Version classiqueVersion mobile

Afti inè i Kriti ! Identités, altérités et figures crétoises

 | 
Patrick Louvier
, 
Philippe Monbrun
, 
Antoine Pierrot

Figures identitaires

Le chasseur à l’arc, la chèvre sauvage et le dictame. Un discours identitaire crétois* ?

Philippe Monbrun

Texte intégral

Sur l’étal d’un marché crétois

  • * J’ai le plaisir de remercier mes collègues Christophe Chandezon, Patrick Louvier et Antoine Pierro (...)
  • 1 La réserve est de mise : l’essentiel du dictame vendu aujourd’hui en Crète est cultivé et non plus (...)
  • 2 En grec moderne, le terme désigne aussi une personne grossière et rude, un(e) sauvageon(ne).

1Considérons l’étiquette d’un sachet contenant les feuilles et les fleurs séchées d’une plante endémique de Crète, le fameux dictame (Origanum dictamnus L.), connu pour ses vertus médicinales et toujours très apprécié dans l’île (fig. 1). Elle est particulièrement attractive, surtout pour un Antiquisant. En haut à gauche, le nom est indiqué en grec moderne (ΔΙΚΤΑΜΟΣ) et souligné en anglais (DITTANY). En haut à droite, on lit “Απο τις απατητες Βουνοκορφες της Κρητης”, c’est-à-dire que ce dictame est censé provenir “des sommets inaccessibles de Crète”1. En dessous, deux caprins mangent les feuilles d’un énorme plant de dictame qui pousse au sommet des Lefka Ori, les Montagnes Blanches de Crète occidentale. Ses grandes cornes recourbées font de l’animal de droite un bouc d’une espèce sauvage spécifique de l’île (Capra aegagrus cretica), l’agrimi – littéralement l’“animal sauvage”2 – des Crétois, affectueusement appelé “kri-kri” et fierté de la faune locale. Sur la gauche, se tient sa femelle aux cornes plus petites. Deux autres plants de dictame poussent en Crète orientale, dans les montagnes du Lassithi, et d’autres touffes tapissent les parois rocheuses bordant l’étiquette. Le client comprend que les chèvres de montagne broutent les feuilles du dictame et s’en portent mieux : une infusion aura le même effet salutaire sur sa personne.

Fig. 1. Étiquette d’un sachet de dictame ; Crète, années 1990. D’après Plymakis 2001, 244.

D’Aristote à nos jours : une histoire à succès

  • 3 Voir l’introduction de P. Louis (CUF), p. XIV-XVIII : la rédaction du traité date des années 347-3 (...)
  • 4 Bouffartigue 2008, 79-96.

2Le plus ancien récit connu relatif aux miracles attribués au dictame se trouve dans l’Histoire des animaux d’Aristote3. Un passage du livre IX, consacré à l’êthos des animaux, c’est-à-dire à leurs mœurs, aux caractères qu’ils ont de nature, témoigne de l’intérêt que les Anciens ont toujours porté à cet instinct qui pousse les animaux à trouver dans la nature des remèdes à leurs maux4 (9.6.612 a 1-5) :

  • 5 Traduction de P. Louis (CUF), remaniée. C’est moi qui souligne.

“Beaucoup d’autres quadrupèdes agissent sagement pour se donner eux-mêmes des soins médicaux (πρὸς βοήθειαν αὑτοῖς), puisqu’aussi bien en Crète, dit-on, les chèvres sauvages qu’une flèche a frappées, recherchent le dictame (ἐπεὶ καὶ ἐν Κρήτῃ φασὶ τὰς αἶγας τὰς ἀγρίας, ὅταν τοξευθῶσι, ζητεῖν τὸ δίκταμνον). Cette plante semble avoir la propriété de faire sortir les flèches fichées dans le corps (δοκεῖ δὲ τοῦτο ἐκβλητικὸν εἶναι τῶν τοξευμάτων ἐν τῷ ςώματι).”5

3La phrase en grec ancien qui parcourt la carte de la Crète sur l’étiquette dont nous sommes partis est extraite de ce texte. C’est elle qui donne tout son sens à la scène en introduisant le dernier protagoniste : les chèvres sauvages de Crète sont la cible des chasseurs à l’arc de l’île. L’auteur aristotélicien des Récits merveilleux à entendre consacre aussi à cette histoire une notice très proche (4.830 b 21-23) :

  • 6 J’ai traduit le passage sur le texte grec de la Loeb Classical Library.

“En Crète, quand les chèvres sont frappées d’une flèche (Αἱ ἐν Κρήτῃ αἶγες ὅταν τοξευθῶσι), elles recherchent (ζητοῦσιν), à ce qu’il semble (ὡς ἔοικε), le dictame qui pousse là (τὸ δίκταμον τὸ ἐκεῖ φυόμενον). Quand elles le mangent (ὅταν γὰρ φάγωσιν), elles rejettent les flèches immédiatement (εὐθὺς ἐκβάλλουσι τὰ τοξεύματα)”6.

  • 7 Voir l’introduction de S. Amigues à son excellente traduction commentée (CUF), p. XVIII-XX.
  • 8 Théophraste énumère d’abord les simples qui font la renommée de l’Arcadie et dont la plupart se tr (...)

4Le livre IX des Recherches sur les plantes, magistral traité de botanique rédigé dans la décennie 320-3107, est mieux informé. Théophraste relève la richesse en plantes médicinales des montagnes du Pélion (Thessalie), du Téléthrion (Eubée) et du Parnasse (Phocide) ainsi que, dans le Péloponnèse, de l’Arcadie, de la Laconie (4.15.4, 18-21)8 et de l’Achaïe, région qu’il distingue pour sa tragacanthe – soit “l’épine du bouc”, nous y reviendrons – qui “ne le cède en rien, de l’avis général, à celle de Crète ; elle a même un plus bel aspect (9.15.8, 4-5)”. Notons l’éloge en creux de la flore crétoise. Théophraste termine ainsi son tour d’horizon (9.15.8, 8-9) : “Ce sont là des plantes communes à d’assez nombreux terroirs”. Vient alors notre passage (9.16.1) :

“Le dictame au contraire est propre à la Crète (Τὸ δὲ δίκταμνον ἴδιον τῆς Κρήτης) ; doué de vertus étonnantes (θαυμαστὸν δὲ τῇ δυνάμει), il est utilisé dans bien des cas, mais surtout pour les femmes en couches (μάλιστα δὲ πρὸς τοὺς τόκους τῶν γυναικῶν). (…) On en utilise les feuilles (Χρῶνται δὲ τοῖς φύλλοις), non les rameaux ni le fruit (οὐ τοῖς κλωσὶν οὐδὲ τῷ καρπῷ) ; à côté de bien d’autres usages, il sert surtout, comme il a été dit, dans les accouchements difficiles (πρὸς τὰς δυστοκίας τῶν γυναικῶν), soit qu’il les rende aisés (ἢ γὰρ εὐτοκεῖν) (on le prétend) (φασι ποιεῖν), soit qu’il calme au moins les douleurs (ἢ παύειν γε τοὺς πόνους) (c’est reconnu de tous) (ὁμολογουμένως) ; on le donne en potion dans de l’eau (δίδοται δὲ πίνειν ἐν ὕδατι). Il est rare (Σπάνιον δ᾿ ἐστί), à la fois parce que le territoire qui le produit est peu étendu (καὶ γὰρ ὀλίγος ὁ τόπος ὁ φέρων) et parce que les chèvres le broutent complètement (καὶ τοῦτο αἱ αἶγες ἐκνέμονται), car elles en sont friandes (διὰ τὸ φιληδεῖν). On prétend véridique même l’histoire des traits (᾿Αληθὲς δέ φασιν εἶναι καὶ τὸ περὶ τῶν βελῶν), à savoir que <les chèvres> atteintes par des flèches s’en débarrassent en le mangeant (ὅτι φαγούσας ὅταν τοξευθῶσι ἐκβάλλειν). Tel est donc le dictame (Τὸ μὲν οὖν δίκταμνον τοιοῦτόν τε), telles sont ses vertus (καὶ τοιαύτας ἔχει τὰς δυνάμεις).”

5Théophraste redit plus loin que le dictame est bien “une espèce à la fois étonnante et propre à l’île” (θαυμαστὸν ἅμα καὶ ἴδιον τῆς νήσου). Il conclut plus généralement (9.16.3) :

“Cependant, selon certains avis, qu’il s’agisse des feuilles des rameaux feuillés ou en un mot des parties aériennes <des végétaux>, ce sont globalement les produits de Crète qui l’emportent (καὶ ἁπλῶς ὑπὲρ γῆς τὰ ἐν Κρήτῃ διαφέρειν), alors qu’au moins pour la plupart des autres drogues, ce sont ceux du Parnasse.”

  • 9 Chaniotis 1999, 209-210, 219-220 et 1991, 106-109. Les sources écrites donnent près de cinquante p (...)
  • 10 Rouanet-Liesenfelt 1992 : l’empereur entretient dans l’île des herboristes crétois spécialisés dan (...)

6L’île tire effectivement une grande renommée de la variété et de la qualité de ses herbes et de ses plantes de montagne. Depuis la plus haute Antiquité, les Crétois en ont un usage médicinal, magique, culinaire et en parfumerie9. Selon Diogène Laërce (1.112), Épiménide, le célèbre mage crétois de l’époque archaïque, collectait les simples et l’on sait par le médecin Galien (De antidotis, XIV, p. 30 Kühn) que l’origine crétoise des plantes médicinales offrait une telle garantie de qualité que les pharmaciens et les médecins romains du iie s. p.C. s’approvisionnaient surtout dans l’île10.

7Récapitulons les données de base fournies par les deux premiers scholarques du Lycée dans la seconde moitié du ive s. a.C. :

  1. Pour se débarrasser d’une flèche enfoncée dans leur corps, les chèvres sauvages de Crète se mettent en quête de dictame et en mangent. Aristote y voit des “on dit” (φασὶ, δοκεῖ) et Théophraste reste circonspect : “On prétend véridique même l’histoire des traits” (᾿Αληθὲς δέ φασιν εἶναι καὶ τὸ περὶ τῶν βελῶν). Même prudence dans les Récits merveilleux à entendre mais, si les chèvres fléchées recherchent, “à ce qu’il semble” (ὡς ἔοικε), le dictame, son efficacité n’est pas mise en doute : il expulse les flèches “immédiatement” (εὐθὺς).
  2. Théophraste loue les nombreuses vertus médicinales du dictame et ne s’arrête que sur son usage obstétrical, en distinguant ce qui est accepté par certains (faciliter la parturition) de ce qui l’est par tous (calmer les douleurs).
  3. Les Récits merveilleux à entendre disent l’identité crétoise du dictame – les chèvres mangent “le dictame qui pousse là” (τὸ δίκταμον τὸ ἐκεῖ φυόμενον) – et Théophraste affirme qu’il est la seule plante médicinale strictement endémique en Crète : “le dictame au contraire est propre à la Crète” (Τὸ δὲ δίκταμνον ἴδιον τῆς Κρήτης) – la particule de appuie l’exclusivité géographique – ou “propre à l’île” (ἴδιον τῆς νήσου). De plus, il ne s’y trouve pas partout et l’appétit des chèvres le rend plus rare encore.
  4. Selon l’avis autorisé de Théophraste, repris par Pline (Nat., 25.94), la Crète est la région la plus réputée pour la qualité de ses simples, à égalité – et c’est remarquable – avec le Parnasse apollinien.
  5. Aristote fait seul état de “chèvres sauvages” (τὰς αἶγας τὰς ἀγρίας) mais on imagine mal une chasse aux chèvres domestiques et l’espèce sauvage propre à la Crète était célèbre.
  6. Les trois récits sous-entendent la pratique habituelle de la chasse à l’arc en Crète et tous trois utilisent la même expression pour dire que, “quand elles ont été atteintes par une flèche” (ὅταν τοξευθῶσι)11, les chèvres recherchent le dictame. Par ailleurs, la réputation des Crétois en matière d’archerie est bien établie.
  • 12 Au siècle suivant, le manuel d’anecdotes pour rhéteurs de Valère Maxime reprend les mêmes éléments (...)

8Il s’agit là d’un des exemples de sagacité et d’automédication animales les plus remarquables de l’Antiquité grecque et à la postérité la plus longue. C’est ainsi qu’au ier s. a.C., Cicéron (Nat. D., 2.126), parle de chèvres sauvages (capras […] feras) et de flèches empoisonnées (venenatis sagittis) qui, “dit-on” (dicunt), tombent sous l’effet du dictame12. De même, Virgile n’oublie pas ce topos quand Énée est blessé par la flèche d’un archer Rutule (Aen., 12.411-415) :

“Ici Vénus, émue de l’indigne souffrance de son fils, maternelle, va cueillir sur l’Ida de Crète le dictame (dictamnum genetrix Cretaea carpit ab Ida), la tige aux feuilles duveteuses (puberibus caulem foliis), à la chevelure de fleurs pourpres (et flore comantem purpureo). Cette herbe n’est pas inconnue aux chèvres sauvages (non illa feris incognita capris gramina) lorsque des flèches ailées se sont plantées sur leur dos (cum tergo volucres haesere sagittae).”

9La déesse en imprègne alors l’eau avec laquelle le médecin baigne la plaie (12.421-424) :

  • 13 Traduction de J. Perret (CUF), légèrement modifiée au second extrait.

“(…) et soudain (subitoque), en effet, toute douleur s’est enfuie du corps (omnis de corpore fugit quippe dolor), au fond de la plaie le sang ne coule plus (omnis stetit imo volnere sanguis). Bientôt, docile sous les doigts (secuta manum), sans que personne ne fasse effort sur elle (nullo cogente), la flèche tombe (sagitta excidit) et de nouvelles forces ont restauré l’ancienne vigueur”13.

  • 14 “On dit que les chèvres, en Crète, lorsqu’elles ont été tirées à l’arc (ἐπειδὰν τοξευθῶσι), après (...)

10Le passage est fameux. Virgile décrit justement les feuilles et les fleurs du dictame et il le sait crétois puisque Vénus s’approvisionne sur le mont Ida (Psiloriti), au centre de l’île. Il insiste sur son action immédiate et souveraine : le sang ne coule plus et la flèche tombe toute seule. Enfin, les chèvres sont bien sauvages et non domestiques. Une courte notice de Dioscoride relate aussi l’histoire des chèvres et du dictame (3.32.1) mais sans rien apporter de neuf14. Plus diserte, L’intelligence des animaux de Plutarque illustre ainsi les leçons que les hommes ont tiré du comportement animal (20.974 D) :

  • 15 Traduction de J. Bouffartigue (CUF). Cf. Plu, Moralia, 9, 991 F.

“Et les chèvres de Crète (αἱ δὲ Κρητικαὶ αἶγες), qui en mangeant le dictame (ὅταν τὸ δίκταμνον φάγωσιν) provoquent l’expulsion en douceur des flèches dont elles sont atteintes (ἐκβάλλουσαι τὰ τοξεύματα ῥᾳδίως), ont fourni aux femmes enceintes l’occasion d’apprendre que cette plante avait des vertus abortives (καταμαθεῖν ταῖς ἐγκυοις τὴν βοτάνην παρέσχον ἐκτρωτικὴν δύναμιν ἔχουσαν) ; de fait, lorsqu’elles sont blessées, c’est l’unique objet de leur souci : elles se mettent en quête à la recherche du dictame (καὶ ζητοῦσι καὶ διώκουσι τὸ δίκταμνον)”15.

11La séquence tout entière est présentée comme un fait établi et introduit la faculté qu’a le dictame de provoquer l’avortement : l’expulsion du fœtus, comme sorti d’une blessure sanglante, est mise sur le même plan que l’expulsion “sans peine” (ῥᾳδίως) des flèches qui est rendue par le même verbe ekballô depuis le texte d’Aristote jusqu’à celui de Dioscoride. On retrouve aussi, pour signifier la recherche du dictame par les chèvres, l’expression zètein to diktam(n) on, déjà rencontrée dans les Récits merveilleux à entendre et chez Aristote qui est, vraisemblablement, la source directe ou indirecte de Plutarque. Plus de cinq siècles après Aristote, Élien souligne encore des aspects importants (VH, 1.10) :

  • 16 J’ai traduit le passage sur le texte grec de la Loeb Classical Library.

“Les Crétois sont de bons archers (Οἱ Κρῆτές εἰσι τοξεύειν ἀγαθοί) ; aussi atteignent-ils les chèvres qui broutent sur les sommets des montagnes (καὶ οὖν καὶ τὰς αἶγας βάλλουσιν ἐπ᾿ ἄκροις νεμομένας τοῖς ὄρεσιν). Blessées, celles-ci mangent aussitôt de la plante appelée dictame (αἱ δὲ βληθεῖσαι παραχρῆμα τῆς δικτάμνου βοτάνης διέτραγον) et, dès qu’elles en ont goûté (καὶ ἅμα τῷ γεύσασθαι), les traits tout entiers tombent de leurs blessures (ὅλα ἐκειναις τὰ βέλη ἐκπίπτει)”16.

12Ainsi ces chèvres, qui sont le gibier de montagne par excellence des Crétois, sont bien sauvages. On devine qu’elles sont difficiles à tirer : il faut les approcher dans le milieu rude et accidenté qui est le leur et c’est parce que les Crétois sont d’habiles archers qu’ils arrivent, “donc” (οὖν), à les flécher. Puis, tout va très vite : les chèvres mangent du dictame “aussitôt” (παραχρῆμα) et “dès que” (ἅμα τῷ) c’est fait, les flèches sortent d’elles-mêmes, comme chez Virgile et Plutarque. Enfin, et même si cela contribue aux accents paradoxographiques du récit, le ton est celui d’un constat objectif qui ne met pas en doute la véracité de l’histoire.

  • 17 Cf. Pease 1948, 472 (n. 5). Selon une tradition parallèle (Plin., Nat., 8.97 et 25.92 ; Tert., De (...)

13Cette revue de textes regroupe, pour l’Antiquité gréco-romaine, les passages les plus significatifs17. Il y avait là tous les ingrédients d’une histoire à succès, ainsi qu’en témoigne, quinze siècles plus tard (1546-1549), l’expédition scientifique qui conduit l’humaniste et naturaliste français Pierre Belon du Mans dans les territoires ottomans. Le Regno di Candia, soit la Crète sous sujétion vénitienne, est l’une de ses plus longues étapes. Le passage sur la chasse des boucs sauvages illustre la prédilection de Belon pour la faune et la flore ainsi que pour les coutumes des populations rencontrées, ici les rudes habitants des Montagnes Blanches :

  • 18 Belon (Merle 2001, 89-90).

“J’ai quelque fois pris loisir de les voir prendre et vanner <chasser> aux chiens des habitants de Grèce. Il y a des paysans sur la sommité des hautes montagnes de Crète si bons tireurs de l’arc, et principalement entour la montagne de la Spachie et Madara, qu’ils les navrent de leurs flèches de 25 pas de loin ; et à ce faire mènent des femelles qu’ils ont nourries et apprivoisées de jeunesse, et les lient à quelque passage en la montagne où les mâles ont accoutumé passer. Le tireur se tient à côté, caché derrière quelque buisson à l’opposite du vent, sachant bien que le bouquetin est de si grand sens d’odorer qu’il le sentirait de cent pas. Le mâle, trouvant la femelle en son chemin, s’arrête, et lors le paysan lui tire de son arc. Et si d’aventure le bouquetin n’est guère navré, ou que le fer lui soit demeuré au corps, il est maître à se médeciner, car il va trouver du dictamnum, qui est une herbe attachée aux rochers de Crète, laquelle il broute, et par tel moyen se guérit bientôt”18.

  • 19 Dapper [1688] 1703, 459. P. 469 : la plante est réputée “faire tomber <du corps> les pointes de fer ou d’aci</du>
  • 20 Il est banal de voir en Crète les chèvres domestiques s’attaquer ainsi aux branches basses des arb (...)
  • 21 Belon est éloquent : “Ce n’est pas à tort que les Crètes furent anciennement dédiés à Diane : car (...)
  • 22 Charidimos, prince de Crète et archer incomparable, ne manque jamais, sur l’Ida, “chèvres sauvages (...)
  • 23 Cf. Belon (Merle 2001, 89). Cf. Raulin 1869, 1038 : en 1845, dans un village à l’ouest des Montagn (...)
  • 24 Keller [1887] 2001, 39.
  • 25 Plymakis 2001, 30.

14Sans jamais être allé en Crète, Olfert Dapper reprend ce récit en 1688 et le complète en s’appuyant sur sa culture classique : “(…) car lorsqu’ils en peuvent manger, le fer sort et tombe bientôt de la plaie, et ils guérissent en fort peu de temps”19. Le propos de l’humaniste hollandais est illustré par la gravure d’une chèvre sauvage (fig. 2) : le flanc droit percé d’une flèche, elle se dresse sur ses pattes arrière20 pour manger les fleurs d’un énorme plant de dictame, digne d’une planche de botanique. Belon, au contraire, comme il le laisse entendre, a personnellement assisté à la chasse, ce qui s’accorde avec la démarche qu’il revendique : ne décrire que ce qu’il a vu, en faisant passer sa propre expérience avant les écrits des Anciens. On comprend que les Crétois du milieu du xvie siècle, et notamment les Sphakiotes, n’ont pas remisé leurs arcs21 avec lesquels ils continuent à chasser les agrimia, ainsi qu’en témoigne, au début du siècle suivant, le poète crétois d’origine vénitienne Vitzentzos Kornaros, dans son Erotokritos22. En outre, capturer de jeunes chèvres sauvages pour les élever parmi les chèvres domestiques est une pratique banale, encore attestée aux xixe et xxe siècles23. Est-ce à dire que les Crétois tenaient toujours pour vraie l’histoire de l’automédication des chèvres sauvages rapportée par Aristote ? C’est fort possible, si l’on suit le savant allemand Otto Keller : en 1887, il signale – sans rien dire de ses sources – une croyance “qui s’est maintenue dans l’île, de façon étonnante, jusqu’à aujourd’hui”, à la seule différence, précise-t-il, que ce n’est pas le dictame qui est réputé guérir les agrimia, mais une espèce de potentille (Potentilla speciosa Wield) efficace contre les hémorragies et que les Crétois appellent “agrimochorton” soit “herbe à agrimi24. Au début de notre siècle, le Crétois Antonis Plymakis ne met pas la chose en doute quand, dans une monographie très informée, il traite du régime alimentaire de l’agrimi : blessé, il mange et du dictame et une potentille appelée localement “agrimochorto25. La prudence est sans doute de mise. Otto Keller, qui n’est pas un ethnographe mais un excellent connaisseur de la littérature gréco-romaine, se laisse-t-il emporter par ses classiques ? Si tel est le cas, d’où tire-t-il son information sur la “potentille à agrimi” ? Quant à Antonis Plymakis, se borne-t-il ici à répéter ce qu’il a lu chez Otto Keller qui figure dans sa bibliographie ? Il n’en reste pas moins que mon ami Charalambos Peristeris, originaire de Prinias, sur les pentes du Psiloriti, m’informe que les vieux bergers du village racontent toujours que les chèvres / agrimia mangent du dictame pour se soigner. Peu suspects d’être conditionnés par leurs lectures, ils croient ce qu’ont toujours cru les bergers, ce qui n’empêche pas que la culture classique, en marquant les traditions populaires, a pu jouer un rôle dans cette croyance, comme dans d’autres.

Fig. 2. Gravure d’un agrimi blessé par flèche mangeant du dictame.
D’après Dapper [1688] 1703, hors texte.

  • 26 Braudel 1982, 13.

15L’historien ne tombe pas aisément sous le charme un peu suspect d’une belle histoire qui aurait franchi plus de vingt-trois siècles depuis Aristote. Grâce à Fernand Braudel, il sait pourtant que le “temps long” existe, ce temps, précisément, de “<l’histoire> de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure”. Je verrais volontiers, dans la tradition crétoise qui nous occupe, un petit échantillon d’une “histoire lente à couler”, lente “à se transformer”26, parce qu’elle s’inscrit dans les réalités et le concret de la nature, dans la proximité avec une faune et une flore dont les hommes ont une connaissance intime : au ras du sol et de l’écosystème des montagnes de Crète, notre histoire sent la végétation odorante des maquis et la forte odeur caprine ; elle transpire la sueur du chasseur gravissant les pentes l’arc à la main ; elle évoque les fatigues de l’approche et de l’affût, l’observation du gibier et la connaissance de ses habitudes ainsi que l’admiration devant les ressources qu’il déploie.

Une histoire aux ingrédients spécifiquement crétois

16Le plus remarquable dans ce triptyque que forment le dictame, la chèvre sauvage et l’archer, c’est qu’il est profondément crétois. Il fournit la matière d’une tradition qui ne se rapporte à aucune autre région du monde grec et qui est vraisemblablement originaire de Crète même. Il s’agit d’une tradition ancienne, certainement antérieure au récit qu’en fait Aristote et mobilisant de vieux marqueurs de l’identité crétoise : le représentant le plus remarquable de la faune locale ; la plante endémique la plus renommée ; le type humain crétois par excellence. Ces trois marqueurs interagissent dans un milieu montagnard qui leur est commun et qui contribue à forger la dimension identitaire de l’ensemble.

L’agrimi : la chèvre “chèvrissime” des montagnes de Crète

  • 27 Toujours le même écho dans les Géoponiques, traité, révisé aux ixe et xe siècles, de l’auteur prot (...)
  • 28 C’est toujours le cas dans les chansons populaires grecques. Cf. Karagiannis-Moser 1997.
  • 29 Vernant 1998, 24. Les chèvres domestiques sont souvent sacrifiées à la déesse qui chasse aussi les (...)
  • 30 Brulé 2007, 258-276.
  • 31 Les Géoponiques illustrent la nuisance du basilic en affirmant que la chèvre, “qui mange de tout”, (...)
  • 32 Robert 1949, 170.
  • 33 Chaniotis 1999, 192, 197-202. Sur le thème poétique du chevrier crétois et sur l’influence des ovi (...)
  • 34 Plin., Nat., 28. Cf. Hp., Nat Mul., 32.17 ; 103.1.7.
  • 35 Gp., 18.9.2 : les chèvres “mettent au monde des jumeaux”, le plus souvent, et elles les élèvent. C (...)
  • 36 Cf. D.S. 16.26 : ce sont des chèvres qui, réagissant étrangement au contact du pneuma apollinien,
  • 37 auraient découvert le site de l’oracle de Delphes. Willetts 1962, 215-216, 242.
  • 38 IC, 2.11.1 : cf. Guarducci 1939, 128-133 ; Chaniotis 1996, 179-181. La stèle provient du Diktynnai (...)
  • 39 Willetts 1962, 180-184.
  • 40 La proximité de Diktynna, tout comme un type de revers du monnayage de Polyrrhénia (tête de chèvre (...)
  • 41 Chantraine 1968, “Δίκτυννα” ; Willetts 1962, 183, 193, 210 et 1977, 122.
  • 42 Chantraine 1968, “δίκταμνον”. Carnoy (1959, 109) pense à “une contraction haplologique de dicto-th (...)
  • 43 Willetts 1962, 191, 193 et 1977, 121-122 : des monnaies frappées sous Trajan montrent Diktynna ass (...)
  • 44 Hsch., “ἰέττας” : “πατέρας, ἢ τοὺς ἀγρίους τράγους”.
  • 45 Plymakis 2001, 57-72, 75, 201-206 : grande est l’affection des familles de bergers pour les chèvre (...)
  • 46 Raulin 1869, 1034.
  • 47 Bar-Gal et al. 2002, 369-377 ; Vigne 2004, 48-55, 106, 123-125, 152-156.
  • 48 Horwitz & Kahila Bar-Gal 2006, 123-138.

17C’est de la chèvre qu’il convient de partir pour tenter de “décortiquer” le réseau des relations symboliques qui structure en profondeur la tradition crétoise dont Aristote est, pour nous, le plus ancien rapporteur. Le même Aristote déclare que “la nature [des chèvres] n’est pas stable (μὴ μόνιμον ἶεναι τὴν φύσιν αὐτῶν), mais vive et changeante (ἀλλ᾿ ὀξεαν καὶ εὐκίνητον)” (HA, 6.19, 574 a 11-12)27. De fait, la chèvre, à la fois proche des hommes et ensauvagée, destructrice et bienfaisante, occupe une position charnière ambiguë28. Jean-Pierre Vernant reconnaît en elle “le plus sauvage de tous les animaux domestiqués” et une relation privilégiée la lie à Artémis, maîtresse des marges entre sauvagerie et civilisation29. Pierre Brulé complète le tableau30 : si son bêlement ressemble à la voix humaine et si son lait résulte d’une traite quotidienne, la chèvre vit aux confins de la montagne, dans les terres non cultivées de l’agros ; son appétit est fatal à quantité de végétaux dont elle mange les jeunes pousses31 ; sa salive, tout comme la constellation de La Chèvre, sont réputées provoquer la stérilité des plantes arbustives – notamment de la vigne – et le parallèle est tentant avec les effets dévastateurs de l’Égide, la peau de la chèvre Amalthée, sur laquelle nous reviendrons ; il faut donc des “îles à chèvres” pour les laisser pâturer et se multiplier. Aussi quand la tension est trop forte entre les chevriers et les cultivateurs, est-ce “la guerre” que décrit Louis Robert32. Angelos Chaniotis relève que les clauses des traités passés entre des cités de Crète orientale – Hiérapytna, Praisos, Priansos, Arkades, Latô, Olonte – à l’époque hellénistique prennent très au sérieux les problèmes liés à l’élevage extensif du petit bétail, comme les dommages causés par les chèvres et les moutons lors des transhumances33. D’un autre côté, la chèvre alimente toute une pharmacopée34 qui amollit et ouvre les chairs, cicatrise les blessures, fait venir les règles, favorise l’accouchement35 et l’expulsion du chorion – le placenta – et se montre souveraine contre les morsures de serpent et les piqûres de scorpion. Elle est aussi réputée pour la sensibilité de son odorat et son aptitude à révéler des phénomènes incompréhensibles aux humains36. Quant aux chèvres sauvages, elles présentent les mêmes caractères mais bien plus accusés. La fable XVII d’Ésope les décrit trop avides de liberté et de montagne pour se laisser amadouer par le chevrier et plus intelligentes que leurs consœurs domestiques. Évoquant les “mille autres remèdes” tirés de la chèvre, Pline signale que “les espèces sauvages de ce même genre (…) ont un pouvoir plus marqué” (amplior potentia feris eiusdem generis ; Nat., 28.153). Ainsi, une préparation à base de crotte et de poil de chèvre et, “plus efficacement de chèvre sauvage” (efficacius silvestrium ; 28.213), expulse – verbe expello – les calculs. La Crète était célèbre pour ses chèvres sauvages qui symbolisaient l’univers montagneux à l’intérieur des terres. On pense à Amalthée allaitant Zeus nouveau-né dans la caverne du mont Diktè, en Crète orientale, là même où Rhéa mit son fils à l’abri de Kronos, précisément “dans la montagne des Chèvres” (Αἰγαίῳ ἐν ὄρει ; Th., 484) évoquée par Hésiode quand il relate les enfances du roi des dieux37. En témoigne aussi la stèle qui porte le traité passé, vers 300-275, entre deux cités, à l’extrême ouest de l’île (fig. 3)38. Au-dessus du texte, une scène de dexiôsis montre la poignée de main entre la nymphe éponyme de la cité maritime de Phalasarna – vêtue d’un long chiton – qui se tient devant la proue d’un navire de guerre et la chasseresse Diktynna – en chiton court, arc et carquois dans le dos – qui figure Polyrrhénia, soit la cité “riche en brebis/troupeaux” (St. Byz., s.v. : polla rhénea), dans l’arrière-pays. Étroitement liée et assimilée à Artémis, Diktynna conserve les caractères de la divinité minoenne de la faune sauvage et de la montagne39. Derrière elle et tournée vers un arbre, une femelle d’agrimi40 – l’animal lui est associé – dit le caractère montagneux du territoire polyrrhénien, avec sa faune et ses chasseurs à l’arc. Le nom même de la déesse est tiré du mont Diktè, tout comme l’épiclèse Diktaios qui qualifie Zeus dans l’île41 – il y est aussi Krètagénès, “né en Crète” – et le nom du dictame42. On voit ici, regroupées autour d’une racine commune préhellénique, un certain nombre de figures crétoises dont la réunion fait sens : dans une grotte du mont Diktè, le petit Zeus Diktaios est élevé par une maternelle chèvre sauvage qui lui fait boire son lait, véritable concentré des vertus de la flore de montagne ; ainsi, cette “plante du Diktè” qu’elle sait trouver quand un chasseur l’a frappée d’une flèche et que les hommes recherchent pour faciliter les accouchements ; toutes ces séquences sont patronnées par “Celle du mont Dikté”, à la fois déesse de la montagne, chasseresse, courotrophe, maîtresse des accouchements et des initiations43. Par ailleurs, on sait, grâce au lexique du grammairien Hésychius, au vie s. p.C., que les Crétois appelaient l’agrimi mâle “ iéttas”, soit quelque chose comme “le Vieux”, “l’Ancêtre”, “Grand-père” : c’est assimiler la figure du bouc sauvage, avec ses cornes et sa barbe vénérable, à celle du patriarche44. On devine la familiarité et l’admiration respectueuses qu’inspirait l’animal-roi des montagnes qui est, encore aujourd’hui, un des symboles de la nature rebelle et indomptable des Crétois45. Ce n’est pas sans raison, qu’au milieu du xixe siècle, Victor Félix Raulin a vu dans l’agrimi “l’animal sauvage le plus intéressant de l’île”46. Telle est la grande protagoniste de notre histoire, non seulement chèvre, mais chèvre sauvage et crétoise, de surcroît, autant dire “chèvrissime” parmi les chèvres. Comme pour toutes les chèvres insulaires vivant à l’état sauvage en Méditerranée orientale, les archéozoologues s’accordent sur une introduction par l’homme, que l’agrimi soit issu de chèvres domestiques transportées en Crète lors du peuplement de l’île, au Néolithique précéramique (c. 7000 a. C.), et retournées ensuite à l’état sauvage47 ou qu’il descende de chèvres sauvages introduites plus anciennement et qui se sont croisées avec les chèvres domestiques arrivées lors de la colonisation néolithique48.

Fig. 3. Scène de dexiôsis entre les cités de Phalasarna et de Polyrrhénia (stèle de calcaire, c. 300-275), Musée Archéologique de La Canée (Inv. E 1).
D’après Plymakis 2001, 146.

  • 49 Vanschoonwinkel 1996, 355-357 ; Hiller 2001 ; Shapland 2010. Deux figurines très naturalistes en b (...)
  • 50 Bloedow 2003 ; Eiring 2004, 443-444. Continûment chassé jusqu’au xxe siècle, l’agrimi est aujourd’ (...)
  • 51 van Effenterre 1946, 406-409 et 1961, 547-552.
  • 52 Demargne & van Effenterre 1937, 14.
  • 53 van Effenterre 1961, 550. On pense aux danses bruyantes des Courètes couvrant les vagissements de (...)
  • 54 Le parallèle est flagrant avec la chasse à l’isard pyrénéen d’avant les carabines à lunettes : pro (...)
  • 55 Willetts 1962, 47, 201-206. Cf. Stavroulakis 2001, 117-118 : encore récemment, “la viande de gibie (...)
  • 56 Le temple d’Apollon à Dréros a livré les restes d’un autel rempli des cornes des chevreaux sacrifi (...)
  • 57 Cf. Lebessi 1985 et Chaniotis 1991, 103-104, d’après Strabon 10.4.21.
  • 58 Le Rider 1966, 41-48.
  • 59 Svoronos 1888, 380-387, pl. XVIII, 3-5 ; Svoronos 1890, 196-198, pl. XVIII, 7-9 (Hyrtakina) ; 223, (...)
  • 60 Svoronos 1888, 387-388, pl. XVIII, 11 ; Svoronos 1890, 144-146, pl. XII, 14-17.
  • 61 D.S. 5.65 : l’apiculture fut enseignée aux hommes par les Courètes des montagnes. Cf. Willetts 196 (...)
  • 62 Svoronos 1890, 293-296, pl. XXVIII, 23.
  • 63 Svoronos 1890, 285-292, pl. XXVIII, 3-4 ; Le Rider 1966, 33, pl. VIII, 13.
  • 64 Hdt. 7.169-171 ; D. S. 5.64.1 ; Str. 10.4.6. Cf. Wallace, 2010, 365-369 ; Willetts 1977, 136-137, (...)
  • 65 Svoronos 1890, 328-329, pl. XXX, 29-32 ; Le Rider 1966, 29, pl. VI, 17-19.

18L’agrimi est, avec le taureau, l’animal qui a le plus inspiré les artistes minoens49 qui l’ont surtout représenté comme un gibier50 : il est poursuivi par un chien dans les montagnes (fig. 4a), comme sur ce sceau en chalcédoine d’Arkhanès, du Minoen Moyen III (c. 1700-1600), ou bien frappé par un trait en pleine course (fig. 4b), comme sur ce sceau en cornaline de Mochlos, du Minoen Récent I B (c. 1500-1450), ou encore porté en balance sur l’épaule, au retour de la chasse (fig. 4c), ainsi sur ce sceau en stéatite de Mallia du Minoen Ancien III (c. 2200-2100). La documentation épigraphique provenant de la cité de Dréros, en Crète orientale, montre l’importance de cette chasse à l’époque archaïque. Sur les murs du temple d’Apollon Delphinios, une inscription évoquait les participants à une battue dont la limite était le vingtième jour du mois d’Hyperboios, et deux pierres étaient gravées de scènes de chasse51. La plus parlante, datée de la fin du viie s. a.C. (fig. 5), figure quatre rabatteurs faisant fuir une harde d’agrimia. On y a vu des mères et leurs chevreaux52, mais les longues cornes incurvées des trois gros animaux de tête désignent des mâles adultes précédant des femelles ou des jeunes. Tous avancent vers des archers postés à l’affût et prêts à tirer. Hyperboios était peut-être “le mois des grands hurlements” poussés lors de ces chasses aux agrimia53. Difficiles et dangereuses, elles exigeaient de parcourir des chemins de chèvres rocailleux et étroits, au bord de gorges profondes, pour approcher le gibier et lui décocher une flèche fatale54. C’est, au reste, par le relief accidenté de l’île que Clinias, le Crétois des Lois de Platon, explique l’aptitude et la préférence de ses compatriotes pour une arme légère qui ne gêne pas la course (1.625 d 6). On conçoit aisément qu’une telle chasse ait tenu une place importante dans l’éducation et l’entraînement militaire des jeunes crétois au sein de leurs “troupeaux” (agelai) adolescents, avant qu’ils ne méritent l’appellation de “coureur” (dromeus) qui, en Crète, désigne l’homme fait55. Ces inscriptions trouvent un vif écho dans un sanctuaire majeur de la Crète archaïque, celui de Kato Symi, sur la “Montagne Sacrée” (Hieron Oros) dans le massif du Diktè. Lieu de rites de passages à l’âge adulte, il a livré de nombreuses lamelles votives en bronze des viie-vie siècles montrant des scènes de chasse, de portage et de sacrifice56 d’agrimia mâles. Dans le monde sauvage de la montagne, de jeunes hommes éprouvaient leurs forces en chassant ce gibier difficile. Ainsi, ce chasseur (fig. 6a), carquois dans le dos et arc en main, empoigne la corne de l’énorme agrimi qu’il vient de tuer de sa flèche pour le hisser sur ses épaules. Cette autre scène, mêlée d’érotique homosexuelle, figure l’étape suivante (fig. 6b) : le face à face initiatique entre un éromène imberbe rapportant sa prise et son amant adulte et barbu, l’arc à la main57. Le type monétaire de nombreuses cités témoigne aussi de l’importance de l’agrimi et de sa chasse. C’est le cas de beaucoup de monnaies de la seconde moitié du ive s. a.C.58, contemporaines des récits d’Aristote et de Théophraste dont nous sommes partis. Un type de droit des cités d’Hyrtakina, de Lissos, d’Élyros (fig. 7a) et de Tarra (fig. 7b), dans les Montagnes Blanches, présente une tête de bouc sauvage au-dessus d’une pointe de flèche59. Dans la même région, un type de droit, probablement de la cité d’Eltyna (fig. 7c), montre un protome de bouc sauvage à droite, la tête retournée, frappé d’une flèche60. Au revers de ces monnaies, le type de l’abeille n’est pas sans rapport avec l’agrimi le plus célèbre puisque Panakris, l’abeille “des sommets”, seconde Amalthée pour nourrir Zeus de son miel (Call., Jov., 50-51), et que le jeune dieu mange le miel des Courètes (D.S. 5.70)61. Un protome d’agrimi et une pointe de flèche constituent aussi un type de revers des cités de Priansos62, à l’ouest de la chaîne des Asterousia, et de Praisos63, puissante cité de Crète orientale et centre des “Étéocrétois”, ces “véritables Crétois”, descendants présumés des Minoens64. Enfin, un type de revers de Tylissos, sur les contreforts de l’Ida, porte l’Archer Apollon brandissant une tête de bouc sauvage, beau trophée de chasse65. Aussi voit-on sans surprise Callimaque, au iiie s. a.C., confier à un spécialiste, l’archer crétois Echemmas – soit “celui qui tient l’arc” (ὃς ἔχει ἄεμμα) – le soin de vider de ses chèvres la montagne du Cynthe, à Délos (Epigr., 62).

Fig. 4. L’agrimi, gibier de choix des Minoens :
(a) sceau d’Arkhanès, Minoen Moyen III (c. 1700-1600). D’après Mastorakis, van Effenterre 1991,43.
(b) sceau de Mochlos, Minoen Récent I B (c. 1500-1450). D’après Poursat 2008, 207, fig.251.
(c) sceau de Mallia, Minoen Ancien III (c. 2200-2100). D’après Kenna 1960, fig. K 36.

Fig. 5. Scène de chasse à l’arc aux agrimia gravée sur une pierre de Dréros (fin du viie s. a.C.). D’après Marinatos 1936, 279, fig. 44.

Fig. 6. Scènes de chasse à l’arc (a) et de portage (b) d’agrimia mâles sur les lamelles votives en bronze du sanctuaire de Kato Symi (viie-vie s.). D’après Lebessi 1985, respectivement pl. 38, A38 et 41, Γ5.

Fig. 7. Types monétaires des cités d’Élyros (a), de Tarra (b) et d’Eltyna (c) ;
Droit :
agrimi mâle et pointe de flèche/Revers : abeille.
D’après Svoronos 1888, pl. XVIII, no 3, 4 et 11.

Le dictame de Crète : le double végétal de la chèvre sauvage

  • 66 Verg., Aen., 12.419 : Vénus répand “l’odorante panacée” sur la blessure d’Énée. Sur le large panel (...)
  • 67 Thphr., HP, 9.16.1 : il pousse sur un territoire très limité et les chèvres en sont friandes. Cf. (...)
  • 68 Belon du Mans (Merle 2001, 100) le remarque expressément.
  • 69 Amigues, n. 1 à HP, 9.16.1.
  • 70 Chantraine 1968, “ὀρίγανον” et “γάνυμαι”.
  • 71 MacNeil Doren [1974] 2006, 152 : un Sphakiote affirme que, le dictame cultivé en plaine ne valant (...)
  • 72 Cf. Dsc. 3.32 : diktamnon a été déformé en tiktamnon sous l’influence de tiktô, “accoucher”.
  • 73 Thphr., HP, 9.16.1 : bu en potion, le dictame calme les douleurs de l’enfantement.
  • 74 En 1.78, le dictame entre dans la composition d’un “expulsif” (ἐκβόλιον). Cf. Nat Mul., 32.12 : un (...)
  • 75 Fournier [1947] 2010, 344-345 ; Franchet 1991, 145-148, 158-160 : c’est un meilleur vulnéraire que (...)
  • 76 Tournefort (1717, 53) en est frappé : les chèvres broutent même la tragacanthe (Astragalus gummife (...)
  • 77 Pline ajoute que le fiel “de celles des autres espèces” (ceterarum) empêche les poils arrachés de (...)

19On est désormais à même de mesurer la dimension identitaire de l’agrimi et ce que sa chasse a de profondément crétois et depuis longtemps. On mesure aussi combien la chèvre sauvage est investie par les Grecs de remarquables vertus curatives, notamment extractives, ainsi que d’une grande sensibilité aux effluves et aux odeurs. L’agrimi apparaît ainsi particulièrement prédisposé à rechercher une plante comme le dictame. Ce dernier, endémique de Crète, est aussi symbolique de la flore de l’île que l’agrimi l’est de sa faune. Ce sous-arbrisseau, qui appartient à la famille très aromatique et au goût piquant des Lamiacées/Labiées, du genre Origanum, partage avec l’agrimi des senteurs puissantes66. Lui aussi est rare67. Il affectionne les précipices et les parois des gorges où il pousse dans les fissures de rochers68 entre le niveau de la mer et jusqu’à 1500 m d’altitude69. Avec son duvet blanc et ses fleurs rouges, il s’accorde bien à l’étymologie populaire qui fait de l’origanos, la “parure” ou l’“éclat” (ganos) de la “montagne” (oros)70. Les zones difficiles d’accès où il pousse à l’état sauvage expliquent les faibles récoltes et les prix élevés d’autrefois : son ramassage – comme la chasse à l’agrimi, dans les mêmes montagnes – était pénible et dangereux71. Enfin, il est paré des mêmes vertus que l’agrimi : il est célébré pour son emploi en gynécologie72, pour son aptitude à calmer les douleurs et comme un vulnéraire merveilleux. Les traités hippocratiques le prescrivent pour accélérer les accouchements – “deux oboles de dictame ; piler, boire dans de l’eau chaude” (δικτάμνου ὅσον δύο ὀβολοὺς τρίψας ἐν ὕδατι θερμῷ πινέτω) – et pour les faciliter – “donner à boire le fruit du gattilier avec du dictame de Crète (πιεῖν δὲ δοῦναι ἄγνου καρπὸν καὶ δίκταμνον κρητικὸν ; Mul., 1.77), à dose égale, dans du vin blanc ou de l’eau”73 – ainsi que pour faire sortir le chorion – “En breuvage, donner (…) le dictame de Crète, à la dose d’une obole, pilé dans de l’eau” (ἢ δίκταμνον κρητικὸν ὅσον ὀβολὸν ἐν ὕδατι τρίβειν καὶ διδόναι ; 1.78) – et l’arrière-faix (1.46)74. La pharmacologie actuelle en est d’accord. En infusion, le dictame stimule le système nerveux et l’utérus : il est antispasmodique, antalgique, emménagogue et ocytocique. En cataplasme, il est appliqué sur les plaies, les contusions et les ulcères75. La chèvre et le dictame partagent donc les mêmes vertus d’ouverture et d’expulsion qui culminent dans notre histoire crétoise : dans le cadre de la logique sympathique qui œuvre ici, une flèche fichée dans le corps d’un agrimi ayant mangé du dictame ne peut qu’être expulsée. Ce n’est pas tout. La chèvre s’accommode de tout ce qui pique : obligée à manger la végétation épineuse dominante76, elle est réputée appliquer ses yeux sur les piquants pour les soigner de la cataracte (AP, 9.123 ; Plin., Nat., 8.201 ; Ael., NA, 7.14 ; Gp., 18.18.3). Quant à ses excréments, ils retirent – verbe extraho – des chairs “les épines et autres piquants” (spinae et similia ; Plin., Nat., 28.245). De même, “le sang des chèvres sauvages (…) fait tomber les poils” et “le sang des chèvres sauvages avec le palmier de mer fait tomber les poils” (silvestrium caprarum sanguis (…) pilos detrahit ; 28.255)77. Or, voici comment Callimaque s’adresse à la toute jeune Artémis, assise sur les genoux du cyclope Brontès alors qu’elle est en visite chez Héphaistos (Dian., 76-79) :

  • 78 Traduction d’É. Cahen (CUF).

“et tu tiras les poils épais de sa large poitrine (στήθεος ἐκ μεγάλου λασίης ἐδράξαο χαίτης), et tu les arrachas de toutes tes forces (ὤλοψας δὲ βίηφι) ; encore à présent tout le milieu de son corps est sans poils (ἄτριχον), comme la tempe où s’est installée l’alopécie dévastatrice.”78

  • 79 En tant que Loch(e) ia, Eulochia, Ôkylocheia, Eileithyia, Artémis préside aux accouchements. Cf. D (...)
  • 80 Cf. Plin., Nat., 25.92 : “On n’emploie que les feuilles” (Foliis, tantum utuntur) ; voir aussi 26. (...)
  • 81 Fournier [1947] 2010, 344 ; Ietswaart 1980, 4, 35, 43 ; Franchet 1991, 33, 39-40.

20Il est impossible de comprendre cette curieuse attitude sans considérer tout ce qu’il y a de caprin chez Artémis. Le pouvoir dépilatoire de cette archère qui décoche des traits piquants, c’est celui de la chèvre qui fait tomber les poils et les épines et c’est aussi celui de l’agrimi qui fait tomber les flèches en mangeant du dictame, ce même dictame qui partage avec la chèvre et avec Artémis des vertus extractives utilisées en gynécologie79. Il y a mieux. Théophraste, qui connaît bien la plante, souligne l’emploi exclusif de ses feuilles : “On en utilise les feuilles (Χρῶνται δὲ τοῖς φύλλοις), non les rameaux ni le fruit”80. Or, elles ont quelque chose de remarquable qui n’a pas échappé à Virgile quand il évoque “la tige aux feuilles duveteuses” (puberibus caulem foliis ; Aen., 12.413). De fait, leurs deux faces sont couvertes d’un épais duvet blanc qui leur vaut, de la part des botanistes, les qualificatifs de “velues”, “poilues” ou “laineuses” (fig. 8). Ces poils, qui mesurent environ 2 mm de long, ont même la particularité d’être ramifiés, ce qui permet de distinguer sans risque d’erreur le dictame de Crète parmi les autres espèces d’origans dont les poils sont simples81. Résumons : l’agrimi, grand amateur d’épines et couvert de poils, quand une flèche est plantée dans son corps, mange donc une feuille poilue, hérissée de petits dards, qui possède comme lui un pouvoir d’extraction qui fait tomber tout ce qui est pointu, qui pique et qui transperce.

Fig. 8. Feuille “poilue” du dictame de Crète.
D’après Ietswaart 1980, 46, fig. 3d.

L’arc crétois : de la corne d’agrimi dans les bras

  • 82 Wachsmann 1987, 85-86 et Pl. LXIV A-C. Il s’agit, de celle qui porte les volumes les plus importan (...)
  • 83 Cet agencement rend l’arc plus flexible et résistant tout en lui donnant son caractère “réflexe” – (...)
  • 84 Evans 1935, 832-836.
  • 85 Wachsmann 1987, 17-18, 22, 78-92 ; Borgna 1992, 63-64, 105-117.
  • 86 Pour l’auteure, ces cornes crétoises n’ont pas d’autre débouché puisqu’elle défend la thèse que Mi (...)
  • 87 Et non pas fait de deux cornes de chèvres ou de boucs sauvages aboutées au niveau de la poignée. I (...)

21Décidément, l’animal et la plante emblématiques des montagnes de Crète se ressemblent ! On conçoit aisément qu’une tradition locale, articulée autour des traits piquants que décoche l’archer, a pu associer l’agrimi, véritable “surchèvre” crétoise, et le dictame, fleuron merveilleux de la flore insulaire. Or, l’agrimi de notre histoire n’en a pas fini avec l’archer. De fait, la flèche qui le frappe et le pousse à rechercher le dictame a très bien pu être tirée par un arc contenant de la corne d’agrimi. Parmi les textes en linéaire B trouvés dans l’“Armurerie” de la Cnossos mycénienne (c. 1450-1370), les onze tablettes les mieux conservées de la série Mc totalisent 574 ( ?) agrimia mâles, 346 femelles, 250 kg de tendon et 549 (?) cornes de boucs prélevés par le palais sur des communautés villageoises82. La seconde ligne d’une de ces tablettes (fig. 9) porte un premier idéogramme qui signifie le tendon et un autre qui représente la corne recourbée des boucs sauvages avec ses nodosités caractéristiques sur l’arrête antérieure. À la suite d’Arthur J. Evans qui voyait dans la série Mc l’état de matières premières nécessaires à la facture de l’arc de type composite – l’âme de bois est renforcée, sur la face externe, par du tendon et, sur la face interne, par de la corne –83, il est permis de supposer que ces produits étaient travaillés par des ouvriers spécialisés du palais, “collègues” des cinq to-ko-so-wo-ko, c’est-à-dire toxoworgoi (“facteurs d’arcs”), que mentionne une tablette du palais de Pylos (PY An 207), vers 1200 a.C. L’archéologue britannique en déduisait la possibilité d’une semi-domestication des chèvres sauvages afin d’assurer l’approvisionnement du Palais en cornes et en tendon pour la fabrication d’arcs crétois84. L’étude de Shelley Wachsmann sur les fresques de tombes thébaines, sous le règne de Thoutmosis III (c. 1478-1425), montre que ces cornes cnossiennes étaient exportées vers l’Égypte du Nouvel Empire : les facteurs d’arcs égyptiens travaillent de longues cornes incurvées, identiques à celles que les émissaires du pays des Keftiou – nom égyptien des Crétois – offrent au pharaon85. De plus, avec l’expansion militaire de la XVIIIe dynastie, la population égyptienne de bouquetins – surtout celle des vieux mâles qui donnent les meilleures cornes – ne satisfaisait probablement plus la demande86. Aussi quand Ménoitas, Crétois de Lyktos, s’adresse à Sarapis pour lui consacrer ses armes (Call., Epigr., 37), il lui donne son kéras, mot à mot sa “corne”, c’est-à-dire son arc, le terme grec, très polysémique, pouvant avoir ce sens par métonymie de forme ou de matière. S’il est “cornu”, l’arc de Ménoitas est surtout “en corne”, c’est-à-dire qu’il est renforcé de lames ou de lamelles découpées dans des cornes87. Il est probable que cette appellation magnifie l’arme en ne mettant en avant que le plus valorisé des matériaux qui la constituent. C’est dans ce sens que je propose de lire un des gestes accomplis par l’homme adulte sur une des lamelles votives de Kato Symi (fig. 6b) : la main qui tient l’arc se referme sur une corne de l’agrimi que rapporte le jeune chasseur. J’incline à y voir – soulignée par le rapprochement entre le bandage protégeant l’arc et les stries de la corne – l’expression de la communauté de forme et de matière qui réunit la corne du bouc sauvage et l’arc qui a servi à le tuer.

Fig. 9. Idéogrammes du tendon et d’une corne d’agrimi mâle ; tablette en linéaire B de la Cnossos mycénienne, Mc 0456.
D’après Wachsmann 1987, pl. LXIV, Ab.

22Il est remarquable que la corne qui contribue à chasser la flèche de l’arc provienne de l’animal qui, une fois atteint par la flèche décochée par ce même arc, est précisément réputé capable d’expulser les traits de l’archer.

  • 88 On voit là opérer en arrière-plan ce que Claude Lévi-Strauss (1962, 50, 88, 346) appelle la “logiq (...)

23On aurait tort de reléguer cette histoire de chèvre tirée à l’arc et se soignant au dictame au rang de curiosité folklorique. Elle présente un ensemble cohérent qui “fait système”, articulé autour d’acteurs spécifiquement crétois : un animal, une plante et une arme, avec leurs propriétés et leurs caractères, à partir desquels l’imagination des Crétois a travaillé et réagi88. Cette histoire, on ne saurait l’appréhender indépendamment du territoire montagneux dont elle est le produit et qui est, avec son écosystème particulier, un espace d’identification du groupe qui l’occupe. Cette dimension identitaire paraît d’autant plus accentuée qu’elle évolue dans un espace géographique bien contrasté et délimité, comme le sont les îles. Il est, de fait, remarquable que ce récit à flanc de rocher ne renvoie en rien à la “maritimité” de la Crète, peuplée en grande partie, comme d’autres îles en Méditerranée, de terriens tournés vers leurs montagnes. “Le Crétois ignore la mer” (Ο Κρὴς ἀγνοεῖ τὴν θάλατταν ; 10.4.17), dit de façon significative le proverbe rapporté par Strabon au tournant de notre ère, et “qu’on applique à ceux qui feignent de ne pas savoir une chose qu’ils savent parfaitement”. Enfin, cette histoire créto-crétoise de bout en bout, que je verrais assez volontiers fonctionner comme un discours identitaire crétois, ou sur les Crétois, par qui est-elle portée ? Au premier chef, vraisemblablement, par les Crétois eux-mêmes et l’on a vu que le récit plonge ses racines dans le passé de l’île. D’un autre côté, les sources écrites, qui sont les plus explicites et aussi les plus récentes, n’émanent pas de Crète. Qui parle, derrière Aristote et Théophraste ? Des Grecs qui portent sur les Crétois un regard balançant entre identité grecque et altérité crétoise, entre le Même et l’Autre. Pour eux, cette grande île à la longue silhouette montagneuse qui ferme le monde égéen au sud, est aussi le dernier pont de l’Égée ouvert depuis longtemps sur l’Égypte et le Proche-Orient. C’est une terre où tout ou presque est toujours un peu différent, que ce soit dans les langues, les rituels ou les institutions ; une terre inspirée où plane, dans un parfum d’archaïsme, l’antique souvenir des Minoens, de Lycurgue et des aventures de beaucoup des divinités de l’Olympe. Au-delà des topoi sur le Crétois archer et mercenaire né, remarquable par la duplicité de son caractère, toujours un peu menteur, voleur et pirate, le récit insolite de ces chèvres de montagne fléchées et du dictame salutaire apporte sa touche au portrait d’une “crétité” toujours difficile à préciser.

Bibliographie

Bibliographie

Bal-Gar, G. K., P. Smith, E. Tchernov, C. Greenblatt, P. Ducros, A. Gardeisen et L. K. Horwitz (2002) : “Genetic Evidence for the Origin of the Agrimi Goat (Capra aegagrus cretica)”, J. Zool. Lond., 256, 369-377.

Belon du Mans, P. et A. Merle, éd. (2001) : Voyage au Levant (1553). Les Observations de Pierre Belon du Mans, de plusieurs singularités & choses mémorables, trouvées en Grèce, Turquie, Judée, Égypte, Arabie & autres pays étranges, Paris.

Bloedow, E. (2003) : “The Significance of the Goat in Minoan Culture”, Praehistorische Zeitschrift, 78, no 1, 1-59.

Boehm, I. et P. Luccioni, éd. (2008) : Le médecin initié par l’animal. Animaux et médecine dans l’Antiquité grecque et latine, Collection de l’Orient et de la Méditerranée 39, Série littéraire et philosophique 12.

Borgna, E. (1992) : “L’arco e le frecce nel mondo miceneo”, Atti della Accademia Nazionale dei Lincei, Memorie, serie IX, vol. II, fasc. 1, 7-161.

Bouffartigue, J. (2008) : “L’automédication des animaux chez les auteurs antiques”, in : Boehm & Luccioni 2008, 79-96.

Braudel, F. [1949] (1982) : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, t. I, 5e édition, Paris.

Brulé, P. (2007) : “Héraclès à l’épreuve de la chèvre” (texte remanié d’un article paru dans Suppl. Kernos 7, 1998, 257-283), La Grèce d’à-côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, 255-281.

Cadogan, G., E. Hatzaki et A. Vasilakis, éd. (2004) : Knossos : Palace, City, State, British School at Athens Studies 12.

Carnoy, A. (1959) : Dictionnaire étymologique des noms grecs de plantes, Bibliothèque du Muséon 46, Louvain.

Chaniotis, A. (1991) : “Von Hirten, Kraütersammlern, Epheben und Pilgern : Leben auf den Bergen im antiken Kreta”, Ktema. Civilisations de l’Orient, de la Grèce et de Rome antiques, 16, 93-109.

— (1996) : Die Verträge zwischen kretischen Poleis in der hellenistischen Zeit, Habes 24, Stuttgart.

—, éd. (1999) : From Minoan Farmers to Roman Traders. Sidelights on the Economy of Ancient Crete, Habes 29.

— (1999) : “Milking the Mountains. Economic Activities on the Cretan Uplands in the Classical and hellenistic Period”, in : Chaniotis 1999, 181-220.

Chantraine, P. (1968) : Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots, Paris.

Dapper, O. [1688] (1703) : Description exacte des îles de l’Archipel et de quelques autres adjacentes dont les principales sont Chypre, Rhodes, Candie, Samos, Chios (…), traduction française d’après la 1ère édition flamande, Amsterdam.

Demargne, P. et H. van Effenterre (1937) : “Recherches à Dréros (Pl. I-IV)”, BCH, 61, 5-32.

Detienne, M. (1998) : Apollon le couteau à la main. Une approche expérimentale du polythéisme grec, Paris.

Detorakis, T. E. (1994) : History of Crete, traduction anglaise d’après la 1ère édition grecque de 1994, Iraklion.

Eiring, J. (2004) : “The ‘ Knossos Hunt’and Wild Goats in Ancient Crete”, in : Cadogan et al. 2004, 443-450.

Evans, A. J. (1935) : The Palace of Minos : a comparative account of the successive stages of the early Cretan civilization as illustred by the discoveries at Knossos, vol. IV, 2, Londres.

Fournier, P.-V. [1947] (2010) : Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France, réédition de la 1ère édition, Paris.

Franchet, V. (1991) : Contribution à l’étude du Dictame de Crète, Origanum dictamnus L. (Labiées), thèse pour le diplôme d’État de Docteur en Pharmacie, Université de Nantes, Faculté de Pharmacie.

Guarducci, M. (1939) : Inscriptiones Creticae, II, Rome.

Hägg, R., N. Marinatos et G. C. Nordquist, éd. (1988) : Early Greek Cult Practice, Acta Instituti Atheniensis Regni Sueciae, series in 4°, XXXVIII.

Hiller, S. (2001) : “Potnia/Potnios Aigon. On the Religious Aspects of Goats in the Aegean Late Bronze Age”, in : Laffineur & Hägg 2001, 293-304.

Horwitz, L. K. et G. K. Bal-Gar (2006) : “The Origin and Genetic Status of Insular Caprines in the Eastern Mediterranean : A Case Study of Free-Ranging Goats (Capra aegagrus cretica) on Crete”, Human Evolution, 21, 123-138.

Ietswaart, J. H. (1980) : A Taxonomic Revision of the Genus Origanum (Labiatae), The Hague-Boston-Londres.

Karagiannis-Moser, E. (1997) : Le bestiaire de la chanson populaire grecque moderne, Paris.

Kazantzakis, N. (1961) : Lettre au Greco. Bilan d’une vie, traduction française d’après la 1ère édition grecque, Paris.

Keller, O. [1887] (2001) : Tiere des klassischen Altertums in kulturgeschichtlicher Beziehung, réédition de la 1ère édition autrichienne, Hildesheim-Zürich-New York.

Kenna, V. E. G. (1960) : Cretan Seals, with a Catalogue of the Minoan Gems in the Ashmolean Museum, Oxford.

Laffineur, R. et R. Hägg, éd. (2001) : POTNIA : Deities and Religion in the Aegean Bronze Age, Proceedings of the 8th International Aegean Conference, Göteborg University, 12-14 April 2000, Aegaeum, 22.

Lebessi, A. (1985) : Τὸ ἱερὸ τοῦ ῾Ερμῆ καὶ τῆς ᾽Αφροδίτης στῆ Σύμη Βιάννου : Χάλκινα κρητικά τορεύματα, Athènes.

Le Rider, G. (1966) : Monnaies crétoises du ve au ier siècle av. J.-C., Paris.

MacNeil Doren, D. [1974] (2007) : Winds of Crete, réédition grecque, Athènes.

Marinatos, N. (1988) : “The Imagery of Sacrifice : Minoan and Greek”, in : Hägg et al. 1988, 9-20.

Marinatos, S. (1936) : “Le temple géométrique de Dréros (Pl. XXVI-XXXI)”, BCH, 60, 214-285.

Mastorakis, M. et M. van Effenterre (1991) : Les Minoens. L’âge d’or de la Crète, Paris.

Monbrun, P. (2007) : Les Voix d’Apollon. L’arc, la lyre et les oracles, Rennes.

Pashley, R. (1837) : Travels in Crete, 2 vol., Londres.

Pitton de Tournefort, J. (1717) : Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du Roy, 2 vol., Paris.

Plymakis, A. G. (2001) : Το αγρίμι της Κρήτης. Capra Aegagrus Cretica, Xania.

Poursat, J.-C. (2008) : L’art égéen. 1 Grèce, Cyclades, Crète jusqu’au milieu du IIe millénaire av. J.-C., Paris.

Raulin, V. F. (1869) : Description physique de l’île de Crète, 3 vol., Paris.

Reese, D. S., éd. (1996) : Pleistocene and Holocene Fauna of Crete and Its First Settlers, Monographs in World Archaeology 28.

Robert, L. (1949) : “Les chèvres d’Héracleia”, Hellenica, VII, 161-170.

Rouanet-Liesenfelt, A.-M. (1992) : “Les plantes médicinales de Crète à l’époque romaine”, Cretan Studies, 3, 173-190.

Shapland, A. (2010) : “Wild Nature ? Human-Animal Relations on Neopalatial Crete”, Cambridge Archeological Journal, 20, 109-127.

Stavroulakis, N. (2001) : Cuisines de Crète, traduction française, Paris.

Svoronos, J.-N. (1888) : “Monnaies crétoises inédites et incertaines (deuxième article), Pl. XVII et XVIII”, Revue Numismatique, 3e série, 6, 353-395.

— (1890) : Numismatique de la Crète ancienne, Mâcon.

Turland, N. J., L. Chilton et J. R. Press (1993) : Flora of the Cretan Area. Annotated checklist & Atlas, Londres.

van Effenterre, H. (1961) : “Pierres inscrites de Dréros”, BCH, 85, 544-568.

— (1946) : “Inscriptions archaïques crétoises (Pl. XXX)”, BCH, 70, 588-606.

Vanschoonwinkel, J. (1996) : “Les Animaux dans l’art minoen”, in : Reese 1996, 351-412.

Vernant, J.-P. (1998) : La mort dans les Yeux. Figure de l’Autre en Grèce ancienne, Paris.

Vigne, J.-D. (2004) : Les origines de la culture. Les débuts de l’élevage, Paris.

Wachsmann, S. (1987) : “Aegeans in the Theban Tombs”, Orientalia Lovaniensia Analecta 20, 1-139 (planches hors texte).

Wallace, S. (2010) : Ancient Crete. From Successful Collapse to Democracy’s Alternatives, Twelfth to Fifth Centuries BC, Cambridge.

Willetts, R. F. (1962) : Cretan Cults and Festivals, Londres.

— (1977) : The Civilization of Ancient Crete, Londres.

Notes

1 La réserve est de mise : l’essentiel du dictame vendu aujourd’hui en Crète est cultivé et non plus ramassé à l’état sauvage, comme cela s’est fait jusqu’à la fin des années 1930.

2 En grec moderne, le terme désigne aussi une personne grossière et rude, un(e) sauvageon(ne).

3 Voir l’introduction de P. Louis (CUF), p. XIV-XVIII : la rédaction du traité date des années 347-342.

4 Bouffartigue 2008, 79-96.

5 Traduction de P. Louis (CUF), remaniée. C’est moi qui souligne.

6 J’ai traduit le passage sur le texte grec de la Loeb Classical Library.

7 Voir l’introduction de S. Amigues à son excellente traduction commentée (CUF), p. XVIII-XX.

8 Théophraste énumère d’abord les simples qui font la renommée de l’Arcadie et dont la plupart se trouvent en Laconie ainsi que dans le Parnasse et le Téléthrion (9.15.4-8). Voir les notes ad loc. de S. Amigues. Le Pélion est le séjour du Centaure Chiron qui enseigne l’art de guérir par les plantes à Achille (Il., 11.831-832) et à Asclépios (Il., 4.193-194, 218-219 ; Pi., P., 3.5-7). Théophraste (9.20.5) vante le Téléthrion et la cité eubéenne voisine d’Aigai, soit “Les Chèvres”, précisément, pour la qualité supérieure de leurs simples. Dans son sanctuaire parnassien de Delphes, Apollon soigne les maux pathologiques et politiques dont souffrent particuliers et cités (Detienne 1998, 227-229 ; Monbrun 2007, 128-130). Les montagnes arcadiennes abritent le temple de Bassae consacré à Apollon Epikourios (Secourable). Cf. Paus. 8.41.7-9.

9 Chaniotis 1999, 209-210, 219-220 et 1991, 106-109. Les sources écrites donnent près de cinquante plantes médicinales originaires de Crète. Au xixe siècle, les voyageurs Robert Pashley (1837, I, 65) et Victor Félix Raulin (1869, 107, 201), décrivent un “régime crétois” paysan composé de toutes sortes d’herbes sauvages.

10 Rouanet-Liesenfelt 1992 : l’empereur entretient dans l’île des herboristes crétois spécialisés dans la collecte des simples qu’ils emballent dans des paniers pour le marché romain. Cf. de Tournefort 1717, 19-96 : en 1700, la Crète attire avec force le botaniste Joseph Pitton de Tournefort. Cf. Belon (Merle 2001, 95-104).

11 Forme passive du verbe toxeuô, “tirer à l’arc”.

12 Au siècle suivant, le manuel d’anecdotes pour rhéteurs de Valère Maxime reprend les mêmes éléments en insistant sur le fait que les chèvres sont guidées par la nature (1.8.18).

13 Traduction de J. Perret (CUF), légèrement modifiée au second extrait.

14 “On dit que les chèvres, en Crète, lorsqu’elles ont été tirées à l’arc (ἐπειδὰν τοξευθῶσι), après avoir brouté cette herbe <le dictame>, expulsent les flèches (ἐκβάλλειν τὰ τοξεύματα).” Dioscoride (4.49 et 50) attribue la même propriété au tragion (le pistachier de Palestine ?), une autre plante endémique de Crète à l’odeur forte et dont le nom, pour cette raison, tient du bouc (tragos). Cf. Plin., Nat., 13.115 ; 27.141.

15 Traduction de J. Bouffartigue (CUF). Cf. Plu, Moralia, 9, 991 F.

16 J’ai traduit le passage sur le texte grec de la Loeb Classical Library.

17 Cf. Pease 1948, 472 (n. 5). Selon une tradition parallèle (Plin., Nat., 8.97 et 25.92 ; Tert., De paenitentia, 12 ; Solin 20 ; Isid., Etym., 12.1.8), ce sont les cerfs et les biches qui, frappés par les flèches, ont montré les vertus du dictame aux hommes. Je remercie Jean-Loïc Le Quellec, contributeur du présent volume, d’avoir attiré mon attention sur ce point ainsi que sur l’universalité du motif de l’animal qui, cherchant une plante pour se soigner, fait découvrir aux hommes ses vertus curatives.

18 Belon (Merle 2001, 89-90).

19 Dapper [1688] 1703, 459. P. 469 : la plante est réputée “faire tomber <du corps> les pointes de fer ou d’acier.”

20 Il est banal de voir en Crète les chèvres domestiques s’attaquer ainsi aux branches basses des arbres.

21 Belon est éloquent : “Ce n’est pas à tort que les Crètes furent anciennement dédiés à Diane : car encore pour le jourd’hui, suivant cette antiquité, ils s’adonnent par un instinct naturel et dès leur enfance à tirer de l’arc scythique. (…) ; aussi s’en savent-ils mieux aider que ne le font les Turcs eux-mêmes.” Les Crétois apaisent un enfant au berceau en lui montrant un arc ou en lui mettant une flèche en main (Merle 2001, 72). Les Sphakiotes “sont les plus belliqueux et meilleurs tireurs d’arc qui soient en toute l’île (…).” (74). Les bergers vendent les ailes des vautours “aux artillers, qui s’en servent à faire des ampennons aux flèches” (88). On pense aux corporations de facteurs d’arcs et de fabricants de flèches de la Crète vénitienne. Cf. Detorakis, 1994, 193-194.

22 Charidimos, prince de Crète et archer incomparable, ne manque jamais, sur l’Ida, “chèvres sauvages, cerfs et lièvres” (᾿Αγρίμια, λάφια καὶ λαγοὺς, B. 645). Cf. Karagiannis-Moser 1997, 48 : dans les chansons populaires crétoises, l’agrimi – devant les deux mêmes animaux – vient en tête du gibier à poil.

23 Cf. Belon (Merle 2001, 89). Cf. Raulin 1869, 1038 : en 1845, dans un village à l’ouest des Montagnes Blanches, l’auteur achète, pour le Muséum de Paris, une femelle capturée jeune et élevée avec des chèvres domestiques. Pour des témoignages récents, voir Plymakis 2001, 50-53.

24 Keller [1887] 2001, 39.

25 Plymakis 2001, 30.

26 Braudel 1982, 13.

27 Toujours le même écho dans les Géoponiques, traité, révisé aux ixe et xe siècles, de l’auteur protobyzantin Cassianus Bassus : les chevriers doivent être lestes et agiles pour suivre les chèvres (2.2.6) qui, contrairement aux moutons, parcourent de vastes pâturages dans des endroits escarpés en bondissant loin les unes des autres (18.18.1).

28 C’est toujours le cas dans les chansons populaires grecques. Cf. Karagiannis-Moser 1997.

29 Vernant 1998, 24. Les chèvres domestiques sont souvent sacrifiées à la déesse qui chasse aussi les chèvres sauvages avec son arc, comme elle le fait à Délos (Call., Ap., 58-63). Cf. Brulé 2007, 276-280 : l’identité est forte, sous le patronage d’Artémis, entre la jeune chèvre et la fille avant le mariage.

30 Brulé 2007, 258-276.

31 Les Géoponiques illustrent la nuisance du basilic en affirmant que la chèvre, “qui mange de tout”, ne s’abstient que de cette plante (11.28.2).

32 Robert 1949, 170.

33 Chaniotis 1999, 192, 197-202. Sur le thème poétique du chevrier crétois et sur l’influence des ovicaprins dans l’onomastique crétoise à l’époque hellénistique, cf. p. 204-205.

34 Plin., Nat., 28. Cf. Hp., Nat Mul., 32.17 ; 103.1.7.

35 Gp., 18.9.2 : les chèvres “mettent au monde des jumeaux”, le plus souvent, et elles les élèvent. Christophe Chandezon me signale qu’elles étaient de meilleures parturientes que les brebis qui, avant les progrès de la zootechnie moderne, ne faisaient qu’un petit à la fois.

36 Cf. D.S. 16.26 : ce sont des chèvres qui, réagissant étrangement au contact du pneuma apollinien,

37 auraient découvert le site de l’oracle de Delphes. Willetts 1962, 215-216, 242.

38 IC, 2.11.1 : cf. Guarducci 1939, 128-133 ; Chaniotis 1996, 179-181. La stèle provient du Diktynnaion, le plus important sanctuaire de Crète occidentale. Il était célèbre pour les chiens – les chiens de chasse crétois étaient fameux (Arr., Cyn., 3.6) – qui le gardaient et deux chiens se font face sur le fronton couronnant la stèle. Cf. Hdt. 3.59 ; D.S. 5.76.3 ; Str. 10.4.12-13.

39 Willetts 1962, 180-184.

40 La proximité de Diktynna, tout comme un type de revers du monnayage de Polyrrhénia (tête de chèvre et pointe de flèche ; cf. Svoronos 1890, 277-278, pl. XXV, 33), n’orientent pas vers une chèvre domestique.

41 Chantraine 1968, “Δίκτυννα” ; Willetts 1962, 183, 193, 210 et 1977, 122.

42 Chantraine 1968, “δίκταμνον”. Carnoy (1959, 109) pense à “une contraction haplologique de dicto-thamnon ‘ buisson du mont Dictè’”.

43 Willetts 1962, 191, 193 et 1977, 121-122 : des monnaies frappées sous Trajan montrent Diktynna assise sur des rochers entre deux Courètes et allaitant le petit Zeus.

44 Hsch., “ἰέττας” : “πατέρας, ἢ τοὺς ἀγρίους τράγους”.

45 Plymakis 2001, 57-72, 75, 201-206 : grande est l’affection des familles de bergers pour les chèvres sauvages apprivoisées qui partagent leur vie domestique. Kazantzakis 1961, 93-95 : lors de l’insurrection de 1897 contre les Turcs, le jeune Nikos est envoyé à Naxos pour y être scolarisé par les prêtres catholiques ; hésitant à se convertir, il s’entend dire : “Tu es crétois, c’est-à-dire une chèvre sauvage”. Voir aussi p. 48.

46 Raulin 1869, 1034.

47 Bar-Gal et al. 2002, 369-377 ; Vigne 2004, 48-55, 106, 123-125, 152-156.

48 Horwitz & Kahila Bar-Gal 2006, 123-138.

49 Vanschoonwinkel 1996, 355-357 ; Hiller 2001 ; Shapland 2010. Deux figurines très naturalistes en bronze du Minoen Récent I (c. 1600-1450) provenant de la “villa” d’Haghia Triada (Musée arch. d’Héraklion, no 822-823), illustrent nettement le dimorphisme sexuel. Les six magnifiques agrimia sculptés sur le rhyton du palais de Zakro, arborent de belles cornes avec leurs stries de croissance (no 2764). Cf. Poursat 2008, 216-217, 237-238.

50 Bloedow 2003 ; Eiring 2004, 443-444. Continûment chassé jusqu’au xxe siècle, l’agrimi est aujourd’hui cantonné aux Montagnes Blanches ainsi qu’aux îles de Dia et Theodorou, au large de la côte nord, et à celle d’Haghioi Pantes dans le golfe de Mirabello.

51 van Effenterre 1946, 406-409 et 1961, 547-552.

52 Demargne & van Effenterre 1937, 14.

53 van Effenterre 1961, 550. On pense aux danses bruyantes des Courètes couvrant les vagissements de Zeus, allaité par la chèvre Amalthée. Cf. Call., Jov., 44-54.

54 Le parallèle est flagrant avec la chasse à l’isard pyrénéen d’avant les carabines à lunettes : progression épuisante tenant compte du relief et du vent, de la puissance et de l’agilité d’un animal à la vue excellente et à l’odorat très fin.

55 Willetts 1962, 47, 201-206. Cf. Stavroulakis 2001, 117-118 : encore récemment, “la viande de gibier la plus appréciée de toute” était celle d’un jeune agrimi, à la base de nombreux plats ; bien des histoires de chutes mortelles sont liées à la chasse de cet animal et, “pour tout jeune Crétois des régions montagneuses isolées de l’île, en tuer un était quasiment un rite de passage”.

56 Le temple d’Apollon à Dréros a livré les restes d’un autel rempli des cornes des chevreaux sacrifiés là. Cf. Marinatos 1936, 241-244.

57 Cf. Lebessi 1985 et Chaniotis 1991, 103-104, d’après Strabon 10.4.21.

58 Le Rider 1966, 41-48.

59 Svoronos 1888, 380-387, pl. XVIII, 3-5 ; Svoronos 1890, 196-198, pl. XVIII, 7-9 (Hyrtakina) ; 223, pl. XXV, 33-34 (Lisos) ; 140-143, pl. XII, 9-10 (Élyros) ; 320-321 (Tarra).

60 Svoronos 1888, 387-388, pl. XVIII, 11 ; Svoronos 1890, 144-146, pl. XII, 14-17.

61 D.S. 5.65 : l’apiculture fut enseignée aux hommes par les Courètes des montagnes. Cf. Willetts 1962, 216-218. Sur son importance dans l’économie de montagne en Crète, voir Chaniotis 1999, 209.

62 Svoronos 1890, 293-296, pl. XXVIII, 23.

63 Svoronos 1890, 285-292, pl. XXVIII, 3-4 ; Le Rider 1966, 33, pl. VIII, 13.

64 Hdt. 7.169-171 ; D. S. 5.64.1 ; Str. 10.4.6. Cf. Wallace, 2010, 365-369 ; Willetts 1977, 136-137, 149, 154.

65 Svoronos 1890, 328-329, pl. XXX, 29-32 ; Le Rider 1966, 29, pl. VI, 17-19.

66 Verg., Aen., 12.419 : Vénus répand “l’odorante panacée” sur la blessure d’Énée. Sur le large panel des odeurs caprines, voir Brulé 2007, 270-273.

67 Thphr., HP, 9.16.1 : il pousse sur un territoire très limité et les chèvres en sont friandes. Cf. Ietswaart 1980, 43-44 ; Turland et al. 1993, 97, 287 : aujourd’hui, le dictame croît dans des endroits très localisés, surtout à l’ouest et au centre de l’île. Comme l’agrimi, il est protégé et sa cueillette est réglementée.

68 Belon du Mans (Merle 2001, 100) le remarque expressément.

69 Amigues, n. 1 à HP, 9.16.1.

70 Chantraine 1968, “ὀρίγανον” et “γάνυμαι”.

71 MacNeil Doren [1974] 2006, 152 : un Sphakiote affirme que, le dictame cultivé en plaine ne valant rien, il faut gravir les versants escarpés pour en avoir du “vrai” et que “beaucoup de gens se sont tués en essayant d’en trouver”.

72 Cf. Dsc. 3.32 : diktamnon a été déformé en tiktamnon sous l’influence de tiktô, “accoucher”.

73 Thphr., HP, 9.16.1 : bu en potion, le dictame calme les douleurs de l’enfantement.

74 En 1.78, le dictame entre dans la composition d’un “expulsif” (ἐκβόλιον). Cf. Nat Mul., 32.12 : une obole de dictame bue dans de l’eau expulse le chorion. Cf. Plin., Nat., 27.153 : la même préparation provoque les règles et expulse les fœtus morts ou qui se présentent mal.

75 Fournier [1947] 2010, 344-345 ; Franchet 1991, 145-148, 158-160 : c’est un meilleur vulnéraire que les autres origans et il est le seul à avoir des propriétés antihémorragiques et ocytociques.

76 Tournefort (1717, 53) en est frappé : les chèvres broutent même la tragacanthe (Astragalus gummifer L) “si hérissée de piquants, que les Grecs l’ont appelée Épine de bouc.” Cf. supra, Thphr., HP, 9.15.8, 4-5.

77 Pline ajoute que le fiel “de celles des autres espèces” (ceterarum) empêche les poils arrachés de repousser.

78 Traduction d’É. Cahen (CUF).

79 En tant que Loch(e) ia, Eulochia, Ôkylocheia, Eileithyia, Artémis préside aux accouchements. Cf. Dsc. 3.32 : le dictame est aussi appelé artemideion (“plante d’Artémis”) du fait de son emploi en gynécologie.

80 Cf. Plin., Nat., 25.92 : “On n’emploie que les feuilles” (Foliis, tantum utuntur) ; voir aussi 26.142. Les feuilles seules, avec les fleurs, sont toujours utilisées aujourd’hui.

81 Fournier [1947] 2010, 344 ; Ietswaart 1980, 4, 35, 43 ; Franchet 1991, 33, 39-40.

82 Wachsmann 1987, 85-86 et Pl. LXIV A-C. Il s’agit, de celle qui porte les volumes les plus importants à celle qui porte les plus faibles, des tablettes Mc 5098, 0462, 0454, 0455, 0453, 5118, 0459, 0456, 1508, 0460 et 0464.

83 Cet agencement rend l’arc plus flexible et résistant tout en lui donnant son caractère “réflexe” – Homère dit palintonos, pour l’arc d’Ulysse –, c’est-à-dire que pour installer la corde, l’archer doit renverser la courbure naturelle de l’arc : supportant de très fortes tensions, un tel arc emmagasine une énorme énergie qu’il communique à la flèche. Sur le dossier de l’archerie en pays grec – facture, utilisation, symbolique – et notamment en Crète, voir Monbrun 2007.

84 Evans 1935, 832-836.

85 Wachsmann 1987, 17-18, 22, 78-92 ; Borgna 1992, 63-64, 105-117.

86 Pour l’auteure, ces cornes crétoises n’ont pas d’autre débouché puisqu’elle défend la thèse que Minoens et Mycéniens ignoraient l’arc composite réflexe. Je peine à la suivre sur ce point.

87 Et non pas fait de deux cornes de chèvres ou de boucs sauvages aboutées au niveau de la poignée. Il y a là une impossibilité mise en évidence par le débat autour de l’arc de Pandare (Il., 4.105-111). Cf. Monbrun 2007, 35-38.

88 On voit là opérer en arrière-plan ce que Claude Lévi-Strauss (1962, 50, 88, 346) appelle la “logique concrète”, ou “du concret” : elle met en jeu l’intuition, la perception sensible, l’imaginaire, avec l’établissement d’associations et de systèmes de correspondances qui peuvent déconcerter un esprit scientifique contemporain.

Notes de fin

* J’ai le plaisir de remercier mes collègues Christophe Chandezon, Patrick Louvier et Antoine Pierrot qui ont bien voulu me relire et qui m’ont fait d’utiles remarques.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Étiquette d’un sachet de dictame ; Crète, années 1990. D’après Plymakis 2001, 244.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 2. Gravure d’un agrimi blessé par flèche mangeant du dictame.D’après Dapper [1688] 1703, hors texte.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Fig. 3. Scène de dexiôsis entre les cités de Phalasarna et de Polyrrhénia (stèle de calcaire, c. 300-275), Musée Archéologique de La Canée (Inv. E 1).D’après Plymakis 2001, 146.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 4. L’agrimi, gibier de choix des Minoens :(a) sceau d’Arkhanès, Minoen Moyen III (c. 1700-1600). D’après Mastorakis, van Effenterre 1991,43.(b) sceau de Mochlos, Minoen Récent I B (c. 1500-1450). D’après Poursat 2008, 207, fig.251.(c) sceau de Mallia, Minoen Ancien III (c. 2200-2100). D’après Kenna 1960, fig. K 36.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Fig. 5. Scène de chasse à l’arc aux agrimia gravée sur une pierre de Dréros (fin du viie s. a.C.). D’après Marinatos 1936, 279, fig. 44.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Fig. 6. Scènes de chasse à l’arc (a) et de portage (b) d’agrimia mâles sur les lamelles votives en bronze du sanctuaire de Kato Symi (viie-vie s.). D’après Lebessi 1985, respectivement pl. 38, A38 et 41, Γ5.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Fig. 7. Types monétaires des cités d’Élyros (a), de Tarra (b) et d’Eltyna (c) ;Droit : agrimi mâle et pointe de flèche/Revers : abeille.D’après Svoronos 1888, pl. XVIII, no 3, 4 et 11.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8. Feuille “poilue” du dictame de Crète.D’après Ietswaart 1980, 46, fig. 3d.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 9. Idéogrammes du tendon et d’une corne d’agrimi mâle ; tablette en linéaire B de la Cnossos mycénienne, Mc 0456.D’après Wachsmann 1987, pl. LXIV, Ab.
URL http://books.openedition.org/ausonius/docannexe/image/5621/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Ausonius Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search