Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tradition et innovation dans l’épopée latine, de l’Antiquité au Moyen Âge

 | 
Aline Estèves
, 
Jean Meyers

Épopée tardive et médiévale

L’hexamètre épique de Juvencus à Pétrarque : coups de sonde

Jean-Louis Charlet

Texte intégral

  • 1 Enea Silvio Piccolomini (colloque de Grenoble, 2010), Marulle (colloque de Sassoferrato, juillet 2 (...)

1J’ai actuellement en chantier plusieurs études sur l’hexamètre latin humaniste1. Aussi m’a-t-il paru intéressant, par rapport à la thématique du colloque de proposer, non pas une synthèse prétendant à l’exhaustivité (une vie et plusieurs livres seraient nécessaires !), mais un ensemble de coups de sonde permettant de dégager des tendances dans l’évolution de l’hexamètre latin épique, de l’épopée tardive aussi bien chrétienne que païenne à l’Africa de Pétrarque en retenant quelques jalons de la poésie épique médiolatine. Vu l’ampleur du corpus, on se limitera à l’épopée stricto sensu : par exemple seront exclus les poèmes didactiques, même s’il s’agit d’un sous-genre épique, ou encore les panégyriques, même si Claudien, suivi par Sidoine Apollinaire, rapproche, voire fusionne, l’épique et l’épidictique dans ses panégyriques, ou le centon qui est un genre à part. Nous utiliserons les statistiques fournies par L. Ceccarelli (2008), I. Ruiz Arzalluz (1991) et accessoirement G. E. Duckworth (1969) et R. P. H. Green (1971).

  • 2 Flammini 1999 ; Longpré 1975 ; Strzelecki 1949.
  • 3 Charlet 1980, 102-113 et 252-260 ; Encuentra Ortega 2000 ; Luque Moreno 1978 ; Tordeur 1972 ; voir (...)
  • 4 Ceccarelli 2004 ; Évrard 2000 et 2002 ; Marsili 1957 ; Soubiran 1999.
  • 5 Longpré 1972a et 1972b.
  • 6 Flammini 2003.
  • 7 Flammini 2000.
  • 8 Longpré 1976.

2Pour la période tardive, nous retiendrons onze auteurs ou textes : Juvencus2, la Psychomachia de Prudence3, le De raptu Proserpinae de Claudien4, Cyprianus dit Gallus5, l’Alethia de Marius Victorius6, Sédulius7, la Vita Martini de Paulin de Périgueux, le De spiritalis historiae gestis d’Avit, la Iohannis de Corippe, Arator, et la Vita Martini de Venance Fortunat8.

  • 9 Ceccarelli 2008, 165.

3En ce qui concerne la proportion et la disposition des dactyles et des spondées, on identifiera d’abord un groupe de cinq poètes virgiliens9, voire hypervirgiliens, au point de se rapprocher parfois des poètes prévirgiliens, à commencer par le premier chronologiquement, Juvencus, avec Cyprianus, Marius Victorius, Paulin de Périgueux et Avit. Ces poètes ont une préférence marquée pour le spondée, le dactyle ne représentant dans les quatre premiers pieds de leurs hexamètres que 39,57 % (Juvencus), 40,94 % (Cyprianus), 43,91 % (Marius Victorius), 40 % (Paulin de Périgueux) et seulement 36,44 % (Avit). Si Marius Victorius est très proche de Virgile (Aen. : 43,52 %), mais avec beaucoup de dactyles 2, les quatre autres sont autour de la proportion de l’hypervirgilien Silius Italicus (39,75 %). En outre, ces poètes respectent la décroissance du nombre de dactyles du premier au quatrième pied, rigoureusement pour Juvencus, Cyprianus, Marius Victorius et Avit, avec une légère entorse pour Paulin de Périgueux (d 2 et d 4). On notera la très nette diminution des d 4 chez Cyprianus et Avit, ainsi que la forte proportion de d 2 chez Victorius :

  • 10 Voir Duckworth 1969, 55-59.
  • 11 Me plaçant ici du point de vue du lecteur-auditeur qui entend ou enregistre des vers sans être en (...)
  • 12 Silius : DSSS 13,08 ; SDSS 11,93 ; SSSS 9,68 ; DSDS 9,32 ; DDSS 9,02 et DDDD 1,50.

4De même, en ce qui concerne les schémas métriques des quatre premiers pieds, ces cinq poètes ont des points communs significatifs avec l’hexamètre de l’Énéide : primauté du schéma épique par excellence DSSS10 ; importance des types SDSS et SSSS, DDSS et DSDS étant dans les cinq premiers schémas ; très faible proportion du type holodactylique DDDD11, avec des variations dans la recherche de la variété ou au contraire de l’insistance sur les types préférés et chez Cyprianus une forte fréquence du type SSDS (cinquième avec 10,79 %) au détriment de SSSS (moins fréquent aussi chez Marius Victorius), alors que chez Avit SDSS supplante DDSS et SSSS passe devant DSDS comme chez Silius Italicus12, DDDD ne laissant que des traces (comme chez Cyprianus) :

  • 13 Sur ce point, Ceccarelli 2004 n’a pas jugé utile de distinguer le De raptu des autres poèmes hexam (...)
  • 14 Les chiffres concernant le De raptu Proserpinae sont obtenus par totalisation des chiffres donnés (...)

5Proche de Lucain, lui-même assez proche de Virgile, on trouve Claudien13. Même proportion, inférieure à la moyenne (en forte opposition avec Ovide), des dactyles dans les quatre premiers pieds : 45,37 % pour Claudien [45,13 pour le seul De raptu]14 ; 43,52 pour l’Énéide et 43,90 pour Lucain. Lucain avait un peu modifié la courbe descendante (virgilienne) des dactyles du premier au quatrième pied en plaçant à égalité les d2 et les d3, en diminuant la proportion des d4 ; Claudien suit à peu près la même courbe, avec une proportion de d3 très légèrement inférieure à celle des d2, de d1 un peu plus forte et de d4 encore un peu plus faible :

Lucan.

Claud.

Rapt.

d1

62,97

63,49

65,13

d2

44,23

48,71

49,64

d3

44,24

47,20

45,47

d4

24,18

22,08

20,29

  • 15 Le tableau qui suit reprend les statistiques de Ceccarelli 2008. Le classement que donne Duckworth (...)

6En ce qui concerne le schéma des quatre premiers pieds, Lucain avait marqué une inflexion par rapport à Virgile en hissant le type DSDS au niveau du DSSS canonique, avec une concentration des schémas préférés aux dépens de la variété et une proportion beaucoup plus faible du type SSSS. Claudien accentue cette inflexion avec un taux de DSDS qui dépasse même celui de la Thébaïde et, inversement, une proportion encore plus faible des schémas DDDD (en contraste avec Ovide comme pour les types DSSD et DDSD) et surtout SSSS15 :

Ou. Met.

Lucan

Claud.

DSDS

11,27

15,30

18,11

DSSS

12,70

15,37

13,01

DDSS

13,04

11,30

12,44

SDSS

4,32

10,15

12,20

SSSS

1,31

3,37

0,62

DDDD

5,76

1,53

1,07

  • 16 Valerius Flaccus (53,77 %) se rapproche sur ce point des Métamorphoses (54,58 %).

7Entre Virgile et Ovide, et par plusieurs aspects proches de Stace, on relève trois poètes dont la proportion de dactyles et de spondées dans les quatre premiers pieds se situe autour de 50 % comme dans la Thébaïde (50,29)16, Prudence (50,11), Sédulius (51,63) et Corippe (Ioh. : 48,18). Mais, pour la proportion par pied, si Sédulius suit la pratique de Stace (et Valerius Flaccus) en plaçant plus de dactyles au troisième pied qu’au second, Prudence et Corippe respectent la décroissance virgilienne des dactyles du premier au quatrième pied, avec dans la Johannide un contraste très marqué entre un premier pied très dactylique (entre Stace et Ovide) et un quatrième pied très fortement spondaïque. Par la faible proportion de d4 nos trois poètes se distinguent fortement d’Ovide :

Stat. Theb.

Prud.

Sedul.

Coripp. Ioh.

d1

72,17

62,01

70,50

75,76

d2

45,99

54,54

51,24

51,2

d3

50,44

48,12

54,89

46,45

d4

32,56

35,75

29,90

19,20

  • 17 Je reprends les statistiques de Ceccarelli 2008. Les résultats de Duckworth 1969 pour Prudence, qu (...)

8Les quatre schémas préférés de nos trois poètes sont pratiquement ceux de la Thébaïde, sauf chez Prudence une forte proportion de schéma SDSS (supplantant DDDS) qui rappelle Virgile, contre Ovide, Stace et nos deux autres tardifs17 :

Stat. Theb.

Prud.

Sedul.

Coripp. Ioh.

DSDS

16,22

11,87

15,85

18,18

DSSS

12,58

9,16

9,83

13,30

DDSS

11,07

10,62

12,09

20,13

DDDS

8,92

7,77

11,22

9,61

SDSS

5,86

10,05

6,07

7,29

DDSD

6,33

6,52

5,78

4,75

DSSD

6,80

6,46

6,88

3,62

DDDD

3,75

4,08

3,41

2,45

SSSS

2,31

1,88

0,87

2,17

  • 18 Pour ce dernier, pourcentage faible dans la Johannide.

9On note que dans la Johannide, qui recherche moins la variété que Sédulius et surtout que Prudence, la proportion de DDSS (premier schéma des Métamorphoses) est encore plus forte que celle de DSDS. Nos trois auteurs présentent, comme Stace, un pourcentage moyen des types ovidiens DDSD (Met., 11.29) et DSSD (Met., 11.33)18, mais ne placent qu’en troisième ou quatrième position le type préféré de l’Énéide DSSS. Enfin, comme Ovide et Stace et contre Virgile, ils ne présentent qu’un petit (ou tout petit pour Sédulius) nombre de schémas SSSS, alors que leur proportion de type holodactylique DDDD, un peu plus forte que chez Virgile comme chez Stace, est plus faible que chez Ovide.

10Enfin, on peut considérer comme hyper-ovidiens avec des spécificités propres les deux poètes de la fin de l’antiquité tardive (vie s.) Arator et Venance Fortunat. Ovide, en opposition aux Géorgiques et à l’Énéide et en dépassant l’hexamètre des Bucoliques, avait renversé la proportion des dactyles et des spondées dans les quatre premiers pieds pour atteindre dans les Métamorphoses presque 55 % de dactyles (54,58). Arator (56 %) et surtout Venance Fortunat, le poète le plus dactylique de toute l’antiquité latine (60,49 %), accentuent cette tendance. Mais seul Fortunat suit la manière ovidienne qui place plus de dactyles au quatrième pied qu’au troisième, avec une fréquence considérable (unique chez les latins) de dactyles au deuxième pied :

  • 19 De même le type prisé dans l’hexamètre latin épique classique SDSS ne représente que 4,56 % chez A (...)

11Arator sur ce point est dans la ligne de Stace et Valerius Flaccus qui placent plus de dactyles au troisième pied qu’au deuxième ou au quatrième. Pour les schémas métriques, Arator est dans une position intermédiaire entre Ovide et Stace / Valerius Flaccus. Son premier type est DSDS (16,34 %) comme dans la Thébaïde (16,22) et chez Valerius (22,83), devant DDSS (11,40) au niveau de la Thébaïde (11,07) ou des Argonautiques (11,51), un peu moins que chez Ovide (13,04). En revanche, le type DDSD (10,58 %) est à un niveau quasi ovidien (11,29), sensiblement supérieur à celui de Stace (6,33) ou Valerius (8,84). Pour son 3e /4e schéma préféré (DDDS, 10,58 comme DDSD), Arator est un peu au-dessus, dans l’ordre, de Valerius (9,65), Ovide (8,73) et Stace (6,33 seulement). Pour le type holodactylique DDDD, Arator (5,55) est au niveau d’Ovide (5,76), sensiblement au-dessus de Stace (3,75) ou Valerius (3,68). Enfin, Arator use encore beaucoup moins que Stace (2,31), Ovide (1,31), Valerius (0,96) ou encore Fortunat (1,43) du type holospondaïque SSSS (0,26 % !) et, plus surprenant, du type épique canonique DSSS (4,69 % contre 12,70 dans les Métamorphoses, 12,58 dans la Thébaïde et 10,34 dans les Argonautiques). C’est là une différence majeure avec l’hexamètre épique latin classique, qu’Arator partage avec Fortunat (4,68 %)19. Fortunat lui aussi se singularise fortement même par rapport à l’hexamètre des Métamorphoses : s’il place en tête le type DDSD (14,27 %), devant DDSS (12,98), avec 11,33 % de DDDS, on peut considérer cet usage comme un hyperovidianisme. En revanche, les 11,55 % de schémas holodactyliques DDDD sont tout à fait singuliers en latin, comme à l’inverse la faible proportion d’un des schémas principaux de l’épopée latine classique DSDS : seulement 6,87 % !

  • 20 Un peu moins encore que dans le Panégyrique (13,28).
  • 21 Le détail pour Claudien est donné par Ceccarelli 2004, 131. J’ai additionné les résultats (croissa (...)

12En ce qui concerne les synalèphes, nous nous limiterons ici, comme l’a fait Ceccarelli (2008), à leur fréquence, sans entrer dans le détail (nature et place des rencontres de voyelles, structure métrique des mots élidés...). On sait qu’après Virgile (dans l’Aen., 53,31 %) leur nombre a décrû, même chez Silius Italicus (44,01). De fait, si Paulin de Périgueux élide presque autant que Stace dans la Thébaïde (36,14 pour 38,28) et Prudence comme Valerius Flaccus (28,27 pour 28,48), un groupe de quatre poètes se situe autour d’Ovide dans les Métamorphoses (19,82) : Juvencus (18,56), Cyprianus (21,55), Marius Victorius (22,43) et Fortunat (22,84). Trois autres élident un peu moins que Lucain (12,88) : Sédulius (11,52), Avit (10,25) et Corippe (Ioh. : 11,64)20. Quant à Claudien (5,84 ; 7,07 dans le De raptu)21 et Arator (5,89), ils élident pratiquement deux fois moins que les trois précédents.

  • 22 On sait que l’hexamètre satirique est beaucoup plus libre : dans les Satires d’Horace, les clausul (...)
  • 23 Juvencus et Fortunat ne répugnent pas trop au type quadrupedantum.
  • 24 Voir Charlet 1980, 113 et 259-260. Le cas d’Aviénus est probablement un peu différent car l’influe (...)

13La clausule de l’hexamètre, assez libre dans la poésie latine archaïque, a tendu à se normaliser à l’époque classique, à partir de Virgile, avec un partage syllabique 3-2 (type condere gentem) ou 2-3 (type conde sepulcro). Ces types canoniques, avec leurs équivalents phoniques, représentent nettement plus de 95 % des clausules de l’hexamètre épique classique22. On notera d’abord, sans y attacher une grande importance, que deux poètes tardifs inversent la préférence que l’hexamètre latin épique accorde habituellement au type 3-2 par rapport au type 2-3 : avec respectivement 52,06 et 49,29 %, Marius Victorius et Venance Fortunat préfèrent conde sepulcro à condere gentem. Dans la fréquence des types “anormaux”, face à deux ultrapuristes qui n’acceptent ces types que dans une proportion inférieure à celle de Lucain (0,65 %) : Claudien (0,30) et Corippe (Ioh. : 0,13), à trois poètes au niveau des Métamorphoses (1,28) ou de la Thébaïde (1,08) : Paulin de Périgueux (1,21), Avit (1,30) et Arator (1,51), et à cinq autres poètes qui s’en tiennent à l’usage de l’Énéide (2,58) ou des Argonautiques (2,53) : Juvencus (2,62), Cyprianus (2,46), Marius Victorius (3,37), Sédulius (3,18) et Venance Fortunat (3,21)23, se singularise, du moins dans le domaine épique, Prudence avec 10,47 % de clausules irrégulières. Comme je l’ai montré il y a longtemps, sur ce point comme sur d’autres, en particulier la proportion d’hexamètres spondaïques, Prudence fait partie, avec Ausone et Paulin de Nole, d’un petit groupe de poètes archaïsants24.

  • 25 Ici, je reprends les chiffres de Duckworth 1969. Voir Charlet 1980, 104 et 253.
  • 26 La fréquence est encore moins grande dans les poèmes épidictiques (échantillon I de Duckworth 1969 (...)
  • 27 Cf. aussi Sidoine Apollinaire (1 pour 143,8 v.), sur l’archaïsme duquel j’ai, dans la ligne de Gia (...)

14On rencontre une opposition analogue en ce qui concerne les hexamètres spondaïques25. À côté de cinq poètes tardifs chez qui on n’en trouve aucun (Cyprianus, Paulin de Périgueux, Corippe et Arator) ou un seul (Fortunat, sur 2242 v.), de deux qui en usent un peu moins que Virgile (Aen. : 1 pour 409,5 v.) : Juvencus (1 pour 526,7 v.) et Marius Victorius (1 pour 551,5 v.), et de trois autres qui en introduisent à peu près aussi peu que Stace (Theb. : 1 pour 1387,1) : Claudien (Rapt. : 1 pour 1105 v.)26, Sédulius (1 pour 1089 v.) et Avit (1 pour 1046 v.), Prudence se singularise à nouveau dans l’épopée, mais avec Ausone (Mos. : 1 pour 161) et même Paulin de Nole (1 pour 256,5 v.)27, avec un hexamètre spondaïque pour seulement 134,3 v., soit trois fois plus que dans l’Énéide et plus aussi que chez Lucrèce (1 pour 230,2) : nouveau signe d’archaïsme !

  • 28 Ici encore je reprends les statistiques de Ceccarelli 2008 (par soustraction des vers à trochaïque (...)

15Reste, pour compléter ces coups de sonde qui ne prétendent pas à l’exhaustivité, à dire quelques mots des césures. Sans pouvoir entrer ici dans les détails, on sait que Virgile avait développé, en l’associant souvent à la penthémimère, la césure hephthémimère et qu’à partir de Lucain la césure trochaïque troisième, si importante chez les Grecs mais difficile à adapter à la diction du latin, s’était développée en s’associant à la trithémimère et à l’hephthémimère (la césure triple a dans la terminologie de L. Nougaret). Dans l’épopée latine tardive, la penthémimère reste bien sûr la césure la plus importante, mais on peut distinguer quatre groupes : au centre, quatre poètes qui sont dans des proportions proches de celles de l’Énéide (84,5 %) ou des Métamorphoses (89,16)28 : Prudence (84,83), Marius Victorius (85,30), Paulin de Périgueux (86) et Avit (87,65). Puis trois poètes qui ont un peu moins de penthémimères et se situent autour de la Thébaïde (78,8) : Claudien (76,83), Cyprianus (80,20) et Corippe (Ioh. : 77,49). Aux deux extrêmes, on trouve d’une part ceux dont la proportion de penthémimères est plus faible que dans les Argonautiques (74,61), c’est-à-dire Sédulius (70,50) et surtout Arator, chez qui le pourcentage tombe à 57,68 %. D’autre part, ceux qui s’accrochent à la penthémimère et lui donnent une domination presque sans partage : aux deux extrémités chronologiques de l’antiquité tardive, Juvencus (93,89) et Fortunat (93,40).

16Ces statistiques sont bien sûr à mettre en rapport avec le développement de la trochaïque troisième (triple a) qui, limitée entre 10 et 13 % chez Virgile (Aen. : 11,71) et son imitateur Silius (12,22), ainsi que chez Ovide (Met. : 10,78), se développe à partir de Lucain (19,15) dans la Thébaïde (19,78) et les Argonautiques (22,43). Ici encore, on retrouve dans l’épopée tardive quatre groupes : ceux qui s’en tiennent à l’usage de Virgile et Ovide (Prudence 13,58 ; Marius Victorius 13,81 ; Paulin de Périgueux 11,71 et Avit 12,03) ; ceux qui sont dans la norme de Lucain, Stace et Valerius Flaccus (Claudien 22,68 ; Cyprianus 19,52 et Corippe 21,97). Et aux extrêmes, ceux qui développent la césure triple a, Sédulius (29,15) et surtout Arator (42,19) ; et ceux qui au contraire l’évitent (deux fois moins que dans l’Énéide et les Métamorphoses), aux deux extrémités chronologiques, Juvencus (5,36) et Fortunat (5,13).

17Enfin, quelques mots sur l’hephthémimère, fortement présente, mais comme césure complémentaire et donc moins significative. Au niveau de Virgile (Aen. : 75,04), Lucain (72,68) et Stace (Theb. : 75,24), on dénombre six poètes épiques tardifs (Claudien 74,08 ; Cyprianus 74 ; Marius Victorius 74,41 ; Sédulius 73,05 ; Corippe, Ioh. 74,14 ; Arator 74,88). Au niveau un peu plus faible d’Ovide (Met. : 64,69) et Silius (67,77), on en trouve quatre (Juvencus 67,85 ; Prudence 65,13 ; Paulin de Périgueux 67,14 et Avit 62,62) et, une fois encore Fortunat, le dernier chronologiquement, se singularise à 55,13 % seulement : pour lui, c’est décidément la césure penthémimère qui compte, sans souci de la diversité !

  • 29 Pour l’hexamètre médiolatin en général, Klopsch 1972 ; Orlandi 1988 et 2002.
  • 30 Longtemps inédit, ce poème a été publié par Dinkova-Bruun 2007.
  • 31 Wilmans 1851 ; Mathieu 1961. Étude métrique : Leotta 1976.
  • 32 Colker 1978. Étude : Christensen 1905 (pour la métrique, p. 56-75).
  • 33 Gompf 1970. Étude : Sedgwick 1930.
  • 34 Schmale-Ott 1965.
  • 35 Calligaris 1910.

18Pour l’épopée latine médiévale, notre échantillon sera nécessairement très sélectif29. En partant des Bella Parisiacae Vrbis d’Abbon (fin ixe s.), pour lesquels nous disposons de l’étude très détaillée de Jean Soubiran (1965), nous prendrons un exemple d’hexamètre qu’on pourrait qualifier de scolaire : celui d’un auteur anonyme, probablement professeur monastique, de la fin du xie s., l’auteur du Liber prefigurationum Christi et Ecclesie30, sur lequel Sylvain Leroy a préparé une thèse sous ma direction (échantillon : livre 2, en particulier les 300 premiers vers). Il s’agit d’un poème biblique, manière de prolongement dans une visée d’exégèse allégorique de l’épopée biblique tardive que nous venons d’évoquer. Puis nous nous concentrerons sur l’épopée latine des xiie-xiiie s. : Guillaume de Pouille, Gesta Roberti Wiscardi (c. 1100)31, Gautier de Châtillon, Alexandreis (xiie s.)32, Joseph d’Exeter, Frigii Daretis Ylias (fin xiie s.)33, le Carmen de gestis Frederici I imperatoris in Lombardia (c. 1162)34, Stephanardus de Vicomercato, Liber de gestis in ciuitate Mediolani (seconde moitié du xiiie s.)35, auteurs pour lesquels nous disposons des statistiques compilées par Ruiz Arzalluz (1991).

  • 36 Soubiran 1965, 256-262.
  • 37 Stat., Ach. : 51 ; cf. Sédulius 51,63 (Corippe 48,16 ; Verg. Ecl. 49,19 ; Columelle 50,23).

19Dans l’usage et la disposition des dactyles et des spondées36, Abbon réalise une quasi égalité dans les quatre pieds de l’hexamètre : 50,16 %, c’est-à-dire au niveau de la Thébaïde (50,29) et de Prudence (50,11)37, mais avec, comme chez Prudence, la décroissance virgilienne des dactyles du premier au quatrième pied : d1 66,7 ; d2 53,7 ; d3 47,5 ; d4 32,8. Et par la disposition de ces types, c’est de Prudence qu’Abbon se rapproche le plus, avec un engouement plus prononcé pour les deux premiers (il recherche un peu plus que Prudence les effets d’insistance), l’inversion des schémas 3 et 4 et un moindre intérêt pour le schéma holodactylique DDDD :

Prud.

Abbon

DSDS

11,87

16,4

DDSS

10,62

12,1

DSSS

9,16

9,1

SDSS

10,05

8,9

DDDS

7,77

8,6

DSSD

6,46

6,8

DDSD

6,52

6,7

DDDD

4,08

2,7

SSSS

1,88

1,1

20Fort différent se présente le Liber prefigurationum avec une proportion des dactyles beaucoup plus faible que celle des spondées : seulement 39,33 % dans mon échantillon des 300 premiers vers du livre II, soit une proportion plus faible que celle de l’Énéide (43,52) et un peu plus forte que celle de Catulle (36,15), proche de celle de Silius Italicus (39,75), mais avec curieusement une courbe de fréquence selon les pieds parallèle à celle d’Ovide, c’est-à-dire une remontée de la proportion de dactyles au quatrième pied :

d1

d2

d3

d4

total d

140

125

91

116

472

46,67 %

41,67 %

30,33 %

38,67 %

39,33 %.

21Cette préférence pour les spondées se traduit dans les schémas des quatre premiers pieds où le type holospondaïque arrive en tête ( !) devant, ce qui est moins inattendu, DSSS et, pratiquement au même niveau, SDSS et avec une proportion anormalement forte du type habituellement évité SSSD (sixième schéma !), alors que ce sont les types contenant le plus de dactyles qui sont les moins employés, ce qui globalement donne au lecteur une impression d’archaïsme (voulu ?) :

1. SSSS

35

11,67 %

2. DSSS

33

11 %

3. SDSS

32

10,67 %

4. DDSS

29

9,67 %

5. DSSD

23

7,67 %

6. SSSD

22

7,33 %

7. SSDS

21

7 %

8. SDSD

19

6,33 %

9. DSDS

18

6 %

10. DDSD

16

5,33 %

11. SSDD

14

4,67 %

12. SDDS

12

4 %

13. DSDD

9

3 %

14. DDDD

8

2,67 %

15. SDDD

5

1,67 %

16. DDDS

4

1,33 %.

22Aucun schéma n’est vraiment dominant (total des quatre premiers schémas : 43,01 % ; total des huit premiers : 71,34 %) et on constate une certaine variété.

  • 38 Je me fonde toujours sur les tableaux de Ruiz Arzalluz 1991, mais parfois recalculés à partir des (...)

23Si l’on passe aux poètes épiques des xiie-xiiie s.38, un seul préfère le dactyle au spondée dans les quatre premiers pieds : Gautier de Châtillon (51,40 %), qui est au niveau de Stace (Theb. : 50,29), Prudence (50,11) ou Sédulius (51,63). Les quatre autres préfèrent le spondée. Joseph d’Exeter (44,33 de dactyles) et Stefanardo (44,88 de dactyles) se placent quasiment au niveau de Virgile (43,52 de dactyles) et de Marius Victorinus (43,91 de dactyles). Quant à Guillaume de Pouille (47,74 de dactyles) et à l’auteur du Carmen de gestis Frederici (46,80 de dactyles), ils sont très légèrement moins spondaïques que Virgile, à peu près au niveau de l’Ilias Latina (46,19 %).

  • 39 J’ai recalculé les pourcentages de Guillaume de Pouille, Joseph d’Exeter et Stefanardo, car le tab (...)

24Dans la disposition des dactyles (et donc des spondées) selon le pied, on relève trois attitudes39 :

25Gautier de Châtillon, le Carmen de gestis Frederici et Stefanardo suivent l’usage virgilien : le nombre de dactyles décroît du premier au quatrième pied. Guillaume de Pouille, tout en préférant contrairement à Ovide le spondée, fait remonter, comme Ovide, le nombre de dactyles au quatrième pied. Quant à Joseph d’Exeter, il fait remonter les dactyles au troisième pied, selon l’usage de Stace et Valerius Flaccus.

26Enfin, pour les schémas des quatre premiers pieds, on note aussi des différences notables :

27Guillaume de Pouille et Gautier de Châtillon sont plutôt ovidiens sur ce chapitre. Pour Guillaume, ses cinq premiers schémas sont ceux d’Ovide, avec une inversion du premier et du troisième schéma (DSSD et DDSS), un peu moins de DDDD (5,76 % chez Ovide), mais plus de SSSS (1,31 % chez Ovide) et de SDSS (seulement 4,32 % chez Ovide), et, globalement, une recherche plus grande de la variété (seulement 39,4 % pour les quatre premiers schémas et le moins utilisé, SDDD est quand même à 2,57 %). Quant à Gautier, ses six premiers schémas sont ceux d’Ovide, avec quelques permutations et à peine moins de variété que Guillaume (42,5 % pour les quatre premiers schémas), avec un pourcentage de SDSS assez fort (7,4 contre 4,32 chez Ovide), avec moins de DDDD qu’Ovide (3 %, à peine plus que dans l’Énéide), mais très peu de SSSS (2 % à peine au-dessus du niveau d’Ovide).

28En face, le Carmen de gestis Frederici et Stefanardo apparaissent comme virgiliens. Chez le premier, les quatre premiers schémas sont ceux de l’Énéide, avec égalité entre le deuxième et le troisième (très proches dans l’Énéide) ; la proportion du type SSSS est la plus haute de nos cinq auteurs (4,9) et donc la moins éloignée de celle de Virgile (Aen. : 7,09) et une proportion de DDDD tout à fait comparable (2,7 pour 2,16) avec une recherche modérée de la variété comparable (45,3 % pour les quatre premiers pieds contre 46,85). Stefanardo est plus sensible à l’insistance qu’à la variété (ses quatre premiers schémas totalisent 53,8 %), mais ses quatre schémas préférés sont les mêmes que dans l’Énéide, avec égalité de DSSS et DDSS, et SDSS passe en troisième position ; la proportion de DDDD est égale à celle de l’Énéide (2,2 %), mais celle de SSSS sensiblement plus faible (3,6 %).

29Quant à Joseph d’Exeter, qui lui aussi recherche plus la répétition que la variété (51,13 % pour ses quatre pieds schémas), il occupe une position originale, à certains égards entre l’Énéide et la Thébaïde, mais avec quelques spécificités notables : le schéma DSDS est de loin le premier (17,71), un peu au-dessus de la Thébaïde (16,22) ; DSSS, premier dans l’Énéide, vient en second comme chez Stace. Mais on note la surprenante troisième place de SSDS, schéma négligé par les poètes épiques classiques, mais recherché dans l’antiquité tardive, DDSS n’arrivant que quatrième, avec SDSS cinquième (ce qui le rapproche plus de Virgile que de Stace et surtout SSSD, schéma habituellement parmi les derniers, atteint 7 % ! SSSS tombe à 3,1 % (à peine plus que Stace) et DDDD (2,7) est proche du pourcentage de l’Énéide (un peu moins que dans la Thébaïde).

  • 40 Ruiz Arzalluz 1991, 78-82.
  • 41 Munari 1970, LXIX-LXXI.

30En ce qui concerne la synalèphe, dont ne se distingue guère alors l’aphérèse, on sait qu’à partir de Bède pèse sur son usage sinon une prohibition, au moins une forte restriction40. À partir du ixe s., on ne relève que très peu d’élisions, voire pas du tout. Franco Munari41 classe les poètes latins des xie-xiie s. en trois groupes : ceux qui excluent totalement l’élision, ceux qui en limitent fortement l’usage et ceux qui en usent plus librement, comme à la fin de la République romaine. Pour cette fréquence, Abbon se situe entre Lucain et Claudien, un peu au-dessus du De raptu Proserpinae : Soubiran (1965) a relevé 109 synalèphes et une seule aphérèse pour ses 1278 hexamètres (au total 8,6 %).

  • 42 Carozzi, éd. 1979, XXXIX-XL (j’avais inspiré cette étude métrique) : une élision sur 432 hexamètre (...)
  • 43 Deux vers inscandables. Deux exceptions apparentes : au v. 305, lire summopere (déjà chez Cicéron) (...)
  • 44 Christensen 1905 en relève 772 pour l’ensemble du poème, soit 15,8 %.

31Le Liber prefigurationum illustre la première catégorie. Ce professeur monastique anonyme évite totalement les élisions, plus qu’Adalbéron de Laon42 : on n’en relève aucune dans les 929 hexamètres de son livre 243. Les poètes épiques des xiie-xiiie s. s’autorisent la synalèphe, mais dans une ligne post-ovidienne. Loin de l’usage de l’Énéide ou même de la Thébaïde, aucun ne dépasse la proportion des Métamorphoses. Joseph d’Exeter s’en approche : 190 synalèphes pour 1000 vers et seulement 22 vers à deux élisions (10 aphérèses pour 1000 vers, dont trois en fin d’hexamètre). Gautier de Châtillon se situe entre Ovide et Claudien : 149 synalèphes, avec six vers à deux élisions (avec 13 aphérèses dont une finale) dans l’échantillon de Ruiz Arzalluz44. À peu près au niveau de Claudien, on relève le Carmen de gestis Frederici I imperatoris in Lombardia (73 synalèphes pour 1000 v., et seulement trois vers à deux élisions ; seulement 4 aphérèses, dont deux finales). Stefanardo de Vicemarcato est un peu en dessous du niveau de Claudien (5 %, avec seulement un vers à deux élisions ; mais 27 aphérèses sur 1000 v., dont huit finales). Guillaume de Pouille est encore plus restrictif, puisqu’il ne s’autorise jamais plus d’une élision par vers, avec un pourcentage de 3,8 % dans l’échantillon de Ruiz Arzalluz et sept aphérèses dont cinq finales (mais seulement 82 élisions dans l’ensemble du poème, soit 2,89 % d’après Leotta 1976).

  • 45 Soubiran 1965. Le métricien français estime les clausules d’Abbon très fautives par rapport aux so (...)
  • 46 Sur cinq monosyllabes en fin d’hexamètre, quatre sont précédés d’un autre monosyllabe.

32Pour les clausules, Soubiran s’était étonné du très grand nombre d’irrégularités d’Abbon45 : les trois clausules vraiment canoniques, pour lesquelles il préfère le type 2-3 (conde sepulcro : 31,4 %) au type 3-2 (condere gentem : 26,5 %) contrairement à la norme épique (sauf Marius Victorius et Fortunat), ne représentent chez lui que 64,8 % et donc la proportion des clausules irrégulières atteint 35,2 %, bien au-delà de Prudence (10,47 %), dépassant même la proportion d’Ennius (32 %), le poète archaïque par excellence puisque c’est lui qui a introduit en latin l’hexamètre grec. Abbon évite le monosyllabe final non précédé d’un autre monosyllabe46 ; il n’abuse pas trop des pentasyllabes finaux (1,9 %). Mais il multiplie les clausules de type 1-2-2 (si bona norint : 13,4 %) et surtout 1-4 (di genuerunt : 17,2 %). En revanche, en ce qui concerne les hexamètres spondaïques, Abbon reste en retrait de Prudence : quatre pour 1278 v. (= 1 pour 319,5 v. contre 1 pour 134,3), tout en en admettant un peu plus que Virgile dans l’Énéide (1 pour 409,5 v.).

  • 47 Cinq types 2-2-1 : v. 51, 159, 198, 199 et 223. Un type 1-3-1 : v. 132. Encore faut-il noter que d (...)

33Le Liber prefigurationum est encore plus irrégulier qu’Abbon sur ce point, ce qui semble indiquer que l’enseignement du haut moyen âge ne se souciait guère de la structure verbale de la clausule. En effet, les trois types canoniques, avec ici encore l’inversion des deux premiers (prééminence du type 2-3 sur le type 3-2), ne totalisent qu’environ 60 % des vers (au maximum 62,3 avec les types qu’on peut à la rigueur leur adjoindre). Les types irréguliers, à côté de si bona norint (1-2-2 : 8 %) et quelques autres types variés, multiplient les tétrasyllabes et pentasyllabes finaux (respectivement 15,66 et 10,33 %) et ne répugnent pas complètement au monosyllabe final non précédé d’un autre monosyllabe : au total 6 cas (2 %)47 :

3-2

62

20,67 %

(1 + 2)+2

4

1,33 %

3 + (1 + 1)

3

1 %

2-3

106

35,33 %

2 + (1 + 2)

9

3 %

2-1-2

3

1 %

1-2-2

24

8 %

1-1-3

2

0,66 %

()1-1 + (1 + 2)

1

0,33 %

()1-4

27

9 %

1-4

13

4,33 %

(1 + 4)

7

2,33 %

5

31

10,33 %

1-2-1-1

2

0,66 %

2-2-1

5

1,66 %

1-3-1

1

0,33 %

34En revanche, on ne relève chez lui aucun vers spondaïque.

  • 48 Ruiz Arzalluz 1991, 303-305 ne donne aucun témoignage médiéval avant la fin du xiie s. Chez les mo (...)
  • 49 Ruiz Arzalluz 1991, 310.

35À partir de la fin du xiie s., les grammairiens médiévaux mettent en garde contre l’emploi de monosyllabes (mais l’objection est moins forte si le vers se termine par deux monosyllabes) et, moins fermement, de polysyllabes longs (surtout pentasyllabes, un peu moins pour les tétrasyllabes) en fin d’hexamètre48. Le tableau ci-dessous, en pourcentages à partir de Ruiz Arzalluz49, permet de distinguer trois attitudes :

36On relève d’abord deux puristes, Gautier de Châtillon et Joseph d’Exeter qui :

  • respectent la préférence épique pour le type 3-2 par rapport à 2-3 ;
  • ne placent qu’exceptionnellement un monosyllabe en fin d’hexamètre, et toujours précédé d’un autre monosyllabe ;
  • ne s’autorisent qu’exceptionnellement un tétra-ou un pentasyllabe final (un ou deux pour 1000 vers !).

37En face, on peut opposer deux poètes plus négligés ou plus libres selon le jugement de valeur que l’on porte : Guillaume de Pouille et l’auteur du Carmen de gestis Frederici qui :

  • inversent la préférence en plaçant en tête le type 2-3 ;
  • évitent comme les précédents le monosyllabe final, sauf exceptionnellement et précédé d’un autre monosyllabe (une seule exception chez Guillaume de Pouille), mais placent sans complexe des tétra-ou pentasyllabes en fin d’hexamètre : au total, 9,10 % des vers dans le Carmen de gestis Frederici et 11,30 chez Guillaume de Pouille.

38Enfin, Stefanardo occupe une position intermédiaire : il accorde une (légère) préférence au type 2-3, comme les deux “négligés”, mais se montre ultrapuriste en excluant totalement les polysyllabes longs en fin d’hexamètre.

  • 50 Ruiz Arzalluz 1991, 323-328 et Munari 1970, LXXVI.
  • 51 Dans sa conclusion (1991, p. 327), Arzalluz parle d’un hexamètre spondaïque dans le Ligurinus (2.1 (...)

39Quant au vers spondaïque, il est, malgré l’exemple d’Abbon, déconseillé ou évité au moyen âge, comme l’indiquent à juste titre Ruiz Arzalluz et Munari50. Pour les cinq auteurs de notre corpus, Ruiz Arzalluz n’en a relevé qu’un pour 1000 vers dans le Carmen de gestis Frederici (1.477), de même que chez Stefanardo de Vicemercato51.

  • 52 Soubiran 1965 a relevé en outre 22 cas de Tr + H (1,72 %), 6 cas de T + Tr (0,47 %) et 2 cas de Tr (...)
  • 53 Deux cas seulement, et avec une P escamotée par synalèphe. Il y a aussi un vers sans césure princi (...)

40Enfin, en ce qui concerne les césures, en éliminant les césures escamotées par synalèphe, l’hexamètre d’Abbon compte 82,16 % de penthémimères (P), mais seulement 5,79 % seule : elle est le plus souvent associée à une trithémimère (T : 12,60 %) ou, plus volontiers, à une hephthémimère (H : 22,77 %) et surtout aux deux (41 %). Abbon suit donc l’usage virgilien et pour la proportion de P (84,5 %) et pour son association avec l’hephthémimère, comme Prudence ou Marius Victorius. La triple a, toujours comme chez Prudence et Marius Victorius, est au même niveau que chez Virgile (10,17 %)52. Inversement l’association T - H (parfois avec une P escamotée par synalèphe) ne représente que 2,90 % ; H seule, 2,19 % et T seule 0,16 %53.

  • 54 V. 81, 150, 160, 161, 223, 255, 289. En dehors de mon échantillon, v. 854 (où la triple a est un e (...)

41Le Liber prefigurationum est encore plus rigoureux dans une certaine standardisation scolaire de l’hexamètre (ce qui était une tendance forte n’excluant pas d’autres organisations du vers qui introduisent de la variété devient une règle quasi absolue) : au total 97,33 % de vers à P (41,33 % seule, 13 avec T, 32 avec H et 11 avec T et H) pour un seul vers associant T et H (0,33 % : v. 211) et seulement sept cas de césure triple a (2,33 %)54 ; et bien sûr aucun exemple de T, Tr ou H seule !

  • 55 J’ai compilé les tableaux de Ruiz Arzalluz (1991, 228-231, 239-242, 278-279 et 285-286), avec quel (...)

42Parmi nos cinq poètes épiques des xiie-xiiie s., on relève deux excès (penthémimère quasi exclusive / fort développement de la triple a)55 :

43Chez Guillaume de Pouille, la césure P se rencontre dans 97 % des vers, et c’est le seul de nos cinq poètes qui use plus de la P seule que de la P couplée avec l’H ; la combinaison T-H ou la triple a sont presque inexistantes chez lui. À l’inverse, chez Joseph d’Exeter, la P ne se rencontre que dans 69,10 % des vers, alors que la triple a frôle les 29 % (beaucoup plus que chez Lucain [19,15], dans la Thébaïde [19,78] ou dans les Argonautiques [22,43 %]), avec quelques exemples de césure trochaïque associée avec soit une trithémimère soit avec une hephthémimère. Entre les deux, Stefanardo est proche de l’usage virgilien (88,70 % de P au total et un peu plus de 10 % pour la triple a), mais avec un désintérêt manifeste pour l’H sans la P. Les deux autres privilégient la P (à plus de 90 % : 90,30 pour Gautier de Châtillon ; 92,30 pour le Carmen de gestis Frederici) par rapport à la triple a, présente, contrairement à ce que l’on voit chez Guillaume de Pouille, mais à un niveau sensiblement plus bas que chez Virgile (un peu plus de 8 % pour Gautier de Châtillon ; aux alentours de 7 pour le Carmen de gestis).

44Par ailleurs, on remarque chez nos cinq poètes un désintérêt total pour l’H seule et quasi total pour l’association T-H.

  • 56 J’ai recalculé les pourcentages à partir des chiffres bruts donnés par Ruiz Arzalluz 1991.

45Si l’on passe au préhumanisme, le padouan Mussato (fin xiiie-début xive s.), dans son De obsidione domini Canis Grandis de Verona, se montre assez proche de l’Énéide dans sa préférence pour le spondée dans les quatre premiers pieds (44,31 % de dactyles ; 43,52 dans l’Énéide) et pour la décroissance de la proportion des dactyles du premier au quatrième pied56 : 63,07 / 47,85 / 42,54 / 23,78. Quant au choix des schémas des quatre premiers pieds, pour lesquels il recherche un peu moins la variété que Virgile (50,31 % pour les quatre schémas préférés), il se situe plus près de l’Énéide que des Métamorphoses, ses quatre premiers schémas étant ceux de Virgile, avec l’inversion du deuxième et du troisième très proches chez Virgile, avec un pourcentage très faible de DDDD comme dans l’Énéide, mais assez faible aussi pour SSSS (entre l’Énéide et les Métamorphoses). La comparaison avec l’hexamètre de ses Epistulae montre que dans cette œuvre non épique Mussato est beaucoup plus ovidien :

Muss. Obs.

Muss. Epist.

DSSS

15,83

12,68

DSDS

13,25

16,82

DDSS

11,04

11,34

SDSS

9,13

9,47

DDDS

8,24

7,74

SDDS

7,36

4,80

SSDS

6,70

6,40

DSSD

6,03

9,34

SDSD

5,08

3,73

SSSS

4,41

2,67

DDSD

3,97

6,27

DSDD

2,79

2,40

DDDD

1,69

1,73

SSSD

1,76

1,73

SSDD

1,17

1,60

SDDD

1,17

0,93

46On voit que dans les Épîtres DSDS passe nettement en tête, que les schémas ovidiens DSSD et DDSD remontent sensiblement, alors que SSSS baisse presque de moitié. Dans les deux œuvres quatre schémas sont manifestement très négligés.

47Chez Pétrarque globalement, les dactyles sont majoritaires dans les quatre premiers pieds (53,25 %), le Bucolicum carmen représentant la moyenne (53,2), alors que les dactyles sont un peu moins nombreux dans l’épopée (51,71, pourcentage proche de ceux de la Thébaïde [50,29], de Prudence [50,11] ou de Sédulius [51,63]) et un peu plus dans les Épîtres (55,36). Pour la disposition des quatre premiers pieds, c’est aussi la courbe de Stace (et Valerius Flaccus) que suit Pétrarque, avec une proportion de dactyles plus forte au troisième pied qu’au second (schéma préféré : dsds !) :

d1

d2

d3

d4

Afr.

72,72 %

49,88 % 5

3,47 %

30,76 %

Buc.

74,40 %

49,87 %

55,71 %

32,98 %

Epyst.

75,76 %

51,90 %

57,40 %

36,36 %

48En ce qui concerne les schémas d’agencement des dactyles et des spondées, Pétrarque se situe entre les Métamorphoses et la Thébaïde :

Afr.

Buc.

Epyst.

dsds

16,07

16,30

15,80

ddss

12,17

12,69

11,21

ddds

10,72

10,88

12,40

dsss

10,90

9,02

8,04

ddsd

7,40

7,85

8,98

ssds

6,86

7,16

6,28

dsdd

5,97

6,47

7,18

dssd

5,55

6,42

6,65

sdds

5,82

5,73

5,56

dddd

3,91

4,72

5,48

sdss

4,88

3,61

3,15

sdsd

2,93

2,33

2,59

sddd

2,02

2,01

2,49

ssdd

2,07

2,38

2,18

ssss

1,78

1,59

1,16

sssd

0,87

0,74

0,77

(Quatre premiers schémas : 49,86 % : Pétrarque marque ses préférences).

49Au schéma préféré de l’Énéide, Pétrarque préfère dans l’Africa les schémas DSDS et DDSS, ovidiens, mais aussi le préféré de Stace pour le DSDS. Le schéma DDDS est encore un peu plus fréquent que dans les Métamorphoses (8,73) ou la Thébaïde (8,92) et DDSD se situe entre Ovide (11,29) et Stace (6,33), comme DDDD, alors que DSSS se maintient de peu en troisième position (quatrième dans le Buc. carmen et cinquième dans les Epyst.) et que SDSS tombe à 4,88 (Aen. : 9,54 ; Theb. : 5,86 ; Met. : 4,2). On notera aussi, comme chez Ovide (1,31) et Stace (2,31), mais contre Virgile (Aen. : 7,09), le très faible pourcentage de SSSS.

  • 57 Ruiz Arzalluz 1991 n’a relevé que quatorze aphérèses, dont sept en fin d’hexamètre, ce qui représe (...)
  • 58 Pétrarque use moins de l’aphérèse qu’Ovide (Met. : 634), mais plus que Virgile (Aen. : 156 ; Ecl.  (...)
  • 59 Ruiz Arzalluz 1991, 136-139. Voir aussi plus loin à propos des vers spondaïques.

50Pour les synalèphes, la pratique de Mussato dans son poème épique est comparable à celle des Métamorphoses : 255 pour 1358 v., soit 18,78 % (Met. : 19,82)57. Quant à Pétrarque, s’il évite la synalèphe aux 5e et 6e pieds et ne s’autorise que très rarement trois synalèphes dans le même vers (Afr. : 19 = 0,28 % ; Buc. : 6 = 0,31 % ; Epyst. : 8 = 0,16 %), il n’y répugne pas : il se situe au niveau des Buc. de Virgile dans son Buc. carmen (27,61 % contre 27,26), un peu en dessous dans ses Epyst. (23,92) et un peu au dessus dans l’Africa (31,81 %)58, sans atteindre les proportions de Stace (35,5 %) et encore moins de l’Aen. (52,80 %). Mais on notera chez lui le retour d’une particularité à laquelle Virgile avait donné une certaine importance : l’hexamètre hypermètre. Pétrarque reconnaît explicitement cette particularité de la métrique virgilienne (ad Seru., Aen., 1.332, f ° 62v : uersus ypermetrus). On en relève chez lui quatre exemples,59 toujours avec -que, et dont trois ont des antécédents virgiliens précis :

51Afr., 2.470 nate locorumqu(e) // estis (Aen., 1.332 locorumqu(e) // erramus)

52Buc., 10.157 ferarumqu(e) // arguti ; Epyst., 3.20.13 ferarumqu(e) // at

53(Georg., 3.242 ferarumqu(e) // et ; Met., 4.780 ferarumqu(e) // in)

54Epyst., 2.10.21 (semble original) gloria utrisqu(e) // arguor.

55En ce qui concerne les clausules, l’usage de Mussato dans le De obsidione est hyperclassique à tous égards : 56,58 % de type 3-2, 36,53 pour le type 2-3 et 6,43 pour 2-1-2, soit 99,54 % pour les trois clausules les plus classiques ; les autres claussules n’apparaissent que sous forme de traces : un seul exemple (= 0,07 %) pour les types 1-2-2, 4-1, 2-2-1 et 5, et deux pour le type 3-1-1 ! Aucun vers spondaïque dans le De obsidione, un seul (12,56) dans les Épîtres.

56Les clausules de Pétrarque sont elles aussi très classiques :

Afr.

Buc.

Epyst.

3-2

45,76

44,98

45,51

2-3

45,34

48,98

46,88

2-1-2

7,47

5,68

6,11

1-2-2

0,26

0,42

0,24

3-1-1

0,77

0,42

0,79

1-2-1-1

0,02

-

0,02

4-1

0,04

0,05

0,04

2-2-1

0,11

0,10

0,22

5

0,04

0,05

0,02

1-4

0,08

0,05

0,08

4 (Spond.)

0,02

-

0,04

57Les trois clausules les plus classiques représentent 98,57 % des vers dans l’Africa. Les monosyllabes finaux non précédés d’un autre monosyllabe n’y représentent que 0,15 %, les tétrasyllabes non spondaïques 0,08 (dont six mots grecs dont deux noms propres) et les pentasyllabes finaux 0,04 (cinq au total, mais une fois seulement un nom propre).

  • 60 Ruiz Arzalluz 1991, 323-328.
  • 61 Cf. Hor., Epod., 16.29 ; Ov., Met., 2.226 ; Lucan. 2.396 ; Pers. 1.95 etc.

58Pour l’hexamètre spondaïque, Ruiz Arzalluz en relève quatre60 : aucun dans le Buc. c. (1883 v.) ; deux dans l’Africa (sur 6712 v.) et deux dans les Epyst. (sur 4886 v. ; deux fois un nom propre : 1.1.24 Apennino ; 2.16.16 Apennini)61. Les deux cas de l’Africa sont plus originaux : Arzalluz pense que le premier résulte d’une faute de texte (Afr., 7.288 firment utrimque suppose un vers spondaïque hypermètre, avec élision du e de que sur l’initiale vocalique du vers suivant, ce qui serait un unicum et il suppose une erreur de transmission : il faudrait lire firmet). Le second est lui aussi original, Afr., 7.617 heu heu quanta (avec ponctuation forte devant le premier heu, hiatus entre les deux heu et dissyllabe final, ce qui apparemment ne se rencontre jamais dans un vers spondaïque de l’antiquité latine). Mais ici la recherche du pathétique l’emporte sur le classicisme formel : funera natorum... dolor impedit ; heu heu quanta / seuitia est... !

59Enfin, pour les césures, on ne sera pas surpris du classicisme de Mussato (De obsidione), avec une domination de la P encore plus forte que dans l’Énéide (91,19 au total, dont 62,20 avec l’H) et en compensation une triple a un peu moins fréquente (8,2). La combinaison T-H ne représente que 0,7 % et on ne relève aucune T, Tr ou H seule.

  • 62 À Aen., 12.144 (f ° 222r), il note que le vers est sans césure et que, comme le dit Terentianus Ma (...)

60Pétrarque, nous le savons par les gloses qu’il a écrites sur son manuscrit du commentaire de Servius conservé à l’Ambrosienne, est sensible à cette réalité de l’hexamètre qu’il pense correspondre à une pause62 : pour lui, les deux vraies césures sont P et H, autant que possible non précédées d’un monosyllabe, et l’élision oblitère la césure. Il semble que, comme à l’époque impériale et au moyen âge (sur les manuscrits), il considère les enclitiques comme des mots indépendants. Si Pétrarque rappelle les spécificités métriques de l’hexamètre bucolique d’après Donat et Servius, il insiste, avec ces grammairiens tardifs, sur le fait que ces règles sont mieux appliquées par Théocrite que par Virgile et, de fait, les hexamètres de son Bucolicum carmen ne suivent pas ces spécificités.

  • 63 Ruiz Arzalluz 1991, 209. Car (1991, 233-6) on voit que quatre vers peuvent avoir une P par séparat (...)

61Sur les 6713 vers complets de l’Africa, seuls 8 à 12 n’ont ni P ni H63 ; un seul hexamètre peut-être sans P ou H dans les 1883 v. du Bucolicum (10.237 mais P par séparation de -que) et 5 à 7 dans les 4886 hexamètres des Epystole (2 avec P par séparation de -que ; 3 avec Tr3).

Afr.

Buc.

Epyst.

P

75,97 %

70,03 %

75,04 %

PH

51,38

50,18

52,75

P seule

24,56

19,84

22,28

TTrH

19,33

23,68

23,31

TrH

0,65

0,37

0,61

TTr

0,08

0,05

0,08

Tr seule

0,01

-

-

H seule

0,82 %

0,25 %

0,26 %

TH

1,72 %

2,57 %

1,98 %

  • 64 Comme je l’ai signalé plus haut à propos des cinq poètes des xiie-xiiie s. (n. 39), j’ai simplifié (...)

62P est présente dans les trois quarts des hexamètres de Pétrarque, ce qui est un peu moins que dans l’Énéide, mais surtout combinée avec H comme chez Virgile64. En compensation, comme chez Joseph d’Exeter, Pétrarque donne un lustre particulier à la triple a, plus que la plupart des poètes antiques. Quant à l’H, si fréquente avec P, elle est très rare avec T (surtout accompagnée d’une diérèse après le deuxième pied) et rarissime seule.

  • 65 Bien attesté dans l’antiquité, surtout devant la césure P, son ampleur est néanmoins limitée : à l (...)

63La réaction de Pétrarque contre la majorité des poètes médio-latins se voit aussi dans le phénomène d’allongement d’une syllabe, surtout fermée, à la césure : Pétrarque se distingue des poètes latins médiévaux, mais sa réaction est moins brutale que celle des préhumanistes padouans et il s’efforce de revenir ici à l’usage du maître de l’hexamètre latin, Virgile65.

64Parmi les poètes épiques tardifs, on peut considérer comme assez nettement virgiliens Juvencus (sauf pour les synalèphes et avec académisme dans les césures), Cyprianus et Victorius (sauf pour les synalèphes), et Paulin de Périgueux (sauf pour les synalèphes et certains traits, comme l’importance du dactyle 3, qui le rapprochent de Stace). Entre Virgile et Ovide : Prudence (mais avec quelques traits de Stace et certains archaïsmes), Sédulius (lui aussi avec quelques traits de Stace et moins de synalèphes que Lucain), Avit (lui aussi avec moins de synalèphes que Lucain) et dans une certaine mesure Corippe qui, à quelques traits de Stace et au faible nombre de synalèphes ajoute l’ultrapurisme de ses clausules. Claudien est assez proche de Lucain, qui avait un peu infléchi la manière de Virgile, mais avec des tendances puristes dans le choix des clausules et le très faible nombre de ses élisions. Arator et Venance Fortunat se rapprochent par certains hyper-ovidianismes comme la prépondérance des dactyles (Fortunat est le plus dactylique de tous les poètes latins épiques de l’antiquité) et le désintérêt pour le schéma épique privilégié par Virgile (DSSS), mais avec aussi des différences entre eux : Fortunat élide à peu près comme Ovide, mais Arator deux fois moins que Lucain ; les clausules d’Arator sont comparables à celles d’Ovide, alors que Fortunat est plus proche de l’Énéide et surtout Fortunat, rejoignant le premier poète épique chrétien Juvencus, privilégie de façon excessive la césure penthémimère alors qu’Arator, comme Sédulius, la réduit assez sensiblement pour développer la triple a.

  • 66 Les cinq poètes des xiie-xiiie s. ici considérés manifestent un désintérêt très net pour la combin (...)

65L’hexamètre d’Abbon est assez proche de celui de Prudence, sauf pour le nombre plus réduit de ses synalèphes et pour ses clausules, irrégulières, encore plus nombreuses que celles de Prudence, qui était déjà sur ce point le plus irrégulier des poètes épiques tardifs. Quant au Liber prefigurationum, il a été écrit par un professeur monastique, versificateur besogneux qui multiplie les spondées (premier type, SSSS !) et les clausules irrégulières (encore plus qu’Abbon !), et s’impose une penthémimère quasi obligatoire (97,33 %) et l’absence totale de synalèphe ou d’aphérèse ! Guillaume de Pouille, un peu moins spondaïque que Virgile, se rapproche d’Ovide pour les schémas métriques et la proportion de dactyles au pied 4 ; il élide encore moins que Claudien, mais ses clausules sont négligées et la penthémimère domine chez lui presque sans partage. Poète soigné, Gautier de Châtillon se rapproche de Stace, Prudence et Sédulius pour la proportion des dactyles, mais dans l’ordre décroissant virgilien et avec des schémas plus ovidiens que virgiliens ; sa fréquence d’élision se situe entre celles d’Ovide et Claudien, ses clausules sont soignées et il privilégie la penthémimère sans négliger la triple a. Poète soigné lui aussi, Joseph d’Exeter se situe entre l’Énéide et la Thébaïde pour le choix des pieds et leurs schémas (sauf pour la proportion surprenante de SSSD), élide dans une proportion comparable à celle d’Ovide, avec des clausules classiques et un développement de la triple a au-delà de l’usage de Stace ou Valerius Flaccus. L’auteur du Carmen de gestis est un poète négligé, un peu moins spondaïque que Virgile, mais avec des schémas métriques assez virgiliens ; il élide à peu près au même niveau que Claudien, mais ses clausules sont négligées et il privilégie assez fortement la penthémimère par rapport à la triple a.66 Stefanardo est assez virgilien (proportion et disposition des spondées, schémas métriques, césures), avec des clausules ultrapuristes (sauf la préférence donnée au type 2-3 par rapport à 3-2) ; il limite fortement l’élision (un peu plus que Claudien).

  • 67 En revanche, ses Epistulae sont plus ovidiennes.

66Dans son De obsidione domini Canis Grandis de Verona67, Mussato se montre virgilien (proportion et place des dactyles, schémas métriques), avec des clausules hyperclassiques, comme ses césures (mais avec une augmentation de la proportion des penthémimères par rapport aux triples a), mais il élide quantitativement comme Ovide. Quant à Pétrarque, en réaction contre les “médiévaux” (sauf Joseph d’Exeter), il opère une synthèse philologique de l’usage classique en référence à Virgile et à Stace : il se rapproche de Stace par la proportion et la place des dactyles, les schémas métriques et dans une certaine mesure la fréquence des élisions (un peu plus faible que chez Stace, mais beaucoup plus que chez Virgile) ; mais le retour de l’hexamètre hypermètre est clairement ressenti comme un virgilianisme. Ses clausules sont très classiques et il développe, comme Joseph d’Exeter, la triple a en atténuant la domination de la penthémimère.

Notes

1 Enea Silvio Piccolomini (colloque de Grenoble, 2010), Marulle (colloque de Sassoferrato, juillet 2011), Tito Vespasiano et Ercole Strozzi (congrès de l’I. A. N. L. S., Münster, Allemagne, août 2012), Alciat (colloque de Nantes, automne 2010).

2 Flammini 1999 ; Longpré 1975 ; Strzelecki 1949.

3 Charlet 1980, 102-113 et 252-260 ; Encuentra Ortega 2000 ; Luque Moreno 1978 ; Tordeur 1972 ; voir aussi Strzelecki 1949.

4 Ceccarelli 2004 ; Évrard 2000 et 2002 ; Marsili 1957 ; Soubiran 1999.

5 Longpré 1972a et 1972b.

6 Flammini 2003.

7 Flammini 2000.

8 Longpré 1976.

9 Ceccarelli 2008, 165.

10 Voir Duckworth 1969, 55-59.

11 Me plaçant ici du point de vue du lecteur-auditeur qui entend ou enregistre des vers sans être en mesure de percevoir si, par rapport à sa fréquence habituelle de dactyles ou de spondées, le poète a privilégié ou évité tel type de schéma métrique, je ne retiens pas ici les statistiques de Ceccarelli 2008 sur le rapport entre schémas attendus et schémas constatés (statistique intéressance du point de vue de la création poétique).

12 Silius : DSSS 13,08 ; SDSS 11,93 ; SSSS 9,68 ; DSDS 9,32 ; DDSS 9,02 et DDDD 1,50.

13 Sur ce point, Ceccarelli 2004 n’a pas jugé utile de distinguer le De raptu des autres poèmes hexamétriques de Claudien.

14 Les chiffres concernant le De raptu Proserpinae sont obtenus par totalisation des chiffres donnés pour chaque chant (sans variation vraiment significative) par Ceccarelli 2004, 139.

15 Le tableau qui suit reprend les statistiques de Ceccarelli 2008. Le classement que donne Duckworth 1969 pour le seul De raptu Proserpinae ne diffère que très légèrement en inversant les types 2 et 3 : DDSS devant DSSS et en donnant pour DSDS 18,93 % et pour les quatre premiers schémas 57,07 % (55,76 selon les chiffres de Ceccarelli).

16 Valerius Flaccus (53,77 %) se rapproche sur ce point des Métamorphoses (54,58 %).

17 Je reprends les statistiques de Ceccarelli 2008. Les résultats de Duckworth 1969 pour Prudence, qui ne prennent en compte que la Psychomachia et l’Hamartigenia, ne modifient qu’à peine ce tableau : inversion des types 1 et 2 (DDSS premier à 11,31 % devant DSDS) et 42,77 % pour les quatre premiers types contre 41,70 selon Ceccarelli).

18 Pour ce dernier, pourcentage faible dans la Johannide.

19 De même le type prisé dans l’hexamètre latin épique classique SDSS ne représente que 4,56 % chez Arator et 5,44 chez Fortunat.

20 Un peu moins encore que dans le Panégyrique (13,28).

21 Le détail pour Claudien est donné par Ceccarelli 2004, 131. J’ai additionné les résultats (croissants) des trois chants du poème.

22 On sait que l’hexamètre satirique est beaucoup plus libre : dans les Satires d’Horace, les clausules “anormales” représentent 24,30 % des cas. Je reprends ici les statistiques de Ceccarelli 2008, même si mon analyse métrique des clausules n’est pas tout à fait la même que la sienne, comme je le montre dans mes études sur l’hexamètre latin humaniste. Après Virgile, les clausules “irrégulières” peuvent correspondre à un effet de prosaïsme (comme dans la satire), d’archaïsme, notamment avec les tétra ou surtout pentasyllabes du type quadrupedantum comme les aiment Ennius, Lucilius ou Lucrèce, d’hellénisme ou encore à des noms propres, à des fins de vers spondaïques (voir plus loin) ou à des effets de style.

23 Juvencus et Fortunat ne répugnent pas trop au type quadrupedantum.

24 Voir Charlet 1980, 113 et 259-260. Le cas d’Aviénus est probablement un peu différent car l’influence de la métrique grecque (Aratos) a pu jouer pour lui comme pour Germanicus. La Psychomachia est un peu plus soignée que les autres poèmes.

25 Ici, je reprends les chiffres de Duckworth 1969. Voir Charlet 1980, 104 et 253.

26 La fréquence est encore moins grande dans les poèmes épidictiques (échantillon I de Duckworth 1969) : 1 pour 2430 v.

27 Cf. aussi Sidoine Apollinaire (1 pour 143,8 v.), sur l’archaïsme duquel j’ai, dans la ligne de Gianbattista Pio, parlé ailleurs. Le cas d’Aviénus (1 pour 64,7 v.), comme celui de Germanicus (Arat. : 1 pour 170,3 v.), me paraît relever de l’hellénisme.

28 Ici encore je reprends les statistiques de Ceccarelli 2008 (par soustraction des vers à trochaïque troisième et des vers sans penthémimère ni trochaïque troisième). Green 1971, p. 114-115, à partir d’échantillons de 2000 vers, donne des chiffres à peine différents : 82,45 pour Virgile, 90,75 pour Ovide, 88,35 pour Prudence et 75,8 pour Claudien.

29 Pour l’hexamètre médiolatin en général, Klopsch 1972 ; Orlandi 1988 et 2002.

30 Longtemps inédit, ce poème a été publié par Dinkova-Bruun 2007.

31 Wilmans 1851 ; Mathieu 1961. Étude métrique : Leotta 1976.

32 Colker 1978. Étude : Christensen 1905 (pour la métrique, p. 56-75).

33 Gompf 1970. Étude : Sedgwick 1930.

34 Schmale-Ott 1965.

35 Calligaris 1910.

36 Soubiran 1965, 256-262.

37 Stat., Ach. : 51 ; cf. Sédulius 51,63 (Corippe 48,16 ; Verg. Ecl. 49,19 ; Columelle 50,23).

38 Je me fonde toujours sur les tableaux de Ruiz Arzalluz 1991, mais parfois recalculés à partir des chiffres bruts, car il existe des discordances entre la p. 356 et les p. 357-358.

39 J’ai recalculé les pourcentages de Guillaume de Pouille, Joseph d’Exeter et Stefanardo, car le tableau de Ruiz Arzalluz 1991, 356 montre un total respectif de 995, 1063 et 1001 alors que les pourcentages donnés p. 357-358 ont été calculés sur une base de 1000 vers.

40 Ruiz Arzalluz 1991, 78-82.

41 Munari 1970, LXIX-LXXI.

42 Carozzi, éd. 1979, XXXIX-XL (j’avais inspiré cette étude métrique) : une élision sur 432 hexamètres (v. 340).

43 Deux vers inscandables. Deux exceptions apparentes : au v. 305, lire summopere (déjà chez Cicéron) et non summo opere ; au v. 704 la fin de vers imprimée par Dinkova (d’après P ?) est amétrique, la synalèphe aboutissant à... un crétique : baptismate et religione. Le texte ne peut être que baptismate, religione (un scribe puriste aura ajouté un et comme glose classicisante au dessus de la ligne et cette glose sera passée dans le texte) ; l’auteur anonyme juxtapose souvent deux termes (cf. v. 870 clausule corpore, mente).

44 Christensen 1905 en relève 772 pour l’ensemble du poème, soit 15,8 %.

45 Soubiran 1965. Le métricien français estime les clausules d’Abbon très fautives par rapport aux sondages qu’il a faits dans les Poetae aeui carolini, où seul Amalarius (t. I, p. 426 sq.) lui semble aussi peu soigné sur ce point qu’Abbon.

46 Sur cinq monosyllabes en fin d’hexamètre, quatre sont précédés d’un autre monosyllabe.

47 Cinq types 2-2-1 : v. 51, 159, 198, 199 et 223. Un type 1-3-1 : v. 132. Encore faut-il noter que deux vers qui associent deux monosyllabes finaux ont une structure verbale insolite (1-2-1-1) : v. 20 et 24.

48 Ruiz Arzalluz 1991, 303-305 ne donne aucun témoignage médiéval avant la fin du xiie s. Chez les modernes, les avis sont partagés pour certaines clausules, surtout le type 1-2-2 (si bona norint) : les grammairiens médiévaux n’ont pas d’objection et Nougaret 1963 et Ruiz Arzalluz 1991 le considèrent comme classique, mais d’autres (Soubiran, Ceccarelli...) le jugent anormal (place de l’accent). L’usage des cinq poètes épiques de notre corpus indique assez clairement qu’ils évitent les clausules 1-2-2, 3-1-1 et à plus forte raison 1-2-1-1.

49 Ruiz Arzalluz 1991, 310.

50 Ruiz Arzalluz 1991, 323-328 et Munari 1970, LXXVI.

51 Dans sa conclusion (1991, p. 327), Arzalluz parle d’un hexamètre spondaïque dans le Ligurinus (2.111), mais son tableau de la p. 310 indique 0 (confusion ?) !

52 Soubiran 1965 a relevé en outre 22 cas de Tr + H (1,72 %), 6 cas de T + Tr (0,47 %) et 2 cas de Tr seule (0,16 %).

53 Deux cas seulement, et avec une P escamotée par synalèphe. Il y a aussi un vers sans césure principale (Soubiran 1965 note seulement l’association Tr2 et Tr4).

54 V. 81, 150, 160, 161, 223, 255, 289. En dehors de mon échantillon, v. 854 (où la triple a est un emprunt à Aen., 1.10) et 919. Une seule diérèse bucolique, v. 39, avec d4, mais enchaînement voyelle - consonne.

55 J’ai compilé les tableaux de Ruiz Arzalluz (1991, 228-231, 239-242, 278-279 et 285-286), avec quelques modifications compte tenu du fait que je n’ai pas pris en compte les diérèses (après le deuxième comme après le quatrième pied), qui ne sont pas des césures, ni les fins de mots au trochée 4.

56 J’ai recalculé les pourcentages à partir des chiffres bruts donnés par Ruiz Arzalluz 1991.

57 Ruiz Arzalluz 1991 n’a relevé que quatorze aphérèses, dont sept en fin d’hexamètre, ce qui représente à peine un peu plus d’un pour cent.

58 Pétrarque use moins de l’aphérèse qu’Ovide (Met. : 634), mais plus que Virgile (Aen. : 156 ; Ecl. : 17) : Afr. 201 ; Buc. 56 ; Epyst. 101 (Ruiz Arzalluz 1991, 140-150).

59 Ruiz Arzalluz 1991, 136-139. Voir aussi plus loin à propos des vers spondaïques.

60 Ruiz Arzalluz 1991, 323-328.

61 Cf. Hor., Epod., 16.29 ; Ov., Met., 2.226 ; Lucan. 2.396 ; Pers. 1.95 etc.

62 À Aen., 12.144 (f ° 222r), il note que le vers est sans césure et que, comme le dit Terentianus Maurus (v. 1707), c’est un phénomène rare, mais non impossible.

63 Ruiz Arzalluz 1991, 209. Car (1991, 233-6) on voit que quatre vers peuvent avoir une P par séparation de – que ; dans quatre cas, P est escamotée par une synalèphe ; trois vers ont une Tr.

64 Comme je l’ai signalé plus haut à propos des cinq poètes des xiie-xiiie s. (n. 39), j’ai simplifié le tableau de Ruiz Arzalluz 1991, 241.

65 Bien attesté dans l’antiquité, surtout devant la césure P, son ampleur est néanmoins limitée : à l’époque classique on compte environ un allongement de ce type pour 200 h. (Ruiz Arzalluz 1991, 165-189, en particulier p. 179). Noté par Servius, ce phénomène est bien connu au m. â. et prend de l’ampleur, devant h consonans ou non, au point de devenir une caractéristique de l’hexamètre médio-latin, même chez les puristes Joseph d’Exeter ou Gautier de Châtillon. Comme le montrent ses postille, Pétrarque connaît ce phénomène, mais le considère comme une licence à éviter si possible. En réaction contre les médio-latins, même si cette réaction est moins forte que celle de Lovato ou Mussato qui rejettent totalement cette licence, il revient à un usage classique modéré : Africa 16 (0,23 % des vers) ; Buc. 9 (0,40) ; Epyst. 20 (0,40), dont respectivement 7, 2 et 8 cas en syllabe ouverte (donc réticence plus grande dans l’Africa).

66 Les cinq poètes des xiie-xiiie s. ici considérés manifestent un désintérêt très net pour la combinaison T-H et à plus forte raison pour l’H seule.

67 En revanche, ses Epistulae sont plus ovidiennes.

Auteur

Université d’Aix-Marseille
Centre Paul-Albert Février

© Ausonius Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540