Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Tradition et innovation dans l’épopée latine, de l’Antiquité au Moyen Âge

 | 
Aline Estèves
, 
Jean Meyers

Épopée classique et post-classique

Manières épiques de fuir un champ de bataille

Jean-Baptiste Riocreux

Texte intégral

  • 1 Loraux 1985.

1Cet article emprunte au livre de Nicole Loraux, Façons tragiques de tuer une femme1, son titre et l’idée qu’il contient : pour un même acte certaines façons de l’exécuter correspondent mieux que d’autres aux exigences d’un genre. L’épopée a des codes, un sens des convenances et de la vraisemblance qui lui sont propres. La fuite loin du champ de bataille peut sembler a priori étrangère voire contraire au comportement attendu du héros épique. En réalité, il n’en va pas ainsi. Le héros peut fuir, mais sa fuite doit remplir des conditions précises pour être acceptable. Or dans le cas d’une épopée historique, comme la Pharsale de Lucain et les Puniques de Silius Italicus, le poète doit composer avec ces attentes génériques mais aussi avec une réalité connue, puisqu’elle relève de l’histoire, récente voire très récente, et qu’elle a fait l’objet de nombreux récits. Les deux peuvent s’accorder mais aussi s’opposer. Dans ce cas-là, il est nécessaire soit que l’auteur infléchisse l’histoire, soit qu’il s’affranchisse en partie des contraintes du genre. C’est là un choix poétique. Je voudrais montrer que Lucain et Silius Italicus ont rencontré cette difficulté et qu’ils ne l’ont pas résolue de la même façon.

  • 2 Pagani 2008, 365-366.

2Il convient de rappeler tout d’abord que la fuite n’est pas totalement exclue de l’éventail des comportements possibles du héros épique, à certaines conditions. En travaillant sur l’Iliade, le modèle par excellence de l’épopée, Lara Pagani, dans Eroi nell’Iliade. Personaggi e strutture narrative, les a dénombrées et distinguées2. Une fuite se justifie par :

  • le désir d’éviter une mort honteuse,
  • une blessure,
  • une situation stratégique défavorable, notamment une infériorité numérique,
  • une manifestation de l’hostilité des dieux,
  • le désir, pour un chef, d’épargner ses troupes.
  • 3 Rambaud 1955, 258-296.
  • 4 Narducci 1979, 114-115.
  • 5 Johnson 1987, 80-81.

3Ces indications permettent d’éclairer le récit de la fuite de Pompée dans la Pharsale. Il est en effet loin d’être univoque. C’est pourquoi il a pu être interprété en des sens parfois contraires. La lecture la plus orthodoxe est celle d’une apologie de Pompée par Lucain. Elle a été défendue par Michel Rambaud3 et reprise, par exemple, par Emanuele Narducci4 de façon très convaincante. Mais Johnson, dans Momentary Monsters5, s’oppose à cette interprétation et voit dans la description de la fuite de Pompée l’aboutissement ridicule du parcours d’un véritable miles gloriosus. La valeur de l’interprétation de Johnson souffre un peu du parti pris très subjectif de tout son livre, mais elle se soutient, notamment, par une contradiction dans le texte, que Rambaud évacue à défaut de pouvoir l’expliquer. Cette contradiction réside dans l’opposition entre le premier tableau de la fuite de Pompée au livre 7, qui serait donc apologétique, et un second au début du livre 8, beaucoup plus sévère puisqu’il montre un homme en proie à la panique et qui a perdu toute raison.

  • 6 Caes., Ciu., 3.96 : Pompeius, iam cum intra uallum nostri uersarentur, equum nactus, detractis ins (...)
  • 7 Plut., Pomp., 72.1-3 : Τραπομένων δὲ τούτων, ὡς κατεῖδε τὸν κονιορτὸν ὁ Πομπήϊος καὶ τὸ περὶ τοὺς (...)
  • 8 App., BC, 2.339 : Πομπήϊος δ’ἐπεὶ τὴν τροπὴν εἶδεν, ἔκφρων αὑτοῦ γενόμενος ἀπῄει βάδην ἐς τὸ στρατ (...)

4Cette fuite est-elle ridicule ou non ? Ce ne sont pas seulement les critiques qui, sur ce point, sont en désaccord, c’est le texte lui-même. Les récits historiques, avec leurs détails, se rapprochent plutôt de la description du livre 8. C’est naturel chez César, mais c’est aussi le cas chez Plutarque. César insiste sur la rapidité du départ de Pompée6, Plutarque sur l’état d’hébétude du général romain7. Surtout, les deux signalent le même détail : Pompée quitte les ornements du commandement. C’est souligner le caractère indigne et dégradant de son geste. Appien est le plus dur et représente un Pompée en proie au délire8.

5Pour revenir à la première narration, au livre 7, elle semble manifestement apologétique. Lucain développe deux séries d’excuses qui disculpent son héros du soupçon de lâcheté, la première dans la narration, la seconde dans un commentaire.

  • 9 Luc. 7.647-655 : Iam Magnus transisse deos Romanaque fata/senserat infelix tota uix clade coactus/ (...)
  • 10 Caesaris aut oculis uoluit subducere mortem, “Peut-être voulut-il soustraire sa mort aux yeux de C (...)

6Dans la narration, Lucain a soin de faire voir que Pompée bénéficie de presque toutes les excuses épiques homologuées : il y a une hostilité des dieux (7.647-6489), une situation stratégique défavorable et, pour tout dire, désespérée (7.649-651 ; notez que la position surélevée de Pompée est là pour souligner sa hauteur de vue, sa distance). S’il n’est pas directement blessé, il l’est indirectement à travers ses hommes (7.653). Le souci du salut de ses hommes est le motif premier de sa décision (7.654-655). Enfin, son désir de ne pas être livré mort aux regards impudents de César (7.67310) peut être rapproché de la volonté de fuir une mort honteuse. Tous ces éléments constituent, manifestement, une justification de la fuite de Pompée relevant de la logique épique.

  • 11 Iam pondere fati/deposito securus abis; nunc tempora laeta/ respexisse uacat; spes numquam implend (...)
  • 12 Le verbe fugere peut être employé pour exprimer cette idée de détachement du monde chez les Stoïci (...)

7Puis, faisant suite à ce récit, un commentaire du poète s’étend sur vingt-cinq vers. Il y justifie à nouveau la fuite de Pompée, mais dans une perspective différente et qui n’est pas épique. Dans un premier temps (7.686-68911), l’événement est relu dans une perspective stoïcienne. La fuite de Pompée à Pharsale est une forme de détachement12. Il s’affranchit du destin (pondere fati desposito) et atteint une forme d’impassibilité (securus). En se libérant du passé et du futur (tempora laeta, spes numquam implenda), il parvient, dans le moment présent, à une forme d’accomplissement, d’appropriation de soi (quid fueris nunc scire licet). Dans un deuxième temps (7.696-706) Lucain convoque une idée qui lui est chère, celle du renversement des polarités dans la guerre civile, jusqu’à conclure : Vincere peius erat, “Vaincre, c’était pis”. Vaincre revient à se rendre coupable. Le contraire de fuir (fugere), c’est se ruer à l’attaque (ruere) comme le montrent ces vers tirés d’un autre épisode de la Pharsale (4.151-152) : Rapuitque ruens in proelia miles/ quod fugiens timuisset iter, “Le soldat se précipite pour se ruer au combat sur un chemin qu’il aurait redouté pour s’enfuir”. Normalement, fuir est honteux et le courage consiste à attaquer avec détermination. Mais dans la guerre civile, l’effet de ruere, c’est la catastrophe, ruina. Fuir, dès lors, devient l’acte de vrai courage. Une expression forte (1.504) montre ce renversement des polarités : in bellum fugitur. C’est en fait la guerre qui est une échappatoire, une fuite, une lâcheté. Ces deux justifications nouvelles ne sont pas épiques. Elles sont mêmes anti-épiques car l’idéal du détachement et l’éloge de la fuite sont incompatibles avec la matière même de l’épopée, la guerre et sa morale.

8On a donc l’impression de se trouver devant une accumulation d’excuses diverses et contradictoires. En soi chacune porte, mais l’ensemble ne convainc pas. D’abord à cause du changement de registre. Les deux séries ne peuvent valoir conjointement. Si Pompée a fui pour des raisons morales et philosophiques, la première série est sans importance. S’il l’a fait selon des considérations de morale guerrière, c’est la seconde qui tombe. Comme la description du livre 8 contredit celle du livre 7, la justification philosophique contredit la justification épique. Et même cette dernière n’est pas exempte d’ambiguïtés. L’excuse de la situation stratégique défavorable ne tient pas, parce que c’est Pompée lui-même qui en est responsable. Bien que Lucain garde cela sous silence, il ne le nie pas non plus. Et surtout, au beau milieu de ces excuses épiques s’en trouve une qui détone : Pompée est poussé à la fuite par le désir de revoir sa femme (7.675-677). Cette façon d’écouter les conseils de sa sensibilité n’appartient pas au genre de l’épopée. Bref, c’est trop. Lucain accumule les excuses hétéroclites sans cohérence d’ensemble. Il y a deux manières d’interpréter ce fait : soit l’on considère que cette accumulation est le moyen d’une apologie, mais alors il faut la reconnaître maladroite ; soit l’on fait l’hypothèse qu’elle est l’indice d’une ironie de Lucain vis-à-vis de son héros à ce moment-là, l’accumulation à outrance étant un signe tout à fait classique de la présence de l’ironie.

  • 13 Pagani 2008, 396.
  • 14 Hom., Il., 13.648-649 [952 ; 30-31].

9Peut-on vraiment donner une interprétation ironique de ce texte ? Outre ces indices structurels (l’accumulation d’excuses) et thématiques (l’excuse de Cornélia), on peut déceler, dans le détail, des indices textuels précis dans la plus pure tradition homérique. Il y a dans cette tradition une physiologie de la fuite à laquelle se conforme la Pharsale. Par exemple la fuite d’un lâche se caractérise par sa pâleur et son air égaré13. La fuite du troyen Harpalion (Iliade, 13.649) en est un exemple : πάντοσε παπταίνων μή τις χρόα χαλκῷ ἐπαύρῃ (“il jette un regard inquiet de tous les côtés, dans la crainte qu’un autre n’aille, d’un trait de bronze, atteindre sa chair”). Cette attitude, d’après une scolie14, est “le signe de la lâcheté d’un homme”. C’est aussi exactement celle de Pompée au début du livre 8.5-8 :

Pauet ille fragorem
Motorum uentis nemorum, comitumque suorum
Qui post terga redit trepidum laterique timentem
Exanimat.

“Il s’épouvante au bruit des arbres secoués par les vents ; quand un de ses compagnons revient à lui par derrière, il tressaille, il est inquiet pour sa vie et mis hors de lui”.

  • 15 Autre exemple Pun., 10.6-8 : Perstate et fortiter, oro,/pectoribus ferrum accipite ac sine uulnera (...)

10Dans ce passage, Lucain a peint la fuite de Pompée en respectant une tradition homérique, celle de la fuite du lâche hors du champ de bataille. Il se rapproche du récit des historiens. Cela tend à contredire l’interprétation apologétique du livre 7. Mais en outre, cela montre que le modèle homérique est une référence qui reste pertinente. Et de fait, il permet d’expliquer une difficulté de détail du texte. Le vers 678 porte, à propos de Pompée s’enfuyant, l’expression non tergo tela pauentem. Cette formule présente la même difficulté que l’ensemble du texte : est-elle ironique ou non ? Par sa forme oxymorique, elle est en tout cas paradoxale. Elle est oxymorique parce qu’elle présente un contraste entre un terme évoquant le courage, non pauentem, et un autre évoquant la lâcheté, tergo. Tergum, par opposition à pectus, est en lui-même porteur d’une connotation d’infamie comme en témoigne son utilisation dans les locutions terga dare et terga uertere pour désigner la fuite. On peut lire clairement cette connotation dans la plainte d’Hannibal (Sil. Ital., Pun., 12.282-284 : Quando hanc, quanto cruore / hostili labem eluerim ? Mea terga uidere / contigit Ausoniae, “Combien de temps, combien de sang ennemi me faudra-t-il pour laver cette tache ? Il a été donné à l’Ausonie de me voir de dos !”)15. Non tergo tela pauentem est donc un oxymore, comme on pourrait dire “fuir courageusement”. On peut aussi dire que c’est le détournement ironique d’une expression épique comme non tela pauere par l’insertion du terme honteux tergum.

  • 16 Exemples : Hom., Il., 11.188 ; 203.

11Cette interprétation par l’ironie est renforcée par l’autorité d’un parallèle homérique qui révèle le même procédé. L’Achéen Déiochos est décrit dans sa fuite en ces termes, Il., 15.342 : φεύγοντ᾽ ἐν προμάχοισι, “fuyant parmi les premières lignes”. Or cette expression est le détournement ironique de l’expression consacrée16 θύνοντ᾽ ἐν προμάχοισιν, “s’élançant parmi les premières lignes”. Ce parallèle de méthode autorise l’interprétation ironique de non tergo tela pauentem, qui elle-même renforce l’interprétation ironique du passage.

12Faut-il en conclure qu’il n’y pas d’apologie de Pompée ? Non. Les justifications philosophiques et morales, par le stoïcisme et la détestation de la guerre civile font écho à des thématiques trop répandues dans l’œuvre pour qu’elles soient moquées en ce passage particulier. L’ironie porte spécifiquement sur la justification de Pompée dans la logique épique. Pompée cherche dans son attitude à garder une contenance, mais sa fuite même réduit ces efforts aux gesticulations d’un matamore. Lucain a pu justifier à sa façon, morale, la fuite de Pompée, mais il n’a pas pu faire qu’elle soit épique. Une fuite qui n’est pas épique ne peut, dans le cadre de l’épopée, être traitée que par le mépris. Il prend ici la forme indirecte de l’ironie au livre 7 et une forme directe au livre 8. Ainsi se résout l’opposition entre les deux passages. Quant à l’apologie, qui ne relève pas de la logique épique, elle ne peut qu’être rejetée en marge, dans un passage de commentaire. On dira que la fuite de Pompée est mécaniquement condamnée par le genre épique mais défendue philosophiquement par Lucain.

13Le parallèle avec le traitement de la fuite chez Silius Italicus présente deux intérêts. D’abord, il montre que, comme Lucain, cet auteur a rencontré des difficultés à concilier modèle épique et matière historique. Ensuite, il permet d’établir des comparaisons renforçant l’interprétation ironique de la fuite de Pompée.

14Globalement, le thème de la fuite est traité, chez Silius Italicus, conformément à la tradition du genre épique. Les attitudes de Flaminius et de Varron l’illustrent chacune à sa manière. Flaminius est un personnage positif qui refuse de fuir tandis que Varron est un personnage négatif qui s’abandonne à ce comportement lâche et honteux.

  • 17 Sil. Ital., Pun., 5.636-642 : Sta, miles, et acris/ disce ex me pugnas; uel, si pugnare negatum,/ (...)

15À la bataille du lac Trasimène, au plus fort de la déroute romaine, le consul Flaminius refuse de tourner le dos à l’ennemi et de suivre ses hommes en fuite17. Il leur adresse de vifs reproches d’une parfaite orthodoxie épique. Il rétablit la hiérarchie des comportements dans l’ordre de l’honneur : il faut vaincre au combat, à défaut y mourir, mais la fuite n’est pas une option (5.636-638). Cela est particulièrement vrai dans son cas personnel : comme commandant, il est tenu à une dignité particulière qui lui interdit de tourner le dos à l’ennemi (5.639-640 : on retrouve la connotation infamante de tergum). Pompée lui n’a pas été retenu par un scrupule lié à son rang. Enfin, en restant au combat et en présentant à l’ennemi sa poitrine (5.642), partie du corps qui reçoit les blessures nobles, il prétend protéger ses soldats du rempart de son corps (5.641-642). C’est encore une fois l’inverse de Pompée qui comptait, afin de sauver ses soldats, mettre fin à la bataille par sa fuite. Le résultat donne raison à Flaminius : tandis que les Pompéiens en débandade étaient encore poursuivis par les troupes de César après la fuite de leur général, Silius Italicus indique bien que la mort au champ d’honneur de Flaminius mit fin à la bataille (5.658-659 : Nec pugna perempto / ulterior ductore fuit, “Le chef mort, la bataille cessa”). Le parallèle avec le personnage de Flaminius montre que Pompée a eu tort : sa fuite honteuse n’a même pas permis de faire l’économie du massacre de ses troupes tandis que la résistance de Flaminius jusqu’à la mort a écourté le combat.

  • 18 Sil. Ital., Pun., 9.649-655 : Abrumpere cuncta/ iamdudum cum luce libet: sed comprimit ensem/ nesc (...)
  • 19 Luc. 7.669-670 : Nec derat robur in enses/ ire duci, iuguloque pati uel pectore letum, “Ce n’est p (...)

16Il y a un personnage qui fait le même choix que Pompée, c’est Varron à la bataille de Cannes. Son attitude est très proche18. À l’inverse de Pompée, il est toutefois conscient du caractère honteux de son comportement. C’est le sens des interrogations indignées des vers 9.652-655. Mais enfin il en arrive aux mêmes décisions : il renonce à se suicider alors qu’il l’avait, comme Pompée19, envisagé (9.649-651) et il s’enfuit. La formule est d’ailleurs un parallèle textuel évident. Là où Silius Italicus écrit sonipes rapuit laxatus habenas (9.657 : “son coursier l’emporta, à bride abattue”), Lucain avait écrit Magnum concitus aufert / a bello sonipes (7.677-678 : “le coursier stimulé emporte loin de la guerre Magnus”). Le comportement est donc le même, à ceci près que Silius Italicus dit tout de suite que Varron est excussus mentem (9.644), alors que dans la Pharsale, cela n’apparaît pour Pompée qu’au début du livre 8 après avoir été masqué dans un premier temps. C’est comme si le texte de Silius Italicus présentait collé en un seul ce que Lucain avait séparé en deux morceaux. Silius nous dit tout de suite que Varron était dans un état d’égarement puis raconte sa fuite, tandis que Lucain donne d’abord une version faisant l’objet d’une interprétation du poète, et ensuite la révélation du trouble intérieur de Pompée seulement au livre 8.

17Le traitement moral de la fuite chez Silius Italicus est donc conforme aux exigences du genre épique et, à cette aune, il apparaît clairement que la fuite de Pompée n’est pas épique. Mais les Punica n’échappent pas aux mêmes difficultés que la Pharsale. Ces difficultés tiennent à ce qu’historiquement, les chefs romains ont eu tendance à fuir beaucoup plus facilement qu’Hannibal.

18Le récit de la bataille du Tessin permet de comprendre la stratégie de l’auteur. Sa stratégie est à double détente : il oppose à la réalité d’abord un arrangement épique puis la mise en avant d’un héroïsme de substitution. Au cours de cette bataille a lieu un événement fameux : Scipion, le futur Africain, sauve son père blessé en l’évacuant du champ de bataille. Il se trouve que cet acte de piété filiale coïncide de façon assez embarrassante avec une retraite des Romains privés de leur chef. Silius Italicus a soin d’essayer de masquer cette coïncidence pour faire de cet acte un exploit héroïque. Dans un premier temps il met en place un arrangement épique pour expliquer cette retraite. S’y retrouvent les éléments classiques déjà vus : une intervention des dieux (4.421 : Jupiter ordonne à Mars lui-même d’arracher Scipion à la bataille), une situation stratégique délicate (4.445-446 : ductorem Ausonium Garamantica pubes/ cinxerat, “les guerriers garamantes avaient encerclé le chef ausonien”, traduction de P. Miniconi modifiée). Le jeune Scipion est lui aussi tenté de se suicider (4.457-458 : bis conatus erat praecurrere fata parentis/conuersa in semet dextra, “par deux fois, il tenta de devancer son père dans la mort en dirigeant son bras contre lui-même”), mais, sous l’influence de Mars, il en est détourné et revient à une attitude héroïque conforme à l’ordre formulé par Flaminius : la fuite, il ne l’envisage pas, la mort sur le champ de bataille lui semble plus digne, mais il se souvient enfin que le mieux est de rester pour combattre et vaincre. Les vers 466-468, qui constituent une allusion évidente à un autre héros épique, Énée, contribuent aussi à ce dispositif. Enfin, pour conclure, le terme qui décrit le moment où il quitte le combat, loin d’être négatif comme terga dare ou fugere est choisi pour donner du lustre et de l’énergie à ce geste : emicat (4.468). Cet arrangement épique est efficace mais ne voile pas tout à fait l’existence d’une fuite. Des éléments résiduels, comme la pâleur première de Scipion (4.454-455), caractéristique des lâches, ou des parallèles gênants, comme celui avec Hannibal qui, au livre suivant, emporte son frère blessé hors du champ de bataille mais y retourne après pour vaincre, montrent les limites d’une stratégie qui est quand même une réussite. D’un acte ambigu au départ, Silius Italicus a fait un exploit plutôt qu’une fuite.

19Mais ce passage esquisse aussi un thème qui sera plus utile pour un autre héros, Fabius, celui d’un héroïsme de substitution. L’idéal épique du guerrier, c’est la victoire. Ici, par la bouche de Jupiter, l’auteur infléchit cet idéal (4.429 : et primum hoc uincat, seruasse parentem, “et que sa première victoire soit de sauver son père”). La victoire de Scipion, ce ne sera pas d’avoir culbuté les Carthaginois mais d’avoir conservé son père. L’héroïsme n’est plus de vaincre mais de défendre, plus de prendre mais de ne pas être pris. C’est un héroïsme de conservation plus que d’acquisition. Cet infléchissement qualitatif de l’héroïsme est aussi inscrit et explicité dans les paroles de Mars lui-même et dans l’opposition entre magnum et bonum : et adhuc maiora supersunt ;/sed nequeunt meliora dari, “tu devras accomplir de plus hautes prouesses, mais tu n’en pourras pas connaître de plus nobles” (4.476-477).

20Le champion de cet héroïsme est Fabius. On pourrait presque dire que cet héroïsme est fabriqué pour lui, pour justifier sa stratégie d’esquive si peu épique et pourtant si importante pour l’économie d’une épopée sur la deuxième guerre punique. Le Temporisateur en fait profession à deux reprises devant ses troupes dans des formules qui suivent celle de Jupiter. Alors que ses hommes brûlent toujours de combattre, ce qu’espère Hannibal, il est contraint d’expliquer à nouveau sa stratégie impopulaire et de s’en justifier : Vincam/ seruare inuitos urgentesque ultima fata (7.223-224 : “Ma victoire sera de vous sauver malgré vous et malgré votre ardeur à précipiter l’heure fatale”), et : Sit gloria multis/ et placeat, quippe egregium, prosternere ferro/ hostem ; sed Fabio sit uos seruasse triumphus (7.396-398 : “Beaucoup peuvent trouver leur gloire et leur plaisir, car c’est une prouesse, à abattre le fer à la main l’ennemi ; mais pour Fabius, que son triomphe consiste à vous avoir sauvés”). Les deux expressions mettent en équivalence un terme désignant la victoire, qui est l’idéal épique (uincam, triumphus), avec le verbe seruare. Cet héroïsme de la conservation est plus ou moins érigé en concept opératoire par Silius Italicus, qui l’évoque trois fois en des termes proches, explicites et pédagogiques. Il colle parfaitement à Fabius pour la défense duquel il est fait, mais imparfaitement aux codes épiques. Ainsi, il diminue la valeur du courage au combat, qui est pourtant au cœur de la morale épique. Fabius ose dire dans une épopée : Non est, mihi credite, non est/arduus in pugnas ferri labor (7.236-237 : “Ce n’est pas, croyez-moi, non, ce n’est pas une tâche bien ardue de se ruer à la bataille”). De même, en disant : Magnum ex hoste reuerti, “La grandeur, c’est de pouvoir revenir du combat” (7.240), il enfreint la morale épique en justifiant la fuite et en plaçant la survie au dessus du souci de l’honneur.

21Mais contrairement à Lucain, avec sa justification morale de la fuite de Pompée, il ne fait pas de cet héroïsme de substitution un concurrent à la morale épique. Celle-ci reste sauve. Fabius lui-même, quoiqu’il n’en soit pas un inconditionnel, reconnaît sa valeur : Quippe egregium (7.397). Surtout, il s’opère au cours de l’œuvre une transition du pouvoir entre Fabius et Scipion et ce dernier résume ainsi l’importance de son prédécesseur :

Sat gloria cauto
Non uinci pulchra est Fabio, peperitque sedendo
Omnia Cunctator. Nobis nec Mago nec Hannon
Nec Gisgone satus nec Hamilcare terga dedisset,
Si segnes clauso traheremus proelia uallo.

“C’est une assez belle gloire pour la prudence de Fabius que d’avoir évité la défaite, et le Temporisateur, en pratiquant l’expectative, a permis tout le reste. Mais, devant nous, ni Magon, ni Hannon, ni le fils de Gisgon, ni celui d’Hamilcar n’auraient tourné le dos, si nous laissions s’enliser la guerre, bien à l’abri derrière notre retranchement”. (16.672-676)

22De tels propos et l’économie même de l’œuvre montrent bien que cet héroïsme de substitution est plus une justification ad hoc du comportement de Fabius, un refuge temporaire pour des Romains dépassés, qu’une véritable morale concurrente de la morale épique traditionnelle.

  • 20 Spaltenstein 1990, 480 sur les vers 555-556 : “Tout cela est bien arbitraire et arrangé ad hoc” ; (...)

23Silius Italicus est donc globalement respectueux du code épique dans le traitement de la fuite malgré de petits arrangements pour justifier les Romains quand l’histoire les dessert. Mais son respect de ces convenances lui joue un autre tour. Il le gène pour conclure son œuvre et raconter la fuite d’Hannibal. En effet, il est surprenant de constater que la fuite du général carthaginois à la bataille de Zama est justifiée et parée de toutes les excuses. Sa fuite est une attaque : quand il quitte le champ de bataille c’est en poursuivant le fantôme de Scipion suscité par Junon. C’est le fantôme qui fuit (17.538 : dat terga et campo fugiens uolat ales imago, “comme s’il avait des ailes, le fantôme fait volte-face, s’enfuit en volant”) et Hannibal le poursuit. Les conditions de départ sont déjà une excuse très forte : non seulement Hannibal ne croit pas fuir en fuyant, mais c’est une ruse des dieux qui l’entraîne à cela. Une fois qu’il a été conduit à l’écart, il est poussé par sa magnanimité à être tenté de se suicider (17.566 : spectabat dextram ac leti feruebat amore, “il contemplait sa main armée et brûlait du désir de mourir”). C’est le déshonneur d’avoir fui qui lui suggère cette tentation. Silius Italicus va jusqu’à lui prêter un trait d’humanité qui le rend touchant dans un tableau pathétique où il entend ses soldats l’appeler en se faisant massacrer. Il apparaît comme un bon chef soucieux de ses hommes et de partager leur sort, ce en quoi il est bien plus grand que Pompée. Pour l’écarter du champ de bataille, Silius Italicus doit mettre en place un appareil très compliqué et très lourd : c’est donc d’abord le fantôme de Scipion qui l’éloigne ; ensuite, son cheval meurt quand il veut revenir sur ses pas (17.555-556) et enfin Junon lui apparaît sous la forme d’un berger pour l’égarer encore plus (17.578-580 : Praecipitem et uasto superantem proxima saltu/ circumagit Iuno, “Alors qu’il s’élance et parcourt à grandes enjambées les alentours, Junon le fait tourner en rond”). Tout ce dispositif est extrêmement pesant, comme le note François Spaltenstein dans son commentaire20. Malgré cela, le départ d’Hannibal est encore, pour lui, un moyen de continuer le combat (17.610-612 : Nec deinde relinquo/ securam te, Roma, mei, patriaeque superstes/ ad spes armorum uiuam tibi, “Et toi, Rome, tu n’as pas fini d’avoir peur de moi ! Je durerai plus que ma patrie, et vivrai dans l’espoir de te faire la guerre”). Enfin, comme emicat à propos de Scipion, rapitur, au vers 616 est bien choisi pour adoucir la réalité de la fuite. Hannibal est entraîné malgré lui.

  • 21 Liv. 30.35.4 : Hannibal cum paucis equitibus inter tumultum elapsus, Hadrumetum perfugit, omnia et (...)

24Pourquoi ces difficultés à faire fuir Hannibal ? Il faut un appareil divin et magique d’une grande complexité et encore le général carthaginois s’en va avec les honneurs. C’est parce qu’Hannibal, bien qu’il soit un personnage historique, est avant tout éminemment épique et sa fuite, quoique vraie historiquement, n’est pas vraisemblable dans une épopée. Les historiens s’accordent à reconnaître les mérites d’Hannibal à Zama et que sa fuite a vraiment été le dernier recours21. De même, Silius Italicus a toutes les peines du monde à faire fuir Hannibal tant cela ne s’accorde pas à son personnage. Toutes ces péripéties, ces subterfuges narratifs visent donc moins à le justifier moralement qu’à donner le cachet de la vraisemblance à cet acte historique, certes, mais improbable au regard du caractère d’Hannibal.

25Cet épisode montre la différence d’audace dans l’innovation entre Lucain et Silius Italicus. Chez Lucain, le récit de la fuite de Pompée est ironique et ne peut que l’être car elle est condamnable et ridicule dans une logique épique. Mais l’existence d’une justification a posteriori, qui n’est pas contradictoire puisqu’elle n’est pas épique, contrairement à ce récit qui ridiculise Pompée, masque cela. Cela est conforme à la dimension anti-césarienne de l’œuvre. Chez Silius Italicus, le respect sourcilleux des modèles du genre prévaut sur les aspects idéologiques. À défaut d’oser biaiser les codes du genre, il est contraint, par les exigences de la vraisemblance, d’affaiblir sa démonstration partisane et de justifier Hannibal. On peut dire que, chez Silius Italicus, la forme asservit le fond, tandis que chez Lucain, le fond sait infléchir la forme.

Notes

1 Loraux 1985.

2 Pagani 2008, 365-366.

3 Rambaud 1955, 258-296.

4 Narducci 1979, 114-115.

5 Johnson 1987, 80-81.

6 Caes., Ciu., 3.96 : Pompeius, iam cum intra uallum nostri uersarentur, equum nactus, detractis insignibus imperatoris, decumana porta se ex castris eiecit protinusque equo citato Larisam contendit. Neque ibi constitit, sed eadem celeritate paucos suos ex fuga nactus nocturno itinere non intermisso comitatu equitum XXX ad mare peruenit nauemque frumentariam conscendit, “Quand nos troupes se trouvaient déjà à l’intérieur du retranchement, Pompée, ayant trouvé un cheval, quitta ses insignes de commandement, se jeta hors du camp par la porte décumane et gagna directement Larisa à bride abattue. Il ne s’y arrêta pas : continuant sa course avec la même vitesse, il rejoignit quelques-uns de ses soldats en fuite, et, sans interrompre sa marche pendant la nuit, avec trente cavaliers d’escorte, il atteignit la mer et il s’embarqua sur un navire à blé” (trad. P. Fabre).

7 Plut., Pomp., 72.1-3 : Τραπομένων δὲ τούτων, ὡς κατεῖδε τὸν κονιορτὸν ὁ Πομπήϊος καὶ τὸ περὶ τοὺς ἱππέας πάθος εἴκασεν, ᾧ μὲν ἐχρήσατο λογισμῷ χαλεπὸν εἰπεῖν, μάλιστα δὲ ὅμοιος παράφρονι καὶ παραπλῆγι τὴν διάνοιαν, καὶ μηδ´ ὅτι Μάγνος ἐστὶ Πομπήϊος ἐννοοῦντι, μηδένα προσειπὼν ἀπῄει βάδην εἰς τὸν χάρακα. (…) τοιοῦτος εἰς τὴν σκηνὴν παρελθὼν ἄφθογγος καθῆστο, μέχρι οὗ τοῖς φεύγουσι πολλοὶ διώκοντες συνεισέπιπτον· τότε δὲ φωνὴν μίαν ἀφεὶς ταύτην, ‘ Οὐκοῦν καὶ ἐπὶ τὴν παρεμβολήν ; ἄλλο δὲ μηδὲν εἰπών, ἀναστὰς καὶ λαβὼν ἐσθῆτα τῇ παρούσῃ τύχῃ πρέπουσαν ὑπεξῆλθεν, “Après cette déroute, Pompée, au nuage de poussière qui s’élevait, comprit le sort de ses cavaliers. Il est difficile de dire quelles réflexions il se fit alors ; il avait l’air d’un homme totalement égaré dont la raison est troublée, et l’on eût dit qu’il ne se souvenait même plus qu’il était le grand Pompée. Il se retira à pied dans son camp sans parler à personne. (…) Tel était l’état de Pompée lorsqu’il regagna sa tente. Il y resta assis sans parler jusqu’au moment où de nombreux ennemis lancés à la poursuite des fuyards entrèrent avec eux dans le camp. Alors il ne prononça qu’une parole : ‘Quoi ? Même dans le camp ?’, puis, sans rien ajouter, il se leva, prit le vêtement qui convenait à son infortune présente et sortit à la dérobée” (traduction A.-M. Ozanam).

8 App., BC, 2.339 : Πομπήϊος δ’ἐπεὶ τὴν τροπὴν εἶδεν, ἔκφρων αὑτοῦ γενόμενος ἀπῄει βάδην ἐς τὸ στρατόπεδον καὶ παρελθὼν ἐς τὴν σκηνὴν ἐκαθέζετο ἄναυδος, οἷόν τι καὶ τὸν Τελαμῶνος Αἴαντά φασιν ἐν Ἰλίῳ παθεῖν, ἐν μέσοις πολεμίοις ὑπὸ θεοβλαβείας, “Pompée, quand il vit la déroute, perdit l’usage de ses sens. Il partit à pied vers son camp et, entrant dans sa tente, il s’assit pour ne plus parler. On dit qu’Ajax fils de Télamon a connu le même état à Troie, frappé de démence par les dieux au milieu des ennemis”.

9 Luc. 7.647-655 : Iam Magnus transisse deos Romanaque fata/senserat infelix tota uix clade coactus/Fortunam damnare suam. Stetit aggere campi,/eminus unde omnis sparsas per Thessalica rura/aspiceret clades, quae bello obstante latebant./Tot telis sua fata peti, tot corpora fusa/ac se tam multo pereuntem sanguine uidit./Nec, sicut est mos miseris, trahere omnia secum/mersa iuuat gentesque suae miscere ruinae, “Déjà Magnus s’était aperçu, l’infortuné, que les dieux étaient passés à l’ennemi avec les destinées de Rome, avant même qu’un désastre total le contraignît à condamner sa fortune. Il se tint sur une éminence d’où il pût de loin voir tous les désastres répandus dans les plaines thessaliennes, que jusque là la bataille lui cachait. Il vit ses destinées atteintes par tous ces traits, tous ces corps jonchant le sol et lui périssant de tout ce sang versé. Il ne veut pas, comme c’est la coutume des malheureux, engloutir avec lui tout le reste et mêler sa chute à celle des peuples” (pour la Pharsale, nous emprunterons, sauf indication contraire, la traduction d’A. Bourgery dans la CUF).

10 Caesaris aut oculis uoluit subducere mortem, “Peut-être voulut-il soustraire sa mort aux yeux de César”.

11 Iam pondere fati/deposito securus abis; nunc tempora laeta/ respexisse uacat; spes numquam implenda recessit;/ quid fueris nunc scire licet, “Voici qu’ayant déposé le poids du destin tu t’éloignes tranquille ; maintenant tu as le loisir de faire un retour sur les temps prospères ; les espoirs chimériques sont partis, ce que tu as été on peut maintenant le savoir”.

12 Le verbe fugere peut être employé pour exprimer cette idée de détachement du monde chez les Stoïciens. Cf. Sen., Qu. Nat., 4A praef. 20 : Fugiendum ergo et in se recedendo.

13 Pagani 2008, 396.

14 Hom., Il., 13.648-649 [952 ; 30-31].

15 Autre exemple Pun., 10.6-8 : Perstate et fortiter, oro,/pectoribus ferrum accipite ac sine uulnera terga/ad manis deferte, “Arrêtez et courageusement, je vous en supplie, dans vos poitrines recevez le fer et, sans avoir reçu de blessures dans le dos, descendez chez les Mânes”. Les traductions des Punica sont celles de l’édition de la CUF.

16 Exemples : Hom., Il., 11.188 ; 203.

17 Sil. Ital., Pun., 5.636-642 : Sta, miles, et acris/ disce ex me pugnas; uel, si pugnare negatum,/ disce mori: dabit exemplum non uile futuris/ Flaminius; ne terga Libys, ne Cantaber umquam/ Consulis aspiciat: solus, si tanta libido/est uobis rabiesque fugae, tela omnia solus/pectore consumo et moriens, fugiente per auras/hac anima, uestras reuocabo ad proelia dextras, “Halte, soldat ! Apprends à mon école l’acharnement au combat, ou, si le combat t’est refusé, apprends à mourir ! Ce n’est pas un exemple vil que Flaminius donnera aux siècles futurs ; que jamais ni les Libyens ni les Cantabres ne voient fuir le consul. Seul, si une telle passion, une telle rage de fuir vous tient au cœur, seul, sur cette poitrine je vais épuiser tous leurs traits et, par ma mort, quand à travers les airs s’enfuira mon âme, je rappellerai vos bras au combat”.

18 Sil. Ital., Pun., 9.649-655 : Abrumpere cuncta/ iamdudum cum luce libet: sed comprimit ensem/ nescio qui deus et me, me ad grauiora reseruat./ Viuamne et fractos sparsosque cruore meorum/hos referam populo fasces atque ora per urbes/ iratas spectanda dabo et, quo saeuius ipse/ Hannibal haud poscat, fugiam et te, Roma, uidebo?, “Rompre avec tout cela, avec le jour, depuis longtemps me tente : mais retient mon épée je ne sais quel dieu et me réserve, oui moi, pour un rôle plus noble. Vivrai-je et rapporterai-je au peuple ces faisceaux, brisés et éclaboussés du sang des miens et donnerai-je mon visage en spectacle aux cités courroucées et – Hannibal lui-même ne réclamerait pas un châtiment plus cruel – fuirai-je et te reverrai-je, Rome ?”

19 Luc. 7.669-670 : Nec derat robur in enses/ ire duci, iuguloque pati uel pectore letum, “Ce n’est pas que le chef manquât d’énergie pour se jeter sur les glaives ou offrir à la mort sa gorge ou sa poitrine”.

20 Spaltenstein 1990, 480 sur les vers 555-556 : “Tout cela est bien arbitraire et arrangé ad hoc” ; sur les vers 467-478 : “Ces métamorphoses divines sont certes fréquentes, mais cela n’excuse pas le caractère languissant de ces péripéties”.

21 Liv. 30.35.4 : Hannibal cum paucis equitibus inter tumultum elapsus, Hadrumetum perfugit, omnia et ante aciem et in proelia, priusquam excederet pugna, expertus, “Hannibal au milieu de la mêlée s’échappe avec quelques cavaliers et s’enfuit vers Hadrumète après avoir tout mis en œuvre, avant de quitter le combat, et dans la préparation de la bataille et pendant les hostilités”. Pol. 15.15 : Ἀννίβας δὲ μετ’ ὀλίγων ἱππέων κατὰ τὸ συνεχὲς ποιούμενος τὴν ἀναχώρησιν εἰς Ἀδρύμητα διεσώθη, πάντα τὰ δυνατὰ ποιήσας κατὰ τὸν κίνδυνον, ὅσα τὸν ἀγαθὸν ἔδει στρατηγὸν καὶ πολλῶν ἤδη πραγμάτων πεῖραν εἰληφότα, “Hannibal, avec quelques cavaliers, poussa sans s’arrêter jusqu’à Hadrumète, où il demeura. Il avait fait, face au danger, tout ce qu’un bon général et doté d’une expérience riche doit pouvoir faire”.

Auteur

Université Paris IV-Paris Sorbonne EA 1491
“Édition et commentaire de textes
grecs et latins”

© Ausonius Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540