Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Archéologie et transferts culturels

Marseille phénicienne : un mythe du xixe siècle

Antoine Hermary

Résumé

Alors que la tradition littéraire unanime attribue la fondation de Marseille, vers 600 a.C., à des Grecs venus de Phocée et que les premières découvertes effectuées dans la ville ne semblaient pas contredire cette tradition, une théorie selon laquelle Marseille aurait abrité une importante communauté – ou même que les Phéniciens s’y seraient installés avant les Grecs – se répandit à partir du milieu du xixe siècle. Elle avait pour origine la mise au jour, dans le quartier de la Major, d’une inscription phénicienne connue aujourd’hui sous le nom de “tarif de Carthage” : le règlement religieux qu’elle transcrit parut apporter la preuve que des cultes phéniciens étaient pratiqués à Marseille. Même quand l’origine carthaginoise de la pierre sur laquelle est gravée l’inscription eut été démontrée, plusieurs savants (dont G. Perrot) firent crédit à cette théorie, principalement développée par l’abbé Bargès. Un article publié en 1876 dans un ouvrage destiné au grand public montre qu’elle s’était assez largement répandue : l’auteur, A. Saurel, va jusqu’à proposer un plan sur lequel la ville antique est partagée entre un quartier phénicien et un quartier grec. Rien dans les découvertes archéologiques récentes ne laisse penser qu’une communauté phénicienne ait jamais existé à Marseille.

Texte intégral

  • 1 Pas d’allusion non plus à ces théories dans Rothé & Tréziny 2006, bien que l’œuvre d’Alfred Saurel (...)
  • 2 Le contenu de ce texte n’entre pas en ligne de compte ici. On en trouvera une traduction, d’après (...)

1En choisissant Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 a.C.) comme titre d’un ouvrage publié en 1999, Antoinette Hesnard, Henri Tréziny et moi-même exprimions une conviction unanimement partagée sur la nature fondamentalement grecque de la ville, dont on fêtait alors le 26e centenaire de la fondation. Nous aurions cependant dû indiquer dans le chapitre d’introduction que, même si elle n’avait jamais été entièrement contestée, cette idée avait été fortement nuancée, dans la deuxième moitié du xixe s. et même un peu plus tard, par les partisans d’une présence phénico-punique – ou plus précisément carthaginoise – à Marseille dans les premiers siècles de son histoire, voire même avant sa fondation1. On a du mal, aujourd’hui, à apprécier le succès qu’a connu une théorie uniquement fondée sur les conclusions tirées de la découverte, en 1845, d’une inscription originaire de Carthage connue sous le nom de “tarif de Marseille”2. Après avoir eu connaissance d’un ouvrage, destiné au grand public, contenant un plan dans lequel la ville antique est partagée entre un quartier grec et un quartier phénicien, il m’a paru intéressant de faire le point sur cette question, en hommage à la grande œuvre historiographique d’Ève Gran-Aymerich.

  • 3 Cette diversité s’explique visiblement par le désir d’associer quelques grands noms à l’entreprise (...)

2En 1876 est diffusée la première livraison d’une publication intitulée Le Tour de France, dont les différents chapitres décrivent, de façon assez disparate, des villes ou de petites régions françaises3. Le texte le plus long, consacré à Marseille (p. 233-392), est rédigé par Alfred Saurel, en remplacement d’Horace Bertin d’abord sollicité. L’auteur se présente au début de l’article (p. 234) comme un “enfant adoptif de Marseille, étudiant depuis plus de vingt ans son histoire, son commerce, son industrie, ses mœurs”. Originaire de Montpellier, où il était né en 1827, il avait été affecté à Marseille comme receveur des douanes et s’était alors passionné pour la géographie et l’histoire de la ville et de sa région : il publie en 1877-1878 la synthèse de ses recherches dans un Dictionnaire des villes, villages et hameaux du département des Bouches-du-Rhône dont les deux volumes se limitent, en fait, à l’arrondissement de Marseille. Le texte de son article du Tour de France se présente comme une sorte de promenade commentée dans la ville, commençant par la gare Saint-Charles et se terminant par Notre-Dame de la Garde. Il n’y a pas de commentaire synthétique sur la ville antique, mais des notations éparses illustrées par plusieurs dessins. La première mention qui nous intéresse (p. 254) annonce clairement l’opinion de l’auteur :

“Lorsque les Phéniciens tentèrent leurs premières opérations commerciales, lorsque les Grecs asiatiques, vulgairement nommés Phocéens, vinrent déloger les Phéniciens, une anse plus large que le port actuel et surtout beaucoup plus longue s’étendait entre les deux collines située l’une au nord (la vieille ville de nos jours), l’autre au midi (couronnée actuellement par le sanctuaire de Notre-Dame de la Garde”.

3Plus loin (p. 316-317), en décrivant la topographie de la ville au moment du siège de César, il évoque les travaux réalisés en 1863 pour le creusement de la rue de la République, ainsi que la découverte des “stèles de la rue Négrel” :

  • 4 L’inscription phénicienne, qui est le “tarif de Marseille”, avait en fait été trouvée en 1845 dans (...)

“La création de la rue de la République a amené la découverte d’objets antiques les plus importants au point de vue de l’histoire de Marseille, notamment une inscription phénicienne où les savants lisent le règlement des prêtres de Baal et quarante-sept stèles qui reposaient, depuis plus de deux mille ans, à quatre mètres de profondeur dans la terre4”.

4Deux de ces naïskoi en calcaire sont reproduits, avec dans chaque cas la légende : “Stèle phénicienne, dessin de Lehnert, d’après une photographie”. Saurel considère en effet que ces petits monuments votifs de style ionien sont des témoins incontestables d’un culte punique :

“Qui se serait douté que les statues des dieux et des déesses, jadis ornement des lieux de prière, avaient été précipités dans les fosses creusées exprès pour être soustraites à la dévotion des fidèles carthaginois? Carthaginois est le terme propre, car ce qui a déterminé les savants à accepter définitivement ces stèles comme d’origine phénicienne, c’est leur similitude avec d’autres stèles vues dans les ruines de Carthage. À cet égard le doute n’est plus guère permis” (p. 317).

  • 5 Longpérier 1863 (voir aussi RA 1863/II, 537, et BSAF 1863,190-191); Conze 1866.
  • 6 Notons cependant que L. Blancard, un des tenants de l’origine phénicienne de Marseille, avait fait (...)

5Le jugement catégorique de Saurel est loin de refléter l’opinion de tous les “savants” sur l’origine de ces petits monuments, puisqu’immédiatement après leur découverte Adrien de Longpérier, conservateur des antiquités grecques et romaines au Louvre, les avait décrits comme grecs (“phocéens”), opinion reprise par Alexander Conze en 18665, puis dans toutes les études à partir de la fin du xixe s.6. La comparaison avec des stèles de Carthage n’est pas défendable, car les personnages qui y sont parfois figurés à l’intérieur d’un naïskos n’ont rien en commun avec les femmes assises de Marseille.

  • 7 Saurel a présenté juste avant, de façon assez détaillée, l’épave découverte lors des travaux de la (...)
  • 8 Avec l’indication d’un “Quai en dalles” qui doit correspondre à une observation faite sur le terra (...)

6Avant d’autres remarques sur la présence phénicienne ou carthaginoise dans Marseille antique le lecteur trouve, p. 3287, un plan (non signé, ni daté) qui porte la légende suivante : “Forme de la presqu’île de Massalia au temps de Jules César, avec l’emplacement figuré des établissements phéniciens, grecs ou massaliètes” (fig. 1). Toute la partie occidentale de la presqu’île, c’est-à-dire la plus grande partie de la ville antique, y est désignée comme “Établissements phéniciens”, avec, à côté de l’église de la Major, la mention “Temple de Baal” et celle de “Docks phéniciens” pour les Caves Saint-Sauveur. La “Ville grecque ou massaliète” commence à l’est de la place de Lenche, occupe la zone du port jusqu’à la Bourse8 et remonte vers la colline des Carmes, désignée comme “Citadelle massaliète” ; elle comprend l’emplacement, proche de la rue Négrel, d’où proviennent les “stèles phéniciennes” (donc transportées d’assez loin d’après les théories de l’auteur). L’explication partielle de ce plan surprenant – et unique en son genre – vient à la p. 340, quand Saurel se demande quelles constructions antiques avaient précédé les édifices chrétiens de Saint-Victor et de la Major :

“Mais comme temple érigé en l’honneur d’une divinité du paganisme, je crois la Major bien plus ancienne que Saint-Victor. En effet, l’église de Saint-Victor aurait été construite dans un lieu de sépulture grec, tandis que la Major se serait élevée sur le sol phénicien. D’après mon système qui s’établit sur la découverte des restes de sculptures et d’inscriptions et sur la continuité des souvenirs religieux attachés à tels ou tels endroits, la Major aurait été bâtie sur les ruines d’un temple dans lequel les Phéniciens adoraient Baal. Ce temple fut évidemment ruiné quand les Phocéens en chassèrent les premiers occupants, et remplacé par un autre que l’on croit à tort avoir été dédié à Diane, et qui ne le fut qu’à une autre divinité protectrice que nous appellerions aujourd’hui Notre-Dame de Bon-Secours ou Notre-Dame de Bon-Voyage”.

Fig. 1. Plan de Marseille avec les “Établissements Phéniciens”. D’après Saurel 1876,328.

7La dernière allusion à Marseille phénicienne vient à propos de la visite du Musée Borély :

“Au rez-de-chaussée les collections sont classées par nature d’objets du même genre : Musée grec et romain, Musée égyptien, Musée phénicien. Il va sans dire qu’au point de vue local, ce dernier est le plus intéressant, car on y trouve les preuves authentiques et matérielles des origines phéniciennes de Marseille” (p. 380-381) ; il ne donne cependant aucun détail sur le contenu de ce “Musée phénicien”.

  • 9 Les informations sur Bargès présentées ici sont tirées du site internet “Belcodene : Encyclopédie (...)
  • 10 Bargès 1847, 5.

8La publication d’un plan dans lequel un “quartier phénicien” occupe l’essentiel de la ville antique accentue le caractère extravagant de théories présentées sans aucune argumentation, ni renvoi à des sources précises. En fait, Saurel s’appuyait principalement sur les conclusions que, trente ans plus tôt, l’abbé Bargès avait tirées de la découverte, dans le quartier de la Major, du règlement sacrificiel carthaginois appelé aujourd’hui “tarif de Marseille”. Jean Joseph Léandre Bargès, né à Auriol en 18109, avait étudié la théologie et les langues sémitiques, avant d’être ordonné prêtre en 1834. En 1842 il est nommé professeur d’hébreu à la Faculté de théologie de Paris : il garde ce poste jusqu’en 1885 et meurt en 1896. Il s’était d’abord distingué comme bibliophile, puis s’était intéressé à la paléontologie, à l’ethnologie et, principalement, à l’épigraphie – sémitique et latine – et à la numismatique : après la découverte du célèbre trésor de monnaies d’Auriol, en 1867, il joua le rôle de conseiller scientifique et d’intermédiaire entre les différents intervenants. La découverte du “tarif de Marseille” suscita naturellement son intérêt, en sa “double qualité de citoyen de Marseille où l’inscription avait été trouvée, et de professeur d’hébreu”10. Il publie sans tarder un mémoire de 104 pages, intitulé Temple de Baal à Marseille ou grande inscription phénicienne découverte dans cette ville dans le courant de l’année 1845, expliquée et accompagnée d’observations critiques et historiques, “par l’abbé J. J. L. Bargès, professeur d’hébreu et de chaldaïque à la Sorbonne”. L’essentiel du texte concerne la lecture et l’interprétation de l’inscription, qu’il ne m’appartient pas de discuter ici : il suffit de rappeler que l’édition de référence est celle du premier volume du Corpus Inscriptionum Semiticarum (CIS ; no 165), dans une livraison parue en 1885. Les principaux points du texte de Bargès qu’il faut retenir pour comprendre les théories de Saurel et le plan qu’il en a tiré sont les suivants : – “La pierre dans laquelle elle [l’inscription] a été gravée est sortie des carrières qui se trouvent dans les environs de Marseille, car elle ne diffère en rien de celles que l’on tire aujourd’hui de ces mêmes carrières et que l’on nomme pierre de Cassis” (p. 78). Cette erreur sur la nature du matériau, bientôt corrigée par des géologues, était partagée par Charles Texier, grande figure de l’archéologie française du milieu du xixe s., qui dit avoir été le premier à repérer l’inscription et à en comprendre l’importance :

  • 11 Lettre de Texier à l’abbé Bargès, du 10 mai 1867, citée dans Bargès 1868, 48-49.

“En septembre 1845, je visitais le Musée de Marseille en compagnie d’un gardien. J’aperçus sur la tablette d’une fenêtre une pierre dont la face reposait sur la fenêtre et qui ne représentait au revers qu’une apparence fruste ; elle n’avait pas tout à fait 10 centimètres d’épaisseur, elle était brisée en deux morceaux. L’idée me vint de soulever cette pierre, et j’aperçus sur la face une inscription que je reconnus immédiatement pour des caractères phéniciens… J’avais observé que cette dalle de pierre était de la nature de celles de Cassis des environs de Marseille, et que, par conséquent, le monument auquel elle avait appartenu, était bien un monument indigène de la colonie de Marseille, et non une pierre apportée de loin, soit comme lest de navire, comme cela arrive quelquefois, soit par toute autre cause”11.

  • 12 CIS I, 222.

9Cette indication erronée sur l’origine locale de la pierre n’a été définitivement corrigée que dans le CIS, où sont présentés les résultats d’une nouvelle étude pétrographique ; l’auteur (Dieulafait) conclut : “il ne reste pas pour moi l’ombre d’un doute sur la provenance première de la pierre de Marseille : elle vient des environs de Carthage”12. Les résultats de ces analyses, qui n’ont jamais été remis en cause, ont été publiés trop tard pour que Georges Perrot puisse en tenir compte dans le troisième volume de son Histoire de l’art dans l’Antiquité (1885), qui reste, pendant toute la première partie du xxe s., l’ouvrage de référence sur la Phénicie et Chypre :

  • 13 Perrot & Chipiez 1885, 46-47.

“Massalia eut même un comptoir carthaginois ; c’est ce que semble prouver ce tarif des sacrifices du temple de Baal, rédigé en langue punique, qui a été trouvé à Marseille. Il a été gravé sur le territoire de Marseille, car la stèle sur laquelle on le lit encore aujourd’hui n’est autre chose qu’un bloc de pierre de Cassis”13.

  • 14 Comparer Perrot & Chipiez 1885, 46 : après la bataille d’Alalia, “ils [les Carthaginois] reprirent (...)

10 – Alors que l’inscription date certainement du ive s. a.C., elle appartient, d’après Bargès, à une période beaucoup plus ancienne : “Cette époque doit être placée avant l’arrivée des Phocéens à Marseille, sept ou six siècles au moins avant l’ère chrétienne”, et “en ces temps-là les Phéniciens dominaient les mers” (p. 79). Il ajoute qu’en plus de Monaco, où auraient été trouvées “plusieurs médailles puniques”14, divers établissements (“comme Cavalaire et Heraclea à l’embouchure du Rhône”) étaient passés “des Phéniciens aux Carthaginois, et de ces derniers aux Phocéens de Marseille et aux Romains” (p. 80).

  • 15 Bargès 1847,85 (le premier de ces autels est reproduit en frontispice du mémoire), avec renvoi au (...)

11 – L’inscription suppose l’existence d’une nombreuse population phénicienne à Marseille, attestée également par la découverte de “médailles phéniciennes ou carthaginoises”, par un “autel de Baal” qui avait servi de bénitier à l’entrée de la chapelle de Notre-Dame de la Garde, et par un autre autel soutenu par un lion et un sphinx15 : les auteurs du CIS ont montré que ces autels n’étaient certainement pas phéniciens, et la découverte de monnaies phéniciennes ou carthaginoises à Marseille n’a jamais été confirmée.

12 – Après leur arrivée, “les Phocéens ne changèrent rien à la religion des habitants” : Baal devint Apollon, Astarté Artémis, Tanit Athéna, Eschmoun Esculape (p. 89-90). Ainsi, le tarif sacrificiel de Marseille devait être exposé dans le temple d’Apollon, à situer, d’après l’auteur, dans le monastère de Saint-Sauveur (p. 94).

13Bargès conclut son mémoire par cette affirmation catégorique : “La priorité des Phéniciens sur la colonie phocéenne est donc un fait appuyé sur les monuments découverts à Marseille, et sur le témoignage des historiens de l’Antiquité” (p. 102).

  • 16 Saulcy 1847,311.
  • 17 Voir la notice que lui a consacrée EGA. 3 (2001), 613-616.
  • 18 Je n’ai pas retrouvé la référence de cette notice nécrologique, signalée sur le site internet ment (...)

14Dans l’étude qu’il publie la même année que celle de Bargès, F. de Saulcy considérait que l’origine de la pierre “prouvait déjà qu’il s’agissait d’un monument local, et naturellement l’intérêt qui devait s’y attacher croissait d’autant”16, mais il n’en tire aucune conclusion dans son commentaire. Son autorité scientifique17 a cependant été mise en avant par les partisans des théories de Bargès. Ainsi, Henri de Gérin-Ricard, pionnier des études sur le monde celtique du Midi, écrit dans une notice nécrologique sur l’abbé : “il a été le chef d’une école (formée de MM. de Saulcy, de l’Institut, Blancard, Gilles et d’autres) qui a soutenu longtemps avec succès l’origine phénicienne de Marseille”18.

  • 19 “Discours sur les origines phéniciennes de Marseille” (1871) citées dans Rothé & Tréziny 2005, 20
  • 20 Utile synthèse dans Gras et al. 1989, 12-24.
  • 21 Voir par exemple, sur ce sujet, Hermary et al. 1999, 9-14.

15La découverte du “tarif de Marseille” et les études suscitées par l’inscription s’inscrivaient, en fait, dans un contexte de valorisation de la civilisation phénicienne – confinant parfois à la “phénicomanie” –, marqué par de grands travaux d’érudition comme ceux de l’Allemand Movers19, par les premières recherches sur le terrain, qui aboutiront à la “mission de Phénicie” de Renan (1860-1861), mais aussi par la vogue de la peinture orientaliste ; c’est dans ce climat que Flaubert prépare son roman Salammbô, publié en 186220. On pourrait penser que le texte d’Alfred Saurel reflète, dans les années 1870, des théories désormais dépassées, la fondation de Marseille étant très généralement attribuée aux Phocéens, comme l’indique, entre autres, la mise en scène de l’épisode de Protis et Gyptis dans les manuels sur l’Histoire de France, prélude à la célébration spectaculaire, en 1899, du 25e centenaire de la fondation de la ville par les Grecs21. Mais l’article du Tour de France ne constitue, en fait, qu’une étape dans une discussion encore longue sur le rôle des Phéniciens, ou des Carthaginois, à Marseille et dans le Midi de la Gaule.

16Bargès avait compris, à la suite des premières analyses pétrologiques, que la pierre du “tarif” ne venait ni de Cassis, ni de la région de Marseille, mais bien de Carthage : ce n’était cependant pas suffisant pour ébranler ses convictions. Dans un nouveau mémoire consacré à l’inscription, publié en 1868, il écrit en effet :

  • 22 Bargès 1868, 22.

“Le fait que nous venons d’établir et de constater, porte avec lui une conséquence historique difficile, pour ne pas dire impossible à éluder, c’est que le monument phénicien de Marseille est venu primitivement de Carthage, et que sa destination, comme cela résulte de l’ensemble du texte qu’il porte, était de régler le culte dans un temple érigé sur une terre étrangère, et pour une colonie qui tenait à conserver la religion de la métropole et les dieux de la patrie originelle22”. [Il ajoute, à propos de la date du texte :] “mon opinion a été adoptée par la plupart des écrivains qui, depuis une vingtaine d’années, traitent des origines de la ville de Marseille et de l’histoire des Gaules”.

  • 23 Clerc 1901.

17Peu de temps avant que Gaston Vasseur entreprenne à Marseille les premières fouilles scientifiques et détermine clairement la date et les modalités de la fondation phocéenne, Michel Clerc, professeur à la Faculté des Lettres d’Aix et directeur du Musée Borély, s’interroge encore sur “Les Phéniciens dans la région de Marseille avant l’arrivée des Grecs23”. Il présente, dans cet article publié en trois étapes, un bilan honnête sur l’état de la recherche, marqué par le partage entre les partisans d’une présence massive des Phéniciens dans toute la Méditerranée (théorie défendue par Victor Bérard) et les opposants à cette hypothèse, menés par l’historien allemand Karl Julius Beloch :

  • 24 Clerc 1901,197.

“Les érudits d’aujourd’hui se répartissent en deux camps, les uns voulant que toute la région méditerranéenne ait été, non seulement parcourue, mais plus ou moins colonisée, bien antérieurement aux Grecs, par les Phéniciens ; les autres le niant absolument”24.

  • 25 Ibid., 202-210.
  • 26 Cette présentation des sites du Midi (et de l’ensemble de la Méditerranée occidentale) reste incha (...)
  • 27 Ibid., 331.
  • 28 Ibid., 337.

18Lui-même, sans revenir sur le “tarif de Marseille”, a du mal à renoncer à l’idée d’une présence phénicienne en Provence, dont les traces seraient visibles dans le nom de la ville Heraclea Caccabaria, dans celui de Portus Herculis Monoeci (Monaco), ou dans celui des îles Phoenice (Stoechades) ; il est même tenté de rattacher le nom Massalia à la racine sémitique mazzâl/massâl25. On trouve un écho de ces théories sur la présence carthaginoise en Méditerranée occidentale dans le célèbre Atlas de Vidal-Lablache, dans lequel, pour le Midi de la France, sont indiqués comme puniques les sites d’“Agatha” (Agde), “Héraclée Caccabaria” (à l’Est d’Olbia) et “Monaecos” (Monaco) (fig. 2)26. Prenant finalement en compte la question du commerce de l’étain, et tout en admettant que les preuves tangibles font défaut, Clerc écrit ensuite : “Néanmoins, il peut être tentant d’attribuer aux Phéniciens l’importation du bronze en Provence27”, ce qui ne l’empêche pas de terminer l’article par cette phrase : “C’est dire que, pour nous et jusqu’à nouvel ordre, l’histoire positive de la région marseillaise ne commence qu’avec l’arrivée des Grecs”28.

Fig. 2. La présence phénico-punique en Méditerrannée occidentale.
D’après Vidal La Blache [1909] 1951.

  • 29 Clerc 1927,329-338 (“Marseille et Carthage”).
  • 30 Il renvoie à l’ouvrage de Maurin 1899, 9-10, et écrit : “J’y ajouterai ceci : puisque cette inscri (...)
  • 31 Benoit 1965, 17.

19Plus tard, dans son grand ouvrage sur Marseille antique, il consacre à la question des relations entre Marseille et Carthage un chapitre qui concerne principalement “la célèbre inscription phénicienne trouvée non loin de la Major en 1845”29. Il admet, bien sûr, que la pierre vient de Carthage, mais se demande si ce transport a eu lieu dans l’Antiquité ou à l’époque moderne et en conclut (p. 334) : “Il n’y a évidemment que deux hypothèses possibles : ou cette stèle était placée devant le temple de Baal à Carthage (ou, à la rigueur, dans une ville punique quelconque), ou elle était placée devant un temple de Baal à Marseille” ; et un peu plus loin (p. 336) : “On voit en somme que nous en sommes réduits à des hypothèses : celle d’une “colonie” de marchands carthaginois installés à Marseille dans le courant du ive s. n’a rien d’absurde”30. Clerc pensait certainement aux témoignages dont l’on dispose sur la présence de communautés phéniciennes au Pirée à la même époque, mais, depuis la publication de son livre, les découvertes archéologiques n’ont donné, pour Marseille, aucune indication qui aille dans ce sens. Le mythe de Marseille phénicienne, “toujours en vogue” il y a cinquante ans31, et illustré de façon surprenante par le plan d’Alfred Saurel, a en tout cas connu une belle longévité : il ne mérite pas d’être totalement oublié.

Bibliographie

Bibliographie

Bargès, Abbé J. J. L. (1847) : Temple de Baal à Marseille ou grande inscription phénicienne découverte dans cette ville dans le courant de l’année 1845, expliquée et accompagnée d’observations critiques et historiques, Paris.

— (1868) : Inscription phénicienne de Marseille. Nouvelles observations. Historique de la découverte et description exacte de la pierre, le tout accompagné de pièces justificatives et d’une planche lithographique, Paris.

Benoit, F. (1965) : Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule, Aix-en-Provence.

Clerc, M. (1901) : “Les Phéniciens dans la région de Marseille avant l’arrivée des Grecs. I.-Les textes anciens ; - Les noms de lieux. II.- Les monuments épigraphiques et archéologiques. III.- La Question des Métaux”, Revue historique de Provence, resp. 197-211,261-269 et 325-337.

— [1927] (1999) : Massalia. Histoire de Marseille dans l’Antiquité, des origines à la fin de l’Empire romain d’Occident (476 ap. J.-C.), vol. I, Marseille.

Conze, A. (1866) : “Votive Steine in Marseille”, Archäologische Zeitung, 303-306.

EGA. 3 (2001) : voir “Bibliographie d’Ève Gran-Aymerich”, supra, p. 20.

Gras, M., P. Rouillard et J. Teixidor (1989) : L’Univers phénicien, Paris.

Hermary, A. (2000) : “Les naïskoi votifs de Marseille”, in : Hermary & Tréziny 2000,119-133.

Hermary, A. et H. Tréziny, éd. (2000) : Les Cultes des cités phocéennes, Aix-en-Provence.

Hermary, A., A. Hesnard et H. Tréziny, éd. (1999) : Marseille grecque. La cité phocéenne (600-49 av. J.-C.), Paris.

Longpérier, A. de (1863) : “Découverte de stèles phocéennes à Marseille”, CRAI, 339-340.

Maurin, G. (1899) : Les villes de la Narbonnaise, Marseille.

Movers, F. C. (1841-1856) : Die Phönizier, 4 vol., Bonn-Berlin.

Perrot, G. et C. Chipiez (1885) : Histoire de l’art dans l’Antiquité, vol. III. Phénicie, Chypre, Paris.

Rothé, M.-P. et H. Tréziny (2005) : Carte archéologique de la Gaule. Marseille et ses alentours, 13/3, Paris.

Saulcy, F. de (1847) : “Mémoire sur une inscription phénicienne déterrée à Marseille en juin 1845”, Mémoires de l’Institut royal de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 17-1,310-347.

Saurel, A. (1876) : “Marseille”, in : Tour 1876,233-392.

Tour (1876) : Le Tour de France, Paris.

Vidal de La Blache, P. [1909] (1951) : Atlas général. Histoire et géographie, Paris.

Notes

1 Pas d’allusion non plus à ces théories dans Rothé & Tréziny 2006, bien que l’œuvre d’Alfred Saurel soit mentionnée (94). Toutefois, comme me le fait remarquer Lucien-François Gantès, le titre de mon article se rapproche de celui du premier chapitre de Benoit 1965 : “Le mythe phénicien et les fausses attributions”.

2 Le contenu de ce texte n’entre pas en ligne de compte ici. On en trouvera une traduction, d’après le CIS I, dans Clerc 1927,332-334, avec, 330 n. 1, une bibliographie complémentaire de celle qui est mentionnée ici.

3 Cette diversité s’explique visiblement par le désir d’associer quelques grands noms à l’entreprise : Alexandre Dumas présente “Puys et la cité de Limes” (1-20), Victor Hugo “Le littoral français” (56-64).

4 L’inscription phénicienne, qui est le “tarif de Marseille”, avait en fait été trouvée en 1845 dans le quartier de la Major, comme on va le voir. Sur les “stèles”, voir mon article Hermary 2000.

5 Longpérier 1863 (voir aussi RA 1863/II, 537, et BSAF 1863,190-191); Conze 1866.

6 Notons cependant que L. Blancard, un des tenants de l’origine phénicienne de Marseille, avait fait faire en 1895 des analyses pétrographiques qui avaient indiqué que les naïskoi de Marseille n’étaient pas sculptés dans le calcaire connu dans la région de Phocée et Kymé (d’autres, comme W. Froehner, avaient déjà compris qu’il s’agit d’un calcaire local !)  : ces résultats avaient été transmis à l’Académie pour tenter de montrer que ces sculptures n’étaient pas d’origine ionienne (CRAI 1896  : “On sait que ces stèles ont été tantôt considérées comme phéniciennes, tantôt comme phocéennes”).

7 Saurel a présenté juste avant, de façon assez détaillée, l’épave découverte lors des travaux de la rue de la République (avec deux dessins, 324-325).

8 Avec l’indication d’un “Quai en dalles” qui doit correspondre à une observation faite sur le terrain.

9 Les informations sur Bargès présentées ici sont tirées du site internet “Belcodene : Encyclopédie communale : L’abbé Bargès” (consulté le 09/07/2011).

10 Bargès 1847, 5.

11 Lettre de Texier à l’abbé Bargès, du 10 mai 1867, citée dans Bargès 1868, 48-49.

12 CIS I, 222.

13 Perrot & Chipiez 1885, 46-47.

14 Comparer Perrot & Chipiez 1885, 46 : après la bataille d’Alalia, “ils [les Carthaginois] reprirent pied en Ligurie, où le rocher de Monaco était une de leurs forteresses”.

15 Bargès 1847,85 (le premier de ces autels est reproduit en frontispice du mémoire), avec renvoi au vieil ouvrage de J.-B.-J. Grosson sur Marseille (1773).

16 Saulcy 1847,311.

17 Voir la notice que lui a consacrée EGA. 3 (2001), 613-616.

18 Je n’ai pas retrouvé la référence de cette notice nécrologique, signalée sur le site internet mentionné n. 9, et je n’ai pas pu consulter les études de Louis Blancard, Origine de Marseille phénicienne (1858) et

19 “Discours sur les origines phéniciennes de Marseille” (1871) citées dans Rothé & Tréziny 2005, 20

Movers 1841-1856.

20 Utile synthèse dans Gras et al. 1989, 12-24.

21 Voir par exemple, sur ce sujet, Hermary et al. 1999, 9-14.

22 Bargès 1868, 22.

23 Clerc 1901.

24 Clerc 1901,197.

25 Ibid., 202-210.

26 Cette présentation des sites du Midi (et de l’ensemble de la Méditerranée occidentale) reste inchangée entre l’édition de 1909 (8-9 : “La Méditerranée du viie au ve siècle a.C.”) et celle de 1951. On trouvera dans Benoit 1965,17 n. 4 et 19-20, une présentation critique de ces théories.

27 Ibid., 331.

28 Ibid., 337.

29 Clerc 1927,329-338 (“Marseille et Carthage”).

30 Il renvoie à l’ouvrage de Maurin 1899, 9-10, et écrit : “J’y ajouterai ceci : puisque cette inscription figurait dans plusieurs temples de Carthage, n’est-il pas possible qu’elle figurât aussi dans des temples d’autres villes du domaine proprement dit de Carthage, et même de ses comptoirs à l’étranger?”, paraissant admettre effectivement l’existence d’un comptoir punique à Marseille.

31 Benoit 1965, 17.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de Marseille avec les “Établissements Phéniciens”. D’après Saurel 1876,328.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende Fig. 2. La présence phénico-punique en Méditerrannée occidentale.D’après Vidal La Blache [1909] 1951.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search