Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Archéologie et institutions

Un pionnier de l’archéologie moderne aux Pays-Bas : Caspar Reuvens (1793-1835)

Sandrine Maufroy

Résumé

C. J. Christiaan Reuvens (1793-1835), premier titulaire en Europe d’une chaire consacrée exclusivement à l’archéologie et premier directeur du Rijksmuseum van Oudheden de Leyde, joua un rôle non négligeable dans le passage progressif de l’approche humaniste et antiquaire à l’archéologie comme discipline scientifique moderne. Dans plusieurs publications (1821-1826), il précisa progressivement sa conception de cette “science toute nouvelle” dont il souhaitait favoriser l’essor aux Pays-Bas en la rattachant à la fois à la tradition humaniste hollandaise et aux “progrès” réalisés en France, en Angleterre et surtout en Allemagne. Ses recherches concernant les restes archéologiques d’époque romaine aux Pays-Bas s’appuyaient à la fois sur l’étude minutieuse des ouvrages rédigés depuis le xvie siècle et sur l’introduction de méthodes nouvelles sur les terrains de fouilles. Tout en ayant une vision très large de sa discipline et une conscience aiguë de sa dimension internationale, Reuvens sut recourir à l’argument du rôle national de l’archéologie pour promouvoir cette discipline. Il œuvra à la diffusion des connaissances et à l’accroissement des collections du musée d’antiquités de Leyde. Sa mort prématurée ne lui permit pas d’achever tous ses grands projets, mais la créativité et la rigueur dont il fit preuve permit aux générations suivantes de publier, poursuivre et compléter ses travaux.

Texte intégral

  • 1 La première chaire portant dans son intitulé la mention explicite de l’archéologie fut, en Allemag (...)
  • 2 Sur la réception de l’œuvre de C. J. C Reuvens, voir Eickhoff 2007.

1Un cas particulièrement bien documenté pour observer le passage progressif de l’approche humaniste et antiquaire aux débuts de l’archéologie moderne est le parcours intellectuel de celui qui fut le premier titulaire d’une chaire consacrée exclusivement à l’archéologie en Europe, Caspar Jacob Christiaan Reuvens (1793-1835)1. Progressivement discrédité dans la seconde moitié du xixe siècle par ses successeurs qui estimaient qu’il n’avait pas su amarrer la pratique archéologique aux Pays-Bas à la science de l’Antiquité dont l’Allemagne donnait le modèle, C. J. C. Reuvens fut comme redécouvert au cours du xxe siècle, salué en particulier pour son rôle dans le développement de l’égyptologie et considéré comme un précurseur par les préhistoriens2. Si sa formation initiale et ses premières activités littéraires le situent dans la droite ligne d’une tradition philologique, Reuvens déploya rapidement une activité débordante pour former un musée d’antiquités à Leyde, explorer le sous-sol néerlandais et poser les bases d’une archéologie antique définie de manière très vaste. Il eut plusieurs fois l’occasion d’énoncer publiquement les bases théoriques de son activité, et les papiers qu’il a laissés (correspondance, journaux de voyages et de fouilles, matériaux pour des publications) éclairent ses méthodes de travail. L’ensemble de ces documents fait apparaître l’imbrication étroite entre l’essor de la discipline archéologique, les considérations personnelles de carrière et les enjeux politiques, nationaux et sociaux auxquels se trouvaient confrontées les élites politiques et culturelles dans l’Europe de la première moitié du xixe siècle.

De la philologie classique à l’archéologie moderne

  • 3 Brongers 2002, 53-64 ; Otterspeer 2007, ici 9-11.
  • 4 Sur David van Lennep, voir en particulier Schneider 2007 et la biographie rédigée par son fils, l’ (...)
  • 5 La correspondance entre D. J. van Lennep et J.-F. Boissonade est conservée au Gemeentearchief d’Am (...)

2Caspar Jacob Christiaan Reuvens était le fils d’un juriste qui, issu d’une famille relativement modeste, avait connu une ascension sociale remarquable et occupa des fonctions influentes au sein de la République batave créée après l’invasion française (1795-1806) puis du Royaume de Hollande gouverné par Louis Bonaparte, frère de Napoléon (1806-1810) et sous la domination française (1810-1813). La correspondance échangée par Caspar et son père laisse percevoir le soin avec lequel ce dernier suivit la formation de son fils et l’aida dans sa carrière par ses conseils et ses relations personnelles3. Caspar Reuvens aurait pu suivre les traces de son père, qui, nommé à la Cour de cassation en 1811, l’emmena avec lui à Paris où il mena à bien ses études de droit en 1813. Mais Reuvens avait pris goût aux études classiques en fréquentant deux représentants éminents de la philologie en Hollande : à l’Atheneum d’Amsterdam, il avait suivi de 1808 à 1810 les cours de David Jacob van Lennep (1774-1853), professeur estimé dont une petite vingtaine d’élèves occupèrent par la suite des chaires universitaires, et à l’Université de Leyde, où il étudiait principalement le droit, ceux de Daniel Albrecht Wyttenbach (1746-1820), bibliothécaire et professeur de renommée internationale. David Jacob van Lennep joua un rôle particulièrement important dans la formation et la carrière de Reuvens4. Lorsque celui-ci se rendit à Paris, van Lennep le recommanda à Jean-François Boissonade de Fontarabie, avec qui il entretenait des contacts épistolaires et qui le tenait au courant de la vie scientifique française5. Il continua à prodiguer ses conseils à son ancien élève durant toute sa vie, et c’est lui qui le fit connaître au ministre de l’Enseignement Anton Reinhard Falck, son ami d’enfance, ce qui contribua à sa nomination comme professeur de Littérature et d’Histoire grecques et latines à l’Atheneum de Harderwijk, puis, lorsque cet institut ferma, comme professeur extraordinaire d’Archéologie à Leyde en 1818 et comme professeur ordinaire en 1826.

  • 6 Reuvens 1815.
  • 7 Otterspeer 2007, ici 10-11.
  • 8 Reuvens 1826.

3Le premier ouvrage publié par Caspar Reuvens, ses Collectanea litteraria parus en 1815, se situe dans une tradition strictement philologique : il s’agit de “conjectures” pouvant servir à l’établissement de textes d’auteurs grecs et latins, suivies par une étude sur la prononciation du grec6. Cette publication constitue moins une œuvre représentative des conceptions scientifiques de Reuvens qu’une étape dans une stratégie de carrière soigneusement orchestrée sous la houlette de son père ; celui-ci donna à Reuvens des directives précises pour l’édition du livre et l’offre d’exemplaires à des personnalités politiques et scientifiques, s’installa à Leyde pour surveiller l’impression et s’entremit au même moment auprès du ministre de l’Intérieur au sujet de la chaire de Littérature ancienne de l’Atheneum de Harderwijk7. L’enseignement suivi par Reuvens auprès de van Lennep et de Wyttenbach, qui lui firent sans doute connaître les travaux de Heeren, de Böttiger et de F. A. Wolf, et son séjour à Paris, occasion de visites au Musée Napoléon et de contacts avec les savants renommés de la capitale, fournirent la base et la justification de sa nomination à la première chaire d’Archéologie créée à Leyde. Mais Reuvens reconnut lui-même plus tard que le jeune homme de vingt-cinq ans qu’il était alors “ne connaissait guère plus que la numismatique (laquelle renferme d’ailleurs le fil directeur général pour l’étude de toutes les antiquités)” et n’avait du reste de sa discipline “que la pratique d’un amateur débutant” ; souhaitant obtenir une promotion professionnelle, il insista sur le fait que de 1818 à 1826, il avait dû consacrer une grande partie de son temps et de son argent à se former pour devenir un archéologue et un enseignant compétent8. Les moyens nommés donnent déjà une idée de ses méthodes de travail et des buts qu’il s’était fixés : achat de livres pour la formation d’une bibliothèque entièrement consacrée à sa spécialité, voyages à Londres, à Paris et dans le Nord de l’Allemagne pour visiter les principaux musées d’antiquités d’Europe, préparation de cours couvrant tout le domaine de l’archéologie ancienne.

Les fondements théoriques d’une “science toute nouvelle”9

  • 9 L’expression “une science toute nouvelle” est de Reuvens (Reuvens 1822, XVI).
  • 10 Reuvens 1819 : édition annotée et traduction néerlandaise in Heesakkers 2007.
  • 11 Antiquiteiten. Een oudheidkundig tijdschrift, Groningen, Oomkens, 1819-1826. Nicolaus Westendorp é (...)

4Titulaire de la première chaire consacrée exclusivement à l’archéologie en Europe et placé ainsi à la tête d’une collection d’antiquités qu’il allait accroître pour en faire la base du musée d’Antiquités de Leyde, Reuvens se trouva d’emblée confronté à la question de la définition des objets, des buts et des méthodes de sa discipline. Il développa ses conceptions dans des textes au caractère rhétorique, argumentatif et apologétique marqué : discours officiels, en particulier l’Oratio de laudibus archaeologiae prononcée à l’occasion de sa nomination à l’université de Leyde en 181810 ; articles de la revue Antiquiteiten qu’il édita en collaboration avec Nicolaus Westendorp11 ; lettres et mémoires adressés au gouvernement.

  • 12 Dans l’introduction de la revue Antiquiteiten, Reuvens revient sur les années qui se sont écoulées (...)
  • 13 Reuvens 1819, 6.
  • 14 Reuvens 1819, 6-7.
  • 15 Reuvens 1819, 7.
  • 16 Reuvens 1819, 8. Sandra Langereis (Langereis 2007, 91-94) s’appuie notamment sur ces passages pour (...)
  • 17 Reuven 1819, 7.

5Le Discours sur les mérites de l’archéologie prononcé en latin le 24 octobre 1818 et l’introduction du deuxième numéro de la revue Antiquiteiten, rédigée en néerlandais, se présentent comme deux textes complémentaires destinés à montrer l’importance de l’archéologie et à faire le point sur la situation actuelle de cette discipline12. Il s’agit de deux textes programmatiques et apologétiques, le premier justifiant la création d’une chaire d’Archéologie, le second présentant le projet d’une revue en hollandais consacrée à l’étude des antiquités. Dans le Discours, Reuvens commence par situer sa discipline dans l’ensemble des sciences, dont chacune a ses mérites et ses qualités et dont aucune ne peut être supprimée sans que “l’édifice entier” en pâtisse13. Il distingue deux sortes de documents qui éclairent le passé : “les produits de l’esprit, c’est-à-dire les écrits des auteurs anciens qui nous ont été transmis par les manuscrits de diverses périodes” et “les produits des mains, les monuments de l’habileté artistique, qui proviennent directement de ceux qui les ont faits et se sont conservés jusqu’à aujourd’hui”14. Ces derniers sont clairement désignés comme constituant l’objet d’étude de l’archéologie, que Reuvens ne définit pas plus précisément. Il poursuit son discours inaugural en développant l’idée que les antiquités permettent de combler les lacunes que présentent les écrits des auteurs anciens, et qui sont dues soit au hasard et au destin particulier qui ont présidé au choix de leurs sujets par ces écrivains, soit au fait qu’ils écrivaient pour leurs contemporains et non pour “nous”, “descendants de peuples barbares”, omettant donc de mentionner certaines réalités qui leur paraissaient évidentes, soit encore au naufrage que le temps a fait subir à de nombreux manuscrits15. Rien de bien nouveau, semble-t-il, dans cette conception qui paraît donner la primauté à la philologie et conférer à l’archéologie la fonction de science auxiliaire, d’autant plus que Reuvens ajoute plus loin : “La connaissance des monuments n’a en elle-même aucune valeur si elle ne repose pas sur la lecture des Anciens, qui est en quelque sorte son fondement”16. Mais outre que, comme on vient de le voir, Reuvens a dès le départ défini les “produits de l’esprit” et ceux “des mains” comme deux sources égales et complémentaires pour la connaissance du passé, il apparaît au cours du discours qu’il adopte une démarche pédagogique, progressant de ce que ses auditeurs sont le plus susceptibles d’approuver immédiatement vers ce qui peut leur sembler nouveau, voire paradoxal. Ainsi, quelques paragraphes après avoir affirmé, avec l’opinion commune, que les écrits des auteurs anciens donnaient une idée de l’histoire particulièrement complète et fiable, parce qu’ils ne se contentaient pas de mentionner les faits, mais les commentaient et en étudiaient les causes, Reuvens fait remarquer que, nous étant parvenus directement et étant dénués de commentaires tendancieux, les monuments antiques peuvent certes paraître moins riches, mais fournissent en réalité une “connaissance plus fiable” et “une bien plus grande clarté” que les “produits de l’esprit”17.

  • 18 Reuven 1819, 8-12.
  • 19 Reuven 1819, 12.

6La démarche argumentative de Reuvens passe par l’évocation de nombreux exemples montrant comment les restes archéologiques permettent de se faire une idée plus juste du degré de culture d’un peuple donné, et combien de renseignements précis notre connaissance de l’histoire romaine doit à la seule numismatique18. Reuvens développe ces exemples pour montrer toutes les questions nouvelles qui se posent une fois que l’étude des antiquités a donné l’idée de réalités jusqu’alors laissées dans l’ombre par les textes, et guide ses auditeurs jusqu’à la conclusion : “[...] parmi nos disciplines, il n’y en a aucune – je le dis fermement – aucune qui nous donne une idée aussi claire de tout ce que nous ne savons pas que l’archéologie”19. Qui s’intéresse à ces études a donc besoin d’un guide. Ayant ainsi justifié la création de sa chaire d’Archéologie, Reuvens nomme ses prédécesseurs et déplore le déclin de l’intérêt pour l’archéologie aux Pays-Bas depuis l’époque des Scaliger, Gronovius, Graevius, Burman, et plus récemment des Haverkamp, Oudendorp et Hemsterhuis. Comme causes de ce déclin, il nomme non seulement la mort prématurée de plusieurs savants éminents, mais surtout des causes économiques et politiques (déclin du commerce, guerres civiles et internationales mettant un frein à l’activité des collectionneurs et aux voyages d’étude et de recherche). Cette esquisse historique conduit enfin Reuvens à mentionner les avancées de l’archéologie réalisées à l’étranger, à placer sa discipline sous la paternité de Winckelmann et de Heyne, dont il brosse en quelques mots l’apport, conduisant ainsi ses auditeurs d’une conception de l’étude des antiquités héritée des xvie et xviie siècles à une vision plus moderne importée d’Allemagne :

  • 20 Reuven 1819, 17-18.

“Comme les forces me manquent pour rendre justice aux mérites de ces deux hommes, et comme, si ce n’était pas le cas, une journée entière n’y suffirait pas, je me borne à rappeler ce qui n’est inconnu à aucun d’entre vous : que, à une époque où les savants ne se servaient de l’archéologie que comme d’un auxiliaire pour éclairer l’histoire et les cultes des Anciens, Winckelmann fut le premier à percevoir la qualité artistique des monuments antiques, à les expliquer en tant qu’œuvres d’art, et à écrire ainsi une histoire critique des arts et du progrès de l’esprit humain ; et que Heyne, dans ses œuvres, a éclairé l’archéologie principalement à partir de la mythologie, et que dans son enseignement universitaire, qu’il fut le premier à introduire, il fut le premier à éveiller au sein de la jeunesse allemande et chez de nombreux savants l’ambition de développer ces études”20.

7Reuvens termine son discours en évoquant la situation encore plus favorable de l’archéologie depuis l’affirmation de la présence anglaise en Inde et l’expédition française en Égypte d’une part, le rétablissement de la paix et l’avènement de la monarchie constitutionnelle de Guillaume Ier aux Pays-Bas d’autre part. Reuvens rattache ainsi sa propre activité scientifique et, plus généralement, le développement d’une archéologie moderne aux Pays-Bas à deux traditions savantes : la tradition hollandaise qu’il considère comme quasiment interrompue et dont il s’agit de se montrer les dignes héritiers, et les “progrès” réalisés à l’étranger, particulièrement en France, en Angleterre, et surtout en Allemagne.

  • 21 Nous traduisons ainsi l’expression “de kennis der oude gedenkstukken” (Reuvens 1822, V), en compre (...)
  • 22 Reuvens 1822, VI.
  • 23 Reuvens 1822, VI-VII.

8L’introduction du deuxième volume de la revue Antiquiteiten, publiée trois ans après le Discours sur les mérites de l’archéologie, reprend les thèses de ce dernier texte pour les reformuler et les préciser en néerlandais. L’archéologie est ainsi définie explicitement, dans une parenthèse, comme “la connaissance des monuments anciens”21. Reuvens rappelle la création de sa chaire d’archéologie et évoque dès le début de son texte les mérites de Winckelmann et de Heyne, énonçant de nouveau l’idée d’un déclin de l’archéologie aux Pays-Bas à une époque où elle fleurit à l’étranger. S’adressant à un public plus large que lors de son discours inaugural, il prend comme point de départ un préjugé commun à l’encontre de l’archéologie, qui consisterait à “collectionner les vieux pots et le cuivre rouillé”22. Contre cette opinion commune, il rassemble en une phrase les idées exprimées dans le discours de 1818 concernant la fonction de l’archéologie, avant de la corroborer par des exemples : “cette science de l’antique, à côté de l’astronomie et de la géologie, est la science la plus apte à mettre fortement à l’épreuve la croyance dans l’histoire écrite, à la confirmer dans un grand nombre de ses parties, à la faire vaciller dans certaines autres, et elle ouvre souvent des sources de connaissance totalement nouvelles”23. En comparant l’archéologie à l’astronomie et à la géologie et en omettant l’allusion précise du discours de 1818 aux auteurs anciens, Reuvens opère un léger déplacement qui rapproche sa discipline des sciences de la nature et suggère implicitement ses enjeux théologiques et l’importance qu’elle peut prendre pour modifier la vision du monde de ses contemporains.

  • 24 Reuvens 1822, VIII et XIII.
  • 25 Reuvens 1822, XIV-XV.

9Alors qu’il avait cherché dans son discours inaugural les causes du déclin de l’archéologie aux Pays-Bas, Reuvens s’attache ici surtout aux aspects positifs de l’activité archéologique des dernières années, dont il cherche les raisons. Pour lui, les “grands progrès que l’archéologie fait partout, grâce au puissant soutien des gouvernements et le zèle des savants” commencèrent d’une part en France, où l’époque de la Révolution française fut marquée par un zèle croissant pour l’étude de l’art, les études menées lors de l’expédition d’Égypte, la concentration à Paris d’œuvres d’art appartenant à des collections étrangères, couplée à la réalisation et la diffusion de plâtres, et d’autre part en Grande-Bretagne, avec la constitution de l’Empire colonial. Il nomme aussi l’effet bienfaiteur de la paix, qui permit le retour d’œuvres d’art désormais estimées à leur juste valeur, la création et l’accroissement de musées en Italie, en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne, pour conclure en manière de défi : “et notre patrie24?”, et inciter ses compatriotes à combler les lacunes de la recherche archéologique hollandaise, qui concernent selon lui en particulier “l’étude des vases grecs ou prétendus étrusques ; celle des antiquités indiennes ; et, pour ne rien dire de l’étude languissante et incomplète de l’architecture en général, nous mentionnons seulement la connaissance des monuments cyclopéens, et celle de l’architecture du Moyen Âge25.

  • 26 Reuvens 1826.
  • 27 Reuvens 1826.

10Un troisième texte qui nous renseigne sur les conceptions de Reuvens concernant la définition de sa discipline, sa place dans l’ensemble des sciences, ses progrès et ses perspectives d’avenir est le Mémoire sur l’archéologie adressé personnellement à Guillaume Ier pour lui proposer des mesures propres à favoriser les progrès de l’archéologie dans son pays26 : soutiens financiers pour l’accroissement et la mise en valeur des collections existantes, création d’au moins une seconde chaire d’archéologie dans une université du sud du royaume (éventuellement Gand), définition précise des examens à passer pour obtenir le titre de Docteur, bourse postdoctorale permettant à un ou deux anciens étudiants d’assister Reuvens dans ses fonctions au musée d’Antiquités de Leyde et d’effectuer (sur le modèle des travelling fellows britanniques et des Dom-Kandidaten berlinois) un voyage d’étude en Italie et dans les principaux musées d’Europe, promotion de Reuvens lui-même au statut de professeur ordinaire. On observe une progression du discours de 1818 à l’introduction de 1821, puis au Mémoire sur l’archéologie, un peu comme si Reuvens reprenait le même texte à plusieurs années d’écart pour faire le point et préciser peu à peu ses idées. Le Mémoire s’ouvre en effet sur une définition beaucoup plus circonstanciée de l’archéologie que précédemment, qui vise à montrer à son destinataire la grande portée de cette discipline, “auxiliaire de toute érudition approfondie”27 :

  • 28 Reuvens 1826.

“L’archéologie, encore inconnue sous ce nom et comme science particulière il y a une cinquantaine d’années, mais pratiquée toutefois occasionnellement, consiste dans l’étude des monuments anciens de toute sorte, et donc des restes de toutes les villes ou bâtiments particuliers, des statues et des beaux-arts, de tous les objets de la vie quotidienne, habitations, ustensiles domestiques, matériel militaire, vêtements, etc. anciens : et ce non seulement chez les Grecs et les Romains, mais chez tous les peuples (orientaux et nordiques compris) apparus dans l’histoire. C’est donc l’étude la plus précise, la plus fine, et surtout la plus vivante de l’histoire, de la géographie, de la religion de chaque peuple, de chaque ville en particulier : elle fournit surtout un vaste panorama de l’histoire de la civilisation, tant en ce qui concerne l’élévation des sentiments que pour ce qui touche au développement de l’esprit”28.

11Développée à partir de la philologie antique, centrée d’abord sur la Grèce et Rome, l’archéologie acquiert ainsi de plus en plus précisément chez Reuvens une dimension très large, quasiment universelle. Cette conception théorique trouve son pendant dans la diversité de son enseignement, dont Reuvens présente le bilan :

“leçons données à plusieurs reprises sur la numismatique ancienne ; réalisation d’un catalogue du musée pour l’instruction élémentaire des étudiants, en leur présence ; leçons publiques sur les antiquités indiennes (y compris javanaises) ; leçons sur l’histoire des beaux-arts (architecture, peinture et autres arts antiques) ; et leçons sur la topographie de Rome, que j’ai mises en relation avec le cours normal sur les antiquités romaines, dont j’ai actuellement la charge, et avec lesquelles je m’occupe en ce moment de relier la vie spécifique des Romains dans son ensemble” ;

  • 29 Ce programme ambitieux n’a été réalisé que partiellement par Reuvens, qui a bien donné en 1824-182 (...)

12des cours futurs sur la topographie d’Athènes et la vie spécifique des Grecs, l’histoire de l’architecture antique et l’épigraphie complèteront le cycle des cours magistraux d’archéologie nécessaires, auxquels pourront s’ajouter par exemple des cours sur “l’archéologie nordique, de notre patrie, juive, égyptienne” ou encore un panorama géographique de tous les monuments existants29.

  • 30 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 17.02.1828 (Rijksmuseum van Oudheden, Briefarchief, 17.1.1/3), cit (...)
  • 31 par Halbertsma 2007, 26.

13Cette conception très large de l’archéologie reste cependant centrée sur l’Antiquité grecque et romaine, comme le montrent sa distinction entre cours absolument “nécessaires” et cours “dont on peut plus facilement se passer”, et surtout ses déclarations touchant la constitution d’un musée d’antiquités, qui “doit se limiter à l’Antiquité classique, et aux pays qui ont été connus des Grecs et des Romains, et qui ont contribué à leur civilisation (l’Inde)”30, la limite étant tracée par “le passage complet à la foi chrétienne ou musulmane31. Il s’agit donc d’une conception qui, tout en accordant à la Grèce et à Rome une place centrale et s’inspirant ainsi peut-être des écrits de Friedrich August Wolf et du développement de l’Altertumswissenschaft en Allemagne, s’en démarque cependant par l’inclusion de civilisations orientales et nordiques suivant le critère de l’existence d’échanges culturels avec les civilisations grecque et latine.

Méthodes de travail

  • 32 Ce paragraphe s’appuie sur l’article de Sandra Langereis 2007, en particulier 94-96.

14Les réflexions théoriques de Reuvens s’accordent bien avec sa pratique de la recherche archéologique, qui établit un lien avec l’époque de l’humanisme antiquaire tout en inventant de nouvelles méthodes pour une archéologie moderne. Son activité dans l’un de ses domaines de prédilection, la recherche et l’étude des restes archéologiques d’époque romaine attestés sur le sol néerlandais, témoigne de la diversité de ses approches. Les manuscrits de Reuvens conservés au musée d’Antiquités de Leyde (Rijksmuseum van Oudheden) montrent son souci de prendre en compte la tradition humaniste et de tirer autant d’informations que possible des observations des antiquaires. Ayant entrepris de rechercher et de répertorier systématiquement les restes archéologiques des Pays-Bas, Reuvens commençait chacune de ses études particulières par une lecture approfondie des ouvrages rédigés depuis le début du xvie siècle sur le sujet qui l’intéressait ; il en copiait de larges extraits, voire l’intégralité, avant de les comparer et de les compléter par des renseignements acquis autrement. Ainsi, s’intéressant aux antiquités de la région de Zélande et en particulier aux autels consacrés à la déesse Nehalennia, Reuvens rassembla toutes les informations qu’il pouvait trouver sur ceux-ci dans les ouvrages des époques précédentes ; il transcrivit en particulier des lettres d’érudits du xviie siècle (Peter Scriverius, Constantijn Huygens, Hendrik Bruno) contemporaines des premières trouvailles, les Commentaires inédits de l’érudit du xviiie siècle Hendrik Cannegiter sur les divinités locales Nehalennia et Hercules Magusanus et la correspondance échangée par l’érudit et publiciste Hendrik van Wijn au tournant du xixe siècle avec des notables zélandais – documents qu’il se procura au prix d’efforts acharnés. En complément de ces recherches, il fit publier dans le Zeeuwsch Provinciaal Blad du 7 août 1833 une circulaire invitant les notables locaux à lui fournir des informations concernant les restes archéologiques qui leur seraient connus. Par cette enquête, inspirée par la pratique d’érudits du xviie siècle alors au service des monarchies danoise, suédoise, française et anglaise, Reuvens mettait en œuvre une méthode encore inédite aux Pays-Bas. Ce fut le point de départ de l’essor de cette pratique, rendu désormais possible par l’existence d’un gouvernement centralisé ayant une véritable politique culturelle32.

  • 33 Sur Forum Hadriani et les fouilles menées sous la direction de Reuvens, voir Halbertsma 2003,112-1 (...)
  • 34 Reuvens et al. 1845, cité par Brongers 2007,108. Les notes prises par Reuvens lors de l’un des ses (...)
  • 35 Reuvens 1822, XIV, note c.

15L’apport de Reuvens à la formation d’une archéologie moderne réside principalement dans sa pratique de l’archéologie de terrain. Les fouilles qu’il mena de 1827 à 1834 dans le domaine d’Arentsburg à Voorburg, près de La Haye, sont particulièrement bien documentées ; elles ont permis, un siècle et demi plus tard, de tirer de nouvelles conclusions sur Forum Hadriani, ville romaine des iie et iiie siècles p. C.33. Cette campagne de fouille s’intégrait dans une entreprise de plus grande envergure visant à établir des relations entre les noms de lieux répertoriés sur la Table de Peutinger et le plus grand nombre possible de sites connus pour leurs restes archéologiques : dans le but d’établir une “topographie des antiquités” (oudheidkundige topografie), il effectua plusieurs voyages, prit des notes très précises et établit, grâce à un système de fiches détaillées, une liste alphabétique de sites qui fut publiée en 1845 par ses collègues et successeurs avec une carte archéologique des Pays-Bas et des régions limitrophes34. L’achat du domaine d’Arentsburg en 1826, réalisé par le gouvernement sur les instances de Reuvens, qui avait été averti de sa mise en vente par le conservateur du Cabinet royal des monnaies et des médailles, requit d’âpres négociations avec les propriétaires, mais permit en définitive d’organiser les fouilles de manière sûre et ordonnée. Durant les fouilles, Reuvens, aidé de ses assistants P. O. van der Chijs et C. Leemans, tint un journal contenant des notes et des croquis précis sur les vestiges mis au jour, l’endroit exact où chacun des plus importants d’entre eux avait été trouvé, les particularités du sol et les problèmes pratiques rencontrés. En face des notes prises sur le moment, Reuvens notait à la fin de la journée et de la semaine ses propres remarques et les questions qui se posaient, séparant ainsi clairement l’aspect pratique et factuel de l’interprétation des données. Parallèlement furent réalisées des cartes de l’ensemble du champ de fouilles, et un plan quadrillé réalisé à partir des mesures trigonométriques de l’astronome Friedrich Kaiser permit d’indiquer précisément la situation de chaque vestige mis au jour et de réaliser, pour chaque portion de terrain, trois croquis – dessin horizontal, coupe verticale et dessin en perspective – comprenant également l’indication en couleur des parties du sous-sol où rien n’avait été trouvé. L’association de ces diverses méthodes de documentation visuelle représentait alors une grande nouveauté dans la pratique archéologique. Conscient d’amasser une expérience nouvelle et d’élaborer une méthode, Reuvens rédigea à la suite de son journal des Règles ou conseils pour la réalisation de fouilles (Regelen of Raadgevingen bij het doen ener opdelving). Toutes ces données et réflexions étaient destinés à prendre place dans une publication richement illustrée, que Reuvens prépara soigneusement – mais que, décédé à l’âge de 42 ans, il ne put mener à bien – et dont l’un des aspects novateurs fut l’utilisation de la lithographie. Pour l’interprétation des données recueillies, Reuvens n’hésita pas à faire appel à des spécialistes d’autres disciplines (anatomie, chimie, botanique, géologie), conformément à sa représentation du “lien” “étroit” qui “relie les sciences de la nature, en particulier l’anatomie, et la connaissance des pierres (lithologie) à l’étude des monuments anciens”35.

Le rôle social et national de l’archéologie

  • 36 Le projet initial de Nicolaus Westendorp était de fonder une revue consacrée à ce qu’il appelait l (...)

16L’étude des vestiges recelés par le sous-sol néerlandais pouvait aisément être conçue comme une activité “patriotique”. Reuvens en était parfaitement conscient et il recourut largement à des arguments de cet ordre pour promouvoir sa discipline auprès du public et obtenir du gouvernement les fonds nécessaires à ses projets. Étant donné le contexte dans lequel apparaissent ses déclarations concernant le rôle social et national de l’archéologie (correspondance et discours officiels), il est difficile d’évaluer la part de la sincérité et celle de l’habileté argumentative et rhétorique. Le fait que Reuvens ait élargi le champ d’activité de la revue Antiquiteiten par rapport au programme initial de Nicolaus Westendorp suggère qu’il accordait la priorité aux intérêts scientifiques sur les considérations politiques et ne souscrivait pas à un nationalisme étroit36. Il reste que l’un des thèmes récurrents des écrits de Reuvens est l’activité archéologique des pays étrangers (France, Allemagne, Angleterre) et l’inertie hollandaise, présentée comme un défi à relever :

  • 37 Reuvens 1822, XIII.

“Et notre patrie ? Loin de nous l’apparence ou la réalité d’une quelconque arrogance ou tentative d’imiter l’étranger, lorsque nous nous plaignons de son retard ! Mais y a-t-il plus d’amour sincère de la patrie à dire : ‘Compatriotes, parmi tout ce que nous avons vu à l’étranger, il n’y a rien d’aussi bon, rien d’aussi valable que chez nous ?’ qu’à dire : ‘Tel ou tel art se développe ailleurs ; telle ou telle science se pratique ailleurs : ne nous laissons pas distancer par d’autres dans la gloire!’”37.

17Cet argument doit encourager le roi et le gouvernement à fournir des subsides, en particulier pour l’accroissement des collections d’antiques et de moulages de l’université :

  • 38 Reuvens 1822, XVI.

“Leyde ne doit plus avoir besoin, à l’avenir, de dire à ses élèves, qui veulent apprendre plus que les connaissances ordinaires : ‘allez à Paris et à Rome pour acquérir un nouveau cercle de représentations et de culture, une science toute nouvelle, dont nous sommes incapables de vous faire connaître nous-mêmes les premiers rudiments’”38.

18Ces arguments de dignité et de prestige internationaux, développés à une période où les puissances européennes rivalisaient de pouvoir et d’influence dans une véritable chasse aux antiques, s’avéraient particulièrement bien choisis pour toucher Guillaume Ier, soucieux de moderniser son jeune royaume et d’affirmer sa position sur la scène internationale. Dans l’Europe issue du Congrès de Vienne, le royaume de Hollande se voyait en particulier confronté à un double défi de politique intérieure et extérieure, que Reuvens n’hésita pas à évoquer pour obtenir du gouvernement le financement des fouilles d’Arentsburg :

  • 39 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 11 janvier 1827 (Rijksmuseum v. O., Briefarchief, 19.2.1/57), cité (...)

“[…] Je suis fermement persuadé que renoncer aux fouilles serait une grave erreur scientifique et administrative […] Tous les monarques qui ont un pouvoir plus absolu, comme ceux d’Italie, de France, d’Autriche, de Prusse et de Russie, ont de l’argent pour les entreprises de ce genre. Un état constitutionnel n’aurait-il pas d’argent à leur réserver ? Les ultra-monarchistes de l’intérieur et de l’extérieur ne diront-ils pas que de telles entreprises sont effectivement impensables dans un pays constitutionnel, et les Belges, qui sont beaucoup plus sensibles à ce genre d’activités que les Hollandais, n’y trouveront-ils pas une raison de plus pour souhaiter le retour de la domination française ou autrichienne39 ?”.

  • 40 Reuvens 1826.

19L’archéologie est ainsi présentée comme un moyen de préserver le régime politique constitutionnel et les frontières politiques néerlandaises et de contribuer à la cohésion nationale du pays. Dans le Mémoire sur l’archéologie adressé en 1826 à Guillaume Ier, Reuvens évoque le rôle bénéfique de l’étude de l’art, et en particulier de l’architecture antique, sur l’évolution du goût, le développement des beaux-arts modernes et transformation des villes. Il insiste sur “l’influence” de sa discipline “aussi bien sur la culture des classes sociales qui ne font pas d’études que sur l’encouragement et l’élévation des arts contemporains” et donc sa capacité à renforcer “le seul lien” qui existe entre “les classes supérieures de la société” et “les classes moyennes”40.

  • 41 Le 11 mars 1833, Reuvens obtint du gouvernement le droit de dispenser en néerlandais, et non plus (...)
  • 42 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 1.11.1826 (Rijksmuseum v. O., Briefarchief, 19.2.1/57), cité par H (...)
  • 43 Brongers 2007,114.

20En conséquence de cette conception du rôle social et national de l’archéologie, Reuvens attachait une grande importance à la diffusion des connaissances et à la création de conditions permettant l’éducation visuelle du public. Sa contribution à la revue d’archéologie Antiquiteiten, rédigée en néerlandais, en témoigne déjà, de même que sa décision de prodiguer une partie de son enseignement non plus en latin, mais en néerlandais41. À Arentsburg, il prit certes soin de faire fermer le chemin pédestre attenant au domaine pour assurer la bonne progression des fouilles et éviter dommages et vols42, mais il publia une série d’articles dans le Nederlandsche Staatscourant et invita les personnes intéressées à prendre rendez-vous pour visiter le champ de fouilles43.

  • 44 Halbertsma 2003, 28-30 ; Reuvens 1823,169 (au sujet de la collection de Dorow). Ce texte, publié p (...)

21L’une des réalisations principales de Reuvens est la création du musée d’Antiquités de Leyde. À sa nomination, le “cabinet archéologique” de l’Université réunissait les 150 sculptures grecques provenant de la collection du notable d’Amsterdam Gerard van Papenbroek (1673-1743) et quelques autres collections universitaires. Avec l’aide financière du ministère de l’Intérieur et du roi Guillaume Ier, Reuvens lança un vaste programme d’achats d’antiquités et de moulages, qui accrut considérablement les collections du musée et assit sa réputation internationale, notamment dans le domaine de l’égyptologie. Attachant une grande importance à la manière de présenter les objets, il conçut en collaboration avec l’architecte Zeger Reijers un bâtiment néoclassique destiné à les abriter. Ses voyages en France, en Angleterre et en Allemagne lui permirent d’observer précisément l’agencement de musées et de collections particulières, de prendre des notes sur la manière de disposer et d’éclairer les antiquités et d’exprimer fermement l’idée de l’ouverture permanente des musées au public44.

22D’abord juriste et philologue classique avec des compétences particulières en numismatique acquises peut-être durant ses années d’études à Paris, C. J. C. Reuvens développa dans le cadre de son professorat à Leyde une théorie et une pratique de l’archéologie qui s’appuyaient sur les travaux réalisés par les “antiquaires” depuis le xvie siècle pour poser les fondements méthodologiques de ce qu’il appelait “une science toute nouvelle”. La conjoncture politique du jeune royaume des Pays-Bas en quête de cohésion nationale et de reconnaissance internationale favorisa ses projets archéologiques, l’accroissement des collections d’antiquités de l’université, la création du musée d’Antiquités de Leyde et les campagnes de fouilles dont la plus marquante fut celle d’Arentsburg. Inspiré par ce qui se faisait en France, en Angleterre et en Allemagne, soucieux de se tenir au courant des publications étrangères, Reuvens sut mettre en avant des considérations de prestige international pour promouvoir le développement de l’archéologie dans son pays. Sa conception très large de cette discipline, la diversité de ses propres intérêts, la créativité et la rigueur dont il fit preuve dans le domaine méthodologique préparèrent la voie aux générations suivantes, qui menèrent à bien plusieurs des publications que sa courte vie ne lui avait pas laissé le temps de finir, donner au musée d’Antiquités de Leyde son plein développement, reprendre les fouilles qu’il avait entreprises et parvenir à de nouvelles conclusions sur des questions d’archéologie néerlandaise.

Bibliographie

Bibliographie

Brongers, J. A. (1973) : 1833. Reuvens in Drenthe. Een bijdrage tot de geschiedenis van de archeologie. A Contribution to the History of Archaelogy, Bussum.

— (2002) : Een vroeg begin van de moderne archeologie. Leven en werken van Cas Reuvens (1793-1835). Documentatie van een geleerden-leven, Amersfoort.
— (2007) : “Reuvens als opgraver”, in : Cordfunke et al. 2007,109-118.

Buijtendorp, T. M. (2007) : “Reuvens en Arentsburg. Een proeve van wetenschappelijkheid”, in : Cordfunke et al. 2007,119-133.

Cordfunke, E. H. P., M. Eickhoff et R. B. Halbertsma, éd. (2007) : “Loffelijke verdiensten van de archeologie”. C. J. C. Reuvens als grondlegger van de moderne Nederlandse archeologie,Hilversum.

Eickhoff, M. (2007) : “C. J. C. Reuvens als erflater. Twee eeuwen ‘genealogieën’ van de Nederlandse archeologie”, in : Cordfunke et al. 2007,135-147.

Halbertsma, R. (2006) : “‘Wel bestuurde gravingen’. C. J. C. Reuvens en de eerste wetenschappelijke opgravinven”, in : Jonge 2006,217-233.

— (2007) : “‘Oneindig leerrijk en vereerend voor het Museum’. Reuvens en het oudheidkundig verzamelen”, in : Cordfunke et al. 2007, 25-39.

— (2003) : Scholars, Travellers and Trade. The Pionneer Years of the National Museum of Antiquities in Leiden, 1818-40, Londres-New York.

Heesakkers, C. L. (2007) : “Reuvens’ inaugurele rede Oratio de laudibus Archaeologiae”, in : Cordfunke et al. 2007,149-173.

Jonge, W. de, J. Bazelmans et D. de Jager, éd. (2006) : Forum Hadriani. Van Romeinse stad tot monument, Utrecht.

Langereis, S. (2007) : “Reuvens’ speurtochten naar Romeinse vondsten van Nederlandse boden”, in : Cordfunke et al. 2007, 91-108.

Lennep, J. van (1865) : Het leven van Mr. Cornelis van Lennep en Mr. David Jacob van Lennep, beschreven en toegelicht uit hun gedichten en andere oorspronkelijke bescheiden, en in verband gebracht en hun tijd beschouwd, Amsterdam.

Otterspeer, W. (2007) : “Cultuur en carrière. Reuvens en het hoger onderwijs van zijn tijd”, in : Cordfunke et al. 2007, 9-23.

Reuvens, C. J. C. (1815) : Collectanea litteraria, sive Conjecturae in Attium, Diomedem, Lucilium, Lydum, Nonium, Ovidium, Plautum, Schol. Aristoph., Varronem, et alios, passim MStorum librorum ope factae, et maximam partem ad Romanorum rem scenicam pertinentes. Quibus accedit Disputatio de linguae graecae pronunciatione, Leyde.

— (1819) : Oratio de laudibus archaeologiae. Habita a.d. 24 octobris anni MDCCCXVIII, cum in Academia Lugduno-Batava philosophiae theoreticae et litterarum humaniorum, inprimis archaeologiae, extraordinariam professionem publice auspicaretur, Leyde.

— (1826) : Memorie over de Archaeologie, Nationaal Archief (La Haye), Algemene Staatssecretarie en Kabinet des Konings met daarbijgedeponeerde archieven, 25 mei 1826, toegangsnummer 2.02.01, bestanddeel 2496.

— (1822) : “Inleiding”, in : Westendorp & Reuvens 1822, V-XVI.

— (1823) : “Oudheidkundige berigten. Noordelijk Duitschland. Rijn en Meijn”, in : Westendorp & Reuvens 1823,143-196.

Reuvens, C. J. C., C. Leemans et L. J. F. Janssen (1845) : Alphabetische naamlijst behoorende bij de kaart van de in Nederland, België en een gedeelte der aangrenzende landen gevonden Romeinsche, Germaansche of Gallische oudheden ; benevens de Romeinsche en andere oude wegen, Leyde.

Schneider, H. D. (2007) : “C. J. C. Reuvens : wegbereider van der Nederlandse egyptologie”, in : Cordfunke et al. 2007, 53-72.

Westendorp, N. (1819) : Antiquiteiten, een oudheidkundig tijdschrift. Eerste stuk, Groningue.

Westendorp, N. et C. J. C. Reuvens (1822) : Antiquiteiten. Een oudheidkundig tijdschrift. Tweede deel, eerste stuk, Groningue.

Notes

1 La première chaire portant dans son intitulé la mention explicite de l’archéologie fut, en Allemagne, celle de Friedrich Gottlieb Welcker, nommé en 1809 professeur de “littérature et archéologie grecque” à Gießen. Sur la personne et l’œuvre de C. J. C. Reuvens, on peut se référer principalement à : Halbertsma 2003 ; Brongers 2002 ; Cordfunke et al. 2007.

2 Sur la réception de l’œuvre de C. J. C Reuvens, voir Eickhoff 2007.

3 Brongers 2002, 53-64 ; Otterspeer 2007, ici 9-11.

4 Sur David van Lennep, voir en particulier Schneider 2007 et la biographie rédigée par son fils, l’écrivain et auteur de romans historiques Jacob van Lennep : Lennep 1865.

5 La correspondance entre D. J. van Lennep et J.-F. Boissonade est conservée au Gemeentearchief d’Amsterdam (no 238, inv. 144).

6 Reuvens 1815.

7 Otterspeer 2007, ici 10-11.

8 Reuvens 1826.

9 L’expression “une science toute nouvelle” est de Reuvens (Reuvens 1822, XVI).

10 Reuvens 1819 : édition annotée et traduction néerlandaise in Heesakkers 2007.

11 Antiquiteiten. Een oudheidkundig tijdschrift, Groningen, Oomkens, 1819-1826. Nicolaus Westendorp édita seul le premier volume (1819-1820), puis il prit Caspar Reuvens comme collaborateur (vol. 2, fasc. 1 : 1822 ; vol. 2, fasc. 2 : 1823 ; vol. 3, fasc. 1 : 1826). La revue cessa de paraître en 1826, alors que le deuxième fascicule du troisième volume était en cours de préparation (comme l’indique Brongers 2002,141, des matériaux pour ce fascicule et un jeu incomplet d’épreuves sont conservés au musée d’Antiquités de Leyde).

12 Dans l’introduction de la revue Antiquiteiten, Reuvens revient sur les années qui se sont écoulées depuis la création de sa chaire d’archéologie et souligne la complémentarité des deux textes en question, le Discours sur les mérites de l’archéologie présentant l’histoire de cette discipline, tandis que l’introduction de la revue de 1822 faisait le point sur son état présent (Reuvens 1822, V-VI).

13 Reuvens 1819, 6.

14 Reuvens 1819, 6-7.

15 Reuvens 1819, 7.

16 Reuvens 1819, 8. Sandra Langereis (Langereis 2007, 91-94) s’appuie notamment sur ces passages pour montrer les aspects traditionnels de l’approche de Reuvens.

17 Reuven 1819, 7.

18 Reuven 1819, 8-12.

19 Reuven 1819, 12.

20 Reuven 1819, 17-18.

21 Nous traduisons ainsi l’expression “de kennis der oude gedenkstukken” (Reuvens 1822, V), en comprenant le mot “monuments” dans le sens qu’il avait couramment au xixe siècle. Un équivalent allemand serait “Denkmäler”.

22 Reuvens 1822, VI.

23 Reuvens 1822, VI-VII.

24 Reuvens 1822, VIII et XIII.

25 Reuvens 1822, XIV-XV.

26 Reuvens 1826.

27 Reuvens 1826.

28 Reuvens 1826.

29 Ce programme ambitieux n’a été réalisé que partiellement par Reuvens, qui a bien donné en 1824-1825 et en 1826-1827 des cours sur l’histoire de l’art grec, mais s’est par la suite consacré principalement aux “antiquités romaines”, en y ajoutant quelques enseignements de numismatique, d’histoire de l’art et d’archéologie générale (voir la liste dressée par Reuvens lui-même et reproduite par Brongers 2002,146).

30 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 17.02.1828 (Rijksmuseum van Oudheden, Briefarchief, 17.1.1/3), citée

31 par Halbertsma 2007, 26.

Lettre de Reuvens à Anton Reinhard Falck, 25.11.1820 (Rijksmuseum v. O., Briefarchief, 17.1.1./1), citée par Halbertsma 2007, 27.

32 Ce paragraphe s’appuie sur l’article de Sandra Langereis 2007, en particulier 94-96.

33 Sur Forum Hadriani et les fouilles menées sous la direction de Reuvens, voir Halbertsma 2003,112-127 ; Jonge et al. 2006 ; Brongers 2007 ; Buijtendorp 2007.

34 Reuvens et al. 1845, cité par Brongers 2007,108. Les notes prises par Reuvens lors de l’un des ses voyages archéologiques, celui qu’il fit dans la région de Drenthe, ont été éditées, accompagnées d’une traduction anglaise, par Brongers 1973.

35 Reuvens 1822, XIV, note c.

36 Le projet initial de Nicolaus Westendorp était de fonder une revue consacrée à ce qu’il appelait les “monuments” (gedenkstukken) de “l’histoire ancienne de notre Pays” (de oude geschiedenis van ons Land). Selon ses termes, cette revue ne tirait “sa force que de l’amour pour la Patrie et du respect pour la mémoire des générations passées” (Westendorp 1819, introduction datée de Losdorp, le 15 juin 1819).

37 Reuvens 1822, XIII.

38 Reuvens 1822, XVI.

39 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 11 janvier 1827 (Rijksmuseum v. O., Briefarchief, 19.2.1/57), citée par Halbertsma 2006,221.

40 Reuvens 1826.

41 Le 11 mars 1833, Reuvens obtint du gouvernement le droit de dispenser en néerlandais, et non plus en latin, ses enseignements non consacrés à l’Antiquité classique (Brongers 1973, XIII).

42 Lettre de Reuvens à Van Ewijck, 1.11.1826 (Rijksmuseum v. O., Briefarchief, 19.2.1/57), cité par Halbertsma 2006,221-222.

43 Brongers 2007,114.

44 Halbertsma 2003, 28-30 ; Reuvens 1823,169 (au sujet de la collection de Dorow). Ce texte, publié par Reuvens au retour de son voyage de noces en Allemagne, aurait dû être suivi d’un autre article consacré principalement aux musées de Berlin et de Dresde.

Auteur

Maître de conférence, UFR d’études germaniques et nordiques, REIGENN, Université Paris-Sorbonne ; sandrinemaufroy@yahoo.fr

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540