Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Première partie. L’Orient, la cité grecque et le monde hellénistique

Pouvoir et écrit : production, reproduction et circulation des documents dans l’administration séleucide1

Laurent Capdetrey

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer mes remerciements à Alain Bresson, Raymond Descat, Pierre Debord et Hasan Malay (...)
  • 2 Tarn 1951, 4.

1On a souvent vu dans l’immensité du territoire séleucide au IIIe siècle une forme d’infirmité congénitale. Les rois séleucides auraient ainsi été placés à la tête de territoires sans fin tout en étant privés des moyens durables de les contrôler. Cette conception trouve une expression parfaitement explicite dans une formule imagée de W. W. Tarn qui comparaît le royaume séleucide à un crustacé dont la coquille n’aurait abrité qu’un organisme mou et sans structure2. De ce fait, à l’exception de quelques périodes fastes, sous Séleucos Ier et Antiochos III notamment, le royaume séleucide n’aurait été que “l’homme malade” de l’Asie hellénistique. Les sécessions successives et les pertes territoriales du milieu du IIIe siècle puis du IIe siècle porteraient d’ailleurs témoignage de cette incapacité à contrôler la périphérie du royaume par un réseau administratif efficace.

  • 3 La seule documentation rassemblée par M.-Th. Lenger suffit à convaincre de richesse de l’Égypte lag (...)

2Cette conception du royaume séleucide trouve son fondement dans la comparaison, explicite ou implicite, avec le royaume lagide dont l’abondante documentation administrative donne, à l’inverse, l’image d’un royaume où l’efficacité des procédures administratives constituait un puissant moyen d’intégration territoriale et fondait en outre la capacité de la dynastie lagide à contrôler son territoire, depuis Alexandrie, par cet usage massif de l’écrit3.

  • 4 On connaît l’anecdote, aussi célèbre que douteuse, du roi Séleucos qui, selon le témoignage de Plut (...)
  • 5 Antiochos IV donna ainsi les lettres d’investiture à Ménélas : II Macc. 4.25.
  • 6 Bertrand 1985 et Ma 1999.
  • 7 Ma 1999, 228-242.
  • 8 En dernier lieu, la publication par H. Malay d’un nouvel exemplaire du prostagma d’Antiochos III po (...)

3On sait pourtant que les rois séleucides, eux aussi, faisaient rédiger par leur chancellerie un grand nombre de documents4. C’est par écrit que les rois donnaient l’investiture aux grands prêtres du temple de Jérusalem, c’est-à-dire au principal responsable de l’ethnos juif de Judée5. C’est aussi par écrit que les rois réglaient les modalités d’intégration des cités grecques à leur souveraineté6. Parce qu’elles contribuaient à inscrire l’action du roi dans la durée en établissant une référence qui devenait, de fait, la mémoire de l’action et des décisions royales, ces lettres constituaient à la fois la source et l’expression de cette souveraineté. Sous l’impulsion de J. Ma et dans la continuité des travaux de J.-M. Bertrand, une attention accrue a été accordée ces dernières années aux discours des pouvoirs royaux hellénistiques7. En soulignant notamment la dimension performative du discours d’Antiochos III dans ses rapports avec les cités grecques d’Asie Mineure, J. Ma a mis en évidence un aspect important du mode de contrôle et d’intégration de cette “périphérie politique” constituée par les cités grecques d’Asie Mineure. Mais l’attention portée aux documents royaux adressés aux cités, si elle doit être constamment renouvelée et analysée sous des angles nouveaux, ne permet d’envisager le discours royal qu’à travers son expression extérieure puisque ces documents s’adressaient à des entités autonomes et s’inscrivaient pour l’essentiel dans un rapport entre entités politiques. Or, le discours du pouvoir avait bien évidemment aussi une dimension interne à travers la masse des documents administratifs dont les destinataires étaient les agents royaux séleucides et non les représentants d’entités constitutives du royaume. La documentation interne à la structure administrative, bien que plus difficilement accessible, constitue donc un corpus très précieux pour comprendre non seulement le statut du document au sein de l’administration mais aussi, à travers la circulation des documents, le rapport que le pouvoir séleucide entretenait avec son territoire. On ajoutera que la publication de nouveaux documents au cours des vingt dernières années8 contribue aujourd’hui à alimenter cette réflexion dont l’ambition est aussi de renouveler notre conception du fonctionnement de l’administration séleucide.

Le document administratif et les formes de la parole royale9

  • 9 La notion de documentation administrative peut prêter à confusion si elle laisse entendre que la dy (...)

4On a dit combien, à côté de l’administration lagide, le pouvoir séleucide donnait le sentiment de n’avoir pas particulièrement développé la production de documents internes à l’administration. On sait que les raisons de ce contraste sont en partie fortuites et liées aux conditions climatiques de conservation des documents. Cela dit, malgré l’absence de documentation papyrologique préservée dans l’espace séleucide, par une analyse des documents internes porteurs de la parole royale, il reste possible de mieux connaître les formes que celle-ci pouvait prendre et de proposer une analyse de la production et de la diffusion du discours royal.

Πρόσταγμα et ἐπιστολὴ: l’autorité dialogique

  • 10 Bikerman 1938b, 193-194.
  • 11 Déjà Holleaux 1942, 208-209.
  • 12 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 46-47 (repris dans Virgilio 2003 no 9). Ce texte fut édité en 1987 par H (...)
  • 13 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 10.
  • 14 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 2.
  • 15 La lettre d’Ikadiôn à Anaxarchos est ainsi désignée par le terme epistolè : SEG, 35, 1976, l. 2. Le (...)
  • 16 Holleaux 1942b, 206. Selon M. Holleaux, le terme de prostagma s’appliquait “indifféremment à des ac (...)
  • 17 RC, 19 l. 6-8.

5Pour E. Bikerman, la distinction entre l’epistolè et le prostagma était claire. L’epistolè correspondait d’abord à une forme, celle du “style épistolaire grec”. Le prostagma “prenait quelquefois la forme d’une note circulaire, adressée à des fonctionnaires différents”, sur le modèle de l’ἐντολὴ de la chancellerie lagide10. Il est exact que les lettres royales et les prostagmata relevaient de deux catégories qui, légitimement, peuvent être distinguées. On ne mettra pas sur le même plan, par exemple, les lettres royales adressées à des cités et les prostagmata destinés aux agents royaux. Mais il faut noter immédiatement que le vocabulaire de l’administration séleucide elle-même, et notamment celui de la chancellerie royale, entretenait une certaine ambiguïté11. Ainsi, en 209 a.C., Antiochos qualifie d’epistolè le document qu’il envoie à Zeuxis pour la nomination du grand prêtre Nikanôr12. En le transmettant à Philotas, Zeuxis évoque le prostagma du roi13. Quant à Philotas, il mentionne l’epistolè reçue de Zeuxis, alors qu’il s’agissait très clairement d’un ordre14. Il semble ainsi que, de son point de vue, le roi rédigeait des lettres qui étaient des prostagmata aux yeux des membres de l’administration royale. En revanche, les ordres qui accompagnaient ces prostagmata et qui circulaient dans la structure de pouvoir étaient en règle générale considérés comme des epistolai15. Pourtant, comme l’avait déjà noté M. Holleaux16, ce n’était pas toujours le cas. Dans le dossier de documents liés à la vente d’un domaine à la reine Laodice, l’hyparque du lieu nous apprend qu’il procéda à l’acte de délimitation en vertu des prostagmata reçus de l’oikonomos Nikomachos, de Métrophanès et du roi Antiochos17. En d’autres termes, des agents royaux pouvaient aussi rédiger des documents perçus comme des prostagmata par leurs subordonnés. Ces exemples témoignent d’une précision toute relative dans le choix du vocabulaire administratif. Ils montrent surtout que l’emploi de ce vocabulaire dépendait de la perception que chaque agent avait du document qu’il recevait et du rapport d’autorité sur lequel il reposait. Dans le dossier pour la nomination de Nikanôr, l’essentiel était de toute évidence constitué par le prostagma royal, les autres documents n’étant que des lettres d’accompagnement qui, tout en étant absolument nécessaires à la transmission et à l’application des ordres, ne constituaient qu’une validation locale d’un ordre royal antérieur et primordial.

  • 18 Ma 1999, 354-356, no 37, l. 2, 33-34 ; Robert 1950, 73, l. 3, 29.

6Cette hésitation dans le vocabulaire pourrait aussi s’expliquer par la distinction aux yeux des agents royaux eux-mêmes entre d’une part le contenu du document et, d’autre part, le support de ce document. Dans le cas de la nomination de Nikanôr, par son étymologie, le prostagma constituait l’ordre lui-même. Le terme d’epistolè aurait alors pu qualifier plus exactement le support envoyé et reçu. On retrouve cette hésitation de vocabulaire dans les dossiers de documents établis pour la nomination, à travers le royaume, de grandes-prêtresses de Laodice18. Il faut cependant noter l’emploi par le roi séleucide lui-même du terme d’epistolè de préférence à celui de prostagma, comme si cette insistance sur la forme du document visait à mettre en valeur la relation entre le destinateur et le destinataire, alors que les agents royaux subalternes insistaient, pour leur part, sur l’information contenue dans le document et sur sa valeur d’ordre.

  • 19 Bikerman 1938a, 194.

7Dans le royaume séleucide, l’opposition entre la lettre et le prostagma n’avait donc sans doute pas la rigidité que lui reconnaissait E. Bikerman pour qui les lettres servaient à donner des ordres concernant une situation particulière, tandis que les prostagmata auraient eu pour but de diffuser des dispositions plus générales, sur le mode des circulaires19. Le dossier constitué à l’occasion de la vente d’un domaine à la reine Laodice par Antiochos II montre au contraire que le terme pouvait être employé à propos d’une décision qui ne concernait qu’une région ou un domaine précis. Il ne semble pas en tout cas qu’il fût employé pour qualifier des documents adressés par le roi à des cités ou à d’autres communautés. La notion de prostagma, par sa dimension prescriptive, concernait exclusivement les documents internes à l’armature administrative et, de façon très privilégiée mais non totalement exclusive, les documents rédigés par le roi. En fait, toute epistolè envoyée par le roi à un ou plusieurs de ses agents pouvait être considérée comme un prostagma dans la mesure où elle transmettait un ordre, ce qui était le cas en règle générale.

  • 20 Lenger 1962, XX-XXI. Par exemple, P. Petr. 3, 20, verso, col. I (= C. Ord. Ptol. 6). M.-Th. Lenger (...)
  • 21 P. Tebt., 3, 698 (= C. Ord. Ptol 32)
  • 22 Bikerman 1938b, 195.
  • 23 Holleaux 1942, 207.
  • 24 Par exemple l’ordre épistolaire de Ptolémée VI à Dionysios le stratège du nome Memphite (163 a.C.)  (...)

8L’emploi du vocabulaire pour nommer le document administratif fut de toute évidence moins rigoureux dans le royaume séleucide que dans le royaume lagide. Il est établi qu’en Égypte lagide, les décisions royales étaient exprimées par des prostagmata qui, de coutume, débutaient par l’expression βασιλέως προστάξαντος, du moins lorsque les décisions avaient une portée générale et concernaient un nombre important d’agents royaux20. Pour ce qui concerne le pouvoir séleucide, seul un document datant du règne d’Antiochos IV débute par la formule βασιλέως Ἀντιόχου προστάξαντος21. Mais E. Bikerman avait déjà noté qu’il s’agissait d’un papyrus trouvé en Égypte qui pourrait témoigner de l’adoption par Antiochos IV des formules de la diplomatique lagide au moment de sa campagne égyptienne, et seulement dans ce pays22. Pourtant les indéniables différences entre pratiques séleucides et lagides dans ce domaine furent peut-être moins importantes que ne le suggère ce premier constat. On sait en effet que le roi lagide avait aussi recours à ce que M.-Th. Lenger qualifie, après M. Holleaux notamment23, d’”ordres épistolaires”24. Ces documents sont classés dans la catégorie des prostagmata, mais ils prenaient la même forme que les documents décrits comme epistolai ou prostagmata dans le royaume séleucide.

Διάγραμμα et ὑπομνηματισμòς: l’autorité normative

  • 25 Sur les diagrammata lagides : Lenger 1961, XXI, notamment note 2. Pour une étude de la nature de ce (...)
  • 26 Bikerman 1938a, 295-312 ; Hatzopoulos 1996, 405-411.
  • 27 Étienne & Migeotte 1998, 143-157 (inscription l. 23-24).
  • 28 Sarkisian 1974 no 1 ; Van der Spek 1986, 222-232 ; Van der Spek 1995, 227-234. Le mot apparaît deux (...)

9Les diagrammata, dans lesquels les ordres royaux adoptaient une forme anonyme, sont des documents bien connus de la documentation lagide25. En Égypte, du moins au début de la dynastie ptolémaïque, les interventions du pouvoir royal dans le domaine économique prenaient en effet la forme de diagrammata. L’emploi de cette forme documentaire est aussi connue en Macédoine où les diagrammata avaient une portée normative sans doute plus importante que celle des lettres royales26. En l’absence de témoignage, le royaume séleucide paraissait n’avoir pas connu ce type de document et, par conséquent, ce type d’intervention de l’administration royale et l’on voyait dans l’absence de diagrammata la confirmation de la faiblesse de l’encadrement territoire royal par un pouvoir séleucide privé de moyens d’action. Une inscription de Colophon récemment publiée pourrait toutefois conduire à réviser cette opinion. Dans un décret au sens parfois obscur mais dont le but était manifestement de lutter contre les abus des fermiers des taxes, la cité ionienne mentionnait en effet un “διάγραμμα du roi” qui, manifestement, avait pour objet de régler les modalités de l’affermage des taxes27. L’origine séleucide de ce diagramma n’est certes qu’hypothétique comme le sont, par conséquent, les conclusions à tirer de ce document mais il est possible que l’autorité royale ait été celle d’un roi séleucide. En revanche un contrat de location d’Uruk daté de 221 a.C. évoque très clairement le diagramma du roi, dans une transcription littérale du mot grec, en précisant que ce diagramma avait pour objet de régler et d’organiser ce type de procédure contractuelle28. Il ne peut s’agir là que d’un document administratif séleucide. En d’autres termes, et bien qu’aucun diagramma ne soit connu directement, il est désormais très probable que l’autorité séleucide produisait des diagrammata de façon à ce que l’administration royale, et le roi lui-même, trouvent dans la diffusion de ce type de document une capacité à encadrer les activités et les communautés selon des modalités qui étaient sans doute moins éloignées du modèle lagide qu’on ne le pensait jusque-là.

  • 29 L’hypomnèmatismos lui-même : RC, 70 l. 4-17 ; la note introduisant l’ensemble : RC, 70 l. 1-3.
  • 30 Pour H. Seyrig, l’auteur ne pouvait être qu’Antiochos Ier ou Antiochos II : Seyrig 1951, 196, suivi (...)
  • 31 Sur ce point : Bikerman 1938b, 195. Si cette hypothèse est juste, l’hypomnèmatismos porterait témoi (...)

10Le rapprochement avec les pratiques lagides trouve un prolongement dans l’utilisation d’un autre type de documents : l’hypomnèmatismos. On sait que les privilèges accordés par un roi séleucide au temple syrien de Baitokaikè prirent en effet la forme d’un hypomnèmatismos dicté par le roi, puis envoyé à un certain Euphémos, simplement précédé d’une note d’information pour que le document puisse prendre la forme épistolaire29. La date de ce document est très discutée30. Il présente en tout cas une forme documentaire singulière pour le royaume séleucide. La parole royale y est double. Bien que le roi s’exprime à la première personne du singulier – pratique étonnante dans le contexte séleucide – cette parole royale prend, dans l’hypomnèmatismos, une dimension plus complexe et plus générale par le fait que ce document, avant d’être intégré à la forme épistolaire, n’avait été adressé à aucun agent royal. Tout suggère que l’hypomnèmatismos constituait la mise par écrit d’une décision du roi formulée oralement, en réponse à un rapport lui-même oral31.

  • 32 RC, 70 l. 1-3.

11L’hypomnèmatismos portait ainsi une décision qui, tout en n’étant pas encore un ordre, exprimait la puissance de l’autorité royale dans sa capacité à transformer le réel, et cela avant toute inscription dans un rapport hiérarchique interne à l’administration, par la simple réaction du roi à une information qui lui avait probablement été transmise au sein du synedrion. Ce n’est que dans un second temps que l’hypomnèmatismos devenait un ordre à proprement parler, par une intégration au modèle épistolaire qui, seul, établissait une hiérarchie des pouvoirs et un sens de diffusion32. L’emploi de la forme de l’hypomnèmatismos dans le cas des privilèges accordés au temple de Baitokaikè témoigne ainsi d’une double capacité de la parole royale : non seulement celle qui consistait à exprimer sa pleine souveraineté à travers la sanction de la décision par la personne royale mais aussi la capacité à présenter presque implicitement cette expression comme l’aboutissement d’un processus complexe et collectif d’information et de prise de décision. Ce fonctionnement en deux temps et à double détente de la parole royale, par la forme même de l’hypomnèmatismos, est rare dans la documentation séleucide telle que nous la connaissons et sans doute est-il prudent à ce sujet d’envisager l’hypothèse d’une influence des pratiques de la chancellerie lagide.

La validation des hypomnèmata et l’expression polyphonique des décisions royales

  • 33 Présentation de cette inscription par Virgilio 2003, 286-291, no 27.
  • 34 Jos., AJ, 12.258-261. On lira, à propos de ce document la contribution de J.-M. Bertrand dans ce mê (...)
  • 35 SEG, 41, 1556.

12Trois documents bien connus de Syrie méridionale attestent de l’usage des hypomnèmata par l’administration séleucide. Dans le contexte de la prise en main de la Syrie du Sud par Antiochos III, le stratège Ptolémaios, un transfuge lagide, transmit au roi séleucide deux hypomnèmata dans le but de faire reconnaître par les troupes royales et le reste de l’administration la nécessité de protéger ses propres domaines en Syrie méridionale33. En 167 a.C., selon Flavius Josèphe, les Sidoniens de Sichem envoyèrent un hypomnèma à Antiochos IV pour échapper à la répression qui pesait sur les Juifs34. Enfin, en 163 a.C., les Sidoniens du port de Iamnia firent parvenir au roi Antiochos V un hypomnèma pour que leur soient reconnus des privilèges fiscaux35. À chaque fois, le roi séleucide donna son accord sans reformuler la décision mais, au contraire, en reproduisant tel quel les requêtes et en ordonnant simplement par quelques phrases liminaires de s’y conformer, adoptant par là un modèle de fonctionnement proche de celui la validation des enteuxeis par les rois lagides.

13Il s’agissait là d’une forme assez singulière d’expression du pouvoir royal par simple reproduction d’une demande qui, une fois validée par le roi, devenait parole royale et en acquérait la puissance performative. Par une sorte d’alchimie de l’énonciation, la validation par l’autorité royale des hypomnèmata reçus d’agents royaux ou de communautés sujettes simplifiait les modalités de la prise de décision et de l’expression de cette décision. Elle constituait surtout une appropriation / approbation de la parole des requérants qui, une fois passée l’épreuve de la sanction royale, devenait un ordre à destination de la structure de pouvoir. Ce type de document répondait ainsi toujours à une relation triangulaire engageant un requérant, le roi et, enfin, les agents royaux chargés d’appliquer les décisions royales. C’est en ce sens, par la présence explicite et par la conservation d’une demande préalable, que l’ordre était porteur d’une parole qui dépassait la simple expression de la parole royale.

  • 36 Malay & Nalbantoglu 1996, 75-81 (Ma 1999, no 49).
  • 37 L’hypomnèma du prêtre d’Apollon Pleurenos mentionne en effet une démarche semblable quelques années (...)

14La validation des hypomnèmata est une pratique bien connue de la chancellerie royale lagide. Dans le royaume séleucide, elle n’est attestée que dans la partie de la Syrie qui avait été tenue par les Ptolémées jusqu’en 200 a.C. Il n’est donc pas exclu que cette forme d’expression des décisions royales ait été empruntée au pouvoir lagide après la conquête de la Syrie du Sud. Peut-être fut-elle aussi utilisée essentiellement dans cette région. Une inscription d’époque attalide découverte en Lydie en 1994 invite cependant à la prudence. Ce document est en effet constitué d’un hypomnèma adressé par le prêtre du sanctuaire d’Apollon Pleurenos au Grand-Prêtre attalide. Celui-ci valida la demande en prescrivant à ses subordonnés d’appliquer les décisions sollicitées par le prêtre d’Apollon36. De peu postérieur au règlement d’Apamée, cet hypomnèma semble respecter des modalités de relation entre le sanctuaire et l’administration royale qui avaient déjà cours sous la domination séleucide37. Cette inscription suggère ainsi que la pratique de la validation des hypomnèmata, bien qu’elle n’apparaisse pas dans la documentation séleucide hors de la Syrie, a pu irriguer bien plus largement le territoire et l’administration de ce royaume.

15Les documents royaux destinés à la structure de pouvoir séleucide incarnaient de façon différente l’autorité royale selon leur nature et selon la portée des décisions qu’ils développaient. Si le modèle épistolaire, en y associant la forme du prostagma, domine largement dans la documentation, l’existence de documents dans lesquels la figure royale était moins clairement associée à une relation dialogique contribuait à élargir le champ d’expression de l’autorité royale et à lui donner une amplitude qui dépassait le cadre de l’expression individuelle, fût-elle source principale d’autorité. C’est en partie par cet élargissement de son propre spectre que le discours royal se donnait les moyens d’une emprise accrue sur son territoire. C’est aussi ce polymorphisme de la parole royale qui doit nous convaincre des efforts mis en place par le pouvoir séleucide pour contrôler et administrer son territoire selon des modalités qui lui étaient certes propres mais qui étaient aussi moins éloignées des pratiques lagides qu’on ne le pensait.

Production, circulation des documents et réseaux administratifs

16Quelle que fût la forme de son expression, le discours royal avait à irriguer la structure de pouvoir. En retour, l’exercice du pouvoir royal se nourrissait des informations venant des provinces. Cette circulation des ordres, des rapports et des mémoires, qui n’était en rien naturelle, appelait des relais et supposait l’activation de rouages. C’est en cela que l’analyse de la transmission des informations au sein de la structure de pouvoir séleucide peut contribuer à mettre en évidence non seulement l’armature administrative mais aussi la répartition et l’équilibre des pouvoirs au sein de cette structure.

  • 38 Rappelons que les basilikai graphai de Sardes sont mentionnées dans la lettre d’Antiochos II à Métr (...)
  • 39 Sur les archives et le chreophylakeion de Doura-Europos : Rostovtzeff et al. 1944, 29-30 ; Leriche (...)
  • 40 Invernizzi 1996, 135-136.
  • 41 I.Délos 1543 ; Pol. 30, 25, 16.

17On sait que, dans la continuité des pratiques achéménides, les basilikai graphai de Sardes avaient pour vocation de centraliser la mémoire administrative de l’Asie Mineure séleucide38. La destination royale de ces archives et leur utilisation par l’administration séleucide ne font pas de doute. En revanche, si l’on connaît l’existence de plusieurs bâtiments d’archives dans les fondations séleucides, notamment à Doura-Europos et à Séleucie du Tigre où le rôle du chreophylakion est largement attesté39, rien ne permet d’affirmer que ces bureaux étaient les relais de l’administration royale plutôt que des rouages à l’usage exclusif de l’organisation civique40. Mais rien ne permet non plus de considérer qu’il faille se résoudre à l’une ou l’autre de ces alternatives sans supposer un usage mixte. Quoiqu’il en soit de ce point, il semble évident que le pouvoir séleucide sut à la fois solliciter un réseau d’archives antérieur et développer l’équipement de son territoire dans ce domaine. Il n’y a là rien de surprenant dans la mesure où tout pouvoir, quelque que soit son emprise territoriale, supposait une capacité à produire et à recevoir des documents. On rappellera que la fonction épistolière était un des éléments importants de la définition et de l’expression du pouvoir royal hellénistique, ce dont témoigne notamment l’existence, au moins au iie siècle, de la charge aulique d’epistolographos à la cour séleucide41.

Circulation de l’information et circulation des documents

  • 42 Malay 2004, 410-413.
  • 43 Documents D1, D2,…, D’2, etc. sur l’annexe 1 p. 124.
  • 44 Documents A, B, C. Voir l’étude de J.-M. Bertrand dans ce volume p. 91-92.
  • 45 Malay 2004, 407-408.

18Parmi les quelques documents qui sont des révélateurs de l’armature administrative et de son fonctionnement, l’inscription retrouvée à Balikesir et qui porte la nomination de Nikanôr à la charge de grand-prêtre est sans conteste la plus intéressante. Il faut lui associer désormais l’exemplaire du même prostagma découvert en Phrygie dans la région de Killanion mais l’armature de pouvoir qui y est révélée est rendue plus complexe par la présence du dynaste Philomélos, ce qui suggère une organisation singulière du pouvoir séleucide dans la région42. L’analyse de l’exemplaire retrouvé à Balikesir montre que l’annonce et la publication de la décision royale dans ce qui était probablement un sanctuaire de taille modeste avaient nécessité la création d’au moins trois supports documentaires différents43, qui avaient été envoyés puis archivés (cf. Annexe A p. 124). Ce sont ainsi trois correspondances distinctes qui furent nécessaires : le prostagma lui-même et deux lettres d’accompagnement44. Et ce n’est là que le recensement des documents nécessaires à la gravure et à la publication d’une seule stèle. On sait par ailleurs que la publication du prostagma dans la région de Killanion exigea au moins quatre correspondances45. Il est bien évident qu’il faudrait multiplier ces chiffres par le nombre – inconnu – de stèles gravées en Asie Mineure pour assurer la publicité de cette nomination.

  • 46 D’autres documents, moins complexes, confirment que la pratique d’une diffusion radiale était coura (...)
  • 47 Laumonier 1934, 291-298, l. 1-3.

19Ce document permet de mieux comprendre la mise en œuvre du mécanisme de diffusion de l’information administrative. Il invite à rappeler tout d’abord la nécessaire distinction entre la circulation de l’information et la circulation du document. Dans le schéma proposé par l’inscription de Balikesir, l’information suivait de toute évidence la hiérarchie territoriale, selon une circulation rectiligne et continue, d’échelon en échelon, tout en étant portée par des documents différents entre chacun de ces échelons. Ce que nous percevons à la lecture de la stèle n’est donc que l’aboutissement de la circulation d’une information administrative ayant nécessité un appareillage documentaire complexe et foisonnant mais masqué par l’unicité et l’apparente simplicité du document final. Ce fonctionnement suppose que chaque échelon de pouvoir, quelle que fût l’importance de son emprise territoriale, devait posséder des archives et une chancellerie pour assurer la continuité de la circulation des ordres au sein même de l’armature administrative46. Rien n’interdit par conséquent de percevoir et de décrire l’administration séleucide comme une administration paperassière, c’est-à-dire soucieuse d’archivage et de contrôle de l’information. Une fois acquise une certaine stabilité territoriale, l’essentiel pour le pouvoir consistait en effet à assurer en premier lieu cette circulation et cette conservation des informations. On rappellera qu’une inscription d’Alinda du iiie siècle honore ainsi deux subordonnés d’Olympichos, Apollas et Dionytas, qui participaient au fonctionnement de l’epistolographeion du stratège-dynaste47. La date du document est inconnue mais, quand bien même devrait-il être daté d’une période au cours de laquelle Olympichos exerçait un pouvoir autonome, l’existence de cette chancellerie rappelle l’importance, pour tout échelon de pouvoir, de cette capacité à rédiger, à enregistrer et à transmettre des informations. L’armature de pouvoir était avant tout constituée d’un réseau de chancelleries et d’archives garant de sa cohérence et condition essentielle de son efficience.

  • 48 À moins que ce ne fût Antiochos Hierax.
  • 49 SEG, 1, 366, l. 16-17. La contribution de J.-M. Bertrand dans ce même volume évoque également ce do (...)
  • 50 Jos., AJ, 12.258-263.

20Si le prostagma de 209 a.C. pour la nomination de Nikanôr offre, par la publication étagée des différents documents et par la circulation hiérarchique des ordres, une expression spectaculaire de la structure de pouvoir, c’est aussi un document atypique. On connaît en effet par d’autres documents la capacité royale à s’adresser directement à des agents royaux sans l’intermédiaire de leurs supérieurs hiérarchiques. Le décret de Samos en l’honneur de Boulagoras nous apprend ainsi qu’Antiochos II48 écrivit des lettres au dioiketès et au phrourarchos de la région afin de satisfaire les demandes des Samiens49. Flavius Josèphe rapporte qu’en 167 a.C. Antiochos IV écrivit à des agents royaux chargés du contrôle militaire et des affaires financières en Judée-Samarie pour que ceux-ci distinguent les Juifs des Samaritains50. Il ne fait donc pas de doute que le roi séleucide intervenait parfois directement au niveau le plus local.

  • 51 Briant 1996, 382-383 et 953-954.
  • 52 SEG, 1, 366, l. 15-16.
  • 53 IK, 3-Ilion, 33, l. 2-3 (RC, 10-13 ; Virgilio 2003 no 18).

21Comment ces ordres parvenaient-ils à ces échelons locaux ? Si sur ces aspects nos connaissances sont moins étayées que pour la période achéménide51, il est évident que, dans ce domaine comme dans d’autres, l’administration séleucide sut faire preuve de pragmatisme. Pour transmettre les lettres aux agents royaux locaux, Antiochos II les confia ainsi au Samien Boulagoras appelé à retourner dans la région52. De la même façon, au moment de l’obtention de ses domaines, c’est Aristodikidès qui assura le transport des lettres adressées par Antiochos Ier au stratège Méléagros53. Mais, au-delà de ces exemples, il est toutefois probable que des messagers royaux étaient chargés d’assurer la circulation de l’information entre les différents échelons administratifs. C’est en tout cas ce que suggère un document babylonien de 155 a.C. mentionnant le transport par un messager royal d’une lettre adressée par le roi aux gouverneurs et aux habitants de la ville de Babylone :

  • 54 Del Monte 1997, 90-91, no 155, l. 12-17.

“[…]. Ce mois j’ai entendu dire qu’un messager du roi [avait porté] au général commandant d’Akkad [une lettre adressée au gouverneur de Babylone] et aux citoyens (grecs résidant) à Babylone pour […] en ces termes : “… intenta un procès contre […] qui avait fait […]54.

  • 55 Sur cette charge de stratège à l’échelle de la satrapie : Del Monte 1997, 53-54.

22Ce texte, qui suggère l’existence d’une poste royale, met aussi en évidence la fonction de relais du gouverneur satrapique dans la circulation du document. Bien que la lettre ne lui fût pas adressée, le “général d’Akkad”55 avait manifestement été chargé de la transmission du document au gouverneur et aux citoyens de Babylone. Ce document conduit ainsi à penser que, d’une façon générale, les gouverneurs de satrapies, satrapes ou stratèges, avaient en charge la réception et la redistribution de l’information royale. Bien que l’on ne sache pas si ce gouverneur de Babylonie procéda à une copie de la lettre avant de la transmettre, il apparaît en tout cas comme une articulation essentielle de la circulation des documents alors même que, à la différence de ce que montre le document pour la nomination de Nikanôr où chaque échelon ajoutait un ordre, il n’avait pas à prendre la parole dans le processus de transmission.

  • 56 RC, 18, l. 24-36 (I.Didyma 492 ; Virgilio 2003 no 19).
  • 57 Sur ce point : Bengtson 1944, 103. Pour C. B. Welles ou D. Musti, il s’agissait au contraire d’un s (...)

23Tout en ne respectant pas un modèle identique pour tous les documents, le processus de diffusion des décisions royales était toujours un enjeu de pouvoir. Le dossier documentaire établi à l’occasion de la vente d’un domaine à la reine Laodice montre ainsi le roi Antiochos II particulièrement attentif à la transmission et à la conservation de l’acte de délimitation du domaine mais aussi à la publication de cette vente dans cinq sanctuaires différents, soulignant par là-même l’attachement royal à contrôler ces différentes étapes, à assurer l’efficacité de la circulation de l’information et à en rester l’initiateur et le maître56. Une fois ces prescriptions royales formulées, il revenait cependant à leur destinataire, un certain Métrophanès, d’organiser la circulation et la publication des documents conformément aux volontés royales. Le dossier met ainsi en évidence le rôle central de cet agent royal dont on peut penser qu’il occupait la charge de dioiketès57. Par la nature même et par la portée politique de la décision royale – rappelons qu’il s’agissait d’un acte de vente aux enjeux territoriaux et politiques majeurs - le processus de circulation des documents était rendu bien plus complexe que pour la diffusion à travers tout le territoire séleucide d’Asie Mineure d’un acte comme la nomination de Nikanôr. Dans son aire de compétences, Métrophanès avait ainsi à diffuser, à centraliser et à répartir un certain nombre de documents nécessaires à la réalisation de la vente et à sa publication, ce qui nous donne à assister à un échange complexe de documents entre plusieurs agents royaux (cf. Annexe B p. 125). Le dossier documentaire tel qu’il nous est parvenu n’est donc pas le révélateur exact de la hiérarchie de pouvoir séleucide, il est le reflet partiel de la densité des échanges au niveau régional en vue de la mise en œuvre complexe d’une décision royale. Ce faisant, il met aussi en scène la fonction ordonnatrice d’un roi réglant la production, la circulation, l’enregistrement et, enfin, la publication des documents dans une attitude qui conduit à souligner l’importance essentielle de cette production et de cette diffusion dans les modalités de contrôle du territoire royal.

Circulation de l’information et processus de validation des pouvoirs intermédiaires

  • 58 Ma 1999, 26-33.

24Dans le commentaire qu’il donne du prostagma pour la nomination de Nikanôr, J. Ma souligne le souci de mise en scène de la structure de pouvoir et la volonté d’affirmation de la capacité royale à contrôler le territoire placé sous sa souveraineté jusque dans ses régions les plus reculées58. Cette analyse est parfaitement juste. On peut ajouter que ce discours d’autorité, et de puissance, était aussi à destination interne. Dans le processus de transmission de l’information administrative tel qu’il apparaît lors de la nomination de Nikanôr, le principe de la transmission d’échelon en échelon reposait certes sur un souci de diffusion de la décision royale mais il répondait aussi très clairement à une volonté de validation de chacun de ces échelons. Par sa fonction de relais de la parole royale, chaque échelon se trouvait ainsi validé aux yeux de ses subordonnés dans le même temps où, en retour, il validait lui-même l’échelon supérieur par l’acceptation de son autorité.

25De façon plus générale, la circulation des documents au sein de la structure de pouvoir, le fait notamment que les gouverneurs de satrapie jouaient un rôle central de diffusion et de répartition, renforçait un processus de reconnaissance en miroir des pouvoirs au sein de la structure administrative. La diffusion de la parole royale donnait ainsi sens à l’armature de pouvoir par l’activation des échelons subordonnés dans leurs rapports hiérarchiques immédiats. Au sein d’une structure de pouvoir qui ne reposait pas sur un État au sens moderne, les modalités de transmission de certaines décisions royales contribuaient largement à l’affirmation renouvelée de la cohérence et de l’efficience de la hiérarchie des pouvoirs. La redondance de la parole d’autorité, fondée sur la copie de l’ordre royal à la suite de chaque ordre secondaire, répondait notamment à cette double nécessité de réaffirmer la source royale de toute autorité et de refonder chaque pouvoir secondaire.

  • 59 Bertrand 1985, 115.

26Dans un article fondateur sur les formes respectives des discours des cités grecques et des rois hellénistiques, J.-M. Bertrand concluait en considérant que, si les cités avait un discours qui leur était propre, “homogène et construit”, exprimant la cohérence d’une communauté tenant un discours à elle-même, le discours royal était d’abord un discours personnel, et non celui de la royauté ou de l’État59. C’est là une opposition importante et indéniable entre ces deux types de discours. S’inscrivant dans le cadre de la reconnaissance d’une souveraineté et non dans celui d’une affirmation étatique ou communautaire, la parole royale ne peut en effet être comparée à la parole “politique”. On établira cependant la distinction entre les prostagmata épistolaires et les lettres royales adressées aux cités. Si les lettres royales étaient en effet le fruit d’une construction hybride associant le discours civique et la parole royale, il nous semble que les prostagmata affichaient, dans leur structure même et par la nécessité d’une transmission d’échelon en échelon dans la structure administrative, les principes fondamentaux du pouvoir royal et de son idéologie. En ce sens, ils constituaient, au terme du processus de transmission, un discours de l’autorité royale sur les fondements de son propre pouvoir. Ils renforçaient aussi l’édifice royal en exposant la hiérarchie administrative et en attribuant à chaque agent royal sa place dans cette structure.

Circulation de l’information et contrôle de l’espace royal

Transmission des documents et espaces administratifs

  • 60 Par exemple l’exemplaire découvert dans l’Ouest de l’Iran près de Kermanchah : Robert 1967b, 281-29 (...)
  • 61 On notera qu’à la différence de ce que montre la documentation lagide, aucun document royal séleuci (...)

27En distinguant la circulation de l’information de celle des documents, nous avons souligné les différences entre, d’une part, des décisions royales sanctionnées à chaque échelon administratif par l’établissement de copies et de documents d’accompagnement, en particulier pour la nomination de Nikanôr en 209 ou l’installation des grandes-prêtresses du culte de Laodice en 193 a.C.60, et, d’autre part, les décisions qui, tout en respectant parfois un cheminement identique, étaient directement adressées par le roi à un échelon inférieur. Ces différences répondaient à un souci de détermination précise des responsabilités engagées par la décision. La nomination de Nikanôr concernait en effet l’ensemble du territoire séleucide en Asie Mineure, elle engageait la responsabilité de tous les échelons administratifs et avait pour but de rendre plus uniforme et plus cohérente la domination séleucide61. Chaque agent royal avait à ce titre à appliquer et à relayer de façon identique, mais sur son territoire propre, la décision d’Antiochos III. Dans le cas d’ordres royaux dont les effets étaient plus ponctuels ou limités dans l’espace, le roi savait aussi s’adresser aux échelons les plus modestes, engageant directement leur responsabilité à son égard et jouant de toute l’amplitude de sa propre parole.

28Les modalités de circulation de l’information et des documents dépendaient ainsi de la nature et du contenu des décisions royales. Par le choix d’une forme et par la définition des modalités de circulation de ses décisions, le pouvoir royal faisait ainsi preuve d’une réelle capacité à actionner les différents niveaux administratifs selon la portée de sa décision. Au-delà de son aptitude à conquérir et à contrôler par la force son territoire, cette capacité d’articulation des différents espaces administratifs constituait sans doute un élément fondamental de la compétence politique d’un pouvoir qui, rappelons-le, était confronté à la difficulté de contrôler un territoire immense.

  • 62 Rappelons que, dans une de ses lettres, Antiochos Ier charge en effet le stratège Méléagros de véri (...)
  • 63 RC, 18 l. 27-28 (Virgilio 2003, no 19).

29On notera que cette aptitude à articuler les différents niveaux administratifs reposait sur une organisation des pouvoirs dans laquelle le centre incarnait bien plus la cohérence de l’ensemble territorial qu’il ne jouait un rôle de centralisation des informations et des sources de décision. De ce point de vue le dossier documentaire pour l’octroi d’une terre à Aristodikidès d’Assos, un philos d’Antiochos Ier, montre que l’information administrative, en l’occurrence en matière foncière, était très largement décentralisée62, ce que confirme, par ailleurs, une disposition du dossier pour la vente d’une terre à la reine Laodice dans lequel Antiochos II ordonnait que l’acte de délimitation fût conservé dans les basilikai graphai de Sardes63, centre administratif pour l’Asie Mineure séleucide. Nœuds de circulation, les échelons régionaux constituaient aussi des lieux de conservation d’informations administratives qui, malgré leur importance, n’avaient pas toutes vocation à être transmises au cœur du pouvoir, c’est-à-dire à la cour du roi séleucide. Il semble bien que les dimensions du royaume séleucide aient ainsi conduit le pouvoir royal à renforcer le rôle des échelons satrapiques ou supra-satrapiques dans les processus de diffusion, de conservation et de gestion des informations administratives, ce dont témoigne par ailleurs assez mal un document comme le prostagma pour la nomination de Nikanôr où la mise en scène du processus de transmission, par sa dimension verticale et uniforme, avait précisément pour but de masquer cette inégale polarisation administrative.

Publication des documents et expression du pouvoir royal

  • 64 RC, 18 l. 28-33 (Virgilio 2003, no 19).

30L’essentiel de la documentation administrative séleucide échappe à notre connaissance en raison du caractère périssable des supports sur lesquels elle était fixée lorsqu’elle n’avait pas à être publiée. Certains documents ont cependant échappé à ce destin précisément parce que le pouvoir royal avait souhaité qu’ils soient gravés sur pierre mais ils sont plutôt rares. Le dossier pour la vente d’une terre à la reine Laodice compte au nombre de ces documents. Toutefois, l’insistance d’Antiochos II pour que sa propre lettre et l’acte de délimitation soient publiés dans cinq sanctuaires de premier ordre trouve bien plus sa raison dans la volonté de pérenniser un acte de vente spectaculaire que dans un souci d’exposition de la circulation des ordres au sein de la structure de pouvoir64.

  • 65 Pour la nomination de Nikanôr : Ma 1999, 288-292 ; en ce qui concerne les prostagmata pour la nomin (...)
  • 66 SEG, 37, 1010, l. 44-46.
  • 67 Pour Amyzon : Robert & Robert 1983 no 15, pour Xanthos : Robert & Robert 1983, no 15B et Gauthier 1 (...)
  • 68 Cette idée a aussi été mise en évidence et développée par J. Ma à propos de la publication des déci (...)

31À l’exception de ce dossier très particulier, à la composition plutôt complexe (cf. Annexe B, p. 125), on ne peut qu’être frappé par la convergence chronologique des documents séleucides dont la publication, en faisant apparaître les différents échelons administratifs, mettait en évidence, au moins partiellement, la structure et la hiérarchie du pouvoir séleucide. Le dossier pour la nomination de Nikanôr, comme les trois inscriptions annonçant la nomination de grandes-prêtresses du culte de la reine Laodice, date en effet du règne d’Antiochos III65. On sait que, dans un souci d’affirmation multiforme de son pouvoir, ce roi attacha un grand soin à faire inscrire dans les documents officiels les marques de la domination séleucide. Selon la volonté royale, le nom et le titre du Grand-Prêtre Nikanôr devaient ainsi apparaître dans les “contrats et les documents officiels”66. De fait, les cités sujettes d’Asie Mineure comme Amyzon ou Xanthos mentionnèrent le grand-prêtre Nikanôr dans leurs intitulés à la suite du nom des rois séleucides régnants67. Le règne d’Antiochos III semble ainsi avoir été celui d’une accentuation de l’emprise symbolique du pouvoir séleucide, à travers notamment l’expression écrite de cette domination. Dans le cas de décisions importantes, comme la nomination d’un grand-prêtre en Asie Mineure, la publication, in fine, de l’ensemble des documents ayant contribué à la transmission des décisions royales nous semble participer de la même logique. Cette mise en scène de la hiérarchie administrative, parce qu’elle suggérait une forme d’uniformité du contrôle du territoire, entrait en cohérence avec une conception holiste du pouvoir royal telle qu’elle fut affirmée avec vigueur par Antiochos III. C’est en somme la publication du processus de transmission dans la plupart des sanctuaires qui contribuait grandement à affirmer la puissance du roi séleucide et son emprise sur le territoire68, et si les modalités de transmission de l’information administrative étaient d’abord un enjeu interne à la structure de pouvoir séleucide, il semble bien qu’Antiochos III ait particulièrement conçu le fait que, par leur mise en forme sur stèles, elles constituaient aussi un discours du pouvoir à destination de l’extérieur.

Centre et périphérie : circulation de l’information et cohésion du territoire royal

32On ne soulignera jamais assez les constants efforts du pouvoir séleucide pour contrôler et intégrer l’ensemble du territoire royal. Il est bien évident que, dans cette entreprise, la circulation des informations dans la structure administrative jouait un rôle essentiel. L’emprise réelle du pouvoir royal sur son territoire, sa capacité à se faire obéir dépendaient en effet dans une très large mesure de son aptitude à recevoir les informations de la périphérie et, en retour, à transmettre, avec célérité et sécurité, ses ordres dans les différentes régions du royaume. De ce point de vue, en dehors même de toute menace extérieure, les distances souvent très importantes qui séparaient le roi des agents royaux chargés d’appliquer ses ordres à l’échelon local constituaient un facteur de fragilisation du pouvoir royal séleucide. La circulation des informations administratives ne peut donc être étudiée, singulièrement pour le royaume séleucide, sans être rapportée à sa dimension spatiale.

  • 69 Ma 1999, 288-292 no 4.

33Prenons l’exemple du prostagma d’Antiochos III pour la nomination de Nikanôr. L’exemplaire retrouvé dans la plaine de Balikesir permet d’identifier quatre niveaux de responsabilité : le roi Antiochos, Zeuxis, Philotas et, en dernier lieu, Bithys69. Le schéma de circulation tel qu’il apparaît sur la pierre contribue ainsi à effacer les distances parcourues par les documents en établissant une équivalence implicite, et fausse, entre, d’une part, le trajet menant de la chancellerie de Philotas à celle de Bithys et, d’autre part, celui qui avait mené le prostagma du roi jusqu’à Zeuxis. Or, en 209 a.C. au moment de la rédaction de ce prostagma, Antiochos III était en Arménie dans le cadre de sa campagne orientale. En contradiction avec le sentiment que procure le document gravé, il n’y avait donc pas de commune mesure entre l’effort logistique que supposait le transport jusqu’à Zeuxis et celui qui, par exemple, permettait à Bithys de recevoir le document envoyé par Philotas.

34La prise en compte de ce contraste dans les efforts logistiques et dans la répartition spatiale des réseaux de chancelleries est pourtant essentielle pour envisager les rapports de pouvoir qui s’exprimaient sur un territoire aussi vaste. Nous avons en effet souligné que les étapes de la circulation de ce prostagma permettaient aussi de mettre en évidence des échelons de pouvoir et les lieux d’incarnation locale de l’autorité royale. Dans ce cas précis, on est frappé par la concentration spatiale des échelons de pouvoirs dans les possessions séleucides d’Asie Mineure, c’est-à-dire sur un territoire relativement réduit à l’échelle du royaume.

  • 70 Ces délais ne peuvent qu’être estimés. On notera cependant qu’il ne s’est écoulé que dix-sept jours (...)
  • 71 Robert & Robert 1954, 285-302, l. 7-19.
  • 72 Landau 1966, 54-70, l. 28-39. Texte repris et amélioré dans Bertrand 1982 et repris plus récemment (...)

35Le schéma qui précède souligne la densité du réseau administratif séleucide à l’échelon local et régional. Dans une grande unité territoriale, et plus encore au sein d’une satrapie, les ordres pouvaient circuler assez rapidement d’un agent royal à l’autre comme le montre la relative célérité de la transmission de Zeuxis à Bithys70. L’organisation territoriale impliquait à la fois une certaine cohésion, des formes de solidarité et de connivence entre les différents agents disposant d’un pouvoir régional. C’est en effet à ce niveau que la plupart des affaires et des questions administratives étaient traitées. Le décret d’Apollonia de la Salbaké pour l’hipparque séleucide illustre ainsi les échanges horizontaux et les formes de collaboration qui pouvaient exister entre différents bureaux d’une administration séleucide sans doute installée à Sardes. Après avoir été envoyés pour rencontrer Ktésiklès et Ménandros, deux agents royaux de haut rang, les ambassadeurs d’Apollonia, eurent un entretien avec l’eglogistès Démétrios qui avait lui-même reçu le dossier de Démétrios, le préposé aux sanctuaires71. Ce document montre une administration dense, spécialisée en plusieurs branches ou plusieurs bureaux qui coopéraient pour traiter une même affaire. Cette impression de densité de l’activité administrative régionale, voire locale, est aussi celle que l’on retire de la lecture du dossier d’Hefzibah, même s’il faut compter pour cette région sur l’influence évidente de l’héritage lagide. Au tout début du iie siècle, plusieurs dioiketai, Kléon et Héliodôros, mais aussi de nombreux phrourarques, furent en effet concernés par les décisions royales pour la protection des domaines du stratège Ptolémaios. L’envoi de copies des documents royaux à d’autres agents, sans doute pour assurer le contrôle de l’application des dispositions royales72, souligne encore cette densité des rapports internes à l’administration au sein d’une même circonscription régionale.

  • 73 En dernier lieu sur cette fonction : Ehling 1998, 97-106.

36Ces exemples confirment l’atrophie relative d’un centre qui était certes le donneur d’ordre et le principe de toute légitimité, mais qui, en terme d’armature politique, était aussi réduit à la personne royale, entourée de la cour et du conseil, sans que des bureaux administratifs importants et puissants aient épaulé le roi dans son action de gestion et de contrôle du territoire. Seule la fonction de ὁ ἐπ τῶν πραγμάτων pourrait suggérer l’existence d’une armature administrative centrale mais aucun document ne permet de lire et de comprendre le fonctionnement des éventuels bureaux qui auraient dépendu de son autorité73.

37Le schéma de circulation des documents reposait sur cette donnée importante de l’organisation territoriale séleucide fondée sur le principe d’une délégation à la périphérie, non seulement de l’application des ordres, mais aussi du contrôle de cette application. Dès lors, alors que la densité administrative et la fréquence des rapports de pouvoir à l’intérieur même des circonscriptions assuraient une cohésion des structures locales d’encadrement et une solidarité des agents royaux qui les incarnaient, le lien le plus fragile et le plus distendu était en fait celui qui reliait le roi à ses gouverneurs régionaux. Il nous semble ainsi faux de considérer, en se fondant sur l’évolution territoriale du royaume et sur sa très progressive réduction à la Syrie, que l’organisation territoriale séleucide souffrait d’une faiblesse structurelle de la périphérie et d’une délitescence progressive et uniforme, du centre vers la périphérie, de la capacité de contrôle du pouvoir royal. C’était en fait tout le contraire. Dans la mesure où l’encadrement militaire du territoire permettait une certaine stabilité des provinces, la périphérie du royaume était particulièrement bien tenue et administrée. En Asie Mineure comme en Bactriane, le réseau de colonies et de fondations, mais aussi la capacité à prendre appui sur des relais locaux, la mise en place d’une armature administrative ou encore l’implantation d’ateliers monétaires, assuraient à ces régions un encadrement efficace et, d’une certaine façon aussi, une forme d’autonomie qui devait constituer le fondement du pouvoir de satrapes rebelles comme Andragoras en Parthyène, Diodotos en Bactriane ou, plus tard, Molon et Achaios dans les Hautes Satrapies et en Asie Mineure.

  • 74 Si le gouverneur de satrapie avait la capacité d’exercer un puissant contrôle sur sa province, il f (...)

38Placés à la tête de satrapies ou d’unités plus vastes encore, les gouverneurs, qui agissaient par délégation du roi, exerçaient des compétences très vastes, à la fois militaires et administratives. Ils assuraient la défense du territoire royal, entretenaient des rapports avec les entités autonomes et maintenaient l’emprise fiscale du pouvoir royal. Les prostagmata royaux, ceux d’Antiochos III par exemple, montrent que l’action de tout agent subalterne reposait non seulement sur la fidélité au roi et à la parole royale, mais aussi sur sa responsabilité à l’égard du gouverneur, son supérieur hiérarchique, dans une forme de rapport qui, sans être de même nature que celui qui le liait au roi, établissait un véritable lien de dépendance et de fidélité74.

  • 75 Sur le personnage d’Alexandros qui joua un rôle important en Asie Mineure sous le règne d’Antiochos (...)

39À bien des égards, l’action d’Antiochos III eut pour but de renforcer le lien d’autorité entre le centre et les gouverneurs de provinces. La probable uniformisation de l’encadrement satrapique par la nomination à travers tout le territoire de stratèges, en lieu et place des satrapes, constitua précisément un moyen de limiter le pouvoir des gouverneurs de satrapie, en les reliant de façon plus étroite au pouvoir royal. Dans la partie occidentale du royaume, la nomination de Zeuxis à la tête des régions d’Asie Mineure reposa aussi sur une analyse des faiblesses structurelles de l’organisation territoriale séleucide. Sous le règne de son père et au début de son propre règne Antiochos III avait pu observer et subir les conséquences de ces faiblesses pour le pouvoir royal. En plaçant Zeuxis à la tête de l’Asie Mineure, Antiochos III renforçait le lien avec ces régions périphériques. Certes, la position de Zeuxis dans la structure de pouvoir n’est pas sans rappeler celles qu’avaient occupée Achaios à la fin des années 220 et Alexandros sous le règne d’Antiochos II75, mais le renforcement tenait précisément au fait que Zeuxis, parce qu’il n’appartenait pas à la famille royale, ne pouvait légitimement exercer en son nom un pouvoir de nature royale et que, par ailleurs, il bénéficiait de toute évidence de la confiance pleine et entière d’un Antiochos III disposé à lui accorder la plus grande liberté pour exercer, par délégation, des prérogatives royales. Le renforcement du lien interne à l’administration séleucide ne tenait donc pas à une modification de l’armature de pouvoir ; il reposait au contraire sur un rapport de nature personnelle entre d’une part le roi et, d’autre part, celui dont la charge consistait à relayer et à incarner le pouvoir royal dans la province occidentale. L’analyse des chaînes administratives et du cheminement des informations administratives d’échelon en échelon ne suffit donc pas à rendre compte de la capacité royale à agir sur son territoire. Cette capacité dépendait en effet dans une large mesure non seulement de l’autorité et du charisme du roi mais aussi de la nature des rapports qui le liaient à ses principaux gouverneurs de province.

Conclusion

40On ne cachera pas les difficultés qu’il y a à vouloir rendre compte du processus de circulation des ordres et des informations administratives dans la structure de pouvoir séleucide. Cela dit, si tout raisonnement en ce domaine trouve sa fragilité dans la faiblesse relative de la documentation, les documents que l’on peut connaître permettent toutefois de percevoir à la fois la variété des formes d’expression de l’autorité royale et les processus de construction et de diffusion de cette autorité à travers le territoire. Plus que dans les autres royaumes hellénistiques, en raison des dimensions du territoire à contrôler, la circulation des ordres et des documents administratifs était un enjeu essentiel pour le pouvoir royal. Parce qu’elle était l’occasion d’une affirmation sans cesse renouvelée de la hiérarchie des pouvoirs et de la place de chaque agent royal dans cette hiérarchie, cette circulation jouait de toute évidence un rôle structurant de première importance pour la solidité de la construction royale séleucide. L’analyse de la production et de la circulation des documents apporte ainsi un éclairage utile sur l’organisation de l’espace administratif séleucide et sur le fonctionnement du pouvoir royal. La mise en valeur de la place de l’écrit dans le mode d’encadrement du territoire royal et dans le processus de contrôle de l’administration par elle-même conduit à considérer avec prudence l’opposition établie traditionnellement sur ce point avec le royaume lagide. Mais il convient d’insister aussi sur la fragilité que révèlent ces observations. Si l’écrit, par sa force normative, était au cœur des procédures d’encadrement du territoire, son caractère performatif dépendait de facteurs militaires et politiques qui en dernier ressort rendaient, ou non, possible l’efficacité d’un discours royal qui, en aucune façon, ne fondait seul son autorité.

Annexes

Annexe A

Structure de la stèle retrouvée à Balikesir en Mysie

Structure de la stèle retrouvée à Balikesir en Mysie

Dx : document (matériel), reçu, envoyé ou archivé
A, A
', A", etc… : exemplaire ou copie d’un élément de correspondance

Annexe B

A, B, C : documents présents sur la stèle
D, E : documents dont l’existence est certaine mais qui ne sont pas reproduits sur la stèle. D : lettre de Métrophanès à Nikomachos. E : Lettre de Nikomachos à 5---]kratès.
Note 76
76

Notes

1 Je tiens à exprimer mes remerciements à Alain Bresson, Raymond Descat, Pierre Debord et Hasan Malay pour leurs remarques et leurs suggestions. Ce texte n’engage cependant que son auteur.

2 Tarn 1951, 4.

3 La seule documentation rassemblée par M.-Th. Lenger suffit à convaincre de richesse de l’Égypte lagide en matière de documents administratifs : Lenger 1962.

4 On connaît l’anecdote, aussi célèbre que douteuse, du roi Séleucos qui, selon le témoignage de Plutarque, aurait affirmé : “Si on savait le travail qu’imposent aux rois les lettres qu’ils doivent écrire et lire, on ne ramasserait même pas un diadème tombé à terre” : Plut., Moral., 790A.

5 Antiochos IV donna ainsi les lettres d’investiture à Ménélas : II Macc. 4.25.

6 Bertrand 1985 et Ma 1999.

7 Ma 1999, 228-242.

8 En dernier lieu, la publication par H. Malay d’un nouvel exemplaire du prostagma d’Antiochos III pour la nomination de Nikanôr a récemment contribué à enrichir cette documentation : Malay 2004.

9 La notion de documentation administrative peut prêter à confusion si elle laisse entendre que la dynastie séleucide avait mis en place une administration au sens moderne du terme, c’est-à-dire fondée sur une entité étatique extérieure à ceux qui l’incarnaient. On sait qu’en réalité l’administration séleucide, comme les autres administrations royales hellénistiques, était d’abord conçue comme l’ensemble du personnel dépendant du roi et chargé et de défendre ses intérêts et ses affaires (ta pragmata). L’expression de documentation royale pourrait donc paraître plus appropriée pour désigner l’ensemble des documents nécessaires à la gestion et à l’organisation du royaume. Il demeure qu’au sein même de cette documentation royale, les documents à destination interne constituaient un sous-ensemble particulier qu’il ne semble pas illégitime de qualifier de documentation administrative dans la mesure où ils reflètent les procédures de gestion et les hiérarchies d’une structure de pouvoir.

10 Bikerman 1938b, 193-194.

11 Déjà Holleaux 1942, 208-209.

12 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 46-47 (repris dans Virgilio 2003 no 9). Ce texte fut édité en 1987 par H. Malay : Malay 1987.

13 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 10.

14 Ma 1999, 288-290, no 4, l. 2.

15 La lettre d’Ikadiôn à Anaxarchos est ainsi désignée par le terme epistolè : SEG, 35, 1976, l. 2. Le texte est publié par Virgilio 2003 no 26, 282-286.

16 Holleaux 1942b, 206. Selon M. Holleaux, le terme de prostagma s’appliquait “indifféremment à des actes ayant pour auteur le prince ou un de ses fonctionnaires”. Ceci est incontestable. On sera plus prudent en notant que, pour l’essentiel, les prostagmata séleucides étaient des actes royaux.

17 RC, 19 l. 6-8.

18 Ma 1999, 354-356, no 37, l. 2, 33-34 ; Robert 1950, 73, l. 3, 29.

19 Bikerman 1938a, 194.

20 Lenger 1962, XX-XXI. Par exemple, P. Petr. 3, 20, verso, col. I (= C. Ord. Ptol. 6). M.-Th. Lenger donne une parfaite idée de la richesse et de la relative complexité de la documentation royale lagide : Lenger 1962, XX-XXI.

21 P. Tebt., 3, 698 (= C. Ord. Ptol 32)

22 Bikerman 1938b, 195.

23 Holleaux 1942, 207.

24 Par exemple l’ordre épistolaire de Ptolémée VI à Dionysios le stratège du nome Memphite (163 a.C.) : C. Ord. Ptol. 35.

25 Sur les diagrammata lagides : Lenger 1961, XXI, notamment note 2. Pour une étude de la nature de ces documents dans le contexte lagide : Mélèze-Modrzejewski 1974, 365-380.

26 Bikerman 1938a, 295-312 ; Hatzopoulos 1996, 405-411.

27 Étienne & Migeotte 1998, 143-157 (inscription l. 23-24).

28 Sarkisian 1974 no 1 ; Van der Spek 1986, 222-232 ; Van der Spek 1995, 227-234. Le mot apparaît deux fois dans le texte : l. 34 et 35.

29 L’hypomnèmatismos lui-même : RC, 70 l. 4-17 ; la note introduisant l’ensemble : RC, 70 l. 1-3.

30 Pour H. Seyrig, l’auteur ne pouvait être qu’Antiochos Ier ou Antiochos II : Seyrig 1951, 196, suivi par Rey-Coquais 1974, 128 et 156 et dans IGLS, VII 4028. Mais R. J. Rigsby a développé des arguments qui conduisent à attribuer ce document à un roi qui aurait régné à la fin du iie ou au début du ier siècle : Rigsby 1980, 248-254 ; également Rigsby 1996, 506-508.

31 Sur ce point : Bikerman 1938b, 195. Si cette hypothèse est juste, l’hypomnèmatismos porterait témoignage non seulement de l’activité de la chancellerie séleucide au sein même de la cour, lors des conseils royaux mais plus précisément aussi d’une forme singulière d’expression, de fixation et de transmission de la parole royale. Le roi était de toute évidence assisté de greffiers chargés de fixer par écrit la parole du roi sous la forme de procès-verbaux. Dans cette hypothèse, l’hypomnèmatismos constituerait, au moins dans un premier temps et non sans paradoxe, la trace d’une expression orale de la pratique du pouvoir royal et il apporterait la preuve que la forme de cette parole royale dépendait aussi des conditions dans lesquelles celle-ci était exprimée.

32 RC, 70 l. 1-3.

33 Présentation de cette inscription par Virgilio 2003, 286-291, no 27.

34 Jos., AJ, 12.258-261. On lira, à propos de ce document la contribution de J.-M. Bertrand dans ce même volume.

35 SEG, 41, 1556.

36 Malay & Nalbantoglu 1996, 75-81 (Ma 1999, no 49).

37 L’hypomnèma du prêtre d’Apollon Pleurenos mentionne en effet une démarche semblable quelques années plus tôt auprès de Nikanôr, le Grand-Prêtre séleucide pour l’Asie Mineure : Ma 1999, no 49, l. 6-12.

38 Rappelons que les basilikai graphai de Sardes sont mentionnées dans la lettre d’Antiochos II à Métrophanès concernant la vente d’un domaine à la reine Laodice : RC, 18, l. 27-28 (Virgilio 2003 no 19).

39 Sur les archives et le chreophylakeion de Doura-Europos : Rostovtzeff et al. 1944, 29-30 ; Leriche 1996, 157-169. Sur ceux de Séleucie du Tigre : Invernizzi 1996.

40 Invernizzi 1996, 135-136.

41 I.Délos 1543 ; Pol. 30, 25, 16.

42 Malay 2004, 410-413.

43 Documents D1, D2,…, D’2, etc. sur l’annexe 1 p. 124.

44 Documents A, B, C. Voir l’étude de J.-M. Bertrand dans ce volume p. 91-92.

45 Malay 2004, 407-408.

46 D’autres documents, moins complexes, confirment que la pratique d’une diffusion radiale était courante pour certains ordres royaux. Les trois exemplaires connus du prostagma annonçant en 193 a. C. la nomination de grandes prêtresses du culte de Laodice respectent en effet le même principe puisque Antiochos III s’adresse alors à chaque stratège, à charge pour ce dernier de répercuter l’information à l’échelon infra-satrapique. Par exemple Robert 1967b, 281-296, l. 24. Les deux autres documents sont les suivants : Robert 1949, 5-22 pour l’exemplaire retrouvé à Laodicée/Nehavend (Virgilio 2003 no 10) et OGIS, 224 pour celui qui fut découvert dans les environs d’Ériza dans la plaine d’Acipayam.

47 Laumonier 1934, 291-298, l. 1-3.

48 À moins que ce ne fût Antiochos Hierax.

49 SEG, 1, 366, l. 16-17. La contribution de J.-M. Bertrand dans ce même volume évoque également ce document et les formes de circulation des ordres qu’il révèle.

50 Jos., AJ, 12.258-263.

51 Briant 1996, 382-383 et 953-954.

52 SEG, 1, 366, l. 15-16.

53 IK, 3-Ilion, 33, l. 2-3 (RC, 10-13 ; Virgilio 2003 no 18).

54 Del Monte 1997, 90-91, no 155, l. 12-17.

55 Sur cette charge de stratège à l’échelle de la satrapie : Del Monte 1997, 53-54.

56 RC, 18, l. 24-36 (I.Didyma 492 ; Virgilio 2003 no 19).

57 Sur ce point : Bengtson 1944, 103. Pour C. B. Welles ou D. Musti, il s’agissait au contraire d’un stratège, voire du gouverneur de l’Asie Mineure séleucide : Welles 1934, 92 et Musti 1965, 154. Les compétences qui semblent reconnues à Métrophanès dans ce document suggèrent cependant bien plus une charge dans le domaine fiscal et économique et incitent à voir en lui un dioiketès.

58 Ma 1999, 26-33.

59 Bertrand 1985, 115.

60 Par exemple l’exemplaire découvert dans l’Ouest de l’Iran près de Kermanchah : Robert 1967b, 281-296.

61 On notera qu’à la différence de ce que montre la documentation lagide, aucun document royal séleucide connu n’est adressé par le roi à plusieurs catégories d’agents royaux d’une même circonscription. Seule une inscription découverte à Amyzon en Carie porte un ordre adressé aux “stratèges, hipparques, commandants de fantassins et aux soldats” : RC, 39 (Robert 1983, no 10) mais le contexte est alors celui d’une campagne militaire. On citera en contre-point : C. Ord. Ptol. 18 : “Le roi Ptolémée à tous les stratèges, les commandants de cavalerie, les officiers d’infanterie, les nomarques, les toparques, les économes, les antigraphes, les basilikogrammates, les libyarques et les policiers en chef, salut” : Lenger 1962, 29-30. Il est probable que, dans le royaume séleucide, le chef d’une circonscription administrative avait la charge de répercuter les ordres auprès des différentes catégories d’agents lorsque l’ordre était de nature générale.

62 Rappelons que, dans une de ses lettres, Antiochos Ier charge en effet le stratège Méléagros de vérifier que le domaine attribué à Aristodikidès n’a pas été donné à un éventuel autre bénéficiaire : RC, 11 l. 15.

63 RC, 18 l. 27-28 (Virgilio 2003, no 19).

64 RC, 18 l. 28-33 (Virgilio 2003, no 19).

65 Pour la nomination de Nikanôr : Ma 1999, 288-292 ; en ce qui concerne les prostagmata pour la nomination de grandes-prêtresses de Laodice : document d’Ériza : RC, 36, document de Kermanchah : Robert 1967b ; document de Laodicée / Nehavend : Robert 1949.

66 SEG, 37, 1010, l. 44-46.

67 Pour Amyzon : Robert & Robert 1983 no 15, pour Xanthos : Robert & Robert 1983, no 15B et Gauthier 1996, 1-27.

68 Cette idée a aussi été mise en évidence et développée par J. Ma à propos de la publication des décisions royales concernant les cités grecques : Ma 1999, 211-214.

69 Ma 1999, 288-292 no 4.

70 Ces délais ne peuvent qu’être estimés. On notera cependant qu’il ne s’est écoulé que dix-sept jours entre la rédaction de la lettre d’accompagnement de Zeuxis et la rédaction du texte d’accompagnement que Philotas adressa à Bithys alors qu’il a fallu deux mois entre la mise par écrit de la lettre royale et la transmission de cette lettre par Zeuxis : Ma 1999, 288-290, no 4.

71 Robert & Robert 1954, 285-302, l. 7-19.

72 Landau 1966, 54-70, l. 28-39. Texte repris et amélioré dans Bertrand 1982 et repris plus récemment dans Virgilio 2003, 286-291, no 27.

73 En dernier lieu sur cette fonction : Ehling 1998, 97-106.

74 Si le gouverneur de satrapie avait la capacité d’exercer un puissant contrôle sur sa province, il faut aussi rappeler qu’il n’était pas le seul interlocuteur du roi et que des tensions ont pu naître au sein même de certaines régions administratives sur la question de l’attitude à tenir à l’égard du pouvoir central dans des contextes de crise politique. Ces tensions sont attestées pour la Babylonie où, sans doute dans le contexte de la crise dynastique opposant Antiochos Hierax à Séleucos II, les années 238-235 a.C. furent marquées par des affrontements très violents entre, d’une part, les troupes royales en garnison et, d’autre part, le personnel du palais royal. Une tablette datée de 238 a. C. évoque ce contexte avec précision : Del Monte 1997, 49-50. On sait aussi qu’en 163 a.C., Babylone connut de nouveaux troubles opposant sans doute les partisans de Philippos à ceux de Lysias après la mort d’Antiochos IV : Del Monte 1997, 83-84. Notons qu’en 220 a.C., le refus de l’armée d’Achaios de poursuivre sa marche vers la Syrie, et contre Antiochos III, témoignait d’une attitude légitimiste des soldats et, parallèlement, des limites du pouvoir régional d’Achaios : Pol. 5.57.6-7.

75 Sur le personnage d’Alexandros qui joua un rôle important en Asie Mineure sous le règne d’Antiochos II et pendant la guerre Laodicéenne : Bengtson 1944, 99-103 ; Carsana 1996, A7.

76 Nous devons cette hypothèse séduisante à D. Musti qui a fait valoir que l’agent royal chargé de la publication de cet ensemble documentaire n’était concerné que par les sanctuaires de Didymes et d’Éphèse : Musti 1965.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/608/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Structure de la stèle retrouvée à Balikesir en Mysie
Légende Dx : document (matériel), reçu, envoyé ou archivéA, A', A", etc… : exemplaire ou copie d’un élément de correspondance
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/608/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende A, B, C : documents présents sur la stèleD, E : documents dont l’existence est certaine mais qui ne sont pas reproduits sur la stèle. D : lettre de Métrophanès à Nikomachos. E : Lettre de Nikomachos à 5---]kratès.Note 7676
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/608/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Université de Poitiers - Herma.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540