Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Première partie. L’Orient, la cité grecque et le monde hellénistique

La circulation de l’information dans la cité et l’adoption d’un décret à Athènes : le cas des décisions économiques et financières à l’époque de Périclès

Christophe Pébarthe

Texte intégral

Nous tenons à remercier Corinne Pébarthe, Pierre Orcival, Léopold Migeotte et Alain Bresson pour leurs précieuses remarques.

  • 1 Thc. 3.38.4-7 (traduction Ruzé 1997, 469-470). En dernier lieu, voir Loraux 1999, 30-31.

“Vous êtes responsables, vous qui organisez mal ces concours, vous qui avez coutume de vous faire spectateurs des discours et auditeurs de faits, vous qui envisagez les faits à venir d’après les beaux parleurs qui les déclarent possibles et qui, pour les faits déjà accomplis, n’attachez pas plus de crédit à l’action que vous avez vue qu’à celle que l’on vous raconte, vous fiant aux critiques des beaux discoureurs ; vous qui êtes les meilleurs pour vous laisser tromper par la nouveauté du discours et pour refuser de suivre un discours connu, esclaves que vous êtes de toute originalité, dédaigneux des banalités ; et plus que tout, désireux chacun de prendre soi-même la parole, ou, sinon, rivalisant avec ceux qui disent à peu près la même chose, pour ne pas se montrer le dernier à suivre un avis mais pour approuver d’avance qui parlerait intelligemment, très désireux de comprendre d’avance ce qui se dit mais lents à concevoir les conséquences qui en découleront ; pour ainsi dire, à la recherche d’un monde autre que celui dans lequel nous vivons, mais incapables de songer à la situation présente.
En un mot, des gens soumis au plaisir de l’ouïe et qui ressemblent à un public installé pour écouter des sophistes plus qu’à une assemblée délibérant pour sa cité”1.

  • 2 Thc. 1.22.1 avec Hornblower 1997, 59-60.
  • 3 Denys d’Hal., Essai sur Thucydide, 34-48.
  • 4 Finley 1987b.
  • 5 Yunis 1991 a montré que Thucydide distingue deux rhétoriques, l’une qui instruit le peuple, pratiq (...)

1Cet extrait d’un discours de Cléon au moment de la deuxième assemblée réunie pour examiner le sort des Mytiléniens décrit sans précaution oratoire l’attitude supposée des Athéniens en ecclèsia, des spectateurs de discours, incapables de délibérer de façon raisonnée. Ne nous y trompons pas, les propos de Cléon ne sont pas reproduits ici uerbatim, même si Thucydide affirme avoir la recherche de la plus grande fidélité dans la reproduction des discours comme méthode2. Des doutes à ce sujet ont été émis dès l’Antiquité3. On doit sans doute considérer avec M. I. Finley que les propos rapportés par Thucydide ne sont le plus souvent que ses propres commentaires4. Dans le cas présent, l’historien exprime ses critiques sur la démocratie postérieure à l’époque de Périclès, qui serait dominée par des beaux parleurs5. Gageons que la critique est ancienne et que les oligarques ne se privaient pas de se moquer des citoyens incapables de prendre conscience des problèmes, bien avant la guerre du Péloponnèse.

  • 6 Migeotte 1996 propose une approche générale de cette question tout en considérant Athènes comme un (...)
  • 7 Nous reprenons ici la réflexion de Bresson 2000, 268-271. Pour mémoire, nous rappelons la définiti (...)

2Cette description des débats à l’assemblée met en question la notion même de démocratie. Les informations ne s’échangent pas à l’assemblée, les débats y sont superficiels sinon artificiels. La vérification de telles assertions impose de répondre à une série d’interrogations simples. De quelles informations disposent les citoyens athéniens avant de discuter une proposition de décret ? Comment le débat se déroule-t-il ? Quels sont les arguments échangés ? Comme cas d’étude, nous prendrons ici les informations économiques et financières mises en relation avec les décrets concernant l’empire athénien. Nous nous restreindrons donc au seul ve s.6 Nous essaierons de reconstruire les éléments du débat qui a porté notamment sur les travaux d’aménagement de l’Acropole. Dans ce domaine, technique, le medium retenu n’est pas indifférent. La connaissance d’un compte écrit précis ne peut être mis sur le même plan qu’une rumeur sur le revenu de la cité. Précisons d’emblée ce que nous entendons par économie et par finance. Le premier terme renvoie ici à la question des revenus de la cité et des citoyens tandis que le deuxième décrit le problème de l’affectation de tel ou tel fonds au financement d’une activité7.

  • 8 Finley 1987c, 73. Plus loin, le même auteur évoque leur ignorance (p. 92).
  • 9 Finley 1987c, 69.
  • 10 Arist., Rhét., 1359b 19-23 (traduction CUF).
  • 11 Rhodes 1972, 88 : “Finance was a matter of great concern to the Athenians”. Voir plus généralement (...)

3La question de l’information économique au sein de la cité se pose d’autant plus que les sources littéraires ne fournissent guère d’éléments sur ces sujets. Certains Modernes ont été jusqu’à invoquer “l’indifférence de la plupart des écrivains anciens pour l’économie : lorsqu’ils livrent des chiffres, c’est souvent par hasard et avec négligence”8. Lorsque des chiffres sont cités, ils seraient fantaisistes9. Pourquoi dès lors supposer un intérêt des citoyens pour les affaires économiques et financières de la cité ? Si tel n’est pas le cas, la nature démocratique d’Athènes doit être mise en question. Comment valoriser le débat à l’assemblée si les citoyens ignorent les tenants et les aboutissants des décisions qu’on leur propose ? Et qui alors peut proposer des décrets en la matière ? Il convient de préciser tout de suite que la question des poroi de la cité constituait un thème de débat récurrent : “Les plus importants sujets sur lesquels délibèrent tous les hommes et relativement auxquels parlent tous ceux qui conseillent sont, peut-on dire, au nombre de cinq : revenus, guerre et paix, et, en outre, protection du territoire, importation et exportation, législation”10. Ce passage de la Rhétorique d’Aristote montre l’importance des questions économiques et financières dans les délibérations11.

Avant Le Débat

  • 12 Kallet-Marx 1994, 228-232.
  • 13 Cf. sur ces questions, Pébarthe 2006.

4Au moment du débat, de quelles connaissances économiques les citoyens peuvent-ils disposer et comment les ont-ils acquises ? Selon L. Kallet-Marx, elles sont restreintes12. Quelques magistratures pouvaient transmettre à leurs détenteurs des connaissances en la matière mais leur nombre demeurait faible et elles n’étaient souvent accessibles qu’à la première classe censitaire solonienne. Cette argumentation nous paraît excessive. Elle méconnaît en effet l’obligation pour tous les magistrats de remettre des comptes, l’importance des archives que chaque magistrature utilisait pour la bonne marche de sa charge et le nombre important de secrétaires qui constituaient autant de magistrats13. Certes, toutes ces responsabilités ne requéraient pas un maniement complexe de chiffres ou la gestion d’un fonds conséquent. Il n’en demeure pas moins que parmi les participants réguliers à l’ecclèsia nombreux devaient être ceux ayant exercé de telles responsabilités.

  • 14 Rhodes 1972, 88-113.
  • 15 IG, I3, 34, l. 5-11 cité infra. Voir aussi Ps-Xén., Ath., 3.2.
  • 16 IG, I3, 68, l. 11-16 et 52-57.
  • 17 IG, I3, 71.
  • 18 Par exemple, les trésoriers d’Athéna reçoivent les surplus de caisse en présence du Conseil (IG, I(...)
  • 19 Il est également impliqué dans la gestion des finances du culte d’Éleusis (IG, I3, 32, l. 14-17 et (...)

5La meilleure occasion d’acquérir des rudiments de connaissance en matière de finances publiques consistait dans l’exercice de la charge de bouleute. Le Conseil possède en effet des responsabilités importantes dans ce domaine14. Il apparaît dans nos documents pour la première fois au sujet des affaires financières dans le décret de Cleinias, plus précisément comme gestionnaire du tribut15. Plus tard, dans le décret de Cléonymos, son rôle est moins important mais non négligeable16. Enfin, le décret de Thoudippos témoigne de l’importance capitale du Conseil dans les finances de la Ligue de Délos17. En dehors du phoros et de sa perception, les sources révèlent que la Boulè athénienne surveille les magistratures financières de la cité qui chacune ont en charge un aspect particulier18. Le Conseil seul possède une vue d’ensemble des finances de la cité, et donc les citoyens qui le composent19.

  • 20 Finley 1976, 82.
  • 21 Hdt. 7.144 et Plut., Thémistocle, 4.1-2. Picard 2001 propose une analyse nouvelle de cette questio (...)
  • 22 IG, I3, 71.
  • 23 IG, I3, 34, l. 1-31. Pour une traduction et un commentaire, voir Pébarthe 2000, 58-61.

6Mais simplement par leur participation à l’assemblée, les citoyens recueillaient progressivement un certain nombre d’informations générales. “Un jeune homme recevait son éducation en assistant à l’Assemblée ; il y apprenait non pas nécessairement les dimensions de la Sicile (question purement technique, Protagoras et Platon en seraient tous deux tombés d’accord), mais les problèmes politiques auxquels Athènes avait à faire face, les alternatives, les arguments, et il apprenait à évaluer les hommes qui se présentaient comme ‘faiseurs de décisions politiques’, comme dirigeants”20. Les thèmes économiques étaient également abordés en tant que tels. La première trace d’un débat à l’ecclèsia sur un sujet économique apparaît dans le premier tiers du ve s. Thémistocle proposa à ses concitoyens d’affecter les ressources du Laurion à la constitution d’une flotte de deux cents trières au lieu de verser à chaque citoyen dix drachmes21. Plus tard, on y examine des questions relatives au tribut, par exemple celle de l’augmentation de son montant en 42522. Le décret de Cleinias, que nous situons dans les années 440, atteste l’importance de l’assemblée dans la gestion du phoros23 :

ΘεοίI ἔδοχσεν τɛÞι βολ[ɛÞι καὶ τοι] δέIμοι, Οἰνεὶς ἐπρυ[τάνευε, Σπ]ουIδίας ἐγραμμάτε[υε,... 6... ]ον I5 ἐπεστάτε, Κλενί[ας εἶπε· τὲ]μ βIολὲν καὶ τὸς ἄρχ[οντας ἐν] τεσIι πόλεσι καὶ τὸς [ἐπισκό]πος ἐIπιμέλεσθαι hόπ[ος ἂν χσ]υλλέΙγεται ho (φόρος κ[ατὰ τὸ ἔ] τος hI10 έκαστον καὶ ἀπά[γεται] Ἀθέναζε χσύμβολα δέ π[οιέσα]σθαι πΙρὸς τὰς πόλες hό[πος ἂ]μ μὲ έχσΙɛÞι ἀδικɛÞν τοῖς ἀ [πάγο]σι τὸμ φΙόρον γράφσασα δ[ὲ hε] πόλις ἐς I15 γραμματεȋον τὸ[μ φό]ρον hόντιν’ ἂν ἀποπέμπει σεμεIναμένε τõι συμβ[όλο]ι ἀποπεμπέτο Ἀθέναζε τὸς δὲ ἀπάγοντας ἀποδ[õναι] τὸ γραμματεῖον ἐν τɛÞι βολɛÞι ἀΙναγνõναι hόταμ[πε] ρ τὸμ φόρον ἀποδιδõσι hoι δὲ πρΙυτάνες μετὰ Διο[νύ]σια ἐκκλεσίαν ποιεσάντον τοῖΙ20ς hελλενοταμία[σι ἀ]ποδεῖχσαι Ἀθεναίοις τõμ πόλΙεον τὰς ἀποδόσα[ς τὸμ φόρον ἐ]ντελ ε καί τὰς έλλιπόΙσας χορὶς hόσαι [ἄν τινες ὁσιν·Ἀθ|εναίος δὲ hελομέΙνος ἄνδρας τέττ[αρας ἀποπέμπεν ἐπὶ] τὰς πόλες ἀντIιγραφσομένος τ[ὸμ φόρον τὸν ἀποδοθέντα κα]ὶ ἀπαιΙ25τέσοντας τὸμ μὲ [ἀποδοθέντα παρὰ τõν ἐλλιποσ]õν, τIὸ μὲν δύο πλεν ἐπ[ὶ τὰς ἐπὶ Νέσον καὶ ἐπ’ Ίονίας ἐπὶ] τΙριέρος ταχείας [τὸ δὲ δύο ἐπὶ τάς ἐφ' Έλλεσπόντο κα] ὶ ἐπὶ Θράικες·ἐ[σάγεν δὲ ταῦτα τὸς πρυτάνες ἐς τὲμ] Ι βολὲν καὶ ἐς τὸ [ν δεμον εὐθὺς μετὰ Διονυσία καὶ βο]Ι30λεύεσθαι περὶ τ[ούτον χσυνεχõς hέος ἂν διαπραχθ]ΙɛÞι· κτλ.

“Dieux.
Il a plu au Conseil et au Peuple, la tribu Oineïs exerçait la prytanie, Spoudias était secrétaire, (…) était épistate, Cleinias a fait la proposition.
Que le Conseil, les magistrats des cités et les épiscopoi veillent à ce que le tribut soit collecté chaque année et soit convoyé à Athènes.
Que soient faits des symbola pour les cités afin qu’il ne soit pas possible aux convoyeurs du tribut de frauder.

Chaque cité ayant déclaré par écrit sur une tablette le montant du tribut qu’elle envoie, qu’elle la scelle avec le symbolon et qu’elle fasse apporter le tout à Athènes.
Que les convoyeurs présentent la tablette au Conseil pour qu’on lise le montant du tribut qu’ils remettent.
Que les prytanes, ayant réuni l’Assemblée après les Dionysies, signalent aux hellénotames les cités qui ont remis le tribut dans sa totalité en les séparant de celles qui ne l’ont pas fait, afin qu’elles y soient toutes.
Que les Athéniens désignent quatre hommes pour donner un reçu du versement du tribut et pour le réclamer de nouveau à celles qui ne l’ont pas versé ; deux navigueront dans les Îles et en Ionie sur des trières rapides et deux dans l’Hellespont et en Thrace.

Que les prytanes introduisent cette question immédiatement après les Dionysies devant le Conseil et devant le Peuple et qu’ils délibèrent sans interruption jusqu’à ce que la décision soit prise”.

  • 24 IG, I3, 68, l. 13-15.

7Si le Conseil est responsable de la collecte et du transport du tribut à Athènes, les citoyens athéniens ont la responsabilité de l’élaboration des reçus de versement. Ils connaissaient donc parfaitement le montant du tribut. Dans le décret de Cléonymos, il est également indiqué qu’un rapport est fait devant l’ecclèsia, distinguant les cités qui ont versé le tribut, celles qu’ils l’ont versé en partie et celles qui ne l’ont pas versé24.

  • 25 IG, I3, 61, l. 5-9 et 29-32 ; IG, I3, 62, l. 16-17.
  • 26 Cela n’est en rien une pratique rare : voir aussi IG, I3, 46, 49, 78, 101 et 102. Selon les calcul (...)
  • 27 IG, I3, 68, l. 32, le nom est restitué dans sa totalité ; Meiggs-Lewis, 68 se contente de l’évoque (...)
  • 28 Ruzé 1997, 464-465.

8Dans certains cas, le Conseil laissait le choix à l’assemblée, soit de fixer un nouveau tribut, soit de le maintenir au niveau du montant précédent25. Lorsqu’il s’agit d’améliorer la perception du tribut en nommant dans chaque cité un collecteur responsable, la proposition faite par Cléonymos est suivie d’un amendement qui demande et obtient une nouvelle assemblée26. Le même Cléonymos propose alors un deuxième décret dans lequel des pénalités sont prévues à l’encontre de ceux qui ne respecteraient pas le précédent décret et qui demande un enregistrement des collecteurs dans le Bouleutèrion27. Fr. Ruzé y voit l’intervention de la foule sur l’auteur de la proposition qui complète sa copie28. Les amendements proposés au cours des débats sont le signe de l’intérêt des citoyens pour les questions débattues.

  • 29 Ce point est noté par Kallet-Marx 1994, 250.
  • 30 Xén., Mém., 3.7.6. Selon Arist., Pol., 1319a 13, les artisans ont l’assemblée facile.
  • 31 Aristoph., Cavaliers, 188-189 et 1030s.
  • 32 Harris 2002 estime que 50 % de la population athénienne exerçait une activité non agricole.

9Mais les citoyens disposaient sinon de connaissances plus générales du moins d’aptitudes dans les affaires économiques qu’il ne faudrait pas négliger. D’abord, l’assemblée n’est pas composée d’individus ignorant les opérations financières et leurs techniques29. Si l’on en croit Xénophon, dans le dernier quart du ve s., artisans et commerçants la composent pour une grande part : “des foulons, des cordonniers, des charpentiers, des forgerons, des laboureurs, des marchands, des trafiquants du marché, qui ne pensent qu’à vendre cher ce qu’ils ont acheté à bas prix ; car ce sont ces gens-là qui composent l’assemblée”30. Il semble bien selon Aristophane que les marchands devaient posséder des rudiments de savoir, dont la maîtrise des grammata31. L’ecclèsia était donc composée, au moins en partie, de citoyens qui avaient une certaine familiarité avec les questions financières et économiques32.

  • 33 Whitehead 1986, 236-241 et 315-324 a montré que les responsables des dèmes n’exercent pas des resp (...)
  • 34 Whitehead 1986, notamment 114-119.
  • 35 Pour le ve s., IG, I3, 244B, l. 9-10 et 20-21 ; pour le ive s., SEG, 28, 103 décret II, l. 41-43 ; (...)
  • 36 C’est une hypothèse de Whitehead 1986, 119 n. 176 à partir d’IG, II2, 1182.
  • 37 Whitehead 1986, 150-160.
  • 38 IG, I3, 258 avec le commentaire de Whitehead 1986, 165-169.
  • 39 IG, I3, 258, l. 12-22.

10Ensuite, dans les dèmes, nombreux sont les dèmotai qui participent à la gestion quotidienne des finances33. Les dèmes possédaient trois grandes fonctions : l’établissement des ressources et des dépenses, les affaires religieuses et le choix des magistrats et le contrôle de la remise de leurs comptes34. En effet, à l’instar de la cité proprement dite, les magistrats des dèmes remettaient leurs comptes, sinon dans tous les dèmes du moins dans plusieurs d’entre eux35. Dans certains, un magistrat spécialisé, un antigrapheus, est semble-t-il chargé de présenter les comptes36. Ce souci de vérification se comprend d’autant mieux que les revenus perçus par les dèmes étaient importants et divers. D. Whitehead distingue les taxes et les liturgies, des loyers et des prêts37. Concernant ces derniers, une inscription du ve s. atteste la complexité des opérations financières menées à l’échelle d’un dème, celui de Plothée38. Certains de ces prêts sont accordés par décrets tandis que d’autres sont faits chaque année par les magistrats eux-mêmes39.

  • 40 La fonction spécifique de la comédie comme critique sociale est soulignée par Ps-Xén., Ath., 2.18. (...)
  • 41 Aristoph., Guêpes, 655-660 (traduction CUF).
  • 42 Pébarthe 2000, 48-49.
  • 43 Aristoph., Guêpes, 698-709 (traduction CUF). Ceccarelli 1996, 153-154 replace ce passage dans le c (...)

11Les pièces de théâtre pouvaient également fournir des éléments de réflexion aux citoyens spectateurs40. Aristophane n’hésite pas à faire tenir une comptabilité des revenus de la cité à un de ses personnages dans les Guêpes : “Et d’abord calcule simplement, non avec des cailloux, mais sur tes doigts, le tribut qui nous revient au total des cités alliées ; puis compte, en outre et à part les taxes (τέλη) et les nombreux centièmes, les consignations, mines, marchés, ports, rentes, confiscations. En tout, cela nous fait environ deux mille talents”41. Ce chiffre n’est pas une invention comique, il correspond bien à ce que l’on sait par ailleurs des prosodoi d’Athènes42. Plus loin, Aristophane se fait plus précis et revendique une meilleure répartition des revenus : “Vois donc : tu pourrais être riche, toi et tout le monde, mais par ces éternels partisans du peuple je ne sais comment tu te laisses embobeliner. Tu règnes sur une quantité de villes, depuis le Pont jusqu’à la Sardaigne. Qu’en retires-tu ? Rien que ce misérable salaire. Encore te distillent-ils d’un flocon de laine, goutte à goutte toujours, juste assez pour vivre, comme de l’huile. Car ils veulent que tu sois pauvre, et je te dirai pour quelle raison : c’est pour que tu saches qui c’est qui te dresse et que, lorsqu’il te siffle pour t’exciter contre un de ses ennemis, tu leur sautes dessus avec fureur. Car s’ils voulaient donner au peuple le bien-être, ce serait facile. Ainsi, il y a mille cités aujourd’hui qui nous paient le tribut ; si l’on avait imposé à chacune d’entretenir vingt hommes, vingt mille de nos vaillants démocrates vivraient en pleine abondance…”43

  • 44 L’estimation est de Gomme 1956, 504.
  • 45 Ps-Arist., Ath. pol., 24.3 (traduction CUF) avec le commentaire de Rhodes 1993, 300-302. Il est to (...)

12Le raisonnement peut surprendre par sa facilité et son erreur. Jamais l’empire athénien ne compta mille cités, il n’excéda pas plus de 330 cités environ44. Pourtant, la mise en parallèle avec un extrait de la Constitution des Athéniens indique qu’Aristophane ne dit pas exactement n’importe quoi. Lorsque ce texte évoque la transformation de la ligue en empire, il est dit : “Et [les Athéniens] donnèrent à la foule le moyen de vivre facilement comme l’avait conseillé Aristide ; car les tributs, les taxes et les alliés nourrissaient plus de vingt mille hommes”45.

  • 46 Aristoph., Cavaliers, 304-312.
  • 47 La pièce est commentée par McDowell 1995, 80-112.
  • 48 Thc. 3.36.6. McDowell 1995, 82 comprend le superlatif comme une référence au volume sonore et à la (...)
  • 49 IG, I3, 71.
  • 50 Aristoph., Cavaliers, 946-959. Le Charcutier évoque un peu avant une proposition que le Paphlagoni (...)
  • 51 IG, I3, 68. Aristophane cite cependant plusieurs fois un autre Cléonymos connu pour sa lâcheté (pa (...)
  • 52 Thc. 3.19.1 avec Brun 1983, 23-24.
  • 53 Aristoph., Cavaliers, 923-924 (traduction CUF modifiée).

13Un autre passage, cette fois-ci extrait des Cavaliers, évoque le tribut dans des termes moins explicites. Le Chœur s’adressant au Paphlagonien lui reproche : “Ton effronterie remplit tout le pays, les magistratures, les accusations publiques et les tribunaux, ô remueur de fanges et tu as déboussolé toute notre cité toi qui nous a assourdis, nous Athéniens, en criant et en surveillant du haut des collines les tributs”46. Le contexte n’est pas ici indifférent47. La pièce a été représentée aux Lenaia de 424. Elle est une charge virulente contre Cléon qui se cache derrière le Paphlagonien. En quelques lignes, Aristophane évoque des comportements et des événements précis. Par l’assourdissement, il renvoie aux habitudes de Cléon comme orateur. Thucydide le qualifie d’orateur le plus violent des citoyens, ὢν καὶ ἐς τά ἄλλα βιαιότατος τῶν πολιτῶν48. La surveillance des tributs nous semble être une allusion à l’augmentation du phoros de 425/424 qui se traduit pour de nombreuses cités par un doublement ou un triplement de leur contribution49. Dans une confusion plaisante, le Dêmos retire son anneau au Paphlagonien, c’est-à-dire sa confiance (l’anneau fait référence au sceau de la cité et donc aux propositions de décret)50. L’examinant, il s’aperçoit qu’il s’agit de celui de Cléonymos et le rejette. Cet individu est vraisemblablement l’auteur d’une proposition de décret qui réorganise la collecte du tribut51. On voit donc la connaissance précise d’Aristophane sur le sujet et son souci de faire réfléchir les spectateurs sur le tribut et sa conséquence selon lui, la guerre. Dans un autre passage, Aristophane mentionne l’eisphora qui a été perçue au moment du siège de Mytilène, “pour la première fois”52. Le Paphlagonien menace en effet le Charcutier en ces termes : “Tu me le paieras joliment, écrasé que tu seras par les eisphorai53.

  • 54 Dans une autre pièce, postérieure de deux ans, Aristophane évoque de nouveau une dénonciation de C (...)
  • 55 Aristoph., Cavaliers, 258-259 (traduction Debidour modifiée).
  • 56 Aristoph., Cavaliers, 278-279 (traduction CUF).
  • 57 Pébarthe 2000, en particulier 71-72.

14Quant aux accusations et aux tribunaux, deux passages au moins les explicitent54. Lorsque le Paphlagonien est frappé par le Charcutier, le Coryphée commente : “Et c’est justice, puisque tu dévores les biens de la cité avant d’être désigné par le sort, que tu tâtes comme figues les magistrats dont on examine les comptes”55. L’allusion à la remise des comptes est explicite tout comme celle à la sycophantie. Autre exemple, le Paphlagonien menace le Charcutier de la dénonciation suivante : “Cet homme-là, je le dénonce, et je soutiens qu’il exporte pour les trières péloponnésiennes des bouillons de viande”56. Après le déclenchement de la guerre, les Athéniens ont étendu leur interdiction de commercer à l’ensemble des alliés péloponnésiens et non seulement aux Mégariens57.

  • 58 La fonction pédagogique du théâtre est soulignée par Aristophane (Aristoph., Guêpes, 1009s., 1030s (...)
  • 59 On connaît quatorze théâtres en Attique, à l’extérieur de la ville (Whitehead 1986, 219-220).
  • 60 Les Cavaliers et les Guêpes sont les deux pièces parvenues jusqu’à nous dans lesquelles la questio (...)
  • 61 Aristophane porte à la fois la voix de la cité et exprime sa propre conception des choses. Carey 1 (...)
  • 62 Selon Goldhill 1990, les Dionysies sont avant tout une fête de la cité démocratique, au cours de l (...)
  • 63 Meier 1991, 76-77.

15L’analyse de ce passage confirme que le théâtre, surtout la comédie, permettait à des poètes d’exprimer leurs opinions, ce qui n’est pas nouveau, et qu’il fournissait des arguments aux spectateurs qui trouvaient là une source d’informations supplémentaires58. Rappelons que les pièces étaient également représentées dans les dèmes59. Souvent, le débat concernait la politique mais les deux passages d’Aristophane étudiés montre que des éléments économiques, principalement la question de la répartition des revenus, constituaient des sujets de discussion60. En outre, il est intéressant de noter que les chiffres ne semblent pas être l’objet du débat. Les arguments développés par l’auteur comique s’appuient sur un ensemble de références partagés, en l’occurrence les revenus de la cité61. Enfin, au cours même des Dionysies, le tribut était versé et exposé au théâtre62. “L’un après l’autre les porteurs de talents font leur entrée : plusieurs centaines d’hommes ; de la façon dont on les transporte, les spectateurs peuvent même faire le compte de cet argent”63.

  • 64 Pébarthe 2005.
  • 65 Davies 1994 et Samons 2000, 312-317.
  • 66 IG, I3, 363, 370 et 375.
  • 67 Samons 2000, 313.
  • 68 Samons 2000, 313.
  • 69 Davies 1994, 208.
  • 70 Il paraît paradoxal de considérer que l’absence de publicité donnée à la fortune monétaire de la c (...)

16Les citoyens pouvaient également consulter les écrits affichés sur pierre pour s’informer, même si la principale fonction de ces textes n’était pas l’information mais bien l’exposition64. Toutefois, dans le cas des affaires financières, les inscriptions ne sont pas nombreuses et ne couvrent pas l’ensemble du domaine des finances publiques65. Les trésoriers d’Athéna publient sur pierre les prêts faits à la cité66. En revanche, les hellénotames et les responsables du démosion ne publient jamais leurs comptes sur pierre, du moins à notre connaissance. Le décret de Callias prouve que la cité est loin de mettre sur pierre l’ensemble de ses dettes. “It is clear […] that the Athenians made no effort to publish on stone systematically the fundamental records of their most important financial officials”67. Dès lors, il n’est pas possible de mettre en avant un principe démocratique d’accès à l’information ou bien l’idée de l’inscription comme terme de la reddition de compte. “Given these facts, it seems impossible to attribute Athenian publication practice in the area of finance to some kind of ‘democratic principle of freedom of information’ or to an attempt ‘to provide accountability’ for Athens’ officials”68. L’absence d’inscriptions avant 434/433 demeure étonnante, particulièrement parce que cette période correspond à un optimum pour le trésor69. L’importance quantitative du trésor n’est pas un facteur explicatif. Sans doute les Athéniens souhaitaient-ils afficher leur piété à l’encontre d’Athéna en publiant ces documents qui énumèrent la richesse de la cité et donc celle des dieux ; en retour, les divinités n’hésitent pas à prêter leur fortune pour aider Athènes70. Enfin, le montant du phoros n’a jamais été mis par écrit. Les listes dont nous disposons sont celles des prémices et la forme de la stèle, plus de 3,60 m de hauteur pour la première pierre (454/453-440/439), ne permettait pas la consultation, d’autant que les lettres gravées mesuraient entre 1 et 2 mm.

  • 71 Voir infra.
  • 72 IG, I3, 68, l. 17-20.
  • 73 Voir aussi le décret sur les prémices d’Éleusis (IG, I3, 78, l. 27-30).
  • 74 Aristoph., Oiseaux, 1286-1289.

17Sur des supports périssables et/ou temporaires, les Athéniens trouvaient aussi des informations. Ils étaient amenés à examiner les comptes des magistrats et à juger de leur bonne gestion71. Le décret de Cléonymos prévoit une exposition sur des sanides réalisées par les hellénotames des noms et montants de chaque cité tributaire72. Le lieu d’affichage figure dans la lacune et plusieurs restitutions ont été proposées. Il importe peu de le déterminer dans notre perspective. Il suffit de souligner la volonté manifeste que représente cet affichage temporaire73. Outre des informations financières brutes, les Athéniens prenaient connaissance des propositions de décret qui allaient être discutées à l’assemblée par ce biais. Aristophane décrit ses concitoyens comme des oiseaux qui chaque matin se jettent sur des biblia et se nourrissent de décrets74.

  • 75 Arist., Rhét., 1359b 23-32 (traduction CUF). Cic., Leg., 3.41, De or., 1.159, 1.201, 2.337 et Ps-S (...)

18Une catégorie de citoyens numériquement peu importante doit être étudiée en soit, celle des rhètores, les orateurs. Dans le domaine des revenus, si l’on en croit Aristote, ils devaient posséder des connaissances solides75 :

“Celui qui veut donner des conseils sur les revenus devra connaître les ressources de sa cité, leur nature et leur nombre, afin de faire ajouter celles qui manquent et augmenter celles qui sont insuffisantes ; comme aussi toutes les dépenses de sa cité, afin de faire supprimer celles qui sont superflues et réduire celles qui sont excessives […] L’expérience des finances de son pays ne suffit pas pour s’élever à une vue d’ensemble ; il est encore nécessaire pour donner des conseils autorisés en ces matières de pouvoir faire une enquête historique sur les procédés inventés chez les autres peuples”.

  • 76 Xén., Mém., 3.6.5-6.
  • 77 Pour le ve s., on pense à Thucydide et à la lecture qu’en ont proposée Kallet-Marx 1993 et Kallet (...)

19Le Socrate de Xénophon tient un raisonnement identique en moquant Glaucon, un jeune homme désireux de mener l’assemblée76. Ces dispositions particulières étaient acquises d’abord par le contact avec des maîtres, des sophistes le plus souvent pour la période qui nous intéresse. Puis, la fréquentation de certaines œuvres leur permettait de parfaire leurs connaissances et d’approfondir leur réflexion. S’il n’existe pas à proprement parler de livres d’économie, certains écrits témoignent d’un intérêt majeur pour les questions ayant trait aux revenus77.

  • 78 Sur l’importance de la rumeur, Gotteland 1997 et 2001, 71-84.
  • 79 Thc. 2.13.9 semble indiquer que la partie financière de l’Oraison funèbre n’est pas traditionnelle (...)
  • 80 Lysias, Pour l’invalide, 20.
  • 81 Plut., Moralia, 509A et Nic., 30 avec le commentaire de Gotteland 1997, 89.
  • 82 Dém., Ambassade, 122-124.
  • 83 Respectivement Aristoph., Assemblée des femmes, 372s et 550s. Les femmes sortaient et discutaient (...)
  • 84 Ober 1989, 148 affirme que la rumeur et les discussions sont deux moyens très importants de commun (...)

20Cependant, les informations économiques sur la cité qui circulaient parmi les citoyens prenaient aussi une forme orale78. Le plus souvent, il s’agissait donc de discussions informelles, sur l’agora ou chez soi, parfois de moments plus solennel comme l’oraison funèbre79. L’agora est en effet le lieu de la parole voire même du bavardage80, le lieu où certaines informations s’échangent pour la première fois ; un barbier apprend ainsi le désastre de Sicile81. Les orateurs n’hésitent pas à s’y faire entendre82. Y discutait-on des décrets affichés ? Aucune source ne l’indique mais c’est probable. Dans l’Assemblée des femmes, les nouvelles de l’ecclèsia et des décisions prises se font entre voisins (Blépyros et Chrémès) et même entre mari et femme (Praxagora et Blépyros)83. Si on doit tenir compte de la dimension comique et de la dimension scénique – le dialogue permet aux personnages d’échanger des informations à destination des spectateurs –, cette scène contient des éléments de vérité. On discutait des décisions prises et des décisions à prendre. Il n’y a pas de raison de supposer que les affaires économiques échappaient à cela84.

  • 85 Plut., Périclès, 15.1 (traduction CUF).
  • 86 Kallet-Marx 1994, 233-235.
  • 87 Kallet-Marx 1994, 235.

21Cette combinaison se retrouve dans certaines descriptions de l’autorité de Périclès. “La plupart du temps le peuple le suivait de son plein gré, et c’est par la persuasion et les conseils qu’il le conduisait”85. Par ses discours, le stratège athénien serait à l’origine des informations économiques et financières que les citoyens utilisent pour débattre. Cela suppose qu’il consulte d’une manière ou d’une autre des documents officiels auxquels les autres citoyens n’ont pas accès, soit parce qu’ils sont trop techniques, soit parce que ces derniers ne souhaitent pas s’informer. Selon la démonstration de L. Kallet-Marx, le rhètôr est un didaskalos86. “Now the professionalism required in rhetores by the mid-fifth century alone confirms that the distance between political leader and the mass of the citizenry would have been growing through the disparity in knowledge and thus power”87. Périclès tire-t-il son autorité simplement de son savoir sur l’économie ? Quel rôle joue son talent oratoire ? Est-il simplement une source d’information pour les citoyens ou bien impose-t-il les décrets à des citoyens qui ne comprennent rien ?

Pendant le debat : Périclès on stage88

  • 88 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de M. Vickers en lui donnant une acception différente (Vi (...)

22— Un cas d’école

  • 89 Plut., Périclès, 23.1 (traduction CUF). L’anecdote est aussi évoquée par Aristophane (Aristoph., N (...)

“En rendant les comptes de sa charge de stratège, Périclès inscrivit une somme de dix talents comme dépensée ‘par nécessité’, eis to déon. Le peuple approuva sans s’informer davantage et sans l’interroger sur ce qu’il tenait secret”89.

  • 90 Kallet-Marx 1994, 236.

23Lisa Kallet-Marx en tire la conclusion suivante : “It also implicitly acknowledges that it was acceptable to the demos not to know and judge all financial matters involving its own money”90. Cela nous paraît excessif. L’anecdote révèle l’autorité de Périclès sur l’assemblée. Mais l’allusion d’Aristophane laisse penser que les commentaires avaient été nombreux. Plus généralement, le pouvoir de Périclès se comprend d’autant mieux si le reste du temps il y avait discussion.

24— L’orateur Périclès

  • 91 Thc. 2.65 (traduction CUF).

25Périclès est un orateur dont les sources rappellent l’autorité91 :

“Périclès avait de l’autorité, grâce à la considération dont il jouissait et à ses qualités d’esprit et que, de plus, pour l’argent, il montrait une éclatante intégrité : aussi tenait-il la foule, quoique libre, bien en main, et, au lieu de se laisser diriger par elle, il la dirigeait ; en effet, comme il ne devait pas ses moyens à des sources illégitimes, il ne parlait jamais en vue de faire plaisir, et il pouvait au contraire mettre à profit l’estime des gens pour s’opposer même à leur colère. En tout cas, chaque fois qu’il les voyait se livrer mal à propos à une insolente confiance, il les frappait par ses paroles en leur inspirant de la crainte ; et, s’ils éprouvaient une frayeur déraisonnable, il les ramenait à la confiance. Sous le nom de démocratie, c’était en fait le premier citoyen qui gouvernait”.

26Ce portrait rédigé par Thucydide révèle que Périclès savait imposer des décisions à la cité. Pour autant, sans le dire vraiment, l’historien reconnaît que des oppositions s’exprimaient, parfois avec violence (“il pouvait au contraire mettre à profit l’estime des gens pour s’opposer même à leur colère”). En cela, il s’opposerait aux orateurs du dernier quart du ve s.

  • 92 Plut., Périclès, 7.7 (traduction CUF).
  • 93 Dém., C. Néaira., 43 dénonce ces pratiques ; Eschine, C. Ctésiphon, 125-126 accuse Démosthène d’êt (...)

27En outre, Périclès savait moduler ses interventions et avait mis en place une véritable stratégie de communication92 : “Périclès, pour échapper à la satiété que provoque une continuelle présence, ne s’approchait du peuple que par intervalles. Il ne parlait pas à tout propos et n’intervenait pas sans cesse dans l’assemblée. Il se réservait, selon le mot de Critolaos, comme la trière salaminienne, pour les grandes occasions, tandis que, pour traiter les affaires courantes, il faisait parler à sa place des amis ou des membres de son parti”. Dans le même ordre d’idée, pour se protéger d’éventuelles représailles, Périclès a peut-être recouru à des prête-noms. Si l’on en croit Démosthène en effet, les sycophantes n’hésitaient pas à vendre leur nom et à proposer des décrets dont ils n’étaient pas les auteurs véritables93.

  • 94 Podlecki 1998, 17-34.
  • 95 Pernot 2000, 27-38.
  • 96 Thc. 8.68.1.
  • 97 Platon, Phèdre, 228a-b (traduction CUF).
  • 98 Plut., Démosthène, 8 affirme que Démosthène était souvent sollicité pour donner son avis sur le dé (...)
  • 99 Platon, Phèdre, 257d-258e (traduction CUF) avec le commentaire de Bertrand 1999, 202-204.

28Maître en rhétorique, Périclès n’en était pas moins un homme de l’écrit. Les sources mentionnent en effet qu’il suivit l’enseignement de plusieurs penseurs comme Damon, Pythocleidès, Zénon et Anaxagoras, dont certains apparaissent comme sophistes94. Or ces derniers n’hésitaient pas à discourir sur un sujet proposé par leur auditoire mais ils rédigeaient aussi des traités de lieux communs (Gorgias) ou d’arguments pour et contre (Protagoras, Antilogies)95. Antiphon est connu pour ses écrits et pour l’aide qu’il apportait à qui le sollicitait au sujet d’une intervention pour l’assemblée96. En se moquant des personnes qui travaillent sur ce type d’écrits, le Phèdre dresse le portrait d’un jeune homme, Phèdre, recueillant avec précision le discours tenu par un maître, en l’occurrence Lysias, et l’étudie ensuite. Socrate imagine la scène : “Je suis sûr qu’entendant un discours de Lysias, Phèdre ne s’est pas borné à l’entendre une fois. À plusieurs reprises, revenant à la charge, il a demandé à Lysias de le lui lire, ce que l’autre a fait avec empressement. Mais ce n’était pas assez pour Phèdre : il a fini par prendre le rouleau des mains de l’auteur, il a revu les passages qu’il désirait le plus revoir”97. Phèdre en possède un exemplaire qu’il lit et discute avec Socrate. Selon toute vraisemblance, les grands discours prononcés par Périclès, sinon tous, donnaient lieu à une rédaction préalable, à une mise en forme écrite des arguments98. Si une réplique de Phèdre laisse entendre qu’il n’était pas de bon ton “d’écrire des discours et de laisser derrière eux des écrits de leur main […]. Ils ont peur d’être appelés sophistes”, Socrate objecte que cela n’inclut pas les décrets et que dans l’ensemble “il n’y a, en soi, rien de laid à écrire des discours”99.

  • 100 Pour le ive s., voir par exemple Eschine, Ambassade, 64 et 68 ou bien Hypéride, Pour Euxénippe, 8.
  • 101 Ruzé 1997, 448-455. Cf. plus généralement Sickinger 2002.
  • 102 Aristoph., Thesmophories, 431-432 (traduction CUF). Aristoph., Nuées, 1429 mentionne la rédaction (...)

29Cela est d’autant plus vrai que le décret est une affaire d’écriture. La formule, ὁ δεῖνα εἶπεν, ne doit pas tromper100. Si certains décrets étaient proposés directement à l’assemblée, sans étape probouleumatique, il fallait néanmoins passer par une mise par écrit101. Lorsque l’une des femmes prend la parole à l’assemblée des femmes, elle exprime ses griefs à l’encontre d’Euripide et achève ainsi son discours : “Voilà ce que je dis hautement ; le reste, je le rédigerai avec le secrétaire”102.

30— Périclès et le débat économique

  • 103 Plut., Périclès, 12.5-6 (traduction CUF). Descat 1995, 976-978 insiste sur l’importance des artisa (...)

31Quels étaient les arguments évoqués par Périclès dans le domaine économique ? Les sources manquent pour reconstruire avec certitude le débat présidant aux travaux d’aménagement de l’Acropole mais il demeure possible d’en deviner la teneur par l’intermédiaire de Plutarque103 :

“À ceux qui avaient l’âge et la force de faire la guerre le trésor public fournissait abondamment de quoi vivre ; mais pour la masse ouvrière, qui n’était pas enrôlée, Périclès ne voulait ni qu’elle fut privée de salaires ni qu’elle en touchât sans travailler et sans rien faire. En conséquence il proposa résolument au peuple de grands projets de constructions et des plans d’ouvrages qui mettraient en œuvre beaucoup de métiers et demanderaient beaucoup de temps. De la sorte, la population sédentaire aurait le même droit que les matelots et les soldats en garnison ou en expédition d’être aidée et de toucher sa part des fonds publics. [suit une liste de matières premières et de corps de métiers] Chaque métier disposait, ainsi qu’un général de son armée à lui, de la foule des ouvriers non spécialisés et des manœuvres, qui étaient comme l’instrument et le corps à son service. C’est ainsi que les besoins distribuaient et disséminaient le bien-être sur presque tous les âges et toutes les conditions”.

  • 104 Raaflaub 1998, 22-23.
  • 105 Aristoph., Paix, 447-448, 545-549 et 1210-1264.
  • 106 Lysias, C. Ératosthène, 19.

32Le premier élément du débat concerne les bénéficiaires de l’empire, en bref tous ceux qui participent à l’effort de guerre104. Aristophane ne se prive pas de le faire remarquer et de moquer tous les profiteurs des conflits105. Au moment de l’épisode des Trente, l’atelier de Lysias est très prospère106. On y trouve sept cents boucliers et cent vingt esclaves. Les Athéniens n’ignoraient rien de la prospérité de certains artisans et la revendication d’un meilleur partage des ressources n’a pu que voir le jour, revendication à laquelle Périclès répondit par sa politique de construction publique.

  • 107 Kallet 1998, 48.
  • 108 Thc. 2.13.3.
  • 109 Kallet 1998, 48-52.
  • 110 Plut., Périclès, 12.2 (traduction CUF).
  • 111 Plut., Périclès, 14.1 (traduction CUF modifiée). En dernier lieu, voir le commentaire de Podlecki (...)
  • 112 Tacon 2001, en particulier 182-184.
  • 113 Kallet 1998 et Samons 2000, 25-163, notamment 150-163.
  • 114 Plut., Périclès, 12.2-3.
  • 115 Avec des arguments différents mais une conclusion proche, Kallet-Marx 1989 et Giovannini 1990 et 1 (...)

33Les sommes engagées sont considérables. Le Parthénon aurait coûté près de 500 talents et la statue chryséléphantine entre 700 et 800 talents107. Le coût total du projet a été estimé à 2 000 talents. Ce chiffre est à rapporter aux 10 000 talents de réserve de la cité des années 440108. L’importance de la dépense a-t-elle été discutée par l’assemblée au moment du lancement du projet ?109 Plutarque mentionne deux critiques. La première n’est pas attribuée : “Aussi la Grèce pense-t-elle qu’elle est victime d’une terrible violence et d’une tyrannie manifeste, quand elle voit qu’avec des tributs qu’elle est forcée de fournir en vue de la guerre, nous dorons et embellissons notre ville, comme une femme coquette, en la parant de pierres précieuses, de statues et de temples de mille talents”110. La deuxième serait le fait de l’entourage de Thucydide, fils de Mélésias : “Thucydide et d’autres orateurs de son entourage poursuivaient Périclès de leurs cris, l’accusant de dilapider le patrimoine et de gaspiller les revenus. Périclès demanda dans l’assemblée au peuple s’il trouvait qu’il avait beaucoup dépensé : ‘Oui, répondit-on, et beaucoup trop’”111. Quelle crédibilité accorder à ce type d’anecdotes ? La discussion d’un orateur avec les membres de l’ecclèsia est sans conteste une pratique courante112. Autre élément important, la distinction faite entre les chrèmata d’un côté et les prosodoi de l’autre, le patrimoine de la cité et ses revenus proprement dits. Les inscriptions en notre possession confirment que le tribut ne constitue au mieux qu’une partie du financement et encore cela n’est pas certain113. Les chrèmata, autrement dit essentiellement le trésor d’Athéna, et divers prosodoi provenant des magistrats contribuèrent à ces grands travaux. Il y a là une contradiction légère puisqu’il semble que certains accusaient avant tout Périclès de détourner l’argent des alliés114. Il faut considérer qu’il s’agissait d’une accusation sans réel fondement, qui peut-être provenait d’alliés mécontents de la domination athénienne115.

  • 116 Platon, Prot., 319c-d (traduction CUF). Selon Arist., Rhét., 1414a 8-10, les discours à l’assemblé (...)
  • 117 Plut., Périclès, 16.3-4.
  • 118 Xén., Mém., 3.6.5-6.
  • 119 Ruzé 1997, 385-387.

34Mais les Athéniens se préoccupaient-ils vraiment du bouclage financier de l’opération ou se contentaient-ils de l’esprit général du projet, à savoir une redistribution des revenus ? Si l’on en croit Platon, lorsque les problèmes abordés étaient techniques, seuls les spécialistes prenaient la parole, ou du moins ceux qui étaient reconnus comme tel : “Quand l’assemblée se réunit, s’il s’agit pour la cité de constructions à entreprendre, on appelle en consultation les architectes, s’il s’agit de navires, les constructeurs de navires, et ainsi de suite pour toutes les choses qu’ils considèrent comme pouvant s’apprendre et s’enseigner ; et si quelque autre, qui ne soit pas regardé comme un technicien, se mêle de donner son avis, fût-il beau, riche, ou noble, on ne l’en écoute pas davantage, mais au contraire on se moque de lui et on fait du bruit, jusqu’à ce qu’enfin le donneur de conseils ou s’en aille de lui-même devant le tapage ou soit arraché de la tribune et chassé par les archers sur l’ordre des prytanes […]. S’il s’agit au contraire des intérêts généraux de la cité, on voit se lever indifféremment pour prendre la parole, architectes, forgerons, corroyeurs, négociants et marins, riches et pauvres, nobles et gens du commun, et personne ne leur jette à la tête, comme dans le cas précédent, le reproche de venir sans étude préalable, sans avoir jamais eu de maîtres, se mêler de donner des conseils”116. À quelle catégorie appartenait Périclès ? Lui reconnaissait-on une spécialité quelconque en matière économique ? Selon Plutarque, il était connu pour une gestion privée particulièrement efficace117. Mais cela ne suffisait pas. L’éducation qu’il avait reçue constituait un bien meilleur argument et si l’on en croit Socrate, tout dirigeant se devait de maîtriser la question des ressources de la cité118. En outre, sa stratégie lui conférait une autorité particulière119.

  • 120 IG, I3, 462-466 et Meiggs-Lewis, 60 avec le commentaire de De Waele 1989, 399-400.
  • 121 IG, I3, 436-451 avec Kallet 1998, 48-49 sur IG, I3, 439, 440, 444 et 445 et plus généralement Kall (...)

35Les sources épigraphiques permettent de préciser le financement de certains aménagements. Celui des Propylées révèle une grande complexité120. Pas moins de cinq sources de financement ont pu être identifiées : vente de surplus provenant des matériaux de construction ; solde de l’année précédente ; contribution de plusieurs magistratures, notamment les trésoriers d’Athéna et les hellénotames ; locations de maison et des mines du Laurion ; et dons privés. Bien que mises sur pierre, ces informations étaient-elles consultées ? Il est difficile de le savoir. Il semble que ces inscriptions rendent compte de l’argent reçu et dépensé dans une perspective institutionnelle. La présence du secrétaire laisse entendre que ces comptes étaient placés dans les archives. Le financement du Parthénon atteste une complexité équivalente121. L’essentiel des contributions proviennent de la déesse mais d’autres contributeurs apparaissent de façon irrégulière : les hellénotames, les teichopoioi, les xenodikai, les trieropoioi (…) Or, Athéna avait parfaitement les moyens de se dispenser de ces aides ponctuelles. L’hypothèse la plus naturelle est alors de comprendre ces fonds comme le solde des fonds alloués à ces magistratures. La multiplicité des sources de financement inviterait donc à considérer que les citoyens ne se préoccupaient pas de ce genre de détail, pas plus qu’ils ne consultaient les archives des constructions.

  • 122 Par exemple, Aristoph., Guêpes, 960-961 cité infra.
  • 123 Aristoph., Guêpes, 894-897 (traduction CUF).
  • 124 Aristoph., Guêpes, 960-961 (traduction CUF).
  • 125 Aristoph., Guêpes, 963-966.
  • 126 Plut., Périclès, 32.3 (traduction CUF). Pour la date, voir Roberts 1982, 59-60.
  • 127 Nous reprenons l’hypothèse de Stadter 1989, 301.
  • 128 IG, I3, 84 avec Sinclair 1988, 90.
  • 129 Dans la proposition initiale, le coût était assumé par un revenu tiré du sanctuaire.

36Toutefois, la remise des comptes par tout magistrat supposait un examen des comptes mis par écrit122. Chaque citoyen pouvait à cette occasion se faire une idée précise des sommes engagées et dépensées. Lorsqu’un doute existait, il suffisait de rédiger un acte d’accusation. Une version amusante en est donnée par Aristophane : “Plainte a été portée par Chien Cydathénien contre Labès Aixonien, coupable d’avoir à lui seul dévoré le fromage de Sicile. Peine : un carcan de figuier”123. L’affaire concerne un compte écrit comme un autre passage l’indique. Philocléon remarque à propos de Labès : “J’aurais voulu qu’il ne sût même pas ses lettres ; il n’aurait pas pu falsifier l’état de compte qu’il nous a dressé”124. Un tamias est ensuite convoqué, Aristophane le nomme râpe à fromage, et on lui demande s’il a râpé tout le fromage reçu pour les soldats125. Or, nous savons par Plutarque qu’un certain Dracontidès avait proposé avec succès un décret à l’assemblée “portant que Périclès rendrait compte de sa gestion financière devant les prytanes”, vraisemblablement en 438126. Les logoi tôn chrèmatôn mentionnés renvoient à sa charge d’épistate pour la statue chryséléphantine et non pour sa stratégie127. À cette occasion, les citoyens pouvaient examiner les comptes des travaux en cours, vérifier la provenance des sommes et leur affectation. Plus généralement, ils ne se privaient pas d’intervenir sur des aspects aussi techniques que le financement de telle ou telle mesure comme une étude des amendements le révèle. Dans le décret relatif au sanctuaire de Codros, Néleus et Basilè, l’auteur de la proposition, Adosios, amende lui-même son texte128. Il augmente ainsi la pénalité en cas de non-respect de la décision et surtout il modifie l’origine du revenu finançant l’embellissement du temple. Le locataire prend à présent ces derniers frais à sa charge129.

  • 130 Ober 1996, 24-25 considère que les finances constituent un sujet complexe, ce qui supposait la for (...)
  • 131 Bertrand 1999.
  • 132 Les débats économiques à Athènes ne se caractérisent donc pas par une “approche étroitement fiscal (...)

37En somme, les débats financiers et économiques à l’époque de Périclès, qui concernaient avant tout la question de la répartition des revenus, ne se résumaient pas à un échange inégal d’informations, le rhètôr dominant l’assemblée par son savoir et par ses qualités d’orateur. Disposant de sources aussi bien écrites qu’orales, jouissant d’expériences multiples et diverses, les citoyens se montraient attentifs à l’argumentation qui leur était proposée et n’hésitaient pas, lorsqu’ils en éprouvaient la nécessité, à vérifier les comptes des magistrats ou plus simplement à intervenir à l’ecclèsia130. Le système de communication qui apparaît ainsi ne se résume ni en une domination de l’oralité, ni en un usage spécialisé de l’écriture. Les deux media font système sans être confinés à une activité particulière. En revanche, il est certain que l’interaction qui régit la communication sur les affaires économiques signe une démocratie, véritablement entre écriture et oralité. La comparaison avec la cité des Magnètes en fournit une illustration éclairante131 : du côté de la cité de Platon, une épigraphie inexistante en ce domaine ou presque (seules des dispositions relatives au commerce sont affichées et elles s’adressent surtout aux étrangers) et une parole surveillée, destinée à faire taire les interprétations divergentes ; du côté d’Athènes, des écritures affichées variées (inscriptions, affiches temporaires et autres ouvrages) et une parole foisonnante (du discours écrit de l’orateur au chahut de l’assemblée). Les informations financières et économiques placées es meson constituent les termes du débat à mener, un espace public pour l’opinion publique athénienne132.

  • 133 Nous reprenons ici la thèse d’Ober 1989.
  • 134 Platon, Gorgias, 515e.

38Si élite il y a, sa supériorité n’est que relative133. Certes, par son éducation et par ses connaissances, par sa maîtrise de la rhétorique, elle domine la masse. Mais cette dernière impose en réalité son éthos auquel doit correspondre le discours de l’orateur. Périclès n’a pas rendu les Athéniens philargyroi, il a intégré leurs préoccupations de redistribution des revenus dans les décisions qu’il leur soumettait134. Son autorité trouve son fondement justement dans la responsabilité qu’il laisse aux membres de l’ecclèsia de décider après en avoir débattu. Le pouvoir politique au sein de la cité athénienne est donc bien entre les mains du peuple.

Notes

1 Thc. 3.38.4-7 (traduction Ruzé 1997, 469-470). En dernier lieu, voir Loraux 1999, 30-31.

2 Thc. 1.22.1 avec Hornblower 1997, 59-60.

3 Denys d’Hal., Essai sur Thucydide, 34-48.

4 Finley 1987b.

5 Yunis 1991 a montré que Thucydide distingue deux rhétoriques, l’une qui instruit le peuple, pratiquée par Périclès, et l’autre qui se contente de persuader l’ecclèsia, avec Cléon comme modèle.

6 Migeotte 1996 propose une approche générale de cette question tout en considérant Athènes comme une cité atypique (p. 82).

7 Nous reprenons ici la réflexion de Bresson 2000, 268-271. Pour mémoire, nous rappelons la définition donnée par Généreux 2001, 9 : “L’économie étudie la façon dont les individus ou les sociétés utilisent les ressources rares en vue de satisfaire au mieux leurs besoins”.

8 Finley 1987c, 73. Plus loin, le même auteur évoque leur ignorance (p. 92).

9 Finley 1987c, 69.

10 Arist., Rhét., 1359b 19-23 (traduction CUF).

11 Rhodes 1972, 88 : “Finance was a matter of great concern to the Athenians”. Voir plus généralement Migeotte 1996, 85-89.

12 Kallet-Marx 1994, 228-232.

13 Cf. sur ces questions, Pébarthe 2006.

14 Rhodes 1972, 88-113.

15 IG, I3, 34, l. 5-11 cité infra. Voir aussi Ps-Xén., Ath., 3.2.

16 IG, I3, 68, l. 11-16 et 52-57.

17 IG, I3, 71.

18 Par exemple, les trésoriers d’Athéna reçoivent les surplus de caisse en présence du Conseil (IG, I3, 52A, l. 18-22 et pour le ive s. Ps-Arist., Ath. pol., 47.2-3). Voir plus généralement Rhodes 1972, 91-93.

19 Il est également impliqué dans la gestion des finances du culte d’Éleusis (IG, I3, 32, l. 14-17 et 28-30) et dans le décret sur les prémices d’Éleusis (IG, I3, 78).

20 Finley 1976, 82.

21 Hdt. 7.144 et Plut., Thémistocle, 4.1-2. Picard 2001 propose une analyse nouvelle de cette question à la lumière de la numismatique.

22 IG, I3, 71.

23 IG, I3, 34, l. 1-31. Pour une traduction et un commentaire, voir Pébarthe 2000, 58-61.

24 IG, I3, 68, l. 13-15.

25 IG, I3, 61, l. 5-9 et 29-32 ; IG, I3, 62, l. 16-17.

26 Cela n’est en rien une pratique rare : voir aussi IG, I3, 46, 49, 78, 101 et 102. Selon les calculs de Fr. Ruzé pour le ve s., en moyenne, 50 % des décrets étaient amendés, ce qui atteste l’importance des discussions qui ne concernaient pas toutes les affaires financières (Ruzé 1997, 463).

27 IG, I3, 68, l. 32, le nom est restitué dans sa totalité ; Meiggs-Lewis, 68 se contente de l’évoquer dans l’apparat critique.

28 Ruzé 1997, 464-465.

29 Ce point est noté par Kallet-Marx 1994, 250.

30 Xén., Mém., 3.7.6. Selon Arist., Pol., 1319a 13, les artisans ont l’assemblée facile.

31 Aristoph., Cavaliers, 188-189 et 1030s.

32 Harris 2002 estime que 50 % de la population athénienne exerçait une activité non agricole.

33 Whitehead 1986, 236-241 et 315-324 a montré que les responsables des dèmes n’exercent pas des responsabilités dans les organes centraux (voir aussi Osborne 1985, 83-87). Cela n’enlève en rien la formation que représentait la participation aux affaires du dème dans le seul cadre de l’assemblée (contra Ober 1989, 116).

34 Whitehead 1986, notamment 114-119.

35 Pour le ve s., IG, I3, 244B, l. 9-10 et 20-21 ; pour le ive s., SEG, 28, 103 décret II, l. 41-43 ; IG, II2, 1174, l. 15-18 ; IG, II2, 1183, l. 16 et 8-13 ; SEG, 33, 147, l. 57-60 ; IG, II2, 1216, fr. a, l. 7 et 10.

36 C’est une hypothèse de Whitehead 1986, 119 n. 176 à partir d’IG, II2, 1182.

37 Whitehead 1986, 150-160.

38 IG, I3, 258 avec le commentaire de Whitehead 1986, 165-169.

39 IG, I3, 258, l. 12-22.

40 La fonction spécifique de la comédie comme critique sociale est soulignée par Ps-Xén., Ath., 2.18. Ober 1989, 152-155 a souligné l’importance du théâtre comme lieu de débat et de communication entre le peuple et l’élite ; sur l’Ancienne Comédie en particulier, voir notamment Carey 1994. Vannier 1985 propose une réflexion sur les informations qu’Aristophane donne sur les finances athéniennes.

41 Aristoph., Guêpes, 655-660 (traduction CUF).

42 Pébarthe 2000, 48-49.

43 Aristoph., Guêpes, 698-709 (traduction CUF). Ceccarelli 1996, 153-154 replace ce passage dans le contexte de l’Ancienne Comédie et montre que la liaison entre abondance des biens et domination maritime y est fréquente.

44 L’estimation est de Gomme 1956, 504.

45 Ps-Arist., Ath. pol., 24.3 (traduction CUF) avec le commentaire de Rhodes 1993, 300-302. Il est toutefois possible que l’auteur de la Constitution des Athéniens s’inspire d’Aristophane.

46 Aristoph., Cavaliers, 304-312.

47 La pièce est commentée par McDowell 1995, 80-112.

48 Thc. 3.36.6. McDowell 1995, 82 comprend le superlatif comme une référence au volume sonore et à la crudité des propos de Cléon ; il cite Ps-Arist., Ath. pol., 28.6, Plut., Nicias, 8.6.

49 IG, I3, 71.

50 Aristoph., Cavaliers, 946-959. Le Charcutier évoque un peu avant une proposition que le Paphlagonien devait faire sur les Milésiens (930-932).

51 IG, I3, 68. Aristophane cite cependant plusieurs fois un autre Cléonymos connu pour sa lâcheté (par exemple Aristoph., Guêpes, 18-19).

52 Thc. 3.19.1 avec Brun 1983, 23-24.

53 Aristoph., Cavaliers, 923-924 (traduction CUF modifiée).

54 Dans une autre pièce, postérieure de deux ans, Aristophane évoque de nouveau une dénonciation de Cléon pour mauvaise gestion (Aristoph., Guêpes, 894-897, cité infra).

55 Aristoph., Cavaliers, 258-259 (traduction Debidour modifiée).

56 Aristoph., Cavaliers, 278-279 (traduction CUF).

57 Pébarthe 2000, en particulier 71-72.

58 La fonction pédagogique du théâtre est soulignée par Aristophane (Aristoph., Guêpes, 1009s., 1030s., 1054s., 1419s. et 1500s).

59 On connaît quatorze théâtres en Attique, à l’extérieur de la ville (Whitehead 1986, 219-220).

60 Les Cavaliers et les Guêpes sont les deux pièces parvenues jusqu’à nous dans lesquelles la question du profit de l’empire est posée explicitement (Vannier 1985, 374-378). Mais Aristophane n’est pas le seul auteur comique à mentionner le tribut : voir Eupolis frg. 232 et 240 Koch. Après 404, les comédies continuent d’évoquer les thèmes économiques mais la tonalité est bien différente : sur les dernières pièces d’Aristophane, voir Vannier 1985, 379-385 et Olson 1990.

61 Aristophane porte à la fois la voix de la cité et exprime sa propre conception des choses. Carey 1994, 82-83 a insisté sur cette double fonction de la comédie.

62 Selon Goldhill 1990, les Dionysies sont avant tout une fête de la cité démocratique, au cours de laquelle notamment on rappelle la dignité et l’autorité de la polis.

63 Meier 1991, 76-77.

64 Pébarthe 2005.

65 Davies 1994 et Samons 2000, 312-317.

66 IG, I3, 363, 370 et 375.

67 Samons 2000, 313.

68 Samons 2000, 313.

69 Davies 1994, 208.

70 Il paraît paradoxal de considérer que l’absence de publicité donnée à la fortune monétaire de la cité permettait de taire un élément qui aurait pu mécontenter les alliés/sujets (Samons 2000, 317). Athènes construisait des bâtiments sur l’Acropole dont la réputation franchissait les limites de l’Attique. Les visiteurs ne manquaient pas, notamment au cours des Panathénées.

71 Voir infra.

72 IG, I3, 68, l. 17-20.

73 Voir aussi le décret sur les prémices d’Éleusis (IG, I3, 78, l. 27-30).

74 Aristoph., Oiseaux, 1286-1289.

75 Arist., Rhét., 1359b 23-32 (traduction CUF). Cic., Leg., 3.41, De or., 1.159, 1.201, 2.337 et Ps-Sall., Rép., 2.1.3 portent un jugement équivalent pour les sénateurs romains (Nicolet 2000, 247-264).

76 Xén., Mém., 3.6.5-6.

77 Pour le ve s., on pense à Thucydide et à la lecture qu’en ont proposée Kallet-Marx 1993 et Kallet 2001.

78 Sur l’importance de la rumeur, Gotteland 1997 et 2001, 71-84.

79 Thc. 2.13.9 semble indiquer que la partie financière de l’Oraison funèbre n’est pas traditionnelle (Kallet-Marx 1994, 234 n. 30).

80 Lysias, Pour l’invalide, 20.

81 Plut., Moralia, 509A et Nic., 30 avec le commentaire de Gotteland 1997, 89.

82 Dém., Ambassade, 122-124.

83 Respectivement Aristoph., Assemblée des femmes, 372s et 550s. Les femmes sortaient et discutaient entre elles (Aristoph., Assemblée des femmes, 348-349).

84 Ober 1989, 148 affirme que la rumeur et les discussions sont deux moyens très importants de communication dans une société qui ne disposait pas de presse.

85 Plut., Périclès, 15.1 (traduction CUF).

86 Kallet-Marx 1994, 233-235.

87 Kallet-Marx 1994, 235.

88 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de M. Vickers en lui donnant une acception différente (Vickers 1997).

89 Plut., Périclès, 23.1 (traduction CUF). L’anecdote est aussi évoquée par Aristophane (Aristoph., Nuées, 858-859) et Éphore (FGrHist 70 F193). En dernier lieu, voir Podlecki 1998, 72-73.

90 Kallet-Marx 1994, 236.

91 Thc. 2.65 (traduction CUF).

92 Plut., Périclès, 7.7 (traduction CUF).

93 Dém., C. Néaira., 43 dénonce ces pratiques ; Eschine, C. Ctésiphon, 125-126 accuse Démosthène d’être l’auteur véritable du décret qu’il attaque. Ps-Arist., Ath. pol., 29.1-3 en fournit un exemple : Mélobios fait le discours de présentation du décret mais c’est Pythodôros qui le rédige.

94 Podlecki 1998, 17-34.

95 Pernot 2000, 27-38.

96 Thc. 8.68.1.

97 Platon, Phèdre, 228a-b (traduction CUF).

98 Plut., Démosthène, 8 affirme que Démosthène était souvent sollicité pour donner son avis sur le débat en cours mais il ne s’exécutait que s’il avait préparé au préalable un discours.

99 Platon, Phèdre, 257d-258e (traduction CUF) avec le commentaire de Bertrand 1999, 202-204.

100 Pour le ive s., voir par exemple Eschine, Ambassade, 64 et 68 ou bien Hypéride, Pour Euxénippe, 8.

101 Ruzé 1997, 448-455. Cf. plus généralement Sickinger 2002.

102 Aristoph., Thesmophories, 431-432 (traduction CUF). Aristoph., Nuées, 1429 mentionne la rédaction de décrets comme une pratique athénienne courante.

103 Plut., Périclès, 12.5-6 (traduction CUF). Descat 1995, 976-978 insiste sur l’importance des artisans dans les cités. Voir aussi Harris 2002.

104 Raaflaub 1998, 22-23.

105 Aristoph., Paix, 447-448, 545-549 et 1210-1264.

106 Lysias, C. Ératosthène, 19.

107 Kallet 1998, 48.

108 Thc. 2.13.3.

109 Kallet 1998, 48-52.

110 Plut., Périclès, 12.2 (traduction CUF).

111 Plut., Périclès, 14.1 (traduction CUF modifiée). En dernier lieu, voir le commentaire de Podlecki 1998, 86-87.

112 Tacon 2001, en particulier 182-184.

113 Kallet 1998 et Samons 2000, 25-163, notamment 150-163.

114 Plut., Périclès, 12.2-3.

115 Avec des arguments différents mais une conclusion proche, Kallet-Marx 1989 et Giovannini 1990 et 1997 ont proposé une analyse générale du financement des travaux de l’Acropole à laquelle nous renvoyons.

116 Platon, Prot., 319c-d (traduction CUF). Selon Arist., Rhét., 1414a 8-10, les discours à l’assemblée ne doivent pas être trop précis.

117 Plut., Périclès, 16.3-4.

118 Xén., Mém., 3.6.5-6.

119 Ruzé 1997, 385-387.

120 IG, I3, 462-466 et Meiggs-Lewis, 60 avec le commentaire de De Waele 1989, 399-400.

121 IG, I3, 436-451 avec Kallet 1998, 48-49 sur IG, I3, 439, 440, 444 et 445 et plus généralement Kallet-Marx 1989, 260-264.

122 Par exemple, Aristoph., Guêpes, 960-961 cité infra.

123 Aristoph., Guêpes, 894-897 (traduction CUF).

124 Aristoph., Guêpes, 960-961 (traduction CUF).

125 Aristoph., Guêpes, 963-966.

126 Plut., Périclès, 32.3 (traduction CUF). Pour la date, voir Roberts 1982, 59-60.

127 Nous reprenons l’hypothèse de Stadter 1989, 301.

128 IG, I3, 84 avec Sinclair 1988, 90.

129 Dans la proposition initiale, le coût était assumé par un revenu tiré du sanctuaire.

130 Ober 1996, 24-25 considère que les finances constituent un sujet complexe, ce qui supposait la formation d’une élite compétente. Ce point doit être amendé.

131 Bertrand 1999.

132 Les débats économiques à Athènes ne se caractérisent donc pas par une “approche étroitement fiscale” et une “préoccupation majeure – équilibrer les dépenses et les revenus” (Migeotte 1996, 88 et 93).

133 Nous reprenons ici la thèse d’Ober 1989.

134 Platon, Gorgias, 515e.

Auteur

Université de Paris 8 - Ausonius.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540