Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Archéologie et institutions

Historiographie ou archéologie de papier ? Remarques à propos des archives de l’égyptologue Georges Legrain (1865-1917)

Michel Dewachter

Résumé

“The archeology of paper”, is not just an enormous library – printed mirror, drawn or pictured of archaeology – but also a new evaluation, discipline after discipline, of public or private archives contribution to this permanent collective reconstitution from the past. Based upon the particular case of the dispersal of the archives of the excavations Director of Karnak in 1917, one of the Antiquity largest religious complex, are specified lost information and reasons to search and drive out what could still exist in the autographs business from the “Legrain’s papers”.
According to the “discourse on the method”, the archives science inquiry suggests the reader to move away from analyzed series because the original locating is that much of a price.

Texte intégral

  • 1 À l’exception de la fig. 6, tous les documents reproduits sont inédits et la propriété de l’auteur (...)

1Souvent trop spécialisé et rarement critique de ses sources, l’enseignement destiné aux futurs archéologues ne les prépare guère à une approche résolue et efficace des archives publiques et privées, même si l’économie de cette démarche est et restera toujours préjudiciable. On connait tous des inédits qui ne l’étaient pas, des raccords manqués ou des gravures anciennes résistant encore à l’identification, sans qu’une méthode s’impose pour y remédier. Étudiant depuis plus de quarante ans des archives de toute nature, dans les fonds les plus divers et parfois dans des foliotages fantaisistes compliquant les dépouillements, je sais par expérience que la numérisation et les autoroutes de l’information ne résoudront pas tout. En effet, il aurait fallu s’imposer au préalable la reprise de certains “inventaires” : comme ce vague descriptif des fameux Papiers Champollion de la Bibliothèque nationale de France (BnF) qui, avec raison et depuis longtemps, démobilise les chercheurs1. Heureusement, l’intérêt pour l’histoire de l’archéologie, si vif à l’époque des Guizot, Vitet et Mérimée, est à nouveau bien réel : grâce notamment aux travaux d’Ève Gran-Aymerich. Saluons donc la réorientation des recherches vers la génétique des grands travaux fondateurs de nos disciplines et revisitons même le cimetière des hypothèses de nos maîtres ; ce nettoyage des corpus documentaires éliminera automatiquement des monuments fantômes et débusquera les relevés inédits. Sans s’opposer au développement boulimique des catalogues ou à la démultiplication artificielle des typologies, revenons au discours de la méthode : la taille d’un échantillon n’en fait jamais la pertinence et, en archéologie surtout, une série n’est jamais que le résultat de divers hasards documentaires. Encore convient-il de disposer du meilleur outil pour apprécier la part de ce hasard imposant de nuancer en hypothèse tout ce qui n’est pas indiscutablement fondé.

  • 2 Voir en dernier lieu Décultot 2010.

2N’est-il pas paradoxal en effet que l’archéologie égyptienne, qui seule va nous retenir ici mais la leçon pourrait être étendue à d’autres secteurs, ait produit si peu d’études consacrées à préciser l’origine de son matériel muséologique, quand on sait que celui-ci, support naturel de ses manuels, est en grande majorité de provenance inconnue ou non vraiment assurée ? Aussi et comme pour toute autre archéologie à textes, le commentaire du meilleur philologue se heurte à cette approximation et l’hypothèse de l’historien des religions s’effondre à la simple révision de l’origine réelle d’un ex-voto, voire du transfert ou remploi d’un monument. C’est pourquoi aux fameux “Musées de papier” des premiers antiquaires2, il apparait nécessaire de donner une suite, en concevant discipline par discipline une ambitieuse “archéologie de papier”.

  • 3 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms. 3721 : voir Dewachter 1987, 28.
  • 4 Dewachter 1988, 181-183. Voir aussi Dewachter 1997.

3C’est en étant familier de la belle écriture de Prisse d’Avennes que j’ai pu aisément déterminer la part de celui-ci dans les papiers de Maxime Du Camp conservés à la bibliothèque de l’Institut3 ou, de la même manière, reconnaître la main de Mariette parmi ceux de Prisse à la BnF4. L’archéologie de papier devant devenir l’affaire de tous, pourquoi dans ces conditions ne pas compléter dorénavant, à l’imitation de ce qui est fait pour les artistes, d’échantillons d’écriture chaque rubrique de nos dictionnaires d’archéologues ? Par ce moyen simple on faciliterait l’identification toujours utile de certains auteurs des annotations marginales que contiennent bien des ouvrages des grandes bibliothèques, ou que présentent parfois les anciens inventaires ou les fiches de nos premiers musées. Que d’informations précieuses aussi n’obtient-on pas à l’examen des anciennes étiquettes !

  • 5 Berthier 2011, 27-35.

4Vraiment convaincu qu’il convenait de faciliter l’accès rationnel aux archives de l’égyptologie, j’ai d’abord animé plusieurs séminaires sur ce thème pour finalement guider et convaincre Sandrine Berthier d’entreprendre l’outil nécessaire à la mise à disposition générale de nos archives parisiennes. En 2010, elle a produit ainsi, à l’Université de Paris IV, un master : Le rôle des institutions parisiennes de conservation dans la naissance de l’égyptologie ; enquête complétée par sa thèse de l’École des Chartes : Les premières collections publiques et l’égyptologie à Paris (1798-1914)5. Utilisant notamment le manuscrit de l’important Inventaire que Legrain fit de la collection égyptienne du Cabinet des médailles, ces deux travaux fourniront à une prochaine livraison de la Revue d’égyptologie un article de Sandrine Berthier ; toutefois et pour montrer à l’œuvre “l’archéologue de papier”, je vais déjà proposer ici ma révision de la date généralement admise pour ledit Inventaire.

  • 6 Cité par Lescure 1865, 292. C’est dans ses Causeries d’un curieux (1862-1868) que Feuillet rappell (...)
  • 7 Dewachter 1976.
  • 8 Voir l’étude Dewachter 1982.

5Quant aux archives privées où la glane est toujours assurée, chacun a sa recette et ses propres contacts pour garder l’œil sur l’actif commerce des manuscrits et lettres alimentant ces “conquêtes de la mendicité autographique” pour reprendre la formule d’un connaisseur : le baron Feuillet de Conches (1798-1887) qui, on le sait peu, s’intéressa aussi aux papyrus6. Même individualisme jaloux, féroce même depuis que les clichés anciens atteignent désormais de très fortes enchères, au sujet du fameux Corpus photographique que, pour l’Égypte, je réclame depuis 19767. Enfin, publiques ou privées les archives sont fragiles et leur mise en œuvre est encore compliquée par l’inexorable disparition de tous ceux qui, à un titre ou un autre, pourraient en confirmer l’origine, en préciser l’emploi, voire éclairer le sens de renvois sibyllins : comme cela a été souligné pour le matériel privé rapatrié de l’Isthme de Suez après la nationalisation du canal en 19568.

6Au Caire en 1969 puis à Paris dix-neuf ans plus tard, ayant eu la chance de mettre la main sur des éléments du matériel laissé en Égypte par Georges Legrain, et après lequel on court depuis 1917, j’en offre bien volontiers à Ève les notes qui vont suivre car, comme dans une partition à deux voix, le lecteur trouvera dans son précieux Dictionnaire biographique la rubrique des égyptologues et archéologues dont il va être maintenant question.

La date de l’Inventaire Legrain

  • 9 BnF, Cabinet des médailles, Rés. ms. 47007 (4 vol. reliés en 1899).
  • 10 Berthier 2011, I, 60, 71, et II, 575.
  • 11 Pour cette nomination, voir la thèse (inédite) de Gady 2005, 528-529.
  • 12 Voir Munier 1920.
  • 13 Capart 1929, VI.

7Au Cabinet des médailles on date “entre 1894 et 1896” l’inventaire méthodique de la Collection égyptienne du département9, le premier entrepris par un égyptologue. Sans commenter cette datation, Sandrine Berthier présente plusieurs fois ce travail comme “réalisé en 1896”, voire en “1896-1897”10. Pourtant ce que l’on connait des séjours égyptiens de Legrain, dès sa nomination en 1892 à la Mission archéologique du Caire, interdit il me semble une occupation parisienne d’une telle ampleur pendant la période 1894-1896 – quand Legrain était même un fonctionnaire égyptien ! En effet, la participation de notre égyptologue aux travaux de Jacques de Morgan, le directeur du Service des antiquités de l’Égypte – le SAE –, qu’il accompagne jusqu’à Assouan dès l’hiver 1892-1893, lui vaut d’être immédiatement embauché dans l’équipe du Catalogue des monuments et inscriptions de l’Égypte antique ; le premier tome sortira à Vienne en 1894 et, en juillet de la même année, Legrain sera proposé pour un poste de “Conservateur-dessinateur” du SAE, que l’arrêté de nomination du 2 août suivant rectifiera en inspecteur-dessinateur11. Compte-tenu aussi de sa bibliographie12, et sachant que “pendant ses vacances il courait les grands musées d’Europe”13 – s’occupant en 1894 de la collection Hoffmann et à partir de l’été 1896 presque exclusivement du matériel éclairant l’histoire de Karnak –, ce n’est vraisemblablement pas pendant la direction (1892-1924) d’Ernest Babelon, mais plutôt antérieurement au premier départ en Égypte, que Georges Legrain put longuement séjourner au Cabinet des médailles. Est-ce à la demande de Henri Lavoix, directeur du Cabinet de 1890 à 1892, que l’Inventaire fut commencé ou l’initiative en reviendrait-elle déjà à Chabouillet son prédécesseur ? L’exercice, toute proportion gardée, s’apparente assez aux catalogues dressés par Legrain en 1890 pour la collection Sabatier et le musée Danicourt ou, l’année suivante, pour le baron Menascé. Observons que les nombreux cônes funéraires du Cabinet, encore toujours cités d’après Eugène Ledrain et sans renvoi au Répertoire des cônes du collègue de Georges Legrain en Égypte, Georges Daressy, sorti en 1893, militeraient aussi en faveur d’une rédaction avant la direction d’Ernest Babelon.

8Notons cependant que ce goût affirmé pour les collectionneurs, que Legrain contracta peut-être même antérieurement à son apprentissage à l’École du Louvre, dans l’atelier de Gérôme ou chez le numismate Henri Hoffmann par exemple, n’explique pas, à lui seul, la mise en chantier d’un nouvel inventaire. L’initiative n’en reviendrait-elle pas finalement à Paul Pierret, l’un de ses professeurs du Louvre et précisément déjà l’auteur de l’inventaire des papyrus égyptiens du Cabinet des manuscrits ?

  • 14 Ledrain 1879-1881.

9À moins que, comme l’essai de l’abbé Eugène Ledrain14, ce ne soit aussi dans le cadre de la préparation d’un diplôme de l’École pratique des hautes études que Legrain n’ait finalement entrepris cet Inventaire ?

10Conçu d’emblée pour la publication, avec introduction, liste des collections et collectionneurs des xviie et xviiie siècles – preuve de l’audience des travaux d’Edmond Bonnaffé –, découpage en vingt chapitres et début d’index, on ne comprend pas pourquoi un projet si abouti a été ainsi ajourné. Pour ma part, je n’y vois, dans un premier temps et à partir de l’année 1892, qu’un changement de priorités imposé à Legrain en Égypte, avant que l’arrêté ministériel du 11 septembre 1907 autorisant le transfert au Louvre des monuments égyptiens n’en rende sans objet l’édition. Mais cela ne dispense pas de s’interroger sur le sort réservé aux notes, dessins, photographies et fiches nécessaires à la rédaction de cet Inventaire.

La dispersion des manuscrits, dessins, fiches et albums Legrain

  • 15 Capart 1929.

11Le 22 août 1917 Georges Legrain décéda à Louqsor et très rapidement on s’enquit du sort des papiers et photographies de l’inspecteur en chef de la Haute-Égypte. “Il a laissé des milliers de fiches” affirmera encore douze ans plus tard Jean Capart – témoin autorisé qui, dès décembre 1900, fréquenta le couple Legrain – ajoutant : “je ne puis renoncer à l’espoir qu’on retrouvera quelque jour la suite du manuscrit [de l’aperçu général sur l’histoire des temples de Karnak], en même temps que le journal de fouilles que Legrain tenait avec un ordre méticuleux”15. Cet espoir était vain mais, pour le journal de fouilles, il semble ne pas avoir été perdu pour tout le monde et, comme on me l’a affirmé, des éléments en auraient même encore circulé au Caire dans les années 1960…

  • 16 Notamment pour la tombe thébaine de Tétiky : cf. Munier 1920, no 113.
  • 17 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 6333, fol. 252-253 : lettre du 5 novembre 1918.
  • 18 Voir Gady 2005, 759 et note 3. Mais une interrogation demeure : que récupérèrent encore ceux qui m (...)

12Même si l’époque particulière imposait d’autres urgences, déplorons que ces papiers dont chacun connaissait la valeur exceptionnelle, à commencer par ceux qui, tels Daressy et Lacau avaient eux-mêmes fourni à Legrain des copies d’inscriptions, ou comme Lord Carnarvon collaborèrent avec lui16, n’aient pas d’emblée été sécurisés et acquis par le SAE. Pierre Lacau, directeur général depuis le 6 octobre 1914 et pourtant acquis à cette cause, ne fut pas clair envers Madame Legrain ; hésitant entre l’offre d’achat en 191817 et, trois ans plus tard, la pression sur la veuve pour ne rien débourser18.

  • 19 Gady 2005, 757-758. Cf. Griffith 1917, 278, 280.

13On connait le résultat et, dès octobre 1917, Lord Carnarvon avait eu raison de s’émouvoir du sort qu’il prévoyait pour une documentation irremplaçable et qu’il aurait aimé voir confiée à Alan H. Gardiner lui-même19 ! Personnellement je vois dans ces deux appréciations, deux conceptions du rôle des archives de l’égyptologie que l’avenir allait confirmer, notamment par la collecte des manuscrits et photographies si heureusement menée par le Griffith Institute d’Oxford, quand la France s’en remettait à la seule Providence. Ne nous étonnons pas si la Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings et le Who Was Who in Egyptology, nos deux manuels de “l’archéologie de papier”, ont été conçus, réalisés et régulièrement développés par nos collègues britanniques.

Le lot Hippolyte Ducros

14Une banale visite à un papetier de la rue Bab el-Hadid, en décembre 1969, m’a permis d’acquérir au Caire une partie du matériel Legrain, connu maintenant comme le “lot Ducros”. Intrigué par la présence dans cette échoppe du volume 38 des Annales du Service des Antiquités de l’Égypte (nos ASAE), qui déjà à l’époque était épuisé et recherché par les ptolémaïsants, j’ai voulu connaître l’origine de cet exemplaire relié. En bon observateur, le marchand a sorti alors d’un placard deux grandes enveloppes anonymes contenant pêlemêle plus de cinq cents photographies anciennes de formats divers – en grande majorité des tirages au gélatino-bromure détachés pour certains de feuilles ou pages où ils avaient été collés – et un album de vieilles cartes postales.

  • 20 Ducros 1925, 36 : “G. Legrain, mon beau-frère”.
  • 21 Dewachter 1980.

15Par bonheur, le verso de ces cartes n’était pas vierge et, s’échelonnant entre 1891 et 1912, la correspondance indiquait à l’évidence que l’album avait été constitué par le destinataire : un certain H. A. Ducros, Pharmacien-Inspecteur, 10 rue Wabour el Miah, au Caire (fig. 1 a-b). Il ne pouvait s’agir que d’Hippolyte Ducros, l’auteur de l’Essai sur le droguier populaire arabe de l’inspectorat des pharmacies du Caire publié en 1930 et qui, de 1901 à 1936, participera aux travaux de l’Institut d’Égypte, l’éditeur précisément de l’Essai. Bibliothécaire du SAE, engagé par Maspero en 1901 et remplacé en 1905 par Léon Barry, Ducros publia aussi quelques notes dans les ASAE. Sachant qu’il était le beau-frère de Georges Legrain20, et puisque les vues de Karnak dominaient dans les deux enveloppes, j’eus immédiatement l’espoir d’être devant les clichés personnels du fouilleur du domaine d’Amon et fis l’acquisition du tout21. D’autres visites volontairement espacées à ce marchand n’ont pas fait apparaître un second album de cartes – la correspondance Legrain-Ducros des années 1913-1917 – mais l’enquête m’a bien confirmé l’existence d’une dispersion de papiers et livres de la famille Ducros dans les années 1960 et j’ai acquis la conviction que tout ce qui fut signalé à l’époque comme papier ou photographie Legrain avait cette source.

Fig. 1 a-b. Échantillon de l’album Ducros : la carte de Jeanne Legrain du 27 février 1910.

  • 22 Cliché 17.1 x 12.2 cm ; stèle Caire JE 36159 : Porter & Moss 1964-1972, II, 18. D’autres objets vo (...)
  • 23 L’Inventaire du Cabinet des médailles contient déjà des photographies.
  • 24 Voir en dernier lieu Aubenas 2011.

16Après classement, la première impression se confirma : les vues datent de 1895 à 1913, quand Legrain dirigeait les travaux, et illustrent principalement : le déblaiement du reposoir de Ramsès III, l’aménagement du dromos de l’Ouest, les consolidations de la salle hypostyle, le contenu de la Cachette, mais aussi d’autres monuments fameux du site comme “la stèle du Waqf funéraire de la princesse Karâma” (fig. 2 a-b), retrouvée à Karnak-Nord, volée puis récupérée en juin 1902 par Legrain chez l’antiquaire Mohamed Mohassib22. Ayant montré dès avant son arrivée en Égypte un vif intérêt pour la photographie23, mais qu’il développera peut-être au contact de Jacques de Morgan, Legrain collectionnera aussi systématiquement les clichés égyptiens qu’il put trouver (Bonfils, Sebah, Zangaki, Béato, Béchard, Gaddis, etc.) ; non dispersé, ce matériel – parfois annoté au verso – aurait été fort précieux aux actuels historiens de la photographie. Peut-être est-ce auprès de Gérôme – le beau-frère du photographe et collectionneur Albert Goupil – que Legrain, après Prisse d’Avennes24, a compris le grand intérêt pour l’archéologie égyptienne d’un corpus photographique, dont l’idée effleura aussi Maspero et, ce que l’on sait moins, Golénischeff. Quel dommage que de tels exemples soient restés isolés et, preuve de la lenteur à réagir, le SAE a même vendu les plaques de Béato, l’un des meilleurs opérateurs en Haute-Égypte et en Nubie, comme il n’a pas su conserver celles de Firth, pourtant si importantes pour les fouilles de Saqqarah !

Fig. 2 a-b. La stèle du Caire JE36159 retrouvée chez un antiquaire par Legrain.

  • 25 Wagner 1971, 2 fragment D, pl. II B ; Répertoire des collections photographiques en France, Paris, (...)
  • 26 En 1929, J. Capart n’avait reproduit que 105 clichés, aujourd’hui dans les collections de la F.E.R (...)

17Dès son acquisition j’ai fait connaître ce lot Ducros25 mais aujourd’hui, quarante ans après la fondation du Centre franco-égyptien de Karnak et l’apparition, enfin, de l’inventaire des clichés Legrain à sa disposition26, on saisit encore mieux l’originalité et l’intérêt de la collection du 10 rue Wabour el-Miah, en fait la seconde résidence égyptienne des Legrain.

D’une cachette royale à l’autre

  • 27 Desroches-Noblecourt 1963, 53-55, fig. 24, p. 308 ; pour la même photographie, mais d’après le tir (...)
  • 28 Pour cette cache et son contenu : Porter & Moss 1964-1972, I, 2, 554-556.
  • 29 Maspero 1914, 165-173. Daté du 13 janvier 1900, le chapitre est intitulé : “La mise en route des m (...)

18Transmises par Mme Henri Maspero, des “photos Maspero” relatives à un transport de momies ont été malencontreusement associées au vidage de la Cachette royale de Deirel-Bahari (TT 320), en 1881 pendant la première direction du SAE par Maspero, et l’embarquement des Rois sur le Menschieh, à destination de Boulaq27. Il était clair pourtant que ce transport ne désignait nullement Deir-el-Bahari mais Biban-el-Molouk et Ouadiên ! L’apparition des mêmes clichés, cette fois parmi le lot Ducros, montra à l’évidence que les “photos Maspero” étaient en réalité des clichés Legrain, pris lors du transport des momies de la seconde Cachette royale : celles trouvées par Victor Loret dans une chambre encore murée du tombeau d’Aménophis II (KV 35), et d’abord embarquées par lui28. C’est ainsi que ces clichés Legrain furent trop rapidement datés de 1898. Désavoué en effet par son ministère de tutelle, le directeur du SAE fut contraint par William Garstin, le secrétaire général du ministre des Travaux publics, de remettre au tombeau d’Aménophis II des momies pourtant déjà parvenues… à Nag Hamadi ! Aussi n’est-ce finalement que pendant la nouvelle direction de Maspero, successeur de Loret à la tête du SAE, que les caisses furent à nouveau extraites du tombeau royal, sous la supervision de Carter et en présence de Maspero29.

  • 30 Dewachter 1987, 26.
  • 31 Desroches-Noblecourt et al. 1970, pl. XLVI. Pour ce cliché, mais d’après le tirage du lot Maspero, (...)

19Les six clichés de l’événement, dont Maspero a consigné le récit dès le lendemain du transfert, ont donc été exécutés le 12 janvier 1900, numérotés 325 à 330 sur le négatif par Legrain, et le lot Ducros en conserve cinq au format 12,2 x 16,2 cm. J’ai publié en 1987 le no 325 montrant le fond du vallon, près de la tombe d’Aménophis II30, après avoir fait reproduire dès 1970 le no 326 montrant en contre-champ le même vallon avec au loin les touristes présents ce jour-là et les âniers31.

  • 32 Maspero 1914, 168.

20Pour Ève, je choisis de publier ici le no 327 car, ayant orné elle-même la couverture de son Dictionnaire biographique avec un portrait de Maspero, elle le retrouvera sortant de la tombe d’Aménophis II, peu de temps avant le démarrage du convoi des Rois (fig. 3). “Il est bien une heure de l’après-midi au moment où […] nous nous décidons enfin à sortir du tombeau”, précise-t-il le lendemain32. Le no 328 manque. Le no 330 montre le cortège des neuf momies sortant du Ouadiên (fig. 4).

Fig. 3. Transfert des momies royales le 12 janvier 1900 : Maspero sortant du tombeau d’Aménophis II (KV35).

  • 33 Maspero 1914, 169-170.

21“L’Ouadiên est sillonné dans toute sa longueur par une sorte de piste vague […] elle est semée encore d’éclats de pierre et de cailloux aigus pour être douloureuse à des gens qui la fouleraient les pieds nus, sans protection33”. Le no 329 correspond à l’embarquement, l’une des grandes caisses attachée à sa civière est encore à l’épaule des porteurs (fig. 5).

  • 34 Maspero 1914, 172-173.

“La dahabieh est déjà au rendez-vous, tenue au large par le peu de profondeur de l’eau : un service de chaloupes […] nécessaire pour transborder les caisses […] les neuf rois sont sur le pont […] la dahabieh lève l’ancre, vire lentement, et, remorquée par ses felouques vers le temple de Louqsor, elle rejoint son ancrage accoutumé avec son fret de rois34”.

Fig. 4. Le convoi des neuf momies à la sortie de Ouadiên.

Fig. 5. Arrivée de l’une des momies, à l’embarquement sur la Miriam.

  • 35 Comprendre Baskharoun, cf. infra note 38.
  • 36 Dewachter 1986, 321, no 54.
  • 37 Dewachter 1987a, 16.
  • 38 Maspero 1914, 185.
  • 39 Catalogue par Mme Raymond Serrure. Dans un article à paraître, notre collègue au CNRS, Benoît Chau (...)

22Par chance, Legrain précise au dos de son tirage et au crayon : “Emménagement des momies trouvées par Mr Loret dans le tombeau d’Aménophis II sur la Miriam”. Et plus bas, toujours au verso et, de gauche à droite : “Mme André, Mr Insinger, Maskaroune35, Mme Maspero, Hassan-Beknès, Mohamed Marzouk, Richard Chauvin”. Bien entendu c’est parce que j’étais persuadé que Mme André, présente ici avec Insinger et Mme Maspero, ne pouvait être que l’amie des Maspero, la donatrice au département égyptien du Louvre en 1897, Nélie Jacquemart (1840-1912), veuve d’Édouard André, que j’ai exposé ces clichés en 1986 au musée Jacquemart-André36. Même si Maspero ne la cite pas dans son récit – mais il ne nomme pas plus Mme Maspero – je reste convaincu qu’il s’agit ici de Nélie, qui passa plusieurs hivers en Égypte, notamment le suivant37, même si d’autres dames André sont aussi signalées en Haute-Égypte au début du siècle. L’une est membre de la Société française des fouilles archéologiques, l’autre, prénommée Mathilde épousera en 1902 Richard Chauvin, aussi sur le même cliché. Mais était-elle présente à Louqsor dès janvier 1900 ? Insinger, probablement déjà sur le cliché no 327 (fig. 3) – l’Européen assis à la droite de l’entrée du tombeau –, est naturellement l’ami de Maspero qui réside à Louqsor depuis plus de vingt ans, bon photographe lui-même et excellent connaisseur des antiquités : Jan Herman Insinger (1854-1918). Maspero signale d’ailleurs sa présence dans la colonne. On pourrait probablement le reconnaître encore, fermant la marche et chevauchant avec Mme André, sur le cliché no 330 (fig. 4). Derrière Mme Maspero nous trouvons le fidèle Baskharoun Awad, qui a dirigé le convoi et dont Maspero nous apprend ailleurs qu’il a “retourné plus de pierres que personne au Musée38”. Quant à Richard Chauvin (1879-1936), venu avec l’équipe de Legrain, il était alors employé comme surveillant des fouilles à Karnak et on doit le reconnaître dans “M. CH*** attaché au service des Antiquités égyptiennes du Caire, de 1899 à 1903”, propriétaire de la petite collection vendue à Drouot le 11 mars 190539.

  • 40 Édité en 1908 par le SAE et une société anonyme des arts graphiques de Genève. Les archives de lad (...)

23Legrain retrouvera ces Rois au Caire et, par exemple pour les momies de Thoutmosis IV et d’Aménophis III, en 1908 il autographiera ses fiches 206, 220 et 341 du premier tome, le seul paru, de son Répertoire généalogique et onomastique du Musée du Caire40. En faisant allusion, dans sa préface datée du 18 juin, à “ce que j’ai déjà recueilli dans les musées d’Europe”, Legrain nous éclaire sur l’ambition de ce Répertoire. Mais en ajoutant : “nous comptons faire paraître bientôt les autres volumes (…) tous nos matériaux sont rassemblés et ce n’est plus affaire que de mise au net d’impression et de budget, mis à notre disposition”, il nous donne une idée plus précise encore de la perte que représente cette dispersion de ses papiers.

La photographie et les épigraphistes

  • 41 ASAE, 4, 1903, p. 198-209.
  • 42 Caminos 1987.

24Attention toutefois à ne pas fonder trop d’espoirs sur un matériel manquant. Mais en 1980, puis deux ans plus tard, le Survey épigraphique mené aux carrières orientales du Gebel Silsileh, par Ricardo A. Caminos et Jürgen Osing pour l’Egypt Exploration Society, déplorant des actes de vandalisme commis là entre 1976 et 1978, s’autorisait de copies réalisées par Legrain en 190241, pour attribuer un naos à un vizir d’Aménophis III (fig. 6)42.

Fig. 6. Malgré le martelage, déchiffrage de l’inscription du Vizir Amenhotep : lecture de R. A. Caminos.

Fig. 7. Cl. Legrain : le naos de Gebel-Silsileh Est, en octobre 1902.

  • 43 Numéroté 17, ce cliché réalisé très probablement en octobre 1902 entre dans une série incomplète d (...)

25Contenant plusieurs clichés, jamais reproduits, que Legrain avait lui-même réalisés au Gebel Silsileh, le lot Ducros nous fournit notamment (fig. 7) une excellente photographie de l’inscription sur laquelle repose l’attribution du naos43. La confrontation souhaitée entre l’état de la paroi en 1902 et le relevé du Survey est aujourd’hui possible et chacun pourra juger et du bien fondé de l’attribution du monument et du talent des épigraphistes, Legrain comme ses modernes successeurs, à déchiffrer une inscription martelée dès le Nouvel Empire !

Un dessinateur inspecteur du Sae

26Si J. de Morgan projeta dès 1892 des Annales du musée de Ghizeh, ce sera finalement V. Loret qui enverra à la composition en 1898 le premier fascicule des Annales du SAE, quittant l’Égypte toutefois sans en avoir signé le bon à tirer. C’est donc son successeur qui s’exécutera et la première livraison portera finalement la date 1900. Cette conversion des Annales du Musée en celles du SAE explique la quantité de rapports d’inspection qu’on va trouver dans ces ASAE. C’est une chance en définitive car, vu l’état des archives du SAE que connaîtrions-nous autrement de la plupart de ces inspections ?

  • 44 Munier 1920, no 25. Pour l’histoire de ce premier fascicule, voir la lettre du 29 juin 1899 de Leg (...)
  • 45 Normand 1908 ; Comptes-rendus du Congrès international d’archéologie classique, 2esession, le Cair (...)
  • 46 Catalogue 673, septembre 1988, de la librairie J. Vrin, no 446 ; Dewachter 1999, 352 et note 3.

27Sous le titre Notes sur la nécropole de Meir44, c’est même en réalité le “rapport” d’un inspecteur-dessinateur, mis au net le 14 juin 1897 – donc probablement remis à J. de Morgan –, que Legrain publia dans le tout premier fascicule. Les dessins n’ayant pas été retenus par l’éditeur, il serait très difficile aujourd’hui d’apprécier vraiment la qualité des tombeaux des nomarques de la frontière septentrionale de la Thébaïde – les gouverneurs de Kis/Cusae/la moderne al-Koussieh –, si, par une suite de ces hasards documentaires évoqués dès le début de notre propos, le manuscrit complet n’en avait été conservé, sans qu’on sache comment et quand il parvint dans la bibliothèque de l’archéologue et helléniste Gustave Fougères (1863-1927) ? Peut-être en avril 1909, lorsque Legrain n’en avait plus l’usage, à la faveur du colloque archéologique du Caire et de l’inauguration du nouvel IFAO installé dorénavant au Palais Mounira45 ? Toujours est-il que ce cahier de 28 pages au format 34,5 x 22 cm et au filigrane Gouvernement Égyptien portant sur sa couverture la précision “De la bibliothèque de Gustave Fougères”, signé et daté du 14 juin 1897, était en vente rue Saint-Jacques à Paris en septembre 1988, où j’en fis l’acquisition46.

  • 47 Blackman 1914, pl. VI-VIII, XXIII ; Porter & Moss 1964-1972, IV, 249, B1 (1) et y ajouter maintena (...)

28Au crayon et rehaussé de couleurs, l’un des dessins montre le fameux archer et son porteur d’outre (fig. 8) relevés dans le tombeau de Senbi, avant les destructions déplorées dès 1912 par A. M. Blackman lorsqu’il publia ce décor exceptionnel du Moyen Empire47. Le commentaire de l’artiste Legrain, même si l’égyptologue n’est jamais loin, témoigne de “son œil” et du profit des leçons de Gérôme ;

“un des plus beaux bas-reliefs de l’Ancien Empire [sic] que je connaisse. Senba chasse les animaux sauvages qui s’enfuient vers la montagne, poursuivis par ses longues flèches. Notre archer tire sans relâche et ses projectiles volent au loin. L’artiste l’a représenté fléchissant le genou gauche, penchant le corps, le bras gauche bien étendu, maintenant l’arc bandé. C’est l’action prise sur le vif, une sorte d’instantané de jadis. Derrière lui son compagnon de chasse se tient debout, tenant d’une main une hache de cuivre ou de bronze [croquis], un étui à épieux ou javelots tandis qu’un court poignard est passé à sa ceinture. Cet arsenal est complété par un objet dont la représentation est rare (…) c’est une outre portée en bandoulière”. (J’ai fait un croquis de ce groupe).

Fig. 8. “Un instantané de jadis” : l’archer Senbi. Relevé inédit de Legrain exécuté en 1897 dans la nécropole de Meir.

29Une fois encore, un document d’archives complète un relevé archéologique autorisé. Dans un tombeau voisin de la même époque, celui de Oukhhotep, c’est manifestement l’émule de Prisse d’Avennes qui, au fil de la plume, rend l’image naturaliste d’une gerboise, codifiée cependant de profil comme pour tous les signes hiéroglyphiques caractérisant d’un détail, signe diacritique, chaque animal (fig. 9).

  • 48 Communication à l’Institut d’Égypte : cf. Munier 1920, no 140.
  • 49 Dewachter 2004, 119, no 126.
  • 50 Au sujet de l’intérêt de Legrain pour les chansons populaires du Saïd, voir Munier 1920, no 87, 11 (...)
  • 51 Lacau 1920, 118.
  • 52 Legrain 1900.

30Ces deux exemples suffisent à donner une idée du réel talent de l’artiste Georges Legrain et nous font regretter que cet aspect particulier de sa production, avant 1892 comme en Égypte, soit encore à découvrir. Certains détails, comme son intérêt pour G.-A. Villoteau le musicographe de la Commission des sciences et arts de l’Armée d’Orient48, ses relations avec Camille Saint-Saëns ou ce chef d’orchestre du Winter Palace, Speranza-Camusat, l’auteur en 1911 de la suite pour piano Souvenir d’Égypte-Egyptana49 qui en dédia d’ailleurs une pièce “à Madame Legrain”, indiquent aussi un intérêt évident pour l’ethno-musicologie50. Cette “ardente curiosité, aussi violente, aussi aimante”, pour reprendre les mots de son dernier directeur, Pierre Lacau51, amena aussi Legrain, au contact de J. de Morgan, à s’intéresser à la Préhistoire en Égypte et à collecter lui-même du matériel : notamment dans la plaine de Meir52. C’est cette orientation particulière, qui n’avait pas échappé à Fernand Debono, qui amena ce préhistorien à enquêter lui aussi sur les reliquats de la bibliothèque Ducros.

Fig. 9. “L’Œil” de Legrain au tombeau de Oukhhotep en 1897.

Du rapin à l’effendi

  • 53 “Le seul béret blanc vu dans ce pays” note René Laporte ; Traunecker & Golvin 1984, 166.
  • 54 Capart 1929, VIII.
  • 55 Goyon & Cardin 2004.

31On le sait, la simple juxtaposition de deux portraits en dit parfois plus que les notices et bibliographies. Aussi pour refermer ces archives Legrain et prendre congé de l’artiste, du photographe, du directeur des fouilles et du grand Français de Louqsor, rapprochons l’autoportrait au béret blanc (fig. 10)53 – héritage probable du passage dans l’atelier de Gérôme – et celui de l’Effendi fier de ses décorations (fig. 11) : ils fournissent, je crois, le vivant raccourci de la glorieuse carrière égyptienne du “soldat” de Karnak pour reprendre les mots d’Adolphe Carnot54. Soulignons enfin que l’Égypte où il repose, au cimetière catholique romain du Caire, n’oublie pas son œuvre. En témoignent ces vingt-six statues de la Cachette de Karnak, venues à Grenoble en 2004 à l’occasion du IXe Congrès international des égyptologues, pour rappeler que la découverte de 1904 restera la gloire de Georges Legrain et sa contribution majeure à l’enrichissement du Musée du Caire55.

Fig. 10. Autoportrait de Georges Legrain au béret blanc.

Fig. 11. M. l’Inspecteur en chef des antiquités de Haute-Égypte : Georges Legrain.

Abréviation

32ASAE = Annales du Service des Antiquités de l’Égypte.

Bibliographie

Bibliographie

Aubenas, S. (2011) : Un fonds de photographies unique sur l’Égypte”, in : Visions 2011, 119-139.

Azim, M. et G. Réveillac (2004) : Karnak dans l’objectif de Georges Legrain, Paris.

Berger, C. et B. Mathieu, éd. (1997) : Études dédiées à Jean-Philippe Lauer, Montpellier.

Berthier, S. (2011) : Les premières collections publiques et l’égyptologie à Paris (1798-1914), thèse pour le diplôme d’archiviste paléographe de l’École nationale des Chartes, Paris.

Blackman, A. M. (1914): The Rock Tombs of Meir I, Londres.

Bret, P., éd. (1999) : L’Expédition d’Égypte, une entreprise des Lumières 1798-1801, Paris.

Caminos, R. A. (1987) : “Aménophis III’s vizier Amenhotep at Silsilah East”, The Journal of Egyptian Archaeology, 73, 207-210.

Capart, J. (1929) : “Préface”, in : Temples 1929, p. V-VIII.

Décultot, E., éd. (2010) : Musées de papier. L’Antiquité en livres 1600-1800, Paris.

Desroches-Noblecourt, C. (1963) : Vie et mort d’un pharaon, Toutankhamon, Paris.

Desroches-Noblecourt, C., J. Cerny et M. Kurz (1970) : Les graffitis de la Montagne thébaine, I, Le Caire.

Dewachter, M. (1976) : “Les premiers photographes en Égypte (1839-1854)”, Archeologia, 98, septembre, 74-76.

— (1980) : “À propos de deux groupes monumentaux de Karnak”, Bulletin de la Société française d’égyptologie, 87, 18-30.

— (1982) : “Le percement de l’isthme de Suez et l’exploration archéologique”, in : Égyptologie 1982, 221-227.

— (1986) : “L’Académie et l’Égypte ancienne”, in : L’Institut de France dans le monde actuel, Catalogue de l’exposition du Musée Jacquemart-André, Paris, 307-329.

— (1987) : “Une étape de l’orientalisme : la mission archéologique et photographique de Maxime Du Camp (1849-1850)”, in : Dewachter & Oster 1987, 9-37.

— (1987a) : Les collections égyptiennes de l’Institut de France, Paris.

— (1988) : Un Avesnois : l’égyptologue Prisse d’Avennes (1807-1879), Avesnes-sur-Helpe.

— (1990) : “Importance et histoire du fonds Champollion de la Bibliothèque nationale”, Revue de la Bibliothèque nationale, 37, 2-18.

— (1997) : “Les recueils d’autographes et l’histoire de l’égyptologie”, in : Berger & Mathieu 1997, 147-153.

— (1999) : “De la curiosité aux sociétés savantes…”, in : Bret 1999, 351-357.

— (2004) : L’Égypte et l’opéra, Lectoure.

Dewachter, M. et D. Oster, éd. (1987) : Un voyageur en Égypte vers 1850 : “Le Nil” de Maxime Du Camp, Paris.

Ducros, H. (1925) : “Note sur le poignard qui tua Kléber”, Bulletin de l’Institut d’Égypte, 7, 33-39.

Égyptologie (1982) : L’égyptologie en 1979. Axes prioritaires de recherches, Paris.

Gady, É. (2005) : Le Pharaon, l’égyptologue et le diplomate. Les égyptologues en Égypte, du voyage de Champollion à la crise du canal de Suez (1828-1956), thèse de l’Université de Paris IV.

Goyon, J.-C. et C. Cardin, éd. (2004) : Trésors d’Égypte. La “cachette” de Karnak 1904-2004, Grenoble.

Griffith, F. L. (1917): “Notes and News”, Journal of Egyptian Archaeology, 4, 278-280.

Lacau, P. (1920)  “Georges Legrain 1865-1917”, ASAE, 19, 105-118.

Ledrain, E. (1879-1881) : Les monuments égyptiens de la Bibliothèque nationale.

Legrain, G. (1900) : “Notes sur la nécropole de Meir”, ASAE, 1, 198-209.

Lescure, M. de (1865) : Les autographes et le goût des autographes en France et à l’étranger, Paris.

Maspero, G. (1914) : Ruines et paysages d’Égypte, Paris.

Munier, H. (1920) : “Bibliographie de Georges Legrain”, ASAE, 19, 118-126.

Normand, C. (1908) : “Deuxième Congrès international d’archéologie sous la présidence de S. A. le Khédive d’Égypte au Caire en 1909”, L’Ami des monuments et des arts parisiens et français, 21, 260-264.

Porter, B. et R. L. Moss (1964-1972) : Topographical Bibliography of Ancient Egyptian Hieroglyphic Texts, Reliefs and Paintings, Oxford.

Temples (1929) : Les Temples de Karnak. Fragment du dernier ouvrage de Georges Legrain, Bruxelles.

Traunecker, C. et J.-C. Golvin (1984) : Karnak : Résurrection d’un site, Paris.

Visions (2011) : Visions d’Égypte. Prisse d’Avennes (1807-1879), Catalogue de l’exposition, Paris.

Wagner, G. (1971) : “Inscriptions grecques des temples de Karnak (I)”, Bulletin de l’Institut français d’archéologie orientale, 70, 1-38.

Notes

1 À l’exception de la fig. 6, tous les documents reproduits sont inédits et la propriété de l’auteur. Dewachter 1990.

2 Voir en dernier lieu Décultot 2010.

3 Bibliothèque de l’Institut de France, Ms. 3721 : voir Dewachter 1987, 28.

4 Dewachter 1988, 181-183. Voir aussi Dewachter 1997.

5 Berthier 2011, 27-35.

6 Cité par Lescure 1865, 292. C’est dans ses Causeries d’un curieux (1862-1868) que Feuillet rappelle qu’il suivit les cours de C. B. Hase commentant les papyrus provenant d’Égypte.

7 Dewachter 1976.

8 Voir l’étude Dewachter 1982.

9 BnF, Cabinet des médailles, Rés. ms. 47007 (4 vol. reliés en 1899).

10 Berthier 2011, I, 60, 71, et II, 575.

11 Pour cette nomination, voir la thèse (inédite) de Gady 2005, 528-529.

12 Voir Munier 1920.

13 Capart 1929, VI.

14 Ledrain 1879-1881.

15 Capart 1929.

16 Notamment pour la tombe thébaine de Tétiky : cf. Munier 1920, no 113.

17 Bibliothèque de l’Institut de France, ms. 6333, fol. 252-253 : lettre du 5 novembre 1918.

18 Voir Gady 2005, 759 et note 3. Mais une interrogation demeure : que récupérèrent encore ceux qui mirent en sécurité les manuscrits de la suite du CGC : 42251 à 43226 ?

19 Gady 2005, 757-758. Cf. Griffith 1917, 278, 280.

20 Ducros 1925, 36 : “G. Legrain, mon beau-frère”.

21 Dewachter 1980.

22 Cliché 17.1 x 12.2 cm ; stèle Caire JE 36159 : Porter & Moss 1964-1972, II, 18. D’autres objets volés ne furent pas récupérés : la tête Louvre E11068 fut même proposée à Paris par Nahman l’année même de sa découverte.

23 L’Inventaire du Cabinet des médailles contient déjà des photographies.

24 Voir en dernier lieu Aubenas 2011.

25 Wagner 1971, 2 fragment D, pl. II B ; Répertoire des collections photographiques en France, Paris, 1980, no 330 ; Dewachter 1980, fig. 3, 7 et 9 ; Dewachter 1987, 22, 26, 31. Voir aussi, infra, note 31.

26 En 1929, J. Capart n’avait reproduit que 105 clichés, aujourd’hui dans les collections de la F.E.R.E. à Bruxelles. Voir désormais Azim & Réveillac 2004, où le lot Ducros est sous-évalué ; contrairement à ce qui est indiqué, ma collaboration n’a jamais été sollicitée.

27 Desroches-Noblecourt 1963, 53-55, fig. 24, p. 308 ; pour la même photographie, mais d’après le tirage du lot Ducros, voir infra note 31.

28 Pour cette cache et son contenu : Porter & Moss 1964-1972, I, 2, 554-556.

29 Maspero 1914, 165-173. Daté du 13 janvier 1900, le chapitre est intitulé : “La mise en route des momies royalesˮ.

30 Dewachter 1987, 26.

31 Desroches-Noblecourt et al. 1970, pl. XLVI. Pour ce cliché, mais d’après le tirage du lot Maspero, voir supra note 27.

32 Maspero 1914, 168.

33 Maspero 1914, 169-170.

34 Maspero 1914, 172-173.

35 Comprendre Baskharoun, cf. infra note 38.

36 Dewachter 1986, 321, no 54.

37 Dewachter 1987a, 16.

38 Maspero 1914, 185.

39 Catalogue par Mme Raymond Serrure. Dans un article à paraître, notre collègue au CNRS, Benoît Chauvin, a collecté les informations concernant cette collection de Richard, son grand-père, et les autres membres de la famille qui résidèrent en Égypte.

40 Édité en 1908 par le SAE et une société anonyme des arts graphiques de Genève. Les archives de ladite société ont-elles été conservées ?

41 ASAE, 4, 1903, p. 198-209.

42 Caminos 1987.

43 Numéroté 17, ce cliché réalisé très probablement en octobre 1902 entre dans une série incomplète de 15, au format 17.2 x 12.2 cm, dont le numéro 35 est le plus élevé de ce lot Ducros.

44 Munier 1920, no 25. Pour l’histoire de ce premier fascicule, voir la lettre du 29 juin 1899 de Legrain à Maspero (bibliothèque de l’Institut, Ms. 4027, fol. 26-27), et maintenant Gady 2005, 577-578.

45 Normand 1908 ; Comptes-rendus du Congrès international d’archéologie classique, 2e session, le Caire 1909, Le Caire, 1909.

46 Catalogue 673, septembre 1988, de la librairie J. Vrin, no 446 ; Dewachter 1999, 352 et note 3.

47 Blackman 1914, pl. VI-VIII, XXIII ; Porter & Moss 1964-1972, IV, 249, B1 (1) et y ajouter maintenant : Legrain.

48 Communication à l’Institut d’Égypte : cf. Munier 1920, no 140.

49 Dewachter 2004, 119, no 126.

50 Au sujet de l’intérêt de Legrain pour les chansons populaires du Saïd, voir Munier 1920, no 87, 114 et 121.

51 Lacau 1920, 118.

52 Legrain 1900.

53 “Le seul béret blanc vu dans ce pays” note René Laporte ; Traunecker & Golvin 1984, 166.

54 Capart 1929, VIII.

55 Goyon & Cardin 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 a-b. Échantillon de l’album Ducros : la carte de Jeanne Legrain du 27 février 1910.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k
Légende Fig. 2 a-b. La stèle du Caire JE36159 retrouvée chez un antiquaire par Legrain.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 3. Transfert des momies royales le 12 janvier 1900 : Maspero sortant du tombeau d’Aménophis II (KV35).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Fig. 4. Le convoi des neuf momies à la sortie de Ouadiên.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Fig. 5. Arrivée de l’une des momies, à l’embarquement sur la Miriam.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Légende Fig. 6. Malgré le martelage, déchiffrage de l’inscription du Vizir Amenhotep : lecture de R. A. Caminos.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Fig. 7. Cl. Legrain : le naos de Gebel-Silsileh Est, en octobre 1902.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Fig. 8. “Un instantané de jadis” : l’archer Senbi. Relevé inédit de Legrain exécuté en 1897 dans la nécropole de Meir.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Fig. 9. “L’Œil” de Legrain au tombeau de Oukhhotep en 1897.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Fig. 10. Autoportrait de Georges Legrain au béret blanc.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende Fig. 11. M. l’Inspecteur en chef des antiquités de Haute-Égypte : Georges Legrain.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5960/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

Égyptologue-ingénieur de recherches, CNRS, UMR 8167, Université de Paris-IV ; dewachter.mg@gmail.com

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search