Version classiqueVersion mobile

Pour une histoire de l’archéologie xviiie siècle - 1945

 | 
Annick Fenet
, 
Natacha Lubtchansky

Aux origines de l’archéologie

La découverte de la céramique sigillée gallo-romaine : une approche moderne dès les xviiie et xixe siècles

Pierre Pinon

Résumé

Contrairement à une idée reçue, les connaissances fondamentales sur la céramique sigillée gallo-romaine ne datent pas de la fin du xixe siècle ou du début du xxe avec les publications de H. Draggendorff et de J. Déchelette.
Dès le xvie siècle, elle est reconnue comme datant de l’époque romaine. La chronologie est précisée à la fin du xviiie siècle. À la même époque, on découvre que les estampilles sont des marques de potiers et que les vases ornés sont fabriqués dans des moules avec l’aide de poinçons. Des listes de potiers sont établies dès les xviiie et xixe siècles et de nombreux décors sont publiés de manière satisfaisante. Seuls les lieux de fabrication, les officines, ont tardé à être découverts, hormis Lezoux à la veille de la Révolution. Mais au milieu du xixe siècle, les principaux centres sont repérés (Auvergne, Alsace-Rhénanie), à l’exception de ceux de la Gaule du Sud qui devra attendre la fin du siècle.

Texte intégral

  • 1 Grivaud de la Vincelle 1817, 152.
  • 2 Caumont 1831, 185.
  • 3 Esposito & Pinon 2007.

1On ne fouille pas la terre sans découvrir de la céramique sigillée, et comme le précise Claude-Madeleine Grivaud de la Vincelle (1807), “on trouve des débris de ces vases [sigillés] dans tous les endroits que les Romains ont habité”1. Un peu plus tard, Arcisse de Caumont ne dit pas autre chose : “Elles se rencontrent [les poteries rouges] en grande quantité dans tous les lieux qui ont eu quelque importance sous la domination romaine”2. Il n’est donc pas étonnant que des découvertes en soient signalées dès le xvie siècle. Les recenser toutes reviendrait à dépouiller toutes les publications à caractère archéologique3, ce qui dépasserait le cadre de cette étude.

  • 4 Blanchet 1902, 121-148.
  • 5 Nous avons esquissé cette étude dans Pinon 1991, 117-120.

2Nous nous contenterons d’explorer la bibliographie donnée par Adrien Blanchet dans son “Essai de bibliographie de la céramique de la Gaule romaine”4, modestement complétée par nos soins. Cela pour comprendre dans quel ordre et de quelle manière ont été successivement résolus les problèmes posés par la céramique sigillée gallo-romaine : de quand date-telle, quels sont les lieux de production, quels sont les modes de fabrication, que signifient les estampilles ou “empreintes”, comment interpréter les décors pour les vases ornés5 ?

L’appellation de “sigillée”

  • 6 Savarin 1607, 60.
  • 7 Caylus 1759, 404.
  • 8 Grignon 1774, 57.
  • 9 Grivaud de la Vincelle 1807, 128.
  • 10 Mongez 1818.
  • 11 Schweighaeuser 1824.
  • 12 Caumont 1831, 185.
  • 13 Bouillet 1844, 131-133.
  • 14 Leboeuf 1753, 140.
  • 15 Grivaud de la Vincelle 1817, 149.
  • 16 Archives de la Société d’histoire et d’archéologie de Langres, ms. 117, fol. 30 : version des “Ant (...)
  • 17 Grivaud de la Vincelle 1817, 153.
  • 18 Bibliothèque municipale de Lyon : Archives de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de L (...)
  • 19 Le Maistre 1842. La Commission des Antiquaires précise (ibid., 36 note 1) : “Cette qualification [ (...)
  • 20 Brongniart 1844, 443-444, à propos des trouvailles à Asnières et à Limoges.
  • 21 Dufour 1848, 28.
  • 22 Longuemar 1856.
  • 23 Parmi les références de Dufour figure Smith 1848.
  • 24 “Parmi les estampilles empreintes sur les vases antiques, en est-il qui indiquent les lieux de fab (...)
  • 25 Payan-Dumoulin 1860, 7.
  • 26 Schuermans 1867, 7.
  • 27 Fontenay 1874.
  • 28 Aurès 1876.
  • 29 Hermet 1934, xi, dit que la dénomination “samienne” est “de plus en plus abandonnée”.

3Mais d’abord, quel nom lui donne-t-on ? Les qualificatifs qui la définissent depuis le plus longtemps, qui seront les plus constants et qui constituent la manière commune de l’identifier même chez les auteurs les moins savants, sont sa couleur rouge et sa brillance. En 1607, Jean Savarin6 déclare que Clermont est une “ville où l’on ne sçauroit si peu fouyr dans terre que l’on ne trouve des antiques médaillons, […], inscriptions romaines et chrétiennes, aqueduc, marbre, poterie d’une merveilleuse rougeur et plissure, et autres monumens d’antiquité”. Caylus parle de “terre rouge7”, Pierre-Clément Grignon de “terre rouge ferrigineuse”8, Grivaud de la Vincelle également de “terre rouge ferrugineuse”9, Antoine Mongez de “poteries antiques de couleur rouge”10, Jean-Geoffroy Schweighaeuser de “terre rouge”11, Caumont de “poteries rouges couvertes d’un vernis brillant de la nuance cire à cacheter”12, encore en 1844, Jean-Baptiste Bouillet, de “poterie rouge13 ”. Mais dès 1753, l’abbé Jean Leboeuf, montant sur la montagne de Gergovia, remarque “un grand nombre de fragmens de cette terre cuite rougeâtre, appelée terra campana, dont les Romains faisoient des vases à leur usage”14. “Terra Campana” est repris par Grivaud de la Vincelle en 181715, ou le propriétaire des “Monumens de la ville Langres. Ière partie. Antiquités” (c. 1835)16. Cette appellation disparaîtra ensuite. Celle de “sigillée”, elle, va apparaître en plusieurs phases. Dès 1817, Grivaud de la Vincelle17 parle d’“empreintes sigillaires” pour les marques de potier. C’est l’origine de l’appellation qui sera finalement retenue. Mais l’application du nom de “sigillés” aux vases revient à François Artaud, l’antiquaire lyonnais, en 1823, dans “De la céramie et principalement des vases sigillés des Anciens, avec les procédés pour les imiter et les rendre applicables à nos usages”18. Mais elle ne va pas être retenue ni immédiatement ni de manière exclusive. On la trouve isolée dans un article de Le Maistre en 184219. Elle ne sera plus ou moins généralisée qu’à partir de la parution du Traité des arts céramiques ou des poteries d’Alexandre Brongniart (1844)20, encore que celui-ci l’appelle fréquemment “poterie romaine rouge lustrée” et de la Description du Musée Céramique de la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres d’Alexandre Brongniart et de Denis-Désiré Riocreux, en 1845, immédiatement suivie en 1848, par l’étude de Charles Dufour sur la céramique sigillée d’Amiens21, puis en 1856 par Alphonse Le Touzé de Longuemar dans son travail sur la sigillée ornée du Poitou22. Mais le même Dufour, emploie aussi l’expression “terre rouge dite de Samos”, sans doute à l’imitation des archéologues anglais (samian ware, encore utilisée aujourd’hui)23. Cette appellation aura un certain succès. Ainsi Bouillet, en 1855, parle alors de “poterie rouge samienne”24. M.-E. de Payan-Dumoulin, dans son étude sur la céramique trouvée à Toulon-sur-Allier, emploie l’appellation de “samienne”25, bien qu’il connaisse l’œuvre de Brongniart. Mais, l’auteur qui va vraiment lancer l’expression de “vases samiens” est Henri Schuermans dans ses Sigles figulins en 186726. Adopteront cette appellation, Harold de Fontenay27 et Auguste Aurès28 dans leurs catalogues de marques de potiers. La dénomination “sigillée” ne s’imposera définitivement qu’au début du xxe siècle29.

L’identification par la qualité

4Ce qui éveillera le plus tôt et le plus durablement l’intérêt pour la céramique sigillée, c’est sa qualité jugée surprenante de la terre – ce séduisant rouge vif – et aussi celle de ses décors en relief.

  • 30 Caylus 1756, 353-354.

“Le goût des ornemens dont ils sont chargés m’a paru digne d’attention. Il règne sur ces morceaux une certaine bisarrerie qui s’éloigne de tout ce que nous sommes dans l’habitude de voir, et d’exécuter. Ces bas-reliefs ornoient la ceinture extérieure de ces vases, dont le travail étoit de la meilleure fabrique”, écrit Caylus en 176630.

5Le même, à propos de la céramique trouvée en creusant les fondations de l’église Sainte-Geneviève à Paris, insiste :

  • 31 Caylus 1759, 403.

“Les ouvrages de terre ont été communs à toutes les nations, et cette invention a été le premier produit de l’industrie des hommes ; mais il est rare de trouver chez les anciens peuples du Nord, des terres aussi bien et aussi délicatement travaillés, que les fragmens dont il est question”31.

  • 32 Grignon 1774, 58-59.

6Grignon, qui en trouve en grande quantité dans ses fouilles du Châtelet dit, en 1774, qu’“ils sont ragoûtans par leurs formes élégantes et régulières, par l’esprit et la correction du dessin, par le fini du travail, et par le poli et l’éclat de leur couverte”32, et écrit en 1775 :

  • 33 Grignon 1775, 220.

“l’éclat du vernis rouge des vases les plus précieux, le fini de leur poli, captivent toujours notre admiration : la variété des sujets, de leurs ornemens en bas relief ou en creux, la diversité des frises, sont aussi multipliés que leurs formes, qui sont élégantes et agréables”33.

  • 34 Chaudruc de Crazannes 1817.

7Aubin-Louis Millin publie dans ses Annales encyclopédiques34 un article vantant de “très beaux fragmens de poterie brune et rouge, antique, avec des ornemens d’un excellent goût de dessin, et très-variés”.

  • 35 Daudin 1829, 4.

8Mais l’intérêt n’est pas seulement d’ordre esthétique, comme l’observe l’ingénieur des Ponts et Chaussées Jean-Antoine Daudin35 :

“Mais les poteries gallo-romaines, qui ne se trouvent guère qu’en fragments, ont offert peu d’intérêt aux personnes qui se laissent séduire par le charme des formes et la belle conservation des objets, plutôt que par l’importance des inductions qu’on peut en tirer pour l’histoire de l’art”.

  • 36 Jollois 1831, 17.

9Jean-Baptiste-Prosper Jollois36 établit des nuances, préférant les vases Drag. 29 au Drag. 37 “d’une forme peu élégante”.

  • 37 Cassan 1835, 29.
  • 38 Tudot 1857, 340.

10Les remarques sur la qualité de la sigillée vont perdurer. Un exemple parmi d’autres : Armand Cassan (sous-préfet à Mantes) qui, en 1833, fouille un tombeau près du village Epône37, trouve des fragments de Drag. 37 : “La pâte de ces deux vases est d’un beau rouge et d’une grande finesse : son vernis a le plus brillant éclat” observe-t-il. Edmond Tudot, professeur de dessin à Moulins38, veut y voir la marque de l’art romain :

“Il n’a plus d’incertitude avec l’art romain ; il se révèle, de nos côtés, aussi bien par l’ampleur des formes et la richesse de l’ornementation, que par l’abondance des produits. C’est surtout dans la poterie lustrée que ces caractères sont plus prononcés ; aussi croyons-nous que les vases de ce genre, si communs chez nous, et qu’on nomme vases samiens, çà cause sans doute de la couleur de la pâte, ne sont pas d’origine grecque ; par les forme et la fabrication, ils nous paraissent essentiellement romains”.

Découvertes diverses, du xvieau xviiiesiècles

  • 39 “Licinus” dans le texte, potier de La Graufesenque.
  • 40 Durand 1662, 92-93.

11Bien des découvertes fortuites sont mentionnées au cours des xviie et xviiie siècles. Dès 1610, Paul Petau donne dans une planche de ses Antiquariae supellectilis pertiuncula deux marques de potier sur des fonds de vases de sigillée lisse. En 1662, le père Bernard Durand, publie, dans L’illustre Orbandale ou l’histoire ancienne et moderne de la ville et cité de Chalonsur-Saône, un moule (vase avec un décor intérieur, figure 22), et un plat en sigillée avec la marque LICINIVS39 (figure 23), avec ce commentaire : “on void au fond le nom de Licinus, […] ; c’est le nom du potier qui l’auroit fait puisque l’on rencontre souvent le même nom en plusieurs antiques”40.

  • 41 “Antiquités de la ville de Langres [copié] sur l’original de M. André, déposé au chartier de l’Hôt (...)

12Charlet rapporte dans ses “Antiquités de Langres”41, qu’en 1725, on a découvert des vases en “terre vernissée” au Bas-des-Fourches à Langres.

  • 42 La Sauvagère 1740. Sur le “briquetage” de Marsal, cf. Pinon 1991, 150-153.

13En 1740, Artèze de La Sauvagère décrit une découverte effectuée à Marsal (Meurthe-et-Moselle)42 :

  • 43 La marque Cassius est celle d’un potier d’Heiligenberg (Oswald note 135).

“On a trouvé un vase antique, d’une terre rougeâtre, vernissée en dedans et en dehors, d’un grain très beau et très fin. Au fond de ce vase est écrit en très beau caractère romain CASSIVS. F. On ne peut douter que ce morceau ne soit antique ; il étoit d’ailleurs enfoui à 22 pieds de profondeur, il est probable qu’il y est depuis qu’il existe ; ce qui feroit aussi remonter le Briquetage jusqu’au tems des Romains”43.

  • 44 Sans doute des puits funéraires comme dans les jardins du Luxembourg au début du xixe siècle et en (...)

14Caylus raconte que, lors des travaux de Sainte-Geneviève cités plus haut, on a trouvé des vases de terre rouge, des fours et des puits d’extraction d’argile44.

  • 45 Caylus 1759, 402.

“Les fouilles nous ont présenté plusieurs monumens qu’ont auroit pas espéré d’y rencontrer : elles ont constaté l’existence d’une manufacture considérable de vases, de plats, et de toutes sortes d’ouvrages de terre, dont l’intelligence et le goût dans le travail, prouvent une grande pratique des recherches dans l’exécution ; enfin, des ateliers bien montés et soutenus pendant un grand nombre d’années”45.

Fig. 1. Tesson de sigillée du iiesiècle p. C. trouvée à Nîmes. D’après Caylus 1756, pl. CV.

  • 46 Caylus 1759, p. 404.
  • 47 Caylus, 1756, pl. CIII et CV.
  • 48 Comme le montrent les fragments de la pl. CV.

15Caylus compare cette céramique ornée à celle trouvée à Nîmes, dont il voit l’origine dans la céramique “étrusque”46 (la céramique grecque à figure rouge). Il la date du règne de Tibère. Les tessons de sigillée ornée qu’il publie en 176647 montrent des vases Drag. 37 probablement originaires de Lezoux, et qui datent plutôt du iie siècle p.C. (fig. 1)48.

  • 49 Caylus 1759, 354.

16Mais, étant donné l’état des connaissances à l’époque, la datation est assez correcte. Caylus confirme aussi, par son autorité, la signification des “noms moulés sur le fonds de ces vases, [qui] non-seulement sont Romains, comme ceux de la manufacture de Nismes, mais que les caractères conviennent au siècle de Tibère, par leurs formes et leurs abréviations : le nom de l’ouvrier est ordinairement imprimé dans le centre, soit en dehors, soit en dedans”49. Caylus établit donc que deux fabriques de céramique sigillée ont existé, à Nîmes et aussi à Paris.

  • 50 Caylus 1759, 397.

“Rien ne prouve mieux le commerce de Nismes, et la célébrité de ses manufactures, que de rencontrer à Bavay, en grande quantité, des vases de terre de la même fabrique, de la même forme, et de la même condition”50.

  • 51 Pl. XVI, du manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Besançon. Ces vases ont été fabriqu (...)

17On trouve également des tessons de sigillée décorée dans une planche dessinée du Recueil d’antiquités trouvées à Luxeuil de J.-F. Fontclause, daté de 1778, un des premiers recueils de dessins51.

Pierre-Clément Grignon et le Châtelet

  • 52 Cf. Pinon 1993a ; 1993b.
  • 53 Archives de l’AIBL, C 79, n ° 4, et BnF. Département des manuscrits, ms. N.A.F. 6269.
  • 54 Caylus 1756, 354.
  • 55 Longuemar 1856, 562.
  • 56 Des théories complexes et discutées n’apparaîtront que dans la seconde moitié du xxe siècle avec l (...)

18Après le précoce et brillant essai de Caylus, la première étude systématique de la céramique sigillée est de Grignon, maître des forges Bayard (près de Joinville), à la suite de ses trois campagnes de fouilles menées de manière méthodique sur la colline du Châtelet de 1772 à 177452. Après sa première campagne, il rédige une “Dissertation sur les ruines de la ville de Chatelet en Champagne”, qu’il lit à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 17 juillet 177253. Parmi les planches qui accompagnent son mémoire, la deuxième est consacrée à deux vases sigillés ornés (fig. 2) : “Vase destiné aux cérémonies de Bacchus et de Vénus : ce qui est désigné par les figures de boucs et d’oies ainsy que par le raisin qui est au bout de sarments sans feuillages. Vase de terre rouge […]. Il étoit destiné aux cérémonies de Bacchus par le pampre dont la frise est ornée”. Grignon ouvre ainsi deux dossiers : celui de l’interprétation des figures de la céramique ornée et celui de l’usage des vases en question. Le second avait été ouvert par Caylus qui se contentait d’un “usage domestique”54 et se refermera avec Longuemar en 185655 qui hésite encore entre “usages domestiques”, “cérémonies du culte païen, ou simplement ornementation des appartements”. Le premier fera couler davantage d’encre, mais l’unanimité se fera rapidement sur le fait qu’il n’y a pas d’interprétation spécifique à donner à ces compositions, au-delà de l’attribution des figures56.

  • 57 Grignon 1774, 58-61.

19Grignon, en 177457, est le premier à décrire les décors, avec des observations que lui permet la quantité de tessons décorés trouvés :

  • 58 Il devrait s’agir de Drag. 29 du Sud de la Gaule.
  • 59 Il devrait s’agir de Drag. 37 de Gaule centrale.
  • 60 Grignon compare ces décors avec ceux retrouvés à Luxeuil.

“Ces ornemens varient à l’infini : les uns en sont formés que par des traits en creux, ou par des moulures et des filets plus ou moins saillans ; des feuilles, des plantes, des fruits, des rinceaux sont distribués sont distribués avec plus ou moins de régularité et de goût, sur la surface de certains58. Enfin les plus précieux sont des anaglyphes en bas relief et demi-bosses, décorés des ornemens les plus riches, les mieux entendus, et les mieux exécutés59 […]. Les sujets sont tous intéressans : si ce sont des chasses, les animaux y sont à l’action ; ceux qui sont consacrés à la religion, inspirent du respect ; les fêtes et les jeux qui sont représentés sur d’autres inspirent la gaieté ; enfin les combats sont des traits intéressans d’histoire, que nous tâcherons d’approfondir60”.

Fig. 2. Deux vases de sigillée trouvés au Châtelet, dessinés par Grignon fils. BnF, ms. NAF 6269, pl. II.

20Remarquons que Grignon n’évoque plus l’usage religieux comme en 1772. Pour les marques, il confirme l’intuition de Caylus :

“si Hadrien défendit aux architectes d’inscrire leur nom, sur les monuments qu’ils élevoient ; les habiles potiers, qui formèrent ces beaux vases, surent se soustraire à une loi, qui devoit étouffer les germes des talents ; car nous trouvons leurs noms imprimés, presque tous en caractère romain, sur la surface intérieure du fond des mieux exécutés”.

21Suit une liste d’une cinquantaine d’empreintes de noms de potiers, la première de cette nature, ainsi commentée : “Nous ne nous permettons actuellement aucune réflexion sur des inscriptions”.

  • 61 Grignon 1775, 221-225.

22Après la troisième campagne de fouille, il revient en 1775 sur la sigillée61 :

  • 62 Pour mieux étudier les décors, Grignon se propose de “rapatroner” les fragments, p. ccxxii.

“Les sujets sont tirés de la mythologie, de l’histoire, de la morale, ou ils représentent des cérémonies religieuses. […] Les moulures sont tirées de l’architecture, elles sont régulières et légères, les cordons et les gorges bien arrondies et les angles très vifs. Les frises sont plus ordinairement ornées d’oves ou de guillochis62”.

23Il donne une nouvelle série de plus de 90 marques, précédée de cette remarque :

“Nous croyons remplir un devoir de justice et de reconnoissance, en transmettant à la postérité les noms que les potiers ont inscrits sur leurs ouvrages : ils prouvent d’un côté les rudiments de l’imprimerie, de l’autre l’émulation de ces ouvriers et des sentiments d’un amour propre, qui est le germe de la perfection des arts” (fig. 3).

Fig. 3. Liste des potiers publiée par Grignon 1775, 223.

24Mais surtout Grignon est le premier à bien lire les inscriptions.

“Beaucoup de ces noms sont précédés de la préposition of, que les Anglois ont adoptée, qui veut dire de au génitif, et auprès. Tels sont ces noms, OF GAI, OF LABIO, OF LIVDE, OF PRONI, etc. ou bien of exprime l’abréviation du mot officinea, laboratoire. Dans l’un et l’autre cas on a lieu de présumer que ces mots précédés désignent le nom de la manufacture dans laquelle ces vases ont été faits, ou de l’ouvrier ; mais il n’y a pas de doute que ceux qui sont suivis d’un F, qui est l’abrégé de fecit, et ceux qui sont suivis de deux F, qui est l’abréviation de Figulus fecit, désignent le nom propre de l’ouvrier”.

25L’œuvre archéologique de Grignon, généralement oubliée, a connu une exception pour la céramique sigillée : elle est couramment citée jusqu’au milieu du xixe siècle, et encore au xxe siècle.

La découverte de Lezoux

  • 63 Cf. Pinon 1993a.

26Le site de Lezoux comme lieu de production de la céramique sigillée a été inventé par Pierre Beaumesnil à la fin du xviiie siècle63. Nous n’avons pas de témoignage direct de ce dessinateur antiquaire, mais la mention de la découverte se trouve pour la première fois dans le Voyage d’Auvergne de Pierre Legrand d’Aussy (1788).

  • 64 Legrand d’Aussy 1788, 94.

“Quant à ces fragmens de poterie rouge trouvés sur la montagne de Gergoviat [Legrand vient de parler des fouilles de La Tour d’Auvergne effectuées en 1765], ils sont très-communs non-seulement dans le voisinage de Clermont, et à plusieurs lieux de distance, mais même dans la ville et encore plus dans on ancienne enceinte. Long-tems on avait ignoré d’où venait cette vaisselle si abondante et si jolie ; on la croyait étrangère à l’Auvergne ; et rien ne fesait soupçonner qu’elle y eut été fabriquée. Le hasard en fournit la preuve, il y a dix ans ; et la manufacture fut trouvée à six lieues de Clermont, par de-là l’Allier, dans la Limagne. M. de Chazerat, Intendant de la Province, fesant creuser et applanir des terres pour ajouter une avenue à son beau château de Ligones, on découvrit l’atelier. Il était formé de 70 à 80 fourneaux [...]”64.

  • 65 Les dix ans signalés par Legrand devraient indiquer la date de 1778, mais celle-ci est celle d’une (...)
  • 66 D’après Mongez 1818, 14.
  • 67 BnF : Estampes, Ve 884, fol. 27.

27Beaumesnil qui prospecte l’Auvergne et le Bourbonnais, apprend cette découverte, qui a sans doute eu lieu en 177565, et la décrit dans un mémoire qui n’est pas conservé dans ses papiers, mais qui a atterri dans les mains de Artaud66. Mongez relata ainsi la trouvaille de Beaumesnil qui “trouva un champs assez vaste, rempli de débris de poteries rouges. Là il découvrit des fours où on les cuisoit, des fragmens de moules dans lesquels on les fabriquoit, et un gâteau de la terre avec laquelle on les faisoit et sur lequel étoient imprimés les lignes de la peau et les plis de l’intérieur de la main qui l’avoit pétri […]. Près de là est un étang qui paroît s’être formé dans les excavations du terrain d’où on tiroit la terre. Le four étoit ovale et bâti de brique”. La céramique de Ligones n’a laissé de trace que dans ses “Antiquités et monumens anciens du Bourbonois” (1781)67. Il note sous des dessins de tessons de sigillée, trouvés à Autun (par Moreau de Matigny) : “Fragmens de vaisselle de Ligones” et “Deux autres fragmens de poterie de Ligones”. Il s’agit d’un grand morceau d’assiette Drag. 18/31 avec la marque “PRIS [...]” (Priscillus, Priscinus ou Priscus, potiers de Lezoux), d’un rebord de vase avec la marque “VICANII” (peut-être Vicanus de Saint-Bonnet) et d’un fond d’assiette signé “DRVMNI” (marque inconnue si elle a été bien transcrite, peut-être Decuminus de Lezoux). Ainsi, loin de Lezoux, Beaumesnil trouve-t-il des tessons qui lui paraissent y avoir été fabriqués.

  • 68 Grivaud de la Vincelle 1817, 149.

28En 1807, Grivaud de la Vincelle rapporte que le chimiste Mossier, de Clermont-Ferrand, ayant appris la découverte de Ligones (de 1775) se rendit sur place mais que les ouvriers avaient déjà tout détruit des “fourneaux”, et nivelé le terrain. En 1778, près de l’étang de Fontenille, toujours dans les environs de Lezoux, avaient été mis au jour des tessons de sigillée. Grivaud tenta de les acheter auprès de deux amateurs clermontois qui y avaient recueilli des vases, mais qui refusèrent de lui en vendre. De nouvelles découvertes ayant eu lieu à Lezoux au début du xixe siècle, Grivaud peut écrire en 181768 :

“nous avons été plus heureux depuis la publication de notre ouvrage [de 1807], et les deux portions de vase que nous donnons sous les no II et III proviennent de la découverte faite à Ligones, près de Lezoux, dans le Puy-de-Dôme. M. Artaud de Lyon a recueilli tout ce qu’on avoit conservé, notamment un moule bien entier”.

  • 69 Artaud 1823, t. I, 20.
  • 70 Entrée au musée de Roanne en 1899-1900. Cf. Bémont 1994.

29La fouille en question est certainement celle qu’Artaud lui-même décrit en 1823 dans La céramie69. “Je conçus une extrême impatience de voir les précieux restes d’une manufacture romaine […]”. Un de ses amis, le docteur Boissat, lui a rapporté qu’un amateur de Lezoux, le naturaliste Victor Constancias possède des “débris antiques d’une manufacture de poterie rouge”. Par l’intermédiaire du maire de Lezoux le chevalier de Blumenstein, Artaud entre en rapport avec Constancias qui lui cède des moules, et il entreprend de nouvelles fouilles. Bouillet, en 1846, à propos des collections existantes de sigillée de Lezoux, parle lui aussi de Constancias “dont l’âge a malheureusement ralenti le zèle, [qui] a formé une collection des plus remarquables”70.

  • 71 Brongniart 1844, 442.
  • 72 Bouillet 1855, 702.
  • 73 Louis-Charles Ledru, architecte de la ville de Clermont et du département du Puy-de-Dôme.

30Par la connaissance de la collection d’Artaud, des écrits de Mongez et de Grivaud de la Vincelle, en 1844, Brongniart71 pourra inclure Lezoux dans sa liste des lieux de fabrication de céramique sigillée en France. Les trouvailles vont évidemment se poursuivre, telles celles de Bouillet72. “Nous avons recueilli, M. Ledru, architecte à Clermont73, et moi, à Lezoux, lieux des grandes découvertes en 1775, beaucoup de sceaux en terres cuites servant à faire ces empreintes [les marques de potier] et portant les mêmes noms qu’on retrouve sur nos vases”.

  • 74 Sans parler évidemment de celles d’Hugues Vertet et de Brian Hartley dans les années 1960 (fouille (...)
  • 75 Plicque 1880.

31Il y a donc eu quatre campagnes de fouilles à Lezoux, sans compter celles de Constancias : en 1775, en 1778, au début du xixe siècle (entre 1807 et 1817) celle dont Grivaud de la Vincelle a acquis deux tessons, et enfin au milieu du xixe siècle celle de Bouillet et Ledru74. Viendront plus tard les recherches d’Alfred-Edward Plicque75.

Grivaud de la Vincelle

  • 76 Grivaud connait, possède peut-être même une partie de la collection et des manuscrits de Grignon, (...)

32Cet érudit, sous-chef de la Trésorerie du Sénat, déjà plusieurs fois cité, a établi au début du xixe siècle la première synthèse sur la céramique sigillée, à partir des découvertes du jardin du Luxembourg et de sa connaissance de la collection d’antiquités de Grignon76. Il sera à son tour cité par pratiquement tous les archéologues qui se sont préoccupés de sigillée, jusqu’à la fin du xixe siècle.

33À l’occasion de l’aménagement du jardin du Luxembourg à l’emplacement du couvent des Chartreux, de nombreux tessons de sigillée, lisse avec signature du potier ou ornée, furent mis à jour.

  • 77 Grivaud de la Vincelle 1807, 133.

“Quelques amateurs se furent avisés d’y attacher un mérite de curiosité. M. d’Hinisdal, neveu du célèbre naturaliste Déodat de Dolomieu, fut le premier qui ramassa ces poteries. Frappé par leur éclat, il en parla à son oncle, qui lui dit que ce genre de terre étoit curieux, et méritoit l’attention des savans, et qu’il se proposoit lui-même de l’étudier et de l’analyser. Il s’établit alors une sorte de concurrence entre M. d’Hinisdal et moi ; mais comme il ramassoit tout, il en a rassemblé chez lui de quoi remplir un tombereau. C’est sur cette immense quantité que j’ai choisi ce qui m’a paru mériter quelque intérêt, pour le publier”77.

34Grivaud a effectivement publié 10 planches de tessons ornés (pl. X-XIX) et une des marques de potier (pl. VIII), gravées par Wexelberg. Grivaud est le premier à publier des marques en fac-similé. Comme pour les vases ornés, le relief est laissé en blanc (ombré pour les reliefs) et le creux grisé par des hachures. Ce rendu est beaucoup plus précis que dans les planches de Caylus consacrées à la sigillée ornée. D’une certaine manière, avec Grivaud la représentation de la sigillée atteint un sommet technique et esthétique.

35Dolomieu constata qu’il n’y avait pas de “couverte métallique”, mais que la “surface avait été vitrifiée”. Notons que Beaumesnil avait, à la fin du xviiie siècle, fait analyser la terre sigillée de Lezoux par Jean Darcet qui avait trouvé 56,66 % d’alumine, 31,66 % de chaux, et 11,68 % de fer de magnésie, à laquelle il attribuait la couleur rouge de la pâte. Les deux théories du brillant donné par la composition même de la pâte ou par une vitrification, comme celle d’un engobe disposée sur la surface, traverseront le xixe siècle.

  • 78 Ibidem, 134.
  • 79 Ibidem, 139.
  • 80 Clarac 1813, 12.

36À propos des vases ornés, Grivaud observe : “Il est à remarquer que sur une quantité prodigieuse de ces fragmens, qui sont couverts de dessins, il n’y en a presque aucun de semblable ; la même variété n’existe pas dans les formes78”. Il décrit sommairement les décors composés d’ornements (moulures, cordons, gorges, rinceaux, frises-oves) et les figures (fleurs, fruits, scènes de chasse, courses, danses, “divinités”) (fig. 4). Il pense que les moules “étoient composés de plusieurs pièces que l’on appliquoit alternativement autour du vase” ; et que des “types ou patrons [poinçons matrices] de cuivre étaient imprimés en creux dans les moules. Il suppose que ces modèles étaient fabriqués en Italie et ensuite importés en Gaule. “J’ai vu sur des fragmens venant de Pompéïa et des environs de Rome, des sujets trouvés à Paris, à Lyon, à Vienne, à Bavay et au Châtelet79”. Il est possible de supposer que les vases d’Italie en question aient été fabriqués à Arezzo. Mais il convient d’observer, qu’à la même époque, la possibilité d’une origine gallo-romaine de vases sigillés trouvés dans les fouilles de Pompéi était envisagée. Frédéric de Clarac rapporte en 181380 cette hypothèse pour en douter :

“Les fouilles de ces maisons ont encore produit des coupes de terre rouge assez curieuses, ornées de feuillages, d’enroulements, de figures en relief, d’une jolie exécution et d’un bon style. Quelques antiquaires croient qu’ils viennent de la Gaule, parce qu’en effet on en trouve en France un grand nombre qui ressemblent à ceux-ci. Je ne sais jusqu’à quel point cette opinion est fondée ; la Campanie si riche en vases et si habile à les faire, en tiroit-elle des autres pays ? Je l’ignore […]. Mais les ornemens de plusieurs vases, quoiqu’on y trouve des coqs, me semblent d’un trop bon style pour être gaulois. On sait d’ailleurs par Marial que l’on fabriquoit à Cumes des vases d’une terre rouge, probablement les mêmes dont parle aussi Pline, et si ceux-ci ne sont pas de Pompéi, ils pourroient venir de Cumes ; ce qui est plus simple que de leur donner une origine gauloise”.

  • 81 Dans Fausti 1854-1896, figurent des vases ornés de La Graufesenque (tav. LXXXXI). En 1902, Joseph (...)

37Néanmoins nous savons que des Drag. 29 de La Graufesenque ont été trouvés à Pompéi81 (fig. 5).

38Grivaud s’intéresse aussi aux marques de potier :

  • 82 Grivaud de la Vincelle 1807, 136.

“une des choses les plus remarquables de ces poteries, c’est que la plupart des fonds de vases portent à leur surface intérieure une empreinte ou marque de différentes formes, et dont les lettres sont en relief. Elles indiquent le nom du manufacturier ou du potier qui les a fabriqués ; ces marques se trouvent encore, mais plus rarement, sur le corps même du vase”82.

  • 83 D’après Cambry 1803.
  • 84 D’après Vautrin 1804. Il s’agit de l’officine aujourd’hui appelée de La Madeleine.

39Grivaud a fait “calquer” 125 marques provenant du Jardin du Luxembourg (fig. 6). Il donne enfin une liste de sites où des “poteries en terre rouge” ont été découvertes : Arles, Autun, Bavai, Bayeux, Bordeaux, Bratuspantium83, Châlon-sur-Saône, le Châtelet, Clermont-Ferrand, Lyon, Nevers, Paris, Saint-Nicolas-du-Port84, Vienne. En 1817, dans son Recueil de monumens antiques, il établit l’état de la question sur la fabrication de la sigillée.

Fig. 4. Tessons de sigillée du iiesiècle p.C. trouvés dans le jardin du Luxembourg, dessinés par Thuilliers et gravés par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. XII.

Fig. 5. Vases en sigillée Drag. 29 trouvés dans le jardin du Luxembourg, dessinés et gravés par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. XVIII.

  • 85 Grivaud de la Vincelle 1817, 153.

“Nos plus habiles chimistes, entre autre M. le Comte de Chaptal, ont pensé que ces couleurs [“lacque à l’alumine”, “lacque de garence”] avoient non seulement pu servir dans la peinture, mais qu’elles avoient peut-être été employées à former la couverte des poteries romaines […] ; mais il ne paroit pas que dans les premiers siècles de l’Eglise ils fissent l’usage des fondans métalliques pour le fixer et la vitrifier. […] Nos plus habiles chimistes s’accordent donc à penser que la couverte des poteries romaines n’étoit pas métallique ; mais ils n’ont pu en retrouver et en reproduire la composition”85.

40Grivaud pense, comme ses prédécesseurs, que les “empreintes” de noms dans la sigillée lisse sont celles des potiers, mais que dans les vases ornés “les noms [sont] ceux auxquels on vouloit les offrir, ou les motifs de ces présens. À cet effet, les potiers devoient avoir des alphabets mobiles, dont chaque lettre étoit séparée, et qui servoient à composer les noms que l’on désiroit ; ce qui fourniroit une nouvelle raison de s’étonner que les Anciens n’avoient pas imaginé l’imprimerie”. Il constate qu’il y a des marques qui “ne présentent aucun sens par la transposition des lettres, les lacunes et le défaut de ponctuation”, mais malgré cette difficulté de lecture, il tente néanmoins des interprétations. Ainsi, il croit lire “LEGITM. O”, “officinae legitimae” (manufacture autorisée).

Fig. 6. Marques de potiers trouvées dans le jardin du Luxembourg, dessinées et gravées par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. VIII.

François Artaud l’expérimentateur

41Grivaud se réfère fréquemment à Artaud, conservateur du musée de Lyon, considéré comme une autorité depuis le début du siècle. Il le cite à propos des marques de potier de Lezoux – qu’il s’apprête à publier et à interpréter “d’une manière satisfaisante” –, à propos de la “composition de cette terra campana” et encore du moule qu’il a acquis à Lezoux “dans lequel il a lui-même fait pousser une argile qui a produit de jolis vases”.

  • 86 Le manuscrit, dans sa forme finale, date de 1823, mais les recherches d’Artaud sont connues depuis (...)
  • 87 Il a obtenu de la sigillée provenant de Pouzzoles par l’architecte Jean-Baptiste Rondelet.
  • 88 Due à l’architecte Michel-Robert Penchaud.
  • 89 Fouilles en 1807, dans le cabinet Leschevin à Dijon.
  • 90 Schweighaeuser 1844, 43.
  • 91 Bottin 1826.

42La Céramie (1823)86 est uniquement consacrée à la sigillée. Au fil des chapitres, il traite des origines des vases sigillés – de la Grèce à Pouzzoles et Arezzo87, puis vers la Gaule –, de “la forme et du galbe des vases”, “des terres glaises ou des argiles”, “des moules et de l’art de mouler”, “de la couverte ou des vernis ou de l’engobe”, “des fours”, “des noms et des marques des anciens artistes potiers”. Le XIe est consacré aux marques de Lyon et de Vienne. Chaque chapitre est illustré dans un second tome. La planche XXXII représente le fameux moule entier trouvé à Lezoux, les planches XLV et XLVI les marques de potier, les planches LV à LXXVIII des fragments de vases ornés. Artaud mentionne de nombreuses découvertes, entre Berre et Saint-Chamas88, à Murviel près de Montpellier, à Pontailler en Côte-d’Or89, à Augst, à Lyon évidemment, ainsi qu’à Heiligenberg et Rheinabern. Artaud sera cité fréquemment jusqu’au milieu du xixe siècle, et encore par Schuermans en 1867, bien qu’il n’ait jamais publié son étude. En 1844, Schweighaeuser s’en attriste : “Il est à regretter que cet estimable savant soit mort avant d’avoir publié l’ouvrage sur la poterie gallo-romaine auquel il avait consacré une partie de sa vie”90. La Société des antiquaires de France, en 182691, considère comme nouvelle son approche de la sigillée :

“L’étude des restes de l’antiquité ne se borne plus aujourd’hui à faire collection de ce que le hasard ou les fouilles font découvrir ; des parties spéciales de l’archéologie sont devenues l’objet d’études spéciales, moyen infaillible et on peut même dire unique d’arriver à des résultats positifs. C’est ce qu’a en vue M. Artaud, conservateur du musée de Lyon, en se livrant à l’examen des poteries des anciens, de leur matière, de leur forme, de leur couverture, des inscriptions qui les ornent”.

Jean-Geoffroy Schweighaeuser l’érudit alsacien

  • 92 Schweighaeuser 1822.

43Ce conservateur de la bibliothèque de Strasbourg et professeur à la faculté des Lettres a joué un rôle important dans la connaissance technique de la sigillée et dans l’invention de deux officines, Heiligenberg et Rheinzabern. Alors qu’il a entrepris une enquête sur les antiquités du Bas-Rhin92, il apprend que :

“les environs de Dinsheim, de Still et de Heiligenberg ont fourni un grand nombre de fragmens de vases d’une belle terre rouge, ornés de figures remarquables, et quelques morceaux de moules dans lesquels on fabriquoit ces vases. Quelque uns des fours mêmes dans lesquels on les faisoit cuire furent découverts au bas du village d’Heiligenberg où l’on a trouvé un grand nombre de médailles romaines. On vient encore de découvrir quelques uns de ces fours que M. Adam, Maire de Dorlisheim, est occupé à faire déblayer en ce moment, et dont la construction pourra fournir des lumières nouvelles sur ce genre de fabrication dans laquelle les anciens habitans de ce pays paroissoient avoir fait de grands progrès”.

  • 93 Sur Schweighaeuser, cf. Schnitzler 1998, 47.

44Ce four, relevé et publié par Schweighaeuser93, est le premier à avoir été fouillé correctement et étudié. Celui-ci s’est aussi adonné à quelques réflexions sur les décors.

“M. Küntz [curé du village] a eu la bonté de me communiquer et de donner à notre cabinet des fragmens d’un vase trouvé au bas d’Heiligenberg, dont les figures fort singulières offriroient peut-être un intérêt tout particulier si l’on étoit en état d’en donner une explication bien sûre. Ce sont 4 hommes nus, ayant un genou fléchi, suspendu en l’air, au-dessus de plusieurs coupes, alternant avec des hommes vêtus et assis, qui ont l’air de lire un gros livre, et avec des lièvres accroupis, environnés ornements”.

  • 94 Schweighaeuser 1824.
  • 95 Durand était connu de Grivaud. Sur cette collection, cf. De Witte 1836.

45Schweighaeuser observe que des figures “parfaitement semblables se retrouvent sur des vases de Rheinzabern”, “de sorte qu’il paroit qu’un même type servoit à façonner ces vases dans les fabriques de notre pays les plus éloignées les unes des autres”. En 182494, il peut faire un bilan des découvertes d’Heiligenberg. Un autre four a été trouvé ; ainsi qu’un dépotoir contenant des “débris de pièces manquées ou cassées” entassés à côté du four. Il établit des comparaisons avec des moules et des fragments de moules découverts à Rheinzabern donnés par un certain Lambert à la bibliothèque de Strasbourg. Il a vu un vase semblable à ceux d’Heiligenberg dans la collection de Durand à Paris95.

  • 96 Ce problème est encore discuté aujourd’hui, selon l’emplacement de la signature sur les vases. Cf. (...)

46Il fait l’expérience, avec un moule de Lambert, pour prouver que le moule se compose d’une unique pièce, que les vases sont tournés dans un moule, et qu’ainsi ils sont lisses à l’intérieur, les empreintes étant à l’extérieur. Il constate que le retrait du séchage permet le démoulage. Il constate que les figures ne sont pas toujours bien disposées, et que quelquefois elles se chevauchent ; il en conclut qu’il existait des “poinçons isolés de différents figurent ou de différents ornemens”. Il pense que les noms qui figurent sur les empreintes ne sont pas les noms des potiers qui ont tourné les vases, mais ceux des auteurs des poinçons96. Ainsi les mêmes poinçons pouvaient servir à plusieurs potiers, et étaient communs à Heiligenberg et Rheinzabern. Il en découle aussi que “la combinaison de ces sujets divers [était d’une] variété infinie”. Il revient aussi sur sa tentative précédente d’interprétation des décors.

“Il s’en suit aussi qu’on ne saurait tirer de la combinaison de ces figures sur les vases de ce genre (car il en est tout autrement des vases peints dits étrusques), des résultats fructueux sur les idées mythologiques ou indications symboliques que pourroient suggérer les combinaisons, et que c’est tout au plus sur les figures isolées, ou les groupes qui étoient évidemment destinés à former un ensemble par le graveur même des poinçons, qu’on peut fonder quelques indications de cette nature. J’ai moi-même donné dans cette erreur avant d’avoir eu sur ce genre d’ouvrage des notions suffisamment exactes”.

Le temps des ingénieurs : Prosper Dupré, Jean-Antoine Daudin et Jean-Baptiste-Prosper Jollois

  • 97 Cf. supra.

47Le hasard des découvertes peut entraîner des observations. Ainsi celle d’un vase signé “OFIC. PRIMI” à Langres97, et en 1830, dans le faubourg de Brévoise “de débris” de vases sigillés entourant un “fourneau surmonté d’une vaste chaudière”, laisse croire “qu’il existait en ce lieu une fabrique”.

  • 98 Dupré 1829, 53-54.

48Ainsi la découverte de “fragmens de vases ornés d’arabesques disposées avec goût” à Moyenvic et dans la vallée de la Seille, et celle de semblables décors à Mayence et surtout à Dieuze (“ornemens si pareils, qu’on les croirait sortis du même moule”) laisser penser à l’ingénieur du Génie Prosper Dupré98 qu’ils viennent tous d’une “même fabrique existante dans la Belgica prima”. Il établit aussi, pour la première fois une tentative de datation précise par le contexte archéologique, au-delà des datations implicites quand de la sigillée est trouvée avec des monnaies romaines. En effet, la coupe sigillée trouvée dans les fortifications de Castel en face de Mayence, par lui-même en 1810, appartenait à un tombeau sous briques d’un légionnaire, avec la marque “LEG.III.FLV.P.F.” que Dupré date des règnes de Gallien ou de Victorin, ce qui signifie que l’“enfouissement” de cette coupe a eu lieu entre 253 et 267 p.C.

  • 99 Daudin 1829, 15.

49Ce sont encore deux ingénieurs des Ponts et Chaussées qui vont faire progresser la connaissance de la sigillée. Au Mans, lors de travaux au pont sur la Sarthe, en 1809, 2000 fragments de sigillée sont découverts par Daudin dans une couche de vase. “Il m’a fallu une patience à toute épreuve pour trouver parmi un aussi grand nombre de débris ceux qui avaient appartenu au même vase ; je n’ai pu reformer complètement qu’un très-petit nombre”99. Daudin identifie “des chasses aux lions, aux cerfs, aux lièvres, des combats entre hommes entre eux, ou hommes et animaux”, des Bacchantes, Diane, Mercure, Hercule, Vénus. “Mais ce que je ne puis omettre, c’est que sur les plus de 1000 échantillons qui me sont passés entre les mains, il n’y en a pas deux dont les dessins se ressemblent exactement, ce qui prouve combien il y avait de variété dans les ornements”. Daudin essaye en vain de publier ses tessons, quand A. de Caumont lui propose en 1825 de les faire lithographier à ses frais.

  • 100 Ibid. : dessins de Ed. Lambert et Mauffras, lithographies de Langlumé à Paris et Périaux à Rouen.
  • 101 Jollois 1831, illustré de belles planches dessinées par Charles Pensée, d’Orléans, et lithographié (...)
  • 102 Cf. Jollois 1823.

50Effectivement l’ouvrage est accompagné de six planches où des tessons décorés sont dessinés, au trait, à l’échelle un, la plupart au trait et et une avec le rendu des ombres et les reflets de la lumière (fig. 7)100. Le dessin au trait de la sigillée ornée est devenu jusqu’à aujourd’hui le plus répandu. L’auteur trouve aussi des fonds de vases avec marques de potiers (of. Severi ; of. Bassi ; of. Coci ; of. Crassi) et il croit qu’il y a eu une officine au Mans. “La réunion de ces poteries sur un même point et leur belle conservation me fit soupçonner, dès l’origine, qu’elles pouvaient bien n’avoir pas servi, et être le produit d’une manufacture qu’une révolution aurait détruite à l’époque où les barbares chassèrent les Romains de Gaule”. D’ailleurs, il pense avoir découvert un four et au fond d’un vase une “matière rouge pulvérulente” qui, fondu au chalumeau devient une “couverte rouge”. Jollois, en 1831, publie dans les Antiquités du grand cimetière d’Orléans, les découvertes faites dans un puits funéraire fouillé en 1823. Pour lui, “la collection nombreuse de vases [annonce] avec le plus de certitude, l’existence d’un manufacture de poterie”, avis conforté par la trouvaille de “débris d’ouvrages imparfaits” jetés sur le site. Il emprunte à Schweighaeuser le rôle des moules et des poinçons (fig. 8). Pour juger des décors, il est aussi de ceux qui recollent des tessons. À propos d’un beau Drag. 30 (pl. 15, no 101), il écrit : “nous n’en avons recueilli que deux fragmens, qui ont suffi toutefois pour reproduire le vase entier dans toutes sa pureté”. Il date cette céramique de l’époque romaine, par le fait que de la sigillée trouvée à Escles (dans les Vosges) l’a été avec des médailles romaines102. Il constate enfin que parmi les noms de potiers découverts à Orléans, aucun n’est “semblable à ceux de la manufacture de Paris ou du Châtelet”.

La synthèse d’Arcisse de Caumont

  • 103 Caumont 1831, 185.
  • 104 Angers, Bavay, Bayeux, Beauvais, Jublains, Le Mans, Orléans, Poitiers, Saumur, Tours, en dehors de (...)
  • 105 Ibid., 209.
  • 106 Peut-être Caumont inclut-il Lezoux dans ces environs ?
  • 107 Cf. Jouannet 1831.
  • 108 Peut-être Caumont a-t-il lu cette interprétation dans Schweighaeuser & Golbéry 1826. Ces deux aute (...)
  • 109 Caumont 1831, 188.
  • 110 Aucune empreinte provenant du Châtelet n’est curieusement donnée.

51Dans son Cours d’antiquités monumentales (1831), Caumont, constate l’importance des découvertes de sigillée, même s’il est “fort rare, il vrai, de trouver des vases entiers”103. Il cite un grand nombre de sites où il en a été trouvés104. Il pense même pouvoir établir une liste des officines, d’après la présence de moules ou de fours, tout en pensant qu’elles étaient “plus répandues dans les Gaules qu’on ne l’avait d’abord pensé”105 : Arles, Bordeaux, environs de Clermont-Ferrand106, Heiligenberg, Lyon, Nancy (Saint-Nicolas-du-Port), Nîmes, Paris, Rheinzabern. Cette liste partiellement exacte, Caumont l’établit grâce à l’étendue de ses lectures : Artaud, Caylus, Grivaud, Jollois, Jouannet107, Schweighaeuser. Curieusement, il ne cite pas Grignon, même s’il lui emprunte les interprétations des marques de potiers : OF = Officina ; F. = fecit. Il ajoute seulement, que le “M” terminal, équivaut à “manu”108. Il note justement, le premier aussi clairement, que si les marques sont généralement au fond des vases lisses, ils “se voient aussi, mais plus rarement, sur les parois des vases à l’extérieur”109. Il donne une liste de potiers de 75 noms110.

Fig. 7. Deux tessons de sigillée Drag. 29 trouvés au Mans, lithographiés par Langlumé. D’après Daudin 1829, pl. VII.

Fig. 8. Vase sigillée Drag. 37, trouvé dans le grand cimetière d’Orléans, dessiné par Charles Pensée et lithographié par Lemercier. D’après Jollois 1831, pl. 15.

  • 111 Ibid., pl. XXIII.
  • 112 Ibid., pl. XXV.
  • 113 Ibid., pl. XXVII.
  • 114 Chalquier à Caen, Loiset à Paris.
  • 115 Ibid., 196.

52Caumont précise explicitement la typologie des formes des vases, distinguant ceux en “demi-sphère111” (Drag. 37) et ceux avec “un léger renflement”112 (Drag. 29) qu’il juge comme Jollois plus élégants. Il publie même un vase Drag. 30113. Les décors de nombreux vases sont reproduits dans de belles lithographies114. Plus important, Caumont observe que d’un point de vue artistique – rarement envisagé, même aujourd’hui –, “les sujets” de la sigillée sont rarement représentés “sur les monuments romains. Il y a lieu de penser que la céramique avait pris en Gaule un caractère particulier ; l’école gauloise modifia, selon toute apparence, les traditions qu’elle avait reçue de l’école romaine”115.

  • 116 Caumont reprendra cette hypothèse dans id. [1850] (1870), 569, malgré Schweighaeuser, Tudot, etc.
  • 117 Caumont 1831, 205.
  • 118 Ibid., 207.

53En ce qui concerne la fabrication, Caumont pense que la plupart des moules “ont dû être de deux ou de plusieurs pièces”, et est en cela en retrait par rapport à Schweighaeuser116. Il prend argument du fait que “les mêmes ornements et les mêmes sujets se trouvent répétés sur des poteries découvertes à de très-grandes distances les unes des autres” pour supposer que les poinçons matrices et les moules n’étaient façonnés que dans un nombre restreint d’endroits pour être ensuite transférés dans des fabriques bien plus nombreuses”117. Il est d’avis, comme Daudin et Jollois, que les terres employées “avaient été mélangées et broyées avec une matière rouge pulvérisée [contenant de l’oxyde de fer], avant de former les vases”118.

À travers la France

  • 119 Le Maistre 1842.

54En 1842, après plus de dix années passées sans publication notable, le très bavard Le Maistre119 publie des “fragmens de poterie” trouvés dans ses fouilles de l’Aisne (Couvron et Versigny). Il répète ses devanciers en ce qui concerne les moules, l’emploi du tour. Il attribue le brillant du “vernis” à une “teinture liquide très chargée de d’oxyde de fer porphorisé”. Néanmoins, il est sans doute le premier à mettre en doute l’idée que la découverte de vases sigillée est l’indice d’une officine. D’ailleurs, il n’a pas trouvé le moindre four dans l’Aisne, “même si A. de Caumont dit qu’il a existé un grand nombre de ces fabriques en Gaule”.

  • 120 Schweighaeuser 1844.

55Schweighaeuser se croit obligé de lui répondre, et indirectement à Caumont dont il s’inspire, en 1844120. Il réaffirme que les moules sont en une seule pièce. “Le retrait que prend l’argile au bout de peu de jours de dessication suffit pour dégager les bas-reliefs des creux dans lesquels ils sont tournés”. D’ailleurs il possède seize moules entiers. Et il précise “que l’usage du moule n’excluait pas celui du tour, non-seulement pour façonner l’intérieur des vases, mais encore parce qu’on avait l’habitude d’élever le vase de 5 à 6 centimètres au-dessus du moule”. Par contre il défend une théorie erronée, déjà évoquée par Grignon : “les noms de potiers [sont écrits] au moyen de caractères gravés en creux, isolés et mobiles, mais rattachés ensemble à la manière des relieurs pour imprimer les titres des livres sur la couverture”, ce qui explique les “lettres renversées et anomalies qui n’auraient guère pu avoir lieu si ces noms avaient été gravés sur une seule pièce”. Il est alors capable d’ajouter Ittenweiler à la liste des officines alsaciennes.

  • 121 Schweighaeuser [sd.].

56C’est de manière posthume que sera publié le superbe album de gravures de Schweighaeuser (lithographies d’Engelmann) consacré à Rheinzabern (fig. 9)121, dans lequel il relate les circonstances des découvertes et indique l’origine de la collection de sigillée, provenant de ce site, conservée à la bibliothèque de Strasbourg (M. de Stichaner, M. Lambert, M. de Saint-Amour). Une planche (pl. 1) présente les marque de potiers (fac-similés et interprétation), d’autres des fragments de vases classés par thèmes : personnages mythologiques (pl. 3 et 5) (fig. 10), génies ailés (pl. 4), combats et scènes de chasse (pl. 8). Une planche montre un décor signé “COBNERTVS”, deux autres esquissent un catalogue de figures “Hercules et guerriers” (pl. 6) ou d’animaux (pl. 9).

  • 122 Cf. supra.
  • 123 Bouillet & Aymard 1855, 702.
  • 124 D’après Comarmond 1846-1854.
  • 125 D’après Pelet 1844. Les marques de potiers du musée de Nîmes ont été à nouveau publiées par Aurès (...)
  • 126 Tournal 1864.

57Bouillet, en 1855, sans le savoir, corrige Schweighaeuser, en expliquant qu’on a découvert à Lezoux des poinçons portant des noms de potiers entiers122. Dès 1846, il avait réaffirmé l’existence d’une grande officine à Lezoux, et donné une liste de 35 noms de potiers, présents à l’intérieur ou à l’extérieur des vases. En 1855123, il va jusqu’à affirmer que les officines auvergnates, “et même celles de l’Italie, tiraient de l’Auvergne les argiles rouges, les matières premières de ces vases”. Il donne alors une liste de plus de 180 noms de potiers de Lezoux. Dans le même article de 1855, posant la question de la diffusion des noms de potiers, Auguste Aymard établit un bilan pour la Haute-Loire (découvertes à Saint-Paulien, Margeaix, Espaly), et note qu’aucun des noms de potiers qui y ont été trouvés ne figurent pas la liste des potiers d’Auvergne dressée par Bouillet. Il affirme qu’il en est de même pour les collections du “Musée lapidaire de Lyon124”, du musée de Nîmes125, de Vienne, de Narbonne126.

Fig. 9. Couverture de Schweighaeuser [sd.], gravée par Engelmann.

Fig. 10. Tessons de sigillée de Rheinzabern gravés par Engelmann. D’après Schweighaeuser [sd.]

  • 127 Cahier 1854, 23-27.

“Ces comparaisons sembleraient donc démontrer, comme l’a pensé M. [Auguste] Cahier, dans sa description du Musée de Douai127, que les fabricants de ces objets d’industrie ou de luxe étaient nombreux et s’établissaient à peu près dans tous les centres importants de la population. Il faut en conclure que la Vellavie, à l’instar des contrées voisines, possédait des fabriques de poteries”.

  • 128 Dufour 1848, 27-28.
  • 129 Cf. supra.

58Dufour128, en 1848, fait pratiquement une remarque inverse. Sur les 97 noms de potiers trouvés à Amiens, la plupart figurent sur des vases trouvés à Paris, au Châtelet, à Bavay, à Tours, à Londres. Seuls 31 sont inédits. C’est que Dufour est mieux informé que Bouillet, grâce à sa connaissance des travaux Charles Roach Smith129 qui a publié 480 noms de potiers, issus de 603 “cachets”. Dufour en conclut que :

“un dictionnaire de tous les noms de potiers qui renfermerait l’indication des parties de l’empire romain où ils ont été recueillis ainsi que les variétés d’estampilles appartenant au même personnage, suggérerait également des observations forts intéressantes sur cette branche si considérable de l’industrie gallo-romaine. […] Il faudrait aussi rechercher à quelle fabrique appartiennent les vases les plus remarquables par les sujets en relief qui décorent les vases en terre rouge. S’il est vrai que l’Italie ait fourni aux potiers gaulois les dessins qu’ils reproduisaient, il est incontestable cependant que la Gaule avait un art qui lui était propre”.

59Il faudra attendre 1867 et le catalogue de Schuermans.

  • 130 Longuemar 1856.
  • 131 Longuemar a dépouillé les catalogues des musées de Londres, Amiens, Douai et Caen.
  • 132 Fillon 1864, 16.
  • 133 Hucher 1860. Il a encore reproduit ces fragments avec la Diane chasseresse dans Hucher 1869, 32-33
  • 134 Célèbre potier de Gaule centrale. Un fragment d’un vase semblable a été trouvé à York (cf. Stanfie (...)
  • 135 N ° 106 de Oswald 1936-1937 qui cite d’ailleurs Tudot 1857.
  • 136 Le raisonnement et les dessins de Hucher seront repris dans Caumont [1850] (1870), 564-568.
  • 137 Fontenay 1874. D’ailleurs, dès 1844, la Société éduenne avait publié une centaine d’“estampilles”.

60Les publications régionales de collections se poursuivent également, par exemple en Poitou. Longuemar, publie dès 1856, ses “Poteries gallo-romaines du Poitou”130, dans lequel il dresse une liste de 60 noms de potiers, dont une quarantaine d’inédits. Il constate qu’à ce jour, 1100 noms sont connus dont il est vrai 200 se retrouvent dans plusieurs catalogues131. Il en conclut que le chiffre définitif des fabricants de poteries ou des fabriques se trouve encore monter à près de 900.“L’industrie céramique était donc une source importante de production pour les Gallo-Romains, considération qui, jointe à celle de l’étude de l’art, doit engager tous les amis des études archéologiques à ne laisser perdre aucune occasion de recueillir les débris de poteries antiques exhumés du sol”. Benjamin Fillon consacre une étude à l’Art de terre chez le Poitevins, dans laquelle il pense que la sigillée (ornée et plus de 150 estampilles) trouvée à Poitiers vient du bassin de l’Allier. Il la date correctement du iie siècle p.C. Et devant les progrès des publications promet : “je ne doute pas qu’on arrive un jour à classer les poteries rouges par ordre chronologique et par lieu de fabrication”132. Eugène Hucher133 compare une marque Paternus134 du Mans à une semblable trouvée à Toulon-sur-Allier par Tudot qui lui a envoyé un “estampage”. Hucher établit une autre comparaison, toujours grâce à Tudot, à propos d’une figure de “Diane à la biche”135, qu’il commente longuement136. Parmi les publications les plus savantes, on trouvera celle de Harold de Fontenay, concernant Autun”137.

Alexandre Brongniart et les arts céramiques

  • 138 Brongniart & Riocreux 1845.
  • 139 Donnés au musée par l’abbé de Tersan et par Guy de Gisors, architecte du Palais.

61Brongniart et Riocreux consacrent à la céramique sigillée quelques pages dans la Description du musée de Sèvres138, et présentent quelques exemples de sigillée trouvés au Châtelet, à Lyon, à Rheinzabern, à Trèves et dans le Jardin du Luxembourg à Paris139.

  • 140 Brongniart 1844, 422-443.

62Brongniart dans son Traité140 s’intéresse surtout à la fabrication et à la diffusion de la sigillée :

“Ce que représente de très-remarquable cette poterie antique […], c’est la ressemblance de finesse dans la texture, de densité et surtout la couleur rouge de ces poteries dans tous les pays. Cette ressemblance qui a frappé tous les observateurs, est une sorte d’énigme difficile à résoudre d’une manière satisfaisante ; car quand on énumère les lieux nombreux éloignés les uns des autres, différents par la nature de leur sol, où se trouvent des poteries romaines de cette sorte, on s’explique difficilement comment les potiers romains pouvaient faire par tout des pâtes si semblables entre elles”.

63Prenant comme critère la seule présence de fours, comme ses prédécesseurs, il donne une liste d’officine partiellement erronée : Nîmes, Paris, le Châtelet, Lezoux, Le Mans, Rheinzbern, Heiligneberg, Ittenweiler, Orléans. Car Brongniart connaît bien l’ensemble de la littérature déjà évoquée, de Caylus, Grignon et Beaumesnil à Schweighaeuser, Jollois, et Caumont. Il ne dit rien d’original sur les décors ni sur les marques de potier, mais donne le premier une datation correcte : ier-iiie siècles p.C.

Vers la détermination des officines

64La seconde moitié du xixe siècle est l’époque où se précisent les lieux de production.

  • 141 Tudot 1857.

65En 1857, Tudot publie141 les fouilles faites avec Alfred Bertrand, ingénieur, et Louis-Gabriel Esmonot, architecte à Moulins (Société d’émulation du Bourbonnais), au Champ Lary à Toulon-sur-Allier : on y a trouvé des “fragments de poterie”, des “empreintes inédites”, des “moules de figurines” (en terre blanche), “vingt-trois signatures de céramistes”, des “vases rejetés”, des “cachets ou sceaux” (poinçons) en terre cuite et surtout un four. Il donne une longue liste de potiers, et curieusement, date la production de Toulon du ive siècle p.C.

  • 142 Payan-Dumoulin 1860.
  • 143 Payan-Dumoulin & Esmonot 1857.

66À la même époque (1856-1858), toujours à Toulon, M.-E. de Payan-Dumoulin142 et Esmonot fouillent un four, des moules, des vases ornés, lors des travaux du PLM. En 1857, sept vases de sigillée ornée de Toulon sont reproduits dans L’Illustration143, première apparition dans la presse de vulgarisation.

  • 144 Beaulieu 1851.
  • 145 Quirielle & Bertrand 1879.
  • 146 Vazeilles 1885, 216.
  • 147 Delacroix 1857.

67Les découvertes d’officines vont se succéder dans la région : Terre-Franche144, Vichy, Lubié145, Les Martres-de-Veyre146. Ou ailleurs comme l’officine de Luxeuil fixée par la découverte d’une “aire à potier” et d’un moule147.

  • 148 Rossignol 1859.
  • 149 La collection Cérès a été jetée par ses héritiers (cf. Hermet 1934, xiii).
  • 150 Note de Cérès publiée par Vialettes 1887-1893.
  • 151 Vialettes 1894-1899.

68Les officines du Sud de la Gaule font enfin leur apparition. À Montans sont découverts des tessons ornés en quantité, des fours, des moules. Élie-A. Rossignol148, comme Artaud opère des moulages, en plâtre. Il pense comme certains de ses devanciers (dont Tudot, sa seule référence) que les poinçons matrices n’étaient pas fabriqués dans les mêmes sites que ceux où les vases étaient moulés. Par contre, il est beaucoup plus pertinent quand il pose la question de la diffusion : “ne trouverait-on pas dans d’autres localités, des vases qui eussent les mêmes ornements des moules que je possède, et qui par conséquent auraient été fabriqués à Montans ?” Pour ce faire, il établit un catalogue des “sujets” figurés (une centaine) dans les vases de Montans. Les officines de Banassac et de La Graufesenque ont été découvertes par l’abbé Paulin-François Cérès, conservateur du musée de Rodez, la première en 1871, la seconde en 1884149. C’est l’abbé L. Vialettes qui en a publié les premières synthèses dans les Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, dans un premier mémoire150 consacré aux décors des vases “samiens” (jamais signés) et à la fabrication (“ocre rouge” mélangée dans la pâte et “engobe” dû à la vitrification), ainsi qu’aux “vases épigraphiques” de Banassac. Dans un second151, il se consacre aux marques de potiers trouvées par Cérès à La Graufesenque et à Banassac : “j’ai formé une liste de 800 sigles” (36 pages de fac-similés), rien que pour La Graufesenque” écrit-il. Comme Rossignol, il s’intéresse à la diffusion :

“Le commerce des potiers de la Graufesenque était très étendu. Les comparaissons des signes trouvés sur les débris de poteries de la Graufesenque avec ceux qui ont été signalés ailleurs en sont une preuve évidente. On les trouve répandus non seulement dans toute la France, mais aussi en Suisse, en Belgique et même en Angleterre”.

69Vialettes s’est servi pour parvenir à cette conclusion du catalogue de Schuermans.

  • 152 Mortillet 1879 : “Fabrique de poterie de Banassac, commerce avec la Savoie”. Comme conservateur au (...)
  • 153 À propos du potier Coccillus de Banassac, nous nous permettrons de renvoyer à notre article (Pinon (...)

70Gabriel de Mortillet, dès 1879, s’était déjà intéressé aux vases épigraphiques de Banassac152, dont il constate la diffusion à Nîmes, à Orange, à Genève. Il dresse la liste des marques de potiers de Banassac trouvées sur place153, comparée à celles signalées ailleurs, d’après Schuermans lui aussi. Mais ses “méthodes des sciences naturelles”, si elles constituent une bonne idée en soi, l’amènent à l’invention erronée de “potiers Allobroges”, en suivant une démonstration d’ailleurs peu claire.

De Schuermans à Dragendorff et Déchelette

71Le cycle des études pionnières va s’achever entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, avec un certain nombre de synthèses.

  • 154 Schuermans 1867.
  • 155 Fontenay 1874, 19-20, suggérera d’établir un catalogue de “calques” : “Chacun de ces calques, appl (...)
  • 156 Longpérier 1856.

72En 1867, Schuermans154 publie une liste de 6000 signatures de potiers, résultat d’un énorme travail de dépouillement bibliographique. Mais il livre une simple transcription des estampilles, sans donner un fac-similé155, sans chercher à déterminer les noms des potiers, sans suggérer même un lieu de production, encore moins à tenter une datation. Il ne donne que le lieu de découverte ou de conservation, suivi de ses sources (Schuermans connaît l’essentiel de la bibliographie). La seule utilité de cet inventaire, pour un chercheur de l’époque, est de savoir que telle marque est déjà connue ou inédite et dans le premier cas d’avoir une liste des autres lieux. Il avoue son incapacité à repérer les lieux de fabrication. Pour la datation, il déduit, essentiellement d’après des fouilles en Belgique, où des monnaies ont été trouvées, que la sigillée date du iie siècle p.C. ; ou évidemment que les vases trouvés à Pompéi sont antérieurs à l’an 79. Il utilise aussi le travail d’Adrien de Longpérier156 sur la forme des lettres pour dater certains sigles du début du Haut-Empire.

  • 157 Dragendorff 1895.

73L’apport de Hans Dragendorff157 porte surtout sur la datation et sur la typologie des formes. Cette dernière, qui définit 55 types, est encore en usage aujourd’hui. Le premier, il établit que les vases carénés Drag. 29 datent du ier siècle p.C. et les bols hémisphériques Drag. 37 du iie. Formes de vases, noms de potiers et genres de décors sont essentiellement datés par les fouilles des forts du Limes (Andernach, Xanten). Il présente d’ailleurs les catalogues de noms de potiers en les classant selon les formes de vases sur lesquels ils sont apposés. Il distingue en outre – en se fondant sur les produits des officines de Rheinzabern et de Westerndorf – les noms des potiers qui tournent les vases, inscrits au fond intérieur du vase, des auteurs des poinçons matrices qui signent dans le décor extérieur. Mais, à côté de ses nouveautés, il dépend encore beaucoup de la bibliographie ancienne. Pour les officines, il donne encore les sites d’Arles, de Bordeaux, de Nîmes, de Paris ou du Châtelet, mais pas celle de La Graufesenque pourtant connue par les premières publications de l’abbé Cérès.

  • 158 Son projet initial était d’établir un catalogue de la collection Plicque du musée de Saint-Germain (...)
  • 159 Il omet curieusement les officines d’Alsace.
  • 160 Lièvre 1878.
  • 161 Oswald 1931.

74Cette exploration peut se clore avec Les vases céramiques ornés de la Gaule romaine (Narbonnaise, Aquitaine et Lyonnaise) (Paris, 1904) de Joseph Déchelette. Le grand archéologue s’attache à “la détermination des centres de fabrication” et à “la chronologie des produits”158. Il distingue trois grandes régions, le Sud (La Graufesenque, Montans, Banassac), le Centre (Lezoux et la vallée de l’Allier) et la Germanie (Rheinzbern, Westerndorf159). À la typologie de Dragendorff, il rajoute une quinzaine de formes. Pour chaque site important (ceux qui exportent, pour lui), il raconte l’historique de la découverte, décrit les productions et tente de les dater. Pour La Graufesenque, il établit cinq types de rinceaux pour les Drag. 29 et sept types de décors pour les Drag. 37. Il constate que la datation ne peut pas être apportée par les fouilles des officines (où les tessons sont mélangés dans des dépotoirs), mais par des sites extérieurs datés, comme Bibracte où la sigillée ne peut être qu’italique ou Haltern (sur le Limes) où elle est de fabrication gauloise. Il constate aussi que tous les types successifs des Drag. 29 et le début des Drag. 37, étant présents à Pompéi, sont antérieurs à l’éruption du Vésuve ; et aussi que l’absence de Drag. 29 sur le Limes induit que les Drag. 37 apparaissent entre 80 et 110 p.C. Incidemment, il réfute la théorie de A.-F. Lièvre160 selon laquelle les potiers voyageraient avec leurs poinçons pour produire dans différentes fabriques. Pour Lezoux, il définit trois époques : celle des Drag. 29, celle des Drag. 37 à décors avec métopes ou libres de style Libertus (de 80 à 110 p.C.), et enfin celle des Drag. 37 à grands médaillons, à rinceaux ou libres de style Cinnamus ou Paternus. Pour tous les sites, il étudie précisément la diffusion des produits, selon les potiers et le s types de décors. Il termine par un texte de synthèse sur l’iconographie des vases ornées et par un catalogue des potiers de vases ornés. Le second tome est un Recueil général des types figurés des vases moulés, évidemment le premier de ce genre, repris par F. Oswald en 1931161.

Conclusion

75En guise de conclusion, après cette chronique historique, tentons une synthèse thématique.

76Il apparaît bien, comme l’annonce le titre de notre étude, qu’une partie notable des connaissances sur la céramique sigillée est acquise dès la fin du xviiie siècle et le début du xixe. La datation de l’époque romaine ne fait même aucun doute dès le xvie siècle. La Sauvagère (1740) donne précisément la sigillée comme romaine. Caylus date les tessons de Sainte-Geneviève du règne de Tibère, ce qui n’est pas trop éloigné de la réalité. La datation du Haut-Empire se précise avec Daudin (1809) et Dupré (1829). Ce qui est confirmé par Brongniart (1854), avec la fourchette ier-iiie siècles.

77Le fait que les estampilles donnent les noms des potiers qui ont fabriqué les vases apparaît sous la plume du père Durand dès 1662. Ce qui est confirmé par Caylus. Grignon, en 1774, découvre la signification exacte des estampilles, “of.” signifiant officina, “F.” fecit. Le même Grignon comprend que les vases ornés sont fabriqués dans des moules avec des poinçons. Ce qui est démontré par Artaud au début du xixe siècle. Que ce moule soit en une seule pièce est affirmé par Schweighaeuser en 1824. Bien sûr, il y a eu des errements sur l’utilisation des vases, mais Caylus y voit très tôt un usage essentiellement domestique. Bien sûr, il y a eu des reculs, même de la part de Caumont.

78Le seul problème qui a créé de la résistance, c’est celui des lieux de production, des officines. On a longtemps cru que la découverte de sigillée en grande quantité dans un même lieu prouvait l’existence d’une officine comme pour Paris, Bordeaux, Le Mans ou Orléans. Encore Brongniart, au milieu du xixe siècle, donne des lieux de production réels (Lezoux) mais aussi imaginaires. Le premier qui ait établi un lieu de production réel est Beaumesnil dans les années 1770 (Ligones-Lezoux). Et au milieu du xixe siècle, les principaux centres sont repérés (Auvergne, Alsace-Rhénanie), à l’exception de la Gaule du Sud qui devra attendre les recherches de l’abbé Cérès (1870-1880).

  • 162 Hofmann 1986, 121 et sq.
  • 163 Habert 1893.

79Contrairement à ce que déclarait imprudemment Bernard Hofmann en 1986162, l’essentiel était dit bien avant 1895 et Dragendorff. Que les estampilles livrent les noms des potiers n’a pas seulement été supposé mais démontré dès le xviiie siècle. La large reproduction de fac-similés n’a pas attendu Théophile Habert163 : Grivaud de la Vincelle en 1807 en donne déjà 125.

80Il est loisible de penser que l’analyse détaillée d’autres domaines que celui de la sigillée révèlerait d’autres exemples de précocité des connaissances archéologiques.

Bibliographie

Bibliographie

Aghion, I., éd. (2002) : Caylus mécène du roi. Collectionner les antiquités au xviiie siècle, Paris.

Archéologues (1993) : Les archéologues et l’archéologie. Colloque de Bourg-en-Bresse (Archives, 25-27 septembre 1992), Caesarodunum 27, Tours.

Artaud, F. (1823) : La céramie, Lyon.

Aurès, A. (1876) : Marques de fabrique du Musée de Nîmes, publiés en fac-simile, Nîmes.

Beaulieu, L. (1851) : Antiquités des eaux minérales de Vichy, Plombières, Bams et Niederbronn, Paris.

Bémont, C. (1977) : Moules de gobelets ornés de la Gaule centrale au musée des Antiquités nationales, Gallia Suppl. 33, Paris.

— (1994) : La collection Constancias, Roanne.

Blanchet, A. (1902) : Mélanges d’archéologie gallo-romaine. Second fascicule, Paris.

Bottin, S. (1826) : “Poteries antiques”, Mémoires de la Société des antiquaires de France, 7, LXXIII.

Bouillet, J.-B. (1844) : Statistique monumentale du département du Puy-de-Dôme, Clermont-Ferrand.

Bouillet, J.-B. et A. Aymard (1855) : “Parmi les estampilles empreintes sur les vases antiques en est-il qui indiquent les lieux de fabrication ?”, Congrès scientifique de France, 22e session tenue au Puy, Paris-Le Puy, 701-712.

Brongniart, A. (1844) : Traité des arts céramiques ou des poteries, ou des poteries considérées dans leur histoire, leur pratique et leur théorie, Paris.

Brongniart, A. et D. Riocreux (1845) : Description méthodique du musée céramique de la Manufacture royale de porcelaine de Sèvres, Paris.

Cahier, A. (1854) : Coup d’œil sur quelques parties du Musée de Douai, Douai.

Cambry, J. (1803) : Description du département de l’Oise, Paris.

Cassan, A. (1835) : Antiquités gauloises et gallo-romaines de l’arrondissement de Mantes (Seine-et-Oise), Mantes.

Caumont, A. de (1831) : Cours d’antiquités monumentales : histoire de l’art dans l’Ouest de la France, depuis les temps les plus reculés jusqu’au xviie siècle, t. II, Paris-Caen-Rouen.

— [1850] (1870) : Abécédaire ou rudiment d’archéologie. Ère gallo-romaine, Caen (1ère éd. Paris, 1850).

Caylus, A.-C.-P. comte de (1756) : Recueil d’antiquités, t. II, Paris.

— (1759) : Recueil d’antiquités, t. III, Paris.

Chaudruc de Crazannes, C.-A. (1817) : “Notes sur les antiquités de la ville de Saintes (Mediolanum Santonum), découvertes en 1815 et 1816”, Annales encyclopédiques, 1, 222.

Clarac, F. de (1813) : Fouille faite à Pompei en présence de S. M. la Reine des Deux-Siciles, le 18 mars 1813, Paris.

Cohendy, M. (1871) : “Céramique arverne et fayence de Clermont”, Mémoires de l’Académie de Clermont-Ferrand, 45, 143.

Comarmond, A. (1846-1854) : Description du Musée lapidaire de la ville de Lyon : épigraphie antique du département du Rhône, Lyon.

Daudin, J.-A. (1829) : Essai sur les poteries romaines et les nombreux objets d’antiquité qui ont été trouvés au Mans en 1802, dans les fouilles pratiquées pour la fondation du pont royal de cette ville, Paris.

Déchelette, J. (1904) : Les vases céramiques ornés de la Gaule romaine (Narbonnaise, Aquitaine et Lyonnaise), Paris.

Delacroix, E. (1857) : “Un céramiste gallo-romain et la déesse Briscia”, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, 8, 380-386.

De Witte, J. (1836) : Description des antiquités et objets d’art qui composent le cabinet de feu M. le chevalier E. Durand, Paris.

Dragendorff, H. (1895) : “Ein Beitrag zur Geschichte der griechischen und römischen Keramik”, BJ, 96, 18-155.

Dufour, C. (1848) : Observations sur les noms de potiers et de verriers romains recueillis à Amiens, Amiens.

Dupré, P. (1829) : Mémoire sur les antiquités de Marsal et Moyenvic, Paris.

Durand, B. (1662) : L’illustre Orbandale ou l’histoire ancienne et moderne de la ville et cité de Chalon-sur-Saône, Lyon.

Esposito, A et P. Pinon (2007) : “La bibliothèque des antiquaires français”, Les Nouvelles de l’archéologie, 110, nov., 23-29.

Fausti, N. (1854-1896) : Le case ed i monumenti di Pompei disegnati e descritti, Naples.

Fillon, B. (1864) : L’Art de terre chez les Poitevins, Niort.

Fontenay, H. de (1874) : “Inscriptions céramiques gallo-romaines découvertes à Autun”, Mémoires de la Société éduenne, 3-4, 331-449.

Grignon, P.-C. (1774) : Bultin [sic] des fouilles faites par ordre du Roi, d’une ville romaine sur la petite montagne de Châtelet, entre S. Dizier et Joinville, découverte en 1772, Bar-le-Duc.

— (1775) : Second bulletin des fouilles faites par ordre du Roi, d’une ville romaine sur la petite montagne de Châtelet, entre S. Dizier et Joinville, découverte en 1772, Paris.

Grivaud de la Vincelle, C.-M. (1807) : Antiquités gauloises et romaines recueillies dans les jardins du Luxembourg du Palais du Sénat, pendant les travaux d’embellissement qui ont été exécutés depuis l’an IX jusqu’à ce jour, Paris.

— (1817) : Recueil de monumens antiques la plupart inédits, et découverts dans l’ancienne Gaule, Paris.

Habert, t. (1893) : La poterie parlante, Paris.

Hermet, F. (1934) : La Graufesenque (Condatomago), Paris.

Hofmann, B. (1971) : “Les relations entre potiers, fabricants de moules et artistes producteurs de poinçons”, Rei Cretariæ Romanæ Fautores. Acta, 13, 5-17.

— (1986) : La céramique sigillée, Paris.

Hucher, E. (1860) : “Études des poteries gallo-romaines découvertes au Mans à diverses époques”, Bulletin monumental, 26, 274-287.

— (1869) : Catalogue du Musée archéologique du Mans, comprenant la description de tous les objets existant dans ce musée à la date du 1er janvier 1869, Le Mans.

Jollois, J.-B.-P. (1823) : Antiquités. Commission du département des Vosges. Mémoire sur les antiquités de Gran, Épinal.

— (1831) : Antiquités du grand cimetière d’Orléans, Paris-Orléans.

Jouannet, F. (1831) : “Notice sur les antiques sépultures populaires du département de la Gironde”, Actes de l’Académie de Bordeaux, 1831, 151-174.

La Sauvagère, A. (1740) : Recherches sur la nature et l’étendue d’un ancien ouvrage des Romains appelé communément Briquetage de Marsal, Paris.

Leboeuf, J. (1753) : “Antiquités d’Auvergne”, Histoire de l’Académie royale des inscriptions et belles-lettres, t. XXV, 139-143.

Legrand d’Aussy, P. (1788) : Voyage dans la Haute et Basse Auvergne, Paris.

Le Maistre (1842) : “De la poterie des Gallo-Romains”, Mémoires de la Société des antiquaires de France, 16, 1-46.

Lerat, L. et Y. Jeannin (1960) : La céramique sigillée de Luxeuil, Besançon-Paris.

Lièvre, A.-F. (1878) : “Fours de potiers à Jarnac et marques de vases”, Mémoires de la Société des antiquaires de France, 207-213.

Longpérier, A. de (1856) : “Note sur la forme de la lettre E dans les légendes de quelques médailles gauloises”, RN, 1, 73-87.

Longuemar, A. Le Touzé de (1856) : “Poteries gallo-romaines du Poitou”, Bulletin monumental, 2, 562-565.

Mongez, A. (1818) : “Note sur les poteries antiques de couleur rouge, lue en 1804”, Mémoire de l’Institut royal. Classe d’histoire et de littérature ancienne, 3, 13-16.

Mortillet, G. de (1879) : Les potiers allobroges. Méthodes des sciences naturelles appliquées à l’archéologie, Annecy [extraits de la Revue Savoisienne].

Oswald, F. (1931): Index of Potters’stamps on Terra Sigillata “Samian Ware”, Marigidumnum.

— (1936-1937): Index of Figure-types on Terra Sigillata, Liverpool.

Payan-Dumoulin, M.-E. de (1860) : Antiquités gallo-romaines découvertes à Toulon-sur-Allier et réflexions sur la céramique antique, Le Puy-Paris-Lyon.

Payan-Dumoulin, M.-E. de et L.-G. Esmonot (1857) : “Antiquités gallo-romaines découvertes à Toulon (Allier)”, L’Illustration, 5 décembre, 366-367.

Pelet, A. (1844) : Catalogue du Musée de Nîmes, Nîmes.

Pinon, P. (1965) : “Céramique sigillée trouvée à Banassac et conservée au Musée de Sens”, RAE, 16, 108-115.

— (1991) : La Gaule retrouvée, Paris.

— (1993a) : “Archéologues des Lumières : Pierre Beaumesnil et Pierre-Clément Grignon”, in : Archéologues 1993, 109-135.

— (1993b) : “La première grande fouille archéologique moderne en France. Le Châtelet et Pierre-Clément Grignon (1772-1774)”, Eutopia, 2, 181-201.

— (2002) : “Caylus et les ingénieurs”, in : Aghion 2002, 115-116.

Plicque, A.-E. (1880) : “Liusannum. La métropole des céramistes gallo-romains”, in : Congrès archéologique de France, 47, 220-239.

Quirielle, R. de et A. Bertrand (1879) : “Découverte d’une officine de potiers gallo-romains à Lubié près de Lapalisse”, Bulletin de la Société d’émulation du département de l’Allier, 16, 471-571.

Rossignol, É.-A. (1859) : “Des antiquités et principalement de la poterie romaine, trouvées à Montans, près Gaillac (Tarn)”, Bulletin monumental, 5, 691-702.

Savarin, J. (1607) : Les origines de Clairmont, ville capitale de l’Auvergne, Clermont.

Schnitzler, B. (1998) : La passion de l’Antiquité. Six siècles de recherches archéologiques en Alsace, Strasbourg.

Schuermans, H. (1867) : “Sigles figulins”, Annales de l’Académie d’archéologie de Belgique, 23, t. III, 5-592.

Schweighaeuser, J.-G. (1822) : “Antiquités”, Annuaire du département du Bas-Rhin pour l’année 1822, 352-355.

— (1824) : “Sur quelques découvertes d’antiquités romaines et gauloises, faites depuis la notice sur les monumens de ce genre insérée dans l’Annuaire du Bas-Rhin de l’an 1822”, Journal de la Société des sciences, agriculture et arts du département du Bas-Rhin, 1, 9-22.

— (1844) : “Supplément à la notice de M. Lemaistre sur la poterie des gallo-romains”, Mémoires de la Société des antiquaires de France, 17, 36-44.

— [sd.] : Antiquités de Rheinzabern, [slnd].

Schweighaeuser, J.-G. et P. de Golbéry (1826) : “Note”, Mémoires de la Société des antiquaires de France, 7, lxxiv.

Smith, C. R. (1848) : Collectanea antiqua. Etchings of Ancient Remains, Londres.

Stanfield, J. A. et G. Simpson (1958) : Central Gaulish Potters, Londres.

Tournal, M. (1864) : Inscriptions inédites ou peu connues du Musée de Narbonne, Caen.

Tudot, E. (1857) : “Marques et signatures de céramistes trouvées dans le Bourbonnais”, Bulletin monumental, 23, 337-371.

Vautrin (1804) : “Recherches sur une poterie et des briques antiques trouvées près de Saint-Nicolas”, Précis des travaux de la Société des sciences et arts de Nancy, an XII-1804, 31.

Vazeilles, M. (1885) : “Découverte d’une fabrique de poterie gallo-romaine aux Martres-de-Veyre”, Revue d’Auvergne, 2, 216.

Vialettes, L. (1887-1893) : “Note sur les poteries celtiques, gauloises et romaines du département de l’Aveyron et les paries voisines du département de la Lozère”, Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 14, 448-458.

— (1894-1899) : “Sigles figulins relevés sur les poteries trouvées dans l’Aveyron et à Banassac (Lozère)”, Mémoires de la Société des lettres, sciences et arts de l’Aveyron, 15, 1-36.

Notes

1 Grivaud de la Vincelle 1817, 152.

2 Caumont 1831, 185.

3 Esposito & Pinon 2007.

4 Blanchet 1902, 121-148.

5 Nous avons esquissé cette étude dans Pinon 1991, 117-120.

6 Savarin 1607, 60.

7 Caylus 1759, 404.

8 Grignon 1774, 57.

9 Grivaud de la Vincelle 1807, 128.

10 Mongez 1818.

11 Schweighaeuser 1824.

12 Caumont 1831, 185.

13 Bouillet 1844, 131-133.

14 Leboeuf 1753, 140.

15 Grivaud de la Vincelle 1817, 149.

16 Archives de la Société d’histoire et d’archéologie de Langres, ms. 117, fol. 30 : version des “Antiquités de Langres” de l’abbé Jean-Baptiste Charlet (1700), entretenue jusque vers 1835, puis propriété de L.-B. Gidel (cf. Pinon 2002). “Vase de cette grandeur d’un beau travail en terre rouge vernissée très fin (Terra Campana). Ce vase du genre de ceux dont parle Caylus dans son ouvrage d’antiquités est romain mais fabriqué dans les Gaules. Il a la forme d’une grande coupe et des ornements délicats. Il porte dans son fond intérieur l’inscription ci-dessus OFIC. PRIMI”. Le dessin qui accompagne le texte permet d’identifier un vase Drag. 29 de La Graufesenque ou de Montans, ce qui est confirmé par la marque du potier PRIMVS.

17 Grivaud de la Vincelle 1817, 153.

18 Bibliothèque municipale de Lyon : Archives de l’Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, ms. 100-100 bis. Bémont 1994, 2 note 29, a attribué cette utilisation du mot à Alexandre Brongniart.

19 Le Maistre 1842. La Commission des Antiquaires précise (ibid., 36 note 1) : “Cette qualification [“sigillée”] lui a été donnée à cause de l’empreinte du sigillum ou cachet portant le nom du fabriquant”.

20 Brongniart 1844, 443-444, à propos des trouvailles à Asnières et à Limoges.

21 Dufour 1848, 28.

22 Longuemar 1856.

23 Parmi les références de Dufour figure Smith 1848.

24 “Parmi les estampilles empreintes sur les vases antiques, en est-il qui indiquent les lieux de fabrication ? Trouve-t-on les mêmes noms de potiers et de verriers en des pays distants les uns des autres ? Dresser la liste de ces fabricants pour les régions centrales de la France”.

25 Payan-Dumoulin 1860, 7.

26 Schuermans 1867, 7.

27 Fontenay 1874.

28 Aurès 1876.

29 Hermet 1934, xi, dit que la dénomination “samienne” est “de plus en plus abandonnée”.

30 Caylus 1756, 353-354.

31 Caylus 1759, 403.

32 Grignon 1774, 58-59.

33 Grignon 1775, 220.

34 Chaudruc de Crazannes 1817.

35 Daudin 1829, 4.

36 Jollois 1831, 17.

37 Cassan 1835, 29.

38 Tudot 1857, 340.

39 “Licinus” dans le texte, potier de La Graufesenque.

40 Durand 1662, 92-93.

41 “Antiquités de la ville de Langres [copié] sur l’original de M. André, déposé au chartier de l’Hôtel de Ville en 1726”, bibliothèque diocésaine de Langres, ms. 16, p. 53.

42 La Sauvagère 1740. Sur le “briquetage” de Marsal, cf. Pinon 1991, 150-153.

43 La marque Cassius est celle d’un potier d’Heiligenberg (Oswald note 135).

44 Sans doute des puits funéraires comme dans les jardins du Luxembourg au début du xixe siècle et encore au début des années 1960 (fouilles de A. Högström, auxquelles nous avons participé en compagnie d’Alain Ferdière, Alain Schnapp, Jean Chapelot…).

45 Caylus 1759, 402.

46 Caylus 1759, p. 404.

47 Caylus, 1756, pl. CIII et CV.

48 Comme le montrent les fragments de la pl. CV.

49 Caylus 1759, 354.

50 Caylus 1759, 397.

51 Pl. XVI, du manuscrit conservé à la bibliothèque municipale de Besançon. Ces vases ont été fabriqués à Luxeuil (cf. Lerat & Jeannin 1960, 10-11).

52 Cf. Pinon 1993a ; 1993b.

53 Archives de l’AIBL, C 79, n ° 4, et BnF. Département des manuscrits, ms. N.A.F. 6269.

54 Caylus 1756, 354.

55 Longuemar 1856, 562.

56 Des théories complexes et discutées n’apparaîtront que dans la seconde moitié du xxe siècle avec les recherches de Jean-Jacques Hatt.

57 Grignon 1774, 58-61.

58 Il devrait s’agir de Drag. 29 du Sud de la Gaule.

59 Il devrait s’agir de Drag. 37 de Gaule centrale.

60 Grignon compare ces décors avec ceux retrouvés à Luxeuil.

61 Grignon 1775, 221-225.

62 Pour mieux étudier les décors, Grignon se propose de “rapatroner” les fragments, p. ccxxii.

63 Cf. Pinon 1993a.

64 Legrand d’Aussy 1788, 94.

65 Les dix ans signalés par Legrand devraient indiquer la date de 1778, mais celle-ci est celle d’une seconde découverte signalée par Grivaud de la Vincelle 1807, 140. Mongez 1818, 14, repris par Brongniart 1844, parle donc par erreur de 1780. La date la plus vraisemblable est donc celle de 1775, donnée par Bouillet 1846, 132. Déchelette 1904, I, 142 parle de 1773, d’après Cohendy 1871.

66 D’après Mongez 1818, 14.

67 BnF : Estampes, Ve 884, fol. 27.

68 Grivaud de la Vincelle 1817, 149.

69 Artaud 1823, t. I, 20.

70 Entrée au musée de Roanne en 1899-1900. Cf. Bémont 1994.

71 Brongniart 1844, 442.

72 Bouillet 1855, 702.

73 Louis-Charles Ledru, architecte de la ville de Clermont et du département du Puy-de-Dôme.

74 Sans parler évidemment de celles d’Hugues Vertet et de Brian Hartley dans les années 1960 (fouilles auxquelles nous avons eu l’honneur de participer), et celles de Philippe Bet dans les années 1980-1990 (dont le chantier dit de la ZAC de l’Enclos, sur lequel a travaillé également la co-éditrice de ce volume, A. Fenet).

75 Plicque 1880.

76 Grivaud connait, possède peut-être même une partie de la collection et des manuscrits de Grignon, alors entre les mains de l’abbé Tersan.

77 Grivaud de la Vincelle 1807, 133.

78 Ibidem, 134.

79 Ibidem, 139.

80 Clarac 1813, 12.

81 Dans Fausti 1854-1896, figurent des vases ornés de La Graufesenque (tav. LXXXXI). En 1902, Joseph Déchelette, rendant visite à F. Hermet, lui rapporte qu’il a vu au musée de Naples une marque “MOMMO” de la Graufesenque, trouvée à Pompéi (Hermet 1934, xiv).

82 Grivaud de la Vincelle 1807, 136.

83 D’après Cambry 1803.

84 D’après Vautrin 1804. Il s’agit de l’officine aujourd’hui appelée de La Madeleine.

85 Grivaud de la Vincelle 1817, 153.

86 Le manuscrit, dans sa forme finale, date de 1823, mais les recherches d’Artaud sont connues depuis le début du xixe siècle.

87 Il a obtenu de la sigillée provenant de Pouzzoles par l’architecte Jean-Baptiste Rondelet.

88 Due à l’architecte Michel-Robert Penchaud.

89 Fouilles en 1807, dans le cabinet Leschevin à Dijon.

90 Schweighaeuser 1844, 43.

91 Bottin 1826.

92 Schweighaeuser 1822.

93 Sur Schweighaeuser, cf. Schnitzler 1998, 47.

94 Schweighaeuser 1824.

95 Durand était connu de Grivaud. Sur cette collection, cf. De Witte 1836.

96 Ce problème est encore discuté aujourd’hui, selon l’emplacement de la signature sur les vases. Cf. Hofmann 1971.

97 Cf. supra.

98 Dupré 1829, 53-54.

99 Daudin 1829, 15.

100 Ibid. : dessins de Ed. Lambert et Mauffras, lithographies de Langlumé à Paris et Périaux à Rouen.

101 Jollois 1831, illustré de belles planches dessinées par Charles Pensée, d’Orléans, et lithographiées par Lemercier.

102 Cf. Jollois 1823.

103 Caumont 1831, 185.

104 Angers, Bavay, Bayeux, Beauvais, Jublains, Le Mans, Orléans, Poitiers, Saumur, Tours, en dehors des officines supposées.

105 Ibid., 209.

106 Peut-être Caumont inclut-il Lezoux dans ces environs ?

107 Cf. Jouannet 1831.

108 Peut-être Caumont a-t-il lu cette interprétation dans Schweighaeuser & Golbéry 1826. Ces deux auteurs critiquent Artaud pour qui “MA” signifie “Magnarius” (marchand en gros). Ils affirment déjà que “M” est une abréviation de “Manu”.

109 Caumont 1831, 188.

110 Aucune empreinte provenant du Châtelet n’est curieusement donnée.

111 Ibid., pl. XXIII.

112 Ibid., pl. XXV.

113 Ibid., pl. XXVII.

114 Chalquier à Caen, Loiset à Paris.

115 Ibid., 196.

116 Caumont reprendra cette hypothèse dans id. [1850] (1870), 569, malgré Schweighaeuser, Tudot, etc.

117 Caumont 1831, 205.

118 Ibid., 207.

119 Le Maistre 1842.

120 Schweighaeuser 1844.

121 Schweighaeuser [sd.].

122 Cf. supra.

123 Bouillet & Aymard 1855, 702.

124 D’après Comarmond 1846-1854.

125 D’après Pelet 1844. Les marques de potiers du musée de Nîmes ont été à nouveau publiées par Aurès 1876.

126 Tournal 1864.

127 Cahier 1854, 23-27.

128 Dufour 1848, 27-28.

129 Cf. supra.

130 Longuemar 1856.

131 Longuemar a dépouillé les catalogues des musées de Londres, Amiens, Douai et Caen.

132 Fillon 1864, 16.

133 Hucher 1860. Il a encore reproduit ces fragments avec la Diane chasseresse dans Hucher 1869, 32-33.

134 Célèbre potier de Gaule centrale. Un fragment d’un vase semblable a été trouvé à York (cf. Stanfield & Simpson 1958, pl. 107, 27). Précisons que dans le cadre de cet article nous n’avons pas recherché d’autres identifications.

135 N ° 106 de Oswald 1936-1937 qui cite d’ailleurs Tudot 1857.

136 Le raisonnement et les dessins de Hucher seront repris dans Caumont [1850] (1870), 564-568.

137 Fontenay 1874. D’ailleurs, dès 1844, la Société éduenne avait publié une centaine d’“estampilles”.

138 Brongniart & Riocreux 1845.

139 Donnés au musée par l’abbé de Tersan et par Guy de Gisors, architecte du Palais.

140 Brongniart 1844, 422-443.

141 Tudot 1857.

142 Payan-Dumoulin 1860.

143 Payan-Dumoulin & Esmonot 1857.

144 Beaulieu 1851.

145 Quirielle & Bertrand 1879.

146 Vazeilles 1885, 216.

147 Delacroix 1857.

148 Rossignol 1859.

149 La collection Cérès a été jetée par ses héritiers (cf. Hermet 1934, xiii).

150 Note de Cérès publiée par Vialettes 1887-1893.

151 Vialettes 1894-1899.

152 Mortillet 1879 : “Fabrique de poterie de Banassac, commerce avec la Savoie”. Comme conservateur au musée de Saint-Germain-en-Laye, Mortillet connaissait la sigillée de Banassac achetée par le Musée à l’abbé Cérès.

153 À propos du potier Coccillus de Banassac, nous nous permettrons de renvoyer à notre article (Pinon 1965).

154 Schuermans 1867.

155 Fontenay 1874, 19-20, suggérera d’établir un catalogue de “calques” : “Chacun de ces calques, appliqué sur une fiche de carton de dimension convenable, serait accompagné de notes sur le genre de poterie qui l’a fourni, sur la partie du vase occupée par l’empreinte, sur la dimension exacte ou présumée de ce vase, ainsi que sa forme […]”.

156 Longpérier 1856.

157 Dragendorff 1895.

158 Son projet initial était d’établir un catalogue de la collection Plicque du musée de Saint-Germain-en-Laye. Ce travail a été fait par Bémont 1977.

159 Il omet curieusement les officines d’Alsace.

160 Lièvre 1878.

161 Oswald 1931.

162 Hofmann 1986, 121 et sq.

163 Habert 1893.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Tesson de sigillée du iie siècle p. C. trouvée à Nîmes. D’après Caylus 1756, pl. CV.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Fig. 2. Deux vases de sigillée trouvés au Châtelet, dessinés par Grignon fils. BnF, ms. NAF 6269, pl. II.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Fig. 3. Liste des potiers publiée par Grignon 1775, 223.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 4. Tessons de sigillée du iie siècle p.C. trouvés dans le jardin du Luxembourg, dessinés par Thuilliers et gravés par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. XII.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Légende Fig. 5. Vases en sigillée Drag. 29 trouvés dans le jardin du Luxembourg, dessinés et gravés par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. XVIII.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Fig. 6. Marques de potiers trouvées dans le jardin du Luxembourg, dessinées et gravées par F. X. Wexelberg. D’après Grivaud de la Vincelle 1807, pl. VIII.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende Fig. 7. Deux tessons de sigillée Drag. 29 trouvés au Mans, lithographiés par Langlumé. D’après Daudin 1829, pl. VII.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 8. Vase sigillée Drag. 37, trouvé dans le grand cimetière d’Orléans, dessiné par Charles Pensée et lithographié par Lemercier. D’après Jollois 1831, pl. 15.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Fig. 9. Couverture de Schweighaeuser [sd.], gravée par Engelmann.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende Fig. 10. Tessons de sigillée de Rheinzabern gravés par Engelmann. D’après Schweighaeuser [sd.]
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5828/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search