deuxième partie. Rome et le monde romain

Le gouverneur et la circulation de l’information dans les provinces romaines sous le Haut-Empire

Jocelyne Nelis-Clément

Full text

  • 1 Suet., Aug, 101.1-4 ; D. C. 56.33.1 (καὶ βιβλία τέσσαρα) ; Tac., Ann., 1.11.3-4 (libellum).
  • 2 Voir les communications de B. Rankov et de R. Haensch dans ce même volume.
  • 3 Nicolet 1988, part. p. 190-199 ; sur les registres et documents administratifs en général : La Mém (...)
  • 4 Bosworth 1999 ; Roddaz 2005 ; Galinsky 2005.
  • 5 D.C. 52.37 (conseils à Auguste attribués à Mécène) ; sur la nécessité pour l’homme d’État de s’inf (...)
  • 6 Le même messager est désormais en mesure de se rendre jusqu’à la destination finale et de compléte (...)

1À la mort d’Auguste, on ouvrit et lut au sénat le testament qu’il avait rédigé sur deux cahiers ou codices, ainsi que les trois uolumina cachetés qui s’y ajoutaient. L’un contenait des ordres relatifs à ses funérailles, le second, le résumé de son œuvre (altero indicem rerum a se gestarum, ou le τὰ ἔργα ἃ ἔπραξε πάντα de Dion Cassius), le troisième, un état de la situation de tout l’empire (tertio breuiarium totius imperii), avec le nombre de soldats sous les drapeaux sur l’ensemble du territoire (quantum militum sub signis ubique esset), celui des sommes d’argent dans le trésor, dans les caisses impériales, ainsi que le solde des revenus publics (quantum pecuniae in aerario et fiscis et uectigaliorum residuis). Auguste prit même soin, comme le précise Suétone, d’ajouter à ces détails les noms de ses affranchis et de ses esclaves auxquels on pouvait réclamer des comptes si on le souhaitait (a quibus ratio exigi posset)1. Il n’y a pas lieu ici, dans le cadre d’une étude sur la circulation de l’information entre le gouverneur et ses différents interlocuteurs dans sa province2, de discuter de la question des informations dont pouvait disposer Auguste pour établir un inventaire des troupes et des finances sur l’ensemble du monde romain3, ni de la portée idéologique ou politique du message posthume du princeps dont les termes, le style et les thèmes évoquent l’apothéose d’un souverain hellénistique4. On se contentera pour notre propos de souligner les deux points suivants mis en relief dans le passage en question. Au seuil de sa mort, Auguste fait savoir publiquement qu’il est en mesure de fournir un inventaire, une comptabilité exacte des armées sous les drapeaux, sur l’ensemble de tout l’empire, ainsi que le compte de la totalité des sommes contenues dans les différentes caisses de l’état. Il veut que le peuple romain prenne connaissance de ses actes et en conserve la trace écrite, la mémoire, pour la postérité. Bien conscient qu’informer et être informé est une nécessité pour celui qui gouverne, le premier empereur se présente comme l’interlocuteur du peuple romain, à Rome et sur l’ensemble de l’orbis terrarum soumis à son imperium5. Dans sa volonté d’établir une communication rapide et efficace entre Rome et chacune des provinces de l’empire, il développe le réseau routier et crée l’ébauche du système de transport public connu sous le nom de uehiculatio et qui prendra plus tard celui de cursus publicus6. Il lui importe aussi que son successeur, en s’appuyant sur les instruments et les structures qu’il a mis en place au cours de ses réformes administratives, suive la voie qu’il vient de tracer.

  • 7 Rien dans le texte ne semble concerner cette province en particulier ; il en va différemment par e (...)
  • 8 Brunt & Moore 1967 ; Eck 2003, 1-5 et 131-153 ; Drew-Bear & Scheid 2005 ; sur Ancyre comme capital (...)
  • 9 Brunt & Moore 1967, 2 ; autrement Botteri 2003, part. 265-267 (interprétation du texte latin faite (...)
  • 10 Sherk 1969, 55 = Crawford 1996, 12. B, l. 20-26. L’affichage de documents officiels sur la scène l (...)

2Les tables de bronze contenant les Res Gestae du Prince qui furent gravées selon ses ordres et fixées sur deux piliers devant son Mausolée à Rome (incidi in aeneis tabulis) ont disparu, de même que l’ensemble de son testament conservé dans les archives de Rome. Le hasard a voulu qu’on en connaisse néanmoins le texte grâce aux copies qui, à l’initiative du Sénat et sous l’instigation de Tibère, furent diffusées dans toutes les provinces de l’empire. Trois copies sont connues à ce jour, toutes en provenance de la même province, la Galatie-Pamphylie7. L’une d’elles est encore visible aujourd’hui à Ancyre, autrefois capitale provinciale et siège du gouverneur, où le texte figure en latin, la langue officielle du pouvoir et de ses représentants, ainsi que dans une version en grec, langue de la population locale. Les autres copies, fragmentaires, ont été mises au jour à Apollonie, où le texte n’apparaît que dans la traduction grecque, et à Antioche, une colonie romaine fondée par Auguste lui-même, où il figure en latin seulement8. La manière exacte dont s’est organisée la diffusion du message d’Auguste à l’intérieur de la province de Galatie-Pamphylie n’apparaît évidemment pas dans les documents. On peut toutefois tenter d’en reconstituer de manière plus ou moins hypothétique les différentes étapes. La copie du texte (rerum gestarum diui Augusti (...) quae sunt Romae positae, exemplar subiectum) a dû être délivrée au gouverneur, selon les moyens habituels de l’acheminement du courrier officiel, un service repensé et développé par Auguste dans le cadre des réformes évoquées plus haut. Celui-ci en a ordonné l’affichage dans la capitale avant de le faire graver sur les murs du temple dédié à la divinité Roma et à Auguste, pour que tout le monde en conserve la mémoire. Il est possible qu’il ait en outre demandé aux membres de son entourage d’exécuter une interprétation en langue grecque du texte latin, ou plus vraisemblablement d’en adapter la version grecque officielle reçue de Rome avant de la faire graver sur place9. L’existence de plusieurs copies en dehors de la capitale montre que le texte a circulé dans la province, en particulier dans les principales cités. Nous reviendrons plus en détails sur les manières dont pouvait s’opérer, au sein d’une province romaine, la diffusion de textes officiels de portée générale. Lorsque l’on regarde de plus près la diffusion des informations de nature législative, on observe que l’obligation d’afficher en public les statuts d’une loi dans une province romaine apparaît déjà de manière explicite dans les sources républicaines, comme l’atteste le texte de la version de Delphes de la Lex de prouinciis praetoriis de 101 ou 100 a.C. Il y est dit que la loi (ou la lettre la contenant) doit être publiée dans les cités d’Asie sous l’instigation du gouverneur placé à la tête de l’Asie (στρατη[γòς ἀνθύπατος τε, --- ε]ἰς Ἀσίαν ἐπαρχείαν), et inscrite selon la coutume locale sur une tablette de bronze, sur une pierre de marbre ou même sur une planche blanchie, placée dans un sanctuaire ou sur le forum, de manière à pouvoir être lue correctement de plain-pied10.

  • 11 Eck et al. 1996 ; AE, 1996, 885 (avec la bibliogr.) = CIL, II2, 5, 900 (El Tejar, Gemella?).
  • 12 Tac., Ann., 4.13.2 ; voir aussi 2.30.1 et 4.28-30.1, avec Woodman 2004, xv et 54 n. 1.
  • 13 Coudry 1994 ; sur la question des publica acta et de leur utilisation par Tacite, voir Woodman 200 (...)

3Les Res Gestae représentent évidemment un document unique dans le monde romain, mais si l’on s’intéresse à la circulation dans les provinces d’informations à caractère officiel, et en particulier à celles qui sont issues de Rome, on peut trouver des exemples comparables qui livrent davantage d’indices sur les mécanismes de communication en action. C’est le cas par exemple du sénaltus-consulte de Cn. Pisone patre, dont on a découvert au moins six copies gravées sur des tables de bronze, toutes en provenance de la province proconsulaire de Bétique. On ne reviendra pas ici sur le contexte politique évoqué dans cet important document qui a suscité ces dernières années un grand nombre d’éditions, commentaires, traductions ou études11. On s’intéressera en revanche aux renseignements (directs et indirects) que livrent les copies du textes sur le processus de diffusion de ce sénatus-consulte. L’indication S(enatus) c(onsultum) de Cn(aeo) Pisone patre propositum N(umerio) Vibio Sereno proco(n)s(ule) nous invite à réfléchir sur le rôle joué dans la diffusion de ce document en Bétique par ce gouverneur, dont on sait par ailleurs qu’il sera ensuite condamné pour son excessive dureté et déporté dans une île des Cyclades12. On soulignera qu’elle n’appartient évidemment pas au texte original, mais qu’elle fait office d’introduction à l’affichage en Bétique de la copie du texte reçue de Rome. La fin du texte contient les dispositions concernant la publication et la promulgation du sénatus-consulte (l. 165-173) ainsi que la subscriptio que Tibère avait écrite de sa main (manu mea scripsi ; l. 174-176) par lesquelles il ordonne que les quatorze tablettes (in tabellis XIIII) contenant le texte original, transcrit par son questeur, soient déposées dans les archives publiques (referri in tabulas pub<l>icas)13. Ces dispositions laissent apparaître les détails de la politique de conservation et de diffusion des décisions concernant l’affaire en question. On y trouve des indications sur les différents codes de communication, supports, lieux d’affichage et archivage. L’oral et l’écrit se côtoient tout au long du déroulement de l’affaire et du processus de diffusion des décisions et informations qui s’y rapportent.

4Un discours est lu publiquement par Tibère (oratio, quam recitasset princeps noster), le questeur écrit le tout sur des tablettes, l’empereur lit et signe, les différents sénatus-consultes sont gravés dans le bronze du (haec senatus consulta in {h}aere incisa) pour que l’on en conserve la mémoire (posterum memoriae) et sont placés (ponere<n>tur) en un lieu sûr qui conviendrait à Tibère César Auguste.

  • 14 Eck et al. 1996, 53-54.
  • 15 Sur le personnel et les moyens en place pour effectuer cette transmission des informations officie (...)
  • 16 Dig. (Ulpien) 1.16.7.
  • 17 Voir infra p. 153 (lecture publique à Alexandrie d’une lettre de Claude) ; ceux qui ne savaient pa (...)
  • 18 Tac., Ann., 3.63.4 ; Rhodes 2001 ; Bresson 2005, 165-166 ; Corbier 2005, 188-189.
  • 19 Oliver 1989, no 33.

5En ce qui concerne la diffusion dans les provinces du sénatus-consulte de Cn. Pisone patre, les dispositions évoquées ci-dessus, ainsi que l’étude de la langue des différentes copies conservées en Bétique, nous permettent d’en reconstituer de manière hypothétique les différentes étapes, même si les détails pratiques et concrets de leur exécution nous échappent en grande partie14. Sur la base de l’original contenu sur les quatorze tablettes, on a établi des copies (sur papyrus ou tablettes) destinées à être envoyées dans les provinces15. La nécessité de fournir dans les meilleurs délais un certain nombre de copies, ainsi que les variantes formelles ou types d’erreurs qui s’observent dans les tables et fragments retrouvés en Bétique, incitent à penser que le texte envoyé dans chacune des provinces a pu être dicté à Rome à partir de l’original. On sait grâce au texte qu’une seule copie officielle parvenait dans chaque province, et plus précisément “dans la ville la plus fréquentée de chaque province et dans le lieu le plus fréquenté de cette ville même” (in cuiusque prouinciae celeberruma{e} urbe eiusque i<n> urbis ipsius celeberrimo loco). La description de la ville par l’adjectif celeberruma est certes peu concrète mais elle a son sens dans le contexte précis de la publication de ce sénatus-consulte, dont le texte diffusé dans toutes les provinces devait pouvoir être lu par le plus grand nombre de personnes. La ville la plus fréquentée de chaque province était sans doute la capitale provinciale, la présence du gouverneur et de son entourage attirant les foules qui cherchaient à le contacter, à lui remettre en mains propres, comme cela se doit, un libellus ou une pétition, à lui demander une faveur, à faire des affaires ou simplement à satisfaire leur curiosité. L’adjectif celeber est du reste associé dans les textes juridiques avec l’expression caput prouinciae16. En Bétique, c’était donc à Cordoue (Corduba) que la copie fut envoyée. Le texte y fut affiché, probablement d’abord sur une tabula albata, puis gravé dans le bronze (in aere incisum figeretur). Il est permis de penser, notamment à la lueur de l’enseignement de la documentation papyrologique, que le texte a pu faire l’objet d’une lecture publique et qu’il fut recopié pour être ensuite diffusé dans la province, avant d’être enregistré dans les archives provinciales par les officiales du gouverneur17. Dans les dispositions de ce sénatus-consulte, le lieu précis de l’affichage dans la capitale n’est pas spécifié. Il devait s’agir d’un lieu d’affluence comme on l’a vu. Le choix était sans doute laissé au gouverneur, qui décidait en fonction des convenances ou des habitudes provinciales ou municipales. Le forum, les sanctuaires, espaces ou monuments consacrés, comme on l’a vu à Ancyre, étaient souvent choisis comme lieux d’affichage d’informations officielles, dans le monde grec comme dans le monde romain18. À Alexandrie par exemple, c’est dans l’agora que fut affichée une lettre adressée en 55 p.C. par Néron aux Alexandrins19.

  • 20 Tab. Siar., II b 26 = Crawford 1996, 37, 517-518 = AE, 1989, 408 (AE, 1984, 508) : uti co(n) s (ul (...)
  • 21 À la différence, le sujet de la lettre d’Hadrien (les droits de succession des enfants des soldats (...)

6Si le rôle des gouverneurs dans la diffusion du sénatus-consulte dans les provinces n’est pas clairement explicité dans le cœur même du texte officiel, les responsabilités assumées par ces derniers, avec les élites locales, sont en revanche clairement exprimées dans la Tabula Siarensis20. Il s’agit d’un autre sénatus-consulte mis au jour en Bétique qui appartient au même contexte historique et où il est question plus précisément des honneurs à manifester envers Germanicus : “... et que ceux qui gouvernent les provinces (qui in prouinciis praessent) agissent correctement et selon les règles et fassent en sorte que ce sénatus-consulte soit gravé et affiché dans un lieu très fréquenté (ut quam celeberrumo loco figeretur)”. Les termes recte et ordine, correctement et selon les règles, suggèrent que la diffusion des informations, dans la capitale du moins, faisait partie en quelque sorte du cahier des charges des gouverneurs, quel que soit leur statut. En sa qualité de général en chef des troupes stationnées dans sa province, c’est également le gouverneur qui devait envoyer une copie du texte du sénatus-consulte de Cn. Pisone patre dans les camps d’hiver de chacune des légions stationnées dans sa province, lorsqu’il y avait lieu (in hibernis cuiusq(ue) legionis at signa figeretur), c’est-à-dire dans la base stable des troupes légionnaires. Suite à la réception des tablettes contenant la copie du sénatus-consulte, le gouverneur de Bétique, comme ses collègues dans les autres provinces, s’est donc chargé selon les ordres reçus d’en faire réaliser une copie en bronze pour en conserver le souvenir dans la capitale et d’en envoyer une copie auprès des officiers militaires, en leur répétant les prescriptions concernant l’affichage dans le camp. Il va de soi que tout gouverneur était en communication régulière avec les autorités militaires placées sous ses ordres par des échanges réguliers de courriers (lettres, rapports, notes de service, dossiers constitués de copies etc.) tels que ceux que nous connaissons à travers les sources papyrologiques et épigraphiques. La communication se faisait aussi par les rapports oraux des soldats et en particulier ceux des bénéficiaires du gouverneur, appelés à se déplacer de manière régulière entre la capitale et les diverses stations dont le réseau s’étendait sur l’ensemble de la province. L’affichage dans les camps militaires (le texte ne précise pas le type de support) devait se faire près des enseignes militaires (at signa), soit dans un lieu hautement symbolique, à proximité de l’espace sacré dans lequel étaient conservées les enseignes et du quartier des officiers et du commandant (principia). Il est probable que les circonstances exceptionnelles du contexte de la mort de Germanicus et la menace faite à la discipline militaire, que Tibère voulait maîtriser rapidement, par crainte de voir éclater des émeutes dans plusieurs parties de l’empire, expliquent cette décision de diffuser à l’intérieur des camps légionnaires des informations de ce type, à portée générale et universelle21.

  • 22 Eck et al. 1996, 279-287.
  • 23 Voir infra p. 153-154.

7Il n’est pas question d’analyser ici les raisons pour lesquelles ce texte semble avoir connu une diffusion aussi large en Bétique22, mais plutôt de réfléchir à savoir, à partir de ce cas précis, si le gouverneur et son bureau représentent le seul et unique canal susceptible d’assurer la diffusion de ce type d’information dans une province, ou s’il existait d’autres canaux de diffusion. Si l’on retient la thèse du gouverneur zélé cherchant à s’attirer les faveurs de Tibère, on en déduira que c’est à lui seul que revient la décision de diffuser le sénatus-consulte dans toute la province de Bétique. Pour cela, il lui suffisait d’adresser aux cités les plus importantes une lettre ou un édit contenant ses instructions, avec en annexe une copie du texte sénatus-consulte qui, lui seul, fut gravé dans le bronze et conservé, selon un procédé bien attesté dans les témoignages23. D’autres types de scénarios sont également envisageables. Dès sa réception et sa lecture dans la capitale provinciale, le texte a été affiché, avant même d’être gravé dans le bronze, pour que l’ensemble de la population puisse en prendre connaissance. Parmi les lecteurs devaient se trouver sans doute des représentants des communautés locales qui avaient donc la possibilité, s’ils le souhaitaient, de recopier le texte et de le faire parvenir dans leurs cités respectives. Le texte a aussi pu être dicté à ceux qui le souhaitaient et transmis ensuite de la même manière aux différentes communautés locales. Il va de soi que les mêmes scénarios et les mêmes opérations (affichage, lecture, dictée ou copie) ont pu avoir lieu au cours des tournées conventuelles du gouverneur, dans chacun des lieux du conuentus, où se rassemblaient pour l’occasion un grand nombre des provinciaux des diverses cités du dictrict pour y rencontrer le gouverneur et lui remettre en personne leurs salutations, requêtes ou pétitions.

  • 24 Eck 2001 ; sur l’ensemble de ces questions : Eck 1995, part. 1-28 et 55-79 ; Eck 1996 et Eck 1997, (...)
  • 25 AE, 1986, 333, r. 95.

8Mais l’information pouvait aussi circuler à travers d’autres canaux, sans transiter forcément par le gouverneur24. On a vu, et cela est confirmé par plusieurs témoignages épigraphiques, qu’en Italie et dans les provinces, parallèlement à l’action du gouverneur, c’était le devoir des autorités locales de diffuser auprès de leurs communautés les informations importantes. Cette responsabilité est clairement spécifiée pour les magistrats des colonies, comme le montre le texte de la Tabula Siarensis déjà mentionné, et plus précisément dans le passage qui précède celui qui concerne les gouverneurs : mag(istratus) et legatos municipiorum et coloniarum descriptum mittere in municipia et colonias Italiae et in eas colonias quae essent in (p)rouinciis. Dans le même sens, une rubrique de la lex Irnitana, un témoignage d’époque flavienne également en provenance de la Bétique, spécifie qu’à l’échelon municipal, l’obligation d’informer repose sur le duumvir. Celui-ci est chargé de faire en sorte que la loi soit gravée dans le bronze (in aes incidatur), pour en assurer sa pérennité, et qu’elle soit affichée dans un lieu très fréquenté du municipe (et in loco celeberrimo eius municipii figatur), de manière à ce que le texte soit correctement lisible de plain-pied, u(nde) d(e) p(lano) r(ecte) [l(egi) p(ossit)] ; cette dernière disposition, qui figurait aussi dans le passage de la lex des prouinciis praetoriis mentionné plus haut, était si habituelle qu’il suffisait de la faire figurer sous l’abréviation VDPRLP25.

  • 26 Eck 1995, 67-68 ; Eck 2001 ; Nelis-Clément 2006.

9En ce qui concerne le sénatus-consulte de Cn. Pisone patre, il n’est donc pas exclu, vu les remous provoqués par l’affaire en question, que les communautés locales aient pu être informées du procès et du contenu de ce sénatus-consulte directement par leurs ambassadeurs ou représentants qui se rendaient à Rome et y séjournaient régulièrement. Certaines communautés des différentes provinces avaient leur statio dans la capitale, une sorte d’antenne locale dans laquelle pouvaient se rendre ou même résider leurs ressortissants (ambassadeurs, magistrats, membres du sénat, commerçants etc.) lorsqu’ils se trouvaient à Rome. On y vénérait les divinités locales à côté des dieux romains et du culte impérial26. Ces provinciaux y côtoyaient leurs concitoyens, de passage ou en séjour prolongé dans la capitale, échangeaient leurs opinions sur les affaires qui agitaient le sénat et la maison impériale. La rumor allait bon train, et il ne fait pas de doute que les événements en question ont dû être au cœur de nombreuses discussions, à Rome et dans les provinces, et faire l’objet d’échanges épistolaires entre privés. Par ailleurs, chacun pouvait recopier (ou faire recopier, ou transcrire sur dictée) le texte officiel affiché à Rome sur des tabulae albatae, afin d’en faire parvenir la copie dans sa communauté d’origine. C’était une pratique à laquelle on avait fréquemment recours, comme le montre l’exemple des diplômes militaires. L’esprit aiguisé par le scandale des événements contemporains, chacun pouvait avoir ses raisons de diffuser dans sa cité et dans sa province les dernières nouvelles de Rome : l’envie d’un proconsul ambitieux de manifester sa pietas envers la maison impériale, ou peut-être l’occasion pour l’élite provinciale de faire la leçon à un proconsul hautain et peu apprécié, à l’intérieur de sa propre province, en mettant l’accent sur les dangers encourus par celui qui ne garde pas sa place et ne respecte pas la discipline.

10Les Res Gestae, le sénatus-consulte de Cn. Pisone patre ou la tabula Siarensis représentent des exemples exceptionnels qui nous permettent d’observer, en action, la diffusion des informations officielles, de Rome jusqu’au cœur d’une province et de ses cités. L’analyse établie sur la base de ces documents suggère l’existence de plusieurs systèmes assurant la transmission des informations entre Rome et les provinces. D’un côté, on voit se profiler, sans toutefois être en mesure d’en saisir tous les détails, le rôle de relais ou de courroie de transmission joué par le gouverneur de province et les membres de son bureau, dans la capitale provinciale, entre le pouvoir central et les différentes communautés provinciales. De l’autre, en parallèle, on observe aussi l’existence de communications plus directes entre les différentes communautés provinciales et le centre du pouvoir, qui ne passent pas systématiquement par les canaux officiels et par le gouverneur, et qui s’articulent principalement autour des réseaux d’influence et des contacts personnels que les cités provinciales et leurs élites entretenaient avec l’empereur et le sénat. Un certain nombre de témoignages montre qu’à plusieurs occasions, comme on aura l’occasion d’en voir des exemples plus loin, la diffusion d’une nouvelle officielle a pu se faire plus rapidement par la voie privée et le bouche à oreilles qu’en suivant les méandres de la chaîne de diffusion de l’administration provinciale.

  • 27 Dig. (Ulpien) 1.16.4.3 : Antequam uero fines prouinciae decretae sibi proconsul ingressus sit, edi (...)
  • 28 Plin. 10.83 : Rogatus, domine, a Nicaeensibus (...). En général, sur le caractère littéraire, Stad (...)
  • 29 Plin. 10.106 : Rogatus, domine, a P. Accio Aquila, centurione cohortis sextae equestris, ut mitter (...)
  • 30 Plin. 10.63 et 10.74 ; Nelis-Clément 2006.
  • 31 Plin. 10.47. Sur les divers aspects de l’autonomie locale face au pouvoir : Eck 1999a.
  • 32 Plin. 10.48.1 : Libellus Apamenorum, quem epistulae tuae iunxeras (...).
  • 33 Plin. 10.7 (préfet d’Égypte) ; 10.77.1-3 ; Brélaz 2002.
  • 34 Plin. 10.42, avec 61 et 62.

11Une fois acquis tant bien que mal une certaine vision des systèmes de transmission dans les provinces des informations officielles issues de Rome, il est important de confronter cette reconstruction avec ce que nous savons de la masse de documents nécessaires à l’administration quotidienne d’une province par le pouvoir romain. Dès sa nomination à la tête d’une nouvelle province, avant même de s’y rendre, le gouverneur se doit de prendre contact avec son prédécesseur et avec ses futurs administrés27. La bonne gestion d’une province, à l’image de celle de l’empire selon Auguste, exige le maintien de l’ordre et de la pax romana, un contrôle constant des finances publiques, la supervision des activités édilitaires et avant tout l’exercice de la juridiction. Toutes ces activités, placées sous la responsabilité et le contrôle du gouverneur et des autres agents romains en poste dans les provinces, impliquent l’existence de communications constantes entre les divers agents du pouvoir et leurs administrés. Elles nécessitent une production imposante de documents et une circulation régulière, au sein de la province, des écrits et des hommes. Une rapide relecture de la correspondance entre Pline et Trajan fournit déjà d’amples renseignements sur ces questions. Laissons de côté ce qui concerne les échanges du gouverneur avec l’empereur pour concentrer notre attention sur ce qui se passe au sein même d’une province, dans les différents domaines dans lesquels le gouverneur intervient dans sa province (affaires financières, judiciaires, militaires et policières, édilitaires, religieuses). L’élément déclencheur d’une intervention du gouverneur varie selon les motifs et circonstances, mais il semble qu’il soit souvent associé à la réception d’une question ou d’information (écrite ou par oral), tantôt de la part des cités28 ou des privés, dans le cadre d’une requête qui lui est adressée29, tantôt par l’un des agents romains en poste dans la province. Rappelons l’exemple de l’affranchi impérial, qui l’informe par un courrier écrit de l’arrivée possible d’une ambassade en provenance du Bosphore, ou celui d’un soldat qui est in statione Nicomedensi qui lui écrit pour l’informer de ce qui se passe dans le secteur où il est détaché30. Dans la plupart des situations, comme c’est le cas ici, on constate que l’information arrive directement au gouverneur, sans recherche active ou demande particulière exprimée de sa part. Mais il arrive aussi que Pline soit le demandeur de l’information, notamment au cours des contrôles qu’il effectue auprès des différentes communautés, sa mission spéciale dans la province visant à mettre fin aux problèmes financiers. Son ingérence en la matière n’est d’ailleurs pas toujours bien acceptée, comme l’atteste la réaction des habitants de la colonie d’Apamée. Tout en se soumettant à sa demande, ils lui font néanmoins savoir qu’ils jouissaient jusqu’ici d’une autonomie en la matière, en vertu de leur statut et d’une très ancienne tradition, et qu’aucun des gouverneurs précédents (des proconsuls) ne les avait encore soumis à ce type d’investigation31. Il est instructif que Pline leur demande de mettre par écrit, sous la forme d’un rapport ou d’une pétition (libellus) l’ensemble de leurs réactions, ainsi que les commentaires et informations dont ils lui avaient fait part par oral (exegi ut quae dicebant quaeque recitabant libello complecterentur). C’est lui-même qui se charge ensuite de faire parvenir le libellus à Trajan, en annexe à une lettre32. En plus des échanges d’informations avec l’empereur et avec les habitants et les communautés de sa province, il apparaît que Pline communique régulièrement avec les gouverneurs des provinces voisines, par voie directe ou en passant par Rome. Il est au courant par exemple d’une décision impériale concernant les affaires internes d’un autre gouverneur, Calpurnius Macer, et s’y réfère en espérant, mais sans succès, y trouver un précédent en vue d’obtenir de l’empereur une réponse favorable à une requête des Juliopolitains33. Il arrive même à une occasion que ce soit Trajan qui lui demande de s’adresser à Macer34.

  • 35 Plin. 10.63 et 64 (tabellarii) ; Bérenger-Badel 2002.
  • 36 Plin. 10.96.7 : (...) post edictum meum, quo secundum mandata tua (...).
  • 37 Purcell 1986, 569 souligne le caractère d’amateurisme du gouvernement romain ; dans le même sens, (...)
  • 38 Plin. 10.70.4 : Exemplar testamenti... misi tibi ; pour un emploi comparable d’exemplar, à propos (...)
  • 39 Plin. 10.96.5 : Propositus est libellus (...).
  • 40 Plin. 10.56.5 : Decretum Calui et edictum, item decretum Bassi his litteris subieci ; voir aussi p (...)
  • 41 Plin. 10.107 et 108 ; Coriat 1997, 325-326.
  • 42 CIL, III, 355 et 141911 = MAMA, 9, xxxvi-xliii, avec Kokkinia 2004, 49-53 et Hurlet 2006, 242-243.

12Les lettres de Pline livrent un certain nombre de détails sur la circulation des informations (orales ou écrites) au sein de sa province. Outre la mention de divers types des documents (litterae, epistula, libellus, decretum, mandatum, edictum), on y trouve ici ou là des précisions sur leur nature et utilisation (dossiers constitués de copies de divers types de documents etc.), sur leur origine et destination, les conditions dans lesquelles se déroulent leur transmission et leur circulation (messagers ou tabellarii, vitesse d’acheminement etc.35), ou même à l’occasion sur la réaction des administrés suite à la réception de ces informations36. Cette correspondance permet de se faire une bonne idée du rôle de centrale de l’information joué par un gouverneur dans sa propre province, en dépit des faiblesses et lacunes qui s’y observent37. À la lecture de Pline, il ressort clairement que le gouverneur et son bureau ne se contentent pas de recevoir et d’envoyer des documents, mais que selon les besoins, ils lisent et traitent les dossiers, y répondent, recopient des documents38, les transmettent, les affichent39, archivent ou encore consultent d’anciens documents classés dans les archives du gouverneur40. Mais ces lettres se font aussi le reflet détaillé du rôle de courroie de transmission joué par le gouverneur entre les ressortissants de sa province et l’empereur. On en trouve par exemple une illustration parfaite avec la requête du centurion Accius Aquila, qui laisse apparaître les différentes étapes du processus. Dans le but d’obtenir pour sa fille le droit de cité romaine, le centurion remet personnellement à Pline une pétition (libellus), lui demandant (rogatus) de l’envoyer à Trajan (ut mitterem tibi libellum). Pline rédige une lettre destinée à l’empereur et y annexe le libellus en question. Trajan reçoit le dossier, le lit, accepte et retourne à Pline sa réponse avec le libellus, pour que celui-ci puisse le remette à Aquila (libellum rescriptum, quem illi redderes, misi tibi)41. De tels dossiers nous sont parvenus à travers la documentation papyrologique et épigraphique, comme celui qui figure par exemple à Aezani, en Asie Mineure, gravé sur le mur du temple de Zeus, et qui concerne une dispute au sujet des terres consacrées à Zeus et des implications financières qui en découlent. Il se compose de quatre lettres, deux adressées par le gouverneur, le proconsul Avidius Quietus, et deux dont il est le destinataire. La première (A), qui annonce les suivantes, est celle qu’il a rédigée en grec à l’intention de magistrats, de la boulè et du peuple d’Aezani. Elle est accompagnée de la copie d’une lettre que lui a envoyée l’empereur Hadrien (B), exempl(um) epistulae [Cae] saris scriptae ad Quietum, de la copie d’une lettre du proconsul à Hesperus, un procurateur impérial (C), exempl(um) epistulae Quieti scriptae ad Hesperum, et de la copie de la lettre que ce procurateur lui a adressée (D), exempl(um) epistulae scriptae Quieto ab Hespero, qui n’est que partiellement conservée42.

  • 43 Sur ces questions, voir par ex. Eck 1997, 358-381, Eck 1999b et Burton 2002. Il peut s’agir par ex (...)

13En fixant notre regard sur la correspondance entre Pline et Trajan, on pourrait toutefois être tenté de mettre un peu trop l’accent sur le rôle central joué par un gouverneur faisant sans cesse appel à l’empereur. Il est donc important d’élargir notre champ de vision et de confronter ce regard avec les sources papyrologiques et épigraphiques, qui livrent de nombreux éclaircissements à notre connaissance des mécanismes de l’administration romaine. Ces documents présentent en outre l’intérêt d’offrir une perspective nouvelle nous permettant d’appréhender d’une manière relativement directe et précise non seulement le point de vue du pouvoir romain, mais aussi et surtout celui des administrés eux-mêmes, dans leurs relations quotidiennes et concrètes avec ce pouvoir. Le maniement et l’interprétation de ces sources invitent toutefois à tenir compte de certaines considérations d’ordre méthodologique et technique. C’est le cas tout particulièrement pour les témoignages épigraphiques. Si la découverte d’inscriptions est souvent liée au hasard de leur conservation et des découvertes, la décision de faire graver un texte sur un support dur, elle, n’est en revanche jamais fortuite, comme on a pu s’en rendre compte dans les exemples passés en revue ci-dessus. Cette décision est toujours due à la volonté d’un individu ou d’un groupe d’individus de conférer un caractère de longue durée à un écrit, quel qu’il soit, afin de le mettre en évidence et d’en conserver le contenu, ou du moins certains éléments particuliers. Les motifs sont nombreux et varient bien évidemment selon les situations, mais l’autoreprésentation et la subjectivité font rarement défaut43.

  • 44 Burton 2002, 263-264 ; Meyer-Zwiffelhoffer 2002, 342-343.
  • 45 La majorité des documents papyrologiques d’époque romaine proviennent de la Moyenne-Égypte et se s (...)
  • 46 Voir par ex. les pétitions du Moyen-Euphrate : Feissel & Gascou 1995, en part. P. Euphr., 1 et 2 e (...)
  • 47 McGing 2001.

14À la différence des documents gravés sur pierre ou sur bronze, les papyrus ont conservé jusqu’à nous tout une paperasse administrative livrée ainsi en vrac, sans tri, et sans décision ou volonté particulière d’en fixer de manière arbitraire la mémoire pérenne. Le contraste entre le nombre d’édits de préfets d’Égypte conservés sur papyrus (plus de soixante) et les rares témoignages épigraphiques de tels édits, pour l’ensemble des provinces, est à ce titre très révélateur44. Les papyrus, ostraca ou tablettes conservés dans les sables ou le sol humides des diverses régions de l’empire, qu’il s’agisse de l’Égypte et en particulier de la Moyenne Égypte45, de Bostra, des sites du Moyen-Euphrate en Syrie ou de Vindolanda, sur le mur d’Hadrien, ne représentent qu’une partie extrêmement infime de la masse des documents produits dans le cadre de la gestion des provinces romaines46. Cet ensemble documentaire, qui présente un certain nombre de points communs, en dépit des diversités et des habitudes provinciales, régionales ou locales, permet de se faire une idée de tous les types d’écrits qui ont dû circuler à l’intérieur d’une province, du plus banal au plus officiel47. Dans la mesure où le papyrus servait de support identique à tous les documents administratifs, quels qu’ils soient et quels qu’en soient les emplois, ces documents livrent sur le même plan aussi bien le contenu du message transmis (lettre privée ou officielle, édit, décret, déclaration sous serment, comptabilité, registre, reçu etc.) que les traces indicatives nous renseignant sur sa production ou son acheminement (dates d’envoi et/ou de réception, adresses, noms et titres des émetteurs et destinataires, lieux, signatures, marques de contrôles, d’enregistrement etc.).

  • 48 BGU, 646 ; Haensch 1997a, 212-213 et 385-386 ; Eck 1997, 359-381, part. 363-365 ; voir toutefois P (...)
  • 49 Haensch 1992 et Haensch 1997a, 178-185.
  • 50 Haensch 2000 ; Nelis-Clément 2000, part. 79-85.

15Malgré ces différences, les documents épigraphiques et papyrologiques permettent de préciser un certain nombre des questions que l’on se pose sur le rôle du gouverneur et la place de la capitale comme principal centre de diffusion de l’information dans une province romaine. Les témoignages papyrologiques confirment que dans la province d’Égypte, c’était dans la capitale Alexandrie qu’étaient publiées en premier lieu les informations officielles reçues de Rome par le préfet, avant d’être diffusées dans la province. Il en allait de même pour les édits et décrets du préfet par exemple, pour lesquels la publication qui faisait foi était celle qui était affichée dans la capitale, et cela même en l’absence du préfet48. C’était aussi dans la capitale qu’étaient enregistrés et archivés tous les documents officiels traités par le gouverneur (ou plus exactement par les gouverneurs successifs) et les divers employés rattachés à son officium : lettres, édits, décrets, souscriptions aux pétitions, sans compter les copies de sa correspondance avec ses divers collaborateurs ainsi qu’avec les officiers en des charge des armées stationnées dans sa province49. Ces divers types d’écrits officiels, dont nous examinerons plus en détails quelques exemples plus loin, nous sont tous relativement bien connus. Pour l’assister dans toutes ses activités, et en particulier dans ses fonctions administratives, dans la capitale, le gouverneur et des procurateurs, appelés à changer de poste régulièrement, ces officiales constituaient l’élément susceptible d’assurer la continuité au sein de l’administration d’une province romaine50.

  • 51 Burkhalter 1990.
  • 52 Voir infra n. 63.
  • 53 P. Oxy., 7, 1022 = ChLA, 3, 215 = Fink 1971, 87 = Sel. Pap., 2, 421 (103 p. C.) : ex(emplum)... / (...)
  • 54 P. Dura, 60 = Fink 1971, 98 (c. 208 p.C.) ; voir infra p. 173, n. 95.
  • 55 Tab. Vindol., III, 643 a i (103-104 p. C.) : Floru[s] Calauiro suo / salut[e]m arcula clusa / et r (...)
  • 56 Nelis-Clément 2000, 203-210.

16De l’autre côté de la chaîne de transmission, les dossiers envoyés depuis la capitale aux différents cités, agents romains ou officiers stationnés dans les camps et castella militaires étaient également catalogués et archivés dans les archives locales, de même que ceux qui en partaient, en direction du gouverneur et de la capitale. On peut aisément se faire une idée de la masse de copies et de paperasserie qu’exigeait un tel système de double archivage et conservation des documents publics (δημόσιοι λόγοι ou δημόσια βιβλία)51. Les falsifications ou altérations répétées des documents archivés ont même contraint certains gouverneurs à prendre des mesures sévères contre les coupables comme on le verra plus loin à la lumière d’un décret que le gouverneur Quintus Veranius a promulgué et fait afficher dans toute la province de Lycie52. La correspondance à caractère militaire (lettres, circulaires, comptes, rapports, registres, itinéraires etc.) était également archivée dans la capitale et dans chacun des camps ou castella, sous la responsabilité du cornicularius à la tête des archives de l’unité. Lors du classement des divers documents reçus et envoyés dans le tabularium de son unité, dont il tenait des registres précis des entrées et sorties, le chef des archives devait distinguer les originaux des copies, dont il attestait l’authenticité comme le montre la lettre en latin qu’un préfet d’Égypte a adressée à un officier militaire, avec la liste de six nouvelles recrues53. Lorsque la situation l’exigeait, le gouverneur pouvait envoyer au procurateur impérial, pour son information personnelle, une copie d’un courrier adressé à des tiers comme le montre l’exemple d’une circulaire, conservée sur un papyrus de Doura-Europos, adressée par Marius Maximus le gouverneur de Syrie, à Antioche, à ses divers officiers, tribuns, préfets et praepositi54. À la circulation des documents s’ajoutait celle des hommes et les contacts directs au cours desquels s’échangeaient les informations. Afin d’être informé de manière régulière sur ce qui se passait dans les divers secteurs de sa province, et en particulier aux frontières, le gouverneur avait aussi à son service ses beneficiarii, appelés à circuler entre la capitale et les différentes stations de la province (près des castella, dans les cités ou villages) où ils accomplissaient des séjours de durée variable. Parmi les diverses fonctions qu’on leur connaît, ces agents de liaison participaient directement à la transmission de documents et à la circulation d’informations entre la population, les officiers militaires et le gouverneur. L’un d’eux, comme l’apprend une tablette de Vindolanda récemment publiée, se voit confier une arcula clusa qu’il doit sceller au moyen de son anneau. Il est possible que la petite boîte en question ait contenu des documents officiels et confidentiels circulant entre le castellum de Vindolanda et les bureaux du gouverneur55. Mais la durée de plus en plus réduite de leurs séjours dans ces stations et les détails que livrent leurs témoignages épigraphiques permettent de penser qu’au terme de chacune de leurs missions, lorsqu’ils rejoignaient l’officium dans la capitale, ces représentants directs du gouverneur pouvaient être appelés à faire un rapport oral et à répondre à d’éventuelles questions de la part de ce dernier56.

  • 57 P. Lond., 1912 = Select Pap., 2, 212 = Oliver 1989, no 19 ; Millar 1977, 317-319.

17Un papyrus en provenance du nome de Philadelphie, en Arsinoite, illustre bien la manière dont un préfet d’Égypte pouvait procéder pour diffuser dans sa province une lettre impériale. Le préfet L. Aemilius Rectus rédige un édit auquel il annexe la copie de la lettre en question, adressée par l’empereur Claude aux habitants d’Alexandrie, en réponse à l’envoi d’une ambassade de leur part57. Le papyrus a conservé les deux textes, l’un à la suite de l’autre. L’édit du gouverneur en occupe la première colonne (l. 1-13). Il est introduit par le nom du préfet suivi du verbe λέγει, qui annonce le début du texte de la proclamation du gouverneur, et se termine par sa date, le 10 novembre 41 p.C. Suit le texte de la lettre de Claude qui s’étend sur les quatre colonnes suivantes (l. 14-108). La lettre commence par l’énoncé de la titulature de l’empereur, suivi par les salutations à la “ville des Alexandrins” et aux membres de l’ambassade, dont les noms sont mentionnés ; elle se termine par ἔρρωσθαι, l’habituelle formule de salutations. Le contenu de l’édit du préfet est particulièrement intéressant pour notre propos. Le gouverneur prend soin en effet d’expliquer qu’il a décidé d’afficher la lettre en question afin que chacun puisse en prendre connaissance, puisqu’il n’a pas été possible à l’ensemble de la population, vu son nombre élevé, d’assister à la lecture de la lettre impériale. La découverte du papyrus dans le nome d’Arsinoite permet de penser que la diffusion par affichage s’est étendue aux autres régions de la province, alors que la lettre était adressée seulement aux ressortissants d’Alexandrie. La décision d’élargir la diffusion de cette lettre hors d’Alexandrie peut s’expliquer par le caractère général d’une partie des questions abordées, et en particulier par l’aspect exemplaire de la réponse de l’empereur et son rôle d’arbitre face aux hostilités entre les Juifs et les Grecs d’Alexandrie.

  • 58 BGU, 372 = W. Chr., 19 (29 août 154 p.C.) : édit du préfet M. Sempronius Liberalis adressé (col. 2 (...)
  • 59 Thomas 1999, 186-187 ; voir aussi Strassi 1993.
  • 60 Strassi 1993, 97-98 ; Kruse 2002, 817-819.
  • 61 Sel. Pap., 2, 225 (278 p.C.).
  • 62 P. Oxy., 12, 1408 = Sel. Pap., 2, 224.
  • 63 SEG, 33, 1177 = Bull. ép., 63, 252 = AE, 1976, 673, avec Eck 1995, 76-77 ; le texte qui nous est p (...)

18Les échanges de correspondance entre le préfet et les stratèges, responsables des divers nomes d’Égypte, sont relativement bien documentés, à la différence de la correspondance entre le préfet et les épistratèges58. Lorsqu’il souhaite communiquer des informations à l’ensemble des habitants de sa province, ou du moins à l’ensemble de la population d’un groupe de nomes, le préfet peut adresser une circulaire à plusieurs stratèges, en établissant une liste des nomes dont chacun d’eux avait la charge, et en leur demandant de faire en sorte que les informations en question, annexées à la circulaire, soient ensuite diffusées par leurs soins, en suivant les maillons successifs de la chaîne de communication. Dans ce cas, on peut penser que le porteur emmenait d’Alexandrie autant de copies que de destinataires, sans toutefois exclure que des copies soient faites dans le bureau de chacun des stratèges visités. Il est également possible que le porteur ait organisé ses visites aux différents stratèges en fonction d’un ordre géographique59. Les témoignages conservés montrent que selon les besoins et les circonstances, le préfet peut adresser ses écrits à un seul stratège, qui se chargeait au besoin de faire en sorte que l’information soit diffusée sous forme de copies à l’intérieur de son nome, en particulier par l’intermédiaire des βασιλικοὶ γραμματεῖς w lorsqu’il s’agissait d’affaires financières60. Ce système de chaîne de diffusion, qui s’observe également pour d’autres hauts responsables dans l’administration de la province, du dioikètès au stratège et aux decemprimi61, permet de faire en sorte que l’information parvienne successivement jusqu’au dernier maillon de la chaîne, dans les villages égyptiens. La circulaire que le préfet Baebius Juncinus (210-214 p.C.) adresse, avec un édit, aux stratèges des nomes de l’Heptanomie et de l’Arsinoite pour tenter de lutter contre le brigandage dans les nomes égyptiens en constitue un bon exemple62. Elle révèle l’importance de l’information dans le combat difficile que mène le préfet non seulement contre les voleurs, mais aussi contre le manque de coopération de certains stratèges, à en croire les menaces qu’il profère à l’encontre de ceux d’entre eux qui lui désobéiraient, en contraste avec la promesse de récompenses à l’adresse des autres. Le texte de la circulaire était suivi de celui de l’édit, dont seul le début a été conservé. On peut y suivre les différentes étapes de ses actions, intimement liées à une volonté d’informer, de communiquer et de contrôler. La diffusion de l’édit en question (διάταγμα) fait suite à l’envoi d’une première missive dans laquelle il leur avait déjà donné l’ordre de rechercher soigneusement les voleurs. Cet ordre semble être resté sans effets, comme il le laisse entendre dans sa circulaire. Il veut ainsi faire en sorte que “tous les habitants d’Égypte” puissent se rendre compte du sérieux avec lequel il entend s’occuper du problème. Suivent les dispositions établies à l’intention des stratèges et de leurs subordonnés, en vue de l’affichage et de la diffusion de l’édit, puis les menaces : “cet édit, je veux qu’il soit affiché publiquement et dans les métropoles et dans les endroits les plus visibles des nomes”, [... ἔν τε ταῖς μη]τροπόλεσι καὶ τοῖς ἐπισημοτάτοις τῶν νομῶν <τόποις> προτεθῆν[αι...]. Ces dispositions ne sont pas sans rappeler, à une échelle réduite, celles que nous avons vues précédemment à propos de la diffusion du sénatus-consulte dans chacune des provinces de l’empire, quelque deux cents ans plus tôt. Elles rappellent aussi les mesures prises au milieu du ier s. p.C. par Quintus Veranius, le premier gouverneur de Lycie, en vue de mettre fin aux falsifications des documents juridiques par les esclaves publics des cités. Ce gouverneur émet un décret et exige qu’il soit affiché à l’intérieur de toute la province par les autorités municipales de sorte que ses décisions, impliquant à la fois la punition infligée à un esclave public de Tlos qui ne s’était pas soumis à ses menaces et la récompense attribuée à son dénonciateur, soient connues de tous63.

  • 64 Jördens 1997 (avec la bibliographie sur l’ensemble des édits du préfet d’Égypte).
  • 65 Jördens 1997, 515-516 ; voir aussi par ex. P. Oxy., 1, 100.3-4 (pas moins de trente jours).

19Dans certains cas, il arrive que le préfet fixe la durée de l’affichage, comme le montre par exemple un décret du préfet Sempronius Liberalis, au milieu du iie s. p.C64. Suite à une plainte de ses administrés, le préfet réagit et part en lutte contre les abus et exactions fiscales des praktores. Il promulgue un décret dans lequel il met en place de nouvelles régulations en matière fiscale, qui s’inscrivent dans un véritable programme d’information. Il prend en effet tout une série de mesures visant à donner davantage de transparence à cette nouvelle procédure, imposant notamment un double contrôle des registres fiscaux, dont une copie doit être envoyée aux autorités compétentes, à Alexandrie. Enfin, afin de s’assurer que chacun puisse prendre connaissance de ces nouvelles mesures, il exige qu’elles soient affichées pendant une durée de quarante jours65. Comme le montre cet exemple, le préfet en question a bien conscience que l’exercice du pouvoir implique la nécessité d’informer. La meilleure protection qu’il puisse donner à l’ensemble de ses administrés, et en particulier à ceux qui ont fait appel à lui, en sa qualité de représentant de la justice romaine, c’est de les informer, de leur donner la possibilité, en les affichant, de connaître leurs droits et de se servir des lois émises par le pouvoir romain pour se défendre d’éventuels abus ou injustices, qu’ils soient dus à d’autres administrés ou à des agents romains.

  • 66 BGU, 372 = W. Chr., 19 (cité n. 58).

20Les quelques exemples passés en revue jusqu’ici nous ont permis de suivre les maillons successifs de la chaîne de diffusion reliant la capitale aux villages égyptiens. Un papyrus du Fayoum a conservé la trace d’un chemin inverse. Il s’agit d’une déclaration adressée au stratège Eudorus par un certain Pouseimis, un jeune homme âgé de trente ans qui se présente comme un policier assumant sa fonction dans son hameau de Damas, dans le nome de l’Arsinoite. Ce document offre l’avantage de nous permettre de remonter la chaîne et d’observer de l’intérieur la manière dont le pouvoir romain et le phénomène de la diffusion de l’information pouvaient être perçus, dans un village égyptien, au milieu du iie s p.C. Ce policier déclare sous serment, en jurant devant l’empereur romain, dont il connaît tous les titres, qu’il a bel et bien affiché dans son hameau une copie de la lettre du préfet Sempronius Liberalis. On soulignera qu’il est illettré, comme il le dit lui-même, et que sa déclaration a été écrite par un scribe public, avec l’aide de son assistant. La lettre en question est en réalité un édit, dont on sait qu’il fut promulgué en 154 p.C., soit quatre ans auparavant66. En songeant aux menaces prononcées par le préfet Baebius Juncinus à l’encontre des stratèges peu enclins à collaborer dans la diffusion des informations, comme on l’a vu plus haut, on imagine sans peine la pression sous laquelle le stratège a dû mettre Pouseimis, exigeant sans doute de sa part une déclaration de ce type, en vue de justifier, si nécessaire, sa propre position auprès du préfet Sempronius Liberalis.

  • 67 P. Oxy., 7, 1021 = Sel. Pap., 2, 235 ; McGing 2001, 33 ; photographie pl. 1 p. 160.
  • 68 BGU, 646 (193 p.C.).
  • 69 Riepl 1913, 123-140 ; Duncan-Jones 1990, 7-29 ; Thomas 1999, 192-193 ; McGing 2001, 32-33 ; Béreng (...)

21La lenteur qui s’observe ici dans les mécanismes du système de diffusion et de contrôle des informations contraste avec la vitesse à laquelle pouvaient être diffusées certaines nouvelles officielles considérées comme urgentes, telles que l’annonce de la mort d’un empereur et de la proclamation de son successeur. Trente-cinq jours après le décès de Claude et l’accession de Néron, soit le 17 novembre 54 p.C., un brouillon sans adresse, probablement une note de chancellerie destinée à une proclamation publique ou à la reproduction d’une dépêche officielle, circulait déjà à Oxyrhynchus, soit à quelque 350 kilomètres de la capitale égyptienne, alors que la nouvelle était encore inconnue en Éléphantine le 28 novembre67. Une nouvelle de ce genre, qui implique une diffusion rapide dans toute la province, pouvait être envoyée au moyen d’une circulaire adressée à plusieurs stratèges, comme le montre l’exemple de celle que le préfet envoya aux stratèges de l’Heptanomie et de l’Arsinoite pour la célébration de l’accession de Pertinax68. Il ne fait pas de doute que dans certains cas, la rumor allait plus vite que les annonces officielles. On connaît tout une série d’exemples illustrant la vitesse de l’acheminement des informations, dans laquelle interviennent divers facteurs (degré d’urgence, saison, transport terrestre et/ou maritime, éloignement etc.), ce qui explique les résultats très variables et les nombreux cas d’exception qui peuvent être observés69. Certains exemples sont si extrêmes qu’ils sont davantage le reflet de la lenteur de la bureaucratie ou du travail des scribes ou copistes que celui de la transmission même des nouvelles.

  • 70 Haensch 1994.
  • 71 Nelis-Clément 2000, 227-233.
  • 72 Haensch 1997b.
  • 73 P. Yale, 1, 61. Sur ordre du préfet, les pétitions (avec les réponses qu’il a données), une fois a (...)
  • 74 Riepl 1913 (passim) ; Kolb 2000, 269-307 (avec les distinctions entre la circulation des nouvelles (...)
  • 75 Par ex. AE, 2000, 1275 = AE, 1999, 1350 = AE, 1996, 1359, où il est question de la visite d’un gou (...)
  • 76 P. Oxy., 18, 2182 l. 17-19 avec Thomas 1999, 183 ; sur ces tournées, voir infra p. 167.

22Les pétitions par lesquelles les administrés s’adressent au pouvoir du gouverneur constituent également un excellent moyen à la fois de remonter la chaîne de communication et d’évaluer la réception des informations diffusées par le pouvoir romain auprès de leurs administrés. Comme on le verra plus loin, elles nous donnent l’occasion de nous rendre compte, à travers leurs démarches et leurs réactions, de ce qu’ils connaissent des lois, des structures et des hommes en place, de leurs droits et des moyens dont ils peuvent disposer pour se faire entendre et pour se défendre devant le pouvoir. Sans vouloir revenir dans les détails sur une question dont toutes les étapes du fonctionnement sont désormais bien étudiées70, il suffit de rappeler que les administrés qui se sentaient lésés d’une manière ou d’une autre pouvaient déposer une pétition auprès d’agents chargés de représenter sur la scène locale le gouverneur et les autorités supérieures de la province. Dans la plupart des cas, ils s’adressaient à l’agent le plus proche et le plus facile d’accès, souvent à un militaire ou à l’un des bénéficiaires du gouverneur stationnés dans la région, qui se chargeait de recevoir leur déposition et de la transmettre au gouverneur, par la voie de service71. Mais ils pouvaient aussi s’ils le préféraient (et s’ils en avaient les moyens financiers) adresser leur pétition directement au gouverneur, en se rendant eux-mêmes, pour la lui remettre, dans la capitale provinciale ou dans le siège du conuentus le plus proche, où il était prévu que le gouverneur s’arrête pour une étape au cours de sa tournée judiciaire72. L’exemple souvent cité du préfet Ti. Claudius Subatianus Aquila qui se voit présenter 1804 pétitions, au cours de ses trois jours d’assises à Arsinoé, montre bien la surcharge du préfet en ces occasions, même si l’écoute des dossiers qui lui sont lus et les réponses qu’il y apporte par une simple souscription lui permettent de les passer en revue de manière relativement rapide et efficace73. Cet exemple révèle en outre non seulement l’intérêt manifesté par un grand nombre d’administrés à engager des démarches de ce type auprès des autorités, signe de la confiance qu’ils portaient au pouvoir, mais aussi leur connaissance des pratiques bureaucratiques et de la marche à suivre. Cela implique que le pouvoir leur avait donné les moyens de connaître ces détails, ou du moins de s’en informer lorsqu’ils ressentaient le besoin de se défendre. Enfin, le contexte dans lequel sont présentées toutes ces pétitions – une étape de la tournée du conuentus – attire à nouveau notre regard sur le fait que la circulation de l’information implique aussi, en parallèle, la circulation des hommes et les contacts personnels. Celle des messagers de toutes sortes (soldats, tabellarii, officiales, ἐπιστολαφόροι, beneficiarii, etc.), porteurs d’informations orales et écrites, qui pouvaient à l’occasion utiliser l’infrastructure du cursus publicus, s’ils avaient reçu un diplôme. Ils étaient les clefs du système sans lesquels rien ne pourrait fonctionner74. Mais aussi celle du gouverneur et de son entourage, au cours de ses voyages d’inspection75 et tournées judiciaires ; il pouvait y échanger avec ses subordonnés et ses administrés des informations écrites et orales, διὰ γραμμάτων et κατ’ ὄψιν76.

  • 77 P. Euphr., 1 = Feissel & Gascou 1995 ; voir aussi P. Euphr., 2 et P. Bostra, 1, avec Gascou 1999.

23En dépit de l’existence de tels systèmes et réseaux de communication entre le pouvoir et ses administrés et des avantages qu’ils offrent, les failles sont nombreuses, les abus fréquents et les résultats souvent bien décevants comme le montre par exemple l’expérience des quatre villageois de Beth Phouraia, dans la région d’Appadana sur le Moyen-Euphrate syrien, qui espéraient trouver justice en faisant appel contre des covillageois auprès du gouverneur de Syrie-Coele. Après un voyage à Antioche, ils attendent plus de huit mois (de la fin 244 jusqu’au 24 août 245 p.C.) afin de pouvoir présenter leur pétition au gouverneur Iulius Priscus. Ce dernier, après avoir écouté une partie de l’affaire seulement, se refuse de trancher et renvoie la question à sa prochaine tournée judiciaire, lors de son passage dans le secteur d’Appadana dont dépend leur village77. Ce qui est intéressant dans l’histoire, c’est de voir à quel point les villageois se montrent déterminés et bien informés de leurs droits, mais aussi des limites du système, puisque dans l’attente du jugement, ils réclament et obtiennent de la part du gouverneur la souscription attendue par laquelle ce dernier renvoie l’affaire à la justice locale.

  • 78 P. Fay., 20 = Oliver 1989, no 275.
  • 79 Jos., AJ, 19.5.3 (291) ; Millar 1977, 254-257.
  • 80 Voir par ex., parmi d’autres, AE, 1995, 1498 : fragments de lettres de l’empereur Trajan, suite à (...)
  • 81 Eilers 2002, 178-179.
  • 82 Hauken 1998 (pétitions à l’empereur) ; voir aussi Millar 1977, part. 473-476 ; Coriat 1997, 318-32 (...)
  • 83 Voir par ex. CIL, III, 12336 = IGBulg., IV, 2236 = AE, 1994, 1552 = AE, 1995, 1373 : suite à de pr (...)

24Au reflet des exemples passés en revue ci-dessus, il ne fait pas de doute, malgré la diversité des situations, que la majeure partie des requêtes des provinciaux étaient adressées directement au gouverneur, et que la plupart des informations reçues de Rome étaient rediffusées dans la province après un passage dans la capitale et les bureaux du gouverneur. C’est depuis cette centrale que s’organisait leur mise en circulation à travers les réseaux en chaînes que l’on vient d’observer. Mais toutes les informations ne passaient pas toujours pas le gouverneur, et toutes n’étaient pas systématiquement destinées à l’ensemble de la province. Le gouverneur par exemple n’était pas tenu d’ordonner la publication de tous les décrets impériaux. Les autorités locales, pour leur part, avaient le devoir d’informer leurs communautés sur les décisions qui les concernent, comme l’ont montré les textes de loi mentionnés plus haut. Cela est confirmé par les dispositions explicitées clairement par Sévère Alexandre, dans un édit qui nous est parvenu grâce à un papyrus découvert à Ûmm el ‘Atl, dans le Fayoum. L’empereur prend soin en effet de préciser qu’une copie de son édit doit être affichée sur la place publique par les autorités locales, et de manière à ce qu’on puisse le lire : Τούτου τοῦ ἐμα[υτοῦ] δόγματος ἀντίγραφα τοῖς κατ’ ἐκάστην π<ό>λιν ἄρχουσιν γενέσθω ἐπιμελὲς εἰς τò δημόσι<ο>ν <ἐκθεῖναι ὅπου> μάλιστα ἔστα[ι] σύνοπτα τοῖς ἀναγινώσκπισ<ιν>”78. Le même devoir d’affichage de la part des autorités locales figure aussi dans un édit de Claude, avec en plus la spécification de la durée de l’affichage, qui doit se prolonger au moins pendant trente jours79. Parallèlement à leurs relations avec le gouverneur, les communautés provinciales entretiennent des contacts directs et personnels avec Rome et le pouvoir impérial, comme cela s’observe par exemple dans la correspondance de Pline avec l’empereur, où il est question d’ambassades de cités envoyées pour saluer l’empereur. On connaît aussi un certain nombre de cités ou de communautés locales qui s’adressent directement à l’empereur, sans l’intermédiaire du gouverneur, et qui en reçoivent une réponse80. Les contacts entre les cités et Rome passent selon les cas par l’intermédiaire d’ambassadeurs ou d’envoyés spéciaux, de patrons de cités81, de grands propriétaires bien introduits dans l’entourage de l’empereur, ou par des ressortissants établis à Rome ou dans la région dans laquelle se trouve l’empereur, lorsqu’il est en déplacement. On connaît bon nombre de pétitions que des cités ou villageois ont adressées directement à l’empereur, ou parfois après une première expérience vaine auprès du gouverneur82. La réponse de l’empereur était donnée sous la forme d’un rescrit, dont le pétitionnaire devait se procurer lui-même une copie privée. Il arrivait que l’empereur confirme sa réponse auprès du gouverneur, ou qu’il renvoie les pétitionnaires, à l’occasion, devant la justice de ce dernier83.

  • 84 Millar 2000 = Millar 2004, 23-46.

25Dans tous les cas, la circulation de l’information dans les provinces est étroitement liée aux relations de pouvoir que Rome et ses agents entretiennent avec leurs administrés, comme le montre bien la pétition des villageois syriens évoquée plus haut. Le fait que pour défendre leurs intérêts face à des covillageois, sur leurs propres terres, ces administrés récemment entrés dans l’empire choisissent de s’adresser à la justice de Rome, à ce “government by correspondence”84 dont on voit qu’ils connaissent déjà bien le mode de fonctionnement, est un signe de la confiance qu’ils placent dans le pouvoir d’un empereur dont ils ne connaissent que le nom. Cette confiance dans les institutions et les autorités romaines, même si les réalités n’ont souvent pas été à la hauteur de l’idéal de la conception du système, n’est sans doute pas étrangère à la façon dont ce pouvoir s’affiche, veut se faire connaître, informe ses administrés, les place en quelque sorte sur une ligne d’égalité avec ses propres agents, lorsqu’ils lisent ensemble la loi, exposée pour tous sur la sphère publique.

Planche 1. Papyrus annonçant la mort de l’empereur Claude et l’accession au pouvoir de Néron (54 p.C.).
P. Oxy., 7, 1021 = Sel. Pap., 2, 235.
Reproduit avec la permission de “The Board” de Trinity College - Dublin.

Notes

1 Suet., Aug, 101.1-4 ; D. C. 56.33.1 (καὶ βιβλία τέσσαρα) ; Tac., Ann., 1.11.3-4 (libellum).

2 Voir les communications de B. Rankov et de R. Haensch dans ce même volume.

3 Nicolet 1988, part. p. 190-199 ; sur les registres et documents administratifs en général : La Mémoire perdue I et II ; voir aussi infra n. 24.

4 Bosworth 1999 ; Roddaz 2005 ; Galinsky 2005.

5 D.C. 52.37 (conseils à Auguste attribués à Mécène) ; sur la nécessité pour l’homme d’État de s’informer : Cic., Leg., 3.18.41 : est senatori necessarium nosse rem publicam – idque late patet : quid habeat militum, quid ualeat aerario, quos socios res publica habeat, quos amicos, quos stipendiarios, qua quisque sit lege, condicione, foedere –, tenere consuetudinem decernendi, nosse exempla maiorum. Videtis iam genus hoc omne scientiae, diligentiae, memoriae, sine quo paratus esse senator nullo pacto potest.

6 Le même messager est désormais en mesure de se rendre jusqu’à la destination finale et de compléter si nécessaire le contenu des lettres qu’il a à remettre à ses destinataires, en répondant à leurs éventuelles questions. Suet., Aug., 32.1 ; Kolb 2000, part. 49-70 et 264-307 ; Eck 2003 et sur les réformes administratives d’Auguste : Eck 1995, 83-103 ; voir supra p. 129-130.

7 Rien dans le texte ne semble concerner cette province en particulier ; il en va différemment par exemple du discours prononcé par Claude devant le sénat, dont la copie fut gravée sur des tables de bronze retrouvées à Lyon au xvie s.

8 Brunt & Moore 1967 ; Eck 2003, 1-5 et 131-153 ; Drew-Bear & Scheid 2005 ; sur Ancyre comme capitale provinciale et siège du gouverneur : Haensch 1997a, 277-278 et 589-590 (des témoignages épigraphiques y attestent la présence locale de deux membres de l’officium du gouverneur aux ii-iiie s. p.C.) ; sur le bilinguisme en général, voir maintenant la somme de Adams 2003 ; sur l’emploi du latin comme langue officielle dans les provinces orientales : Eck 2000b.

9 Brunt & Moore 1967, 2 ; autrement Botteri 2003, part. 265-267 (interprétation du texte latin faite à Rome) ; dans le même sens, à propos des sénatus-consultes d’époque augustéenne : Sherk 1969, 13-19.

10 Sherk 1969, 55 = Crawford 1996, 12. B, l. 20-26. L’affichage de documents officiels sur la scène locale est une pratique déjà attestée chez les rois ptolémaïques comme le montre la notification d’affichage d’un décret qui apparaît dans un papyrus du ier s. a. C. : BGU, 1730 = Sel. Pap., 2, 209 ; en Grèce, les premières publications législatives sur pierre remontent au viie s. a.C., avec les décrets crétois : Bresson 2005, 160 ; voir aussi supra p. 79.

11 Eck et al. 1996 ; AE, 1996, 885 (avec la bibliogr.) = CIL, II2, 5, 900 (El Tejar, Gemella?).

12 Tac., Ann., 4.13.2 ; voir aussi 2.30.1 et 4.28-30.1, avec Woodman 2004, xv et 54 n. 1.

13 Coudry 1994 ; sur la question des publica acta et de leur utilisation par Tacite, voir Woodman 2004, xv-xviii ; voir aussi Roddaz 2005, 39-40.

14 Eck et al. 1996, 53-54.

15 Sur le personnel et les moyens en place pour effectuer cette transmission des informations officielles entre Rome et les provinces, voir supra l’article de B. Rankov.

16 Dig. (Ulpien) 1.16.7.

17 Voir infra p. 153 (lecture publique à Alexandrie d’une lettre de Claude) ; ceux qui ne savaient pas lire pouvaient se faire lire les inscriptions à haute voix : Suppl. Ital., n. s. 4, 1988, 78-84, no 58, l. 42-43 : (...) titulumque quicumque legerit, aut lege[ntem] / ausculta(ue) rit (...). Sur les archives du gouverneur : infra p. 151-152.

18 Tac., Ann., 3.63.4 ; Rhodes 2001 ; Bresson 2005, 165-166 ; Corbier 2005, 188-189.

19 Oliver 1989, no 33.

20 Tab. Siar., II b 26 = Crawford 1996, 37, 517-518 = AE, 1989, 408 (AE, 1984, 508) : uti co(n) s (ules) hoc / s(enatus) c(onsultum) cum edicto suo proponerent iuberentque mag(istratus) et legatos municipiorum et coloniar/ um descriptum mittere in municipia et colonias Italiae et in eas colonias quae essent in / (p) rouinciis eos quoque qui in prouincis prae(e)ssent recte atque ordine facturos si hoc s(enatus) c(onsultum) de/dissent operam ut quam celeberrumo loco figeretur. Voir aussi infra n. 25 (lex Irnitana) et les exemples cités par Sherk 1970.

21 À la différence, le sujet de la lettre d’Hadrien (les droits de succession des enfants des soldats) traduite du latin en grec et affichée par le préfet Rammius Martialis, sur ordre de l’empereur, dans les principia des camps d’hiver des légions III Cyrénaïque et XXII Deiotariana, à Alexandrie, concerne strictement les militaires : BGU, 140 = FIRA, leg. 78 = Oliver 1989, no 70, avec Eck 1997, 363. On soulignera que le papyrus qui en a conservé la copie a toutefois été retrouvé dans le Fayoum.

22 Eck et al. 1996, 279-287.

23 Voir infra p. 153-154.

24 Eck 2001 ; sur l’ensemble de ces questions : Eck 1995, part. 1-28 et 55-79 ; Eck 1996 et Eck 1997, part. 359-381.

25 AE, 1986, 333, r. 95.

26 Eck 1995, 67-68 ; Eck 2001 ; Nelis-Clément 2006.

27 Dig. (Ulpien) 1.16.4.3 : Antequam uero fines prouinciae decretae sibi proconsul ingressus sit, edictum debet de aduentu suo mittere continens commendationem aliquam sui (...) ; Hurlet 2006, 294 ; sur le manque d’informations de nature officielle à la disposition d’un gouverneur tel que Cicéron, à l’époque républicaine : Austin & Rankov 1995, 102-107.

28 Plin. 10.83 : Rogatus, domine, a Nicaeensibus (...). En général, sur le caractère littéraire, Stadter 2006.

29 Plin. 10.106 : Rogatus, domine, a P. Accio Aquila, centurione cohortis sextae equestris, ut mitterem tibi libellum... ; 10.107 : Libellum P. Accii Aquilae, centurionis sextae equestris, quem mihi misisti, legi. (...) Libellum rescriptum, quem illi redderes, misi tibi.

30 Plin. 10.63 et 10.74 ; Nelis-Clément 2006.

31 Plin. 10.47. Sur les divers aspects de l’autonomie locale face au pouvoir : Eck 1999a.

32 Plin. 10.48.1 : Libellus Apamenorum, quem epistulae tuae iunxeras (...).

33 Plin. 10.7 (préfet d’Égypte) ; 10.77.1-3 ; Brélaz 2002.

34 Plin. 10.42, avec 61 et 62.

35 Plin. 10.63 et 64 (tabellarii) ; Bérenger-Badel 2002.

36 Plin. 10.96.7 : (...) post edictum meum, quo secundum mandata tua (...).

37 Purcell 1986, 569 souligne le caractère d’amateurisme du gouvernement romain ; dans le même sens, Garnsey & Saller 1987, 20-40.

38 Plin. 10.70.4 : Exemplar testamenti... misi tibi ; pour un emploi comparable d’exemplar, à propos de la copie des Res Gestae, voir supra p. 142.

39 Plin. 10.96.5 : Propositus est libellus (...).

40 Plin. 10.56.5 : Decretum Calui et edictum, item decretum Bassi his litteris subieci ; voir aussi par ex. 10.58 et 10.59 et note suivante.

41 Plin. 10.107 et 108 ; Coriat 1997, 325-326.

42 CIL, III, 355 et 141911 = MAMA, 9, xxxvi-xliii, avec Kokkinia 2004, 49-53 et Hurlet 2006, 242-243.

43 Sur ces questions, voir par ex. Eck 1997, 358-381, Eck 1999b et Burton 2002. Il peut s’agir par ex. d’une manifestation de générosité qu’un individu (ou un groupe) décide de commémorer, qu’elle soit émise de sa part ou en sa faveur, d’un geste le mettant en valeur, de manière directe ou indirecte, d’une réponse positive à une demande ou au contraire, d’une réponse négative à la requête d’un rival (voir par ex. Millar 1977, 438-439 et Kokkinia 2003, 202).

44 Burton 2002, 263-264 ; Meyer-Zwiffelhoffer 2002, 342-343.

45 La majorité des documents papyrologiques d’époque romaine proviennent de la Moyenne-Égypte et se situent chronologiquement entre les iie et le iiie s. p.C. : Thomas 1999, 182.

46 Voir par ex. les pétitions du Moyen-Euphrate : Feissel & Gascou 1995, en part. P. Euphr., 1 et 2 et P. Bostra, 1, avec Gascou 1999 ; Tab. Vindol., I-III.

47 McGing 2001.

48 BGU, 646 ; Haensch 1997a, 212-213 et 385-386 ; Eck 1997, 359-381, part. 363-365 ; voir toutefois P. Oxy., 67, 4593 où l’affichage a lieu à Memphis “dans le portique du Serapeum”, et non à Alexandrie.

49 Haensch 1992 et Haensch 1997a, 178-185.

50 Haensch 2000 ; Nelis-Clément 2000, part. 79-85.

51 Burkhalter 1990.

52 Voir infra n. 63.

53 P. Oxy., 7, 1022 = ChLA, 3, 215 = Fink 1971, 87 = Sel. Pap., 2, 421 (103 p. C.) : ex(emplum)... / huic espitulae subieci... Auidius Arrian(us) cornicular(ius) / coh(ortis) II[I] It[ura] eorum/scripsi authenticam / epistulam in tabulario / cohortis esse ; sur les registres, par ex. : P. Dura, 66 = Fink 1971, 89 (216 p.C.).

54 P. Dura, 60 = Fink 1971, 98 (c. 208 p.C.) ; voir infra p. 173, n. 95.

55 Tab. Vindol., III, 643 a i (103-104 p. C.) : Floru[s] Calauiro suo / salut[e]m arcula clusa / et res quequmque ini/[.]a comclusae su[n]t ‚ dabes / [---]o benifeciario / [---] signabet anulo (...?).

56 Nelis-Clément 2000, 203-210.

57 P. Lond., 1912 = Select Pap., 2, 212 = Oliver 1989, no 19 ; Millar 1977, 317-319.

58 BGU, 372 = W. Chr., 19 (29 août 154 p.C.) : édit du préfet M. Sempronius Liberalis adressé (col. 2. l. 5-8) aux épistratèges et stratèges et aux soldats envoyés dans les nomes pour y acheminer le message en question (καὶ τοῖς πε[μ]φθεῖσι ὑπ’ ἐμ[οῦ] / πρòς τὴν τῆς χώρας ἀσφάλειαν καὶ ἀμεριμνίαν στρατιῶταις παρήγγει[λα]) ; P. Oxy., 47, 3341 (début iiie s,) : copie d’une lettre du préfet à l’épistratège de l’Heptanomie ; cf. Thomas 1999, 182-183 et 188.

59 Thomas 1999, 186-187 ; voir aussi Strassi 1993.

60 Strassi 1993, 97-98 ; Kruse 2002, 817-819.

61 Sel. Pap., 2, 225 (278 p.C.).

62 P. Oxy., 12, 1408 = Sel. Pap., 2, 224.

63 SEG, 33, 1177 = Bull. ép., 63, 252 = AE, 1976, 673, avec Eck 1995, 76-77 ; le texte qui nous est parvenu provient de Myra, où il fut gravé sur une stèle de calcaire et exposé.

64 Jördens 1997 (avec la bibliographie sur l’ensemble des édits du préfet d’Égypte).

65 Jördens 1997, 515-516 ; voir aussi par ex. P. Oxy., 1, 100.3-4 (pas moins de trente jours).

66 BGU, 372 = W. Chr., 19 (cité n. 58).

67 P. Oxy., 7, 1021 = Sel. Pap., 2, 235 ; McGing 2001, 33 ; photographie pl. 1 p. 160.

68 BGU, 646 (193 p.C.).

69 Riepl 1913, 123-140 ; Duncan-Jones 1990, 7-29 ; Thomas 1999, 192-193 ; McGing 2001, 32-33 ; Bérenger-Badel 2002.

70 Haensch 1994.

71 Nelis-Clément 2000, 227-233.

72 Haensch 1997b.

73 P. Yale, 1, 61. Sur ordre du préfet, les pétitions (avec les réponses qu’il a données), une fois affichées le temps requis à Alexandrie, sont ensuite exposées dans la chora (ἐπὶ τόπων).

74 Riepl 1913 (passim) ; Kolb 2000, 269-307 (avec les distinctions entre la circulation des nouvelles et le transport des hommes par le cursus publicus) ; en Égypte : Thomas 1999, part. 188-189.

75 Par ex. AE, 2000, 1275 = AE, 1999, 1350 = AE, 1996, 1359, où il est question de la visite d’un gouverneur de Mésie Inférieure en Chersonèse, ou Tab. Vind., II, 248, 8-11 : ... et tu / sis dignissimus cons/sulari n(ostro) utique ma/turius occures, ainsi que Tab. Vind., III, 581, 96 : aduentu consu[laris], pour la visite du gouverneur de Bretagne à Vindolanda avec Austin & Rankov 1995, 143-145.

76 P. Oxy., 18, 2182 l. 17-19 avec Thomas 1999, 183 ; sur ces tournées, voir infra p. 167.

77 P. Euphr., 1 = Feissel & Gascou 1995 ; voir aussi P. Euphr., 2 et P. Bostra, 1, avec Gascou 1999.

78 P. Fay., 20 = Oliver 1989, no 275.

79 Jos., AJ, 19.5.3 (291) ; Millar 1977, 254-257.

80 Voir par ex., parmi d’autres, AE, 1995, 1498 : fragments de lettres de l’empereur Trajan, suite à l’envoi d’une ambassade et à l’attribution d’un privilège à Milet, où il ressort que l’empereur a adressé au proconsul une confirmation écrite de sa décision ; voir aussi AE, 1994, 1618 : réponse d’Hadrien aux Épicuriens d’Athènes.

81 Eilers 2002, 178-179.

82 Hauken 1998 (pétitions à l’empereur) ; voir aussi Millar 1977, part. 473-476 ; Coriat 1997, 318-323 et Mitchell 1999, part. 40-46.

83 Voir par ex. CIL, III, 12336 = IGBulg., IV, 2236 = AE, 1994, 1552 = AE, 1995, 1373 : suite à de premières tentatives vaines auprès de plusieurs gouverneurs, dont les édits n’ont pas été respectés sur le long terme, des villageois thraces du village de Scaptopara soumis à des exactions de soldats adressent une pétition à l’empereur Gordien, par l’intermédiaire d’un prétorien habitant et propriétaire du même village (conuicanus et conpossessor). Mais l’empereur, leur répondant par l’intermédiaire du même prétorien, les renvoie à nouveau auprès de la justice du gouverneur. C’est par une copie privée authentifiée que les villageois en sont informés.

84 Millar 2000 = Millar 2004, 23-46.

List of illustrations

Caption Planche 1. Papyrus annonçant la mort de l’empereur Claude et l’accession au pouvoir de Néron (54 p.C.).P. Oxy., 7, 1021 = Sel. Pap., 2, 235.Reproduit avec la permission de “The Board” de Trinity College - Dublin.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/620/img-1.jpg
File image/jpeg, 256k

© Ausonius Éditions, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540