Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Première partie. L’Orient, la cité grecque et le monde hellénistique

Réflexions sur les modalités de la correspondance dans les administrations hellénistiques

La réponse donnée par d’Antiochos IV Épiphane à une requête des samaritains (Flavius Josèphe, Antiquités juives, 12.258-264)

Jean-Marie Bertrand

Texte intégral

  • 1 Je reprends ici une sorte de truisme auquel R. Barthes, ce me semble, a donné sens en montrant com (...)

1Une structure étatique révèle sa nature par la façon dont elle s’exprime1. L’organisation du réseau de circulation des informations ou des ordres dans un système administratif et la façon dont la parole d’État est transmise, pour exécution ou reconnaissance de leurs droits, aux ressortissants, font partie des modalités de ce discours. L’existence d’un nombre relativement important de documents publiés et exposés, ou bien retrouvés dans les archives des bureaux, permettent de pouvoir envisager d’analyser ce que furent les circuits de la correspondance officielle des rois hellénistiques et de leurs agents. Malgré l’émergence d’une routine bureaucratique, le caractère personnel du pouvoir semble avoir laissé beaucoup de place à ce qui paraît être l’adaptation des procédures aux spécificités des questions à traiter ou à l’improvisation. Présenter quelques exemples peut suffire, néanmoins, à montrer que certaines pratiques sont signifiantes du fait qu’elles sont fréquentes.

  • 2 Voir, par exemple, BGU, 1866, P. Tebt., 1, 38, 41, 45 (1096), 1, 264, 3, 796 etc. …
  • 3 OGIS, 736, l. 26, P. Enteux. 6, etc…
  • 4 BGU, 1747.

2Les circuits de l’acheminement du courrier officiel passaient pour être assez codifiés pour que les destinataires potentiels d’un ordre ou d’une information pussent être désignés par la formule, οἷς καθήκει, ceux à qui il convient [d’écrire], par toute personne qui voulait les faire actionner, agent public souhaitant recevoir des instructions comme particulier demandant un privilège ou réclamant son droit2. Tel requérant pouvait, éventuellement, donner une précision qui mettait en évidence le fait qu’il avait parfaitement conscience de l’existence d’un système spécifique de transmission des ordres, même s’il ne savait pas exactement quelles en étaient les étapes ; il demandait alors que l’autorité supérieure à laquelle il s’adressait écrive, par exemple, “au stratège du nome et à qui il convient de le faire”, τῷ.τοῦ νομοῦ στρατηγῷ καὶ οἷς καθήκει3. Quand on souhaitait qu’il fût écrit “au stratège territorial et aux autres agents à qui il convient de le faire”4, la reconnaissance de l’évidence des rapports d’autorité se conjuguait avec la constatation de ce que chacun des agents du roi participait d’une collectivité fonctionnelle instituée. Le ἄλλοι, renvoyant nécessairement au stratège en désignant ses subordonnés ou collaborateurs, signifie que le premier nommé n’était pas extérieur à l’ensemble constitué par les membres de la fonction publique, même s’il paraissait devoir être distingué pour être le principal responsable et donneur d’ordres.

  • 5 Labraunda III, 2, 46, nous citerons les inscriptions d’Asie Mineure datant du règne d’Antiochos II (...)
  • 6 Ma 1999, no 6.

3Le désir de mettre en évidence le fait qu’il existait une structure hiérarchique légitime donnant sens et valeur juridique au discours tenu par l’administration pouvait conduire tel des représentants les plus autorisés du pouvoir à signifier qu’il ne faisait qu’obéir en donnant tel ordre et en veillant à son exécution. Ainsi Zeuxis, responsable des affaires pour l’ensemble de l’Asie Mineure, écrivant aux troupes se trouvant à proximité du sanctuaire de Labraunda “que le roi Antiochos lui a ordonné de veiller aux sanctuaires”, συντέταχεν ἡμῖν ὁ βασιλεύς γὰρ Ἀντίοχος ἐπιμέλειαν ποιεῖσται τῶν ἱερῶν5, signifiait qu’il n’agissait que par délégation de la puissance royale en leur interdisant d’y cantonner. Quelques années auparavant, le roi avait adressé directement une lettre aux généraux, aux commandants de cavalerie, aux officiers d’infanterie et aux hommes du rang, στρατηγοῖς, ἱππάρχαις, πεζῶν ἡγεμόσι, στρατίωταις, pour qu’ils s’abstiennent de toute intrusion dans le temple d’Amyzon6. On peut penser que c’est pour maintenir le principe de l’immédiateté des rapports entre le chef suprême des armées et le moindre de ses subordonnés que Zeuxis avait, pour sa part, insisté sur sa soumission aux ordres reçus. Il est, bien sûr, intéressant de constater que ces deux lettres adressées aux troupes ont été publiées de façon tout à fait spectaculaire, ce qui signifie que d’une façon ou d’une autre les autorités locales en ont été destinataires.

  • 7 Choix d’inscriptions grecques, no 3, l. 15-17.
  • 8 P. Cair. Zenon, 59607.
  • 9 P. Tebt., 3, 704 : Bilos et […]thutès, destinataires de la lettre de leur supérieur, semblent eux- (...)
  • 10 Ma 1999, no 4 (avec les commentaires p. 122).

4Le principe de commodité, ou de facilité, pouvait conduire à utiliser des circuits de communication tout à fait extraordinaires et faire qu’un requérant, représenté en l’occurrence par un mandataire, Boulagoras de Samos, pût se voir confier le soin de transmettre directement les ordres royaux aux agents locaux du pouvoir concernés par son affaire, en l’occurrence un commandant de garnison et un magistrat financier. Il ne semble pas que les responsables administratifs de niveau supérieur aient, eux-mêmes, été actionnés alors que, selon toute vraisemblance, ils étaient bien en fonction, malgré les circonstances difficiles dans lesquelles se trouvait le royaume séleucide à l’époque7. De nombreux dossiers conservés en archives pouvaient, en revanche, mettre en évidence le cheminement d’un document et signifier, ainsi, que l’État était une structure dans laquelle chaque agent avait à jouer un rôle personnel mais parfaitement délimité, “une lettre a été envoyée par le secrétaire royal à Léon, par Léon à Nicobios, par Nicobios à Aristandros, nous avons assuré la transmission”, ἐγράφη μὲν παρὰ τοῦ βασιλικοῦ γραμματέως πρòς Λέοντος καὶ Λέοντος πρòς Νικόβιον καὶ Νικοβίου πρòς Ἀριστάνδρον καὶ πεπορίκαμεν τὰ γράμματα αὐτῶν 8. De nombreux documents internes aux bureaux témoignent de ce que les royaumes connaissaient l’usage d’un circuit dendritique de la transmission des ordres. Ainsi, tel diœcète avait écrit à Artémon l’économe du nome qui fit tenir copie de sa lettre à son subordonné Ktésiklès avec une lettre de couverture, ce dernier transmettant copies de la lettre initiale à deux de ses agents Bilos et […]thutès en les accompagnant, de la même façon, de lettres de couverture9. En pays séleucide, le dossier de la nomination du grand prêtre Nikanor, publié sur une stèle, est construit selon ce principe, Antiochos III avait écrit à Zeuxis, responsable de toutes les satrapies d’Asie Mineure, qui transmit à Philotas, stratège de Mysie et bien évidemment, sans doute, à d’autres agents de même niveau hiérarchique, pour lui dire qu’il a reçu l’ordre du roi dont il lui envoyait copie, Philotas fit suivre sous la même forme à Bithys et à tous les agents de même rang10. Il semble bien que tous les échelons hiérarchiques, du sommet à la base, aient été actionnés, chacun, même le dernier qui publiait le texte ayant été à la fois destinataire et destinateur du discours d’État.

  • 11 C’est une des évidences que P. Collomp semble considérer comme naturellement évidente : “ç’aurait (...)
  • 12 Bickerman 1953, 251-267.

5Il n’est pas raisonnable d’imaginer que l’usage de la voie hiérarchique directe doive être absolument nécessaire à l’expression du discours d’État et, donc, qu’elle soit la seule dont il faille envisager qu’elle ait été suivie quand on cherche à analyser une série de documents dont l’insertion dans un système de circulation de ce type pose problème11. Certaines théories veulent tenir compte de cette possibilité de variation mais paraissent trop compliquées et finalement imprécises dans leurs présupposés pour devoir être retenues, telle celle que proposa Bickerman quand il crut pouvoir écrire qu’il serait assez simple de distinguer dans le discours royal l’administratif du politique, la pratique bureaucratique du discours d’autorité, l’ordre épistolaire suivant toujours la filière hiérarchique, le prostagma écrit ou verbal enjambant ordinairement ces étapes12. Il me semble qu’il est bien difficile de rendre compte, en proposant, de cette façon, un schéma d’explication unique, d’usages qui seraient parfaitement codifiés, qu’ils aient été semblables dans les divers royaumes hellénistiques ou particuliers à tel ou tel. On peut essayer, néanmoins, de proposer une explication que je crois nouvelle de la logique de certaines habitudes de correspondance, bien que les adresses des personnels intervenant soient souvent peu explicites.

  • 13 Ma 1999, no 37. Voir l’étude de L. Capdetrey dans le même volume (p. 73-74 et 117-120).
  • 14 Robert 1967b, 281-297 et Robert 1949, 5-29.
  • 15 Robert 1950, 73-74.

6Il faut souligner, tout d’abord, que l’usage d’un type de circuit qui ferait descendre les ordres par étapes contiguës du sommet jusqu’aux échelons inférieurs n’est pas systématique. Ainsi, quand Antiochos III organisa le culte de Laodice pour l’Asie Mineure, il écrivit directement aux responsables de satrapie en donnant l’impression de passer par-dessus la tête de Zeuxis, dont on attendrait pourtant qu’il fût un destinataire incontournable d’un ordre dont il ne pouvait pas ne pas avoir à connaître des modalités d’exécution. Le roi s’est adressé personnellement à Anaximbrotos, stratège de Carie. Celui-ci a transmis, comme il lui était enjoint de le faire, copie de la lettre qu’il avait reçue à ses propres subordonnés dans les diverses circonscriptions primaires de son gouvernement, notamment à Dionytas. Nous ne connaissons que le nom de ce dernier parce que n’a été retrouvée qu’une seule stèle de toutes celles qui, sans doute, avaient été gravées par les agents locaux obéissant aux ordres de publier le texte13. La situation du dossier est moins claire, en raison des hasards de la conservation des documents, dans les régions orientales du royaume. Le roi avait adressé à Ménédémos une lettre personnelle et celui-ci a actionné par une lettre accompagnée d’une copie de la lettre royale les responsables des diverses circonscriptions primaires de Médie, nous connaissons deux de ces lettres envoyées, l’une au responsable d’un district militaire, la seconde à ceux d’une cité14. L’analyse pourrait être différente de ce qu’elle est pour l’Asie Mineure. Deux hypothèses peuvent être envisagées, mais l’une comme l’autre conduisent à la construction d’un même schéma de circulation des ordres. On peut considérer que Ménédémos n’était plus, en 193, le responsable des Hautes-satrapies dont on sait qu’il l’avait été15 et qu’il aurait été remplacé à ce poste par Antiochos le Jeune, devenant ou redevenant stratège de la seule Médie. Si tel était bien le cas, le roi se serait adressé directement à lui en tant que responsable provincial, négligeant, de la même façon qu’à l’ouest, l’échelon régional. Retenir cette solution permettrait de souligner la cohérence de la pratique administrative dans cette affaire et l’on peut penser que, même en l’absence de documents nouveaux qui permettraient de trancher fermement sur ce point, Ménédémos n’était plus à la tête des Hautes-satrapies quand il reçut la lettre royale. Si l’on préfère l’idée selon laquelle il n’aurait pas été rétrogradé, on doit admettre qu’en tant que responsable du niveau régional, il était entré directement en contact avec les agents d’exécution dans les circonscriptions primaires sans tenir compte de l’échelon satrapique. Ce serait l’application du même circuit de correspondance à un niveau différent, peut-être est-il possible de faire l’économie de cette complication pour une même affaire.

  • 16 Ma 1999, no 31A.
  • 17 Ma 1999, no 1 (commentaires p. 129).
  • 18 Ma 1999, no 44.
  • 19 Gauthier 1989, 44^-45. On peut imaginer, me semble-t-il, que se trouvaient à Sardes divers bureaux (...)
  • 20 Ma 1999, no 26A.
  • 21 Ma 1999, no 43.
  • 22 Ma 1999, no 31A.
  • 23 Pour une approche particulièrement intelligente de ce genre de problème, voir Ma 1999.

7Une inscription d’Héraclée du Latmos16 met en évidence, elle aussi et de façon particulièrement spectaculaire, la possibilité pour le souverain de signifier qu’il s’adressait directement à un agent d’exécution et de récuser, par le fait même, la nécessité de la voie hiérarchique. Ainsi, Antiochos III annonça aux représentants de la cité qui avaient obtenus de lui audience qu’il allait écrire à un diœcète pour que fussent établies les modalités du versement des subventions accordées à la ville. Que ce destinataire de la parole royale fût un subalterne est désormais, généralement admis. Il n’existait pas, dans le royaume séleucide, de haut-responsable du gouvernement central qui aurait porté le titre de diœcète. Pour ce qui est de la région cistaurique, on pense connaître l’existence d’un ἐπὶ τῶν προσόδων, Ktèsiklès, responsable la gestion des finances dans l’ensemble de la région dont il est vraisemblable de penser qu’il travaillait aux côtés de Zeuxis, le roi pouvant être conduit à écrire parallèlement à l’un et à l’autre17. Un diœcète, Ménandros, dont un décret d’Apollonia de la Salbakè18 semble indiquer qu’il était de niveau inférieur à Ktèsiklès, avait des responsabilités en Carie orientale, sans que l’on puisse savoir s’il ne résidait pas, néanmoins, à Sardes19. On connaît d’autres personnages portant ce titre, ainsi Strouthion à Iasos20 et des anonymes apparaissent dans la documentation, ainsi à Nysa21. Cette multiplicité prouve, à tout le moins, que la charge était, non pas régionale mais seulement provinciale ou locale. On peut, évidemment, se poser la question de savoir de quelle façon le roi fit part à ses supérieurs de sa décision d’écrire directement à un agent de ce niveau, notamment à Zeuxis qui apparaît dans le dossier comme ayant préparé l’essentiel des décisions que le roi se contenta d’avaliser, la lettre qu’il se proposait d’écrire au diœcète semblant ne devoir porter que sur le financement de quelques faveurs supplémentaires22. On doit admettre, en tout cas, que le souci de publier l’existence d’un circuit court pour la communication royale devait avoir un sens23.

  • 24 Nous reviendrons prochainement (voir notre note dans Bertrand 1982, 167-174) à l’étude de l’inscri (...)

8Le fait que ces dossiers soient connus par des inscriptions parfois monumentales rend difficile une analyse plus fine de la complexité des pratiques administratives. Certains des éléments de pure forme qui constituent le fond de toute correspondance bureaucratique n’ont pas nécessairement été publiés sur la pierre car on a pu se contenter, comme c’est souvent le cas, même dans les cités traditionnelles, de ne donner à lire que l’essentiel signifiant24. Il peut être utile pour mieux comprendre le système de chercher à découvrir dans la documentation papyrologique des ensembles de textes construits selon une structure qui permettrait de connaître la façon dont sont organisés les dossiers que nous avons évoqués, tout en permettant de supposer quels documents avaient accompagnés ceux-ci et ont été perdus avec l’ensemble des archives conservées dans les capitales régionales du royaume séleucide.

  • 25 P. Tebt., 3, 746.
  • 26 Verhoogt 1998, 71-73.
  • 27 La formule οἱ παρὰ σοῦ κατὰ τόπον τετάγμενοι n’est pas aussi claire pour désigner les subordonnés (...)
  • 28 On pourrait intégrer au cadre explicatif que nous proposons l’analyse de la variation formulaire q (...)

9Un document complexe de la pratique quotidienne la plus banale donne quelques indications intéressantes. Un papyrus de Tebtunis25 contient un dossier transmis à un certain Patron dont le nom est mentionné au recto du feuillet en tant que destinataire final de l’ensemble, la lettre de couverture étant rédigée à son intention (cf. planche p. 104). Organisé dans l’ordre hiérarchique descendant, le dossier est constitué de trois lettres liées l’une à l’autre. L’affaire a commencé par une lettre d’un certain Ménodôros, qui semble bien avoir été d’un niveau supérieur à tous les autres personnages, si l’on veut bien admettre la validité des règles d’adresse établies par A. M. Verhoogt26. Ce dossier a suivi deux voies, la première est directe, la seconde n’est pas aussi claire et doit être reconnue. D’une part, Ménodôros a donné des ordres précis et circonstanciés à Théophilos de telle sorte que l’on peut penser que celui-ci était un agent d’exécution dépendant directement de lui et exerçant sa charge au niveau de la toparchie de même qu’Harpale, Antiphanès, Argaios, dont il est indiqué qu’ils avaient reçu un exemplaire à leur nom propre de cette même lettre. Un autre personnage, Agathon, a été informé par Ménodôros des ordres qu’il avait donnés et il a transmis, comme il le lui était ordonné, l’information à ses propres subordonnés parmi lesquels se trouvait Patron par les archives de qui nous connaissons l’affaire. Le fait qu’Agathon ait été en puissance d’agents qui semblent de même niveau des destinataires des ordres donnés directement par Ménodôros27 permet de penser qu’il se situait à un niveau de responsabilité supérieur à celui de Théophilos qui semble bien n’avoir été qu’un simple agent d’exécution. Qu’il ait été personnellement informé des ordres donnés à Théophilos par l’envoi d’une copie de la lettre adressée à ce dernier n’est évidemment pas dépourvu de sens même s’il ne lui a pas été donné l’ordre de faire autre chose que d’écrire à ses propres subordonnés28. On peut penser que s’il était informé des ordres donnés à des agents subalternes de Ménodôros par ce dernier, c’est qu’il devait, pour le moins être concerné par l’affaire, et ce ne peut être que pour favoriser et surveiller la bonne exécution des ordres donnés à Théophilos et ses collègues. Ce n’est pas, en tout cas, parce qu’il ne reçoit pas une lettre personnelle mais seulement la copie d’une lettre nommément adressé à quelqu’un d’autre qu’il doit être considéré comme d’un rang inférieur au destinataire de celle-ci, bien au contraire. La lettre originale est un ordre d’action et s’adresse aux agents d’exécution, la copie transmise est faite pour informer celui dont on peut penser que, sans exercer de responsabilité opérationnelle directe, ni lui ni ses propres personnels, il doit connaître de l’activité des agents actionnés directement.

  • 29 C. Ord. Ptol. 30-31.
  • 30 Voir Collomp 1936, 199-207 et Bickerman 1953.

10Au niveau bien supérieur d’une ordonnance royale29, nous retrouvons le même type de transmission directe des ordres d’action et des informations transmises par copie. Ptolémée V Épiphane a écrit à l’ensemble des épistates des phylacites, principaux officiers de police dans le nome, pour leur rappeler quelles règles de procédure ils devaient appliquer, sous peine de sévères sanctions, pour leurs enquêtes et les citations en justice. Nous connaissons la lettre écrite à l’un de ceux-ci, Synnomos30, par la copie qui en a été adressée à un certain Néôn qui doit, comme ses collègues, être bien conscient que le roi ne manquera pas de sévir s’il n’est pas obéi et qu’il doit le signifier à ses propres subordonnés. Il semble bien que Néôn soit un stratège, et l’on comprend bien que la même lettre a été adressée à tous les autres responsables de ce niveau. Ceux-ci sont les supérieurs des chefs de la police dont on sait qu’ils exercent leurs fonctions sous leur autorité. Le roi s’est donc adressé directement aux agents opérationnels en charge directe des affaires dont il voulait améliorer le traitement. En leur transmettant la copie des ordres donnés, il demandait aux stratèges de motiver l’ensemble de leurs subordonnés de telle sorte qu’ils obéissent correctement aux instructions. Par cette façon de diffuser ses volontés, le roi rappelait aux stratèges qu’ils avaient pour fonction de surveiller l’action des agents destinataires immédiats de sa parole. Celui qui recevait l’original du texte était, de toute évidence, dans la situation de voir contrôlée l’exécution de l’ordre reçu par celui à qui était adressée la copie.

  • 31 C. Ord. Ptol. 62-63 (voir supra note 11).
  • 32 Le schéma de P. Tebt., 1, 33, correspond bien à la proposition de Pétésis, le secrétaire du nome r (...)

11L’affaire de l’embaumeur Pétésis qui demandait à être protégé d’agressions diverses est traitée dans un dossier dont la construction peut sembler conforme à ce schéma31. Le roi Ptolémée Alexandre Ier associé à sa sœur Bérénice a envoyé à l’adresse collective de toutes les autorités du nome memphite une lettre contenant la copie de la requête de Pétésis avec ordre de lui donner satisfaction, “qu’il en soit en chaque chose comme il le demande”, γινέσθω οὖν ἕκαστα καθάπερ ἀξιοῖ. L’énumération des agents touchés directement par l’ordre royal, du plus grand au plus petit, du stratège aux plus infimes “administrateurs des affaires royales”, οἱ τὰ βασιλικὰ πραγματευόμενοι, en passant par les prêtres de tout niveau, est exhaustive et elle a dû servir à signifier que le roi tenait à mobiliser l’ensemble des personnels servant dans le nome. Pétésis, pour sa part, avait simplement demandé au souverain d’ordonner à l’épistolographe Philocratès de “faire diffuser une circulaire”, ἐντολὴν ἐγδοῦναι, interdisant que quiconque lui fît subir la moindre vexation et l’autorisant à en afficher le texte sur le mur de sa maison. Il souhaitait aussi que le secrétaire du nome fût informé de ce que la bienveillance royale lui avait procuré la satisfaction qu’il réclamait. Le circuit de correspondance retenu par l’administration ne fut pas exactement celui que suggérait Pétésis32. Alors qu’il était expressément déjà destinataire de l’ordre royal pour action, le stratège reçut aussi en son nom propre une copie du document collectif pour information, ce qui témoigne de façon spectaculaire du fait que l’accompagnement d’un ordre direct à un agent par une copie à un autre passait pour nécessaire à une bonne exécution des ordres. La formule de politesse de la lettre de couverture adressée au stratège seul est plus développée, “salut et porte toi bien”, χαίρειv καὶ ἐρρῶσθαι, que le sec, “salut”, χαίρειv, qui clôture l’ordonnance adressée à l’ensemble des agents royaux, cela témoignant, bien évidemment, de la place éminente qui lui était reconnue. Cette lettre qui n’était pas, contrairement à ce qu’écrit M. Th. Lenger, un ordre d’exécution, devait l’informer personnellement de ce qui était prescrit à l’ensemble des agents royaux, à lui-même comme aux plus infimes d’entre eux, pour qu’il sût bien ce qu’il était prescrit de faire et surveillât la façon dont ils obéiraient, car, en tant que supérieur hiérarchique, il devait veiller à la bonne exécution de la volonté royale par l’ensemble des personnels. Notons, par ailleurs, que si la requête de Pétésis constitue l’essentiel du texte que le roi a promulgué puisque l’ordonnance la reprend terme à terme, il ne semble pas que le requérant ait reçu une réponse directe du souverain, cela signifiant sans doute qu’il a été maintenu dans une situation de subordination par rapport à l’administration qui seule eut connaissance directe de la décision prise et, sans doute, la lui notifia.

  • 33 C. Ord. Ptol. 57-60.

12Le dossier concernant les privilèges accordés aux prêtres de Chum par Cléopâtre III et Ptolémée Sôter II est d’autant plus complexe que les souverains sont venus sur le site. Il n’est pas parfaitement clair car deux épistratèges successifs ont été impliqués dans l’affaire et que quatre documents33 de date et de structure différentes sont gravés sur une même stèle. Les prêtres furent destinataires d’une lettre annonçant que satisfaction serait donnée à la requête qu’ils avaient faite, l’épistratège reçut copie de leur enteuxis et l’ordre de prendre les mesures nécessaires. Son successeur, traité de façon particulièrement courtoise par les souverains qui ont usé à son endroit d’une formule d’adresse particulièrement développée reçut l’ordre d’exécuter la décision royale et copie de la lettre transmise aux prêtres ; il restait ainsi maître de la lecture qui devait être faite des ordres royaux, la publication in extenso du dossier limitant néanmoins sa capacité d’interprétation.

  • 34 C. Ord. Ptol. 51-52.

13La situation ne fut pas la même quand les prêtres de Philae demandèrent qu’il fût ordonné à l’épistolographe d’écrire au stratège pour qu’ils cessent d’être contraints de fournir à diverses personnalités de passage de lourdes prestations en nature. Ils réclamaient aussi le droit d’afficher la décision royale34. Les souverains, Ptolémée VIII Évergète II et ses deux épouses, répondirent par l’envoi, accompagné d’une lettre de couverture, de la copie de ce qu’ils écrivaient au stratège pour lui donner l’ordre de faire respecter leur tranquillité. De cette façon, le stratège fut traité comme un simple exécutant d’une mesure dont les prêtres étaient d’autant mieux mis en situation de pouvoir contrôler l’exécution que la lettre dont il recevait copie était, pour l’essentiel, constituée par la reprise de leur propre requête. On constate, par ailleurs, qu’ils reçurent, au terme de la lettre de couverture qui leur était adressée, le droit d’afficher leur privilège en une phrase qui n’était pas reprise dans la lettre destinée au stratège, “nous vous accordons le droit de procéder à l’érection que vous avez sollicitée d’une stèle”, ἐπιχωροῦμεν δ’ ὑμῖν καὶ τὴν ἀνάθεσιν ἧς ἠξιοῦτε στήλης ποιήσασθαι. Celui-ci ne pouvait manquer de savoir ce qu’il en était puisque cette demande avait été exprimée dans la requête dont il recevait copie, mais le fait que mention en fût faite dans la seule lettre aux prêtres et que cela ait été souligné par un “de surcroît”, καὶ, montre bien que cette faveur devait échapper à tout contrôle de l’administration territoriale qui fut moins bien traitée en cette affaire que dans le cas de la requête déposée par Pétésis.

  • 35 Ma 1999.

14Il est possible d’imaginer que les dossiers datant du règne d’Antiochos III connus par les inscriptions dont nous avons parlé pourraient avoir été bâtis selon les mêmes principes. Il est possible qu’il ait fallu, pour tous les dossiers dont nous avons constaté que les échelons hiérarchiques semblaient avoir été négligés, que des copies des ordres donnés aient été transmises aux supérieurs de ceux à qui l’on s’adressait. Il est vraisemblable que Zeuxis a connu parfaitement ce qui était ordonné à Anaximbrotos, de même qu’Antiochos le Jeune a été informé du courrier envoyé à Ménédèmos. Le premier fut informé, sans aucun doute, de ce qui serait écrit au diœcète pour lui ordonner de financer durant trois ans la fourniture de l’huile aux jeunes gens et les réparations de l’aqueduc d’Héraclée. Ces lettres sont restées dans les archives de la capitale régionale sans que les responsables provinciaux en aient eu connaissance et, donc, aient eu à les faire graver. Le désir de mettre en évidence l’omnipotence d’un roi partout personnellement présent pouvait l’emporter sur l’intérêt qu’il y avait à montrer que le royaume était une structure complexe35.

15Sans vouloir prolonger ici cette analyse du discours royal, nous nous contenterons d’essayer de montrer qu’avoir proposé l’existence possible de ce type de circuit de correspondance peut avoir une valeur heuristique pour comprendre certains détails d’un organigramme administratif. On peut en effet utiliser ce schéma pour situer, l’un par rapport à l’autre, deux agents royaux dont on ne connaît pas dans quelle relation hiérarchique ils se trouvent être.

  • 36 Jos., AJ, 12.258-264.
  • 37 Coggins 1987, 257-273.
  • 38 Bickerman, 1980, 105-135. A. Schalit a proposé des arguments solides pour contredire cette positio (...)

16Un dossier constitué d’une requête des Samaritains et de la réponse favorable d’Antiochos IV par lettre à l’un de ses agents, connu par Flavius Josèphe, peut peut-être servir de test36. Le texte est bien évidemment utilisé dans un esprit polémique de la part d’un Juif37 et il a souvent été considéré comme un faux. E. J. Bickerman a démontré de façon parfaitement convaincante comment, dans le détail comme dans la logique même du document, rien ne permettait de douter pourtant de son authenticité. Il n’est pas, notamment, possible d’imaginer qu’un faussaire, nécessairement tardif pour pouvoir être crédible, ait pu être assez informé des particularités des protocoles royaux successifs en usage sous le règne d’Antiochos IV, ainsi que de la chronologie précise de ses voyages, pour que le texte soit daté avec autant de justesse38. Il est possible de prolonger la démonstration en constatant que le vocabulaire de la requête des Samaritains est parfaitement topique mais, dans certains de ses aspects, trop original pour qu’un faussaire ait pensé à l’écrire tel qu’il nous est parvenu.

  • 39 Contentons-nous de citer un texte récemment publié SEG, 46, 1519 : Εὐθυήμωι ἀρχιερεῖ ὑπόμνημα παρὰ (...)
  • 40 Notamment chez Pol. 12.10.9.
  • 41 Jos., AJ, 8.55 : ἀντίγραφα ὡ δεηθεὶς τῶν ἐπὶ τοῦ Τυρίων γραμματοφυλακείου δημοσίων εὕροι συμφωνοῦν (...)
  • 42 Bickerman 1980, 123.
  • 43 Pucci Ben Zeev 1998, 406-407. L’auteur fait référence aux opinions recueillies auprès de T. Rajak (...)

17On constate d’une part que si le mot ὑπόμνημα est employé pour désigner la requête de façon parfaitement conforme aux usages comme de nombreux exemples nous permettent de nous en rendre compte39, Josèphe ne l’utilise jamais, dans tout le reste de son œuvre, à ce sens proprement technique. Cela témoigne de ce que le texte est parfaitement étranger à son style et qu’il l’a lu et recopié quelque part. D’autre part, l’idée qu’il n’est pas non plus un faux rédigé par un inconnu peut être corroborée par la constatation qu’un hapax signifiant y apparaît. On y lit que les Samaritains n’auraient jamais été juifs et que leur appartenance à une cité des Sidoniens de Sichem pourrait être prouvée par la consultation “des archives politiques”, ἐκ τῶν πολιτικῶν ἀναγραφῶν. Cette formule n’apparaît pas chez Josèphe, ce qui pourrait n’être pas signifiant pour établir le caractère particulier du document, mais elle n’est pas non plus attestée ailleurs. Il ne semble pas, ainsi, qu’elle apparaisse dans le corpus épigraphique, ni chez Polybe. La formule utilisée pour désigner les “archives publiques” est, en général, δημοσίαι ἀναγραφαί40, Photius est un bon témoin de cet usage quand il décrit, pour l’époque archaïque d’Athènes, les “supports sur lesquels sont inscrites les lois politiques et les archives publiques”, κύρβεις ἔχοντες τοὺς πολιτικοὺς νόμους καὶ τὰς δημοσίας ἀναγραφάς. L’adjectif δημοσίος est bien celui qu’utilise Josèphe qui sait écrire, par exemple, que, chez les Athéniens “les plus anciens textes retenus par leurs archives étaient les lois sur le meurtre de Dracon”, τῶν δημοσίων γραμμάτων ἀρχαιοτάτους εἶναι φασι τοὺς ὑπò Δράκοντος αὐτοῖς περὶ τῶν φονικῶν γραφέντας νόμους 41. Il est vraisemblable qu’un faussaire aurait utilisé la formule la plus ordinaire et la mieux attestée plutôt que celle dont les Samaritains ont fait usage. Il est d’ailleurs possible de donner sens à leur volonté d’originalité, la formule ἐκ τῶν πολιτικῶν ἀναγραφῶν fait sens dans le cadre de leur requête car ils semblent bien avoir voulu insister sur le fait qu’ils n’appartenaient pas au monde des “peuples”, ἔθνη, plus ou moins mêlés qui s’étaient installés dans la région, mais ils ont pu vouloir souligner qu’ils faisaient bien partie de celui des cités, Sichem étant l’une des plus vénérables des anciennes implantations sidoniennes, point que Bickerman a bien souligné42. L’essentiel est d’admettre que la spécificité même du formulaire doit faire comprendre que Josèphe a repris, sans que l’on puisse savoir par quel intermédiaire il l’a connue43, une véritable et originale pièce d’archive. L’examen de la titulature des intervenants en l’affaire va dans le même sens d’une originalité formulaire qui n’est pourtant pas inconnue du discours public de l’époque.

  • 44 P. Rev, col. 15, 22.
  • 45 Dans un texte à prétentions littéraires (UPZ 110 = P. Paris, 63) : οἱ τῶν πραγμάτων κηδόμενοι.
  • 46 Le mot est employé dans AJ, 15, 216, pour désigner une charge, τιμή, dans le royaume d’Hérode sans (...)
  • 47 Bengtson 1944, 173 : πράττειν au sens de “eintreiben”. O. Mörkholm pense qu’il était un responsabl (...)

18Apparaissent dans le document deux agents royaux désignés de façon générique comme “les régisseurs des affaires royales”, οἱ τὰ βασιλικὰ διοικοῦντες, la formule est particulière, le syntagme ne semble pas appartenir au vocabulaire administratif ordinaire, sans pourtant être totalement étranger puisqu’il apparaît dans un papyrus de bonne époque44 et que l’on connaît des administrateurs qui s’essayent à des recherches de style plus surprenantes encore45. L’un, Apollonios est “méridarque”, μεριδάρχης, l’autre n’a pas de titre spécifique, il doit être, à mon sens, considéré comme “l’agent des affaires royales”, οἱ τὰ βασιλικὰ πράσσων. Le titre de μεριδάρχης n’apparaît pas dans le contexte syrien chez Josèphe ou dans Maccabées mais il est bien formé et l’on connaît en Syrie des circonscriptions qui seraient des μέρη, μερίδες, ou μεριδαρχίαι46, néanmoins l’analyse du terme reste à faire. Quant à la formule ὁ τὰ βασιλικὰ πράσσων, c’est une titulature développée qui a fait couler beaucoup d’encre, une sorte de consensus s’étant établi pour penser que le Nicanôr ainsi désigné ne pouvait être qu’un magistrat financier47. Il est certain que, dans les documents publics conservés sur papyrus, le verbe πράττειν peut désigner la réalisation de la πράξις au sens de “saisie conservatoire” réservée au roi ou à tel ou tel privilégié qui reçoit le droit, lui ou son mandataire, d’y procéder comme si ses créanciers étaient débiteurs royaux, très nombreux sont les textes où “Zénon reçoit le droit de saisie comme si ses créances étaient contractées à l’égard du trésor royal et il peut l’exercer lui-même ou par un mandataire procédant en son nom”, ὡς πρòς βασιλικά ἡ πράσις ἔστω Ζήνονι ἢ ἄλλωι ὑπέρ αὐτοῦ πράσσοντι... Le verbe ne doit pas être limité à ce type de contexte.

  • 48 C. Ord. Ptol. 62. l. 5
  • 49 C. Ord. Ptol. 52. l. 25.
  • 50 C. Ord. Ptol. 30. l. 4.
  • 51 P. Hib., 198. l. 231 (C. Ord. Ptol. 78. l. 28), les commentaires sur la lecture sont procurés par (...)

19Dans les documents officiels lagides, les agents royaux semblent pouvoir être désignés par le mot générique de οἱ πραγματευόμενοι comme c’est le cas dans une des ordonnances que nous avons déjà évoquées48 où le roi s’adresse à toute la chaîne des responsables administratifs et aux “autres agents royaux”, τοῖς ἄλλοις τοῖς τὰ βασιλικὰ πραγματευομένοις, le ἄλλοι regroupant l’ensemble des agents royaux, du plus important au plus infime, sous la même dénomination. Dans telle autre ordonnance, le mot οἱ πραγματικοί a la même signification49. On doit remarquer que le verbe πράσσειν peut signifier tout simplement pour un agent royal “agir”50 et qu’il n’y aurait rien d’étonnant à ce que le verbe puisse s’articuler en un syntagme parallèle à celui qui utilise le verbe πραγματεύειν et paraît le plus courant. Il me semble que l’on peut, d’ailleurs, trouver un parallèle à la formule utilisée par le texte cité par Josèphe dans un papyrus où l’on a lu οἱ τὰ βασιλ[ικὰ ---] σοντ [---]51. Ce document est constitué de pièces et de morceaux mais les reconstructions des éditeurs sont d’autant plus plausibles qu’ils ont dû tenir compte, pour comprendre la logique du texte, aussi bien du recto que du verso, l’un et l’autre écrits, de l’ensemble des fragments retrouvés. Les éditeurs ont reconnu l’évidence de la graphie sont qui ne pouvait pas, comme ils le soulignent, se lire comme νοντ. S’il tel avait été le cas, ils auraient pu envisager de restituer dans le texte le participe κρίνοντες et la formule banale, “ceux qui ont à juger les affaires royales, les affaires financières et les affaires privées”, οἱ τὰ βασιλικὰ καὶ προσοδικὰ καὶ ἰδιωτικὰ κρίνοντες. Ce qui leur aurait posé des problèmes car une telle restitution, mécanique en quelque sorte, ne peut être envisagée étant donnée la dimension de la lacune constatée. Il leur paraît que le sens du texte impose de comprendre qu’il est question “des administrateurs des affaires royales”, οἱ τὰ βασιλικὰ πραγματευόμενοι. On pourrait, me semble-t-il, utiliser le parallèle du texte de Josèphe pour restituer dans le papyrus, οἱ τὰ βασιλ [ικὰ πράσ] σοντ[ες]. Si l’on admet la proposition des premiers commentaires et la validité de cette restitution, on peut, par un effet de retour, considérer que Nicanôr était un agent royal désigné par une titulature particulièrement originale mais pertinente car attestée ailleurs et dont la fonction non précisée n’était pas nécessairement financière. Apollônios étant un responsable territorial comme son titre semble l’indiquer, reste à essayer de savoir quelle place tenait Nicanôr dans l’organigramme de l’administration locale et quels rapports fonctionnels ou hiérarchiques associaient les deux hommes pour le service royal. On peut tenter de le comprendre en analysant, selon les principes que nous avons proposés, la façon dont le roi s’est adressé à l’un et à l’autre.

  • 52 Jos., AJ, 12, 288, sa mort au § 292.
  • 53 I Macc. 3.38 ; II Macc. 4.45 ; 8.8.

20Une chose est d’abord claire. Antiochos IV est entré directement en contact avec des agents qui exerçaient, de toute évidence, des responsabilités locales et a négligé de suivre la voie hiérarchique en ne faisant pas intervenir l’échelon provincial. Il existait pourtant à l’époque un gouverneur de Syrie creuse et Phénicie dont tout laisse à penser qu’il avait autorité sur la Samarie. Il semble que c’était, comme l’indique Josèphe, Séron qui, après qu’Apollônios eut échoué à réduire la révolte des Juifs et eut été tué, reprit directement en main la conduite des opérations contre les Maccabées et fut lui‑même battu et tué au combat52. Pour B. Bar Kochba, Séron ne serait qu’un commandant de garnison et le stratège provincial serait Ptolemaios fils de Dorymène53. Pour Marcus, il s’agirait de Lysias. L’érudition depuis Bengtson ne semble pas réussir à s’en tenir à une opinion définitivement fondée, mais le problème dont nous essayons d’envisager la solution ne se situe pas exactement à ce niveau.

  • 54 Savalli-Lestrade 1998, no 48.
  • 55 Olshausen 1974, no 145 (Savalli-Lestrade 1998, 49).
  • 56 Grainger 1997, s. v. Apollonios III qui multiplie les confusions entre les divers personnages de c (...)
  • 57 L’érudition a trop tendance à croire qu’il n’y a de belles carrières que celles qui mènent au somm (...)
  • 58 Comme l’indique Jos., AJ, 12.287.
  • 59 I Macc. 3.10 (sa mort ignominieuse est rapportée en I Macc. 3.12). B. Bar-Kochva insiste à juste t (...)

21D’Apollônios, disons simplement que nous sommes d’accord avec I. Savalli pour penser54 qu’il s’agit d’un fonctionnaire qui n’a, sans doute, pas eu l’occasion d’exercer de charges plus prestigieuses que ce gouvernement de Samarie. Il n’a pas été ambassadeur comme le croit E. Olshausen55 et il n’est pas le fils de Ménesthée comme le croit J. D. Grainger56. Cela ne veut pas évidemment dire qu’il n’était, comme on le lit trop souvent, qu’un petit personnage57. Le fait qu’il ait été un responsable territorial, exerçant normalement la responsabilité du maintien de l’ordre dans sa zone d’activité, explique que l’on ait pu le désigner comme “le stratège de Samarie”, ὁ τῆς Σαμαρείας στρατηγός58. Il mourut en combattant les Juifs à la tête d’une armée regroupant, comme on peut s’y attendre, “des contingents ethniques originaires de Samarie”, ἔθνη καὶ ἀπò Σαμαρείας59. En l’absence d’autres renseignements qui soient incontestables, la seule chose sûre est qu’il était bien le principal responsable administratif et militaire de la région. Antiochos IV lui a fait transmettre la copie d’une lettre émise au nom de Nicanôr qui ne peut avoir exercé une fonction locale que sous son contrôle et son autorité. S’il reçut telle communication, ce ne peut être qu’en tant que chargé de l’ensemble des affaires du secteur et qu’il avait pour fonction de vérifier que “l’agent des affaires royales”, ὁ τὰ βασιλικὰ πράσσων agirait conformément aux ordres reçus directement du roi. Nous retrouverions ici le schéma de correspondance dont nous avons présenté quelques exemples mais il faut, évidemment, se demander si ce que l’on peut connaître de la carrière de Nicanôr durant les règnes d’Antiochos IV, Antiochos V et de Démétrios Ier ne va pas à l’encontre de cette proposition.

  • 60 La notice de J. D. Grainger sur Nikanôr, est particulièrement déplorable : Grainger 1997, s.v. Nik (...)
  • 61 Il me semble évident – et je suis sur ce point d’accord avec I. Savalli-Lestrade (1998, no 71), co (...)
  • 62 II Macc. 8.9 ; 15.28.
  • 63 I Macc. 7.47. On lui coupa la tête et la main droite.
  • 64 Ce rapide récit reprend ce qui me semble devoir être compris des sources qui divergent dans le dét (...)
  • 65 II Macc. 8.9-10, II Macc. 8.14 ; 8.34. Sur le peu d’incidence pour la prospérité du royaume des ex (...)
  • 66 II Macc. 14.12. Un renseignement supplémentaire est fourni par ce texte qui précise que Nicanôr av (...)
  • 67 I Macc. 7.47 ; II Macc. 15.28.
  • 68 II Macc. 8.34.

22Les discussions sur l’identité du personnage sont particulièrement embrouillées60. Il me paraît néanmoins possible de construire pour lui une carrière plausible61. Il pourrait être celui que le IIeMaccabées désigne comme le fils de Patroklos62. On peut admettre qu’il aurait servi les rois Antiochos IV et, brièvement, Antiochos V puis Démétrios Ier jusqu’à sa mort au combat63. Après la mort de Séron, Lysias, chargé des affaires syriennes durant l’absence d’Antiochos IV parti pour l’Orient, aurait, à la demande de Philippe, épistate de Jérusalem, ordonné à Ptolémaios fils de Dorymène, alors responsable de la satrapie de Syrie creuse et Phénicie de prendre directement à son compte la répression de la révolte juive, lui adjoignant Gorgias à titre d’expert militaire et Nikanôr, l’un est l’autre appartenant au corps des amis du roi64. Durant cette campagne, celui-ci se serait montré particulièrement dur avec les rebelles faits prisonniers en les vendant comme esclaves à des marchands dont il avait voulu qu’ils suivissent les troupes pour aider à financer l’indemnité due par le royaume aux Romains65. Il aurait été, ensuite, nommé par Démétrios stratège de Judée, menant durant son gouvernorat des négociations complexes avec les adversaires de Judas et en particulier le grand prêtre Alcime66. La rébellion prenant de plus en plus d’ampleur il fut contraint au combat et fut défait à la bataille d’Adasa au printemps de 161, son corps fut dépecé et sa tête exposée à Jérusalem libérée67. Le fait qu’il ait participé à toutes les guerres de Judée, de l’époque du déclenchement de la révolte jusqu’à sa mort, peut expliquer que les rebelles aient éprouvé une haine particulière à son égard. Par prétérition, un passage du IIeMaccabées relatif à l’expédition de Ptolémée fils de Dorymène le traite de “triple plaie”, τρισαλιτήριος68. Cette désignation, convenant mieux à un personnage impliqué durablement dans le conflit qu’à un acteur épisodique.

  • 69 Josèphe s’y est laissé prendre et, pour avoir lu Polybe et procédé à un rapprochement hasardeux, i (...)

23Si l’on veut bien admettre la validité de cette reconstitution, on se rend compte que Nicanôr a mené, durant les quelques années où elle est connue, une carrière relativement ordinaire. Il lui avait été confié un poste subalterne dans la méridarchie de Samarie sous les ordres ou du moins la supervision d’Apollônios, il aurait suppléé son supérieur à la mort de celui-ci en menant campagne sous les ordres du responsable provincial qui avait pris conscience de ce que la situation nécessitait son intervention, puis il aurait accédé dans une circonscription voisine de son affectation précédente à un poste de niveau semblable à celui qu’avait occupé son ancien supérieur immédiat, Apollônios. Comme lui, il aurait trouvé la mort en combattant les rebelles juifs. L’importance donnée à la guerre des Maccabées par la tradition historiographique a doté son personnage d’une image assez riche et pittoresque pour que l’érudition se soit refusé à voir en lui un agent tout à fait banal de l’administration royale69.

  • 70 Pour l’inscription d’Hefzibah, voir note 24.

24J’espère avoir pu montrer comment la manière dont la requête des Samaritains a été traitée correspond sans distorsion à une pratique ordinaire de l’administration. La parole royale était d’autant plus efficace qu’elle atteignait directement les agents d’exécution mais le pouvoir ne pouvait se passer d’instances de contrôle qu’il activait par un mode spécifique de correspondance administrative. En général, ce sont les documents d’archives qui permettent de rendre compte de la complexité des dossiers, même s’il peut arriver que certains soient publiés en l’état où les ont établis les bureaux70. Le plus souvent, c’est le cas la plupart du temps, la publication d’une décision royale était un choix entre deux types complémentaires de rhétorique institutionnelle. Le roi pouvait vouloir paraître donner directement ses ordres à qui devait les exécuter pour que sa volonté parût efficace sans intermédiaire en tout moment et en tout lieu de telle sorte qu’il fût bien compris qu’il était le maître unique d’un ensemble qui n’existait que par l’évidence de sa présence. Il pouvait, néanmoins, préférer parfois montrer que le royaume était une structure lourde et complexe pour que les sujets fussent bien persuadés de sa perfection organique et, donc, de sa pérennité. La dialectique de l’idéologie royale, fondée, d’une part, sur cette personnalisation ou, à l’inverse, sur cette institutionnalisation du système administratif, explique le jeu même des schémas retenus pour la publication des textes officiels qui devaient monumentaliser le discours royal.

Notes

1 Je reprends ici une sorte de truisme auquel R. Barthes, ce me semble, a donné sens en montrant comment l’écriture d’un régime contient à la fois “l’être et le paraître du pouvoir, en ce qu’il est et ce qu’il voudrait qu’on le croit” : Barthes 1953, 22. Pour une bibliographie récente concernant l’organisation des réseaux étatiques voir Raffestin 1980, 181 sq. Voir l’article fondateur de Fergus Millar : Millar 1967, 9-19, le livre de Jean-Pierre Coriat : Coriat 1997. W. Eck a traité de ce genre de problèmes pour l’Égypte romaine : Eck 1992, 931 sq. ; décevant est l’article de Strassi 1993, 89-107.

2 Voir, par exemple, BGU, 1866, P. Tebt., 1, 38, 41, 45 (1096), 1, 264, 3, 796 etc. …

3 OGIS, 736, l. 26, P. Enteux. 6, etc…

4 BGU, 1747.

5 Labraunda III, 2, 46, nous citerons les inscriptions d’Asie Mineure datant du règne d’Antiochos III d’après les numéros qu’elles ont reçus dans l’appendice épigraphique du livre de Ma 1999 (la référence sera indiquée sous la forme Ma 1999, no x), à savoir pour ce texte le no 15, dont l’essentiel du commentaire se trouve p. 129.

6 Ma 1999, no 6.

7 Choix d’inscriptions grecques, no 3, l. 15-17.

8 P. Cair. Zenon, 59607.

9 P. Tebt., 3, 704 : Bilos et […]thutès, destinataires de la lettre de leur supérieur, semblent eux-mêmes avoir fait suivre le dossier à deux sitologues dont le nom est mentionné au verso du document avec le leur propre.

10 Ma 1999, no 4 (avec les commentaires p. 122).

11 C’est une des évidences que P. Collomp semble considérer comme naturellement évidente : “ç’aurait été manquer d’égards pour le stratège que d’adresser directement des ordres à ses subordonnés” (à propos d’un papyrus de Leyde analysé infra) : Collomp 1925, 188.

12 Bickerman 1953, 251-267.

13 Ma 1999, no 37. Voir l’étude de L. Capdetrey dans le même volume (p. 73-74 et 117-120).

14 Robert 1967b, 281-297 et Robert 1949, 5-29.

15 Robert 1950, 73-74.

16 Ma 1999, no 31A.

17 Ma 1999, no 1 (commentaires p. 129).

18 Ma 1999, no 44.

19 Gauthier 1989, 44^-45. On peut imaginer, me semble-t-il, que se trouvaient à Sardes divers bureaux chargés chacun d’administrer des circonscriptions différentes. On peut penser, aussi, que les Apolloniates ont rencontré divers fonctionnaires en plusieurs capitales au cours de leurs démarches qui ont donné lieu à plus d’une ambassade.

20 Ma 1999, no 26A.

21 Ma 1999, no 43.

22 Ma 1999, no 31A.

23 Pour une approche particulièrement intelligente de ce genre de problème, voir Ma 1999.

24 Nous reviendrons prochainement (voir notre note dans Bertrand 1982, 167-174) à l’étude de l’inscription dite d’Hefzibah dont, naguère, F. Piejko a proposé une analyse nouvelle : Piejko 1991, 245-259. La publication sur stèle de ce dossier comprenant un ensemble de pièces de pure procédure semble tout à fait originale en pays séleucide. L’intérêt en est, en particulier, que l’on peut essayer d’analyser de façon précise quels sont les rapports hiérarchiques et fonctionnels des différents personnels dont il est signifié qu’ils sont concernés par l’affaire.

25 P. Tebt., 3, 746.

26 Verhoogt 1998, 71-73.

27 La formule οἱ παρὰ σοῦ κατὰ τόπον τετάγμενοι n’est pas aussi claire pour désigner les subordonnés d’Agathon, que celle qui est utilisée par Ménodôros pour désigner οἱ κατὰ τοπαρχίαν λογευταί, néanmoins il est vraisemblable que l’affaire mobilise des agents appartenant à des administrations différentes mais de même niveau et, donc, que Patron et ses collègues exercent leurs fonctions au niveau de la toparchie. Cela impliquerait qu’Agathon travaille au niveau du nome.

28 On pourrait intégrer au cadre explicatif que nous proposons l’analyse de la variation formulaire qui oppose en les associant, le syntagme “pour que sachant”, ὅπως εἰδῇς, et son presque semblable, “pour que tu saches”, ὅπως εἰδῇς. Il semble bien que ὅπως εἰδῇς w induise simplement une information pour quelqu’un qui n’a pas dans une affaire la moindre responsabilité opérationnelle et se contente de contrôler que tout se passe comme prévu. ὅπως εἰδώς en général, paraît être suivi de l’expression d’un ordre d’action. C’est bien le cas dans le texte qui nous préoccupe, ἐπιστείλῃς, même s’il n’est pas question d’autre chose que de la diffusion d’une information, l’action envisagée n’étant que le prolongement du courrier initial sans aucun enrichissement.

29 C. Ord. Ptol. 30-31.

30 Voir Collomp 1936, 199-207 et Bickerman 1953.

31 C. Ord. Ptol. 62-63 (voir supra note 11).

32 Le schéma de P. Tebt., 1, 33, correspond bien à la proposition de Pétésis, le secrétaire du nome reçoit copie d’une lettre detinée à l’intendant qui doit fournir à un sénateur romain en visite diverses prestations ; voir sur ce point Verhoogt 1998, 103-105 qui pense que le secrétaire est chargé de “disséminer” la correspondance venue du diœcète.

33 C. Ord. Ptol. 57-60.

34 C. Ord. Ptol. 51-52.

35 Ma 1999.

36 Jos., AJ, 12.258-264.

37 Coggins 1987, 257-273.

38 Bickerman, 1980, 105-135. A. Schalit a proposé des arguments solides pour contredire cette position mais insuffisants : Schalit 1970-1971, 131-183. Plus récemment U. Rappoport a voulu tirer argument d’une corruption de la tradition manuscrite concernant le nom du Zeus samaritain, Hellenios est en général retenu par les éditeurs de Josèphe, mais on lit Xénios dans II Macc. 6.1 : Rappoport 1990, 373-396 (je n’ai pu lire que le résumé). On sait que l’authenticité des documents cités par Josèphe a été mise en cause de façon globale, notamment par Moehring 1975, 123-159, mais M. Pucci Ben Zeev a une vision plus équilibrée des choses et montre que Josèphe, comme d’autres auteurs de l’Antiquité dont on condamne à tort les méthodes, est un historien sérieux et bien informé : Pucci Ben Zeev 1998, 394-407.

39 Contentons-nous de citer un texte récemment publié SEG, 46, 1519 : Εὐθυήμωι ἀρχιερεῖ ὑπόμνημα παρὰ Καδοου ἰερέως … etc…

40 Notamment chez Pol. 12.10.9.

41 Jos., AJ, 8.55 : ἀντίγραφα ὡ δεηθεὶς τῶν ἐπὶ τοῦ Τυρίων γραμματοφυλακείου δημοσίων εὕροι συμφωνοῦντα τοῖς εἰρημένοις ὑφ’ ἡμῶν ; 14.191 : ἐν τοῖς δημοσίοις ὑμῶν γράμμασιν ; 14.219 : δόγμα συγκλήτου ἐκ τοῦ ταμιείου ἀντιγεγραμμένον ἐκ τῶν δελτών τῶν δημοσίων τῶν ταμιευτικῶν, etc… Jos., Contre Apion, 1.9 : ἐν δημοσίαις ἀναγραφαῖς.

42 Bickerman 1980, 123.

43 Pucci Ben Zeev 1998, 406-407. L’auteur fait référence aux opinions recueillies auprès de T. Rajak et J. Mélèze : “it is surely not impossible that a compilation of documents concerning the Jews was made in Hasmonean days…”.

44 P. Rev, col. 15, 22.

45 Dans un texte à prétentions littéraires (UPZ 110 = P. Paris, 63) : οἱ τῶν πραγμάτων κηδόμενοι.

46 Le mot est employé dans AJ, 15, 216, pour désigner une charge, τιμή, dans le royaume d’Hérode sans que cela empêche que cette charge et la circonscription territoriale puissent être désignées par le même mot : μεριδαρχίαν αὐτῷ παρὰ τοῦ βασιλέως ᾐτήσατο κἀκεῖνος μὲν τυγχάνει τῆς τιμῆς.

47 Bengtson 1944, 173 : πράττειν au sens de “eintreiben”. O. Mörkholm pense qu’il était un responsable financier placé sur un pied d’égalité avec le responsable de la méridarchie : Mörkholm 1966, 109. I. Savalli-Lestrade semble considérer comme allant de soi qu’il était agent des finances : Savalli-Lestrade 1998, 60.

48 C. Ord. Ptol. 62. l. 5

49 C. Ord. Ptol. 52. l. 25.

50 C. Ord. Ptol. 30. l. 4.

51 P. Hib., 198. l. 231 (C. Ord. Ptol. 78. l. 28), les commentaires sur la lecture sont procurés par E. G. Turner et M. Th. Lenger dans P. Hib., 2.108. οἱ τὰ βασιλικὰ πραγματευόμενοι est proposé comme une restitution exempli gratia, on pourrait parler plutôt de glose.

52 Jos., AJ, 12, 288, sa mort au § 292.

53 I Macc. 3.38 ; II Macc. 4.45 ; 8.8.

54 Savalli-Lestrade 1998, no 48.

55 Olshausen 1974, no 145 (Savalli-Lestrade 1998, 49).

56 Grainger 1997, s. v. Apollonios III qui multiplie les confusions entre les divers personnages de ce nom et cite sans vergogne, pour étayer son médiocre propos, Herrmann 1987, 171-191 qui, bien évidemment, ne dit rien sur le point qui nous intéresse.

57 L’érudition a trop tendance à croire qu’il n’y a de belles carrières que celles qui mènent au sommet de la hiérarchie, et de personnages importants que ceux qui n’ont plus de supérieur pour leur donner des ordres.

58 Comme l’indique Jos., AJ, 12.287.

59 I Macc. 3.10 (sa mort ignominieuse est rapportée en I Macc. 3.12). B. Bar-Kochva insiste à juste titre sur ce point et pense qu’il ne s’agissait pas de Samaritains mais de colons hellènes installés dans la région (Bar-Kochva 1989, chap. 9 et en particulier p. 201-206). Pour lui Apollônios aurait été, avant d’être nommé au poste de gouverneur de Samarie, commandant d’un corps de mercenaires mysiens et aurait obtenu des succès importants au tout début de la rébellion (I Macc. 1.29 ; II Macc. 5.24). Il insiste à plusieurs reprises (cf. p. 353) sur le fait que la Samarie et la Judée ne faisaient pas partie de la même méridarchie, ce qui laisserait entière la réponse à la question de savoir pourquoi Apollonios se trouva en première ligne lors de la révolte.

60 La notice de J. D. Grainger sur Nikanôr, est particulièrement déplorable : Grainger 1997, s.v. Nikanor I.

61 Il me semble évident – et je suis sur ce point d’accord avec I. Savalli-Lestrade (1998, no 71), contre Ch. Habicht – qu’il ne peut pas avoir été le compagnon en exil de Démétrios dont parle Polybe (31.14.4) car on ne voit pas comment il pourrait s’être trouvé en Samarie en un temps où il aurait dû être à Rome, s’il avait été celui-ci.

62 II Macc. 8.9 ; 15.28.

63 I Macc. 7.47. On lui coupa la tête et la main droite.

64 Ce rapide récit reprend ce qui me semble devoir être compris des sources qui divergent dans le détail. Ainsi, pour I Macc. 3.38, Lysias lui-même aurait donné les ordres et nommé les exécutants. Pour II Macc. 8.9, ce serait Ptolémaios fils de Dorymène qui, alerté par Philippe, aurait engagé l’action et choisi, lui-même, ses adjoints. I. Savalli-Lestrade admet l’essentiel de cette présentation : Savalli-Lestrade 1998, no 58. B. Bar-Kochva s’y refuse, il pense qu’un “medium-rank official by that name who held some financial post in Samaria when the religious persecution began” ne peut avoir fait partie du corps des amis dont pourtant il sait qu’il sont très nombreux, il pense que le Nikanôr désigné par Dorymène serait un responsable de rang plus élevé dont il imagine qu’il serait un “épistratège” administrant la plaine côtière, rien ne peut justifier cette opinion et le fait qu’il veuille la fonder par une comparaison avec l’épistratégie en Égypte surprend d’autant plus qu’il le désigne, à un autre moment de son ouvrage (p. 134), du titre de “méridarque” : Bar-Kochva 1989, 238.

65 II Macc. 8.9-10, II Macc. 8.14 ; 8.34. Sur le peu d’incidence pour la prospérité du royaume des exigences financières des Romains après la paix d’Apamée, voir Le Rider 1999, 1253-1283.

66 II Macc. 14.12. Un renseignement supplémentaire est fourni par ce texte qui précise que Nicanôr avait été éléphantarque : γενόμενος ἐλεφαντάρχης. Les érudits, là encore se partagent. I. Savalli-Lestrade qui admet, avec quelque réticence, l’identité de l’agent royal en Samarie et de l’officier ayant participé à l’expédition de Ptolémaios fils de Dorymène refuse que celui-ci soit aussi le stratège de la méridarchie de Judée. B. Bar-Kochva qui refuse que l’agent ayant servi en Samarie soit l’officier qui aurait sévi sous les ordres de Ptolémaios considère que c’est bien ce dernier qui aurait été nommé stratège de Judée, le fait qu’il aurait précédemment détenu “the eminent position of all the war elephants in the kingdom” avant d’être affecté à ce poste témoignant de l’importance que Démétrios attachait aux affaires juives.

67 I Macc. 7.47 ; II Macc. 15.28.

68 II Macc. 8.34.

69 Josèphe s’y est laissé prendre et, pour avoir lu Polybe et procédé à un rapprochement hasardeux, il fait (AJ, 12.402) du vaincu d’Adasa, l’ami qui aurait accompagné Démétrios dans sa fuite en laissant supposer qu’il n’avait eu aucune responsabilité dans la région avant d’avoir été nommé par Démétrios pour reprendre la guerre sur nouveaux frais : ὁ δὲ Δημήτριος ὡ ἐκπέμπει Νικάνορα τòν εὐνούστατον αὐτῷ καὶ πιστότατον τῶν φίλων, οὗτος γάρ ἐστιν ὁ καὶ ἀπò τῆς Ῥωμαίων πόλεως αὐτῷ συμφυγών, καὶ δοὺς δύναμιν ὅσην ὑπέλαβεν ἀρκέσειν ἀὐτῷ πρòς τòν Ἰούδαν ἐκέλευσεν μηδεμίαν φειδὼ ποιεῖσθαι τοῦ ἔθνους).

70 Pour l’inscription d’Hefzibah, voir note 24.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

Auteur

Centre Glotz - Université de Paris I Sorbonne.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540