Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Archéologie et institutions

En guise de conclusion : L’archéologie tunisienne au lendemain de la Révolution du 14 janvier 2011. État des lieux, inquiétudes et horizons

Houcine Jaïdi

Note de l’auteur

Puisse cette modeste contribution mériter l’estime de la récipiendaire de l’hommage dont les analyses relatives à l’histoire de l’archéologie en Tunisie sont autant chargées de science que d’attention amicale.

Texte intégral

1L’archéologie, en Tunisie, a une longue histoire qui n’est pas seulement locale puisqu’elle participe à celle de plusieurs pays et, plus généralement, à celle de la Méditerranée, berceau de plusieurs grandes civilisations. Son actualité est brûlante ; son avenir fait l’objet de nombreuses supputations.

  • 1 EGA. 2 (1999), 385-41 ; EGA. 90 (2009), 49-53.
  • 2 EGA. 69 (2000), 549-563.

2Parmi les axes majeurs des riches analyses consacrées, en de nombreuses publications, par Ève Gran-Aymerich aux faits et aux acteurs de l’archéologie en Tunisie figure le lien qu’elle a établi entre l’archéologie et la politique. Ce rapport qu’elle a bien dégagé pour les xixe et xxe siècles est une entrée en matière très féconde pour celui qui veut pénétrer la logique de l’activité archéologique menée par la France en Tunisie pendant la période du Protectorat1 ainsi que par le jeune État tunisien indépendant. Il est également palpable dans les relations que la France avait avec les pays européens voisins – qu’il s’agît d’initiatives officielles ou de relations entre savants –, dans la gestion des affaires de l’empire colonial avec ses différentes composantes. Ainsi, l’historienne de l’archéologie a-t-elle bien montré combien l’organisation de l’administration en charge de l’archéologie, en Tunisie, sous le Protectorat, a constitué un laboratoire dans lequel des solutions ont été expérimentées bien avant la France métropolitaine et l’Algérie voisine. Elle a également souligné l’importance de la Tunisie en tant que vitrine de l’activité archéologique française particulièrement entreprise par les membres de l’École française de Rome2.

3Il peut paraître étrange d’aborder les réalités et l’avenir de l’archéologie en Tunisie dans un ouvrage conçu en hommage à une grande historienne de l’archéologie. Mais un lien solide unit les deux démarches, celui qui existe entre archéologie et politique d’une part et celui de la filiation ou de la coupure avec le passé, d’autre part. Ne dit-on pas, depuis la nuit des temps, que la connaissance du passé sert à comprendre le présent et à préparer l’avenir ?

  • 3 Jaïdi 2006. Dans un livre récent, Henry Laurens a, en plusieurs endroits (Laurens 2012, 99-107) ana (...)
  • 4 Nous retenons cette date fondatrice, même si des changements majeurs n’ont commencé qu’avec les éle (...)

4De nombreux observateurs avisés s’accordent à dire que le 14 janvier 2011 a constitué un tournant majeur dans l’histoire contemporaine de la Tunisie. Par ses effets multiples, l’évènement transcende même le clivage époque coloniale / époque postcoloniale. Il concerne deux volets majeurs de la vie du pays : sa gouvernance et son modèle de société. Bien évidemment, il n’enlève pas à la période coloniale ses caractéristiques fondamentales : exploitation multiforme du pays, ségrégation entre autochtones et colons, occultation de certaines composantes du passé et de la culture du pays3. Il ne retranche rien aux tares du régime de l’Indépendance qui, tout volontariste et moderniste qu’il fût, n’en était pas moins autoritaire, centralisateur et éclectique quant aux affaires du patrimoine culturel dont l’archéologie constitue une composante essentielle. Par l’ampleur des bouleversements qui s’en sont suivis, l’évènement autorise à parler de la Tunisie d’avant et d’après le 14 janvier 20114. Ce constat qui ne préjuge pas de l’évolution du pays n’en reste pas moins fondamental.

Un état des lieux bouleversant

5Les Tunisiens ont vite appris, au lendemain de la Révolution, combien dans les années qui l’ont précédée le patrimoine archéologique avait été spolié. Les images et les commentaires des chaînes de télévision ainsi que les informations diffusées sur les réseaux sociaux et par la presse écrite ont montré par le menu détail combien des oligarques d’avant la Révolution ont puisé à volonté dans les réserves officielles des antiquités et dans les sites archéologiques pour s’offrir des objets d’art de tout genre. Cette spoliation ne pouvait avoir lieu sans la connivence de certains responsables de premier plan dont la fonction même consistait à veiller à la sauvegarde du patrimoine archéologique et autre. Les empiètements subis par le site de Carthage, classé dans la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 1979, font partie des révélations qui ont atterré les Tunisiens. Le bon ficelage juridique des infractions a empêché, jusqu’à ce jour, le démantèlement des projets immobiliers totalement ou, en grande partie, réalisés.

6Malheureusement, les dangers vécus par le patrimoine archéologique n’ont pas pris fin le 14 janvier 2011. De nouveaux périls sont apparus à la faveur du grand vide sécuritaire qui a marqué la vie du pays pendant plusieurs mois. Dans ce contexte, des “braconniers de l’archéologie” ont sévi sans vergogne et sans poursuite : pillage d’objets, destruction de monuments, construction dans les périmètres des sites archéologiques. Le patrimoine naturel, souvent associé au patrimoine archéologique, était logé à la même enseigne : des kilomètres de clôture de réserves naturelles ont été arrachés ; la faune protégée s’est trouvée attaquée et dispersée. Il a été prouvé que les saccages et les rapines ne visaient pas toujours la recherche du gain matériel. L’absence de toute association des populations locales à la mise en valeur et à la gestion du patrimoine dans ses deux composantes naturelle et culturelle a été à l’origine de nombreuses agressions. Ainsi, les délits commis, dans un contexte d’ébranlement de l’autorité de l’État, ont été des révélateurs des échecs des choix officiels.

De grandes inquiétudes

7Depuis la Révolution, et malgré la stabilisation relative de la situation sécuritaire, plusieurs inquiétudes tourmentent ceux qui ont à cœur les affaires du patrimoine archéologique. Deux de ces préoccupations sont à considérer en premier lieu : la défaillance de la gouvernance et le repli identitaire.

8Aussi importants qu’ils soient, les changements introduits dernièrement dans l’administration en charge de l’archéologie ne peuvent être salutaires du jour au lendemain. Aux problèmes de structures s’ajoutent ceux qui se rapportent à la qualification des personnels et à leur posture intellectuelle et administrative. Le nouveau discours qui n’a cessé de proclamer la rupture avec le passé attend d’être confirmé par les faits. C’est ainsi que la généralisation de la sauvegarde des sites et des monuments relève du vœu plutôt que de la réalité. Pourtant, clôturer les sites, à commencer par ceux qui sont aussi prestigieux que ceux de Carthage, d’Utique et de Dougga, et assurer le gardiennage là où il le faut constitue une urgence qui ne tolère aucune remise. Cela passera inéluctablement par une décision politique ordonnant l’affectation urgente des fonds nécessaires à partir des revenus de l’Agence nationale de la promotion du patrimoine et de promotion culturelle (AMVPPC). Cet organisme qui recueille les importantes recettes des sites, des monuments et des musées devrait tout simplement réaffecter au patrimoine archéologique tout l’argent qu’il rapporte. C’était l’esprit même de l’Agence nationale de l’exploitation du patrimoine archéologique et historique (ANEP), ancêtre de l’AMVVPC, créée, en 1988. La question de la sauvegarde est primordiale car toute défaillance en ce domaine entraîne des pertes irrémédiables pour la connaissance et le développement.

  • 5 Ainsi, dans les musées et sur les sites archéologiques, le personnel chargé de la billetterie relèv (...)

9L’Institut national du patrimoine (INP) est l’héritier, depuis 1993 de l’Institut national d’archéologie et d’art (INAA) du lendemain de l’indépendance, lui-même ayant succédé au Service des antiquités et arts de la Régence de Tunis qui avait été créé en 1885, à l’instigation d’archéologues français. Ses prérogatives couvrent la sauvegarde du patrimoine archéologique et historique, l’inventaire, la recherche et la mise en valeur de cet héritage. L’intervention de l’AMVPPC dans le domaine de la promotion, depuis près de 25 ans, n’a allégé les charges de l’INP que d’une manière ponctuelle avec un partage des prérogatives qui est très discutable5. Parmi les problèmes majeurs que pose l’organisation de l’AMVPPC, il y a lieu de citer l’inexistence d’un Conseil d’administration responsable de la politique générale de l’organisme, la très faible présence des spécialistes du patrimoine dans ses services et la trop modeste ristourne des revenus du patrimoine au secteur.

10L’INP a trois problèmes structuraux qui limitent l’efficience de son action en de nombreux domaines : l’inexistence d’un conseil scientifique, l’absence de prérogatives réelles pour ses représentations régionales et le caractère purement formel de la tutelle scientifique exercée sur lui par l’université de Tunis. Ses rapports avec le ministère de la Culture dont il relève sont anormaux. La chétive Direction du patrimoine et des musées de l’administration centrale n’exerce sur lui aucune tutelle réelle. De fait, l’INP est le véritable ministère du Patrimoine. À cette articulation contre nature s’ajoute l’inexistence au ministère de la Culture d’un service chargé du mécénat, le manque d’actualisation du Code du patrimoine archéologique, historique et d’art traditionnel promulgué en 1994 et l’absence des décrets d’application de nombreuses dispositions louables.

11De nombreuses voix se sont élevées, depuis le début de l’année 2011, pour évoquer l’identité tunisienne dans des sens différents qui n’ont pas manqué de faire appel aux composantes du patrimoine archéologique. Sans aller jusqu’à l’antinomie, les deux acceptions sont bien marquées par l’éventail de leurs références historiques.

  • 6 Le terme figure dans le titre des actes d’un colloque organisé à Toulouse, il y une quinzaine d’ann (...)
  • 7 Aux niveaux scolaire et universitaire, environ le quart des programmes d’histoire est consacré à l’ (...)

12Une première tendance, forte au départ, est celle qui a rappelé la longueur et la richesse de l’histoire de la Tunisie. Ainsi a-t-on rappelé, entre autres composantes souvent occultées, les origines berbères, la composante saharienne et les différentes immigrations méditerranéennes qui ont fait de la Tunisie une “mosaïque”6 riche des innombrables tesselles qui la composent. Cette proclamation de foi s’expliquait d’abord par le fait qu’avant la Révolution, le discours officiel ne permettait pas la valorisation de certains volets du patrimoine culturel matériel et immatériel. Tel était le cas, par exemple, de la berbérité et de la négritude brimées dès le lendemain de l’Indépendance au nom de la sacro-sainte “unité nationale”. Les rares ouvertures tolérables, en ces domaines, ne dépassaient pas les cercles des recherches académiques, de la production artistique et des activités touristiques. En réalité, les nouvelles revendications de reconnaissance des minorités constituent un enrichissement pour un système de représentation majoritaire et un système éducatif qui, il est vrai, ont, depuis l’Indépendance du pays, valorisé l’apport de la Tunisie à la civilisation universelle en différentes époques7. L’autre explication de la mise en relief des différentes strates du peuplement et de la civilisation tunisiens réside dans le discours réducteur qui a émergé dès la mise en chantier de la nouvelle constitution. Une lecture de l’histoire du pays propre aux tenants de l’idéologie islamiste et panarabe ne veut retenir que la composante arabo-musulmane.

  • 8 Faut-il rappeler que le territoire tunisien a livré des milliers d’inscriptions antiques, latines p (...)

13Cette deuxième tendance a une vision qui ne se réduit pas au champ culturel et qui constitue une arme brandie en face des modernistes. Ces derniers, tout en reconnaissant l’appartenance indéniable et très ancrée de la Tunisie à l’aire arabo-musulmane, ne nient pas le passé antéislamique ainsi que son héritage multiforme dont les vestiges archéologiques constituent une composante essentielle8. Les traces matérielles de l’Antiquité sont tellement importantes et omniprésentes en Tunisie qu’ils ne peuvent échapper à la vue.

14Sans aller jusqu’à nier l’histoire ancienne et ses preuves archéologiques, le discours réducteur propose une lecture qui passe par le prisme de la religion : la vraie histoire qui commence avec l’expansion de l’Islam succède à l’époque antéislamique où la berbérité même est remise en cause. Cette lecture recèle deux grands dangers potentiels : une lecture déformante du passé antique et une marginalisation de l’archéologie qui s’y rapporte. Les tenants de ce point de vue ne cachent pas leur méfiance de tous les rappels de l’histoire antéislamique du pays qu’ils considèrent comme des remises en cause de la véritable identité du pays. Jusqu’où iront-ils dans leur méfiance ? Autrement dit, la question est de savoir quel sort va être réservé aux vestiges archéologiques antéislamiques en matière de sauvegarde, de recherche et d’enseignement.

  • 9 Ainsi en a-t-il été au cours du printemps et de l’été 2012 de la kharja (procession) de Sidi Bou Sa (...)

15Le repli identitaire qui se manifeste par un puritanisme religieux va jusqu’à nier certaines expressions de l’Islam populaire tel que le maraboutisme chargé de mysticisme et bien développé, depuis longtemps, tant dans les campagnes que dans les villes. Plusieurs destructions de mausolées ont été enregistrées, des rituels religieux traditionnels ont été interdits en plus d’un endroit, alors que leur ancrage est séculaire9. Ainsi, pour les nouveaux puritains, des pratiques religieuses essentielles de l’Islam populaires sont perçues comme un dévoiement à combattre.

  • 10 Jaïdi 2001.
  • 11 C’est par exemple le cas d’Ibn Abi Dînar qui a composé, en 1681, son ouvrage intitulé Al Mu’nis fi (...)

16Les voix des puritains ont paru, au départ à contre courant, à plus d’un égard. Elles ont choqué tous ceux qui pensaient que le système éducatif tunisien avait, par son modernisme et son ouverture sur l’autre, constitué un bouclier contre toute forme de repli identitaire. Le repli était d’autant plus surprenant qu’il s’oppose à une longue tradition de reconnaissance officielle et sociale des différentes époques de l’histoire du pays. Bien avant le projet de musée archéologique initié par Kheireddine Pacha, le Premier ministre réformateur, quelques années avant l’établissement du Protectorat français10, plusieurs chroniqueurs ont évoqué avec fierté les vestiges archéologiques dont regorgeait le pays11.

  • 12 Voir la note précédente.

17En réalité, la contradiction entre la vision des puritains et celle de la majorité des Tunisiens est moins évidente qu’il n’y paraît si l’on considère la posture adoptée face au patrimoine. Hier, comme aujourd’hui, ceux qui ont théorisé pour le pouvoir en place se sont tournés vers le passé pour y chercher des appuis à leur cause ou pour essayer de minimiser, d’occulter, si possible, les pages, les traces mêmes archéologiques des séquences historiques gênantes. En agissant ainsi, ils amènent de l’eau à leur moulin et cherchent à la dévier de celui de l’adversaire. Nous sommes ainsi en plein dans la politique faisant flèche de tout bois, y compris l’archéologie12. Poussée au terme de sa logique, la démarche peut menacer des édifices aussi vitaux que ceux de l’éducation et de la culture. Ainsi, les enjeux dépassent, de très loin, le champ d’intérêt de l’archéologie stricto sensu ; ils accèdent au statut d’enjeux sociétaux de premier ordre. Entre les puritains et ceux qui s’accrochent à un certain mode de vie et à une acception particulière de l’identité, l’opposition, qui est devenue frontale, pourrait être lourde de conséquences.

18Le repli identitaire, même s’il n’est affiché que par une minorité agissante, suscite légitimement des inquiétudes et appelle la plus grande vigilance. L’endiguer demandera certainement un travail de fond qui sera de longue haleine. Les mises en garde, l’éveil et la veille nécessaires relèvent d’une lutte et d’une pédagogie qui sont à inventer. Les recettes n’existent pas.

Des horizons incertains

19Le plus grand acquis de la Révolution tunisienne est certainement la liberté d’expression malgré toutes les dérives qu’elle a connues et les risques qui la menacent. Cette liberté s’est rapidement manifestée à propos du patrimoine.

20Dans les premières semaines qui ont suivi la Révolution, des historiens et des archéologues universitaires ont commencé à réfléchir à la contribution que pourrait apporter l’Université à la promotion du patrimoine tunisien. Cette action, qui a commencé au mois de février 2011, a pris plusieurs formes : réunions, lettre ouverte au Gouvernement, pétition adressée aux ministères les plus concernés, rencontres avec des ministres, participation à une émission de radio, journées d’étude, ateliers de réflexion sur les métiers du patrimoine. Au fil des mois, la réflexion a conduit à un élargissement de l’angle de vue. Ainsi a-t-il été question, à partir de la première Journée d’études, organisée à la fin du mois de juillet 2011, de l’association des spécialistes du patrimoine naturel, des experts non universitaires et d’universitaires étrangers venus présenter telle ou telle expérience à titre comparatif. Au cours des deuxièmes Journées d’études, tenues à la mi-juillet 2012, l’élargissement a intéressé le patrimoine culturel immatériel et les représentants du monde associatif. Les initiatives collectives ont été accompagnées de la publication d’articles de journaux dans lesquels des universitaires ont présenté, à titre individuel, l’état des lieux et des propositions relatives à tel ou tel domaine du patrimoine. Un “Appel” à la création d’un Conseil national du patrimoine tunisien a été lancé par les participants à ces deuxièmes Journées d’étude. La signature du texte a été soumise, sur Internet, aux Tunisiens et aux non-Tunisiens qui adhèrent à la proposition.

21La forte mobilisation des historiens et archéologues universitaires a eu lieu parallèlement à quelques initiatives venant d’autres parties qui se sont mobilisées pour telle ou telle cause en rapport avec le patrimoine. Une pétition initiée principalement par d’anciens chercheurs et responsables de l’INP et diffusée sur Internet a appelé, au printemps de l’année 2011, à sauver le site de Carthage, victime d’agressions multiples révélées au lendemain de la Révolution. Des chercheurs et d’anciens chercheurs de l’INP ont publié, à titre individuel, des articles de presse faisant état de critiques et de propositions intéressant le patrimoine. Une journée d’étude a été organisée, au mois de mai 2012, par le ministère de la Culture dans le cadre du “Mois du Patrimoine” de l’année 2012. Le même département ministériel a organisé, peu de temps après, une rencontre consacrée à la participation de la société civile à la promotion du patrimoine. Une jeune association a organisé un salon consacré au tourisme alternatif dans lequel le patrimoine naturel et culturel occupait une place de choix. Il est à noter que les universitaires ont souvent été présents dans ces manifestions alors que les initiatives de l’INP, en tant qu’établissement de tutelle du patrimoine archéologique, ont été pratiquement inexistantes, d’où la prise en main du dossier par le ministère de la Culture, particulièrement à partir du printemps de l’année 2012. Ces attitudes ne sont pas sans signification. Elles révèlent entre autres tournants, pour ce qui concerne la gestion globale du patrimoine tunisien, une forte prise de conscience de la part des universitaires et un début de reconnaissance de leurs droits et de leurs compétences par le ministère de la Culture, dans un contexte où l’INP passe par une crise organisationnelle aiguë. Ajoutons que dans la redistribution des rôles pour laquelle les historiens et les archéologues universitaires se sont mobilisés depuis près d’un an et demi, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a brillé par son absence totale.

22Nul doute que le patrimoine archéologique de la Tunisie traverse, au cours de la difficile transition démocratique du pays, une phase bien délicate de son histoire. À la croisée des chemins, ce patrimoine riche, fragile et objets de tentations multiples mérite toute l’attention possible afin de lui faire éviter des pertes irrémédiables et des manipulations tendancieuses. Il appartient d’abord aux archéologues de tout bord et aux historiens de l’archéologie de brandir les vérités intangibles. Mais s’agissant d’un pays qui est en refondation, l’affaire n’est pas seulement celle des spécialistes à un titre ou à un autre. Un débat de société a été déclenché ; il gagne en ampleur de jour en jour. Mais personne ne peut dire quelle sera l’archéologie de demain en Tunisie. Une seule donnée est certaine : le devenir de l’archéologie – et de tout ce qui s’y rattache de près ou de loin – en Tunisie sera étroitement lié à l’évolution politique du pays. Nous retrouvons, là, une situation qui s’est souvent présentée dans le passé : dans les tournants historiques majeurs, la légitimation du pouvoir met l’archéologie au centre du débat et en fait, volens nolens, à la fois un sujet de polémique et une grille de lecture du passé, sous-tendue par les préoccupations du présent et de l’avenir.

23Août 2012

Bibliographie

Bibliographie

Alexandropoulos, J. et P. Cabanel, éd. (2000) : La Tunisie mosaïque. Diasporas, cosmopolisme, archéologies de l’identité, Toulouse.

Bargaoui, S. et H. Ramaoun, éd. (2006) : Savoirs historiques au Maghreb. Constructions et usages, Cahiers du CERES 16, Tunis.

Beschaouch, A. (2000) : “Épigraphie et ethnographie. D’une fête populaire à Dougga, en Tunisie, à la dédicace de l’aqueduc de Thugga en Afrique romaine”, CRAI, 1173-1182.

EGA. 2 (1999) : voir “Bibliographie d’Ève Gran-Aymerich”, supra, p. 19.

EGA. 69 (2000) : voir “Bibliographie d’Ève Gran-Aymerich”, supra, p. 24.

EGA. 90 (2009) : voir “Bibliographie d’Ève Gran-Aymerich”, supra, p. 27.

Jaïdi, H. (2001) : “Kheireddine Pacha et son projet de musée archéologique à Tunis”, Pallas, 56 (Hommage à Dominique Raynal), 93-117.

— (2006) : “L’archéologie antique en Tunisie à l’époque coloniale : champs de recherche et enjeux”, in : Bargaoui & Ramaoun 2006, 277-285.

Laurens, H. (2012) : Français et Arabes depuis deux siècles. La “chose franco-arabe”, Paris.

Notes

1 EGA. 2 (1999), 385-41 ; EGA. 90 (2009), 49-53.

2 EGA. 69 (2000), 549-563.

3 Jaïdi 2006. Dans un livre récent, Henry Laurens a, en plusieurs endroits (Laurens 2012, 99-107) analysé finement les contradictions du système colonial nourri, en certaines périodes, par des ambitions qui pouvaient être philosophiquement généreuses mais politiquement impossibles.

4 Nous retenons cette date fondatrice, même si des changements majeurs n’ont commencé qu’avec les élections du 23 octobre 2011 d’où est sortie une majorité, “la troïka” dirigée par le parti islamiste Ennahdha.

5 Ainsi, dans les musées et sur les sites archéologiques, le personnel chargé de la billetterie relève de l’AMVPPC alors que les gardiens sont sous l’autorité de l’INP.

6 Le terme figure dans le titre des actes d’un colloque organisé à Toulouse, il y une quinzaine d’années (Alexandropoulos & Cabanel 2000).

7 Aux niveaux scolaire et universitaire, environ le quart des programmes d’histoire est consacré à l’histoire ancienne de la Tunisie et du monde méditerranéen. Considérée dans le détail, cette approche révèle quelques attitudes sélectives : ainsi la colonisation phénicienne dont découle la civilisation punique est présentée dans les manuels d’une manière plus positivée que la colonisation romaine.

8 Faut-il rappeler que le territoire tunisien a livré des milliers d’inscriptions antiques, latines pour la plupart, et a vu naître des grands noms de la littérature latine tels que Tertullien et Saint Cyprien ? Les toponymes postantiques sont, pour l’essentiel, dérivés des appellations anciennes souvent d’origine numide et coulées dans un moule latin.

9 Ainsi en a-t-il été au cours du printemps et de l’été 2012 de la kharja (procession) de Sidi Bou Saïd, de Saïda Manoubia et Sidi Ali Hattab dont les mausolées se situent dans les environs de Tunis. À l’Ariana, banlieue de Tunis, le Festival Sidi Ali Ammar de chants liturgiques a été également interdit. Dans le journal La Presse de Tunisie, daté du 30 juillet 2011, Tahar Ayachi, chroniqueur spécialisé dans les affaires du patrimoine a rapporté (p. 18) les constatations qu’il avait faites récemment, dans la localité de Sidi Médièn, située aux environs de la ville de Zaghouan, à une soixantaine de kilomètres de Tunis, dans les termes suivants : “Lella Zitouna est un olivier plusieurs fois séculaire, planté à l’entrée du village, légèrement en retrait de la source. Il était assurément une survivance d’un culte millénaire et que la population entretenait par la vénération de cet arbre et par un rituel exécuté en son ombre lors de la circoncision d’un garçon ou pour le mariage d’une fille. Il s’agit certes de la manifestation d’une pratique antéislamique, mais qui symbolisait l’enracinement dans la terre des ancêtres et l’attachement des gens à cette terre. Une nuit de l’hiver 2010, un commando de fanatiques obscurantistes, peu soucieux des croyances des gens et de leurs sentiments profonds, sont venus déraciner l’olivier, plongeant la population (essentiellement installée depuis deux décennies à Bir Hlima et au Fahs) dans une profonde désolation. Avec la disparition de Lella Zitouna, le retour au village se fait moins fréquent, et un argument supplémentaire auprès de la clientèle touristique s’est ainsi évanoui. Nous parlions d’endroit chargé de mystère ; celui-ci était bien plus prégnant avec Lella Zitouna qui, avec le mausolée de Sidi Médièn, témoignait de la force de l’inspiration spirituelle en ces lieux et de sa permanence à travers les siècles”. La sainteté directement en rapport avec des vestiges archéologiques anciens a été abordée dans plusieurs études. Voir, par exemple, Beschaouch 2000.

10 Jaïdi 2001.

11 C’est par exemple le cas d’Ibn Abi Dînar qui a composé, en 1681, son ouvrage intitulé Al Mu’nis fi akhbar Ifrikya wa Tunis (Chronique de l’Ifrikya et de Tunis). L’auteur s’est intéressé longuement à l’histoire ancienne du pays. Il y consacre tout le premier livre de son ouvrage, divisé en trois chapitres, à la fondation de Carthage, la description de son aqueduc et la destruction de la métropole antique par les Arabes. En évoquant Tunis, il la situe, dès le début de son ouvrage, à proximité de Carthage. L’ancienneté de Tunis ouvre et termine l’ouvrage. Ibn Abi Dînar critique ses prédécesseurs et notamment Ibn Ach Chamma’a (historien du xvie s.) et n’hésite pas à s’adresser à un ecclésiastique de Tunis pour s’informer auprès de lui. De son point de vue, la crédibilité de l’ecclésiastique venait du fait qu’il était chrétien, or les chrétiens étaient les maîtres du pays avant l’Islam. Pour l’auteur, les grands monuments de l’Antiquité tunisienne sont une source de fierté qui égalait celle qui était ressentie par les Égyptiens pour leurs pyramides.

12 Voir la note précédente.

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540