Version classiqueVersion mobile

Afti inè i Kriti ! Identités, altérités et figures crétoises

 | 
Patrick Louvier
, 
Philippe Monbrun
, 
Antoine Pierrot

À l’ombre des puissances

Les garibaldiens en Crète 1866-1869 : de l’oubli à la construction tardive d’un mythe

Hubert Heyriès

Texte intégral

  • 1 Driault & Lhéritier 1925, III, 133.
  • 2 Callivretakis 1987, 165.

1Le 2 septembre 1866, une assemblée générale crétoise vota l’abolition de la souveraineté ottomane et l’union de la Crète à la Grèce. Le soulèvement avait commencé en mars de la même année au nom de la défense de la chrétienté, de la liberté politique et religieuse et d’intérêts économiques menacés. Mais la Grande Idée qui entendait reconstituer la Grèce antique et l’empire byzantin, réveillée depuis le congrès de Paris de 1856 et le retour pacifique des îles Ioniennes à la Grèce en 1864, animait également les esprits1. Or le 2 septembre 1866, l’Assemblée crétoise en appela tout à la fois à la solidarité grecque, à la médiation des grandes puissances occidentales et à l’intervention de tous les philhellènes2. Commençait ainsi une insurrection qui durerait jusqu’en 1869 et pour laquelle des garibaldiens partiraient se battre.

  • 3 Campanella 1971, 2, 724-726.

2Mais dans la geste garibaldienne qui dura de 1843, date de fondation de la légion garibaldienne à Montevideo, à 1945 qui marque la fin définitive des aventures garibaldiennes, cet épisode apparaît comme négligé et oublié. Anthony Campanella qui recensa toutes les publications concernant Garibaldi, sa famille et les garibaldiens jusqu’en 1970 ne releva que 29 références sur cette expédition en Crète, contre 126 pour la seule expédition de 1897 en Thessalie, et des centaines pour chacune des autres expéditions garibaldiennes3. Pourquoi un tel traitement alors que les garibaldiens avaient plutôt tendance à exalter de façon outrancière la moindre de leur action ?

  • 4 Liakos 1995 ; Callivretakis 1987 ; Pécout 2005 ; Louvier 2010.

3Répondre à la question n’est pas facile car les sources sont dispersées entre plusieurs pays dont la Grèce, la France, le Royaume-Uni et surtout l’Italie. Elles sont également d’une extraordinaire diversité : rapports politiques officiels, dépêches secrètes diplomatiques, lettres privées, mémorandums, articles de presse, témoignages de garibaldiens. L’historiographie a cependant été renouvelée depuis une vingtaine d’années grâce notamment aux travaux remarquables et incontournables d’Antonis Liakos, de Leonidas Callivretakis, de Gilles Pécout ou encore de Patrick Louvier4.

4À partir de tous ces éléments, archivistiques et bibliographiques, il est ainsi possible d’apporter des éléments de réponse autour de trois axes de réflexion : une identification difficile des garibaldiens, leur sacrifice et leur exclusion de la mémoire hellénique et garibaldienne, leur tardive réhabilitation à la fin du xixe siècle.

Des garibaldiens difficiles à identifier

Des effectifs trop modestes

  • 5 Socci 1899 ; Elia 1904 ; D’Isengard 1901.
  • 6 Callivretakis 1987, 168.

5L’historiographie officielle garibaldienne évoqua 2 000 garibaldiens et 80 officiers en Crète en 1866-18695. Ce chiffre, comme le remarque très justement Leonidas Callivretakis6, semble trop important et certainement excessif par rapport à la réalité car une telle présence au sein de 5 à 6 000 volontaires grecs et non-grecs qui combattirent en Crète, aurait fatalement marqué les esprits, or rien dans les sources n’apparaît sur ce point.

  • 7 Liakos 1993, 342-343.
  • 8 Ibid., 169-170 ; Liakos 1993, 342-343. Dépêche secrète de l’ambassadeur italien Della Minerva (Ath (...)

6Le nombre de garibaldiens qui partirent se battre en Crète fut ainsi nettement moins important et tourna sans doute autour de 200, comme le décompta Antonis Liakos7. Les listes dressées par les consuls italiens de Corfou et de La Canée en Crète ainsi que celles du ministre italien à Athènes, Della Minerva, conservées au ministère des Affaires étrangères à Rome, sans oublier les différents témoignages publiés à l’époque, permettent d’arriver à ces conclusions. Pour autant, si l’on tient pour garibaldiens ceux qui répondaient aux critères du garibaldisme de l’époque – avoir un passé garibaldien, porter une chemise rouge, combattre sous des chefs garibaldiens notoires – leur nombre chute à 179 selon nos calculs. Et encore faut-il faire une nuance entre les garibaldiens qui combattirent réellement en Crète, 110 environ, et ceux qui partirent pour la Crète mais sans jamais y arriver, une soixantaine. En définitive, ces garibaldiens ne représentèrent qu’une goutte d’eau parmi les milliers de volontaires grecs et étrangers qui se retrouvèrent en Crète entre 1866 et 18698.

Des volontaires de tous les milieux, venus de toute l’Italie et de l’Europe

  • 9 Listes des volontaires transmises par le consul italien à Athènes au ministre des Affaires étrangè (...)
  • 10 Lettre d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, de La Canée, transmise en annexe (...)

7L’origine géographique de ces 179 garibaldiens identifiés est souvent floue. Ainsi Attilio Savio est, selon les listes, originaire de Villanova, de Vercelli ou de Casale. Quatre autres volontaires sont originaires de Brindisi ou de Brescia9. Pour autant, l’écrasante majorité des garibaldiens (entre 110 et 150) arriva de toutes les régions de l’Italie avec toutefois une prédominance du Nord (la Lombardie et la Vénétie, italienne en 1866) et de la Toscane dont Livourne qui était un foyer révolutionnaire et garibaldien. Les autres volontaires étaient issus de la diaspora italienne en Europe – 26 vinrent de France, 11 volontaires partirent de Suisse, d’Angleterre, d’Autriche, de la Grèce –, et quelques-uns étaient allemands, hongrois, monténégrins, polonais et valaques. Un traitement à part doit cependant être réservé aux irrédents italiens, cinq volontaires étant en effet originaires du Trentin. Enfin, le reste du monde était représenté avec trois garibaldiens des États-Unis, un Français d’Algérie et un volontaire qualifié “d’Africain” dont le nom est à consonance italienne. Ces garibaldiens, pour autant que nous le sachions, étaient de jeunes hommes, entre 20 et 30 ans. Mais on comptait aussi un adolescent de 16 ans et un certain Marini de Pignerol, âgé de cinquante ans10.

  • 11 Elia 1904, 425.
  • 12 Cecchinato 2007, 160. Archivio Centrale dello Stato, Biografie dei sovversivi, scc. 1-18, fasc. 20 (...)
  • 13 Bruzzone 1867, 37-38.
  • 14 Rapport du consul italien Enrico Colucci à La Canée, à l’ambassadeur italien à Constantinople, 28 (...)
  • 15 Dépêche du consul italien à Athènes à Visconti-Venosta, ministre des Affaires étrangères, le 9 nov (...)
  • 16 L’Indépendance hellénique, 5 septembre 1867 ; Callivretakis 1987, 173.

8Les garibaldiens furent d’une grande diversité. Des déclassés, en rupture de ban ou en quête d’aventure partirent en effet en Crète, comme dans toutes les expéditions du xixe siècle. Ainsi Jacomo Sgarallino, le chef historique garibaldien de Livourne11, est-il décrit dans les rapports de police italiens comme “immoral, ex contrebandier, joueur et crapulone”, au mieux noceur, au pire crapuleux12. Mais la grande majorité de volontaires fut issue de la petite ou moyenne bourgeoisie libérale et révolutionnaire, fondamentalement philhellène. Ces garibaldiens exerçaient en effet des professions libérales comme médecins, journalistes, professeurs et étudiants ou étaient artisans, employés de commerce et comptables, artistes (un peintre13). Certains marquaient aussi leur différence en tant qu’aristocrates libéraux polonais et vénitiens. D’autres, peu nombreux, étaient de petites gens, tel Andrea Cagnoli, journalier de son état14. À côté d’eux, se retrouvèrent des militaires démobilisés de l’armée de Garibaldi du Trentin, engagée dans la guerre de 1866 contre l’Autriche15, ou des vétérans de la campagne de Lombardie en 1859, issus des rangs français comme Léon Poinsot ou des rangs italiens tel Andrea Cagnoli. Et puis enfin, partirent en Crète des garibaldiens confirmés. Augusto Elia était un ancien de l’expédition des Mille de Marsala. Luciano Mereu, quant à lui, était né à Nice en 1842, vétéran des Chasseurs des Alpes de 1859 et de l’expédition des Mille. Il était parti en Pologne pour participer à l’insurrection de 1863, puis s’était retrouvé en 1866 dans le Trentin. Achille De Grandi, Milanais, vétéran des Chasseurs des Alpes de 1859, avait pris part dans les rangs de l’Union à la guerre de Sécession, avant de retourner en Italie en 1866 combattre les Autrichiens dans le Trentin avec Garibaldi16.

  • 17 D’Isengard 1901, 3-4.

9En d’autres termes, les garibaldiens de la Crète ne se différenciaient pas de ceux des autres expéditions garibaldiennes, formant une troupe bigarrée, composite et étrange. Luigi D’Isengard (de La Spezia) ne put en effet s’empêcher de remarquer, sur le bateau qui le menait à Corfou, première étape vers la Crète : “un Suisse d’une quarantaine d’années, ancien hallebardier pontifical mais portant l’uniforme gris des bersagliers milanais, un jeune prussien insouciant, un peintre vénitien, un journaliste français à la tête de lion et au cœur de lapin, un autre Français décoré, au regard cruel et à la mâchoire féroce, un noble polonais qui portait l’élégant uniforme des Guides avec les bottes et la cravache à la main comme s’il devait monter à cheval, et un antipathique levantin”17.

Des motivations polymorphes

  • 18 Bruzzone 1867, 8.
  • 19 Liakos 1993, 316.
  • 20 Ibid ; Socci 1899, 10.
  • 21 Liakos 1993, 331.
  • 22 Driault & Lhéritier 1925, III, 131.

10Les motivations reflétèrent cette grande diversité de condition. L’influence de Garibaldi fut déterminante. Il était au sommet de sa gloire, héros des Mille, martyr de l’Aspromonte, seul général italien victorieux en 1866 dans le Trentin. Publiées dans la presse libérale italienne, ses déclarations en faveur des Crétois et des Grecs, les 17 et 28 octobre puis les 4 et 12 novembre 1866, faisaient de la Grèce, la “sœur de l’Italie dans le génie, dans les gloires, dans les malheurs et dans la rédemption”. La Crète était présentée comme le Trentin de la Grèce !18 Le héros des Deux Mondes entretenait aussi des contacts dans les Balkans pour prendre à revers l’Autriche-Hongrie en soutenant les minorités slaves et magyare19. Il avait noué des relations maçonniques avec des patriotes grecs qui le rejoignirent en 186020 et en 1866 comme Stekulis21 et Sasselas. Ce dernier, nommé intendant de police à Corfou par Athènes22, pouvait ainsi accueillir les garibaldiens en route vers la Grèce. En outre la rumeur infondée circula que son propre fils aîné, Menotti, était parti en Grèce. En revanche, un autre fils de Garibaldi, Ricciotti, se rendit effectivement en Grèce en mars-avril 1867.

  • 23 Socci 1899, 9.
  • 24 Driault & Lhéritier 1925, III, 188 et 190, n. 10.
  • 25 Liakos 1993, 323-324.

11Le philhellénisme (que Garibaldi soutint activement) poussa également à rejoindre le mouvement beaucoup de garibaldiens notamment anglo-saxons qui voulaient retrouver les sensations de Byron dans les ruines antiques. Ettore Socci évoqua le philhellénisme comme “une des cordes qui vibrent le plus dans le cœur des hommes généreux du début du siècle”23. Beaucoup de garibaldiens se retrouvèrent en effet dans les comités philhellènes créés en Europe – en Russie, à Londres et à Paris – et surtout, en Italie, à Gênes, Milan, Florence, Venise, Naples, Livourne, Messine et Rome, et aussi à Trieste (donc dans l’Empire austrohongrois). Livourne occupait une place à part. Le premier comité y avait été créé avec le soutien de marchands grecs et de garibaldiens, d’où l’importance du nombre de volontaires issus de la ville24. En outre l’Association Italo-Hellénique, fondée le 16 janvier 1867, fut noyautée par les représentants les plus importants du parti démocratique italien et présidé par Garibaldi25. Les thèmes de la défense de l’Humanité et de la Civilisation furent mis en avant plutôt que celui de la Religion qui pouvait devenir un élément répulsif auprès des garibaldiens profondément anticléricaux même s’il s’agissait de l’orthodoxie et non du catholicisme.

  • 26 Liakos 1995 ; Socci 1899, 10.
  • 27 Hugo [1875] 1968, 63-64.
  • 28 Ibid., 67-68.
  • 29 Tulard 1962, 106-109.

12La solidarité entre la Grande Idée et le Risorgimento fut aussi un thème récurrent dans le discours garibaldien. Une sorte de réciprocité morale et historique mit en parallèle la mémoire des Italiens partis se battre en Grèce en 1821-1822 comme le libéral Santorre Santarosa et celle des Grecs venus en Italie participer aux grands moments du Risorgimento de 1859, de 1860 et de 186626. Victor Hugo, le 2 décembre 1866, mit ainsi sur le même plan Venise, qui venait de rejoindre l’Italie, et la Crète, : “Venise ne peut être rendue à l’Italie sans que la Crète soit rendue à la Grèce”, écrivit-il27, avant de comparer, le 17 février 1867, le chef des insurgés crétois Zimbrakakis à Garibaldi28. Il est certain également que joua le passé glorieux de la république de Venise qui de 1204 à 1669 avait occupé la Crète, et défendu Candie de 1648 à 166929. Parler de la Crète ou de Candie, pour les Italiens, c’était aussi parler un peu de l’Italie !

  • 30 Ballot 1868, 1-2.
  • 31 Driault & Lhéritier 1925, III, 134-145.
  • 32 Hugo [1875] 1968, 67-68.

13Ce principe des nationalités était aussi sublimé par le romantisme de la défense de la liberté des peuples, autre thème récurrent chez les vétérans Adolphe Bruzzone, Jules Ballot, Antonio Burri et Federico Parola. Ces derniers se présentaient comme “une poignée d’apôtres convaincus, résolus, forts de leur droit, fiers de leur cause”30. D’autres privilégiaient l’engagement politique républicain comme Amilcare Cipriani qui voyait dans la révolte crétoise le moyen de renverser le jeune Georges de Grèce, fils du roi de Danemark, âgé de 18 ans et devenu roi des Hellènes en 1863 grâce aux puissances occidentales31. D’autres, tels Gustave Flourens et Victor Hugo, voulaient dénoncer la politique menée par Napoléon III ce qui influença un Savoyard de Chambéry, mécontent sans doute d’être devenu français en 1860. D’autres enfin contestaient le concert des nations conservateur et réactionnaire, accusé d’égoïsme et de lâcheté comme le fit Victor Hugo le 17 février 186732.

  • 33 Ballot 1868, 1-4.
  • 34 Hugo [1875] 1968, 68.

14Enfin, l’ambiance était électrique. La propagande libérale dans la presse en faveur de la Crète et contre les Turcs était très active. L’engagement n’eut alors rien à voir avec le philhellénisme comme l’écrivit le Français Jules Ballot : “Les souvenirs de la Grèce antique n’eurent en ce moment qu’une influence bien légère sur mon esprit, absorbé par le but de mon voyage et par les récits palpitants de la nouvelle insurrection”33. Les journaux libéraux publiaient en effet les récits des combats, la description des massacres de femmes et d’enfants “horriblement mutilés” par les Turcs, mais en passant sous silence les actions criminelles menées par les Grecs à l’encontre des musulmans crétois, qui représentent alors le tiers de la population de l’île. L’épisode de la résistance désespérée du monastère d’Arkadi le 20 novembre 1866, où pendant deux jours et deux nuits, 197 hommes et 343 femmes et enfants armés de 240 fusils, résistèrent à 16 000 Turcs, avant de se faire sauter pour ne pas se rendre, fut l’épisode le plus relaté transfigurant la résistance des Crétois en un acte sacrificiel héroïsant34.

15Pour autant, cette propagande n’eut pas beaucoup de résultats car les garibaldiens furent bien peu à partir. En fait, très rapidement, ils se rendirent compte qu’ils étaient des sacrifiés.

Des combattants sacrifiés

Combats et souffrances

  • 35 Dépêche du consul italien à Athènes à Visconti-Venosta, le 12 janvier 1867, ASD, 857-219.
  • 36 Dépêche secrète de l’ambassadeur italien à Athènes à Visconti-Venosta, le 19 janvier 1867, ASD, Gr (...)
  • 37 D’Isengard 1901, 7 ; Bruzzone 1867, 19.

16Les garibaldiens rallièrent la Crète en deux vagues successives, en octobre 1866, puis en mars 1867. Seule la première vague arriva en Crète, la deuxième s’arrêta à Athènes avant de retourner en Italie. En octobre 1866, les garibaldiens partirent pour la plupart de Brindisi. Mais à Corfou, à Athènes et à Syra où se rassemblaient les volontaires en partance pour la Crète, certains prirent peur devant la sauvagerie des volontaires grecs, qui tiraient dans les rues sur tout ce qui bougeait, et voulurent rentrer en Italie ou partirent pour Constantinople, Smyrne et Alexandrie grâce au soutien du consul italien tout heureux de se débarrasser d’eux35. Le reste arriva en Crète le 19 novembre 1866 sur la côte occidentale de l’île, pratiquement démunis de tout36. Les comités énosistes ne leur avaient donné qu’une tunique, un vieux fusil, des souliers, un bonnet et une ceinture avec parfois un poignard, un yatagan et un pistolet “à faire envie aux brigands albanais”37.

  • 38 Dépêche secrète de Della Minerva à Visconti-Venosta, le 19 janvier 1867, ASD, Grecia, 1342.
  • 39 D’Isengard 1901, 13-14.
  • 40 Ibid.

17Or les combats de guérilla se déroulèrent dans le district montagneux de Sphakia au Sud-Ouest durant l’automne et l’hiver 1866 (siège du fort de Kissamos) et sur le haut plateau du Lassithi à l’est de l’île, en juin 1867. Les partisans évoluèrent dans un milieu naturel hostile, exposés au froid, au vent comme à la pluie l’hiver puis à la chaleur l’été, mais toujours à la faim, les Turcs occupant les villes et les vallées. Tous les témoignages, privés et publics, secrets et officiels, concordent sur le fait que les garibaldiens souffrirent énormément. Ils subirent des “privations” qui “ne paraissent pas croyables” d’après le ministre de l’Italie à Athènes, Della Minerva38. Comme les insurgés crétois, ces volontaires manquèrent de nourriture et de vêtements chauds, marchèrent pied-nus dans les montagnes parfois jours et nuits, creusèrent des journées entières des tranchées39. Luigi D’Isengard se souvint avoir “égorgé un chien pour en ronger les os et s’en être disputé la peau pour bander ses pieds ensanglantés”40. Un bersaglier, reconnaissable à sa veste militaire, fut retrouvé mort de faim et de fatigue dans une grotte, près de Tripiti, au centre-sud de l’île, près de Lendas.

  • 41 L’Indépendance Hellénique, 27 février 1868.
  • 42 Bruzzone 1867, 29 ; Ballot 1868, 80 ; Dépêche secrète de Della Minerva à Athènes à Visconti-Venost (...)

18Le nombre des garibaldiens se réduisit fortement à partir de janvier 1867 lorsqu’encerclés par les troupes de Mustapha Pacha, la plus grande partie d’entre eux se rendirent et furent évacués en Grèce. Dès lors, d’après Jules Ballot, il ne resta plus en Crète qu’une vingtaine de garibaldiens, des irréductibles (comme Ballot et Poinsot) ou de jeunes hommes restés là par hasard, perdus ou oubliés, dont huit étaient encore valides d’après l’édition du 8 février 1868 du journal L’Indépendance Hellénique41. En dépit de ces souffrances, les garibaldiens ne firent pas mauvaise figure. Les pertes s’élevèrent au tiers des effectifs engagés, soit une trentaine de tués, blessés, prisonniers et portés disparus au combat, suicidés, mort de faim et noyés42. Certains se spécialisèrent dans les opérations de coup de main comme l’Américain Sidney de Kay qui tenta à plusieurs reprises de faire sauter des navires turcs sans succès. Ces actes de courage comme ces souffrances ne furent pourtant pas payés de retour. À ces souffrances physiques s’ajoutèrent enfin de cruelles désillusions.

D’amères désillusions

  • 43 Liakos 1993, 327.
  • 44 Lettres d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, de La Canée, transmises en annex (...)
  • 45 Bruzzone 1867, 7 et 9-10.

19Cette guerre civilo-religieuse opposant chrétiens aux musulmans, cette guerre de guérilla et de contre-guérilla, cette guerre qui servait les intérêts de la Russie tsariste et autocratique, solidaire de la Grèce, était une sale guerre qui ne cadrait pas avec les idéaux politiques et romantiques des garibaldiens. Jules Ballot l’écrivit à Garibaldi : “Ici ce n’est plus une guerre, c’est un massacre sans pitié”43. Des prisonniers garibaldiens furent achevés et décapités, des morts eurent la tête tranchée ce qui horrifia les survivants44. Adolphe Bruzzone constata amèrement qu’il se battait “pour une cause que nous savons désormais ne pas nous appartenir [… ne recueillant que] la triste gloire qui consiste à tuer sans savoir qui l’on tue ni pourquoi l’on tue”45.

  • 46 Bruzzone 1867, 22.
  • 47 Lettre d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, ASD, Serie politica, Turchia, 144 (...)
  • 48 Bruzzone 1867, 20 et 27.
  • 49 Ibid., 29 ; Ballot 1868, 80.

20La plupart furent profondément heurtés et écœurés par le comportement des volontaires crétois et grecs avec lesquels ils communiquaient très difficilement, ne maîtrisant pas la langue locale. Ils dénoncèrent ainsi l’ambition et la rapacité de leurs chefs crétois46, la barbarie de ces Grecs qui les volaient et les assassinaient pour quelques napoléons47, qui pillaient et massacraient les civils turcs, qui torturaient les prisonniers, qui étaient “des dégénérés, et qui formaient un peuple grossier, ignorant et superstitieux, […] pas encore mûr pour la liberté”. Un volontaire alla même jusqu’à écrire : “Nos féroces brigands de l’Italie méridionale sont, je t’assure, plus humains que cette nouvelle espèce d’insurgés”48, ce qui au lendemain de la terrible guerre de répression du Brigandage (1861-1865) dans le sud de la Péninsule, était particulièrement significatif. Le découragement fut tel que cinq ou six garibaldiens, début 1867, se seraient jetés de désespoir à la mer, du haut d’une falaise à Kissamos. Quatre autres garibaldiens, épuisés, se noyèrent en 1867, au large de Tripiti, en voulant fuir les combats sur un caïque percé49.

21De leur côté, les Crétois et les Grecs n’aimaient pas beaucoup ces garibaldiens. Ils auraient voulu de l’argent pour acheter des armes plutôt que de recevoir des volontaires étrangers de médiocre endurance et de mauvaise qualité militaire. Lorsque des garibaldiens s’amusèrent à tirer contre des frégates turques depuis la côte par gloriole, gaspillant ainsi les munitions et révélant la position de la troupe, les chefs crétois entrèrent dans une rage folle. L’image de l’Italien n’était pas non plus très favorable. Jules Ballot, en 1867 dressa le portrait de “l’Italien [qui l’accompagnait]. [Il] n’était ni gai ni triste, ni gros, ni maigre, ni faible, mais à peu près nul en toutes choses : son plus grand mérite était d’être tout dévoué à Poinsot”. Le souvenir de l’occupation vénitienne et donc italienne, même inexprimé et recouvert par deux siècles d’occupation ottomane, n’aidait certainement pas non plus à améliorer les relations entre les populations locales et les Italiens. Sans doute aussi ces garibaldiens furent-ils les victimes des ambiguïtés de Garibaldi.

Victimes des ambiguïtés de Garibaldi et de la prudence du concert des nations

  • 50 Garibaldi 2006, 20.

22L’appel sincère de Garibaldi en faveur de la Crète ne doit pas faire illusion car la Crète n’était pas aussi importante pour lui. Dans toute sa correspondance publiée jusqu’à ce jour, il évoqua la Crète pour la dernière fois le 29 janvier 1867 et encore, en évoquant la résistance vénitienne dans Candie, “rempart de l’Europe ingrate contre l’islamisme conquérant”50.

  • 51 Garibaldi 2002, 275-276.
  • 52 Liakos 1993, 332 ; Bruzzone 1867, 27-28 ; Carte Bertani, MCRR, 17, 28, 189.
  • 53 Garibaldi 1935, 269 ; Liakos 1993, 330 et 338-340.

23En fait Garibaldi considérait la Crète comme le moyen de mettre les grandes puissances devant le fait national qui devait se jouer, selon lui, au Nord de la Grèce, en Épire et en Thessalie (les terres irrédentes grecques), aux côtés des Albanais51, des Bosniaques, des Serbes, des Monténégrins et des Roumains. Des actions garibaldiennes avaient d’ailleurs eu lieu en janvier-février 1867 en Épire et en Thessalie52 et Garibaldi entretenait des liens avec les comités énosistes de ces deux provinces ottomanes et implantés à Athènes, à Patras et à Ioannina53.

  • 54 Dépêches de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes les 16 mars et 6 avril 1867, ASD, Legazione (...)

24C’est dans ce contexte qu’eut lieu la deuxième vague des garibaldiens pour la Crète. En mars 1867, une quarantaine de Livournais et une dizaine de leurs compagnons accompagnèrent Ricciotti en Grèce. Tous pensaient se rendre en Crète, mais les ordres de Garibaldi furent au contraire de prendre contact avec les comités d’Épire et d’Albanie pour lever une légion de volontaires sur place. L’arrivée de Ricciotti à Athènes le 15 mars 1867 avec 500 armes, et son activité qui semblait lui permettre d’enrôler 2 000 Grecs, inquiétèrent toutes les chancelleries occidentales54.

  • 55 Lettre officielle de protestation no 285 du consul général de Grèce au ministre des Affaires étran (...)
  • 56 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.
  • 57 Driault & Lhéritier III, 1925, 187-189.
  • 58 Ibid., 192.

25Le gouvernement italien choisit une position neutre et ambiguë. Il devait non seulement affronter des problèmes intérieurs – le parti d’Action de la gauche démocratique, la question romaine et les effets des défaites de Custoza et de Lissa en 1866 –, mais aussi le risque de voir l’Autriche progresser en Bosnie pour compenser la perte de la Vénétie (1866) et menacer l’influence italienne en Adriatique. Pour autant, Florence – la capitale de l’Italie à l’époque – voulait rester solidaire du principe des nationalités italo-grecques. Le gouvernement eut dès lors peur de se trouver engager dans la “question d’Orient” à cause des garibaldiens et préféra créer des incidents diplomatiques avec la Grèce. En octobre 1866 en effet, le consulat général grec de Florence fit l’objet d’une perquisition officielle, mais sans autorisation, pour rechercher d’éventuels volontaires italiens ce qui déclencha des protestations véhémentes d’Athènes à l’encontre de Florence55. Le gouvernement britannique, de son côté, s’inquiéta de voir menacée l’intégrité de l’Empire Ottoman, qu’il défendait au nom de la stabilité et de la sécurité méditerranéennes, et refusa de soutenir les garibaldiens en Crète, en Épire comme en Thessalie, à la grande déception de Garibaldi pour lequel les Anglais avaient tant fait en Italie méridionale en 1860. Les ambassadeurs français et russe, quant à eux, intervinrent auprès du gouvernement grec pour l’amener à expulser les garibaldiens afin “d’éliminer l’intervention révolutionnaire et pour ne pas entraver l’action diplomatique”56. Vienne, enfin, s’inquiétait pour ses frontières slaves méridionales menacées par les actions révolutionnaires garibaldiennes en Épire comme en Thessalie57. Seuls les États-Unis qui voulaient acheter l’île de Milo58 soutinrent résolument les Crétois. Après tout, un garibaldien, Achille De Grandi avait combattu dans l’armée de l’Union pendant la guerre civile. Mais leur soutien ne fut que moral et ne compta pas.

  • 59 Lettre du consul italien à Corfou à Florence, le 12 mai 1866, cité par Liakos, 1993, 317 et 318, n (...)
  • 60 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.

26Dans ces conditions, et alors que la Porte ne cessait de protester énergiquement, Athènes sacrifia Ricciotti sans état d’âme. Il y avait aussi des raisons moins avouables. La Grèce souhaitait en effet préserver le caractère national de l’insurrection en limitant l’action des volontaires étrangers. Elle craignait également de voir l’Italie annexer Corfou, où une escadre italienne mouillait depuis octobre 1865 pour protéger les propriétaires latifundiaires de l’île qui descendaient de l’aristocratie vénitienne et avaient la nationalité italienne59. Le jeune roi Georges n’aimait pas enfin ces garibaldiens jugés trop républicains et donc dangereux pour sa couronne fragile. Le gouvernement grec paya ainsi le retour de Ricciotti et de ses compagnons pour Brindisi via Corfou, conscient “que leur présence pouvait nuire et être sinistrement interprétée” à un moment où Athènes espérait que les grandes puissances s’entendraient pour régler le sort de la Crète à son profit60. Aussi, trois semaines à peine après son arrivée au Pirée, Ricciotti rembarqua le 6 avril 1867 pour Corfou où il laissa les Toscans dans l’espoir de mener un coup de main en Épire. Mais au bout d’un mois, sans argent ni armes, ces derniers retournèrent en Italie.

  • 61 Les contacts reprirent avec les comités de l’Épire dès le 9 novembre 1867, avec Stekulis le 21 déc (...)
  • 62 Ballot 1868, 79 et 139.

27En fait, à partir de l’été 1867, Garibaldi montait son expédition contre Rome, et avait besoin de ses troupes et de ses cadres. Il n’était plus temps de se disperser et de partir pour la Crète ou pour la Grèce dont la cause devenait secondaire. Certes, après Mentana, les contacts entre Garibaldi et les patriotes épirotes, thessaliens et grecs reprirent de novembre 1867 à février 1869, mais la Crète ne fut plus jamais évoquée alors que l’insurrection continuait dans l’île61. Aussi, les déceptions des Crétois furent profondes et les garibaldiens qui se trouvaient encore dans l’île en subirent les conséquences. Ils se retrouvèrent méprisés, rejetés, marginalisés. Jules Ballot nota ainsi en 1867 combien “la chemise rouge et surtout le nom d’italien avaient été dépréciés par les volontaires grecs”62.

Oubliés et tardivement réhabilités

Un retour difficile

  • 63 D’après un certain Guéprat, chef de pavillon de l’amiral Simon, dont le témoignage parut dans La P (...)
  • 64 Bruzzone 1867, 31.
  • 65 Dépêche du consul italien à Athènes au ministre italien des Affaires étrangères, le 12 janvier 186 (...)

28Le retour de ces garibaldiens fut dramatique et eut lieu, pour la plupart d’entre eux, dès le mois de janvier 1867 avec des réfugiés crétois, grâce à l’intercession des autorités anglaise, française, russe et italienne. L’accueil au Pirée par la population fut terrible, sous les invectives et les pierres63. Ces rescapés garibaldiens se sentirent alors trahis, “nus, abandonnés de tout le monde, même des comités philhellènes d’Italie, sans recevoir une simple parole d ‘ encouragement ou de remerciement”64 et même par les autorités consulaires italiennes de Grèce. Ils exigèrent leur rapatriement gratuit en Italie mettant en avant leur nationalité italienne et les services rendus contre l’Autriche en 1866, et obligèrent ainsi le consul italien à leur fournir l’aide qu’ils réclamaient65.

  • 66 Ballot 1868, 145 ; Garibaldi 2006, 3.
  • 67 Desmaze 1893, 343 ; Callivretakis 1987, 169.

29De retour au pays, certains d’entre eux décidèrent alors de publier leur souvenir ou des lettres dans le but de décourager d’éventuels volontaires et de dire “leur vérité”, mais en prenant le parti des Turcs. Adolphe Bruzzone insista sur le comportement noble des Turcs envers les prisonniers grecs et les garibaldiens, comme sur la nécessité de préserver en l’état le droit international. Jules Ballot, qui avait été adoubé par Garibaldi lui-même66 et qui se considérait comme dépositaire d’une mémoire garibaldienne en Crète, défendit les droits des Turcs sur l’île. Cette position était inacceptable pour les philhellènes et pour Garibaldi ! Ils furent alors accusés de trahison par leurs anciens camarades. En 1893, un vétéran de Crète, Desmaze, présenta ainsi Ballot comme un agent secret de Napoléon III67. Quant à Adolphe Bruzzone, il déchaîna les critiques les plus violentes à son encontre. Garibaldi le renia publiquement et les lettres qu’il avait publiées furent présentées comme de vulgaires faux !

30Mais ces témoignages étaient recoupés par d’autres sources, et Garibaldi lui-même put constater la médiocrité de l’accueil réservé à son fils à Athènes ! Autant dire que cette malheureuse et médiocre expédition garibaldienne fut rapidement oubliée d’autant plus facilement qu’elle fut éclipsée par l’expédition de Rome en 1867 puis par l’aventure de l’armée des Vosges et par la Commune en 1871, où des garibaldiens et des volontaires engagés pour la Crète se distinguèrent et moururent comme Gustave Flourens, tué le 3 avril 1871 par les Versaillais.

Faire silence sur une cause controversée et inquiétante

  • 68 Louvier 2010, 319-341.
  • 69 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.

31Tout se passa comme si l’on s’empressait d’oublier ces garibaldiens engagés pour une cause qui divisait les trois puissances protectrices de la Grèce, la France, l’Angleterre et la Russie, ce que montre Patrick Louvier68. Les dépêches diplomatiques ne parlèrent plus de garibaldiens, mais de volontaires étrangers. Ainsi, le 6 avril 1867, alors que les hommes de Ricciotti Garibaldi se trouvaient encore en Grèce, l’ambassadeur Della Minerva envoya une dépêche au ministre des Affaires étrangères dans laquelle il raya le mot “Garibaldini” pour le remplacer par “volontari esteri”, alors qu’il s’agissait réellement de garibaldiens69 !

  • 70 Driault & Lhéritier 1925, III, 198-201.
  • 71 Ibid., 281-285 et 295-309.
  • 72 Hugo [1875] 1968, 98-99.

32Au fond le sort des garibaldiens suivit celui de la Crète. Les grandes puissances n’intervinrent jamais sauf sous la forme d’une action humanitaire navale, à partir de janvier 1867, pour évacuer les réfugiés en Grèce. Elles neutralisèrent la question en proposant une commission d’enquête européenne (proposition anglaise) ou un plébiscite sur un statut d’autonomie accordé à l’île, conforme au modèle des principautés roumaines (proposition française). La Porte, victorieuse de l’insurrection en juin 1867, refusa tous ces plans tandis que la Grèce, comptant sur le soutien russe, tenta de résister en vain70. Le sort de la Crète fut alors réglé par une conférence internationale, organisée à Paris du 9 janvier au 18 février 186971, en présence des signataires du traité de Paris de mars 1856, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Prusse et la Turquie et de leurs successeurs, l’Autriche-Hongrie et l’Italie, mais sans la Grèce. La déclaration finale consacra le maintien de la Crète sous la tutelle ottomane en contrepartie d’une large autonomie. Victor Hugo, le 6 février 1869, réagit violemment en dénonçant “le sombre abandon d’un peuple au viol”72. Garibaldi eut beau dénoncer l’égoïsme des puissances occidentales vis-à-vis de la Grèce, rien n’y fit. Les garibaldiens de Crète tombèrent dans l’oubli avec la Crète avant de connaître une réhabilitation tardive.

La construction d’un mythe par procuration

  • 73 Tulard 1962, 115 ; Cesari 1918 ; Louvier 2013.

33L’expédition garibaldienne de Ricciotti Garibaldi en Thessalie en 1897, aux côtés de la Grèce en guerre contre la Turquie, tandis que les puissances occidentales (la France, le Royaume-Uni, la Russie, l’Italie, l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne) intervenaient de nouveau en Crète73, permit une transfiguration héroïsante des garibaldiens de 1866-1867.

  • 74 Colombo 2003.
  • 75 Garibaldi 1899.

34La défaite de Domokos le 17 mai 1897 contre les Turcs, un an à peine après le désastre d’Adoua qui avait provoqué la chute de Crispi et mortifié les nationalistes italiens, renouvela l’interventionnisme romantique philhellène, et s’inscrivit dans la tradition garibaldienne des héros de Marsala, du Volturno, de Bezzecca et de Dijon. Ricciotti Garibaldi ranima ainsi le flambeau de la geste garibaldienne tombée dans l’oubli depuis la mort de son père le 2 juin 188274. Il fallut ainsi légitimer cette expédition philhellène en l’ancrant dans une tradition combattante qui remontait à 1866-1867. Dans les souvenirs parus à la fin du siècle exaltant cette expédition de 1897, Ricciotti évoqua ainsi son séjour à Athènes en 1867, mais passa sur l’accueil glacial reçu à l’époque. Les vétérans de 1866 et de 1897, Augusto Elia, Luigi D’Isengard et surtout Ettore Socci75, exaltèrent le courage et le sacrifice de ces garibaldiens de Crète en élevant leur nombre à 2 000 hommes et 80 officiers, alors qu’ils ne furent que moins de 200 dont une centaine de combattants !

Fig. 1. Les volontaires européens dans l’insurrection crétoise de 1866-1868 (Cartel du musée d’Héraklion, juin 2012).

Conclusion

  • 76 Heyriès 2005.

35Mais peu importait au fond ! Il fallait construire un mythe comme pour tous les autres garibaldiens, passés et à venir. On oublia alors la faiblesse des effectifs, la brièveté de l’engagement (de la mi-novembre 1866 à la mi-janvier 1867 en Crète et de mars à avril 1867 en Grèce), l’hostilité de la communauté internationale, des Grecs et des Crétois à leur encontre, l’ambiguïté de Garibaldi, le retour difficile empli d’aigreur et de rancœur. On insista au contraire sur les souffrances, les désillusions, les proclamations de Garibaldi pour la Grèce en général sans faire de distinction entre la Thessalie et la Crète, les sentiments philhellènes, républicains et/ou libéraux ! Dès lors, les garibaldiens de Crète rejoignirent la mémoire de la grande famille garibaldienne qui regroupa les chemises rouges de 1843 à 1945, ceux de l’Amérique du Sud et des guerres risorgimentales des années 1840 et 1860, de Mentana en 1867 et de l’armée des Vosges en France en 1870-1871, de la Thessalie en 1897 et de l’Épire en 1912, de l’Argonne en 1914-191576 et de l’Espagne en 1937, de la Seconde Guerre mondiale et des associations garibaldiennes de nos jours.

36Mais à la différence de toutes les expéditions garibaldiennes, leur mythe ne fut construit que par procuration comme s’il fallait revêtir cette aventure peu glorieuse de la patine du temps en recomposant une mémoire artificielle et régénératrice, constitutive d’un mythe diachronique et trans-générationnel.

Bibliographie

Bibliographie

Ballot, J. (1868) : Histoire de l’insurrection crétoise, Paris.

Bruzzone, A. (1867) : La vérité sur l’insurrection de Crète, Paris.

Bussière, É., I. Davion, O. Forcade et S. Jeannessson, éd. (2013) : Penser le système international (xixe-xxie siècle). Autour de l’œuvre de Georges-Henri Soutou, Paris.

Callivretakis, L. F. (1987) : “Les garibaldiens à l’insurrection de 1866 en Crète (le jeu de chiffres)”, in : Independenza e unità nazionale in Italia ed in Grecia, convegno di studio, Atene, 2-7 ottobre 1985, Florence, 163-177.

Campanella, A. (1971) : Giuseppe Garibaldi e la tradizione garibaldina : une bibliografia dal 1807 al 1870, Genève.

Cecchinato, E. (2007) : Camicie rosse. I garibaldini dall’Unità alla Grande Guerra, Rome-Bari.

Cesari, C. (1918) : Le truppe italiane nell’isola di Creta (1897-1908), Rome.

Ciuffoletti, Z., A. Colombo, A. Garibaldi Jallet et R. Gerone, éd. (2003) : I Garibaldi dopo Garibaldi, Sao Paolo-Brésil et Montevideo-Uruguay.

Colombo, A. (2003) : “Profili. Ricciotti Garibaldi”, in : Ciuffoletti et al. 2003, 52-58.

Desmaze, E. (1893) : Souvenirs d’un Philhellène. Gustave Flourens et l’insurrection crétoise de 1866-1868, Lyon.

D’Isengard, L. (1901) : La Camicia rossa in Candia nel 1866-1867, Florence.

Driault, E. et M. Lhéritier (1925) : Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours, III, Paris.

Elia, A. (1904) : Ricordi di un garibaldino dal 1847-1848 al 1900, Rome.

Garibaldi, G. (2002) : Epistolario (aprile-dicembre 1866), Rome.

— (2006) : Epistolario (gennaio-dicembre 1867), Rome.

— (2008) : Epistolario (1868-1869), Rome.

— (1935) : Edizione Nazionale degli Scritti di Giuseppe Garibaldi (1862-1867), Bologne.

— (1937) : Edizione Nazionale degli Scritti di Giuseppe Garibaldi (1868-1882), Bologne.

Garibaldi, R. (1899) : La Camicia rossa nella guerra greco-turca 1897, Rome.

Heyriès, H. (2005) : Les Garibaldiens de 14. Splendeurs et misères des Chemises Rouges en France de la Grande Guerre à la Seconde guerre mondiale, Nice.

Hugo, V. [1875] (1968) : Actes et paroles. Pendant l’exil 1852-1870, 2, Paris.

Kerofilas, C. (1919) : La Grecia e l’Italia nel Risorigmento italiano, Florence.

Liakos, A. (1995) : L’unificazione italiana e la Grande Idea. Ideologia e azione dei movimenti nazionali in Italia e in Grecia, 1859-1871, Florence.

— (1993) : “Garibaldi e i garibaldini verso Creta nel 1866-1869”, Rassegna storica del Risorgimento, 80, 342-343.

Louvier, P. (2010) : “Les puissances navales européennes et la crise crétoise de 1866-1869”, Revue d’Histoire Diplomatique, 319-341.

— (2013) : “On ne pouvait les inviter ensemble : ils se seraient mangés : les forces armées françaises et leurs partenaires durant l’occupation internationale de la Crète (1897-1909)”, in : Bussière et al. 2013, 289-310.

Pécout, G. (2005) : “Une amitié politique méditerranéenne : le philhellénisme italien et français au xixe siècle”, in : Ridolfi 2005, 81-106.

Ridolfi, M. (2005) : La democrazia radicale nell’Ottocento europeo : forme della politica, modelli culturali, riforme sociali, Milan.

Socci, E. (1899) : “Grecia e Italia nelle tradizioni della Camicia rossa”, in : Garibaldi 1899, 9-14.

Tulard, J. (1962) : Histoire de la Crète, Paris.

Notes

1 Driault & Lhéritier 1925, III, 133.

2 Callivretakis 1987, 165.

3 Campanella 1971, 2, 724-726.

4 Liakos 1995 ; Callivretakis 1987 ; Pécout 2005 ; Louvier 2010.

5 Socci 1899 ; Elia 1904 ; D’Isengard 1901.

6 Callivretakis 1987, 168.

7 Liakos 1993, 342-343.

8 Ibid., 169-170 ; Liakos 1993, 342-343. Dépêche secrète de l’ambassadeur italien Della Minerva (Athènes) au ministre des Affaires étrangères, le 19 janvier 1867, Archivio Storico Diplomatico (ASD), Grecia, 1342.

9 Listes des volontaires transmises par le consul italien à Athènes au ministre des Affaires étrangères, les 9 et 25 novembre 1866, ASD, 857-219, par le représentant italien de Syra au consul italien d’Athènes, le 2 janvier 1867, ASD, 857-219, par l’ambassadeur d’Italie à Athènes au ministre des Affaires étrangères, Athènes, le 19 janvier 1867, ASD, Grecia, 1342.

10 Lettre d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, de La Canée, transmise en annexe de la dépêche no 124 du consul italien à Constantinople au ministre italien des Affaires étrangères, le 27 mars 1867, ASD, Serie politica, Turchia, 1446, (204).

11 Elia 1904, 425.

12 Cecchinato 2007, 160. Archivio Centrale dello Stato, Biografie dei sovversivi, scc. 1-18, fasc. 203.

13 Bruzzone 1867, 37-38.

14 Rapport du consul italien Enrico Colucci à La Canée, à l’ambassadeur italien à Constantinople, 28 décembre 1866, ASD, Grecia, 1342.

15 Dépêche du consul italien à Athènes à Visconti-Venosta, ministre des Affaires étrangères, le 9 novembre 1866, ASD 857-219. Listes des volontaires des 9 et 25 novembre 1866, ASD, 857-219.

16 L’Indépendance hellénique, 5 septembre 1867 ; Callivretakis 1987, 173.

17 D’Isengard 1901, 3-4.

18 Bruzzone 1867, 8.

19 Liakos 1993, 316.

20 Ibid ; Socci 1899, 10.

21 Liakos 1993, 331.

22 Driault & Lhéritier 1925, III, 131.

23 Socci 1899, 9.

24 Driault & Lhéritier 1925, III, 188 et 190, n. 10.

25 Liakos 1993, 323-324.

26 Liakos 1995 ; Socci 1899, 10.

27 Hugo [1875] 1968, 63-64.

28 Ibid., 67-68.

29 Tulard 1962, 106-109.

30 Ballot 1868, 1-2.

31 Driault & Lhéritier 1925, III, 134-145.

32 Hugo [1875] 1968, 67-68.

33 Ballot 1868, 1-4.

34 Hugo [1875] 1968, 68.

35 Dépêche du consul italien à Athènes à Visconti-Venosta, le 12 janvier 1867, ASD, 857-219.

36 Dépêche secrète de l’ambassadeur italien à Athènes à Visconti-Venosta, le 19 janvier 1867, ASD, Grecia, 1342.

37 D’Isengard 1901, 7 ; Bruzzone 1867, 19.

38 Dépêche secrète de Della Minerva à Visconti-Venosta, le 19 janvier 1867, ASD, Grecia, 1342.

39 D’Isengard 1901, 13-14.

40 Ibid.

41 L’Indépendance Hellénique, 27 février 1868.

42 Bruzzone 1867, 29 ; Ballot 1868, 80 ; Dépêche secrète de Della Minerva à Athènes à Visconti-Venosta, le 19 janvier 1867, ASD, Grecia, 1342. Dépêches du consul italien à Athènes à Visconti-Venosta, les 9 février et 24 septembre 1867, ASD, 857-219.

43 Liakos 1993, 327.

44 Lettres d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, de La Canée, transmises en annexe de la dépêche no 124 du consul italien à Constantinople au ministre italien des Affaires étrangères, le 27 mars 1867, ASD, Serie politica, Turchia, 1446, (204).

45 Bruzzone 1867, 7 et 9-10.

46 Bruzzone 1867, 22.

47 Lettre d’Antonio Burri et de Federico Parola du 28 février 1867, ASD, Serie politica, Turchia, 1446, (204). Ballot 1868, 90 et 187.

48 Bruzzone 1867, 20 et 27.

49 Ibid., 29 ; Ballot 1868, 80.

50 Garibaldi 2006, 20.

51 Garibaldi 2002, 275-276.

52 Liakos 1993, 332 ; Bruzzone 1867, 27-28 ; Carte Bertani, MCRR, 17, 28, 189.

53 Garibaldi 1935, 269 ; Liakos 1993, 330 et 338-340.

54 Dépêches de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes les 16 mars et 6 avril 1867, ASD, Legazione in Grecia, 1342.

55 Lettre officielle de protestation no 285 du consul général de Grèce au ministre des Affaires étrangères, Florence, le 30 octobre 1866, en français, ASD, Legazione in Grecia 1866, 771.

56 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.

57 Driault & Lhéritier III, 1925, 187-189.

58 Ibid., 192.

59 Lettre du consul italien à Corfou à Florence, le 12 mai 1866, cité par Liakos, 1993, 317 et 318, n. 11.

60 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.

61 Les contacts reprirent avec les comités de l’Épire dès le 9 novembre 1867, avec Stekulis le 21 décembre 1867, avec le comité d’Athènes le 18 février 1868, les 1er, 6 septembre et 5 octobre 1869 et encore avec la Thessalie le 9 février 1869 ; Liakos 1993, 334 ; Garibaldi 2006, 232, 2008, 30, 261, 262, 278 et 1937, 22.

62 Ballot 1868, 79 et 139.

63 D’après un certain Guéprat, chef de pavillon de l’amiral Simon, dont le témoignage parut dans La Patrie le 1er février 1867, cité par Ballot 1868, 147-151.

64 Bruzzone 1867, 31.

65 Dépêche du consul italien à Athènes au ministre italien des Affaires étrangères, le 12 janvier 1867, ASD, 857-219.

66 Ballot 1868, 145 ; Garibaldi 2006, 3.

67 Desmaze 1893, 343 ; Callivretakis 1987, 169.

68 Louvier 2010, 319-341.

69 Dépêche de Della Minerva à Visconti-Venosta, Athènes, 6 avril 1867, ASD, Grecia, 1342.

70 Driault & Lhéritier 1925, III, 198-201.

71 Ibid., 281-285 et 295-309.

72 Hugo [1875] 1968, 98-99.

73 Tulard 1962, 115 ; Cesari 1918 ; Louvier 2013.

74 Colombo 2003.

75 Garibaldi 1899.

76 Heyriès 2005.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les volontaires européens dans l’insurrection crétoise de 1866-1868 (Cartel du musée d’Héraklion, juin 2012).
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5720/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search