Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Résumés

Texte intégral

1CHAPITRE A. SCHNAPP

2La redécouverte d’Olympie est une aventure pluri-séculaire qui débute à la Renaissance et qui se concrétise avec l’expédition de Morée. Elle reflète les vicissitudes de l’exploration du passé, de la naissance de la discipline antiquaire jusqu’à l’affirmation d’une archéologie entendue comme une science positive.

3En parcourant les diverses étapes de cette longue quête, cet article s’interroge sur la relation entre tradition littéraire, documents cartographiques et exploration du sol en Grèce et en Europe du xve au xixe siècle.

4CHAPITRE M. BONGHI JOVINO

5Cette contribution a pour but de souligner les principaux aspects des changements de mentalité et de méthodes intervenus dans le cours des fouilles de Pompéi. Si ce furent bien l’intérêt pour l’Antique de Charles III de Bourbon et la curiosité de la reine qui suscitèrent les interventions sur le terrain, par ailleurs le Roi et ses ministres mirent à profit les fouilles et les découvertes pour donner du lustre à la Monarchie. Durant tout le xviiie siècle, si ceux qui étaient chargés des travaux ont livré des comptes rendus ponctuels et des descriptions intéressantes, l’interprétation et le commentaire étaient réservés à d’autres acteurs. La situation a changé au cours des siècles suivants en fonction des différents stades d’une expertise méthodologique de plus en plus complexe. En fait, les découvertes intervenues dans la cité antique se sont déroulées au fil du temps en suivant le passage d’une phase caractérisée par les recherches historico-philologiques à une phase au cours de laquelle s’explicitèrent les rapports avec l’archéologie, qui, parallèlement, définissait son propre statut. La collaboration entre disciplines différentes devient de plus en plus étroite au cours du xixe siècle et c’est dans ce climat que l’École archéologique de Pompéi organise ses expériences, jusqu’à l’avènement de l’archéologie technique et romantique d’Amedeo Maiuri.

6CHAPITRE M. TORELLI

7The paper deals with Andrea Lombardi, a “bourgeois” of the Regno delle Due Sicilie born in 1785 in Basilicata, to whom we owe a series of researches on pre-Roman remains belonging to the ancient Italic tribe of the Lucanians. Lombardi’s analysis of several monumental defensive walls of the Lucanian oppida, appeared in the years 1830 and 1832 in the publications of the Instituto di corrispondenza archeologica, the earliest institution of modern archaeology, is the first study of the antiquities of the indigenous people of region and follows the trend inaugurated few decades before by Giuseppe Micali with his momentous book L’Italia avanti il dominio dei Romani (Florence, 1810). Both Micali and Lombardi speak enthusiastically of all the Italic peoples of the Italian Peninsula, of which they have a semi-mythical view, presenting them as industrious and honest ; their merit is however to have anchored their historical reconstruction to real archaeological facts.

8CHAPITRE P. PINON

9Contrairement à une idée reçue, les connaissances fondamentales sur la céramique sigillée gallo-romaine ne datent pas de la fin du xixe siècle ou du début du xxe avec les publications de H. Draggendorff et de J. Déchelette.

10Dès le xvie siècle, elle est reconnue comme datant de l’époque romaine. La chronologie est précisée à la fin du xviiie siècle. À la même époque, on découvre que les estampilles sont des marques de potiers et que les vases ornés sont fabriqués dans des moules avec l’aide de poinçons. Des listes de potiers sont établies dès les xviiie et xixe siècles et de nombreux décors sont publiés de manière satisfaisante. Seuls les lieux de fabrication, les officines, ont tardé à être découverts, hormis Lezoux à la veille de la Révolution. Mais au milieu du xixe siècle, les principaux centres sont repérés (Auvergne, Alsace-Rhénanie), à l’exception de ceux de la Gaule du Sud qui devra attendre la fin du siècle.

11CHAPITRE G. PÉREZ SARRIÓN & A. DOMÍNGUEZ ARRANZ

12The new intellectual scenario of the last decades of xviith century brought about modernity the idea of progress and the conscience that society was something understandable through reason, political economy and history. These achievements came deeply linked to the steady presence of Greece and Rome in European thought. The flow of new ideas penetrated into Spain as well, notwithstanding it was not a favourable State for that, due to the force of Counter-Reformation. Its Enlightened ruling class thought that, after having left the xviith century crisis over, the country should recover a prominent site in the concert of nations. That led them to search out its past splendor in Pre-Roman and Roman Hispania, the Visigothic kingdoms and the Catholic Kings.

13Within this context, Spanish archaeological actions came closely associated to the making of a national past and were undertaken mainly by the State. The landmarks of this policy were the so-called “viajes literariosˮ from 1750, and the preparation of the Diccionario geográfico-historico by the Real Academia de la Historia mainly from 1772. These undertakings permitted to discover, analyze and often publish a large amount of Greek and Roman epigraphs, engravings, inscriptions and other remains. The political use of archaeology included also actions such as those of the so-called leads of the Sacromonte, in Granada, and the excavations of Pompeii, in Naples.

14CHAPITRE J. MAIER ALLENDE

15Jusqu’à récemment, on n’avait pas apprécié suffisamment le rôle de la Couronne d’Espagne dans le processus d’institutionnalisation de l’archéologie moderne. Cette contribution présente donc, dans une perspective globale, les principaux et les plus importants projets impulsés durant le xviiie s. qui placèrent l’archéologie espagnole à l’avant-garde de l’archéologie, trajectoire qui fut brisée au début du xixe siècle.

16CHAPITRE C. MADERNA

17In late xviiith and early xixth century, Count Franz I of Erbach (1754-1823) realized his plans to design new interior decorations for some rooms in his castle sited in Erbach / Odenwald with the aim to house there his collections. These were differentiated and structured – corresponding largely to the demands of the enlightenment – in the categories of “Antiquity, medieval History, Nature and Techniqueˮ. The paper, primarily focused on the collection of antiquities, summarizes the initial findings of a perennial research project as it is mainly dedicated to the education and the academic knowledge of the collector, his contacts to the coeval scientists of classical studies and archaeology, to the acquisition-history of the antiquities, the concepts of the compilation of the objects, to the development of the interior decorations an innovative staging of the monuments therein. Considerations about a voluminous handwritten catalogue of the Erbach collections, composed by the collector himself and furnished with sumptuous vignettes and plates should also contribute to decode the new meanings and contemporary ideals and moral concepts with which the antiquities were superimposed at this time.

18CHAPITRE P.-S. FILLIOZAT

19Langlès (1763-1824), mal jugé de son vivant, vite oublié après sa mort, occupe pourtant une place importante dans l’histoire de la fondation de l’indianisme en France et dans celle de l’histoire de l’art en Inde. Il mérite une réhabilitation. Entraîné dans la mouvance de la renaissance orientale de la fin du xviiie siècle et du début du xixe, il s’initie à l’arabe et au persan auprès de Silvestre de Sacy et, faute de pouvoir voyager, lit la riche et instructive littérature de voyages en Asie. En 1790 il prend l’initiative de proposer à l’Assemblée constituante la création de chaires d’arabe, turc et persan et obtient en 1795 la promulgation par la Convention du décret portant création de l’École spéciale des langues orientales. Il en est bientôt le président et administrateur. Lecteur infatigable d’ouvrages relatifs à l’Asie, principalement l’Inde, il a régulièrement diffusé les travaux scientifiques anglais en France, notamment par la révision avec l’aide de A. Hamilton du Catalogue des manuscrits sanscrits de la Bibliothèque nationale de France et par la traduction des Asiatic Researches de l’Asiatic Society de Calcutta. De son œuvre publiée et abondante on doit retenir ses Monuments anciens et modernes de l’Hindoustan, qui marquent une date fondamentale dans l’histoire du livre d’art relatif à l’Inde.

20CHAPITRE F. DJINDJAN

21La contribution du Comte Jean Potocki, l’auteur du Manuscrit trouvé à Saragosse, à l’histoire ancienne et à l’archéologie, n’a pas fait l’objet jusqu’à présent de l’attention des historiographes de l’archéologie. Nous essayons ici de mettre en valeur cette contribution qui se situe entre 1785, date de son premier voyage en Turquie et en Égypte, et sa disparition en 1815. Il s’agit pour l’essentiel de récits de voyages, de travaux sur l’histoire ancienne de l’Europe orientale et d’une chronologie du monde antique. Un développement particulier a été apporté sur sa contribution de “chef de la partie scientifique” dans la mission en Chine en 1805 dirigée par le comte Golovkine.

22CHAPITRE S. MARCHAND

23In the period between about 1800 and 1930, Europeans engaged in what is called in this essay an “antiquities rush”. Napoleon’s extractions of antiquities from Rome generated reaction from the Romans, however, who began to think of their antiquities as national, rather than personal property, and imposed a series of new export bans on artefacts. From this time forward, European nations competed to fill their museums with authentic classical and Egyptian artefacts, generating in turn a series of new antiquities export bans that travelled eastward, in the wake of the “rush”. The essay concludes with a brief account of a final, rapacious “antiquities rush” in Chinese Turkestan, and its gradual closing down by the 1930s. The aim of the piece is to show how the “antiquities rush” involved both Europeans and local officials, and concluded by making archaeology a more sessile discipline, in which excavators are no longer driven by the dialectics of the rush.

24CHAPITRE D. BRIQUEL

25Les deux Sarcophages des Époux, chefs d’œuvre de l’art étrusque du ive siècle a.C., font aujourd’hui l’orgueil du Museum of Fine Arts de Boston. Mais ils ne sont parvenus en Amérique que longtemps après leur découverte, advenue en 1846 dans le cadre des fouilles que la veuve de Lucien Bonaparte, Alexandrine de Bleschamps, avait poursuivies sur le site de l’antique Vulci après le décès de son mari en 1840. Avant qu’ils fussent acquis par J. J. Jarves pour être présentés dans l’International Exhibition of Arts and Industry qui allait se tenir à Boston en 1883, Alexandrine puis, après sa mort en 1855, la tutrice de ses biens, Marie Bonaparte Valentini, avaient envisagé de les vendre, notamment à la France de Napoléon III. C’est l’échec des négociations alors entreprises qui explique qu’ils aient pu être achetés par Jarves à Florence en 1882.

26CHAPITRE S. REBENICH

27A scholarship from the Danish crown enabled Theodor Mommsen to travel to Italy from 1844 to 1847. There he laid the foundations for a comprehensive collection of Latin inscriptions, the Corpus Inscriptionum Latinarum, and established close relations to the Istituto di correspondenza archeologica, which had been founded in Rome in 1829. The Institute was a prominent place where Mommsen set a new course in classical scholarship: all surviving sources of the Ancient world were to be collected, arranged and edited. The methodological, organisational and institutional transformation of classical studies relied on international cooperation, but was also meant to preserve the hegemony of German Altertumswissenschaft. The Institute, however, published its announcements in Italian, French and Latin.

28When in 1885 Bismarck gave the order that all the Institute’s publications should be written in German, Mommsen resigned from the Central Directorate. He remarked in a letter to his wife, which is edited in this article, that the Chancellor had destroyed the Roman Institute. The epistle illustrates Mommsen’s liberal convictions and emphasizes his Protestant identity. It also depicts his Italian and German networks and highlights his wife’s importance for maintaining communication with his colleagues at home.

29CHAPITRE F. WULFF ALONSO

30This paper begins with a text of P. Mitter referred to the Western criticism of the Indian art from classical criteria in the colonial period. It criticizes the common error in postcolonial studies of forgetting that such critics are part of a more general European debate on the capabilities of their respective ancestors. National models required to prove the continuity of the ancestors and their abilities to meet the challenge of the artistic and intellectual superiority of Greece and the political domination of Rome. Some French authors (Albertini, Jullian, Paris) are commented, particularly their contrasting views of Celts and Iberians, and T. Mommsen.

31CHAPITRE A. HERMARY

32Alors que la tradition littéraire unanime attribue la fondation de Marseille, vers 600 a.C., à des Grecs venus de Phocée et que les premières découvertes effectuées dans la ville ne semblaient pas contredire cette tradition, une théorie selon laquelle Marseille aurait abrité une importante communauté – ou même que les Phéniciens s’y seraient installés avant les Grecs – se répandit à partir du milieu du xixe siècle. Elle avait pour origine la mise au jour, dans le quartier de la Major, d’une inscription phénicienne connue aujourd’hui sous le nom de “tarif de Carthage” : le règlement religieux qu’elle transcrit parut apporter la preuve que des cultes phéniciens étaient pratiqués à Marseille. Même quand l’origine carthaginoise de la pierre sur laquelle est gravée l’inscription eut été démontrée, plusieurs savants (dont G. Perrot) firent crédit à cette théorie, principalement développée par l’abbé Bargès. Un article publié en 1876 dans un ouvrage destiné au grand public montre qu’elle s’était assez largement répandue : l’auteur, A. Saurel, va jusqu’à proposer un plan sur lequel la ville antique est partagée entre un quartier phénicien et un quartier grec. Rien dans les découvertes archéologiques récentes ne laisse penser qu’une communauté phénicienne ait jamais existé à Marseille.

33CHAPITRE J. HADAS-LEBEL

34The archeologist Jules Martha spent more than twenty years working on what he thought would be the masterpiece of his scientific career, La langue étrusque. In fact, this book in which he claimed that Etruscan was an Finno-Ugric language was very badly received, which eventually ruined his hopes of becoming a member of the Académie. This article is dealing with this crucial moment of Jules Martha’s career, when the young archeologist he was discovered and finally adopted this rather peculiar theory about the origin of the Etruscan tongue. But strangely enough, he made his choice more for archeological than linguistic reasons.

35CHAPITRE M. DÍAZ-ANDREU

36Scholars have paid scant attention to the question of how the theories and scientific practices of a discipline become internationalised. In this article, this issue will be examined by looking at the connection between the French archaeologist, Abbé Henri Breuil, and the British Palaeolithic archaeologists, Mary Boyle, Dorothy Garrod and Miles Burkitt. After some exploration of how and when each of these British archaeologists was in touch with Breuil, and what the nature of their relationship was, an assessment will be made of the effect this had on the development of Palaeolithic archaeology in the United Kingdom in the first half of the xxth century.

37CHAPITRE F. GRACIA-ALONSO

38The list of French Hispanists who were active in the field of archaeology and prehistory includes not only illustrious names such as Pierre Paris and Henri Breuil, but also scholars trained at centres such as the Casa de Velázquez or the School of Hispanic Studies. One of the most important was Raymond Lantier (1886-1980). A pupil of Paris, Breuil and Henri Hubert, Lantier travelled to Spain for the first time in 1915, and worked for some months together with Breuil in Batuecas, Ávila and Albacete. During this period he carried out his first studies in Spanish archaeology, an area in which he would become an acknowledged expert. In this article we examine how Lantier brought the work of Spanish archaeologists to a broader public in his classes at the École du Louvre between 1939 and 1943, and through his professional contact and friendship with Pedro Bosch Gimpera (1891-1974) and his pupil Luis Pericot (1899-1978), the two leading figures in what was known as the Archaeology School of Barcelona.

39CHAPITRE N. COYE

40À partir du début du xxe siècle, l’identification d’industries définies chronologiquement et géographiquement modifie en profondeur la vision des rapports que l’Europe et l’Afrique entretiennent au cours de la Préhistoire et plus particulièrement au début du Paléolithique supérieur. Les préhistoriens qui abordent cette question se rattachent alors à deux grandes conceptions : naturaliste ou événementielle. L’étude de quelques travaux conduits entre 1900 et 1950 montre comment les études locales sont intégrées à de grands schémas explicatifs à l’échelle des continents européens et africains, à une époque où la Méditerranée ne constitue pas une frontière mais un trait d’union entre les différents espaces du territoire national.

41CHAPITRE S. MAUFROY

42C. J. Christiaan Reuvens (1793-1835), premier titulaire en Europe d’une chaire consacrée exclusivement à l’archéologie et premier directeur du Rijksmuseum van Oudheden de Leyde, joua un rôle non négligeable dans le passage progressif de l’approche humaniste et antiquaire à l’archéologie comme discipline scientifique moderne. Dans plusieurs publications (1821-1826), il précisa progressivement sa conception de cette “science toute nouvelle” dont il souhaitait favoriser l’essor aux Pays-Bas en la rattachant à la fois à la tradition humaniste hollandaise et aux “progrès” réalisés en France, en Angleterre et surtout en Allemagne. Ses recherches concernant les restes archéologiques d’époque romaine aux Pays-Bas s’appuyaient à la fois sur l’étude minutieuse des ouvrages rédigés depuis le xvie siècle et sur l’introduction de méthodes nouvelles sur les terrains de fouilles. Tout en ayant une vision très large de sa discipline et une conscience aiguë de sa dimension internationale, Reuvens sut recourir à l’argument du rôle national de l’archéologie pour promouvoir cette discipline. Il œuvra à la diffusion des connaissances et à l’accroissement des collections du musée d’antiquités de Leyde. Sa mort prématurée ne lui permit pas d’achever tous ses grands projets, mais la créativité et la rigueur dont il fit preuve permit aux générations suivantes de publier, poursuivre et compléter ses travaux.

43CHAPITRE M. ALMAGRO GORBEA

44The Gabinete de Antigüedades of the Real Academia de la Historia affronted in the nineteenth century very difficult circumstances for the Cultural Heritage of Spain, due to the Napoleonic War, the Mendizabal’s ‘Desamortizacion’ process and the destruction of monuments, in many occasions with the pretext of modernise towns or to do public works.

45All the same, the Gabinete de Antigüedades prepared the “Real Cédula de 1803”, one of the first laws in Europe to protect the Cultural Heritage. It succeed also to save important monuments, as the Missorium of Theodosius, the gothic altar from the Monasterio de Piedra, and help to restore the well known Roman bridge of Alcántara. In 1830, the Gabinete planed a Real Museo de Antigüedades, which was later created as the Museo Arqueológico Nacional. It contributed also to organize the Comisiones de Monumentos, the Museos Provinciales and the Monumentos Nacionales, the Escuela de Diplomática and the Cuerpo Facultativo de Archiveros, Bibliotecarios y Anticuarios. As result of these activities, the Gabinete de Antigüedades must be considered the most important Spanish institution in the nineteenth century for Archaeology and Cultural Heritage till the legislative reform of 1911.

46CHAPITRE N. LUBTCHANSKY

47Le Cours d’archéologie, professé par M. Raoul-Rochette à la Bibliothèque du Roi, tous les mardis, édité à Paris en 1828, est le plus ancien exemple français d’un cours d’archéologie publié. La fonction de conservateur du Cabinet des antiques et médailles s’accompagnait en effet d’une charge de divulgation à travers un enseignement régulier, sur place, illustré au moyen des œuvres et des livres possédés par le Cabinet. Nous avons choisi d’étudier ces débuts de l’enseignement de l’histoire de l’art et de l’archéologie classique en France à travers la partie de son cours consacré à l’art étrusque, un domaine que Raoul-Rochette affectionna tout au long de sa carrière, comme en rendent compte ses travaux, sa collection personnelle d’art ou encore ses voyages. Le premier intérêt de ces leçons publiées est de nous donner l’état des connaissances sur l’archéologie étrusque de l’époque, en évoquant les débats historiographiques en jeu ainsi que l’actualité des découvertes archéologiques ; elles permettent en deuxième lieu d’apprécier le rôle accordé alors à la civilisation étrusque aux regards de celle des Grecs, montrant ainsi l’orientation qu’ont prise les travaux sur l’étruscologie, et particulièrement dans la recherche française ; elles montrent enfin la composition tout à fait significative d’une collection d’art étrusque dans la France du début du xixe siècle et la manière dont elle est expliquée au public cultivé qui assistait aux cours de la Bibliothèque royale.

48CHAPITRE M. VOLAIT

49Le texte explore un aspect des nombreux travaux consacrés aux arts égyptiens par l’archéologue amateur Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) à l’issue d’un long séjour en Égypte. Il s’intéresse en particulier à ce qu’il a appelé son “Égypte monumentale” dont les deux volets, L’art égyptien et L’art arabe, sont replacés dans leur contexte historiographique, soit l’écriture de l’histoire par les monuments à un moment de tâtonnement méthodologique de la discipline naissante. Cet éclairage particulier sur une abondante bibliographie laisse cependant de multiples zones d’ombre sur la vie de l’homme, l’étendue de ses activités ou le système de collaborations artistiques qu’il mit en place pour mener à bien ses travaux d’archéologie et d’ethnographie égyptiennes.

50CHAPITRE C. GUITTARD

51Le parcours d’Émile Masqueray (1843-1894) est représentatif d’un intellectuel, universitaire et historien, ethnologue et linguiste, sous les débuts de la Troisième République en France.

52Le jeune normalien, agrégé d’histoire, choisit, au lendemain de la défaite de 1870 face à l’Allemagne, de partir en poste au lycée d’Alger. Il y travaille à sa thèse, sur La formation des cités chez les populations sédentaires de l’Algérie qui paraîtra en 1886. Confrontant plusieurs modèles sociologiques, il y réfute une idée chère aux colons que le nomadisme et la sédentarité sont liés à la race et non au milieu. Il parcourt l’Aurès et explore ses vestiges archéologiques, apprend l’arabe et les dialectes berbères. C’est ainsi qu’il consacre sa thèse complémentaire au mont Aurès dans l’Antiquité. Promu en 1878 directeur de l’École supérieure des lettres d’Alger et inspirant la politique de Jules Ferry, il fut chargé de plusieurs missions pour créer des écoles où les “indigènes” auraient leur place. Mais ses espoirs furent déçus. Il a collaboré au tome VIII du CIL et créé le Bulletin de correspondance africaine. Grand écrivain, on lui doit le premier dictionnaire français-touareg. Il fut un peu le précurseur de Germaine Tillion.

53CHAPITRE H. DUCHÊNE

54Bien qu’excellent dessinateur, Salomon Reinach (1858-1932) se montra plein de curiosité pour la photographie, la nouvelle technologie de son temps. Dès son arrivée à l’École française d’Athènes en 1877, il s’initie à l’art de photographier. Devenu secrétaire de la commission archéologique de Tunisie, il fait l’expérience, au cours de ses campagnes de fouilles (1883-1885), d’un procédé nouveau mis au point par George Balgany (1837-1919) : l’utilisation d’un “papier porte-pellicule” destiné à remplacer les plaques de verre. La correspondance inédite échangée entre le photographe et le savant – aujourd’hui conservée à la bibliothèque Méjanes (Aix-en-Provence) – permet de suivre l’histoire de cette expérimentation dans le Sud de la Tunisie et à Carthage. Ces lettres sont ici mises en relation avec les photographies obtenues par Reinach en Tunisie selon ce procédé et conservées dans plusieurs institutions parisiennes. L’invention de Balagny était pionnière, mais non exempte de défauts. Elle dut affronter, dès 1885, une redoutable et mortelle compétition : le film photographique.

55CHAPITRE A. FENET

56The Mission archéologique française in Albania was born in 1923 thanks to the Deputy Justin Godart (1871-1956). It comes within a politics of development of the French archaeology in Albania newly independent after the Great War. The archives allow to reconstruct the genesis of project and the negotiations which led to the Convention archéologique francoalbanaise validated at Tirana in autumn 1923. The Mission constitutes an hybrid creation: heiress of the Service archéologique de l’Armée d’Orient that worked in North of Greece and Macedonia during the War and to which was attached Léon Rey (1887-1954), the Mission Director, it was also inspired by the model of the French-Afghan Convention carried out and signed by the Indianist Alfred Foucher at Kabul in 1922. This paper endeavours to point the specificities of that mission, in the process of archaeological institutionalization developed in the French IIIrd Republic.

57CHAPITRE M. DEWACHTER

58“The archeology of paper”, is not just an enormous library – printed mirror, drawn or pictured of archaeology – but also a new evaluation, discipline after discipline, of public or private archives contribution to this permanent collective reconstitution from the past. Based upon the particular case of the dispersal of the archives of the excavations Director of Karnak in 1917, one of the Antiquity largest religious complex, are specified lost information and reasons to search and drive out what could still exist in the autographs business from the “Legrain’s papers”.

59According to the “discourse on the method”, the archives science inquiry suggests the reader to move away from analyzed series because the original locating is that much of a price.

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search