Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Première partie. L’Orient, la cité grecque et le monde hellénistique

Acheminement et réception de la correspondance royale dans l’empire néo-assyrien

Pierre Villard

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet les remarques de S. Parpola dans SAA I, XVII.

1Les quelque quatre mille cinq cents documents épistolaires que l’on a retrouvés dans les palais de Kalhu et Ninive ne donnent qu’une faible idée du volume total de la correspondance reçue par les empereurs néo-assyriens. S’il est difficile de faire des estimations précises, il est probable qu’un millier de messages au minimum devait être expédié chaque année au roi1. Étant donnée la taille de l’empire, qui s’étendait du Golfe persique à la côte méditerranéenne, il fallu développer un système de transmission à la fois sûr et rapide pour acheminer cette correspondance depuis les provinces jusqu’à la capitale. Une fois parvenus à la résidence royale, les messages étaient communiqués au souverain pour qu’il leur apporte la réponse appropriée.

Typologie des messages

2Les procédures de délivrance de ces messages variaient néanmoins en fonction de leur origine et de leur nature. Il existait en effet plusieurs formats de documents épistolaires, dont chacun avait une fonction propre et suivait des conventions particulières d’écriture.

  • 2 Une bonne partie de ces lettres a été éditée dans Harper 1892-1914. Une réédition systématique est (...)
  • 3 Parmi le tout petit nombre d’enveloppes de lettres retrouvées intactes, on peut citer SAA XIII 42 (...)

3Le terme que l’on traduit conventionnellement par “lettre” (egirtu), désigne en fait une tablette d’argile à une seule colonne, inscrite parallèlement au petit côté et dont la longueur est approximativement le double de la largeur2. Ce format était couramment utilisé pour rédiger des messages qui débutaient normalement par quelques lignes comprenant le nom du destinataire et de l’expéditeur ainsi qu’une formule de salut, éventuellement amplifiée par des bénédictions et des souhaits. Avant d’être envoyées, les lettres-egirtu étaient mises sous une enveloppe d’argile, sur laquelle l’expéditeur apposait son sceau. Destinée à protéger la tablette et la confidentialité des informations, l’enveloppe était brisée à la réception, du moins lorsque le destinataire souhaitait lire le message3. Sauf rares exceptions, ces documents n’étaient pas datés, le messager pouvant préciser lui-même le moment de l’envoi.

  • 4 Ces lettres datent principalement des règnes de Tiglath-phalazar III et Sargon II, c’est-à-dire d’ (...)
  • 5 La correspondance des lettrés est réunie dans Parpola 1993 (389 textes), celle des prêtres dans Co (...)
  • 6 La plupart des lettres royales de Sargon II (SAA I 1 à 28) datent du moment où le roi menait des c (...)

4Parmi les lettres de ce type qui ont été conservées, la majorité provenait de membres de l’administration provinciale4. Un autre ensemble important, d’environ six cents textes, est constitué par les missives des lettrés au service du roi (devins, exorcistes, médecins et chantres) ou des administrateurs des grands sanctuaires5. On trouve aussi les envois de quelques correspondants occasionnels, contenant des dénonciations ou des suppliques. Les lettres royales sont enfin très rares, ce qui signifie simplement qu’on n’en conservait pas de double pour archivage, du moins en temps normal. Dans plusieurs cas, on constate que ces lettres royales furent envoyées alors que le souverain était absent et que le prince héritier exerçait la régence dans la capitale. On devait alors lui envoyer des doubles pour qu’il puisse prendre connaissance des décisions du souverain6 et ces tablettes étaient parfois datées, pour compléter l’information du régent.

  • 7 Hunger 1992. Le volume comprend 567 textes.
  • 8 Cf. Hunger 1992, XVIII.

5On a d’autre part retrouvé dans les archives royales de Ninive des tablettes de forme oblongue, écrites parallèlement à leur long côté. Les documents de ce format, appelés u’iltu, pouvaient servir à divers usages et les astrologues les utilisèrent en particulier pour envoyer au roi les citations des séries ominales correspondant à leurs observations des phénomènes célestes7. Ces rapports astrologiques, qui n’étaient probablement pas mis sous enveloppe, ne comportaient pas de date, ni de formules d’incipit, mais une simple notice placée à la fin, “de la part d’Un tel”, donnait l’identité de l’expéditeur. Il arrivait aussi que l’auteur introduise des bénédictions ou des souhaits en guise de post-scriptum8, ou qu’il ajoute à son compte-rendu un commentaire personnel ou même une pétition. On a donc à l’évidence affaire à un genre de messages, dont la forme était cependant moins protocolaire que celle des lettres.

  • 9 Starr 1990 (354 textes).
  • 10 SAA IV 279 à 354.
  • 11 Voir ci-dessus, note 6.
  • 12 SAA IV 282, 336, 340, 341.

6À la différence des astrologues, les haruspices n’envoyaient pas en temps ordinaire de rapports au roi, mais se contentaient d’écrire le résultat de leurs prises d’oracles sur la tablette qui contenait le texte de la question posée au dieu Šamaš9. On dispose cependant pour une courte période d’un ensemble de “rapports d’haruspicine”10. D’un format proche de celui des lettres, mais avec une écriture généralement plus grossière, ils étaient datés par le jour, le mois et l’éponymie. La notice finale pouvait en outre comprendre le nom des haruspices ayant procédé à une ou plusieurs prises d’oracles, celui des “rapporteurs” (bēl ṭēme) et le lieu de l’interrogation oraculaire. Tous ces documents furent rédigés au cours de trois années du règne d’Assurbanipal, entre 652 et 650, et doivent correspondre à un moment particulier, où le roi ne résidait pas dans sa capitale11. Il s’agissait de sortes de rapports de synthèse et l’ajout occasionnel de formules de souhaits12 semble indiquer qu’ils étaient destinés à être lus devant le monarque.

  • 13 ABL 716, 23-24.
  • 14 Sur les écritoires de bois recouverts de cire à l’époque néo-assyrienne, voir Wiseman 1955, 3-13.
  • 15 Layard 1853, 153-159. Cf. Parpola 1986, 226, n. 19.
  • 16 CT 54, 10 : 16-18. Cf. Dietrich 1967-68, 89-90 et S. Parpola, SAA I, p. XVI.
  • 17 L’évolution est surtout perceptible à partir du règne d’Assarhaddon, car il n’y a pas, ou très peu (...)
  • 18 Les lettres envoyées par des dignitaires opérant en Babylonie durant la révolte du frère du roi Ša (...)

7Il existait encore d’autres types de messages, mais qui utilisaient des supports périssables et ne sont en conséquence connus que par des allusions. Un suppliant, Nabûbalassu-iqbi, rappelle par exemple qu’il avait déjà envoyé une pétition rédigée sur un écritoire de bois13. Les plaquettes de bois recouvertes de cire14 servaient donc parfois à écrire des lettres mais le support le plus courant, mis à part l’argile, était incontestablement le papyrus, sur lequel on écrivait en caractères araméens. Il ne reste aujourd’hui que les bulles d’argile qui servaient à sceller les rouleaux15, mais on trouve aussi un témoignage indirect de la diffusion de ce support dans un ordre royal de Sargon II16, enjoignant un certain Sîn-iddina de ne pas lui écrire sur des documents en araméen (sipru), mais au moyen de messages en akkadien, donc sur tablettes en cunéiforme. De telles recommandations n’eurent d’ailleurs qu’un effet limité, car sous les règnes suivants17, les lettres en akkadien émanant de l’administration provinciale deviennent très rares18. Écriture de prestige, le cunéiforme fut alors surtout utilisé dans les messages des lettrés, ainsi que dans les suppliques, comme signe de révérence et d’allégeance au pouvoir impérial.

Le service express du courrier officiel

8Si l’on considère à présent la façon dont les messages parvenaient au palais, il faut distinguer entre le courrier officiel et les envois des correspondants occasionnels.

9Pour assurer la liaison entre la capitale et les provinces, un système de relais était entretenu sur toute l’étendue de l’empire. Relevant de la routine de l’administration provinciale, ce système n’était guère mentionné qu’en cas de dysfonctionnement, mais les quelques documents dont on dispose permettent néanmoins de s’en faire une idée assez précise.

  • 19 SAA I 177 = document 3.
  • 20 SAA V 74 = document 4.
  • 21 SAA V 227 = document 5.
  • 22 SAA XIII 33 = document 6.

10Les descriptions quelque peu détaillées concernent des régions très diverses. Parmi les documents conservés qui datent du règne de Sargon II, on connaît par exemple une lettre lettre de Bēl-liqbi, gouverneur de Supat, dans la vallée de l’Oronte, dans laquelle ce dernier mentionne les stations de Hesâ et Sazanâ, qui se trouvent dans son district19. Citons aussi sous le même règne la missive adressée au souverain par Mahdê, gouverneur de Ninive, où il est question des équipages de Kalhu, qui était alors la capitale, et de l’étape de Šabirēšu, ville du nord de l’Assyrie, proche de la confluence du Tigre et du Habur20, ainsi que la lettre expédiée par Šamaš-bêlu-uṣur, gouverneur d’Arzūhina, dans la vallée du Zab inférieur, qui concerne des localités de son district et des provinces voisines d’Arrapha et de Māzamua (Dūr-atānati, Arrakdi). Sous le règne d’Assarhaddon, Mār-Issār, le représentant du roi en Babylonie du nord, envoie une lettre où il mentionne les étapes de Kamanāte, sur le moyen Tigre, et d’Ampihābi, dans la province d’Arzūhina21. Enfin, sous le règne d’Assurbanipal, on connaît une lettre en provenance de la capitale religieuse, Aššūr22. Ces quelques localisations, dues en bonne partie au hasard de la documentation, laissent penser que le réseau de la poste officielle couvrait l’ensemble des régions placées sous contrôle assyrien.

  • 23 Les références sont réunies dans Kessler 1980, 183-236.
  • 24 Chicago Assyrian Dictionary (= CAD), s.v. kallû in ana kallê.

11Ce réseau était composé d’un ensemble de voies principales, soigneusement entretenues et appelées “routes royales” (hūl šarri)23. Le long de ces voies, étaient disposées des bēt mardēti, expression que l’on peut traduire approximativement par “station postale” ou “station d’étape”. Marēdtu signifie en premier lieu l’étape parcourue en une journée de marche, soit environ 30 km. La bēt mardēti devait donc être un relais susceptible de fournir équipement et approvisionnement à une troupe en mouvement. Ces relais servaient en outre aux porteurs de messages, qui y trouvaient chars et montures fraîches. Ils devaient donc entretenir en permanence un ou plusieurs équipages de mules (urû), animaux capables d’un train régulier sur de longues distances. À chaque équipage étaient en outre associés un char et un cocher, ce qui assurait une disponibilité maximale. L’ensemble constitué par les animaux, le char et son conducteur était appelé kalliu, c’est-à-dire “réservé” ou “retenu” (pour les besoins du transport du courrier). Dans un sens dérivé plus abstrait, le terme pouvait désigner le service lui-même. Les expressions adverbiales ina, ana ou kī kallê avaient quant à elles un sens voisin de “par express” ou “en toute hâte”24.

  • 25 SAA I 177 = document 3.

12Le document le plus détaillé sur le personnel affecté à ces relais est la lettre de Bēl-liqbi25, qui décrit la réorganisation d’une bēt mardēti dans la province de Supat. À sa tête, se trouvait un rab kallî, ou “maître de poste” : le titre suggère que ce personnage s’occupait de la gestion et de l’entretien des équipages. Un autre responsable appelé rab raksi, soit “commandant des recrues”, devait superviser les équipes de travailleurs assurant le bon fonctionnement du relais. Il s’agissait d’un personnel relativement nombreux si l’on considère que trente familles furent réquisitionnées pour la seule station de Hesâ. Ces familles, installées à proximité sous l’autorité d’un chef de village, reçurent des maisons et des domaines, ce qui nécessita le déplacement d’un groupe d’artisans dépendant du palais local, auxquels on attribua en compensation champs et vergers dans la localité voisine d’Argite. Le nombre des personnes concernées par ce mouvement de personnel montre qu’un bēt mardēti était davantage qu’un simple relais postal, mais devait servir aussi de dépôt de nourriture et d’approvisionnements divers.

  • 26 SAA V 227 = document 5.

13La documentation montre aussi que la surveillance du réseau des routes royales et des bēt mardēti était du ressort des gouverneurs de provinces. Ils devaient s’assurer qu’aucun relais ne reste longtemps sans équipage, en prêtant une attention particulière aux stations situées à des carrefours, davantage sollicitées26. C’est également à eux qu’il revenait de proposer au roi la création de nouvelles bēt mardēti, pour réduire la longueur des étapes difficiles et compléter le réseau existant.

  • 27 Cf. e.g. SAA V 74 et 227, documents 4 et 5.
  • 28 Cf. e.g. SAA X 165 : r3’-5’, “Le roi mon seigneur est miséricordieux ! Que le roi envoie un garde (...)

14Les messagers qui utilisaient ce service postal sont eux-mêmes souvent qualifiés de ša-qurbūti, un titre que l’on traduit conventionnellement par “garde du corps royal”27. Les ša-qurbūti appartenaient en fait à un corps d’élite de l’armée, formant l’entourage direct du roi au combat. Ils étaient fréquemment utilisés pour des missions de confiance et il existe de très nombreuses attestations de leur rôle comme porteurs d’ordres royaux ou de messages destinés au roi. On trouve en particulier des pétitions dans lesquelles la suggestion de l’envoi d’un ša-qurbūti correspond à la sollicitation d’un ordre royal en faveur du suppliant28.

  • 29 Voir les références réunies dans CAD, s. v. kallû.

15Ce système d’acheminement des messages est probablement assez ancien29, mais il prit une ampleur géographique sans précédent sous l’empire néo-assyrien et fut sans doute considérablement perfectionné à cette époque, où la documentation devient beaucoup plus précise et détaillé. Par la suite, les Achéménides le reprirent sans grand changement, comme le montre le témoignage d’Hérodote :

  • 30 Hdt. 8.98 (trad. Legrand 1953, 99-102).

“Tel est ce qu’ont imaginé les Perses. Autant que comporte de journées l’ensemble de la route, autant, dit-on, de chevaux et d’hommes y sont disposés à intervalles, un cheval et un homme pour chaque étape d’une journée ; et ni la neige, ni la pluie, ni la chaleur ni la nuit n’empêche que chacun accomplisse à toute vitesse la course qui lui incombe ; le premier courrier remet au second les messages dont il est chargé, le second au troisième et ainsi de suite ils arrivent au but en passant de l’un à l’autre, comme chez les Grecs (le flambeau quand a lieu) la course des porteurs de flambeau qu’on célèbre en l’honneur d’Héphaistos”30.

16On peut également citer ce passage de la Cyropédie de Xénophon, qui décrit lui aussi le système postal perse :

  • 31 Xén., Cyropédie, 8.6.17-18 (trad. Chambry 1967, 305).

“Nous connaissons encore une autre invention de Cyrus, appropriée à la grandeur de son empire, et grâce à laquelle il était promptement informé de ce qui se passait, même dans les contrées les plus lointaines. S’étant rendu compte de la distance qu’un cheval monté peut parcourir en un jour sans être excédé, il fit construire des écuries écartées de ce même intervalle, y mit des chevaux et des gens chargés de les soigner, et plaça dans chaque relais un homme capable de recevoir et de transmettre les lettres qui arrivaient, de recueillir les hommes et les chevaux fatigués et d’en envoyer d’autres tout frais”31.

17Si Hérodote et Xénophon n’ont pas déformé la réalité, on remarque tout de même deux différences avec l’organisation néo-assyrienne. Les relais néo-assyriens utilisaient des mules et non des chevaux. D’autre part, les passages qui viennent d’être cités suggèrent que les lettres se transmettaient d’un messager à l’autre dans l’empire achéménide. À l’époque néo-assyrienne, c’était parfois le même ša-qurbūti, investi de la confiance royale, qui accomplissait tout le trajet, comme le montrent plusieurs témoignages (par ex. SAA V 74 et 227 = documents 4 et 5). Le char, le cocher et les mules changeaient en revanche à chaque étape.

Réception de la correspondance par le roi

  • 32 SAA X 63, 8-9 et r3-4 “Le garde du corps royal a apporté la lettre le 19 du mois Kislīmu (ix)”.

18Dans le cas où le roi et son correspondant résidaient dans la même ville, les relais n’étaient évidemment d’aucune utilité, mais il est probable que les messages étaient de la même façon confiés à un ša-qurbūti ou à un autre membre de l’entourage royal. C’est manifestement de cette façon que furent acheminés les lettres et les rapports des lettrés résidant dans la capitale et l’on peut noter qu’un message des astrologues Balasî et Bāmāya fait explicitement référence à une lettre royale qu’un ša-qurbūti leur a apportée32.

19Le processus devait être en revanche différent pour les messages des correspondants occasionnels du souverain ou pour ceux des serviteurs royaux tombés en disgrâce. Le service express n’était accessible qu’avec la permission du monarque et en pratique, il était réservé aux ordres royaux et à leurs réponses, ainsi qu’à tout message justifié par accomplissement du service royal, dans le cadre d’une fonction officielle.

20Les dénonciateurs ou suppliants qui ne faisaient pas partie des correspondants réguliers du souverain devaient donc faire acheminer leurs courriers par des messagers privés, mais il demeurait le problème de faire parvenir le message jusqu’à son destinataire.

  • 33 SAA X 294 = document 16.

21Lorsqu’on dispose de renseignements à ce sujet, on constate que la lettre a été présentée par un courtisan qui jouissait de la confiance du roi. Urda-Gula, exorciste en disgrâce, envoya ainsi plusieurs pétitions à Assurbanipal, dont l’une fut apportée par l’eunuque Šarru-nūrī33. La réponse ambiguë qui lui parvint dans les heures suivantes fut probablement transmise par le même intermédiaire.

  • 34 Brinkman 1999, 305, considère qu’ABL 283 date probablement du règne de Sargon II, et ABL 793 de ce (...)

22Ce mode de présentation est encore illustré par deux lettres provenant d’un notable babylonien dénommé Bēl-ibni. Ce personnage avait pris le parti des Assyriens, mais ayant été calomnié, il n’osait plus se présenter à la cour. Il envoya alors une pétition au roi, sans doute Sargon II, pour être lavé de ces accusations et demander la reconnaissance de son statut de serviteur royal, c’est-à-dire une fonction officielle (ABL 793 = document 15). Dans le même temps, il écrivit au Grand Eunuque, l’un des principaux dignitaires de la cour, presque dans les mêmes termes (ABL 283 = document 14)34. La principale différence est que la seconde lettre se conclut par une demande d’intervention du Grand Eunuque en faveur de l’auteur. Il est donc hautement probable que les deux tablettes ont été simultanément remises au Grand Eunuque, pour qu’il présente la pétition au souverain.

  • 35 SAA X 226 : r14-19.

23Pour celui qui n’avait pas ou n’avait plus le statut de serviteur royal, il était donc nécessaire d’avoir des appuis à la cour pour espérer faire parvenir un message au monarque. Cela était d’ailleurs clairement exprimé par l’exorciste en chef Adad-šumu-uṣur, lorsqu’il demandait la réintégration de son fils Urda-Gula : “Mais ceux qui se tiennent dans le palais, tous ces gens-là ne m’aiment pas. Il n’y a personne parmi eux qui soit mon ami, pas un à qui je puisse faire un présent et qui, l’ayant accepté, intercède pour moi”35. Il faut bien sûr faire la part de la rhétorique courtisane, car Adad-šumu-uṣur détenait lui-même une fonction importante. Son discours montre cependant que l’existence de réseaux de fidélité tissés par les membres influents de la cour n’était en rien occulte et pas spécialement blâmée.

24Il faudrait donc considérer sous cet angle les quelques lettres – un peu plus d’une trentaine – qui furent retrouvées parmi les archives royales, bien qu’adressées à de hauts dignitaires. Tout porte à croire que ces dignitaires disposaient de leurs propres résidences, où devaient être habituellement conservées les missives qu’ils recevaient. Le simple fait que de telles lettres aient été retrouvées dans les palais royaux doit donc attirer l’attention.

  • 36 SAA V 96 et SAA I 41 = documents 12 et 13.

25Il arrivait d’ailleurs que les responsables locaux envoient simultanément leurs informations à leur supérieur direct et au roi, comme cela est illustré par des témoignages du règne de Sargon II : Aššūr-rēṣūwa, représentant assyrien (qēpu) auprès du dynaste vassal de Kumme, avait expédié deux lettres parallèles, l’une au trésorier (masennu) Ṭāb-šār-Aššūr, l’autre à Sargon II lui-même36.

  • 37 ABL 781 r7-9.

26Dans d’autres cas, l’auteur n’était pas introduit auprès du roi, mais appartenait à un réseau d’influence constitué par un dignitaire de la cour. Il écrivait alors à son protecteur, en espérant que la teneur du message serait communiquée au souverain. Un certain Marduk-nāsir rapporte ainsi au vizir (sukkallu) des nouvelles apportées par des marchands sur des mouvements des troupes élamites et ajoute : “J’ai écrit au vizir mon seigneur. Puisse mon seigneur en parler dans le palais !”37.

27L’information est ici contenue dans la lettre adressée au sukkallu. Mais on trouve également quelques missives qui semblent se réduire à des salutations adressées à un haut personnage. Ainsi par exemple Nabû-nādin-šumi, dans une lettre qu’il adresse à la fille du roi, se contente-t-il d’espérer que celle-ci, et le roi lui-même, soient bien disposés à son égard (ABL 189 = document 17). Même si l’on n’en a pas de preuve absolue, il est fort possible que ce billet ait accompagné une pétition confiée à la princesse, pour qu’elle la remette à son père.

Lecture devant le roi

  • 38 On trouve par exemple la mention d’un papyrus écrit de la main du roi dans une question oraculaire (...)
  • 39 Cf. e.g. les documents 7 à 11. Voir également les références réunies dans CAD, s.v šasû.

28Une fois le message parvenu à bon port, il devait encore être lu à son destinataire. De nombreux indices suggèrent que les empereurs néo-assyriens étaient capables de lire aussi bien l’écriture araméenne que le cunéiforme38, mais le protocole exigeait que quelqu’un lise leur courrier devant eux. Plusieurs auteurs font explicitement référence à cette lecture devant le souverain39 et dans le cas des messages à contenu très technique, cela permettait en outre de limiter les erreurs d’interprétation.

  • 40 Voir à ce sujet Oppenheim 1965, 256.
  • 41 Voir Charpin 1995, 43-55.
  • 42 Voir e.g. Charpin 1988, 207-208.
  • 43 Cf. e.g. ARM VI 55, ARM X 79 ou ARM XIV 11.
  • 44 ABL 1250 = document 7 : r 17-22 man-nu at-ta lú a-ba / ša ta-sa-su-u-ni /ta igi lugal en-ka la tu-p (...)

29Il s’agissait là d’un usage courant dans les cours du Proche-Orient ancien40. On en trouve une bonne illustration dans les lettres de Mari, datant du xviiie siècle a.C., qui constituent l’autre grand corpus épistolaire en cunéiforme. On sait qu’un certain Hulālum avait la charge d’ouvrir et de lire les tablettes adressées au roi Samsī-Addu41. Et sous le règne de Zimrī-Lîm, un personnage nommé Šunuhra-hālû faisait office de secrétaire particulier du roi42. Il recevait parfois le double de lettres envoyées à Zimrī-Lîm, dans l’espoir qu’il les présente au roi de la manière la plus favorable possible43. En effet, le secrétaire royal avait le loisir d’insister plus particulièrement sur tel passage de telle lettre, ou d’ajouter ses propres commentaires et explications. Il en allait clairement de même dans l’empire néo-assyrien, si l’on en juge par le post-scriptum : “Qui que tu sois, scribe qui lira (cette lettre), ne dissimule rien au roi ton seigneur. Parle de moi de façon bienveillante devant le roi, afin que Bêl et Nabû parlent de toi de façon bienveillante devant le roi !”44.

30En revanche, et cela constitue peut-être une différence avec le royaume de Mari, l’identité du personnage chargé de lire les messages au souverain semble avoir variée en fonction des circonstances.

31Pour les lettres et rapports des diverses catégories de devins et magiciens, on choisissait un lettré, capable d’interpréter les citations des traités de référence, qui comportaient souvent des termes et des valeurs de signes peu usités.

  • 45 SAA X 60 = document 8.
  • 46 SAA X 76 = document 11.
  • 47 Pour la lecture ummânu de l’idéogramme erim-meß, voir Parpola 1983, 65.
  • 48 SAA X 57 = document 10.

32Dans une tablette qu’il adresse à un roi45, l’astrologue Balasî suggère que le scribe qui fait la lecture devant le roi n’a pas bien compris un passage difficile de la série tératologique Šumma izbu. Mais sa remarque ne fait peut-être que refléter la rivalité avec un collègue, car tout indique que les lecteurs de tels messages étaient des experts. Une lettre de l’astrologue Nabû-ahhē-erība46 montre ainsi que lors des rituels destinés à annuler les effets néfastes d’une éclipse de lune, un ummânu47, c’est-à-dire un maître érudit, lisait les rapports-u’iltu devant le roi, l’un après l’autre, dans une enceinte appelée qersu. Le caractère exceptionnel de la procédure porte sans doute plus sur le lieu que sur l’identité du lecteur. Une autre lettre de Balasî48, révèle en effet qu’Akkullānu, grand prêtre d’Aššūr et astrologue réputé, fut appelé à expliquer devant le roi les messages de ses collègues, peut-être lors d’un séjour du souverain dans la ville d’Aššūr.

  • 49 ABL 1250 = document 7.
  • 50 ABL 793 = document 15.
  • 51 Sur ce groupe, voir Parpola 1995, 379-401 et Mattila 2000.
  • 52 Voir e.g. Villard 2000, 174-175.

33Pour ce qui est de la correspondance administrative ou des pétitions, il existe moins d’indices directs sur la personnalité du lecteur, mais la notice finale d’une lettre adressée à un scribe montre que son auteur ne savait pas nécessairement par qui elle serait lue49. Le dignitaire portant le titre de “scribe du palais” a dû parfois jouer ce rôle, mais il n’était certainement pas le seul. Si l’on fait le parallèle avec les pratiques de Mari et les lettres reçues par Šunuhra-hālû, il est probable que la pétition de Bēl-ibni 50 a été lue et commentée devant Sargon II par le Grand Eunuque. D’autres personnages importants de la cour, parmi lesquels le groupe restreint des “Grands”, qui occupaient les plus hautes charges auliques51, ont dû remplir de temps à autre la même fonction. Ce pourrait en particulier être le cas du sukkallu, ou “grand vizir” qui, en tant que chef suprême de la justice, avait son mot à dire sur toutes les pétitions en rapport avec des affaires judiciaires52. Sous Sargon II, la charge était occupée par un frère du roi, Sîn-ahu-uṣur, et la série de lettres qui lui furent adressées et conservées parmi les archives royales témoigne bien de sa grande influence à la cour.

  • 53 Voir Joannès 1985, 97-113.

34Il est enfin vraisemblable que les réponses du souverain s’élaboraient fréquemment au cours des lectures commentées des lettres qu’il recevait, et la comparaison avec Mari est là encore instructive. On a retrouvé dans le palais de Mari, dans des contextes archéologiques secondaires, un ensemble de tablettes auxquelles on a donné le nom de mémorandums, mais qui sont en fait des brouillons de lettres royales53. Ces documents sont divisés en rubriques, commençant chacune par aššum, “à propos de”, qui notent chacune en style télégraphique la réponse du roi à la section d’une lettre qui venait de lui être lue. À partir de la lettre reçue et des notes prises sur les paroles royales, le secrétaire du souverain pouvait rédiger la réponse et la soumettre à l’approbation de son maître.

  • 54 SAA XIII 166 = document 18, voir Villard 2002.
  • 55 SAA I 1 = document 19.

35Un document du même type a été exhumé à Ninive, rédigé sans doute par un certain Urdu-ahhēšu pour préparer une lettre à Assarhaddon, avec des rubriques débutant toutes par l’expression ina muhhi, qui correspond à peu près au terme aššum de la langue paléobabylonienne54. On n’a pas retrouvé de tels brouillons destinés à la rédaction de lettres royales et s’ils existaient, il est probable qu’ils furent détruits dans l’Antiquité. La structure de certaines lettres royales suggère cependant que les procédures étaient similaires. À ce sujet, on peut prendre en considération la missive de Sargon II à Aššūr-šarru-uṣur gouverneur de Cilicie, à propos de la politique à tenir envers le roi Midas de Phrygie55. Cette lettre n’est d’ailleurs qu’une ébauche qui n’a pas été achevée, le roi ayant sans doute changé d’avis sur certains points. Le document se compose d’une série de citations du message précédent d’Aššūr-šarru-uṣur et d’une série de réponses du souverain. Pour composer la lettre, le scribe royal n’a eu qu’à mettre en forme les paroles prononcées par Sargon à la suite de chaque rubrique du message de son gouverneur.

36Au total, les éléments de continuité sont assez nombreux entre la documentation de Mari et celle, postérieure d’un millénaire, d’époque néo-assyrienne. Les principales différences tiennent à la différence d’échelle, à la plus grande complexité de la cour néo-assyrienne, et à l’amélioration des réseaux de communication. Le maillage du territoire par des relais, qui permettait à des messagers de traverser tout l’empire en quelques jours, fut alors porté à un degré de perfectionnement encore jamais atteint, au point qu’il fut repris sans grande modification par les États postérieurs.

Annexes

Annexe 1. Traduction des documents cites

Documents

1a) SAA XIII 42, enveloppe de SAA XIII 41

Tablette (tuppu) de l’intendant du temple (lahhinu) à l’intendant du temple. Bonne santé à mon frère. Puissent A Aššūr et l’Ešarra bénir mon frère !

1b) SAA XV 289, enveloppe de SAA XV 288

À l’adjoint (du gouverneur), mon seigneur, ton serviteur Aššūr-rēṣīwa. (Deux empreintes du sceau anépigraphe d’Aššūr-rēṣīwa sur la face de l’enveloppe, une sur le revers)

2) SAA X 361 : r 3-11 (Mār-Issār à Assarhaddon)

Le long (de la route), (les gens) des stations postales (bēt mardēti) se transmettent mes lettres et les portent au roi mon seigneur. Mais à deux ou trois reprises, on a retourné ma lettre depuis les villes de Kamanāte, Ampihābi et […] garēšu. Qu’un [ordre scellé] leur soit envoyé, afin qu’ils se transmettent ma lettre et l’apportent au roi mon seigneur !

3) SAA I 177 : 1-r7 (Bēl-liqbi à Sargon II)

Au roi mon seigneur, ton serviteur Bēl-liqbi. Bonne santé au roi mon seigneur !

La localité de Hêsa, une de mes stations postales (bēt mardēti) manque de personnel. Le maître de poste (rab kallî) et le commandant des recrues (rab raksi) y sont seuls et ne peuvent s’en occuper (convenablement). Maintenant, je vais réquisitionner trente maisonnées et les installer là. Des gens de Nabû-uṣalla, le préfet, une cohorte d’artisans, habitent dans Hêsa. Qu’il les fasse sortir, les installe dans la ville d’Argite et leur donne des champs et des vergers ! Si cela convient au roi mon seigneur, qu’on envoie une lettre à Nabû-uṣalla, le préfet, afin que je puisse nommer là Ya’iru, l’adjoint, comme chef de village et nommer à Sazanâ Sîn-iddina, le majordome d’Adda-hāāti, pour qu’ils puissent s’occuper de ces stations postales et craindre le roi !

4) SAA V 74 (Mahdê à Sargon II)

Au roi mon seigneur, ton serviteur Mahdê. Bonne santé au roi mon seigneur !

(À propos) du service express (kalliu) que nous fournissons et du garde du corps qui vient en citant un ordre royal, selon lequel il doit aller jusqu’à Šabirēšu, il a épuisé les mules dont je dispose. Le roi mon seigneur sait que je n’ai pas en réserve d’équipage (urû) (pour aller) jusqu’à Šabirēšu. Ceux qui y vont ne reviennent pas. Mes équipages de mules sont épuisés. Le roi mon seigneur doit savoir cela. Nous laissons poursuivre leur chemin aux équipages de Kalhu. Mon char, mon équipage et mon conducteur sont allés avec Nabû’a, le garde du corps, jusqu’à Šabirēšu et ceux de Šabirēšu les ont laissé poursuivre leur chemin. Que le roi mon seigneur fasse une enquête. Qu’il m’écrive pour que je vienne mais je viendrai à pied. Je n’ai pas de char, pas d’équipage et pas de conducteur !

5) SAA V 227 : 1-r15 (Šamaš-bēlu-uṣur à Sargon II)

Au roi mon seigneur, ton serviteur Šamaš-bēlu-uṣur. Bonne santé au roi mon seigneur !

Concernant le service express (kalliu), à propos duquel le roi mon seigneur m’a envoyé ce message par l’intermédiaire d’Arbailāyu : “Pourquoi n’y-a-t’il pas de service express ?”

Lorsque (Arbailāyu) est venu avec Ubru-Harrān, le garde du corps, j’ai attelé avant leur arrivée deux mules à Arzūhina, à l’usage d’Ubru-Harrān. Il les a pris pour Arrapha, a attelé deux mules à l’usage d’Arbailāyu et est allé au Māzamua.

Que le roi mon seigneur demande si je n’ai pas posté un équipage de mules à Dūr-tālitti et un autre à Tagalāgi ! Lorsqu’il est parti d’Arzūhina, il y avait deux mules à son usage, d’un poste de service express (kalliu) à l’autre, jusqu’à Arrakdi. Comme il est venu maintenant (allant) là où le roi l’avait envoyé, j’ai moi-même attelé deux mules à son usage à Arzūhina, jusqu’à Dūr-tālitti.

[…] Le roi mon seigneur sait qu’Arzūhina est située à un carrefour. L’étape (marēdtu) d’Arzūhina jusqu’à Arrakdi est pénible pour les animaux. Le roi mon seigneur devrait donner des instructions pour qu’un service express soit stationné à Dūr -atānāti, pour que nous puissions nous renforcer mutuellement.

6) SAA XIII 33 : 11-r3 (Mutakkil-Aššūr, prêtre adjoint d’Aššūr et Issārna’di, le maire, à Assurbanipal)

Je n’ai pas la force (suffisante) pour leur (les officiers ituéens criminels) tomber dessus. Ils ont capturé les Sinnéens qui transportent le bois jusqu’au temple d’Aššūr et ont reçu d’eux [1]8 mines d’argent. Le maître de poste (rab kallî) les a libéré de leurs chaînes et ils se sont enfuis. (Mais maintenant), plus personne ne travaille dans le service express (kalliu).

7) ABL 1250 : r17-22

Qui que tu sois, scribe qui lira (cette lettre), ne dissimule rien au roi ton seigneur. Parle de moi de façon bienveillante devant le roi, afin que Bēl et Nabû parlent de toi de façon bienveillante devant le roi !

8) SAA X 60 : 12-17 (Balasî à Assarhaddon ou Assurbanipal)

J’envoie à présent (la tablette) au roi. Que le roi regarde (par lui-même) ! Je crains que le scribe qui fait la lecture devant le roi n’ait pas compris.

9) SAA X 315 : 7-19 (Urda-Nanāya à Assarhaddon)

Le roi mon seigneur ne cesse de me dire : “Pourquoi ne détermines-tu pas la nature de ma présente maladie et ne prépares-tu pas le remède approprié ? Auparavant, j’avais parlé à l’audience royale, mais n’avais pu clarifier ses symptômes. Pour l’heure, j’ai mis une lettre sous enveloppe (lit. j’ai scellé) et l’ai envoyée. Qu’on la lise devant le roi afin d’informer le roi mon seigneur. Si cela convient au roi mon seigneur, les haruspices devraient prendre les oracles à son propos”.

10) SAA X 57 : r 3’-7’(Balasî à Assurbanipal)

Akkullānu lira et expliquera devant le roi le rapport sur l’éclipse de lune.

11) SAA X 76 : 7-r10 (Nabû-ahhē-erība à Assurbanipal)

À propos du rapport-u’iltu sur l’éclipse de lune, sujet du message du roi mon seigneur, on recevait et faisait entrer devant le père du roi mon seigneur les rapports-u’iltu de tous les astrologues. Ensuite, sur la rive du fleuve, un érudit que le père du roi mon seigneur connaissait (les) lisait l’un après l’autre dans le qersu devant le roi. Qu’on agisse maintenant comme il plaira au roi mon seigneur.

12) SAA V 96 : r2’-7’ (Aššūr-rēṣīwa au masennu, règne de Sargon II)

Mon seigneur devrait connaître [le fond] de cette affaire. Je vais (aussi) écrire au palais tout ce qui se trouve dans cette lettre.

13) SAA I 41 : 4-10 (Tāb-šār-Aššūr à Sargon II)

Une lettre d’Aššūr-rēṣīwa m’est parvenue. Voici ce qui y était écrit : “Un messager du seigneur d’Ukku s’est rendu en Urartu”. Il a (en outre) écrit à ce sujet au palais.

14) ABL 283 (Bēl-ibni au rab ša-rēši de Sargon II)

Au Grand Eunuque mon seigneur, ton serviteur Bēl-ibni. Puissent Nabû et [Marduk] bénir mon seigneur !

La raison pour laquelle je ne suis pas allé devant le roi est qu’il y a des gens qui sont venus depuis l’Élam devant le roi et m’ont calomnié dans le palais afin de servir leurs propres intérêts. Et il y a quelqu’un d’hostile qui depuis l’Élam répand des paroles inconvenantes sur mon compte et les envoie au palais. Ayant entendu (cela) j’(en) ai été effrayé et je ne suis pas venu.

Pourtant, je désire le statut de serviteur du roi. Le roi a toujours effacé les fautes de ceux qui ont jadis péché. Quelles que soient les calomnies que l’on a répandues sur mon compte dans le palais, je n’ai commis aucun péché. Telle est ma faute. Puisses-tu intercéder pour moi devant le roi, afin que le roi me tienne quitte.

[…] le roi […] il enverra […] et selon l’ordre du roi, il n’ira pas […].

On ne doit pas m’enlever des mains du roi. Que personne ne se réjouisse, que personne ne tourne en dérision mes paroles dans le palais ! Qu’il soit dit de la bouche du roi mon seigneur que je ne dois pas avoir de crainte dans le palais du roi mon seigneur. Que le roi me compte parmi ses serviteurs et qu’une reconnaissance officielle du statut de serviteur royal soit produite en ma faveur, afin que je ne sois plus traité avec mépris devant mes frères babyloniens et n’aie plus à baisser la tête. Si je voyais une telle reconnaissance officielle du roi mon seigneur, nous en serions mis en confiance et moi-même, mes frères, mes fils et mes amis, viendrions baiser les pieds du roi notre seigneur et accomplir le service du roi notre seigneur. Puissé-je entendre un ordre du roi mon seigneur et m’y fier ! Quel que puisse être l’ordre du roi notre seigneur, qu’il me convoque pour que je vienne maintenant et entre en présence du roi notre seigneur ! Puissé-je entendre les instructions du roi notre seigneur et m’y fier ! J’ai demandé la protection du Grand Eunuque mon seigneur, afin de ne pas être livré à la honte !

15) ABL 793 (Bēl-ibni à Sargon II)

Au roi mon seigneur, ton serviteur Bēl-ibni. Je suis prêt à mourir à la place du roi mon seigneur. Puissent Nabû et Marduk bénir le roi mon seigneur !

La raison pour laquelle je ne suis pas allé devant le roi mon seigneur est qu’il y a des gens qui sont venus depuis l’Élam devant le roi ton père et m’ont calomnié auprès du roi afin de servir leurs propres intérêts. Et il y a quelqu’un d’hostile qui depuis l’Élam répand des paroles inconvenantes sur mon compte et les envoie au roi. Ayant entendu (cela) j’(en) ai été effrayé et je ne suis pas venu.

Pourtant, je désire le statut de serviteur du roi mon seigneur. Le roi ton père a toujours effacé les fautes de ceux qui ont jadis péché. Quelles que soient les calomnies que l’on a répandues sur mon compte devant le roi ton père, je n’ai commis aucun péché. Telle est ma faute.

[…] il enverra et selon l’ordre du roi, il n’ira pas.

On ne doit pas m’enlever des mains du roi. Qu’il soit dit de la bouche du roi mon seigneur que je ne dois pas avoir de crainte devant le roi. Que le roi me compte parmi ses serviteurs et qu’une reconnaissance officielle du statut de serviteur royal soit produite en ma faveur, afin que je ne sois plus traité avec mépris devant mes frères Babyloniens et n’aie plus à baisser la tête ! Si je voyais une telle reconnaissance officielle du roi mon seigneur, nous en serions mis en confiance et moi-même, mes frères, mes fils et mes amis, viendrions baiser les pieds du roi notre seigneur et accomplir le service du roi notre seigneur. Puissé-je entendre un ordre du roi mon seigneur et m’y fier !

16) SAA X 294 : r3-9 (Urda-Gula à Assurbanipal)

J’ai envoyé une lettre au roi mon seigneur par l’intermédiaire de Šarru-nūrī, l’eunuque, dans laquelle j’amoncelais mes doléances. J’avais dépêché mon message au roi mon seigneur et la nuit ne s’était pas écoulée que le roi envoyait cette lettre à son serviteur : “Je ne savais pas que tu étais dans une situation si difficile. Moi-même, je t’ai amené […]”. La parole du roi mon seigneur est aussi ardue (à comprendre) qu’une montagne ! J’ai placé la lettre en sécurité auprès du trône de Nabû, et je l’ai gardée comme un fils unique.

17) ABL 189 (Nabû-nādin-šūmi à la fille du roi)

À la fille du roi ma dame, ton serviteur Nabû-nādin-šūmi. Je prie journellement Bēl, Šarpanītu, Nabû, Nanāya et Tašmētu pour la vie du roi de l’univers mon seigneur et (celle) de la fille du roi ma dame. Puisse Šarpanītu, la dame exaltée, te rendre heureuse ! De la même façon que je prie Bêl et Nabû pour le bonheur du roi de l’univers mon seigneur et de la fille du roi ma dame, puissent Bêl et Nabû disposer en ma faveur la face valeureuse du roi mon seigneur et (celle) de la fille du roi ma dame !

18) SAA XIII 166 : un “brouillon de lettre” d’Urdu-ahhēšu (règne d’Assarhaddon)

Concernant les portes de l’Ésagil, à sertir (de métaux précieux).

Concernant les poutres de cèdres pour Babylone, Sippar et Kutha, pour la couverture des temples.

Concernant le vin du pays d’Aššur, au sujet duquel j’ai parlé au roi en ces termes : “au temps de ton père et de ton grand-père, on [remplissait] 800 jarres pour […] et pour Bēl, Nabû et Nergal. À présent, on (n’)en [rempli]t (que) 300”.

Concernant les offrandes régulières d’ovins au sujet desquelles j’ai parlé au roi : “les gens d’Alep donnaient annuellement 330 moutons à Bêl. À présent, depuis que le prince héritier s’est installé sur le trône, ils les retiennent et n’en fournissent plus”.

Concernant les maçons de Kutha, au sujet desquels le roi a dit : “j’enverrai moi-même un message. Ils le feront”.

Concernant la taxe sur les bovins et ovins de Bēl, Nabû et Nergal que les gouverneurs ont collectée.

Concernant Bēl -lē’i, le zazakku, dont j’ai parlé au roi : “qu’on envoie un message et qu’on l’amène ! Il devrait venir et travailler dans la citadelle”.

Concernant le roi de Babylone, dont le roi a parlé : “j’écrirai pour qu’on enquête. Pour ce qui est du rapport dont tu m’as parlé, explique-le moi mieux et (dis) quelles sont tes intentions !”

19) SAA I 1 : 1-30 (Sargon II à Aššūr-šarru-uṣur)

(Les citations de la lettre précédente d’Aššūr-šarru-uṣur sont en gras) Parole du roi à Aššūr-šarru-usur. Je vais bien, le pays d’Aššūr va bien, sois (donc) content !

Relativement à ce que tu m’as écrit :

“Un messager de Mitâ, le Muskéen (Phrygien) m’est arrivé, m’amenant quatorze hommes de Qu’e qu’Urik avait envoyés en ambassade vers l’Urartu”.

Cela est extrêmement bon ! Mes dieux Aššūr, Šamaš, Bēl et Nabû ont maintenant agi et sans qu’il y ait eu bataille ou quoi ce soit, le Muskéen nous a donné sa parole et est devenu notre allié.

Relativement à ce que tu m’as écrit :

“Je n’enverrai pas mon messager au Muskéen sans la permission du roi mon seigneur”

Maintenant, je t’écris pour te dire que ton messager ne doit jamais être loin (de la cour) du Muskéen. Envoie-lui des messages amicaux et écoute sans cesse ses avis, jusqu’à ce que je sois disponible.

Relativement à ce que tu m’as écrit :

“De même qu’il m’a envoyé les sujets du roi mon seigneur, dois-je lui renvoyer ses sujets ?”

Renvoie-les lui, en sorte que son cœur s’apaise à notre égard. Qu’il y ait cent ou seulement dix de ses hommes, envoie-lui un message ainsi conçu :

“J’ai écrit au roi mon seigneur à propos des hommes de Qu’e que tu m’as envoyés et il a été très content. Et en réponse, il m’a écrit ceci : “Ne retiens pas un seul des Muskéens qui sont chez toi, mais envoie-les [immédiatement] à Mitâ !” Je te renvoie donc ces hommes selon l’ordre du roi mon seigneur”.

Relativement à ce que tu m’as écrit :

“Un messager d’Urpala’a m’est arrivé pour une audience avec un messager muskéen”

Laisse-le venir ! Qu’Aššūr, Šamaš, Bēl et Nabû parlent et tous ces rois feront reluire ta sandale avec leur barbe !

Annexe 2. Repertoire chronologique des empereurs neo-assyriens, entre 744 et 612 a.C.

Tiglath-phalazar (Tukuktî-apil-Ešarra) III

744-727

Salmanazar (Šulmānu-ašarēd) V

726-722

Sargon (Šarru-kīn) II

721-705

Sennacherib (Sîn-ahhī-erība)

704-681

Assarhaddon (Aššūr -aha-iddina)

680-669

Assurbanipal (Aššūr -bān-apli)

669-630

Aššūr -etel-ilāni

629-625

Sîn-šarru-iškun

625-612

Notes

1 Voir à ce sujet les remarques de S. Parpola dans SAA I, XVII.

2 Une bonne partie de ces lettres a été éditée dans Harper 1892-1914. Une réédition systématique est actuellement en cours dans la série des State Archives of Assyria (SAA) de l’Université d’Helsinki (voir à ce sujet http://www/helsinki.fi/science/saa/saa.html). La traduction des 19 documents discutés dans cette étude figure infra : Annexe 1, p. 27-32 ; pour un répertoire chronologique des empereurs néo-assyriens entre 744 et 612 a. C. : Annexe 2, p. 33.

3 Parmi le tout petit nombre d’enveloppes de lettres retrouvées intactes, on peut citer SAA XIII 42 et SAA XV 289 (documents 1a et 1b). Il est à noter que SAA XV 288 (tablette interne de SAA XV 289) était une pétition où l’auteur se plaignait du silence de son maître, malgré trois messages précédents. Il est possible que le destinataire n’ait tout simplement pas voulu prendre connaissance de cette lettre.

4 Ces lettres datent principalement des règnes de Tiglath-phalazar III et Sargon II, c’est-à-dire d’une époque où les fonctionnaires provinciaux utilisaient encore couramment l’écriture cunéiforme.

5 La correspondance des lettrés est réunie dans Parpola 1993 (389 textes), celle des prêtres dans Cole et Machinist 1998 (211 textes). Ces messages datent des règnes d’Assarhaddon et Assurbanipal.

6 La plupart des lettres royales de Sargon II (SAA I 1 à 28) datent du moment où le roi menait des campagnes en Babylonie (710-707), en laissant la régence au prince héritier Sennacherib. Pour le règne d’Assurbanipal, les lettres royales semblent se concentrer sur les années 653-646, durant lesquelles le roi fit de fréquents séjours en dehors de sa capitale. Voir Villard 1995, 104-107.

7 Hunger 1992. Le volume comprend 567 textes.

8 Cf. Hunger 1992, XVIII.

9 Starr 1990 (354 textes).

10 SAA IV 279 à 354.

11 Voir ci-dessus, note 6.

12 SAA IV 282, 336, 340, 341.

13 ABL 716, 23-24.

14 Sur les écritoires de bois recouverts de cire à l’époque néo-assyrienne, voir Wiseman 1955, 3-13.

15 Layard 1853, 153-159. Cf. Parpola 1986, 226, n. 19.

16 CT 54, 10 : 16-18. Cf. Dietrich 1967-68, 89-90 et S. Parpola, SAA I, p. XVI.

17 L’évolution est surtout perceptible à partir du règne d’Assarhaddon, car il n’y a pas, ou très peu, de documentation épistolaire pour le règne de Sennacherib, probablement à cause d’une destruction volontaire dans l’antiquité : voir à ce sujet Parpola 1981, 120 et n. 3.

18 Les lettres envoyées par des dignitaires opérant en Babylonie durant la révolte du frère du roi Šamaš-šumu-ukīn constituent à cet égard un cas particulier : l’usage du cunéiforme est peut-être alors lié à un souci de confidentialité.

19 SAA I 177 = document 3.

20 SAA V 74 = document 4.

21 SAA V 227 = document 5.

22 SAA XIII 33 = document 6.

23 Les références sont réunies dans Kessler 1980, 183-236.

24 Chicago Assyrian Dictionary (= CAD), s.v. kallû in ana kallê.

25 SAA I 177 = document 3.

26 SAA V 227 = document 5.

27 Cf. e.g. SAA V 74 et 227, documents 4 et 5.

28 Cf. e.g. SAA X 165 : r3’-5’, “Le roi mon seigneur est miséricordieux ! Que le roi envoie un garde du corps auprès de moi, pour que je puisse aller faire sortir mes frères et reprendre mes biens” !

29 Voir les références réunies dans CAD, s. v. kallû.

30 Hdt. 8.98 (trad. Legrand 1953, 99-102).

31 Xén., Cyropédie, 8.6.17-18 (trad. Chambry 1967, 305).

32 SAA X 63, 8-9 et r3-4 “Le garde du corps royal a apporté la lettre le 19 du mois Kislīmu (ix)”.

33 SAA X 294 = document 16.

34 Brinkman 1999, 305, considère qu’ABL 283 date probablement du règne de Sargon II, et ABL 793 de celui de Sennacherib. Il paraît cependant difficile de penser que deux lettres dont les expressions sont aussi étroitement parallèles puissent être séparées par plusieurs années. Ce Bēl-ibni est l’auteur de plusieurs lettres, dont les contextes paraissent correspondre aux événements du règne de Sargon II, mais c’est probablement la mention du “roi ton père” qui a incité A. Brinkman à dater ABL 793 de Sennacherib. Rien n’empêche cependant une datation du règne de Sargon II. Le “roi ton père” serait alors Tiglath-phalazar III, qui est intervenu dans les affaires babyloniennes et dont Sargon II était probablement l’un des fils. Voir Chamaza 1992, 21-33.

35 SAA X 226 : r14-19.

36 SAA V 96 et SAA I 41 = documents 12 et 13.

37 ABL 781 r7-9.

38 On trouve par exemple la mention d’un papyrus écrit de la main du roi dans une question oraculaire à Šamaš (SAA IV 129 : r6-7). Pour la pratique du cunéiforme par les Sargonides, cf. e.g. Villard 1997, 135-149.

39 Cf. e.g. les documents 7 à 11. Voir également les références réunies dans CAD, s.v šasû.

40 Voir à ce sujet Oppenheim 1965, 256.

41 Voir Charpin 1995, 43-55.

42 Voir e.g. Charpin 1988, 207-208.

43 Cf. e.g. ARM VI 55, ARM X 79 ou ARM XIV 11.

44 ABL 1250 = document 7 : r 17-22 man-nu at-ta lú a-ba / ša ta-sa-su-u-ni /ta igi lugal en-ka la tu-pa-гzaτ/ ta-ab-ti ina igi lugal qi-bi /en dṭa-ab-ta-ka/ ina igi lugal liq-bi-ú.

45 SAA X 60 = document 8.

46 SAA X 76 = document 11.

47 Pour la lecture ummânu de l’idéogramme erim-meß, voir Parpola 1983, 65.

48 SAA X 57 = document 10.

49 ABL 1250 = document 7.

50 ABL 793 = document 15.

51 Sur ce groupe, voir Parpola 1995, 379-401 et Mattila 2000.

52 Voir e.g. Villard 2000, 174-175.

53 Voir Joannès 1985, 97-113.

54 SAA XIII 166 = document 18, voir Villard 2002.

55 SAA I 1 = document 19.

Auteur

Université de Clermont-Ferrand.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540