Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Première partie. L’Orient, la cité grecque et le monde hellénistique

La circulation des décrets dans les cités et entre cités à l’époque hellénistique

Natacha Massar

Texte intégral

Je remercie chaleureusement A. Chaniotis, V. Chankowski, A. D’Hautcourt et Chr. Kokkinia d’avoir relu une version antérieure de ce texte et de m’avoir faire part de leurs commentaires. Cet article a été écrit lors d’un séjour de recherche au Seminar für Alte Geschichte de l’Université de Heidelberg, pour lequel j’ai bénéficié d’une bourse de la Fondation Humboldt

1L’abondante moisson de décisions publiques d’époque hellénistique retrouvées partout dans le monde grec permet des approches variées du fonctionnement des instances de décision grecques (dèmes, cités, ligues, ...). Leur fonctionnement institutionnel, leurs domaines de compétences, le langage même de ces documents font l’objet d’investigations. Que ces textes aient été gravés sur la pierre amène tout naturellement à s’interroger sur les moyens choisis par les poleis (ou autre) pour rendre ces décisions publiques et, le cas échéant, pour informer officiellement d’autres instances de leur contenu.

  • 1 Pour une analyse des décrets de reconnaissance d’asylie du sanctuaire de Magnésie du Méandre en te (...)

2Certaines résolutions circulaient en raison de leur nature : une cité qui reconnaît l’asylie d’un sanctuaire en informe la polis qui héberge ce dernier1. Dans d’autres cas, les motivations ne sautent pas immédiatement aux yeux. Ainsi, un décret honorifique, texte qui ne concerne a priori que la personne honorée et l’instance de décision, peut être officiellement communiqué à d’autres. La transmission de cette information est souvent liée à un dédoublement de la publicité donnée aux honneurs : l’instance de décision désire que l’éloge et la couronne soient proclamés une seconde fois, lors d’autres concours, et qu’une copie du décret soit gravée en un autre lieu.

  • 2 Ainsi, une cité peut demander à Delphes ou à Délos l’autorisation de faire graver un décret dans l (...)

3C’est ce phénomène de transmission volontaire et officielle d’informations concernant l’octroie d’honneurs qui va nous intéresser ici. Les attestations de cette décision sont diverses2 et nous limiterons notre étude à deux cas : les demandes de publicité que des dèmes adressent à leur cité, et l’envoi par une polis de la copie d’un décret à la patrie de l’étranger honoré. Seuls des documents d’époque hellénistique seront envisagés. La procédure et la nature des informations transmises seront analysées afin de cerner la signification et les enjeux de cette démarche.

Transmission d’un dème à sa cité

  • 3 TitCal, xiv ; seule la clause de publicité de ce décret est conservée.

4Les dèmes de certaines cités peuvent octroyer des honneurs à leurs bienfaiteurs, suivant en cela l’exemple des poleis (structure et langage semblables des décrets, etc…). Cependant, cette décision est limitée par les domaines de compétences du dème : la palette des honneurs qu’il peut octroyer est réduite (ni octroi de la citoyenneté, ni exemption de taxes de la cité, etc…) ; la publicité qu’il donnera à la décision (proclamation et gravure) se fera dans le cadre du dème. Il peut néanmoins vouloir donner une publicité plus importante à la décision, une publicité à l’échelle de la cité. Pour ce faire, il faut suivre une démarche bien définie. Un décret d’un dème de Cos précise ainsi3 :

[ἐλέσθαι δ]ImageImageImageδρας ἒξ ἐImage [πάντων, τοὶ]
δὲ αImageθέντες τό τImageImageάφισμα Image[ροσενεγκάν]-
τω καὶ τòν στέφανοImage Πραξίλαι καὶ ἐImage[ελ]-
θόντες ἐπὶ τὰμ Imageουλὰν καὶ τòν δᾶμImage[ν]

5 ἀξιωσάντω ἐπιImageειαμ ποήσασθαι
ὅπως ἀναγραφὲν τόδε τò ψάφισμα εἰς
στάλαν ἀνατεθῆι ἐν τῶι ἱερῶι τοῦ Ἀσκλα-
πιοῦ καὶ ὅπως ἀναγγελῆ ὁ στέφανος καὶ ὧν
ἕνεκεν τετίμαται Πραξίλας ἕν τε τῶι

10 χορικῶι ἀγῶνι τῶν Διονυσίων καὶ ἐν τῶι
γυμνικῶι τῶμ μεγάλων Ἀσκλαπιείων·
ἀναγράψαι δὲ καὶ τò ψάφισμα τόδε εἰς στά-
λαν καὶ ἀναθέμεν εἰς τò ἱερόν τοῦ
Ἀπόλλωνος τοῦ Δαλίου τοῦ ἐγ Καλύμναι
15 τᾶς δὲ ἀναγραφᾶς ἐπιμεληθέντω
τοὶ δάμαρχοι..

“Que l’on choisisse six hommes parmi tous, que ceux qui ont été choisis apportent le décret et la couronne à Praxilas et que, se présentant devant le Conseil et le Peuple, ils demandent de pouvoir veiller à ce qu’une copie de ce décret soit inscrite sur une stèle et dressée dans le sanctuaire d’Asklépios et à ce que la proclamation de la couronne dont, pour ces raisons, Praxilas a été honoré ait lieu au concours des chœurs aux Dionysies et au concours gymnique des Grands Asklépieia. Que ce décret soit inscrit sur une stèle en pierre et dressé dans le sanctuaire d’Apollon Dalios à Calymna. Que les dèmarchoi prennent soin de la gravure”.

  • 4 La procédure est évoquée par Robert 1926, 507-509 ; Gauthier 1985, 191-192 ; Sherwin-White 1978, 1 (...)
  • 5 SEG, 48, 1094, l. 20 : trois hommes ; 1099, l. 12-13 : un homme ; etc…

5Le dème choisit donc des représentants, ici au nombre de six, pour adresser sa requête au Conseil et à l’Assemblée de la cité4. D’autres documents mentionnent la même procédure ; seul le nombre de représentants varie d’un cas à l’autre5. Les envoyés demandent l’autorisation de faire proclamer les honneurs lors de concours civiques et de faire graver le texte du décret dans un sanctuaire sous le contrôle de la cité.

Informer le corps civique

  • 6 SEG, 48, 1096.
  • 7 C’est la procédure normale lorsqu’un décret est transmis d’une cité à une autre (voir infra). Dans (...)
  • 8 TitCal, 78 est la fin de la réponse de Cos à une demande du dème de Calymna ; le contenu du décret (...)

6Quel était le contenu de l’exposé des représentants du dème devant la boulè et l’ecclèsia ? Ils présentaient bien sûr l’objet de leur requête, mais comment la justifiaient-ils ? La réponse de Cos à une demande similaire émanant cette fois-ci du dème d’Halasarna fournit quelques indications à ce sujet6. Ce document est malheureusement très fragmentaire, et les considérants sont presque entièrement perdus. Cependant, le nom de Dioklès, la personne honorée, y apparaît encore (l. 1), ce qui indiquerait que son identité était mentionnée par les envoyés d’Halasarna. Cette donnée est confirmée par les résolutions du décret qui précisent : “afin que le peuple montre aux habitants d’Halasarna qu’il écoute leurs requêtes et à Dioklès qu’il aide à établir toutes les bienveillances et les bontés qu’il a eues,…” (ὅπως [οὖ]ν καὶ ὁ δ[ᾶμος φαί]Ινηται Ἁλασαρ[νί]ταις τε [ὑπάκούων] II τὰ ἀξιούμενα καὶ Διοκλ[εῖ συνκαΙτ]ασκευάζων πάντα τὰ [φιλάνθρωΙπ]α καὶ [rasura] καλῶς ἔχοντα,..., l. 3-7). Les envoyés du dème semblent donc avoir exposé devant le peuple non seulement l’objet de leur mission, mais également le contenu du décret auquel ils désiraient donner cette publicité exceptionnelle. Ils ont également dû en fournir le texte à la cité afin qu’il soit gravé dans un autre sanctuaire7. Les deux autres réponses de la cité que l’on a conservées le confirment : toutes deux mentionnent au moins le nom de la personne honorée, et l’une évoque ses qualités professionnelles8. La procédure a donc pour effet que les citoyens réunis en Assemblée prennent connaissance du contenu de la décision du dème. Les envoyés ne détaillent d’ailleurs sans doute pas tant les récompenses octroyées (peu intéressantes en elles-mêmes aux yeux de la polis), que l’identité de la personne honorée et les bienfaits qu’elle a accomplis.

  • 9 À titre d’exemples. Gymnasiarque : IK, 11, 1-Ephesos Ia, 6 avec les commentaires de Robert 1967a, (...)

7Une autre série de documents montre que les citoyens peuvent ensuite utiliser l’information qui leur est transmise à cette occasion. En effet, des associations diverses qui décernaient des récompenses à des particuliers pouvaient également demander l’autorisation à leur cité de faire graver le document dans un sanctuaire civique. Or, dans un certain nombre de cas, suite à l’exposé des représentants de l’association, la cité a décidé de décerner également des honneurs à cette personne. Les exemples connus concernent principalement des gymnasiarques et des cosmètes remerciés par les éphèbes ou les néoi, ainsi peut-être que des officiers honorés par les garnisaires sous leurs ordres9. Dans ce cas, la demande de publicité, accompagnée d’un discours circonstancié, a attiré l’attention de la cité sur les qualités de telle ou telle personne. La démarche des dèmes analysée ici sert la même fonction.

Valeurs des modes de diffusion de l’information

  • 10 TitCal, 78, l. 2-3 ; SEG, 48, 1099, l. 18-20.
  • 11 IG, XII, 1, 1032, l. 32-33. Voir aussi ILindos II, col. 1009, l. 48-51. Gabrielsen 1994, 126-128.
  • 12 Voir Gauthier, Bull. ép., 1995, 444.

8L’inscription citée ci-dessus, ainsi que d’autres documents de Cos, précisent à quels concours la proclamation devra avoir lieu (concours des (grands) Asklépiéia et/ou des Dionysies)10. Les documents parallèles en provenance de dèmes ou ktoina rhodiens utilisent une formule plus laconique comme “ὁ δὲ αἱρεθεὶς αἰ[τ]η[σ]άσθω ἐν τῶι σύμπαντ[ι I δ]άμωι τὰν δόσιν τοῦ στεφάνου”11. Il s’agit de la même requête : ils désirent que la couronne octroyée soit proclamée solennellement aux concours de la cité12. Cependant, cette manière de l’exprimer met l’accent sur la démarche et sur le discours devant le sumpas damos, plutôt que sur le détail des demandes du dème.

  • 13 Eschine 3.44-45. Voir Whitehead 1986, 257.

9Le développement qu’Eschine13 consacre, dans le discours Contre Ctésiphon, à la proclamation des couronnes accordées par une autre instance que la cité d’Athènes, permet de préciser le sens de cette demande. La polis a en effet interdit que les couronnes octroyées par les dèmes ou les phylai soient proclamées lors des représentations théâtrales de la cité car cette pratique, par contraste, réduisait la valeur des couronnes offertes par Athènes et proclamées seulement à l’Assemblée. Ce témoignage montre que l’occasion de l’annonce n’était pas indifférente. Suite à une demande officielle, les couronnes accordées par la cité et par un dème peuvent être proclamées en même temps, ce qui confère aux récompenses de ce dernier une “valeur ajoutée” non négligeable. Du point de vue de la publicité (orale et officielle), cela met ces octrois sur un plan d’égalité, et l’on comprend que la cité ait exercé un contrôle sur ce qu’annonçait le héraut. La proclamation constitue un honneur en soi dont on peut augmenter le prix si elle a lieu en des circonstances plus prestigieuses.

  • 14 SEG, 48, 1096, l. 1-3 ; SEG, 48, 1099, l. 20-23 ; les clauses de publicité de SEG, 27, 513 et de T (...)
  • 15 IG, XII, 1, 1032, l. 32-37.

10En revanche, en ce qui concerne les lieux de gravure, les dèmes de Cos et les communautés rhodiennes ont des pratiques différentes. Dans tous les cas connus, les dèmotes coéens désirent voir leur décret gravé à l’Asklépiéion14, à savoir le lieu principal de publicité de la polis. Ils visent donc à ce que leurs décisions côtoient celles de la cité, dans le sanctuaire où se déroulent depuis 243/2 les fêtes panhelléniques des Grands Asklépiéia. À Rhodes, cela varie suivant les cas. Les Brykountiens (Carpathos), par exemple, demandent15 :

... δὲ αἱρεθεὶς αImage[τ]η[σ]άσθω ἐν τῶι σύμπαντ[ι]
[δ]άμωι τὰν δόσιν τοῦ στεφάνου καὶ ὥστε ἀναθέ-
μειν εἰς τò ἱερòν τοῦ Ποτειδᾶνος τοῦ Πορθμίου
35 στάλαν λιθίναν καὶ ἀναγράψαι είς αὐτὰν τò
ψάφισμα καθ’ ὃ τετιμάκει ὁ δᾶμος ὁ Βρυκουντίων
Imageηνόκριτον Μητροδώρου ΣάμιοImage...

“… que la personne choisie demande au peuple tout entier l’attribution de la couronne et (demande) qu’une stèle en pierre soit dressée dans le sanctuaire de Poséidon Porthmios et qu’on y inscrive le décret selon lequel le peuple des Brykountiens a honoré Ménokritos, fils de Métrodôros, Samien”.

  • 16 IG, XII, 1, 1035 indique que les prêtres de ce sanctuaire étaient nommés par le peuple tout entier (...)
  • 17 ILindos II, col. 1009, l. 39-51.
  • 18 IG, XII, 1, 890, l. l. 17-25 ; la réponse de la boulè et du peuple est gravée sous le décret des E (...)

11Le sanctuaire de Poséidon Porthmios où les Brykountiens veulent faire graver le décret ne se situe pas sur l’île de Rhodes, mais sur celle de Carpathos. Il s’agit cependant d’un sanctuaire contrôlé par la cité et non par un dème16, ce qui explique qu’il faille obtenir l’aval du sumpas damos pour y faire ériger une stèle. Les Brykountiens, par la gravure dans ce sanctuaire, semblent chercher à accroître leur prestige parmi leurs voisins immédiats. Le ktoinon des Potidaieis, également situé à Carpathos, demande l’autorisation de faire inscrire son décret en l’honneur de Pamphilidas au même endroit17. En revanche, les Euthalydai de Netteia (Lindos) adressent une requête pour pouvoir ériger une stèle dans le sanctuaire de Zeus Patrôos à Netteia18.

  • 19 Reger 2004, 172-178. Je remercie vivement G. Reger de m’avoir transmis une copie de cet article av (...)

12Dans ces deux cités, le sens et la fonction de la demande diffèrent donc partiellement. À Cos, les dèmes cherchent à ce que leurs décisions reçoivent une publicité identique à celles de la cité. En revanche, les dèmes rhodiens, s’ils désirent également voir leurs décrets gravés dans un sanctuaire fréquenté plus largement, semblent viser davantage un public “local”, carpathien ou lindien dans les exemples évoqués, plutôt que rhodien dans son ensemble. Cette attitude paraît révélatrice du fort sentiment d’identité locale qui caractérise les communautés constitutives de l’État rhodien. Ce trait pourrait remonter, comme le suggère G. Reger19, à la période antérieure au synécisme, lorsqu’elles étaient indépendantes.

13En l’absence de textes sur la valeur idéologique de la gravure, il est difficile de mesurer la signification que revêt la demande des dèmes. S’agit-il seulement d’une manière de faire connaître plus largement le document ? Ou cela lui confère-t-il une importance particulière ? À Cos, les décrets de dèmes gravés à l’Asklépiéion y côtoient les décisions de la cité. Ce sanctuaire, qui est le lieu de publicité principal de Cos, constitue une vitrine idéologique et politique. En donnant son accord, la cité accepte donc que ces décrets, par la publicité qu’ils reçoivent, soient mis sur le même plan que l’octroi d’honneurs civiques. La réponse de Cos à Halasarna, citée ci-dessus, va dans ce sens. La cité répond favorablement à la demande d’Halasarna pour montrer qu’elle écoute les dèmotes et pour mettre en valeur les qualités de la personne honorée. L’accord de la polis cautionne d’une certaine manière les décisions du dème. Dans ce cas précis, cette réponse, gravée sous le décret du dème, rappelle cependant par la même occasion l’autorité et le pouvoir de la cité. À Rhodes, la valeur idéologique des sanctuaires choisis par les dèmes est moins prononcée, mais l’accord de la polis confère vraisemblablement une valeur supplémentaire au décret.

  • 20 SEG, 27, 513 (décret du dème des Aigélioi retrouvé à l’Asklépiéion) ; TitCal, xxiv et 78 : décret (...)
  • 21 Sherwin-White 1978, 273-274.
  • 22 IG, XII, 1, 1032.
  • 23 Syll.3, 567 (TitCal, 64) (décret du dème de Calymna pour Lysandros qui occupe un poste de commande (...)

14La documentation permet seulement d’émettre des hypothèses à propos des motivations qui incitent un dème à demander la proclamation à la cité : les inscriptions sont trop peu nombreuses et celles qui sont conservées sont souvent très fragmentaires. On soulignera cependant, à Cos, le nombre élevé de décrets en l’honneur de médecins de dèmes20. Selon A. M. Sherwin-White21, ces praticiens auraient été nommés par la cité et non par le dème. En ce cas, la demande de publicité serait une manière d’informer la polis que le médecin qu’elle a choisi était compétent, et l’en remercier. Un dème rhodien, celui des Brykountiens, a également honoré un médecin22. Rien n’indique cependant qu’il ait été nommé par une autre autorité que le dème. Ce médecin samien a exercé durant plus de vingt ans comme médecin public des Brykountiens. Durant son séjour, il a notamment apporté des soins aux occupants du péripolion, à savoir les garnisaires (rhodiens) du fort, peut-être en temps de guerre. En ce sens, ce document tout à fait exceptionnel peut être rapproché de deux autres décrets. Les Calymniens et le ktoinon des Pothydaieis ont en effet honoré chacun une personne qui a apporté une aide significative aux dèmotes ou aux membres du ktoinon, mais également aux résidents du dème ou à d’autres citoyens, en temps de guerre23.

15Le détail des motivations des dèmotes nous échappe, mais ces quelques observations suggèrent qu’en règle générale ces bienfaits concernent d’une manière ou d’une autre des membres d’autres dèmes ou la cité dans son ensemble. Les personnes honorées dans ces documents ont le plus souvent des intérêts ou des relations qui dépassent le cadre du dème. Il est donc à leur avantage de se faire connaître dans toute la cité et d’obtenir la diffusion la plus large possible de la reconnaissance publique du dème. Ces personnes ont donc dû souvent appuyer, voire initier, la démarche publicitaire analysée ici. En outre, leur réseau de contacts étendu a pu ensuite soutenir à l’Assemblée la demande du dème.

16Les dèmes viseraient donc à se mettre en valeur en faisant connaître de différentes manières (orale et écrite) des services rendus sur leur territoire et qui concernent tant leurs propres habitants que d’autres citoyens. La personne honorée désire certainement que ses qualités et ses actes reçoivent une large reconnaissance et une certaine validation civique. La rencontre de ces intérêts inciterait alors le dème à entreprendre une démarche officielle auprès de la cité.

Envoi d’une cité à une autre

17À la fin de nombreux décrets civique pour des étrangers, une formule précise qu’une copie du texte sera envoyée à la patrie de la personne honorée. Quelques documents offrent une explication plus détaillée de la procédure ou du but poursuivi. Nous nous proposons d’étudier cette démarche à travers quelques exemples particulièrement explicites sur l’un ou l’autre aspect.

Des motivations diplomatiques

  • 24 Laurenzi 1941, no 4, 37-39, l. 1-9. La base de la statue de Philippos a été retrouvée : IG, XI, 4, (...)

18On a conservé le début de la réponse de Cos à l’ambassadeur délien venu apporter la copie du décret de sa cité en l’honneur du médecin Philippos. Les premières lignes de ce texte se présentent ainsi24 :

19… περὶ]

[ών Δάλιοι ψάφισμ]α κ[αὶ πρεσβευτὰν ἀ]ποσ[τείλαντες Κυν]-
Imageά[δαν?] ImageImageξιοῦντι τᾶν τιμᾶν αἷς τετιImageάκαν[τι Φί]Image[ι]Imageον
τòν ἰατρòν ἀναγόρευσίν τε δόμεν τῶν Ἀσκλαπι-
5 είων ἐν τῶι γυμνικῶι ἀγῶνι, καὶ ὅπως ὑπόμναμα ὑπάρχῃ
ἐς τòμ πάντα χρόνον ἀναγράψαι τò ψάφισμα τᾶν τιμᾶ[ν]
ἐς στάλαν καὶ ἀναθέμεν ές τò ἱερòν τοῦ Άσκλαπιοῦ,
ἀκολούθως δὲ καὶ ὁ πρεσβευτὰς διελέγη τοῖς ἐν τῷ
ψαφίσματι γεγραμμένοιImage...

“Au sujet de ces choses : les Déliens, ayant envoyé un décret et l’ambassadeur, Kynthiadès ( ?), demandent que l’on fasse la proclamation des honneurs dont ils ont gratifié Philippos, le médecin, au concours gymnique lors des Asklépieia et que, afin que le souvenir en existe de tout temps, on fasse graver le décret honorifique sur une stèle et qu’on la dresse dans le sanctuaire d’Asklépios, conformément également aux choses écrites dans le décret que l’ambassadeur a aussi exposées oralement…”.

  • 25 Cette procédure est largement attestée. On verra notamment l’analyse de Chaniotis 1999, en particu (...)
  • 26 Cet aspect est particulièrement explicite dans Syll.3, 604 (Bielman 1994, 45), l. 5-7.

20Dans cette inscription, Cos évoque brièvement deux moments de la procédure : l’envoi par Délos d’un ambassadeur avec le décret et le contenu de l’exposé de ce dernier. Pour faire parvenir la copie à une autre cité, Délos choisit donc un représentant qui se rend en mission diplomatique à Cos. Arrivé sur l’île, il a fait un discours, sans doute devant l’Assemblée, où il évoquait le contenu du décret – à savoir, l’identité de la personne honorée et ses actes, les honneurs qui lui ont été décernés – et la requête de sa propre patrie25. Ces quelques lignes présentent donc, de fait, un résumé de son exposé. Son rôle dans la circulation de l’information entre les deux cités paraît essentiel. Sa relation orale des hauts faits de Philippos et de la demande de sa cité constitue le moment essentiel de sa mission à Cos. La transmission d’un décret apparaît donc comme une démarche diplomatique où l’ambassadeur qui apporte le texte joue un rôle tout à fait essentiel : il assure la transmission orale et “personnalisée” de l’information26.

  • 27 Voir par exemple Gauthier 1999, 1, l. 38-41 ; IK, 28.1-Iasos I, 82 (TitCal, xvi), l. 21-23. Cette (...)

21Avant de poursuivre l’analyse de la procédure, il faut insister sur un point essentiel. L’existence même de cette démarche n’a de sens que si la patrie de la personne honorée est intéressée par l’information que transmet l’ambassadeur, à savoir que les activités de l’un de ses citoyens ont été appréciées et récompensées par une autre cité. Sans ce préalable, connu de toutes les parties, elle n’aurait guère lieu d’exister. Cos reçoit l’envoyé délien et accède à sa requête sans doute parce que la cité retire une certaine gloire de la célébrité de son citoyen à l’étranger. Dans certains cas, d’ailleurs, des juges étrangers à leur retour chez eux reçoivent un éloge de leur cité précisément pour avoir bien rempli leur mission et pour avoir procuré des honneurs à leur patrie27. La polis accepte donc que les honneurs décernés par Délos soient proclamés en même temps que ceux qu’elle octroie, et que le décret soit gravé dans le sanctuaire d’Asklépios.

  • 28 Par exemple IK, 28.1-Iasos I, 73 (I.Priene, 53 et SEG, 45, 1623), l. 13-17 ; IK, 28.1-Iasos I, 82, (...)

22Pourquoi Délos demande-t-elle à Cos de donner une publicité locale aux honneurs accordés à Philippos ? L’émulation était sans doute l’un des buts poursuivis par cette démarche, comme le suggère la formule hortative qui figure parfois dans les décrets envoyés à une autre cité28. En faisant parvenir une copie d’un décret à une cité étrangère, une polis chercherait donc à promouvoir ses relations avec celle-ci, en encourageant ses citoyens à venir lui rendre des services. Cependant, comme le montrent d’autres documents, ses motivations peuvent être plus complexes. Quelques inscriptions permettent en effet de préciser la mission de l’ambassadeur qui apporte la copie du décret et les objectifs qu’il poursuit.

ἵνα δὲ καὶ [Κῶιοι ἐἰδήσωσιν τὰς ἐψηφισμέ]Iνας τιμάς τῶι [τε δήμωι καὶ τοῖς ἀποσταλεῖσι δι]ΙκασταImage, Image[ιρο]Image[νηθέντος τοῦ ψηφίσματος] I τοῦImage[ε] Image[ρε]σImageτ[ὴν ἐλέσθαι ἐκ πάντων τῶν πολι]ΙτῶImage, Image δὲ [α]ImageεθεImageImage[ἰκόμενος εἰς Κῶ καὶ ἀπο]ΙΙ10δοImageς τImageῖς [ἄρ]ImageυImageι[ν τò ψήφισμα τόδε, ἐπελ]Ιθὼν Imageὲ κImageὶ έ[π]Imageτή[ν]ἐImage[κλησίαν καὶ ἀνανεωσάμε]Ινος τὰ πρImageυImageάρχImageντα Image[ὐτοῖς φιλάνθρωπα παρακα]Iλε[ί]Image Ḳώιους [σ]ImageγγεImageεῖς κImage[ὶ φίλους καὶ εὔνους] I καὶ συμImageο[υ]ς Imageπάρχοντα[ς τοῦ δήμου ἀπο]ΙΙ15δέξασθαι τImageς τImage ἐψηφνImage[νας τῶι δήμωι τι]Iμὰς καὶ τοῖς Image[ι]Image[α]ῖς καὶ πο[ιήσασθαι ἐπιμέ]Ιλειαν, ὅπως Imageν Image πα[ρ’]Imageτοῖς γ[ίνηται ἡ άναγ]Iγελία τών σImage[φ]Imageάνων ἐν τImage[ι ἐ]πιφ[ανεστάτωι ἀ]Ιγῶνι καὶ ὅπImageς ἀImageImageγImageαImageῇ τ[ό]Image[ε] τò ψ[ήφνσμα εἰς] II20Imageτήλην λιθίν[η]ImageImageαὶ ἵ[ν]α εἰς τImageν μImage [ταῦτα χρό]Imageον συντηImageῆται κImageὶ ἐπὶ πλ[έο]Image αὔξ[ηται ἥ τε φι]Iλία καὶ εὔνοια ταῖς πόImageεσImage πρImageImage[λας.

“Afin que les gens de Cos connaissent les honneurs votés pour le peuple et pour les juges qui furent envoyés, lorsque ce décret aura été voté, qu’un ambassadeur soit choisi parmi tous les citoyens, et que, une fois arrivé à Cos, et après avoir délivré aux magistrats ce décret, s’être présenté devant l’Assemblée et avoir renouvelé les liens de bienveillance existant antérieurement envers eux, l’individu choisi invite les Coéens, qui sont parents et amis et bienveillants et alliés du peuple, à accepter les honneurs décrétés pour le peuple et les juges et à faire en sorte que la proclamation des couronnes ait lieu parmi eux aux concours les plus populaires et que ce décret soit inscrit sur une stèle en pierre et que l’amitié et la bienveillance des cités l’une envers l’autre soient préservées pour des temps futurs et grandement augmentées”.

  • 29 Crowther 1999, no 7, l. 5-22.
  • 30 On est d’ailleurs frappé de la place qu’occupe ce type de considérations diplomatiques dans de nom (...)

23Ce décret d’une cité inconnue en l’honneur de juges envoyés par Cos29 précise les points essentiels du discours de son ambassadeur devant l’Assemblée coéenne. Il devra rappeler les liens antérieurs entre les deux cités (parenté légendaire, amitié, bienveillance, alliance). Il devra inviter la cité à accepter les honneurs qui lui ont été décernés et à donner une publicité orale et écrite aux décisions de sa patrie concernant les juges et leur polis. Enfin, il devra évoquer les bonnes relations futures entre les deux cités. En d’autres termes, l’ambassadeur doit situer sa propre mission dans le contexte des relations de longue durée qui lient ces deux poleis. La transmission de l’information concernant les bons offices des juges de Cos représente un moment du dialogue entre elles. On soulignera en outre que reproduire dans le texte du décret le contenu du discours de l’ambassadeur assure que le message diplomatique sera également gravé sur la pierre et affiché de manière durable à Cos30.

  • 31 Sur l’octroi d’honneurs à la patrie des juges étrangers, voir Crowther 1993, 70-74.

24L’intention diplomatique de la cité inconnue se révèle aussi dans sa décision de décerner des honneurs à la cité de Cos (l. 15-16)31. Les remerciements offerts aux juges sont étendus à leur patrie toute entière. Dans ce cas précis, la mission de l’ambassadeur ne se limite donc pas à une simple évocation du contenu du décret qu’il apporte. Il doit également expliciter les raisons qui ont poussé sa cité à honorer Cos et à lui envoyer le document concernant les juges. L’ensemble des décisions de la patrie de l’envoyé serviront concrètement à renforcer les liens entre les deux cités seulement lorsque Cos les aura apprises. La transmission du décret et le discours complémentaire de l’ambassadeur constituent donc la clef de voûte de cette pratique.

  • 32 Cette insistance est généralement très marquée dans les décrets en l’honneur de juges étrangers, p (...)
  • 33 Delphes : FD, III. 4, 362, l. 28-34 ; Samothrace : I.Priene, 68, l. 9-10 ; IK, 28.1-Iasos I, 153, (...)
  • 34 Juges étrangers : IK, 28.1-Iasos I, 82, l. 8-10. Théores : Syll.3, 604 (Bielman 1994, 45), l. 3-7  (...)
  • 35 SEG, 33, 1184 (Chaniotis 1988a, E12 ; Curty 1995, 76), l. 10-15.
  • 36 Sur les discours de Thémistoklès, qui évoquaient sans doute cette parenté, Robert & Robert 1983, 1 (...)
  • 37 À Larissa, Bombos d’Alexandrie en Troade a rappelé les hauts faits des Larissiens et a ainsi renou (...)

25Dans cet exemple, deux éléments rendent les intentions diplomatiques de la cité inconnue particulièrement explicites32. D’une part, un ambassadeur a apporté le document, c’est-à-dire quelqu’un choisi expressément pour remplir cette mission. D’autre part, l’évocation dans le corps du décret de ses propos permet de rappeler par écrit les liens entre les deux poleis. D’autres documents présentent des variantes sur ces deux thèmes qui mettent plus ou moins en valeur les relations entre cités. Ainsi, d’autres personnes qu’un presbeutikos peuvent transmettre le document. Une cité comme Delphes peut utiliser à cet effet les théores qui annoncent les jeux pythiques, alors que Samothrace attend parfois la venue des théores de telle cité pour leur confier un document33. Cet usage révèle l’importance diplomatique des réseaux religieux, notamment ceux créés par la participation à des jeux panhelléniques. Dans d’autres cas, c’est la personne honorée – qu’il s’agisse d’un théore, d’un juge ou de tout autre particulier – qui ramène le texte chez elle34. Par ailleurs, les liens entre les deux cités peuvent être mentionnés ailleurs dans le décret, notamment dans les considérants. Ainsi, dans un décret de Xanthos pour le rhéteur Thémistoklès d’Ilion, il est précisé qu’il a “fait des démonstrations de discours rhétoriques dans lesquelles il a été particulièrement apprécié, qu’il a séjourné longuement, se comportant de manière irréprochable et digne de la parenté existant entre nous et les Iliens” (ἀποδείIξεις πεπόηται τῶν ῥητορικῶν λόγων I ἐν αἷς εὐδοκίμηκεν ἐπὶ πλέον, παρεπιδεδήμηκέν τε χρόνον οὐκ ὀλίον, ἐνέγΙκλητος γεγονὼς καὶ τῆς ὑπαρχούσης II ἡμῖν πρòς Ἰλιεῖς συγγενείας ἄξιος)35. La mention de la sungeneia entre Xanthos et Ilion36 n’est pas innocente mais permet de rappeler le lien qui unit ces cités tout en soulignant que le rhéteur a contribué à son renforcement. L’envoi d’une stèle à Ilion portant une copie du document (l. 28-31) va encore accentuer la fonction diplomatique de cet octroi d’honneurs. Plusieurs décrets, généralement pour des hommes de lettres, présentent ainsi dans les considérants des évocations de la parenté ou de l’amitié entre cités mises en relation avec l’activité de la personne honorée. Il est normalement prévu que ces documents soient envoyés à leur patrie37.

26Ainsi, une cité peut accentuer ou réduire le caractère diplomatique de l’envoi par le choix de la personne qui transmettra le document. Elle peut également rappeler de manière plus ou moins appuyée ses liens avec l’autres polis. Ces éléments varieront suivant la nature des services rendus par la personne honorée, mais également suivant l’intensité et la régularité des relations entre les deux cités.

Réactions au message diplomatique

  • 38 À ce sujet, voir par ex. Gauthier 1999, 12 ; Chaniotis 1999.
  • 39 IscrCos, ED 132b, l. 24-25.
  • 40 I.Priene, 54 (IK, 28.1-Iasos I, 74), l. 35-36 ; 61, l. 32-33. Voir aussi I.Priene, 53, l. 38 et 69 (...)

27On a parfois conservé la réponse d’une cité à la réception d’un décret pour l’un de ses citoyens. Ce type de document permet de se faire une idée de ses réactions, même si elle se contente, dans de nombreux cas, de recopier tout ou partie du décret qu’elle vient de recevoir comme considérants38. Dans plusieurs exemples, toutefois, la cité mentionne de manière particulièrement insistante les liens qui l’unissent à l’autre. Cos, dans sa réponse à un décret d’Halicarnasse, précise d’emblée que “les Halicarnassiens sont des amis et des alliés du peuple (des Coéens)” (Ἁλικαρνασσεῖς, φίλοι καὶ σύμμαχοι II [ὑπ]άρχοντες τοῦ δάμου)39, une formule qui n’apparaît pas dans ce qui est conservé du décret d’origine. Lorsque Priène répond à des décrets pour ses citoyens, elle mentionne fréquemment les liens qui l’unissent à l’autre cité, parfois au tout début des considérants : “Ἐπειδὴ Ἰασεῖς συγγενεῖς καὶ φίλοι ὑπάρΙ [χοντες τῶι δήμωι” ; “Ἐπειδὴ Μάγνητες οἰκεῖο [ί τ]ε [ὄντες I ἡμῶν καὶ φίλ]ο[ι...]”40. Cos et Priène confirment ainsi qu’elles perçoivent également cet envoi comme une manière de promouvoir des liens diplomatiques.

  • 41 IK, 24.1-Smyrna II. 1, 584 (Bielman 1994, 35).
  • 42 l. 11-18 ; trad. Bielman.

28Mais une cité peut faire un pas supplémentaire pour renforcer ses relations internationales. Le décret de Temnos41 en réponse aux envoyés de Smyrne venus apporter un décret de leur cité évoque d’abord le contenu du document reçu. Il indique ensuite : “(attendu qu’) ils (= les Smyrniens) nous invitent à faire proclamer ces couronnes lors de la fête des Kynneia, nous ayant dépêché des ambassadeurs qui ont exposé à notre peuple les instructions du peuple des Smyrniens et qui ont rappelé la bienveillance que les Smyrniens ne cessent de nous témoigner. Afin donc que notre peuple prouve qu’il agrée avec plaisir les honneurs votés par les Smyrniens et qu’il conserve à ce peuple une amitié durable. À la Bonne Fortune. Plaise au peuple d’accorder l’éloge au peuple des Smyrniens en raison de l’amitié et la bienveillance qu’il ne cesse de nous témoigner…” ([παρακαλοῦσιν I δὲ κ]αὶ ἡμᾶς ἐπιμέλειαν ποήσασθαι [ὅπως ἀναγορευθῶσιν οἱ στέΙφαν]οι ἐν τῆι πανηγύρει τῶν Κυννείω[ν, ἐπελθόντες δὲ οἱ πρεσβευταὶ I διε]λέγησαν τῶι δήμωι καθότι ὁ δ[ῆμος]) ὁ Ζμυρναίων ἐντείλατο II ἀναγ]γέλλοντες τὴν εὔνοιαν ἣν ἔχ[ων ὁ δῆμος ὁ Ζμυρναίων διατελεῖ πρòς ἡIμᾶς· ὅ]πως οὖν καὶ ὁ δῆμος φαίνηται [τὰ ἐψηφισμένα τίμια ὑπò τοῦ δήμου I τοῦ Ζμ]υρναίων προσδεδεγμένος [φιλανθρώπως καὶ τὴν πρòς αὐτòν φιΙλίαν δ]ιατηρῶν βεβαίως.)42.

  • 43 Cette décision est attestée dans d’autres documents. Voir par ex. I.Magnesia, 97, l. 68-69 ; SEG, (...)

29Dans leur décret, les Smyrniens évoquaient leur bienveillance envers le peuple de Temnos. Ce dernier confirme le caractère réciproque de ce sentiment en mentionnant son amitié durable pour Smyrne. Mais Temnos fait ensuite un pas supplémentaire en accordant un éloge à la cité des Smyrniens43. C’est la transmission du premier décret qui fournit l’occasion à Temnos de faire ce geste envers une cité amie. La décision prise, il faut en informer l’autre polis. Dans le cas où un ambassadeur est venu avec le document, il peut ramener le décret accordant l’éloge quand il rentre chez lui. Cependant, lorsque c’est la personne honorée qui a rapporté le texte, il faut sans doute choisir un ambassadeur pour qu’il transmette à son tour l’information, multipliant ainsi les allers et retours entre les poleis.

30Faire connaître ses sentiments amicaux pour l’autre cité apparaît donc comme l’un des constituants importants de cette démarche, un aspect reconnu et exprimé de nombreuses manières par les deux cités.

Réseaux de relations et intérêts personnels

  • 44 I.Magnesia, 15b, l. 4 et 97, l. 47 ; IK, 24.1-Smyrna II. 1, 579, l. 38-41. Voir Giovannini 1993, 2 (...)

31Mais revenons aux requêtes de l’ambassadeur. Les honneurs (éloge et couronne normalement) devront être proclamés à des concours dans la patrie de la personne honorée, et le décret gravé dans le lieu choisi par sa cité. La proclamation, qui informe un grand nombre de gens de la nouvelle, confère sans doute une gloire importante au récipiendaire. Il s’agit d’une publicité ponctuelle, située dans un cadre officiel prestigieux. Mais la cité honorante pouvait également demander à l’autre de répéter la proclamation à chaque célébration des concours44. En ce cas, le souvenir de la relation avec l’autre cité était ravivé année après année.

  • 45 Dans deux décrets pour des médecins votés par leur patrie, les honneurs octroyés par d’autres cité (...)
  • 46 La personne honorée peut sans doute intervenir au sujet du lieu de gravure même dans une cité étra (...)
  • 47 SEG, 33, 1184, l. 28-31.
  • 48 Voir Robert 1983, 162 et n. 26.

32En ce qui concerne la gravure, plusieurs considérations doivent être prises en compte. D’une part, les intérêts personnels de la personne honorée peuvent sans doute intervenir dans la décision d’envoyer une copie45 mais également dans le choix du lieu de gravure dans sa patrie46. Normalement, la cité qui envoie le document demande simplement à l’autre de faire inscrire le texte dans le lieu de son choix. Quelques rares documents donnent cependant plus de précisions. Ainsi, le décret pour le rhéteur Thémistoklès d’Ilion évoqué ci-dessus précise que les Xanthiens enverront aux Iliens une stèle déjà gravée et leur demanderont de l’ériger à côté des statues du père de l’orateur47. Cette précision forte inhabituelle peut s’expliquer de deux manières. Pour que les Xanthiens connaissent l’existence de ces monuments, il faut en effet soit qu’ils les aient eux-même fait ériger (ou au moins l’un d’entre eux)48, soit que Thémistoklès soit intervenu (personnellement ou par l’intermédiaire du proposant du décret) pour demander que les Xanthiens demandent l’érection de la stèle à cet endroit. Ces deux explications ne sont naturellement pas exclusives. Le choix du lieu d’exposition de la stèle pourrait être, dans ce cas, une manière de souligner le rôle de deux générations de la famille du rhéteur dans l’entretien des relations entre Xanthos et Ilion.

  • 49 On peut alors multiplier les exemples de documents épigraphiques qui servent notamment ce but : le (...)

33D’autre part, si l’on ne considère plus chaque document isolément, mais l’ensemble de ceux envoyés à/par d’autres cités, une autre constatation émerge. Dans le lieu d’affichage principal de la cité, ces documents s’accumulent progressivement. Or, chaque mention de l’envoi d’une copie à une autre polis révèle un “partenaire diplomatique” de la cité. L’ensemble de ces inscriptions signale des réseaux de relations plus ou moins intenses dans lesquelles s’inscrive chacune des deux cités concernées49.

  • 50 Il est très frappant qu’à une exception près, les médecins de Cos sont connus, à l’époque hellénis (...)

34Dans certaines poleis, cet aspect de la documentation devait être particulièrement frappant, même si des stèles étaient progressivement remployées. C’était une pratique normale d’envoyer la copie du décret pour des juges étrangers ou pour des médecins de Cos50 à leur patrie. Ces cités (Priène, Cos, Iasos,…) font graver dans leurs sanctuaires un nombre impressionnant de documents en l’honneur de leurs citoyens qui émanent d’autres poleis. Ces inscriptions prouvent bien sûr la qualité des services rendus et l’appréciation de ceux qui en ont bénéficié. Mais elles révèlent également le large réseau de relations que ces cités entretiennent précisément grâce aux déplacements de leurs citoyens en tant que juges ou que médecins. La gravure éventuelle de la réponse de la cité peut renforcer encore cette dimension diplomatique.

35Selon les situations, selon les relations que les cités entretiennent, suivant la nature des services rendus, les cités qui envoient ainsi une copie d’un décret insisteront plus ou moins explicitement sur la dimension diplomatique. Elle est cependant nécessairement présente à partir du moment où la polis prend la décision de transmettre l’information.

36L’envoi d’un décret à une autre cité sert à communiquer des informations qui concernent différents aspects de la relation entre deux poleis. Le décret lui-même illustre de manière concrète comment les citoyens d’une cité peuvent rendre des services à l’autre et les honneurs qui en découlent. L’envoi sert à rappeler, de manière plus ou moins explicite, les bonnes relations entre les deux poleis et à exprimer le souhait qu’elles se poursuivront à l’avenir. Des actes individuels, évoqués lors d’une communication officielle qui les situe dans un tissu d’échanges, acquièrent une nouvelle valeur. Le mode de communication de l’information donne, dans ce cas, un sens diplomatique à l’activité d’un particulier.

Conclusions

37Les deux cas étudiés ici se rapprochent par la procédure. Le dème et la cité doivent tous les deux choisir des représentants qui iront présenter leur requête au Conseil et à l’Assemblée de la cité. Cette procédure a pour effet que, ce qui pourrait constituer une banale démarche administrative, devient un acte de communication devant les citoyens réunis en Assemblée. Les deux cas diffèrent en revanche en ce qui concerne la portée de cet acte.

38En demandant une publicité exceptionnelle pour un décret, un dème transmet des informations concernant l’identité et les activités d’une personne qu’il a honorée. Faire connaître ces données est un moyen pour le dème de se mettre en valeur, tout en manifestant sa relative indépendance au sein de la polis. Il rappelle en effet ainsi qu’il peut recevoir les services d’un évergète et l’en remercier. Cela lui permet également de se situer dans une relation avec la cité et avec les autres dèmes : communiquer aux autres les actes favorables dont il a bénéficié rehausse assurément son prestige. Les moments de transmission orale constituent des moments privilégiés pour communiquer ce message, que ce soit lorsque le représentant s’adresse à l’Assemblée, ou lorsque l’éloge et la couronne sont proclamés aux concours de la cité. La signification de la gravure est plus ambiguë. Les dèmes de Cos reconnaissent et désirent exploiter la valeur idéologique de l’Asklépiéion comme lieu d’affichage. Ceux de Rhodes, en revanche, préfèrent affirmer leur identité locale et leur prestige par rapport à leur voisins.

39En particulier dans le cas des dèmes, les intérêts de la personne honorée ont pu jouer un rôle déterminant dans la décision de demander une publicité élargie. En effet, elle semble avoir souvent eu aussi des intérêts à l’échelle de la cité, et avait dès lors tout avantage à ce que son attitude soit connue le plus largement possible. Il devait être également important à ses yeux que les honneurs qui lui avaient été décernés par un dème reçoivent la caution de la cité. Les dèmes entreprendraient donc cette démarche publicitaire le plus souvent lorsque leurs intérêts et ceux de la personne honorée se rejoignaient.

  • 51 La nécessité d’entretenir ces liens s’exprime parfois explicitement. Ainsi, un décret d’Argos hono (...)
  • 52 Un grand nombre des décrets honorifiques où l’envoi est mentionné concernent des détenteurs d’un s (...)
  • 53 Dans cet article, ce sont principalement les médecins de Cos et les juges étrangers qui ont été év (...)
  • 54 Dans le décret évoqué ci-dessus en l’honneur des ambassadeurs de Pallantion venus renouveler l’ami (...)

40En ce qui concerne les cités, la transmission d’un document concernant un particulier devient l’élément fondateur d’un message diplomatique plus général. Les étapes de la procédure et la double demande publicitaire amènent une cité à exprimer son amitié pour une autre polis de différentes manières et en diverses occasions. Ces liens amicaux peuvent être évoqués par oral et par écrit ; ils peuvent se manifester en paroles et en actes. Cette multiplication des modes de transmission révèle une volonté de diffuser les informations au plus grand nombre et dans la durée. La cité qui reçoit le document peut d’ailleurs reconnaître explicitement l’intention diplomatique et y répondre. Cette démarche ne constitue cependant pas un acte isolé de tout contexte, mais répond à certains besoins. En effet, la procédure ne se justifie qu’en raison de la nécessité où se trouvent les poleis de nouer des relations entre elles (économiques, militaires, religieuses, etc…) et par le besoin d’entretenir ces liens une fois qu’ils ont été établis51. Les déplacements de particuliers peuvent officiellement servir à raviver la relation. Il faut cependant pour cela que ces personnes aient eu dans la cité étrangère une activité qui leur vaille des honneurs, soit qu’ils y aient rempli une fonction publique (médecin, architecte, etc…), soit qu’ils lui aient rendu des services suffisamment importants. Leurs activités servent alors non seulement la cité où ils séjournent, mais également leur patrie. Une cité avait donc intérêt à encourager, ou du moins à ne pas décourager, l’acquisition de tels savoirs et savoir-faire52. Ce phénomène a alors pu être exploité, plus ou moins consciemment, par certaines poleis qui se sont fait largement connaître pour le ou les services spécialisés que leurs citoyens pouvaient rendre53. Leur renommée dans un domaine particulier a servi à accroître leur réseau de relations. Ce n’est donc pas uniquement le mode de communication, mais également l’objet de la communication (nature et qualité des services rendus ; honneurs adéquats ; rappel éventuel de services antérieurs ; etc.)54, qui permettent d’exprimer et de transmettre un message diplomatique.

41Ces deux cas mettent en évidence le contrôle étroit que la cité exerce sur la publicité orale et écrite donnée aux honneurs publics, et certaines conséquences qui en découlent. Cette question relève des décisions civiques ; c’est pourquoi une demande de publicité acquiert immédiatement une importance qui dépasse le cas particulier. Le dème ou la cité qui adresse une requête à ce sujet utilise cette occasion pour en retirer des bénéfices qui dépassent la seule publicité donnée à leur décision. Selon les cas, leurs objectifs relèveront davantage de l’acquisition de prestige ou du renforcement de relations diplomatiques.

Notes

1 Pour une analyse des décrets de reconnaissance d’asylie du sanctuaire de Magnésie du Méandre en termes de circulation d’information, voir Chianotis 1999.

2 Ainsi, une cité peut demander à Delphes ou à Délos l’autorisation de faire graver un décret dans le sanctuaire d’Apollon ; une instance fédérative (l’Amphictionie de Delphes, la ligue des Nèsiotes) peut envoyer une copie d’un décret à toutes les cités membres ; etc. Sur Delphes et l’Amphictionie, voir Lefèvre 2002, 4-5.

3 TitCal, xiv ; seule la clause de publicité de ce décret est conservée.

4 La procédure est évoquée par Robert 1926, 507-509 ; Gauthier 1985, 191-192 ; Sherwin-White 1978, 183-184. Gabrielsen 1994, 117-135 a étudié les documents rhodiens où cette procédure est évoquée pour montrer qu’il ne s’agit pas d’une ratification des décisions du dème par la cité ; voir aussi les remarques de Gauthier, Bull. ép., 1995, 444.

5 SEG, 48, 1094, l. 20 : trois hommes ; 1099, l. 12-13 : un homme ; etc…

6 SEG, 48, 1096.

7 C’est la procédure normale lorsqu’un décret est transmis d’une cité à une autre (voir infra). Dans ces cas, le décret apporté par l’ambassadeur est souvent partiellement recopié dans la réponse de la cité qui le reçoit.

8 TitCal, 78 est la fin de la réponse de Cos à une demande du dème de Calymna ; le contenu du décret d’origine (= TitCal, xxiv) est évoqué en deux endroits : l. 1 : nom du médecin honoré ; l. 6 : mention de ses qualités comme médecin. Dans IG, XII 1, 890, l. 29-37, réponse de Rhodes aux Euthalydai, il est simplement indiqué que le koinon des Euthalydai a décidé d’accorder un éloge et une couronne à Sôsikratès (l. 32-35). PH, 9, l. 7 semble

9 À titre d’exemples. Gymnasiarque : IK, 11, 1-Ephesos Ia, 6 avec les commentaires de Robert 1967a, 7-14 ; IK, 3-Ilion, 2, l. 17-19 : les honneurs décernés par les néoi et les athlètes apparaissent ici comme une preuve des mérites du gymnasiarque. Sur cette inscription, voir Robert 1966, 25-30. Voir aussi Robert, 1937, 149-152. Cosmète : IG, II2, 1008, l. 61-63 : évocation des honneurs offerts par les éphèbes ; l. 67-70 : honneurs offerts par la cité. Phrourarque : peut-être IK, 53-Alexandreia Troas, 4 ; voir Robert 1926, 509.

10 TitCal, 78, l. 2-3 ; SEG, 48, 1099, l. 18-20.

11 IG, XII, 1, 1032, l. 32-33. Voir aussi ILindos II, col. 1009, l. 48-51. Gabrielsen 1994, 126-128.

12 Voir Gauthier, Bull. ép., 1995, 444.

13 Eschine 3.44-45. Voir Whitehead 1986, 257.

14 SEG, 48, 1096, l. 1-3 ; SEG, 48, 1099, l. 20-23 ; les clauses de publicité de SEG, 27, 513 et de TitCal, xxiv sont perdues, mais ces inscriptions ont été retrouvées à l’Asklépieion ; voir aussi la réponse de Cos à TitCal, xxiv : TitCal, 78, l. 3-4.

15 IG, XII, 1, 1032, l. 32-37.

16 IG, XII, 1, 1035 indique que les prêtres de ce sanctuaire étaient nommés par le peuple tout entier. Voir Gabrielsen 1994, 132.

17 ILindos II, col. 1009, l. 39-51.

18 IG, XII, 1, 890, l. l. 17-25 ; la réponse de la boulè et du peuple est gravée sous le décret des Euthalidai, l. 29-37.

19 Reger 2004, 172-178. Je remercie vivement G. Reger de m’avoir transmis une copie de cet article avant sa parution. Cos est bien sûr aussi un état synécisé. Un trait qui distingue ces deux états, et qui pourrait être pertinent dans ce contexte, est leur étendue respective. Le sentiment d’identité locale semble de toute façon plus fort parmi les communautés rhodiennes. Sur la relative indépendance de Lindos, Ialysos et Camiros au sein de l’état rhodien, voir Gabrielsen 2000, 192-195.

20 SEG, 27, 513 (décret du dème des Aigélioi retrouvé à l’Asklépiéion) ; TitCal, xxiv et 78 : décret du dème de Calymna dont une copie a été retrouvée à l’Akslépiéion et l’autre à Calymna ; peut-être SEG, 48, 1117 : ce décret, retrouvé à l’Asklépiéion, émane sans doute d’un dème. Hallof et al. 1998, 124-126 considèrent que Praxianax, honoré par un dème de Cos (SEG, 48, 1099), était médecin. Cependant, le terme qui désigne sa fonction, archè (l. 7), ainsi que les autres expressions qui apparaissent dans ce décret ne conviennent pas pour un praticien ; voir Gauthier, Bull. ép., 1999, 406, p. 655.

21 Sherwin-White 1978, 273-274.

22 IG, XII, 1, 1032.

23 Syll.3, 567 (TitCal, 64) (décret du dème de Calymna pour Lysandros qui occupe un poste de commandement dans la flotte durant la première guerre crétoise, l. 7) voir Sherwin-White 1978, 125 ; Brûlé 1978, 35-39 ; ILindos II, col. 1009 (décret du ktoinon des Potidaieis pour Pamphilidas durant la deuxième guerre crétoise). Voir aussi SEG, 48, 1094 : Hérodotos a accueilli à ses frais des gens arrivés par bateau (ou lors de son temps de service ; le sens du texte est incertain). Ces personnes seraient, selon Hallof et al. 1998, 123 des citoyens d’autres dèmes. Voir le commentaire de Gauthier, Bull. ép., 1999, 406, p. 655.

24 Laurenzi 1941, no 4, 37-39, l. 1-9. La base de la statue de Philippos a été retrouvée : IG, XI, 4, 1078 (Durrbach 1921, 61) ; les dépenses pour la statue sont mentionnées en I. Délos, 399A, l. 36-38.

25 Cette procédure est largement attestée. On verra notamment l’analyse de Chaniotis 1999, en particulier 53-54.

26 Cet aspect est particulièrement explicite dans Syll.3, 604 (Bielman 1994, 45), l. 5-7.

27 Voir par exemple Gauthier 1999, 1, l. 38-41 ; IK, 28.1-Iasos I, 82 (TitCal, xvi), l. 21-23. Cette inscription a été revue et rééditée par Crowther 1994, 49-53. Dans ces deux cas, l’activité des juges a valu à leur patrie des honneurs très concrets puisque leur cité reçoit un éloge et une couronne de la part de la polis où ils se sont rendus.

28 Par exemple IK, 28.1-Iasos I, 73 (I.Priene, 53 et SEG, 45, 1623), l. 13-17 ; IK, 28.1-Iasos I, 82, l. 47-51 (revu par Crowther 1994, 49-53). Voir Crowther 1995, 94 ; IK, 28.1-Iasos I, 153 (IG XII Suppl., p. 149), l. 29-30 (décret de Samothrace) ; IscrCos, ED 132b, l. 19-20 (Halicarnasse) ; SEG, 13, 361, l. 18-19 (Delphes) ; Syll.3, 737, l. 23 (Delphes) ; IG, IX, 2, 11, l. 3-8 (Matropolis) ; IC, I, viii, 11, l. 18-20 (Knossos) ; IC, I, xxiv, 1, l. 17-18 (Priansos) ; etc. Sur les formules hortatives dans les décrets athéniens (généralement semblables à celles dans les documents d’autres cités), voir Hedrick 1999, 408-425. Dans les décrets athéniens figure parfois également une formule destinée à encourager les bienfaiteurs étrangers à conserver à l’avenir la même attitude favorable envers la cité : voir Gauthier 1979, 358-359.

29 Crowther 1999, no 7, l. 5-22.

30 On est d’ailleurs frappé de la place qu’occupe ce type de considérations diplomatiques dans de nombreux décrets pour des juges étrangers : on a le sentiment d’une véritable “stratégie publicitaire” de la part des cités concernées.

31 Sur l’octroi d’honneurs à la patrie des juges étrangers, voir Crowther 1993, 70-74.

32 Cette insistance est généralement très marquée dans les décrets en l’honneur de juges étrangers, peut-être en raison de leur mode de nomination. En effet, pour demander des juges à une cité, il faut envoyer dans leur patrie un ambassadeur qui adressera une demande à l’Assemblée. Il s’agit donc d’une démarche diplomatique. Une fois la mission des juges achevée, il paraît normal d’envoyer un ambassadeur pour remercier leur cité de les avoir bien choisis. Sur la procédure, voir Robert 1973, 770-773.

33 Delphes : FD, III. 4, 362, l. 28-34 ; Samothrace : I.Priene, 68, l. 9-10 ; IK, 28.1-Iasos I, 153, l. 31.

34 Juges étrangers : IK, 28.1-Iasos I, 82, l. 8-10. Théores : Syll.3, 604 (Bielman 1994, 45), l. 3-7 ; les théores delphiens qui ramènent chez eux le décret en leur honneur ont dans ce cas également fait un exposé sur son contenu. Ambassadeurs : IC, I, viii, 11, l. 16-20. Particulier : Coll. Froehner, 53 (Bielman 1994, 40), l. 26-27.

35 SEG, 33, 1184 (Chaniotis 1988a, E12 ; Curty 1995, 76), l. 10-15.

36 Sur les discours de Thémistoklès, qui évoquaient sans doute cette parenté, Robert & Robert 1983, 163.

37 À Larissa, Bombos d’Alexandrie en Troade a rappelé les hauts faits des Larissiens et a ainsi renouvelé la bienveillance des Éoliens pour la cité thessalienne (l. 17-19) ; une copie du décret en son honneur lui est confiée (l. 32) : Béquignon 1935, 2, 55-56 ; les attendus sont donnés par Chaniotis 1988a, E18 (l. 12-19) avec un commentaire p. 310 et par IK, 53-Alexandreia Troas, T 96 (l. 12-26). Voir les commentaires de Robert 1966, 61-62. À Delphes, le hiéromnémon chiote Hermoklès a expliqué la parenté qui liait ses concitoyens et les Delphiens ; deux stèles seront gravées, l’une destinée à Delphes, l’autre à Chios : FD, III, 3, 224 (Syll.3, 579 ; Chaniotis 1988a, E11) ; un poète de Priène et un autre de Iasos ont rappelé les liens de parenté qui unissent leur cité à Samothrace ; ce sont les copies des décrets envoyés à leur patrie qui ont été conservées : IK, 28.1-Iasos I, 153 ; IPriene, 68-70 (I.Priene, 69 et 70 sont deux fragments de la même inscription : voir Merkelbach 1995 = SEG, 45, 1624).

38 À ce sujet, voir par ex. Gauthier 1999, 12 ; Chaniotis 1999.

39 IscrCos, ED 132b, l. 24-25.

40 I.Priene, 54 (IK, 28.1-Iasos I, 74), l. 35-36 ; 61, l. 32-33. Voir aussi I.Priene, 53, l. 38 et 69, l. 1-2.

41 IK, 24.1-Smyrna II. 1, 584 (Bielman 1994, 35).

42 l. 11-18 ; trad. Bielman.

43 Cette décision est attestée dans d’autres documents. Voir par ex. I.Magnesia, 97, l. 68-69 ; SEG, 27, 511, l. 20-21.

44 I.Magnesia, 15b, l. 4 et 97, l. 47 ; IK, 24.1-Smyrna II. 1, 579, l. 38-41. Voir Giovannini 1993, 279 et Gauthier 2000, 43.

45 Dans deux décrets pour des médecins votés par leur patrie, les honneurs octroyés par d’autres cités sont mentionnés comme justificatifs dans les considérants : IG, XII Suppl., 249, l. 11-17 et IK, 54-Perge I, 12, l. 14-19. Cependant, dans ces deux cas, il n’est pas certain que les copies aient été envoyées à la patrie des praticiens ; il est sans doute plus probable que le texte leur ait été personnellement confié, vu qu’ils ont tout deux passé de nombreuses années à l’étranger avant de rentrer chez eux.

46 La personne honorée peut sans doute intervenir au sujet du lieu de gravure même dans une cité étrangère, comme le suggèrent les exemples où deux décrets pour la même personne sont gravés sur la même stèle : IG, II2, 242 + 373 (texte du premier décret : SEG, 40, 74) ; IG, XII, 5, 824A et B (avec SEG, 42, 773) ; ce type de démarche peut également impliquer un recours à des archives : IG, II2, 844 porte trois textes, les deux premiers en l’honneur d’Eumaridas de Kydonia (datés de 229/228 et 222/221), le troisième pour son fils, Charmiôn (193/192). Ces décrets aux intitulés abrégés, gravés de la même main, seraient des copies que Charmiôn aurait fait graver à titre privé d’après les textes conservés dans les archives de la cité d’Athènes ; voir Henry 1977, 76.

47 SEG, 33, 1184, l. 28-31.

48 Voir Robert 1983, 162 et n. 26.

49 On peut alors multiplier les exemples de documents épigraphiques qui servent notamment ce but : les réponses aux demandes de reconnaissance d’asylie, les listes de théores venus à différentes fêtes, etc…

50 Il est très frappant qu’à une exception près, les médecins de Cos sont connus, à l’époque hellénistique, uniquement par des documents qui proviennent de dèmes coéens ou d’autres poleis. Sur cette question, et sur la circulation des médecins de Cos, voir Massar 2005, 155-164. Les séries qui concernent les médecins coéens et les juges étrangers sont celles où la dimension diplomatique apparaît le plus clairement. Cependant des documents isolés concernant des personnes qui ont rendu d’autres types de services peuvent être tout aussi explicites sur cet aspect : ainsi IK, 24.1-Smyrna II. 1, 584 (Bielman 1994, 35) (bienfaiteurs) ou I.Priene, 68-70 (avec SEG, 45, 1624) (poète).

51 La nécessité d’entretenir ces liens s’exprime parfois explicitement. Ainsi, un décret d’Argos honore les envoyés de Pallantion venus renouveler l’amitié entre les deux cités (l. 4-13). Les copies gravées à Pallantion et à Argos ont été retrouvées. Pallantion : SEG, 11, 1084 (avec SEG, 25, 442) ; Argos : SEG, 33, 276 (les deux textes : Bielman 1994, 14).

52 Un grand nombre des décrets honorifiques où l’envoi est mentionné concernent des détenteurs d’un savoir spécialisé tels que des poètes, historiens, musiciens ou médecins.

53 Dans cet article, ce sont principalement les médecins de Cos et les juges étrangers qui ont été évoqués. Cependant, d’autres cités ou d’autres régions étaient également renommées pour une spécialité, comme la Crète pour ses archers et ses mercenaires, Rhodes pour ses sculpteurs ou Thèbes pour ses aulètes. Le rôle que jouaient ces spécialités dans les relations internationales était très varié ; seul un aspect en a été évoqué ici. Pour d’autres usages, voir Chaniotis 1988b ; Chankowski et al. 1998, 553-556.

54 Dans le décret évoqué ci-dessus en l’honneur des ambassadeurs de Pallantion venus renouveler l’amitié de leur cité avec Argos, il est précisé que ces envoyés ont évoqué les bienfaits que les deux poleis se sont rendus mutuellement dans le passé (l. 8-10) ; dans sa réponse, Argos rappelle un service qu’elle a rendu récemment aux Pallantiens (l. 17-25). Ainsi, même dans ce cas, où l’objet de la démarche est exclusivement diplomatique, des activités précises servent de justification à la demande d’une cité et viennent appuyer la réponse de l’autre.

Auteur

Université Libre de Bruxelles.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540