Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La circulation de l’information dans les états antiques

 | 
Laurent Capdetrey
, 
Jocelyne Nelis-Clément

Introduction

Laurent Capdetrey

Texte intégral

1L’étude de l’information, de sa production, de sa circulation n’a pas toujours une place spécifique en histoire, en tout cas lorsqu’il s’agit des sociétés pré-modernes. Pourtant, l’inexistence des médias qui ont fait émerger les sciences de la communication et de l’information au xxe siècle en fait seulement un objet moins visible, mais pas moins essentiel. Il suffit de penser, pour l’Antiquité tardive, à l’importance de thèmes historiques comme “l’incompréhension croissante” entre l’Orient et l’Occident pour comprendre qu’il n’a pas fallu attendre l’invention de la communication de masse pour que la circulation et le contrôle de l’information soient des moyens indispensables d’exercice du pouvoir.

  • 1 Bresson et al. 2005. Voir notamment l’avant-propos d’A. Bresson et l’introduction de Cl. Moatti.

2L’écriture publique du pouvoir, l’ouvrage publié dans cette même collection par A. Bresson, A.-M. Cocula et Chr. Pébarthe et dans la continuité duquel s’inscrit celui-ci, a montré combien la diffusion par le pouvoir d’une information écrite à destination du “public” avait toujours structuré des pratiques de contrôle et d’expression idéologiques sans pour autant être réductible à un acte de simple propagande. Les actes de communication du pouvoir avaient en effet à fonder une autorité, mais ils devaient aussi, et dans le même temps, créer un “espace public” défini non seulement comme un espace quadrillé par l’autorité publique mais aussi comme l’espace où, dans une certaine mesure, cette autorité était susceptible d’être contestée. L’écriture publique du pouvoir, en posant notamment un certain nombre de bases théoriques1, a ainsi amplement montré que l’étude de la communication du pouvoir dans les États pré-modernes permettait d’aborder en des termes nouveaux et pertinents non seulement les questions de la légitimation et de l’exercice du pouvoir mais aussi celles de sa perception, voire de sa contestation.

  • 2 Nicolet 1988 et Mémoire Perdue I et II en particulier.
  • 3 Par exemple : Eck 1995, 1996 et 1997.
  • 4 Ando 2000.
  • 5 Briant 1996, en particulier p. 382-384 et 953-954
  • 6 On citera notamment : Thomas 1989, 1992, 1994, 1995.

3Conçue avec le souci d’explorer ces mêmes questions, la table ronde sur La circulation de l’information dans les structures de pouvoir antiques a été l’occasion de réfléchir très concrètement à une catégorie particulière de discours : celui que le pouvoir s’adressait à lui-même par la circulation de l’information au sein de l’armature administrative et institutionnelle. Que la réflexion porte plus précisément sur les agents de l’information, sur son support ou sur ses circuits de diffusion, les problématiques sont finalement assez simples et viennent aisément à l’esprit : il n’y a pas d’emprise territoriale ni d’exercice du pouvoir sans circulation de l’information, qu’il s’agisse de celle dont dispose l’autorité légitime ou de la connaissance des décisions du pouvoir par les agents chargés de les appliquer. Et il est évident qu’une circulation de l’information efficace était nécessaire à l’exercice d’un pouvoir soucieux d’assurer sa pérennité. On sait aussi que tout déplacement d’information répondait à un rapport de pouvoir et c’est précisément pour cela qu’une analyse de ces modes de circulation peut permettre de révéler non seulement les hiérarchies administratives, mais aussi la forme des rapports entre le centre et la périphérie, autrement dit les modalités de la construction territoriale et étatique. On ne saurait enfin aborder ces questions sans réfléchir à la nature du vecteur de l’information – lettre, message, décret, parole – et au traitement qu’il était amené à subir par le déplacement ou par l’archivage. Ces voies et ces éléments de réflexion n’ont jamais été ignorées par les historiens et encore récemment, à la suite de Claude Nicolet2 ou de Werner Eck3, Clifford Ando leur a accordé une grande place dans ses travaux sur l’Empire romain4. On sait aussi que les recherches de Pierre Briant l’ont conduit à aborder ces questions pour l’Empire perse5. Dans un autre contexte politique, celui de la cité, on rappellera enfin qu’une grande partie des travaux de Rosalyn Thomas ont été consacrés à la part respective de l’écriture et de l’oralité au sein des cités grecques à travers, notamment, l’exemple privilégié d’Athènes6. Mais bien que ces préoccupations soient loin d’être nouvelles pour les historiens, il nous a toutefois semblé qu’une table ronde qui reprendrait ces questions pouvait être l’occasion de les poser et de les aborder à travers le regard et les compétences complémentaires de spécialistes de l’Antiquité venus précisément d’horizons divers.

4On précisera toutefois qu’en bornant l’objet de cette table ronde aux “structures de pouvoir”, c’est-à-dire aux appareils autorisant le contrôle spatial par le pouvoir politique, qu’il agisse au nom d’une communauté ou d’un principe monarchique, nous avons cherché à éviter la dilution d’un thème immense tout en ouvrant le champ chronologique à toute l’Antiquité, dans sa diversité. Ce thème concerne en effet aussi bien l’administration des royaumes hellénistiques, celle de l’Empire romain, que les formes d’organisation et de contrôle propres aux cités grecques ou à l’empire néo-assyrien. On aura bien compris qu’il ne s’agissait pas de définir artificiellement un modèle général de diffusion et de circulation de l’information administrative qui aurait été commun à l’ensemble de ces formes de pouvoir Au contraire, on a cherché à voir comment furent abordés, de façons souvent différentes et adaptées à chaque contexte, des problèmes qui toujours mettaient en jeu la conception de l’État et celle du pouvoir quand ce n’était pas, notamment dans le cas de cités, la perception que la communauté politique avait d’elle-même.

  • 7 Voir les articles de J.-M. Bertrand et de L. Capdetrey.
  • 8 Sur ce point, on lira les articles de R. Haensch et J. Nelis-Clément.
  • 9 Voir notamment les articles de P. Villard, R. Haensch, J. Nelis-Clément, J. M. Bertrand et L. Capd (...)
  • 10 Voir les articles de B. Rankov et de J. Nelis-Clément.

5Comment et par quelles voies circulaient les documents ? Comment étaient-ils authentifiés ? Quel était le système de copie et d’archivage ? D’une façon ou d’une autre, tous les intervenants ont été amenés à se poser la question des moyens d’acheminement des messages et celle de l’organisation matérielle de cette circulation. Il est bien évident que les enjeux et les contraintes n’étaient pas les mêmes dans un territoire impérial, comme le royaume séleucide ou l’Empire romain, et dans une cité grecque. Au sein de ces vastes ensembles qu’étaient les territoires impériaux, la mise en place et l’entretien d’un système efficace de routes et de relais constitua souvent une nécessité pour le pouvoir. Pierre Villard a ainsi souligné les éléments de continuité dans ce domaine entre les pratiques assyriennes et perses. Mais ce sont aussi des soucis et des pratiques que l’on voit illustrés dans le royaume séleucide7 et, de façon plus claire encore, dans l’empire romain8. On ne s’étonnera pas que, dans ce schéma de circulation des informations entre le centre et la périphérie, les gouverneurs de provinces, quel que fût leur statut exact, aient souvent eu des responsabilités essentielles dans la transmission et la conservation des ordres royaux ou impériaux9. Mais plusieurs contributions se sont aussi attachées à montrer qu’au-delà du respect de la chaîne administrative, du système assyrien de poste royale ou du cursus publicus impérial, l’information administrative, qu’elle parte du centre ou de la périphérie, prenait souvent des chemins parallèles, par souci d’efficacité, de pragmatisme, voire de confidentialité10. Les modalités de circulation et les modes d’acheminement des ordres et des informations pouvaient donc s’affranchir du respect étroit de la hiérarchie administrative, même si ce respect contribuait d’une façon générale à la légitimation du pouvoir et à l’affirmation de son emprise sur le territoire.

  • 11 Sur ces aspects, les articles de B. Rankov, R. Haensch et J. Nelis-Clément.
  • 12 Sur ce point précis les articles de N. Massar, Chr. Pébarthe et M. Faraguna.
  • 13 On lira notamment les contributions de Chr. Pébarthe et M. Faraguna.
  • 14 La contribution de P. Villard est sur ce point très éclairante.
  • 15 Voir l’article de J.-M. Bertrand.

6Le document écrit n’était pas toujours le seul vecteur de l’information et la question de la part de l’oralité dans la transmission des messages a été abordée par plusieurs intervenants. Même si cette forme d’échange est par nature plus difficile à percevoir, il est ainsi évident que les pouvoirs royaux ou impériaux n’hésitaient pas à solliciter les témoignages et les échanges oraux pour s’informer de l’état et de la gestion des provinces11. Dans le cadre des cités grecques, Christophe Pébarthe, Michele Faraguna et Natacha Massar ont souligné la coexistence de l’écrit et de l’oral comme vecteurs d’information du corps civique12. Les cités constituaient en effet des structures singulières où, par le fait même que la communauté des citoyens exerçait un pouvoir et un contrôle sur elle-même, l’information administrative était aussi, dans une large mesure, une information de nature publique, l’assemblée jouant tout autant un rôle de formation des citoyens qu’une fonction d’information du corps civique. Cette complémentarité de l’oralité et de l’écriture dans le cadre des cités s’explique notamment par le fait que le contenu des documents parvenait dans bien des cas aux citoyens sous une forme orale. On n’en tirera pas la conclusion que l’écrit était dans une position seconde. À Athènes au ve siècle, dans le cadre du dème ou dans celui de la cité elle-même, c’est en effet de façon croissante que l’on semble avoir recours aux archives qui, parce qu’elles permettaient la conservation et la consultation des documents civiques, constituaient tout autant des outils de mémoire que des moyens de contrôle13. Essentielles au fonctionnement des cités, les archives étaient aussi naturellement des lieux de conservation de la mémoire administrative dans les ensembles impériaux. Si les pratiques de confidentialité et les codes de la correspondance ne sont pas toujours bien connus, en tout cas pas autant qu’ils peuvent l’être par exemple pour le royaume assyrien, où la documentation est particulièrement riche14, il apparaît que la gestion des archives relevait toujours d’un processus complexe. La pratique de l’archivage de copies avant la transmission des ordres ou celle qui consistait en Syrie lagide et séleucide à envoyer une copie à l’exécutant et à son supérieur hiérarchique pour assurer l’application de la décision15, sont les révélateurs d’une organisation territoriale dans laquelle les archives offraient non seulement une armature essentielle à la mémoire administrative, mais où elles constituaient aussi de puissants moyens d’encadrement du territoire et de contrôle de l’administration par elle-même.

  • 16 Les analyses de Cl. Sotinel concernant les Églises sont particulièrement éclairantes sur ce point.

7On ne saurait toutefois limiter l’approche de la circulation des informations à sa seule dimension fonctionnelle. Certes, l’échange d’informations au sein d’un corps civique, entre Rome et ses provinces ou au sein de l’Église, avait à l’évidence pour objet d’assurer l’efficacité de l’exercice du pouvoir. Mais la plupart des interventions, quel que fût leur objet d’analyse, ont montré que cette circulation avait aussi pour fonction de constituer et de reconstituer en permanence la structure de pouvoir elle-même, non seulement par le rappel incessant des sources de légitimité mais aussi par l’expression, à chaque échange de lettres ou de documents, de l’appartenance à une même collectivité hiérarchisée, celle qui trouvait sa cohérence autour de l’exercice délégué d’un même pouvoir16. Parce qu’elle posait directement la question de la centralité du pouvoir et celle du rapport au territoire, la circulation de l’information répondait ainsi non seulement à l’enjeu politique d’une administration efficace mais aussi, à travers sa propre mise en scène, à un enjeu d’ordre idéologique.

8À étudier une pratique administrative – en l’occurrence la circulation des informations – on prend toutefois le risque d’en limiter la description à son fonctionnement idéal. Plusieurs contributions n’ont pourtant pas caché les difficultés qu’il pouvait y avoir à faire circuler de façon efficace des informations à travers des espaces impériaux. D’autres ont montré l’inégale information du corps civique dans les cités grecques. La question des délais, celle de la fragilité du lien de pouvoir, celle encore de l’inégale qualité des renseignements venant des provinces, sont aussi des réalités incontestables du fonctionnement des États antiques. Les retards et les échecs dans la circulation des ordres et des informations peuvent ainsi apparaître comme les révélateurs des difficultés du pouvoir, que ces difficultés aient été conjoncturelles ou qu’elles aient témoigné au contraire d’une incapacité à contrôler durablement le territoire ou une partie de celui-ci. C’est pour cela qu’une réflexion sur les chaînes de communication, sur les réseaux de diffusion des informations administratives, pose immanquablement la question de l’efficience de la construction étatique. C’est aussi pour cela que l’étude de la circulation des informations permet de révéler au-delà de l’image qu’un pouvoir, par son discours, voulait donner de son fonctionnement et de sa puissance, le revers de cette image et de ce discours.

9Cette table ronde ne s’était pas assigné pour objectif d’aboutir à un bilan des recherches en cours, ni de livrer un traitement systématique de la question, si tant est qu’il soit possible de le faire. Tout souci d’exhaustivité aurait par ailleurs condamné l’entreprise. Il s’agissait plus précisément de rassembler des études ponctuelles et concrètes sur des objets d’étude parfois très différents les uns des autres et de faire le pari que la confrontation de ces travaux et de ces approches permettrait un éclairage croisé sur une question essentielle pour qui veut analyser les États antiques et leur fonctionnement. Le lecteur sera le seul juge de la pertinence de ces choix mais on ne saurait terminer cette introduction sans formuler le vœu qu’il puisse trouver à son tour dans les pages qui suivent des éléments qui, à un titre ou à un autre, nourrissent sa propre réflexion.

Notes

1 Bresson et al. 2005. Voir notamment l’avant-propos d’A. Bresson et l’introduction de Cl. Moatti.

2 Nicolet 1988 et Mémoire Perdue I et II en particulier.

3 Par exemple : Eck 1995, 1996 et 1997.

4 Ando 2000.

5 Briant 1996, en particulier p. 382-384 et 953-954

6 On citera notamment : Thomas 1989, 1992, 1994, 1995.

7 Voir les articles de J.-M. Bertrand et de L. Capdetrey.

8 Sur ce point, on lira les articles de R. Haensch et J. Nelis-Clément.

9 Voir notamment les articles de P. Villard, R. Haensch, J. Nelis-Clément, J. M. Bertrand et L. Capdetrey.

10 Voir les articles de B. Rankov et de J. Nelis-Clément.

11 Sur ces aspects, les articles de B. Rankov, R. Haensch et J. Nelis-Clément.

12 Sur ce point précis les articles de N. Massar, Chr. Pébarthe et M. Faraguna.

13 On lira notamment les contributions de Chr. Pébarthe et M. Faraguna.

14 La contribution de P. Villard est sur ce point très éclairante.

15 Voir l’article de J.-M. Bertrand.

16 Les analyses de Cl. Sotinel concernant les Églises sont particulièrement éclairantes sur ce point.

© Ausonius Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540