Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tradition et innovation dans l’épopée latine, de l’Antiquité au Moyen Âge

 | 
Aline Estèves
, 
Jean Meyers

Épopée classique et post-classique

La “grande course” dans trois épopées romaines

Georges Devallet

Texte intégral

1Dans l’esthétique antique classique, la référence aux grands modèles que sont l’Iliade et l’Odyssée est une quasi-obligation, mais encore faut-il ne pas tomber dans le plagiat. Pour l’éviter, on sait que les épiques ont recours à des procédés de réécriture qui partent de l’imitatio, mais transforment quelque peu leur modèle par une retractatio, un “retraitement” au cours duquel ils ajoutent des innovations qui donneront à chaque œuvre son caractère propre : c’est la uariatio.

  • 1 Verg., Aen., 1.104-602 ; Stat., Theb., 6.251-946 ; Sil., Pun., 16.303-591. Les éditions utilisées (...)

2On peut trouver un exemple de cette pratique dans un topos quasi-canonique de certaines épopées classiques : l’épisode des jeux. Le modèle s’en trouve bien évidemment au xxiiie chant de l’Iliade, dans les jeux qu’organise Achille en l’honneur de Patrocle, mais il se retrouve dans trois épopées romaines, l’Énéide de Virgile, les Punica de Silius Italicus et la Thébaide de Stace1.

3Ces trois épisodes ont en commun d’être des jeux en l’honneur d’un défunt, organisés soit comme présent (Il., Théb.), soit comme anniversaire (Aen.), soit encore dans les Punica en hommage retardé que Scipion, le futur Africain, offre à la mémoire de son père et de son oncle tués au combat en Espagne cinq ans plus tôt. Tous ces passages s’ouvrent par des rites funéraires – avec même une pompa chez Stace – et, chez les épiques latins, se terminent à l’identique par un prodige : la flèche tirée par Aceste le roi sicilien hôte des Troyens s’évanouit dans les airs comme une comète (Aen.), celle que décoche le roi Adraste revient vers lui (Theb.), et la pique lancée par Scipion (Pun.) se fiche en terre et se transforme en arbre.

4Le nombre et la nature des compétitions offre plus de variété ; l’Iliade, avec huit épreuves, en donne la série la plus complète qui servira de modèle aux épiques latins :

Iliade

Enéide

Thébaide

Punica

chars

Régate

Chars

Chars

Pugilat

Course à pied

Course à pied

Course à pied

Lutte

Ceste

Disque

Course à pied

Ceste

Combat à l’épée

lutte

Combat à l’épée

Disque

Combat à l’épée

Tir à l’arc

Tir à l’arc

Tir à l’arc

Javelot

Javelot

5On constate à première vue que chez les trois épiques latins seules sont reprises à la même place et dans le même ordre, et avec la même importance, les deux premières compétitions, deux courses qui occupent la moitié de l’épisode chez Silius (comme d’ailleurs c’était le cas dans l’Iliade), les 2/5 ° chez Virgile et un tiers chez Stace. Tout s’ouvre donc par cette épreuve majeure, et la comparaison du détail du déroulement montre que les vaisseaux de Virgile sont en tout point l’équivalent des chars chez les autres épiques. En outre, la comparaison des trois textes, dans leur relation au modèle homérique, permet de dégager dans les trois épopées romaines pour le déroulement de cette “grande course” un schéma narratif identique à partir duquel s’introduisent des variations qui assurent à chaque texte son caractère propre.

La “grande course” et son déroulement

Le modèle homérique

6Dans l’Iliade, où cinq chars s’affrontent, après avoir tourné autour de la borne, Eumèle est premier suivi de près par Diomède qui le dépasserait même si Apollon ne lui faisait lâcher son fouet. Athéna le lui rend, brise le joug du char d’Eumèle, et permet ainsi à Diomède de devancer tous les autres concurrents. Ménélas et Antiloque sont roue dans roue, Mérion est dernier. Puis Antiloque, par une manœuvre hardie et même déloyale, dépasse Ménélas. C’est donc le char en seconde position au début de la course qui la termine en vainqueur.

7Tous les concurrents reçoivent des prix et ce palmarès ne va pas sans contestations : Achille veut donner le second prix à Eumèle mais Antiloque proteste et Eumèle reçoit un prix de consolation, puis Ménélas accuse Antiloque de l’avoir gêné. Antiloque veut renoncer à la cavale qui lui revient mais Ménélas, magnanime, lui laisse sa récompense.

Les épiques latins

Les données initiales

8Virgile et Silius, plus proches des traditions du cirque romain, réduisent à quatre le nombre des concurrents. Stace pour impliquer les sept chefs alliés contre Thèbes, aligne au départ sept quadriges, mais seuls quatre d’entre eux resteront dans la course. Virgile cite le nom de chaque navire et celui du capitaine, Silius le nom de chaque aurige et celui du cheval le plus important du quadrige le funalis (le cheval de volée) de gauche, car dans le sens de la rotation il devra prendre le tournant au plus près sans heurter la borne avec la roue. Stace nomme les auriges, donne quelques indications sur les attelages, mais ne nomme que le funalis de Polynice car Arion est fils de Neptune et aura un rôle important dans la course.

9Dans l’Énéide, le parcours est un aller-retour autour d’un îlot balise où Enée a fait placer un arbuste. Silius, lui, imagine un cirque à la romaine avec une meta tandis que Stace, en conformité avec le caractère archaïque de son sujet, reste fidèle à la forme première du parcours : une vallée encaissée formera un cirque naturel avec une piste délimitée par deux bornes.

Déroulement de la course

10Il peut être schématisé en cinq séquences dans les trois épopées.

Premier classement

11Peu après le départ, un concurrent se détache, suivi de près par un second, alors que les derniers luttent côte à côte sans réussir à se départager. On a alors l’échelonnement suivant :

Énéide

Punica

Thébaide

A) Gyas + Chimère

A) Cyrnus + Lampon

A) Polynice + Arion

B) Cloanthe + Scylla

B) Hibérus + Panchates

B) Amphiaraos

C) Mnesthée + Pristis

C) Durius + Pelorus

C) Admète

D) Sergeste + Centaure

D) Atlas + Caucasus

D) les jumeaux Eunée

E) Thoas

F) Chromis

Première péripétie

12Vers le milieu de la course, B dépasse A à la faveur d’une erreur de celui-ci : le pilote de Gyas tourne trop largement autour de la balise. Cyrnus est parti trop vite et ses chevaux sont épuisés. Arion échappe au contrôle de Polynice et prend le large, permettant ainsi à Amphiaraos de passer en tête, mais très provisoirement, car le cheval fils de Neptune reprend assez vite la tête du peloton. Les derniers courent toujours de conserve.

L’accident

13Sergeste passe trop près de la balise et y brise son navire (Aen.). Atlas est serré par Durius malgré ses mises en garde, et son char est détruit : il proteste avec véhémence (Pun.). Thoas tombe ; son frère veut lui porter secours, il en est empêché par Hippodamas mais Chromis bloque ce dernier, le renverse, puis retient ses chevaux qui voulaient dévorer le vaincu, et abandonne. La foule applaudit à cette attitude chevaleresque. Trois concurrents se trouvent donc hors de course (Theb.).

Péripétie finale

14Chez Virgile et Silius, C dépasse alors A (l’ancien premier devenu second) et se prend même à espérer la victoire. Mais un événement inattendu l’en empêche. Mnesthée ne peut rien contre l’action des dieux qui répondent aux prières de Cléanthe. Durius perd son fouet.

15Chez Stace, se trouve une variation originale, plus proche du modèle homérique : Apollon soucieux de voir triompher Amphiaraos suscite devant le char de Polynice une apparition épouvantable. Les chevaux se cabrent, Polynice est éjecté, mais le char continue sans lui. Cette particularité influencera la dernière séquence.

L’arrivée

16Dans l’Énéide comme dans les Punica, le concurrent D ayant été éliminé, l’ordre d’arrivée est B, puis C, puis A. Dans la Thébaide, le char de Polynice (A), mené par Arion, arrive en tête, mais privé de son aurige il ne peut être classé. Amphiaraos (B) est donc déclaré vainqueur. Admète (C) est second. Curieusement, rien n’est dit d’Eumée, pourtant nécessairement arrivé troisième, mais pour lequel, comme on va le voir, aucun prix n’est mentionné. Si l’on s’en tient donc à l’ordre des récompenses, on retrouve la même succession B, C, A.

Les récompenses

17Virgile, imité en cela par Silius, fait d’abord attribuer à tous les concurrents un “prix de participation” : des taureaux, du vin et un talent d’argent pour chaque équipage (Aen.), une hache pour chaque aurige (Pun.) ; rien de tel dans la Thébaide.

18Viennent ensuite les récompenses hiérarchisées auxquelles seuls ont droit les trois premiers : dans l’Énéide, le vainqueur de la régate remporte une chlamyde brodée d’or, le second une cotte de mailles et le troisième des bassins et une coupe. Chez Silius respectivement un coursier, deux coupes et une peau de lion. Mais le concurrent malchanceux, celui dont le navire ou le char s’est brisé, n’est pas oublié : on lui donne un (ou une) esclave pour prix de consolation. Stace semble avoir voulu se conformer sur ce point au schéma virgilien : le vainqueur reçoit une coupe ciselée, le second une chlamyde brodée, le troisième n’est pas nommé. Et le malheureux Polynice, jeté au bas de son char, tient ici le rôle du concurrent éliminé : il reçoit le même type de prix de consolation, une jeune esclave achéenne.

19Ces épisodes suivent donc les mêmes étapes dans leur déroulement. Ce sont des variations romaines de la course de chars dans l’Iliade, Silius est plus proche de Virgile ; Stace, comme son sujet le postulait, emprunte davantage à Homère. Un concurrent est mis hors de course par accident mais reçoit tout de même un prix.

Chars et navires

20Ces similitudes dans le déroulement de l’épreuve ne sont pas les seuls aspects qui permettent d’assimiler la régate de l’Énéide aux courses de chars. Virgile, au début de l’épisode, compare explicitement le départ fulgurant des vaisseaux à celui d’une course de biges (Aen., 5.144-147) :

Non tam praecipites biiugo certamine campum
corripuere, ruuntque effusi carcere currus
nec sic immissis aurigae undantia lora
concussere iugis pronique in uerbera pendent.

“Les chars dans une course de biges, n’ont jamais dévoré la plaine avec plus d’impétuosité quand leur torrent se précipite hors des barrières, ni les auriges plus vivement secoué les guides ondoyantes sur l’attelage qu’ils viennent de lancer : le corps en avant, ils se penchent pour le toucher du fouet”.

21Vitesse, loges (carceres) où l’on maintient les chars avant le départ, attitude de l’aurige penché sur l’encolure de ses chevaux pour les exciter du fouet, toutes ces notations se retrouveront exactement chez Silius, avec encore d’autres détails caractéristiques. C’est ainsi que Durius encourage son cheval Pelorus comme Mnesthée, capitaine de la Pristis, le fait pour ses rameurs ; tous deux sont en troisième position, tous deux vont remonter à la deuxième place après avoir caressé l’espoir de gagner la course. On peut aussi comparer les mésaventures des derniers : Sergeste, dont le navire est resté accroché par la proue sur les brisants, est bien proche d’Atlas, tout désemparé au milieu des morceaux de son char brisé. Les vaisseaux d’Énée sont donc bien des chars sur l’eau, les capitaines en sont les auriges et les rameurs les chevaux. Et pour cette épreuve, qui est la reine des jeux, les épiques latins ont su reprendre, souvent jusque dans le détail, les éléments que leur fournissait l’Iliade mais en les restructurant selon une progression très romaine. On peut sans doute voir là, outre une retractatio avec un souci de uariatio, une volonté d’évoquer pour leur public des péripéties qui étaient celles du Circus Maximus.

La course, métaphore des fata de Rome

22Cette romanisation de la course, avec notamment l’introduction des quadriges et l’affrontement de quatre concurrents, présente un dénouement essentiellement romain : c’est celui qui se trouve en seconde position au début de la course et qui, comme le Cloanthe de l’Énéide, a mis sa confiance dans le soutien des dieux, qui finit par l’emporter. Cette victoire est à rapprocher de ce qui se passe dans les aristies : le schéma du combat épique montre que c’est celui des deux guerriers qui porte le premier coup qui sera finalement vaincu, circonstance qui semble bien commune à toute situation de certamen. Et c’est peut-être là la métaphore d’un trait majeur de la mentalité romaine : la réalisation finale, même celle d’un grand dessein, passe par de sinistres épreuves initiales suivies de ce qu’on appellerait de nos jours une “résilience”. La leçon de la “guerre d’Hannibal” n’a pas été perdue...

23Mais n’est-ce pas là ce qui convient au peuple que les fata ont choisi pour gouverner le monde ?

Annexes

Annexe

Les jeux épiques : les épreuves

Iliade

Énéide

Thébaide

Punica

chars

Régate

Chars

Chars

Pugilat

Course à pied

Course à pied

Course à pied

Lutte

Ceste

Disque

Course à pied

Ceste

Combat à l’épée

lutte

Combat à l’épée

Disque

Combat à l’épée

Tir à l’arc

Tir à l’arc

Tir à l’arc

Javelot

Javelot

Les concurrents, leurs chevaux ou leurs navires

Iliade

Énéide

Punica

Thébaide

A) Eumèle

Gyas Chimère

Cyrnus Lampon

Polynice Arion

B) Diomède

Cloanthe Scylla

Hibérus Panchates

Amphiaraus

C) Ménélas

Mnesthée Pristis

Durius Pélorus

Admète

D) Antiloque

Sergeste Centaure

Atlas Caucasus

Eunée (Jumeaux)

E) Mérion

Thoas

Chromis

Hippodamas

Notes

1 Verg., Aen., 1.104-602 ; Stat., Theb., 6.251-946 ; Sil., Pun., 16.303-591. Les éditions utilisées sont celles de la Collection des Universités de France.

Auteur

Université Montpellier 3 EA 4424 C

© Ausonius Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540