Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Deuxième partie. Rome et le monde romain

Les frumentarii et la circulation de l’information entre les empereurs romains et les provinces

Boris Rankov

Texte intégral

  • 1 Tabellarii sous la République : Cic., Att., 6.9.4 ; 12.1.2. La traduction de cet article a été assu (...)
  • 2 Suet., Aug., 49.5 : Et quo celerius sub manum adnuntiari cognoscique posset, quid in prouincia quaq (...)

1Sous la République, même les lettres et dépêches officielles envoyées entre les provinces et Rome étaient acheminées par des voyageurs ordinaires ou des messagers privés connus sous le nom de tabellarius, tels ceux qu’entretenait Cicéron, qui les mentionne dans ses lettres1. Suétone nous dit toutefois que le premier empereur, Auguste, estima que “pour être informé et savoir ce qui se passait dans chacune des provinces plus rapidement, il établit en premier lieu des relais de jeunes hommes postés à de courtes distances, le long des routes militaires, puis des relais de voitures. Ce système parut plus commode, dans la mesure où les mêmes hommes qui portaient les lettres d’un lieu donné pouvaient aussi être interrogés, en cas de nécessité”2.

  • 3 Système de transport officiel (uehiculatio/cursus publicus) : Holmberg 1933 ; Pflaum 1940 ; Mitchel (...)
  • 4 Néron interrogeant le centurion : Tac., Ann., 15.24-25.
  • 5 Suétone comme ab epistulis : Baldwin 1983, 41-51 ; Wallace-Hadrill 1983, 72-96.

2Dans ce système, l’entretien des voitures et des mulets qui les tiraient reposait sur les communautés locales, et des agents officiels et soldats impériaux recevaient des diplomata les autorisant à utiliser le système. Auguste pouvait ainsi compter sur l’efficacité de ses courriers en leur assurant un système de transport officiel – la uehiculatio, connue plus tard sous le nom de cursus publicus – tout en conservant, après un bref essai, les avantages du système républicain, avec des messagers voyageant sur tout le trajet3. Nous n’avons pas d’exemple direct d’un empereur interrogeant un courrier selon la description de Suétone, mais Tacite, dans les Annales, relate un incident significatif qui eut lieu 62 p.C., lors de la venue à Rome d’une ambassade du roi parthe. Le compte rendu de l’ambassade sur la situation en Orient présentait des divergences avec la dépêche que Néron venait de recevoir de son gouverneur en Syrie, L. Caesennius Paetus, si bien que, pour connaître la vérité, l’empereur interrogea le centurion romain qui avait accompagné l’ambassade4. Il n’est peut-être pas inintéressant de relever que Suétone fut employé au service d’Hadrien comme ab epistulis, l’employé officiel responsable de la réception de la correspondance de l’empereur. Ses remarques sur les décisions d’Auguste peuvent avoir été le sujet d’un intérêt particulier de sa part et reflétaient peut-être sa propre expérience (même si nous ne sommes pas absolument certains s’il écrivit les Vies des Césars avant ou après avoir assumé ces fonctions)5.

  • 6 Tabellarii impériaux : Weaver 1972, 227-229.
  • 7 Les Castra Praetoria : Tac., Ann., 4.2 ; Suet., Tib., 37.1 ; D. C. 57.19.6 ; cf. Durry 1938, 43-63.

3On ne sait pas exactement qui étaient les “jeunes hommes” employés comme messagers dans la première phase de réorganisation du système par Auguste. Il peut s’agir de tabellarii ou de cursores, comme ceux qui étaient au service de privés sous la République, esclaves ou affranchis impériaux. De tels employés sont attestés dans des inscriptions, à Rome et même, à l’occasion, dans les provinces6. Il est certain toutefois que dès le début du ier s. p.C., les empereurs se sont mis à employer des soldats pour transporter le courrier officiel. Il s’agit peut-être d’une conséquence naturelle de la mise en place sous Auguste, dans la ville de Rome, d’une garde de corps composée de militaires, les cohortes praetoriae, qui pouvaient de ce fait être employées à des missions de ce type. À la fin du règne d’Auguste, trois cohortes étaient stationnées dans la cité, mais en 23 p.C., l’ambitieux préfet du prétoire de Tibère, L. Aelius Séjan, concentra ces neuf cohortes dans leur nouvelle caserne construite en dehors du pomerium, entre la uia Nomentana et la uia Salaria7. Ceci aurait facilité l’emploi de soldats pour le transport de messages, et il est possible que cette pratique se soit institutionnalisée à ce moment.

  • 8 Speculatores comme éclaireurs et espions sous la république : César, BG, 1.47.6 ; 2.11.2-3 ; 5.49.8 (...)
  • 9 Liv. 31.24 : speculator - ἡμεροδρόμος uocant Graeci.
  • 10 Caligula : Suet., Cal., 44.2 : Nihil autem amplius quam Adminio Cynobellini Britannorum regis filio (...)

4Un certain nombre de témoignages indique que les speculatores ont été employés comme messagers par les empereurs, durant le premier siècle. Chez César, les speculatores étaient encore, comme leur nom l’indique, des soldats employés comme éclaireurs ou espions, mais à partir du début du Principat, leur titre s’applique aux troupes de la garde prétorienne employée comme garde militaire personnelle de l’empereur et probablement entièrement constituée de cavaliers8. Leur emploi comme messagers était déjà connu par Tite-Live qui, écrivant au milieu du règne d’Auguste, rapporte que les Grecs présentent les speculatores comme des μεροδρόμοι9. Suétone nous apprend que Caligula envoya des speculatores à Rome avec des lettres annonçant sa conquête de l’Océan en 40 p.C., tandis que Tacite souligne que c’était des speculatores qui, de Syrie et de Judée, apportèrent à Vitellius les nouvelles que les armées orientales lui avaient juré leur fidélité en 69 p.C.10

  • 11 Eck 1996.
  • 12 Fréquence de correspondance entre gouverneur et empereur : Sherwin-White 1966, 546-547, 554-555 ; M (...)
  • 13 Juv. 4.144-149 : surgitur et misso proceres exire iubentur/ consilio, quos Albanam dux magnus in ar (...)
  • 14 Limites sur l’aptitude de l’empereur de diriger les affaires militaires aux frontières : Millar 198 (...)

5Les gouverneurs provinciaux étaient vraisemblablement ceux qui ont le plus souvent reçu et répondu aux lettres impériales. Werner Eck a en effet récemment avancé l’idée que la correspondance entre les cités provinciales ou les individus et l’empereur passait toujours par leurs gouverneurs11. Le volume de la correspondance de chaque gouverneur avec l’empereur peut néanmoins avoir été assez limité. On a noté par exemple que sur les dix-huit mois du gouvernement de Pline le Jeune, désigné à titre exceptionnel comme legatus Augusti de Bithynie, alors qu’il s’agissait normalement d’une province sénatoriale, celui-ci envoya 59 lettres à Trajan (soit trois par mois approximativement) et en reçut 39 de l’empereur (soit environ deux par mois)12. Les gouverneurs des provinces situées aux frontières peuvent avoir eu besoin d’envoyer davantage de dépêches pour informer l’empereur sur la situation militaire. Juvénal imagine une rencontre du consilium impérial réuni par Domitien ‘ comme s’il (l’empereur) allait parler des Chatti ou des sauvages Sugambri, et comme si une lettre chargée d’inquiétude était venue sur des ailes rapides, en provenance des parties dispersées du globe’13. Il aurait toutefois été impossible pour l’empereur de tenter de diriger quotidiennement les affaires militaires à partir de Rome, à cause du retard dans la transmission des messages14 ; il n’y a donc aucune raison de supposer qu’il devait répondre de manière particulièrement régulière aux missives qui lui parvenaient.

  • 15 Troupes dans les provinces sénatoriales : Ritterling 1917 ; Sherk 1957 ; Eck 1986.
  • 16 Ceci peut être déduit du nom du camp construit pour eux probablement au début du iie siècle p.C., l (...)
  • 17 Recrutement italien des cohortes prétoriennes et urbaines : Tac., Ann., 4.5 ; cf. D. C. 74.2.4 ; Du (...)

6Comme les empereurs, les gouverneurs, dès les débuts du Principat, semblent aussi avoir employé des soldats pour communiquer avec Rome. Même les gouverneurs des provinces sénatoriales, qui ne dirigeaient pas de grandes armées, disposaient de troupes et semblent bien les avoir employées à cet effet15. Les soldats se rendant à Rome pour les affaires du gouverneur étaient apparemment connus collectivement comme les peregrini ou ‘étrangers’16. Puisque Rome était bien évidemment pleine d’étrangers et de non-Italiens, le surnom en question semble issu non pas de la population civile mais plutôt du jargon militaire. L’endroit le plus probable pour abriter de tels visiteurs, au cours du premier siècle p.C., a dû correspondre au seul camp militaire à proprement parler situé dans la capitale à cette période, les Castra Praetoria. Ce camp fut construit en 23 p.C., comme on l’a déjà souligné, pour recevoir les cohortes prétoriennes et urbaines qui, au début du Principat, ne recrutaient presque qu’exclusivement des Italiens17. C’était vraisemblablement ces troupes italiennes qui ont collé ce surnom aux visiteurs des provinces.

  • 18 Acta Apostolorum (Recensio B) 28.16 : τε δ λθομεν ες ώμην, ὁ κατόνταρχος παρέδωκε τòνς δεσμο (...)
  • 19 Philostrate, Vit. Soph., 2.32 : τοῖς τῶν στρατοπέδων γεμόσι ; Herodien 1.8.1 : ἔπαρχον ... τῶν στρ (...)
  • 20 Mommsen 1895, citant la traduction latine des Actes dans le Codex Gigas de Stockholm ; cf. Baillie (...)
  • 21 Date des Castra Peregrina : Baillie Reynolds 1923a ; Colini 1944, 240-245 ; Lissi Caronna 1982. Les (...)
  • 22 Amm. Marc. 16.12.66 ; cf. D. C. 76.10.3, où deux bandits furent apparemment gardés à Rome par un δε (...)

7Un indice semble suggérer que c’était dans les Castra Praetoria qu’ont dû être logées les troupes qui arrivaient des provinces avec des messages et qui accompagnaient des prisonniers. Dans une version des Actes des Apôtres, lorsque St-Paul est amené à Rome en 62 p.C. pour son procès par un centurion de la σπεῖρα Σεβαστή de Judée, il est remis au στρατοπεδάρχῃ, avec les autres prisonniers qui l’accompagnaient18. Dans le passé, on a interprété ceci comme “au préfet du prétoire”, sur le simple fait que Philostrate et Hérodien se servent de termes comparables pour désigner le préfet du prétoire, et que dans un passage de son Épître aux Phillippiens, St-Paul lui-même semble indiquer qu’il était retenu ἐν ... τῷ πραιτωρίῷ19. Mommsen a remis en question cette interprétation en mettant l’accent sur le fait qu’une traduction latine de cette version, qui remonte probablement à la fin du IIe s., traduit “τῷ στρατοπεδάρχῃ, par principi peregrinorum soit au commandant des peregrini. Il émet par conséquent l’hypothèse que Paul aurait été mis en garde à vue à l’extérieur du camp des peregrini, soit des Castra Peregrina20. On a toutefois des raisons de penser que cette caserne (les Castra Peregrina) ne peut pas pu avoir été construite avant le début du second siècle21, et que le traducteur latin des Actes a dû commettre un anachronisme. Les prisonniers envoyés à Rome étaient probablement emprisonnés dans les Castra Peregrina à partir du second siècle, et sans aucun doute sous le Bas-Empire comme nous le savons grâce à Ammien Marcellin22, mais à l’époque de St-Paul, il est probable qu’on les ait mis dans la caserne des prétoriens (Castra Praetoria).

  • 23 Base de statue de Q. Geminius Sabinus : AE, 1923, 28 = ILTun, 778 : Q. Geminio/ Q. fil(io) Arn(iens (...)
  • 24 Trajan sur le Danube en 98 p.C. : Plin., Pan., 18.1 : disciplinam castrorum lapsam exstinctam refou (...)
  • 25 Attribution de pia fidelis à la legio I Adiutrix en 97 p.C. : Ritterling, RE, XII (1925), 1389-1390

8La plus ancienne attestation du titre de princeps peregrinorum se rencontre dans les inscriptions des deux bases de statues de Q. Geminius Sabinus, trouvées en Tunisie. Les inscriptions révèlent que Sabinus fut récompensé des dona militaria pour son service dans la guerre de Nerva contre les Suèves (bello Germanico), en 97 p.C., alors qu’il était hast(ato) priori leg(ionis) I Adiut(ricis) p(iae) f(idelis) et principi peregrinor(um)23. Les récompenses semblent avoir été accordées par l’empereur Trajan : Nerva n’est pas mentionné, ce qui implique que cette distinction n’a été donnée qu’après la mort de ce dernier. En 98 p.C., Trajan s’est déplacé de Germanie, où il se trouvait au moment du décès de Nerva, en direction du Danube, pour ‘rallumer la discipline des camps en train de mourir ou de s’éteindre’ selon le Panégyrique de Pline, prononcé deux ans plus tard seulement, en 100 p.C.24 Il y eut manifestement quelques troubles dans l’armée du Danube durant cette période et l’épitaphe de Geminius peut indiquer que la légion I Adiutrix, l’une des légions pannoniennes, venait juste de se voir décerner le nom de pia fidelis, un titre accordé d’habitude en remerciement de la loyauté envers l’empereur régnant25. Les dona de Geminius et sa nomination comme princeps peregrinorum peuvent avoir récompensé rétrospectivement sa participation dans le maintien de cette loyauté.

  • 26 J’ai l’intention de démontrer ceci en détail ailleurs.
  • 27 Voir note 21.
  • 28 Exécution de ceux qui ont tué les assassins de Domitien : Philostrate, Vit. Apoll., 7.18 ; D.C. 68. (...)
  • 29 Manque de loyauté parmi les armées provinciales : Pline 9.13.11 ; Pan., 5.7 ; 6.2 ; 18.1 ; cf. Alfö (...)
  • 30 Trajan comme créateur des equites singulares Augusti : Speidel 1994, 35-44.

9Le service de Geminius comme princeps peregrinorum a pu avoir lieu en Pannonie, sa mission consistant à superviser les messagers chargés de la communication entre les provinces, tandis que Trajan restait sur le Danube. Trajan peut aussi avoir repris Geminius avec lui à Rome, en 99 p.C., avec les peregrini qui à ce moment se seraient tous rassemblés autour de l’empereur ; il lui aurait alors accordé les décorations et sa promotion. Il n’est pas impossible que les peregrini aient déjà formé une sorte d’organisation comme une unité à l’intérieur des Castra Praetoria, mais il est beaucoup plus probable que l’unité en tant que telle ait été constituée à ce moment même par Trajan et que Geminius en fût le premier commandant26. Comme cela a été souligné précédemment, la plus ancienne occupation des Castra Peregrina, qui abritèrent l’unité sur le mont Caelius, doit probablement remonter au début du second siècle27. Trajan a été adopté peu après l’intrusion de la Garde prétorienne dans le palais impérial pour massacrer les assassins de Domitien, en dépit des protestations de Nerva ; un des premiers actes de Trajan lors de son accession au pouvoir fut de faire exécuter ces meurtriers28. La loyauté d’une partie des armées de la frontière avait aussi été récemment remise en question, en Orient comme sur le Danube29. Il aurait été sensé, dans la position de Trajan, de retirer de l’influence directe des prétoriens et de leurs officiers les courriers qui lui assuraient le service de liaison avec les provinces et de les placer dans une base séparée, sous le commandement de leurs propres officiers. Dans le même ordre d’idées, M. P. Speidel a récemment soutenu que c’était Trajan qui créa les equites singulares Augusti, pour contrebalancer les prétoriens, en amenant avec lui à Rome, en 99, les singulares ou gardes de corps qu’il avait alors qu’il était gouverneur en Germanie, et en les installant dans leur propre camp, soit sur le Caelius, non loin des Castra Peregrina30.

  • 31 Singulares comme messagers : P. Oxy., 7, 1022, 24-6 ; 55, 3810, 14-17 ; cf. P. Amh., 2, 137.2 ; ben (...)
  • 32 Officium du gouverneur : Domaszewski 1908 (1967), XI-XIII, 29-37 ; Jones 1949, 44-46 ; Austin & Ran (...)
  • 33 Speculatores du gouverneur : Clauss 1973, 59-77.

10Plusieurs types de militaires sont attestés comme porteurs des messages destinés aux gouverneurs, parmi lesquels on compte des singulares, des beneficiarii et des speculatores31. Tous ces soldats, y compris une partie des singulares, étaient normalement détachés des légions des provinces pour servir dans l’officium du gouverneur, dans la capitale provinciale32. Il convient de distinguer les speculatores du gouverneur de ceux de l’empereur, même s’ils ont des origines vraisemblablement similaires : il s’agit de part et d’autre d’hommes sélectionnés par des commandants militaires en vue d’accomplir des missions d’exploration33. En fait, les speculatores qui apportèrent à Vitellius les nouvelles de l’adhésion des armées orientales peuvent avoir été ceux de Mucianus, gouverneur de Syrie, et de Vespasien, commandant en Judée, plutôt que les propres speculatores de Vitellius, de retour après avoir proclamé l’accession de ce dernier à ces deux gouverneurs.

  • 34 Frumentarii : Baillie Reynolds 1923a ; Baillie Reynolds 1923b ; Sinnigen 1962 ; Clauss 1973, 82-113 (...)
  • 35 Numerus frumentariorum : CIL, VI, 3341 ; CIL, XIV, 125 = ILS, 2223 ; AE, 1994, 1460 et 1463.
  • 36 Origines des frumentarii : Sinnigen 1962 ; Clauss 1973, 10-13.
  • 37 Voir Rankov (à paraître).

11Dès le début du second siècle toutefois, les troupes qui apparaissent le plus souvent dans le rôle de courriers du gouverneur sont les frumentarii, qui étaient aussi des légionnaires membres de l’officium du gouverneur34. Fait révélateur, même si le commandant de ce corps de messagers, lors de leur séjour à Rome, était le princeps peregrinorum, et si leur caserne était celle des Castra Peregrinorum ou Castra Peregrina, l’unité elle-même a toujours été connue sous le nom de numerus frumentariorum35. On a souvent déduit de leur nom que les origines des frumentarii remontaient à l’époque républicaine où, en qualité de militaires chargés de l’approvisionnement, ils supervisaient la livraison de blé à l’armée, et que ceci est resté l’une des fonctions qu’ils exerçaient encore sous le Principat36. Aucune preuve ne supporte toutefois cette hypothèse, et il paraît plus vraisemblable qu’à l’image des cornicularii de l’officium, à l’origine des hommes décorés du corniculum (une petite corne portée sur le casque), ou des beneficiarii, qui avaient reçu un beneficium (comme l’immunité des corvées), les frumentarii étaient à l’origine des troupes affectées à un commandant en particulier et récompensées d’une ration supplémentaire de blé pour leur courage ou en échange d’un quelconque service37.

  • 38 Millar 1964.
  • 39 Γραμματοφόροι : D.C. 79.14.1 (carrière de M. Oclatinius Adventus) : ταῶτά τε ον αὐτοῦ (Macrinus) π (...)
  • 40 CIL, III, 2063 = ILS, 2370 : T. Urronius/ Maro frumentarius/ leg. III Quirenarice [sic]/ qui cucurr (...)
  • 41 CIL, III, 14191 : Imp(erator) Caes(ar) M. [Iulius P]hi[lippus P(ius) F(elix) Aug(ustus)] et [M. Iul (...)
  • 42 SHA, Max. et Balb., 10.3 : Scriptum est praeterea ad omnes prouincias missis frumentariis iussumque (...)
  • 43 Jérôme, In Abdiam, 18 : Eos enim quos nunc agentes in rebus uel ueredarios appellant, ueteres frume (...)

12Il est bien connu que le transport de lettres entre l’empereur et les provinces constituait la fonction principale des peregrini ou des frumentarii. Le meilleur témoignage l’attestant nous vient peut-être de l’historien Dion Cassius, qui était le fils d’un ancien legatus Augusti, d’abord gouverneur de Cilicie puis de Dalmatie, et qui fut lui-même gouverneur de Dalmatie puis de Pannonie Supérieure38. Dion utilise les termes grecs signifiant ‘porteurs de lettres’ (γραμματοφόροι) ou “porteurs de messages” (ἀγγελιαφόροι) comme synonymes pour des troupes qui, dans le contexte précis, doivent être des frumentarii39. De la même manière, une inscription de Salone, capitale de la Dalmatie, note que le défunt “courut (cucurrit) comme frumentarius pendant 40 ans”, ce qui illustre bien comment son affranchi, qui était son héritier, concevait les fonctions de son patron40. Une autre inscription en provenance d’Appia, en Asie Mineure, contient le texte d’une lettre de l’empereur Philippe l’Arabe à M. Aurelius Eglectus transportée “pe[r] Didymum mili[t]e [m f]rum(entarium)41. Et au ive s., la vie de Maxime et Balbin de l’Histoire Auguste mentionne que les empereurs écrivaient à toutes les provinces “en envoyant des frumentarii42, tandis que St-Jérôme identifie les frumentarii avec les agentes in rebus ou ueredarii (i. e. courriers) de son époque ; les deux passages montrent que c’est dans leur emploi comme messagers que l’on garda par la suite le souvenir des frumentarii43.

  • 44 Série d’archives de Claudius Tiberianus et de Claudius Terentianus : P. Mich., 8, 467-481.
  • 45 P. Mich., 8, 469, 24-25 verso : Κλαυδίῷ [Τιβερχανῷ]/ σπεκουλ(άτορι)
  • 46 P. Mich., 8, 472.1,14-16 : Cl. Tiberian[u]s Longino Prisco domin[o]/.../[...]quam [tibi] da/[tu]rus (...)

13Une autre preuve illustrant ce rôle apparaît dans deux séries d’archives de papyrus (sans doute en relation entre elles) du début du second siècle, en provenance de Karanis, en Égypte. L’une est la série des archives de Claudius Tiberianus et de son fils, Claudius Terentianus, qui consiste en quatorze papyrus contenant des lettres, certaines en latin et d’autres en grec, trouvées sous l’escalier d’une maison44. L’adresse, sur le verso de l’un des papyus, révèle que Tiberianus était un speculator qui ne peut avoir été employé que dans l’officium du préfet d’Égypte45. Un autre papyrus de la même série est adressé par Tiberianus à un certain Longinus Priscus, domino, qui était à l’évidence un officier romain de rang supérieur au sien, ou un membre de l’administration. Dans le papyrus, Tiberianus fait référence à une lettre destinée à être remise à Priscus par un frumentarius dénommé Sempronius Clemens. Le contexte ne permet pas de dire s’il s’agit d’une lettre privée entre les deux hommes ou d’une lettre officielle envoyée par Tiberianus pour les affaires de son maître, le préfet d’Égypte. La mention du rang de Clemens fait plutôt pencher pour la seconde hypothèse46.

  • 47 Archives de Iulius Sabinus et C. Iulius Apollinarius : Husselman 1971, 1-9.
  • 48 P. Mich., 9, 562, 1-2 : Γάιος Ἰούλιος Ἀπολλινάριος στρατιῶτης λεγ(εῶνος) γ' Κυρ(ηναικῆς)/ φρουμεντά (...)
  • 49 P. Mich., 8, 486, 1-2, 14-15 : Σε[μ]πρώννος Κλήμης Ἀπολιναρίῷ / [τ]ῷ τιμιωτάτῳ χαίρειν /... / φημὶ (...)
  • 50 P. Mich., 8, 487, 1-5 : Ἀπ[ο]λλινάριος Σεμπρωνίῳ τῷ /τιμιοτάτῳ ἀδελφῷ χαί (ρειν). /γενάμενος ἐν Ῥώμ (...)

14L’autre série d’archives consiste en un ensemble de lettres qui concernent un certain Iulius Sabinus et son fils C. Iulius Apollinarius ; certaines d’entre elles, dont une partie sont datées, proviennent d’une maison située non loin de celle de Tiberianus, à Karanis47. Dans un document de 120 p.C., Apollinarius apparaît comme un soldat de la légion III Cyrenaica et “ frumentarius de Rome” (στρατιῶτης λεγ(εῶνος) γ' Κυρ(ηναικῆς) φρουμεντάριος) ‘Ρώμης)48. On soulignera avec intérêt que l’un de ces papyrus est une lettre d’un Sempronius Clemens. Plusieurs Sempronii apparaissent dans des papyrus de Karanis, et même plusieurs Sempronius Clemens, mais il n’est pas impossible que cet homme soit le même que le frumentarius de la série d’archives de Tiberianus. Dans cette lettre, Clemens mentionne un besoin pressant de voyager à Antinoopolis49, tandis qu’un autre papyrus contient une lettre adressée par Apollinarius à un Sempronius, son “frère très honoré” (une forme habituelle d’adresse à une personne de même rang, spécialement dans le milieu militaire, qui n’implique pas nécessairement une quelconque relation familiale). Dans cette lettre, Apollinarius dit que ‘lorsque je suis arrivé à Rome, j’ai réalisé que tu étais parti d’ici (ἐκ(ε)ῖθεν) avant mon arrivée’, ce qui nous apprend à la fois qu’Apollinarius était récemment allé à Rome et en était reparti peu après, et que Sempronius avait fait de même, de tels déplacements étant tout à fait compatibles avec le fait qu’il s’agisse dans les deux cas de frumentarii50.

  • 51 P. Mich. 8, 500, 1-2, 7-9 : Ῥούλλ[ι]ος [Ἰουλίῷ Ἀ]πολλιναρίῷ τῷ ἀδελφῷ / χαίρενν. / ... / ... τὰ ἐρε (...)
  • 52 P. Mich., 8, 501, 17-19 (trouvé avec P. Mich., 8, 500) : [ὑπὲ]ρ τούτου ἔγραψα καὶ τò [ἰτι]νερᾶριν ὃ (...)
  • 53 Soldats dotés d’un itinéraire : Ambroise, De Psalm., CXVIII, sermo 5, 2 (= Migne, Patrologia Latina (...)

15Une autre lettre adressée à Apollinarius implique clairement qu’il était à Rome lorsqu’il la reçut, peu après être arrivé d’Égypte51, mais peut-être le plus intéressant de tous les documents est un papyrus, malheureusement fragmentaire, trouvé avec la lettre destinée à Apollinarius, qui semble par conséquent avoir été écrit soit par lui soit à son intention. Celui qui écrit se trouve à Alexandrie, capitale de l’Égypte, au moment où il rédige sa lettre dans laquelle il précise : “j’ai aussi écrit l’itinéraire que j’ai suivi à travers la Syrie, l’Asie et l’Achaïe en direction de Rome”. Ces détails peuvent suggérer un voyage par mer (avec peut-être plusieurs bateaux successifs) le long de la voie côtière suivie normalement par les vaisseaux des marchands exerçant leurs activités commerciales autour de la Méditerranée, mais le fait que l’auteur de la lettre dise qu’il a écrit son itinéraire (ἰτινερᾶριν) plutôt que son périple maritime (περίπλουν) fait plutôt penser à une voie terrestre, moins évidente, allant peut-être aussi loin qu’Éphèse, puis à un voyage tantôt par voie terrestre, tantôt par voie maritime, à travers la mer Égée, le sol de la Grèce et la mer ionienne, en direction de l’Italie52. Nous savons grâce à une source du ive s. que des soldats en voyage pour des raisons officielles recevaient un itinéraire écrit53.

  • 54 Frumentarius Augusti : IGR, III, 80 = ILS, 9476 ; AE, 1977, 60, cf. ILS, 9473 ; voir aussi CIL, XII (...)
  • 55 Speculator Caesaris : CIL, VI, 1921a = 2782 (cf. p. 2332, no 32661) = ILS, 2014 ; cf. CIL, VI, 1029 (...)

16Le fait qu’Apollinarius se présente à la fois comme soldat de la IIIe légion Cyrénaïque et comme un “frumentarius de Rome” est intéressant, en particulier dans un papyrus daté de 120 p.C., soit une vingtaine d’années à peine après la date pressentie pour la création à Rome du numerus frumentariorum. Cela suggère qu’à cette époque déjà, les messagers considéraient leur rattachement au numerus de la capitale comme un signe de distinction par rapport au reste des officiales des provinces. Plus tard, certains d’entre eux (qui demeurent toutefois relativement peu nombreux) vont adopter le titre de frumentarius Augusti sur leurs monuments54, probablement par analogie d’une part avec les speculatores des légions, leurs collègues dans les provinces, et de l’autre, avec les speculatores du Prétoire, leurs collègues à Rome, dont certains se désignaient eux-mêmes comme speculator Caesaris, speculator Caesaris Augusti ou speculator Augusti55.

  • 56 Frumentarii comme les hommes de l’empereur : Mann 1988b.
  • 57 Frumentarii comme membres des armées provinciales et des officia : Rankov 1990 (recrutement provinc (...)
  • 58 Dédicaces aux signis legionum : Panciera 1994.
  • 59 Frumentarii mentionnés dans des capitales provinciales : Emerita (Lusitanie) : ILS, 9279 ; Tarraco (...)
  • 60 Frumentarii arrêtant Dionysius, évêque d’Alexandrie : Eusèbe, Hist. Eccl., 6.40.2, cf. Th. Ruinart,(...)
  • 61 Frumentarii et “Benefiziarierlanzen” : Rankov 1990, 181-182 ; Eibl 1994 ; Nelis-Clément 2000, 285-2 (...)

17C’est la raison pour laquelle J. C. Mann a soutenu l’idée que les frumentarii n’étaient pas des membres des officia provinciaux, mais qu’il s’agissait des hommes de l’empereur, basés dans les Castra Peregrina, dont le rôle principal était de surveiller les gouverneurs des provinces frontières auxquels ils apportaient des messages56. L’interprétation de Mann semble toutefois en contradiction avec le fait que presque tous les frumentarii étaient recrutés non pas à Rome ou en Italie, mais dans leur propre province et dans les légions qui y étaient stationnées ; une partie d’entre eux au moins servaient durant un certain temps dans la légion avant d’être promus frumentarii ; ils figuraient toujours dans les registres de leur légion et ils pouvaient poursuivre leur carrière à la fois dans leur province, au sein de l’officium du gouverneur, et dans les Castra Peregrina. Leurs épitaphes à Rome montrent en outre une forte identité provinciale (davantage que légionnaire) et elles sont toujours érigées par des hommes de la même troupe provinciale57. Quelques découvertes récentes en provenance des Castra Peregrina révèlent un certain nombre de dédicaces aux signis legionum érigées par des centuriones frumentarii58. Un grand nombre de frumentarii figurent dans les inscriptions des capitales provinciales, parfois en association avec d’autres officiales59 ; ils accomplissent leurs fonctions directement au nom du gouverneur, tels les frumentarii envoyés par le préfet d’Égypte pour arrêter Dionysius, évêque d’Alexandrie, et par le Proconsul d’Afrique pour escorter St-Cyprien à son procès60 ; enfin, ce qui est peut-être le plus significatif, les “Benefiziarierlanzen”, l’insigne des officia provinciaux qui n’apparaissent ailleurs que sur les monuments des speculatores légionnaires et des beneficiarii consularis, sont également représentés sur plusieurs monuments funéraires de frumentarii, dans les provinces61. Tout cela suggère que les frumentarii étaient des membres à part entière des officia provinciaux, lorsqu’ils se trouvaient dans leur propre province, et des membres à part entière des Castra Peregrina, lorsqu’ils étaient à Rome. Ils avaient une double identité, à la fois provinciale et romaine, ce qui reflète le fait qu’ils étaient le principal lien régulier entre l’empereur et ses gouverneurs.

  • 62 Frumentarius chargé de travaux de construction pour Hadrien : ILS, 9473 ; cf. AE, 1977, 60.
  • 63 Rankov 1990, 176-177 avec notes 6-8.

18Que les frumentarii en soient arrivés à la longue à être employés par les empereurs pour des missions spéciales ne fait toutefois aucun doute. Il peut s’agir du résultat direct de leur réorganisation par Trajan sous la forme d’une petite unité indépendante, à l’intérieur de la capitale. Auparavant, en qualité de troupes étrangères individuelles stationnées dans les Castra, il est possible qu’ils ne soient restés à Rome que jusqu’à ce que les réponses de l’empereur aux lettres dont ils avaient assuré le transport soient prêtes à être ramenées dans leur province. Une fois qu’ils eurent leur propre unité, avec une caserne et des officiers, leur nombre peut avoir augmenté et quelques-uns (les officiers certainement) restaient vraisemblablement à Rome pour un certain temps. Ils étaient ainsi disponibles pour accomplir toutes les missions que l’empereur pouvait juger nécessaire de leur confier. Le premier service de ce type est signalé sous le règne d’Hadrien. Une inscription de Delphes de 120 p.C. fait mention d’un frumentarius de la legio I Italica, de Mésie inférieure qui, alors qu’il accompagnait l’empereur en Grèce ou qu’il lui apportait une dépêche, s’est vu chargé d’y accomplir des travaux de construction ; le même homme commémora plus tard un collègue qu’il présente comme frumentarius Aug(usti)62. Plus tard, des individus ou même des groupes de frumentarii furent dépêchés de Rome (comme ce fut de cas de prétoriens) pour assurer une force de police dans la province d’Asie et dans les autres provinces qui n’avaient pas de grandes armées elles-mêmes, peut-être simplement comme officiales et courriers63.

  • 64 Épictète, Diss., 4.13.5 : οτως καὶ πò τν στρατιωτν ἐν Ῥώμῃ οἱ προπετεῖς λαμβάνονται. παρακεκάθι (...)
  • 65 Épictète, Diss., 3.24.117 ; 4.1.79 cité par Campbell 1984, 247.
  • 66 SHA, Hadr., 11.4-6 : Et erat (Hadrianus) curiosus non solum domus suae sed etiam amicorum, ita ut p (...)
  • 67 Frumentarii comme espions : SHA, Macr., 12.4-5 ; Claud., 17.1 ; frumentarii comme assassins : SHA, (...)
  • 68 Oclatinius Adventus : voir n. 38 et p. 171 ; cf. D.C. 79.14.3 ... καθάπερ ἐπὶ τοῦτο μόνον πολίαρχον(...)
  • 69 Septime Sévère tente d’employer des frumentarii comme assassins : Hérodien 3.5.4-5. (Septime Sévère (...)

19Les frumentarii commencèrent aussi à être employés à un usage plus sinistre qui s’inscrit peut-être dans le développement naturel des questions qu’on leur posait sur les lettres qu’ils transportaient. L’emploi de soldats comme agents provocateurs et espions est directement attesté, pour le règne de Domitien, chez le philosophe stoïcien Épictète, un affranchi de l’affranchi impérial Epaphroditus qui fut lui-même exécuté par cet empereur64. Les troupes auxquelles Épictète fait référence paraissent avant tout avoir été des prétoriens65, mais la création des Castra Peregrina semble avoir permis aux frumentarii de reprendre ce rôle. L’Histoire Auguste rapporte l’histoire de l’empereur Hadrien qui employait un frumentarius pour espionner un ami sénateur66. Par la suite, des frumentarii apparaissent dans la même oeuvre comme des espions, dans les vies de Macrin et Claudius, et même comme des agents chargés de commettre des assassinats sur ordre de l’empereur, dans les vies de Commode, Julianus et Niger67. Peut-être plus fiable, Dion Cassius caractérise comme une forme d’espionnage le service au titre de centurio frumentarius et princeps peregrinorum de l’un des préfets du prétoire de Caracalla, Oclatinius Adventus ; il parle par ailleurs de façon désobligeante d’Ulpius Iulianus et de Iulianus Nestor, nommés à la préfecture du prétoire par Macrin parce que, alors qu’ils avaient le statut de princeps peregrinorum sous Caracalla, ils avaient été “de grande utilité pour lui en satisfaisant sa curiosité malsaine”68. Un autre témoin contemporain, Hérodien, nous parle d’un événement dans lequel Septime Sévère employait des frumentarii comme des assassins potentiels69.

  • 70 Sur l’emploi de frumentarii comme espions, voir Austin & Rankov 1995, 136-137.
  • 71 Aurelius Victor, Caes., 39.44 : (...) remoto pestilenti frumentariorum genere, quorum nunc agentes (...)

20Il n’y a par conséquent aucun doute sur le fait que les hommes du numerus frumentariorum en sont arrivés à être employés non seulement comme des messagers ordinaires, mais comme les yeux et les oreilles, et parfois comme la main droite meurtrière des empereurs70. Une grande partie de cette activité d’espionnage se concentrait dans la capitale mais se répandit aussi bien au-delà, dans la périphérie. Les frumentarii furent finalement démantelés par Dioclétien. Aurelius Victor, écrivant cinquante ans plus tard, nous dit qu’“ils avaient apparemment été mis sur pied pour enquêter et rédiger des rapports sur toutes sortes d’émeutes potentielles dans les provinces, et que par leur insidieux mélange d’accusations et de menaces répandues partout, particulièrement dans les secteurs les plus reculés, ils causaient les troubles les plus terribles”. Leurs fonctions furent reprises par les agentes in rebus71.

21Les frumentarii transportaient des missives et assumaient en outre d’autres fonctions spéciales, à la fois pour les gouverneurs provinciaux et pour les empereurs ; de cette manière, ils facilitaient la gestion de l’empire en assurant une liaison entre ces derniers. Mais ils étaient aussi employés à fournir d’autres types d’informations, à la fois à Rome et dans les provinces, auxquelles les empereurs ne pouvaient pas accéder par des moyens légitimes. Ainsi, avec le temps, leur rôle dans la circulation de l’information a évolué et s’est modifié. Du statut de simples courriers, ils en sont venus à assumer le rôle d’agents secrets et, comme tout service de renseignement, ils ont fini par être craints et haïs.

Notes

1 Tabellarii sous la République : Cic., Att., 6.9.4 ; 12.1.2. La traduction de cet article a été assumée par Jocelyne Nelis-Clément.

2 Suet., Aug., 49.5 : Et quo celerius sub manum adnuntiari cognoscique posset, quid in prouincia quaque gereretur, iuuenes primo modicis interuallis per militaris uias, dehinc uehicula disposuit. commodius id uisum est, ut qui a loco idem perferunt litteras, interrogari quoque, si quid res exigant, possint. Sur ce passage, voir Pflaum 1940, 210-245.

3 Système de transport officiel (uehiculatio/cursus publicus) : Holmberg 1933 ; Pflaum 1940 ; Mitchell 1976 ; Kolb 2000.

4 Néron interrogeant le centurion : Tac., Ann., 15.24-25.

5 Suétone comme ab epistulis : Baldwin 1983, 41-51 ; Wallace-Hadrill 1983, 72-96.

6 Tabellarii impériaux : Weaver 1972, 227-229.

7 Les Castra Praetoria : Tac., Ann., 4.2 ; Suet., Tib., 37.1 ; D. C. 57.19.6 ; cf. Durry 1938, 43-63.

8 Speculatores comme éclaireurs et espions sous la république : César, BG, 1.47.6 ; 2.11.2-3 ; 5.49.8 ; 5.50.3 ; BC, 3.66.1 ; 3.67.1 ; Afr., 35.2-5 ; Hisp. 13.3 ; 20.5 ; 28.1 ; 38.3 ; voir Clauss 1973, 9-12 ; Austin & Rankov 1995, 54-60. Speculatores de la garde prétorienne : Durry 1938, 28, 108-10 ; Passerini 1939, 70-3 ; Clauss 1973, 46-58.

9 Liv. 31.24 : speculator - ἡμεροδρόμος uocant Graeci.

10 Caligula : Suet., Cal., 44.2 : Nihil autem amplius quam Adminio Cynobellini Britannorum regis filio, qui pulsus a patre cum exigua manu transfugerat, in deditionem recepto, quasi uniuersa tradita insula, magnificas Romam litteras misit, monitis speculatoribus, ut uehiculo ad forum usque ad curiam pertenderent nec nisi in aede Martis ac frequente senatu consulibus traderent. Vitellius : Tac., Hist., 2.73 : Vix credibile memoratu est quantum superbiae socordiaeque Vitellio adoleuerit, postquam speculatores e Syria Iudaeaque adactum in uerba eius Orientem nuntiauere.

11 Eck 1996.

12 Fréquence de correspondance entre gouverneur et empereur : Sherwin-White 1966, 546-547, 554-555 ; Mitchell 1976, 129 ; cf. Millar 1977, 313-328.

13 Juv. 4.144-149 : surgitur et misso proceres exire iubentur/ consilio, quos Albanam dux magnus in arcem/ traxerat attonitos et festinare coactos,/ tamquam de Chattis aliquid toruisque Sygambris/ dicturus, tamquam ex diuersis partibus orbis/ anxia praecipit uenisset epistula pinna.

14 Limites sur l’aptitude de l’empereur de diriger les affaires militaires aux frontières : Millar 1982 ; Austin & Rankov 1995, 123-34.

15 Troupes dans les provinces sénatoriales : Ritterling 1917 ; Sherk 1957 ; Eck 1986.

16 Ceci peut être déduit du nom du camp construit pour eux probablement au début du iie siècle p.C., les Castra Peregrinorum ou Peregrina, ainsi que du titre donné au commandant du camp, princeps peregrinorum, qui peut être antérieur à la construction du camp (voir ci-dessous et note 22), et de celui de son assistant, optio peregrinorum (CIL, VI, 3324 ; CIL, VIII, 1322 = 14854) ou optio militum peregrinorum (CIL, VI, 3328). Mann 1988a soutient l’idée que c’était le camp plutôt que ses troupes qui était appelé “étranger”. Il déduit de CIL, VIII, 1322 = 14854 (optioni peregrinorum et ex[erci] tatori mil[i]tum frumentarior(um)) et de CIL, VI, 354 = ILS, 2764 (quod.../... subprinceps/ uouerat princeps castr(orum)/ peregrinorum u(otum) s(oluit) l(aetus) m(erito) que, en dépit de CIL, VI, 3328, le peregrinorum dans ces titres ne peut pas être un masculin pluriel et doit être compris comme un neutre pluriel s’accordant avec castra. Le témoignage est en fait équivoque, mais les Castra Peregrina semblent avoir abrité des troupes issues des provinces comprenant des centurions (CIL, VI, 1110), des speculatores (CIL, VI, 3358 = ILS, 2372 ; 3357 ; 3359 ; 3562 ; 36775 = ILS, 484)) et des singulares (CIL, VI, 3339 ; 3614), en plus du numerus frumentariorum à proprement parler. Il ne serait par conséquent pas incompatible pour un homme d’avoir été simultanément optio des peregrini et exercitator (officier chargé de l’entraînement, d’ordinaire de la cavalerie) pour les milites frumentarii. Par ailleurs, peregrinorum pourrait en tous les cas être masculin ou neutre dans le titre princeps castrorum peregrinorum. Ce que le témoignage semble montrer, en fait, c’est que même dans l’Antiquité, il y avait une incertitude sur ce point ; cf. Panciera 1994, qui est d’accord avec Mann tout en acceptant que le témoignage n’est pas concluant. Dans les deux cas, le nom implique que les troupes finalement installées dans le camp étaient vues par leurs compagnons d’armes de la capitale comme des “étrangers”.

17 Recrutement italien des cohortes prétoriennes et urbaines : Tac., Ann., 4.5 ; cf. D. C. 74.2.4 ; Durry 1938, 239-245 ; Passerini 1939, 141-169.

18 Acta Apostolorum (Recensio B) 28.16 : τε δ λθομεν ες ώμην, ὁ κατόνταρχος παρέδωκε τòνς δεσμους τῷ στρατοπεδάρχῃ, τῷ δ Παύλω ἐπετράπη μένειν καθ’ αυτòν ἔξω τῆς παρεμβολῆς σὺν τῷ φυλάσσοντι αὐτòν στρατιῶτ.

19 Philostrate, Vit. Soph., 2.32 : τοῖς τῶν στρατοπέδων γεμόσι ; Herodien 1.8.1 : ἔπαρχον ... τῶν στρατοπέδων. St-Paul retenu dans les Castro Praetoria : Épître aux Philippiens, 1.12-13 : γενώσκειν δ ὑμᾶς βούλομαι ἀδελφοί, τε τὰ κατ' ἐμ μᾶλλον ες προκοπὴν τοῦ εὐαγγελίου ἐλήλυθεν, στε τòνς δεσμούς μου φανεροὺς ἐν Χριστῷ γενέσθαι ἐν λῷ τῷ πραιτωρίῳ καὶ τοῖς λοιποῖς πᾶσιν.

20 Mommsen 1895, citant la traduction latine des Actes dans le Codex Gigas de Stockholm ; cf. Baillie Reynolds 1923b, 185-187. Mommsen avait certainement tort d’identifier le centurion de la σπερα Σεβαστή comme un centurio frumentarius ; cf. Speidel 1983, 237-240.

21 Date des Castra Peregrina : Baillie Reynolds 1923a ; Colini 1944, 240-245 ; Lissi Caronna 1982. Les fouilles de 1904-1909, mentionnées par Baillie Reynolds, montrent des casernes du début du second siècle recouvrant des édifices augustéens de caractère incertain et visiblement non militaire, même si Baillie Reynolds lui-même semble avoir pensé que ces derniers ont pu faire partie du camp d’origine. Les fouilles de 1969-1975 mentionnées par Lissi, sous l’église S. Stefano Rotondo, ont mis au jour des édifices qui faisaient certainement partie du camp du second siècle, dans lequel fut inclus un Mithraeum vers 180 p.C. On a daté la première phase de la fin du règne d’Hadrien, mais cela uniquement sur la base de la taille des briques employées dans la construction.

22 Amm. Marc. 16.12.66 ; cf. D. C. 76.10.3, où deux bandits furent apparemment gardés à Rome par un δεσμοφύλαξ.

23 Base de statue de Q. Geminius Sabinus : AE, 1923, 28 = ILTun, 778 : Q. Geminio/ Q. fil(io) Arn(iensi tribu) Sa/bino, 7(centurioni) leg(ionis) VII Gem(i)n(ae),/ 7(centurioni) leg(ionis) VII [sic] Fer(ratae), 7(centurioni) leg(ionis) XIV/ Marc(iae) [sic] Gem(inae) Victr(icis), 7(centurioni) leg(ionis)/X Gem(i)n(ae) p(iae) f(idelis), 7(centurioni) leg(ionis) III Aug(ustae),/ 7(centurioni) leg(ionis) VII Gem(i)n(ae), hast(ato) pri/ori leg(ionis) I Adiut(ricis) p. p. [pour p(iae) f(idelis)?] et prin/cipi peregrinor(um), d(onis) d(onato) ab Imp(eratore)/ Caes(are) Traiano Aug(usto) Germani/co corona uallari torqui/bus et armillis et phaleris/ bello Germanico, praef(ecto)/leg(ionis) X Fretensis,/ uicani uici Annaei, quam idem/ Geminius Sabinus ab iis tes/tamento suo fieri iussit/ posuerunt idemque dedica/uerunt/ anno mag(istratus) D. Annaei Arn(iensi tribu)/ Aduenae ; cf. Dobson 1978, 222-223, no 103. Le texte de l’inscription de la seconde base de statue est tout à fait comparable.

24 Trajan sur le Danube en 98 p.C. : Plin., Pan., 18.1 : disciplinam castrorum lapsam exstinctam refouisti.

25 Attribution de pia fidelis à la legio I Adiutrix en 97 p.C. : Ritterling, RE, XII (1925), 1389-1390.

26 J’ai l’intention de démontrer ceci en détail ailleurs.

27 Voir note 21.

28 Exécution de ceux qui ont tué les assassins de Domitien : Philostrate, Vit. Apoll., 7.18 ; D.C. 68.5.4 ; Aurelius Victor, Caes., 13.9.

29 Manque de loyauté parmi les armées provinciales : Pline 9.13.11 ; Pan., 5.7 ; 6.2 ; 18.1 ; cf. Alföldy & Halfmann 1973.

30 Trajan comme créateur des equites singulares Augusti : Speidel 1994, 35-44.

31 Singulares comme messagers : P. Oxy., 7, 1022, 24-6 ; 55, 3810, 14-17 ; cf. P. Amh., 2, 137.2 ; beneficiarii : SHA, Hadr., 2.6 ; speculatores : Tac., Hist., 2.73 ; cf. Liv. 31.24 et CIL, III, 1650 add. p. 1021.

32 Officium du gouverneur : Domaszewski 1908 (1967), XI-XIII, 29-37 ; Jones 1949, 44-46 ; Austin & Rankov 1995, 149-155 ; Haensch 1997, 710-724 ; Rankov 1999 ; Nelis-Clément 2000, 115-126.

33 Speculatores du gouverneur : Clauss 1973, 59-77.

34 Frumentarii : Baillie Reynolds 1923a ; Baillie Reynolds 1923b ; Sinnigen 1962 ; Clauss 1973, 82-113 ; Paschoud 1983 ; Mann 1988b ; Rankov 1990.

35 Numerus frumentariorum : CIL, VI, 3341 ; CIL, XIV, 125 = ILS, 2223 ; AE, 1994, 1460 et 1463.

36 Origines des frumentarii : Sinnigen 1962 ; Clauss 1973, 10-13.

37 Voir Rankov (à paraître).

38 Millar 1964.

39 Γραμματοφόροι : D.C. 79.14.1 (carrière de M. Oclatinius Adventus) : ταῶτά τε ον αὐτοῦ (Macrinus) πολλοὶ τιῶντο, καὶ τν καὶ τòν Ἄδουεντον ἔς τοῖς διόπτανς τε καὶ ἐρευνηταῖς μεμισθοφορηκότα, καὶ τὴν ἐν αὐτοῖς τάξιν λελονπότα ἔς τε τòνς γραμματοφόρους τελέσαντα καὶ πρόκρντον ἀποδενψθέντα καὶ μετὰ τοῦτο ἐς ἐπντρόπευσιν προαχθέντα, καὶ βουλευτὴν καὶ συνύπατον καὶ πολίαρχον ... ἀπέφηνεν ; cf. Passerini 1939, 319 20 ; Rankov 1984. Ἀγγελναφόροι : D.C. 79.15.1 (carrieres de Ulpius Iulianus and Iulianus Nestor) : ἐκεῖνά τε ον τινὲς αὐτοῦ (Macrinus) οὐκ ἀπενκότως ἐμέμφοντο, καὶ τν ἐπάρχους τόν τε Ἰουλνανòν τòν Ολπιον καὶ Ἰουλνανòν Νέστορα ἀπέδειξε, μητ’ἄλλην τινὰ ἀρετὴν ἔχοντας μήτ’ἐν πολλαῖς πράξεσιν ξητασμένους; ἀλλὰ καὶ πάνυ περιβοήτους ἐπὶ πονηρᾳ ἐν τ τοῦ Καρακάλλου ἀρχ γενομένους διὰ τò πολλὰ αὐτῷ τῶν ἀγγελναφόρων σφᾶς ἡγουμένους πρòς τὰς ἀνοσίους πολυπραγμοσύνας ὑπηρετῆσαν ; cf. Passerini 1939, 321.

40 CIL, III, 2063 = ILS, 2370 : T. Urronius/ Maro frumentarius/ leg. III Quirenarice [sic]/ qui cucurrit trum(entarius) [sic]/ ann(os) XL et (centurio) frum(entarius) fac/tus modo. Firminus / libertus eius posuit./ locus concessus.

41 CIL, III, 14191 : Imp(erator) Caes(ar) M. [Iulius P]hi[lippus P(ius) F(elix) Aug(ustus)] et [M. Iulius Philippu]s n[o]bi[l]issimus Caes(ar) M. Au[r(elio) Eglecto] pe[r] Didymum mili[t]e[m f]rum(entarium).

42 SHA, Max. et Balb., 10.3 : Scriptum est praeterea ad omnes prouincias missis frumentariis iussumque, ut, quicumque Maximinum iuuisset, in hostium numero duceretur.

43 Jérôme, In Abdiam, 18 : Eos enim quos nunc agentes in rebus uel ueredarios appellant, ueteres frumentarios nominabant.

44 Série d’archives de Claudius Tiberianus et de Claudius Terentianus : P. Mich., 8, 467-481.

45 P. Mich., 8, 469, 24-25 verso : Κλαυδίῷ [Τιβερχανῷ]/ σπεκουλ(άτορι)

46 P. Mich., 8, 472.1,14-16 : Cl. Tiberian[u]s Longino Prisco domin[o]/.../[...]quam [tibi] da/[tu]rus est epis[tula]m qui est [Se]m/[pro]nius Clemen[s] frument[ar]ius.

47 Archives de Iulius Sabinus et C. Iulius Apollinarius : Husselman 1971, 1-9.

48 P. Mich., 9, 562, 1-2 : Γάιος Ἰούλιος Ἀπολλινάριος στρατιῶτης λεγ(εῶνος) γ' Κυρ(ηναικῆς)/ φρουμεντάριος Ῥώμη[ς]... ; la date de 119 p.C. donnée dans la publication n’est pas correcte.

49 P. Mich., 8, 486, 1-2, 14-15 : Σε[μ]πρώννος Κλήμης Ἀπολιναρίῷ / [τ]ῷ τιμιωτάτῳ χαίρειν /... / φημὶ ὅτν χρείας ἐπνγούσης είς / Ἀντινόου μελλήσω ἀνέρχεσθαι.

50 P. Mich., 8, 487, 1-5 : Ἀπ[ο]λλινάριος Σεμπρωνίῳ τῷ /τιμιοτάτῳ ἀδελφῷ χαί (ρειν). /γενάμενος ἐν Ῥώμῃ ἐπέγνων /σε ἐκ(ε)ῖθεν ἐξεληλυθέναι πρò τοῦ / με ἐλθ(ε)ῖν...

51 P. Mich. 8, 500, 1-2, 7-9 : Ῥούλλ[ι]ος [Ἰουλίῷ Ἀ]πολλιναρίῷ τῷ ἀδελφῷ / χαίρενν. / ... / ... τὰ ἐρει[ό]ξυλα τὰ λευκά καθώς σε παρν / παρεκάλεσα, πέμψον Μ[έ]μνονι, ἂ[ν μ]αλακὰ/ ἦν, εἶπε πα[ρώ]ν σοι, πεμφθῇ ἀπò Ῥώμης.

52 P. Mich., 8, 501, 17-19 (trouvé avec P. Mich., 8, 500) : [ὑπὲ]ρ τούτου ἔγραψα καὶ τò [ἰτι]νερᾶριν ὃ ἐποίησα / [δια Σ]υρίας, Ἀσίας, Ἀχαίας μέχ[ρι Ῥ]ώμης. έαν ἐπ’ ἀ/[γαθῷ] ς Ἀλεξάνδριαν ἔρχῃ ...

53 Soldats dotés d’un itinéraire : Ambroise, De Psalm., CXVIII, sermo 5, 2 (= Migne, Patrologia Latina, XV, 1251) ; cf. Sherk 1974, 560.

54 Frumentarius Augusti : IGR, III, 80 = ILS, 9476 ; AE, 1977, 60, cf. ILS, 9473 ; voir aussi CIL, XIII, 1771 ( ?).

55 Speculator Caesaris : CIL, VI, 1921a = 2782 (cf. p. 2332, no 32661) = ILS, 2014 ; cf. CIL, VI, 10294 ; speculator Caesaris Augusti : CIL, III, 4843 = ILS, 2015 ; speculator Augusti : CIL, VI, 2755 = ILS, 2145.

56 Frumentarii comme les hommes de l’empereur : Mann 1988b.

57 Frumentarii comme membres des armées provinciales et des officia : Rankov 1990 (recrutement provincial : 178-179 avec note 12 ; service légionnaire antérieur : 178 avec note 11 ; carrières dans les provinces et officia provinciaux : 179-180 avec notes 17 et 19 (ajouter désormais AE, 1994, 1460 et 1463) ; identités provinciales dans les épitaphes : 180 avec notes 25-26).

58 Dédicaces aux signis legionum : Panciera 1994.

59 Frumentarii mentionnés dans des capitales provinciales : Emerita (Lusitanie) : ILS, 9279 ; Tarraco (Hispania Tarraconensis) : CIL, II, 4150 ; 4154 ; 4170 ; 6088 ; Lugdunum (Gallia Lugdunensis) : CIL, XIII, 1771 ; Moguntiacum (Germanie Supérieure) : CIL, XIII, 11810 ; Virunum (Norique) : CIL, III, 4787 ; 4830 ; 4861 ; Carnuntum (Pannonie Supérieure) : CIL, III, 4462 ; ILS, 9093 ; Aquincum (Pannonie Inférieure) : CIL, III, 3466 ; 3524 (dédiant une schola speculatorum) ; 3578 ; Salonae (Dalmatie) : CIL, III, 1980 = ILS 2287 ; 2083 ; Ephesus (Asie Mineure) : CIL, III, 433 ; 6084 ; Lambaesis (Numidie) : AE, 1917/18, 57. Sur l’identification des capitales provinciales, voir Haensch 1997a.

60 Frumentarii arrêtant Dionysius, évêque d’Alexandrie : Eusèbe, Hist. Eccl., 6.40.2, cf. Th. Ruinart, Acta Primorum Martyrum Sincera et Selecta (Amsterdam, 2e éd. 1713), 52 : ego... domi mansi aduentum exspectans frumentarii. Frumentarii escortant St-Cyprien à son procès : Cyprien, Lettres, 81.1. Voir Lopuszanski 1951, 22-23 et 23 note 3.

61 Frumentarii et “Benefiziarierlanzen” : Rankov 1990, 181-182 ; Eibl 1994 ; Nelis-Clément 2000, 285-288.

62 Frumentarius chargé de travaux de construction pour Hadrien : ILS, 9473 ; cf. AE, 1977, 60.

63 Rankov 1990, 176-177 avec notes 6-8.

64 Épictète, Diss., 4.13.5 : οτως καὶ πò τν στρατιωτν ἐν Ῥώμῃ οἱ προπετεῖς λαμβάνονται. παρακεκάθικέ σοι στρατιώτης ἐν σχήματι ἰδιωτικῷ καὶ ἀρξάμενος κακῶς λέγει τòν Καίσαρα, εἶτα σὺ σπερ ἐνέχυρον παρ’ αὐτòν λαβὼν τῆς πίστεως τò αυτòν τῆς λοιδορίας κατῆρχθαι λέγεις καὶ αὐτòς ὅσα φρονείς, εἶτα δεθεὶς ἀπάγη.

65 Épictète, Diss., 3.24.117 ; 4.1.79 cité par Campbell 1984, 247.

66 SHA, Hadr., 11.4-6 : Et erat (Hadrianus) curiosus non solum domus suae sed etiam amicorum, ita ut per frumentarios occulta omnia exploraret, nec aduerterent amici sciri ab imperatore suam vitam, priusquam ipse hoc imperator ostenderet. unde non iniucundum est rem inserere, ex quo constet eum de amicis multa didicisse. nam cum ad quendam scripsisset uxor sua, quod uoluptatibus detentus et lauacris ad se redire nollet, atque hoc Hadrianus per frumentarios cognouisset, petente illo commeatum Hadrianus ei laucra et uoluptates exprobrauit. cui ille : “num et tibi uxor mea, quod et mihi, scripsit ?”

67 Frumentarii comme espions : SHA, Macr., 12.4-5 ; Claud., 17.1 ; frumentarii comme assassins : SHA, Comm., 4.5 ; Did. Iul., 5.8 ; Pesc. Nig., 2.6, cf. CIL, X, 6657 = ILS, 1387.

68 Oclatinius Adventus : voir n. 38 et p. 171 ; cf. D.C. 79.14.3 ... καθάπερ ἐπὶ τοῦτο μόνον πολίαρχον αὐτòν (Oclatinius Adventus) ποιήσας (Macrin) ἵνα μιάν τò βουλευτήριον, οὐ κατ’ ἐκεῖνο μόνον τι ἐν τῷ μισθοφορικῷ ἐστράτευτο καὶ τὰ τῶν δημίων ἔργα καὶ προσκόπων καὶ ἑκατόνταρχων ἐπεποιήκει ... Ulpius Iulianus et Iulianus Nestor : voir note 39.

69 Septime Sévère tente d’employer des frumentarii comme assassins : Hérodien 3.5.4-5. (Septime Sévère) μεταπεμψάμενους οὖν τòνς πιστοτάτους τῶν εἰωθότων τὰ βασιλνκὰ γράμματα διακομίζειν, δίδωσιν αὐτοῖς ἐντολάς, εἰ γένοιντο παρ’ αὐτῷ (Pescennius Niger), τὰ μὲν γράμματα δημοσί ἀποδοῦναι, ἀξιῶσαι δὲ αὐτòν ἰδιαίτερον ἀποστάντα ἐπακοῦσαι ἀπορρήτων ἐντολῶν, πεισθέντι δὲ δορυφόρων ἐρημ ἐπιπεσεῖν αἰφνιδίως καὶ φονεῦσαι.

70 Sur l’emploi de frumentarii comme espions, voir Austin & Rankov 1995, 136-137.

71 Aurelius Victor, Caes., 39.44 : (...) remoto pestilenti frumentariorum genere, quorum nunc agentes in rebus simillimi sunt. qui cum ad explorandum annuntiandumque, ecqui forte in prouinciis motus exsisterent, instituti uiderentur, compositis nefarie criminationibus, iniecto passim metu, praecipue remotissimo cuique, cuncta foede diripiebant.

Auteur

Royal Holloway, Université de Londres.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540